AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Dispositif français sur la cote du NE espagnole, 1808-1814

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Dispositif français sur la cote du NE espagnole, 1808-1814   Mar 27 Déc 2011, 20:48

Dispositif français au NE de la cote espagnole au cours de la guerre 1808-14:

18 batteries d’artillerie devaient couvrir la cote entre la frontière et San Feliu de Guixols.

Le capitaine Madrou Bric était le responsable de la zone entre la frontière et Rosas.
Le capitaine La France entre Rosas et San Feliu de Guixols.
Les ordres étaient d’installer des batteries au Port de la Selva, Rosas, l Estartit, Palamos et San Feliu de Guixols.

Mac Donalds demande l’envoi depuis Toulon de 20 canonnières, et la création de station navales pour l’appui de la flottille de Rosas au port de Port de la Selva, Cadaques, Palamos et San Feliu de Guixols.
Un des chefs de la flottille de Rosas était le capitaine Heurtel.
Composition de la flottille de Rosas en 1810 :
Corvette la Tactique/Rosas.
Aviso la Victoire/Cadaques.
Aviso La Linote/SFG.
Aviso La This bé/Rosas.
Aviso La Bretonne/P de la Selva.
Aviso La Provençal/Port Vendres.
Galiote la Fleche/Palamos.

Une division d’infanterie servira comme défense de la cote, ainsi à SFG s’établira le 1 reggimento de infanteria italiano de Naples.
Revenir en haut Aller en bas
Gilles17137
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1756
Age : 72
Ville : 17137 MARSILLY
Emploi : Retraité et Grand-Père
Date d'inscription : 02/11/2011

MessageSujet: Re   Mar 27 Déc 2011, 22:59

Merci de me rafraîchir la mémoire,
Là c'est bien du Blocus continental que nous parlons pour empècher les coalisés de venir en aide à l'Espagne durant ce piètre épisode de la Grande Armée ???
Mais cette époque me laisse perplexe sur l'endurance des soldats et je ne sais pas s'ils furent nombreux à être incorporés dans la Grande armée d'être parti de Calais après que Bonaparte ai renoncé à envahir l'Angleterre parti vers l'Italie puis l'autriche, re l'Italie puis Moscou Madrid etc;; et déposer leur sac en 1815 à Waterlow ?

Sacré Equipée quoi qu'on en pense Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dispositif français sur la cote du NE espagnole, 1808-1814   Mer 28 Déc 2011, 01:02

effectivement d uen part pour empecher l aide aux ennemis et d autrepart pour assurerles communications maritimes, les terrestres etant sousmises aux frequentes attaques des guerrilleros.

Depuis Palamos et San Feliu, situes les deux villes aux extrêmes d’une sorte de baie, les français dominent ou presque le trafic de cabotage de la zone.
La plupart des embarcations se trouvant à Palamos sont françaises.
Un Commissaire de Marine est nommé, Grimonpre pour faire que les nouvelles lois françaises soient suivies. Assister par un notaire impérial, Gabriel Roc Barthelemy et un commandant Fervertin, responsable militaire de la place et un commissaire de police, Pierre Planchon.

L’administration française favorisera la présence de nombreux corsaires marseillais.
Des navires corsaires français comme les Daurade, l Ysere, le Fulminant, Le Décidé, opèreront dans les eaux du NE de la côte espagnole.
Accompagnant les corsaires et l’administration française, de nombreux commerçants français font leur apparition, des armateurs comme Regis Albertin, Michel Martin, Meric Moran, Durand ou Antoine Felix Fianson pour ne citer que les plus connus, avec aussi quelques-uns de Port Vendres, comme Maria Reig.

A Palamos un important commerçant et armateur de course marseillais, François Boyer Fonfrede entre 1811 et 1813 fera de bonnes affaires avec ses 30 navires.
Mais si les corsaires français naviguent dans les eaux espagnoles, ceux-ci en font autant, ainsi les anciens allies devenus ennemis se font la guerre, les espagnols bénéficiant de la complicité des habitants de la région donneront de forts maux de tête aux autorités françaises.
Fonfrede ainsi le reconnait dans ses lettres, les appelants pirates.
Devant le manque de volonté des autorités françaises, Fonfrede écrira a l’intendant du département du Ter, (Gérone) Joseph Marie de Gerando, demandant l’autorisation d’armer de nouveaux navires corsaires, et que Grimonpre fasse mettre des vigies sur la cote pour alerter de la présence de navires corsaires ennemis.
Gerando autorise l’envoi d’un régiment d’infanterie, le 60e de ligne pour palier la situation.
Fonfrede était exaspérer de voir les actions des corsaires espagnols et de souffrir des constants pillages de ses magasins, au point qu’il s’installera dans une maison à Palamos juste devant le port pour surveiller lui-même ses dépôts. Il n’hésitera pas à accuser Grimonpre d’être de connivence avec les espagnols pour s’enrichir à ses dépens.
En fait Fonfrede lui-même fut à plusieurs reprises soupçonner de commercer avec les corsaires espagnols.
De nombreux espions espagnols dans les ports informent les corsaires des navires français les plus intéressants à capturer.
Même les propres corsaires espagnols s’introduisent dans les ports pour surveiller le trafic maritime, et suivre les navires qui appareillent pour les attaquer une fois loin de la cote. Ainsi en décembre 1812 un corsaire espagnol aux ordres d’un capitaine de Rosas jette l’ancre à Palamos, surveille le chargement des navires d’un convoi français et à la tombée de la nuit quitte le port, pour attendre à l’autre bout de la baie, et en pleine nuit lorsque le convoi met les voiles l’attaque et capture un navire qu’il amènera jusqu’ à Arenys de Mar.

Le commissaire français a San Feliu de Guixols, Maigret, sera accuser de fermer les yeux et d ouvrir ses poches, devant les actions des corsaires espagnols, et au bout de deux mois de amndat sera limoger. Devant les faits Grimonpre se présente a SFG avec une centaine de soldats et observe comment a son arrive un navire corsaire espagnol quitte le port.


D ou on peut voir que lorsqu il s agit de benefices, l argent n a pas de pays ni de couleur.
Revenir en haut Aller en bas
Gilles17137
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1756
Age : 72
Ville : 17137 MARSILLY
Emploi : Retraité et Grand-Père
Date d'inscription : 02/11/2011

MessageSujet: Re   Jeu 29 Déc 2011, 08:08

Bonjour,
J'ai un peu fouillé sur le net, mais on ne trouve que bien peu d'illustrations or votre texte mériterai trè largement d'etre illustré je pense que nos amis qui sont des champions de l'histoire maritime doivent avoir des pistes pour ce faire.
Il est vrai que l'époque du premier empire n'a pas brillé par les résuktats de la marine Française il semble que Napoléon premier ayant jeté toutes ses forces dans la guerre continentale ne s'est jamais doté des moyens nécessaire pour avoir une flotte à la hauteur de l'Empire.est-ce votre avis ????????????
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dispositif français sur la cote du NE espagnole, 1808-1814   Jeu 29 Déc 2011, 10:19

Bon on va essayer de ficher quelques dessins.



Cette cote se caracterise par une geographie assez rocheuses, avec de nombreuses calanques, ideales pour les actions secretes.


Dernière édition par mmdb_1 le Jeu 29 Déc 2011, 10:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dispositif français sur la cote du NE espagnole, 1808-1814   Jeu 29 Déc 2011, 10:22

Effectivement, Bonaparte n a pas eut une vision reelement maritime du conflit.


Dernière édition par mmdb_1 le Jeu 29 Déc 2011, 10:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dispositif français sur la cote du NE espagnole, 1808-1814   Jeu 29 Déc 2011, 10:26



Fonfrede et sa famille.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dispositif français sur la cote du NE espagnole, 1808-1814   Jeu 29 Déc 2011, 10:40



Plan de la ville de Palamos a la fin du 17 siecle.
A l epoque qui nous concerne, les forts et muralles ont presque disparus.
Revenir en haut Aller en bas
Gilles17137
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1756
Age : 72
Ville : 17137 MARSILLY
Emploi : Retraité et Grand-Père
Date d'inscription : 02/11/2011

MessageSujet: Re Bonne nuit   Jeu 29 Déc 2011, 23:56

C'est très chouette cheers Y a-t-il un projet de livre à la clé???
En fin c'est passionnant et une mise dans le contexte ne me serait pas du luxe.
Existe-t-il une bibkiographie de ces épisodes en français ????????????
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dispositif français sur la cote du NE espagnole, 1808-1814   Ven 30 Déc 2011, 07:09

Bonjour.

Bibliographie en français:

" Extrait du registre des recettes du sous-comissaire de marine de palamos" mars-juin 1812, ACA, ou archives de la couronne d Aragon.
" Cartes de boyer Fonfrede au baron de Gerando, 27 novembre 1812" ACA
"carte de Fondrede a Grimonpre, 12 septembre 1812, ACA.
"cartes au comissaire general de police de gerone, 15 decembre 1812,ACA
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dispositif français sur la cote du NE espagnole, 1808-1814   Ven 30 Déc 2011, 14:24

Puis pour ceux qui savent lire dans la langue de Cervantes et similaires:

Pablo de la Fuente: Les illes de la restauracio, 1810-1811.
Genis Barnosell: le guerra del frances 1804-1814.
c est de l histoire locale, des regions du NE de la peninsule iberique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dispositif français sur la cote du NE espagnole, 1808-1814   Mar 03 Jan 2012, 04:57

Le 9 février 1812 vers l’après-midi, le capitaine du transport le Tigre, Joseph Lubonis, capitaine du département des Alpes Maritimes, de 32 ans, leva l’ancre du port de Rosas en compagnie du Saint Michel, profitant d’un vent doux jusqu’ a la hauteur de Palamos ou ils font face à un vent contraire assez fort et la présence dans ces eaux de plusieurs corsaires ennemis, qui les retient jusqu’ au 24 du même mois, date a laquelle ils peuvent à nouveau se faire à la mer accompagnes du navire Le bonheur du capitaine Ferandy sur les 16 heures.
A l’hauteur de Malgrat, un chebec ennemi fait son apparition, a la tombée de la nuit, venant du ONO à toute vitesse et poursuit le Tigre.
Le corsaire ennemi effectue deux coups de canons et plusieurs coups de fusil en direction du Tigre. Lubonis réuni l’équipage et donne l’ordre d’alléger le navire d’une part de sa charge pour essayer d’échapper au corsaire qui les a pris en chasse.
Voyant qu’il ne pourrait pas semer son poursuivant, Lubonis fait mettre proue à terre vers 21 :30, entre Malgrat et Pineda de Mar, et supportant l’intense feu ennemi, qui l’harcelle. Une fois le Tigre échouer, et voyant que depuis la cote aucun secours ne viendrait en aide ils sautent a terre et se dirigent vers Mataro ou ils arriveront le 25 à l’aube.
Déclaration du capitaine Lubonis au consul de Barcelone le 26 février 1812.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dispositif français sur la cote du NE espagnole, 1808-1814   Mar 03 Jan 2012, 04:59

Attaque anglaise à Palamos 1810.

Le HMS Sparrowhank, 18 canons, qui surveillait les eaux autour de Palamos détecte la présence d’un convoi français de 8 voiles escortes par 2 chebecs de 3 canons chacun et un ketch de 14 canons.
Il informe son supérieur, le capitaine Rogers du HMS Kent, 74 canons, qui donne l’ordre de réunir les HMS Ajax, 74 c et Minstrel alors présents au blocus de Rosas.
Entre le 8 et le 10 septembre ils se rencontrent eu large du cap San Sébastian, a Palafrugell.
Le 12 l HMS Cambrian, 40 canons, aux ordres de Francis William Fane, les rejoints depuis Menorca.
Ainsi réunis ils se dirigent vers Palamos pour capturer le convoi.
Plus de 200 canons à bord contre les 20 de l’escorte française et les 2 canons et un mortier de la ville. 250 soldats défendent la ville.
Une fois devant la ville, du HMS Cambrian, les britanniques débarquent 2 canons pour attaquer les positions françaises.

Peu avant midi du 13 septembre, les canots britanniques couverts par l’artillerie des Sparrowhank et Minstrel débarquent 600 hommes, et du HMS Cambrian 2 canons, pour l’attaque, 250 d entres eux sont des Royal Marines.
Ils mettent pied a terre a l’autre extrême de la baie face à petit village de San Antonio, loin de la portée de l’artillerie française.

Le débarquement est un succès, les forces françaises présentes à San Antonio doivent se retirer vers l’intérieur abandonnant deux canons aux mains des attaquants.
Ceux-ci avancent en suivant la plage jusqu’ a Palamos, prenant possession d’une partie du port, capturant un transport, coulant un autre et mettant feu a un autre.
L’artillerie française de la ville étant mise HS rapidement par les attaquants.
Depuis San Feliu de Guixols, les français qui ont vus l’arrivée des navires ennemis, envoient des renforts en direction de Palamos.
Les britanniques étant au courant de son arrivée, et devant la résistance de la garnison de Palamos, les attaquants initient un rapide embarquement de leurs hommes, qui s’effectuera en désordre, harcelés par les soldats français depuis les fenêtres des maisons et tirant sur les canots ennemis remplis d’hommes qui se dirigent vers les navires.
L’action leur a couté 33 morts, 89 blesses, 87 prisonniers entre lesquels se trouve le capitaine William Fane, chef des troupes débarquées et capitaine du HMS Cambrian.
Revenir en haut Aller en bas
MONCEY
Matelot de 1ère Classe
Matelot de 1ère Classe


Masculin
Nombre de messages : 271
Age : 69
Ville : ST POL SUR MER
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 21/11/2011

MessageSujet: Réponse aux messages   Ven 20 Jan 2012, 10:41

Bonjour à tous,

La guerre d'Espagne fut un piège pour Napoléon sur tous les terrains.
La Marine a effectivement fourni bon nombre de ses hommes,et pas seulement en Catalogne.Les Artilleurs de la vieille garde étaient pratiquement tous des marins mis à part des artilleurs Lillois (43 ème
d'artillerie).Les prisonniers étaient internés sur des pontons à SEVILLE et gardés par des Gendarmes Maritimes de la Garde.
Nous effectuons deux à trois voyages par an en Espagne pour reconstituer des fais marquants.

Bien cordialement.MONCEY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dispositif français sur la cote du NE espagnole, 1808-1814   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dispositif français sur la cote du NE espagnole, 1808-1814
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dispositif français sur la cote du NE espagnole, 1808-1814
» IDENTIFICATION SEMEUSE 25c
» La cote des timbres algériens
» Empire français 20c nd : 2 en 1
» CUIRASSIER FRANÇAIS A CHEVAL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: LA MARINE A VOILE :: Période 1789-1815-
Sauter vers: