AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 13:26

CUIRASSES CLASSE IOWA
(ETATS-UNIS)


Le USS New Jersey (BB-62) au large de la côte d'Azur le 8 octobre 1955

INTRODUCTION

1-Le corps de bataille de l'US Navy au 11 novembre 1918

Quand les canons se taisent sur le front européen le 11 novembre 1918, le corps de bataille de l'US Navy n'à pas à rougir de la comparaison avec ses homologues étrangers puisque la marine américaine dispose de 39 cuirassés.

Il ne faudrait cependant pas croire que ces trente-neufs Battleships soient tous des navires ultramodernes. La majorité (23 navires sur 39) appartiennent à la catégorie dite des prédreadnought, des cuirassés lents à l'artillerie hétérogène et à la protection que l'on qualifiera pudiquement d'aléatoire. Ces vingt-trois navires se répartissent en huit classes différentes :


Le USS Indiana

-La classe Indiana (Indiana Massachusetts et Oregon) entrés en service en 1895/1896 (10453 tonnes, 15 noeuds, 4 canons de 330mm et 8 canons de 203mm)


Le USS Iowa

-L'Iowa entré en service en 1897 est l'unique représentant d'une classe de navires déplaçant 11528 tonnes, filant à 17 noeuds avec un armement principal composé de 4 canons de 305mm et de 8 canons de 203mm.


Le USS Kearsarge

-La classe Kearsarge (Kearsarge et Kentucky) entrée en service en 1900/01 se compose donc de deux navires de 10468 tonnes, filant à 16 noeuds avec un armement composé de 4 canons de 330mm et de 4 canons de 203mm.


Le USS Illinois

-La classe Illinois (Illinois Alabama et Wisconsin) entrée en service en 1900/01 est composée de trois navires déplaçant 10491 tonnes, filant à 17 noeuds avec pour armement principal 4 canons de 330mm et 14 canons de 152mm.


Le USS Maine

-La classe Maine ( Maine Missouri et Ohio) entrée en service entre 1902 et 1904 se compose de navires déplaçant 11339 tonnes, filant à 18 noeuds avec un armement composé de 4 canons de 305mm et de 16 canons de 152mm.


Le USS Virginia

-La classe Virginia (Virginia Nebraska Georgia New Jersey) entrée en service en 1906/07 se compose de navires déplaçant 13589 tonnes, filant à 19 noeuds avec un armement composé de 4 canons de 305mm et de 8 canons de 203mm.


Le USS Connecticut

-La classe Connecticut (Connecticut, Lousiana Vermont Kansas Minnesota et New Hampshire) entrée en service entre 1906 et 1908 se compose de navires de 14514 tonnes, filant à 18 noeuds avec un armement composé de 4 canons de 305mm et de 8 canons de 203mm.

Au final, l'US Navy à fait construire 27 cuirassés pouvant être assimilés à des prédreadnought. Les deux premiers baptisés Maine et Texas ont été pour le premier détruit à La Havane le 15 février 1898 et le second coulé comme cible en 1911 alors que les deux derniers baptisés Mississipi et Idaho ont été vendus à la Grèce en 1914 après à peine six ans de service aux Etats Unis et rebaptisés Kilkis et Lemnos.


Le USS Mississippi

Les seize autres cuirassés encore en service à la fin du premier conflit mondial sont donc des cuirassés à artillerie monocalibre, des All Big Guns Battleship mais là encore il faut faire la différence entre dreadnought et superdreadnought.

On trouve tout d'abord huit dreadnought armés de canon d'un calibre que l'on pourrait qualifier d'universel, le 305mm ou 12 pouces, utilisé par toutes les grandes marines sauf la marine allemande qui préférait le 280mm.


Le USS Michigan (BB-27)

-La première classe de cuirassés de type dreadnought de la marine américaine est la classe South Carolina composés des South Carolina (BB-26) et Michigan (BB-27) mis en service en 1910, ces navires déplaçant 16000 tonnes, filant à 18.5 noeuds et armés de huit canons de 305mm en quatre tourelles doubles plus 22 canons de 76mm en casemates.


Le USS Delaware (BB-28) en 1909

-La classe South Carolina est suivie par la classe Delaware composée des Delaware (BB-28) et North Dakota (BB-29) mis en service en 1910, ces navires déplaçant environ 20000 tonnes, filant à 21 noeuds avec un armement composé de dix canons de 305mm en cinq tourelles doubles plus 14 canons de 127mm.


Le USS Florida (BB-30)

-Les Delaware sont suivis par les deux navires de classe Florida, les Florida (BB-30) et Utah (BB-31) entrés en service en 1911, ces navires déplaçant 21825 tonnes, filant à 21 noeuds avec un armement composé là encore de dix canons de 305mm en cinq tourelles doubles plus seize canons de 127mm.


Le USS Arkansas (BB-33) en 1945

-Après les Delaware et les Florida suivent les deux navires de classe Wyoming, les Wyoming (BB-32) et Arkansas (BB-33), des navires entrés en service en 1912, déplaçant 26000 tonnes, filant à 21 noeuds avec un armement composé de douze canons de 305mm en six tourelles doubles et 21 canons de 127mm.

Après les Wyoming, les américains suivent la tendance générale en passant au superdreadnought en abandonnant le 305mm pour le 356mm, le 12 pouces pour le 14 pouces.


Le USS New York (BB-34)

-La première classe de superdreadnought de l'US Navy est la classe New York composé des cuirassés New York (BB-34) et Texas (BB-35). Admis au service actif en 1914, ces deux navires de 24500 tonnes filaient 21 noeuds et étaient armés de dix canons de 356mm en cinq tourelles doubles (deux avant, deux arrière et une centrale) et 21 canons de 127mm en casemates.


Le USS Nevada (BB-36) en 1916

-Aux deux New York succèdent les deux cuirassés de classe Nevada, les Nevada (BB-36) et Oklahoma (BB-37), des navires de 27900 tonnes, filant 20.5 noeuds et toujours armés de dix canons de 356mm comme les New York mais les Nevada disposaient cette fois de deux tourelles triples et de deux tourelles doubles, l'armement secondaire se composant lui de 21 canons de 127mm en casemates.


Le USS Pennsylvania (BB-38) en 1934

-Les deux cuirassés de classe Pennsylvania, les Pennsylvania (BB-38) et Arizona (BB-39) mis en service en 1916 marquent la généralisation de la tourelle triple ce qui permet à ces cuirassés d'aligner une impressionante batterie principale de 12 canons de 356mm en quatre tourelles triples (deux avant deux arrières). Déplaçant 31500 tonnes, ces navires étaient également armés de 22 canons de 127mm et pouvaient filer à 21 noeuds.


Les trois cuirassés de classe New Mexico avec le New Mexico au premier plan, le Mississippi au milieu et l'Idaho à l'arrière plan

-Traditionellement, les cuirassés américains étaient financés deux par deux. Le budget 1914 finance ainsi la construction de deux cuirassés dérivés des Pennsylvania, des cuirassés baptisés New Mexico (BB-40) et Mississippi (BB-41).

La vente des prédreadnought Mississipi et Idaho à la Grèce permet le financement d'un troisième navire baptisé Idaho (BB-42) mais si les deux premiers ont été mis en service en 1917 et 1918, le troisième ne le sera qu'en 1919.

Sur le plan technique, ces cuirassés déplacent 32000 tonnes, filent à 21 noeuds avec un armement composé de 12 canons de 356mm en quatre tourelles triples et 22 canons de 127mm.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 13:35

2-Une flotte en expansion...............

Dans l'immédiat de l'après guerre, la flotte de cuirassés américaine va connaître des hauts et des bas avec des désarmements et des mise en service, ces dernières faisant plus que compenser les désarmements puisque les désarmements concernent les prédreadnoughts et les mise en service concernent des superdreadnoughts.

En 1919, l'US Navy désarme les Indiana Massachusetts Oregon Iowa et Missouri, en 1920 sont retirés du service les cuirassés Kearsarge Kentucky Illinois Alabama Wisconsin Maine Virginia Nebraska Georgia New Jersey Rhode Island Louisiana et Vermont alors qu'en 1921 sont désarmés les cuirassés Kansas Minnesota New Hampshire et le dreadnought South Carolina. Enfin, l'Ohio est désarmé en 1922 tout comme le dreadnought Michigan pour respecter le traité de Washington tout comme les Delaware et North Dakota qui accompagnent le Connecticut en 1923.

27 cuirassés désarmés et combien de mis en service ? Trois unités rejoignent le corps de bataille américain. En plus de l'Idaho déjà mentionné s'ajoutent les deux cuirassés de classe Tennessee mis en service en 1920 et 1921.


Le USS Tennessee (BB-43) en 1944

Baptisés Tennessee (BB-43) et California (BB-44), ce sont des navires de 32300 tonnes, filant à 21 noeuds avec pour armement 12 canons de 356mm en quatre tourelles triples et 14 canons de 127mm en casemates.

Au moment où la première guerre mondiale éclate, la rivalité entre le Japon et les Etats Unis pour le contrôle du Pacifique devient de plus en plus sensible. A l'époque, le Japon est allié à la Grande Bretagne (traité d'alliance signé en 1902) et Washington craint d'être pris entre deux feux dans une guerre l'opposant aux marines japonaises et britanniques.

Une course aux armements est lancée alors que le Japon est peu concerné par la première guerre mondiale et que les Etats Unis sont encore neutres. Cette course aux armements se manifeste par une construction de nombreux cuirassés et croiseurs de bataille.

Ce sont les américains qui tirent les premiers. Le 21 juillet 1915, le président Wilson demande à son secrétaire à la marine, Josephus Daniels un programme navale qui est établit à la fin du mois d'août 1915 et prevoit huit navires de ligne, cinq croiseurs, 65 destroyers et sous marins mais il est doublé en octobre avec seize navires de ligne et 140 autres navires à réaliser en cinq ans pour 481 millions de dollars. Le programme naval de 1916 est ainsi approuvé le 15 août 1916 et le Bill devient Act par signature du président Wilson le 29 août 1916. Le financement de dix cuirassés, six croiseurs de bataille, dix croiseurs,cinquante destroyers, soixante-sept destroyers et treize auxiliaires est étalé sur les années fiscales 1917 1918 et 1919.

Les japonais connaissent les détails du plan américain au début de 1917 et riposent le 14 juillet 1917 par le programme dit «8-4» qui prévoit huit cuirassés et quatre croiseurs de bataille pour 1924 mais l'augmentent bientôt avec le programme «8-8» pour huit cuirassés et huit croiseurs de bataille à achever avant le 1er avril 1928.

Chaque mise sur cale répond à une autre, au grand dam des britanniques qui peinent à suivre la cadence effrenée suivi par leur allié et par leur cousin d'outre-atlantique.

Parmi les dix cuirassés, nous trouvons quatre cuirassés de classe Colorado et six de classe South Dakota, des unités extrêmement puissantes, bien plus puissantes que les Tennessee.


Le USS Colorado (BB-45)

Les cuirassés de classe Colorado sont ainsi baptisés Colorado (BB-45) Maryland (BB-46) Washington (BB-47) et West Virginia (BB-48). Déplaçant 29600 tonnes, ils peuvent filer à 21 noeuds et sont armés de huit canons de 406mm en quatre tourelles doubles (deux avant et deux arrières) et 12 canons de 127mm en casemates.


Représentation d'artiste d'un South Dakota

Quand aux six South Dakota, ils sont baptisés South Dakota (BB-49) Indiana (BB-50) Montana (BB-51) North Carolina (BB-52) Iowa (BB-53) et Massachussets (BB-54). Par rapport aux Colorado, les South Dakota étaient mieux armés (12 canons de 406mm au lieu de 8) plus rapides (23 noeuds au lieu de 21 noeuds) et plus gros avec presque 10000 tonnes de plus.


Classe Lexington

A ces dix cuirassés, s'ajoutent six croiseurs de bataille de classe Lexington, des navires baptisés Lexington (CC-1) Constellation (CC-2) Saratoga (CC-3) Ranger (CC-4) Constitution (CC-5) et United States (CC-6), des navires de 43500 tonnes, filant à 33.5 noeuds avec comme armement 8 canons de 406mm en quatre tourelles doubles et 16 canons de 152mm.

Il semblait donc écrit que l'US Navy allait disposer de 31 cuirassés et de 6 croiseurs de bataille, une flotte formidable, puissante et magnifique............ .

3-...........mais une expansion brutalement interrompue

Cette course choque de plus en plus les opinions publiques qui réclament une réduction des armements navals. Le 10 juillet 1921, le président américain Harding envoie à la Grande Bretagne, au Japon, à la France, la Chine et l'Italie une invitation à une conférence sur le désarmement.

Comme toujours dans ses grandes messes internationales, l'hypocrisie et les faux-semblants sont maitres et chacun calculant les avantages et les inconvénients d'une telle conférence sur leur situation stratégique et la défense de leurs intérêts.

La conférence de Washington s'ouvre le 12 novembre 1921 sous la présidence de Charles Evans Hughes, le secrétaire d'Etat américain. Ce dernier propose le gel de la construction des cuirassés pour dix ans et la limitation des caractéristiques des autres catégories de navires. Les britanniques auraient voulu interdire le sous marin mais ils ne peuvent obtenir gain de cause en raison de l'opposition de la France, du Japon, de l'Italie et plus discrète des Etats Unis.

Le traité de Washington signé le 6 février 1922 met fin à la course aux armements navals en imposant à la fois des contingents globaux par pays et des limites pour chaque type de navire.

Les Etats Unis pouvaient posséder 500600 tonnes de cuirassés et 135000 tonnes de porte-avions, l'Empire Britannique (Grande Bretagne + Dominions) 580450 tonnes de cuirassés et 135000 tonnes de porte-avions, le Japon 301320 tonnes de cuirassés et 81000 tonnes de porte-avions, La France 220170 tonnes de cuirassés et 60000 tonnes de porte-avions et enfin l'Italie 180800 tonnes de cuirassés et 60000 tonnes de porte-avions

La construction de nouveaux cuirassés était interdire jusqu'en 1931 dans le cadre de la battleship holiday sauf exceptions notament pour remplacer des unités détruites (Grande Bretagne avec les deux Nelson, France avec les Dunkerque mais l'Italie n'utilisera pas cette possibilité).

Sur le plan technique, le traité définissait les différentes catégories de navires. Le cuirassé était ainsi un navire de 10 à 35000 tonnes armés de canons d'un calibre supérieur ou égal à 203mm et inférieur à 406mm.

Les conséquences sont immédiates sur le corps de bataille de l'US Navy. Trois dreadnoughts sont ainsi désarmés, les Michigan Delaware et North Dakota alors que la construction des Washington South Dakota Indiana Montana North Carolina Iowa et Massachussets sont abandonnés tout comme les croiseurs de bataille de classe Lexington, seuls les Lexington et Saratoga seront achevés mais en porte-avions.

4-Des projets rien que des projets

Si le traité de Washington stoppait toute construction de cuirassés, il n'interdisait pas les études et les bureaux d'études américains tournèrent à plein régime pour être capables de produire rapidement un cuirassé performant quand les traités deviendraient caduques car personne n'était dupe : les traités n'avaient qu'une durée de vie limité.

Alors que les Colorado, les South Dakota et les Lexington étaient sur cale ou sur le point de l'être, les bureaux d'études travaillaient sur un nouveau type de cuirassés. Une étude lancée en 1916 aboutit ainsi à un navire de 80000 tonnes, armés de 15 canons de 457mm avec une ceinture de 406mm, une propulsion turbo-électrique et une vitesse de 25.2 noeuds. Ce projet n'aura aucune suite mais il est probable que ce projet n'était en réalité qu'une étude théorique destinée à permettre aux américains de savoir dans quelles limites ils pouvaient évoluer.

Les études ne cessent de se poursuivre durant les années vingt, les américains voulant être prêts à reprendre la construction dès que possible. Les différentes études concernent des navires de 35000 tonnes à propulsion par turbines armés de canons de 406mm et de 152mm (comme une étude en 1929 avec 9 canons de 406mm et 16 canons de 152mm). Certains projets imitant les Nelson britanniques voient les trois tourelles triples concentrées sur la plage avant.

Les américains restent attachés au cuirassé lent et bien protégé mais devant les réalisations étrangères comme les Deutschland et les Dunkerque, ils doivent se résoudre au fait qu'un cuirassé lent appartient au passé et que l'avenir appartient au cuirassé rapide, type de navire inventé par les britanniques (eh oui encore eux) avec les Queen Elisabeth qui filent 25 noeuds soit 4 à 5 noeuds de plus que les cuirassés américains contemporains.

Entre 1929 et 1932, les études portent sur des bâtiments entre 25 et 35000 tonnes pour prévoir le cas d'une nouvelle limitation. En 1931, les projets se multiplient pour des bâtiments de 25 à 35000 tonnes, des vitesses de 21 à 27.5 noeuds et un armement allant du 305 au 406mm.

En 1933, quatre études sont présentées pour des cuirassés de 22 noeuds déplaçant de 30 à 35000 tonnes. La menace représentée par les croiseurs de bataille comme le Renown, le Kongo et le Dunkerque valorise la vitesse. Le 20 décembre 1933, un programme d'étude est lancé avec treize projets allant de 19500 tonnes à 35000 tonnes, une vitesse de 22 à 32.5 noeuds. Les trois projets filant à 32.5 noeuds auraient été spécialisés dans l'escorte des porte-avions preuve que les américains avaient prévu le rôle majeur des porte-avions dans un futur conflit.

En juillet 1934, quatre études aboutissent à des cuirassés de 31000 à 35000 tonnes, avec une vitesse de 21 à 31.5 noeuds de neuf à douze canons de 356mm. Les projets sortis en septembre 1934 donnent des bâtiments de 35000 tonnes, 8 ou 9 canons de 406mm ou 9 ou 12 de 356mm et des vitesses variant de 21 à 30.5 noeuds. Une étude projet pour un cuirassé de 25000 tonnes est encore réalisée en 1934 pour répondre aux britanniques.

En novembre 1934, les américains étudient à l'opposé le «supercuirassé» aboutissant à un navire de 66000 tonnes marchant à 25.3 noeuds ou de 72500 tonnes marchant à 30 noeuds et avec dans les deux cas, 8 canons de 508mm, une ceinture de 406mm et une longueur de 297m.

En dépit de la menace des navires ennemis, les américains sont très attachés aux cuirassés lents mais reconnaissent le besoin de navires rapides notament face aux japonais. Ces derniers annoncent l'abandon des traités en mars 1934 ce qui signifie qu'à partir du 31 décembre 1936, la construction de cuirassés est possible.

Le General Board à demander de nouvelles études en mai 1934 et une vingtaine sont réalisées pour des cuirassés de 23500 à 40500 tonnes, marchant de 23 à 30.5 noeuds avec un armement allant de 8 canons de 305mm à 9 de 406mm en parlant de différentes combinaisons de 356mm. Une des études prévoit deux tourelles quadruples à l'arrière et trois catapultes à l'avant.

Après pas moins de 35 études, la construction de deux cuirassés est autorisé le 3 juin 1936 même si le projet n'est totalement arrêté en novembre 1936 avec 9 canons de 406mm en trois tourelles triples ou 12 canons de 356mm en trois tourelles quadruples.

Financés par l'année fiscale 1936-1937 (1er juillet 1936-30 juin 1937), les cuirassés BB55 et BB56 sont baptisés North Carolina et Washington qui sont commandés le 1er août 1937 après que l'installation de canons de 406mm eut été autorisé par le secrétaire à la marine le 15 juillet 1937.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 13:42

6-Les North Carolina et les South Dakota


Le USS North Carolina (BB-55) en 1943

-Le USS North Carolina (BB-55) est mis sur cale à l'Arsenal de Brooklyn à New York le 27 octobre 1937 lancé le 13 juin 1940 et admis au service actif le 15 mai 1941. La mise au point interminable du navire et ses aller et retour dans le port de New York lui vaudront le surnom ironique de «Show boat».

Après avoir participé à la guerre du Pacifique, il est désarmé le 27 juin 1947 et mis sous cocon. Il ne sera jamais réarmé et est rayé du Naval Vessel Register le 1er juin 1960. Il est transferé à la Caroline du Nord le 6 septembre 1961 et est depuis navire-musée à Wilmington pour célébrer la mémoire des nord-caroliniens morts durant le second conflit mondial.


Le USS Washington (BB-56)

-Le USS Washington (BB-56) est mis sur cale à l'Arsenal de Philadelphie le 14 juin 1938 lancé le 1er juin 1940 et admis au service actif le 15 mai 1941. Il participe au second conflit mondial dans l'Atlantique et dans le Pacifique.

Après plusieurs voyages et une croisière de l'Académie Navale à l'été 1946, le Washington fût placé en réserve le 27 juin 1947. Affecté au New York Group de l'Atlantic Reserve Fleet, il fût rayé des registres le 1er juin 1960 et vendu à la démolition le 24 mai 1961.


Classe North Carolina

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 36000 tonnes pleine charge 44800 tonnes (1942) Dimensions : longueur 222m largeur 33m tirant d'eau 8.2m Propulsion : 4 turbines vapeur à engrenages General Electric alimentées par 8 chaudières Babcox & Wilcox à trois tubes dévellopant 121000ch et actionnant 4 hélices à quatre pales.

Performances : vitesse maximale : 27 noeuds distance franchissable : 5740 miles nautiques à 25 noeuds et 16230 miles nautiques à 15 noeuds.

Protection : ceinture blindée de 168 à 305mm Bulkheads 28 à 228mm Barbettes : 292 à 406mm
Tourelles : 406mm pour la face avant, 249mm sur les faces latérales, 300mm pour les faces arrières et 178mm pour le toit. Pont blindé 16 à 91mm

Armement : 9 canons de 406mm (16 pouces) Mark 6 en trois tourelles triples (deux avant et une arrière), 20 canons de 127mm (5inch) Mark 12 en 8 tourelles doubles Mark 28.

-4 affûts quadruples de 28mm et 12 mitrailleuses de 12.7mm remplacés par des canons de 20mm Oerlikon et de 40mm Bofors. L'armement léger fût d'abord porté sur le North Carolina à 6 affûts quadruples de 28mm puis les canons de 28mm furent remplacés par dix affûts quadruples de 40mm après son torpillage, nombre porté à 14 à juin 1943 puis par un quinzième en novembre. Quand au Washington, il conserva ses six affûts quadruples de 28mm jusqu'au milieu de 1943 quand ils furent remplacés par dix affûts quadruples de 40mm, nombre porté à quinze, configuration qu'ils conservèrent jusqu'à la fin de la guerre.

Au cours de la guerre, les mitrailleuses de 12.7mm devaient être remplacés par des canons de 20mm mais les deux cohabitèrent pendant un certain temps. La DCA légère fût régulièrement renforcée et à la fin de la guerre, le North Carolina disposait de 56 canons de 20mm (16 affûts doubles et 23 affûts simples) et le Washington de 75 canons de 20mm (1 affût quadruple, quatre affûts doubles et soixante-trois affûts simples).

Aviation : deux catapultes à la poupe et trois hydravions Vought OS2U Kingfisher

Equipage : 144 officiers et 2195 officiers mariniers, quartiers maitres et marins


La construction des North Carolina et Washington marque le renouveau du corps de bataille de la marine américaine. Ces navires sont cependant jugés trop lents pour escorter les portes-avions et la protection sous marine contre les torpilles et les obus explosant dans l'eau est jugée trop faible sans parler des machines qui peuvent être perfectionnées.

Les cuirassés immatriculés BB57 et BB58 financés à l'année fiscale 1938-39 devaient être deux autres North Carolina mais ils vont être construits sur de nouveaux plans dont l'étude à commencé en mars 1937 et qui sont approuvés le 4 janvier 1938 après un tri entre neuf variantes. La protection est améliorée mais pour rester dans les limites des 35000 tonnes, la longueur est réduite de 14m ce qui pose de sérieux problèmes d'habitabilité.

La construction des BB57 et 58 est autorisée le 4 avril 1938 mais le Congrès proposa aussitôt deux autres bâtiments qui sont aussitôt acceptés par Roosevelt et les quatre bâtiments sont financés le 17 mai 1938.

Le BB57 est baptisé South Dakota, le BB58 reçoit le nom d'Indiana, le BB59 est baptisé Massachusetts et enfin le BB60 est baptisé Alabama.


Le USS South Dakota (BB-57) à la mer

-Le USS South Dakota (BB-57) est mis sur cale aux chantiers de la New York Shipbuilding Corporation de Camden dans le New Jersey le 5 juillet 1939 lancé le 7 juin 1941 et admis au service actif le 20 mars 1942.

Après avoir combattu dans l'Atlantique et dans le Pacifique, L'Alabama est désarmé le 31 janvier 1947 et placé sous cocon. Rayé des registres le 1er juin 1962, il est vendu à la démolition en octobre de la même années et démantelé.


Le USS Indiana (BB-58) en 1943

-Le USS Indiana (BB-58) est mis sur cale aux Newport News Shipbuilding de Newport News (Virginie) le 20 novembre 1939 lancé le 21 novembre 1941 et admis au service actif le 30 avril 1942.

Après avoir combattu exclusivement dans le Pacifique, il est placé en réserve dès septembre 1946 et officiellement désarmé le 31 janvier 1947, l'Indiana comme tous les cuirassés américains à l'exception des Iowa ne connu plus le service actif et fût vendu à la démolition le 6 septembre 1963.


Le USS Massachusetts (BB-59) dans l'Atlantique

-Le USS Massachusetts (BB-59) est mis sur cale aux chantiers de la Bethlehem Steel Corporation sur la Fore River dans le Maine le 20 juillet 1939 lancé le 23 septembre 1941 et admis au service actif le 12 mai 1942.

Combattant aussi bien en Afrique du Nord (opération Torch) que dans le Pacifique, il est désarmé le 27 mars 1947 et placé sous cocon jusqu'au 1er juin 1962. Sauvé de la démolition par la mobilisation de ses habitants et de vétérans, il est ancré à Fall River depuis le 14 août 1965.


Le USS Alabama (BB-60) en février 1943

-Le USS Alabama (BB-60) est mis sur cale au Norfolk Naval Navy Yard sis à Porsmouth (Virginie) le 1er février 1940 lancé le 16 février 1942 et admis au service actif le 16 août 1942.

Après avoir combattu en mer du Nord et dans le Pacifique, L'Alabama est désarmé le 9 janvier 1947 et affecté à l'United States Pacific Reserve Fleet, Bremerton Group où il resta jusqu'au 1er juin 1962, date à laquelle il fût rayé du Naval Vessel Register et promis à la démolition. Sauvé par la mobilisation de ses habitants, le cuirassé est depuis le 9 janvier 1965 ouvert au public à Mobile.


Schéma de la classe South Dakota

Caractéristiques Techniques de la classe South Dakota

Déplacement : standard 39825 tonnes pleine charge de combat 45233 tonnes maximale autorisée 46959 tonnes

Dimensions : longueur (hors tout) 207.36m (flottaison) 202.94m largeur hors tout : 32.94m tirant d'eau : (lége) 8.46m (pleine charge) 10.65m (maximal autorisé) 11.03m

Propulsion : 4 turbines à engrenages General Electric alimentées par 8 chaudières Babcock & Wilcox dévellopant une puissance maximale de 131800ch (136800ch à feux poussés) entrainant 4 hélices (5.33m de diamètre pour les hélices intérieures et 5.40m pour les hélices extérieures) pour les South Dakota et Massachusetts alors que l'Indiana et l'Alabama dispose de 4 turbines à engrenages Westinghouse alimentées par 8 chaudières Babcock & Wilcox dévellopant 130000 ch et entrainant 4 hélices.

Performances : vitesse maximale : 28 noeuds distance franchissable : 17450 miles nautiques à 15 noeuds 6400 miles nautiques à 25 noeuds

Protection : l'acier utilisé est un acier spécial STS classe B. La ceinture à une épaisseur variable de 222 à 310mm inclinée à 19° (équivalant à une ceinture verticale de 439mm). Pont blindé à 38mm; soutes à munitions protégé par un pont de 208mm; l'appareil à gouverner est protégé par une épaisseur de 195mm et la partie arrière dont les lignes d'arbre est protégé par 159mm.

Armement : 9 canons de 406mm (16 pouces) Mark 6 en trois tourelles triples (deux avant et une arrière). 20 (16 pour le South Dakota gréé en navire amiral) canons de 127mm (5inch) Mark 12 en 8 tourelles doubles Mark 28.

La DCA légère prévue à l'origine se composait de 12 canons de 28mm en trois affûts quadruples et 12 mitrailleuses de 12.7mm mais au final il furent équipés de 28 canons de 28mm en 7 affûts quadruples, de 8 mitrailleuses de 12.7mm et de 16 canons de 20mm.

Cet armement évolua considérablement puisqu'il se composa à la fin de 1944 de 72 canons de 20mm en affûts simples et doubles et 72 canons de 40mm Bofors en 18 affûts quadruples.

Aviation : deux catapultes à la poupe et quatre hydravions Vought Kingfisher.

Equipage : 1793 hommes dans le projet, 2257 hommes dont 145 officiers à 2354 hommes durant la guerre. 1611 à 2351 pour l'après guerre

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 13:48

7-Des lents et des rapides : les Iowa et les Montana

Alors que les South Dakota ne sont pas encore sur cale, les américains étudient de nouveaux cuirassés plus rapides tout en étant plus protégés et aussi bien armés ce qui apparaît comme une véritable quadrature du cercle dans les limites des traités de Washington et de Londres (35000 tonnes).

Les études qui allaient donner naissance aux Iowa commencèrent au début de 1938 sous la direction de l'amiral Thomas C. Hart, le chef du General Board, l'organisme chargé de dresser les plans des navires de l'US Navy.

Les premières esquisses dessinèrent une version agrandie des South Dakota avec douze canons de 406mm ou neuf canons de 460mm mais cette dernière configuration fût abandonnée dès le 31 mars 1938, l'accord américano-franco-anglais augmentant le déplacement à 45000 tonnes mais maintenant la limite de l'artillerie principale à 406mm.

Ces nouveaux cuirassés devaient être mieux protégés ce qui nécessitait une puissance propulsive supérieure ne serais ce que pour maintenir la vitesse de 27 noeuds. Si ces études n'eurent pas d'impact direct sur le futur design des Iowa, ils servirent de base pour celui des Montana.

Une autre piste fût envisagée, celle d'un «cruiser-killer», donnant un navire de 46200 tonnes, filant à 35 noeuds avec une distance franchissable de 20000 miles nautiques à 15 noeuds et surtout un armement composé de douze canons de 406mm et douze canons de 127mm mais sa protection ne le protégeait que contre des obus de 8 pouces (203mm).

En mars 1938, le General Board repartit de zéro pour un nouveau projet qui prévoyait une vitesse de 30 noeuds qui étaient atteignable avec un déplacement de 34100 tonnes. Une vitesse de 33 noeuds nécessitait une puissance propulsive de 220000ch ce qui portait le déplacement à 35600 tonnes.

Comme souvent le projet à prit du poids et au final le projet flirtait avec les limites des traités soit 45000 tonnes.

En mai 1938, le Congrès vota le Second Vinson Act qui augmentait de 20% le tonnage prévu pour l'US Navy, prévoyant la construction de six cuirassés, les quatre South Dakota et deux cuirassés d'un nouveau design qui était encore pas totalement gêlé au moment du vote du Congrès.


Schéma de la classe Iowa, des navires élégants n'est-il pas ?

Le design est finalement arrêté au mois de novembre 1938 et les deux premiers cuirassés baptisés Iowa (BB-61) et New Jersey (BB-62) sont financés par l'année fiscale 1939-40.


Les cuirassés de classe Iowa sont baptisés essentiellement du nom d'Etats du Midwest

La situation internationale se dégradant, l'expansion du corps de bataille américain s'accélère avec l'autorisation de construction de deux autres Iowa baptisés Missouri (BB-63) et Wisconsin (BB-64) à l'année fiscale 1941 et de deux autres navires de ce type le 19 juillet 1940 dans le cadre du «Two Ocean Navy Act» qui finance la construction de l'Illinois (BB-65) et du Kentucky (BB-66).

Ces six cuirassés rapides conçus certes pour le combat de ligne mais également pour l'éclairage de la flotte et la protection antiaérienne des porte-avions ne sont pas suffisants notamment pour contrer les Yamato dont les véritables caractéristiques resteront longtemps secrètes ou du moins nimbées de mystère.

Les américains reviennent alors à leurs premières amours : le cuirassé lent lourdement armé et bien protégé qui avaient été leur marque de fabrique (aucun croiseur de bataille n'à ainsi été construit par l'US Navy même si on peut s'interroger sur les Alaska).

Ils abandonnent même l'idée que ces cuirassés puissent franchir le canal de Panama ce qui permet aux ingénieurs du General Board d'avoir les coudées franches pour dessiner un navire bien protégé et bien armé, plus lent que les Iowa avec une vitesse maximale de 27 noeuds.

Cinq cuirassés de 59000 tonnes sont autorisés au nom du Two Ocean Navy Act du 19 juillet 1940 qui prévoit 385000 tonnes de cuirassés supplémentaires.


Comparaison entre les Iowa et les Montana

Aucun ne sera achevé ni même mis sur cale en raison d'une pénurie d'acier et d'autres priorités comme les destroyers d'escorte. La construction du Montana (BB-67) de l'Ohio (BB-68), du Maine (BB-69), du New Hampshire (BB-70) et du Lousiana (BB-70) est suspendue le 20 mai 1942 et définitivement abandonnée le 21 juillet 1943 en raison du manque d'acier, de la surcharge des chantiers et de la priorité donnée désormais aux «pont plats», les Montana étant sacrifiés au profit des Midway.


Schéma de la classe Montana. Le shiplover que je suis ne peux que regretter que leur construction ait été abandonné

Les Iowa vont donc être les derniers cuirassés construits par la marine américaine ce qui les fera entrer dans l'histoire tout comme ils deviendront célèbres par la longueur de leur carrière.


Classe Iowa et Montana

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 14:09

LE USS IOWA (BB-61)

Le USS Iowa le 5 mars 1945

1-Construction et mise au point

Le BB-61 est officiellement commandé le 1er juillet 1939 et sa construction attribuée au New York Naval Shipyard, l'un des six arsenaux «historiques» établis en 1800 avec Portsmouth, Boston, Philadelphie, Washington et Norfolk.


Localisation du Brokklyn Navy Yard/Naval Shipyard

Cérémonie de mise sur cale de l'Iowa le 27 juin 1940

Installé dans le quartier de Brooklyn, cet Arsenal (fermé en 1966) avait déjà construit dix cuirassés avant l'Iowa à savoir le Maine (celui qui à explosé à La Havanne en 1898), le Connecticut (BB-18), le Florida (BB-30), le New York (BB-34), l'Arizona (BB-39), le New Mexico (BB-40), le Tennessee (BB-43), les morts nés South Dakota (BB-49) et Indiana (BB-50) et enfin le North Carolina (BB-55), le fameux «Show Boat» pour ses aller et retour incessants dans le port de New York.


L'Iowa en construction

L'Iowa en construction en juillet 1941

-Le USS Iowa (BB-61) est mis sur cale au New York Naval Shipyard le 27 juin 1940 et lancé le 27 août 1942. Son achèvement à flot est particulièrement rapide puisqu'il est commissioné dès le 22 février 1943 après donc seulement 31 mois et 26 jours entre sa mise sur cale et le statut de commissioned qui correspond en France à la clôture d'armement.


Le Iowa paré au lancement et ci-dessous l'Iowa prennant contact avec son élément



Le USS Iowa (BB--61) à New York en mars 1943


Deux photos du cuirassé en avril 1943


Si l'Iowa est prêt techniquement parlant, il reste à assurer sa mise en condition opérationnelle. Il quitte ainsi son chantier constructeur le 24 février 1943 pour la baie de Chesapeake où s'entraine le cuirassé jusqu'à la fin du mois d'août avant d'entamer véritablement sa carrière opérationnelle.


Le USS Iowa à New York en juillet 1943

2- «The Hawkeye State» et les autres navires ayant porté ce nom

Le premier cuirassé rapide de l'US Navy porte le nom d'un état du Midwest américain. Cet état dont le nom est issu comme bien souvent du nom d'une tribut amérindienne (les Ioway) n'à été que tardivement américain en l'occurence 1803 quand Napoléon 1er à vendu la Lousiane aux Etats Unis d'Amérique.

Surnom «The Hawkeye State» (l'Etat oeil de faucon) mais également «American Heartland» (le coeur de l'Amérique), l'Etat d'Iowa dont la capitale est Des Moines (203433 habitants) à été admis dans l'Union le 28 décembre 1846, devenant le 29ème Etat des United States of America. Durant la guerre de Secession, il est resté fidèle à l'Union. A noter qu'il s'agit de l'état d'origine du président Herbert Hoover et du vice-président Henry Wallace.

Le BB-61 est le quatrième navire à porter le nom de cet état mais seulement le deuxième à entrer en service. Le premier est un monitor de 1864 qui fût baptisé de ce nom peut avant sa démolition sans qu'il n'ait été mis en service.


Le USS Iowa (BB-4)

Le second en revanche à été mis en service. Cuirassé de 11500 tonnes, le BB-4 est construit par les chantiers William Cramp & Sons de Philadelphie, étant mis sur cale le 5 août 1893 lancé le 28 mars 1896 et commissioné le 16 juin 1897. Il à participé à la guerre hispano-américaine de 1898 et est finalement désarmé le 31 mars 1919. Rebaptisé Coast Battleship n°4 le 30 avril 1919, il est transformé en bâtiment cible et coulé lors de manoeuvres dans le Pacifique le 23 mars 1923.

Le troisième navire est un autre cuirassé de classe South Dakota, le BB-53. Il est mis sur cale aux Newport News Shipbuilding & Drydock Company le 17 mai 1920 mais sa construction suite au Traité de Washington est suspendue à 31.8% le 8 février 1922 et abandonnée le 17 août 1923. Il est rayé du registre naval le 24 août 1923 et vendu à la démolition de 8 novembre 1923.

Depuis le BB-61, aucun autre navire n'à porté le nom de cet état en raison de la carrière particulièrement longue de «The Big Stick»

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 14:15

3-Carrière opérationnelle

Le Second conflit mondial : des opérations amphibies à défaut de batailles navales

Le USS Iowa en exercice de tir début 1944

En cet été 1943 si l'Allemagne est loin d'avoir perdu la guerre, sa marine elle connait ses jours sombres notamment son corps de bataille qui à perdu plusieurs unités dont le Bismarck mais possédait encore son sister-ship, le Tirpitz qui tapit dans les fjords norvégiens menaçait les convois à destination de l'URSS (moins ceux de l'Atlantique, l'expérience du Bismarck dissuadant les allemands d'envoyer de grosses unités de surface dans cet océan devenu hostile).

Pour contrer une éventuelle sortie dans l'Atlantique, l'Iowa gagne à la fin du mois d'août 1943 la base navale d'Argentia à Terre Neuve où il va rester déployer jusqu'à la mi-octobre 1943 quand il rentre aux Etats Unis, ralliant Norfolk le 25 octobre 1943 pour deux semaines de maintenance et de repos pour l'équipage.

Le 12 novembre 1943, il embarque le président Roosevelt à Hampton Roads, ce dernier devant participer à la conférence de Téhéran. Le cuirassé est escorté par le destroyer William D. Porter et par le porte-avions d'escorte Santee direction Mers-El-Kébir où il arrive le 20 novembre.

A la demande du président Roosevelt, la petite escadre exécute un entrainement le 14 novembre, un entrainement qui faillit se transformer en fiasco quand une torpille d'un destroyer manqua de peu le cuirassé alors utilisé comme plastron.

Au large du Maroc, la petite escadre est ralliée par le croiseur léger Brooklyn et six destroyers avant que l'escadre bien plus puissante rallie Mers-El-Kébir le 20 novembre 1943.

Le président américain rallie Le Caire où il rencontre Churchill et Tchang Kaï-Chek du 22 au 26 novembre puis rallie Téhéran pour une conférence avec Staline du 28 novembre au 2 décembre avant une nouvelle conférence au Caire du 3 au 7 décembre. L'Iowa rembarque son illustre passager à Dakar le 9 décembre pour rallier Hampton Roads (Virginie) le 16 décembre 1943.


Le USS Iowa quittant la côte est le 2 janvier 1944

Devenu navire-amiral de la Battleship Division 7 (BatDiv), L'Iowa et son sister-ship New Jersey quittent la côte est le 2 janvier 1944, franchissent le canal de Panama le 7 janvier pour rallier Pearl Harbor.

Sur place, les deux cuirassés intègrent la TF58 de l'amiral Mitscher qui à posé sa marque le Yorktown (classe Essex). Ils forment plus précisément le TG 58.3 (contre-amiral Frederick Sherman) composé du porte-avions moyen Bunker Hill, des porte-avions légers Cowpens et Monterey et du croiseur lourd Wichita.


Le USS Iowa engagé dans l'opération Flintlock

Quittant Pearl Harbor le 19 janvier 1944, l'Iowa et les autres navires de la TF58 vont participer à la couverture de l'opération «Flintlock», la conquête des îles Marshall. Le BB-61 couvre ainsi les porte-avions de son groupe de combat qui attaquent du 29 janvier au 6 février les atolls de Kwajalein et Eniwetok, l'opération amphibie débutant le 31 janvier 1944.

Après ravitaillement à Majuro, l'Iowa et le New Jersey vont participer à l'opération «Hailstone», un raid aérien massif contre Truk considéré comme le «Pearl Harbor japonais» et comme pour Flintlock, les deux cuirassés vont d'abord couvrir les porte-avions avant de passer à un rôle plus offensif.

Peu avant le début de l'opération le 17 février, des navires japonais ont réussi à s'échapper de l'atoll et un groupe occasionnel est mis sur pied pour les intercepter et les détruire. Le cuirassé Iowa et son compère New Jersey intègrent cette force en compagnie des croiseurs lourds Minneapolis et New Orleans plus quatre destroyers qui coule le croiseur léger Katori, le destroyer Maikaze et un patrouilleur.

L'opération Hailstone se termine le 22 février quand la TF58 met cap sur Majuro après avoir infligé un sérieux revers à la marine et à l'aviation japonaise.

Le 18 mars 1944, l'Iowa _qui porte alors la marque du contre-amiral Lee, commandant des cuirassés de la flotte du Pacifique_ et le New Jersey font parler leurs pièces de 16 pouces contre Mili (archipel des Marshall), l'Iowa étant très légèrement endommagé par un obus de 152mm d'une batterie côtière nippone.

Les 30 mars et 1er avril, le cuirassé Iowa couvre les porte-avions du TG 58.3 (porte-avions moyens Lexington et Yorktown, porte-avions légers Princeton et Langley _futur La Fayette_) engagés dans des raids contre Palau le premier jour et contre Woleia le lendemain. L'Iowa rallie Majuro avec l'ensemble de la TF58 le 6 avril pour ravitaillement.

Le USS Iowa est ensuite engagé dans les débarquements de Mac Arthur à Hollandia (opération «Reckless») couvrant les porte-avions de la 5ème flotte chargés du soutien aérien de l'opération.

Il couvre ensuite les porte-avions dans un second raid contre Truk (29-30 avril) puis le 1er mai bombarde Ponape en compagnie de son sister-ship New Jersey mais également du North Carolina de l'Indiana du Massachussetts, du South Dakota et de l'Alabama plus douze destroyers, sous la couverture aérienne du TG 58.1 (porte-avions moyen Hornet porte-avions légers Belleau Woods _futur Bois Belleau_ Cowpens et Bataan).


Le USS Iowa vue aérienne en date du 10 juin 1944

L'Iowa participe ensuite à l'opération «Forager», la reconquête des Mariannes par une série de débarquements à Saïpan (15 juin), Guam (21 juillet) et Tinian (24 juillet). Pour cela, le cuirassé est intégré au TG 58.7 composé des cuirassés Washington et North Carolina (BatDiv 6) Iowa et New Jersey (BatDiv 7) Indiana (BatDiv Cool Alabama et South Dakota (BatDiv 9); les croiseurs lourds Wichita, Minneapolis, New Orleans et San Francisco plus 13 destroyers.

L'Iowa après avoir couvert les porte-avions de la TF58 durant les raids prépatatoires fait tonner ses canons de 406mm contre Saïpan et Tinian les 13 et 14 juin.

Ce débarquement pousse la flotte japonaise à réagir entrainant un affrontement connu sous le nom de Bataille de la mer des Phillipines (19-20 juin 1944) avec notamment le fameux épisode du «tir aux pigeons des Mariannes» au cours duquel près de 400 avions japonais sont abattus par la chasse et la DCA américaine, l'Iowa redevendiquant la destruction de trois avions japonaises. Le lendemain 20 juin les américains contre-attaque, lançant la célèbre mission beyond darkness (mission au déla du crépuscule) aussi épique que la récupération des avions.

L'Iowa et les autres cuirassés de la TG 58.7 se lancent à la poursuite des rescapés japonais, couverts par le Wasp et le Bunker Hill mais cette opération Search & Destroy tombe dans le vide et l'Iowa rentre avec les autres navires américains à Eniwetok le 23 juin 1944.

Le USS Iowa appuie marines et soldats engagés dans la conquête des Mariannes et ce jusqu'à la mi-août quand il rallie Eniwetok pour entretien et repos de l'équipage. Il quitte cet atoll des Marshall le 17 septembre pour participer à la reconquête de Peleliu

C'est ensuite au tour des Phillipines d'être la cible des assauts américains, l'objectif majeur des forces du général MacArthur qui en quittant Corregidor en 1941 avait fait le serment de revenir.

Comme souvent pour un cuirassé de la seconde guerre mondiale, l'Iowa n'utilise pas son artillerie principale mais son artillerie secondaire (20 canons de 127mm) et son artillerie antiaérienne (canons de 20 et de 40mm) pour protéger les porte-avions qui assurent la couverture et l'appui des troupes débarquant à Leyte le 20 octobre en l'occurence les porte-avions moyens Bunker Hill et Intrepid ainsi que les porte-avions légers Cabot et Independence, mission menée à bien en compagnie de son sister-ship New Jersey et des croiseurs légers Vincennes Miami Houston (classe Cleveland).

Ce débarquement, la marine japonaise tente de le contrer en lançant le plan Sho-Go 1. Le plan était une fois n'est pas coutume pour les japonais d'une simplicité biblique : les porte-avions de l'amiral Ozawa (sans avions à bord !) devaient attirer les porte-avions américains au nord de Leyte pour permettre à la Force Centrale de l'amiral Kurita d'entrer dans le golfe de Leyte et de détruire les navires américains couvrant le débarquement, il disposait pour cela de cinq cuirassés (Nagato, Kongo, Haruna, Yamato et Musashi) de 7 croiseurs lourd, de 2 croiseurs légers et 15 destroyers.

C'est le début de la bataille du Golfe de Leyte (23-25 octobre) qui dispute à la bataille du Jutland (31 mai-1er juin 1916) le titre de plus grande bataille navale de tous les temps. L'Iowa est alors intégré avec le New Jersey au TG 38.2 (CA Bogan) composé des porte-avions Intrepid Bunker Hill Independence Cabot et des croiseurs légers Biloxi Vincennes et Miami (classe Cleveland).

L'impulsif amiral Halsey mordit à l'appat tendu par l'amiral Ozawa et à l'issue de la bataille du cap Engano, la TF38 et donc l'Iowa participa à la poursuite. Le cuirassé allait arriver à portée de canons des navires japonais en retraite que la TF38 fût informée que les plages de Leyte défendues simplement par des porte-avions d'escorte, des destroyers et des destroyers d'escorte étaient attaquées par les forces de Kurita.

L'Iowa qui formait une TF34 avec les autres cuirassés (Washington Alabama Massachussetts Indiana) ainsi que les autres navires de la Fast Carrier Task Force renversèrent leur course pour voler au secours des navires attaqués par les forces de l'amiral Kurita mais avant même que l'Iowa puisse envisage enfin combattre contre des cuirassés et des croiseurs lourds, Kurita écoeuré par l'héroïque résistance américaine à préféré se retirer.

Le cuirassé rapide reste déployé dans les eaux phillipines jusqu'à la fin du mois de décembre 1944 quand il rallie la côte ouest. Comme le reste de la TF38, il est rudement secoué par le typhon Cobra (17-18 décembre 1944) mais les dégats se limitent à la perte d'un hydravion et une hélice endommagé qui nécessite le retour sur la côte ouest.


Le Iowa au bassin en janvier 1945 au Hunters Point Naval Shipyard à San Francisco

Arrivé à San Francisco le 15 janvier 1945, il y subit à la fois des travaux d'entretien courant mais également une remise à niveau notamment de son électronique. Les travaux terminés, les essais effectués, l'Iowa quitte San Francisco le 19 mars pour Okinawa où il arrive le 15 avril, y relevant son sister-ship New Jersey.


L'Iowa avec le camouflage Mesure 32

A partir du 24 avril 1945, l'Iowa assure la protection des porte-avions engagés dans l'appui aux troupes engagées dans la conquête d'Okinawa, porte-avions qui effectuaient également des raids contre le Japon métropolitain.

Les opérations sur Okinawa (opération Iceberg) s'achèvent le 22 juin après presque trois mois de combats dont la férocité inquiète les américains qui planifient déjà un débarquement au Japon même.

Pour cela, ils vont lancer une série d'attaques aéronavales et de bombardements navals pour amoindrir le potentiel de résistance des japonais qui devaient déjà subir les raids dévastateurs de B-29 partis des Mariannes.

Intégré au TG 38.4 en compagnie de ses sister-ships Missouri et Wisconsin, l'Iowa va à la fois assurer la protection des porte-avions Yorktown Shangri-La Bonhomme Richard Independence Cowpens mais également mener des bombardements navals.

C'est ainsi que le 15 juillet 1945, l'Iowa bombarde les acièries de Muroran au sud d'Hokkaïdo en compagnie de ses sister-ships Missouri et Wisconsin, des croiseurs légers Dayton et Atlanta et de huit destroyers, les trois cuirassés tirant pas moins de 860 coups de 406mm.

Dans la nuit du 17 au 18 juillet 1945, le TG 34.1 du contre-amiral Badger composée des cuirassés Iowa Missouri Wisconsin North Carolina et Alabama accompagnés des croiseurs légers Dayton et Atlanta plus huit destroyers, renforcés par le King George V et trois destroyers britanniques bombardent les régions de Mito et d'Hitachi à Honshu (1238 obus de 406mm), la couverture de nuit étant assuré par le porte-avions Bonhomme Richard (CV-31).

Suite à la capitulation japonaise, l'Iowa et le Missouri mouillent en baie de Sagami, participation aux opérations de rédition de la région de Yokosuka (27 août). Le surlendemain, l'Iowa mouille en baie de Tokyo pour participer à la signature de la capitulation japonaise, cérémonie qui à lieu à bord du Missouri. Le BB-61 est durant la cérémonie le navire sur lequel l'amiral Halsey met sa marque.

L'Iowa quitte la baie de Tokyo dès le 20 septembre 1945 avec à son bord des soldats démobilisés et leurs frères d'armes, anciens prisonniers pour les ramener au pays et ce dans le cadre plus global de l'opération Magic Carpet.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 14:31

Temps de paix et guerre de Corée

Arrivé à Seattle le 15 octobre 1945, le cuirassé rallie Long Beach pour entrainement. Il retourne au Japon de janvier à mars 1946 pour servir de navire-amiral de la 5ème flotte. Rentré aux Etats Unis le 25 mars 1946, le cuirassé rapide reprend sa mission de navire-école au profit des réservistes et des futurs officiers de l'US Navy.


Le USS Iowa au large de Rio en 1946-47

Le 31 juillet 1948, il participe à un exercice de tir contre le vieux cuirassé Nevada qui avait la cible de l'opération Crossroads à Bikini. Bien que bombardé par un destroyer, un croiseur lourd et donc l'Iowa, il fallut l'utilisation d'une torpille aéroportée pour achever un cuirassé qui ne voulait mourir et pour ceux qui voudraient y voir une métaphore, un symbole, c'était comme le symbole de la fin d'une époque _celle des cuirassés_ pour celle des porte-avions, devenus le maitre-étalon de la puissance navale au détriment des navires de ligne.


Le USS Iowa en 1949

Mis en position de complément en septembre 1948, il est officiellement désarmé le 24 mars 1949 mais précieusement conservé au cas où on aurait à nouveau besoin de ses gros canons. Deux ans, l'Iowa ne passa que deux ans sous cocon en raison du déclenchement de la guerre de Corée.


Carte de la guerre de Corée

Protectorat japonais depuis la victoire de l'empire du soleil levant sur la Chine dans la première guerre sino-japonaise de 1894/95, la Corée devient une colonie japonaise en 1910. Elle est peu concernée par le second conflit mondial, aucun combat n'ayant lieu dans la péninsule.

A la fin de la guerre, la péninsule coréenne est divisée en deux zones d'influence séparé par le 38ème parallèle. Au nord les soviétiques qui y installent un régime à leur botte dirigée par Kim Il Sung avec pour capitale Pyonyang alors qu'au sud les américains favorisent l'établissement à Séoul d'un régime «libéral» dirigé par Syngman Rhee.

L'antagonisme des deux régimes est immédiat, le nord comme le sud rêvant de réaliser l'union de la péninsule coréenne à son profit. Les forces soviétiques évacuent la Corée du Nord à la fin de 1948 et les américains font de même en juin 1949.

Le 25 juin 1950, les troupes nord-coréennes franchissent la frontière et déferlent sur le sud. L'armée sud-coréenne surprise est battue battue en quatre jours. Séoul est prise le 28 juin et rien ne semble pouvoir arrêter la furia nordiste sauf peut être la toute jeune Organisation des Nations Unies (ONU) qui succède à la SDN en 1945 mais encore faut-il que les cinq grands se mettent d'accord. Le conseil de sécurité se réunit en urgence le 25 juin mais cette réunion est boycottée par l'URSS ce qui permet le vote d'une résolution n°82 demandant le retrait des assaillants.

Le président américain Harry Truman ayant encore le souvenir des tergiversations des démocraties face au nazisme en mémoire décidé d'employer la manière forte. L'idée est dans un premier temps d'intervenir uniquement avec forces navales et aériennes.

Les américains l'annocent dès le 27 juin et le lendemain, le conseil de sécurité recommande à ses membres d'assister la République de Corée (résolution n°83).

Une coalition est mise sur pied mais il s'agit en pratique d'une intervention américaine sous le paravent onusien. Les forces sont placées sous le commandement du général Douglas MacArthur, le héros de Corregidor. Ce dernier ne perd pas de temps et dès le 1er juillet 1950, les premiers soldats américains arrivent en Corée plus précisement à Pusan.

Cette première poussée de fièvre de la guerre froide peut être divisée en cinq grandes phases :

-Première phase du 25 juin au 15 septembre 1950 : les nord-coréens avancent et bloquent les forces des Nations Unies dans une poche autour de Pusan à l'extrême sud-est de la péninsule coréenne.

-Deuxième phase : le 15 septembre 1950 opération Chromite, les forces alliées débarque à Inchon sur les arrières nord-coréens et ces derniers doivent se replier sur la frontière chinoise.

-Troisième phase : le 26 novembre 1950, des «volontaires» chinois attaquent brusquement les troupes des nations unies et les refoulent largement au sud du 38ème parallèle avant d'être bloquée le 15 janvier 1951.

-Quatrième phase : le 24 janvier 1951, les troupes onusiennes contre-attaquent et refoulent les nord-coréens et leurs alliés chinois, le front finissant par se stabiliser à proximité du 38ème parallèle avec une succession d'offensives et de contre-offensives.

-Cinquième phase : le front stabilisé à partir du 12 novembre 1951. Entre temps des négociations se sont ouvertes le 10 juillet 1951 qui aboutissent à la signature de l'armistice de Panmunjon le 27 juillet 1953 rétablissant le status quo bella ante.

Bien que première marine du monde, l'US Navy doit réactiver un certain nombre de navires pour peser de tout son poids sur cette première poussée de fièvre de la guerre Froide qui porte alors bien mal son nom et comme on rien ne vaut de gros canons pour assurer l'appui-feu, l'US Navy décide de réactiver l'Iowa mais également le New Jersey et le Wisconsin, le Missouri n'ayant pas été lui désarmé depuis la fin du second conflit mondial.


Le USS Iowa au bassin en cours de réactivation

Le USS Iowa (BB-61) est ainsi réactivé le 14 juillet 1951 et officiellement remis en service (recommissioned) le 24 août 1951. Après entrainement de son équipage, le cuirassé est déployé dans les eaux coréennes à partir du 1er avril quand il relève le Wisconsin comme navire-amiral de la 7ème flotte.


Le USS Iowa au large de la côte ouest et ci-dessous arrivant à Pearl Harbor


Une semaine plus tard, le 8 avril 1952, il connait son baptême du feu dans ce conflit en bombardant la région de Wonsan-Songjin, ses canons de 406mm et de 127mm visant les lignes de communication et de ravitaillement ennemies. Le lendemain, il pilonne des concentrations de troupes ennemies ainsi que des positions d'artillerie nord-coréennes dans la région de Suwon Dan et Kojo.


Le USS Iowa en 1952, déclenchant le feu de Wotan

Le 13 avril 1952, il appuie le 1er corps d'armée sud-coréen en pilonnant les positions ennemies, son tir particulièrement efficace tuant une centaine de soldats ennemis, détruisant six positions d'artillerie et un quartier-général de division. Le lendemain, il arrive dans le port de Wonsan pour pilonner de nouvelles positions nord-coréennes avant d'effectuer la même mission dans la région de Kosong.

Trois semaines après son arrivée sur zone, le 20 avril 1952, l'Iowa est engagé pour la première fois au delà du trente-huitième parallèle, les canons du cuirassé bombardant des tunnels ferroviaire dans la région de Tanchon puis enchainant par deux jours d'intensifs bombardement contre les positions de l'armée nord-coréenne dans les régions de Chindong et de Kosong.


L'Iowa au large de la Corée en compagnie du porte-avions Phillipine Sea (CV-47) de classe Essex et le destroyer USS Barton (DD-722) de classe Allen M. Summer

Le 25 mai 1952, nouveau bombardement cette fois des industries de la régionde Chongjin à 48 miles nautiques de la frontière soviétique avant de mettre cap au sud pour soutenir le 10ème corps d'armée américain, le transit étant l'occasion de bombarder Songjin, les cibles principales étant des ponts et des tunnels ferroviaires, points sensibles dans un territoire aussi montagneux qu'est la Corée.

Le BB-61 assure l'appui-feu du Xème Corps d'Armée à partir du 28 mai et durant tout le mois de juin, les cibles étant principalement des îles de la baie de Wonsan, Mayang-Do, Tanchon, Chongjin, Chodo-Sokcho ainsi que le port de Wonsan et de Hungnam, à chaque fois en soutien des troupes des nations unies.

Ce conflit est le premier au cours duquel les hélicoptères sont utilisés en grand nombre (même si cela ne sera en rien comparable avec le Vietnam) et l'Iowa ne fait pas exception à la règle. Le 9 juin, un hélicoptère du cuirassé sauve un pilote abattu du Princeton et le 15 juillet 1952, le tir du cuirassé contre Mayang-Do est réglé non pas par un hydravion mais par un hélicoptère.

Le 20 août 1952, il assiste le destroyer USS Thompson (DD-627). Ce dernier à été touché par une batterie de 155mm devant Songjin, ayant trois tués et dix blessés. Les blessés sont transférés à bord du cuirassé qui couvre le retrait de l'infortuné destroyer.

Le 23 septembre 1952, un passager de marque prend ses quartiers à bord de l'Iowa en l'occurence le général Clark, commandant en chef des forces des Nations Unies en Corée. Il assiste au travail de marteau pilon du cuirassé qui fait terre des batteries côtières dans la région de Wonsan et détruit un dépôt de munitions.

L'Iowa est resté déployé dans les eaux coréennes jusqu'au 17 octobre 1952 quand il est relevé par le Missouri qui entama alors son deuxième tour opérationnel dans les eaux coréennes. L'Iowa probablement en raison de son réarmement tardif sera le seul des quatre cuirassés de sa classe à n'effectuer un tour opérationnel en Corée.



_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 14:35

Encore quelques années........... .

Le USS Iowa à la mer le 28 octobre 1952

Rentré aux Etats Unis, l'Iowa reprend sa mission de navire-école, enmenant de futurs officiers de marine en Europe du Nord en juillet 1953 pour une croisière d'instruction mais également pour l'opération Mariner, un exercice OTAN du 16 septembre au 4 octobre 1953 qui voit l'engagement de 1000 avions et 300 navires de neuf marines. En juin 1954 lors d'une croisière pour aspirants, il retrouve en baie de Guantanamo ses trois sister-ships pour une réunion de famille.


Le USS Iowa et le USS New Jersey à la mer

En septembre 1954, l'Iowa devint le navire-amiral de la Battleship Cruiser Force de la Flotte de l'Atlantique, portant notamment la marque du contre-amiral Libby. De janvier à avril 1955, il est déployé en Méditerranée, servant de navire-amiral à la 6ème flotte. Il effectua d'ailleurs un deuxième déploiement en Méditerranée de janvier à mai 1957, déploiement qui succéda à une IPER de quatre mois mais précéda une croisière-école en Amérique du Sud et sa participation le 13 juin 1957 à l'International Naval Review au large d'Hampton Roads.

Le USS Iowa participa du 3 au 28 septembre 1957 à l'exercice OTAN «Strikeback» dans l'Atlantique et en mer du Nord, un exercice qui devait tester la capacité des forces alliées (Blue Fleet) à notamment escorter les convois transportant les renforts en Europe en cas d'attaques soviétiques, convois attaqués par des sous-marins ennemis, sous-marins de la flotte Orange. Il devait aussi démontré la possibilité pour les porte-avions de lancer des assauts contre terre et notamment la Norvège pour empêcher la flotte du Nord de pénétrer dans l'Atlantique.

Cet exercice «Contre-attaque» vit ainsi l'engagement de 200 navires, 650 aéronefs et 75000 hommes venus des marines américaines, britanniques, canadiennes, françaises, néerlandaises et norvégiennes et s'inscrivant plus globalement dans une grande série d'exercices menées par les forces de l'Alliance Atlantique, exercices qui virent l'implication des 250000 hommes, 300 navires et 1500 avions.

Cet exercice d'une ampleur sans précédent _la plus grande concentration navale depuis la fin du second conflit mondial_ fût ainsi le dernier grand exercice des cuirassés Iowa et Wisconsin qui purent manoeuvrer avec les nouveaux super porte-avions Forrestal _navire-amiral de la Blue Fleet_ et Saratoga mais également les porte-avions moyens Intrepid Wasp et Essex, le porte-avions ASM Tarawa ainsi que les porte-avions britanniques Ark Royal _navire-amiral de l'Orange Fleet_, Bulwark et Eagle.

Parmi les autres unités de surface on trouve les croiseurs lance-missiles Canberra Boston et Northampton, les croiseurs lourds canons Macon et Albany, les croiseurs légers britanniques Gambia et Sheffield ainsi que le croiseur léger français De Grasse. Ajoutons également 43 destroyers et huit destroyers d'escorte américains complétés par huit destroyers canadiens.

Enfin nous trouvons également engagés dans cet exercice 23 sous-marins diesel-électriques et les deux premiers sous-marins nucléaires (Seawolf et Nautilus), deux navires amphibies et les travailleurs de l'ombre, de nombreux navires de soutien.


Le USS Iowa à la mer au cours des années 1957-58

L'exercice terminé, le cuirassé Iowa rentre à Norfolk le 28 septembre 1957. Il reprend la mer et quitte la Virginie et Hampton Roads le 22 octobre direction la Pennsylvanie et Phuladelphie où il est mis en réserve (decommissioned) le 24 février 1958 et affecté à l'Atlantic Reserve Fleet.

De longues années en réserve ou les Iowa les derniers des Mohican

L'Iowa et le Wisconsin sous cocon en Philadelphie en 1965

L'Iowa rejoint donc ses trois sister-ships dans la Mothball Fleet, la flotte sous naphtaline. Le cuirassé est cependant soigneusement entretenu pour une possible réactivation en cas de nouveau conflit de type Corée ou bien plus grave, la troisième guerre mondiale contre l'URSS.

Si Le Missouri fait bande à part en étant préservé à Bremerton sur la côte Pacifique, l'Iowa et ses sister-ships étaient préservés à Philadelphie sur la côte Atlantique.

Le désarmement des Iowa marquant la fin d'une époque pour l'US Navy qui pour la première fois depuis 1895 et la mise en service des cuirassés Maine et Texas ne disposait plus d'aucun cuirassé en service.

Elle conservait cependant sous cocon quelques beaux spéciments de la grandeur passée des marines quand on mesurait sa puissance au nombre des All Big Guns Battleship et non au nombre des «ponts-plats» au charme nettement plus discret.

A la mise en réserve du Wisconsin le 8 mars 1958, l'US Navy disposait encore sous cocon outre des Iowa de dix cuirassés soit quatorze «gros» armés de canons de 356mm (Tennessee et California) ou de 406mm (Colorado Maryland West Virginia North Carolina Washington South Dakota Indiana Massachusetts Alabama Iowa New Jersey Missouri et Wisconsin).

Ce nombre va rapidement chuter. Les Tennessee, California Colorado et Maryland en réserve depuis la fin de la guerre (1946-47) sont rayés des registres et vendus à la démolition en juillet 1959 suivis au mois de septembre par le West Virginia qui avait lui aussi mis sous cocon en 1947.

le North Carolina et le Washington désarmés en 1947 sont rayés des registres le 1er juin 1960 et si le premier est préservé à Wilmington, le second est vendu à la démolition. Les quatre South Dakota eux aussi mis en réserve en 1947 sont rayés des registres le 1er juin 1962 et si le South Dakota et l'Indiana sont vendus à la démolition, le Massachusetts et l'Alabama sont préservés comme musées à Fall River pour le premier et à Mobile pour le second.

A partir donc de 1962, les Iowa restent donc les quatre seuls cuirassés disponibles pour l'US Navy et semblent donc condamnés à subir le même sort que leurs prédecesseurs : attendre une mort qui ne semblait jamais venir et même le réarmement du New Jersey pour le Vietnam ne semblait qu'une brève rémission.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 14:58

La renaissance

L'ancien reprend du service ! L'Iowa quitte Philadelphie le 22 avril 1982 pour subir une refonte

C'est l'ennemi soviétique qui va leur offrir une nouvelle carrière et quelques années à trainer encore ses hélices sur les mers du monde entier avant une retraite inévitable.

La marine soviétique à été toujours tiraillé entre deux conceptions, une que l'on pourrait appeler de type «Jeune Ecole» et une de type «Mahanienne». En somme pour résumer à grands traits : la torpille et le sous-marin d'un côté et les gros canons de l'autre.

Durant les premières années du régime soviétique, les deux écoles dominèrent alternativement en fonction des lubies du moment de Josef Staline qui enfin acquis à l'idée d'une marine océanique fixa des programmes de construction tellement délirants qu'ils aboutirent que très partiellement et surtout provoquèrent un gachis matériel et humain absolument dramatique.

Sa mort en 1953 sonna le glas des grands programmes de cuirassés, porte-avions et croiseurs lourds, son successeur Kroutchev ne croyant que dans le missile et dans le sous-marin, estimant qu'avec l'arme atomique, une flotte de haute mer était inutile.

Il compris son erreur en 1962 lors de la crise des missiles à Cuba où en l'absence de croiseurs, de destroyers et de frégates modernes, la marine soviétique fût dans l'incapacité de contrer le blocus américain de Cuba, blocus qui fût décisif dans la résolution sans guerre de la crise.

Cet électrochoc fit prendre conscience aux soviétiques que face aux Etats Unis et à l'OTAN, il fallait disposer non seulement de sous-marins également d'unités de combat hauturières pour prendre le contrôle des océans.

Les programmes se succèdèrent, la monoculture du sous-marin céda peu à peu la place à une flotte plus équilibrée dont le fleuron était sans conteste les navires du projet 1144 Orlan.


Le croiseur lance-missiles Frunze de classe Kirov

Plus connus sous le nom de Kirov, ces croiseurs lance-missiles à propulsion nucléaire remettaient au goût du jour le navire de ligne, les quatre navires construits (Kirov Frunze Kalinin, le quatrième baptisé Yuri Andropov n'étant entré en service en 1998 et le quatrième baptisé Admiral Kuznetsov n'à jamais été mis sur cale) étant souvent considérés comme des croiseurs de bataille.

Leur déplacement de 28000 tonnes à pleine charge (équivalent d'un cuirassé du premier conflit mondial) en faisaient les plus gros navires de combat de l'époque en dehors des porte-avions, leur vitesse maximale de 36 noeuds et leur formidable armement (deux canons de 100mm mais surtout 20 missiles mer-mer, 132 missiles surface-air, des CIWS, 16 missiles ASM........) donnaient des sueurs froides aux amiraux occidentaux.

Alors que la marine soviétique ne cesse de s'accroître, la marine américaine peine à digérer l'après vietnam, s'enfonçant dans une vraie crise technique et morale.

En 1979, le Chief of Naval Operations passant outre l'hostilité du président Carter obtient du Congrès la modernisation d'un cuirassé pour 326 millions de dollars. Le président Jimmy Carter bloque le projet mais aux élections présidentielles de 1979, il est est battu par le candidat républicain Ronald Reagan.

Le slogan de ce dernier «America is back» signifie la fin de la période de deuil consécutif au traumatisme Vietnam et sur le plan militaire, la relance des investissements militaires et pour l'US Navy l'objectif d'une marine à 600 bâtiments.

Pour contrer les Kirov, la réactivation et la modernisation des quatre Iowa est décidée. Elle doit se réaliser en deux étapes, la première se concentrant sur la remise en service des cuirassés avec une électronique modernisée et l'ajout de missiles Harpoon et Tomahawk alors que la deuxième est nettement plus ambitieuse notamment en ce qui concerne l'aviation.


Le USS Iowa en travaux à Pascagoula

Le 1er septembre 1982, l'Iowa est remorqué de Philadelphie à La Nouvelle Orléans et les chantiers Avondale pour réactivation et modernisation, les travaux s'achevant chez Ingalls Shipbuilding à Pascagoula dans le Pacifique.


L'Iowa en 1983


Cérémonie de remise en service. Ci-dessous, le vice-président Bush passant en revue un détachement de Marines, l'une des tourelles de 127mm du cuirassé étant servis par un détachement de Leathernecks


Recommissioné le 28 avril 1984, il entame alors sa remise en condition opérationnelle avant de rallier le Pacifique au mois d'août 1984 pour une mission au large du Nicaragua, le cuirassé ralliant Norfolk le 17 septembre 1984.


Le USS Iowa dans sa configuration finale


Le USS Iowa et la frégate colombienne Calada exercice Unitas XXV en juillet 1984


Le USS Iowa franchissant le canal de Panama en août 1984


Ecole à feux de l'Iowa le 15 août 1984

Après un petit carénage d'avril à juillet 1985, l'Iowa participe avec son groupe de combat à l'exercice «Ocean Safari» au mois de septembre avant d'enchainer par un entrainement avec le groupe de combat du porte-avions USS America puis à un exercice en mer Baltique (Baltops 85), rentrant à Norfolk à la fin du mois d'octobre.


Le USS Iowa en juillet 1985


Déployé au large de l'Amérique centrale de décembre 1985 à mars 1986, le cuirassé Iowa et son groupe sont déployés au large de l'Amérique centrale, alternant ensuite les exercices au profit de l'OTAN et ceux exécutés dans lees Caraïbes.


Le USS Iowa le 3 mars 1986

Après des exercices au large de la côte et dans les Caraïbes, le cuirassé USS Iowa effectue un déploiement au sein de la 6ème flotte du 20 septembre au 22 octobre 1987 puis rallie la mer du Nord pour un mois d'exercices au large de la Norvège.


L'Iowa au sein du Battle Group Alpha en compagnie du porte-avions Midway

Devant l'internationalisation de la guerre Iran-Irak, les marines occidentales renforcent leur dispositif dans le Golfe Persique pour protéger les pétroliers pris pour cible par les deux belligérants et les Etats Unis ne font pas exception.


Ecole à feux de l'Iowa en 1987

L'Iowa et son groupe de combat franchissent le canal de Suez le 25 novembre puis rallient Diego Garcia le 25 novembre. Les opérations proprement dites commencent officiellement le 7 décembre quand le cuirassé et ses compagnons quittent la base louée aux britanniques pour patrouilles et escortes.


Le USS Iowa au large d'Istanbul en 1987-88

Le USS Iowa et son Surface Action Group franchissent à nouveau le canal de Suez le 20 février 1988 pour rentrer au pays, le cuirassé et son groupe de combat ralliant Norfolk le 10 mars 1988. Il participe ensuite à la «Fleet Week» à New York du 21 au 25 avril 1988. Il passe l'automne à s'entrainer dans les Caraïbes

Le 26 janvier 1989, au cours d'une école à feux, l'Iowa bat son record de distance, plaçant un obus à 24 miles nautiques soit 48000m. Le 13 avril 1989, il appareille pour participer à FLEET-EX 3-89 au large de Porto Rico.


19 avril 1989, la tourelle II de l'Iowa explose

Le 19 avril 1989, il entame une école à feux. A 9.55, une terrible explosion secoue la tourelle II de 406mm tuant 47 marins. Le bilan aurait été plus lourd ans le réflexe d'un canonnier qui noie la soute à munitions de la tourelle, évitant la perte du navire ou des dommages bien plus sérieux.


In Memorian.......

Dans un premier temps, on pense à un acte criminel d'un marin tué dans l'explosition _Clayton Hartwig_ qui avait un différent avec un autre marin mais cette version des faits ne convainct personne d'autre que la Navy.

Aussi en octobre 1991, le Congrès force la marine à rouvrir l'enquête et cette seconde investigation en dépit de la destruction des preuves proposa une explication bien plus séduisante à savoir l'inflammation de braises résiduelles dans une culasse trop vite ouverte. Les gargousses utilisées par l'Iowa se révèlèrent corrodées en raison de négligence dans le stockage d'un matériel aussi sensible.

Cette enquête montra aussi des négligences dans l'entretien du navire et le peut d'intérêt du commandant de l'Iowa pour l'entrainement des canonniers de 406mm au profit des missiles embarqués sur le vénérable navire.

Le USS Iowa ne retrouva jamais l'usage de la tourelle II qui ne fût pas réparée. Après réparations et remise en condition, le cuirassé est déployé en Europe, plus précisément en mer du Nord et en Méditerranée et ce du 7 juin au 17 novembre 1989, date à laquelle le cuirassé quitte la Méditerranée et la 6ème flotte pour rentrer aux Etats Unis, ralliant Norfolk le 7 décembre 1989.

Durant ce transit, le 26 novembre, les canons de 16 pouces tirent une dernière fois, le cuirassé terminant sa carrière avec 11834 obus de 406mm tirés dont 2873 depuis sa dernière réactivation.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 15:02

Encore en réserve ou navire musée : l'ultime voyage du USS Iowa

L'implosion du bloc de l'est en 1989 et la fin de la menace d'une troisième guerre mondiale entraine de sévères coupes budgetaires sans parler que le maintien en service de quatre cuirassés ne se justifiait plus du tout.

Le USS Iowa est définitivement désarmé le 26 octobre 1990, plus tôt que prévu probablement en raison de son mauvais état général et de l'explosion d'avril 1989. Il retrouve ainsi Philadelphie où il va attendre qu'une décision soit prise quand à son sort final, musée ou démolition.


Le USS Iowa et le USS Wisconsin

La fermeture du Philadelphia Naval Shipyard en 1998 entraine le déplacement de l'Iowa qui est remorqué à Newport dans l'Etat de Rhode Island où il sert au Naval Education and Training Center du 24 septembre 1998 au 8 mars 2001.


L'Iowa et le Wisconsin à Philadelphie en compagnie d'autres navires désarmés : le Forrestal et le Saratoga, l'Iwo Jima et l'Okinawa, le croiseur lourd Des Moines et des frégates type Knox

Ce jour là, le cuirassé quitte la côte est pour rallier Suisun Bay en Californie, l'un des trois dépôts des navires désarmés avec Beaumont (Texas) et Eustin sur la rivière James (Virginie). Arrivé sur place le 21 avril 2001, il est officiellement placé en réserve jusqu'à ce qu'il soit rayé des registres en mars 2006.


L'Iowa à Suisun Bay

Appelé à devenir un musée et un mémorial, il aurait du rallier San Francisco mais la ville la plus libérale de Californie refusa d'accueillir un tel navire. Un projet entièrement privé échoua pour des raisons financières.

La situation ne se débloqua en 2010 et le 24 septembre 2010, le conseil municipal de Los Angeles vota à l'unanimité une résolution pour soutenir le projet Pacific Battleship Center.

Le 4 novembre 2010, le directeur du port de Los Angeles proposa dix sites pour amarrer le cuirassé en recommandant le Pier 87 ce qui correspondait aux projets du consortium chargé de reprendre le cuirassé.

Le consortium Pacific Battleship Center soumis son ultime projet de reprise à l'US Navy le 31 mai 2011 et le 6 septembre suivant, le USS Iowa lui est attribué, devant être ouvert au public après des travaux de remise en état et de sécurisation menés à l'automne 2011. Il doit quitter Richmond le 20 mai 2012 pour rallier Los Angeles, devant être ouvert au public pour Independence Day, le 4 juillet 2012.


L'Iowa à Richmond pour préparer sa transformation en musée

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 15:12

LE USS NEW JERSEY (BB-62)

Le USS New Jersey en 1943

1-Construction et mise au point

Le BB-62 est officiellement commandé le 1er juillet 1939 en même temps que le BB-61, sa construction étant attribuée au Philadelphia Naval Shipyard.

Cet Arsenal, l'une des six arsenaux historiques de la marine américaine à fermé en 1995 mais durant ses deux siècles (ou peu s'en faut) d'existence n'avait construit aucun cuirassé jusqu'au USS Washington (classe North Carolina). Il rattrapa son retard en se voyant attribuer la construction du New Jersey, du Wisconsin, de l'Illinois, du Montana et de l'Ohio mais ces trois derniers ne furent jamais achevés.


Le New Jersey en construction en juillet 1942


-Le New Jersey est mis sur cale au Philadelphia Naval Shipyard le 16 septembre 1940 et lancé le 7 décembre 1942, un an après l'entrée en guerre des Etats Unis avec l'attaque contre Pearl Harbor.


Lancement du New Jersey le 7 décembre 1942

Son achèvement est accéléré par rapport au temps de paix et le cuirassé est commissioné le 23 mai 1943.

2- «The Garden State» et les autres navires ayant porté ce nom

Le deuxième cuirassé de classe Iowa porte le nom d'un Etat du Nord-Est des Etats-Unis dont le nom s'explique par le fait que le fondateur de la colonie, George Carteret était originaire de l'île anglo-normande de Jersey.

La colonie fondée en 1702 est l'une des treize colonies qui se révoltèrent à la fin du 18ème siècle contre la couronne britannique. Il est donc l'un des treize états fondateurs de l'Union des Etats Unis d'Amérique, étant le troisième état à ratifier la constitution le 18 décembre 1787.

Sur le plan géographie, «L'Etat jardin» est bordé au sud-est par l'Océan Atlantique, au nord par l'Etat de New York et à l'ouest par la Pennsylvanie et le Delaware. D'une superficie de 22608km, il à pour capitale Trenton.


Le USS New Jersey (BB-16)

Le BB-62 est le deuxième navire de la marine américaine à porter ce nom après un premier cuirassé de classe Virginia. Il est mis sur cale aux Fore River Shipbuilding de Quincy (Massachussetts) le 2 avril 1902 lancé le 10 novembre 1904 et commissioné le 11 mai 1906.

Durant le premier conflit mondial, il va entrainer les canonniers de l'US Navy en baie de Chesapeake avant d'effectuer quatre voyages entre les Etats Unis et l'Europe pour rapatrier les soldats américains après le conflit. Décommissioné à l'Arsenal de Boston le 6 août 1920, il sert de cible pour les essais du Brigadier General Billy Mitchell au large du cap Hatteras le 5 septembre 1923.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 15:21

3-Carrière opérationnelle

Le Second conflit mondial et l'immédiat après guerre

Septembre 1943 : le Richelieu cohabite avec le New Jersey à Hampton Roads

Prêt techniquement, le New Jersey est loin de l'être opérationnellement parlant. Il devait donc réalisé sa mise en condition opérationnelle ce qui l'occupa jusqu'à la fin de l'année, le nouveau cuirassé ayant l'Atlantique occidental et la mer des Caraïbes comme terrain d'entrainement.

Le New Jersey quitte la côte est le 2 janvier 1944 en compagnie de l'Iowa, franchissent le canal de Panama le 7 janvier pour rallier Pearl Harbor.

Sur place, les deux cuirassés intègrent la TF58 de l'amiral Mitscher qui à posé sa marque le Yorktown (classe Essex). Ils forment plus précisément le TG 58.3 (contre-amiral Frederick Sherman) composé du porte-avions moyen Bunker Hill, des porte-avions légers Cowpens et Monterey et du croiseur lourd Wichita.

Quittant Pearl Harbor le 19 janvier 1944, le New Jersey et les autres navires de la TF58 vont participer à la couverture de l'opération «Flintlock», la conquête des îles Marshall. Le BB-62 couvre ainsi les porte-avions de son groupe de combat qui attaquent du 29 janvier au 6 février les atolls de Kwajalein et Eniwetok, l'opération amphibie débutant le 31 janvier 1944.

Lors du ravitaillement à Majuro, l'amiral Raymond Spruance surnomé la «machine humaine» succède à Mitscher à la tête de la 5ème flotte et à la différence de son prédecesseur, il choisit de poser sa marque sur un cuirassé en l'occurence le New Jersey qui devient donc navire-amiral.

Le New Jersey et l'Iowa vont participer à l'opération «Hailstone», un raid aérien massif contre Truk considéré comme le «Pearl Harbor japonais» et comme pour Flintlock, les deux cuirassés vont d'abord couvrir les porte-avions avant de passer à un rôle plus offensif.

Peu avant le début de l'opération le 17 février, des navires japonais ont réussi à s'échapper de l'atoll et un groupe occasionnel est mis sur pied pour les intercepter et les détruire. Le New Jersey et l'Iowa intègrent cette force en compagnie des croiseurs lourds Minneapolis et New Orleans plus quatre destroyers qui coule le croiseur léger Katori, le destroyer Maikaze et un patrouilleur.

L'opération Hailstone se termine le 22 février quand la TF58 met cap sur Majuro après avoir infligé un sérieux revers à la marine et à l'aviation japonaise.


Le New Jersey en 1944

Le 18 mars 1944, l'Iowa _qui porte alors la marque du contre-amiral Lee, commandant des cuirassés de la flotte du Pacifique_ et le New Jersey font parler leurs pièces de 16 pouces contre Mili (archipel des Marshall) avant d'assurer la couverture des porte-avions engagés.

De retour à Majuro le 10 avril 1944, le New Jersey cesse d'être navire-amiral, l'amiral Spruance embarquant à bord de l'Indianapolis. Au cours de sa croisière de guerre suivante (13 avril-4 mai 1944), il participe notamment au soutien des débarquements de l'armée en Nouvelle Guinée.

Il couvre ensuite les porte-avions dans un second raid contre Truk (29-30 avril) puis le 1er mai bombarde Ponape en compagnie de son sister-ship Iowamais également du North Carolina de l'Indiana du Massachussetts, du South Dakota et de l'Alabama plus douze destroyers, sous la couverture aérienne du TG 58.1 (porte-avions moyen Hornet porte-avions légers Belleau Woods _futur Bois Belleau_ Cowpens et Bataan).

Après ravitaillement, réparations et repos de l'équipage sur l'atoll de Majuro, le New Jersey quitte cet atoll le 6 juin pour participer à l'opération Forager, l'invasion des Mariannes.

Du 12 au 14 juin, ses canons de 16 pouces participent au bombardment préliminaires contre Saipan et Tinian, les marines des 2ème et 4ème divisions (Vème corps amphibie) débarquant à Saipan le 15 juin 1944.

La conquête de cet archipel serait une catastrophe stratégique pour le Japon puisqu'il metterait à portée le Japon métropolitain des nouveaux bombardiers B-29 Superfortress. La marine nippone réagit et mobilise ses forces pour anéantir la 5ème flotte.

C'est le point de départ de la bataille de la mer des Phillipines (19-20 juin) marquée le premier jour par le célébère «Mariannas Turkey'Shoot» où l'aéronavale japonaise perd 400 appareils, cessant d'exister comme entité constituée.

Durant cette bataille, l'action du New Jersey consiste à assurer la protection des porte-avions contre les avions japonais qui auraient réussi à franchir le rideau tendu par les Hellcat des porte-avions.

Pour ne rien arranger, deux porte-avions ont été coulé : le moderne Taiho récemment mis en service et le Shokaku, l'un des attaquant de Pearl Harbor en compagnie de l'Akagi, du Kaga, du Soryu, du Hiryu et du Zuikaku, ce dernier étant encore le seul à flot. La riposte américain le lendemain voir encore la destruction du porte-avions Hiyo, faisant de cette bataille le champ du cygne de l'aéronavale nippone.

Le New Jersey va participer jusqu'au bout à l'opération Forager, soutenant les marines dans la conquête de Guam (21 juillet-10 août) et Tinian (24 au 31 juillet). Il rallie ensuite Pearl Harbor le 9 août où il devient le navire-amiral de la 3ème flotte commandée par le bouillant amiral Halsey.

Trois semaines plus tard, le 30 août, il quitte Pearl Harbor pour rallier Ulithi (Carolines) qui va être sa base pendant près de huit mois. Le cuirassé rapide va assurer des taches de commandement _en raison de son statut de navire-amiral_ et plus militaires, va assurer la protection des porte-avions avec sa puissance DCA, porte-avions engagés dans des raids contre Okinawa, Formose et les Phillipines, l'archipel étant le principal objectif des américains.

Ce débarquement, la marine japonaise tente de le contrer en lançant le plan Sho-Go 1. Le plan était une fois n'est pas coutume pour les japonais d'une simplicité biblique : les porte-avions de l'amiral Ozawa (sans avions à bord !) devaient attirer les porte-avions américains au nord de Leyte pour permettre à la Force Centrale de l'amiral Kurita d'entrer dans le golfe de Leyte et de détruire les navires américains couvrant le débarquement, il disposait pour cela de cinq cuirassés (Nagato, Kongo, Haruna, Yamato et Musashi) de 7 croiseurs lourd, de 2 croiseurs légers et 15 destroyers.

C'est le début de la bataille du Golfe de Leyte (23-25 octobre) qui dispute à la bataille du Jutland (31 mai-1er juin 1916) le titre de plus grande bataille navale de tous les temps. Le New Jersey est alors intégré avec l'Iowa au TG 38.2 (CA Bogan) composé des porte-avions Intrepid Bunker Hill Independence Cabot et des croiseurs légers Biloxi Vincennes et Miami (classe Cleveland).

L'impulsif amiral Halsey mordit à l'appat tendu par l'amiral Ozawa et à l'issue de la bataille du cap Engano, la TF38 participa à la poursuite. Le cuirassé allait arriver à portée de canons des navires japonais en retraite que la TF38 fût informée que les plages de Leyte défendues simplement par des porte-avions d'escorte, des destroyers et des destroyers d'escorte étaient attaquées par les forces de Kurita.

Les navires de l'amiral Halsey renversèrent leur course pour voler au secours des navires attaqués par les forces de l'amiral Kurita mais avant même que le New Jersey puisse envisage enfin combattre contre des cuirassés et des croiseurs lourds, Kurita écoeuré par l'héroïque résistance américaine à préféré se retirer.


Le New Jersey et le porte-avions Hancock photographié en novembre 1944 depuis le porte-avions Intrepid

Le New Jersey resta déployé au large des Phillipines pour assurer l'appui des troupes au sol engagées dans la reconquête de l'archipel sous la menace constante des kamikazes mais également des éléments comme le terrible typhon Cobra les 17 et 18 décembre 1945.

La TF38 venait de mener trois jours de raids intenses pour anéantir les forces aériennes japonaises dans la région de Mindoro et devait se ravitailler à 300 miles à l'est de l'île de Luzon quand le temps se dégrada brusquement, surprenant même les météorologistes. Le New Jersey lui en ressortit indemne, ralliant Ulithi le 24 décembre 1944.

Le New Jersey reprend la mer le 30 décembre 1944 pour une nouvelle croisière de guerre jusqu'au 25 janvier 1945 avec toujours le statut de navire-amiral avec la marque de l'amiral Halsey. Il assure la protection antisurface et antiaérienne des porte-avions engagés dans des raids contre Formose, Okinawa, Luzon, les côtes indochinoises, Hong Kong........ .


Le New Jersey en 1944-45

Rentré à Ulithi le 27 janvier, il cesse d'être navire-amiral de l'amiral Halsey mais dès le 29, un nouvel officier supérieur met sa marque sur le cuirassé en l'occurence le contre-amiral Badger Jr, commandant de la 7ème division de cuirassés.

Le cuirassé rapide participe ensuite aux opérations contre Iwo Jima, assurant la protection rapprochée du porte-avions moyen Essex comme lors des attaques du 19 au 21 février 1945. Il assure la même mission le 25 février contre Tokyo et ses usines aéronautiques puis les 26 et 27 février contre Okinawa, le prochain objectif des américains.

Du 14 mars au 16 avril 1945, le cuirassé New Jersey est engagé au large d'Okinawa, la cible de l'opération Iceberg. Le BB-62 assure la protection antiaérienne rapprochée des porte-avions, le sauvetage des pilotes abattus à l'aide de ses hydravions et même le bombardement préparatoire au débarquement notamment le 24 mars quand ses canons de 16 pouces font tonner la poudre.

A noter que le 2 avril 1945, il entre en collision avec le destroyer Franks mais les dégâts de part et d'autre sont limités.


Le New Jersey au Puget Sound en 1945

Le cuirassé New Jersey achève sa seconde guerre mondiale, les derniers mois du conflit le voyant immobilisé au Puget Sound Naval Shipyard pour remise en état et modernisation.

Il quitte Bremerton le 4 juillet pour Guam, faisant escale à San Pedro, Pearl Harbor et Eniwetok, arrivant à destination le 14 août. Le 9 août, il à bombardé Wake en compagnie du croiseur léger Biloxi et de quatre destroyers.


Le New Jersey en compagnie du cuirassé Nagato

Il devient alors navire-amiral de la 5ème flotte, portant la marque de l'amiral Spruance. Il rallie la baie de Tokyo le 17 septembre 1945 et va servir de navire-amiral aux forces navales déployées dans les eaux japonaises et ce jusqu'au 28 janvier 1946 quand il est relevé par l'Iowa, son retour au pays étant l'occasion de participer à l'opération Magic Carpet. Il est de retour à San Francisco le 10 février 1946.


Le New Jersey dans l'Atlantique en 1946

Après quelques opérations sur la côte ouest, le New Jersey rallie au printemps 1947 la côte est, participant du 7 juin au 18 juillet1947 à une croisière en Europe, une croisière d'instruction qui voit le cuirassé faire escale à Rosyth, à Oslo et à Portsmouth, terminant par un mois dans les Caraïbes avant de rallier New York le 26 août 1947. Il est décommissioné le 30 juin 1948 et affecté au New York Group Atlantic Reserve Fleet.


Le New Jersey en voie d'inactivation en 1948

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 15:28

La Corée

Le New Jersey au large de la Corée en novembre 1951

Rapidement après la fin de la guerre, la Grande Alliance va vite rompre, opposant les soviétiques à ses anciens alliés occidentaux. Il y à bien des pics de tension en Europe notamment à Berlin mais c'est en Extrême Orient que la guerre froide connait son premier coup de chaud en l'occurence la péninsule coréenne.

Occupée par le Japon dès 1894/95, colonie en 1910, la Corée est partagée à partir de 1945 entre soviétiques qui occupent le nord et américains qui occupent le sud, favorisant à chaque fois un régime favorable à leurs intérêts, Kim Il sung s'opposant à Syngman Rhee.

Le 25 juin 1950, les troupes nord-coréennes franchissent la frontière et déferlent sur le sud. L'armée sud-coréenne surprise est battue battue en quatre jours. Séoul est prise le 28 juin et rien ne semble pouvoir arrêter la furia nordiste sauf peut être la toute jeune Organisation des Nations Unies (ONU) qui succède à la SDN en 1945 mais encore faut-il que les cinq grands se mettent d'accord. Le conseil de sécurité se réunit en urgence le 25 juin mais cette réunion est boycottée par l'URSS ce qui permet le vote d'une résolution n°82 demandant le retrait des assaillants.

Le président américain Harry Truman ayant encore le souvenir des tergiversations des démocraties face au nazisme en mémoire décidé d'employer la manière forte. L'idée est dans un premier temps d'intervenir uniquement avec forces navales et aériennes. Les américains l'annocent dès le 27 juin et le lendemain, le conseil de sécurité recommande à ses membres d'assister la République de Corée (résolution n°83).

Une coalition est mise sur pied mais il s'agit en pratique d'une intervention américaine sous le paravent onusien. Les forces sont placées sous le commandement du général Douglas MacArthur, le héros de Corregidor. Ce dernier ne perd pas de temps et dès le 1er juillet 1950, les premiers soldats américains arrivent en Corée plus précisement à Pusan.

Cette première poussée de fièvre de la guerre froide peut être divisée en cinq grandes phases :

-Première phase du 25 juin au 15 septembre 1950 : les nord-coréens avancent et bloquent les forces des Nations Unies dans une poche autour de Pusan à l'extrême sud-est de la péninsule coréenne.

-Deuxième phase : le 15 septembre 1950 opération Chromite, les forces alliées débarque à Inchon sur les arrières nord-coréens et ces derniers doivent se replier sur la frontière chinoise.

-Troisième phase : le 26 novembre 1950, des «volontaires» chinois attaquent brusquement les troupes des nations unies et les refoulent largement au sud du 38ème parallèle avant d'être bloquée le 15 janvier 1951.
-Quatrième phase : le 24 janvier 1951, les troupes onusiennes contre-attaquent et refoulent les nord-coréens et leurs alliés chinois, le front finissant par se stabiliser à proximité du 38ème parallèle avec une succession d'offensives et de contre-offensives.

-Cinquième phase : le front stabilisé à partir du 12 novembre 1951. Entre temps des négociations se sont ouvertes le 10 juillet 1951 qui aboutissent à la signature de l'armistice de Panmunjon le 27 juillet 1953 rétablissant le status quo bella ante.

Pour assurer l'appui-feu des troupes au sol, l'US Navy décide de réactiver trois cuirassés de classe Iowa (Le Missouri ayant été maintenu en service depuis la fin de la seconde guerre mondiale).

Le New Jersey est sorti de la naphtaline le 21 novembre 1950 et subit les travaux nécessaires à sa remise en service. Dès le 16 avril 1951, le BB-62 quitte Norfolk (Virginie) pour rallier le Japon puis les côtes coréennes le 17 mai, devenant navire-amiral de la 7ème flotte _en remplacement du Missouri_, le vice-amiral Harold Martin posant sa marque sur le cuirassé.


Un Sikorsky HOS-3 sur le New Jersey

Trois jours plus tard, le 20 mai 1951, le New Jersey ouvre le feu sur Wonsan, marquant le début de son engagement dans le conflit coréen. Le lendemain, il est touché à la tourelle I mais le projectile nord-coréen égratine à peine l'épaisse cuirasse du navire. Un coup à toucher à babord arrière tue cependant un marin et en blesse gravement deux autres.

Durant sa participation à ce conflit, le cuirassé va effectuer à la fois des tirs d'interdiction contre les lignes de communication nord-coréennes mais également des tirs d'appui lors d'attaques alliées et ennemies.

Du 23 au 27 mai et encore le 30 mai 1951, le cuirassé bombarde des cibles autour de Yangyang et de Kansong contre des concentrations de troupes, des ponts, des dépôts de munitions.

Le 24 mai 1951, un hélicoptère attaché au cuirassé doit se poser en urgence en plein territorie ennemi, à cause d'une panne sèche alors qu'il cherchait un aviateur abattu. L'équipage réussit cependant à regagner les lignes amies, revenant ultérieurement à bord du cuirassé.

Le 4 juin 1951, le cuirassé fait tonner le feu de Wotan contre Wonsan avec à bord l'amiral Radford _commandant en chef de la flotte du Pacifique_ et le vice-amiral Turner Joy _commandant des forces navales en Extrême Orient_, tirant deux jours plus tard contre Kansong, tirs guidés par les avions de la 7ème flotte.

Trois semaines plus tard, le 28 juin 1951, le cuirassé est prit sous le feu des batteries côtières mais ces dernières sont rapidement éliminées par le tir précis du cuirassé. Du 4 au 12 juillet, le cuirassé soutient les troupes de l'US Navy dans la région de Kansong. Le 18 juillet, en appui de la 1ère division sud-coréenne, le cuirassé fait preuve d'une flagrante précision de tir : cinq batteries côtières sont détruites successivement par cinq tirs directs.

Il soutien à nouveau les troupes sud-coréennes le 17 août 1951, stoppant net une contre-attaque nord-coréen, effectuant des tirs à la demande et des tirs d'interdiction bocturne. Le 29 août, il effectue un tir derrière le front pour simuler un possible débarquement amphibie avant d'effectuer du 30 août au 1er septembre, un tir de saturation dans la région de Changjon.

Après avoir assisté la frégate coréenne Apnok (PF-62) touché par des tirs le 23 septembre, le New Jersey appuie la 1ère division de marines dans la région de Hamhung et de Hungnam en compagnie du croiseur lourd Helena et de deux destroyers.

Le 1er octobre 1951, le New Jersey est le théâtre d'une réunion au sommet avec le général Omar Bradley _chef d'état-major de l'armée_ , le général Matthew Ridgway _commandant en chef en Extrême Orient_ et l'amiral Martin.

Du 1er au 6 octobre 1951, le cuirassé pilonne les cibles ennemies à Kansong, Hamhung, Hungnam, Tanchon et Songjin essentiellement avec ses canons de 406mm mais parfois aussi avec ses canons de 127mm notamment les pièces de défense côtière.

Le cuirassé New Jersey bombarde la région de Kojo le 16 octobre en compagnie du croiseur léger britannique HMS Belfast, le cuirassé et le croiseur léger étant guidés par les avions du porte-avions australien HMAS Sydney.

Du 1er au 6 novembre, il concentre son attention sur les lignes de communications nord-coréennes, détruisant routes, ponts et voies de chemin de fer dans la région de Wonsan, Hungnam, Tanchon, Iowon, Songjin et Chongjin. Le New Jersey termine son premier déploiement coréen par des tirs dans la région de Kansong et de la péninsule de Chang-San-Got du 11 au 13 novembre.

Relevé comme navire-amiral par le Wisconsin, le New Jersey quitte Yokosuka pour Norfolk via Hawai, Long Beach et le canal de Panama, arrivant à destination le 20 décembre 1951 pour un grand carénage de six mois.

Du 19 juillet au 5 septembre 1952, le cuirassé effectue une croisière d'instruction en Europe, faisant escale à Cherbourg et à Lisbonne avant un entrainement dans les Caraïbes destiné à préparé un nouveau déploiement en Corée.

Le USS New Jersey quitte Norfolk le 5 mars 1953, franchit le canal de Panama, fait escale à Long Beach et Hawaï avant de rallier Yokosuka le 5 avril, relevant le Missouri le lendemain comme navire-amiral de la 7ème flotte avec la marque du vice-amiral Clark.

Le deuxième tour opérationnel du New Jersey commence le 12 avril quand les canons de 16 pouces du cuirassé bombardent Chongjin. A Pusan le 14 avril 1953, le président sud-coréen Syngman Rhee et son épouse visite le navire en compagnie de l'ambassadeur Ellis O. Briggs.

Il bombarde Kojo le 16 avril (bâtiments ennemis et batteries côtières), Hungnam le 18 avril (tunnels et voies ferrées), Wonsan le 20 avril (batteries côtières) et Songjin le 23 avril 1953. le 1er mai, il pilonne Wonsan en liaison avec les raids aériens menés par l'aviation de la 7ème flotte, l'aviation servant également à régler les tirs du cuirassé. Le 5 mai, il pilonne Hodo Pando et le 7 mai sa cible est Kalmagak près de Wonsan.

Le 25 mai 1953, le New Jersey pilonne le port de Chinampo sur la côte ouest puis du 27 au 29 mai la région de Wonsan, bombardement au cours duquel il est pris pour cible mais sans être endommagé.

Du 7 au 23 juin, le cuirassé bombarde la région de Kosong puis à partir du 24 juin pilonne la région de Wonsan avant de pilonner à nouveau la région de Kosong du 26 juin au 10 juillet avant de quitter la «ligne de front» pour se ravitailler.

Les 11 et 12 juillet 1953, le New Jersey effectue l'un de ses plus importants bombardements de la guerre, tirant 168 obus de 406mm dans la région de Kojo qui est de nouveau pilonner le 13 juillet puis avant d'appuyer des troupes sud-coréennes dans la région de Kosong (22-24 juillet) puis de pilonner Hungnam et Tanchon le 25 juillet 1953.

L'armistice de Panmunjon entre en vigueur le 27 juillet 1953 à 11h du matin. Le cuirassé effectue une escale à Hong Kong du 28 juillet au 4 août, ralliant ensuite le Japon le 20 août. Il va rester déployé dans la région jusqu'à l'automne, recevant au nom de la 7ème flotte, la citation présidentielle sud-coréenne le 16 septembre 1953.

Relevé par le Wisconsin le 14 octobre 1953, le New Jersey quitte l'Extrême Orient pour rallier Norfolk le 14 novembre.


Le New Jersey dans les années cinquante

Le cuirassé va alors servir de navire-école dans l'Atlantique et dans les Caraïbes ce qui n'excluait pas des missions opérationnelles comme un déploiement en Méditerranée au sein de la 6ème flotte du 7 septembre 1955 au 7 janvier 1956, faisant escale à Gibraltar, Valence, Cannes, Istanbul, La Soude et Barcelone.

Après une croisière école aux profits des cadets de l'académie navale d'Annapolis, le cuirassé effectue un nouveau déploiement en Europe du 27 août au 15 octobre, déploiement qui est l'occasion d'exercices otaniens au large de l'Ecosse et une visite diplomatique en Norvège.

Le 14 décembre 1957, il quitte Norfolk pour le New York Naval Shipyard pour les préparatifs de désarmement. Ralliant Bayonne dans le New Jersey, il est officiellement décommissioné et mis en réserve le 21 août 1957.


Le New Jersey, l'Iowa et le Wisconsin en réserve en 1962

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 15:35

Le Vietnam

Le New Jersey en travaux pour sa réactivation

Présents au Sud-Vietnam depuis 1956, succédant à la puissance coloniale française, les américains soutiennent du mieux qu'ils peuvent le régime nationaliste (et corrompu) de Ngô Dinh Diem en fournissant de l'aide économique et militaire avec de nombreux conseillers pour encadrer l'ARVN, l'armée sud-vietnamienne.

La création du Front National pour la Liberation du Sud-Vietnam (plus connu sous le sobriquet américain de Viet Cong _Coco du Vietnam_) en décembre 1960 marque le début officiel de la guerre du Vietnam même si il faut attendre l'incident du Golfe du Tonkin en août 1964 pour voir le début de l'engagement massif des américains dans ce conflit.

Dans un premier temps, les américains répugnent à envoyer des troupes au sol, espérant qu'un appui aérien massif aux troupes sud-vietnamiennes suffira pour écraser le Viet-Cong et dissuader Hanoï de continuer à soutenir ses affidés sudistes.

Le 2 mars 1965 début l'opération Rolling Thunder, une campagne aérienne de 44 mois, campagne qui se révéla un échec cuisant car sans résultats stratégiques significatifs et coûteux en matériel et en vies pour les américains qui perdent jusqu'au 31 mai 1968 un total de 938 appareils (506 pour l'USAF, 397 pour l'US Navy et 19 pour les Marines) et de nombreux pilotes.

Plus généralement, la puissante DCA nord-vietnamienne gêne considérablement les américains pour appuyer leurs troupes au sol. On cherche un moyen alternatif et l'appui-feu naval est la solution idoine.

Depuis le début de l'engagement américain au Vietnam, c'est la TU 70.8.9 qui est chargée de l'appui de feu avec le plus souvent un croiseur, quatre destroyers et des bâtiments d'appui amphibie mais le nombre peut être bien plus important comme en 1968 quand on compte deux croiseurs et dix-huit destroyers.

Pour renforcer cette puissance de feu, la réactivation d'un navire de ligne est étudié à partir du 31 mai 1967 et officiellement annoncée le 1er août. Le choix restreint puisqu'à l'époque, il ne reste plus que les quatre Iowa.


Le New Jersey fût le seul Iowa réactivé durant la guerre du Vietnam

C'est le New Jersey _en meilleur état que ses trois sister-ships_ qui est choisit pour connaître son troisième conflit après la seconde guerre mondiale et la Corée.


Le New Jersey en 1968

Remorqué à Philadelphie, le cuirassé subit des travaux de modernisation a minima avec le débarquement des canons de 20 et de 40mm plus la modernisation de l'électronique. Il est officiellement remis en service le 6 avril 1968.


Le New Jersey franchissant le canal de Panama le 4 juin 1968

Il quitte la Pennsylvanie le 16 mai 1968, fait une brève escale à Norfolk puis franchit le canal de Panama le 4 juin pour rallier Long Beach (Californie) _son nouveau port d'attache_ le 11 juin 1968.


Le New Jersey tirant au large de l'île de San Clemente le 28 juin 1968


Il effectue sa mise en condition opérationnelle au large de la Californie, entrainement marqué le 24 juillet 1968 par le premier VERTREP (VERTical Repleshiment/ravitaillement vertical) mené par le transport de munitions Mount Katmai qui le premier à ravitailler en munitions un cuirassé de cette façon.


Le New Jersey en septembre 1968

Son entrainement terminé, il quitte la Californie le 2 septembre, faisant escale à Pearl Harbor avant de rallier Subic Bay, son port d'attache durant son déploiement au Vietnam. Le New Jersey appareille le 25 septembre pour son premier déploiement au large de la DMZ (Demilitarised Zone) au niveau du 17ème parallèle, déploiement qui commence le 30 septembre, le cuirassé tirant pour cette première journée 29 obus de 406mm.

Du 1er au 6 octobre, le cuirassé effectue plusieurs tirs contre des positions ennemies et le 7 octobre, s'illustre en coulant des embarcations ravitaillant le Vietcong. Le 11 octobre 1968, le cuirassé montre la souplesse du navire de guerre en passant en quelques minutes d'un tir sur cible fixe à un tir sur une concentration de canons dans la région de Nha Ky, les obus du cuirassé détruisant une demi-douzaine de véhicules.

Du 12 au 14 octobre 1968, le cuirassé appuie la progression des forces américaines dans la région de Vinh, une zone largement sous contrôle du Viet-Cong, le tout sous la direction des avions du porte-avions America, notamment des Skyhawk biplaces. Le 14 octobre, le cuirassé pilonne une batterie d'artillerie côtière sur l'île de Hon Matt.

Du 16 au 22 octobre, le cuirassé New Jersey est constamment sur la brêche, soutenant la 3ème division de Marines et la 173ème brigade aéroportée. Il se ravitaille les 23 et 24 octobre avant de reprendre sa mission d'appui feu au profit des leathernecks. Du 28 au 30 octobre, il effectue des tirs d'interdiction contre l'infrastructure Viet Cong.

Il met ensuite cap au sud pour soutenir la 1ère division de Marines du 2 au 4 novembre puis soutient la 173ème brigade aéroportée dans la région de Phan Thiet au nord de Saïgon du 5 au 10 novembre, le cuirassé quittant alors les eaux vietnamiennes pour se ravitailler, ne revenant en ligne que le 23 novembre en relève du croiseur léger Galveston, le cuirassé soutenant la division Americal.

L'action du New Jersey connait son apogée du 25 au 27 novembre quand il bombarde durant deux jours la région de Quang Ngai avant de rallier la région de Hué le 27 novembre pour soutenir The Screaming Eagle (les aigles hurlants) de la 101ème division aéroportée.

Décidément fort demandé, le cuirassé assure l'appui du 2 au 8 décembre de la 3ème division de Marines engagée dans la région de Da Nang. Le lendemain, il quitte le Vietnam pour faire relache à Singapour.

De retour en première ligne le 26 décembre, il soutient la 47ème division sud-vietnamienne dans la région de Tuy Hoa, mission qui fût suivit par une mission d'appui de la 1ère division de Marines du 28 décembre 1968 au 3 janvier 1969.

Les deux premiers mois de l'année virent le cuirassé appuyer les Marines avant d'assurer du 10 au 13 février le soutien de la 2ème brigade de marines sud-coréenne. Le lendemain 14 février, il pilonne des cibles en soutien de la 3ème division de marines et ce jusqu'au 22 février quand il est appelé à la rescousse pour dégager un poste assiégé, le New Jersey tirant pendant trois jours anéantissant l'unité ennemie.

Le New Jersey effectue une relache à Subic Bay du 13 au 20 mars avant de soutenir la 9ème division d'infanterie sud-coréenne dans la région de Cam-Ranh. Durant les trois semaines suivante, il va promener ses hélices entre Phan Thiet et tuy hoa avant d'assurer du 28 mars au 1er avril le soutien de la 3ème division de Marines.

Son déploiement au Vietnamn s'achève ici après que le cuirassé eut tiré 5688 obus de 406mm et 14891 obus de 127mm. Rentré à Subic Bay, il quitte les Phillipines le 3 avril pour Yokosuka au Japon. La destruction d'un EC-121 par les nord-coréens pousse les américains à envoyer un groupe de combat en mer du Japon et le New Jersey qui allait rentrer aux Etats Unis quitte Yokosuka le 15 avril pour rallier les autres navires américains mais la crise s'étant apaisée, il reçoit le contre-ordre de rentrer à Long Beach où il arrive le 5 mai 1969.


Le New Jersey rentrant à San Francisco en juin 1969

Le cuirassé aurait du repartir pour un nouveau déploiement au Vietnam après entretien le 5 septembre 1969 mais pour des raisons économiques, décision est prise le 22 août 1969 de renvoyer en réserve le cuirassé. Le New Jersey quitte Long Beach le 6 septembre pour rallier Bremerton et le Puget Sound Naval Shipyard le 8 septembre où il est décommissioné le 17 décembre 1969.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 15:49

La renaissance réganienne : le New Jersey et the 600 ships navy

Le USS New Jersey dans sa configuration finale

C'est l'ennemi soviétique qui va leur offrir une nouvelle carrière et quelques années à trainer encore ses hélices sur les mers du monde entier avant une retraite inévitable.

La marine soviétique à été toujours tiraillé entre deux conceptions, une que l'on pourrait appeler de type «Jeune Ecole» et une de type «Mahanienne». En somme pour résumer à grands traits : la torpille et le sous-marin d'un côté et les gros canons de l'autre.

Si l'école mahanienne triomphe sous Staline, Kroutchev ne croit que dans le sous-marin et les missiles, estimant qu'avec l'arme atomique, une flotte de haute mer était inutile.

Il compris son erreur en 1962 lors de la crise des missiles à Cuba où en l'absence de croiseurs, de destroyers et de frégates modernes, la marine soviétique fût dans l'incapacité de contrer le blocus américain de Cuba, blocus qui fût décisif dans la résolution sans guerre de la crise.

Cet électrochoc fit prendre conscience aux soviétiques que face aux Etats Unis et à l'OTAN, il fallait disposer non seulement de sous-marins également d'unités de combat hauturières pour prendre le contrôle des océans. Les programmes se succèdèrent, la monoculture du sous-marin céda peu à peu la place à une flotte plus équilibrée dont le fleuron était sans conteste les navires du projet 1144 Orlan plus connu sous le nom de Kirov.

L'apparition de ces monstres des mers provoque la stupeur des amiraux de l'OTAN qui avait pour habitude de surestimer les capacités militaires soviétiques. Pour les contrer, on décide de ressortir de la naphtaline les quatre vétérans de toutes les guerres depuis le second conflit mondial.

En 1979, le Chief of Naval Operations passant outre l'hostilité du président Carter obtient du Congrès la modernisation d'un cuirassé pour 326 millions de dollars. Le président Jimmy Carter bloque le projet mais aux élections présidentielles de 1979, il est est battu par le candidat républicain Ronald Reagan.

Le slogan de ce dernier «America is back» signifie la fin de la période de deuil consécutif au traumatisme Vietnam et sur le plan militaire, la relance des investissements militaires et pour l'US Navy l'objectif d'une marine à 600 bâtiments.

Pour contrer les Kirov, la réactivation et la modernisation des quatre Iowa est donc décidée. Ce choix ne fait pas l'unanimité, pour beaucoup, il représente un vrai anachronisme à l'époque du missile mais il est vrai que la présence d'un tel navire sur mer ne saurait être négligée par l'ennemi.

Elle doit se réaliser en deux étapes, la première se concentrant sur la remise en service des cuirassés avec une électronique modernisée et l'ajout de missiles Harpoon et Tomahawk alors que la deuxième est nettement plus ambitieuse notamment en ce qui concerne l'aviation.


Le New Jersey en travaux au Long Beach Naval Shipyard en février 1982

Le New Jersey est officiellement réactivé le 1er octobre 1981 et remorqué de Bremerton à Long Beach pour remise en état et modernisation de ses capacités militaires. Il perd ainsi quatre de ses dix tourelles doubles de 127mm pour pouvoir embarquer des Harpoon et des Tomahawk. A noter que l'embarquement de Sea Sparrow un temps envisagé fût au final abandonné, le système se révélant trop fragile aux vibrations causés par les tirs des 16 pouces, la défense antiaérienne rapprochée devant être assurée par quatre CIWS Phalanx.


Essais à la mer du New Jersey en septembre 1982

La remise en service du cuirassé à lieu le 28 décembre 1982 avec une cérémonie en présence du président Reagan.


Le New Jersey lors de la cérémonie marquant son retour au service actif, le président Reagan prononçant un discours


Le New Jersey à Subic Bay en 1983


Le New Jersey effectue un premier déploiement opérationnel à l'été 1983 au large du Nicaragua alors frappé par une guerre civile entre les forces communistes d'Ortega et des milices anticommunistes appelés Contras dont le financement par le fruit de ventes d'armes clandestines à l'Iran provoquera le célèbre scandale de l'«Irangate».


Le New Jersey à la mer en 1983

Déployé au large du Nicaragua depuis le 9 juin, il devait rentrer à Long Beach le 17 septembre 1983 mais devant la dégradation de la situation en Méditerranée, il va rejoindre un autre point chaud de la planète en l'occurence le Liban.


Le New Jersey franchissant le canal de Panama pour rallier le Liban

La guerre du Liban et les autres opérations

Le New Jersey photographié en Méditerranée depuis le porte-avions Midway le 7 juillet 1984

Pendant des années, le Liban, le «Pays du Cèdre» à fait figure de havre de paix dans une région troublée par la présence depuis 1948 d'un état _Israël_ entouré de voisins hostiles (Egypte Syrie Jordanie) à tel point qu'il à hérité du surnom de «Suisse du Moyen-Orient» en dépit d'une composition multiethnique source potentielle de conflits.

Tout change à partir d'avril 1975 quand éclate une terrible guerre civile opposant les différentes communautés (chrétiens, sunnites, chiites, druzes.....) avec l'influence des voisins proches et plus lointains.

Cette guerre civile est le résultat d'une lente maturation de facteurs négatifs que ce soit la corruption des élites politiques, les disputes sur l'avenir du Liban et le problème des réfugiés palestiniens qui bénéficiant de l'extraterritorialité de leurs camps depuis 1969, l'Etat libanais étant trop faible pour mettre au pas les factions palestiniennes comme l'à fait par exemple le roi Hussein de Jordanie.

Les puissances occidentales soucieuses de la stabilité d'une région vitale pour leur approvisionement en pétrole interviennent avec des troupes au sol et d'importantes forces navales.

A partir de 1978, la Force d'Interposition des Nations Unies au Liban (FINUL) est mise en place à la frontière libano-israélienne mais son impact est peu efficace.

A l'été 1982, une première force multinationale avait été mise sur pied (Force Multinationale d'Interposition) pour couvrir l'évacuation des combattants palestiniens dont les actions avaient provoqué l'opération israélienne Paix en Galilée lancée le 6 juin 1982.

Les combats continuant, une nouvelle force multinationale est mise en place à l'automne avec des troupes françaises, italiennes et américaines, plus précisément 1200 marines de la 32ème MAU (Marines Amphibious Unit) relevés en novembre par leurs confrères de la 24ème MAU.

La présence de troupes étrangères est loin de calmer la situation et au contraire ne cesse d'alimenter le conflit, les troupes occidentales devenant le cible des différentes factions et notamment des chiites du Hezbollah téléguidés par l'Iran et la Syrie qui dispose de nombreuses troupes dans le pays, le Liban étant devenu de facto un protectorat syrien.

Le 18 avril 1983, un attentat vise l'ambassade des Etats Unis tuant soixante-trois personnes dont dix-sept américains. Les positions des marines américains près de l'aéroport de Beyrouth sont régulièrement bombardées.

Le 29 août 1983, deux marines sont tués et quatorze blessés. Le président Reagan décide d'envoyer le New Jersey et 1600 marines en renfort pour donner du punch aux forces américaines déployées dans la région.

Le New Jersey arrive sur zone le 25 septembre 1983 le jour où un cessez-le-feu est instauré. Un cessez-le-feu précaire qui tient jusqu'au 23 octobre quand deux terribles attentats suicides frappent les forces occidentales. Les forces françaises perdent 58 soldats dans l'attentat contre l'immeuble Drakkar et les marines du 24ème MAU perdent 241 des leurs dans un attentat.

Le 14 décembre 1983, le cuirassé tire onze obus de 406mm contre les positions de la DCA syrienne qui tiraient régulièrement sur les avions américains. Les résultats des tirs sont mitigés ce qui donne du grain à moudre aux opposants au réarmement des cuirassés.

Le 28 novembre 1983, le gouvernement américain avait décide de prolonger la présence du cuirassé sur zone ce qui entraine une relève d'équipage. Le cuirassé passe les fêtes de fin d'année au large du Liban, le célèbre Bob Hope et sa troupe donne un spectacle en l'honneur des marins du cuirassé.

Les forces occidentales servant désormais plus de cibles que de médiateurs, elles vont se retirer peu à peu. Le président Reagan annonce le retrait des Marines de la 22ème MAU le 7 février et le lendemain 8 février, le cuirassé pilonne des positions druzes et syriennes dans la plaine de la Bekaa à l'aide de ses canons de 406mm, tirant 300 projectiles, tuant notamment le chef des forces syriennes au Liban. Le tir était cependant peu précis avec une incroyable dispersion (10000 yards soit 9144m !).

Comme le dira le correspondant du Chicago Tribune, Tim McNulty «Tout le monde adorait le New Jersey jusqu'à ce qu'il ouvre le feu. Dès qu'il tirait, il était clair qu'il pouvait toucher n'importe quoi».

L'enquête du colonel Don Prince (USMC) montra que la déffectuosité du tir résultait du mélange de poudres produites à des dates différentes et donc plus ou moins dégradées, brûlant à des températures différentes.

Il intéressant de rappeler que l'explosion de la tourelle II de l'Iowa est issue aussi de gargousses défectueuses. Le problème fût résolu quand l'US Navy fournit au cuirassé des gargousses qui n'avaient eu leur contenu remixé.

Rentré à Long Beach le 5 mai 1984, le cuirassé et son groupe de combat (Battleship Battle Group BBG) effectue un nouveau déploiement outre-mer mais dans le Pacifique, participant à des exercices au large d'Hawai et de la Thaïlande, libérant ainsi les porte-avions de missions où leur présence n'était pas strictement nécessaire.


Le New Jersey en 1985

Ainsi de mai à octobre 1986, il est le seul capital ship de la marine américaine présent en Asie du Sud-Est et si le vétéran du second conflit mondial, de la Corée et du Vietnam opère souvent seul avec ses escorteurs, il manoeuvre également avec des porte-avions comme le Ranger et le Constellation.


Le New Jersey à Subic Bay en août 1986

Les 27 et 28 septembre 1986, le cuirassé New Jersey et ses escorteurs opèrent en mer d'Okhotsk, le cuirassé étant suivit comme son ombre par des avions de patrouilles maritimes «Bear» et «Badger» mais également par un croiseur lance-missiles Kara et deux frégates légères Grisha III.


Ecole à feux pour le New Jersey en décembre 1986

Après un grand carénage à Long Beach, le New Jersey effectue un nouveau déploiement en Extrême Orient en 1988, le cuirassé étant présent au large de Séoul pour l'ouverture des jeux olympiques de Séoul avant de participer aux célébrations du bicentenaire australien.


Le New Jersey à Garden Island (Sydney) en 1988

En avril 1989, le New Jersey se préparait pour un nouveau déploiement opérationnel quand l'explosion de la tourelle II de l'Iowa provoque la suspension de toute utilisation des canons de 406mm jusqu'à ce que l'enquête mette hors de cause les canons de 16 pouces.

Le New Jersey va participer à «Pacific Exercise 89» avant de rallier l'Océan Indien et le Golfe Persique où il reste déployé jusqu'en février 1990, date de son retour aux Etats Unis.


Le New Jersey photographié lors de sa cérémonie de désarmement

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 15:55

La fin d'un vénérable combattant

Le New Jersey en 1993 en compagnie de frégates de classe Knox

L'effondrement du bloc soviétique et l'absence de menace majeure entraine une réduction significative des budgets militaires et les Etats Unis ne font pas exception. Le maintien en service des cuirassés ne se justifiant, ils sont désarmés au début des années quatre-vingt dix, le New Jersey quittant le service actif le 8 février 1991.

Remorqué à Bremerton, le cuirassé y est maintenu en réserve jusqu'à ce qu'il soit rayé du Naval Vessel Register en janvier 1995.

Néanmoins la volonté de conserver une puissance de feu suffisante pour appuyer les marines pousse le congrès à demander le maintien de deux cuirassés opérationnels (National Defense Authorization Act 1996 Section 1011). Le New Jersey et le Wisconsin en meilleur état que l'Iowa et le Missouri sont ainsi réinscrits sur le Naval Vessel Register.

Le National Defense Authorization Act de 1999 demande le maintien sur les listes du Naval Vessel Register de l'Iowa _pourtant non réparé après son explosion d'avril 1989_ et du Wisconsin mais la radiation du New Jersey qui doit échapper à la démolition en devenant musée à flot dans son état éponyme.


Bremerton 1999, le New Jersey tient compagnie à l'America. Si le premier à été préservé, le second à rejoint depuis Neptune

Le 12 septembre 1999, le cuirassé est prit en remorque par le Sea Victory qui va le remorquer de Bremerton à Philadelphie pour remise en état avant son ouverture au public. Deux candidats se manifestent : Bayonne et Camden, deux villes du New Jersey.

Le 20 janvier 2000, le secrétaire à la Navy annonce que Camden est choisit pour accueillir le cuirassé qui va servir de musée et de mémorial. Classé monument historique du New Jersey dès 1997, il est classé monument historique au niveau fédéral en 2004.


Deux photos du New Jersey prises à Camden en 2006


Actuellement, un débat à lieu sur la possibilité de déplacer le New Jersey au Liberty State Park, un parc naturel ouvert le 14 juin 1976 pour fêter le bicentenaire de l'indépendance américaine.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 16:10

LE USS MISSOURI (BB-63)

Le Missouri à la mer

1-Construction et mise au point

Pose du premier rivet du futur Missouri

Le BB-63 est officiellement commandé le 14 juin 1940 en même temps que le BB-64 (futur Wisconsin) et sa construction attribuée à l'Arsenal de New York officiellement connu sous le nom de Brooklyn Naval Shipyard qui avait déjà hérité de la construction de l'Iowa.


Le Missouri en octobre 1941

Le Missouri en 1942

Le Missouri en 1943

-Le USS Missouri (BB-63) est mis sur cale au Brooklyn Naval Shipyard le 6 janvier 1941 lancé le 29 janvier 1944 et commissioné le 11 juin 1944.


29 janvier 1944 : lancement du cuirassé Missouri...........

......Dont la marraine n'est autre que Margareth Truman, fille d'Harry Truman qui n'est encore que sénateur du Missouri

Le Missouri rejoint son élément


Le Missouri en phase d'achèvement à flot

Cérémonie de mise en service le 11 juin 1944

2- «The Show me state» et les autres navires à avoir porté ce nom

Le troisième cuirassé de classe Iowa (mais le dernier à avoir été commissioné) porte le nom d'un état du midwest tout comme trois des quatre Iowa. Surnommé «The Show Me State», l'Etat du Missouri à été acquis auprès de la France napoléonienne lors de l'achat de la Louisiane par le président Jefferson en 1803.

Cet Etat dont la capitale est Jefferson City à été le 24ème Etat à être admis dans l'Union en l'occurence le 10 août 1821. C'est un état totalement enclavé, entouré par l'Iowa, l'Illinois, le Kentucky, le Tennessee, l'Arkansas, l'Oklahoma, le Kansas et le Nebraska qui fût déchiré entre l'Union et les Confédérés durant la guerre de Sécession.

L'Etat de Missouri à donné un président aux Etats Unis, le 33ème, Harry S. Truman qui originaire de Lamar fût élu vice-président en 1944, succédant à Roosevelt le 12 avril 1945, terminant son mandat puis étant réelu en 1948. Ne souhaitant pas effectuer un second mandat, il se retire, Dwight Eisenhower lui succédant en 1952 après avoir battu le candidat démocrate Adlai Stevenson.

Le BB-63 est le troisième navire de l'US Navy à porter ce nom succédant à une frégate à roues lancée en 1841 mais détruite par le feu en août 1843 et un cuirassé de type predreanought de classe Maine, le BB-11.

Ce dernier à été construit aux chantiers navals de Newport News, mis sur cale le 7 février 1900 lancé le 28 décembre 1901 et commissioné le 12 janvier 1903. Désarmé le 8 septembre 1919, le BB-11 à été vendu à la démolition le 26 janvier 1922 et démantelé.


Le SNA USS Missouri (SSN-780)

Depuis le cuirassé de classe Iowa, un quatrième navire à été baptisé de ce nom en l'occurence un sous-marin nucléaire d'attaque de classe Virginia, le SSN-780. Septième submersible de cette classe (type Block II), il est mis sur cale aux chantiers navals General Dynamics Electric Boat le 27 septembre 2008 lancé le 20 novembre 2009 et commissioné le 31 juillet 2010. Il est basé à Groton dans le Connecticut, la base se situant dans la même ville que son chantier constructeur.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)


Dernière édition par clausewitz le Jeu 03 Mai 2012, 16:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 16:18

3-Carrière opérationnelle

Le second conflit mondial

Le Missouri en juillet 1944


Le Missouri en croisière de mise en condition et ci-dessous en compagnie de l'Alaska à Norfolk


Après des essais menés au large de New York et une mise en condition opérationnelle en baie de Chesapeake, le Missouri quitte Norfolk le 11 novembre 1944, franchit le canal de Panama le 18 novembre et rallie San Francisco pour quelques travaux complémentaires notamment destinés à lui permettre de servir de navire-amiral.

Il quitte San Francisco le 14 décembre et arrive dix jours plus tard à Pearl Harbor soit le 24 décembre 1944. Il quitte les îles Hawaï le 2 janvier 1945 pour rallier Ulithi (Caroline Occidentales) le 13 janvier.

Il prend la mer le 27 janvier 1945, intégré au TG 58.2 (contre-amiral Davinson), le Missouri assurant la protection des porte-avions moyens Lexington et Hancock (classe Essex) ainsi que du porte-avions léger San Jacinto (classe Independence) en compagnie de son sister-ship Wisconsin et des croiseurs lourds San Francisco (CA-38) et Boston (C-69). Le 16 février, il couvre le premier raid aérien de l'aviation embarquée américaine sur le Japon depuis le raid de Doolitle en avril 1942.

«The Big Mo» rallie ensuite Iwo-Jima pour soutenir avec ses canons de 406 et de 127mm les troupes débarquées le 19 février 1945 (opération Detachment) et ce jusqu'au 5 mars, date à laquelle, la TF 58 rallie Ulithi pour réparations, repos de l'équipage et ravitaillement.

Le 14 mars 1945, le cuirassé reprend la mer au sein du TG 58.3 (Contre-Amiral Garnier), assurant la protection des porte-avions moyens Yorktown et Lexington et les porte-avions légers Princeton et Langley.

Il couvre de sa puissante DCA les porte-avions qui mènent des raids sur le Japon métropolitain, une chose impensable au début de la guerre mais depuis la majeure partie de la marine impériale à rejoint Neptune............ .

Les premiers raids ont lieu le 18 mars et ce jour là, le Missouri abat quatre avions japonais

Le 19 mars 1945, le Franklin qui naviguait à seulement 50 miles nautiques (environ 90km) des côtes japonaises est gravement endommagé parr deux bombes de 250 kg qui pulvérisèrent le pont d'envol en bois, transperça le pont (blindé) du hangar et ravagea les deuxième et troisième ponts mettant hors de combat le Combat Information Center.

Le pire était à venir car la deuxième bombe avait provoqué un incendie dans le hangar, entrainant l'explosion des appareils armés de bombes et de roquettes. Les fumées toxiques et les incendies provoquèrent la mort de 724 hommes tandis que 265 étaient blessés.

Le Missouri est les autres navires du TG 58.3 sont détachés pour couvrir le remorquage du porte-avions par le croiseur lourd Pittsburgh jusqu'à Ulithi le 22 mars où le porte-avions doit subir une remise en état sommaire avant de pouvoir rallier Pearl Harbor ou la côte ouest pour une remise en état complète.

Sa mission de Saint Bernard terminée, le Missouri rejoint les autres cuirassés rapides de la TF58 pour un bombardement de diversion au sud-est d'Okinawa alors que le réel objectif de l'opération Iceberg était la côte ouest.

Les canons de 406mm du Missouri vont ainsi tonner en compagnie de ceux du South Dakota, du Massachussetts, de l'Indiana, du New Jersey et du Wisconsin soit la bagatelle de 54 canons de 406mm !

Cette action de diversion effectuée, le Missouri rallie le TG 58.4 du contre-amiral Radford qui dispose sous ses ordes des porte-avions Yorktown, Intrepid, Independence et Langley, des cuirassés Wisconsin et Missouri, des croiseurs de bataille Alaska et Guam et du croiseur léger San Diego (classe Atlanta).

En l'absence d'une menace de surface crédible, le Missouri va servir comme c'est souvent le cas pour les cuirassés américains de plate-forme de DCA, une tache loin d'être une sinécure, les canonniers servant les pièces de 127mm, de 20 et de 40mm ayant fort à faire face au kamikazes.

Après une première opération massive le 6 avril 1944 («Kikusui» chrysantème flottant) et la destruction du Yamato le lendemain par l'aviation embarquée, les japonais lancent le 11 avril 1945, l'opération «Kikuisi 2» avec 185 kamikazes, 150 chasseurs et 45 bombardiers-torpilleurs.


Le Missouri touché par un kamikaze le 11 avril 1945

L'un des avions-suicide toucha le Missouri, un Zéro toucha le cuirassé à tribord au niveau de la tourelle III de 406mm mais la violence de l'impact désintégra la fragile structure de l'avion nippon, l'aile droite de l'avion provoquant un début d'incendie au niveau de l'affût n°3 de 127mm, incendie vite maitrisée. Les restes du pilote furent retrouvés et immergés après que les honneurs militaires lui furent rendus.

Le 17 avril 1945, à 2305, le cuirassé détecte au radar un sous-marin japonais à une distance de douze miles. Une opération de recherche/destruction (Hunter/Killer) est montée avec le porte-avions Bataan et quatre destroyers qui envoient par le fond le sous-marin I-56.

Le Missouri quitte les eaux entourant Okinawa le 5 mai et met cap sur Ulithi. Durant ce déploiement opérationnel , il à détruit cinq appareils, à participer à la destruction six autres plus un probable sans parler de l'aide précieuse apportée aux marines et aux G.I à terre avec ses puissants canons de 406mm et ceux moins puissants mais non moins efficaces de 127mm.

Arrivé à Ulithi le 9 mai 1945, il gagne ensuite Apra Harbor sur l'île de Guam où il arrive le 18 mai 1945. Le même jour, l'amiral William «Bill» Halsey Jr, commandant de la 3ème flotte met sa marque sur le cuirassé.

Le USS Missouri reprend la mer le 21 mai 1945 et le 27 mai, il pilonne les positions japonaises sur Okinawa avant de diriger les raids de la TF38 contre le Japon notamment l'île de Kyushu qui voit ses aérodromes et ses ports pilonnés les 2 et 3 juin. Prit dans le typhon «Vipère», le Missouri souffre de quelques dommages mais rien qui n'interrompe son activité opérationnelle.

Après une nouvelle mission de protection des porte-avions attaquant Kyushu le 8 juin 1945, le porte-aviond rallie la baie de San Pedro à Leyte le 13 juin pour repos, réparations et ravitaillement avant de rallier à nouveau le front le 8 juillet.

Intégré au TG 38.4 en compagnie de ses sister-ships Iowa et Wisconsin, le Missouri assure à la fois la protection des porte-avions Yorktown Shangri-La Bonhomme Richard Independence Cowpens mais également mène des bombardements navals.

C'est ainsi que le 15 juillet 1945, le Missouri bombarde les acièries de Muroran au sud d'Hokkaïdo en compagnie de ses sister-ships Iowa et Wisconsin, des croiseurs légers Dayton et Atlanta et de huit destroyers, les trois cuirassés tirant pas moins de 860 coups de 406mm.

Dans la nuit du 17 au 18 juillet 1945, le TG 34.1 du contre-amiral Badger composée des cuirassés Missouri Iowa Wisconsin North Carolina et Alabama accompagnés des croiseurs légers Dayton et Atlanta plus huit destroyers, renforcés par le King George V et trois destroyers britanniques bombardent les régions de Mito et d'Hitachi à Honshu (1238 obus de 406mm), la couverture de nuit étant assuré par le porte-avions Bonhomme Richard (CV-31).

Le Missouri continue ensuite sa mission de protection antiaérienne au profit des porte-avions qui se concentrent jusqu'au 9 août 1945 sur le nord d'Honshu et sur Hokkaïdo.

Le 15 août 1945, l'empereur Hiro-Hito sort de son silence et annonce que le Japon s'est résolu à accepter l'inacceptable, les deux bombes atomiques lancées sur Hiroshima (6 août) et Nagasaki (9 août) ayant réduit à néant tout volonté de résistance.

Le lendemain 16 août, l'amiral sir Bruce Fraser monte à bord du Missouri pour décorer «Bill» Halsey de l'ordre de chevalier de l'Empire britannique puis le Missouri transfert du personnel sur son sister-ship Iowa pour le déploiement des troupes d'occupation dans la région de Tokyo et ce le 21 août, les cuirassés mouillant ensuite en baie de Sagami pour participer à la rédition de la région de Yokosuka le 27 août 1945.


L'Iowa et le Missouri échangeant matériel et personnels en août 1945 et ci-dessous le Missouri accompagne du Nicholas entrant en baie de Tokyo, l'Iowa en arrière plan


Le 29 août, le USS Missouri entre en baie de Tokyo. C'est à bord de ce cuirassé que doit avoir lieu la cérémonie de capitulation japonaise et ce le 2 septembre 1945 avec la présence de représentant des nations alliées : la Chine, la Grande Bretagne, l'Union Soviétique, l'Australie, le Canada, la France _représentée par le général Leclerc_, les Pays-Bas et la Nouvelle Zélande. Les américains sont eux représentés par le général MacArthur et l'amiral de la flotte Nimitz.


Le général MacArthur signant l'acte de captiulation japonais le 2 septembre 1945

Pour cette cérémonie d'à peine une heure, le Missouri est entouré d'une flotte imposante, une escadre surpuissante avec les cuirassés américains New Mexico Mississippi Idaho Colorado West Virginia South Dakota Iowa et britanniques King George V et Duke of York; les porte-avions légers Cowpens et Bataan, le porte-avions Salamaua auxquels s'ajoutent deux porte-avions d'escorte britanniques.


Les porte-avions rapides de la TF38 restés en mer lancent leurs avions pour une parade célébrant la fin du second conflit mondial, six ans et un jour après son déclenchement

L'US Navy y déploie également quatre croiseurs lourds, sept croiseurs légers, trente-huit destroyers, neuf destroyers d'escorte, un destroyer mouilleur de mines, sept dragueurs rapides, douze sous-marins plus de nombreux navires amphibies et auxiliaires.

Si les néerlandais ne sont représentés que par un navire hôpital et les français par aucun navire, les britanniques y déploient un croiseur, six destroyers, trois frégates, cinq navires auxiliaires, l'Australie elle à deux croiseurs trois destroyers une frégate et quatre dragueurs alors que les néo-zélandais y déploient un croiseur. Quand aux Fleet Carrier, ils sont au large pour catapulter un vol massif destiné à survoler Tokyo

Le 5 septembre 1945, l'amiral Halsey passe sur le South Dakota et le lendemain le Missouri quitte la baie de Tokyo avec à bord des vétérans à rapatrier à Guam dans le cadre de l'opération Magic Carpet. Il rallie ensuite Pearl Harbor où il arrive le 20 septembre 1945.


Plaque commémorative sur le Missouri. La France est représenté par le général Jacques (sic) Le Clerc (re) (sic)

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 16:31

Le Missouri et la guerre froide en Méditerranée

27 octobre 1945 : Navy Day dans l'Hudson River à New York. On peut admirer le croiseur lourd USS Augusta (CA-31), les porte-avions USS Midway (CVB-41) et USS Enterprise (CV-6), les cuirassés USS Missouri (BB-63), USS New York (BB-34) ainsi que les croiseurs lourds USS Helena (CA-75) et USS Macon (CA-132).

Le 29 septembre 1945, le USS Missouri quitte Pearl Harbour rallier la côte est, arrivant à New York le 23 octobre. Il devient le jour même navire-amiral de la flotte de l'Atlantique en arborant la marque de l'amiral Jonas Ingram.

Le 27 octobre 1945 à lieu le Navy Day. Cette célébration organisée depuis 1922 le 27 octobre (anniversaire de Théodore Roosevelt) à naturellement cette année une ampleur particulière, victoire oblige.


Le Missouri avec à couple le destroyer USS Renshaw

47 navires sont rassemblés sur l'Hudson. Le président Truman assiste à la mise en service du porte-avions Franklin D. Roosevelt puis embarque à bord du destroyer USS Renshaw (DD-499) pour rallier le cuirassé Missouri sur lequel il déjeune avant de passer en revue la flotte à bord du destroyer.


Le président Truman admirant l'emplacement de la table où fût signé la capitulation japonaise

Après un grand carénage au Brooklyn Naval Shipyard et une remise en condition opérationnelle au large de Cuba (notamment de la base de Guantanamo), le cuirassé de retour à New York embarque le 21 mars 1946 la dépouille de Münir Ertegün, l'ambassadeur de Turquie aux Etats Unis.


Le Missouri à Toulon probablement en 1946

Le cuirassé quitte la côte est le 22 mars 1946 pour Gibraltar avant de rallier Istanbul le 5 avril, tirant 19 coups de canon en débarquant le corps de l'ambassadeur. Le 9 avril 1946, il quitte Istanbul pour rallier la Grèce,mouillant en baie de Phalère au Pirée pour soutenir le gouvernement grec aux prises avec une guérilla communiste. C'est un test pour la nouvelle doctrince de containment imaginée par Truman.


Le Missouri au Pirée en Grèce le 10 avril 1946

Le Missouri quitte Le Pirée le 26 avril, faisant escale à Alger puis à Tanger avant de rallier Norfolk le 9 mai. Trois jours plus tard, il quitte la Virginie pour l'île de Culebra (Porto Rico) afin de participer aux manoeuvres de la 8ème flotte commandée alors par l'amiral Mitscher. Il rentre à New York le 27 mai et passe le reste de l'année à s'entrainer au large de la côte est et dans les Caraïbes.

Le 30 août 1947, le cuirassé Missouri arrive à Rio de Janeiro pour participer à la conférence inter-américaine qui aboutit le 2 septembre à la signature à bord du cuirassé au traité de Rio, l'équivalent du traité de l'Atlantique Nord qui prévoit une solidarité des signataires en cas d'agression même si aucune organiation militaire intégrée ne fût mise en place.

Le président Truman et sa famille quittent Rio à bord du cuirassé le 7 septembre 1947 pour rentrer aux Etats Unis, débarquant à Norfolk le 19 septembre. Il subit un grand carénage au Brooklyn Naval Shipyard du 23 septembre 1947 au 10 mars 1948 avant remise en condition au large de Guantanamo, passant l'été à des croisières d'aspirants et de réservistes avec à bord un détachement d'hélicopères.


Le Missouri à Villefranche en juin 1948

Le 1er novembre 1948, le cuirassé Missouri quitte Norfolk pour trois semaines d'entrainements dans les eaux arcticques notamment dans la région du détroit de Davis, bras de mer qui sépare le Groenland de la Terre de Bafin.

La mise en réserve de l'Iowa le 24 mars 1949 laisse le Missouri seul cuirassé en service. Cette situation s'explique par le poids du président Truman _ancien senateur du Missouri_ et le fait que c'était sa fille Margareth qui était la marraine du bâtiment.


Le Missouri à Porto Rico en 1949

Le Missouri trainait ses hélices au large de la Nouvelle Angleterre et dans les Caraïbes pour des exercices et des croisières-écoles d'aspirants l'été venu. Il subit un petit carénage au Norfolk Naval Shipyard du 23 septembre 1949 au 17 janvier 1950.

Le 17 janvier 1950 à 7.25, le Missouri quitte Hampton Roads pour gagner l'Océan Atlantique et de là de cingler vers Cuba pour entrainement. A 7.49, le pilote quitte le bord et le commandant du navire, le capitaine Brown reprend les commandes pour un exercice destiné à vérifier la signature acoustique cuirassé. Une mauvaise navigation et le cuiassé s'échoue sur un banc de sable à 8.17.


Le Missouri on the rock ou plutôt on the sand


N'arrivant pas à se désechouer lui même, il lance un appel radio à 8.30 pour une demande d'assistance. S'opposant à certains de ses collègues, l'amiral Smith commandant des croiseurs de la flotte de l'Atlantique décide d'utiliser les moyens de la Navy et non ceux d'entreprise privées pour déséchouer le cuirassé au risque de briser sa carrière comme le Pentagone l'à prévenu.

Les opérations sont confiées au contre-amiral Wallin, commandant de l'Arsenal de Norfolk qui avait été chargé de de remettre Pearl Harbor après l'attaque japonaise ce qui n'était pas une mince affaire, Homer N. Wallin parvenant à remettre en service dix-neuf des vingt et un navires initialement déclarés «perte totale».

Le responsable des travaux ordonna d'alléger au maximum le navire en débarquant munitions et carburant et tout ce qui pouvait alléger le navire; d'utiliser le maximum de remorqueurs pour dégager le navire qu'on esperait pouvoir bouger après avoir dégagé le maximum de sable à l'aide de plusieurs dragues.

Après un premier échec le 31 janvier, le cuirassé est remis à flot le 1er février à 7.09 après quinze jours passés échoué sur ce banc de sable. Remorqué à Norfolk, il est mis au bassin pour réparations, bassin libéré par le cuirassé Kentucky, le sixième Iowa dont la construction avait été abandonnée comme celle de l'Illinois.

Le commandant du Missouri fût traduit en court martiale, plaidant coupable. Après avoir été relevé de son commandement, le capitaine Brown perdit 250 places dans la liste des capitaines attendant un commandement. Quatre autres personnes poursuivies, deux furent condamnées et deux blanchis.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 16:40

La guerre de Corée

Le Missouri le 2 mai 1950

Les défaites de l'Allemagne et du Japon consommées, la Grande Alliance américano-britannico-russe à vécu et les tensions ne cessent d'augmenter notamment en Europe avec le rideau de fer qui s'abat sur l'Europe.

Ce n'est pourtant pas en Europe que la guerre froide dégénère mais en Extrême Orient, un autre point chaud de la guerre froide surtout depuis 1949 et la victoire des communistes dans la guerre civile chinoise.

Sous influence japonaise depuis 1895, colonie en 1910, la Corée qui était restée à l'abri du conflit mais point des souffrances (travail et prostitution forcée) avait été divisée au niveau du 38ème parallèle entre un nord sous influence soviétique représenté par Kim Il Sung et un sud sous influence américaine representé par Syngman Rhee.

Le 25 juin 1950, les troupes nord-coréennes franchissent la frontière et déferlent sur le sud. L'armée sud-coréenne surprise est battue battue en quatre jours. Séoul est prise le 28 juin et rien ne semble pouvoir arrêter la furia nordiste sauf peut être la toute jeune Organisation des Nations Unies (ONU) qui succède à la SDN en 1945 mais encore faut-il que les cinq grands se mettent d'accord. Le conseil de sécurité se réunit en urgence le 25 juin mais cette réunion est boycottée par l'URSS ce qui permet le vote d'une résolution n°82 demandant le retrait des assaillants.

Le président américain Harry Truman ayant encore le souvenir des tergiversations des démocraties face au nazisme en mémoire décidé d'employer la manière forte. L'idée est dans un premier temps d'intervenir uniquement avec forces navales et aériennes. Les américains l'annocent dès le 27 juin et le lendemain, le conseil de sécurité recommande à ses membres d'assister la République de Corée (résolution n°83).

Une coalition est mise sur pied mais il s'agit en pratique d'une intervention américaine sous le paravent onusien. Les forces sont placées sous le commandement du général Douglas MacArthur, le héros de Corregidor. Ce dernier ne perd pas de temps et dès le 1er juillet 1950, les premiers soldats américains arrivent en Corée plus précisement à Pusan.

Cette première poussée de fièvre de la guerre froide peut être divisée en cinq grandes phases :

-Première phase du 25 juin au 15 septembre 1950 : les nord-coréens avancent et bloquent les forces des Nations Unies dans une poche autour de Pusan à l'extrême sud-est de la péninsule coréenne.

-Deuxième phase : le 15 septembre 1950 opération Chromite, les forces alliées débarque à Inchon sur les arrières nord-coréens et ces derniers doivent se replier sur la frontière chinoise.

-Troisième phase : le 26 novembre 1950, des «volontaires» chinois attaquent brusquement les troupes des nations unies et les refoulent largement au sud du 38ème parallèle avant d'être bloquée le 15 janvier 1951.

-Quatrième phase : le 24 janvier 1951, les troupes onusiennes contre-attaquent et refoulent les nord-coréens et leurs alliés chinois, le front finissant par se stabiliser à proximité du 38ème parallèle avec une succession d'offensives et de contre-offensives.

-Cinquième phase : le front stabilisé à partir du 12 novembre 1951. Entre temps des négociations se sont ouvertes le 10 juillet 1951 qui aboutissent à la signature de l'armistice de Panmunjon le 27 juillet 1953 rétablissant le status quo bella ante.


Le Missouri ravitaillant à la mer le USS John P. Kennedy en août 1950

Le Missouri _seul cuirassé de sa classe encore disponible_ quitte Norfolk dès le 19 août pour rallier la zone des opérations, le BB-63 arrivant au large de Kyushu le 14 septembre 1950, arborant la marque du contre-amiral Smith.


Le Missouri franchissant le canal de Panama

Le baptême du feu coréen du cuirassé à lieu dès le 15 septembre 1950 quand il bombarde Samchok en compagnie du croiseur lourd Helena, de trois destroyers et d'un dragueur. Ce bombardement sert de diversion à l'opération Chromite, le débarquement exécuté à Incheon le même jour.


Le Missouri au large d'Incheon après la réussite du débarquement auquel il à participé de manière indirecte

Le cuirassé rallie Incheon le 19 septembre pour appuyer les troupes de l'ONU et ce jusqu'au 14 octobre 1950 quand il rallie Sasebo où il devient navire-amiral de la 7ème flotte avec la marque du vice-amiral Struble.


Le Missouri pilonant ChongJin

Après avoir protégé le porte-avions Valley Forge au large de la côte est de la péninsule coréenne du 12 au 26 octobre pour pilonner Chongjin, Tanchon et Wonsan. Le 19 octobre 1950, des «volontaires» chinois franchirent la frontière sino-coréenne, bousculant les troupes des nations unies (essentiellement américaines). Une partie des G.I se replièrent sur le port de Hungnam et le Missouri assura la couverture de l'évacuation les 23 et 24 décembre 1950.

Le cuirassé Missouri va rester deployé au large des côtes coréennes jusqu'au 19 mars 1951, étant relevé par le New Jersey à Yokosuka où il arrive le 24 mars. Quatre jours, le Missouri quitte le Japon le 28 mars pour rallier Norfolk où il arrive le 27 avril, devenant le navire-amiral des croiseurs de la flotte de l'Atlantique avec la marque du contre-amiral Holloway Jr.


Le Missouri à Norfolk en avril 1951

A l'été 1951, le cuirassé effectue deux croisières d'aspirants en Europe du Nord avant de subir un petit carénage au Norfolk Naval Shipyard du 18 octobre 1951 au 30 janvier 1952.

Après remise en condition au large de Guantanamo, le Missouri quitte Norfolk le 9 juin 1952 pour une croisière d'instruction au profit d'aspirants. De retour en Virginie le 4 août, le cuirassé est confié aux bons soins du Norfolk Naval Shipyard pour préparer un deuxième déploiement en Corée.

Le Missouri quitte Hampton Roads le 11 septembre 1952 pour rallier Yokosuka le 17 octobre où il remplace le 19 octobre son sister-ship Iowa comme navire-amiral de la 7ème flotte avec la marque du vice-amiral Clark.

Du 25 octobre 1952 au 2 janvier 1953, le cuirassé va déclencher le feu de Wotan en pilonnant des cibles ennemies dans la région de Chongjin, de Chaho-Tanchon, de Tanchon-songjin, de Chaho, Wonsan, Hamhung et Hungnam, opérations menées en liaison avec l'aviation embarquée de la TF77 ainsi que le croiseur lourd Helena.

Le Missouri quitte Incheon le 5 janvier pour rallier Sasebo pour une période d'entretien et de repos de l'équipage, reprennant les opérations à la fin du mois de janvier, appuyant à la demande les troupes au sol progressant difficilement dans le relief tourmenté de la péninsule coréenne.

Le USS Missouri effectue son dernier bombardement contre la région de Kojo le 25 mars 1953 avant de rallier Sasebo où il est relevé par le New Jersey le 6 avril 1953. Dès le lendemain, il prend la mer pour rentrer au pays, arrivant à Norfolk le 4 mai où il devient le 14 mai, le navire-amiral des croiseurs et des cuirassés de la flotte de l'Atlantique avec la marque du contre-amiral Woolridge.


Le Missouri et le New Jersey à Norfolk en 1954

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 16:49

La réserve

Le Missouri sous cocon en 1963

Du 8 juin au 4 août 1953, le Missouri effectue une croisière d'entrainement au profit d'aspirants avant de subir un petit carénage du 20 novembre 1953 au 2 avril 1954 au Norfolk Naval Shipyard.

Le 7 juin 1954, le cuirassé quitte Norfolk pour une nouvelle croisière d'entrainement au profit d'aspirants, retrouvant à la mer ses trois sister-ships. C'est la seule fois de leur carrière que les quatre «frangins» (ou «frangines») se retrouvent ensemble à la mer. Le cuirassé fait notamment escale à Lisbonne et à Cherbourg avant de rallier Norfolk le 3 août 1954.

Si après le second conflit mondial, l'influence du président Truman avait été suffisante pour maintenir le cuirassé en service, cette fois le successeur du président Roosevelt n'est plus là pour faire barrage.

Le 23 août, le USS Missouri (BB-63) quitte la côte est pour rallier la côte ouest où il doit être mis en réserve. Après des escales à Long Beach et San Francisco, il arrive à Seattle le 15 septembre 1954.

Trois jours plus tard, il est confié aux bons soins des ouvriers du Puget Sound Naval Shipyard de Bremerton où il est désarmé le 26 février 1955, étant affecté au Bremerton Group de la Pacific Reserve Fleet. Sa retraite est cependant active, le cuirassé étant une attraction touristique de premier choix puisqu'il est le lieu de la signature de la capitulation nippone.


Bremerton juillet 1974 du premier à l'arrière plan de la photo : le USS Missouri (BB-63), USS Saint Paul (CA-73)(?), le USS Hornet (CVS-12), le USS Rochester (CA-124), le USS Bennington (CVS-20), le USS New Jersey (BB-62). Le porte-avions en arrière plan est probablement le USS Bon Homme Richard (CVA-31).


Le Missouri à Bremerton en 1976

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 16:56

La Renaissance

Un vétéran reprend du service

La majorité des cuirassés américains mis en réserve après la guerre ont été rayés du registre au bout d'une quinzaine d'années avant d'être confiés aux bons soins d'une fondation pour les plus chanceux ou d'être dépécés par les chalumeaux des démolisseurs.

Le Missouri va battre ce record en passant presque trente ans en réserve à Bremerton. Il est ressorti de la napthaline en mai 1984 quand le USS Beaufort prit le cuirassé en remorque pour le transférer de Bremerton au Long Beach Naval Shipyard où il va être remis en état modernisé.


Le Missouri au long Beach Naval Shipyard

L'armement obsolète est débarqué (canons de 20 et de 40mm) tout comme quatre des dix tourelles doubles de 127mm pour embarquer des systèmes plus modernes en l'occurence seize missiles surface-surface Harpoon et trente-deux missiles de croisière Tomahawk ainsi que quatre systèmes de défense rapprochée Phalanx. L'électronique est également modernisée.


Le Missouri arrivant à San Francisco le 10 mai 1986


Le USS Missouri «The Migthy Mo» est officiellement remis en service à San Francisco le 10 mai 1986, 10000 personnes assistant à cette cérémonie présidée par le secrétaire d'Etat à la défense Caspar W. Weinberger en présence de plusieurs personnalités notamment sa marraine, Margaret Truman.


Le Missouri remis en service à fière allure non ?


Quatre mois plus tard, le cuirassé quite Long Beach pour un tour du monde, le Missouri faisant escale à Hawaï, Subic Bay, l'Australie, la Tasmanie, Diego Garcia, Egypte, Turquie, Italie, Espagne, Portugal et le Panama.


Le Missouri se ravitaillant auprès du pétrolier Kawishiwi en compagnie du Kitty Hawk le 25 juillet 1986

Depuis 1980, la guerre Iran-Irak trouble le Golfe Persique, une région stratégique pour les puissances occidentales avides de pétrole. Ce conflit ne tarde pas à s'internationaliser avec des attaques contre le trafic pétrolier.


Le Missouri en action en 1987


Le 21 juillet 1987, l'US Navy lance l'opération «Earnest Will» destinée à protéger les pétroliers koweitiens des attaques iraniennes et irakiennes. Le Missouri et son Surface Action Group (Battlegroup Echo) quitte la Californie le 25 juillet 1987 et est déployé à partir de la fin du mois de septembre dans la région, ayant reçut auparavant d'autres armes pour assurer sa protection rapprochée (lance-grenades de 40mm et canons de 25mm).

Il est à la tête d'un groupe de combat composé également du croiseur lance-missiles à propulsion nucléaire Long Beach, du destroyer lance-missiles Hoel (classe Charles F. Adams), de la frégate lance-missiles Curts (classe Oliver H. Perry) et du pétrolier ravitailleur Kansas City de classe Wichita.

Le cuirassé va passer plus de cent jours à la mer dans un environement extrêmement stressant au milieu des mines, des vedettes rapides et des batteries lance-missiles côtières. Le cuirassé est de retour aux Etats Unis début 1988 via Diego Garcia, l'Australie et Hawaï.

En 1988, il participa à l'exercice RimPac tout comme en 1990, l'année 1989 étant essentiellement consacrée à un grand carénage au Long Beach Naval Shipyard mais également à un exercice baptisé «PacEx 89» qui vit le Missouri et le New Jersey manoeuvrer avec les porte-avions Enterprise et Nimitz.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)


Dernière édition par clausewitz le Ven 04 Mai 2012, 02:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 17:04

La guerre du Golfe

Le Missouri et le Wisconsin engagés dans Desert Shield en janvier 1991

Le 2 août 1990, l'Irak envahit puis annexe le Koweit. Les Etats Unis réagissent et déclenchent l'opération Desert Shield (Bouclier du Désert) le 6 août 1990, envoyant des forces navales, aériennes et terrestres en Arabie Saoudite pour dissuader Saddam d'aller plus loin à savoir d'attaquer Riyad.

A l'époque le Missouri devait effectuer une croisière de présence de quatre mois en Extrême Orient mais ce programme est naturellement bouleversé par le conflit, le Missouri quittant la Californie le 13 novembre 1990, ralliant le Golfe d'Oman le 1er janvier 1991 puis franchissant le détroit d'Ormuz le 3 janvier 1991.


14 janvier 1991 : le ravitailleur rapide Sacramento ravitaille le Missouri et le Wisconsin

Après plus de quatre mois de «paix armée», la guerre du Golfe commence réellement dans la nuit du 16 au 17 janvier 1991 quand est déclenchée l'offensive terrestre baptisée Desert Storm (Tempête du Désert). Le Missouri y participe et tirant durant cinq jours du 17 au 22 janvier, vingt-huit missiles de croisière Tomahawk.

Le 29 janvier 1991, le cuirassé Missouri accompagné de la frégate Curts pilonne de ses canons de seize pouces des positions irakiennes à proximité de la frontière saoudienne puis du 3 au 5 février, bombarde les défenses côtières irakiennes au Koweit avec 112 obus de 406mm pour pousser les irakiens à être persuadés qu'un débarquement était imminent. Il est ensuite relevé par le Wisconsin.


Le Missouri tirant contre terre le 16 février 1991

Dans la nuit du 11 au 12 février, le Missouri tire soixante coups de 406mm sur Khalfji puis tire le 25 février sur l'île de Faylaka un total de 133 obus en quatre missions pour continuer de convaincre les irakiens de l'imminence d'un débarquement amphibie.

En riposte les irakiens tirent deux missiles Silkworm contre le cuirassé : un se perd en mer suite à un guidage déffectueux ou des contre-mesures et le second est abattu par deux Sea Dart lancé par le destroyer lance-missiles britannique Gloucester.

Le 25 février 1991, le système Phalanx de la frégate Jarrett ouvre le feu sur un leurre tiré par le Missouri pour détourner le Silkworm et les douilles du Gatling tombent sur le cuirassé même si certains restent sceptiques sur cette explication, le Phalanx étant censé ne pas pouvoir engager les leurres.

Le 26 février 1991, le Missouri cesse sa participation aux combats, le «front» étant situé hors de portée de ces canons après moins de 48h d'offensive, les troupes alliées se heurtant à des troupes irakiennes démoralisées par plus d'un mois de raids aériens diurnes et noctures. Au final, le cuirassé à tiré 759 obus de 406mm et tiré 28 missiles de croisière Tomahawk.

Il quitte la région le 21 mars 1991 pour rentrer début avril à Long Beach après des escales à Fremantle et Hobart en Australie. Il passe le reste de l'année à l'entrainement au large de la côte ouest, étant présent à Pearl Harbor le 7 décembre 1991 pour le cinquantième anniversaire du «Day of Infamy», le cuirassé accueillant à son bord le président Bush, le premier président américain à visiter le navire depuis Harry Truman en septembre 1947.


Le Missouri à Pearl Harbor en 1991-92

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 17:09

La réserve puis le musée

La chute du bloc de l'est et l'implosion de l'URSS rend le monde occidental optimiste, persuadé qu'un nouveau cycle de paix s'ouvre, reléguant à l'Histoire les décennies d'angoisse d'un conflit nucléaire.

On cherche à obtenir les «dividendes de la paix» et cela passe par une réduction drastique des budgets militaires qu'ils soient d'investissement et de fonctionnement.

Au niveau matériel, les navires les plus anciens et les moins utiles sont les premiers visés et les quatre Iowa ont la malchance d'être des navires anciens, couteux à entretenir (1800 hommes d'équipage soit l'équivalent de six Arleigh Burke) et à l'utilité douteuse en l'absence de menace majeure sur les intérêts américains.

Le USS Missouri est officiellement désarmé le 31 mars 1992 à Long Beach, le dernier de la série puisque l'Iowa l'avait été dès le 26 octobre 1990 suivit de près par le New Jersey (8 février 1991) puis par le Wisconsin (30 septembre 1991). Le Missouri est ensuite remorqué à Bremerton, retrouvant le même lieu de retraite que de 1955 à 1984. Il y reste jusqu'en mai 1998 bien que dès le 12 janvier 1995, il ait été rayé des registres.


Le Missouri à Bremerton en 1992

Cédé à l'USS Missouri Memorial Association le 4 mai 1998, il est remorqué le 23 mai à Astoria (Orégon) puis rallie toujours à la remorque Pearl Harbor, arrivant à destination le 22 juin 1998, étant mis au bassin pour préparer son ouverture au public, effective le 29 janvier 1999 à quelques centaines de mètres de l'épave de l'Arizona ce qui n'alla pas sans poser problèmes à certains.


Le Missouri à Pearl Harbor le 22 juin 1998



11 mars 2003 : le Nimitz rentre à Pearl Harbor après son déploiement et croise le Missouri ainsi que le mémorial de l'Arizona


Le Missouri le 17 novembre 2004


Le Ronald Reagan (CV-76) passant à proximité du Missouri le 28 juin 2006

Le cuirassé à subit un petit carénage du 14 octobre 2009 au 7 janvier 2010, date à laquelle il est ramené à sa position et réouvert au public le 30 janvier 2010.


Le USS Missouri au bassin en 2009



Depuis son désarmement, il à servit de théâtre à deux films d'action : Under Siege (Piege en Haute Mer) avec Steven Seagal et Tommy Lee Jones (bien que les prises de vue aient été réalisée su l'Alabama) et Battleship avec Taylor Kitsh et Liam Neeson.


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    Jeu 03 Mai 2012, 20:04

LE USS WISCONSIN (BB-64)

Le USS Wisconsin (BB-64) quittant Philadelphie le 24 septembre 1944

1-Construction et mise au point

Deux photos du wisconsin prises le 12 janvier 1943


Le quatrième cuirassé de classe Iowa est officiellement commandé le 14 juin 1940 en même temps que le Missouri et sa construction attribuée au Philadelphia Naval Shipyard déjà chargé de la construction du New Jersey.


Le Wisconsin en construction le 8 juillet 1943 à moins de six mois de son lancement

Cet Arsenal, l'une des six arsenaux historiques de la marine américaine à fermé en 1995 mais durant ses deux siècles (ou peu s'en faut) d'existence n'avait construit aucun cuirassé jusqu'au USS Washington (classe North Carolina). Il rattrapa son retard en se voyant attribuer la construction du New Jersey, du Wisconsin, de l'Illinois, du Montana et de l'Ohio mais ces trois derniers ne furent jamais achevés, le Montana et l'Ohio n'étant même pas mis sur cale.

-Le Wisconsin est mis sur cale au Philadelphia Naval Shipyard le 25 janvier 1941 lancé le 27 décembre 1943 et commissioné le 16 avril 1944.


Lancement du Wisconsin


L'assemblage d'acier est devenu navire.......


.......Même si il reste énormément de travail à faire

2- «The Badger States» et les autres navires à avoir porté ce nom

Le quatrième cuirassé de classe Iowa porte le nom d'un Etat du nord des Etats Unis, un Etat de la partie septentrionale du Mid-West dans la région des Grands Lacs, l'Etat du Wisconsin étant bordé au nord par le lac Supérieur et à l'est par le lac du Michigan qui le sépare de l'état du même nom.

Ayant pour capitale Madison, cet état de 169 km² (23ème plus grand état américain) est bordé au nord et à l'est par l'Etat du Michigan, à l'ouest par le Minnesota et l'Iowa et au sud par l'Illinois.

Devenue possession américaine après la guerre d'Indépendance en 1783, le territoire du Wisconsin passe véritablement sous contrôle américain après la guerre de 1812 entre américains et britanniques.

Devenu officiellement Territoire en 1836, le Wisconsin devient le 30ème Etat de l'Union le 29 mai 1944, un Etat dominé par les républicains, farouchement abolitioniste et favorable à l'Union durant la guerre de Secession.


Le USS Wisconsin BB-9

Le BB-64 est le deuxième navire et le deuxième cuirassé à rendre hommage à cet état après un cuirassé de classe Illinois, le BB-9. Ce dernier à été mis sur cale aux chantiers Union Iron Works de San Francisco le 9 février 1897 lancé le 26 novembre 1898 et commissioné le 4 février 1901. il à été désarmé le 15 mai 1920 et vendu à la démolition le 26 janvier 1922 pour respecter les termes du traité de Washington.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA    

Revenir en haut Aller en bas
 
US NAVY CUIRASSES CLASSE IOWA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE REVENGE
» ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE NELSON
» ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE QUEEN ELIZABETH
» ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE KING GEORGE V
» ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE IRON DUKE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: LES NAVIRES 1922-1950-
Sauter vers: