AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE ARETHUSA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE ARETHUSA   Jeu 05 Mai 2011, 21:02

CROISEURS LEGERS CLASSE ARETHUSA
(GRANDE BRETAGNE)


Le HMS Penelope à la mer

INTRODUCTION

Et le Britannia rules the waves vécu.......

La thalassocratie britannique

Jusqu'au roi George III (1760-1820), la titulature officielle des rois et des reines d'Angleterre était «roi d'Angleterre, d'Irlande et de France», signe d'un attachement au continent, attachement qui ne répondait plus qu'à un lointain souvenir depuis la perte en 1556 de Calais, dernier vestige de l'Empire Plantagenêt.


Henry VIII

A partir de cette date et sous l'impulsion d'Henry VIII, l'Angleterre se tourna vers le grand large, préférant batir un empire au déla de l'Océan plutôt que de se mêler aux affaires européennes sauf en très rares occasions avec un succès inégal.

La défaite de l'Invincible Armada en 1588 marqua un passage de témoin entre l'Espagne et l'Angleterre qui devint la puissance dominante sur les mers puis enfin une puissance omnipotente après la défaite des Provinces Unies dans les guerres l'opposant avec la Grande Bretagne.


Représentation allégorique de Britannia

Ce n'est cependant qu'au 19ème siècle que le Britannia Rules the waves (la Grande Bretagne commande les vagues) s'imposa, la puissance navale de Londres devenant omnipotente, aucun pays ne se montrant capable de rivaliser avec la Royal Navy, l'Empire Français après Trafalgar ne resta qu'une puissance continentale et il n'est pas interdit de penser que de cette bataille germèrent les premiers fruits qui allaient conduire à l'abdication de Napoléon 1er.

Le neveu de l'oncle, Napoléon III connaissant l'importance de la marine restaura la puissance navale de la France notamment en raison d'une expansion coloniale limitée mais qui nécessitait une marine respectable.

Londres y vit une menace pour ses intérêts et l'opinion britannique fût victime de ses poussées de fièvre irrationnelles appelées invasion scares mais Napoléon III fût suffisament intelligent pour ne pas dépasser la ligne jaune.


Guillaume II

Il fallut en fait attendre la fin du 19ème siècle pour que Londres ait un adversaire à sa mesure en la personne de l'Allemagne wilelhmienne et surtout de Guillaume II. En bon petit-fils de la reine Victoria, il avait compris l'intérêt d'une puissante marine pour permettre à l'Allemagne de gagner «sa place au soleil» en pratique de se tailler un empire colonial conséquent.

Dès 1888 et son avénement, le troisième empereur du IIème Reich lança le dévellopement de la Kaiserliche Marine qui en quelques années seulement passa du statut de force côtière à peine à meine de combattre en Baltique à celui d'une marine océanique qui inquiéta tellement les britanniques que le bouillant amiral Fisher, premier lord de l'Amirauté de 1904 à 1910 proposa de «copenhaguiser» la marine allemande en référence aux attaques surprises de la flotte anglaise contre la flotte danoise alliée de la France de 1801 à 1807.


Au HMS Dreadnought répondirent les cuirassés de classe Nassau (ci-dessous le SMS Rheinland)


Une course aux armements navals opposa alors la Grande Bretagne à l'Allemagne, course de laquelle furent rapidement exclus les autres pays européens incapable de suivre le rythme haletant d'Albion et de Germania.

La Grande Guerre épuise la Grande Bretagne qui doit maintenir une marine imposante mais doit aussi déployer une armée de terre aux effectifs importants et aux pertes qui ne le sont pas moins. Il était désormais clair que la Royal Navy avait perdu la main et ce quelque soit le dénouement du premier conflit mondial.

En effet, de l'autre côté du monde dans le Pacifique, une nouvelle course aux armements navals s'est engagée entre le Japon et les Etats Unis. La Grande Bretagne tenta bien de s'accrocher en planifiant la construction de quatre cuirassés de type N3 et de quatre croiseurs de bataille type G3 mais elle se rendit compte qu'elle n'avait plus les moyens de ses ambitions.


Photomontages de projets mort-nés : les cuirassés de type N3 et ci-dessous les croiseurs de bataille de type G3


Le traité de Washington

Cette course choque de plus en plus les opinions publiques qui réclament une réduction des armements navals. Le 10 juillet 1921, le président américain Harding envoie à la Grande Bretagne, au Japon, à la France, la Chine et l'Italie une invitation à une conférence sur le désarmement.

Comme toujours dans ses grandes messes internationales, l'hypocrisie et les faux-semblants sont maitres et chacun calculant les avantages et les inconvénients d'une telle conférence sur leur situation stratégique et la défense de leurs intérêts.

La conférence de Washington s'ouvre le 12 novembre 1921 sous la présidence de Charles Evans Hughes, le secrétaire d'Etat américain. Ce dernier propose le gel de la construction des cuirassés pour dix ans et la limitation des caractéristiques des autres catégories de navires. Les britanniques auraient voulu interdire le sous marin mais ils ne peuvent obtenir gain de cause en raison de l'opposition de la France, du Japon, de l'Italie et plus discrète des Etats Unis.

Le traité de Washington signé le 6 février 1922 met fin à la course aux armements navals en imposant à la fois des contingents globaux par pays et des limites pour chaque type de navire.

Sur le plan technique, le traité définissait les différentes catégories de navires. Le cuirassé était un navire de 10 à 35000 tonnes armés de canons d'un calibre supérieur ou égal à 203mm et inférieur à 406mm; le croiseur un navire d'un tonnage maximal de 10000 tonnes armé de canons d'un calibre maximal de 203mm. Toutes les marines vont donc construire des croiseurs lourds de 10000 tonnes (approchant ou dépassant) armés de 6 à 10 canons de 203mm.

Pour la Royal Navy, le croiseur de 10000 tonnes est le «mal aimé». Ils sont jugés trop gros et trop coûteux pour les besoins de la Royal Navy notamment la protection des voies de communication entre la Grande Bretagne et l'Empire. Néanmoins comme les autres pays multiplient les construction de «cuirassés en papier d'étain», les britanniques vont construire un total de quinze croiseurs lourds sur vingt initialement prévus.


Le HMS Kent

La première classe est la classe ou type County composée de treize navires répartis en trois sous type : les sept navires de type Kent, les quatre navires de type London et les deux navires de type Norfolk, la crise économique de 1929 ayant annulé la construction de deux autres navires baptisés Northumberland et Surrey.


Le HMS London

Ces navires mis en service en 1927-1928 (Les Kent), 1929 (les London) et 1930 (les Norfolk) déplaçaient entre 10 et 11000 tonnes, filaient à 31.5 noeuds (London) ou 32.3 noeuds (Kent et Norfolk) et étaient armés de 8 canons de 203mm en quatre tourelles doubles (deux avant et deux arrières).


Le HMS Norfolk

Les treize County auraient du être suivis par les cinq croiseurs lourds de classe York mais des restrictions budgétaires limitèrent le nombre à deux croiseurs, les York et Exeter mis en service en 1928 et 1931. Il s'agit d'une version réduite des County déplaçant environ 8000 tonnes avec un armement de 6 canons de 203mm en trois tourelles doubles.


Le HMS York

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE ARETHUSA   Jeu 05 Mai 2011, 21:11

Des croiseurs légers modernes pour la Royal Navy

La classe Leander

Après la construction des County et des York, les britanniques s'intérrogent sur le type de croiseur le mieux adapté à la protection des interminables lignes de communication de l'Empire.

Appréciant fort peu le croiseur lourd de 203mm, ils décidèrent de réduire le calibre de leur artillerie principale en revenant au 6 pouces (152.4mm) après avoir envisagé le 5.5 pouces (133mm). Ce calibre de 152mm devint le calibre standard des nouveaux croiseurs légers qui seront normalisés par le traité de Londres en 1930.

Les premières esquisses sortir en en janvier 1929 et rapidement la batterie principale choisie fût de huit canons de 6 pouces en quatre tourelles doubles superposées deux par deux dans un groupe avant et un groupe arrière.

La vitesse est privilégiée et la protection limitée aux machines et aux soutes à munitions avec un blindage de 3 pouces (76.2mm) suffisant pour protéger d'un obus de 152mm tiré à 10000 yards (9144m). Sur le devis de poids, la protection représente 11.7% du total.

Un premier navire est commandé au titre du programme 1929, trois autres au programme 1930 et un cinquième au programme 1931, des navires respectivement baptisés Leander Achilles Ajax Neptune Orion.

Les trois suivants sont considérés comme des «Modified Leander», des navires baptisés Amphion Apollo et Phaeton qui transférés ultérieurement à la marine australienne furent rebaptisés Perth Hobart Sydney.


Le HMS Leander

-Le HMS Leander est mis sur cale au Devonport Dockyard le 1er août 1928 lancé le 13 juillet 1929 et admis au service actif le 23 juillet 1931. Transféré à la marine néo-zélandaise de 1940 à 1944, il termina sa carrière à nouveau sous pavillon britannique. Placé en réserve en mars 1947, il est vendu à la démolition en décembre 1949.


Le HMS Achilles

-Le HMS Achilles est mis sur cale aux chantiers Cammell Laird de Birkenhead le 11 juin 1931 lancé le 1er septembre 1932 et admis au service actif le 10 octobre 1933. De 1937 à 1946, il est sous contrôle de la marine néo-zélandaise. Remis à la Royal Navy, il est ensuite revendu à la marine indienne en juillet 1948 qui l'utilisera jusqu'en 1976.


Le HMS Ajax

-Le HMS Ajax est mis sur cale aux chantiers navals Vickers de Barrow-in-Furness le 7 février 1933 lancé le 1er mars 1934 et admis au service actif le 3 juin 1935. Désarmé et rayé des listes en 1949, il est vendu à la démolition et arrive à Newport le 18 novembre 1949.


Le HMS Neptune

-Le HMS Neptune est mis sur cale au Portsmouth Dockyard le 24 septembre 1931 lancé le 31 janvier 1933 et admis au service actif le 12 février 1941. Il est coulé le 18 décembre 1941 après avoir heurté quatre mines italiennes au large de la Libye.


Le HMS Orion

-Le HMS Orion est mis sur cale au Devonport Dockyard le 26 septembre 1931 lancé le 24 novembre 1932 et admis au service actif le 18 janvier 1934. Il est mis en réserve le 5 juillet 1946 avant d'être utilisé pour des tests d'explosion sous-marine dans le Loch Striven. Il est vendu à la démolition le 19 juillet 1949.


Le HMAS Perth

-Le HMS Amphion est mis sur cale au Portsmouth Dockyard le 26 juin 1933 lancé le 27 juillet 1934 et admis au service actif le 15 juin 1936. Après trois années de service dans la Royal Navy, le HMS Amphion est vendu à la Royal Australian Navy (RAN) le 29 juin 1939 et rebaptisé HMAS Perth le 10 juillet suivant. Il est coulé lors de la bataille de la mer de Java (28 février-1er mars 1942).


Le HMAS Hobart

-Le HMS Apollo est mis sur cale à l'Arsenal de Devonport le 15 août 1934 lancé le 9 octobre 1934 et admis au service actif le 13 janvier 1936. L'Apollo est vendu à la marine australienne le 23 septembre 1938 où il est rebaptisé HMAS Hobart. Le HMAS Hobart est mis en réserve le 20 décembre 1947 puis vendu à la démolition le 22 février 1962 à un chantier japonais qui commença son démantelement en avril de la même année.


Le HMAS Sydney

-Le HMS Phaeton est mis sur cale aux chantiers Swan Hunter de Wallsend le 8 juillet 1933 lancé le 22 septembre 1934 et admis au service actif le 24 septembre 1935. Le Phaeton est rebaptisé Sydney dès le 24 septembre 1935 sans avoir servit dans la marine britannique. Il est coulé par le croiseur auxiliaire allemand Kormoran le 19 novembre 1941.



Caractéristiques Techniques de la classe Leander

Déplacement : standard 7096 tonnes pleine charge 7386 tonnes

Dimensions : longueur (hors tout) 169.01m (entre perpendiculaires) 159.1m largeur 16.76m (Leander) 17m (les autres) tirant d'eau 5.79m

Propulsion : quatre groupes de turbines Parsons alimentées en vapeur par six chaudières Admiralty à trois tubes dévellopant 72000ch et entrainant quatre hélices. Les turbines sont regroupées en deux salles et les six chaudières en trois salles

Performances : vitesse maximale 32.5 noeuds distance franchissable 5730 miles nautiques à 13 noeuds

Protection : parois latérales des machines 76.2mm parois latérales des soutes à munitions 89mm toit des soutes à munitions 50.8mm pont 25.4mm tourelles 25.4mm

Armement : 8 canons de 152mm (6 pouces) BL Mark XXIII groupés en quatre tourelles doubles Mark XXI (deux avant et deux arrières). 4 canons de 102mm (4 pouces) QF Mark V en quatre affûts simples Mark IV installés de part et d'autre de la cheminée, 12 mitrailleuses de 12.7mm (0.5 inch) en trois affûts quadruples.

-Huit tubes lance-torpilles de 533mm (21 pouces) en deux plate-formes quadruples installées au milieu du navire.

Installations aéronautiques : une catapulte installée à l'arrière sans hangar pour un hydravion Fairey Seafox ou Supermarine Walrus

Equipage : 570 officiers et marins



Caractéristiques Techniques de classe Leander modifié

Déplacement : standard 6939 tonnes pleine charge 8891 tonnes

Dimensions : longueur (hors tout) 171.32m (entre perpendiculaires) 159.10m largeur 17.27m tirant d'eau 5.64m

Propulsion : quatre groupes de turbines à engrenages Parsons alimentées par quatre chaudières Amirauté à trois tubes dévellopant 72000ch et entrainant quatre hélices.

Performances : vitesse maximale 32.5 noeuds distance franchissable 7180 miles nautiques à 12 noeuds

Protection : ceinture blindée 25 à 76.2mm soutes à munitions 25 à 89mm tourelles 25mm

Armement :

8 canons de 152mm (6 pouces) BL Mark XXIII groupés en quatre tourelles doubles Mark XXI (deux avant et deux arrières). 4 canons de 102mm (4 pouces) QF Mark V en quatre affûts simples Mark IV installés de part et d'autre de la cheminée. 12 mitrailleuses de 12.7mm en trois affûts quadruples et huit tubes lance-torpilles de 533mm (21 pouces) en deux plate-formes quadruples installées au milieu du navire.

Installations aéronautiques : Une catapulte entre les deux cheminées pour un Supermarine Walrus

Equipage : 570 officiers et marins


Genèse des Arethusa


La Grande Bretagne est dûrement frappée par la crise de 1929 qui oblige Londres à mener une impopulaire politique de rigueur qui provoque une mutinerie de la Flotte en 1931, une mutinerie presque pacifique, une mutinerie de gentlemen dirions nous mais une mutinerie quand même.

Le temps n'est donc pas aux dépenses somptuaires et comme souvent, les dépenses militaires sont la première variable d'ajustement dans un budget. Voilà pourquoi à la suite des Leander/Amphion, la Royal Navy décide de réduire les capacités de ces nouveau croiseurs.

La mission principale assignée à ces nouveaux croiseurs était la protection des lignes de communication avec pour cible principale les croiseurs auxiliaires. Les six croiseurs prévus étaient des versions réduites des Amphion avec une coque plus courte mais une puissance propulsive semblable mais la réduction de l'armement n'entrainait pas une augmentation de la protection souvent plus faible que les Leander/Amphion pour des raisons évidentes d'équilibre.

Aux quatre tourelles doubles des Leander, les nouveaux croiseurs ne disposaient que de trois tourelles doubles (deux avant et une arrière) auquels s'ajoutèrent deux plate-formes triples lance-torpilles et quatre canons de 102mm en affûts simples.

Au final seulement quatre croiseurs furent construits, croiseurs baptisés Arethusa Galatea Penelope et Aurora. Les deux derniers baptisés Polyphemus et Minotaur furent finalement construit comme deux Town et rebaptisés Southampton et Newcastle.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE ARETHUSA   Jeu 05 Mai 2011, 21:24

HISTORIQUE

Le HMS Arethusa (26)

Le HMS Arethusa arrivant à Malte

Présentation

Le HMS Arethusa arrivant à Malte en 1935

-L'Arethusa est mis sur cale au Chatham Dockyard le 25 janvier 1933 lancé le 6 mars 1934 et admis au service actif le 23 mai 1935.


Alpheus et Arethuse

Ce navire est le septième navire de la Royal Navy à avoir porté le nom d'Arethuse, nymphe qui pour échapper aux assiduités du dieu fleuve Alphée fût transformée en fontaine par Artemis.

Le premier navire à porter ce nom est un navire de ligne de 5ème classe armé de 32 canons français capturé en 1759 et perdu par échouage en 1779. Elle est suivie par un navire de ligne de 5ème classe armés de 38 canons lancé en 1781 et démolie en 1814 suivie par un navire français aux caractéristiques semblables capturé en 1793 mais perdu par échouage en 1796.

Le quatrième Arethusa est un navire de ligne de 5ème classe armé de 46 canons lancé en 1817 puis rebaptisé en 1884 lors de sa démilitarisation puis démoli en 1883. Il est suivit par un navire de ligne de 4ème classe armé de 50 canons lancé en 1849, équipé d'hélices en 1861 avant de devenir navire école en 1874 et démoli seulement en 1934.

Le sixième Arethusa est un croiseur protégé de classe Leander lancé en 1882 et démoli en 1905 suivit par un croiseur léger de classe Arethusa mis en service en août 1914 et perdu par échouage suite à l'explosion d'une mine le 11 février 1916.


La frégate Arethusa de classe Leander (type 12I)

Après le croiseur léger de 1935, un huitième navire à porter ce nom en l'occurence une frégate de type 12I classe Leander mise sur cale le le 7 septembre 1962 lancé le 5 novembre 1963 et admis au service actif le 24 novembre 1965. L'Arethusa est désarmée le 4 avril 1989 à Portsmouth avant d'être coulée comme cible en 1991.

Carrière opérationnelle

Le HMS Arethusa

A son admission au service actif, l'Arethusa est affecté à la 3ème division de croiseurs (3rd Cruiser Squadron) affecté auprès de la flotte de la Méditerranée. Il est le navire-amiral de la division, remplaçant le croiseur léger HMS Delhi en août 1935. Il se fait remarquer d'une drôle de manière puisque le jour de son arrivée, le 20 août, il s'échoue à l'entrée du port de La Valette.

L'invasion de l'Abyssinie par l'Italie et le risque de guerre entre Londres et Rome entraine un renforcement de la Méditerranean Fleet, renforcement qui ne sera pas superflu pour faire face aux contrecoups navals de la guerre d'Espagne même si la Royal Navy sera bien moins engagée que la marine nationale dans ce conflit. En septembre-octobre 1937, il est en refonte en Grande Bretagne avant de reprendre sa place au sein du dispositif britannique en Méditerranée.


Le HMS Arethusa au mouillage

Au début de 1940, l'Arethusa et son sister-ship Penelope sont réaffectés en métropole au sein de la Home Fleet. Basés à Scapa Flow puis à Rosyth, ils furent chargés en priorité de patrouilles pour intercepter les raiders allemands.

Ils participèrent à la campagne de Norvège au printemps, assurant essentiellement des transports rapides entre les iles britanniques et la Norvège mais le 8 mai, les deux croiseurs furent réaffectés au Nore Command (le Nore était un mouillage situé sur la Tamise à quelques kilomètres de Londres).
Ils furent chargés de l'appui aux troupes engagés sur le continent et malheureusement, rapidement d'assurer l'évacuation de la BEF (British Expeditionnary Force) depuis les ports de la Manche et de l'Atlantique (opération Cycle et Ariel) puis de la protection du Pas de Calais quand la Grande Bretagne était menacé par l'opération Seelowe.

Le 28 juin 1940, il intégra la force H, un groupe occasionnel basé à Gibraltar. Suite à l'armistice entre la France et l'Allemagne, les amiraux britanniques eurent des suées en imaginant la flotte française basculer du côté de l'Axe rendant intenable la position de la Grande Bretagne seule contre toute.


L'HMS Arethusa camouflé

Peu porté au compromis, Churchill ordonne à la Royal Navy de neutraliser la flotte française par tous les moyens. Cela se passe relativement bien en Grande Bretagne et à Alexandrie mais cela tourne au drame à Mers-El-Kebir quand la force H dont fait partie le croiseur Arethusa neutralise la Force de Raid.

C'est ainsi que le cuirassé Bretagne est coulé, son sister-ship Provence est gravement endommagé tout comme le croiseur de bataille Dunkerque, seul le croiseur de bataille Strasbourg parvennant à s'échapper. L'Arethusa ne semble n'y avoir joué qu'un rôle secondaire.

Le croiseur léger est en entretien en Grande Bretagne d'août à octobre 1940. Il reprend du service en décembre 1940, multipliant les patrouilles au large des îles britanniques quand il ne couvrait pas des opérations de mouillage de mines.

L'Arethusa resta affecté au sein de la Force H jusqu'en juillet 1941 après avoir participé notamment à la traque du cuirassé Bismarck (de manière indirecte cela dit, il était basé en Islande, prêt à couper la route d'une éventuelle retraite vers le nord du redoutable cuirassé allemand) et participer à la couverture de convois en direction de Malte.

Il subit un grand carénage en Grande Bretagne de la fin du mois d'août 1941 à la fin du mois d'octobre 1941 avant remise en condition. Il participe ensuite du 26 au 28 décembre 1941 à l'opération Anklet, un nouveau raid dans l'archipel des Lofoten, raid au cours duquel il fût suffisamment endommagé pour passer près de trois mois en réparations.

Après réparations dans son chantier constructeur jusqu'en avril 1942, il retourna en Méditerranée en juin 1942, affecté à cette occasion au 15th Cruiser Squadron opérant depuis Alexandrie pour couvrir les nombreux convois ravitaillant Malte, véritable épine dans l'échine de l'Axe puisque de cette île-forteresse partaient les avions et les sous-marins traquant les convois ravitaillant l'Afrikakorps.

Au cours de l'opération Stoneage (couverture du passage du convoi MW13), il fût sérieusement endommagé par une torpille aéroportée italienne qui le toucha à babord au niveau de la tourelle B causant la mort de 156 marins alors que 42 autres étaient blessés. Après des réparations temporaires à Alexandrie jusqu'au 7 février 1943, il gagna le Charleston Navy Yard (Caroline du Sud) pour une remise en état complète qui s'acheva le 15 décembre 1943.

Redevenu pleinement opérationnel en juin 1944, il participa à l'opération Neptune le volet naval de l'opération Overlord, le débarquement de Normandie le 6 juin 1944 au sein de la Force D à Sword Beach.


L'HMS Arethusa

Cette force D est composée des cuirassés Warspite et Ramillies, les croiseurs légers Mauritius et Danae, le croiseur lourd Frobisher, le croiseur léger polonais Dragon plus quatre destroyers (dont deux norvéfiens) et deux frégates. Rejointe la monitor HMS Roberts, la force D pilonna Sword Beach.
Il eut ensuite l'insigne honneur de transporter le roi George VI lors de sa traversée de la Manche pour une visite au quartier général allié. Il embarqua son prestigieux passager le 16 juin pour la traversée de la Manche.

Déployé en baie de Seine, il fût endommagé par des coups à toucher et une mine magnétique aéroportée qui l'oblige à des réparations jusqu'à la fin de l'année 1944.


Le HMS Arethusa en 1945

En février 1945, il retourna en Méditerranée au sein du 15th Cruiser Squadron et y resta jusqu'en octobre 1945 quand il rentra en Grande Bretagne et fût immédiatement mis en réserve au mouillage du Nore.

En 1946, il fût proposé à la marine norvégienne qui ne donna pas suite et donc maintenu en réserve (pour prendre une équivalence française de l'époque, l'Arethusa aurait été mis en réserve spéciale A en octobre 1945 _prêt à être réarmé_ et en réserve spéciale B suite à l'échec de cette vente).

Jugé trop petit pour être modernisé, il est vendu à la démolition le 9 mai 1950 et à son arrivée le 9 septembre 1950 à Newport (Glamorgan) où la compagnie J. Cashmore fût chargée de son démantèlement.


L'HMS Arethusa privé de ses canons probablement au moment de son démantelement

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE ARETHUSA   Jeu 05 Mai 2011, 21:33

Le HMS Galatea (71)

Le HMS Galatea

Présentation

-Le Galatea est mis sur cale aux chantiers navals Scotts Shipbuilding & Engineering Company installés à Greenock sur la Clyde le 2 juin 1933 lancé le 9 août 1934 et admis au service actif le 14 août 1935.


Galatée

Le deuxième croiseur de classe Arethusa est le septième navire de la Royal Navy à porter le nom de Galatée, cette nymphe marine (néréide) qui était tombée amoureuse du berger Arcis. Le cyclope Polyphème amoureux de Galatée tua d'un rocher de l'Etna le berger. La nymphe transforma les filets de sang du rocher en rivière pour s'y baigner tous les jours.

Le premier navire fût un navire armé de 20 canons lancé en 1776 et démoli en 1783 suivit par un navire de ligne de 5ème classe armé de 32 canons lancé en 1794 et démoli en 1809 et par un navire de ligne de 5ème classe armé de 36 canons lancé en 1810, démilitarisée en 1836 et démoli en 1849.

Le quatrième Galatea fût une frégate à hélice lancée en 1859 et démoli en 1883 suivie par un croiseur de 1ère classe de classe Orlando lancée le 10 mars 1887 et vendu à la démolition le 5 avril 1905 puis un croiseur léger de classe Arethusa en service de décembre 1914 à 1921, année de sa vente à la démolition.


La frégate HMS Galatea de classe Leander

Suite au croiseur léger, un huitième navire portant son nom à fièrement hissé la White Ensign en l'occurence la septième frégate de classe Leander, la F-18 mise sur cale aux chantiers navals Swan Hunter de Wallsend-on-Tyne le 29 décembre 1961 lancé le 23 mai 1963 et admis au service actif le 25 avril 1964. Elle à été désarmée le 31 janvier 1987 et coulée comme cible en mer du Nord le 21 juillet 1988.

Carrière opérationnelle

Le HMS Galatea en 1937

A son admission au service actif, le nouveau croiseur léger de Sa Majesté fût affecté à la Mediterranean Fleet comme navire-amiral au profit du contre-amiral commandant les destroyers de cette flotte. Lors de la guerre d'Espagne, il effectua quelques patrouilles de neutralité en compagnie ironie de l'histoire de navires allemands et italiens.

Quand la seconde guerre mondial éclate, il est rappelé en métropole, assurant en février-mars 1940 le blocus du port de Vigo pour empêcher les navires marchands allemands de quitter le port galicien et rentrer dans leur pays.

Elle retourne en Grande Bretagne d'avril à juin 1939 pour une refonte avant de retourner en Méditerranée en août 1939, un mois avant le déclenchement de la seconde guerre mondiale. Il était intégré au 3rd Cruiser Squadron composé des croiseurs Penelope Arethusa Galatea et Coventry, un croiseur léger de classe C transformé en croiseur antiaérien.


Le HMS Galatea au mouillage

En janvier 1940, il est affecté au sein de la Home Fleet en compagnie de ses sister-ship Penelope et Arethusa pour des missions de patrouille et d'interception, capturant notamment trois forceurs de blocus allemands, deux étant sabordés et un arrivant en Allemagne.


Le HMS Galatea au mouillage (bis)

En avril 1940, il participe à la campagne de Norvège, transportant l'or norvégien le 25 avril afin de le mettre à l'abri en Grande Bretagne. Auparavant, il avait mené à partir du 4 avril 1940 une patrouille offensive destinée à intercepter les convois transportant les troupes d'invasion de l'opération Weserübung et ce en compagnie de son sister-ship Arethusa, de trois destroyers et de trois destroyers polonais Burza Grom et Blyskawica, (le premier étant un torpilleur de classe Bourrasque) mais cette mission fût un échec. Il assura également lui des missions de transport rapides.


Le HMS Galatea

Il assura l'appui des forces alliées engagées dans la campagne de France avant de couvrir leur évacuation au cours de l'opération Aerial. Il rapatria ainsi l'ambassadeur de Grande Bretagne en France depuis Saint Jean de Luz.

Le 7 septembre 1940, la radio du bord reçut le message codé Cromwell signalant que les allemands pourraient débarquer dans le Kent à l'aube. Le Galatea patrouilla dans le Pas de Calais mais n'eut aucun contact avec l'ennemi ou du moins si mais indirectement puis il sauta sur une mine au large de Sheerness (Kent sur l'estuaire de la Medway) et du passer toute le reste de l'année au bassin.


Le HMS Galatea en 1941

Remis en service en février 1941, il resta sous le contrôle opérationnel de la Home Fleet jusqu'en juillet 1941 quand il fût affecté en Méditerranée qui'l rejoignit via le Cap de Bonne Espérance, la mer Rouge et le canal de Suez, ses hélices ne redécouvrant les eaux salées de la Mare Nostrum qu'en novembre avec pour base Malte comme les autres navires de la force K chargée d'envoyer les convois de l'Axe chez Neptune.

Son déploiement fût de courte durée. Le 14 décembre 1941 peu avant minuit, le Galatea reçut trois torpilles du sous-marin U-557 (type VIIC) au large d'Alexandrie. Frappé à mort, il coula en trois minutes, ne laissant que 100 survivants, 23 officiers (dont le commandant) et 447 membres d'équipage succombant à ce naufrage. Son bourreau ne lui survécu que deux jours puisque le U-557 fût coulé le 16 décembre, éperonné par le torpilleur italien Orione qui avait pris le sous-marin allemand pour un sous-marin britannique.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE ARETHUSA   Jeu 05 Mai 2011, 21:41

Le HMS Penelope (97)

Le HMS Penelope arrivant à Malte

Présentation

-Le Penelope est mis sur cale aux chantiers Harland & Wolff de Belfast (Irlande du Nord) le 30 mai 1934 lancé le 15 octobre 1935 et admise au service actif le 13 novembre 1936.


Penelope et ses prétendants

Le troisième croiseur de classe Arethusa est le huitième navire de la Royal Navy à porter le nom de la reine d'Ithaque, femme d'Ulysse connue pour repousser ses nombreux prétendants en tissant la journée son voile de mariée et en le défaisant à la nuit tombée. «Le Voile de Penelope» désigne ainsi une oeuvre inachevée, sans cesse renouvelée

Le premier fût un navire de ligne de 24 canons lancé en 1778 mais capturé par les espagnols en 1780. Il est suivit par un navire de ligne de 5ème classe armé de 32 canons lancé en 1783 et démoli en 1797 puis par un navire de ligne de 5ème classe armé de 36 canons lancé en 1798 et perdu par échouage en 1815.

Le quatrième Penelope fût un navire de ligne de 5ème classe armé de 46 canons lancé en 1829 mais complétée sous une nouvelle forme en 1843 et démolie en 1864. Elle est suivit par une corvette blindée lancée en 1867, démilitatisée en 1897 et vendue en 1912 puis par un croiseur léger de classe Arethusa en service de 1914 à 1924 et un tender acquis en 1918 mais vendu en 1922.


Le HMS Penelope de classe Leander

Succédant au croiseur léger, un neuvième navire à porté ce nom au sein de la Royal Navy à savoir une frégate de classe Leander (type 12I) immatriculée F-127 qui à été mise sur cale aux chantiers navals Vickers-Armstrongs installés à Newcastle-on-Tyne le 14 mars 1961 sous le nom de Coventry (et auparavant Panther) de classe Salisbury. Elle est lancée sous le nom de Penelope le 17 août 1962 et admise au service actif le 31 octobre 1963. Désarmée en 1991, elle est vendue avec son sister-ship Danae à la marine équatorienne. Rebaptisée Presidente Eloy Alfaro, elle à servit sous ses nouvelles couleurs jusqu'au 19 mars 2008, date de son désarmement.

Carrière opérationnelle

Le HMS Penelope à la mer

Affecté en Méditerranée à son admission au service actif, il effectue des patrouilles dans la Mare Nostrum mais vue que la neutralité italienne se maintenait, il est transféré avec le reste de la division en Grande Bretagne au sein de la Home Fleet pour contrer les forceurs de blocus et les raiders allemands.


Le HMS Penelope en 1937

Avec ses sister-ship de la division, il participe à la campagne de Norvège qu'il s'agisse de l'opération de mouillage de mines Wilfried ou d'infructueuses recherches des navires allemands de l'opération Weserübung ou encore la première bataille de Narvik entre destroyers britanniques et destroyers allemands. Endommagé par échouage (chaudières noyées notamment), il rentre à la remorque en Grande Bretagne le 18 mai 1940.

Il subit des réparations temporaires à Greenock en juin/juillet 1940 avant de gagner la Tyne à la fin du mois d'août pour une remise en état complète qui fût l'occasion de renforcer la DCA et d'installer une suite complète de radars.


Le HMS Penelope en 1940

Les réparations sont achevée en juin 1941 et le croiseur passe le reste de l'été 1940 à sa remise en condition avant de reprendre le service actif depuis la Clyde au mois de septembre. Le 9 septembre 1941, il quitte la Clyde pour Rosyth puis ensuite l'Islande. Dès le mois d'octobre 1941, il retrouve la Méditerranée pour soutenir l'île-forteresse de Malte contre les attaques aériennes germano-italiennes.

Il forme alors la force K avec le HMS Aurora et deux destroyers, force renforcée au mois de novembre par les croiseurs Ajax et Neptune et deux autres destroyers. Cette force K va être chargée à la fois de couvrir des convois allant ou venant de l'île-forteresse et d'attaquer ceux de l'adversaire.

Le 26 mars 1942, alors qu'il au bassin à Malte, il est endommagé par un raid aérien, l'explosion des bombes projetant sur sa coque de nombreuses pierres et morceaux de maçonnerie provoquant de si nombreux trous qu'il reçoit le surnom de Pepperpot (poivrière). Il gagne alors Gibraltar (début avril) pour des réparations temporaires avant remise en état complète aux Etats Unis.


Le HMS Penelope en 1942

Après une escale aux Bermudes, le croiseur est pris en charge par le Brooklyn Navy Yard le 19 mai et immobilisé pour réparations jusqu'au mois de juillet avant de passer le mois d'août en essais et remise en condition. Il gagne ensuite Norfolk puis Portsmouth après une escale aux Bermudes, arrivant à destination le 1er octobre 1942.

Affecté à nouveau en Méditerranée, il quitte Scapa Flow au tout début du mois de janvier 1943, faisant escale à Gibraltar le 22 janvier avant de gagner Bone où il remplace l'Ajax au sein de la force Q, force également composée des croiseurs Aurora et Sirius. Cette force va assurer le soutien des troupes alliées engagées contre l'Afrikakorps en Tunisie.

Le 1er juin 1943, il participe à l'opération Corkscrew, l'invasion de l'île de Pantelleria, bombardant l'île avec les croiseurs Aurora, Newfoundland Euryalus et Orion et deux destroyers pendant une semaine avant la mise à terre qui à lieu le 8 juin. Le 12, l'île de Lampedusa est violement bombardé et se rend quelques heures plus tard sans résistance.

Il participe ensuite à l'opération Husky, le débarquement anglo-américain en Sicile. Il bombarde Catane et Taormine avec son sister-ship Aurora et deux destroyers la veille du jour J le 9 juillet dans le cadre de l'opération Arsenal avant d'assurer la couverture lointaine de l'opération amphibie afin d'éviter une intervention de la Regia Marina. Il bombarde la Sicile le 11 juillet et opère jusqu'à la fin du mois avant de gagner au mois d'août Bizerte.

Le 8 septembre 1943, il embarque à Bizerte la 1ère division aéroportée britannique en compagnie des croiseurs Aurora, Dido et Sirius avec comme couverture le cuirassé King George V pour la transporter à Tarente dans le cadre de l'opération Slapstick. Les troupes sont mises à terre le 9 septembre couvertes par le KGV et le Howe.

Le 11 septembre, il intègre le dispositif de l'opération Avalanche (débarquement à Salerne) retrouvant le croiseur léger USS Boise, remplaçant les trois croiseurs endommagés (HMS Uganda, USS Savannah et Philadelphia). Il va assurer l'appui feu des troupes débarquées du 14 au 26 septembre 1943.

Le 4 octobre, il transféré au Levant pour intercepter les convois allemands transportant des troupes destinées à relever les troupes italiennes dont le gouvernement avait signé l'armistice avec les alliés.

Le 7 octobre, il intercepte un convoi avec le Sirius et deux destroyers, coulant quatre transports et quatre escorteurs. Les allemands se vengent en lançant de violentes attaques aériennes.

Le Penelope est touché par une bombe qui détruit la tourelle arrière de 152mm sans parler des dégâts provoqués par les coups à toucher. Les dégâts sont importants mais contrôlés, 12 marins étant tués et 29 blessés. Il se replie avec le Sirius avec deux destroyers sur Alexandrie?

Il reprend du service au mois de novembre avec Haïfa comme port d'attache. Au mois de décembre, il est transféré à Gibraltar pour intercepter les forceurs de blocus comme l'Alstruffer intercepté le 29 décembre avec le Gambia et le mouilleur de mines Ariadne, l'Alstruffer étant coulé.

A partir du 19 janvier 1944, il participe à l'opération Shingle, le débarquement d'Anzio, opération qui faute à un commandement indécis faillit tourner au drame. Le débarquement à lieu le 22 janvier et le croiseur assura sa mission d'appui-feu sous la menace constante des sous-marins allemands encore très présents dans la région.

Le 17 février 1944, alors qu'il regagnait Naples pour remplir ses soutes, il est torpillé par le sous-marin U-410 (type VIIC) à 35 miles à l'ouest du cap Circé, coulant en dix minutes, emportant avec lui 415 marins et ne laissant que 250 survivants.


Le HMS Penelope en 1944

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE ARETHUSA   Jeu 05 Mai 2011, 21:53

Le HMS Aurora (12)

Le HMS Aurora

Présentation

-L'Aurora est mis sur cale au Portsmouth Dockyard le 27 juillet 1935 lancé le 20 août 1936 et admis au service actif le 12 novembre 1937.


Eos

Le quatrième et dernier croiseur de classe Arethusa est le dixième navire de la Royal Navy à porter le nom de la titanide de l'aube Eos. Ayant pris Arès comme amant, elle subit la jalousie d'Aphrodite qui la condamna à être toujours amoureuse. En quittant le lit de son mari à la fin de la nuit, elle annonce l'arrivée de son frère Hélios (le soleil).

Le premier navire à porter ce nom fût un navire français baptisé Abenakise capturé en 1757 et démolie en 1763. Elle est suivie par un navire de ligne de sixième classe armé de 32 canons lancé en 1766 mais perdu par incendie en 1770 et un navire de ligne de sixième classe armé de 28 canons lancé en 1777 et vendue à la démolition en 1814.

Le quatrième navire à porter ce nom fût un autre navire français (5ème classe, 32 canons) capturé en 1793, converti en navire prison en 1799 mais vendu à la démolition dès 1803. Ironie de l'histoire, le cinquième Aurora fût un sloop de 14 canons lancé en 1809 et capturé l'année suivante par les français.

Le sixième navire à porter ce nom fût une frégate française appelée Clorinde armée de 38 canons capturée en 1814 et utilisée jusqu'en 1851. Elle est suivie par une frégate à hélices lancée en 1861 et vendue à la démolition en 1881 puis un croiseur cuirassé de classe Orlando lancé en 1887 et vendu à la démolition en 1907 et un croiseur léger de classe Arethusa en service de 1914 à 1918 sous pavillon britannique puis de 1920 à 1927 sous l'autorité de la marine canadienne avant d'être vendu à la démolition.


La frégate Arethusa de classe Leander

Succédant au croiseur léger de classe Arethusa de 1937, un onzieme navire à porté ce nom au sein de la Marine de sa majesté. Il s'agit de la cinquième frégate de classe Leander, la F-10 mise sur cale aux chantiers navals John Brown & Company de Glasgow le 1er juin 1961 lancée le 28 novembre 1962 et admis au service actif le 9 avril 1964. Elle à été désarmée en 1987 puis vendue à la démolition en 1990.

Carrière opérationnelle

Le croiseur léger Aurora avec les marques de neutralité de la guerre d'Espagne

A son admission au service actif, le croiseur est admis au service actif au sein de la Home Fleet, passant les années d'avant guerre à manoeuvrer en mer du Nord, dans la Manche et dans l'Atlantique. Alternant entre Portland et Rosyth, le croiseur gagne Scapa Flow en août 1939 alors que la guerre est iminente.


L'Aurora en 1939

Quand la guerre éclate, il devient le navire-amiral de la force des destroyers de la Home Fleet, menant des missions de chasse en mer du nord comme du 8 au 11 septembre avec les cuirassés Nelson et Rodney, le croiseur de bataille Repulse, le porte-avions Ark Royal, le croiseur léger Sheffield et des destroyers.

Il doit participer à un raid dans le Kattegat le 22 septembre en compagnie des croiseurs légers Southampton, Glasgow et Sheffield plus des destroyers mais cette opération est annulée suite à une collision entre deux destroyers. Du 25 au 27 septembre, il couvre le retour en Grande Bretagne du sous-marin Spearfish, subissant de légers dommages à cause de coups à toucher.

Après la destruction du cuirassé Royal Oak, le croiseur léger Aurora quitte Scapa Flow pour le Loch Ewe. De là, il va mener des patrouilles en mer du Nord pour intercepter les forceurs de blocus allemands mais également escorter les convois de minerai de fer venant de Norvège. Le 10 novembre, il est transféré au 2nd Cruiser Squadron, retrouvant les croiseurs Southampton, Glasgow et Belfast à Rosyth pour toujours intercepter d'éventuels navires allemands en mer du Nord.

En janvier 1940, il est de nouveau basé à Scapa Flow mais immobilisé au mois de février pour maintenance ce qui n'empêche pas certains marins d'embarquer à bord des destroyers Maori et Cossack, servant d'équipes d'assaut pour libérer les prisonniers britanniques à bord du pétrolier allemand Altmark qui avait accompagné l'Admiral Graf Spee. Il devint au mois de mars en pleine maintenance, le navire amiral du 2nd Cruiser Squadron.

Les travaux de maintenance à Rosyth s'achève au mois de mars et en avril 1940, l'Aurora est désignée pour participer à l'opération R4, un débarquement préventif en Norvège mais ce débarquement est annulé suite à l'invasion allemande du royaume indépendant en 1905. Il va participer aux opérations en mer du Nord, escortant des convois et bombardant les positions allemans pour appuyer les troupes britanniques, française et polonaises. Il est gravement endommagé par les bombardiers allemands, deux tourelles étant mises hors de combat.

Il arrive à Portsmouth le 25 mai pour réparations et remise en état, travaux qui sont l'occasion de renforcer la DCA suite à l'expérience norvégienne. Il reprend le service au début du mois de juillet, intégrant le 22 juillet la Humber Force pour participer à des patrouilles anti-invasion en compagnie notamment de son sister-ship Galatea et de trois destroyers. Il poursuit cette mission au sein du Nore Command à partir du 6 septembre, bombardantn Boulogne le 9 pour détruire des péniches de débarquement.

Il est redéployé à Scapa Flow au mois de novembre, assurant des escorte de convois et la couverture des opérations de mouillage de mines. Au mois de janvier, il couvre la sortie de cinq cargos britanniques bloqués en Suède qui réussisent à rentrer en Grande Bretagne (opération Rubble).


Vue aérienne du croiseur Aurora

Au mois de mai 1941, il participe à la traque du cuirassé Bismarck et du croiseur lourd Prinz Eugen en assurant la couverture du cuirassé King George V et du porte-avions Victorious. Le 24 mai, il est détaché avec les croiseurs Kenya et Hermione pour couvrir le Victorious traquant le cuirassé allemand par la voix des airs.

L'Aurora ne participe pas à la fin des opérations de traque puisqu'il est détaché pour se ravitailler en Islande et quand il reprend ses patrouilles, le cuirassé allemand à rejoint Neptune.

Le 3 juin 1941, le croiseur Aurora intercepte le ravitailleur allemand Belchen dans le détroit du Danemark en compagnie du Kenya, le coulant à l'aide de torpilles et de son artillerie commandée par radar. La localisation de ce navire ayant été obtenue par le décryptage des communications allemandes via les installations de Betchley Park.

Après avoir couvert un mouillage de mines avec le HMS Kenya, il est déployé au large des Spitzberg pour vérifier la possibilité d'y installer une base de ravitaillement en vue des futurs convois entre la Grande Bretagne et l'Union Soviétique. Au mois d'août 1941, il participe à l'opération Gauntlet, le débarquement de troupes canadiennes aux Spitzberg qui va devenir une importante base météo alliée. Il coule également plusieurs navires allemands au cours de plusieurs escarmouches.

En octobre 1941, décision est prise de le transférer en Méditerranée. Il va ainsi former le 15th Cruiser Squadron basé à Alexandrie en compagnie de son sister-ship Penelope. Il quitte Scapa Flow le 12, arrive à Gibraltar le 18 et repart le lendemain pour Malte où il va intégrer la force K à partir du 21 octobre. Il va de là mener des opérations de traque aux convois de l'Axe ravitaillant l'Afrikakorps. Il participe en décembre 1941 à la première bataille de Sirte, en sortant intact et indemne.

Le 19 décembre 1941, la force K rentre dans un champ de mines suite à une recherche infructueuse d'un convoi italien. Le croiseur Neptune et le destroyer Kandahar est coulé, l'Aurora est sérieusement endommagé mais il parvint à rester à flot en innondant les compartiments opposés avant de rentrer à Malte, escorté par deux destroyers. Il pris en charge par l'Arsenal de La Valette pour remise en état provisoire.


Le croiseur Aurora en 1942

Le 29 mars 1942, il appareille pour Gibraltar, escorté par le destroyer Avonvale pour un transit de deux jours sous la menace d'attaques aériennes allemandes et italiennes. Il arrive à Liverpool le 5 avril 1942 pour une remise en état complète qui va l'immobiliser dans l'estuaire de la Mersey jusqu'à la fin du mois de juin.

Il est remis en service au début du mois de juillet 1942, réintégrant la Home Fleet pour assurer des missions d'escorte et de couverture des nombreuses opérations de mouillage de mines. A la suite d'une escorte de convois, il passe le mois d'octobre à Freetown pour protéger le trafic commercial britannique avant de regagner la Méditerranée, participant ainsi le 8 novembre 1942 à l'opération Torch, le débarquement anglo-américain en Afrique du Nord.

Pour la première grande opération amphibie de la guerre, l'Aurora est intégré à la Central Task Force en compagnie du navire amphibie Largs, des porte-avions d'escorte Biter et Dasker, des croiseurs Jamaica et Delhi et de treize destroyers, cette force étant chargée de débarquer des troupes américaines dans la région d'Oran, ce choix étrange (navires britanniques et troupes américaines) s'explique le souvenir encore douloureux de Mers-El-Kebir.

Si les Rangers américains parviennent à s'emparer du port d'Arzew, l'opération Reservist destinée à s'emparer du port d'Oran intact échoue, les deux ex-cutters américains sont détruits et les troupes débarquées subissent de très lourdes pertes.

Le contre-torpilleur Epervier et les torpilleurs Tornade, Tramontane et Typhon appareillent pour se frotter aux navires britanniques mais le duel inégal se termine par la destruction ou la mise hors de combat des navires français (je renvoie pour plus de détails à mon article sur les Bourrasque).
Le 10 novembre, il bombarde des forts français en compagnie du cuirassé Rodney et du croiseur léger Jamaica en soutien de l'assaut final sur Oran avant le lendemain d'embarquer le commodore Troubridge pour une tournée d'inspection sur les plages. Le 26, il embarque l'amiral Cunningham présent à Gibraltar pour lui permettre de transférer son quartier général à Alger.

Le 27 novembre, il est choisit pour intégrer la force Q en devenant le navire-amiral. Basée à Bone, elle est formée également des croiseurs légers de classe Dido, Argonaut et Sirius et des destroyers Quentin et Quiberon (classe Q) et doit traquer les convois ennemis. Outre la destruction des convois ennemis, la force Q va assurer la protection des convois alliés mais également le soutien des forces alliés engagées dans la campagne de Tunisie.

La première opération à lieu dans la nuit du 1er au 2 décembre et si elle permet la destruction de quatre cargos et d'un escorteur, elle voit le torpillage et le naufrage du Quentin qui est remplacé huit jours plus tard par le CLAA Dido. Le 18 décembre, l'Argonaut sérieusement endommagé est remplacé par le Penelope.

En mai 1943, le croiseur Aurora est transféré au 12th Cruiser Squadron, division également composée des croiseurs Penelope, Sirius et Delhi. Le 12th CS va ainsi participer à l'opération Corkscrew, l'invasion de Pantelleria qui à lieu le 8 juin 1943. Le 19, il embarque le roi George VI à Tripoli pour le ramener à Malte, escorte par quatre destroyers.

Il participe ensuite à l'opération Husky, le débarquement allié en Sicile qui à lieu le 10 juillet 1943 et marque le début de la fin pour l'Italie fasciste qui signera l'armistice moins de deux mois plus tard. Le croiseur léger va ainsi couvrir les navires amphibies et avant de participer à l'opération amphibie, le croiseur participe à l'opération Arsenal, le bombardement de Catane et de Taormine en compagnie de son sister-ship Penelope et de deux destroyers.

Lors du jour J, il assure la couverture du dispositif allié en compagnie des cuirassés Nelson, Rodney, Warspite et Valiant, déployés en mer Ionienne pour contrer une possible intervention italienne. Il passe ensuite le reste du mois de juillet à appuyer les troupes britanniques dans leur progression rendue difficile à la fois par la résistance germano-italienne que par le relief et les difficultés logistiques.

Le 11 août, le croiseur Aurora bombarde la localité de Scaleta au sud de Naples en compagnie du croiseur de classe Dido Euryalus et de deux destroyers avant de couler des ferry Siebel utilisés pour ravitailler les forces de l'Axe à travers le détroit de Messine. Regagnant la Tunisie, le croiseur léger est choisit pour participer à l'opération Avalanche, le débarquement allié à Salerne près de Naples.

Il va ainsi être engagé dans un groupe occasionnel composé également des croiseurs Penelope, Dido et Sirius, du mouilleur de mines Abdiel et du croiseur léger américain Boise. Avant de soutenir ce débarquement amphibie, le croiseur léger va participer à l'opération Slapstick, le transport de la 1st Airborne Division à Tarente avant de retrouver la force alliée de l'opération Avalanche. Il fait une escale de repos, d'entretien et de ravitaillement à Malte du 1er au 4 octobre 1943.

Il est déployé en mer Egée mais le 6, il est suffisamment endommagé par des attaques aériennes pour nécessiter un retour prématuré à Alexandrie afin de subir des réparations qui l'éloignèrent du front jusqu'au 15 octobre.

Il va ainsi bombarder Chios le 16 octobre et Rhodes le 18, tout en traquant la poussière navale allemande, le tout sous une menace aérienne encore assez sérieuse en dépit du déploiement de Bristol Beuafighter.

Il est de nouveau endommagé par une bombe de 500kg le 30 octobre qui provoque la mort de 47 hommes pendant que 30 sont blessés. Rentré à Alexandrie le 31 octobre, il va y subir des réparations provisoires avant une remise en état complète réalisée à.........Tarente. Les travaux vont durer jusqu'au mois d'avril 1944, le croiseur reprennant du service depuis Alexandrie à la mi-avril mais à la fin du même mois, il est de nouveau déployé à Malte.

Au mois de juillet 1944, il est choisit pour participer à l'opération Dragoon, le débarquement allié planifié en Provence. Il arrive à Algers le 29 pour intégrer la TF84 avant de s'entrainer intensivement depuis Malte au sein d'un groupe occasionnel également les croiseurs Ajax et Black Prince, le croiseur lourd américain Quincy, le croiseur léger français Gloire et trois destroyers amércains avant de recevoir au moment du débarquement le renfort du cuirassé britannique Ramillies venu directement de Grande Bretagne.

Le débarquement à lieu le 15 août, l'Aurora pilonna les plages du débarquement puis le 24, les batteries défendent le port de Toulon. Quittant le dispositif le 25 août, le croiseur léger retrouve la mer Egée pour assurer le blocus puis appuyer la reprise des îles de la région encore occupées par les allemands, le tout en compagnie de sept porte-avions d'escorte, des croiseurs Orion royalisr black Prince, Argonaut et colombo, de la 24th Destroyers Flotilla et de destroyers de classe Hunt.

Il participa ensuite à l'opération Manna, la réoccupation de la Grèce qui vit les britanniques et les grecs débarquer au Pirée le 15. Le 25 octobre 1944, il bombarde Milos avec deux destroyers. La guerre civile ayant éclatée, les britanniques vont soutenir le gouvernement royaliste contre la guerilla communiste. Le 4 décembre 1944, le croiseur bombarde Rhodes pour détruire les navires qui auraient pu servir à l'évacuation des garnisons allemandes encore présentes dans la région.


Le HMS Aurora à Malte en 1945

Le croiseur Aurora termine la seconde guerre mondiale à Malte après avoir couvert différents débarquements destinés à libérer des territoires encore occupés par les allemands sans parler d'une mission qui annonce déjà l'après guerre : l'interception de navires amenant illégalement des immigrés juifs en Palestine.

Après une refonte à l'Arsenal de La Valette de juillet à octobre 1945, il est à nouveau déployé en Méditerranée mais à dire vrai pour fort peu de temps puisqu'il est vendu à la Chine nationaliste en novembre 1945 en compensation de six patrouilleurs et d'un cargo saisis à Hong Kong et perdus durant le conflit.


L'Aurora avec un nouveau pavillon

Remis en état à Portsmouth, il est rebaptisé Chungking et pris en charge par son nouveau propriétaire le 19 mai 1948. Le 25 février 1949, son équipage se rallie aux communistes et le navire est rebaptisé Tchounking. Coulé par l'aviation nationaliste en mars 1949, il est relevé en 1951 et remis en service sous le nom de Hsunag Ho puis de Pei Ching comme batterie flottante jusqu'en 1958 quand il devient un simple auxiliaire portuaire sous le nom de Kuang Chou. L'ex-croiseur britannique est vendu à la démolition en 1968.


L'Aurora chaviré à Taku

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE ARETHUSA   Jeu 05 Mai 2011, 21:59

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES


Déplacement : Standard 5354 tonnes Pleine Charge : 6771 tonnes (Arethusa Galatea) 6822 tonnes (Penelope Aurora)

Dimensions : longueur hors tout : 154.22m longueur entre perpendiculaires 146.3m largeur 15.54m tirant d'eau 5.03m

Propulsion : 4 groupes de turbines à engrenages Parson alimentées en vapeur par quatre chaudières Amirauté dévellopant 64000ch et entrainant quatre hélices

Performances : vitesse maximale 32.25 noeuds distance franchissable 5300 miles nautiques à 13 noeuds

Protection : soutes à munitions : 1 à 3 pouces (26 à 76mm) ceinture 2.25 pouces (57mm) tourelles ponts et bulkheads 26mm

Electronique :

Aurora : radar de veille aérienne type 280, radar de veille combinée type 286, radar de conduite de type 284 pour les 152mm et 285 pour les 102mm, radar de conduite de tir type 282 pour la DCA légère

Galatea : radar de veille aérienne type 279 radar de conduite de tir type 284 et type 285

Arethusa : un radar de veille aérienne type 286 (débarqué au cours du conflit), un radar de veille aérienne type 281, un radar d'acquisition de cibles type 273, un radar de conduite de tir type 282, 284 et 285.

Penelope : radar de veille combinée type 286M, radar de veille aérienne type 281, radar de veille surface type 273 et un radar de conduite de tir type 284

Armement :

Configuration d'origine

Tourelles avant du HMS Apollo futur HMAS Hobart

-6 canons de 152mm (6 pouces) BL Mark XXIII groupés en trois tourelles doubles Mark XXI (deux avant et une arrière).

Le canon BL Mark XXIII est un canon de 50 calibres (longueur du tube : 7.6m) qui tire des obus de 50.8kg à une distance maximale comprise entre 4570m (+2.3°) à 23300m (+45°) à raison de 6 à 8 coups par minute. La durée de vie d'un tube est de 1100 coups.

La tourelle Mark XXI pèse 92 tonnes en ordre de combat et permet aux canons Mark XXIII de pointer en site de -5° à +60° à raison de 10° par seconde et en azimut sur 150° de chaque côté à raison de 5 à 7° par seconde. La dotation en munitions est de 200 coups par canon soit un total de 1200 projectiles.

-Les Arethusa et Galatea disposent de 4 canons de 102mm (4 pouces) QF Mark V en quatre affûts simples Mark IV installés derrière de la deuxième cheminée.

Le canon QF (Quick Fire obus encartouchés) Mark V est un canon de 45 calibres (longueur du tube : 4.6m) qui tire des obus explosifs de 24.26kg et des obus semi-perforants de 25.4kg à une distance maximale de 14950m (+45°) avec un plafond pour le tir antiaérien de 8763m (+80°) à raison de 10 à 15 coups par minute.

L'affût Mark XXI pèse 7.1 tonnes sans bouclier et permet aux canons de pointer en site de -5 à +80° et en azimut sur 360°. La dotation en munitions est de 250 coups par affût soit un total de 1000 projectiles.

Les Aurora et Penelope disposent de 8 canons de 102mm (4 pouces) QF Mark XVI en quatre affûts doubles HA Mk XIX. Ce canon de 45 calibres tire des obus explosifs de 28kg et des obus semi-perforants de 30kg à une distance maximale (obus explosifs) de 18150m avec un plafond pour le tir antiaérien de 11890m à raison de 15 à 20 coups par minute.

L'affût HA Mk XIX pèse 16.8 tonnes et permet aux canons de pointer en site de -10° à +80° et en azimut sur 340°. La dotation en munitions est de 200 coups par canon soit 800 projectiles.

-8 mitrailleuses de 12.7mm en deux affûts quadruples

-6 tubes lance-torpilles de 533mm en deux plate-formes triples. Ces tubes utilisent des torpilles Mark IX mises en service en 1930. Ces projectiles pèsent 1693kg avec une charge militaire de 340kg. La portée maximale est de 9600m à 36 noeuds et de 12350m à 30 noeuds.

Modifications

-L'Aurora reçut au cours du conflit un lanceur UP (Unrotated Projectile.) et deux affûts quadruples QF 2 pounder Mark VIII. En août 1941, il reçut six canons de 20mm Oerlikon et deux affûts quadruples de 12.7mm

-Le Galatea reçut entre octobre 1940 et janvier 1941 deux affûts quadruples 2 pounder et huit canons de 20mm en remplacement de sa catapulte.

-L'Arethusa reçut en avril 1941 deux affûts quadruples 2 pounders en remplacement de la catapulte puis plus tard dans l'année, deux lanceurs UP et quatre canons de 20mm en affûts simples. Au printemps 1942, les affûts simples de 102mm furent remplacés par des affûts doubles et quatre autres canons de 20mm. Trois canons de 20mm furent embarqués en octobre 1942. Lors des réparations aux Etats Unis, les deux affûts quadruples 2 pounders furent remplacés par deux affûts quadruples de 40mm, les trois canons de 20mm installés en octobre 1942 furent remplacés par quatre affûts doubles de 20mm.

-Le Penelope perdit sa catapulte entre août 1940 et juillet 1941 remplacée par deux affûts quadruples de 2 pounders, quatre canons de 20mm furent embarqués au début de 1941 et quatre autres à l'été 1942.

Aviation : une catapulte et un hydravion sauf pour l'Aurora qui ne l'embarqua jamais.

Equipage : 500 officiers et marins en temps de paix

SOURCES

-Les croiseurs de la seconde guerre mondiale en images (Le Penelope p26)

-Ressources internet diverses

-Photos et un PdF de l'ami Vautour

-Photos de l'ami Le Breton

FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : TUPOLEV TU-142 «BEAR»


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LE BRETON
Amiral de la Flotte
Amiral de la Flotte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6591
Age : 46
Ville : Paris 12ème
Emploi : Fonctionnaire
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE ARETHUSA   Jeu 05 Mai 2011, 22:51

Juste une info supplémentaire : deux unités suplémentaire furent envisagés ainsi que des Leander supplémentaires (3) mais on commanda à la place les Southampton

study

_________________
kentoc'h mervel eget bezañ saotret (plutôt la mort que la souillure) devise de la Bretagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE ARETHUSA   Jeu 05 Mai 2011, 22:53

Ah je savais pour les Arethusa 5 et 6 (Polyphemus et Minotaur) car j'en ai parlé dans l'introduction mais j'ignorait pour les trois Leander supplémentaires. Ce changement doit être lié aux Mogami japonais non ?

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LE BRETON
Amiral de la Flotte
Amiral de la Flotte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6591
Age : 46
Ville : Paris 12ème
Emploi : Fonctionnaire
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE ARETHUSA   Ven 06 Mai 2011, 00:02

Polyphemus et Minotaur étaient les noms initialement prévut pour les deux premiers Southampton et non les Arethusa

_________________
kentoc'h mervel eget bezañ saotret (plutôt la mort que la souillure) devise de la Bretagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5104
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE ARETHUSA   Ven 06 Mai 2011, 06:22

L'Aurora avait pour surnom "the silver phantom"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LE BRETON
Amiral de la Flotte
Amiral de la Flotte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6591
Age : 46
Ville : Paris 12ème
Emploi : Fonctionnaire
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE ARETHUSA   Ven 06 Mai 2011, 09:38

clausewitz a écrit:
Ah je savais pour les Arethusa 5 et 6 (Polyphemus et Minotaur) car j'en ai parlé dans l'introduction mais j'ignorait pour les trois Leander supplémentaires. Ce changement doit être lié aux Mogami japonais non ?

Petite correction c'est deux 2 leander mod et 2 Arethusa qui furent envisagés au budget 1933-1934

et le budget adoptés fut un Arethusa et deux Southampton

study

_________________
kentoc'h mervel eget bezañ saotret (plutôt la mort que la souillure) devise de la Bretagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colombamike
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3302
Age : 37
Ville : Massilia
Emploi : Yep
Date d'inscription : 06/11/2007

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE ARETHUSA   Ven 06 Mai 2011, 12:01

Ces 4 rafiots sont les prototypes des Dido (même coque....)
Ils furent conçus comme "plus petit croiseur possible armés de 6")
Malgré leurs jambes assez courtes (autonomie), ils seront de tous les combat de la WWII et "en prendront souvent plein la gueule"

De très bon navires de combat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE ARETHUSA   Ven 06 Mai 2011, 13:29

LE BRETON a écrit:
Polyphemus et Minotaur étaient les noms initialement prévut pour les deux premiers Southampton et non les Arethusa

C'est pas ce que j'ai lu. J'ai lu que les britanniques avaient prévu six Arethusa (Arethusa Aurora Galatea Penelope Polyphemus et Minotaur) mais qu'après les quatre construits, les britanniques ont préféré construire des croiseurs plus gros et les deux derniers Arethusa devinrent des Town.

Pour le surnom, je connaissais que "The peperpot"

Je crois que c'est Eagle Eye qui à un jour dit que plutôt que de construire les Fantasque et les Mogador, la France aurait mieux fait de construire des Arethusa.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ciders
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1537
Age : 31
Ville : Au milieu de la mare
Emploi : Chasseur de nuées
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE ARETHUSA   Ven 06 Mai 2011, 13:31

De très bons et de très beaux navires de combat. J'ai toujours eu un faible pour les Arethusa.

_________________
" Quand un diplomate dit 'oui', cela signifie 'peut-être' ; quand il dit 'peut-être', cela veut dire 'non' ; et quand il dit 'non', ce n'est pas un diplomate. " ( Henri Louis Mencken )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE ARETHUSA   Ven 06 Mai 2011, 13:41

ciders a écrit:
De très bons et de très beaux navires de combat. J'ai toujours eu un faible pour les Arethusa.

Effectivement si je refais une nouvelle version de l'Ecosse (je suis encore entrain de poster de la Sardaigne hein Cid' lol! ), je pense que mes croiseurs légers leurs ressembleront.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ciders
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1537
Age : 31
Ville : Au milieu de la mare
Emploi : Chasseur de nuées
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE ARETHUSA   Ven 06 Mai 2011, 13:43

Sur un de mes versions cubaines, Cuba récupérait justement l'Arethusa. thumright

_________________
" Quand un diplomate dit 'oui', cela signifie 'peut-être' ; quand il dit 'peut-être', cela veut dire 'non' ; et quand il dit 'non', ce n'est pas un diplomate. " ( Henri Louis Mencken )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LE BRETON
Amiral de la Flotte
Amiral de la Flotte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6591
Age : 46
Ville : Paris 12ème
Emploi : Fonctionnaire
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE ARETHUSA   Sam 07 Mai 2011, 22:17

clausewitz a écrit:
LE BRETON a écrit:
Polyphemus et Minotaur étaient les noms initialement prévut pour les deux premiers Southampton et non les Arethusa

C'est pas ce que j'ai lu. J'ai lu que les britanniques avaient prévu six Arethusa (Arethusa Aurora Galatea Penelope Polyphemus et Minotaur) mais qu'après les quatre construits, les britanniques ont préféré construire des croiseurs plus gros et les deux derniers Arethusa devinrent des Town.

Pour le surnom, je connaissais que "The peperpot"

Je crois que c'est Eagle Eye qui à un jour dit que plutôt que de construire les Fantasque et les Mogador, la France aurait mieux fait de construire des Arethusa.


Tu peut me donner tes sources SVP

Car le Lenton est formel la dessus les Minotaur et Polymphemus étaient les noms prévut d'une nouvelle classe de croiseurs.

d'ailleurs ils furent commandés au titre du 1933-1934 estimate

en même temps que le troisième Arethusa

tandis que le 4ème Arethusa fut commandés au budget suivant 1934-1935


Le Friedman est du même avis et donne la précision suivante

" the board appved the 9 050 ton sketch design on 9 novembre 1933. By this time the ships were called the 'M' Classe, the first ship being Minotaur". Later HMS Minotaur was renamed Southampton that becoming the class name".

study


_________________
kentoc'h mervel eget bezañ saotret (plutôt la mort que la souillure) devise de la Bretagne.


Dernière édition par LE BRETON le Sam 07 Mai 2011, 23:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE ARETHUSA   Sam 07 Mai 2011, 22:30

Ok je me rend, des livres anglais face à Wikipedia, j'ai aucune chance lol! (même si généralement, les articles wikipedia anglais sur les navires sont je trouve assez fiables) thumright

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
warburton
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11663
Age : 70
Ville : paris
Emploi : antimythes
Date d'inscription : 05/03/2011

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE ARETHUSA   Mar 10 Mai 2011, 01:34

bonsoir

moi, j'ai (Warships of World War II / Lenton & Colledge / Ian Allan / 1973):
1933 estimates
- 1 Leander (cancelled)
- 3 Arethusa (2 cancelled)
- 2 Southampton
Newcastle (ex-Minotaur), Southampton (ex-Polyphemus).
Le "Conway's (1922-1946)" ne donne aucun détail… à ce sujet.

effectivement, entre wiki british et wiki français, y'a pas photo !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LE BRETON
Amiral de la Flotte
Amiral de la Flotte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6591
Age : 46
Ville : Paris 12ème
Emploi : Fonctionnaire
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE ARETHUSA   Mar 10 Mai 2011, 21:54

1933-1934 programme

1ère proposition

1 Leander Mod + 3 Arethusa


Modifié ensuite

2 leander Mod + 2 Arethusa


Re modifié

3 Southampton


Définitif

2 Southampton + 1 Arethusa



Source British Cruiser

_________________
kentoc'h mervel eget bezañ saotret (plutôt la mort que la souillure) devise de la Bretagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
warburton
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11663
Age : 70
Ville : paris
Emploi : antimythes
Date d'inscription : 05/03/2011

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE ARETHUSA   Mer 11 Mai 2011, 00:24

bonsoir

au final ces deux sources se recoupent : deux Southampton, et un Arethusa. on devrait pouvoir s'en satisfaire. car si j'en crois le "Lenton & Colledge", les programmes de construction de croiseurs, de 1924 à 1939, ont été marqué par une certaine confusion. il est vrai que les britanniques n'étaient pas plus satisfaits par les Arethusa (trop petits), que par les croiseurs "lourds" trop chers. finalement, les grands croiseurs "légers" des classes Southampton, Fiji, Minotaur, représentaient probablement le type de croiseur idéal pour la Royal Navy (sinon pour l'amiral Cunningham… ).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colombamike
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3302
Age : 37
Ville : Massilia
Emploi : Yep
Date d'inscription : 06/11/2007

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE ARETHUSA   Mer 11 Mai 2011, 09:33

warburton a écrit:
bonsoir
les programmes de construction de croiseurs, de 1924 à 1939, ont été marqué par une certaine confusion. il est vrai que les britanniques n'étaient pas plus satisfaits par les Arethusa (trop petits), que par les croiseurs "lourds" trop chers. finalement, les grands croiseurs "légers" des classes Southampton, Fiji, Minotaur, représentaient probablement le type de croiseur idéal pour la Royal Navy (sinon pour l'amiral Cunningham… ).

Attention,
Ne met pas sur le même pied les "City's" (Southampton) de 9000 tonnes (conçus vers 1933) et les "Colony's" (Fiji) de 8000 tonnes (conçus en 1936/1937).
- Les City's furent conçus sans aucune réelle restriction de tonnage.
- Les Colony's furent conçus en urgence en 1936/1937 avec les restrictions (8000 tonnes) du traité de 1936. (En faite ce sont une version réduite des City).

Cette réduction de tonnage va avoir des conséquences néfastes sur les "Colony's". Ils seront "lourds dans les hauts" et "exigus pour leurs équipages". Cette réduction de taille/tonnage va empêcher ces "Colony's" de recevoir de lourdes modernisation....et vers 1943-1945 presque tous perdront 1 tourelle de 6" pour recevoir du AA additionnel...


Pour moi, les "City's" restent quand même les meilleurs croiseurs britanniques (période 1922-1960's)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5104
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE ARETHUSA   Mer 11 Mai 2011, 09:51

Effectivement les Fiji n'eurent pas bonne presse mais ils comportaient si je me souvient bien pas mal de modifs et d'améliorations au niveau interne telles que l'agencement des blindages et la circulation des munidtions entre les parcs repositionnés et les tourelles.

Néanmoins quand il s'est agit d'augmenter leur DCA et de leur adjoindre des radars ...

Wet boats
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE ARETHUSA   Mer 11 Mai 2011, 11:06

Es-ce qu'on peut comparer les Fiji et les Cleveland en terme de surcharge dans les hauts ?

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE ARETHUSA   

Revenir en haut Aller en bas
 
ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE ARETHUSA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE TOWN (1936)
» ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE ARETHUSA
» ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE CROWN COLONY
» ROYAL NAVY CROISEURS LOURDS CLASSE COUNTY
» ROYAL NAVY CROISEURS LEGERS CLASSE LEANDER/AMPHION

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: LES NAVIRES 1922-1950-
Sauter vers: