AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 20:20

3-Carrière opérationnelle

Le Second conflit mondial

Le Wisconsin en juillet 1944

Après des essais et un entrainement de base en baie de Chesapeake, le Wisconsin quitte Norfolk le 7 juillet 1944 pour les Caraïbes, effectuant sa mise en condition opérationnelle au large de la colonie britannique de Trinidad. Ceci fait, il rentre à son chantier constructeur pour d'ultimes modifications avant d'entamer sa carrière opérationnelle.


Le USS Wisconsin à couple avec l'ex-cuirassé devenu ponton USS Oklahoma

Il quitte la côte est le 24 septembre 1944 et dès le 2 octobre, le Wisconsin traine ses hélices dans le Pacifique, achevant sa mise en condition dans les eaux hawaïennes. Il rallie alors les Carolines occidentales et plus précisémment Ulithi le 9 décembre 1944, étant placé sous la direction de l'amiral Halsey, commandant de la 3ème flotte.

Comme ses trois sister-ships, le cuirassé va assurer la protection rapprochée des porte-avions rapides de la TF 38 _appelée aussi Fast Carrier Task Force_ moins contre la flotte de surface japonaise que contre une aviation d'autant plus mordante que les kamikazes n'allaient pas tarder à faire leur apparition.


Le Wisconsin à l'hiver 1944-45

Le 18 décembre 1944 alors que la TF38 allait se ravitailler après une série de raids contre Manille, elle est prise dans un violent typhon, le typhon «Cobra» qui surpris les treize porte-avions, les huit cuirassés, les quinze croiseurs et la cinquantaine de destroyers à 300 miles à l'est de Luzon. Les navires furent rudement secoués, trois destroyers chavirèrent et coulèrent, un croiseur cinq porte-avions et trois autres destroyers étant sérieusement endommagés, 146 avions étant détruits sur trois porte-avions. Le bilan humain est lourd : 790 morts ou disparus et 80 blessés. Le Wisconsin est lui très légèrement endommagé et à seulement deux blessés.

Le USS Wisconsin va participer ensuite à l'occupation de l'île de Luzon qui commence le 9 janvier 1945 quand est déclenchée l'opération S-Day, le débarquement dans le Golfe de Lingayen au même endroit où les japonais avaient débarqué le 8 décembre 1941.

Sa participation recouvre une double réalité. En effet, la TF38 va à la fois pilonner les positions japonaises en appui des unités de la 7ème Armée débarquant dans cette région mais va également attaquer Formose et les Nansei Shoto _entre Kyushu et Taïwan_ pour étirer la défense japonaise et l'empêcher de concentrer ses moyens aux Phillipines.


Le Wisconsin vu depuis le pétrolier Taluga (AO-62)

Intégré au TG 38.2 du contre-amiral Bogan (également composé des porte-avions Lexington Hancock Hornet, du cuirassé New Jersey et des croiseurs légers Pasadena Astoria Wilkes-Barres et San Juan), le cuirassé Wisconsin va couvrir les porte-avions du TG 38.2 pour des raids contre Saigon et Cam Ranh le 12 janvier 1945 coulant 41 navires (dont le croiseur léger Lamotte-Picquet) et endommageant sérieusement les infrastructures portuaires et aéroportuaires.

Déjà bombardée les 3 et 4 janvier et le 9 janvier, Formose est à nouveau bombardé les 15 et 21 janvier. Durant le reste du mois de janvier, le Wisconsin couvrit les porte-avions qui attaquèrent Hong Kong, Canton, l'Ile de Hainan et Okinawa.

Le 10 février 1945, la TF38 devient la TF58 quand l'amiral Spruance relève l'amiral Halsey, la 3ème flotte devenant la 5ème flotte. Le Wisconsin reste intégré au TG 58.2 en compagnie de son sister-ship New Jersey pour protéger avec les croiseurs San Francisco et Boston les porte-avions Lexington Hancock (classe Essex) et San Jacinto (classe Independence).

Il va ainsi couvrir les porte-avions engagés dans les premiers raids menés par l'aviation embarquée contre le Japon depuis le raid Doolitle. Le 16 février, la TF 58 (16 porte-avions !) lance ses chasseurs bombardiers, ses avions torpilleurs et ses bombardiers en piqué contre les positions côtières et les aérodromes japonais. 177 avions sont détruits au sol et 322 en vol sans oublier les dégâts aux infrastructures aussi préjudiciables (voir plus) à l'effort de guerre.

Le lendemain, la TF58 et donc le Wisconsin va rallier Iwo Jima pour participer à l'opération Detachment, le débarquement amphibie sur Iwo Jima le 19 février. Il couvre ensuite les bombardements sur Tokyo le 25 février et puis généralement l'île d'Honshu, les avions de la TF58 coulant cinq navires et 158 avions.

La TF58 quitte le front le 5 mars pour rallier Ulithi pour ravitaillement, réparations et repos de l'équipage jusqu'au 14 mars quand il reprend la mer pour pilonner le territoire métropolitain japonais afin de couvrir le futur débarquement à Okinawa prévu le 1er avril (opération Iceberg). Les principales cibles sont Kure et Kobe.

Le 19 mars 1945, le porte-avions Franklin est lourdement endommagé par un avion japonais et la TF 58 se replie pour escorter le «pont-plat», abattant 48 avions ennemis.

Sa mission d'escorte terminée, le Wisconsin rallie Okinawa pour pilonner à partir du 24 mars les cibles japonaises avec ses canons de 16 pouces tout en protégeant les porte-avions engagés dans l'appui des Marines et des G.I débarqués à partir du 1er avril. Le Wisconsin va protéger les navires américains contre les kamikazes et à la différence du Missouri, le Wisconsin en ressortit indemne de cette menace.


Le Wisconsin se défendant contre les kamikazes en compagnie du destroyer Mertz (DD-691)

Le Wisconsin va rester déployé dans la région d'Okinawa avec des pointes en direction du Japon jusqu'au 8 juin quand il met cap au sud direction le golfe de Leyte où il jete l'ancre le 13 juin 1945 pour ravitaillement, réparations et repos de l'équipage.

Le 1er juillet 1945, le Wisconsin reprend la mer. Il est intégré au TG 38.4 (contre-amiral Radford) composé également des porte-avions moyens Yorktown Shangri-La Bonhomme Richard, des porte-avions légers Independence et Cowpens, des cuirassés Iowa et Missouri, des croiseurs lourds Quincy Chicago Boston Saint Paul et du croiseur léger San Juan.


Le Wisconsin se ravitaillant auprès du pétrolier Neches (AO-47) en compagnie du porte-avions Shangri-La (CV-38)

Il va participer aux dernières opérations du second conflit mondial qui ont pour cadre le Japon métropolitain. Le 15 juillet 1945, il bombarde avec ses canons de 16 pouces les acièries de Mururoan en compagnie des cuirassés Iowa et Missouri, des croiseurs légers Dayton et Atlanta plus huit destroyers, un total de 860 obus de 16 pouces étant tirés contre cet objectif situé au sud de l'île d'Hokkaïdo.

Dans la nuit du 17 au 18 juillet 1945, le TG 34.1 du contre-amiral Badger composée des cuirassés Wisconsin Iowa Missouri North Carolina et Alabama accompagnés des croiseurs légers Dayton et Atlanta plus huit destroyers, renforcés par le King George V et trois destroyers britanniques bombardent les régions de Mito et d'Hitachi à Honshu (1238 obus de 406mm), la couverture de nuit étant assuré par le porte-avions Bonhomme Richard (CV-31).

Le Wisconsin va rester déployer sur zone jusqu'à la capitulation japonaise le 15 août 1945, le BB-64 restant déployé sur zone pour participer à l'occupation de l'archipel japonais. Il passe en baie de Tokyo le 5 septembre, trois jours après la capitulation japonaise.


Le Wisconsin au large du Japon le 17 août 1945

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 20:23

L'après guerre

Le Wisconsin arrivant à San Francisco le 15 octobre 1945

Il gagne ensuite Okinawa pour embarquer des vétérans à rapatrier dans le cadre de l'opération Magic Carpet. Il quitte l'archipel des Ryu-Kyu le 23 septembre 1945 pour rallier Pearl Harbor le 4 octobre, y restant cinq jours avant de reprendre la mer direction San Francisco où il arrive le 15 octobre 1945.

Début 1946, il quitte la côte ouest pour rallier la côte est, franchissant le canal de Panama du 11 au 13 janvier avant d'arriver à Hampton Roads (Virginie) le 18 janvier 1946. Après des entrainements au large de la côte est et dans les Caraïbes, le cuirassé subit un carénage au Norfolk Naval Shipyard qui l'y immobilise à l'été et à l'automne 1946.


Le Wisconsin à Valparaiso en novembre 1946

Il termine ensuite l'année par une croisière en Amérique du Sud, faiant escale à Valparaiso (Chili) du 1er au 6 novembre, Callao (Pérou) du 9 au 13 novembre, Balboa (Panama) du 16 au 20 novembre et La Guaira (Vénézuela) du 22 au 26 novembre, rentrant à Norfolk le 2 décembre 1946.


Le USS Wisconsin en école à feux en février 1947

Le USS Wisconsin passe l'année 1947 comme navire-école au large de la côte est, dans les Caraïbes mais également en Europe du Nord à l'été 1947.

En janvier 1948, le Wisconsin rallie Norfolk pour préparer son inactivation. Il est officiellement désarmé le 1er juillet 1948, étant affecté au Norfolk Group Atlantic Reserve Floot.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 20:34

La guerre de Corée

Réactivation du Wisconsin pour le conflit coréen


Son séjour sous cocon est particulièrement bref en raison du déclenchement de la guerre de Corée en juin 1950. Le Wisconsin est ainsi recommissioné le 3 mars 1951, effectuant un stage de remise en condition opérationnelle puis deux croisières écoles au profit d'aspirants, le conduisant à Edimbourg, Lisbonne, Halifax, New York et Guantanamo avant de rentrer à Norfolk.


Le Wisconsin à la mer en 1951

Le Wisconsin quitte Norfolk le 25 octobre 1951 pour la Corée, franchissant le canal de Panama le 29 octobre et arrivant à Yokosuka le 21 novembre. Il relève alors le New Jersey comme navire-amiral de la 7ème flotte, arborant la marque du vice-amiral Martin.

Cinq jours plus tard, le 26 novembre 1951, le USS Wisconsin quitte le Japon pour les eaux coréennes, entamant sa participation au premier conflit armé de la guerre froide. Il va d'abord appuyer la TF77 _la composante aéronavale de la 7ème flotte_ avant d'assurer des missions d'appui-feu.

Le 2 décembre 1951, il tire pour la première fois contre la terre, appuyant des troupes sud-coréennes dans la région de Kasong-Kosong avant d'appuyer la 1ère division de marines, ses canons s'ingéniant à écraser les infrastructures ennemies.

Il assuma cette mission jusqu'au 6 décembre, effectuant des tirs d'interdiction contre des cibles fixes mais également des tirs à la demande notamment une nuit où il tira des obus éclairants de 127mm pour appuyer les marines et les troupes sud-coréennes qui purent repousser l'ennemi qui subit de lourdes pertes.

Relevé par le croiseur lourd Saint Paul (CA-73), le Wisconsin est de retour sur la ligne de front le 11 décembre, bombardant jusqu'au 14 décembre les positions ennemies dans la région de Kasong-Konsong avant de bombarder le 14 décembre la région de Kojo puis de rallier Sasebo pour se ravitailler, retournant sur la ligne de front le 17 décembre pour deux jours de bombardement au profit du 11ème corps d'armée sud-coréen.

Le 20 décembre 1951, le Wisconsin rallie la région de Wonsan pour une opération de bombardement combinée entre les porte-avions de la TF77 et les navires de surface et ce jusqu'au 22 décembre quand il rallie la task force de porte-avions rapide, restant déployé dans les eaux coréennes jusqu'au 31 janvier quand il rallie Yokosuka pour repos de l'équipage, entretien et ravitaillement.


Le Wisconsin à Sasebo en janvier 1952

Le Wisconsin quitte le Japon le 8 janvier 1952 ralliant Pusan le lendemain, recevant la visite du président sud-coréen Syngman Rhee et de son épouse le 10 janvier qui reçurent les honneurs militaires, décorant le vice-amiral Martin _commandant de la 7ème flotte_ de l'ordre du mérite militaire sud-coréenne.


Le Wisconsin au large des côtes coréennes en 1952


Le Wisconsin retourne au feu dès le lendemain 11 janvier 1952, appuyant avec ses canons de 16 et de 5 pouces les marines de la 1ère division et les hommes du 1er corps d'armée sud-coréen et comme auparavant, il réalise à la fois des tirs d'interdiction contre les infrastructures et des appui à la demande comme le 14 janvier à la demande du 1st ROK Corps (First Republic of Korea Corps).


Feu !

Après avoir ravitaillé à Sasebo, le cuirassé est de retour sur le front le 23 janvier, effectuant la même mission que précédemment, ralliant néanmoins la région de Kojo le 26 janvier pour une nouvelle opération combinée avec les porte-avions de la TF77 avant de détruire le poste de commandement de la 15ème division nord-coréenne à la demande des marines de la 1ère division.

Il termina le mois de janvier à Wonsan puis réarma à Sasebo après avoir détruit des canons nord-coréens à Hodo Pando. De retour sur la ligne de front le 2 février, il reprend ses missions de bombardement dès le 3 février en ayant pour cible les voies de communication ennemies dans la région de Hodo Pando et de Kojo. Il enchaina par le bombardement de la région de Kosong après s'être ravitaillé à Yokosuka.


Le USS Wisconsin, le destroyer USS Buck et le croiseur lourd USS Saint Paul naviguant de concert

Le 27 février 1952, le cuirassé USS Wisconsin quitte Pusan où il était arrivé la veille pour rallier Yokosuka le 2 mars puis une semaine plus tard Sasebo pour préparer un nouveau déploiement dans les eaux coréennes.

Il rallie la région de Songjin le 15 mars 1952, concentrant son intention sur les voies ferrées utilisées par l'ennemi, détruisant à cette occasion un train de troues communistes piégé à l'extérieur par la destruction d'un tunnel. L'après midi même, il est touché par un obus de 152mm tiré par une batterie côtière mais les dégâts sont insignifiants (avec tout de même trois blessés) et la batterie vite éliminée par le tir précis des canons de 16 pouces.

Le Wisconsin va rester déployé dans les eaux coréennes jusqu'au 19 mars quand il rallie le Japon pour la fin de son premier et seul déploiement de la guerre de Corée.


Le Wisconsin naviguant de concert avec le porte-avions Antietam et le navire logistique Rainier

Le 1er avril 1952, il est relevé par son sister-ship Iowa qui devient donc navire-amiral de la 7ème flotte. Il quitte dans la foulée Yokosuka pour rentrer aux Etats Unis, faisant escale à Guam, testant le dock-flottant les 4 et 5 avril avant de reprendre la route, faisant escale à Pearl Harbor et à Long Beach avant de rallier Norfolk.


Le Wisconsin sur le dock flottant à Guam en avril 1952

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 20:44

Encore quelques années de service.........

Le Wisconsin dans les années cinquante

Dès le 9 juin 1952, le Wisconsin reprend sa mission navire-école, appareillant pour une nouvelle croisière d'aspirants qui le conduit à Greenock en Ecosse, à Brest en France et en baie de Guantanamo à Cuba avant de rentrer à Norfolk.

Il participa ensuite en septembre 1952 à l'exercice OTAN Mainbrace, le premier grand exercice de l'Alliance Atlantique pour prouver au Danemark et à la Norvège qu'ils pouvaient être défendus en cas d'attaque soviétique. 80000 hommes, 1000 aeronefs et 200 navires y participèrent parmi lesquels les porte-avions Midway, Franklin D. Roosevelt Wasp Wright Mindoro et Salerno Bay de l'US Navy, Eagle et Theseus de la Royal Navy, Magnificent de la marine canadienne ainsi que le cuirassé britannique HMS Vanguard et le Wisconsin mais également les croiseurs Quincy Columbus Des Moines (USN) Swiftsure (RN) et Quebec (RCN).

A son retour à Norfolk, il subit un grand carénage avant de reprendre sa carrière opérationnelle entre exercices et croisières-écoles.

Après avoir passé le mois d'août 1953 en maintenance, le USS Wisconsin quitte norfolk le 9 septembre 1953 pour rallier l'Extrême Orient. Arrivé à Yokosuka le 12 octobre, il relève le New Jersey comme navire-amiral de la 7ème flotte, tache qu'il va assurer jusqu'au 1er avril 1954 quand il est relevé, faisant escale à Long Beach, franchissant le canal de Panama avant de rallier Norfolk le 4 mai 1954.

Après un petit carénage au Norfolk Naval Shipyard, le Wisconsin sort pour remise en condition avant une croisière d'été au profit d'aspirants officiers, faisant escale à Greenock, à Brest mais mouillant également en baie de Guantanamo. Après une nouvelle période de travaux à Norfolk, il participe aux exercices de la flotte de l'Atlantique avec la marque du commandant de la 2ème flotte.

L'année 1955 voit le cuirassé participer à l'opération Springboard puis exécuter une croisière-école pour aspirants en Europe (Edimbourg et Copenhague) et dans les Caraïbes (Guantanamo) avant de subir un grand carénage au New York Naval Shipyard puis d'effectuer sa remise en condition dans les Caraïbes qui sera également le théâtre d'une nouvelle opération Springboard.

Le 19 octobre 1955, le Wisconsin s'échoue dans l'East River mais à la différence du Missouri en 1950, le Wisconsin se remit à flot tout seul en moins d'une heure, le tout sans dommages sérieux à la coque.


Le Wisconsin et le Eaton entrèrent en collision dans un épais brouillard le 6 mai 1956


Plus sérieux fût la collision le 6 mai 1956 entre le Wisconsin et le destroyer USS Eaton dans un épais brouillard. La proue du cuirassé ressemble à une gueule de requin ouverte et nécessite un passage au bassin au Norfolk Naval Shipyard.

La proue endommagé est ainsi remplacée par la proue prélevé sur le Kentucky inachevé, l'impressionante pièce de métal (120 tons et 21m de long) est transportée par barge de Newport News à Norfolk. Le cuirassé est paré à reprendre la mer dès le 28 juin 1956.

La raison d'un tel empressement s'explique par le fait que le cuirassé devait effectuer une croisière école au profit des futurs officiers de l'US Navy. Cette croisière termine, il passe l'automne à effectuer des exercices au profit de la flotte de l'Atlantique avant un grand carénage au Norfolk Naval Shipyard du 8 novembre 1956 au 2 janvier 1957.

Après remise en condition et exercices hivernaux dans les Caraïbes, le Wisconsin quitte Norfolk le 27 mars 1957 pour la Méditerranée et Gibraltar le 6 avril. Gagnant la mer Egée, il retrouve la TF60 avec qui il participe à l'exercice Red Pivot au large de la Turquie jusqu'à la mi-avril quand il regagne le bassin occidental de la Méditerranée, continuant ces exercices de combat.

Après une ultime escale à Valence, le Wisconsin quitte la Méditerranée et la 6ème flotte pour rallier Norfolk le 27 mai. Il effectue ensuite une croisière pour aspirants dans le Pacifique, le long des côtes sud-américaines et ce du 19 juin au 5 août, date de son retour à Norfolk.


Le Wisconsin à l'Hampton Roads International Fleet Review le 12 juin 1957

Le USS Wisconsin participe du 3 au 28 septembre 1957 à l'exercice OTAN «Strikeback» dans l'Atlantique et en mer du Nord, un exercice qui devait tester la capacité des forces alliées (Blue Fleet) à notamment escorter les convois transportant les renforts en Europe en cas d'attaques soviétiques, convois attaqués par des sous-marins ennemis, sous-marins de la flotte Orange. Il devait aussi démontré la possibilité pour les porte-avions de lancer des assauts contre terre et notamment la Norvège pour empêcher la flotte du Nord de pénétrer dans l'Atlantique.

Cet exercice «Contre-attaque» vit ainsi l'engagement de 200 navires, 650 aéronefs et 75000 hommes venus des marines américaines, britanniques, canadiennes, françaises, néerlandaises et norvégiennes et s'inscrivant plus globalement dans une grande série d'exercices menées par les forces de l'Alliance Atlantique, exercices qui virent l'implication des 250000 hommes, 300 navires et 1500 avions.

Cet exercice d'une ampleur sans précédent _la plus grande concentration navale depuis la fin du second conflit mondial_ fût ainsi le dernier grand exercice des cuirassés Iowa et Wisconsin qui purent manoeuvrer avec les nouveaux super porte-avions Forrestal _navire-amiral de la Blue Fleet_ et Saratoga mais également les porte-avions moyens Intrepid Wasp et Essex, le porte-avions ASM Tarawa ainsi que les porte-avions britanniques Ark Royal _navire-amiral de l'Orange Fleet_, Bulwark et Eagle.

Parmi les autres unités de surface on trouve les croiseurs lance-missiles Canberra Boston et Northampton, les croiseurs lourds Macon et Albany, les croiseurs légers britanniques Gambia et Sheffield ainsi que le croiseur léger français De Grasse. Ajoutons également 43 destroyers et huit destroyers d'escorte américains complétés par huit destroyers canadiens.

Enfin nous trouvons également engagés dans cet exercice 23 sous-marins diesel-électriques et les deux premiers sous-marins nucléaires (Seawolf et Nautilus), deux navires amphibies et les travailleurs de l'ombre, de nombreux navires de soutien. L'exercice terminé, le cuirassé Wisconsin rentre à Norfolk le 28 septembre 1957.

Le 4 novembre 1957, il quitte Norfolk avec de nombreuses personnalités pour sa dernière sortie opérationnelle, faisant escale à New York le 6 novembre avant de gagner deux jours plus tard Bayonne dans le New Jersey où commença son processus d'inactivation.

Le Wisconsin est officiellement désarmé le 8 mars 1958 et placé sous cocon au Philadelphia Naval Shipyard en compagnie notamment de l'Iowa. Victime d'un incendie d'origine électrique durant son inactivation, il était le cuirassé de sa classe le plus dégradé au moment où sa remise en état fût décidée.


Le Wisconsin, le New Jersey et l'Iowa à Philadelphie en 1967

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 20:49

La renaissance

Le Wisconsin sorti de la naphtaline en 1986

Face au dévellopement de la flotte soviétique, à la menace des Kirov et à la volonté de donner un signal fort digne du slogan reaganien «America is back», la remise en service de ses vestiges glorieux du second conflit mondial est décidé, leur grande puissance de feu et leur grande capacité d'encaissement en faisant des navires capables de remplacer les porte-avions dans certains scénarios opérationnels sans parler de son utilité pour l'appui aux opérations amphibies.

Le Wisconsin est officiellement réactivé le 1er août 1986 et remorqué jusqu'aux chantiers Avondale de La Nouvelle Orléans pour les premiers travaux de remise en état avant qu'il ne soit transféré le 2 janvier 1988 aux chantiers Ingalls de Pascagoula dans le Mississippi pour le gros des travaux.


Le Wisconsin en travaux aux chantiers Avondale en 1987


Il perd ses canons de 20 et de 40mm ainsi que quatre tourelles doubles de 127mm, recevant en remplacement seize missiles Harpoon (quatre lanceurs quadruples), trente-deux missiles de croisière Tomahawk repartis en huit Armored Boxes Launcher, quatre systèmes de défense rapprochée Phalanx et huit drones RQ-2 Pioneer pour le guidage de ses canons de 16 pouces. L'électronique et les systèmes de communication sont également remis en état.


Essais à la mer du Wisconsin


Le USS Wisconsin est officiellement remis en service le 22 octobre 1988. Affecté à la flotte de l'Atlantique, il à pour port d'attache la base navale de Norfolk en Virginie. Il passe les deux années suivantes à multiplier les exercices au large de la côte est et dans les Caraïbes.


Le Wisconsin et le LPH Tripoli dans le golfe Persique en octobre 1987


Chargement des munitions pour le Wisconsin à la Naval Weapons Station de Earl dans le New Jersey le 13 mars 1990

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 20:53

La guerre du Golfe

Le Wisconsin engagé dans Desert Shield en novembre 1990

Le 2 août 1990, les troupes irakiennes envahissent le petit émirat du Koweit qui est occupé en quelques heures puis annexé, devenant la dix-septième province irakienne et surtout augmentant le poids de l'Irak sur le marché hautement stratégique du pétrole.

L'Arabie Saoudite inquiète d'une possible capture de ses champs pétrolifères _concentrés dans l'est du pays_ par l'Irak demande l'aide américaine et le 8 août 1990, le président George H.W. Bush déclenche l'opération Desert Shield (Bouclier du Désert) destiné officiellement à protéger l'Arabie Saoudite des griffes irakiennes.

Des troupes, des avions et des navires vont converger vers le Moyen Orient dans ce qui va être le plus gros déploiement de force américain depuis le Vietnam avec 425000 hommes (le Vietnam avait mobilisé au maximum 543000 hommes) déployés, plusieurs centaines d'avions et de navires.

Le Wisconsin et son groupe de combat devaient de toute façon rallier l'Océan Indien mais le déclenchement du premier conflit de l'après guerre froide change naturellement son programme.

Le vétéran du second conflit mondial et de la Corée quitte Norfolk le 7 août et arrive dans le Golfe Persique le 23 août 1990 pour apporter sa contribution à Desert Shield.

Dans la nuit du 16 au 17 janvier est déclenchée l'opération Desert Storm, une campagne aérienne qui doit précéder l'offensive terrestre. Cela commence par le lancement de missiles Tomahawk, le cuirassé Wisconsin lançant quelques missiles de croisière (24) mais sert surtout de centre de coordination pour ce qui est la première utilisation opérationnelle de ces missiles initialement conçus pour contrebattre avec le Pershing II, les SS-20 soviétiques

Le 6 février 1991, le Wisconsin relève le Missouri et accompagné de la frégate Nicholas (FFG-47 classe Oliver Hazard Perry) va assurer des frappes de précision contre les positions irakiennes. Le jour même, il tire onze coups de 406mm sur une batterie d'artillerie irakienne dans le sud du Koweit, tirs guidés par OV-10 Bronco de l'USMC.

Le lendemain 7 février, il bombarde un centre de communications irakien et d'autres cibles d'importance, tirant 24 obus et guidant ses tirs à l'aide de l'un de ses Pioneer embarqués à cette fin.

Le soir même, il bombarde des batteries côtières et autres cibles littorales, 50 obus de 406mm tombant sur le port et les environs de Khwar Al-Mufattah. Le lendemain 8 février, il bombarde des cibles en Koweit en appui des Marines Recon puis pilonne des positions irakiennes à Khaji, tirs qui se poursuivent le lendemain 9 février 1991.

Le 21 février, un Pioneer du cuirassé repère un poste de commandement irakien en localisant des camions chargés de le ravitailler. Le PC ne tarde pas à recevoir plusieurs obus de 16 pouces tout comme des batteries d'artillerie à l'intérieur des terres et sur les côtes pour laisser planer le doute sur un possible débarquement.

Dans la nuit du 23 au 24 février, le Missouri et le Wisconsin pilonnèrent l'île koweitienne de Faylaka, une action de diversion pour convaincre le commandement irakien qu'un débarquement amphibie était iminent.


Le Wisconsin arrivant à Norfolk le 28 mars 1991

Cela semblait couler de source : chemin le plus court pour libérer le Koweit, présence de vingt navires amphibies dans le Golfe mais comme en 1944, les alliés attaquèrent là où les irakiens les attendaient le moins : en plein désert.

Alors que le Missouri était à portée visuelle des soldats irakiens, le Wisconsin au delà de l'horizon lança un drone Pioneer pour préparer un nouveau tir et l'opérateur de l'avion sans pilotes de voir les soldats irakiens lever les bras et se rendrent au drône, une première dans l'histoire militaire ! Outre cet événement mémorable, les drones du cuirassé effectuèrent des reconnaissances au profit des troupes au sol qui progressaient au Koweit.

La guerre du Golfe s'acheva le 28 février, le Wisconsin tirat jusqu'au dernier jour du conflit et resta déployé dans le Golfe jusqu'au 28 mars 1991, date de son retour à Norfolk.

Le bilan de Desert Shield/Desert Storm pour le Wisconsin est éloquant : 348 heures de vol pour les drones, 661 appontages et décollages d'hélicoptères, 46000 nautiques parcourus, 319 obus de 406mm, 881 obus de 127mm et 5200 obus de 20mm tirés sans oublier les 24 missiles Tomahawk.


Le Wisconsin arrivant à New York le 10 juin 1991

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 20:56

Une retraite bien méritée

Le Iowa et le Wisconsin à Philadelphie en 1993

La première guerre du Golfe fût le premier et le dernier conflit auquel participa le Wisconsin. La chute du bloc de l'est et la fin de la guerre froide rendait peu économique le maintien en service de ces cuirassés aux performances médiocres si l'on s'en tient aux coûts de leur réactivation et de leur fonctionnement (carburant et surtout personnel).

Pas étonants que les Iowa furent parmis les premières victimes des trop fameux «dividendes de la paix». Le Wisconsin est ainsi désarmé le 30 septembre 1991 après moins de trois ans de service actif et rayé du Naval Vessel Register le 12 janvier 1995.

Il est remorqué au Norfolk Naval Shipyard le 15 octobre 1996 mais le 12 février 1998, il est réinscrit sur la NVR pour permettre aux Marines de bénéficier d'un puissant appui-feu.

Le 7 décembre 2000, il est remorqué au National Maritime Center à Norfolk et ouvert au public à partir le 16 avril 2001 tout en restant propriété de la Navy c'est à dire capable de reprendre la mer pour combattre même si cela semblait peut probable tout comme était improbable le réarmement de l'Iowa rien qu'en raison du coût d'une modernisation : 1.5 milliard de dollars par navire soit le prix de trois destroyers de type Arleigh Burke.


Le USS George Washington passant devant le Wisconsin

Le 17 mars 2006, le secrétaire de la Navy utilise son autorité pour rayé du registre l'Iowa et le Wisconsin en dépit de l'inquiétude du Congrès et des marines soucieux de conserver un appui-feu naval important en cas d'opération amphibie.


Le USS Wisconsin le 16 avril 2004

Le National Defense Authorization Act 2006 demande que le cuirassé puisse être si nécessaire réarmé pour servir de navire d'appui-feu ce qui limitait l'ouverture du Wisconsin au public jusqu'au 14 décembre 2009 quand l'US Navy transfera officiellement le Wisconsin à la ville de Norfolk, la cérémonie de transfert ayant eu lieu le 16 avril 2010.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 21:08

LE USS ILLINOIS (BB-65)

1- «The Prairie State» et les autres navires qui ont porté ce nom

Le cinquième Iowa reçoit le nom de cet état du centre des Etats Unis, état ayant pour voisin le Wisconsin au Nord, l'Iowa et le Missouri à l'Ouest, le Kentucky au Sud et Sud-Est, l'Indiana et le lac Michigan à l'Est.

Surnomé «L'Etat prairie», il est le cinquième plus grand état des Etats Unis par sa population (12.8 millions) mais seulement le vingt-cinquième par sa superficie (149 998 km²). Capitale Springfield, il à été admis dans l'Union le 3 décembre 1818, devenant le 21 état de la Fédération.

L'Illinois qui à adopté «l'Etat de Lincoln» (Land of Lincoln) comme devise depuis 1954, il est l'état d'origine d'un président (Ronald Reagan) mais trois autres présidents ont fait l'esssentiel de leur carrière politique dans cet état à savoir Abraham Lincoln, Ulysses S. Grant et Barack Obama.

Etat libre (bien qu'il y ait eu des esclaves), l'Illinois resta clairement fidèle à l'Union, fournissant 250000 hommes à l'armée de l'Union,nombre dépassé simplement par l'Etat de New York, la Pennsylvanie et l'Ohio, de quoi lever 150 régiments d'infanterie, dix-sept régiments de cavalerie et deux régiments d'artillerie légère.

Trois navires ont été baptisé du nom de cet Etat mais seulement un seul entra en service. Le premier fût un sloop à hélice mis sur cale en 1864 mais jamais achevé et démantelé sur cale en 1872.


Le USS Illinois (BB-7)

Le deuxième fût un cuirassé de classe Illinois. Le BB-7 est mis sur cale aux chantiers navals de Newport News le 10 février 1897 lancé le 4 octobre 1898 et mis en service le 16 septembre 1901. Il est désarmé le 15 mai 1920, utilisé comme auxiliaire sous le nom de Prairie State à partir du 8 janvier 1941, étant vendu à la démolition le 18 mai 1956.

Le troisième est donc un cuirassé de classe Iowa, le BB-65.

2-Un cuirassé inachevé

Commandé le 9 septembre 1940, la construction du quatrième cuirassé de classe Iowa est attribuée au Philadelphia Naval Shipyard qui avait déjà construit le New Jersey et le Wisconsin.

A noter qu'à l'origine, le BB-65 devait être le premier cuirassé de classe Montana (tout comme le BB-66 le deuxième) mais pour gagner du temps, il fût décidé de construire deux autres Iowa, décision qui provoqua un certain nombre de débats au sein de la marine américaine.


L'Illinois en construction en janvier 1945

L'Illinois est mis sur cale le 15 janvier 1944 mais la construction non prioritaire est menée avec une infinie lenteur ce qui explique qu'au moment de son annulation le 11 août 1945, il n'était complété qu'à 22%. L'Illinois est rayé des registres dès le 12 août 1945 mais il faudra attendre septembre 1958 pour que les éléments de coque assemblés soient démantelés sur cale.


L'Illinois en construction en janvier 1945. En six mois, la construction à peu progressé

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 21:16

LE USS KENTUCKY (BB-66)

1- «The Bluegrass State» et les autres navires ayant porté ce nom

Le sixième cuirassé de classe Iowa porte le nom de cet état du Sud des Etats Unis. Officiellement appelé Commonwealth of Kentucky, cet état surnommé «The bluegrass state» (le bluegrass étant une variante de la musique country) capitale Frankfort à été admis dans l'Union dès le 1er juin 1792 (15ème) après avoir appartenu à la Virginie.

Au plan géographique, il est entouré par sept états avec la Virginie Occidentale, la Virginie, le Tennessee, le Missouri, l'Illinois, l'Indiana et l'Ohio. Seuls le Missouri et le Tennesse entouré par huit états font mieux.

Durant la guerre de Sécession, le Kentucky est considéré comme un état neutre. Une partie des comtés de cet état rallièrent la Confédération mais l'instance légitimement reconnue préféra conserver une neutralité prudente en raison des sympathies pro-union d'une majorité de la population.

Trois navires ont porté le nom de cet état. Le premier est un cuirassé de type prédreadnought de classe Kearsarge. Le BB-6 est mis sur cale aux chantiers navals de Newport News le 30 juin 1896 lancé le 24 mars 1898 et mis en service le 15 mai 1900. Désarmé le 29 mars 1920, il est vendu à la démolition le 24 mars 1923.


Le SSBN Kentucky (SSBN-737)

Le second est le cuirassé de classe Iowa et le troisième est un sous-marin nucléaire lanceur d'engins de classe Ohio. Financé au budget 1985, le SSBN-737 est mis sur cale aux chantiers navals de l'Electric Boat Division of General Dynamics Company installés à Groton (Connecticut) le 18 décembre 1987 lancé le 11 août 1990 et admis au service actif le 13 juillet 1991.

Affecté à Bangor/Kipsa, il était affecté à l'origine à Kings Bay, le Kentucky ne s'est pas illustré (ce qui est plutôt rassurant pour un navire de son gabarit) sauf le 19 mars 1998 quand lors d'un déploiement dans l'Atlantique, il entra en collision avec le sous-marin d'attaque San Juan alors que les deux submersibles effectuaient un entrainement conjoint. Les dégâts furent cependant limités.
Son retrait du service actif est prévu pour 2033

2-Une autre cuirassé inachevé

Commandé le 9 septembre 1940 en même temps que l'Illinois, sa construction est attribuée au Norfolk Naval Shipyard, l'un des six arsenaux historiques de l'US Navy connu à l'origine sous le nom de Gosport Navy Yard.

Cet Arsenal de Virginie avait construit le deuxième cuirassé de la marine américaine, le Texas (celui de 1895 pas celui conservé à San Jacinto), avait entamé la construction du North Carolina (BB-52) de classe South Dakota, construction annulée par le traité de Washington et avait entamé et achevé la construction de l'Alabama (BB-60) (classe South Dakota). Il aurait du construire également le Lousiana, le Montana n°5.


Premier lancement du Kentucky

Le Kentucky est mis sur cale une première fois le 7 mars 1942 mais la nécessité de construire des LST pour les futurs débarquements en Europe et dans le Pacifique entrainèrent la suspension de la construction en juin. L'élément de coque est lancé pour libérer la coque.


Le Kentucky en construction

Comme vous pouvez le constater ci-dessous, le Kentucky était construit au bassin et non sur cale


Il est remis sur cale le 12 juin 1944 et la construction reprend à vitesse mesurée, se poursuivant bien après la capitulation japonaise. Elle est seulement suspendue en août 1946 pour étudier des alternatives à l'achèvement sous la forme d'un cuirassé antiaérien ou d'un cuirassé lance-missiles.


Représentation d'artiste d'un Kentucky lance-missiles

Le premier projet prévoit ainsi de remplacer les canons de 406mm par des tourelles triples ou quadruples de 203mm mais il est rapidement abandonné au profit d'un projet nettement plus prometteur de cuirassé lance-missiles (BBG).

Un projet daté de mars 1955 prévoit ainsi deux tourelles triples de 406mm, six canons de 127mm de 54 calibres (les mêmes que les Midway), dix canons de 76mm (le remplacement des Oerlikon et des Bofors), deux rampes lance-missiles pour Terrier ou Talos et une rampe pour des missiles Regulus II.

Une étude prévoyait la mise en service dans le courant des années soixante de cinq groupes de frappes composés chacun de trois porte-avions d'attaque, d'un porte-avions ASM, d'un cuirassé lance-missiles (il était probable qu'en cas de réussite, les autres Iowa auraient transformés sur le modèle du Kentucky), de quatre croiseurs lance-missiles et de dix destroyers lance-missiles.


Mise à flot du Kentucky pour libérer le bassin

La construction reprise le 17 août 1948 et le bâtiment est lancé le 20 janvier 1950, achevé à 73% moins pour un éventuel achèvement que pour permettre la remise en état du Missouri. Le Kentucky ne sera jamais achevé, la proue étant prélévé en mai/juin 1956 pour réparer le Wisconsin et si une nouvelle proue fût construite, elle ne fût jamais installée.


Le Kentucky à flot et ci-dessous après prélèvement de la proue


Le Kentucky est rayé du Naval Vessel Register le 9 juin 1958 et la coque vendue à la démolition à la Boston Metals Company de Baltimore (Maryland) le 31 octobre. A noter que les turbines prévues pour le cuirassé furent installées sur les ravitailleurs rapides Sacramento et Camden.


Le Kentucky en route vers le chantier de démolition

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 21:20

EN GUISE DE SUPPLEMENT : LA CLASSE MONTANA

Représentation du projet Montana

Les USS Iowa New Jersey Missouri et Wisconsin sont les ultimes rejetons d'une famille prolifique d'une famille de cinquante neufs battleships qui ont navigué, combattu et ont parfois été détruits sous pavillon américain (voir étranger pour deux d'entre-eux).

A ces 59 cuirassés s'ajoutent ceux qui n'ont jamais quitté la cale : le Washington de classe Colorado, les six South Dakota (south Dakota Indiana Montana North Carolina Iowa Massachussetts) et les six croiseurs de bataille de classe Lexington (Lexington Saratoga Ranger United States Constellation et Constitution) _tous frappés par les limitations du traité de Washington_ plus l'Illinois soit quinze navires supplémentaires portant le nombre de battleships à soixante-quatorze.

Il y à également ceux qui n'ont existé que sous la forme de plans, de maquettes ou de dessins d'artistes, je parle ici de la classe Montana.

A l'origine, les Iowa avaient été conçus comme éclaireurs rapides selon un concept proche de celui du croiseur de bataille avec néanmoins la capacité de combattre en escadre comme un cuirassé conventionnel sans oublier que sa vitesse en faisant un escorteur idéal pour leurs porte-avions.

Des cuirassés plus lourds sont nécessaires pour contrer les Yamato qui affichent officiellement 46000 tonnes et une artillerie de 406mm alors qu'ils affichent en réalité plus de 60000 tonnes et des canons de 460mm.

Les études reprennent en juillet 1939 pour des bâtiments guère plus lourds que les Iowa (41267 à 46168 tonnes) même si la protection et l'armement est renforcé (douze canons de 406mm pour certaines études) au détriment de la vitesse (27.5 noeuds contre 32/33 noeuds pour les Iowa).


Comparaison entre l'Iowa et les Montana

En février 1940, les ingénieurs du BuShips présentent onze études avec un déplacement nettement accru (51388 à 66700 tonnes), toutes prévoyant un armement de douze canons de 406mm en quatre tourelles triples (deux avant et deux arrières), une vitesse allant de 27.5 à 34 noeuds et une ceinture de 360 ou 389mm (310mm pour les Iowa).

En juillet 1940, quatorze études sont sur le bureau, nous présentant des navires avec des déplacements allant de 50500 à 82000 tonnes, neuf ou douze canons de 406mm, une vitesse de 28 à 33 noeuds et une ceinture de 371 à 411mm.

La sélection naturelle suit son cours et six mois plus tard, seules quatre études restent en cours, des études médianes puisque le déplacement varie entre 59700 et 61333 tonnes, douze canons de 406mm et une vitesse de 28 noeuds. L'armement contre avions est conséquent _une leçon tirée de la campagne de Norvège où les français et les britanniques ont souffert de la puissance de la Luftwafe_ avec six affûts quadruples de 28 ou de 40mm. Quand à la puissance propulsive, elle peut être soit de 172000 ou de 212000 ch.

La version choisie est un cuirassé de 60500 tonnes, armé de douze canons de 406mm en quatre tourelles triples, une puissance propulsive de 172000ch lui donnant une vitesse maximale de 28 noeuds.

Par rapport aux Iowa, les nouveaux cuirassés sont plus grands (281m contre 270m), plus lents (28 noeuds contre 32) mais mieux armés (douze canons de 406mm du même modèle que celui des Iowa) et mieux protégés avec une ceinture de 409mm contre 310mm.

A l'origine, il n'était prévu que quatre Iowa pour contre les Kongo que les américains estiment à trois exemplaires (alors qu'ils sont quatre) numérotés BB-61, 62, 63 et 64, le BB-65 devait être du nouveau type ci-dessus, le premier d'une série de quatre.

Pour ne pas perdre de temps et devant le contexte international tendu, deux autres Iowa sont ajoutés au titre du «Two Ocean Navy Act» du 19 juillet 1940 qui autorisant la construction de 385000 tonnes permet la construction de cinq cuirassés de 59000 tonnés numérotés BB-67 à BB-71 et baptisés Montana Ohio Maine New Hampshire et Lousiana.

L'entrée en guerre des Etats Unis le 7 décembre 1941 entraine un changement de priorité. Les navires de ligne deviennent moins importants que les destroyers d'escorte capitaux pour remporter la bataille de l'Atlantique afin de reprendre en pied en Europe.

Leur construction est suspendue le 20 mai 1942 en raison du manque d'acier (tout comme celui des quatre derniers croiseurs de bataille de classe Alaska) et définitivement abandonnée le 21 juillet 1943.

Le Montana (BB-67) aurait du être construit par le Philadelphia Naval Shipyard. Ironie du sort, un premier Montana avait déjà été abandonné suite au traité de Washington ce qui fait que cet état fût le seul de l'Union (à 48 états) à ne pas avoir eu de cuirassé à porter son nom.

Le Ohio (BB-68) lui aussi aurait du être construit également par le Philadelphia Naval Shipyard. Un autre cuirassé à porté ce nom, le BB-12 de classe Maine (deuxième du nom) en service de 1904 à 1922.

Le Maine (BB-69) aurait du être construit par le Brooklyn Naval Shipyard. Deux autres cuirassés ont porté ce nom : le Maine ayant explosé à La Havanne en 1898 et le BB-10 en service de 1901 à 1920.

Le New Hampshire (BB-70) aurait du être construit par le Brooklyn Naval Shipyard. Un autre cuirassé portant ce nom à été construit, le BB-25 de classe Connecticut entré en service en 1908 et retiré du service en 1921.

Le Louisiana (BB-71) aurait du être construit par le Norfolk Naval Shipyard. Un autre cuirassé portant ce nom à été construit, le BB-19 de classe Connecticut entré en service en 1906 et retiré du service en 1920.



Caractéristiques Techniques de la classe Montana

Déplacement : standard 66000 tonnes pleine charge 72014 tonnes

Dimensions : longueur 280.6m largeur 36.9m tirant d'eau 11m

Propulsion : 4 groupes de turbines à engrenages Westinghouse alimentées par 8 Babcock & Wilcox à deux tubes dévellopant une puissance totale unitaire de 43000ch et totale de 172000ch entrainant 4 hélices.

Performances : vitesse maximale 28 noeuds distance franchissable : 15000 miles nautiques à 15 noeuds

Protection : ceinture 250 à 400mm inclinée à 19° ceinture inférieure de 182mm inclinée à 10°
«Bulkeads» 387 à 457mm Barbettes : 457 à 541mm Tourelles : supérieur à 571mm Pont blindé à 152mm

Armement :

-12 canons de 406mm Mark 7 en 4 tourelles triples (deux à l'avant deux à l'arrière).

-20 canons de 127mm Mark 16 en dix tourelles doubles Mark 41.

-40 canons Bofors de 40mm en dix affûts quadruples et 56 canons Oerlikon de 20mm

Aviation : deux catapultes et 3 ou 4 hydravions Vought OS2U Kingfisher ou Curtiss SC Seahawk.

Equipage : standard 2355 hommes passant à 2789 hommes en configuration navire amiral.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 21:44

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES DE LA CLASSE IOWA

Schéma général de la classe Iowa

1-Construction

Schéma général de la classe Iowa

-Forme de la coque : elle est clairement inspirée de leurs prédecesseurs de classe South Dakota mais modifiés pour obtenir de véritables cuirassés rapides, capables de suivre les Essex et plus généralement les porte-avions américains dont la vitesse de combat était de 30 noeuds.

Le système propulsif est pour des raisons évidentes de sécurité fractionné, les salles des chaudières alternant avec celles des turbines ce qui explique en partie la présence de deux cheminées.

L'étrave élégante et élancée abrite deux tourelles triples de 406mm plus des canons légers de DCA implantés juste derrière le pare-lames.

Suivent des superstructures extrêmement ramassées avec une concentration d'armement avec les dix tourelles doubles de 127mm, les canons de 20 et de 40mm. Elles sont suivies d'une troisième tourelles de 406mm et une plage arrière largement dégagée, accueillant à la poupe les installations d'hydraviation.


Projet de conversion des Iowa en porte-avions

Les Iowa auraient également pu être des porte-avions. Peu après Pearl Harbor, les américains n'ont plus de cuirassés immédiatement disponibles pour contrer les japonais (ceux qui ont survécu au 7 décembre devaient être remis en état avec une DCA à renforcer) et doivent appuyer leur opération de containement sur les porte-avions.

Apparaît alors un Carrier gap entre les japonais et les américains veulent faire feu de tout bois, étudiant des conversions de coque de croiseurs légers de classe Cleveland, de croiseurs lourds de classe Baltimore et même de cuirassés de classe Iowa mais seuls dix coques de Cleveland seront transformés en porte-avions légers de classe Independence.

Au moment de leur réactivation dans les années quatre-vingt, les Iowa ont subit une première modernisation mais bien légère par rapport à un projet qui prévoyait de transformer les Iowa New Jersey Wisconsin et Missouri en cuirassés porte-avions avec une plage arrière occupée par des installations aviation dévellopée pour des hélicoptères ASM, des Harrier voir pour certaines études des F-18 Hornet ! Ce projet ne connu pas un début d'execution et à d'ailleurs connu plusieurs variantes avec ou sans la tourelle III de 406mm.


Voilà à quoi les Iowa auraient ressemblé si leur modernisation avait été menée à bout

2-Déplacement et dimensions

-Déplacement : standard 45000 tons (40823 tonnes métriques) en service de guerre 52000 tons (47174 tonnes métriques) pleine charge 57000 tons (51710 tonnes) avant 1980, 58000 tons après leur dernière réactivation soit 52617 tonnes métriques.

-Dimensions : longueur hors tout 270.43m (890 ft) longueur entre perpendiculaires 262.5m (8611/4 ft) largeur hors tout 32.97m (108 ft) tirant d'eau 10.97m (36 ft)

3-Appareil propulsif et évaporatoire

Comme tous l'immense majorité des navires de l'époque, les cuirassés de classe Iowa ont un système de propulsion composé de turbines à engrenages alimentés en vapeur par des chaudières à mazout, entrainant des lignes d'arbre et des hélices.

Les turbines à engrenages de l'Iowa et du Missouri sont fournies par General Electric alors que celles du Wisconsin et New Jersey par Westinghouse quatre turbines alimentées en vapeur par huit chaudières Babcock & Wilcox (Iowa Missouri) ou Westinghouse (New Jersey Wisconsin Kentucky) (272 kg/cm² 875°F soit 468.33°) répartis en quatre salles, une par turbine.

Quatre chaudières allumées suffisent à propulser le cuirassé à 27 noeuds. Les turbines entrainent quatre lignes d'arbres qui se terminent par autant d'hélices quadripales, de 18 ft (5.48m) pour les hélices extérieures et de 17.5 ft (5.33m) pour les deux hélices intérieures.

La propulsion électrique est assurée par huit turbogénérateurs Westinghouse (Ship Service turbine Generators) produisant dix MW d'électricité, étant alimenté par les chaudières.

3-Performances

Vitesse maximale : 32/33 noeuds 31 noeuds est la vitesse maximale en service courant

-Rayon d'action : 14890 miles nautiques à 15 noeuds 11700 miles nautiques à 20 noeuds

4-Protection

ceinture blindée de 310mm, Bulkheads : 287mm Barbettes : 295 à 439mm Tourelles 500mm Ponts blindés 191mm

5-Conduite de tir et électronique

Radars

Les premiers radars installés sont un radar de veille air SK et un radar de veille surface SG, remplacés à la fin du conflit par un SK-2 et une version améliorée du radar SG.

Durant les années de service de l'après seconde guerre mondiale, les Iowa ont reçut un radar d'altimétrie SP, remplacçant en 1952 les radars SK et SG par un radar de veille surface AN/SPS-10 et un radar de veille air AN/SPS-6. En 1954, le rasar SP fût remplacé par un radar d'altimétrie AN/SPS-8.

Lors de leur réactivation au titre du «600-ship Navy programm», les cuirassés de classe Iowa ont remplacé le AN/SPS-6 par un radar AN/SPS-49 et le AN/SPS-8 par un AN/SPS-67.

Télémètrie et système de contrôle de tir

-Système de conduite de tir Mk38 pour l'artillerie principale

-Quatre systèmes de conduite de tir Mk37 pour l'artillerie secondaire (127mm) complété par un radar SPG-25 dans les années quatre-vingt.

-Télémètre Mk14 et système de conduite de tir Mk51 pour la DCA, systèmes débarqués sur le New Jersey en 1967 et sur ces trois sister-ships dans les années quatre-vingt, remplacés à cette dernière époque par les radars des systèmes Phalanx.

-Système de contrôle de tir SWG-1 pour les missiles surface-surface Harpoon

-Système de contrôle de tir SWG-2 et SWG-3 pour les missiles de croisière Tomahawk

Contre-mesures

-Détecteur SLQ-32

-Leurres Mark 36 SRBOC

-Bruiteur AN/SLQ-25

Telecommunications

-Antennes OE-82 pour les communications par satellite

6-Armement

Artillerie principale

Tourelles avant de 406mm

-9 canons de 406mm (16 pouces) Mark 7 répartis en trois tourelles triples (deux avant et une arrière).

Ce canon de 50 calibres (longueur du tube : 20m) pèse au total de 121 tonnes avec sa culasse (108 tonnes pour le tube seulement) et tire plusieurs types d'obus.

Durant le second conflit mondial, les Iowa utilisaient deux types d'obus : un obus perforant de 1225kg et un obus explosif de 862kg. A ces deux obus s'ajoutèrent dans les années cinquante, un obus nucléaire, le Mk23 de 862kg.

A noter que pour répérer les gerbes en cas de tir groupé, les cuirassés disposaient de sacs colorants, donnant aux gerbes une couleur particulière : orange pour l'Iowa, bleu pour le New Jersey, rouge pour le Missouri et vert pour le Wisconsin.

Au moment de leur ultime remise en service, d'autres projectiles furent dévellopés ou envisagés pour améliorer les capacités de ces canons de 406mm.

On trouve deux obus explosifs avec une fusée programmable appelés HE-CVT Mark 143 et HE-ET/PT Mark 145; un obus à sous-munitions baptisé Anti-Personnel Improved Conventional Munition (ICM) Mark 144 avec 400 sous-munitions M43A1.

quatre autres obus furent envisagés. Le premier est le Anti-Personnel Improved Conventional Munition (ICM) Mark 147 avec 666 bombelettes type SADARM, le second un obus explosif lourd Mark 147 pesant 1015kg et pouvant atteindre une portée maximale de 46600m (51000 yards), un obus explosif sous-calibré appelé HE-ER Mark 148 pouvant atteindre des cibles 64000m et un autre obus sous-calibré dont on sait peut de chose.

Le canon Mark 7 permet aux obus de 406mm d'atteindre des cibles à une distance maximale allant de 16139m (+10°) à 38720m (+45°) pour l'obus perforant Mk8 et de 16642m (+10°) à 38059m (+45°) pour l'obus explosif Mk13 à raison de 2 coups par minutes.

La dotation globale en munitions est de 130 obus par canon soit un total théorique de 1170 projectiles mais en 1953, le Missouri dispose de 1210 obus répartis entre 387 pour la tourelle I, 456 pour la tourelle II et 367 pour la tourelle III.

La durée de vie des tubes était de 290 coups à l'origine puis portée à 350 coups après le changement des gargousses, les remplaçantes étant moins agressives pour les parois du tube.


Barbette de la tourelle II du New Jersey

Tourelle du New Jersey en cours d'installation


Les tourelles I et III occupent quatre ponts, la tourelle II occupent cinq ponts, nécessitant 77 à 94 hommes pour leur manoeuvre. Pesant 1728/1735 tonnes, ces tourelles permettent aux trois canons de pointer indépendement en site de -2° à +45° (+0° pour la tourelle II) à raison de 12° par seconde et de 150° sur chaque bord en azimut à raison de 15° par second.

-Artillerie secondaire

Tourelle double de 127mm d'un cuirassé. Chaque Iowa avait une tourelle de 127mm servit par un détachement de Marines

-20 canons de 127mm (5inch) Mark 12 en 10 tourelles doubles Mark 28. Ce canon de 38 calibres tire des obus de 25kg à une distance comprise entre 8692m (site = +10°) et 15903m (site = +45°) en tir antisurface et de 11887m en tir antiaérien (site +85°) à raison de 15 à 22 coups par minute.


Tirs de deux tourelles doubles de 127mm du cuirassé Missouri

La tourelle Mark 28 peut pointer en site de -15° à +85° à raison de 15° par seconde et en azimut sur 80 à 150° de chaque côté en fonction de la position de la tourelle. La dotation en munitions est de 450 coups par tourelle soit un total de 3600 coups.

-Artillerie légère

Affût quadruple de 40mm du New Jersey

Canon de 20mm Oerlikon installé devant le pare-lames de l'Iowa (1943)

-80 canons de 40mm Bofors en vingt affûts quadruples et 49 canons de 20mm Oerlikon en affûts simples. Le New Jersey perdit ses canons de 20 et de 40mm lors de sa réactivation vietnamienne et ses trois sister-ships lors de leur modernisation et de leur remise en service au début des années quatre-vingts, remplacés par quatre systèmes de défense rapprochée (Close-In Weapons System) Phalanx Mk15 de 20mm.


Système Phalanx installé sur le LHD Kearsarge

-Missiles

Lors de leur réactivation dans les années quatre-vint, les cuirassés devinrent des cuirassés lance-missiles, complétant les canons de 406mm et de 127mm furent complétés par des missiles de croisière Tomahawk et des missiles surface-surface Harpoon.


Tir d'un missile Tomahawk par le Missouri

Le BGM-109 Tomahawk Land Attack Missile (TLAM) est un missile de croisière subsonique dévellopé au cours des années soixante-dix et entré en service en 1983. Pour permettre leur installation, les Iowa perdirent leur DCA légère et quatre des dix tourelles doubles de 127mm pour recevoir ces missiles.

Deux plate-formes furent construites pour accueillir ces missiles, la première entre les deux cheminées et la deuxième derrière la deuxième cheminée, chaque plate-forme recevant quatre Mk-143 Armored Box Launcher quadruples soit un total de trente-deux missiles de croisière.

Plusieurs variantes peuvent être embarqués : une version antisurface, le Tomahawk Anti-Ship Missile (TASM), le missile mer-terre (TLAM-C) et le missile mer-terre à ogive nucléaire (TLAM-N), les deux premiers ayant une charge explosive de 454kg et le troisième d'une tête nucléaire W80 de 200 kt.

Les Iowa disposent également de seize missiles Harpoon groupés en quatre lanceurs quadruples Mk141.

7-Aviation

Catapultage d'un hydravions par l'Iowa

-A leur mise en service, les Iowa disposent de deux catapultes à la poupe et d'un détachement de trois ou quatre hydravions, des Vought OS2U Kingfisher puis des Curtiss SC Seahawk pour le réglage de l'artillerie principale et la recherche et le sauvetage notamment des pilotes abattus.

-Au moment de la guerre de Corée, les installations d'hydraviation avaient été débarquées et la mission de réglage de tir et de sauvetage confiée à des hélicoptères Sikorsky HO3S-1 (S-51 Dragonfly). Le UH-1 Iroquois, le SH-2 Seasprite et le Ch-46 Sea Knight se posèrent également sur une plate-forme aménagée à la poupe à l'emplacement des catapultes.

Lors de sa réactivation Vietnamienne, le New Jersey embarqua notamment le drone Gyrodyne QH-50 DASH.


Le drone Pioneer


Enfin dans les années quatre-vingt, les Iowa reçurent huit drones Piooner pour le guidage de l'artillerie principale, des hélicoptères comme le Seahawk se posant parfois sur la plage arrière du cuirassé.


Des hélicoptères pouvaient aussi se poser sur les Iowa comme le Seasprite ou ci-dessous le Seahawk


En cas de réalisation de l'étape 2 de la modernisation, les Iowa auraient perdu la tourelle III de 406mm remplacée par des cellules de lancement vertical pour missiles et deux ponts d'envol pour mettre en oeuvre des hélicoptères et des Harrier.

Des projets encore plus ambitieux prévoyaient des catapultes et des brins d'arrêt pour mettre en oeuvre des F/A-18 Hornet.

8-Equipage

Seconde guerre Mondiale et Corée : 2700 officiers et marins
Années quatre-vingt : 1800 officiers et marins

SOURCES

-Jean Moulin US Navy T1 1898-1945 Du Maine au Missouri

-Jean Moulin US Navy T2 1945-2001 De Nimitz au Nimitz

-Encylopédie des armes Editions Atlas Tome 2 «Les cuirassés de la seconde guerre mondiale P341 à 360» (USS Iowa p356-57)

-Encyclopédie des armes Editions Atlas Tome 3 «Les croiseurs modernes p581-600» (Classe Iowa p593-94 et Le retour du cuirassé p598-99)

-Jean Moulin Les cuirassés de la Seconde Guerre mondiale en images (Le New Jersey p90 Le Missouri p92)

-Jean Moulin Marc Piché L'US Navy 1960-80 en images (Le New Jersey p36)

-Ressources internet diverses

FIN

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10335
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 23:43

Superbe et fantastique travail ! Sujet passionnant, splendidement traité avec une iconographie impeccable !
Deux ou trois bricoles relevées, dont :
Le Missouri à Toulon probablement en 1946
(en dépit de la légende en ligne sur "navsource" :) Plutôt à Villefranche… d’ailleurs deux photos plus loin, on l’y trouve… c'est la même falaise (qui ne ressemble en rien à Toulon).
Citation :
[…] C'est la seule fois de leur carrière que les quatre «frangins» (ou «frangines») se retrouvent ensemble à la mer.[…]
thumright Bien vu ! thumleft ça me rappelle quelques échanges épiques sur le « sexe » des bâtiments…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Ven 04 Mai 2012, 00:40

Merci Dahlia.

Cela faisait longtemps que cela me titillait de faire les Iowa et puis je me suis lancé avec méticulosité, voulant faire quelque chose de marquant aussi marquant que la carrière de ses cuirassés. Résultat presque un mois de travail (11 avril-3 mai).

Je peux annoncer déja mon futur projet, un nouvel article sur les Midway, celui que j'ai fait plus je le lis plus je vois les défauts inhérents à une époque où je me lançait à peine dans la rédaction d'articles.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10335
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 10 Mai 2012, 20:41

clausewitz a écrit:
La Renaissance
[…]
Le Missouri remis en service à fière allure non ?
[…][…]
La question ne se pose même pas : on n’en fait plus (et on n’en refera plus) des bateaux comme ça ! Crying or Very sad

à moins que les Tinois… Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 10 Mai 2012, 20:57

Ah oui absolument magnifique, une ligne élégante et racée.

Je regrette encore qu'on ait pu conserver le Richelieu ou le Jean Bart. Remarquez les britanniques pourtant plus "marins" que nous n'ont conservé aucun cuirassé alors........ .

Même si les chinois ont beaucoup de moyens, je doute qu'ils construisent des cuirassés. A la rigueur des croiseurs lance-missiles mais pas plus.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10335
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 10 Mai 2012, 22:53

clausewitz a écrit:
La renaissance
[…]Dans un premier temps, on pense à un acte criminel d'un marin tué dans l'explosition _Clayton Hartwig_ qui avait un différent avec un autre marin mais cette version des faits ne convainct personne d'autre que la Navy.[…]
« un différend… », plutôt ?…
Citation :
[…]Le 26 janvier 1989, au cours d'une école à feux, l'Iowa bat son record de distance[…]
« … de portée », sans doute ?
Citation :
[…] plaçant un obus à 24 miles nautiques soit 48000m.[…]
Le mile (mesure ancienne, pré-métrique = 1609,344 mètres) ne doit pas être confondu avec le mille nautique de 1852 mètres.
Dans le cas présent, si l’obus a été tiré à 24 nautiques, cela correspond à 44 448 mètres…
Citation :
[…]Le 19 avril 1989, il entame une école à feux. A 9.55, une terrible explosion secoue la tourelle II de 406mm tuant 47 marins. Le bilan aurait été plus lourd ans le réflexe d'un canonnier qui noie la soute à munitions de la tourelle […]
Il me semble (j'écris ça sous le contrôle de Starshiy) que la décision du noyage des soutes (ou d’une soute) ne peut être prise par réflexe et encore moins par un « simple » opérateur (tout doué de bonne initiative soit-il). À la mer, cette décision (grave et lourde) est du ressort exclusif du commandant. Car cela n’engage pas que le fonctionnement de l’artillerie (ce qui est déjà beaucoup) mais aussi la stabilité du bâtiment. Ce qui est vrai, c’est qu’un tel ordre est exécuté in fine par du personnel de la sécurité.
Ce canonnier en faisait peut-être partie, avec la tâche particulière d’ouvrir les obturateurs…
(J'ai oublié le nom de ces vannes de coque… — collecteur de noyage, ou quelque chose d'approchant — Starshiy s'en souvient certainement !).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jefgte
Aspirant
Aspirant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1486
Age : 61
Ville : France
Emploi : Dessinateur Projeteur
Date d'inscription : 10/08/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 10 Mai 2012, 23:46

Très bon sujet et bel exposé.
Merci

Le noyage des soutes doit être extrèmement rapide.
Je suppose que les obturateurs sont sur le fond de la coque.
Mais... que deviennent les hommes travaillant dans ces soutes.
Je suppose, qu'ils n'ont pas le temps de sortir. Ils doivent se laisser porter par le flot entrant et sortir par le haut.

Avez vous des infos sur ce sujet ?

Jef
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 10 Mai 2012, 23:57

Merci Jefgte. Je me suis éclaté à faire cet article et actuellement je travaille sur un article sur les Midway, bien mieux outillé et mieux organisé que ma première version. Ensuite j'ai bien envie de refaire les Essex et le F-14 Tomcat.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5134
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Ven 11 Mai 2012, 09:55

A priori le noyage des soutes à gargousses semble relever de la décision d'un officier subalterne ou d'un sous officier en charge de la sécurité dans les compartiments concernés, on cite ainsi le cas d'un officier qui opéra l'ouverture des vannes de remplissage de la soute à poudre de la tourelle Q du Lion le 31 mai 1916, sauvant le navire d'une explosion qui aurait été rigoureusement identique à celle ayant causé la disparition du Queen Mary son quasi sister ship ...
Le commandant va le plus souvent commander le noyage préventif des soutes pour éviter une explosion catastrophique exemple de mémoire le California à Pearl Harbour, mais il y en eut beaucoup d'autres.

Mais le commandant n'a dans la plupart des cas aucune idée de ce qui se passe en temps réel dans les fonds, or bien souvent les délais se résument en secondes et pas en minutes, notamment en cas de perforation de la cuirasse (les trois croiseurs de bataille en 1916, le Hood en 1941 -ignition des soutes à poudre des charges de 4 "-, Barham en novembre 1941, Arizona en décembre ... la liste est longue.

Pour ce qui est des opérateurs travaillant dans ces soutes à 10 mètres sous la surface, le noyage d'urgence signifie souvent la mort car les moyens d'évacuation des locaux sont étroits et souvent réduits à leur plus simple expression, une trappe étroite et pesante en acier à blindage de 10 à 15 centimètres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5134
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Ven 11 Mai 2012, 10:20

Citation :
Les trois projets filant à 32.5 noeuds auraient été spécialisés dans l'escorte des porte-avions preuve que les américains avaient prévu le rôle majeur des porte-avions dans un futur conflit.

C'est un peu rapide disons qu'on commence à penser que les porte-avions peuvent avoir un rôle important; mais c'est encore très très flou dans les esprits.
Surtout on s'interroge encore sur le fait de savoir si les porte-avions vont opérer seuls en actions offensives autonomes, ou bien avec l'escadre en mission de protection et de frappe par anticipation de la ligne adverse. Le Gun Club a beaucoup de mal à envisager que l'action de la ligne de bataille puisse être entravée par les porte-avions et il est à l'époque hors de question de divertir les cuirassés de leur rôle primordial: détruite la flotte adverse lors d'un combat canon à longue distance (les américains consacrent énormément d'argent aux système électromécaniques de conduite de tir).
La protection des porte-avions est le fait des destroyers et des croiseurs voir encore en 1933 de leur propre artillerie.

La DCA ne devient efficace qu'avec l'arrivée progressive de l'artillerie de moyen calibre à tir rapide (Santa Cruz et le fameux combat du Sodak), avant la meilleur défense anti aérienne ce sont les évasives ... et encore.

Ce sont les Iowa et leurs 33 noeuds qui vont être les véritables escorteurs de PA; avant les contraintes des traités (puissance, armement protection) obligent à des choix qui côté américain sacrifient la vitesse (27 noeuds pour les North et les South Dakota) alors que Français Britanniques Italiens voir Allemands (mais en l'espèce peut-on parler de respect des traités) sont à 29/31. En la matière ces 3/4 noeuds de plus sont dévoreurs, d'espace, de masse ... et d'argent ! Donc les projets donnant 32 noeuds et plus devront être abandonnés face aux impératifs opérationnels.
En effet les américains avaient une autre contrainte, l'autonomie. La Navy a deux objectifs dans les années 20/30, aller le plus rapidement possible porter secours aux Philippines en cas d'agression japonaise, et maintenir "la porte ouverte" vers la Chine. Pour ce faire la flotte de ligne doit pouvoir parcourir de très grandes distances sans pouvoir compter sur beaucoup de bases terrestres à une époque ou la logistique est réduite à sa plus simple expression. D'où l'importance accordée à l'autonomie par rapport çà la vitesse.

C'est une des autres explications de la conception des North et des South Dakota mais ce n'est pas la seule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Ven 11 Mai 2012, 14:41

Merci de ces compléments Pascal thumright

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10335
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Ven 11 Mai 2012, 15:35

pascal a écrit:
[…] Pour ce qui est des opérateurs travaillant dans ces soutes à 10 mètres sous la surface, le noyage d'urgence signifie souvent la mort car les moyens d'évacuation des locaux sont étroits et souvent réduits à leur plus simple expression, une trappe étroite et pesante en acier à blindage de 10 à 15 centimètres.[…]
C’est certain, et ça répond avec pertinence à l’interrogation angoissée de :
Jefgte a écrit:
[…] que deviennent les hommes travaillant dans ces soutes. Je suppose, qu'ils n'ont pas le temps de sortir. Ils doivent se laisser porter par le flot entrant et sortir par le haut.[…]
C’est aussi pourquoi la décision du noyage ne peut être prise à la légère… le commandant doit évaluer le sacrifice (éventuel) de ses servants pour sauver le bateaux et son équipage… Elle ne peut pas être une action « réflexe »…
pascal a écrit:
[…] Le commandant va le plus souvent commander le noyage préventif des soutes pour éviter une explosion catastrophique.[…]
C’est forcément (et toujours) préventif, puisque, après l’explosion, il n’y a plus rien à noyer… Shit
Citation :
[…]Mais le commandant n'a dans la plupart des cas aucune idée de ce qui se passe en temps réel dans les fonds, or bien souvent les délais se résument en secondes et pas en minutes, notamment en cas de perforation de la cuirasse […]
Ça reste néanmoins une décision de son ressort exclusif, même s’il peut (plus ou moins…) la déléguer… notamment dans l’éventualité où les communications intérieures sont coupées ou rompues. Ce n’était pas le cas en avril 1989, sur l’Iowa.
Citation :
A priori le noyage des soutes à gargousses semble relever de la décision d'un officier subalterne ou d'un sous officier (note de Dahlia :affraid ) en charge de la sécurité dans les compartiments concernés.[…]
Recherches faites, ce jour-là sur l’Iowa, c’est bel et bien le commandant (capitaine de vaisseau Moosally) qui a ordonné le noyage de la soute à gargousses (et non celle des munitions), sur conseil de l’officier canonnier (le Directeur), le capitaine de frégate Kissinger. Lequel est donc le fameux canonnier à l’excellent réflexe :
clausewitz a écrit:
[…] Le bilan aurait été plus lourd ans le réflexe d'un canonnier qui noie la soute à munitions de la tourelle […]
et qui n’était donc pas un simple canonnier, ni un officier marinier, et pas même un officier subalterne, mais un officier supérieur. Toutefois le feu dans la tourelle n’a été éteint qu’après une heure et demi de lutte…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jefgte
Aspirant
Aspirant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1486
Age : 61
Ville : France
Emploi : Dessinateur Projeteur
Date d'inscription : 10/08/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Ven 11 Mai 2012, 15:46

Noyer les hommes dans les soutes n'est pas une solution qui me réjouit.
Dans la conception des soutes, n'y a t'il pas de prévu une poche d'air, dans la partie haute, avec trappe blindée d'évacuation.


scratch scratch scratch
Si ton fils travail dans la soute, ingénieur concepteur, envisage une poche d'air pour lui sauver la vie !!!
Merci aussi pour sa mère !!!

scratch scratch scratch
Et pour les militaires: un soldat vivant est plus utile qu'un soldat mort. (sauf pour les ennemis , évidemment)

Jef salut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5134
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Ven 11 Mai 2012, 16:43

Oui mais dans le cas des trois croiseurs de bataille ce sont 1000 hommes par bâtiment qui sont vaporisés en 5 secondes ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10335
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Ven 11 Mai 2012, 16:53

Jefgte a écrit:
Noyer les hommes dans les soutes n'est pas une solution qui me réjouit.
Dans la conception des soutes, n'y a t'il pas de prévu une poche d'air, dans la partie haute, avec trappe blindée d'évacuation. : scratch:[…]
Non pas de poche d’air de sauvegarde… C’est exactement la raison pour laquelle le noyage de la soute ne peut être laissé à l’initiative d’un subordonné, tout qualifié qu’il soit.
Par ailleurs, avant de la noyer, il est en effet hautement souhaitable (= euphémisme !) d’en faire évacuer les servants… ça peut demander un (petit) délai. Mais ça reste préférable…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    

Revenir en haut Aller en bas
 
US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE REVENGE
» ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE NELSON
» ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE QUEEN ELIZABETH
» ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE KING GEORGE V
» ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE IRON DUKE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: LES NAVIRES 1922-1950-
Sauter vers: