AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 JAPON PORTE-AVIONS CLASSE ZUIHO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: JAPON PORTE-AVIONS CLASSE ZUIHO   Jeu 23 Juin 2011, 13:46

PORTE-AVIONS CLASSE ZUIHO
(JAPON)


Le porte-avions léger Zuiho à la mer

INTRODUCTION

Hosho, Akagi et les autres : une brève histoire de l'aéronavale nippone

Les prémices

En juin 1910, la marine impériale créé le Comité de la Marine pour la Recherche Aéronautique, refusant toute collaboration avec l'Armée, inaugurant une rivalité qui allait perdurer jusqu'en 1945 et entraver le bon fonctionement de la machine de guerre nippone.

Les premiers vols ont lieu au Japon à l'automne 1912 avec deux hydravions français Farman et deux hydravions américains Curtiss mais ne font guère l'unanimité, la majorité des officiers de la marine japonaise estimant qu'il ne s'agit que d'un loisir sans aucune necéssité opérationnelle. Quand éclate la guerre en 1914, l'aviation de la marine japonaise ne dispose que de 12 appareils et va devoir justifier son existence.


Le charbonnier transformé en tender d'hydravions Wakamiya

Elle doit d'abord réduire les positions allemandes en Chine notament autour de la ville de Tsingtao mais doit d'abord résoudre le problème du transport, problème réglé en réquisitionnant un charbonnier, le Wakamiya qui peut embarquer deux appareils plus deux autres démontés, une capacité réduite mais qui permet à l'aéronavale nippone de participer au siège de Tsingtao en liaison avec les britanniques (31 octobre-7 novembre 1914), le navire arrivant sur zone dès septembre et ses appareils engageant de nombreuses opérations de reconnaissance mais aussi d'attaque (199 projectiles largués) et un quasi-combat aérien contre un Taube allemand qui parvient à fuir dans les nuages.

En dépit de ces prémices prometteurs, l'aviation navale nippone peine à décoller, victime à la fois du peu d'interêt de la majorité des officiers et de l'impossibilité d'acquérir une expérience certaine et une certaine expérience qui aurait permis de montrer la validité de ce concept.

Tout reste donc à faire mais en vingt ans, la marine japonaise allait se doter d'une des meilleurs force aéronavale du monde.


Le porte-avions Hosho. Le plus ancien pont plat japonais fût l'un des rares à survivre à la guerre

Le Japon met néanmoins sur cale au chantier naval Asano de Yokohama, le premier porte-avions de son histoire. Baptisé Hosho («phenix volant»), il est mit sur cale le 16 décembre 1919 lancé le 13 novembre 1921 et admis au service actif le 27 décembre 1922. en dépit de la destruction complète, des archives, il semble avéré que les britanniques ont fortement aidé leur allié nippon, le plan du Hosho et sa coque de type croiseur étant trop proche du Hermes pour qu'il n'y ait pas eu au moins un échange informel d'informations entre officiers britanniques et japonais.

En attendant la mise en service du Hosho, les japonais expérimentent l'utilisation d'avions terrestres depuis un navire en marche. Le Wakamiya est ainsi équipé en 1920 d'une plate-forme en bois de 15m de long, installée à la poupe.

En juin de la même année, le lieutenant de vaisseau Torao Kuwabana décolle à l'aide du Sopwith Pup II (la marine impériale en possède trois issus des surplus anglais de la première guerre mondiale). Avec un vent de face soufflant à 20 noeuds, plus la vitesse du navire, le petit biplan parvient à décoller sur 8m.

D'autres tests sont réalisés à bord du cuirassé Yamashiro qui reçoit sur sa tourelle n°2, une plate-forme de 18m pour de nouveaux tests avec les biplans Pup, bilan satisfaisant puisque les trois avions parviennent à décoller de cette plate-forme.

Le devellopement de l'aviation japonaise dans l'après guerre doit également beaucoup à la France et à la Grande Bretagne. Si la première au travers de la mission Faure forme les pilotes de l'aviation de l'armée de terre, la Grande Bretagne participe au dévellopement de l'aéronavale nippone au travers de la mission Sempill qui en un an (1921-22) pose les bases de la future puissance navale japonaise.

Akagi et Kaga : des conversions pour commencer

Depuis 1905 et sa victoire sur la Russie tsariste, le Japon à axé sa politique de dévellopement militaire sur un affrontement avec les américains pour le contrôle du Pacifique. Cette politique entraina une course aux armements navals entre Washington et Tokyo, course qui fût stoppé par le traité de Washington de février 1922.

Ce traité laisse plusieurs coques inachevées de cuirassés et de croiseurs de bataille qui sont sauvées de la féraille. Si les américains achèvent les croiseurs de bataille Lexington et Saratoga en porte-avions, les japonais choisissent d'achever en «pont-plats» les croiseurs de bataille Akagi et Amagi.

Seul l'Akagi sera effectivement transformé, l'Amagi étant gravement endommagé par le tremblement de terre de Tokyo le 1er septembre 1923 et remplacé par le cuirassé Kaga de classe Tosa.


L'Akagi

-L'Akagi est mis sur cale comme cuirassé à l'Arsenal de Kure le 7 décembre 1920. La construction est stoppée le 5 février 1922 alors qu'il est achevé à 40%. Choisit pour être transformé en porte-avions le 19 novembre 1923, l'Akagi est lancé le 22 avril 1925 et admis au service actif le 27 mars 1927. Il participe à la guerre du Pacifique jusqu'au 4 juin 1942 quand il est coulé à la bataille de Midway avec trois autres porte-avions nippons.

Sans le terrible tremblement de terre du 1er septembre 1923, le Kaga aurait été feraillé mais les graves avaries subies par l'Amagi provoque son sauvetage.


Le Kaga

-Le Kaga est mis sur cale aux chantiers de Kawasaki Heavy Industries de Kobe le 19 juillet 1920 lancé le 17 novembre 1921. Le cuirassé Kaga est choisit pour être transformé en porte-avions le 19 novembre 1923 mais les travaux ne commence qu'en 1925 en raison de la remise en état nécessaire de l'Arsenal de Yokosuka. Le Kaga est ainsi admis au service actif le 30 novembre 1929. Il participe aux opérations de la guerre du Pacifique notamment le raid sur Pearl Harbor avant d'être coulé comme l'Akagi, le Soryu et le Hiryu à la bataille de Midway.

Le Ryujo : une fausse bonne idée

Le porte-avions Ryujo.

Les japonais se heurtent bien vite à un problème. Elle n'à le droit qu'à 81000 tonnes de porte-avions contre 135000 tonnes pour les Etats Unis. Or avec le Hosho, l'Akagi et le Kaga, le Japon à déjà dépensé une bonne partie de son contingent. Le Japon décide alors d'exploiter une faille du traité de Washington.

Ce dernier fixe le déplacement minimal d'un porte-avions à 10000 tonnes ce qui signifie qu'un navire de 8 à 9000 tonnes n'est pas considéré comme un porte-avions. Les japonais pensent alors pouvoir compenser les 54000 tonnes qui les séparent en construisant de petits porte-avions. En réalité, le Ryujo se révéla bien vite instable et trop petit pour être efficace.

-Le Ryujo (ryu = dragon jo = sacré «dragon sacré») est mis sur cale aux chantiers Mitsubishi de Yokohama le 26 novembre 1929 lancé le 2 avril 1931 et admis au service actif le 9 mai 1933. Il participe à la guerre sino-japonaise puis aux premières opérations de la guerre du Pacifique jusqu'à sa destruction le 24 août 1942 lors de la bataille des Salomons Orientales.

Les Soryu : les premiers vrais porte-avions japonais

La classe Soryu

Après avoir converti deux navires de ligne, l'Akagi et le Kaga, les japonais franchissent le pas de la construction neuve.

Le plan de rénovation de 1934 permet ainsi à la Nihon Kaïgun de commander deux porte-avions modernes.

Baptisés Soryu et Hiryu, ces deux navires étaient plus petits que l'Akagi et le Kaga mais leur architecture générale marquait une nette rupture par rapport aux deux premiers porte-avions japonais opérationnels.

Fini les trois ponts superposés, les Soryu et Hiryu étaient dôtés d'un pont d'envol unique couvrant la coque sur toute sa longueur. Il était également équipé d'un ilôt qui allait équiper les Akagi et Kaga après leur refonte mais ils conservaient les cheminées rabattables.


Le Soryu

-Le Soryu (de So «bleu» et de Ryu «dragon», le nom Soryu peut donc être traduit par «dragon bleu») est mis sur cale au Kaigun Kosho (Arsenal Impérial) de Kure le 20 novembre 1934 lancé le 23 décembre 1935 et admis au service actif le 29 décembre 1937. Il participe à la guerre du Pacifique comme le raid sur Pearl Harbor ou le raid dans l'Océan Indien. Il est coulé lors de la bataille de Midway en juin 1942.


Le Hiryu

-Le Hiryu (de Hi «voler» et de Ryu «dragon» soit «dragon volant») est mis sur cale au Kaigun Kosho (Arsenal impérial) de Yokosuka le 8 juillet 1936 lancé le 16 novembre 1937 et admis au service actif le 5 juillet 1939. Il participe à la guerre du Pacifique comme le raid sur Pearl Harbor ou le raid dans l'Océan Indien. Il est coulé lors de la bataille de Midway en juin 1942.

Après des constructions neuves..............encore des conversions

Les japonais savaient que leur industrie était incapable de concurrencer le «dragon qui dort», l'industrie américaine bien plus puissante et bien mieux organisée. Cela était particulièrement vrai pour les chantiers navals qui seraient incapables de produire autant que leurs homologues américains.

Cela explique le choix du qualitatif par rapport au quantitatif dans tous les domaines qu'il s'agisse des destroyers, des croiseurs, des cuirassés et des porte-avions mais ce choix avait un impair : la lenteur des constructions.

Si en temps de paix cela peut se comprendre, en temps de guerre, le temps n'est pas infini et pour compenser les pertes, il ne faut pas hésiter à brûler les étapes.

En ce qui concerne les porte-avions, les japonais se sont penchés sur ce problème dès les années trente et la solution la plus raisonable fût la conversion de navires pouvant être transformés en porte-avions.


C'est ainsi que les japonais choisirent de transformer deux ravitailleurs de sous marins, les Tsurigizaki et Takasaki devenus les porte-avions Zuiho et Shoho. Ils transformèrent également trois paquebots pour former la classe Taiyo mais aussi les ravitailleurs d'hydravions de classe Chitose.

Ils allèrent cependant plus loin en finançant la construction de deux luxueux paquebots, les Izumo Maru et Kashiwara Maru mais qui ne naviguèrent jamais avec des passagers puisqu'ils furent transformés sur cale en porte-avions et rebaptisés Hiyo et Junyo.


Autre exemple de transformation : le Junyo mis sur cale comme paquebot mais achevé comme porte-avions

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON PORTE-AVIONS CLASSE ZUIHO   Jeu 23 Juin 2011, 13:54

HISTORIQUE

Le Zuiho

Le Zuiho à la mer

-Le Zuiho (phoenix chanceux) est mis sur cale au Yokosuka Navy Yard comme ravitailleur de sous-marin sous le nom de Takasaki le 20 juin 1935, lancé le 19 juin 1936. Son achèvement en porte-avions ayant été décidé, il n'est mis en service que le 27 décembre 1940, formant la 3ème division de porte-avions en compagnie du porte-avions Hosho.


Le Takasaki en cours de conversion en porte-avions. Les travaux de conversion ayant commencé peu après le lancement, il n'à jamais navigué comme ravitailleur de sous-marins

Les japonais ont parfaitement planifié leur entrée en guerre. Il faut dire qu'ils y travaillent depuis 1905, du temps pour tout planifier même si les moyens ont naturellement évolué.

La neutralisation de la flotte du Pacifique à Pearl Harbor doit s'accompagner d'une attaque contre les Phillipines, un protectorat américain très avancé sur le chemin de l'indépendance mais aussi contre Hong Kong et la Malaisie (colonies britanniques) et les Indes Néerlandaises, colonie des Pays Bas qui regorgeaient de pétrole et de caoutchouc indispensable pour la machine de guerre nippone.

Les grands porte-avions (Akagi Kaga Soryu Hiryu Shokaku et Zuikaku) étant occupés à Pearl Harbor, ce sont les plus petits qui sont chargés d'appuyer les assauts amphibies de l'armée japonaise . Cependant en raison d'un manque d'appareils et d'entrainement, seuls les Zuiho et Ryujo seront engagés, le Hosho et le Shoho étant réservés à l'entrainement.

Ce n'est que le 11 janvier que le porte-avions Zuiho entre en guerre, soutenant la prise de Menado (Indes Néerlandaises). Faute d'opposition aérienne, son groupe aérienne mène surtout des missions d'appui-feu.

Il est ensuite engagé dans la bataille de Midway. Cette bataille de quatre jours (3-7 juin 1942) est le tournant de la guerre du Pacifique puisque la progression japonaise est définitivement stoppée et le Japon ne fera plus que reculer.

Dans cette bataille, le Zuiho est intégré à la force d'invasion de Midway (vice-amiral Kondo) avec un groupe aérien composé de douze chasseurs (six A5M et six A6M2) et douze bombardiers-torpilleurs B5N2. A la différence des quatre porte-avions de l'amiral Nagumo, le Zuiho sort intact de cette bataille.

A partir du mois d'août 1942, les américains et les japonais s'affrontent durement pour le contrôle d'une petite île de l'archipel des Salomons : Guadalcanal. Du contrôle de cette île dépend soit la sanctuarisation de la sphère de coprospérité ou la sécurisation des lignes de communications entre l'Australie et les Etats Unis.

Outre une véritable guerilla navale symbolisé côté japonais par le «Tokyo Express», plusieurs affrontements «au dela de l'horizon» vont avoir lieu.

Le Zuiho si il manque la bataille des Salomons Orientales du 23 au 25 août, va participer à la bataille de Santa Cruz du 25 au 27 octobre au sein de la 1ère division de porte-avions en compagnie des Shokaku et Zuikaku.

Le 25 octobre, les américains disposent de la TF16 (amiral Kinkaid) avec le porte-avions Enterprise, le cuirassé South Dakota, le croiseur lourd Portland, le croiseur léger antiaérien San Juan et les 8 destroyers (Desron 5 et Desron 3); de la TF17 (amiral Murray) avec le porte-avions Hornet, les croiseurs lourds Northampton et Pensacola, les croiseurs légers antiaériens San Diego et Juneau et les 5 destroyers du Desron 2 et enfin de la TF64 de l'amiral Lee composée du cuirassé Washington, du croiseur léger Helena, du croiseur léger antiaérien Atlanta et de six destroyers du Desron 12.

Face à ce déploiement, les japonais disposent d'une force d'attaque avec trois porte-avions, un croiseur et huit destroyers; une force d'avant garde avec deux cuirassés, quatre croiseurs et sept destroyers; une force avancée avec six croiseurs, six destroyers et un porte-avions; une force d'appui avec deux cuirassés et six destroyers; une force d'assaut et de bombardement avec deux croiseurs et quatre destroyers et une force d'éclairage avec 12 sous marins et 220 avions basés à terre (la TF63 américaine dispose de 261 appareils basés à Guadalcanal _60_ Espiritu Santo _111_ et Nouméa avec 90 appareils).

Le 25 octobre, l'Enterprise lance seize Dauntless armés de reconnaissance peu après cinq heures qui découvrent le groupe d'avant garde à 6h17 (deux cuirassés quatre croiseurs et sept destroyers) mais ne voient pas les porte-avions croisant des Kate chargés de la même mission.

Les porte-avions de Nagumo sont localisés à 6h50 à moins de 200 miles des américains, les deux Dauntless attaquent malgré huit Zero dont trois sont abattus. Les nuages permettent ensuite aux américains de se camoufler. Une autre paire de Dauntless attaque à 7h40 plaçant deux bombes sur le Zuiho, les Dauntless abattent ensuite deux Zero. Une autre paire de Dauntless bombardent sans succès le Tone. Tous les appareils regagnent le porte-avions.

Les japonais ont aussi trouvé le Hornet à 6h30. Une première vague de 65 appareils décollent du Shokaku, du Zuikaku et du Zuiho à 7h. Une seconde vague de 44 avions se prépare ensuite dont 29 sur le Junyo, le Zuiho étant hors de combat.

Le Hornet fait partir le 26 à 7h30 une force de 15 Dauntless, 6 Avenger et 8 Wildcat alors que l'Enterprise envoie 3 Dauntless, 8 Avenger et 8 Wildcat suivis à 8h15 par 9 Dauntless, 9 Avenger et 7 Wildcat du Hornet. Les avions américains et japonais se croisent et une douzaine de Zero attaquent le groupe de l'Enterprise qui y perd quatre Wildcat et autant d'Avenger en perdant trois des leurs.

Les porte-avions américains séparés de dix milles sont couverts par 38 Wildcat dirigés par l'Enterprise mais mal positionnés ils interviennent trop tard et si l'Enterprise est sauvé par un grain, le Hornet est touché à mort.

Les japonais rassemblent ce qui leur reste d'appareils et le Junyo lance 15 avions à 13h15. Les Kate attaquent le groupe du Hornet à 15h15. Le Northampton largue la remorque juste à temps pour éviter les torpilles. Le Hornet en encaisse une puis les Val se présentent à 15h40 mais ne touchent rien. A 15h50, six Kate font un bombardement horizontal et touchent encore le Hornet à tribord arrière. Le Hornet est évacué alors qu'une dernière attaque par six chasseurs et quatre bombardiers qui mettent au but une bombe qui touche le pont du hangar.

L'évacuation achevée, le Mustin lance huit torpilles pour achever le porte-avions mais trois seulement le touchent. L'Anderson en place ensuite six mais le Hornet flotte toujours. Alors que les japonais se rapprochent, le Mustin et l'Anderson tirent 430 coups de 127mm. Le porte-avions se finalement achever par les japonais, le Hornet coulant à 1h35 le 27 octobre.

Envoyé à l'attaque des bâtiments japonais, les 52 avions du Hornet et les 12 survivants de l'Enterprise sont divisés. Un premier groupe du Hornet avec 15 Dauntless et 4 Wildcat est intercepté par les Zero mais les Wildcat les dégagent au prix de deux appareils. Le Shokaku encaisse au minimum quatre et probablement six bombes, une bombe tombant derrière l'ilôt et les autres groupés au milieu du navire derrière les ascenseurs.

Le pont d'envol éventré, un feu généralisé, le Shokaku est sauvé par miracle et gagne Truk le 28 octobre pour des réparations d'urgence lui permettant de rentrer au Japon. Il quitta Truk le 2 novembre 1942 arrivant à Yokosuka le 6 novembre 1942. il est mis au bassin du 8 février au 19 mars 1943 avant de gagner Kure le 27 mars 1943.

Remis en état, le porte-avions participe en janvier-février 1943 à l'évacuation japonaise de Guadalcanal en compagnie du Junyo et du Zuikaku.
Le 30 octobre 1943, il quitta Truk en compagnie des Zuikaku et Shokaku, du croiseur léger Agano pour renforcer les défenses de Rabaul, le Zuikaku lançant 24 chasseurs pour renforcer les défenses de Rabaul (opération RO) qui allait être attaquée sans répit par les américains jusqu'en février 1944 et peu à peu déperrir jusqu'à tomber comme un fruit mur à la fin de la guerre.


Aspect du Zuiho en 1944

Les 19 et 20 juin 1944, le porte-avions Zuiho participe à la bataille de la mer des Philippines. Cette bataille provoquée par l'opération Forager _le débarquement américain sur les Mariannes_ est un véritable désastre pour l'aéronavale japonaise qui cesse d'exister avec la perte de 400 appareils («The Mariannas Turkey Shot») et de deux porte-avions, les Taiho et Shokaku.

Durant cette bataille, le porte-avions léger Zuiho intégré à la 3ème division en compagnie des porte-avions légers Chitose et Chiyoda, intégré à la force C du vice-amiral Kurita sort indemne de cette bataille.

Le 18 octobre 1944, la flotte japonaise à Brunei lança l'opération Sho-1, la contre-attaque planifiée contre le débarquement américain dans le Golfe de Leyte.

Le plan était une fois n'est pas coutume pour les japonais d'une simplicité biblique : les porte-avions de l'amiral Ozawa devaient attirer les porte-avions américains au nord de Leyte pour permettre à la Force Centrale de l'amiral Kurita d'entrer dans le golfe de Leyte et de détruire les navires américains couvrant le débarquement, il disposait pour cela de cinq cuirassés (Nagato, Kongo, Haruna, Yamato et Musashi)de 7 croiseurs lourd, de 2 croiseurs légers et 15 destroyers. La flotte japonaise appareilla ainsi de Brunei le 20 octobre.

Pourtant peu après son appareillage, la flotte japonaise fût repérée par deux sous marins américains qui torpillèrent deux croiseurs lourds dont le navire-amiral de Kurita, l'Atago. Kurita fût repêché par le Yamato mais en perdant du temps et des documents. Le 24 octobre 1944, la Force Centrale entra dans la mer de Sibuyan mais fût attaquée par cinq vagues d'appareils américains.


Le Zuiho engagé dans la bataille du Cap Engano

Le plan fonctionne à merveille et pendant que les cuirassés de l'amira Kurita s'attaquent aux destroyers, destroyers d'escorte et porte-avions d'escorte couvrant les troupes de la 7ème armée débarquée, les porte-avions d'Ozawa furent attaqués par les porte-avions de l'amiral Halsey. C'est la bataille du Cap Engano le 24 octobre 1944.

Le Zuikaku en dépit de sa puissante DCA et du sacrifice de ses pilotes est touché par sept torpilles et neuf bombes ne lui laissant strictement aucune chance de survie. L'ordre d'abandonner le navire est annoncé à 13.58 et le pavillon est amené. Il commença à chavirer par tribord et coula par la poupe à 14.14 entrainant avec lui le commandant du navire et 842 officiers et marins mais laissant 862 survivants. Il est rayé des registres le 26 août 1945.

Le Zuiho survit que quelques minutes au dernier survivant du raid sur Pearl Harbor. Il est touché au même moment par trois bombes et deux torpilles sans compter les coups à toucher. La vitesse tombe à 12 noeuds à 14.00.

Le dernier moteur en marche est innondé, immobilisant le navire qui subit une quatrième et dernière attaque. La gite atteint 23° à 15.00 et l'ordre d'évacuation est donnée. Le Zuiho s'enfonce par l'arrière puis chavire sur tribord à 15.26, sa proue disparaissant en dernier. 759 hommes sont sauvés.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON PORTE-AVIONS CLASSE ZUIHO   Jeu 23 Juin 2011, 14:04

Le Shoho

Le porte-avions Shoho

-Le Shoho (Phoenix heureux) est mis sur cale au Yokosuka Navy Yard comme ravitailleur de sous-marins sous le nom de Tsurugisaki le 3 décembre 1934, lancé le 1er juin 1935 et admis au service actif le 15 janvier 1939.


Le ravitailleur de sous-marin Tsurugisaki

Début 1940, il est retiré du service pour être transformé en porte-avions, travaux qui s'achève le 30 novembre 1941 quand le navire est remis en service. Il est rebaptisé Shoho en janvier 1942.

Basé dans un premier temps à Yokosuka au sein de la 4ème division de porte-avions pour entrainement, le porte-avions appareille pour Truk où il arrive le 10 février 1942. De retour à Yokosuka le 11 avril 1942, il reprend la mer le 18 avril pour un entrainement au large de Yokosuka, rentrant au port le 24 avril 1942.


Le Shoho en mer lors de ses essais

Il regagne ensuite Truk, appareillant pour participer à l'opération en mer de Corail qui déboucha sur la bataille de la mer de Corail. La bataille de la mer de Corail est liée à la volonté de l'armée impériale de renforcer la sphère de coprospérité et de menacer l'Australie en s'emparant de la Papouasie Nouvelle Guinée en installant notament des aérodromes à Tulagi et à Port Moresby.

Cet affrontement allait être la première bataille «over the horizon» (au delà de l'horizon), les groupes aériens portant les coups sans que les navires ne soient au contact direct.

Les japonais annulent l'opération MO de débarquement à Port Moresby le 6 mai quand la TF17 organisée autour des porte-avions Lexington et Yorktown est signalée en mer de Corail. Les deux Task Force ennemies passe la journée du 6 mai à lancer des reconnaissances pour trouver l'ennemi.

Le 7 mai 1942, 12 Nakajima B5N2 décollent des Shokaku et Zuikaku. A 7h22, l'un de ces appareils, repère un porte-avions et un croiseur. En réalité, il s'agit du pétrolier Neosho et du destroyer Sims mais la force d'assaut japonaise ne va le découvrir qu'au moment où elle arrivera sur zone.

Cette force d'assaut se compose de 36 Aichi D3A1 Val (19 du Shokaku et 17 du Zuikaku), de 24 Nakajima B5N2 Kate (13 du Shokaku et 11 du Zuikaku) et 19 Mitsubishi A6M2 répartis de manière égale entre les deux porte-avions. Cette erreur était d'autant plus incompréhensible qu'à 8h10 un hydravion du croiseur Furutaka à repéré la TF17 à 80 miles de la position du «porte-avions» et du «croiseur».

Arrivé au dessus du Neosho et du Sims, les bombardiers en piqué attaquent alors que les torpilleurs font demi-tour. Le pétrolier encaisse 7 bombes plus un bombardier abattu qui s'écrase sur le navire alors que le Sims encaisse trois bombes et se casse en deux.

Le pétrolier réussit à se maintenir à flot jusqu'au 11 mai quand le destroyer Henley récupère 123 survivants du pétrolier et du destroyer avant d'achever l'épave au canon.

Côté américain, les Douglas Dauntless envoyés en reconnaissance repèrent les croiseurs Furutaka et Kinugasa à 7h15 puis à 8h15 2 porte-avions et 4 croiseurs. Fletcher est certain qu'il s'agit des Shokaku et Zuikaku, distants de quelque 200 miles de la TF17.


"Scratch one flat-top"

Les américains lancent 93 appareils (50 du Lexington et 43 du Yorktown ou 53 Dauntless, 22 Devastator et 18 Wildcat) mais en réalité il ne s'agit par des deux grands porte-avions mais du porte-avions léger Shoho. Ce dernier encaisse 13 bombes et 7 torpilles et coule à 11h30 ne laissant que 300 survivants. A cette occasion, le capitaine de frégate R.E Dixon lance le message resté célèbre «Scratch one flat-top» (rayez un pont plat).


La fin du Shoho lors de la bataille de la mer de Corail

Le Shoho est rayé des registres le 20 mai 1942.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON PORTE-AVIONS CLASSE ZUIHO   Jeu 23 Juin 2011, 14:09

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

Schéma simplifié des porte-avions type Zuiho


Déplacement : standard 11262 tonnes pleine charge 13950 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 205.50m à la flottaison 201.43m largeur à la flottaison 18m tirant d'eau 6.63m

Propulsion : deux turbines à engrenages Kampon alimentées en vapeur par quatre chaudières Kampon Ro dévellopant 52000ch et entrainant deux hélices.

Performances : vitesse maximale 28 noeuds distance franchissable 7800 miles nautiques à 18 noeuds

Armement : 8 canons de 127mm en quatre affûts doubles (deux à tribord et deux à babord) et 12 canons de 25mm en quatre affûts triples

Installations aéronautiques :

Vue aérienne d'un porte-avions de classe Zuiho avec les principales installations aéronautiques : deux ascenseurs, les brins d'arrêts..........

-Pont d'envol de 180m de long sur 23m de large

-Deux ascenseurs axiaux

-Deux hangars superposés

-Cinq brins d'arrêts

Groupe aérien : 27 avions +3 de réserve

Equipage : 785 officiers et marins

SOURCES

-Simon Liot de Nobrecourt La Flotte Combinée japonaise de Pearl Harbor à Hiroshima

-Michel Ledet Samourais sur porte-avions : les groupes embarqués japonais et leurs porte-avions 1922-1944

-Encyclopédie des armes éditions atlas tome 4 «les porte-avions du Pacifique» P881-900

-Les porte-avions de la seconde guerre mondiale en images

-Ressources internet diverses



FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : FREGATES LANCE-MISSILES CLASSE LUPO


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
david
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2035
Age : 41
Ville : Eaubonne
Emploi : éducation nat
Date d'inscription : 08/11/2005

MessageSujet: Re: JAPON PORTE-AVIONS CLASSE ZUIHO   Jeu 23 Juin 2011, 18:39

bel article et bien documenté comme toujours

_________________
je ne suis pas fou, juste un peu cinglé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON PORTE-AVIONS CLASSE ZUIHO   Jeu 23 Juin 2011, 19:39

Merci beaucoup.

J'ai commencé aujourd'hui les Lupo, j'espère poster lundi.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Gros Ventre
Quartier Maître 2eme classe
Quartier Maître 2eme classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 340
Age : 54
Ville : Lévignac
Emploi : responsable de conduite
Date d'inscription : 14/05/2011

MessageSujet: Re: JAPON PORTE-AVIONS CLASSE ZUIHO   Mer 27 Juil 2011, 21:21



Magnifique article , merci , les photos sont superbes

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colombamike
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3302
Age : 37
Ville : Massilia
Emploi : Yep
Date d'inscription : 06/11/2007

MessageSujet: Re: JAPON PORTE-AVIONS CLASSE ZUIHO   Mer 27 Juil 2011, 22:09

Très bons "porte-avions d'origines secondaires"

Ils n'étaient pas destinés à cela, mais leurs conversions fut réussit (navires relativement manœuvrable, correctement armés, groupe aérien correct pour la taille/déplacement du navire).........et surtout ces 2 rafiots furent capables d'encaisser de nombreux coups avant de couler
Pour moi, se sont les "USS Independance Japonais"...
Le design d'origine (ravitailleur de sous-marins) était parfaitement adapté à la conversion en porte-avions (et quasi meilleur que les "Chitose").
Rafiots biens meilleurs que les "Junyo's" et autres !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON PORTE-AVIONS CLASSE ZUIHO   Mer 27 Juil 2011, 22:14

Merci les gars. Quand on voit le peu de projectiles qu'il à fallu aux américains pour couler les Akagi Kaga Soryu et Hiryu par rapport au Soho, on peut qu'être impressionné de leur capacité d'encaissement.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5104
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: JAPON PORTE-AVIONS CLASSE ZUIHO   Mer 27 Juil 2011, 22:34

Ces deux navires faisaient partie de la "shadow fleet" destinée:

1-à tourner les 81 000 t de PA octroyées par le traité de Washington

mais surtout

2-anticiper un conflit au cours duquel les amiraux les plus clairvoyants savaient pertinemment que les arsenaux n'auraient guère le possibilité de construire de nouveaux PA à un rythme susceptible de répondre aux besoins ops ... l'avenir leur donna raison.

Les PA détruits à Midway très loin de leurs bases ont été sabordés et surtout ont été avant tout détruit par l'ignition de carburant et de munitions lors des opérations de rvt dans les hangars, bref des incendies catastrophiques alors que les PA étaient encombrés d'avions et de munitions ce qui était loin d'être le cas du Shoho et surtout du Zuiho leur de leur fin.
Le Zuiho était quasi vide ses appareils avaient été étrillés la veille au dessus du Task Group Sherman dans le Golfe de Leyte...

Ces deux PA furent les plus réussis de la flotte "transformée" mais ils étaient trop petits pour mettre en œuvre des groupe significatifs.
En fait ils ont mis du temps à être coulés car ils n'ont pas flambé comme des torches !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colombamike
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3302
Age : 37
Ville : Massilia
Emploi : Yep
Date d'inscription : 06/11/2007

MessageSujet: Re: JAPON PORTE-AVIONS CLASSE ZUIHO   Mer 27 Juil 2011, 22:52

pascal a écrit:
Ces deux PA furent les plus réussis de la flotte "transformée" mais ils étaient trop petits pour mettre en œuvre des groupe significatifs.

La taille du groupe aérien ne veut pas forcément dire grand chose....
Sur 30 avions embarqués....
...12/15 B5N Kate (ou B6N) armés de torpilles et pilotés par des pilotes "très déterminés" représentaient une menace très sérieuse.......même en 1944 pour un US Task Carrier Group avec 200 avions à bord ...

Les américains comprendront cela et apprendront très chèrement la leçon, en Février/Octobre 1944 Rolling Eyes
(certes, c'était la des avions basés à terre, mais quand même...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
warburton
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11663
Age : 70
Ville : paris
Emploi : antimythes
Date d'inscription : 05/03/2011

MessageSujet: Re: JAPON PORTE-AVIONS CLASSE ZUIHO   Jeu 28 Juil 2011, 01:37

bonjour
je crois, au contraire que la force du groupe aérien est tout. en ce sens, même s'ils ne furent pas les inventeurs du porte-avions, les USA ont compris les premiers que la valeur de ce type de navire ne résidait ni dans la puissance de son artillerie, ni dans sa protection, mais bien dans son aviation. celle ci lui permettant d'exercer sa puissance, aussi bien offensive que défensive. il suffit, pour s'en convaincre d'étudier les résultats obtenus par les P-A britanniques, qui furent mis hors de combat par des attaques d'avions considérés alors comme obsolètes (les Stuka), mais contre lesquels ils ne pouvaient rien, faute de chasseurs. les Dauntless, que les Anglais n'appréciaient guère, purent massacrer les navires japonais grâce au grand nombre de (bons) chasseurs embarqués sur les Essex. et, ces mêmes chasseurs pouvaient aussi, et toujours en raison de leur nombre, défendre la flotte. je ne suis pas sur que des "Independence" ou des CVE seraient parvenus à contrer l'offensive Kamikaze.
à mon avis, un petit porte-avions japonais n'était pas (en 1944), une menace, il était une cible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5104
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: JAPON PORTE-AVIONS CLASSE ZUIHO   Jeu 28 Juil 2011, 07:27

de plus en 1944 le petit PA japonais comme le porte-avions d'escadre n'a plus de pilotes expérimentés exception faite de quelques individualités...

Durant la bataille de Leyte les pilotes des quatre PA de l'Amiral Qzawa sont en grande majorité incapables d'apponter, ils sortent pour la plupart des centres de formation ou on leur a appris tout au plus à voler en suivant un leader assurant la navigation. Je ne parle même pas de combattre l'adversaire ou de le bombarder.

L'essentiel des appareils de l'Amiral Fukudome étaient basés à terre où d'ailleurs avaient reçu l'ordre se poser les appareils des PA après leur premier combat (destiné uniquement à attirer vers le nord les PA américains) ... la plupart des 116 avions d'Ozawa (76) furent abattus dans la matinée du 24 octobre et sur les 40 survivants à peine une poignée appontèrent sur les PA.

Le 25 en fin de matinée ce sont 4 PA vides que coulent les avions US dont le Zuiho le Chiyoda et le Chitose tous trois issus du "shadow program" d'avant quatrième le dernier le Zuikaku dernier survivant de Pearl Harbour était une cible hautement symbolique dont des hommes aussi différents dans leur caractère que Halsey et Nimitz voulaient la peau à tout prix, question de principe !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: JAPON PORTE-AVIONS CLASSE ZUIHO   

Revenir en haut Aller en bas
 
JAPON PORTE-AVIONS CLASSE ZUIHO
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» JAPON PORTE-AVIONS CLASSE ZUIHO
» JAPON PORTE-AVIONS CLASSE UNRYU
» PORTE-AVIONS CLASSE NIMITZ
» JAPON PORTE-AVIONS CLASSE JUNYO
» JAPON PORTE-AVIONS CLASSE SHOKAKU

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: LES NAVIRES 1922-1950-
Sauter vers: