AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 [Article] BATAILLE DU JUTLAND (31 MAI-1er JUIN 1916)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: [Article] BATAILLE DU JUTLAND (31 MAI-1er JUIN 1916)   Ven 27 Mai 2011, 21:29

BATAILLE DU JUTLAND
(31 MAI-1er JUIN 1916)


AVANT PROPOS

Avant cet article, j'ai réalisé un article sur le paquebot France rompant avec l'habitude de traiter uniquement des navires militaires. A cet article sortant de l'ordinaire succède un autre article innovant par rapport à ce que je fais d'habitude.

Je vais en effet traiter une bataille et non un navire, un sous-marin ou un aéronef et surtout je vais adopter un nouvel style ou du moins essayer. A un style ampoulé, je vais préféré un style plus journalistique fait de phrases courtes et percutantes. Pour cette première j'ai choisit la bataille du Jutland, la plus grande bataille navale de l'histoire.

A mon plan traditionnel, j'ai préféré un nouveau type de plan, un plan plus clair, l'article devant être divisé en cinq parties.

La première partie concernera le contexte de la bataille et notamment le conflit dans lequel elle se déroule.

La seconde partie sera consacrée à l'ordre de bataille des deux marines engagées

La troisième partie sera consacrée aux chefs, aux commandants des deux marine. Outre les éléments biographiques, j'essaierai dans la mesure du possible de montrer quelle est leur personnalité : sont-ils des impulsifs comme Beatty et Halsey ou des tacticiens avisés et réfléchis comme Jellicoe, Spruance et Cunningham ?

La quatrième partie sera consacrée au déroulement de la bataille navale et la cinquième partie aux conséquences de la bataille qu'elles soient tactiques, techniques et stratégiques.


1-CONTEXTE

En suivant la théorie de la Weltpolitik (politique mondiale), Guillaume II lance un gigantesque programme d'armement naval, programme mis en music par le Grand-Amiral Tirpitz pour permettre à l'Allemagne de se faire une place au soleil en se taillant un empire colonial.


Représentation allégorique de Britannia

Depuis 1815, la Grande Bretagne était la puissance navale dominante en Europe (et in fine du Monde), puissance résumée par la phrase Britannia rules the wave (Britannia commande les vagues) sans réelle opposition même si le Second Empire dôta la France d'une vrai puissance navale.


Représentation allégorique de Germania dâtant de 1848

Le vote d'une première loi en 1888 marque le début d'une course aux armements navals entre Berlin et Londres, les deux pays multipliant les mises sur cale de cuirassés et de croiseurs de bataille.


George V et Guillaume II étaient cousins

Cette rivalité navale fait capoter les tentatives de rapprochement diplomatique, la Grande Bretagne préférant l'Entente Cordiale avec la France à l'Entente Familliale puisque Guillaume II et George V étaient cousins.

Dès que le conflit éclate, les deux marines songent à une bataille décisive, une bataille qui déciderait du sort de la guerre. Néanmoins, consciente de son infériorité, la Kaiserliche Marine adopte dans un premier temps la tactique de la Fleet-in-Being (flotte en attente) théorisée par Alfred Mahan.


Alfred Mahan

Néanmoins au printemps 1916, les allemands décident d'adopter une attitude plus agressive sans savoir que depuis octobre 1914 les britanniques décryptent leurs communications connaissant en même temps que les allemands le plan.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: [Article] BATAILLE DU JUTLAND (31 MAI-1er JUIN 1916)   Ven 27 Mai 2011, 21:43

2-ORDRE DE BATAILLE

Royal Navy : Grand Fleet

Flotte de Combat (Amiral John Jellicoe à bord du cuirassé Iron Duke)

Le cuirassé HMS Iron Duke, navire sur lequel l'amiral Jellicoe posa sa marque

1ère Escadre de ligne (1st Battle Squadron) vice-amiral Burnley

5ème division : Colossus (classe Colossus) Neptune (classe Neptune) Collingwood Saint Vincent (classe Saint Vincent)

6ème division : cuirassé Marlborough (classe Iron Duke) Revenge (classe Revenge) Hercules (classe Colossus) Agincourt (classe Agincourt)

2ème Escadre de ligne (2nd Battle Squadron) vice-amiral Jerram

1ère division : cuirassés King George V Ajax Centurion (classe King George V) et Erin

2ème division : cuirassés Orion Monarch Conqueror Thunderer (classe Orion)

4ème Escadre de ligne (4th Battle Squadron) vice-amiral Sturdee

3ème division : cuirassés Iron Duke (classe Iron Duke) Royal Oak (classe Revenge) Superb (classe Bellerophon) Canada (classe Canada)

4ème division : cuirassés Benbow (classe Iron Duke) Bellerophon et (classe Bellerophon) Vanguard
(classe Saint Vincent)

3ème Escadre de croiseurs de bataille (3rd Battlecruiser Squadron) contre-amiral Hood

Croiseurs de bataille Invincible Inflexible et Indomitable (classe Invincible)

1ère Escadre de croiseurs-cuirassés

Croiseurs-cuirassés Defence (classe Minotaur) Warrior Duke of Edimburgh Black Prince (classe Duke of Edimburgh)

2ème Escadre de croiseurs-cuirassés (C.A Heath)

Croiseurs-cuirassés Minotaur Shannon (classe Minotaur) Hampshire (classe Devonshire) Cochrane (classe Duke of Edimburgh)

4ème Escadre de croiseurs légers (Commodore Le Mesurier)

Croiseurs légers Calliope Caroline Constance Comus Royalist Blanche Bodicea Bellona Canterbury Chester

Destroyers : 4ème flottille (capitaine de vaisseau Wintour) : 19 destroyers 11ème flottille (Commodore Hawkesley) : croiseur léger Castor et 15 destroyers 12ème flottille (capitaine de vaisseau Stirling) 16 destroyers

Flotte des croiseurs de bataille (vice-amiral Beatty croiseur de bataille Lion)

Le croiseur de bataille HMS Lion navire sur lequel l'amiral Beatty posa sa marque

1ère Escadre de croiseurs de bataille (1st Battlecruiser Squadron) (Contre-amiral de B. Brock)

Croiseurs de bataille Princess Royal Queen Mary (classe Lion) Tiger (classe Tiger)

2ème Escadre de croiseurs de bataille (2nd Battlecruiser Squadron) (Contre-amiral Pakenham)

Croiseurs de bataille New Zealand Indefatigable (classe Indefatigable) (L'Australia est indisponible suite à une collision avec le New Zealand)

5ème Escadre de cuirassés rapides (5th Battle Squadron) (Contre-amiral Evans-Thomas)

Cuirassés Barham Valiant Warspite Malaya (classe Queen Elisabeth)

1ère Escadre de croiseurs légers (Commodore Sinclair)

Croiseurs légers Galatea Phaeton Inconstant Cordelia

2ème Escadre de croiseurs légers (Commodore Goodenough)

Porte-hydravions Engadine

Croiseurs légers Southampton Birmingham Nottingham Dublin

3ème Escadre de croiseurs légers (Contre-amiral Napier)

Croiseurs légers Falmouth Yarmouth Birkenhead Gloucester

Destroyers : 1ère flottille (C.V Roper) avec le croiseur léger Fearless et 9 destroyers 9ème et 10ème flottilles : 8 destroyers (4 de chacune de ses flottilles) sous le commandement du capitaine de vaisseau Goldsmit 13ème flottille (C.V Farie) croiseur léger Champion et 10 destroyers

Hochseeflotte

Flotte de combat (vice-amiral Scheer cuirassé Friedrich der Grosse)

Le SMS Friedrich der Grosse, navire sur lequel l'amiral Scheer à posé sa marque

1ère Escadre (contre-amiral Schmidt)

1ère division : cuirassés Ostfriesland Thüringen Helgoland Oldenburg (classe Helgoland)

2ème division : cuirassés Posen Rheinland Nassau Westfalen (classe Nassau)

3ème Escadre (contre-amiral Behcke)

5ème division : cuirassés König Grosser Kurfürst Markgraf Kronprinz Wilhelm (classe König)

6ème division : cuirassés Kaiser Kaiserin Prinzregent Luitpold (classe Kaiser)

4ème groupe de croiseurs légers d'éclairage (Commodore Von Reuter) : croiseurs légers Stettin München Frauenlob Stuttgart Hamburg

2ème escadre (contre-amiral Mauve)
3ème division : cuirassés Deutschland Pommern (classe Deutschland) Hessen (classe Braunschweig)

4ème division : cuirassés Hannover Schlesien Schleswig-Holstein (classe Deutschland)

Flottilles de torpilleurs (navire-amiral croiseur Rostock)

1ère flottille : quatre torpilleurs

3ème flottille : sept torpilleurs

5ème flottille : onze torpilleurs

7ème flottille : neuf torpilleurs

Force d'éclairage (Vice-amiral Hipper croiseur de bataille Lützow)

Le croiseur de bataille Lützow fût le navire-amiral de l'amiral Hipper

1er Groupe d'éclairage

Croiseurs de bataille Lützow Derfflinger (classe Derfflinger) Seydlitz (classe Seydlitz) Moltke (classe Moltke) Von der Tann (classe Von der Tann)

2ème Groupe d'éclairage de croiseurs légers (Contre-amiral Boedicker)

Croiseurs légers Frankfurt Pillau Elbing Wiesbaden

Flottilles de torpilleurs (navire-amiral Regensburg)

2ème flottille : 10 torpilleurs 6ème flottille : 9 torpilleurs 9ème flottille : 11 torpilleurs

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: [Article] BATAILLE DU JUTLAND (31 MAI-1er JUIN 1916)   Ven 27 Mai 2011, 21:48

3-LES CHEFS

Amiral Sir John Jellicoe

John Jellicoe

John Rushworth Jellicoe, 1er comte Jellicoe est né à Southampton le 5 décembre 1859 dans une famille de marins (son père était capitaine dans la Royal Navy). Il rejoint la marine britannique à l'âge de 13 ans en 1872 comme cadet avant de devenir aspirant deux ans plus tard en 1874, se spécialisant comme officier canonnier, devenant lieutenant en 1880 et adjoint au chef de la direction des munitions navales (Director of Naval Ordnance) en 1888.

Promu commandant en 1891, il est affecté en Méditerranée et embarqué à bord du Victoria quand celui-ci coula après avoir été éperonné par le Camperdown. Il survécu au naufrage et fût promu au rang de capitaine en janvier 1897, devenant membre du Comité des munitions de l'amirauté avant d'intégrer l'état-major du vice-amiral Seymour chargé de libérer les légations étrangères attaquées par les Boxers en juin 1900, étant grièvement blessé et sauvé de justesse.

Assistant au contrôleur de la Royal Navy en février 1902, il se marie au mois de juillet avec Gwendoline Cayzer dont il aura six enfants avant de devenir directeur des munitions navales en 1905 puis aide de camp du roi Édouard VII du 8 mars 1906 au 8 février 1907.

Contre-amiral en février 1907, il fût un partisan assumé du dreadnought relayant l'action du bouillant amiral Fisher. Il devint en août 1907 commandant en second de la flotte de l'Atlantique avant d'en prendre la tête le 20 décembre 1910 lors de sa promotion au rang de vice-Amiral.

Amiral le 4 août 1914, il prend la tête de la nouvelle Grand Fleet, une responsabilité écrasante à tel point que Winston Churchill à l'époque premier lord de l'amirauté dira de lui «qu'il est le seul à pouvoir perdre la guerre en une après midi» et de fait son action durant la bataille de Jutland provoquera une longue controverse.

Premier lord de la mer en novembre 1916, il est remplacé à la tête de la grand Fleet par l'amiral Beatty son futur «ennemi» dans la «controverse du Jutland». Il est demis de son poste le 24 décembre 1917 en raison de son incapacité à mettre fin à la guerre sous-marine à outrance menée par les sous-marins allemands et surtout de son discours pessimiste.

Vicomte de Scapa en 1918, il est promu au grade d'amiral de la flotte en avril 1919 tout comme l'amiral Betty avant de devenir gouverneur général de la Nouvelle Zélande soit le représentant personnel du roi George V à Auckland, restant en poste de septembre 1920 à novembre 1924. A son retour en Grande Bretagne en 1925, il devient comte.

John Jellicoe est mort en novembre 1935. Enterré à la cathédrale Saint Paul, son enterrement voit la présence de l'amiral Reader, commandant en chef de la Kriegsmarine et qui était chef d'état-major de l'amiral Hipper à la bataille du Jutland. Le quatrième cuirassé de classe King George V aurait du être baptisé Jellicoe mais au final il à été baptisé Anson.

Amiral David Beatty

David Beatty

Sir David Beatty, 1er comte Beatty, vicomte Borodale et baron de la mer du Nord et Brooksby est né à Nantwich (Cheshire) le 17 janvier 1871. A l'âge de treize ans, il s'engage dans la Royal Navy comme aspirant. Il est élève canonnier de 1890 à 1892 et en sort comme lieutenant. Savoureux clin d'œil du destin, il est affecté sur le HMS Camperdown qui éperonna le HMS Victoria sur lequel se trouvait un certain John Jellicoe.

Capitaine en 1898, il est devient commandant en 1898 alors qu'il participe à la reconquête du Soudan sous l'autorité de lord Kitchener avant d'être engagé dans la répression de la révolte des Boxers. Il épouse la même année (1900), Ethel Tree qui lui fait accéder à la haute société.

Conseiller naval au sein de l'Army Council de 1906 à 1908, il reprend la mer en 1908 devenant contre-amiral le 1er janvier 1910 à l'âge de 39 ans, le plus jeune amiral depuis Nelson. Il refuse le poste de commandement en second de la flotte de l'Atlantique et est placé en demi-solde en 1912 mais Winston Churchill sauve sa carrière en le prenant comme secrétaire personnel avant de lui confier le commandement de la force des croiseurs de bataille de la Grand Fleet dont il prend la tête en remplacement de John Jellicoe en novembre 1916.

Amiral le 3 avril 1919, il devient premier lord de la mer la même année, poste qu'il occupe jusqu'en 1927 quand il part en retraite. Il décède le 11 mars 1936 mais son enterrement, seul l'attache naval allemand assiste aux funérailles peut être parce qu'il fût l'amiral qui recueillit la reddition de la Hochseeflot le 21 novembre 1918.

Le cinquième cuirassé de classe King George V fût initialement baptisé de ce nom mais il fût rebaptisé Howe en raison selon certains de la rrancœurtenace de Churchill vis à vis des amiraux en poste lors de la bataille du Jutland.

Amiral Reinhard Scheer

Reinhard Scheer

Reinhard Scheer (Obernkirchen, Basse Saxe 1863 Marktredwitz, Bavière 1928)

Entré dans la marine allemande en 1879 comme cadet, il va gravir tous les échelons de la Kaiserliche Marine. Protégé de l'amiral Tirpitz, il travailla à ses côtés à la formidable expansion de la marine allemande voulue par Guillaume II dans le cadre de la Weltpolitik voulue par ce dernier.

En décembre 1914, il devint le commandant du 3rd Battle Squadron composés des cuirassés allemands les plus modernes. En janvier 1916, il prend la tête de la Hochseeflot qu'il mena le 30 mai 1916 à la bataille du Jutland qui fût le dernier affrontement entre la Home Fleet et la Hochseeflot. En dépit de sa position, l'amiral Scheer devint un fervent partisan de la guerre sous marine.

Le 11 août 1918, il devint commandant en chef de la Kaiserliche Marine et le 30 octobre ordonna à la Hochseeflot d'appareiller pour l'attaque de la dernière chance. Dans son plan, les croiseurs de bataille devaient bombarder l'estuaire de la Tamise et les cuirassés les Flandres pour provoquer la bataille décisive attendue depuis 1916 par les deux camps. Ce plan ne fût jamais mis en œuvre, les marins s'étant mutinés à l'annonce de cet appareillage.

Retraité en novembre 1918, il publia en 1920 ses mémoires en anglais et accepta en 1928 une rencontre avec son vieil adversaire du Jutland, l'amiral Jellicoe mais il mourut avant que la rencontre ait pu se réaliser.

Amiral Franz von Hipper

Franz von Hipper

Franz Von Hipper (Weilhem, royaume de Bavière 13 septembre 1863 Hambourg 23 mai 1932). Engagé dans la marine impériale à tout juste 18 ans, il devient officier en 1884. Commandant la 1ère division de torpilleurs en 1903, il est promu au grade de contre-amiral en 1912 et commande à partir d'octobre 1913, les forces de reconnaissance de la Hochseeflotte composée notamment de croiseurs de bataille et participe ainsi à la bataille de Dogger Bank le 24 janvier 1915 puis à la bataille du Jutland le 31 mai 1916. Amiral en août 1918, il remplace l'amiral Scheer comme commandant en chef de la Hochseeflotte. A la retraite en 1918, il s'installe à Hambourg et ne fait plus parler de lui jusqu'à sa mort en mai 1932

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: [Article] BATAILLE DU JUTLAND (31 MAI-1er JUIN 1916)   Ven 27 Mai 2011, 22:13

4-LE DEROULEMENT DE LA BATAILLE

Plans allemands et renseignement anglais

La stratégie navale allemande prévoyait une bataille décisive contre la flotte britannique mais à seulement moyen terme après que la navigation britannique et les forces légères de la Royal Navy soient suffisamment affaiblies par une campagne de mouillage de mines, l'action des sous-marins et des attaques brèves mais violentes contre la Harwich Force chargée de la surveillance et du blocus de la baie d'Helgoland.


Représentation de la Grand Fleet

Les allemands espéraient attirer par ces raids une partie de la Grand Fleet et la détruire mais la possibilité de piéger les croiseurs de bataille de l'amiral Beatty ne fût pas suivit d'effet le 26 mars et le bombardement de Yarmouth le 21 avril s'interrompit de manière prématurée après que le croiseur de bataille Seydlitz eut sauté sur une mine.

Pour la fin du mois de mai, la marine allemande planifia une opération destinée à provoquer la bataille décisive. Des sous-marins devaient s'embusquer à la sortie des bases navales britanniques pendant que les croiseurs de bataille allemands devaient bombarder Sunderland. La flotte britannique aurait forcément réagit et serait tombé dans une embuscade sous-marine, les navires intacts devant alors tombés sur les cuirassés de l'amiral Hipper et anéantis.

Ce que les allemands ignoraient c'est que les britanniques avaient cassé les codes allemands, les spécialistes de la Room 40 avaient bénéficié de l'incroyable trouvaille de plongeurs russes qui récupérèrent sur l'épave du croiseur léger Magdebourg un livret de code.


Epave du croiseur léger allemand SMS Magdebourg

Le 28 mai 1916, les britanniques interceptèrent et décryptèrent un message allemand ordonna à tous les navires d'être prêts à prendre la mer le 30 mai. Les messages suivants interceptés ne furent pas décryptés mais ce qui était certain qu'une grande opération était en cours ce qui justifia le déploiement de la Grand Fleet qui prit la mer le 30 mai, cap à l'est, le point de rendez-vous entre les forces de Jellicoe (appareillant de Scapa Flow) et celles de Beatty (appareillant du Firth of Forth) étant fixé à 145km à l'ouest du Skagerrak au large du Jutland.

Un affrontement titanesque se préparait puisque 271 bâtiments venaient ou allaient appareiller, la supériorité numérique était du côté britannique avec 150 navires (28 cuirassés, 9 croiseurs de bataille, 8 croiseurs-cuirassés, 22 croiseurs légers, 81 destroyers, un poseur de mines et un porte-avions) contre 111 navires (22 cuirassés, 5 croiseurs de bataille, 11 croiseurs, 73 destroyers et 16 sous-marins).

Un cargo danois provoque la conflagration : Beatty contre Hipper

Carte générale de la bataille du Jutland

Les escadres britanniques arrivent au point de rendez vous à 14h le 31 mai mais ne trouve qu'une mer vide. Les officiers britanniques sont persuadés que les renseignements sont faux et se préparent donc à rentrer au bercail.

En réalité, la flotte allemande _censée être selon les goniomètre encore à Wilhelmshaven_ est derrière l'horizon et donc hors de portée des vigies anglaises pas aidées il est vrai par un temps maussade et une visibilité qui pourrait être meilleure.


Le cargo danois NJ Fjord

Les batailles ont souvent pour origine un événement banal et fortuit. La bataille du Jutland n'échappe pas à la règle car c'est l'apparition d'un vieux cargo danois, le NJ Fjord qui va provoquer le début de la plus grande bataille navale de l'histoire (ce navire sera coulé par le sous-marin UC-31 le 5 avril 1917).

Les britanniques comme les allemands aperçoivent le cargo en même temps et envoie en même temps des navires pour le reconnaître. Les britanniques envoient le croiseur léger HMS Galatea dont les vigies repèrent un torpilleur allemand poursuivant le cargo danois. Le croiseur ouvre le feu manque le torpilleur Elbing qui plus adroit touche le croiseur léger mais l'obus n'explose pas. C'est ainsi que commence la bataille du Jutland (Skagerrak pour les allemands).

Le Galatea repère alors les croiseurs légers éclairant la force de croiseurs de bataille de l'amiral et ouvre le feu à 14000m. Le commandant de la 1ère escadre des croiseurs légers, le commodore Sinclair ordonne à tous les croiseurs légers qui est suivie par les croiseurs de bataille de Beatty de mettre cap au nord pour attirer Hipper vers les cuirassés de Jellicoe qui à 65 miles de là ont mis cap au sud est mais Hipper comme si il avait pressenti le piège me cap au sud pour rejoindre les cuirassés de l'amiral Scheer.

Sans le savoir, les deux camps adoptent des stratégies similaires : Beatty veut engager Hipper (et inversement) pour l'affaiblir et surtout attendre l'arrivée des cuirassés de Jellicoe (ou de Scheer pour l'amiral allemand) pour écraser la flotte ennemie.



Commence alors la phase de la bataille appelée «La course au sud», le cap adoptée par les deux flottes. La visibilité avantage les allemands qui voient parfaitement les silhouettes des navires britanniques alors que les navires allemands sont noyés dans le brouillard. A cela s'ajoute la meilleure qualité des instruments optiques allemands.

A 15.30, Beatty aperçoit les croiseurs d'Hipper se dirigeant au nord-ouest. Hipper infléchit sa route pour amener Beatty sur les cuirassés de Scheer. A 15.45, les navires de Hipper étaient à portée de tir, les deux flottes suivant deux routes parallèles à 9 miles (environ 14km) l'une de l'autre.

Beatty avait ordonné que chaque navire engage un navire allemand mais en raison de l'erreur de Beatty _qui ne répercuta pas l'ordre aux cuirassés rapides d'Evans-Thomas_ , le croiseur de bataille Derfflinger fût sauté et pu manœuvrer comme à la parade.

Le talent des canonniers allemands (qui avaient remporté de nombreux concours de tir avant guerre) et la qualité de leurs optiques et de leurs systèmes de conduite de tir permis aux allemands de porter de rudes coups aux britanniques, trois croiseurs de bataille étant touchés avant qu'un navire allemand n'encaisse un coup.


Le HMS Indefatigable

Le HMS Lion perdit sa tourelle Q et sans le sacrifice du major Harvey, le croiseur de bataille aurait sauté. Il à plus de chance que l'Indefatigable qui après avoir encaissé trois obus de 280mm du Von der Tann plus une autre salve du même croiseur de bataille explosa ne laissant que 2 survivants sur 1019 membres d'équipage.


Le HMS Queen Mary

La chance d'Hipper tourna alors avec l'arrivée des cuirassés rapides de l'amiral Evans-Thomas bien plus puissants que les navires allemands mais l'amiral allemand n'était pas inquiet car il savait Scheer sur ses talons. A 16.25, le Derfflinger, The Iron Dog/Le chien de fer frappe de ses obus de 305mm le croiseur de bataille Queen Mary qui explose, ne laissant que 9 survivants sur 1275 membres d'équipage. En apprenant de ce désastre, Beatty confia au commandant du Lion, le capitaine Chatfield «On dirait que quelque chose ne va pas aujourd'hui avec nos maudits vaisseaux».


Le SMS Derfflinger

A 16.30, le croiseur léger Southampton aperçu les cuirassés de l'amiral Scheer (16 dreadnoughts et 6 prédreadnought) qui ouvrirent le feu pendant qu'au milieu les destroyers s'étripaient joyeusement, le Seydlitz fut torpillé tout comme deux torpilleurs coulés par les allemands qui envoyèrent un nombre équivalent de destroyers britanniques par le fond.

Beatty en infériorité numérique rompt le combat à 16.45 et décide de remonter vers le nord et Jellicoe en espérant attirer la flotte allemande. C'est la Course vers le Nord

Duel de cuirassés en mer du Nord-ouest


Comme précédement, Beatty fût incapable de prévenir Evans-Thomas du changement de tactique et les cuirassés rapides Malaya Warspite Barham Valiant continuèrent à filer vers Scheer et quand enfin la 5ème escadre manœuvra, elle le fit en échelon, offrant des cibles aux allemands qui endommagèrent gravement le Malaya.


Le cuirassé Malaya

Jellicoe avait une connaissance bien imparfaite de la situation et envoya en reconnaissance la 3ème escadre de croiseurs de bataille du contre-amiral Horace Hood chargé de faire la jonction avec Beatty. A 17.30, c'est cependant le croiseur cuirassé Black Prince qui repéra les croiseurs légers de l'amiral Beatty en même temps que les allemands.

Le croiseur de bataille Invincible met hors de combat le croiseurs léger Wiesbaden, forçant les trois autres croiseurs légers du contre-amiral Boedicker à se replier, ces derniers annonçant avoir prit contact avec la flotte britannique ce qui pousse Hipper pour gagner du temps à ordonner à ses torpilleurs de lancer une charge folle pour gagner le temps nécessaire aux cuirassés de Scheer de se mettre en position de combat.

Beatty ordonne alors à tous ces navires de se regrouper, espérant encore attirer les navires allemands vers Jellicoe dont les vingt-quatre cuirassés foncent à pleine vitesse sur six colonnes parallèles couvertes par des croiseurs légers et des destroyers.


Le croiseur cuirassé HMS Defence

Les deux flottes firent leur jonction vers 18.00 et Jellicoe ordonna de mettre cap à l'est pour barrer le T à la flotte allemande. Beatty traversa les dreadnoughts de Jellicoe pour rejoindre les croiseurs de bataille de Hood, manquant d'éperonner le croiseurs-cuirassé Defence qui fût peu après détruit par les cuirassés et croiseurs de bataille allemand pendant que le Warrior était sérieusement touché, sauvé par l'irruption du Warspite qui encaissa treize obus mais parvint à rentrer au port.

Peu après la destruction du Defence, l'Invincible toucha le Lützow à deux reprises sous la ligne de la flottaison mais la réaction allemand est terrible, le Lützow et le Derfflinger envoient une bordée d'obus de 305mm qui provoquent l'explosion de l'Invincible qui cassé en deux ne laisse que six survivants dont ne fait pas partie le contre-amiral Horace Hood dont la mémoire allait être bientôt célébrée comme celle de cette grande famille de marins par le croiseur de bataille du même nom.


Le HMS Invincible

A 18.30, la chance souria à nouveau aux britanniques qui furent en mesurent de barrer le T, dix cuirassés de Jellicoe ouvrant le feu faisant clairement comprendre à l'amiral Scheer qu'il était en très mauvaise posture. A 18.33, Scheer ordonne à la flotte de se replier en profitant de la fumée des tirs et du brouillard suivit à distance par Jellicoe qui craignaient les torpilles.



A 18.55, le commandant de la Hochseeflot ordonna une folle manœuvre à savoir de mettre cap à l'est en plein sur les navires de Jellicoe mais l'amiral anglais barrait toujours le T et infligeait des pertes sérieuses à un ennemi menacé clairement d'annihilation ce qui explique pourquoi Scheer ordonna à nouveau de se replier à 19.17, couvert par les torpilleurs (six seront coulés) soutenus par quatre croiseurs de bataille.

En dépit d'un feu nourri, les cuirassés allemands parvinrent à échapper à leurs homologues britanniques en profitant de la nuit d'autant que Jellicoe connaissant les faiblesses de sa flotte dans le combat nocturne avait décidé d'attendre l'aube pour reprendre le combat.

Scheer lui n'avait aucunement l'intention de se plier aux souhaits de Jellicoe, passant dans le sillage de la flotte britannique pour regagner ses bases et ce sans que les éclaireurs britanniques placés par l'amiral britannique ne repère quoi que ce soit.



La bataille n'en était pas moins terminé, des escarmouches opposèrent les deux flottes, le Southampton coulant le croiseur léger Frauenlob à 22h23 qui fût «vengé» par le cuirassé Thüringen qui coula le croiseur-cuirassé Black Prince qui avait confondu les deux flottes (2h00).


Le prédreadnought allemand SMS Pommern

Peu après, les destroyers des deux camps se livrèrent un féroce combat, cinq destroyers britanniques étant coulés contre le prédreadnought allemand Pommern alors que le croiseur léger Rostock est touché par une torpille. Entre-temps, le Lützow avait du être sabordé tandis que l'Elbing avait du être sabordé après avoir été abordé par le cuirassé Posen.

Comble de malchance pour Jellicoe, les services de renseignement à Londres avait intercepté des communications radio donnant la position de la flotte de l'amiral Scheer mais le message arriva trop tard pour être utile.

A l'aube en ce 1er juin 1916, la plus grande bataille navale de l'histoire se terminait sur un amer goût d'inachevé.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: [Article] BATAILLE DU JUTLAND (31 MAI-1er JUIN 1916)   Ven 27 Mai 2011, 22:18

5-BILAN ET CONSEQUENCES

Les deux camps revendiquent la victoire

Propagande allemande sur la bataille du Jutland

Naturellement les deux camps revendiquent la victoire, propagande de guerre oblige, les allemands sont d'ailleurs les premiers à dégainer avec un communiqué de victoire bien plus précoce que le communiqué de l'amirauté ce qui fait croire au petit peuple britannique que la Royal Navy à subit une terrible défaite.


Spectaculaire explosion du croiseur de bataille Queen Mary

Si on regarde le stricte plan des pertes, la victoire allemande est incontestable puisque la Royal Navy à souffert de la destruction de trois croiseurs de bataille (Queen Mary Indefatigable Invincible), les croiseurs cuirassés Defence Warrior (il sera sabordé sur le chemin du retour) et Black Prince et huit destroyers.

Les allemands n'ont eu perdu que le prédreadnought Pommern, le croiseur de bataille Lützow, les croiseurs légers Frauenlob, Rostock Elbing Wiesbaden et cinq torpilleurs.

Les pertes humaines sont pour les britanniques de 6097 morts, 510 blessés et 177 prisonniers alors que les allemands ont perdu 3046 hommes (2550 morts et 496 blessés).

La victoire tactique est donc allemande mais la victoire stratégique est britannique. Les allemands sont passés tout prêt de la correctionnelle à deux reprises. Seule la chance et des ordres providentiels de Jellicoe ou de Scheer ont évidé l'anéantissement de la flotte de haute mer.

Ils le comprennent tellement bien qu'ils ne tenteront plus une telle opération jusqu'à la fin du conflit, leurs croiseurs de bataille et cuirassés se dotant bientôt d'aussières en béton provoquant en partie les mutineries de l'automne 1918.

Les conséquences techniques

Le retex de la bataille du Jutland est multiple et varié. Les britanniques dans leurs rapports ne sont pas tendre sur les erreurs commises durant cette bataille et qui ont eu de terrible conséquence avec l'explosion de trois croiseurs de bataille.

Le rapport de Jellicoe est éloquent : les navires britanniques sont très mal protégés, les équipages mal entrainés aux combats nocturnes, les systèmes de transmission et de conduite de tir largement inférieurs aux allemands sans parler de l'entrainement au tir qui permettait certes aux britanniques de tirer plus vite mais avec une précision bien moindre.

Cette volonté de privilégier la cadence de tir faute d'une conduite de tir aussi bonne que l'allemande à poussé les britanniques à surcharger les navires d'obus et de gargousses de cordite enrobées de toile et non de laiton.

La cordite plus stable que la poudre apparaissait moins dangereuse aux servants qui prirent des libertés dangereuses quand il s'agissait d'utiliser des explosifs : les portes étanches restaient notamment ouvertes ce qui explique en partie que trois croiseurs de bataille ont explosé avec une déconcertante facilité. De plus le pouvoir perforant des obus britanniques était insuffisant, un blindage de 203mm résista à un obus de 381mm.

La bataille démontra plus généralement que le croiseur-cuirassé était un navire dépassé. La bataille des Falkland et du Dogger Bank avaient montré la supériorité du croiseur de bataille sur son ancêtre qui était trop lent pour servir d'éclaireur et pas assez puissant pour tenir sa place dans la ligne de bataille.

Le croiseur de bataille souffrit terriblement de cette bataille. Outre la destruction de quatre «battlecruiser» (trois anglais et un allemand), sa réputation avait terriblement souffert notamment la façon dont furent perdus les trois croiseurs de bataille britanniques.

Le concept paru périmé et dépassé mais cela serait injuste si on rappelait la mauvaise conception des croiseurs de bataille britanniques à la protection bien inférieure à celle de leurs homologues allemands et à une utilisation inappropriée.


En dépit de graves avaries, le Seydlitz à survécu à la bataille

Néanmoins, il est à noté que le croiseur de bataille ne sera guère plus en odeur de sainteté après guerre, aucun navire de ce type ne sera mis sur cale et mis en service après la première guerre mondiale sauf si l'on intègre à cette catégorie les deux Dunkerque et les deux Alaska. En fait avec l'apparition des Queen Elizabeth, les marines découvrirent la possibilité de réaliser des cuirassés rapides qui annoncèrent les «35000 tonnes» construits après l'expiration du traité de Washington.

La protection redevint l'axiome de base de la conception des cuirassés et ceux mis sur cale après 1916 avaient une protection bien supérieure à leurs devanciers.

La controverse du Jutland

Cette bataille à également provoqué un affrontement épistolaire et littéraire en Grande Bretagne, affrontement baptisé «Controverse du Jutland» entre les partisans de Jellicoe et ceux de Beatty.

Tout commence avec le communiqué allemand publié jeudi 1er juin 1916 dans l'après midi, un communiqué triomphaliste qui laissa croire à l'opinion publique britannique que la Royal Navy avait subit une terrible défaite. Le journal allemand Tageszeitung déploya au dessus de son entrée une banderole : «Un nouveau Trafalgar».

Le communiqué est diffusé en Grande Bretagne dès le vendredi 2 juin entre 10 et 11h avant même le communiqué britannique publié seulement le 3 juin, un communiqué dont la prudence contrastait avec le triomphalisme allemand.

La presse prit donc le parti de Beatty dont on souligna l'impétuosité alors que Jellicoe aux mauvaises relations avec la presse se voyait imputé la «défaite» britannique. Ultérieurement d'autres communiqués vont rétablir la vérité, démontant la propagande allemande et rehaussant le prestige de la Royal Navy.

Winston Churchill va rédiger un rapport équilibré qui n'enfonce pas Jellicoe mais quand la presse voulu consulter les mêmes documents pour comparer avec le rapport de l'ancien premier lord de l'amirauté, on lui oppose un refus ce qui laisse entendre selon elle que l'on cherche à protéger Jellicoe.

Cette suspicion ne sera pas calmée par la promotion de Lord Jellicoe au poste de Premier Lord de l'Amirauté qui est vue comme une mise au placard d'autant que son remplaçant n'est autre que David Beatty.

Un nouveau rapport rédigé est enterré avec la promotion de Beatty au poste de Premier Lord de la Mer en remplacement de Jellicoe.

Les partisans de ce dernier donnent à leur tour de la voie, accusant Beatty d'avoir enterré un rapport qui le mettrait en cause dans la non-victoire britannique au Jutland. Dans les deux camps, de nombreux arguments pas toujours reluisants.

Les plus acharnés des anti-Jellicoe lui reproche d'avoir ordonner de mettre cap au sud-est pour échapper aux torpilles alors qu'il aurait pu ordonner de présenter la proue et de barrer le T allemand pour la troisième ce qui aurait probablement causé la perte de la flotte allemande.

Les partisans de Jellicoe eut attaquent Beatty l'accusant d'avoir engagé ses navires dans une véritable charge suicidaire contre des navires plus puissants et mieux protégés, provoquant la perte de trois navires majeurs. Son incapacité à informer correctement Jellicoe est également mis en valeur et à utiliser la plus grande portée de l'artillerie britannique en refusant un combat trop rapproché. De plus, ils rappellent la phrase de Churchill disant que Jellicoe était «le seul à pouvoir perdre la guerre en une après midi» ce qui explique une légitime prudence.

Au final, cette querelle à mis de côté les qualités manœuvrières des amiraux allemands, Scheer pour sa capacité à déjouer les manœuvres de Jellicoe pour sauver une flotte inférieure à la Grand Fleet et Hipper pour les rudes qu'il porta à Beatty et le sacrifice de ses navires pour couvrir la retraite du corps du bataille.

Pour conclure, en dépit du peu de résultats concrets de cette bataille décisive, le concept de «bataille décisive» continua d'être au cœur de la stratégie des grandes marines mondiales. Cette situation s'explique par la domination des canonniers sur les officiers de l'aéronavale et des sous-marins.

La marine japonaise axa le développement de sa flotte sur une bataille décisive qui devait se dérouler au large des Philippines où la supériorité technique des navires japonais et l'entrainement supérieur de ses équipages devait triompher d'une flotte britannique aux capacité inférieures mais le raid sur Pearl Harbor marcha trop bien et envoya cette bataille décisive aux oubliettes.

SOURCES

-Guy Le Moing Les 600 plus grandes batailles navales de l'histoire (Jutland p531-534)

-Laurent Joffrin Les grandes batailles navales de Salamine à Midway (Jutland p214-239)

-Guy Le Moing Et l'Océan fut leur tombe (Bataille navale du Jutland p192-194)

-Navires et Histoire n°49 La bataille de Jutland «le choc des titans» (1) p24-36

-Ressources internet diverses


FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : CONTRE-TORPILLEURS CLASSE JAGUAR


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
warburton
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11715
Age : 70
Ville : paris
Emploi : antimythes
Date d'inscription : 05/03/2011

MessageSujet: Re: [Article] BATAILLE DU JUTLAND (31 MAI-1er JUIN 1916)   Sam 28 Mai 2011, 10:10

bonjour
bel article. je manque de temps, aujourd'hui, mais je le relirai aussitôt que possible. ce sujet me passionnant depuis longtemps, je tenais à être le premier à vous remercier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Article] BATAILLE DU JUTLAND (31 MAI-1er JUIN 1916)   Sam 28 Mai 2011, 14:10

Je viens de terminer la lecture de cet article. Même si je n'ai pas appris grand chose Mr. Green (la bataille du Jutland est un sujet que je connais assez bien) je l'ai trouvé très intéressant (j'ai beaucoup aimé notamment l'illustration sur les pertes), et puis ca change de tes articles habituels sur les navires

Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: [Article] BATAILLE DU JUTLAND (31 MAI-1er JUIN 1916)   Sam 28 Mai 2011, 20:49

Merci les gars. Evidement mon but n'était pas de révolutionner la vision de cette bataille mais je me suis mis dans la peau d'un béotien qui ne connaitra rien de cette bataille ou tout au plus que c'était une bataille de la WWI entre la Royal Navy et la Kaiserliche Marine. J'espère avoir donné envie (comme avec tous mes articles) à des gens peu familliers de cette bataille d'en savoir plus.

Pour les batailles, je prévoit pour l'instant de faire les batailles suivantes : Savo (1942) Dogger Bank (1915) Tsushima (1905) Midway (1942) Mer de Corail (1942) Batailles navales de Guadalcanal (novembre 1942) Matapan (1942)


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)


Dernière édition par clausewitz le Dim 29 Mai 2011, 20:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5133
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: [Article] BATAILLE DU JUTLAND (31 MAI-1er JUIN 1916)   Sam 28 Mai 2011, 21:39

A lire si vous le trouvez "la bataille du Skaggerak" par le service historique la Marine Allemande traduit par le CC Jouan du service historique de la Marine ...

Génial
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adama
Premier Maître
Premier Maître
avatar

Masculin
Nombre de messages : 742
Age : 44
Ville : charleroi
Emploi : ex mécano avion, conducteur de train
Date d'inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: [Article] BATAILLE DU JUTLAND (31 MAI-1er JUIN 1916)   Dim 29 Mai 2011, 09:28

une bataille naval a miday, non a miday on mange lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: [Article] BATAILLE DU JUTLAND (31 MAI-1er JUIN 1916)   Dim 29 Mai 2011, 20:41

adama a écrit:
une bataille naval a miday, non a miday on mange lol!

Corrigé Embarassed

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2283
Age : 46
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: [Article] BATAILLE DU JUTLAND (31 MAI-1er JUIN 1916)   Lun 30 Mai 2011, 14:21


Bel article ... comme dis Eagle on a tant lu sur cette bataille qu'on la connait par coeur.
Mais c'est pas un Batîment de guerre que tu detailles et c'est tout aussi bien ...
un A+ pour la peine lol!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: [Article] BATAILLE DU JUTLAND (31 MAI-1er JUIN 1916)   Lun 30 Mai 2011, 14:52

Merci mon cher.

Je poste les contre-torpilleurs de classe Jaguar ce soir. thumright

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
warburton
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11715
Age : 70
Ville : paris
Emploi : antimythes
Date d'inscription : 05/03/2011

MessageSujet: Re: [Article] BATAILLE DU JUTLAND (31 MAI-1er JUIN 1916)   Mar 31 Mai 2011, 01:34

bonsoir
j'ai achevé la (seconde) lecture de : "La vérité sur la bataille du Jutland" (amiral Harper. Payot 1928). je crois qu'il s'agit de l'un des livres les plus importants concernant ce sujet. aucun "sensationnalisme"; une analyse froide et technique des évènements. à lire absolument quand on s'intéresse à cette bataille. il me reste encore à trouver les mémoires de Jellicoe et "la bataille du Skagerrak". plus je lis de livres traitant de cet engagement, et plus je souhaite en lire d'autres. même s'il est probable que l'on ne connaitra jamais tous les détails de cette affaire, je ne me lasserais pas de l'étudier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jefgte
Aspirant
Aspirant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1485
Age : 61
Ville : France
Emploi : Dessinateur Projeteur
Date d'inscription : 10/08/2005

MessageSujet: Re: [Article] BATAILLE DU JUTLAND (31 MAI-1er JUIN 1916)   Mar 31 Mai 2011, 10:17

Belle article Claus
thumleft thumleft thumleft

Je joint en complément un résumé très détaillé.
Une vrai bible sur cette bataille.
Je l'ai imprimé et conservé précieusement.
Malheureusement, c'est en anglais...


http://webpages.charter.net/abacus/news/jutland/cont.htm


Jef salut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: [Article] BATAILLE DU JUTLAND (31 MAI-1er JUIN 1916)   Mar 31 Mai 2011, 11:25

Merci Jef pour ce commentaire et ce lien que j'ai mis dans mes favoris.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Article] BATAILLE DU JUTLAND (31 MAI-1er JUIN 1916)   Jeu 02 Juin 2011, 08:41

super article je me suis regalé thumright
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: [Article] BATAILLE DU JUTLAND (31 MAI-1er JUIN 1916)   Jeu 02 Juin 2011, 09:51

Merci mon cher. thumleft

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Article] BATAILLE DU JUTLAND (31 MAI-1er JUIN 1916)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Article] BATAILLE DU JUTLAND (31 MAI-1er JUIN 1916)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Article] BATAILLE DU JUTLAND (31 MAI-1er JUIN 1916)
» Bataille dite de waterloo, du 18 juin 1815 (2011)
» [Article] BATAILLE DU DOGGER BANK (24 JANVIER 1915)
» LA BATAILLE DU JUTLAND
» [Article] BATAILLE DE SAVO (8-9 AOUT 1942)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: HISTOIRE MODERNE (de 1860 à nos jours)-
Sauter vers: