AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La Sardaigne [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: La Sardaigne [Terminée]   Mar 16 Aoû 2011, 21:44

C-Ordre de bataille de la Force Terrestre au 1er janvier 2011

Etat Major de la Force Terrestre

Il est installé dans le Palazzo Santa Clara qui sous la monarchie avait abrité le ministère de l'Intérieur du royaume de Sardaigne. En 2011, il se compose de 350 personnes répartis en un bureau de commandement opérationnel, un bureau de renseignement, un bureau de soutien logistique, un bureau de communication, un bureau de coopération et de liaison.

Il doit bientôt s'installer dans un nouveau bâtiment à la sortie de Cagliari déjà baptisé «Sardogone», une allusion transparente au Pentagone américain en compagnie des autres états majors sardes ainsi que du ministère de la Défense.

Groupement de Soutien Logistique (QG Porto Torres)

Groupe de Maintenance

-Section de récupération équipée de 18 camions-grues 6X6 (72 hommes) chargée de récupérer les véhicules en panne. Elle dispose également de 6 camions cargos 6X6 (12 hommes) et de 4 véhicules tout-terrain Mowag Eagle II de protection (8 hommes) soit un total de 28 véhicules et 92 hommes

-Deux Ateliers de maintenance. Ces deux ateliers peuvent être totalement projetables mais l'armée sarde étant peu friande des OPEX (cause principale : faiblesse des effectifs), les deux ateliers de campagne quittent rarement leur base de Porto Torres.

Chaque atelier dispose d'un cellule de commandement (deux camions 6X6 de commandement avec dix-hommes; un camion radio 4X4 avec cinq hommes et deux Mowag Eagle II de liaison avec quatre hommes soit un total de cinq véhicules et 19 hommes), d'une cellule de transport (huit camions cargos 6X6 avec seize hommes), d'une cellule porte-chars (quatre camions 6X6 avec porte-chars pouvant transporter un Abbot ou un TAM avec douze hommes) et de deux cellules de maintenance (trois camions-grues 6X6 avec douze hommes, trois camions magasins avec neuf hommes, trois camions-ateliers avec dix-huit hommes et trois Mowag Eagle II de protection avec neuf hommes soit douze véhicules et 48 hommes pour une cellule, vingt-quatre véhicules et 96 hommes pour le total)

Chaque atelier de maintenance dispose de 37 véhicules et de 143 hommes soit pour deux AM un total de 74 véhicules et de 286 hommes.

-Section de protection avec un groupe antiaérien équipé de 4 Mowag Eagle IV avec un lanceur RBS 70 soit douze hommes et un groupe motorisé équipé de 6 Mowag Eagle IV avec dix-huit hommes

La section de protection dispose de 10 véhicules et de 30 hommes.

TOTAL GROUPE DE MAINTENANCE : 112 VEHICULES ET 408 HOMMES

Groupe de Ravitaillement de l'Avant

-Deux sections de ravitaillement en carburant équipées chacune de 9 camions-citernes 6X6 (dix-huit hommes) soit dix-huit véhicules et trente-six hommes

-Deux sections de ravitaillement en eau équipées chacune de 6 camions-citernes 6X6 (douze hommes) soit douze véhicules et vingt-quatre hommes

-Deux sections de ravitaillement en munitions équipées chacune de 6 camions cargos 6X6 (dix-huit hommes) soit douze véhicules et trente-six hommes

-Deux sections de ravitaillement général équipées chacune de 6 camions cargos 6X6 (dix-huit hommes) soit douze véhicules et trente-six hommes

-Section de protection avec un groupe antiaérien équipé de 4 Mowag Eagle IV avec un lanceur RBS 70 soit douze hommes et un groupe motorisé équipé de 6 Mowag Eagle II avec dix-huit hommes

La section de protection dispose de 10 véhicules et de 30 hommes.

TOTAL GROUPE DE RAVITAILLEMENT DE L'AVANT : 64 VEHICULES ET 162 HOMMES

Groupe de transport et de mobilité

-Deux Sections de transport général avec 12 camions-cargos 6X6 (vingt-quatre hommes) et 3 camions-grues 6X6 (six hommes) soit quinze véhicules et trente hommes pour une, trente-véhicules et soixante hommes pour les deux.

-Deux sections porte-chars avec 6 camions 6X6 porte-chars (dix-huit hommes), 2 camions cargos 6X6 (quatre hommes) et 2 camions grues 6X6 (six hommes) soit huit véhicules et vingt-huit hommes pour une section, seize véhicules et cinq-six hommes pour deux.

-Une section de circulation avec 6 Mowag Eagle (trente-six hommes) et quatre motos (quatre hommes) soit dix véhicules et quarante hommes.

TOTAL DE GROUPE DE TRANSPORT ET DE MOBILITE : 56 VEHICULES ET 156 HOMMES

Groupe de soutien sanitaire

-Deux groupes d'évacuation de l'avant équipés chacun de 6 Piranha III EVASAN (dix-huit hommes) pouvant transporter six blessés couchés ou huit assis soit un total de douze véhicules et trente-six hommes.

-Deux groupes d'évacuation de l'arrière équipés chacun de 6 Mowag Eagle II ambulance (douze hommes) pouvant transporter quatre blessés couchés ou assis soit un total de douze véhicules et vingt-quatre hommes.

-Deux hôpitaux de campagne. Chaque groupement sanitaire mobile dispose deux camions 6X6 avec remorque, chaque camion formant un mini-hôpital extensible avec des tentes. Souvent les deux camions sont reliés par une tente pour augmenter les capacités. Chaque camion dispose de seize personnes. A ces deux camions s'ajoute deux motos de liaison (deux hommes) et deux camions cargos (quatre hommes)

Chaque hôpital de campagne dispose de six véhicules et de trente-huit hommes soit un total de douze véhicules et de soixante-seize hommes.

TOTAL GROUPE DE SOUTIEN SANITAIRE : 36 VEHICULES ET 126 HOMMES

Groupe-socle

Ce groupe-socle est chargé de gérer les installations de ravitaillement et de non soutien non projetables.

-Dépot Général de Carburant des Armées (DGCA) à Porto-Torres : cinquante hommes

-Dépot Général des Munitions (DGM) à Olbia : quarante hommes

-Hôpital des Armées à Cagliari : deux cent quatre-vingt personnes

TOTAL GROUPE-SOCLE : 370 HOMMES

TOTAL GROUPEMENT DE SOUTIEN LOGISTIQUE : 284 VEHICULES ET 1222 HOMMES

Groupement d'Entrainement et de Formation

Ecole militaire générale de Cagliari : «Le Saint Cyr sarde» qui dispose d'une garde d'honneur de 48 hommes et de 52 instructeurs soit 100 personnes travaillant à plein temps

Ecole Militaire interarmes de Sassari : Ecole de spécialisation après la formation à l'EMG. L'EMI dispose de vingt instructeurs infanterie, douze instructeurs cavalerie, douze instructeurs artillerie, douze instructeurs génie et huit instructeurs multiarmes soit un total de 64 instructeurs

Ecole des sous-officiers d'Olbia : Formation des sous-officiers issus du rang ou issus de l'université. L'ESO dispose de 24 instructeurs

Le GEF dispose donc au total de 188 hommes. A notez que depuis plusieurs années existe un projet de regrouper sur un seule site les écoles de la Force Terrestre mais ce projet est bloqué en raison de l'opposition des municipalités et des différentes écoles tennant à leurs traditions.

Trois régiments d'infanterie

Les trois régiments d'infanterie préservés (1er RIS _Régiment d'Infanterie de Sardaigne_ à Cagliari, 2ème RIS à Olbia et 3ème RIS à Sassari) sont organisés de la même façon à savoir suivant le modèle 1970 modifié 2001 à savoir une compagnie de commandement et de soutien, trois compagnies de combat et une compagnie d'appui.

-Compagnie de commandement et de soutien :

-Section de commandement avec deux Piranha III-PC (pilote, mitrailleur, commandant de compagnie ou son adjoint, trois officiers d'état-major) et 10 hommes, deux camions 6X6 d'allègement et de soutien avec 4 hommes, un Alvis Pinzgauer radio avec 4 hommes et deux motos avec deux hommes soit un total de 7 véhicules et 20 hommes

-Section de ravitaillement avec six camions cargos 6x6 (douze hommes), six camions-citernes 6x6 pour le carburant (douze hommes), quatre camions-citernes pour l'eau (huit hommes) et deux Mowag Eagle II de protection (huit hommes) soit un total de 18 véhicules et 40 hommes

-Section de maintenance avec six Piranha III de dépannage (pilote, mitrailleur, opérateur système et deux mécaniciens) et 30 hommes, trois camions grues 6X6 (neuf hommes), trois camions cargos 6X6 (six hommes) et deux Mowag Eagle II (quatre hommes) soit un total de 14 véhicules et de 49 hommes.

-Section sanitaire avec six Piranha III EVASAN (dix huit hommes)

-Section de protection antiaérienne avec quatre Mowag Eagle IV équipés d'un lanceur pour missiles RBS-70 (douze hommes)

La compagnie de commandement et de soutien dispose de 49 véhicules et 139 hommes

-Trois compagnies de combat avec une section de commandement et de soutien , trois sections de combat et un section d'appui.

La section de commandement et de soutien dispose de deux Mowag Eagle II PC (pilote, mitrailleur, opérateur radio, commandant de compagnie ou son adjoint et un GV) et dix hommes, un camion 6X6 d'allègement (deux hommes), deux Mowag Eagle II de reconnaissance (six hommes), trois camions cargos 6x6 (six hommes) et trois camions citernes 6x6 carburant (six hommes) soit onze véhicules et trente hommes

La section de combat se compose d'un groupe de commandement de deux véhicules et sept hommes (un Mowag Eagle II de commandement avec cinq hommes et un Alvis Pinzgauer d'allègement avec deux hommes) , de trois groupes de combat avec un Piranha III par groupe et 10 hommes soit 30 hommes pour les trois), chaque groupe de combat se composant d'un tireur de précision, de deux fusiliers mitrailleurs avec Minimi, un opérateur armes lourdes et quatre GV dont le chef de groupe +pilote et mitrailleur) et un groupe d'appui (un véhicule et huit hommes soit l'équipage d'un Alvis Pinzgauer et les six hommes servant trois mortiers de 60mm) soit un total pour trois sections de combat de dix-huit véhicules et de cent-trente hommes

Une section d'appui avec un groupe de mortiers de 81mm (trois Piranha III porte-mortiers avec leurs deux membres d'équipage et les servants du mortier soit un total de six hommes par véhicules et 18 pour l'ensemble du groupe) et un groupe antichar avec un Alvis Pinzgauer (deux membres d'équipage et trois binomes Eryx soit huit hommes) soit pour la section d'appui un total de quatre véhicules et 26 hommes

Chaque compagnie de combat dispose trente-trois véhicules et de 186 hommes soit pour trois compagnies un total de 99 véhicules et 558 hommes.

-Compagnie d'appui avec une section de reconnaissance motorisée équipée de six Mowag Eagle IV (vingt-quatre hommes), une section antichar équipée de six Mowag Piranha III antichars (dix-huit hommes) et une section de mitrailleuses (neuf mitrailleuses de 7.62mm servis par trois hommes transportés par trois véhicules Alvis Pinzgauer soit un total de 33 hommes) soit un total de 15 véhicules et de 75 hommes

Les structures pourraient évoluer à terme. La compagnie d'appui pourrait perdre sa section de reconnaissance motorisée au profit d'une section de mortiers lourds.

Le régiment d'infanterie de Sardaigne dispose de 163 véhicules et 772 hommes soit pour trois régiments un total de 489 véhicules et 2316 hommes.

Un régiment de cavalerie

Le 6ème RC (Régiment de Cavalerie) de Sassari reste l'unique unité de chars de l'armée sarde depuis la dissolution du 5ème BC basé à Cagliari en 2002. Comme pour les trois bataillons d'infanterie, il suit l'organisation modèle 1970 modifiée 2001 avec un escadron de commandement et de soutien, trois escadrons de combat et un escadron d'appui.

-Escadron de Commandement et de Soutien (ECS) :

-Peloton de commandement avec deux Piranha III-PC (pilote, mitrailleur, commandant de compagnie ou son adjoint, trois officiers d'état-major) et 12 hommes, deux camions 6X6 d'allègement et de soutien avec 4 hommes, un Alvis Pinzgauer radio avec 4 hommes soit un total de 7 véhicules et 20 hommes

-Peloton de ravitaillement avec six camions cargos 6x6 (douze hommes), neuf camions-citernes 6x6 pour le carburant (dix-huit hommes), quatre camions-citernes pour l'eau (huit hommes) et deux Mowag Eagle II de protection (huit hommes) soit un total de 21 véhicules et 46 hommes

-Peloton de maintenance avec six CMC version dépannage (pilote, mitrailleur, opérateur système et deux mécaniciens) et trente hommes, trois camions grues 6X6 (neuf hommes), trois camions cargos 6X6 (six hommes) et deux Mowag Eagle II (quatre hommes) soit un total de 14 véhicules et de 49 hommes.

-Peloton sanitaire avec trois Piranha III EVASAN (neuf hommes)

-Peloton de protection antiaérienne avec quatre Mowag Eagle IV équipés d'un lanceur pour missiles RBS-70 (douze hommes)

L'ECS dispose au total de 49 véhicules et 136 hommes

-Trois Escadrons de combat «Alpha» «Bravo» «Charlie» composé d'un peloton de commandement et de soutien , de trois pelotons de chars et d'un peloton de reconnaissance.

Le peloton de commandement et de soutien dispose de deux Mowag Eagle II (pilote, mitrailleur, opérateur radio, commandant de compagnie ou son adjoint et un GV) et dix hommes, un camion 6X6 d'allègement (deux hommes), deux Mowag Eagle IV de reconnaissance (six hommes), trois camions cargos 6x6 (six hommes) et trois camions citernes 6x6 (six hommes) soit 11 véhicules et 30 hommes

Le peloton de char se compose de quatre CMC (version sarde du TAM argentin) soit seize hommes, d'un CMC-D (Char Médian de Combat-Dépannage) (cinq hommes) et deux Mowag Eagle IV de reconnaissance (huit hommes) soit sept véhicules et 29 hommes par peloton soit pour les trois pelotons de combat un total de 21 véhicules et 87 hommes.

Le peloton de reconnaissance se compose de huit Mowag Eagle IV de reconnaissance (trente-deux hommes) et deux Mowag Eagle IV antichar avec missiles Milan (six hommes) soit un total de 10 véhicules et 38 hommes.

Chaque escadron dispose de 42 véhicules et 155 hommes soit pour trois EsComb un total de 126 véhicules et 465 hommes

-Un Escadron d'appui

-Peloton de commandement et de soutien dispose de deux Mowag Eagle II (pilote, mitrailleur, opérateur radio, commandant de compagnie ou son adjoint et un GV) et dix hommes, un camion 6X6 d'allègement (deux hommes), deux Mowag Eagle IV de reconnaissance (six hommes), trois camions cargos 6x6 (six hommes) et trois camions citernes 6x6 (six hommes) soit 11 véhicules et 30 hommes

-Deux pelotons de tir équipés chacun de quatre automoteurs Vickers FV433 Abbot (16 hommes) accompagnés par deux camions-cargos 6X6 de ravitaillement (6 hommes) et deux Mowag Eagle IV de reconnaissance/protection (4 hommes) soit un total par peloton de 8 véhicules et 26 hommes, 16 véhicules et 52 hommes pour deux

-Peloton de reconnaissance équipé de 4 Mowag Eagle IV (12 hommes) et 2 Mowag Eagle IV antichars équipés de missiles Milan (12 hommes) soit 6 véhicules et 24 hommes

-Peloton antiaérien équipé de 6 Mowag Eagle IV avec missiles RBS-70 (18 hommes)

L'Escadron d'appui dispose au total de 39 véhicules et 124 hommes

Le régiment de cavalerie dispose au total de 214 véhicules et de 720 hommes

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: La Sardaigne [Terminée]   Mar 16 Aoû 2011, 21:49

Un régiment de Rangers

Depuis la dissolution du 8ème bataillons de chasseurs en 2001, le bataillon de Rangers jadis unité de forces spéciales (type LRRP Long Range Reconnaissance Patrol) est devenu une unité à mi chemin entre une unité d'infanterie légère et une unité FS «chimiquement pure.

Cette carence à alarmé la commission de la Défense de l'Assemblée qui réclame la création d'une unité de type SAS pour des missions de renseignement, d'action stratégique et de lutte anti-terroriste (voir ci-après).

Actuellement, le 9ème régiment de Rangers est organisé de la façon suivante :

-Une compagnie de commandement et de soutien

-Section de commandement avec deux Alvis Pinzgauer PC (pilote, mitrailleur, commandant de compagnie ou son adjoint, deux officiers d'état-major) et 10 hommes, deux camions 6X6 d'allègement et de soutien avec 4 hommes, un Alvis Pinzgauer radio avec 4 hommes soit un total de 5 véhicules et 18 hommes

-Section de ravitaillement avec six camions-cargos 6x6 (douze hommes), quatre camions-citernes 6x6 pour le carburant (douze hommes), deux camions-citernes pour l'eau (quatre hommes) et deux Mowag Eagle II de protection (six hommes) soit un total de 14 véhicules et 34 hommes

-Section de maintenance avec trois Alvis Pinzgauer version dépannage (pilote, mitrailleur, opérateur système et un mécanicien) et douze hommes, trois camions cargos 6X6 (six hommes) et deux Mowag Eagle IV (quatre hommes) soit un total de 8 véhicules et de 22 hommes.

-Section sanitaire avec trois Alvis Pinzgauer EVASAN (9 hommes)

La compagnie de commandement et de soutien dispose de 30 véhicules et 83 hommes

-Trois compagnies d'infanterie légère avec une section de commandement et de soutien, trois sections de combat et une section d'appui.

-Section de commandement et de soutien dispose de deux Mowag Eagle IV PC (pilote, mitrailleur, opérateur radio, commandant de compagnie ou son adjoint et un GV) et dix hommes, un camion 6X6 d'allègement (deux hommes), deux Mowag Eagle IV de reconnaissance (six hommes), trois camions cargos 6x6 (six hommes) et trois camions citernes carburant 6x6 (six hommes) soit 11 véhicules et 30 hommes

Chaque section de combat dispose d'un groupe de commandement ( 1 Mowag Eagle II PC et 5 hommes), de trois groupes de combat ( chaque groupe de combat dispose d'un Alvis Pinzgauer protégé avec pilote, mitrailleur et huit hommes soit un total pour trois groupes de 3 véhicules et 30 hommes) et d'un groupe d'appui (trois mortiers de 60mm soit 11 hommes dans un Alvis Pinzgauer) soit un total de 5 véhicules et 46 hommes pour une section, 15 véhicules et 138 hommes pour trois

La section d'appui dispose d'un groupe de mortiers de 81mm, d'un groupe antichar et un groupe de mitrailleuses.

Le groupe mortier dispose de six mortiers LLR de 81mm servis chacun par un chef de pièce, un pointeur et deux pourvoyeurs soit quatre hommes. Trois Alvis Pinzgauer avec pilote et mitrailleur transportent le groupe mortier soit un total de trois véhicules et de 30 hommes
Le groupe antichar se compose de six équipes Eryx (tireur, pourvoyeur, observateur) transportées dans trois Alvis Pinzgauer (pilote et mitrailleur) soit un total pour le groupe de trois véhicules et 24 hommes

Le groupe de mitrailleuses dispose de six trinômes équipés d'une mitrailleuse MG3, transportées dans trois Alvis Pinzgauer (pilote et mitrailleur) soit un total pour le groupe de 24 hommes.

La section d'appui dispose d'un total de 9 Alvis Pinzgauer et de 78 hommes

La compagnie d'infanterie légère dispose de 36 véhicules et de 246 hommes soit pour trois compagnies 108 véhicules et 738 hommes

-Compagnie d'appui avec un groupe antichar (six lanceurs Milan servis par 18 hommes transporté dans trois alvis Pinzgauer soit un total de 24 hommes) et un groupe de tireurs d'élites (trois binômes soit 6 hommes transportés dans un Alvis Pinzgauer soit un total de 8 hommes ) soit un total de 4 véhicules et 32 hommes.

Le 9ème régiment de Rangers dispose d'un total 142 véhicules et de 853 hommes.

Un régiment de parachutistes

-Compagnie de commandement et de soutien :

-Section de commandement avec deux BMR-600 PC et 10 hommes, deux camions 6X6 d'allègement et de soutien avec 4 hommes, un Alvis Pinzgauer radio avec 4 hommes soit un total de 5 véhicules et 18 hommes

-Section de ravitaillement avec six camions-cargos 6x6 (douze hommes), quatre camions-citernes 6x6 pour le carburant (douze hommes), deux camions-citernes pour l'eau (quatre hommes) et deux Mowag Eagle IV de protection (six hommes) soit un total de 14 véhicules et 34 hommes

-Section de maintenance avec trois BMR-600 version dépannage (pilote, mitrailleur, opérateur système et un mécanicien) et douze hommes, trois camions cargos 6X6 (six hommes) et deux Mowag Eagle IV (quatre hommes) soit un total de 8 véhicules et de 22 hommes.

-Section sanitaire avec trois BMR-600 EVASAN (9 hommes)

La compagnie de commandement et de soutien dispose de 30 véhicules et 83 hommes

-Trois compagnies de fusiliers parachutistes avec une section de commandement et de soutien, trois sections de combat et un section d'appui.

-Section de commandement et de soutien dispose de deux Mowag Eagle IV et dix hommes, un camion 6X6 d'allègement (deux hommes), deux Mowag Eagle IV de reconnaissance (six hommes), trois camions cargos 6x6 (six hommes) et trois camions citernes carburant 6x6 (six hommes) soit 11 véhicules et 30 hommes

Chaque section de combat dispose d'un groupe de commandement ( 1 Mowag Eagle IV PC et 5 hommes), de trois groupes de combat ( chaque groupe de combat dispose d'un BMR-600 avec pilote, mitrailleur et huit hommes soit un total pour trois groupes de 3 véhicules et 30 hommes) et d'un groupe d'appui (trois mortiers de 60mm soit 11 hommes dans un Alvis Pinzgauer) soit un total de 5 véhicules et 46 hommes pour une section, 15 véhicules et 138 hommes pour trois sections de combat

-Une section d'appui avec un groupe de mortiers de 81mm (trois BMR-600 porte-mortiers avec leurs deux membres d'équipage et les servants du mortier soit un total de six hommes par véhicules et 18 pour l'ensemble du groupe) et un groupe antichar avec un Alvis Pinzgauer (deux membres d'équipage et trois binomes Eryx soit huit hommes) soit un total de 4 véhicules et de 26 hommes

Chaque compagnie de fusiliers parachutistes dispose de 30 véhicules et 194 hommes soit pour trois un total de 90 véhicules et 582 hommes

-Compagnie d'appui avec une section de commandos parachutistes (vingt-quatre hommes disposant de six Mowag Eagle IV de reconnaissance profonde), une section antichar équipée de six Mowag Eagle IV antichars équipés de Milan (dix-huit hommes) et une section de mitrailleuses (six mitrailleuses de 7.62mm servis par trois hommes transportés par trois Alvis Pinzgauer soit un total 24 hommes) soit un total de 15 véhicules et de 66 hommes.

Le régiment parachutiste dispose donc au total de 135 véhicules et 731 hommes.

Régiment d'artillerie

-Batterie de commandement :

-Section de commandement avec deux camions 6X6 PC et 10 hommes, deux camions 6X6 d'allègement et de soutien avec 4 hommes, un Alvis Pinzgauer radio avec 4 hommes soit un total de 5 véhicules et 18 hommes

-Section de défense avec six Mowag Eagle IV équipés d'un lanceur RBS-70 (18hommes) et six Mowag Eagle IV de reconnaissance/protection (18 hommes) soit douze véhicules et 36 hommes

La batterie de commandement dispose de 17 véhicules et de 54 hommes

-Batterie de soutien logistique avec une section de ravitaillement (12 camions cargos 6X6 et 24 hommes, 8 camions citernes et 16 hommes pour le carburant et 4 camions citernes et 8 hommes pour le ravitaillement en eau soit 24 véhicules et 48 hommes) une section de maintenance (quatre camions-grue 6x6 et 16 hommes, deux camions-magasins 6X6 et 6 hommes soit 6 véhicules et 22 hommes) et une section de protection (6 Mowag Eagle IV de protection avec 18 hommes) soit un total de 36 véhicules et 88 hommes.

-Batterie de conduite de tir avec une section de reconnaissance motorisée (6 Mowag Eagle IV de reconnaissance et 18 hommes) et une section d'observateurs d'artillerie (6 équipes de 4 hommes soit 24 hommes dans six véhicules Mowag Eagle IV) soit un total de 12 véhicules et 42 hommes.

-Trois batteries de tir avec un Piranha III PC (6 hommes) un camion d' allègement (2 hommes) deux Mowag Eagle IV de reconnaissance et de protection (6 hommes), huit canons de 105mm M-102 tractés par des camions 6X6 (six servants plus un pilote et un mitrailleur soit un total de 64 hommes) et deux camions 6X6 dediés au ravitaillement d'artillerie (4 hommes) soit un total de 14 véhicules et 82 hommes pour une batterie, 42 véhicules et 246 hommes pour trois.

-Batterie d'artillerie antiaérienne avec un Piranha III PC (6 hommes), un camion 6X6 porte-radar (6 hommes) et 9 Alvis Pinzgauer remorquant des canons Oerlikon de 35mm ( pilote, mitrailleur et deux servants soit 36 hommes) soit un total de 11 véhicules et de 48 hommes.

-Batterie antiaérienne lance-missiles avec un Piranha III PC (6 hommes), un camion 6X6 porte-radar (6 hommes) et 9 lanceurs RBS-70 mis en oeuvre par des Mowag Eagle IV (27 hommes) soit un total de 11 véhicules et 39 hommes

Le 11ème régiment d'artillerie basé à Olbia dispose de 129 véhicules et 517 hommes

Régiment du Génie

Le 12ème bataillon du génie modèle 1970 alignait une section de commandement, une section de déminage, une section de minage et une section d'aide au franchissement. C'est le seul bataillon de l'armée sarde à avoir modifié sa structure.

La structure actuelle voit le régiment disposer d'une compagnie de commandement et de soutien, d'une compagnie de minage et de contre-minage et de deux compagnies de sapeurs et une section NRBC.

-Compagnie de commandement et de soutien :

-Section de commandement avec deux Piranha III PC et 10 hommes, deux camions 6X6 d'allègement et de soutien avec 4 hommes, un Alvis Pinzgauer radio avec 4 hommes soit un total de 5 véhicules et 18 hommes

-Section de ravitaillement avec six camions-cargos 6x6 (douze hommes), quatre camions-citernes 6x6 pour le carburant (douze hommes), deux camions-citernes pour l'eau (quatre hommes) et deux Mowag Eagle IV de protection (six hommes) soit un total de 14 véhicules et 34 hommes

-Section de maintenance avec trois Piranha III version dépannage (pilote, mitrailleur, opérateur système et un mécanicien) et douze hommes, trois camions cargos 6X6 (six hommes) et deux Mowag Eagle IV (quatre hommes) soit un total de 8 véhicules et de 22 hommes.

-Section sanitaire avec trois Piranha III EVASAN (9 hommes)

La compagnie de commandement et de soutien dispose de 30 véhicules et 83 hommes

-Deux compagnies de combat :

-Une section de commandement et de soutien (deux Mowag Eagle IV PC et dix hommes, un camion 6X6 d'allègement et deux hommes, deux Mowag Eagle IV de reconnaissance avec six hommes, trois camions cargos 6x6 avec six hommes et trois camions citernes 6x6 pour carburant avec six hommes) soit 11 véhicules et 30 hommes

-Trois sections de combat avec trois groupes de combat avec un Piranha III par groupe soit 30 hommes par section et 9 véhicules et 90 hommes pour les trois sections de combat

-Une section de reconnaissance avec 6 Mowag Eagle IV et 18 hommes

Chaque compagnie de combat dispose de 26 véhicules et 138 hommes soit 52 véhicules et 276 hommes pour deux compagnies de combat

-Une compagnie de minage et de déminage avec deux sections de sapeurs (trois groupes à un Piranha III soit un total de 30 hommes par section) une section de déminage à fléau (9 véhicules avec deux hommes soit 18 hommes) et une section de minage avec trois groupes de trois camions 6X6 Minotaur et 3 Mowag Eagle IV de protection avec pilote, mitrailleur et deux GV soit un total de 18 véhicules et 54 hommes soit un total pour la compagnie de 33 véhicules et 102 hommes

-Une section NRBC indépendante avec un groupe de reconnaissance (6 Piranha III NRBC et 18 hommes) et deux groupes de décontamination (trois camions 6X6 par groupe avec 9 hommes) soit un total de 12 véhicules et 36 hommes

Le 12ème régiment du génie dispose au total de 127 véhicules et de 497 hommes

En projet : création d'une force spéciale type SAS, le bataillon de Rangers étant plus devenu, nous l'avons un bataillon d'infanterie légère qu'une unité de Forces spéciales. Les contours, les capacités et l'équipement de cette unité doivent être décidés en 2011, l'unité devant être officiellement créée en 2012 pour une capacité opérationnelle initiale en 2014 et totale en 2016.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Sardaigne [Terminée]   Ven 26 Aoû 2011, 11:55

Salut Claus thumright
Comme d'habitude tes uchronies sont super (même si je trouve la partie sur les matériels un peu longue). salut

Quelques petites observations personnelles sur l'organisation de ton armée de terre :
1°) Personnellement, vu que c'est une petite armée contrairement à la Slavie), je supprimerai les sections de protection de tes unités logistiques et d'appui (ça fait un peu trop riche).
2°) Sur les forces spéciales: même des petits pays comme l'Irlande et la Nouvelle-Zélande ont une unité de la taille de la compagnie (environ 100 à 150 hommes), c'est atteignable pour la Sardaigne.
3°) Sur l'organisation de tes unités :
- groupement logistique: trop de sections de protection et pas assez de mécanos et de camions,
- groupement de formation: même l'armée de Nouvelle-Zélande (environ 4500 h) a plusieurs écoles,
- infanterie, rangers et parachutistes : généralement tes compagnies d'infanterie sont richement dotées en effectifs et en appuis, par contre tes compagnies d'appui sont très faibles (de 40 à 80 h avec peu de matériel) et tes CCS assez légères vu le nombre de véhicules de tes régiments,
- cavalerie: des chars TAM en Sardaigne? Whaouh, personnellement j'aurais plutôt opté pour des Pirhana de Mowag et quelques SK105, c'est suffisant. Par ailleurs, pour un escadron de chars, 2 chars de dépannage par escadron est considéré comme une dotation riche, surtout si tu en rajoute encore 2 dans le peloton de maintenance (soit 8 pour un régiment à 3 escadrons), alors 1 dépanneur par peloton c'est tout simplement démentiel. scratch

Mais bon, les conseilleurs ne sont pas les payeurs.

Alors bravo salut et vivement la suite.
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: La Sardaigne [Terminée]   Ven 26 Aoû 2011, 12:43

Merci mon cher. Je prends bonne note de ces remarques et si un jour je fais une version 2.0, je les intégrerai. Pour les chars TAM, j'ai longuement hésité notamment entre le M8 et le SK105 Kuirassier.

Je vais poster la suite ce soir

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: La Sardaigne [Terminée]   Ven 26 Aoû 2011, 21:04

Véhicules

-CMC (Char Médian de Combat) (+variante) : 36 chars de combat et 15 véhicules de dépannage soit un total de 51 véhicules.

-Mowag Piranha III : 81 en version transport de troupes, 27 en version commandement et contrôle, 18 en version antichar, 27 en porte-mortiers de 81mm, 24 en version génie, 21 en version dépannage, 36 en EVASAN et 6 en version NRBC soit un total de 240 véhicules

-Pegaso BMR-600 : 27 en version transport de troupes, 2 en version de commandement et de contrôle, 9 en version porte-mortier de 81mm, 3 en version de dépannage et 3 en version EVASAN soit un total de 44 véhicules

-Alvis Pinzgauer : 109 en version transport opérationnel, 27 en version transport de troupes, 2 en version commandement et contrôle, 3 en version dépannage, 3 en version EVASAN, 9 en version allègement et 8 en version radio soit un total de 161 véhicules

-Mowag Eagle II et IV : 142 Mowag Eagle II (40 en version protection, 10 liaison/circulation, 12 EVASAN, 18 en version reconnaissance et 62 en version commandement et contrôle) 243 Mowag Eagle IV (31 en version protection, 45 en version antiaérienne, 116 en version reconnaissance, 14 en version antichar, 25 en version commandement et contrôle et 12 en version reconnaissance profonde/observation d'artillerie) soit un total de 385 véhicules

-FV433 Abbot : 8 véhicules

-Camions 6X6 : 248 camions-cargos, 56 camions grues, 144 camions citernes (36 pour l'eau et 108 pour le carburant), 26 camions magasins, 4 camions hôpitaux, 6 camions pour commandement et contrôle, 20 camions porte-chars, 12 camions ateliers, 24 camions tracteurs d'artillerie, 2 camions porte radars, 27 camions Minotaur et 6 camions de décontamination NRBC soit un total de 575 camions

Armes lourdes

-Mitrailleuses de 7.62mm : la MG3 calibre 7.62mm est la mitrailleuse moyenne standard de l'armée sarde. La Force Terrestre l'utilise aussi bien à terre que sur ces véhicules :

-La section de mitrailleuses de la compagnie d'appui des régiments d'infanterie dispose de neuf mitrailleuses soit un total de vingt-sept armes pour les trois RIS

-Le groupe de mitrailleuse de la section d'appui des compagnies de combat du régiment de Rangers dispose de six mitrailleuses soit un total de dix-huit pour la totalité du 9ème Rangers.

-La section de mitrailleuses de la compagnie d'appui du 7ème régiment parachutiste dispose de six mitrailleuses

Les unités de combat disposent d'un total de 51 mitrailleuses mais la majorité des MG3 sont utilisées sur les véhicules. Les trente-six CMC disposent de deux mitrailleuses MG3 alors que les quinze véhicules de dépannage ne dispose qu'une MG3 soit un total de 87 armes. Les huit automoteurs Abbot survivants disposent d'une mitrailleuse antiaérienne soit pour les chenillés un total de 95 mitrailleuses MG3.

Les 158 Alvis Pinzgauer (les trois EVASAN sont désarmées, conventions internationales oblige) disposent chacun d'une MG3 de 7.62mm. Même chose pour 565 des 575 camions 6X6 (sont exclus les camions hôpitaux et les camions de décontamination NRBC).

La situation est plus complexe pour les Mowag Eagle qu'il s'agisse du modèle II ou du modèle IV. Pour le modèle II, les 72 véhicules version utilitaire/commandement et contrôle sont équipés d'une simple MG3 dans un tourelleau au centre du véhicule. Pour le modèle IV, les 45 véhicules version antiaérienne, les 14 véhicules version antichar et les 25 véhicules version utilitaire/commandement et contrôle sont dans la même situation.

Les 40 Mowag Eagle II en version protection et les 18 en version reconnaissance sont armées d'une mitrailleuse de 7.62mm mais elle est utilisée en complèment avec une mitrailleuse de 12.7mm. Même chose pour les 31 Mowag Eagle IV version protection, les 116 en version reconnaissance et les 12 en version reconnaissance profonde/observation d'artillerie.

Les 12 Eagle II en version EVASAN sont désarmées.

Les Mowag Eagle accaparent un total de 373 mitrailleuses.

La Force Terrestre dispose en ligne d'un total de 1084 mitrailleuses de type MG3 plus un certain nombre en réserve.

-Mitrailleuses de 12.7mm La vénérable (90 ans !) Browning M2 est utilisé en Sardaigne uniquement à bord des véhicules. Seuls les BMR-600 et les Piranha III en sont équipés soit un total de 197 mitrailleuses.

-Mortiers de 60mm : la Force Terrestre dispose actuellement de 135 mortiers de 60mm M224 répartis entre les trois régiments d'infanterie (27 par RIS), le régiment de Rangers et le régiment de Rangers qui disposent chacun de 27 armes.

-Mortiers de 81mm : La Force Terrestre dispose actuellement de 54 mortiers de 81mm répartis entre la section d'appui des neuf compagnies d'infanterie soit 27 armes installés à bord de Piranha III mais utilisables également au sol, la section d'appui des trois compagnies de Ranger soit 18 mortiers et la section d'appui des compagnies de parachutistes soit 9 mortiers installés à bord de BMR-600 mais utilisables au sol.

-Lance-roquettes Panzerfaust : Chaque groupe de combat dispose d'un «opérateur armes lourdes» équipé d'un lance-roquettes rechargeable Panzerfaust 3. La Force Terrestre dispose donc en ligne pour l'infanterie de 135 lanceurs de ce modèle. Les trois batteries du régiment d'artillerie disposent chacun de huit Panzerfaust 3 soit un lanceur par canon de 105mm pour défendre la pièce et le génie dispose dans ces deux compagnies de combat de dix huit lanceurs utilisés pour par exemple détruire un champ de mines à l'aide d'une roquette FUAE. Le nombre total de lanceurs en ligne est donc de 177 plus une cinquantaine stockés en réserve

-Missiles antichars Eryx : 54 lanceurs en service en 2011

-Missiles antichars Milan : 20 lanceurs en service en 2011.

-Canon de 105mm M102 : 24 canons en ligne et 8 en réserve

-Missiles antiaériens Bofors RBS-70 : 45 lanceurs en service en 2011, tous embarqués sur des Mowag Eagle IV.

Armes légères

-Pistolet automatique Glock 17 : Le pistolet automatique autrichien est l'arme de base de tous les militaires de la force terrestre. 7394 exemplaires de cette arme calibre 9mm sont donc en service plus un petit nombre en réserve. Depuis une loi de 2005 votée suite à l'assassinat d'un capitaine et de son épouse à leur domicile, les soldats sardes sont autorisés à porter leur arme en permission et à la conserver chez eux.

-Pistolet mitrailleur Beretta 12S : Le pistolet mitrailleur italien calibre 9mm est l'arme destinée aux troupes de seconde ligne, il arme les pilotes de véhicules, les opérateurs armes lourdes, les officiers d'état-major, les mécaniciens en fait tous les hommes qui ne sont pas armés du fusil d'assaut Steyr AUG. Au total 5181 Beretta 12S sont disponibles pour les soldats sardes.

-Fusil d'assaut Steyr AUG : C'est le fusil d'assaut standard de l'armée sarde ayant remplacé le Heckler & Koch G3. 798 armes sont en service ce qui paraît pu mais c'est l'arme des grenadiers-voltigeurs, minoritaires dans les groupes de combat.

-Fusil de précision M40 : Le fusil de précision standard de l'armée sarde est disponible à 138 exemplaires.

-Fusil mitrailleur/mitrailleuse légère Minimi : Ce fusil mitrailleur de conception et de fabrication belge, devenu l'arme standard de sa catégorie est disponible à 270 exemplaires au sein de la Force Terrestre.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: La Sardaigne [Terminée]   Ven 26 Aoû 2011, 21:47

5°) Armée de l'air

1-Histoire générale

Le Corps Aérien Sarde (CAS)

C'est en 1912 que l'aviation est entrée dans l'armée sarde avec l'acquisition d'une demi-douzaine d'appareils français et anglais pour différents tests. Certains officiers persuadés des capacités de l'aéronef demandèrent l'acquisition d'avions et la création d'une véritable unité d'aviation et d'aérostation.

Le déclenchement de la première guerre mondiale et le scepticisme d'une majorité d'officiers de l'armée de terre et de la marine empêcha l'acquisition de véritables avions avant 1918 et la fin du premier conflit mondial.

En 1919, une commission militaire approuva l'acquisition de véritables aéronefs et la création d'un commandement aérien baptisé Corps Aérien Sarde (CAS). Le Parlement vote un budget en 1920 pour créer le CAS et acquérir les premiers avions.

Le Corps Aérien Sarde est créé officiellement le 14 mai 1920 avec sa tête le colonel Gralizzi, un officier de l'armée de terre, pionnier de l'utilisation de l'avion en Sardaigne puisqu'il à reçu son brevet de pilote en 1910.

Manquant de pilotes formés et en attendant l'arrivée de volontaires attirés par une solde confortable, le colonel Gralizzi embaucha des pilotes étrangers, une demi-douzaine de pilotes italiens et allemands qui servirent d'instructeurs aux jeunes pilotes sardes.

Après trois ans d'indépendance, le CAS fût rattaché à l'armée de terre ce qui écoeura le colonel Gralizzi qui refusa de rester à la tête de l'unité et quitta l'armée quelques semaines plus tard.

Les premiers appareils du CAS sont des appareils de seconde main, issus des surplus causés par la fin du premier conflit mondial.


Nieuport 27

Les premiers chasseurs sont des Nieuport XXVII ex-français remis en état et modifiés par l'industrie mécanique sarde. Un total de 24 chasseurs vont être mis en oeuvre au sein de deux squadrons, le squadron 10 basé à Cagliari-Elmas pour couvrir la capitale et le squadron 20 basé à Olbia pour couvrir le nord de l'ile.


Bréguet Bre19B2

Les premiers bombardiers sont des Bréguet 19 qui sont destinés aussi bien à attaquer des cibles terrestres et navales mais également mener des missions de reconnaissance. 16 appareils sont acquis en 1924 et utilisés par les squadrons 11 et 21 basés à Cagliari-Elmas pour le premier et Sassari pour le second. Des expérimentations de lancer de torpilles ont lieu mais sans déboucher une utilisation opérationnelle, la marine réclamant de pouvoir disposer de sa propre aviation.

Ces premiers avions ont une carrière éphémère au sein du CAS. Les chasseurs Nieuport XXVII survivants (8 exemplaires) sont relégués à l'entrainement jusqu'en 1934 et remplacés en 1930 par des monoplans à aile haute Wibaut 7, un avion tout métal contrairement à son prédecesseur.


Wibaut 7

Les effectifs augmentent, 36 chasseurs sont acquis et livrés entre 1930 et 1933 équipant le squadron 10 basé à Cagliari-Elmas, le squadron 20 basé à Olbia et le squadron 30 basé à Sassari.


Vickers Vildebest

Les bombardiers Bréguet 19 sont remplacés en 1931 par des biplans britanniques Vickers Vildebest. Ces appareils mis en oeuvre par les squadrons 11 et 21 toujours basés à Cagliari-Elmas et Sassari vont être utilisés pour des missions de reconnaissance, de bombardement et de torpillage, la marine ayant passé un compromis avec le CAS prévoyant le contrôle opérationnel des appareils engagés dans les opérations de torpillage.


Junkers Ju-52

En 1933, la Sardaigne fait l'acquisition de 8 Junkers Ju-52 mis en oeuvre par le squadron 31 basé à Cagliari-Elmas, un trimoteur de transport qui sera bien vite transformé en bombardier, complétant le Vickers Vildebest qui se révèle vite limité. La «Tante Ju» sera utilisé comme bombardier jusqu'à son remplacement par le Dornier Do17 en 1938, appareil qui remplacera également le Vickers Vildebest.

Le CAS renouvèle encore son parc aérien avant le second conflit mondial. Il est également réorganisé, retrouvant son indépendance par rapport à l'armée de terre en 1936.


Fiat CR32

Les Wibaut 7 sont remplacés en 1937 par 36 chasseurs italiens Fiat CR32 qui sont mis en oeuvre par les squadrons 10,20 et 30 toujours basés à Cagliari-Elmas, Olbia et Sassari. Le petit biplan italien est complété par 8 Messerschmitt Me109D mis en oeuvre par l'unité spéciale de chasse basée à Cagliari-Elmas.


Formation de Dornier Do-17 en vol

Comme vu plus haut, les deux squadrons de bombardiers équipés de Vickers Vildebest (les squadrons 11 et 21) sont transformés en 1938/39 sur Dornier do-17, un élégant et efficace bimoteur acquis à 20 exemplaires.

Le squadron 31 un temps unité de bombardement est relégué en 1940 aux missions de transport notamment au soutien du bataillon parachutiste qui s'entraine intensivement à un assaut aéroporté (les archives déclassées en 1972 montreront que la Sardaigne envisageait un assaut aéroporté sur la Corse en cas de conflit avec la France pour un raid de type commando vu la faiblesse des moyens sardes).


Heinkel He-115

En 1938, la Sardaigne soucieuse de renforcer les moyens de reconnaissance de sa marine acquiert 12 hydravions Heinkel He115. Ils permettent la création du squadron 40 basé à Cagliari. Bien que l'appareil soit un hydravion de torpillage, il sera bien davantage utilisé pour la reconnaissance et la lutte ASM que pour le lancement de torpilles.

Quand éclate le second conflit mondial, le Corps Aérien Sarde est commandé par le général Provizzio considéré comme le dauphin du général Dézorno (les relations entre les deux hommes sont d'ailleurs excécrables).

Le général Provizzio à installé son QG dans la banlieue de Cagliari, dans un bunker au sommet d'une colline dominait la baie, discrètement protégés par des canons antiaériens et une compagnie de fusiliers qui lui est entièrement dévouée.

Il à autorité sur l'Escadre Aérienne de Combat (EAC) qui regroupe la totalité des avions sardes soit 32 Fiat CR32, 8 Me109D, 20 Do17D, 8 Junkers Ju52, 12 Heinkel He115 et 8 avions d'entrainement Bücker Bü 131 Jungmann soit un total de 88 appareils et sur le Commandement de la Défense Antiaérienne du Territoire (CDAT) créé en 1937 et qui à pris le contrôle de canons de 80mm Bofors acquis en 1933 par l'armée de terre (48 canons au total). Un Commandement Logistique (CL) est chargé de la gestion des stocks qui vont peu à peu diminuer, faute de ravitaillement suffisant, obligeant les militaires sardes à déployer un trésor d'ingéniosité.

Entre le 1er septembre 1939 et le 4 juin 1940 _date de l'entrée en guerre de la Sardaigne_ , le CAS va se montrer très actif. Les Do17 utilisés comme avions de reconnaissance vont essayer d'empêcher les marines alliées de prendre leurs aises au large des côtes sardes alors que les Fiat CR32 effectuent quelques patrouilles symboliques au dessus de Cagliari. Un Heinkel He115 parviendra néanmoins en janvier 1940 à survoler Bizerte, surprenant la DCA de la grande base navale française et rentrant à bon port sans avoir été intercepté par la chasse.

La France et la Grande Bretagne sont officiellement en guerre avec la Sardaigne à partir du 4 juin 1940 à 17h00. Aussitôt, le régime d'alerte du CAS allégé en janvier est renforcé, les avions soigneusement camouflés et la protection des terrains renforcés.


Bloch MB-174

Le 6 juin 1940, un Bloch 174 de reconnaissance décollant de Karouba est signalé au dessus de Cagliari et si deux Fiat CR32 décollent pour l'intercepter, le bimoteur français leur échappe facilement par sa vitesse et son plafond sans commune mesure avec l'appareil italien (respectivement 530 km/h et 11000m pour le français et 360 km/h et 8800m pour l'appareil italien).

Cet événement suscite la colère du général Dézorno qui accuse le commandant du CAS de ne pas avoir fait décoller les Me109 pour intercepter l'avion de reconnaissance. Pour faire oublier cet impair, le général Provizzio propose un raid sur Bizerte pour le 9 juin 1940.

Il n'aurait pas le temps de le mener à bien. Le 8 juin 1940, la Force de Raid pilonne Cagliari visant plus partculièrement l'aérodrome de Cagliari-Elmas et l'Arsenal de Vezonova. Le croiseur de bataille Dunkerque est ainsi accompagné par les contre-torpilleurs Le Terrible et Volta et pilonne les deux cibles pendant 20 minutes.


Loire 130

Le CAS cette fois réagit. Par chance, trois Me109D en vol d'entrainement apercoivent le Loire 130 du Dunkerque réglant le tir des huit canons de 330mm. Il est expédié au tapis par les chasseurs qui échappent aux Blackburn Skua de l'Ark Royal qui assuraient la couverture de l'opération.

Ces derniers se vengent quelques minutes plus tard en abattant trois Dornier Do17 attaquant le Dunkerque.

Le CAS à énormément souffert de ces bombardements perdant 20 appareils dont sept dornier Do 17 (trois au combat et 4 à cause d'obus français), deux Me109D, huit Fiat CR32, deux Heinkel He115 et un Junkers Ju52 qui comble de malchance venait de se poser après un vol d'entrainement.

Après ce bombardement français et les combats liés, la situation matérielle du corps aérien sarde est le suivant :

-Le squadron 10 à été anéanti puisqu'il à perdu huit de ses douze appreils. Il est mis en sommeil à compté du 15 juin mais le 27 juin, l'unité spéciale de chasse équipée de trois (!) Me109D devient le squadron 10. Les autres squadrons de chasse sont intacts.

-Le squadron 11 est lui aussi anéanti perdant sept des dix Dornier Do17 l'équipant. Il est mis en sommeil le 15 juin et le squadron 21 est transféré de Sassari à Cagliari-Elmas pour compenser.

-Le squadron 31 basé à Cagliari-Elmas à perdu un appareil et pour préserver ses précieux appareils de transport, le CAS prend la décision de transférer l'unité à Olbia.

-Le squadron 40 basé à Cagliari plus précisément sur l'hydrobase de Vezonova à perdu un appareil touché de plein fouet par un obus de 138mm du Terrible. Sur les onze appareils survivant, trois seront réformés car au final trop endommagés pour être réparés réduisant la flotte à seulement huit appareils.

-Les huit appareils d'entrainement Bu131 sont tous intacts.

Le CAS à connu une sérieuse amputation de son potentiel de combat puisqu'elle ne dispose plus après ce premier bombardement de 24 Fiat CR32, 6 Me109D, 13 Dornier Do17, 7 Junkers Ju52, 8 Heinkel He115 et 8 Bücker Bu131 Jungmann soit un total de 66 appareils.


Lioré et olivier Léo 451

Douchée par ce bombardement, le CAS hésite sur la conduite à tenir mais quand le 10 juin 1940, 12 Lioré et Olivié Léo 451 attaquent Cagliari sans escorte, les Me109 seuls à pouvoir intercepter les rapides bombardiers français décollent, abattent deux bombardiers français et en endommage deux gravement mais pour le prix de trois appareils, réduisant la flotte de Me109 à seulement trois appareils.

Le manque de pièces détachées va peu à peu clouer au sol les appareils du Corps Aérien Sarde (CAS) victimes également des raids aériens menés par les britanniques pour faciliter le passage des convois à destination de Malte.

En janvier 1941, les allemands commencent à utiliser la Sardaigne comme base de ravitaillement pour sous-marins. Les sardes tentent d'obtenir en échange des pièces détachées et même des appareils neufs pour remplacer les plus anciens notamment les chasseurs Fiat CR32.


Messerchmitt Me109E

Les allemands remettent en état de vol 8 Do17, 4 Junkers Ju52 et 4 Heinkel He 115 et livrent 12 Me109E qui remplacent avantageusement les appareils plus anciens. Le CAS est réorganisé avec un squadron 10 de chasse, un squadron 21 d'attaque (8 Do17 et 4 Heinkel He115) et un squadron 31 réduit à 4 Junkers Ju52.

Ces appareils vont subir de sérieuses pertes : les 4 Heinkel He115 sont détruits (deux au mouillage par des bombardiers embarqués britanniques, un en vol par un chasseur Supermarine Seafire et le dernier par accident), 4 Do17 sont abattus alors qu'ils menaient des missions de reconnaissance, 2 Junkers Ju52 sont perdus lors d'une collision en vol au dessus d'Olbia alors que 4 Me109E sont perdus par accident ou au combat.

Ainsi quand est déclenchée l'opération Percival le 14 mai 1942, le CAS ne dispose plus que de 8 Me109E, de 4 Do17 et de 2 Junkers Ju52, une véritable misère.

La première priorité des allemands est de neutraliser les restes de l'aviation sarde. Des membres du Brandeburg Regiment sont ainsi discrètement infiltrés la veille en Sardaigne sous l'apparence de civils inoffensifs. Infiltrés à Cagliari-Elmas où étaient regroupés les avions sardes encore en état de vol, ils se chargent de les rendre inutilisables, empêchant toute résistance le lendemain.

Le CAS cesse donc d'exister de facto même si de jure, il ne sera dissout qu'en 1943 par un décret du général O'Connor.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: La Sardaigne [Terminée]   Lun 12 Sep 2011, 20:34

Le Corps d'Aviation (CA) (depuis 1946)

Après un intermède de trois ans, l'aviation sarde renait le 14 septembre 1946 sous la forme du Corps d'Aviation, composante aérienne des Forces Armées Nationales Sardes (FANS). Comme voulu par les concepteurs de cette organisation militaire, elle regroupe tous les moyens aériens qu'elle met soit en oeuvre directement soit en délégue le contrôle opérationnel à l'Escadre ou à la Composante Terrestre.

Le premier commandant en chef du Corps d'Aviation est le major général Denettro qui se charge de mettre en place les structures et de réceptionner le matériel.

Il est assisté d'un état-major et à sous son autorité un groupement logistique, un groupement opérationnel et un groupement de formation et d'entrainement.

Le groupement opérationnel dispose à la fois d'unités aériennes et d'unités de DCA chargées de la défense du territoire.

Les premiers appareils du CA sont d'anciens appareils américains, des appareils de second main mais encore en très bon état.


North American P-51D Mustang

La défense aérienne est ainsi assurée par 24 P-51D Mustang répartis entre le squadron 100 basé à Cagliari-Elmas et le squadron 110 basé à Sassari.


Martin B-26 Marauder

Le bombardement et la reconnaissance est assuré par 16 Martin B26 Marauder armant d'abord le seul squadron 200 basé à Olbia avant que les 16 appareils soient répartis entre le squadron 200 toujours basé à Olbia et le squadron 220 basé à Sassari à raison de huit appareils chacun.


Lockeed PV2 Harpoon

La reconnaissance maritime est également une mission du Corps d'Aviation qui pour se faire reçoit des américains 12 Lockeed PV2 Harpoon qui arment le squadron 230 basé à Cagliari-Elmas. Cette unité est chargé d'abord de la reconnaissance au profit de l'Escadre puis de plus en plus de la lutte ASM recevant un MAD et des grenades ASM.


North American T-6 Texan

L'entrainement est assuré par le squadron 300 basé à Olbia équipé de 8 North American T6 Texan qui servent également d'avions de liaison à l'occasion.


Douglas C-47 Skytrain

Quand au transport, il est assuré par le squadron 301 équipé de 16 Douglas C-47 Dakota basé à Cagliari-Elmas et qui sera dans un premier temps chargé de missions logistiques avant de se voir principalement chargé de transporter et d'entrainer les hommes du bataillon parachutiste.

A sa création donc, le Corps d'Aviation dispose de 76 appareils assez modernes. Pleinement intégrés au dispositif otanien, ils sont chargés en cas de conflit de traquer les submersibles soviétiques en Méditerranée, d'appuyer les forces alliées en Italie et d'assurer la couverture des forces navales dans le bassin occidental de la Méditerranée, l'excellent rayon d'action des Mustang se prêtant bien à cette mission.


De Havilland Vampire

En 1954, le Corps d'Aviation passe à la réaction en recevant quelques De Havilland Vampire de seconde main pour former les pilotes aux subtilités de la réaction. Le Vampire acquis à 24 exemplaires arme ainsi les squadrons 100 et 110 seulement jusqu'en 1960 quand il sera remplacé par le Hawker Hunter acquis à 32 exemplaires (24 monoplaces et 8 biplaces).


Douglas A-1H Skyraider

Pour conserver une capacité d'attaque, il remplace en 1958 ses Martin Marauder par des Douglas Skyraider, des appareils issus des surplus américains, les 12 exemplaires armant l'unique squadron 220 basé à Sassari, le squadron 200 étant mis en sommeil.

Le squadron 230 de Cagliari-Elmas troque en 1954 ses Lockeed P2V Harpoon contre 12 Lockeed P2V-6 Neptune bien plus puissants et surtout bien mieux adaptés à la lutte anti-sous-marine qui prend le pas sur la lutte antisurface, la faiblesse de la flotte de surface soviétique rendant cette mission pour ainsi dire caduque.

L'entrainement est toujours assuré par le squadron 300 qui conserve ses North American T6 Texan encore adaptés à la formation préliminaire, les pilotes de chasse se formant ensuite dans les squadrons avec les Hawker Hunter biplaces.


Fairchild C-119 Flying Boxcar

Le squadron 301 chargé de missions de transport troque ses 16 C47 Dakota contre 12 C119 Flying Boxcar en 1962, des appareils surtout chargés de transporter les parachutistes mais également de missions de transport logistique.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: La Sardaigne [Terminée]   Lun 19 Sep 2011, 18:49


Bell 47G

En 1956, le Corps d'Aviation s'intéressa à l'acquisition d'hélicoptères, acquérant d'abord quelques Bell 47 (6 appareils) pour former des pilotes avant de choisir un appareil plus gros capable à la fois de missions de transport et de combat, le Bristol Sycamore. 16 appareils furent livrés en 1958 armant le squadron 400 basé à Cagliari-Elmas.


Bristol Sycamore de la Royal Australian Navy au dessus du porte-avions HMAS Melbourne

En 1964 est mis sur pied le squadron 401 destiné à soutenir l'Escadre qui vient d'acquérir deux frégate anti-sous-marines de type Leander, cette unité disposant de 3 Westland Wasp porteurs de torpilles. Comme tous les squadrons d'hélicoptères, le squadron 401 est basé à Cagliari-Elmas.


Westland Wasp


Northrop YF-5A

En 1972, les vénérables Hawker Hunter furent remplacés par 40 Northrop F-5A Freedom fighter qui équièrent les squadrons 100 et 110 toujours basés à Cagliari-Elmas et Sassari, chaque escadron disposant de 12 monoplaces et de 8 biplaces.

En 1977, les derniers Douglas Skyraider furent retirés du service et le squadron 220 mis en sommeil en attendant qu'une décision soit prise. Un temps, on s'achemina vers l'abandon d'une capacité spécifique d'attaque au sol mais au final, le Corps d'Aviation décida d'acquérir des avions d'attaque légère.


Aermacchi MB-339CD de l'armée de l'air italienne

En 1982, le Corps d'Aviation prit livraison de 24 Aermacchi MB-339CD, des biplaces rapides et bien armés qui permirent la réactivation des squadrons 200 et 220 toujours basés à Olbia et à Sassari.

Le squadron 230 chargé de missions de patrouille maritime envisagea d'acquérir un nouvel appareil de patrouille maritime mais préféra moderniser régulièrement la cellule, la motorisation et l'électronique de bord de ses Neptune. Ce ne sera qu'au début des années quatre-vingt dix que la Patmar sarde remplacera ses appareils en acquérant des Atlantique 2.


Northrop T-28 Trojan

Le squadron 300 chargé de l'entrainement de base remplaça en 1972 ses T-6 Texan par des T-28 Trojan après avoir envisagé d'acquérir un appareil à réaction. Le Corps d'Aviation préféra conserver un système qui avait fait ses preuves, les 12 monomoteurs américains servant à former les pilotes, la formation de combat se faisant sur les biplaces des deux squadrons de chasse ou d'attaque.

Le squadron 301 continua de conserver ses Flying Boxcar, des appareils robustes et bien adaptés et ce n'est que dans les années quatre-vingt qu'elle remplacera cet avion par un nouvel appareil plus petit mais adapté à ses nouveaux besoins.


Aérospatiale Puma de l'armée de terre française

Le squadron 400 remplaçe le Bristol Sycamore en 1974 par l'Aérospatiale SA330 Puma (acquis à 12 exemplaires), un très bon appareil de transport mais peu adapté pour l'appui-feu nécessitant l'acquisition d'un nouvel hélicoptère léger pour le transport et l'appui-feu.


Aérospatiale Gazelle AH Mk I britannique

Le Corps d'Aviation fit ainsi l'acquisition en 1977 de 16 Aérospatiale SA-341 Gazelle qu'elle arma d'abord d'un simple canon de 20mm installé en pod latéral avant de transformer au cours des années quatre-vingt une partie de la flotte en appareils antichars avec des missiles Hot. Ces appareils armèrent le squadron 402 basé à Cagliari-Elmas


Lynx HAS Mk 2-3

Le CA fait l'acquisition en 1980 de 6 Westland Lynx, 3 en version ASM pour les frégates type Leander et 3 en version transport pour le soutien logistique, le transport de troupes (commandos-marine notamment) afin de remplacer les Westland Wasp antédéluviens Ces appareils arment le squadron 401 basé à Cagliari-Elmas.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ciders
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1537
Age : 31
Ville : Au milieu de la mare
Emploi : Chasseur de nuées
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Re: La Sardaigne [Terminée]   Lun 19 Sep 2011, 22:34

Ca en fait des avions. 40 F-5 ! Plus les Aermacchi...

Ta force aérienne aurait combien de personnels ?

_________________
" Quand un diplomate dit 'oui', cela signifie 'peut-être' ; quand il dit 'peut-être', cela veut dire 'non' ; et quand il dit 'non', ce n'est pas un diplomate. " ( Henri Louis Mencken )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: La Sardaigne [Terminée]   Mar 20 Sep 2011, 18:38

Oula tu me pose une colle, j'ai regardé dans tout mon texte, j'ai pas trouvé la trace des effectifs mais pour info en 1990, le CAS dispose de 117 appareils en 10 squadrons ce qui peut te donner une idée. Ce nombre à rapidement décru avec la fin de la guerre de froide et les restrictions budgétaires.

Je vais poster la suite demain.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ciders
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1537
Age : 31
Ville : Au milieu de la mare
Emploi : Chasseur de nuées
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Re: La Sardaigne [Terminée]   Mar 20 Sep 2011, 19:00

Ca en fait du monde. Cela dit, vu que la Sardaigne n'est pas vraiment neutre et qu'il y a la Libye pas loin, ça peut se justifier.

_________________
" Quand un diplomate dit 'oui', cela signifie 'peut-être' ; quand il dit 'peut-être', cela veut dire 'non' ; et quand il dit 'non', ce n'est pas un diplomate. " ( Henri Louis Mencken )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: La Sardaigne [Terminée]   Mer 21 Sep 2011, 21:08

Le Corps d'Aviation Sarde entra dans les années quatre-vingt dix avec le dispositif suivant :

-Squadron 100 (Cagliari-Elmas) : 16 Northrop F-5A Freedom Figther

-Squadron 110 (Sassari) : 12 Northrop F-5A Freedom Figther

-Squadron 200 (Olbia) : 10 Aermacchi MB-339C

-Squadron 220 (Sassari) : 18 Aermacchi MB-339C

-Squadron 230 (Cagliari-Elmas) : 10 Lockeed P2V-6 Neptune

-Squadron 300 (Olbia) : 12 Northrop T28 Trojan

-Squadron 301 (Cagliari-Elmas) : 9 C119 Flying Boxcar

-Squadron 400 (Cagliari-Elmas) : 8 Aérospatiale SA330 Puma

-Squadron 401 (Cagliari-Elmas) : 6 Westland Lynx (3 en version ASM et 3 en version transport)

-Squadron 402 (Cagliari-Elmas) : 16 Aérospatiale SA341 Gazelle : 10 antichars et 6 à canon de 20mm

Le CA dispose donc en 1990 de 117 appareils soit le plus grand potentiel de combat de son histoire mais ce potentiel va se réduire de manière drastique avec les fameux dividendes de la paix.


Mirage 2000C

En 1992, les Freedom Figther sont remplacés par des Mirage 2000. Ces appareils dont une partie était en production pour l'Irak furent acquis pour un prix défiant tout concurrence suite à l'embargo imposé au moment de la Guerre du Golfe en 1990.

La Sardaigne fit l'acquisition de 12 Mirage 2000C et 4 Mirage 2000B d'entrainement qui armèrent le squadron 100 de Cagliari-Elmas, le squadron 110 étant dissout en 1994 lors du retrait du service du vénérable F-5.

Le squadron 200 basé à Olbia est dissout en 1995 et le squadron 220 de Sassari devient l'unique formation d'attaque du Corps d'Aviation avec 16 Aermacchi MB339 modernisés.


Dassault-Bréguet Atlantique 2

Le squadron 230 remplace enfin ses Neptune antédéluviens en 1997 quand elle commande 8 Bréguet Atlantique 2 qui sont livrés en 1999 et déclarés opérationnels en 2000.


Alpha Jet E de l'armée de l'air français

Le squadron 300 d'entrainement basé à Olbia remplace ses 12 T-28 par 8 Alpha Jet E d'entrainement, appareils reçut en 1990.


Casa CN-235

Le squadron 301 basé à Cagliari-Elmas remplace en 1992 ses 9 Fairchild C119 Flying Boxcar par 6 Casa CN235 mieux adaptés à ses nouveaux besoins. De 2004 à 2009, il à mit en oeuvre un Boeing 737 d'occasion acquis auprès d'Air France.


Boeing 737 de la compagnie low-cost Air Berlin

Cet appareil à été utilisé pour le transport en direction de l'Afghanistan mais à été revendu car trop coûteux à mettre en oeuvre après la fin de la mission au «Royaume de l'Insolence». Les américains ont proposé quelques C-130H de seconde main mais la Sardaigne à décliné l'offre estimant ne pouvoir faire face aux coûts d'entretien.


Eurocopter Super Puma

Le squadron 400 équipé à l'origine de 12 Aérospatiale AS330 Puma mais suite à différents accidents et usure, le potentiel était tombé à 8 appareils. Après avoir envisagé une modernisation profonde de ses appareils, le Corps d'Aviation à préféré acquérir en 1992, 8 Eurocopter Super Puma suivis de 2 autres appareils en 1996.

Le squadron 401 est donc équipé depuis 1980 de Westland Lynx. 5 appareils sont en service, trois en version ASM et deux versions transport, un Lynx utilitaire ayant été perdu suite à un problème moteur qui l'obliga à un posé d'urgence. Trop endommagé pour être réparé à un coût raisonable, il à été cannibalisé pour les cinq appareils survivants.

Le squadron 402 équipé depuis 1977 (date de sa création) d'Aérospatiale SA-341 Gazelle ne dispose plus que de douze appareils, six en version canon et six en version antichar. Ces appareils doivent être remplacés d'ici quelques années (voir ci-dessous)

Après cette réforme le corps d'Aviation dispose donc de 54 avions et de 27 hélicoptères soit 81 aéronefs.


Mirage 2000-5

Si les Mirage 2000 récément modernisés (standard -5) ne sont pas prêts d'être remplacés, ce n'est pas le cas des MB-339 qui commencent à accuser le poids des ans. Comme les Alpha Jet doivent également être remplacés, on s'achemine vers un appareil unique d'entrainement et d'attaque légère. La Sardaigne étudierai avec attention l'Aermacchi Mi-346, le T-50 Golden Eagle voir même le Bae Hawk ou le Yak 130.


L'Aermacchi Mi-346 est l'un des candidats au remplacement de l'Alpha Jet

Les CN235 sont encore verts tout comme les Atlantique 2 bien que le Corps d'Aviation prévoit leur remplacement d'ici 2020. Pour les avions de transport, le Corps d'Aviation envisagerait l'acquisition d'appareils plus gros, étudiant par exemple la possibilité de commander des C-130J alors que pour la patrouille maritime et la lutte ASM, le Corps d'Aviation n'à donné aucune piste à part celle qu'elle souhaite conserver une vraie capacité ASM.

La problématique la plus aïgue concerne les hélicoptères. Le remplacement des Super Puma est le plus important bien que la dissolution du bataillon d'infanterie légère rend les besoins en opérations héliportés moins importants que par le passé. On semble ici s'acheminer vers un appareil unique pour remplacer les Super Puma et les Lynx (Les américains ont proposé des UH-60M) alors que les Gazelle pourraient être remplacés par des EC645. La décision doit être prise cette année.


L'EC-645 devrait remplacer les Gazelle de l'armée de l'air sarde

Sur le plan des infrastructures, la base aérienne de Sassari semble en sursis et il n'est pas impossible qu'à terme, le Corps d'Aviation concentre ses moyens sur Cagliari-Elmas et Olbia.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MM 40
Elève officier
Elève officier


Masculin
Nombre de messages : 1231
Age : 40
Ville : Lyon
Emploi : Enseignant
Date d'inscription : 05/11/2006

MessageSujet: Re: La Sardaigne [Terminée]   Sam 24 Sep 2011, 12:14

Salut,

c'est intéressant, mais moi aussi, je trouve le corps aérien très surdimmensionné! Regarde des pays comparables : Irlande, Slovénie, Chypre... Ils n'ont même pas d'avions de chasse! Alors une quinzaine de F-5 (version E/F) plus quelques autres en réserve stratégique (et en cas de perte par accident), çà me semble largement suffisant ajouté à quelques hélicos et avions de patrouille/transport! Je suis un peu direct, mais c'est la seule critique sérieuse que je trouve à ton uchronie jusqu'à présent... Dommage!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Sardaigne [Terminée]   Sam 24 Sep 2011, 14:11

Bof moi j'aime bien l'idée d'une poignée de Mirage 2000 (faut dire que j'aime beaucoup cet avion).

Par contre celui de ta photo, ce n'est pas un 2000-C (monoplace), mais un 2000-B (biplace)
Revenir en haut Aller en bas
ciders
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1537
Age : 31
Ville : Au milieu de la mare
Emploi : Chasseur de nuées
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Re: La Sardaigne [Terminée]   Sam 24 Sep 2011, 18:03

Il faut voir le contexte historique et géopolitique. La proximité du territoire libyen a pu aider à la constitution d'une force supérieure aux besoins du pays. L'Irlande a toujours été neutre et sous la couverture de la RAF. Chypre même chose, sans parler du refus turc de voir autre chose qu'une petite force d'autodéfense de l'autre côté de la ligne d'armistice.

Ceci dit, une quarantaine de chasseurs-bombardiers, plus une vingtaine de MB-339, ça fait relativement lourd. Il faudrait comparer avec les forces de pays neutres ou non alignés durant la Guerre Froide : l'Autriche par exemple, ou la Finlande avant l'arrivée massive des F-18. Et aussi regarder de l'autre côté de la Méditerranée (la Tunisie peut être très inspirante sur ce point).

On aurait pu voir la chose sous cet angle (entre autres hypothèses) :

- 1 escadron de chasse-bombardement (mettons 10 F-5E et 4 F-5F biplaces)
- 2 escadrons d'attaque au sol (une trentaine de MB-326, MB-339 ou de Fiat G-91)
- 1 escadron de transport (une demie-douzaine d'appareils ? A titre purement personnel, j'aurais sans doute choisi le G.222, qui est plus performant que le CN-235 et de fabrication italienne, ou le Casa C-212 espagnol)
- 1 escadron héliporté (Puma, UH-1...)




_________________
" Quand un diplomate dit 'oui', cela signifie 'peut-être' ; quand il dit 'peut-être', cela veut dire 'non' ; et quand il dit 'non', ce n'est pas un diplomate. " ( Henri Louis Mencken )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: La Sardaigne [Terminée]   Sam 24 Sep 2011, 21:02

MM 40 a écrit:
Salut,

c'est intéressant, mais moi aussi, je trouve le corps aérien très surdimmensionné! Regarde des pays comparables : Irlande, Slovénie, Chypre... Ils n'ont même pas d'avions de chasse! Alors une quinzaine de F-5 (version E/F) plus quelques autres en réserve stratégique (et en cas de perte par accident), çà me semble largement suffisant ajouté à quelques hélicos et avions de patrouille/transport! Je suis un peu direct, mais c'est la seule critique sérieuse que je trouve à ton uchronie jusqu'à présent... Dommage!

J'avoue que je me suis fait plaisir, je n'avais pas encore fait d'uchronie avec des M-2000. A l'origine j'avais prévu comme le Perou soit six monoplaces et deux biplaces mais j'ai un peu augmenté la dose

Eagle_Eye a écrit:
Bof moi j'aime bien l'idée d'une poignée de Mirage 2000 (faut dire que j'aime beaucoup cet avion).

Par contre celui de ta photo, ce n'est pas un 2000-C (monoplace), mais un 2000-B (biplace)

Ah enfin un qui à du goût Mr. Green

Merci pour la correction thumleft

ciders a écrit:
Il faut voir le contexte historique et géopolitique. La proximité du territoire libyen a pu aider à la constitution d'une force supérieure aux besoins du pays. L'Irlande a toujours été neutre et sous la couverture de la RAF. Chypre même chose, sans parler du refus turc de voir autre chose qu'une petite force d'autodéfense de l'autre côté de la ligne d'armistice.

Ceci dit, une quarantaine de chasseurs-bombardiers, plus une vingtaine de MB-339, ça fait relativement lourd. Il faudrait comparer avec les forces de pays neutres ou non alignés durant la Guerre Froide : l'Autriche par exemple, ou la Finlande avant l'arrivée massive des F-18. Et aussi regarder de l'autre côté de la Méditerranée (la Tunisie peut être très inspirante sur ce point).

On aurait pu voir la chose sous cet angle (entre autres hypothèses) :

- 1 escadron de chasse-bombardement (mettons 10 F-5E et 4 F-5F biplaces)
- 2 escadrons d'attaque au sol (une trentaine de MB-326, MB-339 ou de Fiat G-91)
- 1 escadron de transport (une demie-douzaine d'appareils ? A titre purement personnel, j'aurais sans doute choisi le G.222, qui est plus performant que le CN-235 et de fabrication italienne, ou le Casa C-212 espagnol)
- 1 escadron héliporté (Puma, UH-1...)

Merci pour cette suggestion. C'est surtout que la Sardaigne avait un rôle stratégique dans la défense de la Méditerranée d'où le maintien d'une véritable aviation de combat. J'ai choisit le CN-235 car j'avais prit pour l'Ecosse le C-27 Spartan, une version améliorée du G-222. Pour les Tiger II, je me demande par quoi les remplacer : des F-16 de seconde main d'origine américaine ou néerlandaise ? des avions russes ? des Mirage F-1 de seconde main ?

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ciders
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1537
Age : 31
Ville : Au milieu de la mare
Emploi : Chasseur de nuées
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Re: La Sardaigne [Terminée]   Sam 24 Sep 2011, 21:31

Si on prend en compte l'existence des Mirage 2000... tu peux très bien ne pas les remplacer. Wink

Une douzaine de chasseurs modernes, ça suffit dans le contexte actuel. Tu peux par contre les faire moderniser, avec un nouveau radar mulitmode, l'emport de pods de reconnaissance ou de désignation de cibles, une nouvelle autodéfense.

Dans le cas où tu veux des Mirage 2000 et d'autres appareils, le choix est très vaste. Dans l'occasion :

- Mirage 2000-9 émiratis
- F-16AM/BM néerlandais (déjà en vente)
- F-16 portugais (proposés bientôt à la vente)
- F-16 américains (le Botswana pourrait ainsi récupérer des Block 40 dans pas longtemps)
- Tornado IDS allemands (IDEM)
- éventuellement Mirage F1 espagnols (mais Astrac a été obligée de cesser ses activités, donc plus de possibilités de modernisation)

En appareils neufs :

- F-16 Block 50/52
- MiG-29M2 (MiG-29K sans la crosse d'appontage)
- Aermacchi M-346
- KAI T/A-50

Et là, je me suis restreint.

_________________
" Quand un diplomate dit 'oui', cela signifie 'peut-être' ; quand il dit 'peut-être', cela veut dire 'non' ; et quand il dit 'non', ce n'est pas un diplomate. " ( Henri Louis Mencken )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MM 40
Elève officier
Elève officier


Masculin
Nombre de messages : 1231
Age : 40
Ville : Lyon
Emploi : Enseignant
Date d'inscription : 05/11/2006

MessageSujet: Re: La Sardaigne [Terminée]   Dim 25 Sep 2011, 10:35

Salut,

le souci est surtout économique : comment un petit pays aura-til les moyens d'acquérir et d'entretenir une aussi vaste flotte aérienne, même avec une aide financière de l'OTAN. Une flotte comme décrit Ciders est beaucoup plus réaliste (désolé d'insister), néanmoins, si tu veux te faire plaisir, il est tout à fait envisageable de baser des escadrilles étrangères de pays membres de l'OTAN sur le territoire sarde et là, au niveau coucous, il y a carrément le choix!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: La Sardaigne [Terminée]   Dim 25 Sep 2011, 11:24

MM 40 a écrit:
Salut,

le souci est surtout économique : comment un petit pays aura-til les moyens d'acquérir et d'entretenir une aussi vaste flotte aérienne, même avec une aide financière de l'OTAN. Une flotte comme décrit Ciders est beaucoup plus réaliste (désolé d'insister), néanmoins, si tu veux te faire plaisir, il est tout à fait envisageable de baser des escadrilles étrangères de pays membres de l'OTAN sur le territoire sarde et là, au niveau coucous, il y a carrément le choix!!!

Effectivement, disons que c'est le principal problème pour mes uchronies, je manque d'infos sur les capacités financières de mes pays.

Pour ce qui est du stationnement d'unités étrangères, c'est vrai que c'est une bonne idée, je n'y avais pas pensé thumleft

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ciders
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1537
Age : 31
Ville : Au milieu de la mare
Emploi : Chasseur de nuées
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Re: La Sardaigne [Terminée]   Dim 25 Sep 2011, 11:34

Pas bête comme idée. J'imagine que l'AMI italienne pourrait tout à fait louer une base sarde, et y installer une escadrille ou deux. Mettons des Fiat G-91 ou des F-104.

Pour les capacités financières, ça se trouve. Dans le cas de la Sardaigne, région appartenant à un Etat européen, ça ne devrait pas poser de trop gros problèmes.

Exemple :

Livre de 1934 sur l'économie sarde, disponible sur la base de données Persée

Tu peux aussi rechercher des données sur les sites de la Commission européenne.

_________________
" Quand un diplomate dit 'oui', cela signifie 'peut-être' ; quand il dit 'peut-être', cela veut dire 'non' ; et quand il dit 'non', ce n'est pas un diplomate. " ( Henri Louis Mencken )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: La Sardaigne [Terminée]   Dim 25 Sep 2011, 14:38

Merci de cette contribution. Si un jour, je fais une version 2.0, je prendrai ces infos en considération thumleft

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: La Sardaigne [Terminée]   Ven 30 Sep 2011, 20:25

2-Les appareils équipant ou ayant équipé «l'armée de l'air sarde»

Chasseurs

Nieuport 27

Nieuport 27 utilisé par les américains

Le premier chasseur utilisé en Sardaigne est le biplan Nieuport 27, un biplan dérivé du Nieuport 11 «Bébé». Outre la France, ce chasseur à été utilisé par l'Italie, la Pologne, le Japon, la Russie, la Grande Bretagne, les Etats Unis et l'Uruguay.

Un total de 24 chasseurs vont être mis en oeuvre au sein de deux squadrons, le squadron 10 basé à Cagliari-Elmas pour couvrir la capitale et le squadron 20 basé à Olbia pour couvrir le nord de l'Ile. Il est resté en service jusqu'en 1930 quand il à été relégué à l'entrainement, rôle qu'il remplit jusqu'en 1934. Un appareil à été préservé au Musée Militaire de Cagliari.

Caractéristiques Techniques du Nieuport 27

Masse : à vide 354kg en charge 544kg

Dimensions : longueur 5.88m envergure 8.18m hauteur 2.44m

Motorisation : un moteur rotatif Le Rhône de 120ch

Performances : vitesse maximale 187 km/h plafond opérationnel 5500m

Armement : une mitrailleuse synchronisé Vickers de 7.7mm


Wibaut 7

Wibault 7 au sol

Le Nieuport 27 fût remplacé en 1930 par des monoplans à aile haute plus précisément 36 Wibaut 7 qui équipèrent les deux squadrons existant qui passèrent à 12 appareils chacun, un troisième squadron, le squadron 30 étant créé à Sassari soit un total de 36 appareils.

A la différence des Nieuport 27 non modifiés avant le transfert, les Wibaut 7 furent équipés de mitrailleuses MG15 calibre 7.92mm à la place des mitrailleuses d'origine. Bons appareils, ils furent cependant remplacés dès 1937 par des Fiat CR32 plus modernes et qui marquait un retour au biplan.

Caractéristiques Techniques du Wibaut 7

Masse : à vide 827kg en charge 1444kg

Dimensions : longueur 7.45m envergure 11m hauteur 2.90m

Motorisation : un moteur Gnome-Rhône 9Ac de 420ch

Performances : vitesse maximale 227 km/h plafond opérationnel 8500m

Armement : deux mitrailleuses MG15 de 7.92mm


Fiat CR32

Fiat CR32 en vol

En 1937, l'armée de l'air sarde lassée des problèmes mécaniques de ses Wibaut 7 pourtant récent décida d'acquérir de nouveaux appareils. Elle se tourna vers l'Italie et décida d'acquérir des Fiat CR32, suivant une école persuadée qu'un biplan maniable pouvait largement tirer son épingle du jeu face à un monoplan plus rapide.

36 appareils furent livrés entre 1937 et 1939, rééquipant les squadrons 10,20 et 30. Ces appareils étaient identiques aux appareils italiens sauf l'armement, les mitrailleuses Breda de 7.7mm étant remplacées par des MG-15 de 7.92mm.

Ces appareils étaient dépassées en 1940 mais combattirent courageusement jusqu'à la fin du conflit bien que la majorité n'ait pas été détruite en vol mais au sol notamment par des bombardements.

Caractéristiques Techniques du Fiat CR32

Masse : à vide 1455kg en charge 1975kg

Dimensions : longueur 7.47m envergure 9.5m hauteur 2.36m

Motorisation : un moteur Fiat A30RA-bis V12 de 600ch

Performances : vitesse maximale 360 km/h distance franchissable 781km plafond opérationnel 8800m

Armement : deux mitrailleuses de 7.92mm MG15 et deux bombes de 50kg (à ma connaissance, aucun appareil sarde n'à employé de bombes en opération)


Messerschmitt Me109

Messerchmitt Me109

En 1939, le maréchal Goering fait cadeau au Corps d'Aviation Sarde de 12 Messerschmitt Me109D mais sur ces douze appareils _les plus modernes de l'aviation sarde_ , seulement 8 seront mis en ligne simultanément au sein d'une Unité Spéciale de Chasse qui deviendra le squadron 10 en 1940.

Ces appareils connaissent de lourdes pertes, deux appareils sont détruits au sol par les obus du croiseur de bataille Dunkerque le 8 juin 1940 et trois autres appareils sont perdus le lendemain lors de l'interception des Lioré et Olivier Léo 451. Il ne reste donc plus que trois appareils en état de vol.

A partir de janvier 1941, les allemands utilisent le port de Cagliari et l'aérodrome de Cagliari-Elmas pour leurs missions en Méditerranée. Les sardes obtiennent la livraison de 12 Messerschmitt Me109E qui arment le squadron 10.

Cette unité va perdre quatre appareils entre février 1941 et mai 1942 : un par accident à l'aterrissage, un par une DCA trop chatouilleuse et deux au combat contre des avions britanniques.

Il ne restait donc que huit appareils en état de vol en mai 1942, appareils neutralisés par le Brandeburg Regiment la veille de l'opération. Après le conflit, les appareils sont tous feraillés.

Caractéristiques Techniques du Messerschmitt Me109E-3

Masse : à vide 2010kg à pleine charge 2505kg

Dimensions : longueur 8.64m envergure 9.87m hauteur : inconnue

Motorisation : un moteur en ligne Daimler-Benz DB601 A-1 de 1100ch
Performances : vitesse maximale 570 km/h plafond maximal 10500m Distance franchissable 660km

Armement : 4 mitrailleuses de 7.92mm MG17 (deux dans chaque aile)


North American P-51D Mustang

P-51 Mustang en vol à basse altitude

Quand l'aviation sarde est reconstituée en 1946, l'USAAF à les yeux de Chimène pour le nouveau né et ne lésine pas sur les moyens et lui livre 24 P-51D Mustang, vingt-quatre exemplaires du meilleur chasseur américain de la guerre.

Ces appareils sont répartis entre deux squadrons, le squadron 100 basé à Cagliari-Elmas et le squadron 110 basé à Sassari.

Leur carrière est cependant brève puisqu'ils sont retirés du service en 1954 quand ils sont remplacés par des De Havilland Vampire, marquant l'entrée du Corps d'Aviation Sarde dans l'ère de la réaction.

Caractéristiques Techniques du North American P-51D Mustang

Masse : à vide 3175kg en charge 4175kg maximale au décollage 5490kg

Dimensions : longueur 9.8m envergure 11.3m hauteur 4.17m

Motorisation : un moteur en ligne Packard V-1650-7 de 1695ch

Performances : vitesse maximale 704 km/h distance franchissable 1865km plafond opérationnel 12700m

Armement : 6 mitrailleuses Browning M2 de 12.7mm, 907kg de bombes ou 10 roquettes de 127mm.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: La Sardaigne [Terminée]   Dim 02 Oct 2011, 15:59

De Havilland Vampire

De Havilland Vampire en vol

Le De Havilland Vampire est le deuxième avion à réaction opérationnel d'origine britannique après le Gloster Météor. Il marque l'apparation chez la firme de Hatfield du fuselage bipoutre qui allait caractériser ses avions à réaction.

En 1953, le Corps d'Aviation décide de remplacer ses Mustang par un appareil à réaction. La France propose son MD.450 Ouragan et les Etats Unis des F86 Sabre mais les sardes préfèrent acquérir des Vampire qui ne sont pas pourtant de première jeunesse.

Le Vampire acquis à 24 exemplaires arme ainsi les squadrons 100 et 110 seulement jusqu'en 1960 quand il sera remplacé par le Hawker Hunter acquis à 32 exemplaires (24 monoplaces et 8 biplaces) ce qui fait dire à certain que l'on à perdu du temps et de l'argent. Deux appareils ont été préservés en Sardaigne et l'un d'eux est en cours de restauration pour être de nouveau capable de voler.

Caracteristiques Techniques

Masse : à vide 3304kg maximale au décollage 5620kg
Dimensions : longueur 9.37m envergure 11.58m hauteur 2.69m

Motorisation : un turboréacteur De Havilland Goblin 3 de 14.90kN

Performances : vitesse maximale 882 km/h distance franchissable 1960km plafond opérationnel 13045m

Armement : 4 canons de 20mm Hispano MkV dans le nez, roquettes et bombes sous les ailes


Hawker Hunter

Hawker Hunter préservé dans un musée allemand

Satisfaite de ses Vampire, les aviateurs sardes regardèrent du côté de la Grande Bretagne pour remplacer leurs chasseurs à fuselage bipoutre. L'appareil issu du Hawker Sea Hawk effectua son premier vol le 20 juillet 1951 et entra en service dans la RAF en juillet 1954.

Le Corps d'Aviation sélectionne le chasseur-bombardier britannique en 1958 et l'appareil entre en service en 1960, les squadrons 100 et 110 recevant 32 appareils, 12 monoplaces Hawker Hunter F.2 et 4 biplaces Hawker Hunter T.7 d'entrainement qui servirent également pour le contrôle aérien avancé.

L'appareil reste en service jusqu'en 1972 quand il est remplacé par des Northrop F-5A Freedom Fighter de conception et de construction américaine, appareils largement financés par Washington dans le cadre de l'OTAN.

Caractéristiques Techniques de l'Hawker Hunter

Masse : à vide 6405kg en charge 8050kg maximale au décollage 11158kg

Dimensions : longueur 14m envergure 10.26m hauteur 4.01m

Motorisation : un turboréacteur Rolls-Royce Avon 207 de 45.13 kN

Performances : vitesse maximale 1150 km/h rayon d'action de combat 715km distance franchissable en convoyage avec des réservoirs supplémentaires 3060km Plafond opérationnel 15240m

Armement : 4 canons de 30mm ADEN, des paniers de roquettes de 68 ou de 80mm, des missiles air-air Sidewinder et air-sol Maverick, des bombes lisses.


Northrop F-5A Freedom Fighter

Un Northrop Freedom Figther en vol

En 1972, les vénérables Hawker Hunter furent remplacés par 40 Northrop F-5A Freedom fighter qui équiprent les squadrons 100 et 110 toujours basés à Cagliari-Elmas et Sassari, chaque escadron disposant de 12 monoplaces et de 8 biplaces.

Cet appareil maniable et économique à été utilisé jusqu'en 1992 quand il à été remplacé par des Mirage 2000. Il restait alors 16 appareils au squadron 100 et 12 appareils au squadron 110 soit 12 appareils perdus mais avec «seulement» quatre pilotes tués.
Caractéristiques Techniques du Northrop F-5A Freedom Fighter

Masse : à vide 4349kg maximale au décollage 11187kg

Dimensions : longueur 14.45m envergure 8.13m hauteur 4.08m

Motorisation : deux turboréacteurs General Electric J85-GE-21B de 22.2 kN chacun

Performances : vitesse maximale 1700km/h plafond opérationnel 15788m rayon d'action 1055km

Armement : deux canons de 30mm Pontiac M39A2 avec 280 obus chacun et 3180kg de charge externe


Dassault Mirage 2000

Mirage 2000C en vol

En 1992, les Freedom Figther sont remplacés par des Mirage 2000. Ces appareils qui étaient (pour partie) en production pour l'Irak furent acquis pour un prix défiant tout concurrence. La Sardaigne fit l'acquisition de 12 Mirage 2000C et 4 Mirage 2000B d'entrainement qui armèrent le squadron 110 de Cagliari-Elmas, le squadron 110 étant dissout en 1994 lors du retrait du service du vénérable F-5.

Les Mirage 2000C ont été modernisés entre 2002 et 2004 et portés au standard -5. Leur retrait du service est prévu pour 2020 au plutôt mais ils pourraient être prolongés après une modernisation au standard -9. La Grande Bretagne à proposé l'Eurofigther EF-2000 et la Suède des Gripen d'occasion pour les remplacer sans que la Sardaigne ne donne de réponse.


Deux propositions de remplacement des "2000" sardes : le Gripen suédois et l'EF-2000 typhoon ici aux couleurs autrichiennes


Caractéristiques Techniques du Dassault Mirage 2000

Masse : à vide 7500kg maximale au décollage 17000kg

Dimensions : longueur 14.36m envergure 9.13m hauteur 5.02m

Motorisation : un turboréacteur Snecma M53-P2 de 64 kN (95kN avec postcombustion)

Performances : vitesse maximale Mach 2.2 plafond opérationnel 18000m rayon d'action 1480km

Armement : deux canons de 30mm Giat DEFA, 6300kg de charge sous les ailes. En version défense aérienne, les Mirage 2000 sardes emportent deux AMRAAM et quatre Sidewinder.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: La Sardaigne [Terminée]   Mer 05 Oct 2011, 20:57

Avions d'attaque

Bréguet Br.19B2

Bréguet Br19 en vol

Le premier avion de reconnaissance et de bombardement de l'aviation sarde est le Bréguet 19, un biplan français qui est mis en service dans le Corps Aérien Sarde (CAS) en 1924 plus précisément au sein du squadron 11 de Cagliari-Elmas et du squadron 21 de Sassari à raison de 8 appareils par unité.

Ces appareils sont utilisés pour la reconnaissance et le bombardement de cibles terrestres. On expérimentata l'emport de torpilles par ce biplan mais ces essais ne débouchèrent sur aucune utilisation opérationnelle. Les raisons diverges : certains parlent de raisons techniques mais d'autres parlent de raisons «politiques», la marine ayant réclamé la création de sa propre aviation, indépendante du CAS.

Ce biplan est remplacé en 1931 par bombardier-torpilleur Vickers Vildebest.

Caracteristiques Techniques

Masse : à vide 1387kg maximale au décollage 2500kg

Dimensions : longueur 9.61m envergure 14.83m hauteur 3.69m

Motorisation : un moteur Lorraine 12Ed de 450ch

Performances : vitesse maximale 214 km/h distance franchissable 800km plafond opérationnel 7200m

Armement : une mitrailleuse Vickers de 7.7mm orientée vers l'avant et deux Lewis de 7.7mm dans le poste arrière. Jusqu'à deux bombes de 100kg sous les ailes.

Equipage : 2 hommes


Vickers Vildebest


La carrière des Bréguet 19 du CAS est éphémère car dès 1931, il est remplacé par un gros biplan monomoteur de construction britannique, triplace, le Vickers Vildebest. 24 appareils sont acquis et répartis entre les squadrons 11 et 21 toujours basés à Cagliari-Elmas et Sassari.

A la différence de son prédecesseur, le Vildebest devient pleinement un bombardier-torpilleur, s'entrainant régulièrement au torpillage, le CAS prévoyant d'attaquer les forces navales ennemies pour les affaiblir avant qu'elles n'arrivent à porter de tir des batteries côtières.

Le biplan britannique est remplacé en 1938 par des bombardiers bimoteurs monoplans, les Dornier Do17.

Caracteristiques Techniques du Vickers Vildebest

Masse : à vide 2170kg en charge 3864kg

Dimensions : longueur 11.18m envergure 14.94m hauteur 4.47m

Motorisation : un moteur radial Bristol Pegasus II-M3 de 635ch

Performances : vitesse maximale 230 km/h distance franchissable 2010km plafond opérationnel 5800m

Armement : une MG15 de 7.92mm orientée vers l'avant et une autre orientée vers l'arrière. Une torpille ou 500kg de bombes.

Equipage : trois hommes (pilote, observateur et mitrailleur)


Dornier Do17

Dornier Do17 finlandais

Alors que la chasse sarde était encore équipée de biplans, les unités de bombardement sardes furent équipés de monoplans très modernes pour l'époque. 20 Dornier Do17 équipèrent les squadrons 11 et 21 à raison de dix appareils par unité.

Ces bimoteurs élégants surmontés «crayons volants» menèrent des missions de reconnaissance en mer entre septembre 1939 et juin 1940, date de l'entrée en guerre de la Sardaigne. Trois appareils du squadrons 11 sont abattus par la chasse britannique le 8 juin lors du bombardement mené par la Force de Raid et quatre détruits par les obus de 330mm du croiseur de bataille.

Le squadron 11 est virtuellement anéanti avec seulement seulement trois machines restantes. Il est mis en sommeil le 15 juin 1940 et le squadron 21 intact est transféré à Cagliari-Elmas, les machines de l'ex-squadron 11 retrouvant le squadron 11 qui dispose alors de 13 appareils.

Les Do17 manquant de pièces détachés sont peu à peu cloués au sol. Les allemands en échange d'utilisation du port de Cagliari et de l'aérodrome de Cagliari-Elmas remettent en état 8 Dornier Do17, les appareils les moins usés. Quatre appareils sont abattus et lors de l'opération Percival le 14 mai 1942, ils sont neutralisés par le Brandeburg Regiment. Aucun appareil n'à été préservé en Sardaigne après le conflit.

Caracteristiques Techniques du Dornier Do17

Masse : à vide 5209kg en charge 8578kg maximale au décollage 8850kg

Dimensions : longueur 15.80m envergure 18m hauteur 4.56m

Motorisation : deux moteurs radiaux BMW Bramo 323P Fafnir de 1000ch chacun

Performances : vitesse maximale 427 km/h distance franchissable au combat 1160km plafond opérationnel 7000m
Armement : 6 mitrailleuses MG15 de 7.92mm 1000kg de bombes en soutes

Equipage : pilote, bombardier-mitrailleur et deux mitrailleurs


Martin B-26 Marauder

Martin Marauder au sol

Quand le CAS est reconstitué, l'aviation sarde reçoit comme bombardier un appareil à la mauvaise réputation, le B-26 Marauder. Cet appareil avait une charge allaire très important, une vitesse d'atterissage élevée et un comportement en vol dangereux sur un seul moteur.

Les appareils sardes étaient en réalité des appareils britanniques que les américains après une remise en état sommaire cédèrent à leur allié méditerranéen. 16 appareils furent livrés en 1946 armant le squadron 200 avant que cette unité soit scindé en deux donnant naissance au squadron 220, la première unité étant basée à Olbia et la seconde à Sassari.

Ce bimoteur efficace quoique délicat à piloter est resté en service jusqu'en 1958 quand il à été remplacé par des Douglas Skyraider, des appareils d'occasion issus des surplus américains. 12 appareils seulement furent acquis utilisés par le squadron 220 de Sassari, le squadron 200 étant mis en sommeil.

Caracteristiques Techniques

Masse : à vide 10152kg maximale au décollage 15513kg

Dimensions : longueur 17.75m envergure 19.81m hauteur 6.04m

Motorisation : deux moteurs radiaux Pratt & Whitney R-2800-41 de 2000ch chacun

Performances : vitesse maximale à 4420m : 510 km/h vitesse de croisière 418 km/h plafond pratique 7165m distance franchissable 1850km

Armement : deux mitrailleuses de 12.7mm orientées vers l'avant, deux mitrailleurs de 12.7mm en tourelle dorsale et deux en tourelle de queue soit 6 mitrailleuses. 2400kg de bombes.

Equipage : deux pilotes, un bombardier et deux mitrailleurs soit 5 hommes


Douglas A-1 Skyraider


Le B-26 devenant de plus en plus difficile à entretenir, le Corps d'Aviation se mit en quête d'acquérir un appareil neuf. Problème, tous les bombardiers étaient à réaction et trop gros pour les capacités humaines, financières et techniques de la petite aviation sarde.

En 1958, elle obtint la livraison de douze Douglas A-1H Skyraider issus des stocks américains suivis en 1959 de six autres appareils destinés à servir de réserve de pièces détachées. Les douze appareils armèrent donc le squadron 220 de Sassari, le squadron 200 d'Olbia étant mis en sommeil.

Cet appareil endurant et increvable servit au sein du Corps d'Aviation jusqu'en 1977 mais ne furent remplacés que quelques années plus tard.

Caracteristiques Techniques du Douglas Skyraider A-1H

Masse : à vide 5429kg à pleine charge 8213kg poids maximal au décollage : 11340kg

Dimensions : longueur 11.84m envergure : 15.25m hauteur : 4.78m

Propulsion : un moteur radial Wright R-3350-26WA de 2700ch actionnant une hélice à quatre pales

Performances : vitesse maximale : 518 km/h à 5500m vitesse de croisière : 319 km/h distance franchissable : 2115km plafond opérationnel : 8685m
Armement : 4 canons de 20mm Colt AN M3 avec 200 coups chacun et 3600kg de charges externes


Aermacchi MB-339


En 1977, les derniers Douglas Skyraider avaient retirés du service et le squadron 220 mis en sommeil en attendant qu'une décision soit prise. Un temps, on s'achemina vers l'abandon d'une capacité spécifique d'attaque au sol (le F-5 pouvant facilement recevoir des bombes et des roquettes) mais au final, le Corps d'Aviation décida d'acquérir des avions d'attaque légère.

En 1982, le Corps d'Aviation prit livraison de 24 Aermacchi MB-339CD, des biplaces rapides et bien armés qui permirent la réactivation des squadrons 200 et 220 toujours basés à Olbia et à Sassari. Ces appareils étaient utilisés principalement pour l'attaque légère mais également pour le contrôle aérien avancé et la reconnaissance.

Le squadron 200 basé à Olbia est dissout en 1995 et le squadron 220 de Sassari devient l'unique formation d'attaque du Corps d'Aviation avec 16 Aermacchi MB339 modernisés mais de manière plus succinte qu'initialement prévu, le changement du moteur Viper ayant été abandonné pour des raisons de coût tout comme l'intégration d'un FLIR et d'armes plus modernes. Les 8 appareils retirés du service ont servit de réserve de pièces détachées avant que les carcasses ne soient feraillées en 2006.

Leur remplacement est prévu dans les années à venir en même temps que les Alpha Jet d'entrainement et on s'achemine vers l'acquisition d'un appareil unique, un biplace de transformation opérationnel capable de mener des missions d'attaque légère.

Plusieurs appareils sont sur les rangs : l'Aermacchi Mi-346, le Yak-130, le T-50 Golden Eagle ou encore le Bae Hawk. Une décision doit être prise dans le courant de l'année.

Caracteristiques Techniques de l'Aermacchi MB-339

Masse : à vide 3335kg maximale 6350kg

Dimensions : longueur 11.24m envergure 11.22m hauteur 3.94m
Motorisation : un turboréacteur Rolls-Royce Viper 632-43 de 1815kg de poussée

Performances : vitesse maximale 756 km/h plafons opérationnel 13716m rayon d'action 1800km

Armement : un canon de 30mm en nacelle sous le ventre (modification système D) et 1815kg de charges en six point d'accrochage sous les ailes (bombes lisses, roquettes).


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: La Sardaigne [Terminée]   Ven 07 Oct 2011, 18:57

Transport

Junkers Ju52/3m


Le premier avion de transport de l'armée de l'air sarde est le Junkers Ju52, le célèbre trimoteur allemand affectueusement surnomé «Tante Ju».

En 1933, la Sardaigne fait l'acquisition de 8 Junkers Ju-52 mis en oeuvre par le squadron 31 basé à Cagliari-Elmas, un trimoteur de transport qui sera bien vite transformé en bombardier, une soute étant aménagée entre les ailes et l'armement renforcé avec un poste de tir ventral en plus du poste dorsal.

Cette utilisation comme bombardier est éphémère puisque la livraison de Dornier Do17 permis au CAS de disposer d'un vrai bombardier moderne et «Tante Ju» retourna à ses premières amours en l'occurence le transport de matériel mais également d'hommes, les parachutistes qui s'illustrèrent à Corzetta.

Après le bombardement de la Force de Raid, les sept appareils survivants sont repliés à Olbia ce qui ne les met pas à l'abri des bombardements britanniques puisque trois appareils sont détruits, ne laissant que quatre appareils en état de vol en mai 1942 quand est déclenchée l'opération Percival.

Un appareil est abattu par la chasse allemande ne laissant que trois appareils. Un appareil sera perdu en juillet 1943 avec à son bord le général Dezorno et les deux derniers détruits par des bombardements alliés.

Caractéristiques Techniques du Junkers Ju52

Masse : à vide 6510kg en charge 9200kg maximale au décollage 10990kg

Dimensions : longueur 18.90m envergure 29.25m hauteur 4.5m

Motorisation : trois moteurs radiaux BMW 132T de 715ch chacun

Performances : vitesse maximale 265 km/h vitesse de croisière 211 km/h distance franchissable 870km plafond opérationnel 5490m

Armement : 4 mitrailleuses de 7.92mm en poste ventral et poste dorsal et 650kg de bombes en soute. En transport, le poste ventral est supprimé

Equipage : (bombardier) deux pilotes, un bombardier et deux mitrailleurs (transport) deux pilotes et un radio mitrailleur + 18 parachutistes ou 4000kg de charge.


Douglas C-47 Skytrain


Quand l'aviation sarde reconstitua ses moyens, elle avait besoin d'avions de transport, essentiellement pour la logistique puisque le bataillon parachutiste n'à été reconstitué que dans les années cinquante.

Le squadron de transport du Corps d'Aviation est le squadron 301 basé à Cagliari-Elmas comme son ancètre le squadron 31 qui reçoit à sa création 16 Douglas C-47 Skytrain, des appareils quasiment neufs car produits en 1944 et peu utilisés par les américains.

Ces appareils ont d'abord mené des missions de transport entre l'Italie, la France et la Sardaigne notamment pour des transports d'armes. Il y avait aussi des transports VIP, des cadres, des huiles de l'armée sarde à tel point qu'au moins quatre appareils étaient aménagés de façon plus luxueuse.

En 1950, le Skytrain renoua avec les manes d'Overlord ou de Market-Garden en ayant pour mission de soutenir les parachutistes du 7ème BP basé à Cagliari-Elmas.

Cette unité avec le 9ème bataillon de chasseurs (infanterie légère héliportée) auraient été chargés en cas de conflit avec le Pacte de Varsovie de soutenir le flanc sud de l'Alliance Atlantique notamment en Vénétie contre une poussée mécanisée depuis la Yougoslavie ou l'Autriche mais également en Calabre et dans les Pouilles en cas de débarquement amphibie même si à l'époque, cette menace était encore très théorique.

Les vénérables C-47 sont remplacés en 1962 par des Fairchild C-119 Flying Boxcar en nombre plus réduits, douze appareils contre seize.

Caracteristiques Techniques du Douglas C-47B Skytrain

Masse : à vide 8226kg en charge 11793kg maximale au décollage 14061kg

Dimensions : longueur 19.43m envergure 29.41m hauteur 5.18m

Motorisation : deux moteurs radiaux Pratt & Whitney R-1830-90C Twin Wasp 14 cylindres de 1200ch chacun

Performances : vitesse maximale 360 km/h à 3050m vitesse de croisière 257 km/h distance franchissable 5795km Rayon d'action de combat 2575km Plafond opérationnel 8045m

Equipage : 3 hommes + 28 hommes ou 16 parachutistes ou 2700kg de charge


Fairchild C-119 Flying Boxcar


Au début des années soixante, le Corps d'Aviation chercha à remplacer ses C-47 Skytrain par un appareil plus moderne et de plus grande capacité. Après avoir envisagé l'achat de Noratlas français, elle préféra acquérir 12 Fairchild C-119 Flying Boxcar. Il s'agissait d'appareils ex-américains car la chaine de fabrication avait été fermée en 1955.

Ces appareils bimoteurs au fuselage bipoutre armèrent donc le squadron 301. Comme leurs prédecesseurs, il effectuèrent des missions de transport logistique mais également de transport de troupes pour des manoeuvres OTAN notamment en Allemagne et l'entrainement du bataillon parachutiste qui sautait régulièrement en Espagne, en Italie et en France, liant des liens très forts avec les unités aéroportées françaises.

Cet appareil solide et robuste connu une carrière quasiment sans tache. Un appareil s'écrasa en mer au cours de manoeuvres en 1980 (équipage tué), un deuxième sortant de piste en 1984 fût déclaré inutilisable et un troisième reformé en 1986, réduisant la flotte à neuf appareils.

En 1992 après une carrière de trente ans, le Flying Boxcar est retiré du service et remplacé par six Casa-Airtech CN235, de petits appareils mieux adaptés à ses besoins.

Caracteristiques Techniques du Fairchild C-119 Flying Boxcar

Masse : à vide 18000kg maximale au décollage 34000kg

Dimensions : longueur 26.37m envergure 33.30m hauteur 8.08m

Motorisation : deux moteurs radiaux Pratt & Whitney R-4360-20 de 3500ch chacun

Performances : vitesse maximale 450 km/h rayon d'action 3670km plafond opérationnel 7290m

Equipage : 5 hommes + 64 parachutistes ou 96 soldats ou 35 blessés ou 13 tonnes de charge


Casa-Airtech CN235


Le Flying Boxcar était un bon appareil mais il vieillissait inexorablement. Les pièces détachées devenant impossible à trouver même sur le marché de l'occasion, le Corps d'Aviation chercha un remplaçant à cet avion au fuselage bipoutre.

Elle passa commande en 1990 de six Casa-Airtech CN-235, de petits bimoteurs appelés «Transalito» en France. Ces appareils furent livrés en 1991 et 1992, toujours mis en oeuvre par le squadron 301 basé à Cagliari-Elmas.

L'appareil sert essentiellement en soutien du bataillon parachutiste pour des sauts d'entrainement, des transports pour des manoeuvres OTAN et pour des opérations extérieures, le 7ème BP étant le principal fournisseur de casques bleus sardes (pour les opérations lointaines, la Sardaigne loue des avions cargos civils, solution jugée moins couteuse que la possession d'un biréacteur comme le 737 possédé de 2004 à 2009).

Bons appareils, endurants et solides, ils sont toujours en service en 2011. Une modernisation est à l'étude pour permettre aux appareils de tenir une quinzaine d'années de plus.

Caracteristiques Techniques du Casa-Airtech CN235

Masse : à vide 9800kg maximale au décollage 15100kg

Dimensions : longueur 21.40m envergure 25.81m hauteur 8.18m

Motorisation : deux turbopropulseurs General Electric CT7-9C de 1870ch chacun

Performances : vitesse de croisière 460 km/h rayon d'action 3910km plafond opérationnel 7620m

Equipage : deux pilotes, 44 soldats équipés ou 6 tonnes de charge logistique.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Sardaigne [Terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Sardaigne [Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» La Sardaigne [Terminée]
» Denier de Sardaigne sous Jaume II (1291-1327)
» [CASTLE] Si Loin de Toi (terminée)
» Offre terminée.
» Les cycles ou séries que vous avez terminé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Divers :: Les Marines Imaginaires-
Sauter vers: