AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 ILLIOUCHINE IL-38 MAY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: ILLIOUCHINE IL-38 MAY   Lun 21 Fév 2011, 18:16

ILLIOUCHINE IL-38 MAY
(RUSSIE/UNION SOVIETIQUE)


Un Illiouchine Il-38 May en vol

INTRODUCTION

Brève histoire de l'aviation navale soviético-russe

Dès la fin de la guerre civile en 1921, la marine soviétique se préoccupa de dévelloper une aviation navale d'abord en achetant des appareils à l'étranger (essentiellement en Allemagne et en Italie) puis en dévellopant leurs propres appareils.

De 1921 à 1931, le nombre d'avions de l'aéronavale soviétique tripla mais le résultat chiffré était modeste passant de 36 à 131 appareils.

Comme pour le reste de la marine soviétique, les projets les plus grandioses devaient être dévellopés. Le plan de 1937 prévoyait un total de 2987 avions en 1940 et de 4086 en 1944 avec une majorité en Extrême Orient (1734) suivis de prêt par la Baltique (1071), la mer Noire (918) et enfin l'Arctique (363), 40% devant être des bombardiers torpilleurs, 23% devaient être des avions de reconnaissance, 11% des avions d'assaut et 25% des chasseurs. Dans une perspective plus lointaine, le nombre devait être porté à 5168 avec notamment des bombardiers à long rayon d'action pouvant opérer jusqu'en Méditerranée

Ces plans se heurtèrent à l'humeur du maitre du Kremlin qui changeait d'idée comme de chemise, provoquant la liquidation et la mise à l'écart des responsables du moment et l'anémie intellectuelle de leurs successeurs. La direction de l'aviation de la flotte (Morskaya Aviatsiya) changea sept fois entre l'armée de l'air et de la marine. A cela s'ajoutait les problèmes industriels liés non pas au sabotage mais à une industrie trop vite montée en puissance et connaissant des «maladies de jeunesse».

Résultat au 1er janvier 1939, l'aviation de la flotte disposait de seulement 1143 appareils soit un déficit de 50% par rapport aux prévisions et quand les allemands attaquèrent le 22 juin 1941, la situation s'était à peine amélioré avec seulement 2500 machines dont la majorité était obsolète et sur ce total, 1421 étaient concentrés en Europe.

Les appareils utilisés étaient identiques à ceux de l'armée de l'air qu'il s'agisse des avions de reconnaissance, des bombardiers (ici transformés en torpilleurs) et des chasseurs. Je me limiterai ici à un brève panorama des bombardiers-torpilleurs soviétiques.


Un Tupolev SB-3 sous couleurs finlandais (appareil capturé par les allemands)

Le premier appareil utilisé est le Tupolev SB-3, un bimoteur monoplan à rêvetement travaillant apparu en 1936 au sein de l'armée de l'air avant d'équiper la marine soviétique. Très moderne à son apparition, il était considéré comme obsolète en 1941 et ne joua pas un rôle important dans la guerre contre l'Allemagne.


Illiouchine Il-4

Un autre appareil utilisé fût l'Illiouchine Il-4 qui effectua son premier vol le 31 mars 1936. C'était un bimoteur monoplan à aile basse connu d'abord sous le nom de DB-3 avant d'être rebaptisé Il-4.

Il pouvait filer à 395 km/h et transporter 2500kg de bombes à une distance maximale de 1800km ce qui convenait bien au théâtre d'opération principal de l'aviation de la flotte à savoir la Baltique. Au final 5200 exemplaires furent produits jusqu'en 1944.


Un Peltyakov Pe-2

L'aviation de la flotte utilisa également la version bombardier du Peltyakov Pe-2, un élégant bimoteur à aile basse qui effectua son premier vol le 22 décembre 1939 et qui entra en service en 1941. Il pouvait filer à 530 km/h, emportant 500 kilos de bombes à 1100km.


Illiouchine Il-2 Sturmovik

L'aviation de la flotte utilisa également le célébrissime avion d'assaut Illiouchine Il-2 Sturmovik, un monomoteur biplace qui effectua son premier vol en décembre 1939. produit à plus de 36000 exemplaires mais connaissant un taux d'attrition très élévé, l'appareil fût principalement utilisé par l'aviation de la flotte dans une version torpilleur baptisé Il-2T.

Comme l'armée de l'air, l'aviation de la flotte connu des pertes sensibles. Si elle disposait de 2580 appareils en juin 1941, elle n'en disposait plus que de 757 en septembre 1942 et de 1430 en novembre 1943.

Il fallu attendre 1944 pour que l'aéronavale soviétique reprennent des couleurs et devienne une force véritablement efficace, intervenant à une époque où la Luftwafe commençait sérieusement à décliner, facilitant ainsi son action, la Morskaya Aviatsiya disposant de 1800 appareils au mois de juin.

Une part non négligeable étant composée d'appareils fournis par les alliés, l'aviation de la flotte recevant 2158 appareils. On trouve des chasseurs Hawker Hurricane, Supermarine Spitfire, Curtiss Tomahawk et Bell Airacobra, des bombardiers Handley Page Hampden, Douglas Boston et North American Mitchell et des hydravions Catalina.


Un Douglas A-20 Havoc/Boston en vol

Durant l'après guerre, l'aviation navale soviétique connait un très important dévellopement. Les amiraux soviétiques si ils n'avaient pas compris l'importance du porte-avions avaient néanmoins admis l'importance d'une importante aéronavale basée à terre.

A l'issu du plan décénnal 1945-1954, l'aéronavale soviétique se composait de 31 divisions aériennes, 20 de chasse, 10 de torpilleurs et une spéciale ainsi que 10 régiments de reconnaissance soit un total de 120 régiments et de 29 escadrilles.

Comme on peut le voir, la majorité des appareils soviétiques étaient des chasseurs chargés de la protection des côtes et d'une marine encore largement côtière, disposant de fort peu d'unités océaniques.

Comme avant guerre, les appareils de l'aéronavale soviétique étaient des appareils terrestres comme les bombardiers Tupolev Tu-16 ou les chasseurs Mig-15 et Mig-19.

Au final de 1947 à 1995, la Morskaya Aviatsiya reçut un total de 6500 aéronefs (2000 bombardiers et torpilleurs, 2400 avions d'assaut, 600 avions anti-sous-marins et de reconnaissance, 500 avions de transport et plus de 1000 hélicoptères), le tout armé par 70000 hommes, la majorité des hommes et des appareils servant au sein de la flotte de l'Arctique.

Actuellement (source : Flotte de Combat 2008), l'aviation navale russe dispose de 58 appareils de patrouille maritime (32 Tupolev Tu-142 Bear et 26 Illiouchine Il-38 May), de 45 bombardiers Tupolev Tu-22, de sept appareils de guerre électronique (2 Illiouchine Il-20 Coot et 5 Antonov An-12 Cub), de 64 avions d'assaut (20 Sukoi Su-33 Flanker, 4 Su-25 Frogfoot et de 40 Su-24 Fencer), de 121 hélicoptères et de 300 appareils divers pour des taches secondaires soit un total de 595 appareils, bien loin de la splendeur de la Morskaya Aviatsiya.


Un Sukhoi Su-33 en vol

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ILLIOUCHINE IL-38 MAY   Lun 21 Fév 2011, 18:25

Les avions de patrouille maritime et d'assaut aéromaritime

Illiouchine Il-28 Beagle

Illiouchine Il-28 Beagle

L'Illiouchine Il-28 est le premier bombardier à réaction soviétique. Effectuant son premier vol le 8 juillet 1948, c'était un appareil à aile droite médiane et dérive droite propulsée par deux turboréacteurs Klimov. Il entra en service en version bombardier en 1950 avant d'être rapidement suivit par une version de torpille baptisée Il-28T. Sur les 6731 exemplaires produits en URSS et en Chine, environ 1500 furent utilisés par l'armée de l'air et l'aéronavale soviétique.

Caractéristiques Techniques

Masse à vide : 11890kg en charge 17700kg maximale au décollage 21200kg

Dimensions : longueur 17.60m envergure 21.50m hauteur 6.70m

Motorisation : deux turboréacteurs Klimov VK-1 de 26.5 kN chacun

Performances : vitesse maximale 900 km/h Distance franchissable 2180km Plafond opérationnel 12300m

Armement : 4 canons de 23mm Nudelman NR-23 (deux dans le nez et deux à l'arrière). Soute à bombe avec 3000kg de charge militaire

Equipage : 3 hommes


Tupolev Tu-16 Badger

Un Tupolev Tu-16 Badger E en vol

Quatre ans à peine après le premier vol du Beagle, le Tupolev Tu-16 effectua son premier vol le 27 avril 1952. Si l'Illiouchine Il-28 pouvait encore ressembler à un demi-frère des bombardiers de la seconde guerre mondiale, le Badger était un avion «neuf» avec notamment une aile en flèche pour augmenter la vitesse et limiter les turbulences provoquées à grande vitesse par une aile droite.

Entré en service en 1954, ce puissant bombardier ne tarda pas à donner naissance à des variantes maritimes. Il y eu d'abord le Tu-16T, un bombardier torpilleur construit à seulement 76 exemplaires probablement en raison de l'obsolescence de la torpille antinavire aéroportée à une époque où le missile était une arme en voie d'apprivoisement.

La première vrai version maritime du Badger fût le Badger B, un Tu-16 adapté à l'emport du missile antinavire AS-1 Kennel, variante produite à 107 exemplaires de 1954 à 1958. Elle fût suivie par le Badger C construite à 216 exemplaires pour l'emport du missile AS-2 Kipper de 1958 à 1963.

Le Badger D était une version de reconnaissance maritime (23 exemplaires issus de conversions) plus spécialement orienté vers le guidage de bombardiers armés de missiles antinavires. Le Badger E était une version de reconnaissance maritime et de renseignement électronique rapidement suivit par le Badger F et enfin le Badger G qui était armé de missiles AS-5 Kelt et AS-6 Kingfish.

En ce qui concerne la Russie, les derniers Badger encore en service ont été feraillés en 1993.

Caractéristiques Techniques

Masse à vide : 37200kg en charge 76000kg maximale au décollage 79000kg

Dimensions : longueur 34.80m envergure 33.00m hauteur 10.36m

Motorisation : deux turboréacteurs Mikulin AM-3 M-500 de 93.2 kN chacun

Performances : vitesse maximale 1050 km/h distance franchissable 7200km plafond opérationnel 12800m

Armement : 6 ou 7 canons de 23mm (deux en tourelle dorsale, deux en tourelle ventrale, deux en tourelle de queue et parfois un septième fixe dans le nez)
9000 kg de bombes ou des missiles antinavires (un ou deux selon les modèles)


Myasichev M-4 Bison

Un Myasichev M-4 Bison

L'Illiouchine Il-28 et le Tupolev Tu-16 avaient un point commun : ils étaient biréacteur. Le Myasichev M-4 Bison est donc le premier bombardier quadriréacteur soviétique. Conçu à la même époque que le B-52 Stratofortress, il devait être capable de bombarder les Etats Unis et de revenir en Union Soviétique.

Le M-4 fit sa première apparition publique lors du défilé du 1er mai 1954 à Moscou. Cette première version baptisée «Bison A» fût rapidement suivit (dès 1955) d'une version améliorée baptisée «Bison B» par l'OTAN qui fût principalement utilisée par la marine pour la reconnaissance maritime à longue distance. Il y eu également le «Bison C» équipé pour le lancement de missiles de croisière,

La production de l'appareil cessa dès 1963 après la production de seulement 93 appareils ce qui n'empêcha pas le Bison de connaître une longue carrière, le dernier M-4 utilisé comme citerne volante n'étant retiré du service qu'en 1994.

Caractéristiques Techniques

Masse à vide : 79700kg en charge 138500kg maximale au décollage 181500kg

Dimensions : longueur 47.20m Envergure 50.5m Hauteur 14.10m

Motorisation : quatre turboréacteurs Mikulin AM-3A de 85.75 kN chacun

Performances : vitesse maximale 947 km/h distance franchissable : 8100km (convoyage) 5600km (combat) plafond opérationnel 11000m

Armement : 6 à 9 canons de 23mm, quatre missiles de croisière ou 9000kg de bombes en soute.

Equipage : 8 hommes


Tupolev Tu-95

Un Tupolev Tu-95MS au décollage

Entre le moteur à piston et le moteur à réaction, on cru trouver un compromis : le turbopropulseur qui combinait la puissance du turboréacteur et l'emploi d'hélices du moteur à piston.

A une époque où les réacteurs pouvaient consommer beaucoup de carburant, l'emploi du turbopropulseur pouvait être une alternative intéressante même si l'utilisation sur un bombardier stratégique pu paraître surprenante.

C'est pourtant la voie choisit par le bureau d'étude de Tupolev pour un bombardier stratégique à capacité nucléaire. L'appareil bientôt connu sous le nom de «Bear» par l'OTAN effectua son premier vol le 11 novembre 1952 et entra en service dans l'armée de l'air soviétique en 1956.

Il fût d'abord utilisé comme bombardier mais bien vite mena des missions de reconnaissance maritime (avant le dévellopement d'une version spécialisée, le Tu-142 voir ci-après) ce qui les firent souvent intercepter par des chasseurs de l'OTAN dans ce qui constituent les photos les plus symboliques de cette période. Le Tu-95 est toujours en service dans l'armée de l'air russe à raison de 50 Tu-95MS et doit le rester jusqu'en 2040 soit une carrière potentielle de 84 ans !

L'aviation de la flotte utilisa desTu-95, des avions d'assaut Bear-C, des appareils de reconnaissance photo connus sous le nom de code de Bear-E et d'anciens bombardiers reconvertis en appareils de reconnaissance appelés Bear-D

Caractéristiques Techniques (Tu-95MS)

Masse à vide 90000kg en charge 171000kg maximale au décollage 188000kg

Dimensions : longueur 46.2m envergure 50.10m hauteur 12.12m

Motorisation : quatre turbopropulseurs Kuznetsov NK-12M de 14800ch chacun

Performances : vitesse maximale 920 km/h distance franchissable 15000km plafond opérationnel 13716m

Armement : un ou deux canons de 23mm contrôlés par radar dans la queue. Plus de 15000kg de charge militaire soit des bombes ou des missiles de différentes modèles.

Equipage : 7-8 hommes


Tupolev Tu-142

Un Tupolev Tu-142 en vol

Comme nous venons de le voir plus haut, l'aviation navale soviétique utilisait déjà des Tu-95 pour la reconnaissance. Ces appareils se révèlèrent parfaitement adaptés notamment en raison de leur très grand rayon d'action mais ils étaient incapables de mener des missions de lutte anti-sous-marine.

D'où le dévellopement du Tupolev Tu-142 connu dans la nomenclature OTAN sous le nom de «Bear-F» avec plusieurs sous-dénominations en fonction des évolutions du système d'armes. Par rapport au Tu-95, le Tu-142 avait un fuselage allongé de deux mètres. Il est encore en service aujourd'hui dans l'aviation navale russe (15 exemplaires en service en 2009) et dans la marine indienne avec huit appareils.


Image symbole de la guerre froide : un Bear escorté par un F-15 de l'USAF

Caractéristiques Techniques

Poids à vide : 90000kg maximal au décollage 185000kg

Dimensions : longueur 49.50m envergure 51.10m hauteur 12.12m

Motorisation : quatre turbopropulseurs Kuznetsov NK-12M de 14800ch chacun

Performances : vitesse maximale 920 km/h vitesse de croisière 711 km/h rayon d'action de combat 6500km plafond opérationnel 12000m

Armement : deux canons de 23mm dans la tourelle de queue. Soute pour torpilles et grenades ASM

Equipage : 11 hommes.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ILLIOUCHINE IL-38 MAY   Lun 21 Fév 2011, 18:36

CARRIERE OPERATIONNELLE

L'Illiouchine Il-18 en attendant l'Il-38

Un Illiouchine Il-18

La démocratisation du transport aérien remonte à l'immédiat après guerre avec notamment les derniers appareils à moteur à piston et les premiers avions de transport à réaction comme le Boeing 707. D'autres constructeurs choisirent la voix du turbopropulseur à une époque où les réacteurs étaient très gourmands en carburant.

Parmi ces constructeurs figure Illiouchine qui dévellopa dans les années cinquante un avion moyen/long courrier propulsé par quatre turbopropulseurs, l'Illiouchine Il-18 devenu «Coot» dans la terminologie OTAN. L'appareil effectua son premier vol le 4 juillet 1957 et tarda pas à connaître un grand succès à l'export, dix-sept compagnies aériennes achetant 125 Il-18.

Il ne tarda pas également à attirer l'attention des militaires, étant commandé en version transport par l'Inde, la Corée du Nord, la Pologne, l'Afghanistan et la Yougoslavie. Il devint également navire de guerre électronique (Il-20) et poste de commandement volant (Il-24).

Caractéristiques Techniques (Il-18D)

Masse à vide : 35000kg maximale en charge 64000kg

Dimensions : longueur 37.40m envergure 37.90m hauteur 10.17m

Motorisation : quatre turbopropulseurs Ivchenko AI-20M de 4250ch chacun

Performances : vitesse maximale 675 km/h vitesse de croisière 650 km/h distance franchissable 6500km plafond opérationnel 10000m

Equipage : 6 ou 7 personnes forment l'équipage + 65 à 120 passagers.


Un succès mitigé

Un Illiouchine Il-38 de la marine russe en visite aux Etats Unis

Comme vu dans la partie consacrée au Il-18, le transport de passagers quaditurbopropulsé avait déjà donné naissance à des variantes militaires (transport, guerre électronique, poste de commandement volant).

Ces variantes n'étaient en fait que des Il-18 munis d'équipement spécifiques, des avions civils «militarisés».

Ce n'est pas le cas de l'avion de patrouille maritime qui était un appareil étroitement dérivé du Il-18 mais un nouvel appareil comme le P-3 Orion et le Lockeed L-188.


May il vole !

Un prototype destiné à vérifier la configuration aérodynamique effectua son premier vol le 28 septembre 1961 suivit du premier appareil de série en septembre 1967. La production cessa cependant dès 1972 après la sortie de seulement 58 exemplaires, les amiraux russes lui préférant le Tu-142.

En mars 1968, un squadron de Il-38 fût déployé au Caire en Egypte (équipages soviétiques mais marquages egyptiens) poue des missiosn de patrouille maritime en mer Rouge et dans l'Océan Indien jusqu'en 1972 date du retrait de l'unité d'Egypte.


Un Illiouchine Il-38 May survolant le porte-avions Midway

Le «May» fût déployé sur tous les «fronts» de la guerre froide mais privilégia l'Océan Indien avec des appareils régulièrement déployés à Aden. Un appareil fut abattu en 1984 par les eyrthréens en guerre avec l'Ethiopie.


Un Illiouchine Il-38 et un Tupolev Tu-142 de la marine indienne

Le seul utilisateur étranger du Illiouchine Il-38 May est la marine indienne qui à reçut trois appareils ex-soviétiques en 1977 suivis de deux autres en 1983. Ces appareils modifiés pour emporter le missile antinavire Sea Eagle ont été modernisés au début des années 2000 pour tenir jusqu'en 2015. Ils doivent à terme être remplacés par des Boeing P-8I (I pour India) Poseidon dont la marine indienne à commandé huit exemplaires.

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

Masse : à vide 33700kg maximale au décollage 63500kg

Dimensions : longueur 39.60m envergure 37.42m hauteur : 10.16m

Motorisation : quatre turbopropulseurs Progress AI-20M de 4250ch chacun

Performances : vitesse maximale 650 km/h distance franchissable 9500km plafond opérationnel 10000m

Electronique : un MAD à l'arrière, un radar météo dans le nez, un radar de veille surface Berkut en carénage derrière le train avant. Les May indiens ont reçu le système Sea Dragon qui se compose d'une caméra de télévision à bas niveau de lumière, d'un radar à ouverture synthétique ventral, d'un MAD plus performant et d'un système d'écoute électronique.

Armement : deux soutes à armement devant et derrière les ailes. La soute avant abrite des bouées acoustiques alors que la soute arrière abrite les armes qu'il s'agisse de charges de profondeur, de mines, de torpilles ou de bombes. Les Il-38 indiens ont utilisé ou utilisent encore le missile antinavire Sea Eagle et pourraient comme leurs homologues russes être cablés pour le missile Brahmos.

Equipage : 8 à 10 hommes selon les sources

SOURCES

-Encyclopédie des armes Editions Atlas Tome 7 «Les avions de patrouille maritime» p1661-1680 (Myasischev M-4 «Bison» p1675 Tupolev Tu-16 «Badger» p1676 Tupolev Tu-142 «Bear» p1676 A la poursuite de l'Ours p1677 à p1679 Illiouchine Il-38 May p 1680)

-Les aviations navales en modernes en image (Illiouchine Il-38 May p66)

-Claude Huan La Flotte Rouge

-Claude Huan La marine soviétique

-Marines et Forces Navales HS n°11 1939-45 L'Aéronautique Navale

-Ressources internet diverses

FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : NAVIRE-ATELIER JULES VERNE


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10429
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: ILLIOUCHINE IL-38 MAY   Lun 21 Fév 2011, 20:46

clausewitz a écrit:
CARRIERE OPERATIONNELLE
[…]Il ne tarda pas également à attirer l'attention des militaires, étant commandé en version transport par l'Inde, la Corée du Nord, la Pologne, l'Afghanistan et la Yougoslavie. Il devint également navire de guerre électronique (Il-20) et poste de commandement volant (Il-24).[…]
Article fort bien documenté et tout aussi intéressant que les précédents du même auteur…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2286
Age : 47
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: ILLIOUCHINE IL-38 MAY   Lun 21 Fév 2011, 21:25


Ah, voilà la copie Russe de l'autre machin Americain lol!
Bel article Mr Claus thumright

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ILLIOUCHINE IL-38 MAY   Lun 21 Fév 2011, 21:38

Merci beaucoup. Quand je vois que je n'ai pas fait les Tu-142 je me dis que je vais sûrement modifié ma liste. Quel avion magnifique, quelle puissance, quelle allure. thumleft

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3793
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: ILLIOUCHINE IL-38 MAY   Mer 01 Juil 2015, 01:45

Selon l'agence TASS, le ministre russe de la Défense envisagerait de porter la totalité des Il-38 encore en service au standard Il-38N. Un contrat serait en discussion, selon Igor Kozhin, un officier de l'air interviewé par TASS.

Kozhin évoquerait la date de 2020 pour le premier vol de ce "Novella-P-38", mais il s'agit probablement d'une erreur de traduction vu que le premier Il-38N a été remis à l'armée russe en juin 2014. Selon Jane's, c'est l'ensemble  de la flotte qui serait opérationnelle en 2020.

L'ensemble de la flotte d'Il-38 est de... 28 appareils.


Extérieurement, l'Il-38N se reconnaît facilement au radôme polyédrique qui le  coiffe. Intérieurement, son équipement électronique a été entièrement remplacé, avec un radar Novella, un système STS (search and track system) de recherche et pistage automatique qui fédère radar, bouées acoustiques, MAD, guerre électronique, imagerie infrarouge et système de navigation tactique. Le STS peut suivre 32 pistes simultanément, ce qui augmente considérablement les capacités ASM de chaque May. Le radar serait capable de détecter un avion à 90km, un navire à 320km et un périscope (avec une surface équivalente radar de 1m², ce qui n'est pas terrible) à une trentaine de kilomètres.

Réf. TASS via International Business Times = http://www.ibtimes.com/russia-boost-military-presence-western-border-over-20-attack-helicopters-end-2015-1989617
Réf. Jane's (plus complète) = http://www.janes.com/article/41153/russia-receives-first-serially-upgraded-il-38n-mpa
study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ILLIOUCHINE IL-38 MAY   

Revenir en haut Aller en bas
 
ILLIOUCHINE IL-38 MAY
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ILLIOUCHINE IL-38 MAY
» Au bar de l'escadrille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Europe :: Russie / Union Soviétique-
Sauter vers: