AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 projet uchronique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: projet uchronique    Lun 19 Déc 2011, 12:20



Je me détend en allant courir et en jouant à Age of Empire II lol! lol!

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: projet uchronique    Mar 20 Déc 2011, 18:25

FLOTTE SOUS-MARINE DE LA MARINE NATIONALE
SYNTHESE GENERALE


Le sous-marin Aurore

Situation de la flotte en septembre 1940

-Croiseur sous-marin

Le Surcouf resté seul de son type n'à jamais été jugé pleinement opérationnel. Après l'étude de plusieurs projets de reconversion, son désarmement est prévu pour 1942/43

-Sous-marin de grande patrouille

Classe Requin (type C4)

Neuf sous-marins de 1100 tonnes sont construits, financés à la tranche 1922 (six) et au contingent de 1923 (trois)

Le Requin le Narval et le Souffleur sont mis en service en 1926, le Dauphin le Marsouin et l'Espadon en 1927, le Morse, le Marsouin, le Caïman et le Phoque en 1928.

Ces navires refondus au milieu des années trente doivent être désarmés fin 1941-début 1942

Classe Redoutable (M5)

Deux sous-marins de 1500 tonnes financés à la tranche 1925. Le Redoutable et le Vengeur ont été mis en service en 1931. Leur désarmement est prévu pour 1942

Classe Pascal (M6)

Cette classe est avec vingt-neuf unités la plus nombreuse de la marine nationale. Le financement de ces submersibles de 1500 tonnes s'est étalée sur les tranches 1925 (sept) 1926 (cinq) 1927 (cinq) 1929 (six) et 1930 (six).

Les sept sous-marins de la tranche 1925 (Pascal, Henri Poincaré, Pasteur, Poncelet, Archimède, Fresnel et Monge) sont mis en service en 1931 pour les deux premiers et en 1932 pour les cinq autres.

Les cinq sous-marins de la tranche 1926 (Acteon Acheron Achille Argo Ajax) sont mis en service en 1931 pour le premier, en 1932 pour le second, en 1933 pour les deux suivants et en 1934 pour le dernier)

La tranche 1927 finance la construction de cinq submersibles mais le premier baptisé Promethée coule au cours d'une plongée d'essais avant même sa mise en service. Les autres sont mis en service en 1932 (Pégase Protée Phenix) et en 1934 (Persée). Le Phenix est perdu en Indochine le 15 juin 1939 au large de Cam-Ranh.

Les six sous-marins de la tranche 1929 sont mis en service en 1934 (L'Espoir, Le Glorieux, Le Heros) en 1935 (Le Centaure) en 1936 (Le Conquérant) et en 1937 (Le Tonnant).

Les six sous-marins de la tranche 1930 sont mis en service en 1937 (Agosta Bévéziers Casabianca) et en 1939 (Ouessant Sidi-Ferruch Sfax)

Sur ces vingt-neuf submersibles, deux ont donc été perdus en temps de paix : le Promethée le 7 juillet 1932 et le Phenix le 15 juin 1939.

Les vingt-sept submersibles restant doivent être désarmés pour les plus anciens à partir de 1943 et 1951 pour les derniers 1500 tonnes entrés en service seulement en 1939

-Sous-marin de 2ème classe

Classe Ondine puis Sirène

Douze sous-marins de 600 tonnes sont financés à la tranche 1922 (six) et au contingent 1923 (six)

Les six sous-marins de la tranche 1922 sont mis en service en 1927 (Sirène Naïade), en 1928 (Ondine) et en 1929 (Ariane Circé Calypso). L'Ondine est coulée au large de Vigo le 3 octobre 1928 par un vapeur grec alors qu'il effectuait sa croisière d'endurance entre Cherbourg et Bizerte.

Les six sous-marins du contingent 1923 sont mis en service en 1927 (Galatée Nymphe), en 1929 (Eurydice Danae Thétis) et en 1930 (Doris).

Le désarmement de ces sous-marins doit commencer en 1941 pour les plus anciens et doit s'achever fin 1942 pour le dernier mis en service.

Classe Argonaute

Seize sous-marins de 630 tonnes sont financés au titre de la défense des côtes aux contingents 1926, 1927, 1928 et 1929 et 1930

Les quatre sous-marins du contingent 1926 sont mis en service en 1932 (L'Argonaute Diane Méduse) et en 1933 (L'Aréthuse), leur désarmement est prévu théoriquement pour 1944 et 1945

Les quatre sous-marins du contingent 1927 sont mis en service en 1933 (Amphitrite Antiope Amazone) et 1934 (Atalante), leur désarmement est prévu théoriquement pour 1945 et 1946.

Les quatre sous-marins du contingent 1928 sont mis en service en 1932 (Orion Ondine) et 1933 (Orphée Oréade), leur désarmement est prévu théoriquement pour 1944 et 1945

Les quatre sous-marins du contingent 1929 sont mis en service en 1933 (La Psyché), en 1934 (Sibylle Vestale) et en 1935 (La Sultane), leur désarmement est prévu théoriquement pour 1945, 1946 et 1947.

Classe Amirauté (ou Minerve)

Ces six sous-marins côtiers sont financés au contingent 1930 (quatre) et au contingent 1936 (deux) et bien construits pour cinq d'entre-eux dans des chantiers privés, ils sont identiques, l'Amirauté ayant imposé un plan unique aux différents constructeurs.

Les sous-marins du contingent 1930 sont mis en service en 1936 (Minerve Venus), en 1937 (Junon) et en 1939 (Iris), leur désarmement est théoriquement prévu pour 1948, 1949 et 1951

Les sous-marins du contingent 1936 sont tous les deux mis en service en 1939 (Pallas Cerès), leur désarmement est théoriquement prévu pour 1951.

-Sous-marin mouilleur de mines

Classe Saphir

Six submersibles mouilleurs de mines sont financés à la tranche 1925 (deux), à la tranche 1926 1927 1929 et 1930 (un chacun)

Le Saphir et le Turquoise sont mis en service en 1930, le Nautilus en 1931,le Rubis en 1933, le Diamant en 1934 et le Perle en 1937. Leur désarmement est théoriquement prévu pour 1942, 1943, 1945, 1946 et 1949.

Classe Emeraude

Quatre sous-marins mouilleurs de mines seront encore construits, le premier baptisé Emeraude est financé à la tranche 1937 et les trois autres baptisés Agate Corail Escarboucle à la tranche 1938bis.

L'Emeraude est mis en service en avril 1942, l'Agate en décembre 1943, le Corail et l'Escarboucle en juin 1943.

Organisation de la flotte sous-marine en septembre 1940

-Un état-major spécialisé est implanté à Paris. En temps, il sera chargé de coordonner l'action des sous-marins des différentes flottes, donnant l'impulsion.

-Les sous-marins opérationnels sont regroupés dans l'Atlantique au sein de la 5ème escadre basée à Brest alors que les sous-marins de la flotte de la Méditerranée sont dispersées entre les différentes escadres.

-Les seuls sous-marins placés sous l'autorité des préfets maritimes sont les sous-marins en grand carénage.

-A terme, il est prévu de détacher à nouveau des sous-marins à Dakar, à Fort de France, à Cam Ranh et au Levant.

-Dans les divisions à quatre submersibles, deux sont en service, allant en patrouille ou en exercice; un est en entretien courant prêt à appareiller en 24 à 72h et un quatrième est en grand carénage sans pouvoir prendre la mer à moyen terme.

-5ème escadre de sous-marins (Brest) :

-Le ravitailleur de sous-marins Jules Verne sert de navire amiral

-La 2ème DSM (Casabianca Achille Sfax Pasteur)

-La 4ème DSM (Le Centaure Pascal Argo Henri Poincaré)

-La 6ème DSM (Persée Ajax Poncelet Archimède)

-La 8ème DSM (Agosta Bévéziers Ouessant Sidi Ferruch).

-16ème DSM : sous-marins Antiope, Amazone, Orphée et Sibylle. Division basée à Cherbourg, dépendant de la 5ème Escadre jusqu'à la création officielle de l'ELN.

1ère flottille de sous-marin (2ème escadre de la Flotte de la Méditerranée Toulon)

La 3ème escadrille

-1ère DSM (Le Héros Le Glorieux Le Conquérant Le Tonnant)

-3ème DSM (Protée Actéon Achéron Fresnel)

-5ème DSM (Espoir Pégase Monge)

-7ème DSM (Redoutable et Vengeur)

La 5ème escadrille

-13ème DSM (Thetis Doris Circé et Calypso)

-15ème DSM (Venus Iris Pallas et Cerès)

-19ème DSM (Sirène Naïade Galatée et Argonaute)

-21ème DSM (sous-marins mouilleurs de mines Diamant et Perle)

-2ème flottille de sous-marins (4ème escadre de la flotte de La Méditerranée Mers-El-Kébir) :

-La 14ème DSM qui dispose du Diane accompagné par trois sous marie de type Sirène (Danaé Ariane Eurydice)

-La 18ème DSM est composé de quatre classe Argonaute (Psyché Méduse Oréade Amphitrite )

-La 12ème DSM dispose des deux derniers Argonaute, les Orion et Ondine complétés par deux sous marins de type Amirauté (Minerve et Junon)

3ème flottille de sous-marins (6ème escadre légère de la Flotte de la Méditerranée Bizerte) :

-La 17ème DSM : (Aréthuse, de l'Atalante, de la Vestale et de la Sultane),

-La 20ème DSM : (sous-marins mouilleurs de mines Turquoise, Rubis, Saphir et Nautilus)

-La 9ème Division de Sous Marins (Caïman Morse Souffleur)

-La 10ème DSM (Phoque Dauphin Espadon)

-La 11ème DSM (Marsouin Narval Requin).

Constructions neuves

Classe Rolland Morillot (type Z2)

Ces nouveaux sous-marins de grande patrouille sont financés à la tranche 1934 (Rolland Morillot), au contingent 1937 (La Praya), à la tranche 1938 (La Martinique) et à la tranche 1938 bis (La Guadeloupe La Réunion).

Le renouvellement s'accélère avec le decret-loi du 1er avril 1940 qui finance la construction de six nouveaux submersibles (Ile de France Ile de Ré Ile d'Yeu Kerguelen Crozet Belle-Ile).

L'impulsion est encore accéléré avec le programme naval de 1941 qui finance à la tranche 1943 trois submersibles ( Ile d'Oleron Ile de Brehat Ile d'Aix), la tranche 1944 finance six autres submersibles (Saint Marcouf; Ile de Molène; Aber Wrach; Ile de Batz; Ile de Porquerolles et Ile d'If), la tranche 1945 six nouveaux «1800 tonnes» (Mayotte Nouvelle Calédonie Tromelin Wallis et Futuna Clipperton et St Pierre et Miquelon)

26 submersibles de type Rolland Morillot sont donc commandés auxquels s'ajoutent un total de quatre sous-marins d'un type approchant mais dont les différences sont suffisament grandes pour justifier l'existence d'une classe autonome.

Planning de construction

-Sous-marin Rolland Morillot mis sur cale le 1er décembre 1937 lancé le 15 septembre 1940 et mis en service en février 1942

-Sous-marin La Praya mis sur cale le 2 novembre 1938 lancé le 5 octobre 1941 et mis en service en mai 1943

-Sous-marin La Martinique mis sur cale le 15 juin 1939 lancé le 12 janvier 1942 et mis en service en octobre 1943

-Sous-marin La Guadeloupe mis sur cale le 7 novembre 1940 lancé le 12 septembre 1943 et mis en service en mai 1945

-Sous-marin La Réunion mis sur cale le 16 novembre 1940 lancé le 24 septembre 1943 et mis en service en juin 1945

-Sous-marin Kerguelen mis sur cale le 14 janvier 1941 lancé le 12 juillet 1943 et mis en service en janvier 1945

-Sous-marin Ile de France mis sur cale le 25 septembre 1941 lancé le 12 janvier 1943 et mis en service en août 1944

-Sous-marin Ile de Ré mis sur cale le 25 septembre 1941 lancé le 12 janvier 1943 et mis en service en août 1944

-Sous-marin Ile d'Yeu mis sur cale le 20 octobre 1941 lancé le 2 février 1943 et mis en service en septembre 1944

-Sous-marin Crozet mis sur cale le 20 octobre 1941 lancé le 12 janvier 1944 et mis en service en juin 1945

-Sous-marin Ile d'Oleron mis sur cale le 4 mars 1943 lancé le 4 février 1945 et mis en service en mars 1946

-Sous-marin Belle-Ile mis sur cale le 15 juillet 1943 lancé le 12 septembre 1945 et mis en service en janvier 1947

-Sous-marin Saint Marcouf mis sur cale le 4 septembre 1943 lancé le 2 octobre 1945 et mis en service en juin 1947

-Sous-marin Ile de Brehat mis sur cale le 5 octobre 1943 lancé le 7 octobre 1945 et mis en service en janvier 1947

-Sous-marin Ile d'If mis sur cale le 2 février 1944 lancé le 14 mars 1946 et mis en service en septembre 1947

-Sous-marin Aber Wrach mis sur cale le 7 juillet 1944 lancé le 14 mars 1946 et mis en service en septembre 1947

-Sous-marin Ile de Batz mis sur cale le 12 septembre 1944 lancé le 14 août 1946 et mis en service en octobre 1947

-Sous-marin Ile de Molène mis sur cale le 20 décembre 1944 lancé le 15 novembre 1946 et mis en service en janvier 1948

-Sous-marin Ile d'Aix mis sur cale le 7 février 1944 lancé le 12 septembre 1945 et mis en service en janvier 1947

-Sous-marin Tromelin mis sur cale le 8 février 1945 lancé le 21 janvier 1947 et mis en service le 12 décembre 1947

-Sous-marin St Pierre et Miquelon mis sur cale le 4 octobre 1945 lancé le 12 octobre 1947 et mis en service le 21 août 1948

-Sous-marin Ile de Porquerolles mis sur cale le 15 octobre 1945 lancé le 20 septembre 1947 et mis en service en mars 1948

-Sous-marin Clipperton mis sur cale le 3 novembre 1945 lancé le 18 octobre 1947 et mis en service le 12 juillet 1948

-Sous-marin Nouvelle Calédonie mis sur cale le 22 mars 1946 lancé le 8 octobre 1947 et mis en service le 4 août 1948

-Sous-marin Wallis & Futuna mis sur cale le 4 juin 1946 lancé le 23 décembre 1947 et mis en service le 17 août 1948

-Sous-marin Mayotte mis sur cale le 5 septembre 1946 lancé le 12 décembre 1947 et mis en service le 12 juillet 1948

Calendrier de désarmement

Le Requin le Narval et le Souffleur sont mis en service en 1926, le Dauphin le Marsouin et l'Espadon en 1927, le Morse, le Marsouin, le Caïman et le Phoque en 1928. Ces navires refondus au milieu des années trente doivent être désarmés au printemps 1942.

Le Redoutable et le Vengeur ont été mis en service en 1931 et doivent être désarmés à la fin de 1942.

Les sept sous-marins de la tranche 1925 (Pascal, Henri Poincaré, Pasteur, Poncelet, Archimède, Fresnel et Monge) sont mis en service en 1931 pour les deux premiers et en 1932 pour les cinq autres. Ils doivent être désarmés entre septembre 1943 et juin 1944.

Les cinq sous-marins de la tranche 1926 (Acteon Acheron Achille Argo Ajax) sont mis en service en 1931 pour le premier, en 1932 pour le second, en 1933 pour les deux suivants et en 1934 pour le dernier). Ils doivent être désarmés entre janvier et octobre 1945.

Les quatre submersibles de la tranche 1927 sont mis en service en 1932 (Pégase Protée Phenix) et en 1934 (Persée). Le Phenix est perdu en Indochine le 15 juin 1939 au large de Cam-Ranh. Les trois autres sont désarmés courant 1946.

Les six sous-marins de la tranche 1929 sont mis en service en 1934 (L'Espoir, Le Glorieux, Le Heros) en 1935 (Le Centaure) en 1936 (Le Conquérant) et en 1937 (Le Tonnant). Leur désarmement était prévu pour 1947 mais il est repoussé par la déclaration de guerre en 1948 même si rapidement, le manque de sous-mariniers entraina la mise en réserve de ces sous-marins ou leur utilisation comme sous-marins d'entrainement.

Les six sous-marins de la tranche 1930 sont mis en service en 1937 (Agosta Bévéziers Casabianca) et en 1939 (Ouessant Sidi-Ferruch Sfax). Ils sont encore en service quand éclate le second conflit mondial.

Classe Rolland Morillot mod.

La tranche 1947 des constructions navales finance la construction de quatre sous-marins de grande patrouille de type Rolland Morillot mod. Ils reprennent les noms des anciens submersibles allemands récupérés en 1920 et portant le nom de marins morts durant le premier conflit mondial.

-Sous-marin Jean Autric mis sur cale le 4 juin 1947 lancé le 12 septembre 1948 et mis en service en septembre/octobre 1949

-Sous-marin Jean Corre mis sur cale le 4 octobre 1947 lancé le 14 décembre 1948 et mis en service en octobre 1949

-Sous-marin René Audry mis sur cale le 4 octobre 1947 lancé le 18 décembre 1948 et mis en service en septembre 1949

-Sous-marin Trinité Schillemans mis sur cale le 8 décembre 1947 lancé le 14 janvier 1949 et mis en service en janvier/février 1950

Ils devraient former une nouvelle division de sous-marins.

Classe Laubeuf

La tranche 1945 du programme naval de 1941 finance la construction de deux sous-marins expérimentaux destinés au Groupe d'Action Sous-Marine, une entité de tests et d'évaluation des techniques et des tactiques sous-marines.

-Sous-marin Laubeuf mis sur cale le 14 juin 1944 lancé le 17 mai 1946 et mis en service en septembre 1947

-Sous-marin Roquebert mis sur cale le 12 mars 1945 lancé le 28 septembre 1947 et mis en service en juin 1948

Ces deux sous-marins sont basés à Toulon.

Classe Aurore (Y-3)

Le remplacement des 600 tonnes est prévu par de nouveaux sous-marins. Comme pour les 1500 tonnes, les remplaçant des Ondine, Argonaute et Minerve étaient plus gros avec plus de 200 tonnes de plus.

Un premier sous-marin baptisé Aurore est financé à la tranche 1934. Il est suivi par quatre autres submersibles financés à la tranche 1937 (La Créole La Bayadère La Favorite L'Africaine), quatre autres submersibles sont financés à la tranche 1938 (L'Astrée L'Andromède L'Antigone L'Andromaque).

Deux submersibles sont financés par la tranche 1938bis (L'Artemis L'Armirde) et ces deux sous-marins sont suivis par quatre autres sous-marins financés à la tranche 1938ter (Hermione Gorgone Clorinde Cornelie)

Le 24 juin 1939, un décret autorise la construction d'un sous-marins pour remplacer le Phenix perdu en Indochine. Le modèle choisit est le Y4, une version tropicalisée du Y3. Il reprend le nom du sous-marin perdu au large de Cam-Ranh Le 29 décembre 1939, un nouveau décret finance la construction de douze submersibles qui seront du type Y4.

Planning de construction

-L'Aurore mis sur cale le 1er septembre 1936 lancé le 26 juillet 1939 et mis en service le 20 juin 1940

-La Favorite mis sur cale le 29 juillet 1938 lancé le 3 septembre 1941 et mis en service en août 1943

-La Créole mis sur cale le 29 août 1938 lancée le 8 juin 1940 et mise en service en mars 1942

-La Bayadère mise sur cale le 29 août 1938 lancée le 4 juillet 1940 et mise en service en mai 1942

-L'Africaine mis sur cale le 1er septembre 1938 lancé le 2 novembre 1941 et mis en service en octobre 1943

-L'Andromaque mis sur cale le 10 juillet 1939 lancé le 12 septembre 1942 et mis en service en septembre 1944

-L'Antigone mis sur cale le 1er août 1939 lancé le 5 septembre 1941 et mis en service en janvier 1943

-L'Armirde mis sur cale le 1er novembre 1939 lancé le 15 août 1942 et mis en service en juillet 1944.

-L'Astrée mis sur cale le 30 novembre 1939 lancé le 12 octobre 1941 et mis en service en mars 1943

-L'Artemis mis sur cale le 12 janvier 1940 lancé le 5 août 1942 et mis en service en mars 1944

-L'Hermione mis sur cale le 9 février 1940 lancé le 10 octobre 1941 et mis en service en juillet 1943

-Le Gorgone mis sur cale le 11 mars 1940 lancé le 20 janvier 1942 et mis en service août 1943

-Le Clorinde mis sur cale le 30 mars 1940 lancé le 17 février 1942 et mis en service en novembre 1943

-Le Cornélie mis sur cale le 15 mai 1940 lancé le 3 juin 1942 et mis en service en mars 1944

-L'Andromède mis sur cale le 31 janvier 1941 lancé le 20 décembre 1942 et mis en service en novembre 1943

Planning de désarmement

Les six sous-marins classe Ondine/Sirène de la de la tranche 1922 sont mis en service en 1927 (Sirène Naïade), en 1928 (Ondine) et en 1929 (Ariane Circé Calypso). L'Ondine est coulée au large de Vigo le 3 octobre 1928 par un vapeur grec alors qu'il effectuait sa croisière d'endurance entre Cherbourg et Bizerte. Leur désarmement est prévu entre juin 1941 et septembre 1942

Les six sous-marins du contingent 1923 sont mis en service en 1927 (Galatée Nymphe), en 1929 (Eurydice Danae Thétis) et en 1930 (Doris). Leur désarmement est prévu entre septembre 1942 et juin 1943.

Les seize sous-marins de 630 tonnes de classe Argonaute sont financés au titre de la défense des côtes aux contingents 1926, 1927, 1928 et 1929 et 1930

Les quatre sous-marins du contingent 1926 sont mis en service en 1932 (L'Argonaute Diane Méduse) et en 1933 (L'Aréthuse), leur désarmement est prévu théoriquement pour 1944 et 1945

Les quatre sous-marins du contingent 1927 sont mis en service en 1933 (Amphitrite Antiope Amazone) et 1934 (Atalante), leur désarmement est prévu théoriquement pour 1945 et 1946.

Les quatre sous-marins du contingent 1928 sont mis en service en 1932 (Orion Ondine) et 1933 (Orphée Oréade), leur désarmement est prévu théoriquement pour 1944 et 1945

Les quatre sous-marins du contingent 1929 sont mis en service en 1933 (La Psyché), en 1934 (Sibylle Vestale) et en 1935 (La Sultane), leur désarmement est prévu théoriquement pour 1945, 1946 et 1947.

Les sous-marins de classe Minerve du contingent 1930 sont mis en service en 1936 (Minerve Venus), en 1937 (Junon) et en 1939 (Iris) alors que ceux du contingent 1936 sont mis en service en 1939 (Pallas Cerès). Ils sont toujours en service quand éclate le second conflit mondial.

Classe Phenix (Y4)

Le type Y4 est une version tropicalisée du projet Y3 avec l'installation de deux tubes lance-torpilles supplémentaires et d'un meilleur système de conditionnement d'air. A l'origine, il n'était prévu qu'un navire destiné (théoriquement) à remplacer le Phenix perdu en Indochine et dont il reprend symboliquement le nom.

Douze sous-marins supplémentaires sont autorisés par le décret du 29 décembre 1939, sous-marins portant le nom des mois du calendrier révolutionnaire. Ces sous-marins seront aussi du type Y4.

-Le Phenix mis sur cale le 7 novembre 1940 lancé le 14 janvier 1943 et mis en service en juillet 1944

-Le Vendémiaire mis sur cale le 4 avril 1941 lancé le 12 juin 1943 et mis en service en mai 1945

-Le Ventôse mis sur cale le 22 septembre 1941 lancé le 4 novembre 1943 et mis en service en mars 1945

-Le Frimaire mis sur cale le 15 octobre 1941 lancé le 29 juin 1943 et mis en service en mars 1945

-Le Prairial mis sur cale en novembre 1941 lancé en décembre 1943 et mis en service en mars 1945

-Le Floréal mis sur cale le 12 novembre 1941 lancé le 4 janvier 1944 et mis en service le 10 juillet 1945

-Le Nivôse mis sur cale le 5 février 1942 lancé le 12 novembre 1943 et mis en service en juin 1945

-Le Messidor mis sur cale le 2 mars 1942 lancé le 23 février 1944 et mis en service en septembre 1945

-Le Fructidor mis sur cale le 17 juin 1942 lancé le 20 mai 1944 et mis en service en janvier 1946

-Le Pluviose mis sur cale le 5 septembre 1942 lancé le 12 décembre 1944 et mis en service en septembre 1946

-Le Brumaire mis sur cale le 7 septembre 1942 lancé le 21 juin 1944 et mis en service en mai 1946

-Le Germinal mis sur cale le 20 septembre 1942 lancé le 12 janvier 1945 et mis en service en juillet 1946

-Le Thermidor mis sur cale le 12 janvier 1943 lancé le 10 décembre 1945 et mis en service en mars 1947

Evolution de la flotte sous-marine

-5ème escadre de sous-marins (Brest) :

-Le ravitailleur de sous-marins Jules Verne sert de navire amiral. Toujours en service en 1948

-La 2ème DSM (Casabianca Achille Sfax Pasteur) Casabianca et Sfax toujours en service en 1948, Achille désarmé en mai 1945 et le Persée en juin 1946

-La 4ème DSM (Le Centaure Pascal Argo Henri Poincaré) Le Centaure toujours en service en septembre 1948, le Pascal est désarmé en septembre 1943, l'Argo en août 1945 et le Henri Poincaré en janvier 1944. 4ème DSM dissoute en août 1945

En septembre 1948, la 2ème DSM est composée des sous-marins Casabianca, Sfax, le Centaure

-La 6ème DSM (Persée Ajax Poncelet Archimède) Persée désarmé en 1946, l'Ajax en octobre 1945, le Poncelet et l'Archimède en juin 1944. La 6ème DSM est dissoute en octobre 1945.

-La 8ème DSM (Agosta Bévéziers Ouessant Sidi Ferruch). Ces quatre sous-marins sont toujours en service en septembre 1948

En septembre 1948, la 5ème escadre dispose encore de quatre divisions de sous-marins de grande patrouille :

-2ème DSM : Casabianca Sfax Le Centaure et l'Espoir

-4ème DSM : Rolland Morillot, La Praya, La Martinique et Ile de France

-6ème DSM : Ile de Ré Ile d'Yeu Kerguelen La Guadeloupe

-8ème DSM : Agosta Bévéziers Ouessant Sidi Ferruch

Escadre Légère du Nord (Cherbourg/Dunkerque)

-16ème DSM : sous-marins Antiope, Amazone, Orphée et Sibylle. L'Antiope est désarmé en juillet 1945, l'Amazone en juillet 1945, l'Orphée en septembre 1945 et la Sibylle en janvier 1946. Division dissoute en septembre 1945.

16ème DSM reconstituée en mai 1946 avec les Fructidor Brumaire et Pluviose

1ère flottille de sous-marin (2ème escadre de la flotte de la Méditerranée Toulon)

La 3ème escadrille

-1ère DSM (Le Héros Le Glorieux Le Conquérant Le Tonnant) Toujours en service en 1948

-3ème DSM (Protée Actéon Achéron Fresnel) Le Protée est désarmé en 1946, l'Acteon en janvier 1945, l'Acheron en mars 1945 et le Fresnel mars 1944. 3ème DSM dissoute en mars 1945

-5ème DSM (Espoir Pégase Monge) le Pégase est désarmé en 1946, le Monge en juin 1944. l'Espoir est transféré à la dissolution de la division en janvier 1946 à la 2ème DSM à Brest

En septembre 1948, la 3ème escadrille est ainsi composée :

-1ère DSM : Le Héros Le Glorieux Le Conquérant Le Tonnant

-3ème DSM : La Réunion Crozet Ile d'Oleron et Belle Ile

-5ème DSM : Ile de Brehat Saint Marcouf Ile d'Aix Ile d'If

La 5ème escadrille

-13ème DSM (Thetis Doris Circé et Calypso) Le Thetis est désarmé en mars 1943, le Doris en juillet 1943, le Circé en juillet 1942 et le Calypso en septembre 1942. Division dissoute en juillet 1942

-15ème DSM (Venus Iris Pallas et Cerès) Toujours en service en septembre 1948

-19ème DSM (Sirène Naïade Galatée et Argonaute) Le Sirène est désarmé en juin 1941, le Naïade en septembre 1941, le Galatée en septembre 1942 et l'Argonaute en mars 1944. Division dissoute en septembre 1942.

-21ème DSM sous-marins mouilleurs de mines Diamant et Perle Toujours en service en septembre 1948

En septembre 1948, la situation de la 5ème escadrille est la suivante :

-13ème DSM : Aurore La Créole La Bayadère L'Antigone

-15ème DSM : Venus Iris Pallas

-19ème DSM : L'Astrée La Favorite La Gorgone et L'Africaine

-2ème flottille de sous-marins (4ème escadre de la flotte de la Méditerranée Mers-El-Kébir) :

-La 12ème DSM : Orion Ondine Minerve Junon L'Orion et l'Ondine sont désarmés respectivement en juin et en septembre 1944. Les Minerve et Junon sont toujours en service en 1948 formant la 12ème DSM avec le Cerès

-La 14ème DSM : Diane Danaé Ariane Eurydice. Le Diane est désarmé en septembre 1944, le Danae en janvier 1943, l'Ariane en décembre 1941 et l'Eurydice en octobre 1942. Division dissoute en janvier 1943.

-La 18ème DSM : sous-marins Psyché Méduse Oréade Amphitrite. Le Psyché est désarmé en septembre 1945, la Méduse en juin 1944, l'Oréade en septembre 1945 et l'Amphitrite en juin 1945. Division dissoute en septembre 1945.

En septembre 1948, la situation de la 2ème FSM est la suivante :

-12ème DSM : Minerve Junon Cerès

-14ème DSM : L'Hermione le Clorinde L'Andromède

-18ème DSM : L'Andromaque L'Armirde L'Artemis et Le Cornélie

3ème flottille de sous-marins (6ème escadre légère, flotte de la Méditerranée Bizerte) :

-La 17ème DSM : Aréthuse, de l'Atalante, de la Vestale et de la Sultane. L'Arethuse est désarmée en novembre 1945, l'Atalante en mars 1946, la Vestale en septembre 1946 et la Sultane en janvier 1947. Division dissoute en septembre1946.

-La 20ème DSM : sous-marins mouilleurs de mines Turquoise, Rubis, Saphir et Nautilus. Toujours en service en 1948.

-La 9ème Division de Sous Marins (Caïman Morse Souffleur) sous-marins désarmés au printemps 1942 et division dissoute. Sera reconstituée avec des sous-marins type Aurore

-La 10ème DSM (Phoque Dauphin Espadon) sous-marins désarmés au printemps 1942 et division dissoute. 10Ème DSM reconstituée avec les sous-marins Aber Wrach, Ile de Batz et Tromelin

-La 11ème DSM (Marsouin Narval Requin). Sous-marins désarmés au printemps 1942 et division dissoute. 11Ème DSM reconstituée avec les sous-marins Ile de Molène Porquerolles et Clipperton

En septembre 1948, la 3ème FSM est organisée de la façon suivante :

-9ème DSM : Phenix Ventôse Frimaire Prairial

-10ème DSM : Aber Wrach, Ile de Batz et Tromelin

-11ème DSM : Ile de Molène, Porquerolles et Clipperton

-17ème DSM : Vendémiaire Nivôse Floréal Messidor

FNFEO

-22ème DSM avec les sous-marins St Pierre et Miquelon, Nouvelle Calédonie, Wallis & Futuna et Mayotte. Déployée à Cam-Ranh.

23ème DSM créée en 1947 avec les Germinal et Thermidor

Ordre de bataille de la sous-marinade française en septembre 1948

La 5ème escadre (navire-amiral ravitailleur Jules Verne) dispose encore de quatre divisions de sous-marins de grande patrouille :

-2ème DSM : Casabianca Sfax Le Centaure et l'Espoir

-4ème DSM : Rolland Morillot, La Praya, La Martinique et Ile de France

-6ème DSM : Ile de Ré Ile d'Yeu Kerguelen La Guadeloupe

-8ème DSM : Agosta Bévéziers Ouessant Sidi Ferruch

ELN : 16ème DSM reconstituée en mai 1946 avec les Fructidor Brumaire et Pluviose

1ère flottille de sous-marins (2ème escadre Toulon)

3ème escadrille

-1ère DSM : Le Héros Le Glorieux Le Conquérant Le Tonnant

-3ème DSM : La Réunion Crozet Ile d'Oleron et Belle Ile

-5ème DSM : Ile de Brehat Saint Marcouf Ile d'Aix Ile d'If

5ème escadrille

-13ème DSM : Aurore La Créole La Bayadère L'Antigone

-15ème DSM : Venus Iris Pallas

-19ème DSM : L'Astrée La Favorite La Gorgone et L'Africaine

2ème flottille de sous-marins (4ème escadre Mers-El-Kébir)

-12ème DSM : Minerve Junon Cerès

-14ème DSM : L'Hermione le Clorinde L'Andromède

-18ème DSM : L'Andromaque L'Armirde L'Artemis et Le Cornélie

3ème flottille de sous-marins (6ème Escadre légère Bizerte)

-9ème DSM : Phenix Ventôse Frimaire Prairial

-10ème DSM : Aber Wrach, Ile de Batz et Tromelin

-11ème DSM : Ile de Molène, Porquerolles et Clipperton

-17ème DSM : Vendémiaire Nivôse Floréal Messidor

FNFEO

-22ème DSM créée en août 1948: St Pierre et Miquelon, Nouvelle Calédonie, Wallis & Futuna et Mayotte. Déployée à Cam-Ranh.

23ème DSM créée en mars 1947: Germinal et Thermidor. Déployée à Haïphong.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: projet uchronique    Mer 28 Déc 2011, 23:37

Salut à tous

Des nouvelles de mon projet qui avance bien

Je viens à l'instant de terminer la classe Aigle ce qui porte le nombre de pages écrites à 628 pages

Dès demain, je comme la classe Milan

Bonne nuit à tous

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilles17137
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1756
Age : 72
Ville : 17137 MARSILLY
Emploi : Retraité et Grand-Père
Date d'inscription : 02/11/2011

MessageSujet: re   Ven 30 Déc 2011, 00:01

Est-il^possible de passer en pièce jointe ou d'une autre manière la totalité de l'ouvrage ce qui en faciliterai la lecture ?

DE toute manière ce travail de titan et passionnant à lire est une réussite exemplaire BRAVO Et encore
Et bonne continuation pour ce Flotte ce combat que nous serons les premiers à avoir découvert dont on vous remercie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: projet uchronique    Ven 30 Déc 2011, 00:21

Meric pour les encouragements;

Pour le moment, l'oeuvre est loin d'être achevée, je pense en avoir à ce rythme pour encore six bons mois.

Je ne poste pas pour l'instant car je veux éviter de me lier les mains pour tel ou tel navire sans parler qu'il est possible qu'il y ait des doublons notamment des escales communes de tel ou tel navire sans que cela soit mentionné dans leur historique sans parler du fait qu'au niveau du style, je réécri sans cesse.

Bref j'ai parfois l'impression d'être pénélope devant son voile

Une fois terminée, je créérai un blog pour poster, ce sera trop lourd pour marine forum.

Je continuerai à poster des documents de travail, le prochain doit concerner les DT (Divisions de Torpilleurs) avec les Melpomène, les Le Fier et une version améliorée de ces derniers, la classe Colonie.

Sur ce bonne nuit à tous !

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: projet uchronique    Ven 30 Déc 2011, 15:18

Je viens d'achever la classe Milan portant le nombre de pages totales à 652 pages.

Rien que pour les classes Jaguar/Guépard/Aigle et Milan, j'ai écrit 171 pages soit une moyenne de 9.5 pages par navire même si à terme, ce nombre pourrait se réduire, j'ai remarqué qu'il y à beaucoup de répititions que je pourrai supprimer avant le postage.

A suivre maintenant et en attendant les Vauquelin, je vais travailler sur les DT.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: projet uchronique    Dim 01 Jan 2012, 13:52

SYNTHESE GENERALE
«LES TORPILLEURS LEGERS DE LA MARINE NATIONALE»


Le torpilleur léger La Bayonnaise

Avant propos

Ce document de travail aborde la question des torpilleurs légers de la marine nationale, torpilleurs qui regroupés en divisions comme leurs ainés torpilleurs d'escadre sont chargés d'attaquer les concentrations navales ennemies, généralement de nuit, selon une technique de guerilla comparable à celle des vedettes lance-torpilles : fondre sur l'ennemi, lui infliger le plus de dégâts possibles en profitant de l'effet de surprise et se retirer avant la riposte ennemie.

Trois classes de torpilleurs légers vont ainsi être construits : les douze Melpomène de 610 tW, les seize Le Fier de 1010 tW et les douze Colonies de 1250 tW, tous répartis en divisions de quatre navires.

Classe Melpomène

Le traité de Washington du 6 février 1922 à mis un sérieux coup de frein à la course aux armements opposants Etats Unis et Japon. Même si il est permis de penser que les limites techniques, financières et humaines auraient freiné les constructions, ce traité à pour ainsi dire gelé la situation pendant près de quinze ans.

Chaque signataire cherche à augmenter discrètement sa flotte en jouant sur certaines clauses comme l'absence de limitation quantitative pour les navires de moins de 610 tonnes Washington (environ 708 tonnes métriques).

On pense alors augmenter significativement la flotte en construisant de nombreux navires ne dépassant pas le tonnage cité plus haut.

La marine nationale finance ainsi la construction de douze navires de 610tW, appelés un temps escorteurs mais rapidement reclassés torpilleurs. Quatre navires sont financés au contingent 1931, quatre à la tranche 1931 et les quatre derniers au contingent 1932. Leur construction est attribuée à l'industrie.

-La Melpomène est mise sur cale aux Ateliers et Chantiers de Bretagne (ACB) à Nantes le 13 décembre 1933 lancée le 24 janvier 1935 et admise au service actif le 27 janvier 1937.

-La Flore est mise sur cale aux Ateliers et Chantiers de Bretagne (ACB) à Nantes le 26 mars 1934 lancée le 4 mai 1935 et admise au service actif le 27 janvier 1937.

-La Pomone est mise sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire (ACL) à Nantes le 22 novembre 1933 lancée le 25 janvier 1935 et admise au service actif le 27 janvier 1937

-L'Iphigénie est mise sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire (ACL) à Nantes le 14 décembre 1933 lancée le 18 avril 1935 et admise au service actif le 27 janvier 1937

-La Bayonnaise est mise sur cale aux Ateliers et Chantiers Maritimes du Sud-Ouest à Bordeaux le 18 octobre 1934 lancée le 28 janvier 1936 et admise au service actif le 1er juillet 1938.

-La Cordelière est mise sur cale aux Chantiers Augustin Normand au Havre le 15 août 1934 lancée le 9 septembre 1936 et admise au service actif le 1er janvier 1938

-L'Incomprise est mise sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime du Trait le 20 octobre 1934 lancée le 14 avril 1937 et admise au service actif le 16 mars 1938

-La Poursuivante est mise sur cale aux Ateliers et Chantiers de France de Dunkerque le 13 août 1934 lancée le 4 août 1936 et admise au service actif le 3 décembre 1937

-La Bombarde est mise sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire à Nantes le 12 février 1935 lancée le 23 mars 1936 et admise au service actif le 16 août 1937.

-Le Branlebas est mis sur cale aux Chantiers Augustin Normand au Havre le 27 août 1934 lancé le 12 avril 1937 et admis au service actif le 16 mars 1938.

-Le Bouclier est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Seine Maritime du Trait le 18 octobre 1934 lancé le 10 août 1937 et admis au service actif le 3 août 1938

-Le Baliste est mis sur cale est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de France à Dunkerque le 21 septembre 1934 lancé le 17 mars 1937 et admis au service actif le 27 juin 1938.

Ces douze torpilleurs vont former trois divisions de quatre navires chacun. La première activée est la 12ème DT à Bizerte, division composée des torpilleurs La Pomone (Al), La Melpomène, L'Iphigénie et La Flore.

La 13ème DT réactivée le 1er octobre 1937 pour les besoins de la guerre d'Espagne va être un temps composée à la fois de torpilleurs de 610 tW et de navires plus anciens. Ce n'est que le 1er juillet 1938 qu'elle atteint son format définitif avec les torpilleurs Baliste (Al), La Poursuivante, Bombarde et La Bayonnaise.

La 11ème DT est activée à Cherbourg en mai 1938 et est donc composée des torpilleurs restant à savoir La Cordelière L'Incomprise Branlebas et Bouclier

La création d'une 5ème Escadre à Lorient le 10 juin 1939 entraine la constitution d'une 14ème DT par le prélèvement d'un torpilleur par division. C'est ainsi qu'en septembre 1939, les Melpomène sont répartis de la façon suivante :

-14ème DT (Lorient) : Bouclier La Melpomène et La Flore

-11ème DT (Cherbourg) La Cordelière L'Incomprise Branlebas

-12ème DT (Bizerte) La Pomone Bombarde et L'Iphigénie

-13ème DT (Toulon) Baliste La Bayonnaise La Poursuivante

La réorganisation de septembre 1940 ne change pas cette organisation ni le stationnement de ces divisions.

-11ème DT (Cherbourg) La Cordelière L'Incomprise Branlebas

Division dissoute en février 1944 alors que la 11ème DT avait redéployée à Dunkerque depuis mars 1942. Comme ses sister-ships, les torpilleurs de cette division sont tranformés en patrouilleurs

-12ème DT (Bizerte) La Pomone Bombarde et L'Iphigénie

Division dissoute en septembre 1942 après l'arrivée de la 3ème DT

-13ème DT (Toulon) Baliste La Bayonnaise La Poursuivante

Division dissoute en décembre 1941 après l'arrivée de la 1ère DT à Toulon.

-14ème DT (Lorient) : Bouclier La Melpomène et La Flore

-Cette division va essentiellement servir pour l'instruction jusqu'à la fin de 1943 quand la division est dissoute et ces navires transformés en stationnaires.

La construction des Melpomène se révéléra une mauvaise idée. Trop fragiles, au rayon d'action trop faible, à l'armement et à la détection ASM dépassés, ces navires montreront rapidement leurs limites et sont donc déclassés avec la mise en service des Le Fier.

Reclassés entre décembre 1941 et janvier 1944 comme aviso de station, les Melpomène perdent leur canon de 100mm n°2 qui servira probablement pour l'Armement Militaire des Bâtiments de Commerce (AMBC) et leur affût double lance-torpilles. Leur DCA et leur armement ASM est améliorée.

La Baliste est redéployée à Cherbourg pour assurer la surveillance rapprochée du port haut-normand, la Bayonnaise est redéployée à Papeete où il relaye l'aviso colonial D'Iberville, la Poursuivante est elle aussi envoyée dans le Pacifique mais à Nouméa où l'ancien torpilleur relaye l'action de l'aviso colonial Rigaut de Genouilly.

La Pomone est redéployée à Abidjan pour protéger la ville en pleine croissance, La Bombarde est réaffectée à Dakar, l'Iphigénie à Beyrouth, Le Bouclier à Tunis, La Melpomène à Djibouti, la Flore à Port-des-Galets à La Réunion, La Cordelière à Haïphong où il remplace comme navire-amiral de la FNC le vieil aviso Nancy de moins en moins capable de prendre la mer1, L'Incomprise à Casablanca et le Branlebas à Pnom Penh.

A noter que les navires déployés en métropole et en Afrique du Nord vont fréquement être utilisés comme navires d'instruction en plus de leurs missions de surveillance et de police coloniale.

Classe Le Fier


Les insuffisances des Melpomène sautèrent rapidement aux yeux des responsables de la marine nationale qui s'empressèrent de les corriger pour les futurs torpilleurs destinés un temps à les compléter mais qui au final finir par les remplacer.

Le déplacement fait un véritable bond, passant de 610 à 1010 tW d'où l'appélation usuelle de «torpilleur de 1010 tonnes». Leur autonomie est supérieure tout comme leur armement qui passe de deux à quatre canons de 100mm.

Seize torpilleurs de type Le Fier vont ainsi être construits, formant quatre divisions de quatre navires, deux étant déployées en métropole, une en Afrique du Nord et la quatrième en Indochhine.

Quatre navires sont financés à la tranche 1937, trois à la tranche 1938, cinq à la tranche 1938bis, deux à la tranche 1938ter et les deux derniers à la tranche 1941, la première du programme naval.

-Le torpilleur léger Le Fier est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Bretagne à Nantes le 17 janvier 1939 lancé le 12 mars 1940 et mis en service en février 1941

-Le torpilleur léger L'Agile est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Bretagne à Nantes le 26 avril 1939 lancé le 23 mai 1940 et mis en service en mai 1941

-Le torpilleur léger L'Entreprenant est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire à Nantes le 26 janvier 1939 lancé le 25 mai 1940 et mis en service en juin 1941

-Torpilleur léger Le Farouche mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire à Nantes le 11 avril 1939 lancé le 19 octobre 1940 et mis en service en décembre 1941

-Torpilleur léger L'Alsacien mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Bretagne à Nantes en mars 1940 lancé en juin 1941 et mis en service en septembre 1942

-Torpilleur léger Le Breton mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Bretagne à Nantes en mars 1940 lancé en juin 1941 et mis en service en septembre 1942

-Torpilleur léger Le Corse mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire à Nantes le 26 mars 1940 lancé le 5 juin 1941 et mis en service en septembre 1942

-Le Torpilleur léger Le Tunisien mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire à Nantes le 25 juillet 1940 lancé le 15 septembre 1941 et mis en service en août/septembre 1942

-Le Torpilleur léger Le Normand mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire à Nantes le 25 juillet 1940 lancé le 15 septembre 1941 et mis en service en août/septembre 1942

-Le Torpilleur léger Le Parisien mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire à Nantes le 5 novembre 1940 lancé le 14 février 1942 et mis en service en juin 1943

-Le Torpilleur léger Le Provencal mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire à Nantes le 12 juillet 1941 lancé le 2 octobre 1942 et mis en service en janvier 1944

-Le Torpilleur léger Le Saintongeais mis sur cale Ateliers et Chantiers de Bretagne à Nantes en juin 1941 lancé en septembre 1942 et mis en service fin 1943

-Le Torpilleur léger Le Niçois mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Méditerranée à la Seyne sur Mer le 15 mars 1941 lancé le 21 septembre 1942 et mis en service en mars 1944

-Torpilleur léger Le Savoyard mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Méditerranée à la Seyne sur Mer le 5 mars 1941 lancé le 12 septembre 1942 et mis en service en décembre 1943

-Torpilleur léger Le Béarnais mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Méditerranée à la Seyne sur Mer le 12 septembre 1942 lancé le 5 mars 1944 et mis en service en septembre 1945

-Torpilleur léger Le Catalan mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Méditerranée à la Seyne sur Mer le 13 septembre 1942 lancé le 10 mars 1944 et mis en service en septembre 1945

Ces seize torpilleurs vont donc former quatre divisions de quatre navires portant des numéros impairs.

-1ère DT (Le Fier L'Agile L'Entreprenant Le Farouche). Basée à Toulon, elle est activée en mai 1941 à Lorient où les torpilleurs Le Fier et l'Agile étaient en armement. Ils rejoignent Toulon en décembre 1941 en compagnie de leurs deux autres sister-ships.

-3ème DT (L'Alsacien Le Breton Le Corse et Le Tunisien) basée à Bizerte, cette division est activée début septembre à Lorient où les différents navires construits à Nantes étaient armés. Elle arrive à Bizerte le 24 septembre 1942 et remplace la 12ème DT.

-5ème DT (Le Normand Le Parisien Le Provençal et Le Saintongeais) basée à Dunkerque, cette division est activée à Lorient en juin 1943 et déployée au grand complet à dunkerque en juin 1944 où elle remplace la 11ème DT

-La 7ème DT (Le Niçois Le Savoyard Le Béarnais et Le Catalan) basée à Cam-Ranh en Indochine, elle renforce considérablement le potentiel des FNFEO. Les deux premiers navires sont envoyés en Extrême-Orient en juin 1945, les deux suivants arrivant à l'automne 1945.

Classe Colonie

En janvier 1940, l'état-major demanda au STCN d'étudier une nouvelle classe de torpilleurs légers destinés en théorie à remplacer les Melpomène qui se révélaient inaptes à un service armé efficace en raison de leurs tares congenitales. Au final, comme nous avons pu déjà le voir, les Melpomène vont être retirés des unités de première ligne dès la mise en service des torpilleurs de 1100 tonnes.

La situation du STCN était délicate car en janvier 1940, aucun Le Fier n'était encore en service ni même lancé. Plusieurs projets sont ainsi étudiés :

-projet A : quatre canons de 100mm contre avions, déplacement de 1290 tonnes (1500 tonnes aux essais), les canons de 100mm regroupés en deux tourelles doubles sont disponibles soit les deux à l'arrière comme les Le Fier ou une à l'avant et une arrière.

-projet B : quatre canons de 130mm en deux tourelles doubles non antiaériens identiques à celles des Le Hardi, déplacement type de 1650 tonnes atteignant 1900 tonnes aux essais

-projet C : quatre canons de 130mm en deux tourelles doubles contre-avions avec un déplacement type de 1725 tonnes et d'essai de 1980 tonnes

La DCA est limitée à quatre affûts doubles de 13.2mm pour la version A et quatre affûts doubles de 13.2mm, deux affûts doubles semi-automatiques de 37mm ou deux affûts simples automatiques pour les variantes B et C ce qui est rapidement jugé insuffisant.

Le projet traine en longueur même si le programme naval de 1941 prévoit la construction de huit de ces navires (tranche 1944 et 1945) auxquels s'ajouteront quatre autres navires financés à la tranche 1946.

Les variantes B et C jugées trop grosses sont finalement abandonnées au profit du projet A, une version améliorée des Le Fier avec néanmoins une différence majeur : une disposition de l'armement moins hétérodoxe avec une tourelle double de 100mm à l'avant et une tourelle double de même calibre à l'arrière.

L'armement en torpilles reste identique (quatre tubes en deux plate-formes doubles) mais la DCA est renforcée (tout comme elle le sera in fine sur les Le Fier) tout comme l'armement ASM.

Ces douze navires vont tous porter des noms d'habitants de l'Empire, reprennant les noms des torpilleurs construits au Japon pendant le premier conflit mondial. Comme pour les Le Fier, leurs construction est assurée par l'industrie, les chantiers navals privés.

Si les FCM et leur site du Havre ne construisent qu'un navire et que les ACL de Nantes doivent se contenter de deux unités, trois autres chantiers construisent trois torpilleurs légers de classe Colonie à savoir les ACB de Nantes, les ACSM du Trait et les CNF de Caen.

-Le Torpilleur léger Le Kabyle est mis sur cale aux Chantiers Navals de France à Caen le 12 mars 1944 lancé le 4 juin 1945 et mis en service en février 1946.

-Le Torpilleur léger Le Tonkinois est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Seine Maritime du Trait le 16 juin 1944 lancé le 12 septembre 1945 et mis en service en juillet 1946.

-Le Torpilleur léger Le Sakalave est mis sur cale aux Chantiers Navals de France à Caen le 21 juin 1945 lancé le 9 septembre 1946 et mis en service en juin 1947.

-Le Torpilleur léger Le Bambara est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Seine Maritime du Trait le 4 octobre 1945 lancé le 15 janvier 1947 et mis en service en septembre 1947.

-Le Torpilleur léger Annamite est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Bretagne à Nantes le 7 août 1945 lancé le 4 novembre 1946 et mis en service en septembre 1947.

-Le Torpilleur léger Hova est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire à Nantes le 4 janvier 1946 lancé le 8 mars 1947 et mis en service en janvier 1948.

-Le Torpilleur léger Somali est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Bretagne à Nantes le 15 août 1945 lancé le 10 novembre 1946 et mis en service en septembre 1947.

-Le Torpilleur léger Touareg est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire à Nantes le 12 janvier 1946 lancé le 15 mars 1947 et mis en service en février 1948.

-Le Torpilleur léger L'Algérien est mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Méditerranée sur leur site du Havre le 8 février 1946 lancé le 14 juin 1947 et mis en service en mars 1948.

-Le Torpilleur léger Le Sénégalais est mis sur cale aux Chantiers Navals de France à Caen le 24 septembre 1946 lancé le 4 octobre 1947 et mis en service le 14 juin 1948.

-Le Torpilleur léger L'Arabe est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Seine Maritime du Trait le 27 janvier 1947 lancé le 14 février 1948 et mis en service le 10 juillet 1948.

-Le Torpilleur léger Le Marocain est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Bretagne à Nantes le 25 novembre 1946 lancé le 4 décembre 1947 et mis en service le 15 juillet 1948.

Comme leurs devanciers de la classe Le Fier, ces torpilleurs forment trois divisions de quatre navires. La 2ème DT basée à Mers-El-Kébir au sein de la 4ème Escadre regroupe les torpilleurs légers Kabyle Tonkinois Sakalave Bambara alors que la 4ème DT basée à Toulon mais qui en temps devrait être déployée à Ajaccio regroupe les torpilleurs Annamite Hova Somali Touareg.

La 6ème DT elle est déployée à Lorient, dépendant de la 3ème Escadre Légère et regroupe les autre navires à savoir les torpilleurs Algérien Sénégalais Arabe et Marocain.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: projet uchronique    Ven 06 Jan 2012, 00:48

Salut à tous

Je viens de terminer le Kersaint, deuxième navire de la classe Vauquelin

Cela porte le nombre de pages à 680.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilles17137
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1756
Age : 72
Ville : 17137 MARSILLY
Emploi : Retraité et Grand-Père
Date d'inscription : 02/11/2011

MessageSujet: Re Bonne nuit   Ven 06 Jan 2012, 04:52

Bonne nuit Monsieur l'Amiral et Bénédictin je suis émerveillé par votre assiduité ainsi que par le parfait fonctionnement de vos terra de Neurones. Même si la finalité m'échape un peu Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed à moi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: projet uchronique    Ven 06 Jan 2012, 10:25

Merci pour cet encouragement.

L'utilité difficile à dire, j'adore les uchronies, je me pose sans arrêt la question "et si X n'avait pas fait Y qu'es-ce qui ce serait passé"

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LE BRETON
Amiral de la Flotte
Amiral de la Flotte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6720
Age : 46
Ville : Paris 12ème
Emploi : Fonctionnaire
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Re: projet uchronique    Ven 06 Jan 2012, 21:37

Question bête et idiote :

La France est devenue si riche que ça et comment elle fait pour armer tous ces navires en même temps ??????

_________________
kentoc'h mervel eget bezañ saotret (plutôt la mort que la souillure) devise de la Bretagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: projet uchronique    Ven 06 Jan 2012, 21:42

Il y à pas d'exagérations, pour le moment tous les navires que j'ai prévu auraient été réalisés en OTL ou peu s'en faut

Pour ce qui est du financement, j'ai imaginé que la France adopte une économie de guerre et abandonne la politique du franc-fort et de l'équilibre budgétaire. La France de la fin du conflit pourrait donc se retrouver dans la même situation que celle de 1919 : surendetée.

Pour ce qui est de la ressource humaine, je pense qu'au cours du conflit, la France aurait le même problème que la Grande Bretagne OTL et devra désarmer les unités les plus anciennes.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: projet uchronique    Sam 07 Jan 2012, 23:21

Bonsoir à tous

Le projet vient de franchir une nouvelle étape avec l'achèvement des Vauquelin portant le total des pages écrites à 717 dont 235 rien que pour les contre-torpilleurs

J'ai commencé un document de travail sur l'aéronavale et demain j'embraye sur les Le Fantasque

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: projet uchronique    Sam 14 Jan 2012, 15:43

Salut à tous

Je viens de terminer hier soir la classe Fantasque ce qui porte le nombre de pages écrites à 769. Tout en continuant mon annexe aéronavale (plus ardue à faire que prévue), je vais commencer ce soir ou demain l'historique des Mogador et Volta.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: projet uchronique    Jeu 19 Jan 2012, 14:07

Salut à tous

Achèvement ce matin des Mogador et début de la classe Hoche ce qui porte le nombre de pages à 794 pages.

Je continue parallèlement l'annexe sur l'Aviation Navale qui devient un véritable document cadre.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: projet uchronique    Mar 24 Jan 2012, 16:04

Salut à tous

Je viens de terminer à l'instant les Hoche ce qui porte le nombre de pages écrites à 819

La version préliminaire de mon document-cadre sur l'Aviation Navale est terminée, je passe à la version finale, version que je posterai ultérieurement.

Je vais ensuite me pencher sur l'épineuse question des torpilleurs d'escadre qui sont chargés de l'escorte des grandes unités de combat.

Ensuite je passerai aux Bayard

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: projet uchronique    Lun 30 Jan 2012, 16:35

Achèvement cette nuit des Bayard ce qui porte le nombre de pages rédigées à 957

Parallèlement je continue à travailler sur une synthèse de l'aviation navale entre 1939 et 1948

Quand aux torpilleurs d'escadre, j'ai renoncé à faire un document cadre qui paraissait trop rigide et trop complexe, je ferai donc du cousu main.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10429
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: projet uchronique    Lun 30 Jan 2012, 17:36

clausewitz a écrit:
Achèvement cette nuit des Bayard ce qui porte le nombre de pages rédigées à 957[…]
thumright C'est monstrueux ! Laughing
scratch Sont-ce des pages de format 21x29,7 ? en (tout) petits caractères ? Confused Confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: projet uchronique    Lun 30 Jan 2012, 18:15

Open office en 12.

C'est très détaillé ce qui explique que pour chaque contre-torpilleur il y à environ une dizaine de pages.

A terme, le nombre va probablement se réduire car si au début je détaillait tous les phases d'un exercice, à ma grande relecture je réduirai. Par exemple pour une DCT, je détaillerai l'exercice pour le premier navire mais pour les autres, je dirai simplement "entrainement de division de....... à ........"


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: projet uchronique    Dim 05 Fév 2012, 20:39

Salut à tous

Je viens de terminer les contre-torpilleurs ce qui porte le total de pages écrites à 874 (957 était donc une erreur de calcul).

J'ai terminé la synthèse sur l'aéronavale que je vais commencé à poster demain (elle fait presque cent pages, c'est un gros machin)

J'ai entamé une nouvelle synthèse sur les défenses côtières que je posterai après celle sur l'aéronavale.

Dès ce soir ou demain je vais commencer les torpilleurs d'escadre avec les Bourrasque.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: projet uchronique    Lun 06 Fév 2012, 10:56

SYNTHESE GENERALE
«L'AERONAVALE FRANCAISE 1939-1948»

Introduction

Si on retient souvent le nombre de cuirassés pour mesurer l'expansion de la Royale entre 1939 et 1948 (sept navires de ligne dont seulement deux modernes en service en 1939, treize cuirassés modernes en service en septembre 1948), l'aéronavale est sûrement l'arme qui connait la plus grande expansion qu'elle soit quantitative ou qualitative.

En 1939, l'aéronavale est le parent pauvre d'une flotte où domine les surfaciers qui ne croient pas au porte-avions comme l'amiral Darlan. Elle dispose d'avions et d'hydravions souvent dépassés, les appareils modernes se faisant rares et n'étaient pas exempts de défauts.

Son unique porte-avions le Béarn est par sa lenteur bien incapable d'accompagner les rutilants croiseurs et contre-torpilleurs et un transport d'hydravions baptisé Commandant Teste ne vaut pas un véritable «pont plat».

La transformation est donc spectaculaire puisque quand éclate le second conflit mondial, l'Aviation Navale dispose de trois porte-avions d'escadre, deux porte-avions légers avec des groupes aériens modernes et bien entrainés.

A terre, des avions de patrouille maritime et des avions antinavires se chargent de surveiller les approches de nos bases et de nos ports, aidés en cela par des hydravions bien plus modernes que ceux utilisés pour la guerre de Pologne.

1-Ordre de bataille et situation organisationnelle de l'Aéronavale française en septembre 1939

En septembre 1939, l'Aéronautique Navale est dirigée par le contre-amiral Lartigue qui porte le titre de Chef du Service Central de l'Aéronautique Navale. Il est responsable de la formation, de l'entrainement et de la préparation opérationnelle des différentes escadrilles.

Les escadrilles basées à terre qu'elles soient équipées d'avions ou d'hydravions sont placées sous l'autorité de l'amiral préfet maritime commandant la Région Maritime où l'escadrille est stationnée via un officier supérieur (généralement un capitaine de vaisseau) qui porte le titre de Commandant de l'aéronautique de la ….... région»

En septembre 1939, il existe quatre régions maritimes : la 1ère dont le préfet est installé à Cherbourg, la 2ème dont le préfet est installé à Brest, la 3ème dont le préfet est installé à Toulon et la 4ème dont le préfet est installé à Bizerte.

Les rares formations détachées outre-mer, aux Antilles, en Océanie ou en Indochine dépendent du vice-amiral ou du contre-amiral commandant les forces navales françaises, cet officier supérieur disposant d'un officier aéronautique.

Les escadrilles du Béarn et du Commandant Teste dépendent elles du commandant de l'escadre tout comme les escadrilles de l'hydraviation embarquée appelée également Aviation d'Escadre.

Il existe également des formations de support, des sections d'entrainement, de liaison, de servitude dépendant soit d'une école soit des bases aéronavales.

B-Les bases aéronavales en septembre 1939

-La base centrale de l'Aéronautique Navale est située curieusement bien loin de la mer puisqu'elle est sise à Orly au sud de Paris. C'est là que tous les appareils produits par l'industrie sont centralisés et testés par la section de convoyage qui ensuite comme son nom l'indique transfère les appareils jusqu'à leur base opérationnelle sauf lors des transformations sur un nouvel appareil, les pilotes de l'unité venant directement à Orly. Les hydravions eux sont réceptionnés aux Mureaux où est établie une hydrobase.

Ces sections de convoyage dispose d'une poignée d'appareils de transports destinés à ramener à Orly les pilotes convoyeurs parmi lesquels on trouvera peu avant le début de la Seconde Guerre Mondiale quelques femmes.

-Avant le déclenchement de la guerre de Pologne, il existe en métropole dix bases aéronavales, les trois plus importantes étant celle de Lanvéoc-Poulmic près de Brest, celle de Cherbourg-Chantereyne en Normandie et celle de Berre sur l'étang du même nom au nord de Marseille.

-Elles sont relayées sur la côte nord-ouest par la base aéronavale de Rochefort et celle de Hourtin qui est une base-école et en Méditerranée par celle de Saint Mandrier, Hyères, Cuers-Pierrefeu, Frejus Saint Raphaël et Aspretto.

En Afrique du Nord, l'aéronautique navale dispose de quatre bases aéronavales : Port Lyautey au Maroc, Arzew en Algérie, Sidi Ahmed et Karouba en Tunisie

Aux Antilles, la section de surveillance est basée à Fort de France-Schoelcher, en AOF nous trouvons la BAN de Dakar-Bel Air et à Tahiti la BAN de Papeete sans oublier au Liban, la BAN de Tripoli.

-A la mobilisation, des bases secondaires ou auxiliaires sont mise sur pied : sur les rives de la Manche, on trouve les BAN auxilaires de Calais-Marck, Boulogne sur Mer, Boulogne-Alprecht, Berck, Deauville et de Querqueville.

Sur les rivages Atlantique, des implantations sont mises en place à Lorient, Saint Nazaire, La Baule-Escoublac, Saint Trojan et Biscarosse alors que en Méditerranée, de telles installations sont mises en place à Saint Laurent de la Salanque près de Perpignan, Balaruc sur l'étang de Thau et Calvi en Corse.

-En Afrique du Nord, une BAN auxiliaire est établie à Goulimine dans le Sud-marocain, et à Bougie en Algérie.

C-Situation des unités en septembre 1939 et évolution durant la guerre de Pologne

L'unité de base est l'escadrille qui dispose normalement de douze appareils en ligne plus un volant de fonctionnement de quatre à six appareils. Unité autonome, l'escadrille dispose de ses propres mécaniciens et reçoit à la mobilisation un détachement de protection (pièces légères de DCA et fusiliers marins)

Plusieurs escadrilles forment une flottille, ces flotilles sont soient spécialisés ou alors comme c'est le cas du Béarn et du Commandant Teste polyvalentes.

Cette dernière configuration ne tarde pas à disparaître avec la mise à terre du groupe aérien du Béarn puis son démantelement pour permettre la montée en puissance des flottilles du Joffre et du Painlevé. La situation est identique pour la flottille du Commandant Teste qui est mis à terre au début du conflit, le transport d'hydravions effectuant des missions de transport d'avions avant d'être transformé en navire-atelier pour l'Indochine.

Les hydravions embarqués sur les cuirassés et les croiseurs forment des groupements d'Aviation d'Escadre, groupement qui ont une base géographique et spécialisée. Ces groupements sont informels, les détachements à bord des croiseurs et des cuirassés étant pleinement intégrés à l'équipage du bâtiment.

Les sections de support dépendent soit des écoles soit des bases aéronavales, cette situation ne change pas avec la déclaration même si ces unités montent en puissance avec le rappel des réservistes et l'incorporation de jeunes recrues.

Les unités sont identifiées par un code alphanumérique à deux caractères pour les unités basées à terre et de trois caractères pour les unités embarquées. Les chiffres pairs sont réservés aux unités déployées au dessus de l'Atlantique et les chiffres impairs aux unités déployées au dessus de la Méditerranée.

Les unités dépendant des préfets maritimes disposent donc de deux chiffres et d'une lettre : le premier chiffre désigne la région maritime (1 à 4), la lettre la spécialité (S pour Surveillance C pour chasse B pour bombardement T pour torpillage......) et le deuxième chiffre le rang de l'unité.

Les sections de surveillance déployées aux Antilles et à Tahiti reçoivent le préfixe 5 puis celui de 8 en octobre 1939 quand ces deux sections deviennent des escadrilles et que deux nouvelles formations sont créés à Dakar et à Tripoli.

Les flottilles sont désignées par un code alphanumérique de trois caractère : le F de flottille, un chiffre désignant le rang et une lettre de spécialité (A pour aviation embarquée, H pour hydraviation embarquée...........)

1ère région maritime (Cherbourg)


Un CAMS-55 de l'escadrille 4S1 de Karouba

-Escadrille 1S1 (Cherbourg-Chantereyne) : six CAMS-55 cohabitent avec huit Loire 130 mais rapidement seuls les Loire 130 sont utilisés pour des missions opérationnelles, les CAMS-55 étant utilisés pour l'entrainement jusqu'au mois d'octobre quand ils sont retirés du service et remplacés par des Latécoère Laté 298 qui à terme doivent remplacer les Loire 130.

-Escadrille T2 (Cherbourg-Chantereyne) : seize hydravions torpilleurs Latécoère Laté 298, un détachement de six appareils est déployé à la BAN auxiliaire de Boulogne sur Mer.

-Escadrille T3 (Cherbourg-Chantereyne) : escadrille créée en septembre 1939 à Balaruc (3ème région maritime) mais redéployée au sein de la 1ère région maritime à Cherbourg avec un détachement dans le Nord. Cette unité sert aussi bien pour le torpillage que pour la lutte ASM.

-Escadrille AC-4 : devait être armée à la fin du mois de décembre pour protéger Cherbourg mais cette décision n'à pas eu de conséquences prratiques avant le 15 décembre 1939

-Section d'entrainement de la 1ère région maritime

2ème région maritime (Brest)


Latécoère Laté 290

-Escadrille 1S2 (Lanvéoc-Poulmic) : cette unité est créée à Cherbourg-Chantereyne mais déployé dès le début de la guerre de Pologne dans la BAN principale dans la zone Atlantique. Elle est équipé de trois CAMS 37-11 (qui sont rapidement interdits de vol et ferraillés), de trois CAMS-55 d'entrainement, de six Latécoère Laté 290 et de neuf hydravions type Gourdou-Lesseure 810/811/812/813.

-Escadrille 2S1 (Lanvéoc-Poulmic) : au 1er septembre 1939, cette escadrille dispose de trois CAMS-55 et de quatre Gourdou-Lesseure GL-812

-Section d'Entrainement de Brest :

-Section d'Entrainement de Rochefort :

-Ecole de formation du personnel navigant (Hourtin):

-Section de Servitude d'Hourtin :



CAMS-37

-Escadrille 2S2 (Rochefort) : unité créée au 1er septembre 1939 avec une flotte hétéroclite (trois Lioré et Olivier 20, un Lioré et Olivier Léo 258 et deux CAMS 37E) mais rapidement bon ordre est mis avec pour équipement douze CAMS-37E qui sont armés à Rochefort. L'unité déploie des détachements sur la BAN Saint Trojan sur l'île d'Oléron et à Saint Nazaire.

-Escadrille 2S3 (Lanvéoc-Poulmic) : unité créée le 1er septembre et équipée d'avions PL.10 et PL.14 puis PL.101. Déploie des détachements sur la BAN auxiliaire de Mardyck pour couvrir Dunkerque et le Pas de Calais


PL.101 appontant sur le porte-avions Béarn

-Escadrille 2S4 : unité activée le 1er septembre 1939 avec comme souvent un équipement hétéroclite (deux Gourdou-Lesseurre 812, quatre CAMS-37.11 et un Loire 130. L'unité redevient une unité terrestre en octobre avec des Levasseur PL.10 et PL.101

-Escadrille AC-5 : unité créée le 10 décembre 1939 mais le 15 décembre 1939, elle n'à toujours pas reçu d'appareils. Basée à Lanvéoc-Poulmic pour protéger Brest.

-Escadrille E-2 : unité basée en temps normal à Cherbourg mais quand la guerre de Pologne éclate, elle doit être redeployée à Karouba avec ses sept Bréguet Bizerte mais au final elle rejoint Lanvéoc-Poulmic.


Latécoère Laté 523

-Escadrille E-6 : unité d'exploration basée à Lanvéoc Poulmic équipée de trois Latécoère Laté 523


Latécoère Laté611 Archenar

-Escadrille E-8 : unité d'exploration basée à Lanvéoc Poulmic équipé d'un unique Potez-CAMS 141 et qui doit recevoir le Latécoère Laté 611 et un Bréguet 730 à la fois pour des missions de surveillance et des tests.

3ème région maritime (Toulon)


Gourdou-Lesseure GL.812 au décollage

-Escadrille 3S1 (Hyères-le Palyvestre) : unité d'active de la 3ème région maritime équipée de Gourdou-Lesseure 812 et redéployée à Saint Mandrier pour la protection des approches maritimes de Toulon. Rééquipé par des Lioré et Olivier H43 à l'hiver 1939-40.

-Escadrille 3S2 (Cuers-Pierrefeu) : seule unité de l'aéronautique navale à être équipé d'autogyres Avro C-30 et leur version construite sous licence en France, les Lioré et Olivier C30 et C301 soit un total de treize appareils.

-Escadrille 3S3 (Berre) : équipé de Gourdou-Lesseure GL.810 (cinq), GL.811 (six), GL.812 (cinq) et GL.813 (deux) soit un total de dix-huit appareils. Ils doivent être remplacés par des hydravions-torpilleurs Latécoère Laté 298.

-Escadrille 3S4 (Berre) unité de mobilisation comme l'unité précédente avec un équipement disparatre : trois Farman NC 470, le prototype du NC 471, trois CAMS 55, deux Bréguet-Short Calcutta et le prototype du CAMS 110 qui sera rapidement ferraillé.

-Section d'Entrainement de Berre :

-Cours d'application à la mer :


-Escadrille 3S5 (Hyères-le Palyvestre) unité de mobilisation créée le 30 août 1939 et armée de dix Potez 25 en attendant d'être transformée sur hydravions Lioré et Olivier H43.

-Section d'Entrainement et de Servitude d'Hyères

-Section de Servitude de Marignane



Latécoère Laté 298

-Escadrille T1 (Berre) : escadrille de torpillage équipée de dix Latécoère Laté 298 le 1er septembre 1939, chiffre porté à douze puis à seize ultérieurement.


hydravion Lioré et Olivier Léo H257bis

-Escadrille B1 (Berre): unité équipé de quatorze hydravions Lioré et Olivier H257bis qui est redéployée à Port Lyautey pour des patrouilles ASM, quittant ainsi la 1ère flottille de bombardement (F1B)

-Escadrille B2 (Berre) : unité équipée de dix Lioré et Olivier H257bis intégrée à la 1ère flottille de bombardement (F1B). Au début du moins de décembre, décision est prise de redéployer l'escadrille à Lanvéoc-Poulmic mais la fin du conflit le 15 décembre fait que cette décision n'à pas de suite concrète.

-Escadrille B3 (Berre) : unité équipée de sept Lioré et Olivier H257bis intégrée à la 1ère flottille de bombardement. Sa transformation sur Martin 167 est prévue au printemps 1940

-Escadrille 3S6 (Aspretto) : unité de mobilisation créée le 30 août 1939 avec neuf Levasseur PL.15, deux GL.812 et un Loire 130. Doit recevoir rapidement des Latécoère Laté 298.

Section d'Entrainement et de Servitude d'Aspretto

-Escadrille B4 : la création de cette unité prévue en décembre 1939 est reportée au printemps 1940 probablement sur avions

-Escadrille B5 : la création de cette unité prévue en décembre 1939 est reportée au printemps 1940 probablement sur avions


Bréguet Bizerte

-Escadrille E-1 : unité d'exploration basée à Berre et équipée de huit Bréguet Bizerte. Redéployée à port Lyautey au moment du déclenchement de la guerre pour couvrir les convois Brest-Gibraltar-Casablanca-Dakar

-Escadrille E-3 : unité d'exploration basée à Berre et équipée de six Bréguet Bizerte redéployée à la mi-septembre à Karouba en remplacement de l'Escadrille E-2 initialement prévue.

-Escadrille E-5 : unité d'exploration basée à Berre et équipée de sept appareils Bréguet Bizerte

-Escadrille E-9 : unité créée le 15 octobre 1939 avec cinq Bréguet Bizerte prélévé sur les quatre autres unités. Dissoute en février 1940

-Escadrille E-10 : créée le 15 novembre 1939 avec de vieux Farman 222. Elle doit être la première unité à recevoir le Consolidated PBY Catalina dont trente exemplaires sont commandés à la fin de 1939 pour une livraions prévue au printemps 1940.


Lioré et Olivier H470

-Escadrille E-11 créée le 3 septembre 1939 à Berre avec cinq hydravions Lioré et Olivier Léo H-470 d'Air France réquisitionnés

-Section d'Entrainement de Saint-Mandrier

4ème région maritime (Bizerte)

-Escadrille 4S1 (Karouba) : c'est l'escadrille d'active de surveillance de la 4ème région maritime (Premar IV). Elle est équipée de neuf CAMS 55.2 et trois CAMS 55.10, des appareils déjà anciens mais dont le remplacement était acté par les premiers Bréguet Br790.

-Escadrille 4S2 (Karouba) : escadrille de mobilisation, elle est équipé de trois CAMS 55 et deux Lioré et Olivier 258. Elle doit à terme recevoir une flotte standard sans que le type d'appareil n'ait été encore choisit quand éclate la guerre de Pologne.


Bloch MB-151 en vol

-Escadrille AC-3 : unité créée le 11 décembre 1939 pour renforcer la protection de la base navale de Bizerte. Le personnel est issu des escadrilles d'hydravions de chasse HC1 et HC2 dissoutes à la même date après le retrait du Loire 210. L'Escadrille est équipé de seize Bloch MB-151 pris en compte à Orly avant de rejoindre Sidi-Ahmed.


Loire 70 en vol

-Escadrille E-7 : unité basée à Karouba et équipée de six Loire 70

-Section d'Entrainement de Karouba

-Section de Servitude de Sidi-Ahmed


Autres unités

-Escadrille 8S1 : prévue dans le plan de mobilisation pour être déployée à Port Lyautey mais ne sera pas activée, trois unités étant présente sur la BAN marocaine

-Escadrille 8S2 (Fort de France) : numéro attribuée à la Section de Surveillance des Antilles quand celle-ci devient escadrille (17 septembre). Elle est équipée d'un Gourdou-Leseurre GL.811, de deux GL.812 et d'un GL.813 mais leur remplacement par des Loire 130C (colonial) est acté.

-Escadrille 8S3 (Dakar) : escadrille dont l'activation était prévue dans le plan de mobilisation mais à la fin du mois de septembre, elle n'existe encore que sur le papier.

-Escadrille 8S4 (Tripoli du Liban) : escadrille activée en septembre 1939 avec un hydravion d'Air France réquisitionné (Lioré et Olivier H242) mais qui tarde à recevoir les six Loire 130 que l'unité est censée posséder

-Escadrille 8S5 (Fare Ute): numéro attribuée à la Section de Surveillance de Tahiti équipée d'un CAMS 37.11 et de deux CAMS 55.1

-Escadrille 8S6 (Saïgon) : escadrille armée en septembre 1939 qui reçoit six Loire 130C et deux CAMS 55 pour entrainement.


Latécoère Laté 302

-Escadrille E-4 (Dakar Bel-Air) : escadrille équipée d'un unique Latécoère Laté 301 et de trois Latécoère Laté 302.

F1H : flottille du transport d'hydravions Commandant Teste

-Escadrille HS1 : unité équipée de dix-huit Loire 130 basée à Saint Mandrier lorsque le Commandant Teste est à quai.

-Escadrille HB-1 : c'est l'unité de torpillage de la flottille du Commandant Teste équipée de dix-sept Latécoère Laté 298. Elle est basée à Saint Mandrier lorsque le Commandant Teste est à quai.

-Escadrille HB-2 : unité de torpillage créée en septembre 1939 et basée sur l'étang de Berre lorsque le Commandant Teste est à quai. Equipée de dix Latécoère Laté 298, elle va se spécialiser dans la lutte ASM. Elle rallie Saint Mandrier début novembre mais devant l'enconbrement de l'hydrobase, la décision est prise d'envoyer l'unité en Tunisie à Karouba où elle arrive le 15 décembre 1939....... .

F1A : 1ère flottille d'avions embarquée (porte-avions Béarn)

Ce groupe aérien est basé à Hyères-Le Palyvestre pour profiter du beau-temps sur la côte d'Azur et en dépit du fait que le Béarn est depuis 1936 redéployé à Brest. En septembre 1939, ce groupe aérien est débarqué, le Béarn devant servir de transport d'avions, de ravitailleur d'hydravions et de porte-avions d'entrainement.


L'escadrille AC-1 disposait de Dewoitine D-373 puis des Potez 631


-Escadrille AC-1 : escadrille de chasse normalement embarquée sur le Béarn et équipée de quatre Dewoitine D-373 et de treize Dewoitine D-376. Basée à Lanvéoc-Poulmic, elle cesse d'être une unité embarquée le 5 octobre. Rééquipée de douze Potez 631 début décembre, elle est redeployée à Calais-Marck début décembre

-Escadrille AC-2 : escadrille de chasse normalement embarquée sur le Béarn et équipée de quatre Dewoitine D-373 et de onze Dewoitine D-376. Basée à Hyères-Le Palyvestre, elle est chargée de la protection de Toulon. Début décembre, elle est transformée sur Bloch MB-151 avec quatorze appareils


Vought 156F

-Escadrille AB-1 : quand la guerre éclate, il est équipé de Levasseur PL.7 mais rapidement transformé sur Vought 156F. Redeployé à Lanvéoc-Poulmic, il va servir d'unité d'entrainement au bombardement au profit des futurs pilotes de bombardiers en piqué du Joffre et du Painlevé équipés de Loire Nieuport LN-401

-Escadrille AB-2 : c'est l'escadrille de reconnaissance et de surveillance de la F1A, équipée de Levasseur PL.101 avec Lanvéoc-Poulmic comme base. Elle devait être rééquipée de Loire-Nieuport LN-401 comme unité opérationnelle mais son utilisation comme unité d'entrainement entraine un changement d'équipement. Elle va conserver ses PL.101 pour former pilotes et observateurs destinés aux CAO-600.

-Escadrille AB-3 : escadrille créée en novembre 1939 à Lanvéoc-Poulmic avec pour équipement des Vought 156F. Elle est redeployée début décembre à Calais-Marck qui de base auxiliaire va devenir base aéronavale de premier rang pour soutenir la future ELN.

-Escadrille AB-4 : escadrille dont la création était prévue en décembre 1939 mais la fin de la guerre de la Pologne fait que l'activation de l'unité est reportée sine die

-Section d'Entrainement et de Servitude du Béarn

Groupement d'hydraviation

Loire 130 installé sur la catapulte d'un croiseur léger de type La Galissonnière

-Les hydravions des navires stationnés à Brest sont basés à Lanvéoc-Poulmic et regroupe les hydravions des croiseurs de bataille Dunkerque et Strasbourg, ceux des croiseurs légers Georges Leygues, Montcalm et Gloire ainsi que ceux du croiseur-école Jeanne d'Arc (quoique ce dernier est à l'époque détaché aux Antilles) soit théoriquement dix Loire 130 et deux CAMS-37. A cela s'ajoute les quatre GL.832HY des croiseurs légers Primauguet et Duguay-Trouin détachés à Dakar.

-Les Loire 130 des unités stationnées à Toulon sont abrités à Saint Mandrier quand les navires sont à quai. En septembre 1939, le GH-MED dispose de douze Loire 130 embarqués sur les croiseurs lourds Algérie, Foch, Dupleix, Duquesne, Colbert et Tourville.

-Les Loire 130 des unités stationnées à Mers-El-Kébir sont basés lorsque les navires sont à quai à Arzew ce qui se résume aux deux Loire 130 attachés au cuirassé Lorraine

-Les Loire 130 des unités stationnées à Bizerte sont basés lorsque les navires sont à quai à Karouba. En septembre 1939, on trouve un total de huit Loire 130 : deux pour chacun des quatre croiseurs légers présents en l'occurence l'Emile Bertin, le La Galissonnière, le Jean de Vienne et le La Marseillaise.

A suivre[i]

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)


Dernière édition par clausewitz le Jeu 09 Fév 2012, 13:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: projet uchronique    Mar 07 Fév 2012, 11:32

2-Février 1940 : première réorganisation

Cette réorganisation n'en est en réalité pas une. Il s'agit simplement d'un retour à la situation du «temps de paix» antérieure au 1er septembre : démobilisation des réservistes, déréquisition des appareils civils, dissolution d'unités, fermeture de bases auxiliaires.

Cette première étape doit préparer la future réorganisation de l'Aviation Navale, conséquence de la réorganisation de la marine nationale.

A-Bases

Photo actuelle de la base de Lanvéoc-Poulmic

-La base centrale de l'Aéronautique Navale reste à Orly avec son annexe des Mureaux. Elle ne chôme pas bien au contraire et voit son emprise agrandie.

-Les bases de Lanvéoc-Poulmic près de Brest, celle de Cherbourg-Chantereyne en Normandie et celle de Berre sur l'étang du même nom au nord de Marseille restent les principales bases de l'Aviation Navale.

-Elles sont relayées sur la côte nord-ouest par la base aéronavale de Rochefort et celle de Hourtin qui est une base-école et en Méditerranée par celle de Saint Mandrier, Hyères Cuers-Pierrefeu, Frejus Saint Raphaël et Aspretto. En Afrique du Nord, l'aéronautique navale dispose de quatre bases aéronavales : Port Lyautey au Maroc, Arzew en Algérie, Sidi Ahmed et Karouba en Tunisie. Cette situation se poursuit après février 1940.

-Aux Antilles, la section de surveillance est basée à Fort de France-Schoelcher, en AOF nous trouvons la BAN de Dakar-Bel Air et à Tahiti la BAN de Fare-Ute à Papeete sans oublier au Liban, la BAN de Tripoli du Liban. Ces bases sont confortées, agrandies et réoutillées.

-La quasi-totalité des bases aéronavales auxiliaires sont désactivées à l'exception de celle de Calais-Marck (couverture de Dunkerque, future base de l'ELN), Querqueville (pour désengorger Cherbourg-Chantereyne), Lorient (pour désengorger Lanvééoc-Poulmic) et celle de l'étang de Thau pour désengorger celle de l'étang de Berre.

-Une base est établie à Djibouti et une autre à Diego-Suarez pour couvrir la montée en puissance des FNAEF. Même chose à Nouméa, la position de la Nouvelle Calédonie était jugée primordiale en cas de conflit avec le Japon et son dévellopement à ravi les australiens toujours suspicieux quand à la volonté de Londres de défendre l'Empire.

-La décision de construire une base navale à Cam-Ranh enraine la construction d'une base aéronavale à proximité qui disposera d'installations auxiliaires à Haïphong et à Pnom-Penh. La base de Than-Son-Nhut près de Saïgon pourra servir de base de réserve et servira en tout cas de lieu de regroupement où les nouveaux appareils affectés aux FNFEO seront pris en charge par leurs équipages.

B-Unités

1ère région maritime (Cherbourg)

-Escadrille 1S1 (Cherbourg-Chantereyne) : toujours active en février 1940. Sa flotte restant finalement mixte finit par poser problème et elle est donc divisée en deux : les sept puis douze Latécoère Laté 298 restent à l'escadrille 1S1 mais les huit Loire 130 forment une nouvelle escadrille installée à Querqueville.

-Escadrille 1S2 (Querqueville) : escadrille créée le 2 février 1940 avec les huit Loire 130 provenant de la 1S1

-Escadrille T2 (Cherbourg-Chantereyne) : seize hydravions torpilleurs Latécoère Laté 298 dont six détachés dans le Nord, d'abord à Boulogne sur Mer puis à Calais-Mark

-Escadrille T3 (Cherbourg-Chantereyne) : escadrille créée en septembre 1939 à Balaruc (3ème région maritime) mais redéployée au sein de la 1ère région maritime à Cherbourg avec un détachement dans le Nord. Cette unité sert aussi bien pour le torpillage que pour la lutte ASM. Le 4 février 1940, elle rejoint Landevennec près de Lorient.


Curtiss H-75

-Escadrille AC-4 (Cherbourg-Chantereyne) : escadrille de chasse destinée à protéger Cherbourg. Elle reçoit douze Curtiss H-75 de l'armée de l'air

-Section d'Entrainement de Cherbourg : dispose de huit North Américan NA-57 et de six CAMS-37

2ème région maritime (Brest)

-Escadrille 1S2 (Lanvéoc-Poulmic) : dissoute en janvier 1940, numéro repris par une nouvelle escadrille

-Escadrille 2S1 (Lanvéoc-Poulmic) : au 1er septembre 1939, cette escadrille dispose de trois CAMS-55 et de quatre Gourdou-Lesseure GL-812. Son équipement est modernisé en janvier 1940 quand elle reçoit huit Loire 130 en remplacement de ces CAMS-55 et de ces GL-812

-Escadrille 2S2 (Rochefort) : dissoute en janvier 1940

-Escadrille 2S3 (Lanvéoc-Poulmic) : unité regroupée fin janvier 1940 à Lanvéoc-Poulmic puis mise en sommeil faute de matériel disponible

-Escadrille 2S4 : (Lanvéoc-Poulmic) unité regroupée fin janvier 1940 à Lanvéoc-Poulmic puis mise en sommeil faute de matériel disponible


-Escadrille AC-5 : unité créée le 10 décembre 1939 mais le 15 décembre 1939, elle n'à toujours pas reçu d'appareils. Basée à Lanvéoc-Poulmic pour protéger Brest, elle reçoit douze Curtiss H-75 en janvier 1940.


Bloch MB-175T

-Escadrille B5 : mise en sommeil en attendant de recevoir des Bloch MB-175T d'attaque maritime à l'été 1940 et devrait s'installer à Lorient

-Escadrille E-2 :toujours active à Lanvéoc-Poulmic avec ses Bréguet Bizerte dont le nombre passe de sept à douze

-Escadrille E-6 : toujours active à Lanvéoc-Poulmic avec deux Latécoère Laté 523 et un Laté 521, le Laté 522 à été rendu à Air France à la fin du mois de janvier.


Le prototype du Bréguet Br730

-Escadrille E-8 : unité d'exploration basée à Lanvéoc Poulmic équipé d'un unique Potez-CAMS 141 et qui doit recevoir le Latécoère Laté 611 et un Bréguet 730 à la fois pour des missions de surveillance et des tests. En février 1940, Elle est transformée en section d'entrainement et d'évaluation et redeployée à Hourtin, devenant en septembre 1940 Escadrille d'Entrainement de l'Atlantique.


North-American NA-57

-Section d'Entrainement de Brest : huit North-American NAA-57 et quatre CAMS-55

-Section d'Entrainement de Rochefort : dissoute en février 1940, son personnel renforça la future EEA à Hourtin

-Ecole de pilotage et du personnel volant : basée à Rochefort, elle reprend les traditions de la Section d'Entrainement de Rochefort. Elle dispose de six North-American NAA-57, de quatre CAMS-55 et deux Bloch MB-131

-Ecole du Personnel Volant : fusionne en février 1940 avec l'école de pilotage

-Section de Servitude d'Hourtin : dispose de deux CAMS-55 désarmés pour la liaison et le transport même si sa tache consiste surtout à entretenir les installations de cette base-école.

3ème région maritime (Toulon)

Lioré et Olivier H43 sur une catapulte du Commandant Teste. Appareil connu également sous le nom peu flatteur de "baignoire volante"

-Escadrille 3S1 (Hyères-le Palyvestre) : toujours active en février 1940 avec douze Lioré et Olivier H43 qui doivent être prochainement remplacés par des appareils plus modernes.


Lioré et Olivier C30

-Escadrille 3S2 (Cuers-Pierrefeu) : seule unité de l'aéronautique navale à être équipé d'autogyres Avro C-30 et leur version construite sous licence en France, les Lioré et Olivier C30 et C301 soit un total de treize appareils. Toujours active en février 1940

-Escadrille 3S3 (Berre) : les dix-huit appareils de type Gourdou-Lesseure ont été remplacé en février 1940 par seize Latécoère Laté 298.

-Escadrille 3S4 (Berre) escadrille dissoute le 5 janvier 1940

-Section d'Entrainement de Berre : quatre CAMS-55

-Cours d'application à la mer : pas d'appareils

-Escadrille 3S5 (Hyères-le Palyvestre) unité de mobilisation créée le 30 août 1939 et armée de dix Potez 25 en attendant d'être transformée sur hydravions Lioré et Olivier H43. La fin de la guerre annule cette transformation et l'escadrille est dissoute le 21 décembre 1939.

-Section d'Entrainement et de servitude d'Hyères : deux CAMS-55 et deux CAMS-37 plus deux Bloch MB-131 et quatre Morane Saulnier MS-230

-Escadrille 3S6 (Aspretto) : unité de mobilisation créée le 30 août 1939 avec neuf Levasseur PL.15, deux GL.812 et un Loire 130. Elle reçoit au mois de décembre 1939 douze Latécoère Laté 298

-Section d'Entrainement et de servitude d'Aspretto : deux CAMS-55

-Escadrille T1 (Berre) : escadrille de torpillage équipée de dix Latécoère Laté 298 le 1er septembre 1939, chiffre porté à douze puis à seize ultérieurement.

-Escadrille B1 (Berre): l'unité reste déployée à Port lyautey avec ses vieux hydravions qui doivent être remplacés par des Léo 451 de bombardement et de torpillage.

-Escadrille B2 (Berre) : l'unité reste en service avec ses vieux hydravions mais doit recevoir les derniers Bréguet Bizerte produits d'ici le mois de mars


Martin 167F

-Escadrille B3 (Berre) : unité équipée de sept Lioré et Olivier H257bis intégrée à la 1ère flottille de bombardement. Sa transformation sur Martin 167 est prévue au printemps 1940

-Section de Servitude de Marignane : pas d'appareils

-Section d'Entrainement de Saint Mandrier : deux CAMS-55

-Escadrille B4 : doit recevoir des Bloch MB-175T d'attaque maritime à l'été 1940 et devrait s'installer à Fréjus-Saint Raphaël

-Escadrille E-1 : unité d'exploration basée à Berre et équipée de huit Bréguet Bizerte. Redéployée à port Lyautey au moment du déclenchement de la guerre pour couvrir les convois Brest-Gibraltar-Casablanca-Dakar

-Escadrille E-3 : unité d'exploration basée à Berre et équipée de six Bréguet Bizerte redéployée à la mi-septembre à Karouba en remplacement de l'Escadrille E-2 initialement prévue.

-Escadrille E-5 : unité d'exploration basée à Berre et équipée de sept Bréguet Bizerte

-Escadrille E-9 : unité créée le 15 octobre 1939 avec cinq Bréguet Bizerte prélévé sur les quatre autres unités

-Escadrille E-10 créée le 15 novembre 1939 avec de vieux Farman 222. Elle doit être la première unité à recevoir le Consolidated PBY Catalina dont trente exemplaires sont commandés à la fin de 1939 pour une livraions prévue au printemps 1940 mais les retards de livraison font que l'unité sans avoir eu d'existence opérationnelle est dissoute à la fin du mois de février.

-Escadrille E-11 créée le 3 septembre 1939 à Berre avec cinq hydravions Lioré et Olivier Léo H-470 d'Air France réquisitionnés. Appareils rendus le 20 janvier 1940 et l'escadrille est dissoute le lendemain 21 janvier.

4ème région maritime (Bizerte)

-Escadrille 4S1 (Karouba) : c'est l'escadrille d'active de surveillance de la 4ème région maritime (Premar IV). Elle est équipée de neuf CAMS 55.2 et trois CAMS 55.10, des appareils déjà anciens mais dont le remplacement était acté par les premiers Bréguet Br790 dont la livraison est prévu pour l'été 1940.

-Escadrille 4S2 (Karouba) : escadrille dissoute en janvier 1940

-Escadrille AC-3 (Sidi-Ahmed) : unité créée le 11 décembre 1939 pour renforcer la protection de la base navale de Bizerte. Equipée de Bloch 151, elle doit recevoir des appareils plus modernes, probablement des D-520 même si l'armée de l'air renacle à céder son chasseur le plus moderne

-Escadrille E-7 : unité basée à Karouba et équipée de six Loire 70. Cet appareil qui connait d'importants problèmes techniques est interdit de vol le 12 février après deux accidents. L'escadrille est faute de mieux rééquipé par huit Lioré et Olivier H43 à l'origine prévue pour l'escadrille 3S5.

-Section d'Entrainement de Karouba : deux CAMS-55


Bloch MB-131

-Section d'Entrainement de Sidi-Ahmed : deux Bloch MB-131 et huit Morane Saulnier MS-230

Autres unités

-Escadrille 8S2 (Fort de France) : numéro attribuée à la Section de Surveillance des Antilles quand celle-ci devient escadrille (17 septembre). Elle est équipée d'un Gourdou-Leseurre GL.811, de deux GL.812 et d'un GL.813 mais leur remplacement par des Loire 130C (colonial) est acté et doit être effectif à l'automne

-Escadrille 8S3 (Dakar) : escadrille dont l'activation était prévue dans le plan de mobilisation mais à la fin du mois de septembre, elle n'existe encore que sur le papier. Elle est finalement activée début février avec des Gourdou-Lesseure GL.812 de seconde main.

-Escadrille 8S4 (Tripoli du Liban) : elle reçoit six Loire 130 le 5 février 1940

-Escadrille 8S5 (Fare Ute): numéro attribuée à la Section de Surveillance de Tahiti équipée d'un CAMS 37.11 et de deux CAMS 55.1. Ces appareils sont toujours en service en février 1940

-Escadrille 8S6 (Saïgon) : escadrille armée en septembre 1939 qui reçoit six Loire 130C et deux CAMS 55 pour entrainement. Doit être redéployée à Cam-Ranh

-Escadrille E-4 (Dakar Bel-Air) : escadrille équipée d'un unique Latécoère Laté 301 et de trois Latécoère Laté 302. Les appareils rapidement usés sont peu à peu cloués au sol et pour ne pas immobiliser inutilement un personnel précieux, l'escadrille est dissoute en janvier 1940.

F1H : flottille du transport d'hydravions Commandant Teste

La flottille F1H est dissoute en janvier 1940 quand le Commandant Teste cesse d'être un transport d'hydravions. Les escadrilles sont rattachées aux régions maritimes où elles sont stationnées

-Escadrille HS1 : unité équipée de dix-huit Loire 130 basée à Saint Mandrier lorsque le Commandant Teste est à quai. Elle reste basée à Saint Mandrier avec huit appareils mais cinq sont déployés à Aspretto et cinq sur l'étang de Thau pour couvrir la région de port Vendres

-Escadrille HB-1 : c'est l'unité de torpillage de la flottille du Commandant Teste équipée de dix-sept Latécoère Laté 298. Elle est toujours basée à Saint Mandrier.

-Escadrille HB-2 : unité de torpillage et de lutte ASM basée à Karouba avec ses douze Latécoère Laté 298. Elle est dépend de la 4ème région maritime.

F1A : 1ère flottille d'avions embarquée (porte-avions Béarn)

Ce groupe aérien est basé à Hyères-Le Palyvestre pour profiter du beau-temps sur la côte d'Azur et en dépit du fait que le Béarn est depuis 1936 redéployé à Brest. En septembre 1939, ce groupe aérien est débarqué, le Béarn devant servir de transport d'avions, de ravitailleur d'hydravions et de porte-avions d'entrainement. La F1A est officiellement dissoute le 27 janvier 1940 et ses escadrilles rattachées aux régions maritimes

-Escadrille AC-1 : escadrille de chasse normalement embarquée sur le Béarn et équipée de quatre Dewoitine D-373 et de treize Dewoitine D-376. Basée à Lanvéoc-Poulmic, elle cesse d'être une unité embarquée le 5 octobre. Rééquipée de douze Potez 631 début décembre, elle est redeployée à Calais-Marck début décembre et y est toujours déployée en février 1940

-Escadrille AC-2 : escadrille de chasse normalement embarquée sur le Béarn et équipée de quatre Dewoitine D-373 et de onze Dewoitine D-376. Basée à Hyères-Le Palyvestre, elle est chargée de la protection de Toulon. Début décembre 1939, elle est transformée sur Bloch MB-151 avec quatorze appareils.

-Escadrille AB-1 : quand la guerre éclate, il est équipé de Levasseur PL.7 mais rapidement transformé sur Vought 156F. Redeployé à Lanvéoc-Poulmic, il va servir d'unité d'entrainement au bombardement au profit des futurs pilotes de bombardiers en piqué du Joffre et du Painlevé équipés de Loire Nieuport LN-401

-Escadrille AB-2 : c'est l'escadrille de reconnaissance et de surveillance de la F1A, équipée de Levasseur PL.101 avec Lanvéoc-Poulmic comme base. Elle devait être rééquipée de Loire-Nieuport LN-401 comme unité opérationnelle mais son utilisation comme unité d'entrainement entraine un changement d'équipement. Elle va conserver ses PL.101 pour former pilotes et observateurs destinés aux CAO-600.

-Escadrille AB-3 : escadrille créée en novembre 1939 à Lanvéoc-Poulmic avec pour équipement des Vought 156F. Elle est redeployée début décembre à Calais-Marck qui de base auxiliaire va devenir base aéronavale de premier rang pour soutenir la future ELN. Escadrille toujours armée en février 1940

-Section de Servitude et d'Entrainement du Béarn : sert à terre pour les taches de soutien et de liaison avec deux Bloch MB-220 acquis auprès de la compagnie Air France mais surtout d'entrainement à terre et embarqué avec deux Bloch MB-131, huit Morane-Saulnier MS-230 et quatre North American NA-57


Gourdou-Lesseure GL.832 catapulté

Groupement d'hydraviation : pas d'évolution par rapport au schéma de septembre 1939

Pour résumer, l'Aviation Navale à le visage suivant à l'issu de ce retaillage de février 1940 :

Premar I :

-Escadrille 1S1 (Cherbourg-Chantereyne) : douze hydravions Latécoère Laté 298

-Escadrille 1S2 (Querqueville) : huit Loire 130

-Escadrille T2 (Cherbourg-Chantereyne et Calais Mark) : seize Latécoère Laté 298

-Escadrille AC-4 (Cherbourg-Chantereyne) : douze Curtiss H-75

-Escadrille AC-1 (Calais-Marck) : douze Potez 631

-Escadrille AB-3 : (Calais-Marck) douze Vought 156F

-Section d'Entrainement de Cherbourg : huit North Américan NAA-57 et de six CAMS-37

Total : vingt-huit Latécoère Laté 298, huit Loire 130,six CAMS-37, huit NAA-57 douze Curtiss H-75, douze Potez 631 et douze Vought 156F soit un total de quarante-deux hydravions et de quarante-quatre avions soit 86 appareils

Premar II

-Escadrille 2S1 (Lanvéoc-Poulmic) : huit Loire 130

-Escadrille AC-5 : (Lanvéoc-Poulmic) : douze Curtiss H-75

-Escadrille B5 : (Lorient) : mise en sommeil en attendant son rééquipement avec des Bloch MB-175T

-Escadrille AB-1 : (Lanvéoc-Poulmic) : douze Vought 156F

-Escadrille AB-2 : (Lanvéoc-Poulmic) : dix Levasseur PL.101

-Escadrille T3 (Lorient-Lann Bihoué) : dix-huit Latécoère Laté 298

-Escadrille E-2 : (Lanvéoc-Poulmic) douze Bréguet Bizerte

-Escadrille E-6 : (Lanvéoc-Poulmic) deux Latécoère Laté 523 et un Laté 521

-Escadrille E-8 : (Hourtin) un Potez-CAMS 141, Latécoère Laté 611 et un Bréguet 730 à la fois pour des missions de surveillance et des tests. Elle est transformée en section d'entrainement et d'évaluation et redeployée à Hourtin.

-Section d'Entrainement de Brest : huit North-American NAA-57 et quatre CAMS-55

-Ecole de pilotage et du personnel volant : basée à Rochefort, elle reprend les traditions de la Section d'Entrainement de Rochefort. Elle dispose de six North-American NAA-57, de quatre CAMS-55 et deux Bloch MB-131

-Section de Servitude d'Hourtin : dispose de deux CAMS-55 désarmés pour la liaison et le transport même si sa tache consiste surtout à entretenir les installations de cette base-école.

-Section de Servitude et d'Entrainement du Béarn : sert à terre pour les taches de soutien et de liaison avec deux Bloch MB-220 acquis auprès de la compagnie Air France mais surtout d'entrainement à terre et embarqué avec deux Bloch MB-131, huit Morane-Saulnier MS-230 et quatre North American NAA-57

Total : huit Loire 130, dix-huit Latécoère Laté 298, douze Bréguet Bizerte, dix CAMS-55, deux Latécoère Laté 523, un Latécoère Laté 521, un Potez-CAMS 141, un Latécoère Laté 611, un Bréguet 730, douze Curtiss H-75, dix Levasseur PL.101 dix-huit NAA-57, deux Bloch MB-220, quatre Bloch MB-131 et huit Morane-Saulnier MS-230 et douze Vought 156F : 54 hydravions et 66 avions soit un total de 120 appareils

Premar III

-Escadrille 3S1 (Hyères-le Palyvestre) : douze Lioré et Olivier H43

-Escadrille 3S2 (Cuers-Pierrefeu) : douze Lioré et Olivier C30 et C301

-Escadrille 3S3 (Berre) : seize Latécoère Laté 298.

-Escadrille 3S6 (Aspretto) : douze Latécoère Laté 298

-Escadrille T1 (Berre) : seize Latécoère Laté 298

-Escadrille B1 (Port Lyautey) : quatorze Lioré et Olivier H257bis

-Escadrille B2 (Berre) : dix Lioré et Olivier H257bis

-Escadrille B3 (Berre) : sept Lioré et Olivier H257bis

-Escadrille B4 : mise en sommeil en attendant de recevoir des Bloch MB-175T d'attaque maritime à l'été 1940

-Escadrille HS1 : dix-huit Loire 130 basée à Saint Mandrier avec huit appareils mais cinq sont déployés à Aspretto et cinq sur l'étang de Thau pour couvrir la région de Port Vendres

-Escadrille HB-1 : (Saint Mandrier) seize Latécoère Laté 298.

-Escadrille E-1 (Port-Lyautey) : huit Bréguet Bizerte

-Escadrille E-5 (Berre) : sept Bréguet Bizerte

-Escadrille AC-2 (Hyères-Le Palyvestre) quatorze Bloch MB-151

-Section d'Entrainement de Berre : quatre CAMS-55

-Section d'Entrainement et de servitude d'Hyères : deux CAMS-55 et deux CAMS-37 plus deux Bloch MB-131 et quatre Morane Saulnier MS-230

-Section d'Entrainement et de servitude d'Aspretto : deux CAMS-55

-Section d'Entrainement de Saint Mandrier : deux CAMS-55

Total : dix-huit Loire 130, soixante Latécoère Laté 298, douze Lioré et Olivier H43, douze autogyres lioré et Olivier C30 et C301, trente et un Lioré et Olivier H-257bis, quinze Bréguet Bizerte dix CAMS-55, deux CAMS-37, deux Bloch MB-131, quatre Morane-Saulnier MS-230 et quatorze Bloch MB-151 soit un total de 128 hydravions, 12 autogyres et 20 avions soit un total de 160 aéronefs.

Premar IV

-Escadrille 4S1 (Karouba) : neuf CAMS 55.2 et trois CAMS 55.10

-Escadrille AC-3 (Sidi-Ahmed) : seize Bloch 151

-Escadrille HB-2 (Karouba) : douze Latécoère Laté 298

-Escadrille E-3 (Karouba) :six Bréguet Bizerte

-Escadrille E-7 : (Karouba) : huit Lioré et Olivier H43

-Section d'Entrainement de Karouba : deux CAMS-55

-Section d'Entrainement de Sidi-Ahmed : deux Bloch MB-131 et huit Morane Saulnier MS-230

Total : seize Bloch MB-151, deux Bloch MB-131, huit Morane-Saulnier MS-230, onze CAMS 55, trois CAMS 55.10, douze Latécoère Laté 298, six Bréguet Bizerte et huit Lioré et Olivier H43 soit un total de vingt-six avions et de trente-deux hydravions soit un total de 54 aéronefs

Autres unités

-Escadrille 8S2 (Fort de France) : un Gourdou-Leseurre GL.811, deux GL.812 et d'un GL.813

-Escadrille 8S3 (Dakar) : huit Gourdou-Lesseure GL.812

-Escadrille 8S4 (Tripoli du Liban) : six Loire 130

-Escadrille 8S5 (Fare Ute): un CAMS 37.11 et de deux CAMS 55.1.

-Escadrille 8S6 (Saïgon) : six Loire 130C et deux CAMS 55

Total : douze Loire 130, quatre CAMS-55, un CAMS 37.11, dix GL.812, un GL.811 et un GL.813 soit un total de vingt-neuf hydravions

Groupement d'hydraviation

-Les Loire 130 des unités de la 1ère Escadre et de la 3ème Escadre légère sont basés à Lanvéoc-Poulmic. En septembre 1940, le Groupement d'Hydraviation de l'Atlantique (GH-ATL) dispose de dix Loire 130 pour les cinq croiseurs de la 3ème EL (croiseurs lourds Foch et Colbert, croiseurs légers Gloire Montcalm et Georges Leygues) et deux CAMS-37 pour la Jeanne d'Arc

-Les Loire 130 des unités basées à Toulon sont basés lorsque les navires sont à quai à Saint Mandrier. En septembre1940, le Groupement d'Hydraviation de la Méditerranée (GH-MED) dispose de seize Loire 130 (cuirassé Lorraine, croiseurs de bataille Dunkerque et Strasbourg, croiseurs lourds Algérie, Tourville, Duquesne, Suffren et Dupleix) mais également six Gourdou-Lesseure GL.832HY embarqués sur les croiseurs légers Duguay-Trouin, Lamotte-Picquet et Primauguet

-Les Loire 130 des unités basées à Bizerte sont basés lorsque les navires sont à quai à Karouba et en septembre 1940, la 6ème Escadre Légère dispose de huit Loire 130 pour le croiseur léger mouilleur de mines Emile Bertin et les croiseurs légers La Galissonnière, Jean de Vienne et La Marseillaise.

Total : 34 Loire 130, six Gourdou-Lesseure GL.832HY et deux CAMS 37.2 soit un total de 42 hydravions

A suivre

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)


Dernière édition par clausewitz le Jeu 09 Fév 2012, 13:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: projet uchronique    Mer 08 Fév 2012, 11:06

3-La grande réorganisation de septembre 1940

Le 15 septembre 1940, le contre-amiral Lartigue est promu au grade d'amiral. Il cesse d'être commandant de l'Aéronautique Navale pour devenir commandant de l'Aviation Navale. Il dépend directement du Grand Amiral de la Flotte, François Darlan.

Son état-major installé à Paris à autorité sur des commandements régionaux dirigés par des contre-amiraux. Ces commandements régionaux sont chargés de la préparation opérationnelle des unités et de leur soutien logistique.

Pour leur emploi, ils sont mis à la disposition des différentes escadres et/ou flottes, l'amiral de la flotte, le vice-amiral ou le contre-amiral disposant d'un adjoint commandant les unités déployés dans sa zone de responsabilité.

Après plusieurs hésitations, on décide de regrouper les escadrilles en flottilles «régionales», une flottille étant (théoriquement) rattachée à une base. Ces flottilles portent des numéros impairs pour la Flotte de l'Atlantique et des numéros pairs pour la Flotte de la Méditerranée

A-ordre de bataille de l'Aviation Navale en septembre 1940

-EMGAN (Etat-Major Général de l'Aviation Navale) : Paris

-Commandement Nord de l'Aviation Navale (CNAN) (Cherbourg-Chantereyne)

1ère flottille d'hydravions

-Escadrille 1S1 (Cherbourg-Chantereyne) : douze Latécoère Laté 298

-Escadrille T2 (Cherbourg-Chantereyne et Calais Mark) : seize Latécoère Laté 298

-Escadrille 1S2 (Querqueville) : huit Loire 130

Total : vingt-huit Latécoère Laté 298 et huit Loire 130 soit un total de 36 hydravions

1ère flottille d'aviation navale

-Escadrille AC-1 (Calais-Marck) : douze Potez 631

-Escadrille AB-3 : (Calais-Marck) douze Vought 156F

-Escadrille AC-4 (Cherbourg-Chantereyne) : douze Curtiss H-75

Total : douze Potez 631, douze Vought 156F et douze Curtiss H-75 soit un total de 36 avions

-Section d'Entrainement de Cherbourg : dispose de huit North Américan NAA-57 et de six CAMS-37

Total CNAN : 42 hydravions (vingt-huit Laté 298 huit Loire 130 et six CAMS-37) et 44 avions (douze Potez 631, douze Vought 156F douze Curtiss H-75 et huit NAA-57)

Commandement Atlantique de l'Aviation Navale (CAAN) (Lanvéoc-Poulmic)

3ème flottille d'hydravions

-Escadrille 2S1 (Lanvéoc-Poulmic) : huit Loire 130

-Escadrille E-2 : (Lanvéoc-Poulmic) douze Bréguet Bizerte

-Escadrille E-6 : (Lanvéoc-Poulmic) deux Latécoère Laté 523 et un Laté 521

Total : huit Loire 130, douze Bréguet Bizerte, deux Latécoère Laté 523 et un Laté 521 soit un total de vingt trois hydravions

3ème flottille d'aviation

-Escadrille AC-5 : (Lanvéoc-Poulmic) : douze Curtiss H-75

-Escadrille AB-1 : (Lanvéoc-Poulmic) : douze Vought 156F

-Escadrille AB-2 : (Lanvéoc-Poulmic) : dix Levasseur PL.101

Total : douze Curtiss H-75, douze Vought 156F et dix Levasseur PL.101 soit un total de 34 avions

5ème flottille d'aviation

-Escadrille B5 : (Lorient-Lann Bihoué) : mise en sommeil en attendant son rééquipement avec des Bloch MB-175T

-Escadrille T3 (Lorient-Lann Bihoué) : dix-huit Latécoère Laté 298

Total : dix-huit hydravions Latécoère Laté 298.

-Escadrille E-8 : (Hourtin) un Potez-CAMS 141, Latécoère Laté 611 et un Bréguet 730 à la fois pour des missions de surveillance et des tests. Elle est transformée en section d'entrainement et d'évaluation et redeployée à Hourtin.

-Escadrille 8S3 (Dakar) : huit Gourdou-Lesseure GL.812

-Section d'Entrainement de Brest : huit North-American NAA-57 et quatre CAMS-55

-Ecole de pilotage et du personnel volant : basée à Rochefort, elle reprend les traditions de la Section d'Entrainement de Rochefort. Elle dispose de six North-American NAA-57, de quatre CAMS-55 et deux Bloch MB-131

-Section de Servitude d'Hourtin : dispose de deux CAMS-55 désarmés pour la liaison et le transport même si sa tache consiste surtout à entretenir les installations de cette base-école.

-Section de Servitude et d'Entrainement du Béarn : sert à terre pour les taches de soutien et de liaison avec deux Bloch MB-220 acquis auprès de la compagnie Air France mais surtout d'entrainement à terre et embarqué avec deux Bloch MB-131, huit Morane-Saulnier MS-230 et quatre North American NAA-57

Total des unités hors-rang : un Potez-CAMS 141, un Latécoère Laté 611, un Bréguet 730, huit Gourdou-Lesseure GL.812, dix CAMS-55, dix-huit North American NAA-57, huit Morane-Saulnier MS-230, deux Bloch MB-131 et deux Bloch MB-220 soit un total de vingt et un hydravions et trente avions soit un total de cinquante et un appareils

Groupement d'hydraviation de l'Atlantique

Regroupe les hydravions des croiseurs et des cuirassés des 1ère et 3ème Escadre Légères soit dix hydravions Loire 130 (croiseurs lourds Foch Colbert, croiseurs légers Gloire Montcalm Georges Leygues) et deux CAMS-37 du croiseur-école Jeanne d'Arc

Total : le CAAN dispose de 74 hydravions (18 Loire 130, 12 Bréguet Bizerte, 2 Latécoère Laté 523, 1 Latécoère Laté 521, 1 Potez-CAMS 141, 1 Latécoère Laté 611, 1 Bréguet 730, 8 Gourdou-Lesseure GL.812 10 CAMS-55 et 2 CAMS-37) et de 66 avions (12 Curtiss H-75, 18 NAA-57, 8 MS-230, 2 Bloch MB-131, 2 Bloch MB-220, 12 Vought 156F et 16 Levasseur PL.101) soit un total de 140 appareils

Commandement Nord-Méditerranéen de l'Aviation Navale (CNMAN) (Hyeres-Le Palyvestre)

2ème flottille d'hydravions

-Escadrille 3S1 (Hyères-le Palyvestre) : douze Lioré et Olivier H43

-Escadrille 3S2 (Cuers-Pierrefeu) : douze Lioré et Olivier C30 et C301

-Escadrille 3S3 (Berre) : seize Latécoère Laté 298.

-Escadrille T1 (Berre) : seize Latécoère Laté 298

-Escadrille 3S6 (Aspretto) : douze Latécoère Laté 298

Total : quarante-quatre Latécoère Laté 298, douze Lioré et Olivier H43 et douze Lioré et Olivier C30 et C301 soit un total de 56 hydravions et 12 autogyres soit 68 aéronefs.

4ème flottille d'hydravions

-Escadrille B2 (Berre) : dix Lioré et Olivier H257bis

-Escadrille B3 (Berre) : sept Lioré et Olivier H257bis

-Escadrille HS1 (Saint Mandrier) : dix-huit Loire 130 basée à Saint Mandrier avec huit appareils, cinq sont déployés à Aspretto et cinq sur l'étang de Thau pour couvrir la région de Port Vendres

-Escadrille HB-1 : (Saint Mandrier) seize Latécoère Laté 298

-Escadrille E-5 (Berre) : sept Bréguet Bizerte

Total : dix-sept Lioré et Olivier H257bis, dix-huit Loire 130, seize Latécoère Laté 298 et sept Bréguet Bizerte soit un total de 58 hydravions.

2ème flottille d'aviation navale

-Escadrille B4 : doit recevoir des Bloch MB-175T d'attaque maritime à l'été 1940

-Escadrille AC-2 (Hyères-Le Palyvestre) quatorze Bloch MB-151

Total : quatorze Bloch MB-151

Groupement d'hydraviation de la Méditerranée

Regroupe les hydravions des croiseurs et des cuirassés basés à Toulon en l'occurence quatorze Loire 130 et six Gourdou-Lesseure GL.812

-Section d'Entrainement de Berre : quatre CAMS-55

-Section d'Entrainement et de servitude d'Hyères : deux CAMS-55 et deux CAMS-37 plus deux Bloch MB-131 et quatre Morane Saulnier MS-230

-Section d'Entrainement et de servitude d'Aspretto : deux CAMS-55

-Section d'Entrainement de Saint Mandrier : deux CAMS-55

Total : le CNMAN dispose de 139 hydravions (60 Latécoère Laté 298, 32 Loire 130, 17 Lioré et Olivier H257bis, 12 Lioré et Olivier H43, 10 CAMS-55, 6 Gourdou-Lesseure GL-812 et 2 CAMS-37), de 18 avions (14 chasseurs Bloch MB-151, 2 Bloch MB-131 et 2 MS-230) et 12 autogyres soit un total 169 appareils

Commandement Sud-Méditerranéen de l'Aviation Navale (CSMAN) (Karouba)

6ème flottille d'hydravions

-Escadrille B1 (Port Lyautey) : quatorze Lioré et Olivier H257bis

-Escadrille E-1 (Port-Lyautey) : huit Bréguet Bizerte

Total : quattorze Lioré et Olivier H257bis et huit Bréguet Bizerte soit un total de 22 hydravions

8ème flottille d'hydravions

-Escadrille 4S1 (Karouba) : neuf CAMS 55.2 et trois CAMS 55.10

-Escadrille HB-2 (Karouba) : douze Latécoère Laté 298

-Escadrille E-3 (Karouba) :six Bréguet Bizerte

-Escadrille E-7 : (Karouba) : huit Lioré et Olivier H43

Total : douze CAMS 55, douze Latécoère Laté 298, huit Lioré et Olivier H43 et six Bréguet Bizerte soit un total de trente huit hydravions

Hors-rang

-Escadrille AC-3 (Sidi-Ahmed) : seize Bloch 151

Groupement d'hydraviation d'Afrique du Nord

Regroupe les hydravions des croiseurs basés à Bizerte, des croiseurs et des cuirassés basés à Mers-El-Kébir. Aucun croiseur ni aucun cuirassé n'étant basé à Mers-El-Kébir, le GH-AFN ne regroupe en septembre 1940 que les hydravions de la 6ème EL en l'occurence huit Loire 130

-Section d'Entrainement de Karouba : deux CAMS-55

-Section d'Entrainement de Sidi-Ahmed : deux Bloch MB-131 et huit Morane Saulnier MS-230

Total : le CSMAN dispose de 70 hydravions (14 Lioré et olivier H257bis, 14 Bréguet Bizerte, 14 CAMS-55, 12 Latécoère Laté 298,8 Lioré et Olivier H43 et 8 Loire 130) et de 26 avions, 16 chasseurs Bloch MB-151, deux Bloch MB-131 et huit Morane-Saulnier MS-230 soit un total de 96 appareils

Commandement du Levant de l'Aviation Navale (CLAN) (Tripoli du Liban)

-Escadrille 8S4 (Tripoli du Liban) : six Loire 130

A ces six appareils s'ajoute un Potez 452 utilisé par l'aviso colonial La Grandière

Le CLAN dispose donc de sept hydravions

Commandement Antilles-Guyane de l'Aviation Navale (CANGAN)

-Escadrille 8S2 (Fort de France) : un Gourdou-Leseurre GL.811, deux GL.812 et d'un GL.813

A ces quatre appareils s'ajoute deux Potez 452 utilisés par les aviso-coloniaux Lapérouse et Bougainville

Le CANGAN dispose donc de six hydravions

Commandement AEF de l'Aviation Navale (CAEFAN)

En attendant la création d'escadrilles d'hydravions et d'avions, ce commandement ne dispose que de deux Potez 452, un à Diego Suarez et utilisé par l'aviso-colonial D'Entrecasteaux et un autre à Djibouti et utilisé par l'aviso colonial Savorgnan de Brazza

Le CAEFAN dispose donc de deux hydravions

Commandement Pacifique de l'Aviation Navale (CPAN)

-Escadrille 8S5 (Fare Ute): un CAMS 37.11 et de deux CAMS 55.1.

A cela s'ajoute deux Potez 452 utilisés par les aviso coloniaux Rigaux de Genouilly à Nouméa et D'Iberville à Papeete

Le CPAN dispose donc de cinq hydravions

Commandement Indochine de l'Aviation Navale (CIAN)

-Escadrille 8S6 (Saïgon) :six Loire 130C et deux CAMS 55

A cela s'ajoute un Potez 452 utilisé par l'aviso colonial Amiral Charner

Le CIAN dispose donc de neuf hydravions

Total Aviation Navale : A l'automne 1940, l'Aviation Navale dispose d'un total de 520 appareils répartis entre 354 hydravions, 154 avions et 12 autogyres

B-Une simplification de la dénomination :

En octobre 1940, la désignation des escadrilles est également changé pour simplifier la désignation et donner plus de libéralité.

Désormais les escadrilles sont désignés par un chiffre ou un nombre avec une lettre de spécialité : E pour exploration, C pour chasse, B pour bombardement, T pour torpillage, R pour reconnaissance...... . Cela donne l'ordre de bataille suivant :

-Commandement Nord de l'Aviation Navale (CNAN) (Cherbourg-Chantereyne)

1ère Flottille d'hydravions (1ère FH) : escadrille 1T (ex 1S1), escadrille 3T (ex T2), escadrille 1R (ex 1S2)

1ère flottille d'aviation navale : escadrille 3C (ex AC-1) escadrille 1B (ex AB-3) escadrille 1C (ex AC-4)

-Section d'Entrainement de Cherbourg : pas de changement de dénomination

Commandement Atlantique de l'Aviation Navale (CAAN) (Lanvéoc-Poulmic)

-3ème flottille d'hydravions : escadrille 3R (ex 2S1) escadrille 1E (ex E-2) escadrille 3E (ex E-6)

-3ème flottille d'aviation : escadrille 5C (ex AC-5), escadrille 3B (ex AB-1) escadrille 5B (ex AB-2)

-5ème flottille d'aviation : escadrille 5T (ex B5) escadrille 7T (ex T3)

-Hors-rang : escadrille d'entrainement de l'Atlantique (EEA) (ex E-Cool et Escadrille 5R (ex 8S3)

Groupement d'hydraviation de l'Atlantique : Regroupe les hydravions des croiseurs et des cuirassés des 1ère et 3ème Escadre Légères

Les unités suivantes : Section d'Entrainement de Brest, Ecole de pilotage et du personnel volant, la section de Servitude d'Hourtin et la section de Servitude et d'Entrainement du Béarn ne changent pas dénomination

Commandement Nord-Méditerranéen de l'Aviation Navale (CNMAN) (Hyeres-Le Palyvestre)

2ème flottille d'hydravions : escadrille 2R (ex 3S1), escadrille 4R (ex 3S2), escadrille 2T (ex 3S3), escadrille 4T (ex T-1) et escadrille 6T (ex 3S6)

4ème flottille d'hydravions : escadrille 2B (ex B-2), escadrille 4B (ex B-3), escadrille 6R (ex HS-1), escadrille 8T (ex HB-1) et escadrille 2E (ex E-5)

2ème flottille d'aviation navale : escadrille 6B (ex B-4), escadrille 2C (ex AC-2)

-Groupement d'hydraviation de la Méditerranée : Regroupe les hydravions des croiseurs et des cuirassés basés à Toulon

Les unités suivantes : Section d'Entrainement de Berre, Cours d'application à la mer , la Section d'Entrainement et de servitude d'Hyères, la Section d'Entrainement et de servitude d'Aspretto, la Section de Servitude de Marignane et la Section d'Entrainement de Saint Mandrier ne changent pas de dénomination.

Commandement Sud-Méditerranéen de l'Aviation Navale (CSMAN) (Karouba)

6ème flottille d'hydravions : escadrille 8B (ex B-1) et escadrille 4E (ex E-1)

8ème flottille d'hydravions : escadrille 8R (ex 4S1), escadrille 10T (ex HB-2), escadrille 6E (ex E-3) et escadrille 8E (ex E-7)

Hors-rang : escadrille 4C (ex AC-3)

Groupement d'hydraviation d'Afrique du Nord : Regroupe les hydravions des croiseurs basés à Bizerte, des croiseurs et des cuirassés basés à Mers-El-Kébir

Les sections d'entrainement de Karouba et de Sidi-Ahmed ne changent pas de dénomination

Commandement du Levant de l'Aviation Navale (CLAN) (Tripoli du Liban)

-Escadrille 10R (ex 8S4)

Commandement des Antilles de l'Aviation Navale (CANGAN)

-Escadrille 7R (ex 8S2)

Commandement Pacifique de l'Aviation Navale (CPAN)

-Escadrille 9R (ex 8S5)

Commandement Indochine de l'Aviation Navale (CIAN)

-Escadrille 11R (ex 8S6)

A suivre

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)


Dernière édition par clausewitz le Jeu 09 Fév 2012, 14:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: projet uchronique    Jeu 09 Fév 2012, 10:53

4-septembre 1940-septembre 1948 : une métamorphose prodigieuse

Sous l'impulsion de l'amiral Lartigue puis à partir de 1945 de l'Amiral Barjot, l'Aviation Navale connait une expansion phénomènale, augmentant considérablement le nombre d'appareils de première ligne, appareil dont l'efficacité n'à rien à envier aux appareils terrestre, mettant fin à un certain complexe des marins volants face à leurs camarades de l'armée de l'air.

A-Unités

Dans cette première partie, je vais aborder l'évolution des unités, leur création leur expansion, le renouvellement du matériel. Pour faciliter la comparaison, je vais subdiviser l'étude année par année.

Septembre 1940-décembre 1941

-Commandement Nord de l'Aviation Navale (CNAN) (Cherbourg-Chantereyne)

1ère Flottille d'hydravions (1ère FH) :

-Escadrille 1T : douze Latécoère Laté 298

-Escadrille 3T : douze Latécoère Laté 298

-Escadrille 1R : huit Loire 130


Potez-CAMS 141

Création en juin 1941 d'une escadrille d'exploration, l'escadrille 5E basée à Querqueville et équipée de six Potez-CAMS 141 capable depuis le Cotentin de rayonner jusqu'au pas de Calais

Total : au 31 décembre 1941, la 1ère FH dispose de vingt-quatre Latécoère Laté 298, huit Loire 130 et six Potez CAMS-141 soit un total de trente-huit appareils

1ère flottille d'aviation navale : Escadrille 1C : douze Curtiss H-75 appareils toujours en service en décembre 1941 mais dont le remplacement est prévu escacrille 3C : douze Potez 631 appareils toujours en service en décembre 1941 escadrille 1B douze Vought 156F appareils toujours en service en décembre 1941 mais dont le remplacement est prévu

Total : la 1ère FAN dispose au 31 décembre 1941 de douze Curtiss H-75, de douze Potez 631 et de douze Vought 156F soit un total de trente six appareils

-Section d'Entrainement de Cherbourg : dispose de huit North Américan NAA-57 et de six CAMS-37

Le CNAN dispose au 31-12-1941 de 88 appareils (44 hydravions et 44 avions)

Commandement Atlantique de l'Aviation Navale (CAAN) (Lanvéoc-Poulmic)


Bréguet Br790

-3ème flottille d'hydravions : escadrille 3R : huit Loire 130 remplacés à l'été 1941 par huit Bréguet Br790 escadrille 1E : douze Bréguet Bizerte appareils toujours en service en décembre 1941 escadrille 3E : deux Latécoère Laté 523 et un Laté 521 appareils remplacés en novembre 1941 par six hydravions Latécoère 615, version améliorée de l'unique -611.

Total : au 31 décembre 1941, la 3ème FH dispose de huit Bréguet Br790, de douze Bréguet Bizerte et de six Latécoère Laté 615 soit un total vingt-six appareils

-3ème flottille d'aviation navale : escadrille 5C : douze Curtiss H-75 appareils toujours en service en décembre 1941 mais dont le remplacement par des appareils plus modernes est prévu , escadrille 3B : douze vought 156F appareils toujours en service mais l'unité devrait être en 1942/43 transformée sur multimoteurs terrestres


Un PL.101 appontant sur le Béarn

escadrille 5B : dix Levasseur PL.101 appareils qui vont cohabiter avec quelques CAO-600 (deux en juin 1941, six en décembre 1941) pour la formation des pilotes et observateurs du Joffre et du Painlevé. Leur retrait du service est prévu pour 1943/44, la flotte étant réduite à sept appareils en décembre 1941.


SNCAO CAO-600

Total : au 31 décembre 1941, la 3ème FAN dispose de douze Curtiss H-75, de douze Vought 156F, de sept Levasseur PL.101 et de six CAO-600 soit un total de trente sept appareils

-5ème flottille d'aviation navale : escadrille 5T : douze Bloch MB-175T livrés entre décembre 1940 et mars 1941 escadrille 7T : dix-huit Latécoère Laté 298 appareils qui pourraient être remplacés en 1942/43 par des avions terrestres pour homogénéiser la 5ème FA à moins qu'une flotille d'hydravions ne soit créée avec l'escadrille 7T et deux autres escadrilles


Deux Lioré et Olivier Léo 451 en vol

Création en mai 1941 de l'escadrille 7B équipée de seize Lioré et Olivier Léo 451 de l'armée de l'air et qui seront progressivement remplacés par des Léo 456 plus adaptés aux opérations navales

Création en décembre 1941 de l'escadrille 7E équipée de douze CAO-700M de patrouille maritime


Total : au 31 décembre 1943, la 5ème flottille d'aviation navale dispose de douze Bloch MB-175T, dix-huit Latécoère Laté 298, de seize Lioré et Olivier Léo 451 et de douze CAO-700M soit un total de cinquante-huit appareils dont dix-huit hydravions

Escadrille d'entrainement de l'Atlantique (EEA) : un Potez CAMS-141, un Latécoère Laté 611 et un Bréguet 730. Appareils toujours en service en décembre 1941 même si l'usure doit conduite à leur retrait prochain. L'EEA doit à terme recevoir des hydravions déclassés pour l'entrainement de base et quelques appareils modernes pour la transformation opérationnelle.

Escadrille 5R : les huit Gourdou-Lesseure GL.812 ont été remplacés en septembre 1941 par huit Loire 130 ayant appartenus à l'escadrille 3R et remis en condition par la marine à Hourtin.

Groupement d'hydraviation de l'Atlantique : Regroupe les hydravions des croiseurs et des cuirassés des 1ère et 3ème Escadre Légères soit dix hydravions Loire 130 (croiseurs lourds Foch Colbert, croiseurs légers Gloire Montcalm Georges Leygues) et deux CAMS-37 du croiseur-école Jeanne d'Arc. Appareils toujours en service en décembre 1941

-Section d'Entrainement de Brest : huit North-American NA-57 et quatre CAMS-55

-Ecole de pilotage et du personnel volant : basée à Rochefort, elle reprend les traditions de la Section d'Entrainement de Rochefort. Elle dispose de six North-American NA-57, de quatre CAMS-55 et deux Bloch MB-131

-Section de Servitude d'Hourtin : dispose de deux CAMS-55 désarmés pour la liaison et le transport même si sa tache consiste surtout à entretenir les installations de cette base-école.

-Section de Servitude et d'Entrainement du Béarn : sert à terre pour les taches de soutien et de liaison avec deux Bloch MB-220 acquis auprès de la compagnie Air France mais surtout d'entrainement à terre et embarqué avec deux Bloch MB-131, huit Morane-Saulnier MS-230 et quatre North American NA-57

Le CAAN dispose au 31-12-1941 de 186 appareils (75 hydravions et 111 avions)

Commandement Nord-Méditerranéen de l'Aviation Navale (CNMAN) (Hyeres-Le Palyvestre)

2ème flottille d'hydravions :

escadrille 2R : douze Lioré et Olivier H43. Appareils remplacés en juin 1941 par douze Consolidated Catalina

escadrille 4R : douze Lioré et Olivier C30 et C301. Appareils remplacés en septembre 1941 par douze Lioré et Olivier C40

escadrille 2T : seize Latécoère Laté 298. Unité de torpillage transformé en unité de patrouille maritime en novembre 1941 avec quatorze CAO C-700M quadrimoteurs. Escadrille transformée à la 2ème flottille d'aviation navale et rebaptisée 12E

escadrille 4T : seize Latécoère Laté 298. Appareils toujours en service en décembre 1941

escadrille 6T : douze Latécoère Laté 298. Appareils toujours en service en décembre 1941

Total : au 31-12-1941, la 2ème FH dispose de douze Catalina, douze Lioré et Olivier C40 et de vingt-huit Latécoère Laté 298 soit un total de cinquante-deux appareils

4ème flottille d'hydravions :

Escadrille 2B : dix Lioré et Olivier H257bis. Appareils remplacés en juillet 1941 par douze Bloch MB-481 de reconnaissance, de bombardement et de torpillage

Escadrille 4B : sept Lioré et Olivier H257bis. Appareils remplacés en juillet 1941 par douze Bloch MB-481 de reconnaissance, de bombardement et de torpillage

Escadrille 6R : dix huit Loire 130. Appareils toujours en service en décembre 1941.

Escadrille 8T : seize Latécoère Laté 298. Appareils remplacés en décembre 1941 par seize Lioré et Olivier Léo 456 de bombardement et de torpillage. Unité transférée aussitôt à la 2ème flottille d'aviation navale

Escadrille 2E : sept Bréguet Bizerte. Appareils toujours en service en décembre 1941, nombre porté à neuf appareils.

Total : au 31-12-1941, la 4ème FH dispose de vingt-quatre Bloch MB-481, de dix-huit Loire 130 et de neuf Bréguet Bizerte soit un total de cinquante et un appareils

2ème flottille d'aviation navale :

Escadrille 6B : seize Bloch MB-175T de reconnaissance et d'attaque maritime. Appareils livrés en octobre 1940

Escadrille 2C : quatorze Bloch MB-151 de chasse. Appareils remplacés par seize Grumman G-36A en janvier 1941

Escadrille 12E (quatorze CAO-700M) et 8T (seize Lioré et Olivier Léo-456) transférées en décembre 1941

Total : au 31-12-1941, la 2ème FAN dispose de seize Bloch MB-175T, de seize Grumman G-36A, de quatorze CAO-700M et de seize Lioré et Olivier Léo-456 soit un total de soixante-deux appareils

Groupement d'hydraviation de la Méditerranée : Regroupe les hydravions des croiseurs et des cuirassés basés à Toulon en l'occurence dix-huit Loire 130 et six Gourdou-Lesseure GL.832.

-Section d'Entrainement de Berre : quatre CAMS-55

-Cours d'application à la mer : pas d'appareils

-Section d'Entrainement et de servitude d'Hyères : deux CAMS-55 et deux CAMS-37 plus deux Bloch MB-131 et quatre Morane Saulnier MS-230

-Section d'Entrainement et de servitude d'Aspretto : deux CAMS-55

-Section de Servitude de Marignane : pas d'appareils

-Section d'Entrainement de Saint Mandrier : deux CAMS-55

Le CNMAN dispose au 31-12-1941 de 207 appareils (125 hydravions, 12 autogyres et 70 avions)

Commandement Sud-Méditerranéen de l'Aviation Navale (CSMAN) (Karouba)

6ème flottille d'hydravions :

Bloch MB-481

escadrille 8B : quatorze Lioré et Olivier H257bis. Appareils remplacés au printemps 1941 par seize Bloch MB-481

escadrille 4E : huit Bréguet Bizerte. Appareils toujours en service en décembre 1941

création à l'été 1941 de l'escadrille 10E équipée de huit Potez-CAMS 141 d'exploration maritime à long rayon d'action

Total : au 31 décembre 1941, la 6ème FH dispose de seize Bloch MB-481, de huit bréguet Bizerte et de huit Potez CAMS 141 soit un total de trente-deux appareils

8ème flottille d'hydravions :

escadrille 8R : neuf CAMS 55.2 et trois CAMS 55.10. Appareils remplacés en décembre 1940 par douze Bréguet Br790

escadrille 10T : douze Latécoère Laté 298. Appareils toujours en service en décembre 1941

escadrille 6E : six Bréguet Bizerte. Appareils toujours en service en décembre 1941, leur nombre ayant été porté à neuf

escadrille 8E : douze Lioré et Olivier H43. Appareils remplacés en juin 1941 par douze Bréguet Br790

Total : au 31 décembre 1941, la 8ème FH dispose de vingt-quatre Bréguet Br790, de douze Latécoère Laté 298 et neuf Bréguet Bizerte soit un total de quarante-cinq appareils

10ème flottille d'hydravions :

Consolidated Catalina

Flottille créée à l'automne 1941 pour couvrir les approches de Mers-El-Kébir. Les différentes escadrilles sont stationnées à Arzew où est aménagée une base aéronavale

-Escadrille 14E : douze Potez-CAMS 141

-Escadrille 12T : douze Bloch MB-481

-Escadrille 14R : douze Consolidated Catalina

Total : douze Potez CAMS 141, douze Bloch MB-481 et douze Consolidated Catalina soit un total de trente six appareils

4ème flottille d'aviation navale :

Flottille créée à l'été 1941 regroupant sur la BAN de Sidi-Ahmed, les avions terrestres chargés de protéger Bizerte mais surtout d'appuyer la 6ème EL


Grumman G-36A

-Escadrille 4C : seize Bloch MB-151. Ces appareils sont remplacés en octobre 1941 par seize Grumman G-36A

-Escadrille 16E : seize CAO-700M de patrouille maritime

-Escadrille 10B : seize Bloch MB-175T

-Escadrille 12B : seize Lioré et Olivier Léo456

Total : seize Grumman G-36A, seize CAO-700M, seize Bloch MB-175T et seize Lioré et Olivier Léo 456 soit un total de soixante-quatre appareils


Groupement d'hydraviation d'Afrique du Nord : Huit Loire 130 basés à Karouba

-Section d'Entrainement de Karouba : deux CAMS-55

-Section d'Entrainement de Sidi-Ahmed : deux Bloch MB-131 et huit Morane Saulnier MS-230

Le CSMAN dispose le 31-12-1941 de 195 appareils (121 hydravions et 74 avions)

Commandement du Levant de l'Aviation Navale (CLAN) (Tripoli du Liban)

-Escadrille 10R : six Loire 130. Appareils toujours en service en décembre 1941

-L'unique Potez 452 usé par un service intensif est réformé en septembre 1941 et non remplacé

-Escadrille 14T : escadrille créée en septembre 1941 avec huit Latécoère Laté 298

-Escadrille 14B : escadrille mixte créée en juin 1941 avec six CAO-700M et huit Lioré et Olivier Léo 456


Total : au 31 décembre 1941, le CLAN dispose de six Loire 130, de huit Latécoère Laté 298, de six CAO-700M et de huit Lioré et Olivier Léo 456 soit un total de vingt-huit appareils (quatorze avions et quatorze hydravions

Commandement Antilles-Guyane de l'Aviation Navale (CANGAN)

-Escadrille 7R : : un Gourdou-Leseurre GL.811, deux GL.812 et d'un GL.813. Appareils toujours en service en décembre 1941 même si leur remplacement devient urgent

A ces quatre appareils s'ajoute deux Potez 452 utilisés par les aviso-coloniaux Lapérouse et Bougainville. Appareils toujours en service en décembre 1941

Total : un GL.811, deux GL.812 et un GL.813 plus deux Potez 452 soit un total de six appareils

Commandement Pacifique de l'Aviation Navale (CPAN)

-Escadrille 9R : un CAMS 37.11 et de deux CAMS 55.1. Seuls les deux derniers nommés sont encore en service fin 1941.

A cela s'ajoute deux Potez 452 utilisés par les aviso coloniaux Rigaux de Genouilly à Nouméa et D'Iberville à Papeete. Appareils toujours en service fin 1941

Total : quatre hydravions (deux CAMS 55.1 et deux Potez 452)

Commandement Indochine de l'Aviation Navale (CIAN)

Potez 452

-Escadrille 11R : six Loire 130C et deux CAMS 55. En décembre 1941, le nombre de Loire 130C à été porté à huit mais les deux CAMS 55 usés ont été réformés tout comme le Potez 452 de l'Amiral Charner

-Escadrille 13R : escadrille créé en septembre 1941 à Cam-Ranh et équipée de douze Bloch MB-131 en attendant des appareils plus modernes

-Escadrille 15B : escadrille créé en septembre 1941 à Cam-Ranh et équipée de douze Martin 167F


Total : huit Loire 130C, douze Bloch MB-131 et douze Martin 167F soit un total de trente-deux appareils

Commandement AEF de l'Aviation Navale (CAEFAN)

-Les deux Potez 452 sont encore en service en décembre 1941

-Escadrille 17E : escadrille créée en juin 1941 à Diego Suarez avec quatre puis six Potez CAMS 141

-Escadrille 18E : escadrille créée en octobre 1941 à Djibouti avec huit Bloch MB-131 transférés par l'armée de l'air. Solution transitoire en attendant la livraison d'appareils plus modernes


Total : six Potez CAMS 141, huit Bloch MB-131 et deux Potez 452 soit un total de seize appareils

Total Aviation Navale décembre 1941 : Au 31 décembre 1941, l'Aviation Navale dispose de 762 appareils (405 hydravions, 12 autogyres et 345 avions)

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: projet uchronique    Ven 10 Fév 2012, 11:01

1942

-Commandement Nord de l'Aviation Navale (CNAN) (Cherbourg-Chantereyne)

1ère Flottille d'hydravions (1ère FH) :

-Escadrille 1T : douze Latécoère Laté 298

-Escadrille 3T : douze Latécoère Laté 298

-Escadrille 1R : huit Loire 130

-Escadrille 5E : six Potez-CAMS 141

Total : 24 Latécoère Laté 298, 8 loire 130 et 6 Potez-CAMS 141 soit 38 hydravions

1ère flottille d'aviation navale :

Escadrille 1C : cette escadrille équipée en décembre 1941 de douze Curtiss H-75 est transformée au printemps 1942 sur douze Dewoitine D-520

Escadrille 3C : douze Potez 631 appareils toujours en service en décembre 1942

Escadrille 1B : cette escadrille équipée de douze Vought 156F est transformée en septembre 1942 sur douze bimoteurs Bloch MB-175T de reconnaissance et d'attaqu maritime

Total : 12 Dewoitine D-520, 12 Potez 631 et 12 Bloch MB-175T soit 36 avions

-Section d'Entrainement de Cherbourg : dispose de huit North Américan NA-57 et de six CAMS-37. Elle est renforcée par deux Bloch MB-131 soit un total de seize appareils

Le CNAN dispose au 31-12-1942 de 90 appareils (44 hydravions et 46 avions)

Commandement Atlantique de l'Aviation Navale (CAAN) (Lanvéoc-Poulmic)

-3ème flottille d'hydravions :

Escadrille 3R : huit Bréguet Br790

Escadrille 3E : six Latécoère Laté 615

Escadrille 1E : douze Bréguet Bizerte

Escadrille 7T : dix-huit Latécoère Laté 298

Total : 8 Bréguet Br790, 6 Latécoère Laté 615, 12 Bréguet Bizerte et 18 Latécoère Laté 298 soit un total de 44 hydravions

-3ème flottille d'aviation navale :

Dewoitine D-520

-Escadrille 5C : cette escadrille équipée de douze Curtiss H-75 est transformée en juin/juillet 1942 sur douze Dewoitine D-520

Escadrille 3B : cette escadrille équipée de douze vought 156F est transformé en mars 1942 sur Lioré et Olivier Léo 456 de bombardement et de torpillage (douze appareils)

Escadrille 5B : cette escadrille mixte (sept PL.101 et six CAO-600) est transformée entièrement sur CAO-600 soit neuf CAO-600 et transférée à la 6ème flottille d'aviation, le groupe aérien du Joffre créée en mars 1942. Rebaptisée à cette occasion 12R


Photo du prototype du CAO-700

Création en septembre 1942 de l'escadrille 9E équipée de douze CAO-700M

Total : douze Dewoitine D-520, douze Lioré et Olivier Léo 456, douze CAO-700M soit un total de 36 appareils

-5ème flottille d'aviation navale :

Escadrille 5T : douze Bloch MB-175T

Escadrille 7B : les seize Lioré et Olivier Léo 451. Ils sont progressivement remplacés par des Léo 456 (certains sont appareils neufs, d'autres des -451 transformés) Remplacement achevé en décembre 1942

Escadrille 7E : douze CAO-700M de patrouille maritime

Total : douze Bloch MB-175T, seize Lioré et Olivier Léo 456 et douze CAO-700M soit un total de 40 appareils

Escadrille d'entrainement de l'Atlantique (EEA) : quatre CAMS-55, deux Potez CAMS-141 et deux Bloch MB-480 pour entrainement opérationnel soit un total de huit appareils

Escadrille 5R (hors rang) : huit Loire 130 basés à Dakar soit un total de huit appareils

Groupement d'hydraviation de l'Atlantique : dix Loire 130 et deux CAMS-37 soit un total de douze appareils. La mise en service du Jean Bart renforce le GH-ATL de deux Loire 130 portant le total à douze appareils et les deux CAMS-37 sont remplacés par deux CAMS 55-10 soit un total de quatorze appareils

-Section d'Entrainement de Brest : huit North-American NA-57, quatre CAMS-55 et deux Bloch MB-131 soit un total de quatorze appareils

-Ecole de pilotage et du personnel volant : basée à Rochefort, elle reprend les traditions de la Section d'Entrainement de Rochefort. Elle dispose de six North-American NAA-57, de quatre CAMS-55 et deux Bloch MB-131 soit un total de douze appareils.

-Section de Servitude d'Hourtin : dispose de deux CAMS-55 désarmés pour la liaison et le transport même si sa tache consiste surtout à entretenir les installations de cette base-école.


Bloch MB-220 sous les couleurs d'Air France

-Section de Servitude et d'Entrainement du Béarn : sert à terre pour les taches de soutien et de liaison avec deux Bloch MB-220 acquis auprès de la compagnie Air France mais surtout d'entrainement à terre et embarqué avec deux Bloch MB-131, huit Morane-Saulnier MS-230 et quatre North American NAA-57 soit un total de seize appareils

Le CAAN dispose au 31-12-1942 de 192 appareils (84 hydravions et 108 avions)

Commandement Nord-Méditerranéen de l'Aviation Navale (CNMAN) (Hyeres-Le Palyvestre)

2ème flottille d'hydravions :

Escadrille 2R : douze Consolidated Catalina

Escadrille 4R : douze Lioré et Olivier C40

Escadrille 4T : seize Latécoère Laté 298.

Escadrille 6T : douze Latécoère Laté 298

Total : douze Consolidated Catalina, douze Lioré et Olivier C40 (autogyres) et trente Latécoère Laté 298 soit 42 hydravions et 12 autogyres

4ème flottille d'hydravions :

Escadrille 2B : douze Bloch MB-481 de reconnaissance, de bombardement et de torpillage

Escadrille 4B : douze Bloch MB-481 de reconnaissance, de bombardement et de torpillage

Escadrille 6R : dix huit Loire 130.

Escadrille 2E : neuf Bréguet Bizerte

Création d'une escadrille 20E en octobre 1942 équipée de neuf Latécoère Laté 615

Total :vingt-quatre Bloch MB-481, dix-huit Loire 130, neuf Latécoère Laté 615 et neuf Bréguet Br615 soit un total de soixante appareils

2ème flottille d'aviation navale :

Escadrille 6B : seize Bloch MB-175T de reconnaissance et d'attaque maritime.

Escadrille 2C : seize Grumman G-36A en janvier 1941

Escadrille 12E : quatorze CAO-700M

Escadrille 8T : seize Lioré et Olivier Léo-456

Total : seize Bloch MB-175T, seize Grumman G-36A, quatorze CAO-700M et seize Lioré et Olivier Léo-456 soit un total de soixante-deux appareils

6ème flottille d'aviation navale


Plan trois vues du D-790, version embarquée du D-520

Cette flottille créée en mars 1942 va être stationnée à Hyères-Le Palyvestre quand le Joffre sera à quai à Toulon.

-Escadrille 12R : neuf CAO-600 utilisés pour l'observation et secondairement pour l'attaque et le torpillage

-Escadrille 6C : escadrille de chasse équipée de huit Dewoitine D-790

-Escadrille 8C : escadrille de chasse équipée de huit Dewoitine D-790


LN-401

-Escadrille 16B : escadrille de bombardement équipée de neuf LN 401


Latécoère Laté 299

-Escadrille 2T : escadrille de torpillage équipée de six Latécoère Laté 299

-Une Section d'Entrainement et de Servitude à terre pour entrainement et liaison : quatre NAA-57 d'entrainement et deux Bloch de transport

Total : neuf CA0-600, seize Dewoitine D-790, neuf LN-401 six Latécoère Laté 299, quatre NAA-57 et deux Bloch de transport soit un total de 46 appareils


Groupement d'hydraviation de la Méditerranée : Au 31 décembre 1942, le GH-MED dispose de quatorze Loire 130 et de six Gourdou-Lesseure GL.832HY soit un total de vingt appareils

-Section d'Entrainement de Berre : quatre CAMS-55 soit un total de quatre appareils

-Section d'Entrainement et de servitude d'Hyères : deux CAMS-55 et deux CAMS-37 plus deux Bloch MB-131 et quatre Morane Saulnier MS-230 soit un total de dix appareils

-Section d'Entrainement et de servitude d'Aspretto : deux CAMS-55 soit un total de deux appareils

-Section d'Entrainement de Saint Mandrier : deux CAMS-55 soit un total de deux appareils

Le CNMAN dispose au 31-12-1942 de 260 appareils (134 hydravions, 12 autogyres et 114 avions)

Commandement Sud-Méditerranéen de l'Aviation Navale (CSMAN) (Karouba)

6ème flottille d'hydravions :

Escadrille 8B (Port-Lyautey) : seize Bloch MB-481.

Escadrille 4E (Port-Lyautey) : huit Bréguet Bizerte.

Escadrille 10E (Port-Lyautey) : huit Potez-CAMS 141.

Total : seize Bloch MB-481, huit Bréguet Bizerte et huit Potez-CAMS 141 soit un total de trente-deux appareils

8ème flottille d'hydravions :

Escadrille 8R (Karouba) : douze Bréguet Br790.

Escadrille 10T(Karouba) : douze Latécoère Laté 298.

Escadrille 6E (Karouba) : neuf Bréguet Bizerte.

escadrille 8E (Karouba): douze Bréguet Br790.

Total : vingt-quatre Bréguet Br790, douze Latécoère Laté 298 et neuf Bréguet Bizerte soit un total de 45 appareils

10ème flottille d'hydravions :

-Escadrille 14E (Arzew): douze Potez-CAMS 141

-Escadrille 12T (Arzew): douze Bloch MB-481

-Escadrille 14R (Arzew): douze Consolidated Catalina

Total : douze Potez-CAMS 141, douze Bloch MB-481 et douze Consolidated Catalina soit un total de trente-six hydravions

4ème flottille d'aviation navale :

-Escadrille 4C (Sidi-Ahmed): seize Grumman G-36A

-Escadrille 16E (Sidi-Ahmed): seize CAO-700M de patrouille maritime

-Escadrille 10B (Sidi-Ahmed): seize Bloch MB-175T

-Escadrille 12B (Sidi-Ahmed) : seize Lioré et Olivier Léo456

Total : seize Grumman G-36A, seize CAO-700M, seize Bloch MB-175T et seize Lioré et Olivier Léo 456 soit un total de soixante-quatre appareils

Groupement d'hydraviation d'Afrique du Nord : Huit Loire 130 basés à Karouba soit un total de huit appareils

-Section d'Entrainement de Karouba : deux CAMS-55

-Section d'Entrainement de Sidi-Ahmed : deux Bloch MB-131 et huit Morane Saulnier MS-230

-Création d'une Section d'Entrainement et de Servitude à Arzew courant 1942 avec quatre CAMS-55 et quatre North American NA-57 soit un total de huit appareils

Le CSMAN dispose le 31-12-1942 de 205 appareils (127 hydravions et 78 avions)

Commandement du Levant de l'Aviation Navale (CLAN) (Tripoli du Liban)

-Escadrille 10R : six Loire 130.

-Escadrille 14T : huit Latécoère Laté 298

-Escadrille 14B : six CAO-700M et huit Lioré et Olivier Léo 456

-Création en septembre 1942 de l'escadrille de chasse 10C équipée de douze Grumman G-36A

Total : quatorze hydravions et vingt et six avions terrestres

Commandement Antilles-Guyane de l'Aviation Navale (CANGAN)

-Escadrille 7R : : un Gourdou-Leseurre GL.811, deux GL.812 et d'un GL.813. Ces appareils sont remplacés par six Loire 130C en août 1942

A ces quatre appareils s'ajoute deux Potez 452 utilisés par les aviso-coloniaux Lapérouse et Bougainville. Appareils toujours en service en décembre 1942 même si leur remplacement est à l'étude

Total : huit hydravions

Commandement Pacifique de l'Aviation Navale (CPAN)

-Escadrille 9R : un CAMS 37.11 et de deux CAMS 55.1. Les deux CAMS 55.1 sont remplacés par quatre Latécoère Laté 298 ayant appartenu à l'escadrille 2T avant sa transformation sur CAO-700M

A cela s'ajoute deux Potez 452 utilisés par les aviso coloniaux Rigaux de Genouilly à Nouméa et D'Iberville à Papeete. Appareils toujours en service fin 1942

-Création de l'escadrille 13E en novembre 1942 à Nouméa avec huit Consolidated Catalina

Le CPAN dispose le 31-12-1942 de quatorze hydravions

Commandement Indochine de l'Aviation Navale (CIAN)

-Escadrille 11R : huit loire 130C

-Escadrille 13R :douze Bloch MB-131

-Escadrille 15B : douze Martin 167F

Total : vingt-quatre avions et huit hydravions

Commandement AEF de l'Aviation Navale (CAEFAN)

-Escadrille 17E : escadrille créée en juin 1941 à Diego Suarez avec quatre puis six Potez CAMS 141

-Escadrille 18E : escadrille créée en octobre 1941 à Djibouti avec huit Bloch MB-131 transférés par l'armée de l'air. Solution transitoire en attendant la livraison d'appareils plus modernes

-Création en mars 1942 de l'escadrille 9T équipée de six Bloch MB-481 à Djibouti

-Création en mars 1942 de l'escadrille 13T équipée de six Bloch MB-481 à Diego-Suarez

-Création en juin 1942 de l'escadrille 11C équipée de douze Grumman G-36A à Djibouti


Total : dix-huit hydravions et vingt avions

Le CAEFAN dispose au 31 décembre 1942 de 38 appareils (18 hydravions et 20 avions)

Au 31 décembre 1942, l'Aviation Navale dispose de 879 appareils (451 hydravions, 12 autogyres et 416 avions)

A suivre

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: projet uchronique    

Revenir en haut Aller en bas
 
projet uchronique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Dossier : Vekoma WDI Projet n°389 Steel Looper Custom MK-1200 (SMM2)
» croquis projet BD
» Projet UNIQUE !
» Du projet utopique "Nildanirmë"
» Casting - Projet Spectacle Musical Bénévole

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Divers :: Les Marines Imaginaires-
Sauter vers: