AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 OB marine nationale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
patzekiller
Amiral de la Flotte
Amiral de la Flotte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1282
Age : 49
Ville : mouans sartoux (06)
Date d'inscription : 16/08/2005

MessageSujet: OB marine nationale   Mar 18 Avr 2006, 19:33

de amiral patzekillzer
à tous amiraux

objet : ob aeronavale repartition des effectifs

OB aéronavale – Notes préliminaires

Etat des technologies

Armes principales (hors artilleries)

Torpilles : sensiblement égales aux torpilles allemandes (sonoguidées et MAD) sauf pour la torpille anti sous marin qui est supérieure pour une question de choix technologique : la torpille allemande est autonome mais moins fiable, la torpille française est guidée par ondes radio par un opérateur qui la libère sur ses senseur (récepteur sonar) en phase terminale uniquement.
Charges de profondeurs :comparé aux autres nations les français sont les seuls à disposer d'une charge avec un détonateur MAD, cela donne une arme beaucoup plus chère que les charges classique avec réglage de profondeur mais aussi efficace, la différence étant qu'avec un même navire, on a besoin d'en larguer beaucoup moins, celle qui passent trop loin ne détonnent pas permettant au passage de garder un meilleur contact sonar avec la cible

Bombes/missiles : similaires aux allemands : un modèle de bombe planante AAM6 (Arme Air Mer) emporté par quasiment tout les appareils, les missiles sont emportés uniquement par les bloch quadrimoteurs : 2 modèles , l'AAM 9 Marlin et l'AAM10. l'AAM9 a une portée un peu plus grande que le Hs296 mais une charge un peu plus faible, et l'AAM10, destinée en fait aux grosses unités type H, est en fait la même arme de portée plus faible mais avec un penetrateur et une charge plus importante (une partie du propulseur a été remplacé par la charge). Les tireurs les plus expérimentés(1) ont développé une technique de tir en cloche pour eviter de risquer leurs fesses dans la zone létale de l'escadre ennemie et arrivent meme à des portée (quand ils réussissent leur coup!) entre 27 et 30km. Le missile grimpe jusqu'à épuisement du carburant puis redescend comme une bombe planante vers sa cible : cf (1), 25% de coups au but.

Les appareils.

les modeles bloch 135 et 162 ont servi la decennie précédenteà un modèle nommé bloch 165, avec des moteurs plus puissants, une autonomie transatlantique (en mode patrouille). Cet appareil est le pendant du fw300F allemand, il emporte toute la batterie de senseurs (détecteur de radar, radar, IR) et d'armes AAM6, 9, 10, charges de profondeurs, mines, torpilles (une soute 4 pilonnes sous ailes); les missions de cet oiseau seront donc plutôt dans l'atlantique et surtout la Méditerranée, il faut toutefois en déployer une escadrille avec la flotte nord avec en priorité les AAM 10. le bloch 162 M (version maritime) est encore en service outre mer dans deux escadrilles : son materiel de detection est plus ancien et n'a pas la capacité de lancer l'AAM9/10

Pour la reco/resco/mines et lutte ASM, le catalina dont on a acheté la licence aux etats unis et amelioré ensuite en le dotant d'un radar de recherche et de la possibilité de déployer l'AAM6 en plus des missions citées plus haut.

le modèle suivant se rapproche du vieux Laté521/523, c'est un hydravion quadrimoteur plus puissant le laté 530, 2 escadrilles (une affectee à l'escadre de la manche l'autre en mediteranée), doté d'une autonomie plus grande, dont le rôle pourra être similaire au catalina, mais qui embarque une équipe de spécialiste et un materiel de pointe destiné à brouiller les radars et communications ennemies. nous avons gardé le secret, y compris envers nos amis anglais pour qui il s'agit d'un hydravion semblable à leur vieux sunderland devant faire de la resco au large

Des T6 et des D520 en ecole, (navigation et transformation sur D790)

Les helicos : 2 modèles qui ont remplacé les hydravions sur les navire : le sncase 701 (lutte asm, 3 escadrilles dispatchées sur les DD) un gros sonar treuillé pour trianguler sur les contacts et le plus gros hélicoptère du monde, le sncase 801, capable d'emporter 8 hommes ou jusqu'à 900kg de charge (un prototype est en cours d'évaluation pour emporter une torpille.

LN 421 : 6 escadrilles basées à terre + celles des GAN, il s'agit d'un biplace derivé du LN avec un opérateur/mitrailleur qui peut guider l'AAM6, il peut opérer aussi comme bombardier en piqué, bien que cette mission soit de plus en plus rare (il se souvient de l'époque ou son ancêtre le faisait.). il existe une version de reconnaissance LN420R pour les PA qui emporte un radar de recherche.

LéO 45T peut emporter torpilles, mines, et l'AAM6, (2escadrilles). Avec le laté 299/6 (équipé d'un bulbe radar, 1 escadrille), il s'agit des dinosaures de l'aéronavale.

Hanriot NC800 : avec 4 canons de 20, ce bimoteur est l'equivalent des beaufighter et mosquito d'interdiction maritime de la FAA il dispose d'un radar de recherche, dun armement tres complet en soute et est capable de recevoir une AAM6, voire un canon de 37 à tir rapide en nacelle.

Enfin, le D790/9, avec son Hispano suiza 14Y8 de 2200ch, ses 3 canons de 20 et 2MG 7.5 (1+1 dans chaque aile + 1 dans l'hélice) il s'agit d'un chasseur bombardier équivalent au F4U corsair americain, un peu plus maniable, rapide, avec toutefois un peu moins de charge utile (un lot de roquettes ou 500 kg de bombes) on peut dire même qu'il a remporté l'appel d'offre car son ancêtre le d550 était connu et que c'est bien d'acheter français (déjà que les firmes d'hydravions connaissent des difficultés à cause de l'achat de catalina!), 6 escadrilles basées à terre les versions antérieures D790/5 sont basée outre mer . ( notam le Me109U est plus maniable, plus rapide à haute altitude (7500m, 20km/h) mais plus lent à basse (en dessous de 2500m, 25km/h)

Les GAN

Pour un groupe à 55 avions on a (joffre et painlevé):
2 escadrilles à 12 appareils de chasseurs bombardiers D790/9
2 escadrilles à 12 appareils d'appareils d'assaut LN420
2helico ASM
2helico transport/resco
3 LN420R (version de reco)

Pour un groupe à 32 avions on a (bearn, maginot ex C teste, et CVL):
1 escadrilles à 12 appareils de chasseurs bombardiers D790/9
1 escadrilles à 12 appareils d'appareils d'assaut LN420
3 LN420R (version de reco)
2helico transport/resco
3helico ASM

les escadrilles.

catalina : escadrilles E1 à E9 (exploration)
Laté 530 : escadrilles E10 à E11 (rangés là pour tromper les sr adverses sur leur vrais fonctions) , affect. manche et med
bloch 165 : escadrilles B1 à B7
Leo45T : escadrilles B8 (outre mer, escadrille à 20 appareils)
Bloch 162 : escadrille B9 à B10 (outre mer)

D520 : escadrille F1 (ecole, transformation vers le D790)
T6 : escadrille F2 (ecole, navigation)

sncase 701 : escadrille H1 à H4 (lutte ASM, dispatchee entre les navires)
sncase 801 : escadrille H5 à H6

LN421 (biplace du LN420) : escadrilles AB1 à AB6 (Assaut/Bombardement) basees à terre, escadrilles AB7 à AB14 basees sur PA
LN420R (version reco) : R1, R4 dispatches entre les PA, R2 à R3 dispatchée outre mer)
Hanriot NC800 : escadrilles AB15 à AB22
late299 : escadrille AB23 (27 appareils, outre mer)

D790/9 : escadrilles C1 à C6 basees à terre, escadrilles C7 à C12 sur PA
D790/7 : escadrilles C13 à C16 (modele plus ancien de perf. inferieures, basé principalement outre mer)
D552 : escadrilles C17 (escadrille à 18 appareils, meme remarque que le D790/7)


les escadrilles de Ln420 et D790 sont à 12 appareils, celles de catalina à 8 et celle de laté 530 sont à 4 appareils, les autres (sauf specifiaction) à 10.

PS : la liste suivante a été approuvé apres debat avec l'amiral clausewitz. priere d'etre moderés dans vos critiques , un debat est accepté pour les affections, les demandeurs de tel ou tel materiel sont prié de se faire connaitre.

_________________
frog of war le e-zine des pousseurs de pions.
www.frogofwar.org
www.strategikon.info
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frogofwar.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: OB marine nationale   Mar 18 Avr 2006, 20:01

Cher Patzekiller,
Bravo pour toutes ses précisions qui doivent convenir, compte tenu de la technologie de l'époque.
Toutefois je ne pense pas qu'une torpille puisse, à cette époque, être guidée par ondes et libérée près de la cible ( technologie beaucoup trop avancée pour l'époque )
Les premières torpilles auto-guidées, furent allemande - si je ne me trompe - lancées par les U-Boot de la classe XXI, mais était auto-guidée par le son produit par l'adversaire.
Pour moi le guidage par onde est irééel à cette époque
Bien à toi
Revenir en haut Aller en bas
patzekiller
Amiral de la Flotte
Amiral de la Flotte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1282
Age : 49
Ville : mouans sartoux (06)
Date d'inscription : 16/08/2005

MessageSujet: Re: OB marine nationale   Mar 18 Avr 2006, 21:16

il s'agit d'un simple radio guidage sur les gouvernes de la torpille, de portee limitée à qq km ( d'ou la necessité d'un emeteur puissant/navire), les meme principes que les bombes planantes et autre trucs du meme genre , il s'agit juste en fait de rapprocher suffisamment la torpille (azimut et profondeur) pour que ses detecteurs accrochent la cible. je pense que c'etait à portee de la techno de l'epoque.
de toutes façons il ne faut pas oublier que c'etait des armes quasi experimentales donc avec des taux de reussite loin de 100%
une autre solution consiste à lancer la torpille dans l'azimut, de la doter d'un recepteur sonar suffisamment compact, et d'eclairer la cible au sonar , un peu comme un missile avec un radar.
si tu trouve des donnes technique qui disent si c'etait vraiment possible ou pas, n'hesite pas, on va voir avec claus comment on peut rectifier ça

_________________
frog of war le e-zine des pousseurs de pions.
www.frogofwar.org
www.strategikon.info
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frogofwar.org
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: OB marine nationale   Sam 22 Avr 2006, 13:05

Voila le début de mon étude sur la marine nationale avec le contexte politique

En 1936 la France à élu une chambre à gauche et le gvt qui en était issu à lancé de profondes reformes sociales mais rapidement les tensions internationales et la crainte de la guerre ont poussé le gvt à renoncer à certaines mesures phares (comme la mise en place de la securité sociale , le vote des femmes et les assemblées ouvrières) pour poser la question du réarmement. Le Front populaire à volé en eclat et devant les grèves insurectionnelles declenchées par la CGT et le PCF, le président du conseil Léon Blum et le ministre de l'interieur Roger Salengro (qui se suicidera quelques mois plus tard) à faire appel à l'armée mais ils durent demissioner. le président Lebrun intervint et favorisa la constitution d'un cabinet d'union nationale dirigée par Edouard Daladier et regroupant la droite, les radicaux et les socialistes. La stabilité de ce gvt fut assuré par le pacte de Vincennes (17 décembre 1936) qui prévoyait une totale solidarité des différentes forces de la coalition pour assurer la réarmement et la préparation à la guerre. Comme ce plan necessitait 5 à 6 ans au minimun, la France dut reculer face à Hitler jusqu'à la Pologne qui fut envahie le 14 septembre 1939, la France n'intervint pas car elle lui repprochait toujours son pacte d'alliance avec l'Allemagne. Le conflit dura deux mois et s'acheva le 14 novembre. Mais entre temps, Hitler avait-été tué dans un attentat le 9 novembre à Munich (on apprit plus tard qu’il avait été fommenté par le NKVD suite à la purge dans l’armée rouge qui fût un coup monté du SD destiné à affaiblir l'Armée Rouge) Les alliés pouvaient respirer car après un semblant d'unité lors de la terrible chasse à l'homme contre le SPD et le KPD jugées responsables de cet attentat.Les barons nazis se dechirèrent et une guerre civile sanglante opposa Goering qui controlait la Prusse et le nord de l'Allemagnbe, Borman qui controlait le sud et Himmler qui controlait la Rhenanie et l'ouest du pays. Pendant un temps, le front se stabilisa car on avait rappelé le vieux Kaiser Guillaume II pour faire de la figuration car il mourut en 1941 et la guerre civile reprit de plus belle, se terminant par la victoire de Himmler , Borman était mort dans le bombardement de Munich et Goering qui s'était enfuit en URSS fut livré par le NKVD aux SS qui l'éxécutèrent le 14 août 1941
les puissances occidentales étaient trop heureuses de cet eclatement et appauvrissement de l'Allemagne qui non seulement avait pemris aux puissances occidentales de poursuivre leur réarmement mais aussi de stopper le réarmement allemand. La France et la GB avaient decidé de coordonner leurs efforts en particulier en se repartissant les différents commandements : à la France la Mediterannée et l'effort en AFN et au Moyen Orient ainsi que le commandement des forces alliées en Europe du Nord Est et à la Grande Bretagne le cdt des forces alliées ne Atlantique, en Mer du Nord et des opérations amphibies ainsi que des campagnes de bombardement stratégiques (accord de Chelsea du 14 janvier 1941). les productions étaient coordonnées par le comité de Douvres qui avait un rôle indicatif, par exemple de demander quand un pays manquait de tel ou tel produit à l'autre d'accélérer la production du dit produit
sur le plan naval, la France souhaitait se doter d'une puissante marine en particulier au cas d'un scénario peu probable d'une guerre avec les Etats Unis car le leader républicain Thédor Von Ridel étant petit-fils d'immigrant allemand était le favori de l'élection présidentielle de 1940 finalement remportée par Roosevelt. (on verra qu'il triomphera en 1948 en battant Truman) le chef de la marine française, l'amiral de la flotte clausewitz (qui subit de violentes attaques de la presse d'extrême droite le soupçonnant d'être juif) fit approuver le réarmement naval suivant
-Plan de recomplément du 27 juin 1939 : poursuite, commencement ou achevement des constructions en cours ou prévues

Ce plan de 150M de dollars devant être achevé en 1946

-ensuite un Plan de guerre à été prévu pour construire les navires necessaires pour le conflit à venir en tirant les leçons du premier conflit mondial :
-Manque de moyens d'éclairage. Il à été en parti resolus par les croiseurs légers de type Duguay Trouin, Gloire et De Grasse mais ces navires auront du mal à quitter la ligne de bataille ou la protection des convois. Aussi il est prévu la construction de croiseurs eclaireurs capable egalement de lutter contre les raiders et les croiseurs auxilaires allemand c'est la classe DIXMUDE qui prévoit 4 navires pour les différentes escadre en Métropole et en AFN et 2 à 4 pour les colonies et l'outre mer
-Manque d'escorteurs Les Melpomène étant des echecs il est prévu une nouvelle classe d'escorteurs océaniques de 600 à 800t et des escorteurs-torpilleurs de 1100t plus specialisés AA
-Manque de poussière navale construction en masse dans des chantiers travaillant pour la plaisance et la pêche de drageurs de mines, de patrouilleurs, de chasseurs de sous marins et de petits auxiliaires
Manque de moyens logistiques plan de réquisition de la flotte de commerce, financement de navires pour des armateurs privés de navires requisitionnés en cas de guerre pour servir de cargos, pétroliers, navires ateliers........
Manque de moyens amphibies L'échec des Dardanelles nous à fait prendre conscience que la prise d'assaut d'une côte défendue exige des moyens specialisés necessaires avec nos différents plans de guerre navale.
-Plan d'expansion : encore dans les limbes au déclenchement de la guerre, il s'agit de prévoir la fin de la guerre en planifiant le desarmement des navires anciens, le maintien en condition des navires récents par des modernisations plus ou moins succintes et les constructions neuves en cas d'un nouveau conflit mondial après celui à venir
-plan aéronavale decidé le 14 octobre 1945 qui prévoit l'accroissement des moyens de surveillance et d'exploration (commande d'hydravions à long rayon d'action et d'avions de patrouille maritime) d'attaque depuis la côte (commande de léo 45T supplémentaires, de bimoteurs s'attaque maritime Hanriot NC 800 et de Bristol Beaufigther) renouvellement de l'aviation embarquée (Dewoitine D 795 à la place des D 790, des Helldiver à la place des Laté 299, des Loire Nieuport LN 445 à la place des LN 420, un bimoteur de combat Hanriot NC 815_verison embarquée du NC 800)
rapide presentation que je vais binetôt etoffer, si vous avez des remarques ou si vous répérez des contradictions envoyez moi tout en messages privés pour eviter de surcharger le post et garder sa visibilité

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: OB marine nationale   Dim 23 Avr 2006, 14:37

La marine française cherche en permanence à se moderniser et améliorer ses capacités de combat, pour ce faire rien de mieux que des manoeuvres avec des marines étrangères. C'est ainsi qu'en 1942 l'exercice Potemkine à vu le Richelieu et le Joffre accompagné de 4 torpilleurs, du croiseur Emile Bertin et de 2 sous marins (Casabianca et Rolland Morillot) se rendre en Baltique pour manoeuvrer avec la flotte soviétique qui à présenté son fleuron le cuirassé Sovietskya Ukraina accompagné d'un porte avions (?). L'escadre de la Mediterannée n'est pas en reste avec l'exercice Dante avec l'Italie (novembre 1942) où le Strasbourg accompagné du Painlevé de 2 torpilleurs et de l'Algérie à simulé une bataille navale en Mer Egée où certains défauts du Strasbourg ont pu être corrigés (la DCA à canons de 130mm, la dispertion des canons de 330mm)
enfin, avec nos alliés anglais, nous ne sommes pas en reste avec l'exercice Guillaume le Conquerant où le Gascogne, 2 torpilleurs, le croiseur Lourd Brennus et 4 sous marins ont manoeuvré en mer du Nord où l'Ark Royal fut "coulé" par 4 torpilles du Redoutable et 14 obus de 380mm du Gascogne
un exercice franco-italo-soviétiquo-anglais est prévu en 1943 en Mer Noire

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: OB marine nationale   Jeu 04 Mai 2006, 17:07

voila la première ebauche de Ma marine nationale qui je pense evoluera beaucoup jusqu'à la version finale, (pour les réactions, SVP les envoyez en mp pour evitez la surcharge de ce post.)

1-LISTE DES CHANTIERS ET ARSENAUX IMPLIQUES DANS LE PROGRAMME DE CONSTRUCTION

Les années précedants la guerre ont vu naitre sous l'impulsion de l'état, un vaste mouvement de restructuration dans le secteur de la construction toujours dans le souci de réduire les temps de construction. Par des aides financières, l'état à favoriser les regroupements capitalistiques des chantiers pour les rendrent plus aptes à la construction de masse. Durant cette phase, l'Etat n'à pas hesité à prendre le contrôle total ou partiel de certains chantiers pour qu'ils tiennent jusqu'au regroupement dans un groupe plus puissant et economiquement moins fragile.
De plus par un plan d'équipement et de volontarisme industriel, l'état à financé la construction de grandes calles et de grandes formes de construction pour permettre de construire des grandes unités de type cuirassés et porte avions.
Le recours aux nouvelles techniques de construction (soudure, préfabrication) fut encouragée. De plus pour accélerer l'armement et la mise en service des navires, des accords furent passés entre chantiers privés et arsenaux pour mieux gérer les ressources techniques humaines avec par exemple le prêt d'équipes entre chantiers et l'armement du navire dans le chantier de construction.

Au 1er janvier 1942, les chantiers se repartissaient de la manière suivante :
ARSENAUX
Il en existe 7 dont 5 en métropole qui assurent des taches de soutien tant naval (entretien ravitaillement) que terrestre (PLAN LASCAUX pour transformer les arsenaux en réduits fortifiés pour une resistance jusqu'au boutiste) et de construction, il y à l' Arsenal de Brest, l'Arsenal de Cherbourg (spécialisé dans la construction de sous marins) l'arsenal de Dunkerque, l'Arsenal de Lorient, l'Arsenal de Toulon et 2 dans les colonies à savoir Diego Suarez et Cam Ranh. Le PLAN HADES prévoit egalement la construction d'un arsenal à Dakar, d'un autre à Beyrouth et d'un dernier à Fort de France uniquement pour des taches d'entretien et de soutien. [/u][/b]


CHANTIERS PRIVES
les différents chantiers navals privés jusque là dispersés se sont regroupés en 3 grands groupes de construction navale, le tout sleon des critères géographiques.
[u][u]il y à d'abord le groupe CLO (Chantiers Loire et Océan) qui regroupe les chantiers ACL (Ateliers et Chantiers de la Loire) qui possédaient un site à St Nazaire et un site à Nantes, les chantiers ACB (Ateliers et Chantiers de Bretagne) à Nantes, les chantiers Dubigeon de Nantes encore installés à Chantenay, les chantiers navals de Penhoet à St Nazaire et les F & C (Forges et Chantiers) de la Gironde à Bordeaux
[/u]

Ensuite, il y à le groupe CNM Chantiers Navals de la Manche qui regroupe les chantiers Worms du Trait, les CMN (Constructions Mecaniques de Normandie) de Cherbourg, les deux chantiers havrais (Ateliers et Chantiers du Havre ACH et les F & C de la mediterranée) ainsi que les ACF ou Ateliers et Chantiers de France à Dunkerque

Enfin, le troisième et dernier groupe est La Mediterranéenne de Construction Navale regroupant les chantiers navals de Port Bouc, les chantiers navals de la Seyne Sur Mer et ceux de la Ciotat

De plus un partenariat à été signé avec des chantiers habitués à la construction de plaisance ou de pêche pour la fabrication d'anneaux de navires ou de petites unités (patrouilleurs, chasseurs de sous marins...)

2-LES CONSTRUCTIONS[u]

PLAN D'EXPANSION NAVALE DU 27 MARS 1938

Ce plan est destiné à recadrer les constructions déjà prevus en profitant du regroupement des différents chantiers et l'adaptation des structures à la production de serie puis de masse

PORTE AVIONS[i]

Après de nombreuses tergiversations, deux porte-avions sont commandés au groupe CLO et plus precisement au site de Penhoet. le premier navire le MN Joffre est mis sur cale le 4 novembre 1938, lancé le 17 mars 1941 et mis en service le 18 janvier 1942. Il est immediatement affecté à l'Escadre de l'Atlantique et basé à Brest. Son sister ship le MN Painleve à bénéficié d'améliorations substansielles tant dans on design que dans ses méthodes de construction. Sa construction est cependant retardée en raison de la priorité donnée au dernier cuirassé de la classe Richelieu, Le MN Gascogne qui remplace le Joffre sur la cale. Le Painlevé doit donc attendre le départ du MN Jean BArt de sa forme (retardée pour des problèmes de finition) en Novembre 1941 pour voir sa construction débuter. Il est donc mis sur cale le 17 novembre 1941, lancé le 24 janvier 1944 et mis en service le 8 mai 194(, il est affecté à l'Escadre de la Mediterranée et basé à Toulon où il rejoint le Jean Bart

Le MN Bearn jugé trop vieux et trop lent pour rester opérationnel comme porte-avions d'escadre est desarmé le 14 juillet 1940 et placé en reserve à la Pallice où il sert de Ponton aux navires de passage. Cependant le besoin d'une couverture aérienne dans le cadre de la chasse aux corsaires et aux raiders allemands conduit à son réarmement le 20 janvier 1946. Il subit une profonde refonte sur Dock Flottant à La Pallice : sa propulsion est refaite tout comme son pont d'envol, un hangar unique remplaçant les deux hangars d'origine, un seul ascenseur est maintenu à l'arrière, une catapulte hydraulique est installée à l'avant. Son armement est refondu avec à la place des 155 et des 75mm, 8 canons de 90mm en affûts doubles, 16 canons de 37mmen affûts doubles et 24 canons de 25mm en affûts quadruples. Il est basé à Casablanca ou à Dakar

Le MN Commandant Teste lui est transformé en porte-avions, le besoin d'une base mobile d'hydravions se faisant moins sentir. Il à été transformé à l'Arsenal de Toulon. Les superstructures ont été arrasées et les infrastructures totalement réaménagé avec un hangar occupant la quasi-totalité de la longueur de la coque, un pont d'envol long de 170m et large de 32m, 1 ascenseur arrière et un ascenseur central. Un ilôt à été installé avec cheminée et mat radar. L'armement se compose d'une puissante DCA avec 4 affûts doubles de 90mm, 16 canons de 37mm en affûts doubles de 37mm et 24 canons de 25mm en 6 affûts quadruples.
Les travaux ont eu lieu de DEecembre 1942 à Janvier 1946. Il à été affecté à l'Océan Indien et basé à Diego Suarez avec des stations régulières à Djibouti.

Le besoin de deux porte-avions légers conduisit à la transformation des croiseurs MN Tourville devenu le MN Andre Maginot et le croiseur MN Duquesne devenu le MN Raymond Poincaré . Le premier à été modifié à l'Arsenal de Dunkerque (janvier 1940-decembre 1943) et le second à l'Arsenal de Brest (mars 1942-mars 1945). Sur la coque arrasée, un hangar et un pont d'envol de 195m de long sur 24 de large à été installé avec 2 ascenseurs et 2 catapultes. Un ilôt est installé à tribord avec Passerelle, cheminée et mat radar. L'armement se compose de 8 canons de 90mm en 4 affûts doubles, 24 canons de 37mm en deux affûts quadruples et 8 affûts doubles et 16 canons de 25mm en 8 affûts doubles. L'André Maginot est affecté à Bizerte (Force de Raid) et le Raymond Poincaré à Cam Ranh (FNEO)

à suivre........[/b]

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: OB marine nationale   

Revenir en haut Aller en bas
 
OB marine nationale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la marine nationale s'agrandit
» Le probleme de la fin des navires de la marine nationale
» recherche de plan des bateaux de la marine nationale
» visite de navire de la marine nationale
» Les plongeuses de la Marine Nationale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Divers :: Wargames et Scenarii-
Sauter vers: