AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 marine française : grades et promotions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
yamato
Matelot de 2ème classe
Matelot de 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 142
Age : 56
Ville : chatillon
Emploi : militaire
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Re: marine française : grades et promotions   Jeu 06 Jan 2011, 02:58

DahliaBleue a écrit:


Mais, utopique ou non, l’objectif visé par la sélection est pourtant bien de détecter les éléments les plus aptes à tenir les fonctions «managériale», à partir de la ressource interne des armées.

La question est que la sélection, via la notation, n'est pas arbitraire ni impartiale même très subjective par les notateurs.

Autre exemple récent, concernant la notation d'une jeune femme officier (3 galons) que je côtoie de temps en temps dans le cadre de mes activités. Elle est dans le poste actuel depuis 5 ans, et elle est bien notée jusqu'à sa notation 2009. Jusqu'en 2009, elle se situait dans le premier quart de sa promotion en terme de notation. Au bout de 5 ans, il est légitime qu'elle demande une mutation vers un autre poste. Son chef direct n'a pas du tout apprécié qu'elle ait envisagé de quitter son poste cette année (en 2010). Il l'avait bien noté auparavant et en 2010, il l'a sacque avec de très mauvaises appréciations tout en mettant un veto à sa demande de mutation. Il lui a dit, tu ne partiras pas tant que je serais là ... les chefs au-dessus ne réagissent pas car ils ne veulent pas faire de "vagues". Ainsi, en terme de notation, elle est passé du premier quart au dernier quart de sa promo. Et en 2011, son chef, qui l'a maintenant prise en grippe, va lui mettre la même notation que celle de 2010.

Avec ces nouvelles notations, il n'y a pas de mystère, au lieu qu'elle passe 4 galons en tête de promo, elle sera désormais promue à 4 galons trois ans (voire plus) après les premiers de sa promo - et pourtant c'est toujours la même personne avec les mêmes capacités intellectuelles ...

Elle avait les larmes aux yeux lorsqu'elle m'a raconté son problème.

PS : Elle n'est pas blonde. C'est une brune aux yeux marrons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10429
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Une prune pour une brune ?   Jeu 06 Jan 2011, 09:56

yamato a écrit:
[…]La question est que la sélection, via la notation, n'est pas arbitraire ni impartiale même très subjective par les notateurs.
Autre exemple récent, concernant la notation d'une jeune femme officier (3 galons) que je côtoie de temps en temps dans le cadre de mes activités. […]
Avec ces nouvelles notations, il n'y a pas de mystère, au lieu qu'elle passe 4 galons en tête de promo, elle sera désormais promue à 4 galons trois ans (voire plus) après les premiers de sa promo - et pourtant c'est toujours la même personne avec les mêmes capacités intellectuelles ...
Elle avait les larmes aux yeux lorsqu'elle m'a raconté son problème.
PS : Elle n'est pas blonde. C'est une brune aux yeux marrons.
Cet exemple est (malheureusement) très probant. Thumb down
Il est toutefois étrange qu’une mutation légitime (au bout d’un temps d’affectation si long) puisse faire l’objet d’un veto (et d’une note de rétorsion…) de la part du supérieur direct !
Il met aussi en évidence la subjectivité (et la faiblesse) humaine dans l’application d’un système qui fonctionne plutôt correctement dans l’ensemble. salut
Des contre exemples et des exceptions, ça se voit (et se verra) partout et toujours…
À moins que nous ne connaissions pas tout du dossier, c’est le notateur impitoyable et injuste qui n’est probablement pas à sa place.
Les notateurs des ressorts supérieurs devraient pouvoir, en principe, rectifier ce jugement arbitraire. Et retourner à l’encontre de ce notateur injuste sa si préjudiciable appréciation péjorative !!
Si ce n’est pas le cas, le lissage des notes, au niveau de l’administration centrale, en atténuera les effets pour notre brune aux yeux marron… Enfin, espérons-le ! Confused


Dernière édition par DahliaBleue le Jeu 06 Jan 2011, 16:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MM 40
Elève officier
Elève officier


Masculin
Nombre de messages : 1234
Age : 40
Ville : Lyon
Emploi : Enseignant
Date d'inscription : 05/11/2006

MessageSujet: Re: marine française : grades et promotions   Jeu 06 Jan 2011, 12:30

De toute façon, c'est le problème français : à force d'égalitarisme dogmatique, on a minimisé le plus possible l'avancement au mérite au profit de la pure ancienneté chère aux syndicats... Il n'est pas surprenant que même l'Armée s'y mette... D'un autre côté beaucoup d'avancements au mérite sont plus la conséquence de copinages et de luttes d'influences que de capacités professionnelles... et je ne parle pas seulement de l'Administration, ces pratiques sont largement répandue dans le secteur privé et l'Armée (je connais dans mes relations un cas de démission de l'AdT suite à ce genre de pratique, après une belle carrière!). L'intégration des femmes a d'ailleurs rajouté une difficulté supplémentaire : l'Armée a été "obligée" de "booster" la carrière de certaines féminines (pas seulement des officiers) pour pouvoir montrer aux féministes de tous poils la brillante réussite de la "féminisation" ou d'attribuer des avantages/passe-droits pour en conserver dans certaines spécialités où elles ne se bousculent pas... Je ne remets certainement pas en cause leurs capacités professionnelles (j'ose epérer que l'EM ne nomme pas des incompétentes) mais je peux comprendre les bruits de couloirs lancés par leurs homologues masculins (et mesquins!).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10429
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: marine française : grades et promotions   Jeu 06 Jan 2011, 17:26

MM 40 a écrit:
De toute façon, c'est le problème français : à force d'égalitarisme dogmatique, on a minimisé le plus possible l'avancement au mérite au profit de la pure ancienneté chère aux syndicats […]
L'intégration des femmes a d'ailleurs rajouté une difficulté supplémentaire : l'Armée a été "obligée" de "booster" la carrière de certaines féminines (pas seulement des officiers) pour pouvoir montrer aux féministes de tous poils la brillante réussite de la "féminisation" ou d'attribuer des avantages/passe-droits pour en conserver dans certaines spécialités où elles ne se bousculent pas... […]
Je ne remets certainement pas en cause leurs capacités professionnelles (j'ose epérer que l'EM ne nomme pas des incompétentes) mais je peux comprendre les bruits de couloirs lancés par leurs homologues masculins (et mesquins!).
Aux principes de sélection établis, se mêle en effet des considérations partiales et non objectives, et des opportunités de circonstance, politiques ou sociales. Le système théorique est alors tout simplement perverti…
Certains (ou certaines, dans l’exemple cité) en bénéficient (indûment ?) et d’autres en pâtissent (injustement) ! C’est là que joue la chance ou non, d’être au bon endroit au bon moment (ou tout l’inverse, dans le cas défavorable…).
Il faut en outre bien faire la part des convoitises et des jalousies…
Mais on doit aussi reconnaître qu’il faut savoir durer.
Un (seul) coup de chance ne suffit pas. Et si la chance se répète, ce n’est peut-être plus du hasard…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: marine française : grades et promotions   Jeu 06 Jan 2011, 19:29

DahliaBleue a écrit:
patzekiller a écrit:
[…]
de toute façon dalhia a tres bien resumé son pedigré
*une fille brillante, sans doute passionnée, qui s'est donc investie à fond là dedans
*des passages de grade au bon moment, feminisation des armées depuis 95
*sauf si elle echoue une fregate, on devrait la retrouver aux etoiles
*apres, pour les plus hautes fonctions, cela sera aussi le fait d'une volonté politique et un peu aussi de la chance(le bon poste qui se libere au bon moment.[…]
Totalement vrai ! L’accès aux étoiles est une Nomination hautement politique. Décision prise par décret du président de la République ! La liste d’aptitude est évidemment préparée par chaque armée puis présentée en conseil des ministres.
Mais, si son succès se poursuit, et qu’aucune malchance ne vienne le contrarier, Claire Pothier sera, à n’en pas douter, parfaitement bien placée pour représenter une opportunité emblématique de la politique de la marine.
Le bon poste au bon moment, ce ne sera pas seulement de la chance : cela pourra résulter aussi d’une volonté délibérée, et d’une planification de sa carrière.
Les chefs d’état-major potentiels sont préparés à ce poste une bonne dizaine d’année avant… Pas (beaucoup) de hasard dans cette gestion prévisionnelle.

... A moins que la nature ne reprenne le dessus et que, passé 35 ans, elle ne veuille fonder une famille... et s'en occuper! J'ai personnellement connu quelques femmes qui avaient devant elles un avenir brillant (quoiqu'à un moindre niveau que celui de Claire Pothier), et qui ont surpris (déçu?) tout leur entourage en faisant ce choix. En général, ça se ressent sur la carrière.
Revenir en haut Aller en bas
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10429
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Claire Pothier…   Jeu 06 Jan 2011, 19:46

PennBaz29 a écrit:
[…]... A moins que la nature ne reprenne le dessus et que, passé 35 ans, elle ne veuille fonder une famille... et s'en occuper! J'ai personnellement connu quelques femmes qui avaient devant elles un avenir brillant (quoiqu'à un moindre niveau que celui de Claire Pothier), et qui ont surpris (déçu?) tout leur entourage en faisant ce choix. En général, ça se ressent sur la carrière.
Entièrement d’accord ! Seule l’intéressée pourra nous donner sa réponse dans le dilemme entre ambition professionnelle et vie familiale domestique.
À moins encore (ce que nous avions envisagé un peu avant) que son potentiel dépasse encore le domaine militaire, et qu’elle trouve à s’épanouir dans l’industrie, la finance, la politique…
[Rappelons qu’elle est de la promotion X qui suit juste celle de la ministre de l’Écologie, alors qu’elle est de quatre ans la cadette de cette dernière !!].
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yamato
Matelot de 2ème classe
Matelot de 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 142
Age : 56
Ville : chatillon
Emploi : militaire
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Re: marine française : grades et promotions   Ven 07 Jan 2011, 04:01

DahliaBleue a écrit:
yamato a écrit:
[…]La question est que la sélection, via la notation, n'est pas arbitraire ni impartiale même très subjective par les notateurs.
Autre exemple récent, concernant la notation d'une jeune femme officier (3 galons) que je côtoie de temps en temps dans le cadre de mes activités. […]
Avec ces nouvelles notations, il n'y a pas de mystère, au lieu qu'elle passe 4 galons en tête de promo, elle sera désormais promue à 4 galons trois ans (voire plus) après les premiers de sa promo - et pourtant c'est toujours la même personne avec les mêmes capacités intellectuelles ...
Elle avait les larmes aux yeux lorsqu'elle m'a raconté son problème.
PS : Elle n'est pas blonde. C'est une brune aux yeux marrons.
Cet exemple est (malheureusement) très probant. Thumb down
Il est toutefois étrange qu’une mutation légitime (au bout d’un temps d’affectation si long) puisse faire l’objet d’un veto (et d’une note de rétorsion…) de la part du supérieur direct !
Il met aussi en évidence la subjectivité (et la faiblesse) humaine dans l’application d’un système qui fonctionne plutôt correctement dans l’ensemble. salut
Des contre exemples et des exceptions, ça se voit (et se verra) partout et toujours…
À moins que nous ne connaissions pas tout du dossier, c’est le notateur impitoyable et injuste qui n’est probablement pas à sa place.
Les notateurs des ressorts supérieurs devraient pouvoir, en principe, rectifier ce jugement arbitraire. Et retourner à l’encontre de ce notateur injuste sa si préjudiciable appréciation péjorative !!
Si ce n’est pas le cas, le lissage des notes, au niveau de l’administration centrale, en atténuera les effets pour notre brune aux yeux marron… Enfin, espérons-le ! Confused

J'ai précisé que la hiérarchie, au-dessus du notateur, ne veut pas faire de vague donc ne va pas faire de rapports sur le notateur en question ni chercher à le contredire sur la feuille de notation. Et c'est souvent le cas.

La DRH centrale ne remet jamais en cause une note, sauf si l'officier noté demande un recours au risque d'être catalogué par l'inspection.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MM 40
Elève officier
Elève officier


Masculin
Nombre de messages : 1234
Age : 40
Ville : Lyon
Emploi : Enseignant
Date d'inscription : 05/11/2006

MessageSujet: Re: marine française : grades et promotions   Ven 07 Jan 2011, 10:36

Citation :
A moins que la nature ne reprenne le dessus et que, passé 35 ans, elle ne veuille fonder une famille... et s'en occuper! J'ai personnellement connu quelques femmes qui avaient devant elles un avenir brillant (quoiqu'à un moindre niveau que celui de Claire Pothier), et qui ont surpris (déçu?) tout leur entourage en faisant ce choix.

Je partage leur avis... Il ne faut pas s'étonner ensuite de la discrimination des cadres féminins à l'embauche ou dans l'avancement : les réalités "naturelles" prennent vite le dessus. Quand je vois des femmes (et certains hommes) faire des études à très haut niveau payées par la République et tout planter volontairement (je ne parle pas ici des circonstances exceptionnelles ou des "erreurs d'orientation") ensuite, çà me gêne profondément. Il y a tant de métiers moins exigeants où l'on peut concilier plus facilement famille et travail...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10429
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Iniquité et Recours…   Ven 07 Jan 2011, 14:50

yamato a écrit:
[…]J'ai précisé que la hiérarchie, au-dessus du notateur, ne veut pas faire de vague donc ne va pas faire de rapports sur le notateur en question ni chercher à le contredire sur la feuille de notation. Et c'est souvent le cas.
La DRH centrale ne remet jamais en cause une note, sauf si l'officier noté demande un recours au risque d'être catalogué par l'inspection.
Pas de vague ? Que redoute-t-elle, la hiérarchie ? Un scandale ? Y aurait-il un règlement de compte inavouable ? Qui craint-elle ? Le notateur en premier ressort (i.e. son chef de Corps) ? Qui est-il, ce chef de Corps, pour avoir l’ascendant sur ses propres supérieurs ? Aurait-il des appuis politiques en très haut lieu ? Ce qui ne l’autoriserait pas pour autant à agir à l’encontre du bien du Service !
Si l’injustice est si inique et flagrante, elle mériterait, à tout le moins, un recours aux instances supérieures de l’armée, voire en Conseil d’État !
Même si la procédure n’est pas automatiquement gagnée, l’intéressée n’y aurait plus grand’ chose à perdre ; et, à défaut de lui rétablir une bonne perspective de carrière [probablement déjà entravée à moyen terme…] devrait obtenir réparation et honneur.
Il convient sans doute de lui faire cette amicale recommandation (l’a-t-elle envisagée ?] pas seulement parce qu’elle est une femme. Ce genre de situation pourrait advenir aussi à un homme…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10429
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Élargir le champ des compétences…   Sam 15 Jan 2011, 17:38

pascal a écrit:
c'est surtout en poste d'EM que l'on peut constater les limites des officiers supérieurs
Navale ne prépare pas fatement à gèrer des programmes, faire de la prospective, préparer des budgets, faire de la gestion du personnel[…]
Ce n’est pas une question de limite (un peu comme le serait le fameux niveau d’incompétence, cher à Peter) !

L’école navale prépare avant tout, c’est vrai, à exercer le métier de marin…
Mais l’évolution de la carrière amène, selon capacités et facultés d’adaptation, à élargir progressivement le champ des compétences, et à considérer la marine comme insérée dans un ensemble plus vaste.

C’est là que le haut responsable se confronte (ou se heurte) à des contraintes multiples. Où il n’est même plus question d’avoir appris (théorie) ou de savoir (pratique) projeter, préparer, gérer des programmes et des budgets.
Cela va bien au-delà.
Car, à ce niveau, les logiques industrielle, budgétaire, militaire et diplomatique ne se rencontrent guère. Elle s’opposent même si vivement que tout arbitrage (dont le politique) devient parfois (souvent ?) difficile, voire impossible.

Il n’est donc pas demandé d’être un (bon) gestionnaire (technocrate ?), mais plutôt de savoir (avec une grande agilité intellectuelle !!) comprendre, concevoir et convaincre… et même communiquer.

Ce qui requiert, plutôt que de la technique financière (c’est de la cuisine), d’avoir du caractère, du courage et de la clairvoyance en toute lucidité !

Toutes ces qualités ne sont, en effet, pas nécessairement octroyées par l’école navale. Mais c’est précisément le rôle de la sélection (au fur et à mesure des notations successives) que de déceler les éléments (de valeur) qui disposent de ce type de potentiel.

Avec plus ou moins de succès, il est vrai… [on peut en donner des exemples de ratage comme l’affaire des généraux limogés de 1914…] car cette sélection résulte avant tout d’une appréciation humaine, donc imparfaite.
Même plus ou moins dévoyé par l’arbitraire et la subjectivité des notateurs, l’objectif de la sélection reste le principe directeur essentiel…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5190
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: marine française : grades et promotions   Sam 15 Jan 2011, 18:45

Citation :
Ce qui requiert, plutôt que de la technique
financière (c’est de la cuisine), d’avoir du caractère, du courage et de
la clairvoyance en toute lucidité !

Dans les livres oui, dans la réalités c'est beaucoup plus subtil.

Le caractère, le courage, la clairvoyance s'effacent souvent devant le plan de carrière (ceci vaut aussi bien pour le cadre supérieur des administrations civiles que pour les officiers généraux de l'armée).

Il est extrêmement difficile pour un officier général ou un Directeur territorial (appellation générique) d'aller à l'encontre des idées générales, de la ligne politique ou culturelle de son administration. Il est impossible pour un homme qui veut obtenir son ou ses derniers postes directoriaux ou de commandement d'aller à l'encontre de la ligne directrice.

La sélection s'opère de manière auto entretenue afin de limiter la prise de grade des éléments hors norme et bien souvent cette sélection s'apparente à une cooptation.

Des lors les hommes hors normes restent bien souvent dans la norme sauf évènement majeur (la défaite de 40 pour le colonel de Gaulle).

Nous souffrons aujourd'hui d'un réel problème de gouvernance dans l'administration qu'elle soit civile ou militaire et le fait que la plupart des postes à responsabilité subissent une rotation rapide (2/3 ans) n'arrange rien.

J'ai eu l'occasion de discuter avec un officier supérieur qui avait travaillé au sein de l'OTAN il y a qq années. Il m'avait avoué que son alter ego américain était en poste depuis 7 ans quand il avait pris ses fonctions et occupait toujours son poste deux ans plus tard quand il était parti.

Citation :
Il n’est donc pas demandé d’être un (bon)
gestionnaire (technocrate ?), mais plutôt de savoir (avec une grande
agilité intellectuelle !!) comprendre, concevoir et convaincre… et même
communiquer.
Bien difficile quand on quitte un poste alors que l'on commence à en maîtriser les contours


Une chose est symptomatique de tout cela chez nous et s'est révélée de manière flagrante avec les opérations d'A-stan. Le cas de Vincent Desportes est emblématique de ce point de vue. Ce sont systématiquement des officiers supérieurs venant de quitter
l'active ou un poste de responsabilité qui offraient un avis critique ou
divergent sur tel ou tel point, jamais un homme en poste.

Pourquoi ?

Le problème c'est que l'intelligence ne donne pas accès à l'honnêteté intellectuelle ni à la faculté de lutter contre l'inertie.

Plaire permet de progresser, pour plaire à son maître il est impératif de ne pas le contredire dans certains domaines et de le laisser en ignorer d'autres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PALEZ
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5427
Age : 45
Ville : à la maison, loin de Dahlia...
Emploi : Brasseur d'air...
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: Re: marine française : grades et promotions   Dim 16 Jan 2011, 12:28

pascal a écrit:

Pourquoi ?

Le problème c'est que l'intelligence ne donne pas accès à l'honnêteté intellectuelle ni à la faculté de lutter contre l'inertie.

Plaire permet de progresser, pour plaire à son maître il est impératif de ne pas le contredire dans certains domaines et de le laisser en ignorer d'autres

Mon Dieu, comme cela est vrai... Shit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10429
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: marine française : grades et promotions   Jeu 20 Jan 2011, 17:45

pascal a écrit:
[…]Dans les livres oui, dans la réalités c'est beaucoup plus subtil.[…]
Ce n’est ni subtil, ni un scoop.
Ne vivant en effet pas dans un monde idéal (ou parfait, ce qui — soit dit en passant — ne serait sans doute pas si vivable que cela !…), il est normal qu’il y ait un écart entre les principes et leurs applications concrètes. C’est la simple traduction de l’imperfection humaine, évoquée par le principe…
Citation :
«[…] plus ou moins dévoyé par l’arbitraire et la subjectivité des notateurs […]»
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10429
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: marine française : grades et promotions   Jeu 20 Jan 2011, 17:49

pascal a écrit:
[…](ceci vaut aussi bien pour le cadre supérieur des administrations civiles que pour les officiers généraux de l'armée).[…]
La haute administration militaire n’est en effet, à cet égard, pas très différente de son équivalent civil. La discipline est l’expression militaire de la loyauté.
À ceci près que le sens de la hiérarchie (et de la subordination) est (peut-être ?) sensiblement moins prégnant dans la seconde que dans la première … où il est vrai que l’influence syndicale est sans doute moins pesante…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10429
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: marine française : grades et promotions   Jeu 20 Jan 2011, 17:52

pascal a écrit:
[…]La sélection s'opère de manière auto entretenue afin de limiter la prise de grade des éléments hors norme et bien souvent cette sélection s'apparente à une cooptation.[…]
Des lors les hommes hors normes restent bien souvent dans la norme sauf évènement majeur[…]
Parfaitement d’accord !! Mais il est également normal d’accepter de se fondre un minimum dans un moule ou un profil type de l’Institution. Autant une certaine originalité est nécessaire, utile et positive, et appréciée autant la sédition ou la rébellion en provoquera naturellement le rejet. Même avec des qualités éminentes et reconnues, un fantaisiste (ou un humoriste…) n’aura aucune chance de s’adapter à une Institution qu’il rejette intrinsèquement.
Toutefois, les élites faisant vraiment preuve de caractère ne peuvent qu’être appréciées ! C’est dans leur nature d’insuffler leurs décisions. C’est dans leurs missions que de faire preuve de courage (moral et mental) pour faire bouger les inerties de la base.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10429
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: marine française : grades et promotions   Jeu 20 Jan 2011, 17:57

pascal a écrit:
[…]Bien difficile quand on quitte un poste alors que l'on commence à en maîtriser les contours
[…]Ce sont systématiquement des officiers supérieurs venant de quitter l'active ou un poste de responsabilité qui offraient un avis critique ou divergent sur tel ou tel point, jamais un homme en poste.
Nous souffrons aujourd'hui d'un réel problème de gouvernance dans l'administration […] le fait que la plupart des postes à responsabilité subissent une rotation rapide (2/3 ans) n'arrange rien.
[…]J'ai eu l'occasion de discuter avec un officier supérieur qui avait travaillé au sein de l'OTAN[…] son alter ego américain était en poste depuis 7 ans quand il avait pris ses fonctions et occupait toujours son poste deux ans plus tard quand il était parti.[…]
Ceci s’éloigne un peu du sujet de la sélection et la notation, pour aborder celui de la gestion du personnel et de son emploi. La mobilité du personnel est destinée à prévenir le risque de sclérose du système et de l’institution, tout en leur procurant des expériences variées favorable à l’évolution de leur carrière !!…
Au niveau supérieur, la cadence 2/3 ans n’est pas trop courte. Trois ou quatre ans, pour certaines affectations, serait mieux… [Les chefs d’état-major de la marine tournent à quatre ou cinq ans en moyenne… mais il est vrai qu’il s’agit en général de leur ultime poste].
Mais [outre qu’il est rarement isolé car une (petite équipe) œuvre toujours à son profit] un officier général digne de ce nom, et de son emploi, n’a pas besoin de trois ans pour comprendre et s’adapter… Ou alors, c’est qu’il est devenu totalement hors circuit (Peter ? Dilbert ?).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10429
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: marine française : grades et promotions   Jeu 20 Jan 2011, 18:01

pascal a écrit:
[…]Il est impossible pour un homme qui veut obtenir son ou ses derniers postes directoriaux ou de commandement d'aller à l'encontre de la ligne directrice.[…]
Au contraire : c’est même précisément ce qui peut le distinguer efficacement dans l’accomplissement de sa mission.
Même si, convenons-en, une opposition trop marquée et trop systématique à la hiérarchie pourrait finir par lasser l’échelon politique…
Courage, et détermination sont tout aussi appréciés (et même beaucoup plus) par l’échelon supérieur que mollesse et docilité (et pourquoi pas indolence ?)… qui ne peuvent augurer qu’une appréciation fort défavorable et péjorative.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10429
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: marine française : grades et promotions   Jeu 20 Jan 2011, 18:03

pascal a écrit:
[…]Plaire permet de progresser, pour plaire à son maître il est impératif de ne pas le contredire dans certains domaines et de le laisser en ignorer d'autres[…]
Ici intervient un autre aspect du comportement humain. Celui du manque de courage et de discernement.
Bien naïf serait ce chef qui se laisserait abuser par un (grand) subordonné si docile voire indolent.
Seraient-ils tous les deux bien à leur place ? N’auraient-il pas, eux aussi, déjà atteint leur niveau d’incompétence ? Avec un si caractéristique défaut de jugement ?
Au-delà du confort momentané procuré par la routine, le risque est de se voir confronté à des situations qui n’auront pas été anticipées. Et de le payer très cher, individuellement et pour l’Institution…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10429
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: marine française : grades et promotions   Jeu 20 Jan 2011, 18:06

pascal a écrit:
[…]Il est extrêmement difficile pour un officier général ou un Directeur territorial (appellation générique) d'aller à l'encontre des idées générales, de la ligne politique ou culturelle de son administration.[…]
Difficile… mais pas impossible…
Difficile ? Personne ne peut le nier. C’est exactement là son rôle fondamental. Si ce n’était pas le cas, que cette fonction soit occupée par un exécutant de niveau subalterne, sans initiative ni imagination, ni caractère… ça fera des économies substantielles !
Si ça lui paraît difficile, c’est que son titulaire n’est pas (plus) à sa juste place. Celui-là est à classer dans les inaptes au poste (ça peut arriver, voir le concept de Peter) !!
Le grand «décideur» de l’Institution ne s’attend-il (ou penche-t-il vers ? penchant naturel et faiblesse humaine ?) qu’à vivre un «long fleuve tranquille» ? Pour douloureux qu’il soit, son rôle (sous l’autorité du politique) est bien d’assurer le fonctionnement, l’efficacité et la pérennité de l’Institution, et de l’adapter aux changements permanents de l’environnement. De ne plus préparer la dernière guerre (pourquoi pas les guerres puniques ?) mais d’infléchir les lignes, de secouer les inerties, de mener (piloter) son adaptation à un environnement complexe…
Cela dit le pouvoir politique se satisferait peut-être (un temps) de dirigeants dociles… Mais ce serait loin d’être porteur d’avenir. Et ne pourrait qu’entraîner immobilisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10429
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: marine française : grades et promotions   Jeu 20 Jan 2011, 18:11

pascal a écrit:
[…]Le caractère, le courage, la clairvoyance s'effacent souvent devant le plan de carrière […]
Souvent ? Mais pas toujours ! Souvent est évidemment excessif.
On touche là aux limites du principe de Peter souvent compris à l’envers, et appliqué à tous les niveaux. Ce qui signifie que pour l’ensemble de la société, de l’entreprise, de l’administration… :

«Tous les emplois hiérarchiquement élevés sont obtenus et tenus par des incompétents !».

En tirer cette conclusion, c’est oublier que le principe de Peter (comme celui de Dilbert) sont des applications directes de la loi de Gauss.
Et la loi de Gauss (dite loi normale, ou distribution gaussienne) s’applique précisément à tous les niveaux de la hiérarchie. Et donc aussi aux sujets d’élite : certains le sont donc (sujet d’élite) plus que d’autres… Mais restent des élites.
Si l’on trouve, évidemment, des hauts responsables effectivement incompétents (pour leur emploi présent…), c’est tout simplement qu’ils sont positionnés à la marge de la courbe de Gauss. De la même façon, sur l’autre marge, on reconnaîtra les hyper compétents, et même ceux qui sont tellement exceptionnels qu’ils auront quitté (d’eux-mêmes) l’Institution, s’y trouvant trop à l’étroit.
Soigner son «plan de carrière» n’est pas forcément antinomique avec la prise de décisions courageuses. Autrement dit, n’ayant pas à systématiquement exécuter n’importe quelle décision de l’échelon supérieur, un haut responsable militaire (dans les limites de son sens de la discipline) ne sera en rien déconsidéré (bien au contraire) s’il sait défendre avec lucidité et honnêteté son point de vue. À condition de ne pas basculer dans la sédition…
Et en acceptant au final l’arbitrage supérieur et le choix politique, qui doit résoudre les intérêts complexes et contradictoires des intervenants industriels, budgétaires, militaires et diplomatiques.
Si le souci du plan de carrière se met à prendre le pas sur les devoirs de la charge (laquelle exige caractère, courage et détermination) c’est, outre une preuve insigne [et indigne] de faiblesse, un très mauvais calcul, qui ne peut abuser longtemps la (haute) hiérarchie supérieure (jusqu’au niveau ministériel…). Ne serions-nous pas alors en présence d’un classique cas de «Peter» ? Et cela ne justifierait-il pas un limogeage (plus ou moins immédiat ? [Se souvenir de la bataille de la Marne !…].
Tout ceci ne remet donc pas en cause le principe et la finalité du système de sélection des élites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10429
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: marine française : grades et promotions   Jeu 20 Jan 2011, 18:13

lowlow a écrit:
pascal a écrit:
[…]Plaire permet de progresser, pour plaire à son maître il est impératif de ne pas le contredire dans certains domaines et de le laisser en ignorer d'autres[…]
Le problème c'est que l'intelligence ne donne pas accès à l'honnêteté intellectuelle ni à la faculté de lutter contre l'inertie.
Mon Dieu, comme cela est vrai... Shit
En effet, intelligence et honnêteté intellectuelle ne vont pas forcément de pair. On en voit souvent des exemples flagrants, dans les procédures judiciaires comme en politique. Et dans la plupart des activités humaines, où l’intelligence est mise à profit pour parvenir à une finalité parfois discutable, et la résolution de conflits d’intérêts multiples (d’où la question fondamentale : «La fin justifie-t-elle toujours les moyens ?»).
L’inertie dont il est question se rencontre davantage dans la base que dans les sphères dirigeantes. Faire bouger un mammouth (et remettre en question ses avantages acquis…) est beaucoup plus ardu que de secouer une équipe dirigeante, par définition bien plus agile, plus apte au changement, et dont la tâche est précisément d’être un moteur plus qu’un frein… (sauf niveau de Peter atteint…).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PALEZ
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5427
Age : 45
Ville : à la maison, loin de Dahlia...
Emploi : Brasseur d'air...
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: Re: marine française : grades et promotions   Jeu 20 Jan 2011, 18:32

Toutes tes remarques, Dahlia, ne correspondent pas à la réalité, car oui, il faut l'avouer, dans le domaine militaire, mais également politique qui sont liés à partir d'un certain niveau de hiérarchie et le monde civil en général, l'important est de ne pas faire de vague, ce qui fini à la catastrophe, pourtant tellement annoncée...
Les "chefs" qu'ils soient civils ou militaires à partir d'un certain niveau espère simplement obtenir une reconnaissance non pas honorifique, mais tout simplement pécuniaire...
On en revient à la durée des fonctions, que cela soit deux années, trois ans ou 5 ans, la prise de poste est très courte sur une carrière. Il est important durant celle-ci de ne pas remonter à contre courant autrement on risque de se faire huer par les gentils toutous...
Et il ne faut pas croire, nous sommes tous bien formés à cela (ou déformés) et nous nous délectons de suivre le fil de l'eau...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10429
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: marine française : grades et promotions   Jeu 20 Jan 2011, 19:22

Citation :
[…] que cela soit deux années, trois ans ou 5 ans, la prise de poste est très courte sur une carrière. Il est important durant celle-ci de ne pas remonter à contre courant autrement on risque de se faire huer par les gentils toutous...
Et il ne faut pas croire, nous sommes tous bien formés à cela (ou déformés) et nous nous délectons de suivre le fil de l'eau...
Les difficultés de faire bouger les inerties sont en effet considérables. Il faut déployer beaucoup d’énergie pour réformer les mammouths, toujours prêts à aboyer comme des toutous pas si gentils que ça, dès qu’on envisage de toucher aux habitudes et aux avantages acquis…). À cet égard la France se fait remarquer par son conservatisme…
Citation :
[…]les remarques[…] ne correspondent pas à la réalité[…] à partir d'un certain niveau de hiérarchie[…] l'important est de ne pas faire de vague, ce qui fini à la catastrophe, pourtant tellement annoncée...
Les "chefs"[…] à partir d'un certain niveau espère simplement obtenir une reconnaissance[…] tout simplement pécuniaire...

La mobilité répond au double besoin de procurer de l’expérience personnelle des titulaires en prévenant la sclérose des emplois et une continuité raisonnable des fonctions.
Compte tenu de l’aptitude et de la faculté d’adaptation des intéressé(e)s, une durée moyenne de l’ordre de trois ans, est convenable. Si ça ne suffit pas, c’est que le titulaire est dépassé et a perdu une grande partie de ses qualités intrinsèques (en supposant qu’il en disposait auparavant, puisqu’il avait été jugé apte à la fonction). Il se trouve donc exactement dans le cas du concept de Peter.

D’une manière générale, et quelle que soit la durée de leurs emplois, il est certain qu’à la marge, on peut rencontrer des responsables «de haut niveau» qui n’ont plus l’énergie ni le courage d’assumer leurs fonctions. Mais on ne peut généraliser leur cas à l’ensemble de l’institution.
Cette description de la situation correspond à une classique vision d’en-bas de la hiérarchie. Et illustre parfaitement la compréhension de travers du concept de Peter traduit pour les échelons subordonnés par ce raccourci réconfortant : «Tous les chefs hiérarchiques sont des incompétents pour leur poste». Ce qui est d’ailleurs accrédité par son corollaire, l’extension de Dilbert.
Or, aussi paradoxaux qu’il y paraisse, Peter et Dilbert ne sont que des applications de la loi normale gaussienne [ou loi gaussienne centrée réduite]. La distribution des compétences (et des incompétences…) est à peu près constante à tous les niveaux hiérarchique. Ce que le bon sens populaire avait depuis longtemps observé : «On rencontre la même proportion d’imbéciles dans toutes les couches de la société !».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5190
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: marine française : grades et promotions   Jeu 20 Jan 2011, 19:35

Citation :
Or, aussi paradoxaux qu’il y paraisse, Peter et Dilbert
ne sont que des applications de la loi normale gaussienne [ou loi
gaussienne centrée réduite]. La distribution des compétences (et des
incompétences…) est à peu près constante à tous les niveaux
hiérarchique. Ce que le bon sens populaire avait depuis longtemps
observé : «On rencontre la même proportion d’imbéciles dans toutes les couches de la société !».

ceci est bel et bien, cultivé, gaussien etc etc etc ....

Mais ce que je veux dire et je pense que Laurent dit la même chose, c'est que si tu veux pantoufler dans de bonne conditions, récolter les jetons de présence, décrocher des recettes juteuses sur un tempo favorable et bien tu restes dans le groove

l'extension de Dilbert c'est certainement très bien, mais il faut revenir sur terre.

Ce sont des réactions très terre à terre qui gouvernent la haute hiérarchie administrative.
Elles ont souvent trait aux honneurs et au portefeuille, après pour ce qui est des théories et de la sociologie c'est joli dans les bouquins. Au quotidien c'est chacun pour soit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PALEZ
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5427
Age : 45
Ville : à la maison, loin de Dahlia...
Emploi : Brasseur d'air...
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: Re: marine française : grades et promotions   Jeu 20 Jan 2011, 19:44

Un philosophe disait :
"Tous les hommes sont fous, et celui qui ne veut pas en voir doit s'enfermer dans sa chambre et briser son miroir."
Il est aisé de remplacer ce mot de trois lettres par un autre beaucoup plus vulgaire et la proportion d'imbéciles est rapidement perçue.

Comme le dit Pascal (pas le philosophe cette fois-ci), il y a une grande différence dans les élans révolutionnaire d'une jeunesse et l'application de la réalité. Non pas que je te considère comme jeune, Dahlia, mais probablement comme trop optimiste.

Je garde ce superbe exemple d'un de mes commandants cité dans un magazine national comme faisant partie des 200 personnes qui feront l'avenir de la France en 2000, évoqué comme un futur chef d'état-major des armées... Cela était sans compter le revirement politique de la France . Tous ses amis députés que nous avions pu voir venir visiter le bord étaient de l'ancienne majorité... Cela n'ayant rien à voir évidemment avec ses qualités ou non de militaire ou de chef...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: marine française : grades et promotions   

Revenir en haut Aller en bas
 
marine française : grades et promotions
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» La Marine Française de 1914 - 1918
» La nouvelle flotte de la marine française
» La guerre de 1870-71 et... la Marine Française
» Données sur la marine Française
» Bouton Marine Nationale française - XIX / XXème

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Europe :: France-
Sauter vers: