AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 FREGATES MULTIRÔLES CLASSE AMAZON (TYPE 21)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: FREGATES MULTIRÔLES CLASSE AMAZON (TYPE 21)   Dim 30 Déc 2012, 20:39

FREGATES MULTIROLES CLASSE AMAZON (TYPE 21)
(GRANDE BRETAGNE)


La frégate HMS Amazon (F-169) lors de RIMPAC 86

AVANT-PROPOS

Quand la Grande Bretagne joue sa survie....... .

Généralités

Le vingtième siècle fût marqué par un grand nombre de révolutions militaires. Parmis elles, on peut citer celle du sous marin qui par deux fois fit basculer le cours d'un conflit mondial. Durant la première guerre mondiale, les U-Boot allemands jouant sur des capacités encore méconnues faillirent provoquer l'asphyxie de la Grande Bretagne et surtout entraina l'entrée en guerre des Etats Unis. Pourtant le conflit se termina sans qu'une véritable réponses n'ait été apporté à la lutte contre les submersibles.

Durant l'entre-deux guerre, la lutte ASM est loin d'être une priorité pour les états majors qui s'intéressent plus aux navires de l'escadre qu'il s'agisse de quelques cuirassés, des croiseurs et des destroyers.

Si la lutte ASM fût négligée, les performances des sous marins ne cessèrent d'augmenter durant les années vingt et trente même si avec une vitesse en surface plus élevée qu'en plongée, ces navires étaient plus des torpilleurs submersibles, attaquant en surface à la torpille et au canon (d'un calibre général allant de 75 à 120mm) mais approchant et fuyant en plongée.

Preuve de cette négligence, ce sont les français qui rappellent aux britanniques à l'automne 1939 l'intérêt de la navigation en convois alors qu'ils avaient négligé la détection et la destruction des submersibles.

Les britanniques eux sont un peu mieux préparés ce qui n'empêcha pas Londres de connaître des jours sombres contre les U-Boot de l'amiral Doenitz surtout après la défaite de la France en juin 1940 qui livra la Manche et l'Atlantique aux sous-marins allemands, désormais nettement mieux placés pour attaquer les convois transatlantiques.

Les escorteurs de la Royal Navy : Hunt, Flower, River et les autres


Le HMS Erne classe Black Swan

La lutte ASM avait été négligée par les britanniques ce qui n'empêcha pas la Royal Navy d'être mieux armée que la marine nationale avec quatre-vingt quatre sloops dont trente-sept unités de classe Black Swan (treize sur plans originaux et vingt-quatre modifiés) qui avec leurs six canons de 102mm étaient de véritables navires de combats et dix anciens cutters de classe Banff.

En plus des 88 destroyers océaniques construits durant l'entre-deux-guerre, la Royal Navy estima avoir besoin d'un destroyer «économique» faisant le lien entre les escorteurs et les Fleet destroyers.


Le HMS Oakley (type Hunt II)

C'est l'acte de naissance de la classe Hunt répartis entre vingt-trois type I (quatre coulés), trente-trois exemplaires type Hunt II (six coulés), vingt-huit Hunt III (douze coulés) et deux Hunt IV soit un total de 86 exemplaires avec vingt-deux appareils perdus

Parallèlement à ces destroyers économiques (peut être pas si économiques que cela), les britanniques estiment avoir besoin de navires encore plus simples pour la lutte ASM, des navires austères et endurants pour supporter les rudes conditions de l'Atlantique Nord, des bêtes de somme en quelque sorte.


La HMS Bluebell de classe Flower

S'inspirant de la coque d'un baleinier, les britanniques et les canadiens vont construire les corvettes de classe Flower. Pas moins de 256 navires furent construits (135 en Grande Bretagne et 121 au Canada) mais 33 perdus dont 22 par sous-marins qui vengèrent ainsi leurs 42 congénères coulés par ces petits navires.

Ces navires qui supportèrent le plus gros de l'effort allié dans la bataille de l'Atlantique n'étaient exempts de défaut notamment en terme d'armement (jugé insuffisant) et surtout de la navigabilité, ces navires roulant énormément.


Le HMS Barmborough Castle classe Castle

Les Flower furent remplacés dans les chantiers par les corvettes classe Castle dont 53 exemplaires furent construits (38 annulés avant mise sur cale) mieux à même d'affronter les rigueurs de l'Atlantique Nord en ménageant des équipages soumis à rude épreuve sur les Flower. Trois navires furent coulés durant le conflit.

Les Castle apportaient un progrès évident vis à vis des Flower mais les britanniques voyaient déjà plus loin et décidèrent de ressusciter la frégate sous la forme de la classe River qui mesurait 28.30m de plus que les Flower, augmentant leur endurance et leur capacité en grenades ASM.


Le HMS Rother classe River

138 navires furent construits dont 57 en Grande Bretagne, 70 au Canada et 11 en Australie et 5 perdus durant le second conflit. A cela s'ajoutèrent les 21 frégates de classe Colony, des Tacoma américaines qui étaient elle mêmes dérivées des River britanniques qui survécurent toutes au conflit.


Le HMS Campbeltown, un ancien flush-decker promis à une grande destinée

Au début du conflit, manquant de navires, la marine britannique avait également récupéré cinquante destroyers de type flush-decker de l'US Navy en échange de bases dans les colonies britanniques. Ces «cinquante destroyers qui sauvèrent le monde» furent complétés par des destroyers d'escorte dont les premiers exemplaires furent commandés par la Royal Navy avant que l'US Navy ne prenne sa part.


Le HMS Baytun classe Captain

La série Evarts de 97 navires voit la Royal Navy en armer 32 exemplaires qui deviennent des frégates de la classe Captain tout comme 46 Buckley soit un total de 78 DE armés par la Royal Navy et sur ces navires, un total de sept furent coulés durant le second conflit mondial.

La classe River était essentiellement faite pour le théâtre européen où l'élongation des distances était assez limitée. Ce n'était pas le cas du Pacifique où les distances étaient absolument gigantesques, nécessitant des navires plus endurants.

D'où la mise au point de la classe Loch commandée à 84 exemplaires mais dont seulement 30 furent mis en service et aucun perdu d'ici la fin du conflit pour les 27 mis en service avant la capitulation japonaise. Aux 30 Loch s'ajoutèrent la classe Bay composée de 20 navires (plus six navires achevés comme navires de soutien), cette classe étant plus adaptée à la lutte antiaérienne que les Loch.


Le HMS Loch Killin classe Loch

A toutes ces classes d'escorteurs, ajoutons les 197 chalutiers armés mis en service par la marine britannique pour l'escorte et la patrouille côtière. Ils se repartissaient entre les 145 de classe Isle, les 20 de classe Dance, les 20 de classe Shakesperian et les 12 de classe 20. 23 navires furent perdus durant le second conflit mondial.

La plupart de ces navires ne connurent qu'une carrière éphémère une fois la guerre achevée. Outre l'usure des années guerre et la nécessité de réduire la flotte, la plupart des escorteurs britanniques étaient en voie de péremption notamment en terme de vitesse qui il allait être insuffisante pour intercepter les nouveaux sous-marins dérivés du type XXI allemand.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FREGATES MULTIRÔLES CLASSE AMAZON (TYPE 21)   Dim 30 Déc 2012, 20:52

Brève histoire des frégates britanniques de l'après guerre

Type 15 : quand les destroyers deviennent frégates

La frégate type 15 HMS Troubridge

La Royal Navy de l'après guerre s'organisait pour ses forces légères autour de deux classes de destroyers à savoir les 24 de classe Battle (2490 à 3411 tonnes à pleine charge, 34 à 35 noeuds, deux tourelles doubles de 114mm) et les 8 de classe Daring (3465 tonnes, 30 noeuds et trois tourelles doubles de 114mm) mais ces navires avaient d'autres missions qu'escorter les convois à savoir la protection des cuirassés encore en service et surtout des porte-avions, les nouveaux capital ships.

En ces premières années de guerre froide, les alliés craignent que les sous-marins soviétiques ne se lancent en cas de conflit dans une nouvelle bataille de l'Atlantique, menaçant les convois transportant les renforts américains et canadiens en direction des ports européens.

Les britanniques vont développer un modèle de frégate, le type 12 mais le temps que ces navires soient disponibles, la Royal Navy décide de convertir des destroyer en frégates anti-sous-marines rapides. La coque et le système propulsif furent conservées mais les structures totalement modifiées pour améliorer le confort de l'équipage et un armement orienté vers l'ASM.

Sur les 47 navires de classe J à Z, CA,CH,CO et CR conservés après la guerre, 23 vont être transformés en frégates de type 15 entre 1949 et 1957 : 4 destroyers de classe R, un destroyer de classe T, 8 destroyers de classe U, 5 destroyers de classe V, 4 destroyers de classe W et un unique destroyer de classe Z. Ces navires furent utilisés (tout comme dix destroyers transformés en frégates type 16) jusqu'à la fin des années soixante et début des années soixante-dix, la dernière étant coulée comme cible en 1981.

Caractéristiques Techniques des frégates de type 15

Déplacement : standard 2337 tonnes pleine charge 2743 tonnes

Dimensions : longueur 109m largeur 11.51m tirant d'eau 4.42m

Propulsion : turbines à engrenages alimentées en vapeur par deux chaudières Amirauté à trois tubes dévellopant 40000ch et entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 31 noeuds

Armement : un canon de 102mm (4 pouces) Mark 19, deux canons de 40mm en un affût double Mark V, deux mortiers Squid ou Limbo Mk 10

Aviation : les Grenville et Undaunted reçurent une plate-forme pour un hélicoptère léger mais seul le second le conserva durant sa carrière

Equipage :174 officiers et marins


Classe Whitby (type 12)

La frégate HMS Torquay classe Whitby

La classe Whitby constitue la première classe de frégates anti-sous-marines de l'après guerre. Elle est construite à six exemplaires plus deux commandés par la marine indienne. Ces frégates sont les HMS Whitby (F-36) en service de 1956 à 1974 (démolie en 1979), HMS Torquay (F-43) en service de 1956 à 1985 (démolie en 1987), HMS Scarborough (F-63) en service de 1957 à 1972 (démolie en 1977), HMS Tenby (F-65) en service de 1957 à 1972 et démolie en 1977 après l'échec d'une vente au Pakistan, HMS Eastbourne (F-73) en service de 1958 à 1984 et vendue à la démolition en 1985 et enfin la HMS Blackpool (F-77) en service de 1958 à 1966, louée à la marine néo-zélandaise de 1966 à 1971 puis vendue à la démolition en 1980.

Caractéristiques Techniques de la classe Whitby

Déplacement : standard 2185 tonnes pleine charge 2600 tonnes

Dimensions : longueur (entre perpendiculaires) 109.7m (hors tout) 112.8m largeur 12.5m tirant d'eau 5.2m

Propulsion : deux turbines à engrenages English Electric alimentées en vapeur par deux chaudières Babcock & Wilcox dévellopant 30000ch et entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 30 noeuds distance franchissable 4200 miles nautiques à 12 noeuds

Electronique : un radar de veille type 293Q (plus tard remplacé par un radar type 993), un radar d'altimétrie type 277Q, un radar de conduite de tir type 275 (canons de 114mm), un radar de conduite de tir type 262 (canons de 40mm), un radar de navigation type 974, un IFF type 1010, un sonar de recherche type 174, un sonar de classification de cibles type 162 et un sonar d'attaque type 170.

Armement d'origine : une tourelle double de 114mm, un affût double de 40mm Mark 2 STAAG, deux mortiers Limbo Mk10 et douze tubes lance-torpilles ASM de 533mm

Equipage : 152 officiers et marins)


Classe Rothesay (type 12M)

Le HMS Falmouth

La classe Whitby était une bonne classe de navires anti-sous-marins ce qui n'empêcha pas les britanniques d'imaginer une classe modifiée d'où le numéro du projet : type 12M (Modified). Par rapport aux Whitby, les Rothesay reprennait la coque et le système propulsif mais l'armement était modifié avec l'emport de missiles surface-air courte portée Sea Cat.

Treize frégates de type Rothesay furent prévues mais au final seulement neuf furent mises en service, trois étant non construites (mais les élements réutilisés pour les frégates Leander Ajax et Dido) et une quatrième revendue en cours de construction à la marine néo-zélandaise qui commanda une deuxième frégate alors que l'Afrique du Sud commandait trois frégates de classe President.

Les neuf Rothesay sont la HMS Rothesay (F107) en service de 1960 à 1988 puis démolie, la HMS Londonderry (F-108) en service de 1961 à 1984 puis démolie en 1989, la HMS Brighton (F-106) en service de 1961 à 1981 puis démolie en 1985, la HMS Falmouth (F-113) en service de 1961 à 1989 puis démolie.

La HMS Yarmouth (F101) est en service de 1960 à 1984 puis coulée comme cible en 1987, la HMS Rhyl (F-129) en service de 1960 ) 1983 puis démolie en 1985, la HMS Lowestoft (F-103) en service de 1961 à 1985 puis coulée comme cible le 15 juin 1986, la HMS Berwick (F-115) en service de 1961 à 1985 puis coulée comme cible en septembre 1986 et enfin la HMS Plymouth (F-126) en service de 1960 à 1988 et depuis préservée comme musée flottant à Birkenhead.

Caractéristiques Techniques de la classe Rothesay

Déplacement : standard 1950 tonnes pleine charge 2322 tonnes

Dimensions : longueur 113m largeur 12m tirant d'eau 5.3m

Propulsion : deux turbines à engrenages English Electric alimentées en vapeur par deux chaudières Babcock & Wilcox dévellopant 30000ch et entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 30 noeuds distance franchissable 5200 miles nautiques à 12 noeuds

Electronique : un radar de veille type 293Q (remplacé par un type 993), un radar d'altimétrie type 277Q (débarqué ultérieurement), un radar de conduite de tir type 275 (remplacé par un type 903), un radar de navigation type 974 (puis type 978), un IFF type 1010 Cossor Mark 10, un sonar de veille type 174 puis type 177, un sonar de recherche type 162 et un sonar d'attaque type 170

Armement : une tourelle double de 114mm Mark 6, un canon de 40mm Mark 7 remplacé par un lanceur Sea Cat, deux mortiers Limbo Mark 10 (un conservé après refonte), douze tubes lance-torpilles ASM de 533mm. Deux canons de 20mm embarqué après refonte

Aviation : après refonte, plate-forme et hangar pour un Westland Wasp

Equipage : 152 officiers et marins (235 après refonte)


Classe Blackwood (type 14)

La frégate HMS Exmouth en 1972

Parallèlement au type 12, les britanniques comme durant le second conflit mondial se lancèrent dans la fabrication de navires anti-sous-marins austères moins couteux que les Rothesay et les Whitby, des navires capables d'être produits en grand nombre. Douze navires de classe Blackwood furent ainsi construits.

On trouve ainsi les HMS Hardy (1957-1971), Dundas (1956-83), Murray (1956-70), Keppel (1956-79), Pellew (1956-71), Grafton (1957-71), Russell (1957-85), Blackwood (1957-1976), Malcom (1957-78), Palliser (1957-83), Exmouth (1957-79) et Duncan (1958-85).

Ces navires dont trois autres ont été construits pour la marine indienne vont être rapidement déclassés. Trop petits pour subir une modernisation, ils vont tout juste servir dans les Cods War entre l'Islande et la Grande Bretagne. Ils ont tous terminé leur carrière dans les années soixante-dix et ceux en service jusqu'au milieu des années quatre-vingt ne servaient plus alors que de navires de seconde ligne.

Caractéristiques Techniques de la classe Blackwood

Déplacement : 1479 tonnes à pleine charge

Dimensions : longueur 94m largeur 10m tirant d'eau 4.6m

Propulsion : turbines Y-100 alimentées en vapeur par deux chaudières Bacock & Wilcox dévellopant 15000ch et entrainent une hélice

Performances : vitesse maximale 27 noeuds distance franchissable 5200 miles nautiques à 12 noeuds

Electronique : un radar de navigation type 974, un sonar de recherche type 174, un sonar d'acquisition de cibles type 170 et un sonar de classification de cibles type 162

Armement : trois canons de 40mm Bofors Mark 7 en affûts simples (un ultérieurement débarqué), deux mortiers anti-sous-marins Limbo mk10 et deux affûts doubles de 533mm (Blackwood Exmouth Malcolm et Pallister seulement, ensuite débarqués)

Equipage : 112 officiers et marins


Classe Tribal (type 81)

Le HMS Eskimo

Rapidement, la Royal Navy se rendit compte que spécialiser exagérement ces navires (type 14 pour la lutte anti-sous-marine, type 41 pour la défense aérienne, type 61 pour les piquets radars.......) faisaient s'envoler les coûts. Les britanniques renouèrent avec le navire multirôle dont le premier exemplaire fût le type 81 ou classe Tribal.

Ces navires étaient innovants à plus d'un titre avec l'air conditionné, une habilité soignée, la possibilité d'embarquer l'hélicoptère et comme principale arme antiaérienne, le missile courte portée Sea Cat ou encore une propulsion mixte dite COSAG (Combined Steam and Gas).

Vingt navires furent initialement prévus mais comme souvent dans les programmes militaires les coûts explosèrent et seulement sept navires furent construits qui eurent au moins le mérite de convertir définitivement la marine britannique aux navires multirôles qu'il s'agisse des futures Leander, Amazon ou Duke.

L'Ashanti fût mise en service en 1961 et coulée comme cible en 1988, la Nubian en 1962 et coulée comme cible en 1987, la Tartar en 1962 puis vendue ultérieurement à l'Indonésie, la Gurkha en 1963 puis vendue à l'Indonésie, l'Eskimo en 1963 puis coulée comme cible en 1986, la Mohawk en 1963 puis vendue à la démolition et enfin la Zulu mise en service en 1964 et qui connu une deuxième vie sous pavillon indonésien à partir de 1984.

Caractéristiques Techniques de la classe Tribal

Déplacement : standard 2300 tonnes 2700 tonnes à pleine charge

Dimensions : longueur 109.73m hors tout et 106.68m en perpendiculaires largeur 12.88m tirant d'eau 4.04m

Propulsion : un système COSAG (Combined Steam And Gas) avec une turbine à vapeur de 12500ch et une turbine à gaz de 7500ch entrainant une hélice
Performances : vitesse maximale 27 noeuds distance franchissable 4500 miles nautiques à 12 noeuds

Electronique : un radar de veille air type 965, un radar de veille air basse altitude type 993, un radar de navigation type 978, un radar de conduite de tir type 903, un radar de conduite de tir type 262 (Sea Cat), un sonar de recherche type 177, un sonar d'attaque type 170, un sonar de veille type 162

Armement : deux canons de 114mm Mark 5 mod 1 en affûts simples, deux canons de 40mm en affûts simples, deux affûts quadruples pour missiles Sea Cat, deux canons de 20mm, un mortier Limbo Mk 10

Aviation : un hélicoptère ASM Westland Wasp

Equipage : 253 officiers et marins

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FREGATES MULTIRÔLES CLASSE AMAZON (TYPE 21)   Dim 30 Déc 2012, 21:06

Classe Leander (type 12I)

La frégate HMS Leander dans sa configuration initiale à Malte

Le type 81 ou classe Tribal marquait le retour du navire multirôle dans la Royal Navy mais les Tribal se révélèrent décevantes avec un armement jugé trop léger et une vitesse suffisante pour le combat en escadre.

Pour renforcer ses escadres, la Royal Navy décida de partir du design type 12 pour une nouvelle classe de frégates.

En 1960, l'Amirauté annonça que les trois dernières Rothesay baptisées Weymouth Fowey et Hastings allaient être achevées selon le nouveau design baptisé type 12I et rebaptisées Leander Ajax et Dido. Une cinquième frégate de classe Salisbury baptisées Coventry fût finalement achevée comme la quatrième Leander et rebaptisée Penelope.

S'en suivirent vingt-deux autres navires, les trois premiers de cette série étant identiques à ceux cités plus hauts mais les six suivants disposaient d'un nouveau système propulsif alors que les derniers avaient un autre système propulsif et surtout une coque élargie pour améliorer leur stabilité.

Ce design eut également du succès à l'exportation puisque deux navires furent construits pour la Nouvelle Zélande et deux pour le Chili dans les chantiers anglais plus onze autres dans les chantiers étrangers : deux en Australie, trois en Inde et six aux Pays Bas.

-La HMS Leander (F109) est mise sur cale aux chantiers navals Harland & Wolff de Belfast le 10 avril 1959 sous le nom de Weymouth (classe Rothesay) mais lancée sous le nom de Leander le 28 juin 1961 et admis au service actif le 27 mars 1963. Elle est désarmée en avril 1987 puis coulée comme cible en 1989, recevant un Sea Dart, trois Exocet et une bombe inerte.

-La HMS Ajax (F-114) est mise sur cale aux chantiers navals Cammell Laird de Birkenhead sous le nom de Fowey (classe Rothesay) le 12 octobre 1959 lancé sous le nom d'Ajax le 16 août 1962 et admis au service actif le 10 décembre 1963. Elle est désarmé le 31 mai 1985 remplaçant le HMS Salisbury comme navire d'entrainement à quai à Devonport jusqu'au 3 août 1988 quand elle est vendue à la démolition et démantelée.

-La HMS Dido (F-104) est mise sur cale aux chantiers navals Yarrow de Glasgow sous le nom de Hastings (classe Rothesay) le 2 décembre 1959 lancée sous son nouveau nom le 22 décembre 1961 et admis au service actif le 18 septembre 1963. Désarmée dans la marine britannique en juillet 1983, elle sert sous pavillon néo-zélandais jusqu'en 1995, date de son désarmement puis de sa vente à la démolition.

-La HMS Penelope (F-127) est mise sur cale aux chantiers navals Vickers-Armstrongs de Newcastle-on-Tyne le 14 mars 1961 lancée sous le nom de Penelope le 17 août 1962 et admise au service actif le 31 octobre 1963. Désarmée en 1991, elle est vendue avec son sister-ship Danae à la marine équatorienne où sous le nom Presidente Eloy Alfaro, elle servit jusqu'en 2008 date de son désarmement.


La HMS Aurora après sa refonte Ikara

-La HMS Aurora (F-10) est mise sur cale aux chantiers navals John Brown & Company de Glasgow le 1er juin 1961 lancée le 28 novembre 1962 et admis au service actif le 9 avril 1964. Désarmée en 1987, elle est vendue à la démolition en 1990.

-La HMS Euryalus (F-15) est mise sur cale aux chantiers navals Scotts de Greenock (Ecosse) le 2 novembre 1961 lancé le 6 juin 1963 et admis au service actif le 16 septembre 1964. Désarmée le 31 mars 1989, elle est vendue à la démolition en 1990 en même que l'Aurora.

-La HMS Galatea (F-18) est mise sur cale aux chantiers navals Swan Hunter de Wallsend-on-Tyne le 29 décembre 1961 lancé le 23 mai 1963 et admis au service actif le 25 avril 1964. Elle est désarmée le 31 janvier 1987 et coulée comme cible en mer du Nord le 21 juillet 1988.

-La HMS Arethusa (F-38) est mise sur cale aux chantiers navals J. Samuel White Company de Cowes (Ile de Wight) le 7 septembre 1962 lancé le 5 novembre 1963 et admis au service actif le 24 novembre 1965. Elle est désarmée le 4 avril 1989 à Portsmouth avant d'être coulée comme cible en 1991.

-La HMS Naïad (F-39) est mise sur cale aux chantiers navals Yarrow de Glasgow le 30 octobre 1962 lancé le 4 novembre 1963 et admis au service actif le 17 mars 1965. Elle est désarmée en avril 1987. Après avoir été utilisé pour des tests d'armement, elle est coulée comme cible en septembre 1990.


La HMS Cleopatra après sa refonte Exocet

-La HMS Cleopatra (F-28) est mise sur cale à l'Arsenal de Devonport le 19 juin 1963 lancé le 25 mars 1964 et admis au service actif le 4 janvier 1966. Après vingt-six années de service, la frégate Cleopatra est désarmée le 31 janvier 1992 puis vendue à la démolition en 1993.

-La HMS Phoebe (F-42) est mise sur cale aux chantiers navals Vickers-Armstrongs installés à Newcastle-on-Tyne le 25 juillet 1963 lancée le 19 décembre 1964 et admise au service actif le 15 mai 1966. Elle est désarmée le 14 février 1991 et vendue à la démolition en 1992.

-La HMS Minerva (F-45) est mise sur cale aux chantiers navals Vickers-Armstrongs de Newcastle-on-Tyne le 25 juillet 1963 lancé le 19 décembre 1964 et admise au service actif le 14 mai 1966. Après une carrière de plus de 25 ans, la vénérable frégate est désarmée en mars 1992 puis vendue à la démolition l'année suivante.

-La HMS Sirius (F-40) est mise sur cale à l'Arsenal de Portsmouth le 9 août 1963 lancé le 22 septembre 1964 et admis au service actif le 15 juin 1966. Elle est désarmée le 27 février 1993 puis remorqué à l'Arsenal de Pembroke pour être préparé à son sort final, celui de récif artificiel. En raison de protestations des écologistes, l'immersion n'eut lieu qu'en 1998 après le tir de torpilles par le sous-marin Spartan.

-La HMS Juno (F-52) est mise sur cale aux chantiers Vosper Thornycroft de Woolston (Hampshire) le 16 juillet 1964 lancée le 24 novembre 1965 et admis au service actif le 18 juillet 1967. Mise en réserve ne 1981, elle est utilisée comme navire-école jusqu'en novembre 1992 date de son désarmement, sa vente à la démolition intervenant en 1994.

-La HMS Argonaut (F-56) est mise sur cale aux chantiers navals Hawthorn Leslie & Company de Hebburn le 27 novembre 1964 lancée le 8 février 1966 et admis au service actif le 17 août 1967. L'Argonaut à été désarmée le 31 mars 1993 puis vendue à la démolition en 1995.

-La HMS Danae (F-47) est mise sur cale à l'Arsenal de Devonport le 16 décembre 1964 lancée le 31 octobre 1965 et admise au service actif le 10 octobre 1967. Désarmée en 1991, elle est vendue à la marine équatorienne où elle est rebaptisée Moran Valverde. Elle à été désarmée en octobre 2008 puis vendue à la démolition, remplacée au sein de la marine sud-américaine par d'anciennes Leander ayant appartenu à la marine chilienne.

-La HMS Charybdis (F-75) est mise sur cale aux chantiers navals Harland & Wolff de Belfast le 27 janvier 1967 lancée le 28 février 1968 et admis au service actif le 2 juin 1969. Elle est désarmée le 30 septembre 1991 et coulée comme cible le 11 juin 1993.

-La HMS Hermione (F-58) est mise sur cale aux chantiers navals Alexander Stephen & Sons de Glasgow le 6 décembre 1965 lancée le 26 avril 1967 et admise au service actif le 11 juillet 1969. Désarmée le 30 juin 1992, l'HMS Hermione à été vendue à la démolition à un chantier indien en 1997 et promptement démantelée.


La HMS Jupiter refondue Sea Wolf

-La HMS Jupiter (F-60)est mise sur cale aux chantiers navals Yarrow de Scotsoun près de Glasgow le 3 octobre 1966 lancée le 4 septembre 1967 et admis au service actif le 9 août 1969. Désarmée le 22 avril 1992, elle est vendue à la démolition en 1997 et démantelée à Alang (Inde).

-La HMS Bacchante (F-69) est mise sur cale aux chantiers navals Vickers-Armstrongs de Newcastle-on-Tyne le 27 octobre 1966 lancée le 29 février 1968 et admis au service actif le 17 octobre 1969.

Désarmée en 1982 à son retour des Malouines, elle est vendue à la marine néo-zélandaise en 1987 et rebaptisée Wellington. Elle à servit dans cette marine jusqu'en 2000 puis est océanisée le 13 novembre 2005 dans le détroit de Cook à 800m d'Island Bay, un quartier de Wellington.

-La HMS Andromeda (F-57) est mise sur cale à l'Arsenal de Portsmouth le 25 mai 1966 lancée le 24 mai 1967 et admise au service actif le 2 décembre 1968.

Désarmée en juin 1993, l'Andromeda est vendue en avril 1995 à la marine indienne qui la remet en service comme navire-école le 28 août 1995 sous le nom d'INS Krishna. L'armement à été allégé avec deux canons de 40mm et deux canons de 20mm. Elle à été désarmée le 24 mai 2012.

-La HMS Scylla (F-71) est mise sur cale à l'Arsenal de Devonport le 17 mai 1967 lancée le 8 août 1968 et admise au service actif le 12 février 1970. Désarmée en décembre 1993, dernière frégate de classe Leander survivante, elle est océanisée en baie de Whitsand (Cornouailles) pour former un recif artificiel à -24m et donc accessible aux plongeurs en 2004.

-La HMS Achilles (F-12) est mise sur cale aux chantiers navals Yarrow de Glasgow le 1er décembre 1967 lancée le 21 novembre 1968 et admise au service actif le 9 juillet 1970.

Désarmée en janvier 1990, la frégate est vendue à la marine chilienne où elle rebaptisée Ministro Zenteno où elle servit jusqu'en 2006. En réserve, l'ancienne frégate fût sérieusement endommagée le 27 février 2010 par le tremblement de terre et le tsunami. La marine chilienne prit la décision de l'océaniser ce qui est fait en mars 2010.

-La HMS Diomède (F-16) est mise sur cale aux chantiers navals Yarrow de Glasgow le 30 janvier 1968 lancée le 15 avril 1969 et admise au service actif le 2 avril 1971. Désarmée le 31 mai 1988, elle est vendue à la marine pakistanaise, elle fût remise en service en juillet 1988 sous le nom de PNS Shamsher. Elle à été désarmée entre 2004 et 2006 puis démolie.

-La HMS Apollo (F-70) est mise sur cale aux chantiers Yarrow de Glasgow le 1er mai 1969 lancée le 15 octobre 1970 et admise au service actif le 28 mai 1972.

Désarmée le 31 août 1988, elle est aussitôt vendue à la marine pakistanaise où elle est rebaptisée Zulfiqar. Désarmée à nouveau le 29 octobre 2006, elle à rejoint Neptune le 12 mars 2010 après avoir encaissé missiles et torpilles lancées par une frégate type F-22P, des P-3C et un Agosta 90B.

-La HMS Ariadne (F-72) est mise sur cale aux chantiers navals Yarrow de Glasgow le 1er novembre 1969 lancée le 10 septembre 1971 et admis au service actif le 10 février 1973.

Désarmée en mai 1992, la frégate est vendue à la marine chilienne qui la remet en service sous le nom de General Baquedano, l'ancienne Ariadne servant sous ce nouveau nom et ses nouvelles couleurs jusqu'en décembre 1998 quand elle est désarmée avant d'être coulée comme cible en 2004.


Le HMS Achilles

Caractéristiques Techniques de la classe Leander (Royal Navy)

Déplacement : standard 2268 tonnes (plus tard 2531 tonnes) pleine charge 2687 tonnes ( plus tard 2294 tonnes )

Dimensions : longueur hors tout 113.4m largeur 13.1m tirant d'eau 4.5m

Propulsion : turbines à engrenages alimentées en vapeur par deux chaudières Babcock & Wilcox dévellopant 30000ch entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 27 noeuds distance franchissable 4600 miles nautiques à 15 noeuds

Electronique : un radar de veille aérienne type 965, un radar de veille aérienne basse altitude type 992Q, radar de conduite de tir type 903, radars de navigation type 974 et 978, sonars type 162,184 et 199 et plus tard un sonar remorqué type 2031

Armement : (initial) une tourelle double de 114mm Mark 6, un lanceur quadruple Sea Cat, deux canons de 20mm en affûts simples et un mortier ASM Limbo.

Les navires ayant été refondus Ikara (Leander Ajax Galatea Aurora Naiad Euryalus Arethusa Dido ) disposait d'un lanceur ASM Ikara, de deux lanceurs quadruples Sea Cat, deux canons de 40mm, deux plate-formes triples lance-torpilles de 324mm pour torpilles Mk 46 puis Sting Ray et un mortier Limbo Mk10.

Les Cleopatra Phoebe Sirius Minerve Argonaut Danae Penelope disposaient après leur refonte de quatre missiles MM38 Exocet, de trois lanceurs quadruples Sea Cat, de deux canons de 40mm et deux plate-formes triples lance-torpilles de 324mm

Les Andromeda Charybdis Jupiter Hermione Scylla sont armées après leur refonte de quatre missiles MM38 Exocet, d'un affût sextuple GWS.25 pour trente missiles Sea Wolf, de deux canons de 20mm Oerlikon et deux plate-formes triples lance-torpilles de 324mm.

Aviation : plate-forme et hangar pour un Westland Wasp. Les frégates refondues Exocet et Sea Wolf ont remplacé leur Wasp par un Westland Lynx.

Equipage : 260 officiers et marins


Des frégates privées

Les frégates type Alvand de la marine impériale iranienne inspirèrent la conception des type 21

Au milieu des années soixante, la Royal Navy songea sérieusement à remplacer ses frégates de classe Léopard et de classe Salisbury. Traditionnellement, c'est le «bureau des navires» (Ship Department) du ministère de la défense basé à Bath qui s'occupait du design des navires quitte à les faire construire dans les chantiers privés, les arsenaux cessant de construire des navires après la classe Leander.

Les chantiers navals privés proposèrent leurs services, estimant que le bureau des navires se contentaient de design conservateurs alors que «l'industrie» (comme on disait en France avant le second conflit mondial) proposeraient des design novateurs avec un prix compétitif, important en ces temps de disette budgétaire pour une Royal Navy qui devait se serrer la ceinture. Vosper Thorneycroft se faisait fort de livrer une frégate à 3.5 millions de livres pièces contre 5 millions pour les Leander.

Outre les restrictions budgétaires, le choix d'une frégate économique ouvrait la possibilité de l'exporter vers des marchés traditionnels pour l'industrie navale britannique notamment l'Amérique du Sud et l'Océanie.

Cette orientation ne plaisait pas à l'Amirauté qui aurait préféré continuer la construction ou le développement des Leander qui donnaient toute satisfaction. Vosper Thornycroft venait de vendre à l'Iran du Shah quatre frégates type Mk5, des navires de 1250 tonnes, filant à 39 noeuds avec pour armement un canon de 114mm, des missiles Sea Cat et Sea Killer, un mortier ASM Mk10 Limbo et des pièces légères.

Vosper qui travaillait en même temps sur une Mk7 destinée à la Libye proposa un navire dérivé de ce projet _finalisé en 1968_ (qui ne déboucha sur aucune commande) avec un nouveau canon de 114mm, des capacités aéronautiques (un hélicoptère Wasp), des missiles antinavires et des missiles Sea Cat. Sa vitesse maximale est de 37 noeuds et sa distance franchissable de 6000 miles nautiques.

Vosper-Thornycroft et Yarrow s'allièrent pour dessiner un navire inspiré donc des Mk5 iraniennes et des mort-nées Mk7 lybiennes, des navires aux lignes sobres et élégantes ce qui leur valut le surnom de Porsches qui détonnèrent par rapport à la lourdeur des Leander.

A noter que ce design fût partiellement financé par l'Australie, la Royal Australian Navy prévoyant d'acquérir cinq Type 21 dans ces chantiers mais l'arrivée des travaillistes au pouvoir en 1972 provoqua l'annulation du programme.

En dépit d'efforts pour exporter le navire en.......Argentine et au Pakistan (version allongée avec lanceurs verticaux pour Sea Wolf), le type 21 ne fût finalement utilisé que par la Grande Bretagne puis par le Pakistan pour une deuxième vie qui se poursuit encore aujourd'hui.

Ces navires étaient innovants à plus d'un titre avec une propulsion entièrement composée de turbines à gaz avec le système COGOG (Combined Gas or Gas) avec des TG Tyne de 4950ch pour la marche de croisière et des TG Olympus de 25000ch pour la marche de combat.

En plus d'être une conception 100% privée, ces navires utilisaient des superstructures en aluminium dans le but de sauver du poids au détriment de la sécurité incendie comme les britanniques en feront l'amère expérience. Assez automatisées, elle permettait une réduction de l'équipage à 200 hommes contre 223 pour les Leander et 253 pour les Tribal.

Au final, huit de ces navires allaient être construits pour la marine britannique.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FREGATES MULTIRÔLES CLASSE AMAZON (TYPE 21)   Dim 30 Déc 2012, 21:23

HISTORIQUE

HMS Amazon (F-169)

Présentation

La frégate Amazon naviguant de concert avec l'Antelope

-La frégate HMS Amazon à été mise sur cale aux chantiers Vosper Thornycroft de Southampton le 6 novembre 1969 lancée le 26 avril 1971 et mise en service le 11 mai 1974.

La première frégate type 21 porte le nom d'une redoutable tribue de femmes guerrières dont le berceau est localisé le plus souvent dans le Caucase. Elles se coupaient disaient-on le sein droit pour mieux tirer à l'arc.

La F-169 est le neuvième navire de la Royal Navy à porter ce nom après une frégate française capturé la Panthère armée de vingt-six canons qui servit sous son nouveau pavillon de 1745 à 1763, une autre frégate de 32 canons servant de 1733 à 1794, une troisième frégate de 36 canons lancée en 1795 et perdue par échouage en 1797, une frégate de 38 canons lancée en 1799 et démolie en 1817, une frégate de 46 canons en service de 1821 à 1863, un sloop à hélice lancé en 1865 et perdu suite à une collision le 10 juillet 1866, un destroyer de classe Tribal en service de 1908 à 1919 et un destroyer de classe Amazon lancée en 1926 et démolit en 1948.


Le destroyer HMS Amazon

Carrière opérationnelle

En service, l'Amazon fit assez peu parler de lui sauf à l'insu de son plein gré comme en 1977 quand elle est victime d'un incendie au Moyen Orient, incendie qui met en lumière la vulnérabilité des superstructures en aluminium, vulnérabilité que les britanniques allaient payer cher cinq ans plus tard aux Malouines.

A la différence de ses sept sister-ships, l'Amazone participa pas à l'opération Corporate, étant à l'époque déployée au Moyen Orient.

L'Amazon est désarmée le 30 septembre 1993 et vendue le même jour à la marine pakistanaise où il est rebaptisé Babur avec le 182 comme numéro de coque. L'achat de ces frégates par le Pakistan s'expliquant par la restitution des frégates type Brooke et Garcia aux Etats Unis.

Transférée sans Exocet ni Sea Cat, elle à depuis reçu des Harpoon et un Phalanx ainsi que des tubes lance-torpilles. L'hélicoptère embarqué est soit une Alouette III ou un Lynx et est toujours en service en 2012.


La PNS Babur (D-182) ex-HMS Amazon engagé dans la CTF-150 en 2004


Le HMS Antelope (F-170)


La frégate HMS Antelope à la mer

Présentation

-Le HMS Antelope (F-170) est mise sur cale aux chantiers Vosper-Thornycroft de Woolston près de Southampton le 23 mars 1971 lancé le 16 mars 1972 et mise en service le 19 juillet 1975.

La deuxième frégate de classe Amazon est le douzième navire de la Royal Navy à porter le nom de ce mamifère ruminant typique de la savane africaine. Elle succède à une galleasse (1546-1649), une frégate de 56 canons (1651-52), une frégate de 40 canons (1653-1693), un navire de de 54 canons (1703-1783), un sloop (1784-85), un brick (1793-1830), un navire de 50 canons (1802-45), un schooner de 14 canons acquis en 1808 et démoli en 1814, un sloop (1846-83), une canonnière (1893-19) et un destroyer type A lancé en 1929 et vendu à la démolition en 1946.


Le destroyer HMS Antelope type A

Funestes Malouines


En 1764, Bougainville occupe ces îles représentant environ 12000 kilomètres carrées, des îles baptisées Malouines car les marins enmenés dans l'occupation venaient de la cité corsaire.

La domination française est de courte durée car en 1767 l'Espagne au nom du traité de Tordesillas réclame ses îles qui deviennent les Malvinas en 1767. Les britanniques sont déjà présents mais sous la orme d'un comptoir établit en 1771 et fermé en 1773.

En 1819, l'Argentine nouvellement indépendante, se réclamant de l'héritage colonial espagnol occupe les Malvinas jusqu'en 1833 quand les argentins sont chassés par les britanniques, les Malvinas devenant les Falklands du nom d'un premier lord de l'amirauté.

L'Argentine ne va jamais cesser de réclamer le retour dans le giron argentine de ces deux îles, les écoliers argentins apprennant à l'école que ces îles appartiennent légitimement à la mère patrie.

Côté britannique, la situation stratégique des Falklands à beaucoup diminué avec la fin de l'alimentation en charbon qui justifiait la présence d'une station de charbonnage à Port Stanley. Les ressources sont faibles (élévage du mouton) ou trop incertaines pour être exploitées (pétrole).

Ces îles coutent très chères à Londres et la Grande Bretagne s'en serait sans doute débarrassées depuis longtemps si il n'y avait pas eu la farouche opposition des kelpers, les habitants des Malouines, de farouches sujets de sa Gracieuse Majesté.

L'Argentine parle de guerre mais la Grande Bretagne ne voit pas la menace, parlant de désarmer le patrouilleur antarctique HMS Endurance et ne renforçant pas la petite garnison de Royal Marines installée à Port Stanley sur l'île de West Falkland.

Le 2 avril 1982, les argentins déclenchent l'opération Rosario qui voit le débarquement de 4800 hommes qui se heurtent à une résistance symbolique de la petite garnison de Royal Marines qui déposent bientôt les armes.

Les argentins s'attendent à une protestation diplomatique de Londres mais le Lion britannique va montrer qu'il à encore des griffes. Les photos des Royal Marines mains en l'air sous la menace des argentins, les photos des bérets verts allongés, mains sur la nuque ulcèrent l'opinion publique britannique et la «Dame de Fer», le premier ministre Margareth Tatcher qui voit là l'occasion de se refaire une popularité politique.

Aussitôt est lancée l'opération Corporate, une opération de reconquête des îles Malouines, une guerre de 73 jours du 2 avril au 14 juin 1982.

Si à terre, les combats vont vite tourner à l'avantage des britanniques et si dans les airs les Harrier vont se montrer supérieur aux Mirage III, en mer les britanniques vont méchament déguster moins sous les coups de la marine argentine que sous les coups de l'aviation et de l'aéronavale argentine qui vont se montrer diablement adroits.

Le 21 mai, les britanniques débarquent en baie de San Carlos sur la côte orientale de l'île occidentale des Malouines. Les argentins sont surpris eux qui s'attendaient à un débarquement directement à Port Stanley mais vont vite se resaissir en lançant Dagger, Mirage III et Skyhawk contre la flotte mouillé en baie de San Carlos.

Les raids vont être incessants mettant à rude épreuve la défense antiaérienne britannique composée de missiles Sea Cat, Sea Dart, Sea Wolf, de Rapier basés à terre et de canons de petits calibres, une défense en apparence puissante mais la présence des montagnes entourant la baie de San Carlos gêne la détection.

Le 23 mai 1982, la frégate HMS Antelope est à l'entrée de la baie de San Carlos en mission de défense aérienne de la tête de pont, deux jours après le débarquement des Marines et des paras.

A 14h, deux Skyhawk de la marine argentine visent la frégate. Un Rapier ou un Sea Wolf de la frégate HMS Broadsword (type 22) abat un premier appareil, le second manquant sa cible.

D'autres appareils sont attirés par la frégate, quatre Skyhawk choisissent l'Antelope comme cible et si les trois premiers ratent le coche, le quatrième prend tout les risques, descendant si bas que l'avion du lieutenant Filipini heurte le mat radar, se plie en deux puis se désintègre à la surface de la mer.


L'Antelope incendiée


L'une des deux bombes de 500 livres (227kg) passe à travers le bâtiment sans exploser, déclenchant un incendie qui est vite maitrisé. La deuxième bombe pénétre dans la salle des machines elle aussi sans exploser.

Avec une bombe amorcée à bord, l'Antelope doit quitter la zone de combat, pénétrant dans la baie de San Carlos telle une bête blessée. L'équipage est regroupé sur le pont supérieur pendant que deux démineurs du Royal Engineers, le sergent James Prescott et le sous-officier Phillips s'occupent du désamorçage.

Par deux fois Prescott enlève et remet la fusée, doutant de la stabilité de la bombe. Alors qu'il est entrain de l'extraire pour la troisième fois, la bombe explose. Prescott est tué et Phillips à la bras arraché.

L'explosion dans un endroit aussi sensible déclenche incendie d'une telle violence qu'il dépasse rapidement les sauveteurs. L'ordre d'évacuation est donnée, évacuation qui se passe dans le plus grand calme.


L'Antelope explosa et l'Antelope coula


Dix minutes après l'explosion, une autre explosion survenue dans le stock des missiles condamne la frégate qui va brûler toute la nuit avant de se casser en deux au petit matin et rejoindre les fonds de la baie de San Carlos.

Le 27 janvier 2002, des plongeurs de la frégate HMS Montrose remet en place la Naval Ensign sur la frégate. Toute plongée y est interdite au titre du Falkland Islands Protection of Wrecks Act.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FREGATES MULTIRÔLES CLASSE AMAZON (TYPE 21)   Dim 30 Déc 2012, 21:36

La HMS Active (F-171)

La HMS Active

Présentation

-Le HMS Active est mis sur cale aux chantiers Vosper-Thornycroft de Woolston le 23 juillet 1971 lancée le 23 novembre 1972 et mise en service le 19 juillet 1977.

La troisième frégate de type 21 est le douzième navire de la Royal Navy à porter ce nom ou sa variante Actif après un navire de 28 canons (1758-capturé par les français en 1778), un sloop de 14 canons (1776-capturé par un corsaire américain en 1780), un cutter de 12 canons (1779 capturé la même année par la France), un navire de 32 canons lancé en 1780 et perdu en 1796, un sloop de 1782 au sort final inconnu, un brick français de dix canons capturé en 1794 mais perdu par échouage la même année, un navire de 38 canons lancé en 1799 et démoli en 1860, un navire de 36 canons lancé en 1845 et démoli en 1908, une corvette lancée en 1869 et vendue en 1906, un croiseur éclaireur en service en 1911 et démoli dès 1920 et un destroyer de type A lancé en 1928 et démoli en 1947.


Le destroyer HMS Active

Carrière opérationnelle


Première frégate de sa classe à recevoir des Exocer, l'Active participa comme six autres de ses sister-ships à la guerre des Malouines. Il ne subit aucune perte, participant à la bataille du Mont Tumbledown en appuyant les gardes écossais du 2nd Scots Guards Regiment engagés contre le 5ème bataillon d'infanterie de marine.

Suite au conflit des Malouines, ces petites frégates très appréciées de l'équipage pour leur confort et leur facilité d'utilisation connurent des problèmes structurels ce qui obligea la marine à renforcer les points faibles de la structure à l'aide de plaques d'acier.

Désarmée le 23 septembre 1994, elle est transférée le même jour à la marine pakistanaise où elle sort toujours en 2012 sous le nom de Shah Jahan. Transférée sans Exocet, elle à perdu également ses Sea Cat remplacés par des missiles antiaériens LY-60N de conception chinoise. Un radar néerlandais DA-08 à remplacé le type 992, des lance-leurres SRBOC et des canons légers installés.


Le PNS Shah Jahan ex-HMS Active

L'HMS Ambuscade (F-172)

La frégate HMS Ambuscade

Présentation

Lancement de la frégate Ambuscade

-La frégate HMS Ambuscade est mise sur cale aux chantiers Yarrow installés à Glasgow le 1er septembre 1971, lancé le 18 janvier 1973 et mise en service le 5 septembre 1975.

La quatrième frégate de classe Amazone est le huitième navire de la Royal Navy à porter ce nom après un navire français de 40 canons capturé en 1746 et utilisé jusqu'à sa vente à la démolition en 1762; une frégate de 32 canons de 1773 capturée par les français en 1798, reprise en 1803 et démolie en 1810; une frégate française de 40 canons capturée en 1799 et démolie en 1811; une autre frégate française de 38 canons appelée la Pomone capturée en 1811 mais démolie en 1812.

Le sixième navire portant ce nom est un destroyer de classe Acasta lancé en 1913 et vendu à la démolition en 1921 après avoir participé au premier conflit mondial alors que le septième est un destroyer, un prototype des futurs «Fleet Destroyers» type A-I de la royal Navy lancé en 1926, participant au second conflit mondial avant d'être démoli en 1946.

Carrière opérationnelle

La frégate Ambuscade à la mer

Comme six de ses soeurs, la frégate Ambuscade participe à la guerre des Malouines arrivant sur zone le 18 mai 1982, assurant des missions d'appui-feu et de couverture de la Task Force appuyant la progression des troupes britanniques au sol.

La frégate en ressort intact mais les rigueurs de Dame Nature dans l'Atlantique Sud ont fait des dégâts, des faiblesses structurelles doivent être corrigées tout comme tous les autres navires du type 21.

En 1983, alors déployée dans l'Océan Indien, la HMS Ambuscade entre en collision avec le croiseur USS Dale (DLG-19) obligeant la frégate à passer six semaines en réparation à Bombay, une nouvelle proue étant construite et installée.

Un an plus tard, le 8 juin 1984, la frégate porta assistance en mer du Nord au schooner Stena of Sitoo qui venait de heurter un objet immergé qui avait fait un trou sous la flottaison.

Désarmée le 28 juillet 1993, elle est vendue à la marine pakistanaise le même jour où elle sert toujours en 2012 sous le nom de PNS Tariq.


La frégate HMS Ambuscade

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FREGATES MULTIRÔLES CLASSE AMAZON (TYPE 21)   Dim 30 Déc 2012, 21:46

L'HMS Arrow (F-173)

Présentation

La frégate HMS Arrow

-Le HMS Arrow (F-173) est mis sur cale aux chantiers Yarrow de Glasgow le 28 septembre 1972 lancé le 5 février 1974 et mis en service le 28 juillet 1976.

La cinquième frégate de classse Amazon est le septième navire de la Royal Navy à porter le nom de ce projectile si habilement utilisé par la «perfilde albion» à Crecy et à Azincourt.

Elle succède à un sloop de 20 canons acquis en 1796 mais capturé par les français en 1805, un cutter de 14 canons lancé en 1805, converti en brise-lames en 1815 et démoli en 1828, un cutter de dix canons en service de 1823 à 1852, un ravitailleur à roues à aube lancé en 1854 mais vendu dès 1862, un cannonière en fer en service de 1871 à 1922 et enfin un destroyer de type A lancé en 1929 et irrémédiablement endommagé par l'explosion d'un ravitailleur de munitions à Algers en 1944, l'épave étant démolie en mai 1949.

Carrière opérationnelle


Comme sept des huit frégates type 21, l'Arrow participe au conflit des Malouines, étant le premier navire britannique à ouvrir le feu. En effet le 1er mai 1982, l'Arrow accompagnée du destroyer Glamorgan (classe County) et de son sister-ship Alacrity bombardent port Stanley après avoir assuré l'escorte de navires transportant le corps expéditionnaire britannique.

Le bombardement entraina l'arrivée sur zone d'avions argentins et notamment des IAI Dagger (version israélienne du Mirage III) qui attaquèrent les trois navires à la bombe et au canon, l'Arrow étant endommagée par plusieurs obus de 30mm.

Trois jours plus tard, le 4 mai 1982, il porta assistance au destroyer Sheffield endommagé par un missile Exocet tiré par un Super Etendard. Pour sa bravoure, le Commander Paul Bootherstone, commandant de l'Arrow reçut la Distinguished Service Cross. Un mois plus tard, le 8 juin, l'Arrow joua à nouveau le rôle de Saint Bernard en aidant la frégate Plymouth (classe Rothesay) à éteindre l'incendie causé par l'impact de quatre bombes qui fort heureusement n'explosèrent pas.

Bien que seulement endommagé, les argentins prétendirent l'avoir coulé, un Mirage 5 portant sa silhouette trente-deux après cette prétendue destruction.

L'Arrow participa ensuite aux combats de Goose Green en appuyant la progression du 2 Para qui bénéficièrent d'un tir de barrage nourri du canon de 114mm de la frégate sur les positions argentines occupées par le 12ème régiment d'infanterie et une compagnie du 25ème régiment soit le double des effectifs britanniques alors qu'un assaut frontal nécessite pour l'assaillant des effectifs deux à trois supérieurs à ceux du défenseur.

Le conflit terminé, l'Arrow regagna la Grande Bretagne où un certain nombre de faiblesses structurelles sont relevées nécessitant des travaux tout comme sur les sept autres navires du type 21.

Désarmée le 1er mars 1994, la frégate est transférée au Pakistan le même jour où elle est rebaptisée PNS Khaibar servant sans Exocet alors que le système Sea Cat _déjà obsolète aux Malouines_ ne fait pas de vieux os. Les Exocet sont remplacés par des Harpoon et un Phalanx remplace avantageusement le Sea Cat. Des leurres ont été embarqués. Elle est toujours en service en 2012.


Le PNS Khaïbar ex-HMS Arrow

L'HMS Alacrity (F-174)

Présentation

La HMS Alacrity

-La HMS Alacrity (F-174) est mise sur cale aux chantiers Yarrow de Glasgow le 5 mars 1973 lancée le 18 septembre 1974 et mise en service le 2 juillet 1977.

La sixième frégate du type 21 est le neuvième navire de la Royal Navy à porter ce nom succédant à un sloop de 18 canons lancé en 1806 et capturé par les français en 1811; un sloop de 10 canons lancé en 1818 et vendu en 1835, un sloop à hélices lancé ne 1856 mais vendu dès 1864, un navire marchand acheté en 1872 et vendu en 1882, un croiseur de troisième classe de classe Surprise lancé en 1885 et vendu en 1913, un autre croiseur de troisième classe de classe Surprise, le HMS Surprise rebaptisé Alacrity en 1913 et vendu à la démolition en 1919, un yacht réquisitionné en 1918, mise en service en 1919 et rendu à son propriétaire en 1922 et enfin un sloop du type Black Swan modifié lancé en 1944 et démoli en 1956.


Le sloop type Black Swan modifié Alacrity

Carrière opérationnelle


Comme toutes les autres frégates de sa classe (sauf la frégate éponyme, la HMS Amazon), elle participa à la guerre des Malouines, bombardant Port Stanley le 1er mai en compagnie de son sister-ship Arrow et du destroyer Glamorgan, étant à ce moment là légèrement endommagé par une bombe argentine.

Dans la nuit du 10 au 11 mai, la frégate Alacrity naviguait dans le Falkland Sound entre les deux îles des Falkland pour identifier des lieux de débarquement et d'éventuels champs de mines argentins.

Le radar de la frégate repéra un navire qui ne répondit pas à l'interrogation IFF entrainant l'ouverture de la frégate qui détruisit le navire suspect au canon de 114mm. Plus tard, on appris qu'il s'agissait du caboteur argentin Islas de los Estados qui transportait du matériel et du carburant aviation.

Le lendemain 11 mai, l'Alacrity tout comme l'Arrow furent attaquées par le sous-marin San Luis qui tira deux torpilles mais les deux torpilles manquèrent leur cible sans qu'apparemment les britanniques y soient pour quelque chose.

Le 25 mai 1982, la frégate escortait l'Atlantic Conveyor quand il est touché par deux Exocet et ravagé par un incendie combattu par la frégate qui évacua les survivants avant le naufrage du navire survenu le 30 mai 1982.

Désarmée le 1er mars 1994, elle est transférée le même jour à la marine pakistanaise où elle est rebaptisée Badr. Transférée sans Exocet mais avec ses Sea Cat onsolètes, elle reçut des missiles chinois LY60N, un radar DA-08 à la place du type 992, des leurres SRBOC et des canons légers, les Sea Cat étant débarqués peu après leur transfert au Pakistan obsolescence oblige. La frégate est encore en service en 2012.


Le PNS Badr (D-184) en compagnie du USS Wasp (LHD-1)

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FREGATES MULTIRÔLES CLASSE AMAZON (TYPE 21)   Dim 30 Déc 2012, 21:59

Le HMS Ardent (F-184)

Présentation

La frégate HMS Ardent

-L'HMS Ardent est mise sur cale aux chantiers Yarrow de Glasgow le 26 février 1974 lancé le 9 mai 1975 et mise en service le 13 octobre 1977.

La septième frégate de classe Amazon est le huitième navire à porter ce nom dans la Royal Navy, dix en comptant les navires prévus mais nom mis en service.

La F-184 succède ainsi à un navire de ligne armé de 64 canons lancé en 1764, capturé par les français en 1779 mais recapturé en 1782 où il est rebaptisé Tiger (vendu en 1784); un navire de ligne armé de 64 canons lancé en 1782 et perdu par explosion au large de la Corse en 1794; un navire de ligne armé de 64 canons lancé en 1796 et démoli en 1824; un sloop à hélice lancé en 1841 et démoli en 1865.

Le suivant aurait du être un autre sloop qui est rebaptisé avant son lancement survenu en 1843 et le cinquième Ardent fût finalement un destroyer lancé en 1894 et démoli en 1911; un destroyer de classe Acasta (type K) lancé en 1913 et coulé lors de la bataille du Jutland en 1916; un destroyer type A lancé en 1929 et perdu en 1940 est le septième navire à porter ce nom, le huitième aurait du être non pas la frégate type 21 mais un sous-marin de classe Amphion dont la construction fût annulée avant la mise sur cale.

Carrière opérationnelle

Le 19 avril 1982, l'Ardent appareille de Devonport pour participer à l'opération Corporate, la reconquête des Malouines. Il escorta les navires de transport et de soutien en direction de l'Atlantique, arrivant sur l'île d'Ascension le 3 mai et en répartant le 7 mai au matin.

Le 9 mai 1982, à 700 miles au sud-ouest d'Ascension, la frégate escortant le paquebot Canberra effectua une démonstration de tir au profit des troupes embarquées à bord du paquebot de la Peninsular & Oriental (P&O).

Le 21 mai est déclenchée l'opération Sutton, le débarquement amphibie en baie de San Carlos. La frégate HMS Ardent est déployé dans le Grantham Sound menant à Goose green, la mission de la frégate étant de bombarder la garnison et de neutraliser sur l'aérodrome de Goose Green, les Pucara redoutables avions d'attaque au sol.

Le tir très précis de la frégate attire sur lui les chaleureuses attentions de la Fuerza Aera Argentina pendant plus de six heures.

A 8.45, un premier raid mené par six IAI Dagger en reconnaissance armée attaqua la frégate qui en ressortit miraculeusement indemne.

A 11.30, un Skyhawk attaque la frégate qui lui présente sa poupe, lui permettant d'échapper aux bombes de 454kg lancé par le petit avion d'attaque.

A 14.30, l'Ardent reçoit l'ordre de cesser le tir et de rejoindre une position plus septentrionnale au centre du Falkland Sound pour faire barrage à toute attaque venant du sud.

Ce changement de position attire l'attention de trois Dagger qui touche la frégate avec deux bombes de 500 livres qui neutralisent tout l'armement antiaérien et provoque le départ d'une multitude d'incendie qui débordent les équipes de secours.

Le commandant du navire ordonne de rallier la baie de San Carlos, mieux protégée mais tout n'est pas terminé.

A 15.10, des Skyhawk appartenant à l'Armada attaquent l'Ardent. Cette fois-ci la blessure est mortelle pour la petite frégate qui à encaissé un total de neuf projectiles dont deux n'ont pas explosé, provoquant la mort de 22 menbres d'équipage alors que la frégate est devenue une annexe de l'enfer.

L'ordre d'évacuation est donné, la frégate Yarmouth se met à couple pour évacuer l'équipage, des hélicoptères évacuant les blessés vers le Canberra. La carcasse de la frégate brûle toute la nuit avant de couler le lendemain matin au large de...........la pointe des Naufragés (Wreck Point).


La HMS Ardent mortellement touchée


L'HMS Avenger (F-185)

Présentation

-La HMS Avenger est mise sur cale aux chantiers Yarrow de Glasgow le 30 octobre 1974 lancée le 20 novembre 1975 et mise en service le 15 avril 1978.

La huitième frégate de classe Amazon est le neuvième navire de la Royal Navy à porter ce nom succédant ainsi à un sloop lancé en 1778 comme bâtiment feu, converti l'année suivante et vendu en 1783; un sloop français capturé en 1794 et vendu en 1802, un sloop ex-navire marchand acquis en 1803 et perdu par échouage peu après; un sloop de 18 canons ex-charbonnier acquis en 1804 et perdu par échouage en 1812, une frégate à hélices lancée en 1845 et perdu par échouage sur les côtes nord-aricaines en 1847, un croiseur auxiliaire torpillé le 14 juin 1917, un porte-avions d'escorte de classe Avenger coulé en 1942 et enfin un bâtiment de débarquement de chars, le LST-3011 rebaptisé Avenger en 1947 et vendu à la marine indienne en 1949.

Carrière opérationnelle

L'Avenger filant vers les Malouines

En 1981, la frégate Avenger devint le navire-amiral du 4th Frigate Squadron avant de participer l'année suivante à la guerre des Malouines.

Le 30 mai 1982, deux Super Etendard accompagnés de quatre Skyhawk se lancent à l'assaut de laTask Force dans le but de détruire un porte-aéronefs. Les Super Etendard une fois l'Exocet lancé font demi-tour, les Skyhawk de la FAA armés chacun de deux bombes de 227kg suivent le missile dans l'espoir d'achever l'Invincible ou la cible touchée par le missile français.

Alors que les petits avions d'attaque sont encore à douze kilomètres de l'objectif, un Skyhawk est abattu suivit à deux kilomètres de l'objectif par un deuxième appareil, les deux appareils ayant été abattus par des Sea Dart du HMS Exeter....... .

….....a moins que le canon de 114mm de l'Avenger n'ait détruit l'un des deux appareils tout comme il aurait abattu l'Exocet qui pour les argentins à touché l'Invincible ce que les britanniques ont nié avec la dernière énergie, le missile si il n'à pas été abattu par un coup chanceux de canon de 114mm aurait été leurré.

Néanmoins en septembre 1982, le HMS Hermes est revenu à Portsmouth dégoulinant de rouille après avoir été rincé à l'eau de mer moins une bande bien propre à babord qui aurait été fraichement repeinte.......... .

Soumis à de sérieux problèmes structuraux, la frégate Avenger rallie rapidement la Grande Bretagne pour recevoir des renforts metalliques.

Désarmée le 23 septembre 1994, l'Avenger est transférée au Pakistan le même jour où elle est rebaptisée Tippu Sultan, étant le troisième navire de la marine pakistanaise à porter ce nom après un ancien destroyer britannique, le HMS Onslow utilisé par la marine pakistanaise entre 1949 et 1979 et un destroyer ex-américain, le USS Damato (DD-871) utilisé entre 1980 et 1994. L'ex-Avenger est est toujours en service en 2012 formant avec ses sister-ships la 25ème flottille de destroyers.


Le PNS Tippu Sultan (185)

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FREGATES MULTIRÔLES CLASSE AMAZON (TYPE 21)   Dim 30 Déc 2012, 22:05

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES


Déplacement : standard 2750 tonnes pleine charge 3250 tonnes (2860 et 3360 tonnes après renforcement des structures)

Dimensions : longueur 117m largeur 12.70m tirant d'eau 6.20m

Propulsion : système COGOG (Combined Gas or Gas) avec pour la marche économique, deux turbines à gaz Rolls-Royce Tyne RM1A de 8500ch chacun et pour la marche au combat deux turbines à gaz Rolls-Royce Olympus TM3B de 50000ch, le tout entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 32 noeuds distance franchissable 1200 miles nautiques à 30 noeuds

Electronique : radar de navigation type 978, radar de veille combinée air/surface type 992Q, deux radars de conduite de tir RTN10X, sonar d'étave type 162M et sonar d'étrave type 184M, système de données de combat CAAIS, système ESM UAA-1 (sur certaines seulement), deux lance-leurres octuples Corvus et un bruiteur remorqué type 182.

Depuis le transfert sous pavillon pakistanais, l'électronique à évolué, certaines frégates recevant un DA-08 à la place du type 992Q, le type 978 de navigation à été remplacé par un type 1006 ou 1007, la conduite de tir est du type 912 ou LL-1


Tourelle de 114mm Mk8 sur la plage avant de cette frégate classe Amazon

Armement : un canon de 114mm (4.5 pouces) Vickers Mark 8 en tourelle avant, deux puis quatre canons de 20mm, un lanceur-quadruple pour missile Sea Cat, quatre missiles MM-38 Exocet et deux plate-formes triples lance-torpilles STWS-1 de 324mm pour torpilles Mk46 et Sting Ray.

La tourelle Mk8 pèse 26 tonnes avec une élévation en site allant de -10 à +53°, tirant 25 coups à la minute, la portée étant de 23km en tir antisurface et 6km en tir antiaérien.


Lanceur quadruple Sea Cat

Le missile Sea Cat pèse 68kg (18kg pour la seule charge militaire), mesurant 1.48m de long pour un diamètre de 0.22m et une envergure de 0.70m. Sa portée est de 500 à 5000m avec une vitesse maximale de Mach 0.8.

Le MM38 Exocet pèse 850kg (dont 165kg pour la charge militaire). Mesurant 5.80m de long pour un diamètre de 0.35m et une envergure de 1.13m, il à une vitesse maximale de Mach 1 et une portée maximale de 72km.

La torpille Mk46 avait une longueur de 2.59m, un diamètre de 324mm (12.75 pieds) et d'un poids de 235kg (dont 44.5kg). Elle pouvait parcourir 8000 yard (7.3km) à la vitesse de 28 noeuds (52km/h) et toucher une cible à 365m de profondeur.

La torpille Sting Ray mesure 2.6m de long, un diamètre de 324mm, un poids total de 267kg (45kg pour la seule charge militaire), une vitesse maximale de 45 noeuds, une portée maximale comprise entre 8 et 11km et une immersion maximale de 800m.

Le missile chinois LY-60 est une copie du missile italien Aspide. Long de 3.69m, d'un diamètre de 203mm et d'une envergure d'un mètre, il pèse 220kg dont 33kg de charge militaire avec une portée maximale de 12km et un plafond opérationnel de 18000 mètres

Aviation : plate-forme et hangar pour un Westland Lynx HAS Mk2 ou un Westland Wasp, les pakistanais embarquant sur ces frégates un Lynx ou une Alouette III.

Equipage : 177 officiers et marins

SOURCES

-Encyclopédie des Armes Tome 6 «Frégates modernes» p1401-20 (Classe Leander p1406-1407 et classe Amazon p1407 et Type 21 : échec aux malouines p1409 à 1412)

-Philippe Paitel La guerre des Malouines 2 avril-14 juin 1982

-Ressources internet diverses

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5103
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: FREGATES MULTIRÔLES CLASSE AMAZON (TYPE 21)   Lun 31 Déc 2012, 07:42

Remarquable photo de l'Antelope où l'on voit très bien l'orifice d'entrée de la bombe sur tribord dont la détonation à retardement causera la perte du bâtiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: FREGATES MULTIRÔLES CLASSE AMAZON (TYPE 21)   

Revenir en haut Aller en bas
 
FREGATES MULTIRÔLES CLASSE AMAZON (TYPE 21)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FREGATES MULTIRÔLES CLASSE AMAZON (TYPE 21)
» FREGATES MULTI-ROLES CLASSE AMAZON TYPE 21
» FREGATES MULTIRÔLES CLASSE YAVUZ (TYPE MEKO 200T)
» FREGATES ANTI-SOUS-MARINES CLASSE DUKE (TYPE 23)
» FREGATES MULTIRÔLES CLASSE BARBAROS (MEKO 200T TRACK II)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Europe :: Royaume uni-
Sauter vers: