AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE CROWN COLONY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9356
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE CROWN COLONY   Jeu 25 Aoû 2011, 20:53

CROISEURS LEGERS CLASSE CROWN COLONY
(GRANDE BRETAGNE)


Le HMS Gambia en septembre 1950

INTRODUCTION

La classe Leander, les premiers croiseurs légers modernes de la Royal Navy

Le HMS Achilles en 1941

Après la construction des County et des York, les britanniques s'intérrogent sur le type de croiseur le mieux adapté à la protection des interminables lignes de communication de l'Empire.

Appréciant fort peu le croiseur lourd de 203mm, ils décidèrent de réduire le calibre de leur artillerie principale en revenant au 6 pouces (152.4mm) après avoir envisagé le 5.5 pouces (133mm). Ce calibre de 152mm devint le calibre standard des nouveaux croiseurs légers qui seront normalisés par le traité de Londres en 1930.

Un premier navire est commandé au titre du programme 1929, trois autres au programme 1930 et un cinquième au programme 1931, des navires respectivement baptisés Leander Achilles Ajax Neptune Orion.

Les trois suivants sont considérés comme des «Modified Leander», des navires baptisés Amphion Apollo et Phaeton qui transférés ultérieurement à la marine australienne furent rebaptisés Perth Hobart Sydney.

Ces navires d'environ 7000 tonnes, filant à 32.5 noeuds sont admis au service actif en 1931 (Leander), en 1932 (Achilles Orion), en 1933 (Neptune), en 1934 (Ajax), en 1935 (Phaeton) et en 1936 (Amphion Apollo).


Le HMAS Perth en 1938

Les trois derniers sont vendu à la marine australienne en juin 1939 (Amphion devenu Perth), en septembre 1938 (Apollo devenu Hobart) et en septembre 1935 (Phaeton devenu Sydney sans avoir servit dans la Royal Navy).

Ils participent tous à la seconde guerre mondiale, trois étant coulés : le Neptune sur des mines italiennes au large de la Libye le 18 décembre 1941, l'Amphion/Perth par les japonais à la bataille de la mer de Java (28 février/1er mars 1942) et le Phaeton/Sydney par le croiseur auxiliaire Kormoran le 19 novembre 1941.

La Classe Arethusa

Le HMS Arethusa à Malte

La Grande Bretagne est dûrement frappée par la crise de 1929 qui oblige Londres à mener une impopulaire politique de rigueur qui provoque une mutinerie de la Flotte en 1931, une mutinerie presque pacifique, une mutinerie de gentlemen dirions nous mais une mutinerie quand même.

Le temps n'est donc pas aux dépenses somptuaires et comme souvent, les dépenses militaires sont la première variable d'ajustement dans un budget. Voilà pourquoi à la suite des Leander/Amphion, la Royal Navy décide de réduire les capacités de ces nouveau croiseurs.

La mission principale assignée à ces nouveaux croiseurs était la protection des lignes de communication avec pour cible principale les croiseurs auxiliaires. Les six croiseurs prévus étaient des versions réduites des Amphion avec une coque plus courte mais une puissance propulsive semblable mais la réduction de l'armement n'entrainait pas une augmentation de la protection souvent plus faible que les Leander/Amphion pour des raisons évidentes d'équilibre.

Aux quatre tourelles doubles des Leander, les nouveaux croiseurs ne disposaient que de trois tourelles doubles (deux avant et une arrière) auquels s'ajoutèrent deux plate-formes triples lance-torpilles et quatre canons de 102mm en affûts simples.

Ces navires d'environ 6800 tonnes et filant à 32.25 noeuds sont admis au service actif en 1935 (Arethusa Galatea), en 1936 (Penelope) et en 1937 (Aurora). Ils participent tous au second conflit mondial, deux étant perdus, le Galatea coulé par le U-557 le 14 décembre 1941 et le Penelope coulé par le U-410 le 17 février 1944. L'Arethusa est démolit en 1955 et l'Aurora vendu à la Chine et vendu à la démolition en 1968 après une carrière riche en péripéties.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9356
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE CROWN COLONY   Jeu 25 Aoû 2011, 21:04

La classe Town

Le traité de Washington en 1922 avait vu large, très (trop ?) large en ce qui concerne les croiseurs puisque virtuellement, tout navire hauturier allant jusqu'à 10000 tonnes avec des canons de 203mm était considéré comme un croiseur.

Huit ans plus tard, le traité de Londres du 22 avril 1930 clarifia la situation en définissant deux catégories de croiseurs : la catégorie B regroupant les navires déplaçant plus de 1880 tonnes et armés de canons d'un calibre maximal de 155mm (6.1 pouces) et la catégorie A regroupant les navires déplaçant au maximum 10000 tonnes avec des canons d'un calibre maximale de 203mm.

Ce traité gênait l'expansion de la marine japonaise qui avait construit un total de douze croiseurs lourds (deux Kako, deux Aoba, quatre Myoko et quatre Takao) épuisant son contingent alors qu'elle avait besoin de nombreux croiseurs pour la future confrontation avec la marine américaine.

Elle rusa en décidant de construire des croiseurs légers pouvant devenir avec des menus travaux des croiseurs lourds. C'est la classe Mogami (Mogami, Mikuma, Suzuya et Kumano). Ces navires entrés en service en 1934 (Mogami) en 1935 (Mikuma) et 1937 (Suzuya Kumano) déplacent 12400 tonnes, filent à 35 noeuds avec un armement composé de quinze canons de 155mm en cinq tourelles triples (trois avant deux arrières).

Leur apparition suscita l'inquiétude des états majors britanniques et américains qui cherchèrent la riposte la plus adaptée.

Les américains copièrent les japonais en faisant construire sept croiseurs de classe Brooklyn (et deux croiseurs de classe Saint Louis, parfois intégrés à la classe Brooklyn) armés de quinze canons de 152mm en cinq tourelles triples (trois avant et deux arrière).

Les britanniques n'avaient pas les mêmes capacités que les américains et étudièrent un croiseur moins important que les Brooklyn mais pouvant y faire face. Reprendre le design des Arethusa était impensable, ces navires étaient bien trop légers.

Ils dessinèrent un navire bien plus long que les Arethusa, mieux protégés, plus rapides et mieux armés avec douze canons de 152mm en quatre tourelles triples (deux avant et deux arrières).

L'apparition du Mogami bouscula les prévisions des autorités britanniques qui avaient envisagé pour les Naval Estimates 1933-34 un Leander modifié et trois Arethusa. La demande fût ensuite modifiée avec deux Leander modifié et deux Arethusa puis avec trois de ces nouveaux croiseurs.

Au final, le budget 1933-34 finança la construction du quatrième et dernier Arethusa baptisé Aurora et la construction de deux nouveaux croiseurs, un temps connu sous les noms de Polyphemus et Minotaur avant d'être rebaptisé Southampton et Newcastle.

Dix navires au total furent construits répartis en trois sous-classes : Le type I ou classe Southampton, le type II ou classe Liverpool et le type III ou classe Belfast (Belfast Edinburgh). Si les deux premières classes étaient semblables, le type Belfast se distinguait par une coque plus longue de sept mètres.


Le Southampton naviguant avec un croiseur lourd de type County

-Le Southampton est mis sur cale aux chantiers navals John Brown de Clydebank le 21 novembre 1934 lancé le 10 mars 1936 et admis au service actif le 6 mars 1937. Il est coulé par les avions du X Fliegerkorps en Méditerranée le 11 janvier 1941.


Le HMS Newcastle

-Le Newcastle est mis sur cale aux chantiers navals Vickers Armstrong de Newcastle-upon-Tyne le 4 octobre 1934 sous le nom de Minotaur, lancé sous un nouveau nom le 23 janvier 1936 et admis au service actif le 5 mars 1937. Mis en réserve en septembre 1958, il est rayé des registres et vendu à la démolition en 1959, arrivant à son chantier de démolition le 19 août 1959.


Le HMS Sheffield

-Le Sheffield est mis sur cale aux chantiers navals Vickers Armstrong de Newcastle-upon-Tyne le 31 janvier 1935 lancé le 23 juillet 1936 et admis au service actif le 25 août 1937 au sein de la 2ème division de croiseurs, Home Fleet. Rayé des registres en 1964, il est remorqué à Rosyth en 1967 pour récupération de tout matériel réutilisable avant d'être remorqué à Faslane le 18 septembre 1967 pour être démantelé.


Le HMS Glasgow

-Le Glasgow est mis sur cale aux chantiers navals Scotts Shipbuilding & Engineering Company de Greenock le 16 avril 1935 lancé le 20 juin 1936 et admis au service actif le 9 novembre 1937. Mis en réserve, il est vendu à la démolition en 1958 et remorqué dans son chantier démolisseur le 8 juillet 1958.


Le HMS Birmingham

-Le Birmingham est mis sur cale à l'Arsenal de Devonport le 18 juillet 1935 lancé le 1er septembre 1936 et admis au service actif le 18 novembre 1937. Désarmé à Devonport le 3 décembre 1959, il était alors le dernier croiseur de sa classe en service. Il est vendu à la démolition en septembre 1960 et démantelé à Inverkeithing en Ecosse.


Le HMS Liverpool

-Le Liverpool est mis sur cale aux chantiers navals Fairfield Shipbuilding & Engineering Company de Govan en Ecosse le 17 février 1936 lancé le 24 mars 1937 et admis au service actif le 2 novembre 1938. Mis en réserve en 1952, il sert de ponton pour l'état-major de l'amiral commandant la flotte de réserve. Il est rayé des registres en 1957 et vendu à la démolition en 1958, le démantelement s'achevant en 1959.


Le HMS Manchester

-Le Manchester est mis sur cale aux chantiers navals Hawthorn Leslie de Hebburn (sur la rivière Tyne) le 28 mars 1936 lancé le 12 avril 1937 et admis au service actif le 4 août 1938. Gravement endommagé au court de l'opération Pedestal, il est sabordé le 13 août 1942.


Le HMS Gloucester

-Le Gloucester est mis sur cale à l'Arsenal de Devonport le 22 septembre 1936 lancé le 19 octobre 1937 et admis au service actif le 19 janvier 1939. Il est coulé par l'aviation allemande au large de la Crète le 22 mai 1941.


Le HMS Belfast

-Le Belfast est mis sur cale aux chantiers navals Harland & Wolff de Belfast le 10 décembre 1936 lancé le 17 mars 1938 et admis au service actif le 5 août 1939. Il à été préservé comme navire-musée à Londres et est ouvert au public depuis le 21 octobre 1971.


Le HMS Edinburgh

-L'Edinburgh est mis sur cale aux chantiers navals Swan Hunter & Wigham Richardson de Newcastle-Upon-Tyne le 30 décembre 1936 lancé le 31 mars 1938 et admis au service actif le 31 juillet 1939. Endommagé par une torpille le 30 avril, les alliés échouent à le récupérer et décide finalement de le saborder.



Caractéristiques techniques de la classe Town (1936)

Déplacement : Southampton standard 9100 tonnes pleine charge 11730 tonnes Liverpool standard 9300 tonnes pleine charge 12120 tonnes Edinburgh standard 10000 tonnes pleine charge 13386 tonnes

Dimensions : longueur hors tout (Southampton et Liverpool) 180.320m (Edinburgh) 187.025m largeur (Southampton) 18.99m (Liverpool et Edinburgh) 19.78m tirant d'eau : (Southampton) 6.1m (Liverpool) 6.28m (Edinburgh) 6.89m

Propulsion : quatre groupes de turbines à engrenages Parsons alimentées en vapeur par quatre chaudières Amirauté à trois tubes dévellopant 75000ch (82500ch pour les Liverpool et Edinburgh) et entrainant quatre hélices.

Performances : vitesse maximale 32 noeuds distance franchissable 5300 miles nautiques à 13 noeuds capacité carburant 12020 tonnes de mazout.

Protection : ceinture 114mm pont blindé 51mm tourelles 25 à 63.5mm bloc-passerelle 102mm

Armement : 12 canons de 152mm (6 pouces) Mak XXIII en quatre tourelles triples XXII (Southampton et Liverpool) ou XXIII (Edinburgh) (deux avant et deux arrières). Quatre (Southampton et Liverpool) ou six (Edinburgh) affûts doubles de 102mm. Deux affûts quadruples Pom-Pom Mark VIII et 8 mitrailleuses de 12.7mm Vickers en deux affûts quadruples pour les Southampton et les Liverpool, deux affûts octuples Pom-Pom Mark VIII et 8 mitrailleuses de 12.7mm Vickers en deux affûts quadruples pour les Edinburgh. 6 tubes lance-torpilles de 533mm en deux plate-formes triples.

Aviation : une catapulte et deux hydravions Supermarine Walrus

Equipage : 850 officiers et matelots


Les Crown Colony, des Town modifiés

Le traité de Washington était valable jusqu'au 31 décembre 1936 mais pouvait être reconduit automatiquement si aucun pays ne le dénonçait. Le Japon et la France le dénoncent fin 1934 et entament sérieusement leur réarmement, créant ou tentant de créer une marine pouvant combattre les allemands et les italiens.

Le 18 juin 1935 est signé l'accord naval anglo-allemand (Anglo-German Naval Agreement/Deutsch-britisches Flottenabkomen) qui officialisait la politique de réarmement naval et annulait de facto les clauses navales du traité de Versailles.

Selon ce traité, la Kriegsmarine pouvait aligner un tonnage correspondant à 35% du tonnage de la Royal Navy et 45% pour les sous marins ce qui signfie que les allemands pouvaient construire 183750 tonnes de cuirassés ou assimilés, de 51380 tonnes de croiseurs lourds, de 67720 tonnes de croiseurs légers, de 47250 tonnes de porte-avions, 52500 tonnes de destroyers et de 18445 tonnes de sous marins.

Les français sont ulcérés par cet accord d'autant que Londres n'à pas consulté son allié français. La seconde conférence navale de Londres s'ouvre le 9 décembre 1935 et aboutit au second traité naval de Londres signé le 25 mars 1936 et entrant en vigueur le 22 août 1937, l'Italie y adhéra le 16 novembre 1938.

Parmi les dispositions de ce traité, le déplacement des croiseurs est limité à 8000 tonnes et il est interdit jusqu'au 1er janvier 1943 de construire des croiseurs d'un calibre supérieur à 155mm. Une clause de sauvegarde permettant de revoir ces limites au cas où la sécurité des signataires serait affectée.

Cela obligea les britanniques pour la classe de croiseurs conventionnels succédant aux Town de revoit leurs plans. Globalement, les nouveaux croiseurs sont des dérivés à la baisse des Town avec néanmoins un schéma de protection revu avec une ceinture blindée plus longue mais aussi plus fine, un ravitailement en munitions pour les canons de 102mm améliorés.

Onze croiseurs allaient au final être construits, tous portant le nom de territoires ayant le statut de colonies royales (Crown Colony) différent des Dominions, des proctectorats ou encore des colonies à charte.

Deux sous-classes peuvent être identifiées : le type Fiji qui regroupe les huit premiers croiseurs et le type Ceylon qui regroupe les trois derniers croiseurs construits selon un design modifié avec seulement trois tourelles triples de 152mm pour permettre le renforcement de la DCA et améliorer la stabilité.


Schéma général de la classe Crown Colony

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9356
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE CROWN COLONY   Jeu 25 Aoû 2011, 21:12

HISTORIQUE

Le HMS Bermuda

Le HMS Bermuda en 1943

Présentation

-Le Bermuda est mis sur cale aux chantiers navals John Brown de Clydebank le 30 novembre 1939 lancé le 11 septembre 1941 et complété le 21 août 1942.


Carte des Bermudes

Le Bermuda est le huitième navire de la Royal Navy à porté le nom de cet archipel de l'Atlantique Nord. Découvert par le navigateur espagnol Juan de Bermudez en 1505 et dont il tire son nom, il est occupé dès 1609 par les anglais bien que la colonie ne soit officialisée qu'en 1684. Appartenant aux territoires britanniques d'outre-mer, elle à accueillit une base américaine de 1941 à 1995. Il à donné naissance au mythe du Triangle des Bermudes.

Le croiseur léger succède à un brick-sloop de 14 canons de 1795 (perdu par échouage l'année suivante), à un sloop de 18 canons lancé en 1805 et perdu par échouage en 1808, une brick-sloop de 10 canons lancé en 1808 et perdu par échouage en 1816, une pilotine acquise en 1813 et démolie en 1841, un schonner de 3 canons lancé en 1848 et perdu par échouage en 1855 et enfin un dock-flottant amené aux Bermudes en 1869.

Carrière opérationnelle

Le HMS Bermuda à Malte

Affecté à la Home Fleet, il passe le mois de septembre à se mettre en condition opérationnelle en vue de l'opération Torch, le débarquement allié en Afrique du Nord. Il quitte les Orcades le 26 octobre en compagnie des cuirassés Duke of York et Nelson, le croiseur de bataille Renown, les porte-avions Victorious et Formidable, le croiseur léger antiaérien Argonaut et onze destroyers, direction Gibraltar.

Arrivé sur le Rocher le 3 novembre, il y retrouve la force H qui quitte Gibraltar pour assurer la couverture éloignée du débarquement pour contrer une possible intervention de la marine de Vichy et de la marine italienne. Ses canons de 152mm bombardèrent également des objectifs littoraux.

Patrouillant au large d'Alger en compagnie du Sheffield, il subit l'attaque de trente-quatre bombardiers allemands He111, subissant aucun dommage alors qu'au moins deux appareils allemands sont abattus.

Le 10 novembre 1942, il escorte un convoi de transport de troupes à Bougie en compagnie du Sheffield avant de rentrer à Scapa Flow pour reprendre du service dans la Home Fleet à partir du 4 décembre après avoir appartenu à la force Q, un groupement occasionnel destiné à sécuriser l'avancée alliée en Afrique du Nord.

Le 31 décembre 1942, il est déployé en mer en compagnie des cuirassés King George V et Howe et de destroyers pour protéger le retour du convoi RA51 après l'attaque du convoi JW51 par les croiseurs lourds allemands Hipper et Lutzow.

Le 4 janvier 1943 alors qu'il couvrait le convoi JW51B, il est détaché de ce convoi pour escorter le convoi RA51 entre la péninsule de Kola et le Loch Ewe. Il va ensuite couvrir le convoi JW52 entre l'Ecosse et l'URSS (17-27 janvier 1943) puis le convoi RA52 entre l'URSS et l'Ecosse.

Le 29 mars 1943, il est déployé en compagnie du destroyer canadien Athabaskan pour patrouiller entre les Féroés et l'Islande après l'annonce de l'appareillage des cuirassés Tirpitz et Scharnhorst et du croiseur lourd Lützow. La patrouille s'étant révélée infructueuse, le croiseur rentre à Scapa Flow le 2 avril 1943.

Au mois de mai 1943, il relève le croiseur léger antiaérien Scylla pour escorter le paquebot Queen Mary qui transportait au Canada le premier ministre Winston Churchill afin de participer à la conférence Trident. Appelée officiellement conférence de Québec, elle réunit Roosevelt et Churchill dans la capitale américaine du 12 au 27 mai 1943 et valide les plans d'invasion de l'Italie, accroit l'offensive aérienne sur l'Allemagne et la guerre dans le Pacifique.

Le 27 mai, il reprend la mer, escortant les cuirassés Anson et Valiant enre Scapa Flow et Rosyth avant de quitter Greenock le 31 mai en compagnie du croiseur lourd Cumberland, du porte-avions Furious, du croiseur léger antiaérien Scylla et de quatre destroyers, afin de participer à l'opération Gearbox, le ravitaillement de la garnison alliée de Spitzberg.

Le mauvais temps oblige l'escadre britannique à s'abriter à Akureri (Islande) jusqu'au 7 juin quand elle appareille pour Spitzberg où elle arrive le 10 juin 1943 avant de faire demi-tour la mission accomplie, rentrant à Scapa Flow le 14 juin 1943.

Le 30 juin 1943, il est transférré à Plymouth pour assurer une couverture antisurface aux forces anti-sous-marines opérant dans le Golfe de Gascogne et ce en compagnie du croiseur léger Glasgow, leur cible principale étant le destroyers allemands basés à Brest, Saint Nazaire et Bordeaux.

Ce sont les opérations Musketry et Seaslug, menées en liaison avec les avions et les hydravions du Coastal Command. Au mois d'août, il participe à une opération similaire connue sous le nom de code de Percussion qui voit l'engagement pour la première fois des bombes guidées Hs293.

En carénage à Devonport au mois de septembre et au mois d'octobre où sa DCA est renforcée avec des canons de 20mm, le croiseur gagne Scapa Flow le 25 octobre 1943 pour reprendre sa mission d'escorte des convois en direction de la Russie.

De retour à Scapa Flow le 3 décembre, il gagne la Clyde pour être réparé, ayant subit des dégâts de la part de Mère Nature. Il reprend du service le 22 décembre 1943, toujours en escorte des convois en direction et de retour d'URSS.


Photo prise après guerre : le Bermuda à quai en compagnie du porte-avions Karel Doorman

Le 31 mars 1944, il est prit en main par un chantier de la Tyne pour un petit carénage qui l'y immobilise jusqu'à la fin du mois d'avril, perdant ses installations d'hydraviation et recevant d'autres canons de 20mm.

Il reprend du service à la mi-mai, préparant l'opération Neptune, le volet naval de l'opération Overlord, le débarquement de Normandie ou du moins un volet de l'opération Fortitude en restant déployé au large de Scapa Flow pour faire croire à un débarquement en Norvège et y immobiliser des forces allemandes (opération Skye ou Fortitude Nord) .

Le 30 juin 1944, il est décidé de l'envoyer dans le Pacifique. Il est donc prit en main par un chantier de la Clyde pour une remise en état en complète (en temps de guerre, à la différence du temps de paix, il est difficile d'exécuter l'entretien courant). Les travaux immobilisent le croiseur jusqu'en mars 1945. Le mois de mars est consacré aux essais à la mer à partir du 9 mars puis à sa remise en condition.

Le 3 mai 1945, il quitte l'estuaire de la Clyde pour la Méditerranée pour achever son entrainement au mois de juin avant de quitter la Mare Nostrum le 6 juin pour l'Australie, arrivant à Sydney le 7 juillet 1945 via Ceylan en compagnie du croiseur léger Belfast.

Le Japon battu, le croiseur léger est affecté à la T.U 111.3 en compagnie du porte-avions Colossus, les croiseurs Argonaut et Belfast et quatre destroyers. Ce groupement occasionnel gagna la base américaine de Leyte puis Formose pour obtenir la redition officielle de l'île le 9 septembre avant d'évacuer les anciens prisonniers de guerre alliés.


Le HMS Bermuda à la mer

Il gagne ensuite Shanghai puis Hong Kong en compagnie du croiseur Argonaut, devenant dans la colonie britannique libérée le navire-amiral de la 5ème division de croiseurs, restant en Extrême Orient jusqu'à ce que le rapatriement des anciens prisonniers alliés soit terminé.

En mai 1947, il quitte l'Asie pour rentrer en métropole, arrivant à Plymouth le 19 juin, étant mis en réserve peu après avant d'entrer en travaux à l'Arsenal de Chatham. Remis en service à Devonport en octobre 1950, il resta en statut de réserve jusqu'en mars 1953 quand il est remis en service actif plein et entier.

Déployé en Méditerranée jusqu'en 1954, il retourne ensuite au sein de la Home Fleet, servant jusqu'en 1956 quand il subit une modernisation avant de reprendre du service, servant jusqu'en 1962.

Désarmé le 30 juillet 1962, il est rayé des registres en 1965 puis vendu à la démolition, le démantelement commençant à la fin août 1965.


L'ex Bermuda en démolition

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9356
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE CROWN COLONY   Jeu 25 Aoû 2011, 21:20

Le HMS Fiji

Le HMS Fiji à la mer

Présentation

-Le Fiji est mis sur cale aux chantiers navals John Brown de Clydebank le 30 mars 1938 lancé le 31 mai 1939 et admis au service actif le 17 mai 1940.



Le premier croiseur de la classe est le premier navire et à l'heure actuelle le seul navire de la Royal Navy à avoir porté le nom de cet archipel de la Mélanésie colonisé par les britanniques à partir de 1874 à 1970, date de son indépendance.

Carrière opérationnelle

Le HMS Fiji à la mer en 1940

A sa mise en service, le croiseur léger est affecté à la 18ème division de croiseurs basée à Scapa Flow et rattaché à la Home Fleet. Il va ainsi mener des patrouilles et la défense des convois dans le secteur North Western Approaches.

Au mois d'août 1940, le croiseur léger fût choisit pour participer à l'opération Menace, l'attaque du port de Dakar pour y installer la France Libre. Malheureusement pour lui, le croiseur léger est torpillé le 1er septembre 1940 par le sous-marin U-32 au large des Hebrides l'obligeant à faire demi tour en direction de la Clyde pour réparations. Le croiseur est en réparations jusqu'à la fin de l'année 1940.

Après avoir passé tout le mois de janvier en essais et remise en condition, il reprend le service actif depuis Scapa Flow pour des patrouilles anti-raiders dans la région notamment le détroit du Danemark, voie de passage privilégiée par les croiseurs et cuirassés allemands.


Vue aérienne du Fiji. C'est des airs et non des flots que viendra sa perte

Le 1er avril 1941, il escorte le porte-avions Argus en direction de Gibraltar pour l'opération Winch, une opération de livraisons de chasseurs à l'île-forteresse de Malte. Quatre jours plus tard, il retrouve le porte-avions Ark Royal et le croiseur Renown de la force H pour une recherche des croiseurs de bataille Scharnhorst et Gneisenau avant d'escorter le même porte-avions à la fin du mois pour une nouvelle opération de livraison de chasseurs, l'opération Dunlop.

Au début du mois de mai, le croiseur léger est temporairement rattaché à la force H avant d'être transféré à la 15ème division de croiseurs basée à Alexandrie. Il va ainsi participer à l'opération Tiger, un transport de chars à destination du Moyen-Orient. Il arrive à Alexandrie le 12 mai 1941 et va participer au soutien des troupes britanniques et du Commonwealth en Grèce et en Crète.

Le 13 mai 1941, il appareille pour Heraklion en compagnie du croiseur léger Gloucester pour transporter des troupes. Les troupes sont débarquées le 16 mai et il retrouve la force B qui intègre ensuite la force A en compagnie des cuirassés Warspite et Valiant, soutenant ainsi la force C (Naiad, Perth, Calcutta et Carlisle plus trois destroyers). Les britanniques neutralisent la force d'invasion navale de l'opération Merkur qui doublait l'opération aéroportée.

Les allemands ne vont pas laisser cet affront impuni et les navires britanniques au large de la Crète sont soumis le 22 mai à de terribles attaques aériennes. Le destroyer Greyhound est le premier à succombé et le Fiji récupère des survivants en compagnie du Gloucester.

La DCA du Gloucester commence à manquer de munitions et est touché par quatre bombes qui provoqua une série d'explosions secondaires et une innondation de certains compartiments, les dégâts s'aggravant avec des coups à toucher.

Le Fiji largue des radeaux de sauvetage et tente de s'enfuir mais sera coulé dans la journée. Sur les 807 marins à bord, seulement 85 marins purent s'en sortir.

Le Fiji est à son tour endommagé par un coup à toucher qui provoque une voie d'eau au niveau des compartiments propulsion, l'obligeant à réduite la vitesse alors que la bande ne cessait de s'aggraver.

Le croiseur léger devient une cible facile pour l'aviation allemande qui place encore trois autres bombes sur l'infortuné croiseur qui chavire et coule une heure plus tard à la position 34.35N, 23.10E.

Les destroyers Kandahar et Kingston larguent des radeaux ne pouvant stopper de crainte de servir de cible à la Luftwafe. 523 survivants sont récupérés à la tombée de la nuit.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9356
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE CROWN COLONY   Jeu 25 Aoû 2011, 21:25

Le HMS Kenya

Le HMS Kenya rentrant au port

Présentation

-Le Kenya est mis sur cale aux chantiers navals Alexander Stephens & Sons de Glasgow le 18 juin 1938 lancé le 18 août 1939 et admis au service actif le 27 septembre 1940.



Le deuxième croiseur léger de classe Crown Colony est le premier et seul navire de la Royal Navy à avoir porté le nom de ce pays de la Corne de l'Afrique, colonie britannique de 1888 au 12 décembre 1963, date de son indépendance.

Carrière opérationnelle

A sa mise en service, le croiseur est affecté à la Home Fleet, plus précisément à la 10ème division de croiseurs. Comme les autres croiseurs de la flotte métropolitaine, il va mener des missions d'escorte de convois et de protection contre les raiders allemands qui écumaient les convois de l'Atlantique. Il va par exemple escorter des convois entre Liverpool et Freetown avec de fréquentes escales à Gibraltar mais va également protéger différentes opérations de mouillage de mines en mer du Nord.

Le 22 mai 1941, le croiseur léger quitte Scapa Flow en compagnie du cuirassé King George V, du porte-avions Victorious, des croiseurs Aurora, Galatea et Hermione plus six destroyers pour intercepter le cuirassé Bismarck et le croiseur lourd Prinz Eugen.

Le cuirassé coulé, le Kenya est détaché avec l'Aurora le 27 mai pour gagner Hvalfjord en Islande afin de se ravitailler. Il repart le 30 mai pour détruire les ravitailleurs allemands chargés de soutenir les raiders de la Kriegsmarine. C'est ainsi que le 3 juin 1941, il coule le pétrolier Belchen qui ravitaillait le U-93, le sous-marin parvenant à s'échapper.

Endommagé dans une collision avec un destroyer, il est immobilisé jusqu'à la fin août pour réparations et remise en condition. Il reprend du service début septembre, participant à l'opération Halberd au mois de septembre, une opération de ravitaillement de Malte.

Le 1er octobre 1941, il appareille de Gibraltar en compagnie du Sheffield pour intercepter le ravitailleur allemande Kota Pinang qui est coulé le 3 octobre avant que le Kenya et le Sheffield ne rentre en Grande Bretagne. Après des réparations, il est redéployé en Islande pour protéger les convois ravitaillant l'URSS. Le 25 novembre 1941, le croiseur léger bombarde les îles Vardo et Hornoy en compagnie de deux destroyers russes et de deux destroyers britanniques.

A son retour à Rosyth le 6 décembre, il subit un petit carénage pour améliorer ses capacités électroniques et sa résistance au froid. Il reprend du service le 15 décembre, appareillant de Scapa Flow le 24 décembre pour l'opération Archery, un raid commando contre les Lofoten mené par les commandos n°3 et 4.

L'opération est déclenchée le 27 décembre 1941, le croiseur assurant l'appui-feu, étant légèrement endommagé par les batteries côtières. Il est de retour à Scapa Flow le lendemain avec 343 norvégiens souhaitant s'engager dans les forces norvégiennes libres. Réparé, il est ensuite redéployé en Islande pour des escortes de convois, des patrouilles anti-raiders et la couverture d'opérations de mouillage de mines.

Au mois de juin 1942, il est choisit pour participer à l'opération Harpoon, une nouvelle opération de ravitaillement de Malte qui voit l'engagement d'une partie non negligeable de la Royal Navy.

C'est ainsi que le 5 juin 1942, il appareille en escorte du convoi WS19S en compagnie du croiseur léger Liverpool et de dix destroyers. Il retrouve le 11 juin la force W composée également du cuirassé Malaya et des porte-avions Eagle et Argus plus le croiseur léger antiaérien Charybdis pour couvrir le passage du convoi de l'opération Harpoon. Il est de retour à Gibraltar le 18 juin 1942 et repart pour Scapa Flow le 20, arrivant à destination le 24 juin.


Le Kenya endommagé par un sous-marin italien. Il y à laissé sa proue

Il participe ensuite au mois d'août à l'opération Pedestal, un convoi de ravitailement massif au cours de laquelle il est endommagé le 12 août par une torpille d'un sous-marin italien. Il arrive à Gibraltar le 15 et subit des réparations temporaires sur le Rocher avant de gagner Scapa Flow le 25 juillet août après avoir perdu sa proue temporaire durant le transit. Il est pris en main par un chantier naval de la Tyne et est en réparations jusqu'au mois de décembre 1942 avant de reprendre du service, étant décidé son déploiement au sein de l'Eastern Fleet.

Le 12 mars 1943, il quitte Plymouth pour gagner son nouveau théâtre d'opérations, faisant escale à Gibraltar du 18 au 22 mars avant de gagner Freetown pour une escale du 27 au 30 mars 1943. Arrivé au Cap le 11 avril, il fait escale à Simonstown et rejoint le convoi qu'il escortait depuis la métropole dans l'Océan Indien jusqu'au 25 avril quand il est détaché pour faire route seul en direction de Kilindini (Kenya).

Après une période de maintenance (avec entre-autres choses une nouvelle peinture), il appareille pour Durban avant de prendre en main un premier convoi. Le Kenya va ainsi assurer essentiellement des missions d'escorte de convois entre l'Afrique du Sud, le Kenya et Ceylan mais également différents exercices avec les autres navires de la flotte. Le 4 décembre 1943, il appareille pour Trincomalee en compagnie du croiseur léger Newcastle, les deux navires arrivant à destination le 9 décembre 1943.

Il commence l'année par l'infructueuse opération Thwart, la recherche d'un forceur de blocus au sud-est de l'île Maurice en compagnie du Newcastle mais également du croiseur lourd Suffolk, du porte-avions d'escorte Battler, du croiseur auxiliaire Canton, du destroyer australien Nepal et de la frégate Bann.

Après un petit carénage en février et mars 1944 à Simonstown, il quitte la principale base de la Royal Navy en Afrique australe le 15 avril pour rentrer à Kilindini le 24 avril afin de reprendre sa mission de protection de convois.


Le HMS Kenya à la mer

Il participe ensuite à l'opération Transom (6-27 mai) qui voit la TF65 (croiseur de bataille Renown et cuirassés Valiant et Richelieu, les croiseurs Kenya et Tromp plus 7 destroyers) couvrir la TF66 (porte-avions Illustrious et Saratoga, les croiseurs Gambia et Ceylon ainsi que 6 destroyers) chargée de l'attaque sur Soerabaya dans l'île de Java.

La flotte se ravitailla auprès de la TF67 dans le Golfe d'Exmouth (Australie), task force composée de six pétroliers, d'un transport d'eau escorté par les croiseurs lourds London et Suffolk plus trois destroyers le 15 mai.

Le 17 mai 1944, l'Illustrious lança 21 Grumman Avenger et 15 Chance Vought Corsair et le Saratoga 20 Douglas Dauntless et 25 Grumman Hellcat soit un total de 81 appareils qui retournèrent à bord à 10.50. Le lendemain, le Saratoga et trois destroyers quittèrent l'Eastern Fleet pendant que le Richelieu et les navires britanniques se ravitaillaient en baie dans le golfe d'Exmouth avant de regagner Trincomalee le 27 mai 1944.

Le Kenya participe ensuite à l'attaque de la base japonaise de Port Blair dans les Andamans (opération Pedal). Le glaive était l'Illustrious, le croiseur léger Phoebe et leurs huit destroyers d'escorte, le Renown, le Richelieu et les croiseurs Nigeria, Kenya et Ceylon formant un puissant bouclier. La TF60 appareilla de Ceylan le 19 juin pour une attaque aérienne menée par 15 Barracuda et 14 Corsair lancée le 21 juin, un appareil étant abattu pour des dégats non négligeable. La TF60 rentre à Trincomalee le 23 juin.

Après un transport de troupes en direction de l'atoll d'Addu (Maldives) et un transport d'ouvriers indiens entre l'Inde et Colombo, le croiseur léger va participer à l'opération Crimson. Sous ce nom de code, l'Eastern Fleet déploya les grands moyens pour bombarder Sabang à l'entrée du détroit de Malacca.

En effet, la Task Force 70 déploya les cuirassés Richelieu, Valiant et Queen Elizabeth, le croiseur de bataille Renown; les porte-avions Victorious et Illustrious; le croiseur lourd Cumberland, les croiseurs légers Tromp, Nigeria, Ceylon, Kenya, Gambia et dix destroyers pour une opération combinée d'attaques aériennes et de bombardement naval.

La Task Force 70 appareilla de Trincomalee le 22 juillet arrivant au large de Pulau Weh _l'île où se trouvait la ville de Sabang_ à l'aube le 25 juillet 1944. Après un bombardement aérien, les navires de surface ouvrirent le feu sur le port et les installations pétrolières de Sabang. Les forces alliées sont de retour à Trincomalee le 26 juillet 1944.

Au mois d'août, il escorte le cuirassé Howe en transit dans l'Océan Indien pour intégrer ainsi la British Pacific Fleet (BPF) dont Ceylan était l'île de formation. Du 19 au 27 août, il couvre les porte-avions Victorious et Indomitable dans un raid aérien contre Padang et Emmerhaven, une diversion des opérations américains en Nouvelle Guinée. Du 14 au 20 septembre 1944, il couvre les mêmes porte-avions en compagnie également comme précédement du cuirassé Howe qui mène des raids aériens contre Sigli (Sumatra).

Le 25 septembre, il quitte Trincomalee en compagnie du ravitailleur de sous-marins Maidstone qu'il va escorter jusqu'à Fremantle en Australie en compagnie du Nigeria, les trois navires arrivant à destination le 3 octobre 1944. Il est de retour à Colombo le 26 octobre 1944 et le 22 novembre, le Kenya est transféré à la 5ème division de croiseurs qui doit intégrer la BPF.

Le 23 janvier 1945, il forme la TF65 en compagnie des croiseurs légers Newcastle et Nigeria et des destroyers Paladin et Rapid pour appuyer le débarquement des Royal Marines le 26 janvier sur l'île de Cheduba dans le Golfe du Bengale (opération Sankey) puis le 28 janvier sur l'île de Ramree dans le cadre de l'opération Matador avant de rembarquer les Royal Marines le 31 janvier et de rentrer à Trincomalee.

Le 22 février 1945, le Kenya quitte Trincomalee en compagnie des porte-avions d'escorte Empress et Ameer, de trois destroyers et de trois frégates pour l'opération Stacey, une mission de reconnaissance en mer d'Andaman et ce jusqu'au 7 mars, date de son retour à Trincomalee. Il participe ensuite à l'opération Turret, un débarquement à Letpan au cours duquel le croiseur assure l'appui-feu.

Le 28 mars 1945, le croiseur léger quitte Colombo pour rentrer en Grande Bretagne. Il arrive à Durban le 6 avril où il débarque sa tourelle X pour permettre un renforcement de la DCA, la tourelle en question restant sur place pour un éventuel remplacement sur un autre croiseur léger.

Il quitte Durban pour le Cap avec un chargement d'or à rapatrier en Grande Bretagne. Il arrive à Sheermess le 13 mai mais ne s'y attarde guère, gagnant Chatham pour un grand carénage qui commence le 6 juin 1945 et s'achèvant en avril 1946. Il gagne d'abord la Méditerranée avant de retrouver la 8ème division de croiseurs aux Bermudes au mois de décembre.

Le manque de main d'oeuvre, déjà sensible à partir de 1943/44 obligea le croiseur à rentrer en métropole en octobre 1947, étant mis en réserve à Chatham au mois de novembre de la même année.


Le Kenya quittant au bassin à Chatham en 1949

Le HMS Kenya est remis en service en juillet 1949 pour remplacer le croiseur lourd London en Extrême Orient. Après refonte, il quitte Portsmouth au mois d'octobre, arrivant à Colombo à la fin de l'année.

Son programme initial fût bouleversé par le déclenchement de la guerre de Corée qui le voit quitter Hong Kong pour retrouver à Sasebo, le croiseur léger Belfast et son sister-ship le Jamaica. Il va ainsi être engagé dans l'opération Chromite, le débarquement à Inchon le 15 septembre 1950 redonnant l'initiative aux forces des Nations Unies. Il va rester déployé au large de la Corée jusqu'en novembre 1951 quand il est transféré dans l'Océan Indien après avoir échangé sa place avec son sister-ship, le Mauritius qui appartenait à la 4ème division de croiseurs.

D'octobre 1952 à février 1953, il est déployé en Méditerranée participant à différents exercices, participant également au sauvetage le 22 décembre du personnel du paquebot Champollion perdu par échouage au large de Beyrouth. Rentré à Portsmouth le 23 février 1953, il est peu après mis en réserve à Rosyth.


Le HMS Kenya en réserve

Remis en service le 15 août 1955, il va être essentiellement déployé dans l'Atlantique, les Caraïbes mais également l'Océan Indien. Le 16 octobre 1956, il reçoit l'ordre de rentrer en Grande Bretagne, étant transféré à la Home Fleet le 19 novembre.

En mai 1957, il remplace le Jamaica en Méditerranée, restant déployé dans cette région jusqu'au 26 mars quand il appareille pour Portsmouth arrivant à destination le 2 avril 1958. Il est réaffecté à la Home Fleet le 13 avril. Il est de nouveau désarmé en septembre 1958

Rayé des registres en février, il est privé de tout le matériel récupérable puis vendu à la démolition en octobre 1962, arrivant dans l'estuaire de la Clyde le 27 octobre pour y être démantelé.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9356
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE CROWN COLONY   Jeu 25 Aoû 2011, 21:34

Le HMS Mauritius

Le Mauritius à la mer

Présentation

19 juillet 1939 : lancement du Mauritius

-Le Mauritius est mis sur cale aux chantiers navals Swan Hunter de Newcastle-upon-Tyne le 31 mars 1938 lancé le 19 juillet 1939 et admis au service actif le 4 janvier 1940.



Ce croiseur porte le nom d'une île de l'Océan Indien, l'Ile Maurice. Découverte par les portugais en 1507, elle est colonisée par les hollandais de 1638 à 1710 puis par les français qui s'y installent en 1715 et la baptise Ile de France. Position stratégique, elle est occupée par les britanniques à partir de 1810 qui lui redonne son nom original hérité des néerlandais à savoir Mauritius (Maurice de Nassau) et en font une colonie qui devient indépendante en 1968 et une république en 1992.

Carrière opérationnelle

Le HMS Mauritius naviguant camouflé

A sa mise en service, le Mauritius est affecté à la 10ème division de croiseurs dépendant de la Home Fleet avec Scapa Flow comme port-base. Comme ses sister-ship, il va principalement assurer des patrouilles anti-raiders et des escortes de convoi.

Néanmoins, en avril 1941, il est décidé de l'affecté à la 4ème division de croiseurs déployée dans l'Océan Indien. Il fait ainsi escale avec un convoi à Freetown du 9 au 14 mai 1941 avant de franchir le cap de Bonne Espérance pour entrer dans l'Océan Indien. Relevé par le croiseur Hawkins, le Mauritius gagna Colombo où il arriva le 20 juin 1941. Il va y mener les mêmes missions que dans l'Atlantique et la mer du Nord.

Le 6 novembre 1941, il est échoué dans un bassin de l'Arsenal de Singapour pour carénage mais les travaux sont suspendus le 10 décembre à la suite de l'invasion japonaise de la Malaisie. Il ne va cependant pas affronter la marine impériale puisqu'il le 11 décembre, il quitte Singapour pour rentrer en Grande Bretagne avec à son bord des survivants du Prince of Wales et du Repulse.

Arrivé en métropole à la fin janvier 1942, le Mauritius est prit en charge par l'Arsenal de Devonport pour terminer les travaux qui s'achèvent à la fin du mois de mars avant que le mois d'avril ne soit consacré aux essais et à sa remise en condition pour un nouveau déploiement dans l'Océan Indien.


Vue aérienne du HMS Mauritius en 1942

Il quitte la Grande Bretagne le 11 mai en escorte d'un convoi, faisant escale à Freetown puis au Cap avant de retrouver le convoi pour le protéger entre Durban et Bombay. Relevé par le Devonshire, il va gagner Kilindini où il arrive le 14 juillet 1942. Comme auparavant, il va mener des escortes de convois et des patrouilles d'interception notamment pour détruire d'éventuels ravitailleurs japonais (opération Demcat 27 au 30 septembre).

Le 10 février 1943, il retrouve en mer la force A1 composée des cuirassés Resolution Revenge et Warspite chargés de couvrir le passage en direction de l'Australie du convoi de l'opération Pamphlet en l'occurence les paquebots Queen Mary, Aquitania, Ile de France, Nieuw Amsterdam et Queen of Bermuda qui rapatriaient aux antipodes des troupes australiennes stationnées au Moyen Orient. Le Mauritius est détaché de cette opération le 15 février.

Au mois de mai 1943, il est décidé de le déployer en Méditerranée et le 19 mai, il est transferré à la 15ème division de croiseurs. Il arrive à Alexandrie via la mer Rouge et le canal de Suez, subissant quelques avaries liées à un échouage lors du transit dans la voie d'eau.

Il va ainsi participer à l'opération Husky, le débarquement allié en Sicile le 10 juillet 1943, appuyant de ses canons de 152mm, la progression des troupes à terre.

Le 6 août 1943, il est affecté à la force K également composée des croiseurs légers Orion et Uganda, assurant le bombardement de Riposto et une patrouille offensive dans la région de Crotone.

Il participe ensuite aux débarquement de Calabre le 3 septembre (opération Baytown) puis à celui de Salerne le 9 septembre 1943 (opération Avalanche). Il est déployé dans cette zone jusqu'au 17 septembre quand il est relevé par le croiseur léger antiaérien Sirius.

Du 24 décembre 1943 au 15 janvier 1944, il participa à l'opération Stonewall, une recherche des forceurs de blocus allemands dans le Golfe de Gascogne en compagnie de son sister-ship Gambia.

Il participe ensuite à l'opération Shingle, le débarquement allié à Anzio qui par l'indécision du général Lucas faillit tourner au désastre. Le Mauritius participa à l'appui-feu des troupes à terre, partageant ce rôle avec le Dido, le Delhi, le Phoebe, l'Orion, le Penelope ainsi que les croiseurs américains Brooklyn et Philadelphia.

Il reste déployé en Méditerranée jusqu'au début du mois de mars 1944 avant de gagner la Grande Bretagne pour se préparer à la future opération Overlord, le débarquement de Normandie. Il subit ainsi des travaux destinés à faire de lui le navire-amiral de la force de bombardement D : débarquement des installations d'hydraviation et modernisation de la suite radar. Il va ainsi prendre la tête d'un groupe occasionnel composé des cuirassés Warspite et Ramillies et des croiseurs Arethusa Danae et Dragon.

Le Mauritius va ainsi soutenir les troupes britanniques qui vont débarquer sur Sword dans le cadre de l'opération Neptune, le volet naval d'Overlord. Du 6 au 8 juin, il va essentiel effectuer des bombardements préparatoires et ciblés avant de passer au soutien direct des troupes, étant d'ailleurs légèrement endommagé par le tir venu de la terre. Du 11 au 18 juillet, il concentre son attention et ses canons sur Caen et sa région.

A partir du 5 août, il est déployé dans le Golfe de Gascogne pour intercepter les navires allemands évacuant les troupes des ports de la côte Atlantique. Le 14 août alors qu'il naviguait au large des Sables d'Olonnes en compagnie du destroyer Ursa et du destroyer canadien Iroquois, il intercepte un petit convoi allemand, endommageant le torpilleur T24 et deux navires escortés puis dans la même jour force un valeur à s'échouer avant de couler le lendemain un dragueur de mines.

Le 25 août, en baie d'Audierne, il engage avec ses deux compères précédement cité un convoi allemand qui perd cinq escorteurs. Le 28 août, il retrourne à Devonport après que la Résistance eut informé que les allemands mis à part les poches quittaient la Bretagne. Il est ensuite en réparations durant tout le mois de septembre 1944.

Il ensuite redéployé au sein de la 10ème division de croiseurs avec Scapa Flow comme port-base, participant notamment à l'opération Athletic, un raid aéronaval mené par le porte-avions Implacable contre la Norvège, coulant plusieurs navires allemands.

Le Mauritius est en refonte du 25 février 1945 à mars 1946, manquant ainsi la fin du conflit en Europe et la fin du conflit dans le Pacifique.


Le HMS Mauritius entrant au bassin à Chatham en 1951

Le service de l'après guerre va alterner périodes de mise en réserve et de réactivation. Désarmé en 1952, il est vendu à la démolition en 1965.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9356
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE CROWN COLONY   Jeu 25 Aoû 2011, 21:41

Le HMS Nigeria

Le HMS Nigeria à la mer

Présentation

-Le Nigeria est mis sur cale aux chantiers Vickers-Armstrong de Newcastle-upon-Tyne le 8 février 1938 lancé le 18 juillet 1939 et mis en service le 30 septembre 1940.



Ce croiseur porte le nom de l'Etat d'Afrique le plus peuplé qui fût officiellement occupé par les britanniques en 1886, devenant colonie de la couronne en 1914. La colonie est dôtée d'un gouvernement représentatif en 1951 et d'une constitution fédérale en 1954. Le 1er octobre 1960, le Nigeria devient indépendant.

Carrière opérationnelle

Le HMS Nigeria rentrant au port

A sa mise en service, le croiseur léger Nigeria est affecté à Scapa Flow au sein de la 10ème division de la Home Fleet mais est rapidement redéployé à Plymouth pour protéger les convois de l'Atlantique en compagnie notamment du croiseur de bataille Repulse. Il va aussi assurer la couverture d'opérations de mouillage de mines et soutenir un premier raid sur les Lofoten (opération Claymore) en mars 1941.

Le 28 juin 1941, il intercepte le navire météo Lauenburg en compagnie du destroyer Tartar. Le navire se saborde mais l'équipe de prise du destroyer récupère les livres de code du système Enigma avant que le navire ne sombre. Le 1er août, il détruit une station météo sur l'île aux Ours (Norvège) et évacue des ressortissants norvégiens pour éviter les représailles allemandes.

Le 19 août, il participe en compagnie de l'Aurora à une nouvelle opération commando contre les Spitzberg en assurant l'escorte du paquebot Empress of Australia et l'appui-feu des troupes à terre qui détruisirent notamment les installations des mines de charbon.

Le 7 septembre, lors d'un raid offensif, il intercepte avec l'Aurora un convoi allemand de deux navires, coulant le navire-école Bremse mais l'autre navire parvint à s'échapper en profitant du mauvais temps. Endommagé (par le mauvais temps _interprétation de l'époque_ ou par une mine _analyse post-conflit_), il est en réparations jusqu'à la mi-décembre, retrouvant la 10ème division de croiseurs qu'au mois de janvier 1942.

Il va alors assuré la protection des convois ravitaillant l'URSS, convois qui étaient menacés à la fois par les sous-marins, par l'aviation et par les navires de surface. Il va assurer cette mission jusqu'au début du mois de juillet 1942.

Il va ensuite participé à l'opération Pedestal, le convoi de la dernière chance pour ravitailler Malte, une véritable forteresse qui était un caillou dans la chaussure de l'Axe. Arrivé à Gibraltar le 10 août, il reprend la mer dès le lendemain 11 août mais le 13, il est torpillé par le sous-marin italien Axum dans la région du ban de Skerki dans le détroit de Sicile.


Le HMS Nigeria après le torpillage du sous-marin Axum

Il arrive à Gibraltar le 15 août pour des réparations temporaires, la remise en état complète devant avoir lieu aux Etats-Unis. Il quitte le Rocher le 7 octobre et prit en main par le Charleston Navy Yard le 23 octobre 1943, ces travaux étant mis à profit pour les débarquer les installations d'hydraviation et préparer l'installation de la suite radar. Les travaux s'achèvent à la fin du mois d'août et le croiseur gagne la Grande-Bretagne pour achever les travaux en décembre 1943.


Le HMS Nigeria en 1943

Il est ensuite redéployé dans l'Océan Indien au sein de la 4ème division de croiseurs qu'il intègre à la fin du mois de mars 1944. Il va ainsi participer aux différents raids menés par l'Eastern Fleet qu'il s'agisse de l'opération Cockpit, de l'opération Transom, de l'opération Crimson avant d'escorter le ravitailleur de sous-marin Maidstone à Fremantle en Australie en compagnie de son sister-ship, le HMS Kenya.

Affecté en novembre 1944 à la 5ème division de croiseurs, il va participer au soutien des opérations en Birmanie jusqu'à la fin de l'année.

Le 1er janvier 1945, il est déployé en compagnie du porte-avions d'escorte Ameer, des croiseurs légers Newcastle et Phoebe et de trois destroyers pour participer au débarquement sur la péninsule d'Akyab (opération Ligthning). Il va ensuite participer à l'opération Sankey de débarquement sur l'île de Cheduba.

Après un petit carénage à Simonstown de février à avril 1945, il effectue ses essais à la mer avant de regagner Ceylan le 3 mai après une escale à Durban. Le 5 juillet 1945, il participe à une opération de déminage des eaux malaisiennes, couvrant les drageurs de mines en compagnie de trois destroyers et des porte-avions d'escorte Ameer et Emperor.

Les débarquements en Malaisie n'auront cependant jamais lieu avant la capitulation japonaise en raison notamment des pressions politiques américaines, Washington étant réticent au rétablissement des empires coloniaux.

Le 9 août 1945, il participe néanmoins à l'opération Zipper, un débarquement au nord de Port Dickson en Malaisie en compagnie de son sister-ship Ceylon, du croiseur léger Cleopatra et des cuirassés Nelson et Richelieu.

Il reste en service après la capitulation japonaise, étant déployé essentiellement dans l'Atlantique Sud. En 1948, il reste notamment à proximité des Falklands suite à une nouvelle poussée de tension avec l'Argentine à propos de cet archipel austral.


Le HMS Nigeria arrivant à Portsmouth en 1950

Le Nigeria rentre en Grande-Bretagne en 1951 où il est mis en réserve. Vendu à la marine indienne en 1954, il subit une imposante modernisation aux chantiers navals Cammell Laird de Brikenhead en 1955/1956 avec notamment de nouveaux radars, une refonte des structures internes, de nouveaux mats, le débarquement de la tourelle X de 152mm et de deux plate-formes triples lance-torpilles.

Il est remis en service dans la marine indienne sous le nom d'INS Mysore le 29 août 1957, devenant le navire-amiral de cette marine. Le croiseur va ainsi participer à de nombreux exercices en compagnie des marines du Commonwealth et de celle de l'OTASE. Transformé en navire-école en 1975, il est désarmé et vendu à la démolition en 1980.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9356
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE CROWN COLONY   Jeu 25 Aoû 2011, 21:48

Le HMS Trinidad

Le HMS Trinidad à la mer

Présentation

-Le Trinidad est mis sur cale à l'Arsenal de Devonport le 21 avril 1938 lancé le 21 mars 1940 et admis au service actif le 14 octobre 1941.



Ce croiseur est le troisième navire de la Royal Navy à porté le nom de cette île d'Amérique du Sud, située au large du Venezuela, cette île formant avec Toga, un Etat indépendant depuis 1962 après avoir été colonisé par les anglais en 1797. Trinidad et Tobago est une république depuis 1976.

Le premier est un schooner de 10 canons en service de 1805 à 1809 et le second un destroyer de type S lancé en 1918 et vendu à la démolition en 1932.

Carrière opérationnelle

Vue tribord arrière du Trinidad

Son admission au service actif est retardé par une bombe allemande tombée lors d'un raid aérien sur Plymouth en avril 1941. Il est ramené à Rosyth pour être remis en état.

Il est ensuite affecté à la 10ème division de croiseurs, division rattachée à la Home Fleet. Il est basé à Scapa Flow et va participer à l'escorte des convois en direction de l'URSS.

Le 10 février 1942, il est chargé de patrouilles anti-raiders depuis Scapa Flow mais également depuis l'Islande. Il assure cette mission jusqu'au 25 février quand il est relevé par le Sheffield.

Le Trinidad va ensuite participer à la couverture d'opérations de mouillage de mines avant de patrouiller au large de l'île de Jan Mayen à partir du 7 mars 1942 suite à l'annonce de la sortie du cuirassé Tirpitz avant de reprendre sa mission de couverture de convois tout en se tenant prêt à barrer la route au Tirpitz qui tapis dans son fjors norvégien constituait toujours une menace pour les convois arctiques.

Le 29 mars 1942, il engage les destroyers allemands Z24 Z25 et Z26 avec le destroyer Eclipse, endommageant le Z26 mais étant lui même endommagé à tribord avant d'achever le Z26 désemparé par l'Eclipse.

Malheureusement pour lui une torpille défectueuse se mit à tourner sur elle même avant de toucher le navire provoquant l'inondation de la salle des chaudières avant avec du mazout, l'incendie qui se déclare provoquant de très gros dommages.


Le Trinidad torpillé par l'une de ses propres torpilles

Remorqué à Mourmansk, il va y subir des réparations temporaires à l'aide de plaques d'acier amenées en URSS par le croiseur léger Edinburgh. Il est ainsi mis au bassin le 7 avril, passage au sec qui permis l'évacuation de trente deux corps inumés en mer par le dragueur de mines Niger.

Les réparations temporaires sont achevées le 2 mai et le 13 mai, le croiseur éclopé appareille pour la Grande-Bretagne escorté par quatre destroyers ainsi que les croiseurs Nigeria, Kent, Norfolk et Liverpool, le cuirassé Duke of York et le porte-avions Victorious, le Trinidad filant à seulement vingt noeuds.

Le 14 mai, la Luftwafe se déchaine sur l'éclopé et sur son escorte, étant touché par plusieurs bombes qui provoquèrent des dégâts tels (sans oublier 63 morts) que le croiseur fût abandonné et que le destroyer HMS Matchless achève l'épave avec trois torpilles.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9356
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE CROWN COLONY   Jeu 25 Aoû 2011, 21:53

Le HMS/HMZS Gambia

Présentation

Vue aérienne du HMS Gambia qui possède encore sa tourelle X

-Le Gambia est mis sur cale aux chantiers navals Swan Hunter de Newcastle-upon-Tyne le 24 juillet 1939 lancé le 30 novembre 1940 et admis au service actif le 21 février 1942.



Le croiseur léger est le premier et le seul navire à avoir porté le nom de cette colonie d'Afrique Noire, enclavée dans le Sénégal à l'exception d'un morceau de côte. Colonie britannique en 1783, elle devient indépendante en 1965. Il y eut dans les années quatre-vingt un projet d'union avec le Sénégal appelée Sénégambie mais ce projet échoua.

Carrière opérationnelle

Le HMS Gambia à la mer

A son admission au service actif, le croiseur léger est affecté temporairement à la 18ème DC pour remise en condition, sa division d'affectation étant la 4ème DC dans l'Océan Indien. Le croiseur léger gagne l'Océan Indien au mois de mai 1942 où il va assurer des escortes de convois et des patrouilles anti-raiders.

Au mois d'août 1942, le croiseur léger Gambia gagne Mombasa pour participer à l'opération Stream, un débarquement destiné à compléter l'occupation de Madagascar après l'opération Ironclad qui avait eu pour cible Diego Suarez.

C'est ainsi que le 13 septembre, le Gambia escorta les transports qui emmenèrent la 29ème brigade d'infanterie en direction de Majunga, mission qu'il assura en compagnie du croiseur Birmingham et du croiseur néerlandais Van Heemskerck; la couverture lointaine étant assurée par le cuirassé Warspite et le porte-avions Illustrious. Le Gambia resta déployé au large de Madagascar jusqu'à la fin du mois d'octobre avant de passer jusqu'au 12 novembre au bassin à Bombay puis de reprendre les missions citées plus haut.

Le 28 mai, il quitte Le Cap pour rentrer en Grande-Bretagne afin de subir un grand carénage. Il arrive à Liverpool à la mi-jui, étant pris en charge par un chantier naval de Liverpool qui débarqua ses installations d'hydraviation et modernisa sa suite radar.

Le 22 septembre 1943, le Gambia est transféré à la marine néo-zélandaise en remplacement des croiseurs Achilles et Leander. Il reste cependant déployé dans les eaux britanniques d'abord en mer du Nord depuis le mouillage de Scapa Flow puis à Plymouth pour opérer dans l'Atlantique et en Manche et ce jusqu'à la fin 1943, passant les derniers mois de cette année en patrouilles notamment pour intercepter les forceurs de blocus.


Le HMNZS Gambia en mer

Le 30 janvier 1944, le HMNZS Gambia quitte Plymouth pour l'Océan Indien, passant par le détroit de Gibraltar puis par le canal de Suez, retrouvant la 4ème division de croiseurs à Trincomalee le 19 février 1944. Comme avant son grand carénage, le Gambia va participer essentiellement à des escortes de convois et des patrouilles anti-raiders.

Le 21 mars 1944, il est à la mer en compagnie des cuirassés Queen Elizabeth et Valiant, du croiseur de bataille Renown, des croiseurs London et Ceylon et de dix destroyers pour une mission de chasse offensive contre le trafic japonais (opération Diplomat), rentrant à Ceylan en compagnie du porte-avions Saratoga et de ses destroyers d'escorte, le croiseur de bataille converti étant détaché pour emploi auprès des britanniques, les navires britanniques et américains arrivant à Trincomalee le 2 avril 1944.

Il va ensuite être engagé dans les grands raids aéronavals en Asie du Sud-Est notamment en Malaisie comme l'opération Cockpit (16-21 avril) ou encore l'opération Transom (6-27 mai). Le 8 mai, son transfert plein et entier à la marine royale néo-zélandaise est approuvé mais si il reste sous le contrôle opérationnel de l'Eastern Fleet.

Le 10 mai 1944, il est déployé dans le golfe du Bengale en compagnie des porte-avions Illustrious et Atheling pour un raid dans le golfe du Bengale avant de bombarder Sabang le lendemain pour détourner l'attention des japonais de l'opération américaine Forager (débarquement dans les Mariannes).

Le HMNZS Gambia va participer ensuite à l'opération Crimson du 22 au 27 juillet, couvrant les porte-avions Illustrious et Victorious bombardant Sabang, le croiseur léger utilisant ses canons de 152mm pour matraquer les cibles littorales en compagnie de son sister-ship le Kenya.

Après un petit carénage du 10 septembre au 6 octobre, le Gambia reprend ses missions opérationnelles comme notamment des escortes de convois qui lui permettent de faire une série d'escale en Nouvelle Zélande.

Le 22 novembre 1944, il est transféré de l'Eastern Fleet à la British Pacific Fleet (BPF)et subit ainsi un petit carénage à l'Arsenal d'Auckland jusqu'à la fin du mois de janvier 1945 avant les essais d'usage puis la remise en condition.

Le 14 février 1945, il quitte les eaux néo-zélandaises pour Sydney en compagnie du cuirassé Howe et des destroyers australiens HMAS Quality et Queenborough. Le 1er mars, il quitte Sydney pour une série d'exercices avant de retrouver le 17, la TF113 à Manus.

Le 23 mars, il intègre la TF57, un groupe occasionnel intégré à la 5ème flotte américaine, contribution britannique à la guerre contre le Japon et si sur le plan pratique, l'apport est modeste, sur le plan symbolique il est énorme. Placée sous le contrôle du contre-amiral Vian (le héros de l'Altmark), elle dispose des porte-avions Indomitable Victorious, Illustrious et Indefatigable, des cuirassés King George V et Howe ainsi que des croiseurs Swiftsure Gambia Black Prince Argonaut et Euryalus.

Le croiseur léger néo-zélandais va ainsi participer à l'opération Iceberg, le débarquement américain sur Okinawa qui à lieu le 1er avril, les croiseurs protégeant les porte-avions attaquant les aérodromes japonais moins contre la flotte de surface japonaise (virtuellement éliminée) que contre les avions et les kamikazes.

Le 2 avril 1945, il est chargé de remorquer le destroyer HMS Ulster endommagé par un kamikaze à Leyte pour réparations escorté par un destroyer et deux dragueurs de mines australiens. L'éclopé arrivé à bon port, le croiseur qui Leyte en compagnie de son sister-ship Uganda et de deux autres destroyers pour retrouver la TF57 qui mène des raids contre les aérodromes de Formose, toujours dans le but de neutraliser les kamikazes japonais. Il est de retour à Leyte le 23 avril 1945.

Il reprend le combat à partir du 4 mai, toujours en couverture des porte-avions soumis à de nombreuses attaques kamikaze, une opération de bombardement des aérodromes de Miyako Shima en compagnie des cuirassés et des croiseurs Swiftsure, Uganda Euryalus et Black Prince est même annulée en raison de la menace aérienne. Le 23 mai, il quitte la première ligne pour Manus puis enfin Sydney où il arrive le 5 juin 1945 pour repos et
remise en condition.

Il reprend la mer le 28 juin, faisant désormais partie de la TF37 puisque la 5ème flotte est redevenue la 3ème flotte, arrivant à Manus le 4 juillet.

Le 16 juillet, le HMNZS Gambia est à la mer en compagnie du cuirassé King George V et des croiseurs Newfoundland Achilles Euryalus Uganda et Black Prince pour couvrir les raids menés contre le Japon par les porte-avions Formidable, Victorious et Implacable. Le 2 août, il est détaché avec les croiseurs Argonaut Black Prince et Newfoundland pour servir de relais radio entre la BPF et la TF38, mission que le Gambia assure jusqu'au 4 août 1945.

Le 9 août, il bombarde le complexe sidérurgique de Kamaishi (Honshu) en compagnie de son sister-ship Newfoundland et de deux destroyers. Soumis à de nombreuses attaques aériennes, le Gambia abat un appareil japonais.

Le 12 août 1945, il est mis à la disposition de la TF38 (Fast Carrier Task Force) en compagnie du cuirassé King George V, du porte-avions Indefatigable et du croiseur Newfoundland plus neuf destroyers, le tout formant le TG 38.5. Il va ainsi couvrir le porte-avions Indefatigable dans les ultimes raids aériens de la guerre.

Le 31 août 1945, il entre en baie de Tokyo en compagnie du Newfoundland et deux jours plus tard, il représente la Nouvelle Zélandaise à la cérémonie de rédition japonaise signée à bord du cuirassé Missouri.


Le HMS Gambia à Gibraltar

A partir de janvier 1946, le Gambia est utilisé par la marine néo-zélandaise avec un effectif réduit avant de regagner en Grande Bretagne au printemps 1948, rentrant à Plymouth le 27 mars 1946. Il est alors repris par la marine britannique, servant d'abord dans le Pacifique jusqu'en 1948 avant d'être mis en réserve à Devonport.

Remis en service en 1950, il est déployé en Méditerranée jusqu'en 1955 puis dans l'Océan Indien de 1956 à 1958 avant d'alterner entre les eaux métropolitaines, la Méditerranée et l'Océan Indien.

Le Gambia est désarmé le 7 décembre 1960 à Portsmouth, rayé des registres en 1968 puis vendu à la démolition et démantelé à partir du 5 décembre 1968 à Inverkeithing (Ecosse).


Le Gambia dans le Firth of Forth

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9356
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE CROWN COLONY   Jeu 25 Aoû 2011, 22:09

Le HMS Jamaïca

Le HMS Jamaica camouflé

Présentation

-Le Jamaïca est mis sur cale aux chantiers navals Vickers Armstrong de Barrow-in-Furness le 28 avril 1939 lancé le 16 novembre 1940 et admis au service actif le 29 juin 1942.



Ce croiseur léger est le sixième navire de la Royal Navy à porté le nom de cette île des Caraïbes au sud-est de Cuba et à l'ouest d'Haïti. Colonie britannique depuis 1655, elle est indépendante depuis 1962.

Le croiseur léger succède à un sloop de 14 canons lancé en 1710 et perdu par échouage en 1715, un sloop de 14 canons lancé en 1744 et perdu par échouage en 1770 sur les côtes de........Jamaïque, un sloop de 16 canons acheté en 1779 et vendu en 1783, une frégate française capturée en 1796 et vendue en 1814 et un navire de ligne de 52 canons commandé en 1825 mais abandonné en 1829.

Carrière opérationnelle

Le HMS Jamaica à la mer

A sa mise en service, le croiseur léger Jamaïca est affecté à la Home Fleet avec Scapa Flow pour port-base. Au mois de septembre 1942, il couvre une opération de mouillage de mines en mer du Nord. Il va ensuite couvrir les convois reliant le Loch Ewe à l'URSS et notamment le port de Mourmansk.

Choisit pour participer à l'opération Torch, le croiseur léger quitte Scapa Flow le 27 octobre direction Gibraltar en compagnie du croiseur antiaérien Delhi et des porte-avions Argus Bitter et Dasher. Le 8 novembre 1942, il couvre la mise à terre à Oran du 1er régiment de Rangers et de la 1ère division blindée, des unités américaines en raison du souvenir encore frais de l'opération Catapult contre Mers-el-Kébir.

Le 9 novembre, il affronte la marine de Vichy plus particulièrement les torpilleurs Tramontane Tornade et Typhon plus le contre-torpilleur Epervier puis le 10 pilonne les batteries côtières en compagnie du cuirassé Rodney et du croiseur léger Aurora. Il quitte les eaux nord-africaines le 14 novembre et reprend du service dans les eaux métropolitaines le 20 novembre 1942.

Le 22 décembre 1941, le convoi JW51B appareilla du Loch Ewe à destination de la péninsule de Kola en URSS. Ses 15 cargos transportaient 202 chars, 2046 véhicules, 87 chasseurs et 33 bombardiers en caisses, 11500 tonnes de carburant, 12650 tonnes de kérosène et 54000 tonnes de matériel divers.

Son escorte se composait des destroyers Acates, Orwell, Oribi, Onslow, Obedient et Obdurate, des corvettes classe Flower Rhododendron et Hyderabad, le dragueurs de mines Bramble et les chalutiers armés Vizalma et Northern Gem. En plus de l'escorte rapprochée, du convoi, une couverture à distance était assuré par les croiseurs légers Sheffield et Jamaica et deux destroyers (Force R).

Face à ce déploiement, les allemands disposaient des croiseurs lourds Admiral Hipper et Lützow et des destroyers Friedrich Eckholdt, Richars Beitzen, Theodor Riedel, Z29, 230 et Z31, ces navires étaient basés dans l'Altafjord dans le nord de la Norvège.

Le convoi fût repéré le 25 décembre par le sous marin U-354 et de nouveau localisé le 30. Le même jour à 17h30, les navires allemands appareillèrent de l'Altafjord et le lendemain à 3heures, la formation allemande se sépara en deux pour prendre le convoi en tenaille.

Le groupe nord se composait du croiseur lourd Admiral Hipper et de 3 destroyers, passer derrière le convoi et se rabattre pour l'attaquer du nord tandis que le second groupe se composait du Lützow et de trois destroyers, faisait route au nord-nord est pour passer devant le convoi et revenir dessus en route inverse.

A 8.20 le 31 décembre, le destroyer Obdurate situé au sud du convoi repéra trois destroyer à l'ouest du convoi tandis que l'Onslow repérait l'Admiral Hipper dans la même direction et tenta de l'intercepter avec l'Orwell, l'Obedient et l'Obdurate alors que l'Achates tendait un écran de fumée pour protéger le convoi.

Le combat s'engagea vers 9h40 et le Onslow gravement endommagé après avoir simulé avec les autres destroyers un lancement de torpilles. La ruse fonctionna et le Hipper s'était retiré avant de revenir à la charge et de couler le dragueurs de mines Bramble. L'Achates sévèrement endommagé fût également coulé.

Les combats de l'escorte attira l'attention de la Force R qui en dépit du radar avait eu du mal à localiser les navires allemands. A 11h30, le Sheffield ouvrit le feu sur l'Admiral Hipper qui encaissa trois coups au but dont un dans la machine qui l'obligea à réduire sa vitesse à 27 noeuds. A 11h50, les destroyers Eckholft et Richard Beitzen prirent le Sheffield pour le Hipper et le premier fût coulé.

Au même moment, le Lützow approcha du convoi par l'est et tira sur le convoi en dépit de l'écran de fumée de l'Achates. Il retrouva ensuite l'Admiral Hipper ouvrirent le feu sur les deux croiseurs anglais mais les deux camps décidèrent de rompre le combat, craignant une attaque à la torpille des destroyers adverses. La Force R surveilla à distance la force allemande jusqu'à ce qu'elle soit sur qu'elle regagne bien sa base en Norvège.

A partir de février 1943, il est déployé dans la zone des Açores pour intercepter les forceurs de blocus allemands. Après une période d'entretien au mois de mars, il reprend son service opérationnel, depuis Scapa Flow.

Il subit un petit carénage de juillet à la mi-septembre à Portsmouth avant de reprendre son service opérationnel notamment au large de la Norvège pour frapper le trafic commercial allemand et pour escorter les convois en direction de l'Union Soviétique.

Le 16 décembre 1943, il appareille de Scapa Flow en compagnie du cuirassé Duke of York et de destroyers, direction Mourmansk pour permettre à l'amiral commandant la Home Fleet de rendre visite à son homologue de la Flotte du Nord. Il gagne ensuite Akureyri en Islande.

L'envoi de nombreux navires britanniques en Méditerranée pour les débarquements en Sicile et en Italie entraina l'interruption des convois entre les îles Britanniques et l'URSS. Cette interruption fût brève car dès la capitulation italienne, les navires britanniques libérés regagnèrent Scapa Flow et des eaux bien moins hospitalières.

Les convois destinés à soutenir l'Armée Rouge dans son combat titanesque contre l'Allemagne nazie reprirent. Le 22 décembre 1943, le convoi JW55B fût repéré au large des îles Féroés par la Luftwaffe, un convoi de 19 navires escortés par treize navires.

Il était couvert en mer des Barents par le groupe du vice-amiral Burnett composé des croiseurs légers Belfast, Sheffield et le croiseur lourd Norfolk qui couvrait également le convoi retour RA55A. A ce groupe s'ajoutait la force de l'amiral Bruce Faser composé du cuirassé Duke of York, le croiseur léger Jamaïca et quatre destroyers.

Le lendemain, 23 décembre, la Luftwaffe lança une attaque aérienne avec des Junkers Ju88 mais cette action échoua tout comme les sous marins en barrage qui furent repoussés par l'escorte. Le groupe de combat du Scharnhorst fût ainsi placé à trois heures d'appareillage.

A 17h, le jour de Noël, le cuirassé et ses destroyers appareilla pour intercepter le convoi qui aallait être hors de portée des navires allemands le lendemain. Les conditions météo exécrables empêchèrent les reconnaissances aériennes ce qui n'empêcha Dönitz de maintenir l'ordre d'attaque.

L'amiral Fraser fût informé à 3h39 de la sortie du Scharnhorst et ordonna au convoi d'abattre vers le nord et au vice-amiral Burnett de placer ces croiseurs en protection.

Après de longues heures de traque dans des conditions météo difficiles, les deux adversaires se trouvèrent vers 9h et comme à Fontenoy, les anglais tirèrent les premiers, le Norfolk qui ouvrit le feu à 9h20 plaça deux obus dont un arracha le radar du cuirassé qui fût ainsi aveuglé.

Les croiseurs cessèrent le tir à 9h40 mais le contact radar fût tenu jusqu'à 10h15. Rétabli à 12h05, le contact fût suivi à 12h24 par l'ouverture du feu par les croiseurs pendant que les destroyers tentaient de gagner la bonne position pour lancer.

Le Scharnhorst concentra son tir sur le croiseur lourd Norfolk qui ne disposait pas de charges anti-lueurs (ces charges sont en partie issues de l'expérience du combat de nuit dans le Pacifique, les japonais ayant montré aux alliés que les lueurs n'avaient aucun impact psychologique mais augmentait le risque d'être pris pour cible) qui encaissa deux obus de 280mm, l'endommageant gravement.

A 12h28, l'amiral Bey décida de rompre le combat, estimant être inférieur à la force anglaise composée de trois croiseurs et de quatre destroyers. Ce repli sera reproché à l'amiral allemand mais en posant un regard objectif soixante-sept après, il est bien difficile de donner tort à l'amiral Bey qui aurait du neutraliser une escorte puissante et déterminée, détruire un convoi et rentrer en Norvège en échappant à toute la Home Fleet, difficile n'est-il pas ?
Les croiseurs anglais durent cesser le feu à 12h41 tout en gardant le contact en attendant l'arrivée du groupe de l'amiral Fraser. A 16h17, le Duke of York obtint un premier contact radar à 41600m, ouvrant le feu avec ces canons de 356mm à 16h50.

Le croiseur de bataille était maintenant entouré par un cuirassé, quatre croiseurs et huit destroyers, une situation sans espoir. Sa vitesse lui permis d'échapper un temps à ses ennemis, les anglais étant obligés de suspendre leur tir à 18h30.

Les avaries du navire le forcèrent à réduire sa vitesse à 8 noeuds. Le cuirassé Duke of York cessa de tirer quanf les destroyers attaquèrent le croiseur de bataille à la torpille, le croiseur de bataille encaissa trois torpilles suivi par un nouveau pilonnage du cuirassé avant une nouvelle attaque des destroyers.

Le sort des Scharnhorst est scellé, les marins allemands précipitant le sort de leur navire en le sabordant. Sans embarcations de sauvetage, les marins allemands doivent sauter à l'eau, une eau glaciale ce qui explique le faible nombre de survivants : 36 sur un équipage de 1968.


Le HMS Jamaica à quai

Le Jamaïca rentre à Scapa Flow le 31 décembre 1943 en compagnie des autres navires de la Home Fleet. Il passe à Rosyth en janvier 1944 pour réparer les avaries de combat, reprennant du service à la fin du mois de février 1944, pour des escortes de convois et la couverture des raids menés par l'aéronavale britannique contre le Tirpitz dans le cadre de l'opération Tungsten le 1er avril 1944.

Il participe au débarquement de Normandie en assurant la couverture à distance du dispositif dans la zone des North-Western Approaches pour empêcher toute interférence allemande. Il participe ensuite du 16 au 25 juin à l'opération Gearbox, le ravitaillement de la garnison alliée aux Spitzberg.

Le Jamaïca va ensuite participer à l'opération Mascot, un nouveau raid contre le Tirpitz mené le 17 juillet par les porte-avions Formidable, Indefatigable et Furious, le croiseur léger étant accompagné du croiseur lourd Kent et du croiseur léger antiaérien Bellona.

A partir du 16 octobre 1944, le Jamaïca est en refonte à l'Arsenal de Portsmouth en vue d'un futur déploiement dans le Pacifique. La tourelle X est débarquée remplacée par de la DCA légère et la suite radar modernisée. Les travaux sont achevés en avril 1945 et le mois de mai est occupé par des essais à la mer.

Le 6 juin 1945, il embarque le roi George VI et la reine Elizabeth à Portsmouth pour une visite dans les îles anglo-normandes, escorté par quatre destroyers avant de reprendre sa préparation pour un déploiement dans le Pacifique.

Le Jamaica quitte Plymouth le 28 août 1945 pour la Méditerranée où il manoeuvre avec des navires de la Royal Navy avant de gagner l'Océan Indien. Il est affecté à la 5ème division de croiseurs au mois d'octobre, remplaçant le croiseur lourd Norfolk en avril 1946 comme navire-amiral de la 4ème division.


Le HMS Jamaica dans le canal de Kiel

Rentré à Plymouth en novembre 1947, il subit une refonte à Devonport avant d'être affecté dans les Caraïbes à la fin de l'année 1949 mais gagnant l'Extrême Orient en avril 1950 ce qui lui permis de participer à la guerre de Corée où il fût légèrement endommagé.

Après une nouvelle refonte d'octobre 1950 à janvier 1951, il mis en réserve à Plymouth jusqu'en novembre 1953 quand il est refondu puis remis en service en 1954, étant affecté à la 1ère division de croiseurs en Méditerranée et ce jusqu'en juin 1955.

Après une nouvelle période de travaux à Chatham, il va participer à l'expédition de Suez en novembre 1956. Rappelé en Grande-Bretagne le 16 mai 1958, il est mis en résrve le 5 septembre 1958, rayé des registres en 1960 puis vendu à la démolition le 14 novembre 1960, démolition achevée le 15 août 1963.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9356
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE CROWN COLONY   Jeu 25 Aoû 2011, 22:12

Le HMS Ceylon

Le Ceylon à la mer

Présentation

-Le Ceylon est mis sur cale aux chantiers navals Alexander Stephen de Govan près de Glasgow le 27 avril 1939 lancé le 30 juillet 1942 et admis au service actif le 13 juillet 1943.



Ce croiseur léger est le deuxième navire de la Royal Navy à porter le nom de cette île de l'Océan Indien située au sud-est du sous-continent indien, colonie britannique de 1815 à 1972 date à laquelle l'île devint indépendante sous le nom de Sri Lanka. Il succède à un navire de 38 canons acquis en 1805 et vendu à la démolition en 1857.

Carrière opérationnelle

Le Ceylon au mouillage

A son admission au service actif, il est affecté dans l'Océan Indien, appareillant de Devonport le 30 octobre, faisant escale à Bombay le 27 novembre avant de gagner Trincomalee et d'intégrer la 4ème division de croiseurs en décembre 1943.

Il participe à la fin du mois de mars à une opération de ratissage en compagnie du cuirassé Queen Elizabeth, du croiseur de bataille Renown, du porte-avions Illustrious, des croiseurs London, Gambia Ceylon et Cumberland au large de Sumatra (opération Diplomat). Quelques jours plus tard, le Saratoga et trois destroyers américains partcipèrent à ces opérations contre Sumatra. Le Ceylon est de retour à Trincomalee avec le reste des forces alliées le 1er avril 1944.

Il va enchainer par l'opération Cockpit du 16 au 21 avril, Transom du 6 au 27 mai, Pedal du 19 au 24 juin, Crimson du 22 au 27 juin, Boomerang le 19 août et Banquet le 24 août 1944, toutes ces opérations voyant le croiseur assurer la protection antiaérienne des porte-avions avec parfois des tirs contre la terre. Il termine l'année 1944 par un carénage à Durban.

Le 4 janvier 1945, le croiseur léger prend la mer pour participer à l'opération Lentil, un raid aérien contre les raffineries de Pangkalan Brandan menés par les porte-avions Indomitable Victorious et Indefatigable protégés par les croiseurs Ceylon Suffolk Argonaut Black Prince et des destroyers. Il assure ensuite aux opérations Meridian I et II contre Palembang et Soengi-Gerong en protégeant les pétroliers destinés à ravitailler les navires de combat. Il rentre à Ceylan le 30 janvier 1945.

Pour couvrir le débarquement dans la région de Rangoon (opération Dracula), l'East Indies Fleet fût chargée d'une mission d'interdiction contre les îles Andamans. Nom de code «Bishop», cette opération vit l'engagement de la TF64 (cuirassé Queen Elizabeth, croiseur lourd Suffolk, croiseur léger Suffolk et trois destroyers) et de la TF63 composée du cuirassé Richelieu, du croiseur lourd Cumberland, du croiseur léger Ceylon et de deux destroyers, les porte-avions d'escorte Empress et Shah assurant la couverture aérienne des deux Task-Force.

Les navires engagés appareillèrent de Trincomalee le 27 avril, arrivant au large de Nicobar le 29 avril à l'aube pour un bombardement particulièrement dévastateur sur Nicobar suivit le lendemain par un autre sur Port Blair. Les navires alliés rentrent à Trincomalee le 8 mai 1945.

Du 1er au 16 juin, il est déployé dans les eaux birmanes en compagnie du Phoebe et de six frégates de la marine indienne. Il va ensuite se préparer à l'opération Zipper, une série de débarquements en Malaisie mais les pressions américaines rendirent impossible le déclenchement de cette opération avant la capitulation japonaise.

Il va ensuite couvrir la mise à terre des troupes britanniques en Malaisie et le désarmement des troupes japonaises.


Le Ceylon photographié après guerre

Le Ceylon rentre peu après en Grande Bretagne. Après remise en état, il reste déployé dans les eaux britanniques jusqu'en 1950 avant de participer à la guerre de Corée. Désarmé en octobre 1954 à Portsmouth pour refonte, il sert en Méditerranée de 1956 à 1959.

Rentré à Portsmouth le 18 décembre 1959, il est vendu à la marine péruvienne, étant transféré le 9 février 1960 avec comme nouveau nom de BAP Coronel Bolognesi (CL-82), servant dans la marine sud-américaine jusqu'en mai 1982 avant d'être remorqué à Taïwan en août 1985 pour être démantelé.


Le HMS Ceylon au bassin à Gibraltar

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9356
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE CROWN COLONY   Jeu 25 Aoû 2011, 22:18

Le HMS Uganda (HCMS Quebec)

Vue aérienne du HMS Uganda

Présentation

-L'Uganda est mis sur cale aux chantiers navals Vickers-Armstrong de Newcastle-upon-Tyne le 20 juillet 1939 lancé le 7 août 1941 et admis au service actif le 3 janvier 1943.



Le croiseur léger est le premier navire à porté le nom de ce pays d'Afrique Noire, de la région des grands lacs, colonie britannique en 1900 et devenu indépendant en 1962.

Carrière opérationnelle

Le HMS Uganda camouflé à la mer

A sa mise en service, l'Uganda est affecté à la 10ème division de croiseurs, division rattachée à la Home Fleet. Comme ses sister-ship, l'Uganda va mener des patrouilles anti-raiders et des escortes de convois.

A partir du mois de mars, il est basé à Freetown pour intercepter les forceurs de blocus allemands dans l'Atlantique Sud. Le 5 mai 1943, il escorte au Canada le paquebot Queen Mary en compagnie du croiseur léger antiaérien Charybdis, le paquebot transportant Winston Churchill pour une entrevue avec le président Roosevelt (conférence Trident).

Au mois de juin 1943, il est transféré en Méditerranée, devant intégrer la 15ème division de croiseurs, arrivant à Alger le 26 juin. Au début du mois de juillet, il transporte l'amiral Cunningham à Malte.

Il va participer le 9 juillet 1943 à l'opération Husky, le débarquement allié en Sicile, assurant l'escorte de la force d'invasion et appuyant les troupes mises à terre. Le 12 juillet, il mène un raid offensif en Méditerranée en compagnie du Mauritius et de deux destroyers.

Le 9 septembre, il participe à l'opération Avalanche, le débarquement allié à Salerne, étant légèrement endommagé au mouillage par une collision avec le croiseur léger antiaérien Delhi au cours d'une attaque aérienne.

Le 13 septembre, il est touché par une bombe planante FX1400 alors qu'il assurait une mission d'appui-feu. Sérieusement endommagé, il est remorqué par le remorqueur américain Narragansett à Malte.

Il subit des réparations temporaires jusqu'à la fin du mois d'octobre avant de gagner les Etats-Unis pour remise en état, étant pris en charge par l'Arsenal de Charleston le 3 décembre 1943.


Le HCMS Quebec

Il est remis en service le 21 octobre 1944 au sein de la marine canadienne, gagnant la Grande-Bretagne pour des travaux impossibles à réaliser aux Etats-Unis. Il doit à terme être déployé au sein de la British Pacific Fleet (BPF).

Le 30 décembre 1944, il appareille pour la Méditerranée afin de mener sa remise en condition opérationnel. Il est endommagé par l'explosion d'une torpille durant une période de maintenance et doit être réparé à Alexandrie. Il quitte l'Egypte le 14 février pour gagner l'Australie, retrouvant la BPF à Sydney le 9 mars 1945.

Il va ainsi participer à la guerre du Pacifique aux côtés de la marine américaine, couvrant les porte-avions britanniques lors de l'opération Iceberg à partir du mois d'avril 1945. Il va également tirer contre la terre notamment contre les aérodromes pour tenter de tarir la source des kamikazes.

Le 27 juillet 1945, il est relevé au sein de la TF37 par l'Argonaut en raison de la législation canadienne qui imposait uniquement du personnel volontaire pour servir dans la guerre du Pacifique.

Mis en réserve le 1er août 1947, il est réarmé le 14 janvier 1952 sous le nom de HMCS Québec, quittant Esquimalt sur la côte Pacifique pour Halifax afin de remplacer les unités parties pour la Corée. Le vétéran de la guerre du Pacifique, participa cependant à la guerre, effectuant deux déploiements.

En 1953, il fût le navire-amiral de la force navale canadienne participant à la revue navale de Spithead donnée en l'honneur du couronnement de la reine Elisabeth.

Le HCMS Québec est désarmé en juin 1956 et démoli au Japon en 1961.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9356
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE CROWN COLONY   Jeu 25 Aoû 2011, 22:31

Le HMS Newfoundland

Le HMS Newfoundland à la mer

Présentation

-Le Newfoundland est mis sur cale aux chantiers navals Swan Hunter de Newcastle-upon-Tyne le 9 novembre 1939 lancé le 19 décembre 1941 et admis au service actif le 31 décembre 1942.



Ce croiseur porte le nom d'une île d'Amérique du Nord, situé au large du Canada, province canadienne depuis 1949.

Carrière opérationnelle

Le HMS Newfoundland à la mer

A son admission au service actif, il s'entraine avec la 10ème division de croiseurs de la Home Fleet avant de gagner Plymouth pour participer à l'interception des forceurs de blocus allemands dans le Golfe de Gascogne. Il retrouve la 12ème division de croiseurs à Alger le 18 avril 1943 avant d'être transféré à la 15ème division de croiseurs comme navire-amiral.

Il participe à l'opération Corkscrew, le débarquement britannique sur Pantelleria , bombardant les positions italiens du 5 au 10 juin en compagnie des croiseurs Aurora Penelope Orion et Euryalus plus des destroyers et des vedettes lance-torpilles. Il va enchainer par l'opération Husky.

Le 23 juillet 1940 alors qu'il gagnait Malte depuis Augusta, le Newfoundland est torpillé par le sous-marin Ascianghi, étant gravement endommagé. Il arrive à Malte le lendemain pour des réparations temporaires.

Il quitte Malte le 8 pour Gibraltar puis arrivé sur le Rocher, appareille le 12 août pour Boston où il arrive le 22 août, étant pris en charge par l'Arsenal pour des réparations achevées le 20 février 1944 avant essais et remise en condition. Il est remis en service le 3 mai, subissant des travaux complémentaires non réalisables aux Etats Unis et ce jusqu'au mois d'octobre.

Le 21 décembre 1944, il quitte Scapa Flow pour la Méditerranée, arrivant sur place au début du mois de janvier 1945. Le 2 février 1945, une torpille explose dans un tube babôrd provoqua de sérieux dommages structurels. Il est réparé et on profite de cette immobilisation pour renforcer la DCA avec des canons de 40mm. Il quitte l'Egypte le 26 mars pour l'Australie, arrivant à Sydney le 20 avril 1945.


Le HMS Newfoundland à la mer en 1945

Après avoir participé à l'opération Deluge (débarquement à Dove Bay en Nouvelle Guinée) le 12 mai 1945, le croiseur léger Newfoundland gagne Manus pour retrouver la BPF au début du mois de juin. Il va ainsi couvrir différents raids menés par les porte-avions contre la région de Tokyo-Yokohama.

Après la capitulation japonaise, le Newfoundland assiste à la cérémonie de rédition le 2 septembre en compagnie du Gambia. Le croiseur va aussi couvrir l'évacuation des prisonniers de guerre alliés et l'occupation du Japon.

Il va rester déployer en Extrême Orient et dans le Pacifique au sein de la 2ème division de croiseurs de la British Pacific Fleet. Le 28 octobre 1946, coule le croiseur lourd japonais Takao sévèrement endommagé le 30 juillet 1945 par des sous-marins de poche alors qu'il était mouillé à Singapour.


Le HMS Newfoundland à la mer après guerre

Il est de retour en Grande-Bretagne en décembre 1946, étant aussitôt mis en réserve pour subir une remise en état complète qui l'immobilisa jusqu'à la mi-mars. Il assure ensuite des missions d'écolage jusqu'au mois de juillet 1950 avant d'être mis en position de complèment jusqu'à la fin de l'année à Devonport.


Le croiseur léger Newfoundland à la mer avec un porte-avions

Il est en travaux à Devonport pour modernisation de janvier 1951 à novembre 1952, étant remis en service le 14 novembre. Il est déployé dans l'Océan Indien à partir de la fin février 1953, servant depuis la base de Trincomalee avec parfois des tours à Singapour.

Le 5 avril 1954, le croiseur léger arrive aux Cocos pour y retrouver le paquebot Gothic qui transportait la reine Elisabeth, rentrant d'un voyage en Australie et en Nouvelle Zélande. Le croiseur escorte le paquebot jusqu'à Colombo puis de Colombo à Aden avant de reprendre un service plus classique.

Le 22 mai, il quitte Ceylan pour Singapour afin de participer aux opérations anti-terroristes en Malaisie. Arrivé sur place le 27 mai, il va essentiellement effectué des tirs contre la terre. Il va également effectuer une mission de présence en Extrême Orient en se rendant au Japon, à Hong Kong, en Corée du Sud et aux Phillipines. De retour à Singapour le 1er septembre, il passe quelques jours au bassin avant de rentrer à Trincomalee le 29 septembre 1954.

Après une escale à Bombay du 19 au 23 octobre, le HMS Newfoundland appareille pour Bahrein, arrivant à destination le 3 novembre. Il va être déployé dans le Golfe Persique jusqu'au 9 décembre, faisant escale dans les ports de la région avant de rentrer à Trincomalee le 21 décembre 1954.

Le 22 janvier 1955, il quitte Ceylan pour rentrer en Grande-Bretagne, faisant escale à Aden du 28 au 31 janvier, à Malte du 8 au 10 février avant d'arriver à Portsmouth le 17 février. Il repart pour l'Extrême Orientle 4 mars, arrivant à Malte le 11 mars.

Il quitte Malte le 9 avril pour Aden où il arrive le 15 pour une courte escale de ravitaillement avant de gagner Singapour le lendemain 16 avril 1955. Il est en petit carénage jusqu'au 8 août avant essais et remise en condition jusqu'au 26 août, date à laquelle il est de nouveau disponible.

Il va reprendre sa mission en Extrême-Orient, faisant escale à Hong Kong, en Chine et en Japon. En juin 1956, il participe à l'opération Mosaic, plus précisément le deuxième essai qui eut lieu le 19 juin au large de l'île de Montebello.

Devenu navire-amiral de la 5ème division de croiseurs, il participe aux «événements de Malaisie» en bombardant la région de Kota Tinggi sur la côte est la péninsule malaisienne, tirant 101 coups de 152mm le 23 août.

Il aurait du être en Australie durant les jeux olympiques de Melbourne (22 novembre-6 décembre 1956) mais la crise de Suez provoque un changement de programme. Il arrive à Trincomalee le 20, à Aden le 27 septembre, restant au Yemen jusqu'au 31 octobre, participant alors à l'opération Toreador, la protection du trafic commercial britannico-français dans le Golfe de Suez en compagnie de navires plus légers.

Le 1er novembre, il attaque et coule la frégate egyptienne Domeat (ex-HMs Nith classe River) avec ses canons de 152 et de 102mm, étant touché par un obus de 102mm egyptien (un mort et cinq blessés), soixante-neuf egyptiens étant sauvés. L'opération Muskeetet s'achève le 7 novembre après une intervention des Nations Unies.

Il quitte Aden le 7 janvier 1957 pour rentrer à Singapour le 18 janvier, ne tardant pas à se déployer en Extrême-Orient, gagnant Hong-Kong pour un petit carénage d'avril à juillet 1957 avant essais et remise en condition jusqu'au 16 août avant de rentrer à Singapour le 30 août. Il effectue à l'automne un déploiement au Japon et à Hong Kong, rentrant à Singapour au début du mois de janvier 1958.

Il participe en avril à l'exercice Bullfight, un Passex avec le porte-avions léger HMS Bulwark au large de Singapour avant un exercice OTASE baptisé Ocean Link début mai avant des escales à Manille et à Hong Kong. C'est ensuite l'exercice OTASE «Jet» du 20 au 30 juin 1958.

Au mois de juillet 1958, il est déployé dans le Golfe Persique suite au renversement de la monarchie irakienne le 14 juillet. Le croiseur léger reste déployé dans la région jusqu'au 13 septembre quand il gagne Singapour pour préparer un nouveau déploiement en Extrême-Orient jusqu'à la fin de l'année au Japon et à Hong Kong.

Il est en petit carénage du 15 décembre 1958 au 12 février 1959 avant essais à la mer et remise en condition. Il quitte Singapour le 16 avril pour rentrer en Grande-Bretagne, faisant escale à Mombasa, Zanzibar, Dar-es-Salaam, Lourenço Marques et Durban, arrivant à Portsmouth le 25 juin 1959.

Le HMS Newfoundland est mis en réserve à Portsmouth en octobre 1959. Il est vendu au Perou en novembre de la même année, le transfert officiel ayant lieu le 30 décembre 1959, le croiseur étant rebaptisé BAP (Buque de la Armada Peruvianna) Almirante Grau puis à partir de 1973, Capitan Quinonis quand fût mis en service le croiseur lance-missiles néerlandais De Ruyter avec à chaque fois la même marque de coque : CL-83. L'ex-Newfoundland est mis en réserve le 6 mars 1980, désarmé le 2 mai suivant puis vendu à la démolition et démantelé au Japon.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9356
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE CROWN COLONY   Jeu 25 Aoû 2011, 22:36

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES


Déplacement : standard environ 8000 tonnes pleine charge 10725 tonnes (10840 tonnes pour les Ceylan Newfoundland et Uganda)

Dimensions : longueur hors tout 169.32m largeur 19m tirant d'eau 5.03m

Propulsion : quatre turbines à engrenages Parsons alimentées en vapeur par quatre chaudières Amirauté à trois tubes dévellopant 72500ch (80000ch pour les Ceylan Newfoundland et Uganda) et entrainant quatre hélices

Performances : vitesse maximale 31.5 noeuds (32 noeuds pour le Ceylan, le Newfoundland et l'Uganda) distance franchissable : 10100 miles nautiques à 12 noeuds

Protection : ceinture de 3.25 inch (82.6mm) au niveau des machines et de 3.5inch (89mm) au niveau des soutes à munitions ponts blindés 2inch (51mm) tourelles 1 ou 2 inch (25 à 51mm) bulkheads 1.5 à 2 inch (38 à 51mm)

Electronique :

Fiji : un radar de conduite de tir type 284

Kenya : radars de veille surface type 273 et type 284 installés en décembre 1941. Le radar type 273 est débarqué lors des réparations de 1942 et des radars type 272 (veille surface), type 282 (conduite de tir de la DCA), type 283 (conduite de tir) et type 285 (conduite de tir canons de 102mm) embarqués.

Mauritius : des radars type 273, type 284 et type 285 sont embarqués début 1942

Nigeria : radars type 273 et type 284 embarqués à l'automne 1941. Radar type 273 débarqué en 1942/43 et remplacé par des radars type 272 et type 282

Trinidad : pas d'électronique embarqué avant sa perte

Gambia Bermuda et Jamaica : pas d'informations

Ceylon Uganda et Newfoundland : pas d'informations

Armement :

Tourelles triples de 152mm du HMS Gambia

Sous-groupe Fiji : armement d'origine

-12 canons de 152mm (6 pouces) Mak XXIII en quatre tourelles triples XXIII (deux avant et deux arrières)

Le canon BL Mark XXIII est un canon de 50 calibres (longueur du tube : 7.6m) qui tire des obus de 50.8kg à une distance maximale comprise entre 4570m (+2.3°) à 23300m (+45°) à raison de 6 à 8 coups par minute. La durée de vie d'un tube est de 1100 coups.

La tourelle triple Mark XXIII pèse 163 et permet aux canons Mark XXIII de pointer en site de -5° à +45° à raison de 10° par seconde et en azimut sur 150° de chaque côté à raison de 5 à 7° par seconde. La dotation en munitions est de 200 coups par canon soit un total de 2400 projectiles.

-8 canons de 102mm QF Mark XVI en quatre affûts doubles HA Mark XIX installés latéralement deux par deux derrière la cheminée n°2

Le canon QF Mark XVI est un canon de 45 calibres tire des obus explosifs de 28kg et des obus semi-perforants de 30kg à une distance maximale (obus explosifs) de 18150m avec un plafond pour le tir antiaérien de 11890m à raison de 15 à 20 coups par minute.

L'affût HA Mk XIX pèse 16.8 tonnes et permet aux canons de pointer en site de -10° à +80° et en azimut sur 340°. La dotation en munitions est de 200 coups par canon soit un total variant de 1600 à 2400 projectiles.

-8 canons de 2 livres Mark VIII en deux affûts quadruples Mark VII

-Deux plate-formes triples lance-torpilles de 533mm

Sous-groupe Ceylon : armement d'origine

-9 canons de 152mm (6 pouces) Mak XXIII en trois tourelles triples XXIII (deux avant et une arrière en position «A» «B» et «Y»)

Le canon BL Mark XXIII est un canon de 50 calibres (longueur du tube : 7.6m) qui tire des obus de 50.8kg à une distance maximale comprise entre 4570m (+2.3°) à 23300m (+45°) à raison de 6 à 8 coups par minute. La durée de vie d'un tube est de 1100 coups.

La tourelle triple Mark XXIII pèse 163 et permet aux canons Mark XXIII de pointer en site de -5° à +45° à raison de 10° par seconde et en azimut sur 150° de chaque côté à raison de 5 à 7° par seconde. La dotation en munitions est de 200 coups par canon soit un total de 2400 projectiles.


Affût double de 102mm britannique

-8 canons de 102mm QF Mark XVI en quatre affûts doubles HA Mark XIX installés latéralement deux par deux derrière la cheminée n°2

Le canon QF Mark XVI est un canon de 45 calibres tire des obus explosifs de 28kg et des obus semi-perforants de 30kg à une distance maximale (obus explosifs) de 18150m avec un plafond pour le tir antiaérien de 11890m à raison de 15 à 20 coups par minute.

L'affût HA Mk XIX pèse 16.8 tonnes et permet aux canons de pointer en site de -10° à +80° et en azimut sur 340°. La dotation en munitions est de 200 coups par canon soit un total variant de 1600 à 2400 projectiles.

-12 canons de 2 livres Mark VIII en trois affûts quadruples Mark VII

-Deux plate-formes triples lance-torpilles de 533mm

Modifications

Fiji : Avant sa perte, le HMS Fiji à reçu deux affûts quadruples de 12.7mm

Kenya : A l'été 1941, il à reçu deux affûts quadruples de 12.7mm et deux canons de 20mm en affûts simples. Ces armes sont débarqués durant les réparations entre août et décembre 1942 remplacés par six affûts doubles de 20mm.

A la fin de 1943, deux affûts doubles de 20mm supplémentaires sont embarqués. La tourelle X de 152mm est débarquée en avril 1945 et remplacée par deux affûts doubles de 40mm. A la fin de la guerre, les «two pounders» sont remplacés par deux affûts doubles de 40mm et les affûts doubles de 20mm par des affûts simples de 40mm, portant le nombre à dix-huit canons.

Mauritius : En 1942, il à reçut quatre canons de 20mm en affûts simples. En juin 1943, les installations d'hydraviation sont débarquées et vingt canons de 20mm en affûts simples, les deux affûts quadruples de 12.7mm embarqués auparavant (date inconnue) sont débarquées peu après.

Nigeria : Quatre canons de 20mm en septembre 1941 qui sont débarqués tout comme les mitrailleuses de 12.7mm lors des travaux entre août 1942 et juin 1942, recevant en remplacement huit affûts doubles de 20mm. Quatre canons de 40mm Bofors sont embarqués en octobre 1945

Trinidad : deux canons de 20mm

Gambia : six canons de 20mm en février 1942. Entre juin et septembre 1943, les installations d'hydraviation sont débarquées tout comme deux canons de 2 livres et les six canons de 20mm remplacées par dix affûts doubles de 20mm.

Bermuda : dix canons de 20mm en affûts simples installés peu après son admission au service actif, six de plus sont embarqués en septembre 1943. Au printemps 1944, les installations d'hydraviation et douze affûts simples de 20mm sont débarqués, remplacés par huit affûts doubles de 20mm. Entre juin 1944 et avril 1945, la tourelle X et quatre affûts doubles de 20mm sont débarqués remplacés par trois affûts quadruples et quatre affûts simples de 2 livres. En août 1945, deux affûts doubles et deux affûts simples de 20mm sont débarqués remplacés par deux affûts doubles et deux affûts simples de 40mm.

Jamaica : huit affûts doubles de 20mm et quatre affûts simples de 20mm en 1943

Ceylon : A son admission au service actif, le Ceylon dispose de seize affûts doubles de 20mm, nombre porté à dix-huit en avril 1944 plus huit canons de 20mm en affûts simples. Peu après la fin de la guerre, six affûts simples et quatre affûts doubles de 20mm sont débarquées remplacées par quatre affûts simples de 40mm.

Uganda : A son admission au service actif, l'Uganda dispose de vingt affûts doubles de 20mm, nombre réduit à quatorze au cours de travaux entre octobre 1943 et octobre 1944, les six affûts débarqués étant remplacés par huit affûts simples. En 1945, il perd quatre affûts doubles de 20mm plus les installations d'hydraviation. Il reçoit trois affûts quadruples et quatre affûts simples de 2 livres.

Newfoundland : A son admission au service actif, le Newfoundland avait seize affûts doubles de 20mm, renforcés par six affûts simples de 20mm en avril 1944 puis deux affûts doubles et deux simples de 20mm à l'été soit un total de dix-huit affûts doubles et huit simples soit un total de 44 canons de 20mm.
Aviation : une catapulte axiale entre les deux cheminées et deux hydravions Supermarine Walrus

Equipage : 730 officiers et marins

SOURCES

-Encyclopédie des armes Editions Atlas Tome 4 Les croiseurs de la seconde guerre mondiale (Classe Town p812-813)

-Jean Moulin Les croiseurs de la Seconde Guerre Mondiale (Le Newcastle p28, le Belfast p30, le Gambia p32)

-Marines HS n°4 Décembre 1995 Royal Navy 1939-41

-Ressources internet diverses

-La majorité des photos m'ont été fournies par Le Breton et l'ami Vautour


FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : DESTROYERS CLASSE GRIDLEY


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2286
Age : 47
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE CROWN COLONY   Ven 26 Aoû 2011, 22:07


Ca y est ? tu as fini ?? lol!

Y en a que deux que je connais dans ta liste ... suite aux articles dans la revue "Navire et Histoire" ...
Bel article comme a ton habitude thumright

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9356
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE CROWN COLONY   Ven 26 Aoû 2011, 22:45

Merci Jolly. Il me reste deux classes à faire : les Dido/Bellona et les Swiftsure (?) sans parler des York mais après les Gridley et deux autres articles, je vais faire une longue pause car avec la reprise des cours, je veux me concentrer dessus. Tout juste travaillerai-je un peu mon uchronie pour ne pas perdre la main.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5186
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE CROWN COLONY   Dim 28 Aoû 2011, 07:59

ces unités étaient extrêmement limites en terme de surcharge. C'était vraiment les plus petits flotteurs que l'on puisse concevoir pour 12 tubes de 152 mm

c'est pourquoi les premières versions du RDF de veille surface 273 assez lourdes furent installées devant le bloc passerelle et non sur un mâtereau au dessus il fallu attendre un allègement de ces matériels pour les voir migrer vers les hauts.

ce qui explique aussi pourquoi la tourelle X fut rapidement débarquée quand il s'agit de renforcer la DCA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5186
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE CROWN COLONY   Mer 12 Juin 2013, 17:27

Je retombe sur ce fil avec une question à 10 balles

Pourquoi sur les Colony initialement le témétre arrière de l'artillerie principale est-il installé sur la tourelle X et pas en superstructures comme sur les Town par exemple

Réponse 
Pour diminuer la longueur du bâtiment, simplifier les superstructures arrières et donc gagner de la masse ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE CROWN COLONY   

Revenir en haut Aller en bas
 
ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE CROWN COLONY
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE CROWN COLONY
» ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE TOWN (1936)
» ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE ARETHUSA
» ROYAL NAVY CROISEURS LOURDS CLASSE COUNTY
» ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE LEANDER/AMPHION

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: LES NAVIRES 1922-1950-
Sauter vers: