AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 ROYAL NAVY CUIRASSE HMS AGINCOURT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: ROYAL NAVY CUIRASSE HMS AGINCOURT   Dim 08 Mai 2011, 21:02

CUIRASSE HMS AGINCOURT
(GRANDE BRETAGNE)


Le HMS Agincourt à la mer

INTRODUCTION

Deux cuirassés pour le Brésil

Au 15ème siècle, l'Europe se lança avec allégresse à la découverte du monde extra-européen, découvrant au passage un nouveau continent : l'Amérique. Ce continent est rapidement exploité pour ses richesses qui semblent immenses qu'il s'agisse d'or ou d'argent.

Si l'Angleterre et la France effectuèrent de timides tentatives (une colonie baptisée France Antarctique occupa la baie de Rio de Janeiro de 1555 à 1567), l'Espagne et le Portugal s'y lancèrent avec toute l'énergie qu'ils étaient capables d'y mettre, trouvant là un nouvel exutoire après la fin de la Reconquista. Cet engagement étant scellé par le traité de Tordesillas de 1494 qui partageait les terres à découvrir entre Madrid et Lisbonne.


Pedro Alvares Cabral, le decouvreur du Brésil

Si l'immense majorité du sous-continent sud-américain était sous domination espagnol, une partie était sous domination portugaise en occurrence le Brésil du nom du bois rouge appelé Brasil qui fit sa fortune et attira là les portugais depuis sa découverte le 22 avril 1500 par Alvarès Cabral, suite parait-il à une erreur de navigation alors qu'il se rendait aux Indes.

Cette riche colonie devint la perle de l'empire des Bragance, la dynastie qui avait rendu en 1640 son indépendance au Portugal lié par une union personnelle au royaume d'Espagne depuis 1580.

Comme pour l'Espagne, la révolution française puis la tornade napoléonienne secoua le fragile édifice luso-brésilien. En 1808, l'invasion napoléonienne força la dynastie Bragance à se réfugier au Brésil, Lisbonne céda ainsi la place à Rio comme capitale.


Jean VI

Un tel renversement des rôles ne pouvait que provoquer un profond bouleversement en l'occurrence l'indépendance de la colonie qui le 7 septembre 1822 devint un Empire, l'Empire du Brésil sous la direction de Pierre 1er (Pierre IV du Portugal) qui refusa de suivre en métropole son père Jean VI.


Pierre 1er

Cet empire hérita du Portugal la majeure partie de ses forces armées et notamment de ses forces navales qui ne tardèrent pas à se heurter aux autres pays qui avaient accédé à l'indépendance à la même période, l'Argentine devenant le principal rival du Brésil.

Comme dans les autres pays du sous-continent, les marins brésiliens n'hésitèrent pas à se mêler de politique (c'est un militaire qui renversa l'Empereur Pierre II et proclama la République en 1889), se révoltant à plusieurs notamment en 1893 ce qui ne fût pas bénéfique pour le développement du pays.


Pierre II, deuxième et dernier empereur du Brésil

Néanmoins en 1904, le Brésil rendu riche par la culture de l'hévéa dont on tirait le caoutchouc se lança dans un important programme naval dont la pointe du diamant était la commande de trois petits cuirassés de 11400 tonnes.

Ce programme fût cependant annulé en 1906 quand l'apparition du HMS Dreadnought ringardisa le design choisit par la marine brésilienne, design appartenant désormais à la catégorie des pré-dreadnought

Au lieu des pré-dreadnought le Brésil passa commande en Grande Bretagne de deux cuirassés de type dreadnought baptisés Minas Geraes et Sao Paulo, devenant le troisième pays après la Grande Bretagne et les Etats Unis à mettre en chantier des cuirassés de ce type.


Le Minas Geraes. Cet état du Sud du pays donna également son nom au premier porte-avions brésilien en service jusqu'en 2001

-Le Minas Geraes est mis sur cale aux chantiers Armstrong Whitworth le 17 avril 1907 lancé le 10 septembre 1908 et admis au service actif le 5 janvier 1910. Désarmé le 31 décembre 1952, il est vendu à la démolition à un chantier de Gênes (Italie) en 1953 et démantelé à partir du 22 avril 1954 date de son arrivée en Ligurie


Le Sao Paulo. Disparu en 1951, son épave n'à jamais été retrouvé

-Le Sao Paulo est mis sur cale aux chantiers Vickers le 30 avril 1907 lancé le 19 avril 1909 et admis au service actif en juillet 1910. Désarmé le 2 août 1947, il est vendu à un chantier de démolition britannique mais il disparaît en septembre 1951 au cours d'une tempête au nord des Açores.


Schéma d'artillerie de la classe Minas Geraes

Caractéristiques Techniques de la classe Minas Geraes

Déplacement : standard 19281 tonnes pleine charge 21200 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 165.5m longueur à la flottaison 161.5m largeur 25.3m tirant d'eau maximum 8.5m

Propulsion : deux machines verticales à triple expansion Vickers alimentées en vapeur par dix-huit chaudières Babcock & Wilcox de 23500ch et entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 21 nœuds distance franchissable 10000 miles nautiques à 10 nœuds

Protection : ceinture 152-102mm à ses extrémités 302mm au centre, tourelles : 305mm pour la face avant, 229mm pour les côtés, 76mm pour le toit et 51mm pour l'arrière bloc-passerelle 300mm

Armement : 12 canons de 305mm en six tourelles doubles (deux avant superposées, deux latérales et deux arrière superposées) 22 canons de 120mm en casemates et 8 canons de 37mm

Equipage : inconnu

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSE HMS AGINCOURT   Dim 08 Mai 2011, 21:15

Course aux armements dans le Nouveau Monde

Comme je l'ai montré plus haut, le dix-neuvième siècle avait été marqué dans le sous-continent sud-américain par l'aurore des indépendances mais également par des rivalités nationales et nationalistes qui dégénèrent en sanglants conflits.

En 1902, un traité avait été signé entre l'Argentine, le Brésil et le Chili qui limitait considérablement les armements navals, neutralisant de fait tout expansion navale (le Chili revendit deux cuirassés à la Grande Bretagne, l'Argentine deux croiseurs cuirassés de type Garibaldi au Japon). Comme souvent en diplomatie, ce traité était provisoire et à la merci du premier accroc.

L'annonce de la commande du Minas Geraes et du Sao Paulo poussa Santiago et Buenos Aires à dénoncer le traité de 1902, retrouvant la liberté de construire des cuirassés.

C'est le grand rival argentin qui fût le premier à riposter à la commande brésilienne en lançant un appel d'offres en 1908, appel d'offres pour deux cuirassés et douze destroyers auquel répondirent de nombreux chantiers européens et étasuniens.

Ce sont les américains qui remportèrent ce concours, un cuirassé étant commandé à la Newport News Shipbuilding Company et le second à Fore River Shipbuilding Company. Au final, la Newport News Shipbuilding Company sous-traita la construction à la New York Shipbuilding Corporation


Le Rivadivia à la mer

-Le Rivadavia est mis sur cale aux chantiers navals Fore River Shipbuilding Company le 25 mai 1910 lancé le 26 août 1911 et mis en service en décembre 1914. Désarmé et rayé des registres le 1er février 1957, il est vendu à la démolition à un chantier italien en 1959 et démantelé.


Le Moreno au bassin

-Le Moreno est mis sur cale aux chantiers navals Newport News Shipbuilding Company le 10 juillet 1910 lancé le 23 septembre 1911 et mis en service en février 1915. Désarmé et rayé des registres le 1er octobre 1956, il est vendu à la démolition à un chantier japonais après un remorquage qui dura 96 jours, un record.

A noter que l'argent ainsi gagné avec la vente des cuirassés et du croiseur cuirassé Pueyrredón permis à l'argentine d'acquérir le porte-avions Warrior rebaptisé Independencia.


Schéma d'artillerie de la classe Rivadivia

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 27900 tonnes pleine charge 30600 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 181.28m largeur 29.985m tirant d'eau 8.45m

Propulsion : trois groupes de turbines Curtis alimentées en vapeur par 18 chaudières Babcock & Wilcox développant 40000ch et entrainant 3 hélices

Performances : vitesse maximale 22.5 nœuds distance franchissable 11000 miles nautiques à 11 nœuds

Protection : ceinture 300-250mm tourelles 305mm casemates 238-159mm

Armement : 12 canons de 305mm en six tourelles doubles (deux avant superposées, deux disposées latéralement en échelon et deux arrière superposées) 12 canons de 152mm en casemates, 16 canons de 102mm en affûts simples installés à plat pont et deux tubes lance-torpilles de 533mm

Équipage : inconnu


Plus que le Brésil en réalité, l'attention de Buenos Aires était porté sur les agissements du Chili avec qui l'Argentine partageait un certain nombre de contentieux frontaliers qui faillirent provoquer plusieurs conflits, résolus par des médiations tantôt américains tantôt britanniques.

La commande de deux cuirassés par le Brésil poussa le Chili à faire de même moins pour préparer un éventuel conflit contre Rio que pour anticiper la réaction de son rival argentin.

La volonté chilienne d'acquérir deux dreadnought fût contrariée par une brusque chute des cours du nitrate (dont le Chili était un producteur important via le guano) en 1907 suivit par un tremblement de terre en 1908.

Ce n'est donc que le 6 juillet 1910 que le parlement chilien vota les crédits pour la construction de deux cuirassés, six destroyers et deux sous-marins. La commande des cuirassés baptisés Almirante Cochrane et Almirante Lattore fût ainsi passée à des chantiers britanniques en dépit d'intenses pressions américaines.


L'Almirante Lattore

-L'Almirante Lattore est mis sur cale aux chantiers Armstrong Whitworth le 27 novembre 1911, lancé le 27 novembre 1913 et admis au service actif le 30 septembre 1915 au sein de la Royal Navy sous le nom de HMS Canada, la marine britannique ayant acquis le navire le 9 septembre 1914.

Après avoir participé au premier conflit mondial, il est mis en réserve en mars 1919. Il fût enfin livré au Chili le 27 novembre 1920, retrouvant son nom d'origine. Mis en réserve pour raison budgétaire en 1933, le cuirassé fût remis en service en 1941 pour faire respecter la neutralité chilienne, le Chili refusant l'offre américaine de racheter le cuirassé. Désarmé en octobre 1958, le cuirassé est vendu à la démolition à un chantier japonais en février 1959 et remorqué jusqu'à Yokohama en mai 1959.


En dépit de son camouflage, le porte-avions Eagle ne peut cacher son origine

-L'Almirante Cochrane est mis sur cale aux chantiers Armstrong Whitworth le 22 janvier 1913, remplaçant le cuirassé brésilien Rio de Janeiro qui venait d'être lancé. La construction est interrompue par le conflit mais le 28 février 1918, le navire est racheté par la Royal Navy qui va l'achever en porte-avion sous le nom d'Eagle (NdA je renvoie à mon article sur le porte-avions Eagle pour plus de détails sur l'historique du porte-avions britannique).


L'Almirante Lattore servit dans la RN durant le premier conflit mondial sous le nom de HMS Canada

Caractéristiques Techniques de l'Almirante Lattore

Déplacement : standard 28600 tonnes pleine charge 32120 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 201m largeur 28m tirant d'eau 8.8m

Propulsion : turbines basse pression Parsons et haute pression Brown-Curtis/Parson alimentées en vapeur par 21 chaudières mixtes (charbon et mazout) développant 37000ch et entrainant 4 hélices

Performances : vitesse maximale 22.75 nœuds distance franchissable 4400 miles nautiques à 10 nœuds

Protection : ceinture 230 à 100mm ponts blindés 100 à 25mm barbettes 250 à 100mm tourelles 250mm bloc-passerelle 280mm

Armement : 10 canons de 356mm en cinq tourelles doubles (deux avant, une centrale et deux arrières) 16 canons de 152mm en casemates, 4 canons de 76mm 4 tubes lance-torpilles sous-marins

Équipage : 1176 hommes (première guerre mondiale)


Alors même que les cuirassés chiliens et argentins étaient encore en construction, le Brésil décida de commander un troisième cuirassé, cuirassé qui devait surclasser les navires chiliens et argentins tout en conservant le calibre de 305mm pour des raisons de standardisation des calibres à une époque, la Royal Navy était passée à 13.5 pouces soit 343mm.


Sept tourelles doubles qui dit mieux ?

Les chantiers Vickers dessinèrent donc un navire long portant pas moins de sept tourelles doubles installées de façon à tirer une bordée complète mais cette installation se fit au détriment de la protection et des angles de tir, médiocres pour trois des sept tourelles.

Commandé en 1911, ce navire fût baptisé Rio de Janeiro du nom de la capitale du Brésil à l'époque.


La statue du Christ Redempteur (O Cristo Redemptorà (1926-31) au sommet du Corcovado est l'un des monuments les plus connus de Rio de Janeiro

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSE HMS AGINCOURT   Dim 08 Mai 2011, 21:34

HISTORIQUE

Présentation

Le HMS Agincourt à la mer

-Le Rio de Janeiro est mis sur cale aux chantiers Armstrong Whiworth de Newcastle-upon-Tyne le 14 septembre 1911 et lancé le 22 janvier 1913.


22 janvier 1913 : lancement du Rio de Janeiro

C'est alors qu'une crise frappa le caoutchouc, matière tirée de l'hévéa qui fit la richesse du Brésil et notamment d'une ville comme Manaus, surnommée bientôt «Le Paris de l'Amazonie».


Le Sultan Osman I en armement

Dans l'incapacité de financer la suite des travaux, le Brésil revendit son cuirassé à l'Empire Ottoman en décembre 1913 et le Rio de Janeiro devint le Sultan Osman I (fondateur de la dynastie ottomane, né en 1258 et mort en 1326, il à régné de 1299 à 1326) .


Miniature représentant Osman 1er

L'Empire Ottoman peu connu pour être une puissance maritime (Lepante, Navarin) avait parallèlementandé un cuirassé de type King George V baptisé Reshadiye, dans un contexte forte tension avec la Grèce (à laquelle on attribua la destination finale du futur cuirassé Almirante Lattore et qui commanda un cuirassé dérivé des Bretagne baptisé Vasilefs Konstantinos _Le Roi Constantin_ mis sur cale à Saint Nazaire en juin 1914 mais la construction stoppée par la guerre ne reprit jamais et le contrat fût annulé en 1925) et également la Russie qui avait lancé la construction à Nikolaïev sur les rives de la mer noire de trois cuirassés de classe Imperatritsa Maryia.


Le HMS Erin

Les travaux s'achevèrent en juillet 1914 et l'équipage ottoman était prêt à prendre livraison du navire quand la première guerre mondiale éclata. Ne s'embarrassanttt pas de considérations diplomatiques, la Royal Navy réquisitionna les deux navires (le Reshadiye fût rebaptisé HMS Erin) ce qui fût une des raisons qui explique le basculement de l'Empire Ottoman dans le camp des Empire Centraux (alors que la marine ottomane était plutôt anglophile)l'Allemagnene s'empressa d'offrir le Goeben en compensation.


Le HMS Agincourt probablement lors de ses essais à la mer

Le cuirassé ex-brésilien ex-ottoman est admis au service actif le 7 août 1914 sous le nom de HMS Agincourt.


Miniature "répresentant" la bataille d'Azincourt

Agincourt/Azincourt, voilà un nom qui nous rappelle à nous français un bien triste souvenir puisqu'il nous rappelle la plus cuisante défaite française de la guerre de cent ans avec celle de Crecy.

Cette bataille qui marque symboliquement la fin de la chevalerie à lieu le 25 octobre 1415 à Azincourt (auj. Pas de Calais), 30000 français s'opposant à 6000 anglais qui débarqués en septembre en Normandie cherchaient à gagner Calais alors possession anglaise après avoie pris le port d'Harfleur, première étape de la conquête de la Normandie.

Comme à Crecy 69 ans plus tôt, la chevalerie française arrogante charge, rêvant de duels comme dans les tournois, arrogance qui se heurte à la discipline et à l'efficacité des archers gallois qui font d'Azincourt le tombeau de la chevalerie.


Henry V

Cette victoire sera célébrée par William Shakespeare dans sa pièce Henry V avec le célèbre discours du roi avant la bataille «A compter de ce jour jusqu'à la fin du monde, sans que de nous on se souvienne, de nous, cette poignée, cette heureuse poignée d'hommes, c'est bande de frères (Band of Brother). Car quiconque aujourd'hui verse son sang avec moi, sera mon frère, si humble qu'il soit, ce jour anoblira sa condition.»

La Royal Navy à entretenu le souvenir de cette bataille en donnant son nom à cinq navires même si seulement quatre entrèrent en service.
Le premier fût un navire de ligne de 64 canons acquis auprès de l'East Indian Company en 1796, devenu navire prison en 1812 et rebaptisé Bristol avant d'être vendu à la démolition en 1814.

Il est suivit par un navire de ligne de 74 canons lancé en 1817, transformé en auxiliaire portuaire en 1848, rebaptisé Vigo en 1865 avant d'être vendu à la démolition en 1884.

Le troisième est une frégate cuirassée de classe Minotaur lancée en 1865, transformée en auxiliaire portuaire et rebaptisée en 1904 avant d'être vendu à la démolition en 1960.

Le quatrième Agincourt aurait du être un cuirassé de classe Queen Elisabeth mais sa construction fût abandonnée à la déclaration de guerre en août 1914 et son nom attribué donc au cuirassé ex-brésilien ex-ottoman.


Le destroyer HMS Agincourt classe Battle

Succédant au cuirassé, un cinquième navire à porté ce nom en l'occurrence un destroyer de classe Battle. Mis sur cale chez Hawthorn Leslie & Company sur la rivière Tyne le 12 décembre 1943, lancé le 29 janvier 1945 et admis au service actif le 25 juin 1947. Converti en destroyer piquet-radar en 1959, il est désarmé en 1972 et démoli en 1974.

Carrière opérationnelle

Le HMS Agincourt à la mer

L'acquisition imprévue de l'Agincourt prit de cours la Royal Navy qui «racla les fonds de tiroir» pour armer ce cuirassé qu'il s'agisse des équipages des yachts royaux Victoria & Albert III, des bâtiments prisons, des échelons à terre et même de marins condamnés à de courtes peines de prison.


L'Agincourt rentrant au port

L'effectif rassemblé le 3 août 1914 prit en main le navire qui effectua un mois d'entrainement intensif jusqu'au 7 septembre 1914 quand il retrouva le 4th Battle Squadron de la Grand Fleet à Scapa Flow. Au moment où à lieu la bataille du Jutland, l'Agincourt à rejoint le 2nd Battle Squadron formant la 6ème division avec les cuirassés Marlborough Revenge et Hercules (le 2nd BS était également composé de la 5ème division _Colossus, Collingwood, Neptune et Saint Vincent).


L'Agincourt à faible vitesse si l'on en croit les panaches de fumée

Au cours de cet affrontement titanesque, la 6ème division, division la plus à tribord de la force de l'amiral Jellicoe se retrouva en première ligne face à la Flotte de Haute Mer allemande quand les cuirassés de l'amiral Jellicoe firent sa jonction avec les croiseurs de bataille de l'amiral Beatty.

A 18.24, l'Agincourt ouvrit le feu sur les croiseurs de bataille allemands avec son artillerie principale, son artillerie secondaire ouvrant le feu contre les torpilleurs allemands qui lancèrent une attaque à la torpille pour couvrir le repli de la flotte allemande, l'Agincourt évitant deux torpilles.

La visibilité médiocre (temps couvert, fumée des tirs) s'améliora vers 19.15 et l'Agincourt ouvrit à nouveau le feu contre un cuirassé de classe Kaiser sans résultats visibles.

A 20.00, le cuirassé Marlborough (classe Iron Duke) endommagé par une torpille du ralentir son allure qui fit que la division perdit de vue la Grand Fleet comme la Hochseeflot. C'était la fin de la bataille du Jutland pour l'Agincourt qui rentra à Scapa Flow le 2 juin après avoir tiré 144 obus de 305mm et 111 obus de 152mm sans recevoir aucun coup au but ni apparemment sans coup au but sur un navire allemand.


L'Agincourt au mouillage

Les sorties de la Grand Fleet devinrent alors rares, la marine allemande restant prudemment dans ses ports. Le 23 mars 1918, l'Agincourt et l'Hercules appareillèrent pour couvrir un convoi entre la Norvège et la Grande Bretagne, convoi qui aurait pu servir de cible aux cuirassés et croiseurs de bataille allemands mais ces derniers firent demi-tour avant même d'avoir aperçu un navire britannique.


L'Agincourt en 1918

Transféré ensuite au 2nd Battle Squadron, le HMS Agincourt participa le 21 novembre 1918 au comité d'accueil de la Hochseeflot qui se rendait en Grande Bretagne (Rosyth puis Scapa Flow) pour y être interné en attendant son sort final (qui sera le sabordage qui eut lieu le 21 juin 1919 quand il devint évident que les alliés allaient se partager les ex-fleurons de la Kaiserliche Marine).

Mis en réserve à Rosyth en mars 1919, il fût à nouveau proposé au Brésil mais le gouvernement de Rio de Janeiro ne donna pas suite. L'Agincourt fût brièvement réarmé en 1921 pour servir de navire d'expérimentation avant d'être définitivement désarmé en avril 1921.


Peinture représentant l'Agincourt

Suite aux prescription du traité de Washington qui limitait le tonnage de cuirassé alloué à la Grande Bretagne, l'ex-Agincourt fût vendu à la démolition le 19 décembre 1922 et démantelé sans précipitation puisque les travaux ne s'achevèrent qu'à la fin de 1924.

Pour l'anecdote, le Brésil commanda aux chantiers Vickers un nouveau cuirassé baptisé Riachuelo en mai 1914 mais la première guerre mondiale éclata avant même que le design définitif ait été choisit par le gouvernement brésilien. Le projet n'alla pas plus loin. Seule trace, des canons 381mm de défense côtière espagnols (seize exemplaires) étaient issus de plans envisagés pour la marine brésilienne (les configurations proposées prévoyaient soit douze canons de 356mm, dix ou douze canons de 381mm ou encore huit canons de 406mm).


Tourelle double de 381mm de défense côtière de Palma Alta (Andalousie)

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSE HMS AGINCOURT   Dim 08 Mai 2011, 21:40

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES



Déplacement : standard 28297 tonnes pleine charge 31355 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 204.7m largeur 27.1m tirant d'eau 9.1m

Propulsion : quatre groupes de turbines Parson alimentées en vapeur par 22 chaudières Babcock & Wilcox (alimentées au charbon) développant 34000ch et entrainant quatre hélices

Performances : vitesse maximale 22 nœuds distance franchissable 7000 miles nautiques à 10 nœuds

Protection : ceinture 229mm ponts blindés 25 à 64mm barbettes 51 à 229mm tourelles 203 à 305mm bloc-passerelle 305mm bulkheads 64 à 152mm. Au cours du conflit, 71 tonnes de blindage furent ajoutés au dessus des soutes à munitions après la bataille du Jutland.

Conduite de tir : chaque tourelle dispose d'un télémètre auxquels s'ajoute un télémètre installé au sommet du bloc-passerelle. Un deuxième télémètre fût ultérieurement installé sur le bloc-passerelle auquel s'ajoutèrent un autre pour les canons de 152mm. Durant le conflit, le télémètre d'une tourelle fût modifié pour pouvoir contrôler les autres tourelles.

Armement :

Embarquement d'un canon de 12 pouces sur la tourelle n°7 de l'Agincourt

-14 canons de 305mm (12 pouces) Mark III. Ces canons fabriqués à Elswick (Elswick W) était une version améliorée ds Elswick L utilisés sur les cuirassés de classe Minas Geraes. Ce canon de 45 calibres tire des obus perforants et explosifs de 386kg à une distance maximale de 17236m à raison de 1.5 coup par minute.

La tourelle (qui était du même modèle que celle du cuirassé chilien Almirante Lattore) pèse 467 tonnes et permet aux canons de pointer en site de -3° à +13.5° et en azimut de -150 à +150° sauf pour les tourelles centrales et la tourelle n°5 dont le champ de tir allait de chaque côté de +30 à +150°. La dotation en munitions était de 80 obus par canon soit un total théorique de 1120 projectiles.


Au premier plan, canon de 152mm en casemate de l'Agincourt

-20 canons de 152mm (6 pouces) BL Mark XIII en casemates latérales. Ce canon de 50 calibres tirait des obus des 45.3kg à une distance maximale de 12320m à raison de 5 à 7 coups par minute.

L'affût PXI permettait aux canons de pointer en site de -7° à +13° et en azimut sur 80° de chaque côté. La dotation en munitions était de 150 obus par canon soit un total théorique de 3000 obus.

-10 canons de 76mm en affûts simples sous bouclier montés à plat pont. Au cours du conflit, deux canons antiaériens de 76mm furent installés (mais j'ignore leur emplacement exact)

-3 tubes lance-torpilles de 533mm (un à la proue et deux latéraux)

Aviation : aucune. Les turcs avaient fait installés deux plate-formes au dessus des tourelles centrales mais ces installations furent démontés par la Royal Navy.

Équipage : 1268 officiers et marins

SOURCES

-Encyclopédie des Armes Editions Atlas Tome 6 Les cuirassés 1914-1918 (Classe Agincourt p1353)

-Ressources internet diverses

-Une partie des photos à été fournie par David aka Le Breton



FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : ESCORTEURS RAPIDES CLASSE LE CORSE


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5103
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSE HMS AGINCOURT   Lun 09 Mai 2011, 08:54

l'Agincourt n'était pas réputé pour être un navire très réussi. Sa grande longueur et ses sept tourelles d'artillerie pple en ligne concourraient à la déformation importante de la poutre flotteur notamment lors des tirs.

Bref un navire mou qui eut peu de succès et dont la formule ne fut pas reconduite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSE HMS AGINCOURT   Lun 09 Mai 2011, 16:12

Surtout j'ai lu que le compartimentage interne était assez lâche, les brésiliens paraient-ils aimaient avoir des pièces spacieuses. Imaginez si il s'était retrouvé au coeur de la bataille du Jutland affraid

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSE HMS AGINCOURT   Lun 09 Mai 2011, 16:51

Bin moi je le trouve plutôt pas mal ce navire, sept tourelles double c'est original comme design (après niveau efficacité c'est peut-être plus discutable), même si je ne suis pas trop fan des tourelles centrales, assez limitées.

En tout cas j'attends avec impatience le prochain article lol!
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSE HMS AGINCOURT   Lun 09 Mai 2011, 17:18

Eagle_Eye a écrit:
Bin moi je le trouve plutôt pas mal ce navire, sept tourelles double c'est original comme design (après niveau efficacité c'est peut-être plus discutable), même si je ne suis pas trop fan des tourelles centrales, assez limitées.

En tout cas j'attends avec impatience le prochain article lol!

J'ai commencé hier, mon intro condensée fait huit pages. Je commence tout à l'heure l'historique qui vu mes ressources devrait être accès succint.

En attendant mon cher ami Corse (et j'espère futur confrère), il y en à certains que tu n'as pas lu non ? lol! Mr. Green Mr.Red

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LE BRETON
Amiral de la Flotte
Amiral de la Flotte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6590
Age : 46
Ville : Paris 12ème
Emploi : Fonctionnaire
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSE HMS AGINCOURT   Lun 09 Mai 2011, 21:44

clausewitz a écrit:
Surtout j'ai lu que le compartimentage interne était assez lâche, les brésiliens paraient-ils aimaient avoir des pièces spacieuses. Imaginez si il s'était retrouvé au coeur de la bataille du Jutland affraid

Les destroyers classe 'HAVANT' seront aussi plus luxueux que leurs équivalants Britanniques, le brésilien aime son confort.. lol!

_________________
kentoc'h mervel eget bezañ saotret (plutôt la mort que la souillure) devise de la Bretagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
warburton
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11663
Age : 70
Ville : paris
Emploi : antimythes
Date d'inscription : 05/03/2011

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSE HMS AGINCOURT   Lun 09 Mai 2011, 23:35

merci Herr Clausewitz
j'attendais - avec impatience - que vous traitiez ce sujet.…
ni le plus beau, ni le meilleur cuirassé, mais assurément l'un des plus originaux.
pour la petite histoire: ses sept tourelles étaient désignées par les jours de la semaine.
et ceux qui furent témoins du tir de sa bordée la comparèrent à l'explosion d'un croiseur de bataille… (ils savaient de quoi ils parlaient, après le Jutland).

amiral…
j'apprécie - vraiment - votre culture. même si les britanniques appréciaient le confort (sur les grands bâtiments) , ils furent -semble t'il étonnés de celui des destroyers brésiliens (des salles de bain pour les officiers…).
et, sans vouloir vous harceler, j'attends la suite des "Hunts".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSE HMS AGINCOURT   Mar 10 Mai 2011, 13:34

LE BRETON a écrit:
clausewitz a écrit:
Surtout j'ai lu que le compartimentage interne était assez lâche, les brésiliens paraient-ils aimaient avoir des pièces spacieuses. Imaginez si il s'était retrouvé au coeur de la bataille du Jutland affraid

Les destroyers classe 'HAVANT' seront aussi plus luxueux que leurs équivalants Britanniques, le brésilien aime son confort.. lol!

En y repensant, je pense que ce confort s'explique par le milieu où allait opérer le Rio de Janeiro et à l'époque l'air conditionné n'existe pas.

Pour l'article à venir, je suis rendu au Normand et j'espère poster fin de semaine ou ce week-end.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2283
Age : 46
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSE HMS AGINCOURT   Mer 11 Mai 2011, 13:40


Drole de disposition de canons, comme a l'habitude des avancées à cet époque là ...
Bel article comme d'habitude et j'ai pris gout a tout lire (il en va de soit) lol!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSE HMS AGINCOURT   Mer 11 Mai 2011, 13:42

Merci l'ami Belge. Je devrais terminer aujourd'hui l'article sur les ER et je devrais poster jeudi soir

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSE HMS AGINCOURT   Ven 13 Mai 2011, 15:36

Je me demandais en passant au HMS Agincourt et aux cuirassés japonais classe Fuso et Ise, pourquoi ne pas avoir choisi une disposition en 4 tourelles triples. Cela permet de garder le même nombre de canons (2 en moins pour l'Agincourt) tout en éliminant les tourelles centrales avec un angle de tir plus limité (que sur les côtés). Réduire le nombre des tourelles pourrait peut être aussi permettre de gagner en poids de blindage (moins de tourelle, et des navires plus courts donc moins de coque à blinder).

Enfin voila, je ne suis pas ingénieur naval mais j'ai un peu de mal à comprendre l'intérêt de ce genre de disposition pour l'artillerie principale (5, 6 ou 7 tourelles doubles).
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSE HMS AGINCOURT   Ven 13 Mai 2011, 16:09

Quand tu regarde l'histoire des cuirassés anglais, les anglais n'ont jamais été fan des tourelles triples (seul exemple les Nelson et les Lion non construits) et je ne parle même pas de la tourelle quadruple (King George V). C'est peut être un début d'explication.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSE HMS AGINCOURT   Ven 13 Mai 2011, 16:10

Bin justement c'est ca que j'ai du mal à comprendre, la tourelle triple (peut-être pas la quadruple) me parait plus intéressante que la double.
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSE HMS AGINCOURT   Ven 13 Mai 2011, 16:11

Comme dirait Obelix "Ils sont fous ces anglois". lol!

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3455
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSE HMS AGINCOURT   Jeu 13 Oct 2011, 13:19

clausewitz a écrit:
(...)Le cuirassé ex-brésilien ex-ottoman est admis au service actif le 7 août 1914 sous le nom de HMS Agincourt(...)
Ce qui est un peu étonnant, c'est que la Royal Navy ait baptisé ce cuirassé du nom d'un autre navire encore en service (le croiseur cuirrassé Azincourt, coulé peu de temps après).

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Takagi
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3455
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSE HMS AGINCOURT   Jeu 13 Oct 2011, 13:26

Eagle_Eye a écrit:
Je me demandais en passant au HMS Agincourt et aux cuirassés japonais classe Fuso et Ise, pourquoi ne pas avoir choisi une disposition en 4 tourelles triples. Cela permet de garder le même nombre de canons (2 en moins pour l'Agincourt) tout en éliminant les tourelles centrales avec un angle de tir plus limité (que sur les côtés). Réduire le nombre des tourelles pourrait peut être aussi permettre de gagner en poids de blindage (moins de tourelle, et des navires plus courts donc moins de coque à blinder).

Enfin voila, je ne suis pas ingénieur naval mais j'ai un peu de mal à comprendre l'intérêt de ce genre de disposition pour l'artillerie principale (5, 6 ou 7 tourelles doubles).

Dans le cas des Japonais, l'explication est que 6 tourelles doubles permettaient d'engager trois objectifs en même temps, tandis que quatre tourelles triples n'en permettent que deux, selon les habitudes de l'époque.
En cas de séance de "tir à vue" (genre Tsushima ou Savo), les tourelles tiraient souvent en autonomie, en commande locale et en utilisant leur propre télépointeur sans passer par la direction de tir centralisée. Plus il y avait de tourelles, plus on pouvait arroser de cibles. Le même raisonnement était appliqué aux croiseurs lourds (5 tourelles doubles qui auraient pu être remplacées par 3 triples comme sur les croiseurs US).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
LE BRETON
Amiral de la Flotte
Amiral de la Flotte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6590
Age : 46
Ville : Paris 12ème
Emploi : Fonctionnaire
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSE HMS AGINCOURT   Jeu 13 Oct 2011, 13:41

Takagi a écrit:
clausewitz a écrit:
(...)Le cuirassé ex-brésilien ex-ottoman est admis au service actif le 7 août 1914 sous le nom de HMS Agincourt(...)
Ce qui est un peu étonnant, c'est que la Royal Navy ait baptisé ce cuirassé du nom d'un autre navire encore en service (le croiseur cuirrassé Azincourt, coulé peu de temps après).


Tu confonds Azincourt et Aboukir............ study

_________________
kentoc'h mervel eget bezañ saotret (plutôt la mort que la souillure) devise de la Bretagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSE HMS AGINCOURT   Jeu 13 Oct 2011, 15:47

LE BRETON a écrit:
Takagi a écrit:
clausewitz a écrit:
(...)Le cuirassé ex-brésilien ex-ottoman est admis au service actif le 7 août 1914 sous le nom de HMS Agincourt(...)
Ce qui est un peu étonnant, c'est que la Royal Navy ait baptisé ce cuirassé du nom d'un autre navire encore en service (le croiseur cuirrassé Azincourt, coulé peu de temps après).


Tu confonds Azincourt et Aboukir............ study

Ah oui je me disai aussi, je m'en serais souvenu en faisant mon article

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3455
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Argl   Jeu 13 Oct 2011, 16:12

LE BRETON a écrit:
Tu confonds Azincourt et Aboukir............ study
Tiens oui !

Je ne devrais pas poster sur la digestion...
Ou alors je confonds les victoires anglaises entre elles (ça se soigne, docteur ?)
scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
david
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2035
Age : 41
Ville : Eaubonne
Emploi : éducation nat
Date d'inscription : 08/11/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSE HMS AGINCOURT   Jeu 13 Oct 2011, 17:02

parle en à Bill, il doit avoir un medoc

_________________
je ne suis pas fou, juste un peu cinglé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSE HMS AGINCOURT   

Revenir en haut Aller en bas
 
ROYAL NAVY CUIRASSE HMS AGINCOURT
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ROYAL NAVY CUIRASSE HMS VANGUARD
» ROYAL NAVY CROISEURS LOURDS CLASSE COUNTY
» Petit bouton d'uniforme Royal Navy XXe, siècle
» LA ROYAL NAVY EN 2015
» ROYAL NAVY PORTE AVIONS HERMES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: LES NAVIRES 1860-1921-
Sauter vers: