AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 SOUS MARINS NUCLEAIRES LANCEURS D'ENGINS CLASSE OHIO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9347
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: SOUS MARINS NUCLEAIRES LANCEURS D'ENGINS CLASSE OHIO   Mer 01 Déc 2010, 21:20

SOUS-MARINS NUCLEAIRES LANCEURS D'ENGINS
CLASSE OHIO (ETATS UNIS)


Le USS Ohio à l'eau avec son sister-ship le Georgia en achèvement avec une banderole "Good Luck Ohio" (bonne chance Ohio)

INTRODUCTION

«Now we 're all son of bitch»

A l'orée des années trente (alors que les bombardiers lourds n'avaient pas encore fait leurs preuves), les scientifiques travaillèrent sur des explosifs d'une puissance jamais vue, utilisant les travaux sur la relativité et la radioactivité de personnes aussi célèbres que Niels Bohr ou Pierre et Marie Curie.

Ce sont les allemands qui en 1938 franchissent un pas décisive vers la bombe atomique. A l'institut Kaiser Wilhelm de Berlin, le physicien Fritz Strassman finalise le principe de la réaction en chaine dont imaginait le dégagement colossal d'énergie et une capacité de destruction sans précédent.

La plupart des grandes puissances se lancèrent dans la recherche atomique militaire qu'il s'agisse de la France, de la Grande Bretagne et même de l'Allemagne même si cette dernière par idéologie s'était privée du concours de nombreux physiciens, nombre de ces derniers étant de confession juive. C'est cependant les américains qui allaient dévelloper la première arme atomique de l'histoire, faisant entrer le monde dans une nouvelle ère.

Le dévellopement de l'arme atomique par les allemands ne tarda pas à inquiéter les opposants au troisième Reich. Le 2 août 1939, Albert Einstein et Léo Silzard écrirent une lettre au président Roosevelt le pressant de dévelloper une arme atomique afin de contrer le Troisième Reich. Ce dernier accepta de favoriser les recherches qui allaient aboutir aux bombes d'Hiroshima et de Nagasaki et Einstein de dire qu'il voulait brûler les doigts qui avaient écrit cette lettre.

Néanmoins jusqu'à l'entrée en guerre des américains, les recherches n'avancèrent guère. Le 6 décembre 1941, Vannevar Bush, directeur de l'Office de la recherche et du développement scientifique, décide de créer un comité chargé de réaliser une bombe atomique.


Leslie Groves et Julius Oppenheimer

A l'été 1942, le général Leslie Groves,adjoint au commandant du Corps des Ingénieurs de l'Armée (US. Engineers) et qui venait de superviser la construction du Pentagone est nommé à la tête de ce comité qu'il rebaptise Manhattan District d'où le projet Manhattan.

Le 2 décembre 1942, sous les gradins du Stagg Fields à l'Université de Chicago eut lieu la première réaction en chaine auto-entrenue. Le projet bénéficie d'une très haute priorité employant près de 130000 personnes en 1945 répartis sur une trentaine de sites notament le labo de Hanford dans l'Etat de Washington, le laboratoire de Oak Ridge dans le Tennessee et un centre d'essais à Los Alamos au Nouveau-Mexique.


Carte du projet Manhattan

Le projet Manhattan aboutit le 16 juillet 1945 à la première explosion nucléaire de l'histoire, nom de code Trinity. Ce jour là, une bombe placé sur un pylone dans le désert Jornado del Muerto sur la base aérienne d'Alamogordo explosant, dégageant une puissance phénoménale équivalente à 21000 tonnes de TNT.


Kenneth Bainbridge, adjoint d'Oppenheimer. Le jour de l'essai Trinity, il eut une réaction prosaïque "now wz 're all son of bitch" (cela se passe de traduction)

Entre-temps, les militaires s'interrogèrent sur le meilleur vecteur pour une telle puissance de destruction. Einstein estimait qu'une bombe atomique était bien trop grosse pour un avion de l'époque et préconisa une mine navale. Néanmoins après des recherches poussées, la bombe atomique se révéla suffisament compacte pour pouvoir entrer dans la soute d'un Boeing B-29 Superfortress.


Le Boeing B29 Enola Gay

Le 509th Composite Group est créé le 9 décembre 1944 et activé le 17 décembre 1944 sur l'aérodrome de Wendover dans l'Utah, s'entrainant au largage de bombes de 5000kg, le poids approximatif de la futur bombe atomique. Fin mai 1945, un comité de huit personnalités est mis en place pour étudier l'emploi éventuel de l'arme. Le 509th Composite Group sous le commandement du colonel Paul W. Tibbets Jr et ses quinze B-29 modifiés sont basés à North Field à Tinian le 29 mai 1945.

Les 10 et 11 mai 1945, le Target comitee se réunit pour sélectionner les cibles des futures bombes atomiques. Six cibles sont choisies : Kyoto, Hiroshima, Nagasaki Yokohama et Kokura où se trouvent deux arsenaux importants, Niigata et Tokyo. Tokyo est rapidement écarté : il faut préserver un pouvoir légal au Japon pour gérer l'après guerre.

Kyoto est également abandonné pour des motifs d'ordre architectural. Finalement c'est Hiroshima et Kokura qui sont choisies. Le 31 mai 1945, une dernière réunion envisagea un bombardement atomique d'avertissement mais on renonça à cette attitude à la fois à cause de la crainte d'un fiasco mais aussi parce que les japonais avaient montré que la menace ne leur faisait ni chaud ni froid.

les éléments de deux bombes sont embarqués sur le croiseur lourd Indianapolis (CA-35) qui sort tout juste de réparation de l'Arsenal de Mare Island. Appareillant de San Francisco le 16 juillet 1945, le croiseur lourd arrive à Tinian le 26 juillet, dix jours après l'expérimentation «Trinity». Le président Truman informé des pertes potentielles lors des futurs débarquements au Japon (500000 à 1 million de morts) prit la décision d'employer l'arme atomique le 25 juillet 1945.


L'équipage de l'Enola Gay. Paul Tibbets est l'homme à la pipe

Le 6 août 1945, le B-29 piloté par Paul Tibbets et baptisé Enola Gay en hommage à sa mère décolla de Tinian chargé d'une bombe Mk I à l'uranium 235 baptisée «Little Boy» qu'il largua au dessus d'Hiroshima. La bombe dégagea une puissance estimée à 17000 tonnes de TNT provoquant la mort de plusieurs milliers d'habitants (70 à 140000 morts) sur le coup sans parler des irradiés.


Boeing B29 Bockscar

Trois jours plus tard, le B-29 Bockscar du commandant Sweeney lâcha sur Nagasaki (Kokura étant couvert par les nuages) une bombe Mk III au plutonium baptisée Fat Man dont l'explosion dégagea une puissance estimée à 20000 tonnes de TNT provoquant la mort de 60 à 80000 personnes.

Une troisième bombe aurait été disponible au 1er septembre (certaines sources citent le 21 août et quand à la cible, il semble que ce soit la ville de Sapporo qui ait été choisie même si certains militaires réclamaient une bombe sur Tokyo) mais le 15 août, le Japon selon les mots d'Hiro Hito se résout à «accepter l'inacceptable» et décide de capituler, la capitulation étant signée en baie de Tokyo à bord du cuirassé Missouri.

Le projet Manhattan ne s'arrête pas aux deux seuls bombardements atomiques de l'histoire, l'opération Crossroads _les deux essais à Bikini durant l'été 1946_ sont organisés sous son hauspice avant que l'Atomic Energy Act du 1er août 1946 ne transfère l'ensemble des activités nucléaires américaines à la commision de l'énergie atomique des Etats Unis le 1er janvier 1947 et que le Manhattan District ne soit dissous le 15 août 1947.

Des bombardiers en attendant les missiles

Jusqu'en 1947, les américains ont le monopole de l'arme atomique, arme qui se résume à des bombes à gravitation lancées par des bombardiers lourds en attendant la mise au point des premiers missiles balistiques issus des recherches menés par les allemands durant le premier conflit mondial.

Boeing B-29 et B-50

Naturellement, le premier bombardier nucléaire de l'histoire, le Boeing B-29 Superfortress fût en premier ligne durant l'immédiat après guerre pour dissuader l'URSS d'envahir l'Europe de l'Ouest.


Boeing B-29 Superfortress

Cet élégant quadrimoteur avait effectué son premier vol le 21 septembre 1942. A la différence du Flying Fortress qui opéra aussi bien dans le Pacifique qu'en Europe, le dernier né des bombardiers américains n'opéra que dans le Pacifique au sein de la 20th Air Force qui envoyait ses avions depuis la Chine puis les Mariannes anéantir le Japon et les territoires conquis par l'armée nippone.

Ce bombardier n'opéra pourtant à grand échelle qu'à partir de novembre 1944 depuis les Mariannes, entamant une campagne massive de bombardements sur le Japon qui allait progressivement affaiblir la résistance japonaise.

Le 9 mars 1945, les B-29 entamèrent une campagne contre Tokyo, utilisant des bombes explosives et des projectiles incendiaires qui provoquèrent des pertes abominables supérieures à celles des deux bombes atomiques d'Hiroshima et de Nagasaki.

L'appareil bien que chargé de la dissuasion nucléaire fût également engagé en Corée (1950-1953) d'abord dans des raids de jour et de nuit puis devant les pertes causées par les Mig 15, les superfortress limitèrent leurs attaques à la nuit.

Le B-29 fût retiré des unités de premières lignes après le conflit coréen mais resta en service jusqu'en 1960 pour des missions de soutien notament le ravitaillement en vol. Au total 3960 B-29 ont été construits.

Caractéristiques Techniques du B-29 Superfortress

Masse : à vide 31816kg maximale au décollage 56246kg (64000kg pour le B-29B)

Dimensions : longueur 30.18m envergure 43.05m hauteur 9.02m

Motorisation : quatre moteurs radiaux Wright R-3350-57 Duplex Cyclone 18 cylndres en étoile de 2200ch chacun

Performances : vitesse maximale à haute altitude 576 km/h distance franchissable avec la charge de bombes maximale 5230km plafond pratique 9750m

Armement : 10 mitrailleuses de 12.7mm et 1 canons de 20mm 9070kg de charge de bombe

Equipage : 10 hommes


Le B-29 était un excellent appareil mais encore perfectible. Aussi la firme de Seattle remotorisa un B-29 avec des moteurs offrant 60% de puissance en plus. Cette version d'abord baptisée B-29D fût rebaptisée B-50 à la fin de l'année 1945.


Boeing B-50

Le B-50 effectua son premier vol le 25 juin 1947, la production aussitôt lancée pour des premières livraisons en 1948. Un total de 371 B-50 furent construits en différentes versions, la plupart recevant ensuite un système de ravitaillement en vol.

En 1956, le B-47 remplaça le B-50 dans les unités du Strategic air Command chargées de délivrer le feu nucléaire contre l'URSS et la Chine et le dérivé du B-29 remplaça son ainé dans les unités de ravitaillement en vol et pour pouvoir ravitailler des avions à réaction, il reçut deux turboréacteurs General Electric J47 pour augmenter la vitesse maximale et réduire le temps de montée à l'altitude de ravitaillement. Les KB-50 furent retirés du service en 1963 et quelques versions spéciales du B-50 restèrent en service quelques années de plus jusqu'en 1965.

Caractéristiques Techniques du Boeing B-50D Superfortress

Masse : à vide 38506kg en charge 55270kg maximale au décollage 78470kg

Dimensions : longueur 30.2m envergure 43.1m hauteur 10.0m

Motorisation : quatre moteurs radiaux Pratt & Whitney R-4360 de 3500ch chacun

Performances : vitesse maximale 635 km/h vitesse de croisière 393 km/h distance franchissable 12478km rayon d'action de combat 3855km plafond opérationnel 11250m

Armement : 13 mitrailleuses de 12.7mm en cinq tourelles automatiques. 9100kg de bombe en soute interne et 3600kg en points d'appui externes

Equipage : pilote, copilote, ingénieur de vol, opérateur radio et contre-mesures, quatre mitrailleurs.


Convair B-36 Peacemaker

En 1941, les américains lancent une étude pour un bombardier intercontinental pouvant attendre l'Allemagne depuis les Etats Unis au cas où la Grande Bretagne serait envahie et succomberait à l'ordre noir.


Convair B-36 Peacemaker

L'hypothèse d'une invasion allemande des Iles Britanniques devenant de moins en moins crédible, le programme fût mené à un train de senateur et ce n'est que le 8 août 1946 que le prototype du Peacemaker effectua son premier vol.

Un total de 384 exemplaires furent produits, les premiers avec leurs six moteurs à piston et les derniers appareils de série avec les six moteurs à piston et quatre turboréacteurs J-47 pour augmenter vitesse et plafond opérationnel

Bien que conçu indépendament de la bombe atomique, le B-36 devint l'un des principaux bombardiers nucléaires américains, devant anéantir l'URSS en cas d'attaque en Europe ou en Asie.

Plusieurs plans de bombardement stratégiques sont dressés comme le plan Trojan approuvé en janvier 1949 qui prévoit 133 bombardements nucléaires par des B-29 et B-50 décollant de Grande Bretagne et d'Egypte ainsi que des B-36 décollant d'Alaska ou le plan Pfftackle approuvé en décembre 1949 avec 220 bombardements et une réserve de 72 bombes.

Le «faiseur de paix» qui expérimenta également l'emport d'un chasseur pour assurer sa protection ou même un avion de reconnaissance pour servir de «vaisseau-mère» fût retiré du service en 1959 à une époque où la propulsion à piston avait mis bas les armes face à la réaction. Des missions de cinquante heures sans ravitaillement en vol était du domaine du possible.

Caractéristiques Techniques du Convair B-36J Peacemaker

Masse : à vide 77580km maximale au décollage 185975kg

Dimensions : longueur 49.40m envergure 70.10m hauteur 14.33m

Motorisation : six moteurs radiaux Pratt & Whitney R-4360-53 Wasp Major de 28 cylindres en étoile avec hélice propulsive de 3800ch chacun et quatres turboréacteurs General Electric J47-GE-19 de 2360kg de poussée

Performances : vitesse maximale à 11095m : 660 km/h altitude de bombardement 12160m distance franchissable avec 4990kg de bombes : 10945km

Armement : 16 canons de 20mm répartis en huit tourelles, 32688kg de bombes

Equipage : 15 hommes

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9347
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES LANCEURS D'ENGINS CLASSE OHIO   Mer 01 Déc 2010, 21:27

North American B-45 Tornado

North American B-45 Tornado

Le B-36 avait été dévellopé à une période où le moteur à piston atteignait ses limites en terme de poids et de puissance. Alors que la propulsion à piston vivait ses dernières années, un nouveau mode de propulsion, apparu la propulsion à réaction.

Les premiers «jets» étaient des chasseurs mais bien vite cette propulsion fût utilisée pour des bombardiers.

Le dévellopement du North American NA-130 commença en 1943 quand les américains apprirent l'existence du premier bombardier à réaction de l'histoire, l'Arado Ar234. Plusieurs constructeurs firent des propositions et c'est le projet de North American qui fût choisi le 8 septembre 1944, l'USAAF commandant trois prototypes.

La fin du conflit ralentit le dévellopement de l'appareil connu maintenant sous le nom de XB-45 qui etait en compétition avec le Convair XB-46. Le XB-45 qui effectua son premier vol le 17 avril 1947 fût sélectionné pour équiper cinq groupes de bombardement et trois de reconnaissance mais l'apparition du Boeing B-47 Stratojet mit en danger l'existence de l'appareil qui ne fût produit qu'à 143 au lieu des 294 exemplaires prévus.

Les premiers Tornado entrèrent en service en 1948 et servirent au sein de l'USAF jusqu'en 1959 sauf quelques appareils maintenus en service pour des tests jusqu'au début des années soixante-dix, participant au conflit coréen comme bombardier conventionnel ainsi qu'à des missions de dissuasion nucléaire pour 40 d'entre-eux. Une partie de la flotte fût transformée en appareils de reconnaissance.


Un RB-45C au sol

Caractéristiques Techniques du North American B-45A Tornado

Masse : à vide 20726kg en charge 36930kg maximale au décollage 50000kg

Dimensions : longueur 22.9m envergure 27.1m hauteur 7.7m

Motorisation : quatre turboréacteurs General Electric J47-GE-13 de 2360kg de poussée

Performances : vitesse maximale à basse altitude 932 km/h plafond pratique 13165m distance franchissable 3075km

Armement : deux mitrailleuses de 12.7mm dans la tourelle de queue, 9980kg de bombes en soute

Equipage : un pilote, un copilote sous la verrière principale, un opérateur de bombardement dans le nez et un mitrailleur à l'arrière


Boeing B-47 Stratojet

Un Boeing B-47 en vol

La firme de Seattle produisait déjà les B-17 et les B-29 quand en 1943 elle fût solicité par l'USAAF pour un bombardier à réactio suite aux informations venues d'Allemagne sur le dévellopement du Arado Ar234. Quatre constructeurs soumirent aux aviateurs américains des projets, North American avec le XB-45, Convair avec le XB-46, Martin avec le XB-48 et Boeing avec le XB-47.

Le premier projet de Boeing était une simple version à réaction du B-29 mais le projet évolua énormément jusqu'à son premier vol le 17 décembre 1947 puisque quand le XB-47 quitta le plancher des vaches, c'était un hexaréacteur à ailes en flèche avec une verrière unique abritant les trois membres d'équipage. Le deuxième prototype effectua son premier vol le 21 juin 1948 avec des moteurs plus puissants qui équipèrent ensuite le premier prototype.

Les premiers Stratojet entrèrent en service au sein de l'USAF et plus précisément au sein du Strategic Air Command (SAC) en 1951 et cinq ans plus tard, en 1956, 28 wings de bombardement et 5 wings de reconnaissance stratégiques étaient équipés de Stratojet.

La production cessa en 1957 après la production de 2032 exemplaires en de multiples versions. En 1959, le B-52 Stratofortress commença à entrer en service, relevant progressive le B-47 qui fût retiré du service en 1965 bien que les derniers B-47 restèrent en état de vol jusqu'en 1969. Les derniers RB-47 furent retirés du service en 1967. L'US Navy utilisa un B-47 comme appareil d'essais jusqu'en 1976 et le dernier vol d'un Stratojet eut lieu en 1986.

Caractéristiques Techniques du Boeing B-47E

Masse : à vide 35867kg en charge 60340kg maximale au décollage 60340kg

Dimensions : longueur 32.65m envergure 35.37m hauteur 8.54m

Motorisation : six turboréacteurs General Electric J47-GE-25 de 2722kg de poussée chacun

Performances : vitesse maximale 977 km/h vitesse de croisière 896 km/h rayon d'action de combat 3240km avec 9000kg de bombes, distance franchissable 6494km plafond opérationnel 10100m

Armement : deux canons de 20mm M24A1 dans une tourelle arrière automatisée avec radar AN/APG-39. 11000kg de bombes soit deux bombes nucléaires Mk15 ou 28 bombes de 230kg


Boeing B-52 Stratofortress

Boeing B-52H en vol

Par son action durant le conflit vietnamien où il déversa des tonnes de bombes pour des résultats médiocres, le B-52 est probablement le bombardier américain le plus connu avec ses glorieux prédecesseurs du second conflit mondial.

Le 23 novembre 1945, l'USAAF lança un appel à propositions pour un nouveau bombardier stratégique. Boeing proposa ainsi un appareil à aile droite propulsé par six turbopropulseurs Wright T35, le Boeing modèle 462 dont les dimensions refroidirent un peu les responsables militaires américains. Boeing travailla sur un appareil plus petit, le modèle 464 toujours propulsé par des turbopropulseurs.

En juin 1947, il devint évident qu'une fois produit et mis en service, le XB-52 serait aussi peu moderne que le B-36 Peacemaker. Le programme fût donc suspendu six mois et Boeing en profita pour revoir entièrement sa copie et l'appareil à aile droite turbopropulsé devant un appareil à aile en flèches propulsé par huit turboréacteurs installés par paires dans quatre nacelles.

Le premier B-52 effectua son premier vol le 15 avril 1952 et jusqu'en 1962, 744 appareils furent produits en différentes versions à chaque fois plus modernes.

Le Stratofortress entra en service en 1955 avec pour mission la dissuasion nucléaire vis à vis de l'URSS et de la Chine. Son heure de gloire fût cependant la guerre du Vietnam où il s'illustra dans ses raids vis à vis du Nord et du Sud-Vietnam. Pas moins de 30 appareils furent perdus par accident ou à cause des tirs ennemis au cours du conflit dans le sud-est asiatique. A noter que deux Mig 21 furent abattus par les mitrailleurs de queue des B-52D.

La flotte de Stratofortress commença rapidement à décroitre, les B-52B étant retiré à la mi-1960, les B-52C à la fin des années soixante et au début des années soixante-dix (1971 pour le dernier), les B-52E entre 1967 et 1970, les B-52F entre 1967 et 1978. les B-52D modernisés ne furent retirés du service entre 1978 et 1983.

La fin de la guerre froide entrena le retrait des B-52G (traité START) et seuls les B-52H sont encore en service et si 103 exemplaires ont été produits, 78 restent actuellement en service pour encore de nombreuses années puisque le Stratofortress participe à toutes les opérations américaines de ces dernières années qu'il s'agisse des deux guerres du Golfe ou de l'intervention en Afghanistan.

Caractéristiques Techniques du Boeing B-52H Stratofortress

Masse : à vide 88450kg maximale au décollage 229068kg après ravitaillement en vol 256738kg

Dimensions : longueur 49.05m envergure 56.39m hauteur 12.40m

Motorisation : huit turboréacteurs à double flux Pratt & Whitney TF33-P-1 de 7711kg de poussée

Performances : vitesse maximale 1011 km/h plafond de combat 14326m distance franchissable à haute altitude avec une charge de bombes normale 16300km

Armement : un canon de 20mm en tourelle de queue (débarqué en 1993/94) plus une charge de 8 bombes nucléaires ou 20 missiles SRAM AGM-69 ou bien de 20 ALCM AGM-86B

Equipage : un pilote, un copilote et deux opérateurs de missions

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9347
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES LANCEURS D'ENGINS CLASSE OHIO   Mer 01 Déc 2010, 21:37

Des missiles pour un équilibre de la terreur

Les bombardiers nucléaires étaient particulièrement efficaces mais encore vulnérable car par essence il pouvait se crasher ou être détruit par la DCA ou la chasse adverse. D'où l'idée d'équiper des missiles de charges nucléaires, ces derniers invulnérables aux défenses adverses pouvaient atteindre leur cible avec pour seul défaut une précision largement perfectible.

Convair Atlas

Tir d'essais d'un Convair Atlas depuis le pas de tir de Vandenberg

Le Convair SM-65 Atlas n'est pas le premier missile balistique à capacité nucléaire américain mais il est à coup sur le premier ICBM et surtout le premier missile réellement fiable en des temps où l'électronique, la balistique, la propulsion étaient en progrès constants et tatonants.

Les premiers missiles Atlas (modèles B et C) entrèrent en service en 1958/59 suivis par les modèles E et F qui furent mis en service en 1960/61. A noter que dès l'origine, l'Atlans fût utilisé pour mettre en orbite des satellites, rôle qui allait devenir exclusif quand l'ICBM serait dépassé par les progrès techniques.

L'entrée en service du Minuteman, le premier ICBM à propulsion par combustible solide en 1963 provoqua le retrait du service de l'Atlas entre octobre 1964 et avril 1965. 350 missiles furent produits mais seulement un maximum de 129 missiles furent déployés simultanément.

Caractéristiques Techniques du missile intercontinental Atlas

Masse au lancement : 116 tonnes pour l'Atlas D, 118 tonnes pour les Atlas E et F

Longueur : 22.9m puis 25.2m Diamètre : 3.05m

Motorisation : deux moteurs fusées Rocketdyne LR89 de 670 kN et deux moteurs fusées Rocketdyne LR101 de 4.4 kN.

Charge militaire : véhicule de rentrée Mk4 avec une tête nucléaire W-38 de 4 mégatonnes (Atlas F)

Portée maximale : 16670km pour l'Atlas D et 18500km pour les Atlas E et F

Coefficient d'Erreur Probable : 1400m


Martin Titan

Tir d'un missile Titan II

Le programme qui allait aboutir au missile Titan fût lancé en janvier 1955 à la fois pour disposer d'un lanceur spatial plus puissant et d'un missile alternatif en cas d'échec du missile Atlas dont le dévellopement lancé en 1947 avait été brusquement accéléré mais qui était encore loin d'être opérationnel.

Le HGM-25A (initiallement connu sous le nom de SM-68) était un missile bi-étage à combustible liquide, un combustible si corrosif qu'il devait être chargé juste avant le lancement ce qui obligeait les américains à bénéficier d'un préavis de quinze minute pour pouvoir riposter à un tir soviétique.

Les Titan I furent retirés du service en 1965 quand le Minuteman le remplaça comme principal missile intercontinental américain.

Une version améliorée, le LGM-25C Titan II fût mise en service. A la différence du premier, il était propulsé par un combustible liquide moins corrosif qui pouvait donc être maintenu dans le missile et donc réduire le délai de lancement.

Le contrat de dévellopement fût signé en juin 1960 et le premier vol eut lieu en décembre 1961 avant d'entrer en service en octobre 1963. En dépit de l'entrée du Minuteman plus moderne, le Titan II à la charge nucléaire mégatonnique resta en service jusqu'en 1987, la puissance de sa charge nucléaire étant un missile adapté à une stratégie anti-cité.

De 1962 à 2003, le Titan fût utilisé par la Nasa comme lanceur spatial. L'USAF utilisa un total de 63 Titan I et de 59 Titan II soit 122 missiles.

Caractéristiques Techniques du Martin Titan II

Poids maximal au lancement : 149.690 tonnes

Longueur : 31.40m Diamètre : 3.50m

Motorisation : deux moteurs-fusées Aerojet LR87-AJ-5 de 97975kg et deux moteurs-fusées Aerojet LR91-AJ-5 de 45360kg

Charge militaire : une ogive thermonucléaire de 9 mégatonnes

Portée maximale : 15000km

CEP : 1300m


Boeing Minuteman

Tir d'un Boeing Minuteman

Comme nous l'avons vu plus haut, les missiles à propulsion liquide n'étaient pas d'une utilisation très souple, il fallait du temps pour les remplir et les lancer. Les progrès de la chimie permirent la mise au point de combustibles solides qui supprimait le besoin de remplir le missile avant le lancement (ce qui soit dit en passant éliminait une phase particulièrement délicate avec la manipulation de produits extrêmements dangereux).

Le premier ICBM à propulsion solide fût le Boeing Minuteman dont le premier exemplaire fût lancé le 1er février 1961 et prit l'alerte nucléaire en 1962. Pas moins de 800 Minuteman-I furent construits et livrés entre 1962 et juin 1965.

Le dévellopement du Minuteman-II commença en 1962 et les missiles correspondant au nombre de 450 furent livrés et mis en service entre 1965 et 1967. Il fût suivit d'une ultime version, le Minuteman-III qui entra en service en 1970 (Minuteman-III mod 1) et 1979 (Minuteman-III mod 2) versions produites à 250 et 300 exemplaires.

Au total ce sont 1350 missiles Minuteman qui furent construits. Ils ont un temps été complétés par le Peacekeeper, un missile plus perfectionné mais ce dernier à été retiré du service en 2005 pour respecter le traité de limitations des armements stratégiques.

Actuellement, 450 LGM-30G Minuteman-III sont encore en service sur la base aérienne de Warren dans le Wyoming (90th Missile Wing), sur la base aérienne de Minot dans le Dakota du Nord (91st Missile Wing) et sur la base aérienne de Malmstron dans le Montana (341st Missile Wing). Les missiles sont testés depuis la base aérienne de Vandenberg en Californie, le dernier lancement ayant eu lieu le 17 septembre 2010, le véhicule de rentrée étant retombé à 200 miles au sud-ouest de Guam après un vol de 8530km.

Caractéristiques Techniques du Boeing Minuteman-III

Poids au lancement : 34500kg

Longueur : 18.20m Diamètre : 1.85m

Motorisation : trois moteurs-fusées

Charge militaire : trois ogives MIRV de 165 ou de 335 kt.

Portée maximale : 14000km

Coefficient d'Erreur Probable : 220 à 280m selon l'ogive


Les premiers SNLE américains

Les missiles balistiques de première génération ont un inconvénient majeur pour l'immense majorité d'entre-eux : ils sont tirés depuis des silos fixes, des installations connues par l'ennemi et donc hautement vulnérables à une frappe de «décapitation».

Même un système mobile terrestre n'est pas exempte de reproches au niveau de vulnérabilité surtout en ces temps de paranoïa où à tendance à voir des saboteurs et des provocateurs partout. D'où l'idée d'utiliser le sous marin pour délivrer la charge atomique.

Problème le sous marin conventionel doit régulièrement refaire surface (ou du moins s'en approcher avec le snorchel) pour recharger ses batteries ce qui le rend vulnérable aux moyens ennemis de lutte ASM.


Le USS Nautilus

Le problème est résolu avec la mise au point du sous marin à propulsion nucléaire, réalisant le vieux fantasme des sous mariniers du monde entier : le sous marin autonome. Le premier d'entre-eux mis en service en 1957, le USS Nautilus ringardise toutes les procédures ASM mises au point depuis la guerre et qui avaient déjà été fortement ébranlées avec l'apparition des nouveaux submersibles rapides inspirés par les type XXI allemands.


Les premiers SNLE étaient des modifications de SNA de classe Skipjack

Problème majeur : si lancer une torpille depuis un sous marin nucléaire est aussi simple que la lancer depuis un sous marin conventionel, lancer un missile est autrement plus compliqué. Quelques submersibles américains armés de missiles Regulus assuraient bien la dissuasion mais ces sous marins devaient faire surface pour lancer ce qui les rendaient hautement vulnérables.

Les problèmes rapides permettent d'envisager ce qui semblait il y à peu une chimère : lancer en immersion avec précision un missile balistique contre un objectif très éloigné. Cet événement historique eut lieu le 20 juillet 1960 quand le George Washington lança un missile Polaris qui retomba à 1100 miles de là.


Les missiles de croisière Regulus I étaient le premier volet de la dissuasion nucléaire américain mais ils rendaient les sous-marins vulnérables car devant rester en surface

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9347
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES LANCEURS D'ENGINS CLASSE OHIO   Mer 01 Déc 2010, 21:53

SNLE classe George Washington

En ces temps de guerre froide, de compétition entre deux blocs, deux modèles de société et de civilisation, le dévellopement d'un système d'armes était rapide surtout si on prennait les bonnes décisions.

Les premiers sous-marins à propulsion atomique étaient des sous-marins d'attaque et parmi ces pionniers, figuraient les sous-marins de classe Skipjack.

Pressés de mettre en ligne le troisième pilier de leur force de dissuasion, les américains prirent une coque de sous-marins de type Skipjack en construction à Groton (qui devait devenir le Scorpion), la coupèrent en deux et insérèrent une tranche de 43m embarquant 16 missiles balistiques Polaris A1. C'est l'acte de naissance de la classe George Washington.


Le USS George Washington

-Le USS George Washington (SSBN-598) est mis sur cale aux chantiers navals Electronic Boat Division of General Dynamics Corporation installés à Grotton dans le Connecticut le 1er novembre 1957 sous le nom de Scorpion (SSN-589) lancé le 9 juin 1959 et admis au service actif dès le 30 décembre 1959. Il effectue sa première patrouille le 15 novembre 1960. Il est désarmé et rayé des registres le 24 janvier 1985 puis confié aux bons soins du NPSSRP (Nuclear Powered Ship and Submarine Recycling Program) installé au Puget Sound Naval Shipyard de Bremerton pour recyclage et démantelement.


Le USS Patrick Henry

-Le USS Patrick Henry (SSBN / SSN-599) est mis sur cale aux chantiers navals Electronic Boat Division of General Dynamics Corporation installés à Grotton dans le Connecticut le 27 mai 1958 lancé le 22 septembre 1959 et admis au service actif le 11 avril 1960. Reclassé sous-marin d'attaque le 24 octobre 1981 et privé de ses missiles, il est désarmé le 25 mai 1984, rayé des registres le 16 décembre 1985 et confié le 31 août 1997 au programme NPSSRP de Bremerton pour recyclage et démantelement.


Le USS Théodore Roosevelt

-Le USS Théodore Roosevelt (SSN / SSBN-600) est mis sur cale sous le nom de Scamp (SSN-600) au Mare Island Naval Shipyard de Vallejo (Californie) le 20 mai 1958, reclassé (SSBN-600) et rebaptisé le 6 novembre 1958 lancé le 3 octobre 1959 et admis au service actif le 13 février 1961. Il est désarmé et rayé des registres le 1er décembre 1982 puis confié aux bons soins du programme NPSSRP de Bremerton le 24 mars 1995 pour recyclage et démantelement.


Le USS Robert E. Lee

-Le USS Robert E. Lee (SSBN-601) est mis sur cale aux chantiers navals de la Newport News Shipbuilding and Dry Dock Co le 25 août 1959 lancé le 18 décembre 1959 et admis au service actif le 16 septembre 1960. Privé de ses missiles et reclassé sous-marin d'attaque. Il est désarmé et rayé des registres le 30 novembre 1983 avant d'être confié au programme NPSSRP de Bremerton le 30 septembre 1991 pour recyclage et démantelement.


Le USS Abraham Lincoln

-Le USS Abraham Lincoln (SSBN-602) est mis sur cale au Portsmouth Naval Shipyard de Kittery dans le New Hampshire le 1er novembre 1958 lancé le 14 mai 1960 et admis au service actif le 8 mars 1961. Il est désarmé et rayé des registres le 28 février 1981 avant d'être confié au programme NPSSRP de Bremerton le 16 mai 1994 pour recyclage et démantelement.

Caracteristiques Techniques de la classe George Washington

Déplacement : surface 5405 tonnes en plongée 6248 tonnes

Longueur : 116.3m Largeur : 10m Tirant d'eau : 8.8m

Propulsion : un réacteur nucléaire S5W, deux turbines à engrenages dévellopant une puissance totale de 15000ch et entrainant une hélice

Performances : vitesse maximale surface 20 noeuds vitesse maximale en plongée 25 noeuds Distance franchissable limitée seulement par les stocks de vivre Immersion opérationnelle 210m

Armement : 6 tubes lance-torpilles de 533mm et 16 missiles Polaris A1 puis A3

Equipage : deux équipages (Blue et Gold) de 112 officiers et marins


Classe Ethan Allen

La classe Ethan Allen est une simple évolution de la classe George Washington, mettant en oeuvre des Polaris A2 en attendant des A-3. Comme la précédente, il ne pouvait embarquer des missiles Poseidon plus gros et le traité Salt I obligea les américains à débarquer les missiles balistiques et à utiliser ses submersibles comme sous-marins d'attaque ou pour deux d'entre-eux, sous-marin pour opérations spéciales.


Le USS Ethan Allen

-Le USS Ethan Allen (SSBN-608) est mis sur cale aux chantiers navals de la Electric Boat Division of General Dynamics Corporation installés à Groton dans le Connecticut le 14 septembre 1959 lancé le 22 novembre 1960 et admis au service actif le 8 août 1961. Reclassé sous-marin d'attaque (SSN-608) le 1er septembre 1980, il est désarmé le 31 mars 1983 rayé des registres le 2 avril 1983 puis confié au programme NPSSRP le 30 juillet 1999 pour recyclage et démantelement.


Le USS Sam Houston

-Le USS Sam Houston (SSBN-609) est mis sur cale aux chantiers navals de la Newport News Shipbuilding and Dry Dock Company de Newports News (Virginie) le 28 décembre 1959 lancé le 2 février 1961 et admis au service actif le 6 mars 1962. Reclassé sous-marin d'attaque (SSN-609) le 10 novembre 1980, il est désarmé et rayé des registres le 6 septembre 1991 puis confié au programme NPSSRP le 3 février 1992 pour recyclage et démantelement.


Le USS Thomas A. Edison

-Le USS Thomas A. Edison (SSBN-610) est mis sur cale aux chantiers navals de la Electric Boat Division of General Dynamics Corporation installés à Groton dans le Connecticut le 15 mars 1960 lancé le 15 juin 1961 et admis au service le 10 mars 1962. Reclassé (SSN-610) le 6 octobre 1980, il est désarmé le 1er décembre 1983 et rayé des registres le 30 avril 1986. Il est confié au programme NPSSRP le 1er octobre 1996 pour recyclage et démantelement.


Le USS John Marshall

-Le USS John Marshall (SSBN-611) est mis sur cale aux chantiers navals de la Electric Boat Division of General Dynamics Corporation installés à Groton dans le Connecticut le 4 avril 1960 lancé le 15 juillet 1961 et admis au service actif le 21 mai 1962. Reclassé (SSN-611) le 1er mai 1981, il est désarmé et rayé des registres le 22 juillet 1992 puis confié au programme NPSSRP le 29 mars 1993 pour recyclage et démantelement.


Le USS Thomas Jefferson

-Le USS Thomas Jefferson (SSBN-618) est mis sur cale aux chantiers navals de la Newport News Shipbuilding and Dry Dock Company de Newport News en Virginie le 3 février 1961 lancé le 24 février 1962 et admis au service actif le 4 janvier 1963. Reclassé (SSN-618) le 11 mars 1981, il est désarmé le 24 janvier 1985 et rayé des registres le 30 avril 1986. Il est confié au programme NPSSRP le 6 mars 1998 pour recyclage et démantelement.

Caracteristiques Techniques de la classe Ethan Allen

Déplacement : plongée 7900 tonnes

Longueur : 125.1m Largeur : 10.1m Tirant d'eau : 9.1m

Propulsion : un réacteur nucléaire S5W, deux turbines à engrenages dévellopant une puissance totale de 15000ch et entrainant une hélice

Performances : vitesse maximale surface 16 noeuds vitesse maximale plongée 21 noeuds Immersion maximale : 400m

Armement : 4 tubes lance-torpilles de 533mm et 16 missiles Polaris A2 puis A3

Equipage : deux équipages (Blue et Gold) de 12 officiers et 128 marins

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9347
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES LANCEURS D'ENGINS CLASSE OHIO   Mer 01 Déc 2010, 22:14

Classe La Fayette

Les dix premiers SNLE américains avaient été mis en ligne de manière précipité, dans un contexte de guerre froide particulièrement aigüe. Ces dix navires mis en service, les américains purent prendre un peu de recul pour construire une nouvelle classe de sous-marins nucléaires lanceurs d'engins.

Point de révolution cependant, les La Fayette ne sont que des évolutions des précédentes classes de SNLE. Ils sont cependant plus silencieux et armés de Polaris A2 plus évolués que les A1. Le Daniel Webster sera armé dès son neuvage de Polaris A3 tout comme les sous-marins suivants, les sous-marins les plus anciens étant ensuite réarmés de ce missile. Les James Madison, Daniel Boone, John C. Calhoun, Von Steuben, Casimir Pulaski et Stonewall Jackson ont été réarmés de Trident I C4

A noter que certains écrits identifient une classe James Madison réduisant à neuf unités la classe La Fayette. Comme ces sources sont minoritaires, je suis la majorité à savoir que la classe La Fayette compte 19 unités.


USS La Fayette

-Le USS La Fayette (SSBN-616) est mis sur cale aux chantiers navals de la Electric Boat Division of General Dynamics Corporation installés à Groton dans le Connecticut le 17 janvier 1961 lancé le 8 mai 1962 et admis au service actif le 23 avril 1963. Il est désarmé et rayé des registres le 12 août 1991 avant d'être confié au NPSSRP de Bremerton le 25 février 1992 pour recyclage et démantelement.


Le USS Alexander Hamilton

-Le USS Alexander Hamilton (SSBN-617) est mis sur cale aux chantiers navals de la Electric Boat Division of General Dynamics Corporation installés à Groton dans le Connecticut le 26 juin 1961 lancé le 18 août 1962 et admis au service le 27 juin 1963. Il est désarmé et rayé des registres le 23 février 1993 avant d'être confié au NPSSRP de Bremerton le 28 février 1994.


Le USS Andrew Jackson

-Le USS Andrew Jackson (SSBN-619) est mis sur cale au Mare Island Naval Shipyard de Vallejo en Californie le 26 avril 1961 lancé le 15 septembre 1962 et admis au service actif le 3 juillet 1963. Il est désarmé et rayé des registres le 31 août 1989 puis confié au programme NPSSR de Bremerton le 30 août 1999.


Le USS John Adams

-Le USS John Adams (SSBN-620) est mis sur cale au Portsmouth Naval Shipyard de Kittery dans le New Hampshire le 19 mai 1961 lancé le 12 janvier 1963 et admis au service actif le 12 mai 1964. Il est désarmé et rayé des registes le 24 mars 1989 et confié au programme NPSSR de Bremerton le 12 février 1996.


Le USS James Monroe

-Le USS James Monroe (SSBN-622) est mis sur cale aux chantiers navals de la Newport News Shipbuilding and Dry Dock Corporation installés à Newport News en Virginie le 31 juillet 1961 lancé le 4 août 1962 et admis au service actif le 7 décembre 1963. Il est désarmé et rayé des registres le 25 septembre 1990 avant d'être confié au programme NPSSR de Bremerton le 10 janvier 1995.


Le USS Nathan Hale

-Le USS Nathan Hale (SSBN-623) est mis sur cale aux chantiers navals de la Electric Boat Division of General Dynamics Corporation de Groton dans le Connecticut le 2 octobre 1961 lancé le 12 janvier 1963 et admis au service actif le 23 novembre 1963. Il est désarmé le 3 novembre 1986, rayé des registres le 31 décembre 1986 et confié au programme NPSSR de Bremerton le 5 avril 1994.


Le USS Woodrow Wilson

-Le USS Woodrow Wilson (SSBN-624) est mis sur cale au Mare Island Naval Shipyard de Vallejo en Californie le 16 septembre 1961 lancé le 22 février 1963 et admis au service actif le 27 décembre 1963. Il est désarmé et rayé des registres le 1er septembre 1994 et confié au programme NPSSR le 27 octobre 1998.


Le USS Henry Clay

-Le USS Henry Clay (SSBN-625) est mis sur cale aux chantiers navals de la Newport News Shipbuilding and Dry Dock Company installé à Newport News en Virginie le 23 octobre 1961 lancé le 30 novembre 1962 et admis au service actif le 20 février 1964. Il est désarmé et rayé des registres le 5 novembre 1990 et confié au programme NPSSR le 30 septembre 1997 à Bremerton.


Le USS Daniel Webster

-Le USS Daniel Webster (SSBN-626) est mis sur cale aux chantiers navals de la Electric Boat Division of General Dynamics installés à Groton (Connecticut) le 28 décembre 1961 lancé le 27 avril 1963 et admis au service actif le 9 avril 1964. Il est désarmé et rayé des registres le 30 août 1990 avant de servir de navire d'entrainement à quai pour les opérateurs servant le réacteur S5W.


Le USS James Madison

-Le USS James Madison (SSBN-627) est mis sur cale aux chantiers navals de la Newport News Shipbuilding and Dry Dock Company installés à Newport News (Virginie) le 5 mars 1962 lancé le 15 mars 1963 et admis au service actif le 28 juillet 1964. Il est désarmé et rayé des registres le 20 novembre 1992. Il est confié au programme NPSSR à Bremerton le 24 octobre 1997 pour recyclage et démantelement.


Le USS Tecumseh

-Le USS Tecumseh (SSBN-628) est mis sur cale aux chantiers navals de l'Electric Boat Division of General Dynamics Corporation installés à Groton (Connecticut) le 1er juin 1962 lancé le 22 juin 1963 et admis au service actif le 29 mai 1964. Il est désarmé et rayé des registres le 23 juillet 1993 puis confié au programme NPSSR le 1er avril 1994.


Le USS Daniel Boone

-Le USS Daniel Boone (SSBN-629) est mis sur cale au Mare Island Naval Shipyard installé à Vallejo (Californie) le 6 février 1962 lancé le 22 juin 1963 et admis au service actif le 23 avril 1964. Il est désarmé et rayé des registres le 18 février 1994 puis confié au programme NPSSR le 4 novembre 1994.


Le USS John C. Calhoun

-Le USS John C. Calhoun (SSBN-630) est mis sur cale aux chantiers navals de la Newport News Shipbuilding and Dry Dock Company installés à Newport News en Virginie le 4 juin 1962 lancé le 22 juin 1963 et admis au service actif le 15 septembre 1964. Il est désarmé et rayé des registres le 28 mars 1994 puis confié au programme NPSSR le 18 novembre 1994.


Le USS Ulysses S. Grant

-Le USS Ulysses S. Grant (SSBN-631) est mis sur cale aux chantiers navals de l'Electric Boat Division of General Dynamics Corporation de Groton (Connecticut) le 18 août 1962 lancé le 2 novembre 1963 et admis au service actif le 17 juillet 1964. Il est désarmé et rayé des registres le 12 juin 1992 puis confié au programme NPSSR le 29 mars 1993.


Le USS Von Steuben

-Le USS Von Steuben (SSBN-632) est mis sur cale aux chantiers navals de la Newport News Shipbuilding and Dry Dock Company installés à Newport News (Virginie) le 4 septembre 1962 lancé le 18 octobre 1963 et admis au service actif le 30 septembre 1964. Il est désarmé et rayé des registres le 26 février 1994 et confié au programme NPSSR le 1er novembre 2001.


Le USS Casimir Pulaski

-Le USS Casimir Pulaski (SSBN-633) est mis sur cale aux chantiers navals de l'Electric Boat Division of General Dynamics Corporation de Groton (Connecticut) le 12 janvier 1963 lancé le 1er février 1964 et admis au service actif le 14 août 1964. Il est désarmé et rayé des registres le 3 juillet 1994 puis confié au programme NPSSR de Bremerton le 21 octobre 1994.


Le USS Stonewall Jackson

-Le USS Stonewall Jackson (SSBN-634) est mis sur cale au Mare Island Naval Shipyard de Vallejo (Californie) le 4 juillet 1962 lancé le 30 novembre 1963 et admis au service actif le 26 août 1964. Il est désarmé et rayé des registres le 8 février 1995 avant d'être confié au programme NPSSR le 13 octobre 1995.


Le USS Sam Rayburn

-Le USS Sam Rayburn (SSBN-635) est mis sur cale aux chantiers navals de la Newport News Shipbuilding and Dry Dock Company de Newport News (Virginie) le 3 décembre 1962 lancé le 20 décembre 1963 et admis au service actif le 2 décembre 1964. Il est désarmé le 31 juillet 1989 et rayé des registres le 28 août 1989. Il sert de navire d'entrainement à quai attendant son transfert au NPSSR.


Le USS Nathanael Green

-Le USS Nathanael Greene (SSBN-636) est mis sur cale au Portsmouth Naval Shipyard de Kittery (New Hampshire) le 21 mai 1962 lancé le 12 mai 1964 et admis au service actif le 19 décembre 1964. Il est désarmé le 15 décembre 1986, rayé des registres le 31 janvier 1987 et enfin transféré au programme de recyclage et de démantelement le 20 octobre 2000.


Le USS Daniel Boone lança un missile Poseidon C3, missile qui à succédé au Polaris

Caracteristiques Techniques de la classe La Fayette

Déplacement : surface 7250 tonnes plongée 8250 tonnes

Longueur : 129.50m Largeur : 10.10m Tirant d'eau : 9.60m

Propulsion : un réacteur à eau pressurisé S5W actionnant deux turbines à vapeur et entrainant deux hélices

Vitesse maximale : surface 28 noeuds plongée 25 noeuds Immersion : opérationelle 350m maximale 465m

Armement : 4 tubes lance-torpilles de 533mm concentrés à l'avant pour 12 torpilles Mk48 16 missiles balistiques Polaris A2/A3 puis Poseidon C3 et Trident I C4 pour certains

Equipage : deux équipages (Blue et Gold) de 140 officiers et matelots chacun

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9347
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES LANCEURS D'ENGINS CLASSE OHIO   Mer 01 Déc 2010, 22:29

SNLE classe Benjamin Franklin

Si comme nous l'avons vu, il y à débat sur l'existence ou non d'une classe James Madison, point de débat pour ce qui concerne les douze submersibles lanceurs d'engins formant la classe Benjamin Franklin.

Ce sont des dérivés des La Fayette mais les modifications sont suffisament sensibles pour justifier l'existence d'une classe à part notament un appareil propulsif plus puissant et plus silencieux. Il faut aussi noter que six d'entre-eux seront modernisés et modifiés pour pouvoir embarquer des missiles Trident I (C-4) (Benjamin Franklin,Simon Bolivar, George Bancroft,Henry L. Stimson, Scott Key Mariano G. Vallejo) et que deux termineront leur carrière comme sous-marin d'opérations spéciales sans missiles Trident en partie pour respecter les limitations du traité SALT.

Les cinq George Washington, les cinq Ethan Allen, les dix-neyf La Fayette et les douze Benjamin Franklin formaient les «41 for freedom (forty-one for freedom, les 41 pour la liberté), 41 étant le chiffre maximal des SSBN dont la marine américaine pu disposer, le nombre commençant à décroitre avec la mise en service des Ohio et le désarmement des unités plus anciennes pour respecter les traités de limitation.


Le USS Benjamin Franklin

-Le USS Benjamin Franklin (SSBN-640) est mis sur cale aux chantiers navals de l'Electric Boat Division of General Dynamics Corporation installés à Groton (Connecticut) le 25 mai 1963 lancé le 5 décembre 1964 et admis au service actif le 22 octobre 1965. Il est désarmé et rayé des registres le 23 novembre 1993 et confié au programme NPSSR le 21 août 1995.


Le USS Simon Bolivar

-Le USS Simon Bolivar (SSBN-641) est mis sur cale aux chantiers navals de la Newport News Shipbuilding and Dry Dock Company installés à Newport News (Virginie) le 17 août 1963 lancé le 22 août 1964 et admis au service actif le 29 octobre 1965. Il est désarmé et rayé des registres le 24 février 1995 avant d'être confié au programme NPSSR le 1er octobre 1995.


Le USS Kaméhaméha

-Le USS Kamehameha (SSBN-642 puis SSN-642) est mis sur cale au Mare Island Naval Shipyard installé à Vallejo (Californie) le 2 mai 1963 lancé le 16 janvier 1965 et admis au service actif le 10 décembre 1965. Transformé en sous-marin pour opérations spéciale en juillet 1992 et reclassé SSN, il est désarmé le 2 avril 2002 et actuellement en cours de démantelement à Bremerton.


Le USS George Bancroft

-Le USS George Bancroft (SSBN-643) est mis sur cale aux chantiers navals de l'Electric Boat Division of General Dynamics Corporation installés à Groton (Connecticut) le 24 août 1963 lancé le 20 mars 1965 et admis au service actif le 22 janvier 1966. Il est désarmé et rayé des registres le 21 septembre 1993 et confié au programme NPSSR le 30 mars 1998.


Le USS Lewis & Clark

-Le USS Lewis & Clark (SSBN-644) est mis sur cale aux chantiers navals de la Newport News Shipbuilding and Dry Dock Company installés à Newport News (Virginie) le 29 juillet 1963 lancé le 21 novembre 1964 et admis au service actif le 22 décembre 1965. Il est désarmé et rayé des registres le1er août 1992 avant d'être confié au programme NPSSR le 23 septembre 1996.


Le USS James K. Polk

-Le USS James K. Polk (SSBN-645 puis SSN-645) est mis sur cale aux chantiers navals de l'Electric Boat Division of General Dynamics Corporation installés à Groton (Connecticut) le 23 novembre 1963 lancé le 22 mai 1965 et admis au service actif le 16 avril 1966. Reclassé et modifié en sous-marin pour opérations spéciales comme son sister-ship Kamehameha, il est désarmé et rayé des registres le 8 juillet 1999 et confié au programme NPSSR le 26 avril 2000.


Le USS George C. Marshall

-Le USS George C. Marshall (SSBN-654) est mis sur cale aux chantiers navals de la Newport News Shipbuilding and Dry Dock Company installés à Newport News (Virginie) le 2 mars 1964 lancé le 21 mai 1965 et admis au service actif le 29 avril 1966. Il est désarmé et rayé des registres le 24 septembre 1992 avant d'être confié au programme NPSSR le 28 février 1994


Le USS Henry L. Stimson

-Le USS Henry L. Stimson (SSBN-655) est mis sur cale aux chantiers navals de l'Electric Boat Division of General Dynamics Corporation installés à Groton (Connecticut) le 4 avril 1964 lancé le 13 novembre 1965 et admis au service actif le 20 août 1966. Il est désarmé et rayé des registres le 5 mai 1993 et confié au programme NPSSR le 28 février 1994.


Le USS George Washington Carver

-Le USS George Washington Carver (SSBN-656) est mis sur cale aux chantiers navals de la Newport News Shipbuilding and Dry Dock Company installés à Newport News (Virginie) le 24 août 1964 lancé le 14 août 1965 et admis au service actif le 15 juin 1966. Il est désarmé et rayé des registres le 18 mars 1993 avant d'être confié au programme NPSSR le 21 mars 1994


Le USS Francis Scott Key

-Le USS Francis Scott Key (SSBN-657) est mis sur cale aux chantiers navals de l'Electric Boat Division of General Dynamics Corporation installés à Groton (Connecticut) le 5 décembre 1964 lancé le 23 avril 1965 et admis au service actif le 3 décembre 1966. Il est désarmé et rayé des registres le 21 septembre 1993 et confié au programme NPSSR le 1er septembre 1995.


Le USS Mariano G. Vallejo

-Le USS Mariano G. Vallejo (SSBN-658) est mis sur cale au Mare Island Naval Shipyard installé à Vallejo (Californie) le 7 juillet 1964 lancé le 23 octobre 1965 et admis au service actif le 16 décembre 1966. Il est désarmé et rayé des registres le 9 mars 1995 et au confié au programme NPSSR le 22 décembre 1995.


Le USS Will Rogers

-Le USS Will Rogers (SSBN-659) est mis sur cale aux chantiers navals de l'Electric Boat Division of General Dynamics Corporation installés à Groton (Connecticut) le 20 mars 1965 lancé le 21 juillet 1966 et admis au service actif le 1er avril 1967. Il est désarmé et rayé des registres le 12 avril 1993 et confié au programme NPSSR le 12 août 1994.

Caracteristiques Techniques de la classe Benjamin Franklin

Déplacement : surface 7250 tonnes en plongée 8250 tonnes

Dimensions : longueur 129.50m largeur 10.10m tirant d'eau 9.60m

Propulsion : réacteur à eau pressurisé actionnant deux turbines à vapeur et entrainant une hélice

Performances : vitesse maximale 28 noeuds en surface 25 noeuds en plongée Immersion opérationnelle 350m maximale 465m

Armement : 4 tubes lance-torpilles de 533mm pour douze torpilles Mk48 et 16 tubes de lancement pour missiles balistiques Polaris A3 puis Poseidon C3 et Trident I C4 pour six d'entre-eux.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9347
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES LANCEURS D'ENGINS CLASSE OHIO   Mer 01 Déc 2010, 22:32

Des sous-marins toujours plus discrets : le dévellopement des Ohio

Les SNLE sont les Leviathans des temps modernes, des monstres des profondeurs faisant surface au départ et à l'arrivée dans leur port base mais passant le reste du temps tapis sous l'eau, invisibles et silencieux jusqu'au moment où ils recevraient l'ordre de lancer leurs missiles pour anéantir la civilisation humaine.

Plus encore que les sous marins d'attaque, la discrétion acoustique des SNLE est vitale. Certes, ils possèdent des armes pour se défendre (en l'occurence 12 torpilles Mk48 et les SNLE français ont des SM-39 Exocet) mais leur utilisation est un dernier recours puisqu'il releverai immanquablement la position du sous-marin.

En ce qui concerne les SNLE américains, la portée relativement réduite des Polaris obligeait à naviguer dans des mers proches de l'URSS en l'occurence la mer du Nord, la mer de Norvège et la Méditerranée. Pour cela, ils bénéficiaient d'un important soutien logistique avec une base principale et d'une base avancée, généralement un mouillage avec un ravitailleur spécialisé.


Le bâtiment base de sous-marin USS Hunley à Holy Loch

Le squadron 14 basé à New London dans le Connecticut dispose d'une base avancée à Holy Loch en Ecosse (ouverte de 1961 à 1992), le squadron 16 est basé à Charleston en Caroline du Sud avec une base avancée à Rota près de Cadix en Espagne de 1964 à 1979 avant que cette dernière ne soit transférée à Kings Bay en Georgie. Le squadron 18 à Charleston est à la fois une base opérationnelle et base avancée pour les Ohio mais à la fermeture de la base de Charleston en 1991, il est dissous et ses navires répartis entre les squadrons 16 et 20 installés à Kings Bay.

Dans le Pacifique, le squadron 15 est à Pearl Harbor avec la base opérationnelle à Guam mais il est dissous en 1981, une base arrière est alors aménagée à Bremerton dans l'Etat de Washington. Une nouvelle base est aménagée à Bangor toujours dans l'Etat de Washington pour des SNLE équipés de missiles Trident (elle est activée le 1er février 1977).

Le squadron 17 activé le 5 janvier 1981 est basé à Bangor avec les huit premiers sous-marins nucléaires lanceurs d'engins de classe Ohio. En 2004, l'arsenal de Bremerton et la base navale de Bangor ont fusionné pour former la base navale de Kitsap. A noter que la base de Kings Bay en Géorgie à également été aménagée pour des missiles Trident.

Si pendant longtemps, l'absence de forces de lutte ASM (navires de surface et sous-marins) soviétiques efficaces rendaient ce déploiement aisé, la mise en service de SNA toujours plus silencieux et l'amélioration de la flotte de surface soviétique rendaient plus vulnérables les sous-marins américains.

L'amélioration de la portée des missiles balistiques permettaient de les éloigner des rives de «L'Empire du Mal» mais ils n'étaient pas invulnérables pour autant. Il fallait améliorer la discrétion des submersibles.


Conception d'artiste des Ohio. Dans la réalité, il est probable que tous les missiles auraient été tirés en une seule salve

D'où la conception à partir de juillet 1974 _quand le contrat fût signé entre General Dynamics et l'US Navy_ d'une nouvelle classe de sous-marin rompant avec l'architecture des «41 for freedom», les travaux des ingénieurs de GD donnant naissance à des sous-marins bien plus gros (tonnage quasiment doublé et +41m de coque) et embarquant 24 missiles au lieu de 16.

Le programme Ohio d'origine prévoyait le remplacement nombre pour nombre des George Washington et Ethan Allen qui ne pouvaient recevoir le Poseidon. L'arrivée au pouvoir de Reagan relance la course aux armements et le nombre d'Ohio passe à 20 puis 24 avant d'être finalement réduit à 18 financés au budget 1974 à 1991 pour respecter les termes du traité SALT I qui limite les américains à 41 sous-marins et 656 missiles et comme les Ohio représentaient 1056 missiles, le nombre fût réduit à 18 sous-marin et 24 missiles soit 432 missiles mais comme les La Fayette et Benjamon Franklin étaient encore largement valables, ce sont les SSBN les plus anciens qui perdirent leurs missiles.

Comme les autres SNLE occidentaux, les Ohio disposent de deux équipages baptisés Blue et Gold pour augmenter la disponibilité du sous-marin. La patrouille type dure 70 à 77 jours mené par un équipage suivi par une période d'entretien de 25 à 35 jours menée par le deuxième équipage qui part ensuite en patrouille. Un grand carénage à lieu tous les 9 ans.

Les remplaçant des Ohio doit être étudié à partir de 2014 pour une admission au service actif à partir de 2029. Ils devraient être plus petits que les Ohio (environ 15000 tonnes et 16 missiles).

Ultérieurement, la limitation du nombre de têtes nucléaires entraina la transformation de quatre Ohio en sous-marins lanceurs de missiles de croisière et support d'opérations spéciales.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9347
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES LANCEURS D'ENGINS CLASSE OHIO   Mer 01 Déc 2010, 22:43

HISTOIRE

Le USS Ohio (SSBN-726)

Présentation

Le USS Ohio à la mer

Financé au budget de 1974, l'Ohio est mis sur cale aux chantiers navals de l'Electric Boat Division of General Dynamics Corporation installés à Groton dans le Connecticut le 10 avril 1976 lancé le 7 avril 1979 et admis au service actif le 11 novembre 1981 avec pour base, Bangor dans l'Etat de Washington.

Le SSBN-726 est le quatrième navire de l'US Navy à porter le nom de cet Etat du Middle West bordé par la Pennsylvanie à l'est, le Michigan et le lac Erié au nord, l'Indiana à l'ouest, le Kentucky au sud et la Virginie-Occidentale au sud-est. L'Etat est admis au service actif le 1er mars 1803.


Le cuirassé USS Ohio

Le premier fût un sloop de 1812 utilisé sur le lac Erié pendant la guerre de 1812 et maintenu en service jusqu'en 1814 suivit par un navire de ligne en service de 1838 à 1840 et de 1846 à 1850 et utilisé ensuite comme bâtiment dépôt et un cuirassé de type prédreadnought de classe Maine en service de 1904 à 1922. Il aurait du être suivit par un cuirassé de classe Montana dont la construction était prévue à l'Arsenal de Philadelphie mais abandonnée par manque d'acier le 21 juillet 1943.

Carrière opérationnelle

Vue aérienne du USS Ohio

Admis au service actif dans son chantier constructeur, l'Ohio arriva à Bangor le 12 août 1982 après un transit par le canal de Panama après une campagne d'essais de son système de lancement de missiles au large de Cap Canaveral.

Durant les mois d'août et de septembre 1982, il chargea ses missiles Trident I C-4 et appareilla pour sa première patrouille en octobre 1982.

De juin 1993 à juin 1994, l'Ohio subit sa première refonte au Puget Sound Naval Shipyard (nom officiel de l'Arsenal de Bremerton) qui vit la modernisation de ses systèmes électroniques. Il reprit ses patrouilles de dissuasion stratégique en janvier 1995.

Les traités de réduction des armements devaient provoquer le retrait des quatre premiers Ohio en 2002 mais le lancement de la «guerre globale contre le terrorisme» poussa les américains à les convertir en sous-marins pour opérations spéciales avec vingt-deux silos équipés de missiles Tomahawk (soit 154 engins) et les deux derniers destinés à stocker du matériel pour 66 SEAL.


Le Ohio converti en SSGN

L'Ohio subit une refonte entre le 15 novembre 2002 et le 9 décembre 2005 avant d'être remis en service le 7 février 2006 avec SSGN-727 comme marque de coque. Il entama ses essais le 21 janvier 2007 avant une première mission d'octobre à décembre 2007.

Son retrait du service actif est prévu pour 2023.

Le USS Michigan (SSBN-727)

Le USS Michigan à la mer

Présentation

Construction du Michigan

Financé au budget 1975 et commadé le 28 février 1975, le Michigan est mis sur cale aux chantiers navals de l'Electric Boat Division of General Dynamics Corporation installés à Groton dans le Connecticut le 4 avril 1977 lancé le 26 avril 1980 et admis au service actif le 11 septembre 1982 avec Bangor pour port d'attache.


Le cuirassé USS Michigan

Le SSBN-727 est le troisième navire de l'US Navy à porter le nom de cet état du Middle-West niché au coeur des grands lacs avec le lac Supérieur au nord, le lac Michigan et le Wisconsin à l'ouest, l'est par le lac Huron et lac Erié et au sud par l'Indiana et l'Ohio. Il à été admis dans l'Union le 26 janvier 1867 devenant le 26ème état.

Le premier fût le premier navire de guerre à coque en fer lancé en 1843 et seulement désarmé en 1912 et le second le premier cuirassé à artillerie monocalibre de classe Michigan mis en service le 4 janvier 1910 et désarmé le 11 février 1922.

Carrière opérationnelle

Le USS Michigan au bassin

Le deuxième sous-marin nucléaire lanceur d'engins arrive à Bangor le 16 mars 1983 et conduit un total de 66 patrouilles de dissuasion nucléaire.

Comme le Ohio, il aurait du être désarmé en 2002 mais au final, il est transformé en sous-marins pour opérations spéciales avec 154 missiles Tomahawk dans les vingt-deux silos et les deux derniers pour stocker le matériel des 66 Seal embarqués à bord du sous-marin.

Le Michigan est ainsi immobilisé au Puget Sound Naval Shipyard du 2 février 2004 au 13 décembre 2006 pour refonte et modernisation. Il est remis en service le 12 juin 2007 avec la nouvelle désignation de SSGN-727.


Le SSGN USS Michigan à quai

Pleinement opérationnel en juin 2008, il enchaina par une première mission du 10 novembre 2008 au 12 décembre 2009 qui le vit expérimenter l'utilisation de drones dans le cadre très particulier des opérations spéciales maritimes.

Son retrait du service actif est prévu pour 2024.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9347
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES LANCEURS D'ENGINS CLASSE OHIO   Mer 01 Déc 2010, 22:56

Le USS Florida (SSBN-728)

Mise à flot du USS Florida

Présentation

Financé au budget 1975 et commandé le 28 février 1975, le Florida est mis sur cale aux chantiers navals de l'Electric Boat Division of General Dynamics Corporation installés à Groton (Connecticut) le 9 juin 1977 lancé le 14 novembre 1981 et admis au service actif le 8 juin 1983.


Le monitor USS Florida

Le SSBN-728 est le sixième navire de la marine américaine à rendre hommage au 27ème état de l'Union (capitale : Tallahassee adhésion en 1845). Auparavant, un sloop (1824-1831), un bateau vapeur à roue à aube (1861-1867) une corvette à vapeur baptisée à l'origine Wampanoag en service entre 1869 et 1885, un monitor mis en service en 1903, rebaptisé Tallahassee en 1908 et vendu en 1922 et un cuirassé de classe Florida en service du 15 septembre 1911 au 15 février 1931.

Carrière opérationnelle

Le USS Florida en 1985

Le Florida arrive à Bangor le 25 mars 1984 et enchaine aussitôt par une première patrouille de dissuasion jusqu'au 25 juillet 1984. D'avril 1984 à novembre 2002, il à réalisé un total de 61 patrouilles.

Son désarmement était initiallement prévu en 2002 mais au final, il est décidé de le transformer en sous-marin pour opérations spéciales.


Le USS Florida converti en SSGN

Il est immobilisé pour travaux avec un rechargement du réacteur à partir de janvier 2003 avant les travaux de conversion en SSGN jusqu'au 10 avril 2006. Basé à Kings Bay en Georgie, il est remis en service le 25 mai 2006.

Son retrait du service actif est prévu pour 2025.

Le USS Georgia (SSBN-729)

Le USS Georgia à la mer

Présentation

Mise à flot du Georgia avec à droite le Rhode Island futur Henry M. Jackson

Financé au budget 1976, le Georgia est mis sur cale aux chantiers navals de l'Electric Boat Division of General Dynamics Corporation sis à Groton (Connecticut) le 7 avril 1979 lancé le 6 novembre 1982 et admis au service actif le 11 février 1984 à Bangor dans l'Etat de Washington.


Le cuirassé USS Georgia

Le SSBN-729 est le deuxième navire de l'US Navy à porté le nom de cette colonie établie en 1732 en l'honneur du roi d'Angleterre George II, colonie qui est la dernière des treize colonies. C'est le quatrième état à avoir ratifié la constitution des Etats Unis et donc être admis dans l'Union le 2 janvier 1788. Il fit secession le 21 janvier 1861 et fût le dernier à être rétablit dans ses prérogatives le 15 juillet 1870.

Le premier USS Georgia est un cuirassé de type prédreadnought de classe Virginia, le BB-15 mis sur cale le 31 août 1901 lancé le 11 octobre 1904 et admis au service actif le 24 septembre 2006. Il est désarmé le 15 mars 1920.

Carrière opérationnelle

LE SSGN USS Georgia

Après son admission au service actif, le Georgia passa les mois de mars et d'avril 1984 à effectuer sa croisière de mise en condition et tirer plusieurs missiles Trident I C-4.

En novembre 1984, il arriva à Bangor, son nouveau port d'attache, entamant sa première patrouille en janvier 1985. Le 22 mars 1986 au large de Midway, le remorqueur USS Secota effectua un transfert de personnel quand le remorqueur eut une perte totale de puissance et heurta le sous-marin qui s'en sortit sans dommages à la différence du remorqueur qui coula provoqua la mort de deux des douze marins du navire.

Le 30 octobre 2003, le Georgia arriva à Bangor à l'issue de sa soixante-cinquième patrouille de dissuasion et en mars 2005, il entra en refonte à l'Arsenal de Norfolk pour être transformé en SSGN jusqu'en septembre 2007. Il est remis en service en décembre 2007 même si il n'arrive à sa nouvelle base de Kings Bay que le 28 mars 2008. Il à effectué sa premier mission d'août 2009 à janvier 2010. Son retrait du service actif est prévu pour 2026

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9347
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES LANCEURS D'ENGINS CLASSE OHIO   Mer 01 Déc 2010, 23:03

Le USS Henry M. Jackson (SSBN-730)

Le USS Henry M. Jackson

Présentation

Financé au budget 1977, le SSBN-730 devait initialement recevoir le nom de Rhode Island. Il est mis sur cale aux chantiers navals de l'Electric Boat Division of General Dynamics Corporation de Groton (Connecticut) le 19 janvier 1981 lancé le 15 octobre 1983 et admis au service actif le 6 octobre 1984. Il est basé à Bangor dans l'Etat de Washington.


Il rend hommage à Henry Martin «Scoop» Jackson (Everett, Etat de Washington 31 mai 1912-1er septembre 1983), sénateur démocrate de l'Etat de Washington de 1941 à 1983 et qui échoua deux fois à l'investiture démocrate à l'élection présidentielle 1972 et 1976. Connu pour son anti-communisme virulent, Henry Jackson à influencé les néo-conservateurs comme Paul Wolfowitz et Richard Perle.

Carrière opérationnelle

Le USS Henry M. Jackson à quai

Arrivé à son port d'attache à la fin de l'année 1984, il entama aussitôt une série de patrouilles de dissuasion. Armé à l'origine de Trident I C-4, il fût réarmé de Trident II D-5 en 2005. En 2010, il est toujours basé dans l'Etat de Washington, la base navale de Kitsap qui à regroupé en 2004 Bangor et Bremerton.

Son retrait du service actif est prévu pour 2026

Le USS Alabama (SSBN-731)

Le USS Alabama à la mer

Présentation

Financé au budget 1978, l'Alabama est mis sur cale aux chantiers navals de l'Electric Boat Division of General Dynamics Corporation de Groton (Connecticut) le 27 août 1981 lancé le 19 mai 1984 et admis au service actif le 25 mai 1985.

C'est le huitième navire à porter le nom du 22ème état à avoir été admis dans l'Union des Etats Unis d'Amérique le 14 décembre 1819. Surnomé «The Heart of Dixie» (le coeur de Dixie _du Sud_), il fait secession le 11 janvier 1861 et n'est réadmis dans l'Union qu'en 1868. A noter pour l'anecdote que le nom de l'état vient d'une tribu indienne, les Alibamas («ceux qui débroussaillent»).

Le premier fût un navire de ligne de 74 canons mis sur cale en 1819 mais lancé seulement en 1864 sous le nom de New Hampshire et ayant comme rôle, celui de navire dé dépôt. Il fût suivi d'un cutter des garde-côtes construits en 1819 et qui servit à la lutte contre le trafic d'esclaves jusqu'à sa ventre en 1833.

Le troisième fût un vapeur à roues à aube acquis par la Navy en 1849 après avoir servit de transport de troupes durant la guerre américano-méxicaine. Le quatrième fût également un transport à vapeur à roues à aubes utilisé durant la guerre de sécession entre 1861 et 1865.

Le cinquième fût un cuirassé type pré-dreadnought mis en service en 1900, désarmé en 1920 et utilisé pour des essais de bombardement aérien avant d'être renfloué et envoyé à la démolition en 1924. Un patrouilleur auxiliaire, le SP1052 reçut également le nom d'Alabama.


Le cuirassé Alabama

Le sixième fût un cuirassé de classe South Dakota mis sur cale au Norfolk Naval Navy Yard le 1er février 1940 lancé le 16 février 1942 et admis au service actif le 16 août 1942. Il participe à la seconde guerre mondiale dans l'Atlantique et dans le Pacifique. Désarmé le 9 janvier 1947, il fût affecté à l'United States Pacific Reserve Fleet, Bremerton Group où il resta jusqu'au 1er juin 1962, date à laquelle il fût rayé du Naval Vessel Register et promis à la démolition. Il fût néanmoins sauvé et depuis 1965, ouvert au public à Mobile en Alabama.

Carrière opérationnelle

Le USS Alabama à quai

Après son admission au service actif, l'Alabama effectua sa croisière de mise en condition au large des côtes de Floride. Après une escale à Mobile, le nouveau fleuron de la flotte sous-marine stratégique traversa le canal de Panama avant d'arriver à Bangor à la mi-mai 1986, effectuant quatre patrouilles de dissuasion entre juin et décembre 1986.

Le 1er septembre 1988, l'Alabama s'amarra à Bangor, complétant sa neuvième patrouille de dissuasion qui était également la 100ème menée par des sous-marins équipés de missiles Trident.

Après 47 patrouilles de dissuasion, l'Alabama subit son premier grand carénage en 1999 avant de reprendre son rôle de dissuasion, effectuant sa cinquantième patrouille au printemps 2000. En 2005, il subit le rechargement du réacteur et le remplacement des Trident I C-4 par des Trident II D-5, ces deux opérations plus une modernisation immobilisant le navire jusqu'en février 2009. Depuis son admission au service actif, il est basé dans l'Etat de Washington à Bangor bien que depuis 2004, Bangor à été fondu dans la base navale de Kitsap.

Le USS Alabama est l'un des SNLE américain les plus célèbres puisqu'il à été le héros du film Crimson Tide traduit en français sous le nom de USS Alabama, un film de Tony Scott sorti en 1995 et qui raconte un duel entre Gene Hackam partisan de tirer les missiles sur la Russie en proie à une guerre civile suite à un message incomplet et Denzel Washington, son second partisan d'attendre. L'US Navy à refusé de soutenir le film car il racontait une histoire de mutinerie mais la marine nationale à prêté son concours avec la présence du porte-avions Foch.

Cela devient d'ailleurs une tradition pour les navires portant ce nom puisque son glorieux prédecesseur, le cuirassé de classe South Dakota ayant joué le rôle du Missouri dans le film Under Siege (Piège en Haute Mer) avec Steven Seagal et Tommy Lee Jones.
Son retrait du service actif est prévu pour 2027.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9347
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES LANCEURS D'ENGINS CLASSE OHIO   Mer 01 Déc 2010, 23:09

Le USS Alaska (SSBN-732)

Le USS Alaska à la mer

Présentation

Financé au budget 1978, l'Alaska est mis sur cale aux chantiers navals de l'Electric Boat Division of General Dynamics Corporation installés à Groton (Connecticut) le 9 mars 1983 lancé le 12 janvier 1985 et admis au service actif le 25 janvier 1986.

Le SSBN-732 est le quatrième navire de l'US Navy à porter le nom de ce territoire séparé du territoire américain par le Canada, acquis auprès de la Russie en 1867 et qui est devenu un Etat au sein de l'union le 3 janvier 1959.


Le croiseur de bataille USS Alaska

Le premier fût un sloop à hélice et coque en bois en service de 1869 à 1883 suivi par un chalutier à vapeur réquisitionné pour le dragage de mines en 1918/19 et enfin un croiseur de bataille de classe Alaska mis sur cale le 17 décembre 1941 aux New York Shipbuilding Corporation situés à Camden (New Jersey), lancé le 15 août 1943 et admis au service actif au Philadelphia Navy Yard le 17 juin 1944. Mis en réserve le 13 août 1946, il fût désarmé le 17 février 1947. Le croiseur de bataille ne retrouva jamais le service actif et fût rayé du Naval Vessel Register le 1er juin 1960 avant d'être vendu à la démolition le 30 juin 1960.

Carrière opérationnelle

Le USS Alaska le jour de sa mise en service

L'Alaska comme les huit premiers Ohio fût d'abord basé à Bangor à partir duquel il mena des patrouilles dans le Pacifique pour dissuader l'URSS puis la Russie mais également la Chine. En 2009, il à subit un grand carénage et les travaux terminés, gagna la base de Kings Bay en Georgie pour des patrouilles de dissuasion dans l'Atlantique.

Son retrait du service actif est prévu pour 2028.

Le USS Nevada (SSBN-733)

Le USS Nevada à la mer

Présentation

Financé au budget 1980, le Nevada est mis sur cale aux aux chantiers navals de l'Electric Boat Division of General Dynamics Corporation installés à Groton (Connecticut) le 8 août 1983 lancé le 14 septembre 1985 et admis au service actif le 16 août 1986.

C'est le quatrième navire à porter le nom du 36ème Etat des Etats Unis qui adhéra à l'Union le 31 octobre 1864, bordé au sud-ouest par Californie au nord Oregon et Idaho et à l'est par l'Utah et l'Arizona, qui du sa fortune à la légalisation du jeu en 1912

Le premier fût une frégate à vapeur propulsé par des roues à aube prénomé à l'origine (1865) Neshaminy et rebaptisé Nevada en 1869 mais vendu à la démolition dès 1874 sans avoir été mis en service.

Le second est un monitor mis sur cale en 1899 sous le nom de Connecticut et rebaptisé Nevada en janvier 1901, trois mois après son lancement, mis en service en 1903, rebaptisé Tonopah en 1909 et désarmé en 1920 et vendu à la démolition en 1922.


Le cuirassé USS Nevada en 1944

Le troisième fût un cuirassé de classe Nevada mis sur cale aux Fore River Shipyards de Quincy (Massachussetts) le 4 novembre 1912 lancé le 11 juillet 1914 et admis au service actif le 11 mars 1916 à l'Arsenal de Charleston. Il participe aux deux conflits mondiaux avant d'être désarmé le 29 mars 1946 puis d'être utilisé pour les expérimentations nucléaires de Bikini.

Carrière opérationnelle

Le USS Nevada à quai avec le transport amphibie USS Mobile (classe Charleston)

Le Nevada est basé depuis son admission au service actif à Bangor/Kitsap et assure donc des missions de dissuasion vis à vis de l'URSS/Russie et de la Chine. En 2003, il à troqué ses missiles Trident I C-4 pour des Trident II D-5

Dans la nuit du 1er au 2 août 2006, le Nevada était à l'immersion périscopique dans le détroit de Juan de Fuca (qui forme en partie la frontière maritime entre les Etats Unis et le Canada) quand son périscope rompit la remorque reliant le remorqueur Phyllis Dunlap à une des deux barges qu'il devait transférer de Hawaï à Seattle. Le remorqueur amena la barge restante à bon port pendant qu'un deuxième remorqueur ramenait à bon port la barge à la dérive. Les dégâts sur les aériens du sous-marin furent limités.

Son retrait du service actif est prévu pour 2028.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9347
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES LANCEURS D'ENGINS CLASSE OHIO   Mer 01 Déc 2010, 23:17

Le USS Tennessee (SSBN-734)

Le USS Tennessee à la mer

Présentation

Financé au budget de 1981, le Tennessee est mis sur cale aux chantiers navals de l'Electric Boat Division of General Dynamics Corporation installés à Groton (Connecticut) le 9 juin 1986 lancé le 13 décembre 1986 et admis au service actif l 17 décembre 1988. Il est basé à Kings Bay en Georgie.


Le croiseur cuirassé USS Tennessee

Le SSBN-734 est le quatrième navire à porter le nom du 16ème état de l'Union des Etats Unis d'Amérique admis le 1er juin 1796 après une frégate à roue à aube baptisée à l'origine Madawaska entrée en service en 1865, rebaptisé Tennessee en 1869 et vendu en 1886; un croiseur cuirassé entré en service en 1906, perdu par échouage en 1916 et rayé en 1917

Enfin, le dernier navire précédent le SSBN-734 est un cuirassé de classe Tennessee mis sur cale au Brooklyn Navy Yard le 14 mai 1917 lancé le 30 avril 1919 et admis au service actif le 3 juin 1920, participant à la seconde guerre mondiale, fût placé en réserve le 14 février 1947, devant être réactivé pour un éventuelle opération amphibie. Ce ne fût cependant jamais le cas le 1er mars 1959, il fût rayé du Naval Vessel Register et le 10 juillet de la même année vendu à la démolition à la Bethlehem Steel Company.

Carrière opérationnelle

Le Tennessee et ses remorqueurs

Admis au service actif le 17 décembre 1988, il est le premier sous-marin de classe Ohio à être armé du Trident II C-5 dès son neuvage. Après deux échecs, le premier tir réussi du Trident II C-5 est réalisé le 2 août 1989. Depuis, il dissuade les ennemis de l'Amérique de s'en prendre à ses intérêts vitaux.

Son retrait du service actif est prévu pour 2030.


Tir manqué d'un Trident pour le Tennessee

Le USS Pennsylvania (SSBN-735)

Présentation

Le Pennsylvania en construction

Financé au budget 1983, le Pennsylvania est mis sur cale aux chantiers navals de l'Electric Boat Division of General Dynamics Corporation de Groton (Connecticut) le 2 mars 1987 lancé le 23 avril 1988 et admis au service actif le 9 septembre 1989 à Bangor.

C'est le quatrième navire à porter le nom d'un des treize états fondateurs des Etats Unis d'Amérique, la Pennsylvanie fondé par le quaker William Penn étant le deuxième état à avoir approuvé la constitution du 17 septembre 1787, le 12 décembre 1787, cinq jours après le Delaware.

Le premier navire à porté le nom de cet état fût un navire de ligne de 120 canons, l'une des neufs à avoir été autorisé par le Congrès en 1816, lancé en 1837 et brûlé le 20 avril 1861 à Norfolk pour éviter que les confédérés ne s'en empart.

Le second navire fût un croiseur cuirassé, le premier navire de sa classe, entré en service en mars 1905. Il fût rebaptisé Pittsburgh le 27 août 1912 à la fois pour libérer le nom pour le futur cuirassé mais aussi pour clarifier les règles de dénomination : aux cuirassés les noms d'états et aux croiseurs les noms de ville. Il fût désarmé le 10 juillet 1931 et démoli.


Le cuirassé Pennsylvania

Le troisième navire fût un cuirassé de classe Pennsylvania mis sur cale aux Newport News Shipbuilding and Drydock Co de Newport News (Virginie) le 27 octobre 1913 lancé le 16 mars 1915 et admis au service actif le 12 juin 1916. Il participe à la seconde guerre mondiale comme l'attaque sur Pearl Harbor ou encore la bataille du détroit de Surigao, le dernier affrontement entre cuirassés.

Il termine sa carrière à Bikini (opération Crossroads) en juillet 1946. Il survécut aux deux tests Able et Baker et fût remorqué à Kwajalein où il fût désarmé le 29 août 1946. Il y resta jusqu'au 10 février 1948 pour des études radiologiques et de structures jusqu'au 10 février 1948 date à laquelle il fût sabordé au large de l'atoll. Il est rayé du Naval Vessel Register le 19 février 1948.

Carrière opérationnelle

Le Pennsylvania à la mer

Affecté à la flotte du Pacifique et basé à Bangor, il s'échoua le 29 septembre 1989 à l'entrée de Port Canaveral (Floride) et fût légèrement endommagé. L'enquête menée par la suite disculpa l'équipage de toute erreur, les balises d'entrée ayant été déplacées par le récent passage de l'ouragan Hugo.

Il est toujours affecté à Bangor/Kitsap en 2010 et couvre les Etats Unis contre une potentielle/probable menace russe et chinoise.

Son retrait du service actif en 2031.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9347
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES LANCEURS D'ENGINS CLASSE OHIO   Mer 01 Déc 2010, 23:27

Le USS West Virginia (SSBN-736)

Le USS West Virginia

Présentation

Financé au budget 1984, le West Virginia est mis sur cale aux chantiers navals de l'Electric Boat Division of General Dynamics Corporation de Groton (Connecticut) le 18 décembre 1987 lancé le 14 octobre 1989 et admis au service actif avec pour base, Kings Bay en Georgie.

C'est le troisième navire à porter le nom du 35ème état admis dans l'union le 20 juin 1863, suite à la division de l'état de Virginie quand le nord-ouest de cet état refusa de suivre le sud et l'ouest de l'Etat qui décida de faire secession et de rejoindre la Confédération.

Le premier navire fût un croiseur cuirassé de classe Pennsylvania, l'ACR-5 entré en service en 1905. Rebaptisé Huntington le 11 novembre 1916, il fût désarmé le 1er septembre 1920 et vendu à la démolition en 1930.

Le second est un cuirassé de classe Colorado mis sur cale aux chantiers de la Newport News Shipbuilding Company de Newport News (Virginie) le 12 avril 1920 lancé le 17 novembre 1921 et admis au service actif le 1er décembre 1923. Il participe au second conflit dans le Pacifique après avoir été gravement endommagé à Pearl Harbor, il est d'ailleurs hors course jusqu'au 23 septembre 1944 et participe donc aux dernièrs moments de la guerre avec tout de même Leyte, Iwo Jima et Okinawa. Désarmé le 9 janvier 1947, il est rayé du Naval Vessel Registry le 1er mars 1959, vendu à la démolition à Union Minerals and Alloys Corps de New York le 24 août 1959 et démantelé.

Carrière opérationnelle

Mise à flot du West Virginia

Depuis son admission au service actif en 1990, le West Virginia est basé en Georgie à Kings Bay et il n'à pas fait parlé de lui ce qui est plutôt rassurant pour des navires de ce genre. Son retrait du service actif est prévu pour 2032.

Le USS Kentucky (SSBN-737)

Le Kentucky à la mer

Présentation

Financé au budget 1985, le Kentucky est mis sur cale aux chantiers navals de l'Electric Boat Division of General Dynamics Company installés à Groton (Connecticut) le 18 décembre 1987 lancé le 11 août 1990 et admis au service actif le 13 juillet 1991.

Le SSBN-737 est le troisième navire à avoir porté le nom de cet état du sud des Etats Unis, l'un des quatre à être officiellement connu sous le nom de Commonwealth (avec la Virginie, Pennsylvanie et Massachusetts). Il à été admis dans l'union le 1er juin 1792 et qui fût divisé entre confédérés et unionistes bien que la majorité de la population soit pro-nordiste.

Le premier navire fût un transport de la marine confédérée capturé par la marine nordiste à Memphis le 6 juin 1862 mais son sort ultérieur est incertain.


Le cuirassé USS Kentucky

Le second fût un cuirassé type prédreadnought de classe Kearsarge en service du 16 mai 1900 au 29 mai 1920 qui participa à la Great White Fleet du 16 décembre 1907 au 22 février 1909. Il aurait du être suivit par le sixième navire de classe Iowa mis sur cale le 12 juin 1944 mais jamais lancé et abandonné sur cale en 1958.

Carrière opérationnelle

Le USS Kentucky à la mer

Affecté à Bangor/Kipsa, il était affecté à l'origine à Kings Bay, le Kentucky ne s'est pas illustré (ce qui est plutôt rassurant pour un navire de son gabarit) sauf le 19 mars 1998 quand lors d'un déploiement dans l'Atlantique, il entra en collision avec le sous-marin d'attaque San Juan alors que les deux submersibles effectuaient un entrainement conjoint. Les dégâts furent cependant limités.

Son retrait du service actif est prévu pour 2033

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9347
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES LANCEURS D'ENGINS CLASSE OHIO   Mer 01 Déc 2010, 23:35

Le USS Maryland (SSBN-738)

Le USS Maryland

Présentation

Financé au budget 1986, le Maryland est mis sur cale aux chantiers navals de l'Electric Boat Division of General Dynamics Corporation installés à Groton (Connecticut) le 18 décembre 1987 lancé le 10 août 1991 et admis au service actif le 13 juin 1992 avec Kings Bay pour base.

C'est le quatrième navire à porter le nom de l'un des 13 états fondateurs des Etats Unis d'Amérique, le Maryland (qui accueille notament l'Académie navale d'Annapolis) est le 7ème état à avoir ratifié la constitution des Etats Unis le 28 avril 1788 et resté unioniste lors de la guerre de Sécession.
Le premier navire à avoir porté le nom de Maryland fût un sloop qui servit de 1799 à 1802 notament dans la «Quasi-guerre» entre la France et les Etats Unis de 1798 à 1800 suite à la saisie de navires américains dans les ports français après que les anglais eut utilisés le pavillon américain pour leurs propres navires.

Le second navire est un croiseur cuirassé de classe Pennsylvania, l'ACR-8 mis en service en novembre 1905, rebaptisé Frederick en novembre 1916,désarmé en novembre 1929 et vendu à la démolition en 1930.


Le cuirassé de classe Colorado

Le troisième est un cuirassé de classe Colorado, le BB-46 mis sur cale aux chantiers de la Newport News Shipbuilding Corporation de Newport News (Virginie) le 24 avril 1917 lancé le 20 mars 1920 et admis au service actif le 21 juillet 1921. Il participe à la seconde guerre mondiale dans le Pacifique et notament la bataille du détroit du Surigao, le dernier affrontement entre cuirassés. Il est placé en réserve le 16 juillet et désarmé le 3 avril 1947. Le vieux cuirassé est vendu à la démolition le 8 juillet 1959 à Learner Company d'Oakland (Californie).

Carrière opérationnelle

Le Maryland arrivant à Mayport

Deux jours après son admission au service actif, le Maryland quitte son chantier constructeur pour Kingsbay, passant la fin de l'année 1992 et le début de l'année 1993 à entrainer ses deux équipages, à roder ses systèmes.

Du 4 mai au 19 juin 1993, il subit une période de travaux pour modifications et réparations après entrainement et essais avant d'effectuer sa première patrouille de dissuasion. Sa seconde patrouille commença bien mal puisqu'il s'échoua à l'entrée de Port Canaveral le 24 septembre mais les dégâts furent très limités et le sous-marin pu effectuer sa deuxième patrouille.

Un navire aussi pointu qu'un SNLE nécessitant un entrainement constant, le Maryland tir régulièrement des missiles mais sans bien sur de charge nucléaire. Il à tiré quatre Trident le 3 janvier 1994, deux les 21 et 26 avril 1999, deux le 5 novembre 2003, deux le 21 novembre 2006, deux le 8 juin 2010 et deux autres le lendemain, 9 juin soit un total de quatorze missiles.

Le 16 octobre 2001, il à participé avec le porte-avions USS John F. Kennedy et son groupe de combat à un SINKEX qui vit la destruction de la coque de l'ancien porte-hélicoptères Guam, le Maryland tirant une torpille Mk48 qui acheva l'ancien LPH. Son retrait du service actif est prévu pour 2034.

Le USS Nebraska (SSBN-739)

Vue aérienne du USS Nebraska

Présentation

Financé au budget 1987; le Nebraska est mis sur cale aux chantiers navals de l'Electric Boat Division of General Dynamics Corporation installés à Groton (Connecticut) le 18 décembre 1987 lancé le 15 août 1992 et admis au service actif le 10 juillet 1993 à Kings Bay en Georgie.


Le cuirassé Nebraska

Le SSBN-739 est le deuxième navire de l'US Navy à avoir porté le nom de cet état du Middle-West admis dans l'Union le 1er mai 1867 (37ème rang) après un cuirassé de classe Virginia en service du 1er juillet 1907 au 2 juillet 1920.

Carrière opérationnelle

Le USS Nebraska à Kitsap

A son admission au service actif, le Nebraska est affecté à Kings Bay comme base et ce jusqu'en 2004 quand il est transféré à Kitsap en octobre 2004 où il est toujours en 2010.

Depuis son admission au service actif, le SNLE à tirer des missiles Trident à deux reprises en 1995 et en 2004.
Entre juillet 1993 et septembre 2010, le Nebraska à complété 53 patrouilles de dissuasion.

Son retrait du service actif est prévu pour 2035

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9347
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES LANCEURS D'ENGINS CLASSE OHIO   Mer 01 Déc 2010, 23:42

Le USS Rhode Island (SSBN-740)

Le Rhode Island en 2010

Présentation

Financé au budget 1988, le Rhode Island est mis sur cale aux chantiers navals de l'Electric Boat Division of General Dynamics Corporation installés à Groton (Connecticut) le 15 septembre 1988 lancé le 17 juillet 1993 et admis au service actif le 15 juillet 1994 avec Kings Bay comme port d'attache.

Le SSBN-740 est le quatrième navire de l'US Navy à porter le nom du 13ème état de l'Union, admis dans l'Union le 29 mai 1790 ce qui signifie qu'il est représenté par l'une des treize bandes du Star and Stripes.


Le USS Rhode Island de classe Virginia

Le premier est un navire à roues à aube de 1861 qui participa à la guerre de Secession et fût désarmé en 1867. il est suivi par un cuirassé de classe Virginia, le BB-17 en service du 19 février 1906 au 30 juin 1920 et aurait du être suivi du SSBN-730 qui mis sur cale sous le nom de Rohde Island fût lancé sous le nom de Henry M. Jackson.

Carrière opérationnelle

Le Rhode Island en surface

Depuis son admission au service actif en 1994, le Rhode Island est basé à Kings Bay d'où il appareille pour d'incessantes patrouilles de dissuasion dans l'Atlantique qui sait dans d'autres mers et océans du globe.

Le 11 août 2009, le Rhode Island porta assistance à cinq pêcheurs bahamiens dont le navire avait chaviré le 7 août 2009. L'équipe médicale du sous-marin soigna quatre des cinq marins qui furent ensuite transférés sur un autre navire pour les transférer à terre pour examens médicaux complémentaires.

Son retrait du service actif est prévu pour 2036.

Le USS Maine (SSBN-741)

Le USS Maine à la mer

Présentation

Financé au budget 1989, le Maine est mis sur cale aux chantiers navals de l'Electric Boat Division of General Dynamics Corporation de Groton (Connecticut) le 4 avril 1989 lancé le 16 juillet 1994 et admis au service actif le 29 juillet 1995 pour base, Bangor (Etat de Washington).


Le cuirassé Maine

Le SSBN-741 est le quatrième navire à avoir porté le nom de cet état du nord-est des Etats Unis enserré entre l'Océan Atlantique à l'est, le New Hampshire à l'est et le Canada au nord. Il à été admis dans l'Union le 15 mars 1820 après avoir été une extension du Massachusetts.

Le premier navire fût un cuirassé de 2nd classe mis en service en septembre 1895 et connu pour sa destruction le 15 février 1898 dans le port de La Havanne qui donna le pretexte aux américains pour s'attaquer à l'Espagne.

Le second fût un cuirassé de classe Maine, le BB-10 mis en service le 29 décembre 1902 et désarmé le 15 mai 1920.
Il aurait du être suivi par un cuirassé de classe Montana, le BB-69 qui aurait du être construit au Brooklyn Navy Yard mais dont la construction est abandonnée le 21 juillet 1943 comme les autres unités de sa classe.

Carrière opérationnelle

Le USS Maine à la mer

Depuis son admission au service actif en 1995, il etait basé à Kings Bay en Georgie mais il à dépuis gagné Bangor intégrée depuis 2004 dans la base navale de Kitsap. Il effectue donc ses patrouilles de dissuasion dans le Pacifique.

Son retrait du service actif est prévu pour 2037.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9347
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES LANCEURS D'ENGINS CLASSE OHIO   Mer 01 Déc 2010, 23:49

Le USS Wyoming (SSBN-742)

Le USS Wyoming à la mer

Présentation

Financé au budget 1990, le Wyoming est mis sur cale aux chantiers navals de l'Electric Boat Division of General Dynamics Corporation de Groton (Connecticut) le 8 août 1991 lancé le 15 juillet 1995 et admis au service actif le 13 juillet 1996.

Le SSBN-742 est le quatrième navire à porter le nom du 44ème état, encadré par l'Idaho à l'ouest, le Montana au nord, le Nebraska et le Dakota du Sud à l'est et le Colorado et l'Utah, l'état le moins peuplé des Etats Unis étant integré à l'Union le 10 juillet 1890.

Le premier est un sloop qui servit le long des côtes de Californie durant la guerre Civile avant d'être vendu au Japon en 1882 et le second est un monitor de classe Cheyenne en service en 1902 rebaptisé Cheyenne en 1908 et désarmé en 1926. Il sert d'auxiliaire jusqu'à sa vente pour la démolition en 1939.


Le cuirassé USS Wyoming

Le troisième navire est un cuirassé de classe Wyoming, le BB-32 est mis sur cale aux chantiers William Cramp and Sons de Philadelphie le 9 février 1910 lancé le 25 mai 1911 et admis au service actif le 25 septembre 1912 à l'arsenal de Philadelphie. Il participe à la première guerre mondiale en Europe, transformé en navire auxiliaire en 1931 et désarmé le 1er août 1947 avant d'être vendu à la démolition.

Carrière opérationnelle

Cérémonie de mise en service du USS Wyoming

Il appareille de Groton après son admission au service actif et arrivé à Kings Bay le 26 juillet 1996, la base navale de Georgie devenant son port d'attache. Il y est toujours basé en 2010. Son retrait du service actif est prévu pour 2038

Le USS Louisiana (SSBN-743)

Le Louisiana en construction

Présentation

Financé au budget 1991, le Lousiana est mis sur cale aux chantiers navals de l'Electric Boat Division of General Dynamics Corporation de Groton (Connecticut) le 15 mai 1991 lancé le 27 juillet 1996 et admis au service actif le 6 septembre 1997.

Le dix-huitième et dernier sous-marin de classe Ohio est le quatrième navire à avoir été baptisé de cet état qui tient une place particulière dans le coeur des français, en l'occurence la Lousiane dont le territoire reconnu par Cavalier de la Salle fût acheté en 1804 par les américains, l'Etat de Lousiane étant admis dans l'Union le 30 avril 1812 au dix-huitième rang.

Le premier est un sloop qui participa à la guerre de 1812 et fût suivi par un transport à roues à aubes utilisé par la marine nordiste dans la guerre de Secession de 1861 à sa destruction en 1864.


Le cuirassé USS Louisiana de classe Connecticut

Le troisième est un cuirassé de classe Connecticut admis au service actif le 2 juin 1906 et désarmé le 20 octobre 1920 et aurait du être suivit par le BB-71, un cuirassé de classe Lousiana dont la construction était prévue à l'Arsenal de Norfolk mais dont la construction fût abandonnée le 21 juillet 1943.

Carrière opérationnelle

Arrivée du Lousiana à Kitsap

A son admission au service actif, le Lousiana est basé à Kings Bay pour dôter la grande base navale de Georgie de dix sous-marins nucléaires lanceurs d'engins.
La fin de la guerre froide entraina une réorganisation des forces militaires américaines et une réduction des forces nucléaires stratégiques, le nombre d'Ohio devant passer en 2005 de 18 à 14 sous-marins.

Pour garder l'équilibre entre les flottes du Pacifique et de l'Atlantique, cinq sous-marins de classe Ohio en l'occurence le Pennsylvania, le Kentucky, le Nebraska, le Maine et le Lousiana qui est arrivé à Kitsap le 12 octobre 2005.

Son retrait du service actif est prévu pour 2039.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9347
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES LANCEURS D'ENGINS CLASSE OHIO   Mer 01 Déc 2010, 23:59

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

SSBN classe Ohio

Ecorché des Ohio en version SSBN

Déplacement : surface 16764 tonnes plongée 18750 tonnes

Dimensions : longueur hors tout : 170.69m largeur 12.80m tirant d'eau 11.13m

Propulsion : un réacteur nucléaire General Electric S8G à eau pressurisée et circulation naturelle (rechargé tous les vingt ans) dévellopant de la vapeur pour deux turbines à engrenages dévellopant 60000ch et entrainant une hélice. Un moteur électrique auxiliaire de 325ch

Performances : vitesse maximale 20 noeuds en surface 25 noeuds en plongée Autonomie 70 jours Immersion opérationnelle supérieure à 300m

Electronique : un radar BPS-15A (BPS-16 à partir du SSBN-741), un sonar multi-fonction BQQ-6, un sonar de coque actif-passif BQS-13, un sonar de coque HF à courte portée (mines, glace) BQS-15, un sonar linéaire BQR-15, un sonar actif à courte portée BQR-19, une antenne passive remorquée TB-23; un intercepteur WLR-8(v)5, un détecteur WLR-10, 8 lance-leurres MOSS Mk2, système de direction de combat CCS Mk2. Deux centrales inertielles de navigation de Mk2 SINS, direction de lancement de missiles Mk98 mod6 et direction de lancement de torpilles Mk118

Armement : 4 tubes lance-torpilles Mk68 au milieu pour 8 torpilles Mk48. 24 tubes de lancement pour des missiles Trident II D-5. En 2006, le Congrès à refusé de débloquer les fonds pour permettre à l'US Navy de dévelloper et de déployer des Trident à charge conventionnelle dont deux exemplaires devaient être embarqués sur chaque sous-marin.


Tir d'un missile Trident II D-5

Longueur : 13.90m Diamètre : 2.05m Poids : 61.68 tonnes au lancement Propulsion : trois étages à propergol solide Portée : 12000km (7500km en pratique) Charge militaire : huit têtes militaires MIRV W88 de 450kt puis W76 de 100 kt. Guidage intertiel Coefficient d'erreur probable : 90m.


Trident I C-4 tiré par le James Madison

Auparavant, les premiers Ohio disposaient d'une version plus ancienne, le Trident I C-4

Longueur : 10.40m Diamètre : 1.90m Poids : 31.75 tonnes au lancement Propulsion : trois étages à propergol solide Portée : 6808km (7500km en pratique) Charge militaire : huit têtes militaires MIRV de 100 kt. Guidage intertiel Coefficient d'erreur probable : 549m.

Equipage : deux équipages de 15 officiers et 142 hommes

SSGN classe Ohio

Ecorché d'un SSGN classe Ohio

Déplacement : surface 16764 tonnes plongée 18750 tonnes

Dimensions : longueur hors tout : 170.69m largeur 12.80m tirant d'eau 11.13m

Propulsion : un réacteur nucléaire General Electric S8G à eau pressurisée et circulation naturelle (rechargé tous les vingt ans) dévellopant de la vapeur pour deux turbines à engrenages dévellopant 60000ch et entrainant une hélice. Un moteur électrique auxiliaire de 325ch

Performances : vitesse maximale 20 noeuds en surface 25 noeuds en plongée Autonomie 70 jours Immersion opérationnelle supérieure à 300m

Electronique : un radar BPS-15A (BPS-16 à partir du SSBN-741), un sonar multi-fonction BQQ-10, un sonar de coque actif-passif BQS-13, un sonar de coque HF à courte portée (mines, glace) BQS-15, un sonar linéaire BQR-15, un sonar actif à courte portée BQR-19, une antenne passive remorquée TB-23; un intercepteur WLR-8(v)5, un détecteur WLR-10, 8 lance-leurres MOSS Mk2, brouilleur acoustique BLQ-10, système de direction de combat CCS Mk2. Deux centrales inertielles de navigation de Mk2 SINS, direction de lancement de missiles TTWCS
direction de lancement de torpilles Mk118


Lanceur septuple pour missiles Tomahawk

Armement : 4 tubes lance-torpilles Mk68 pour 13 torpilles Mk48. 154 missiles de croisière Tomahawk Block IV répartis par groupes de sept ou des missiles ATACMS par groupes de six dans 22 des 24 anciens silos Trident. Huit de ces vingt-deux silos peuvent être reconvertis pour stocker du matériel.


Un Tomahawk Block IV en vol

Equipage : deux équipages de 15 officiers et 139 hommes plus 66 SEAL qui peuvent embarquer leurs engins sous-marin ASDS ou un conteneur étanche DDS.

SOURCES

-Flotte de combat 2008

-Jean Moulin US Navy Tome 2 de Nimitz au Nimitz 1945-2001

-Encyclopédie des armes Editions Atlas Tome 7 «Les sous-marins lance-engins p1521-1540»

-Encyclopédie des armes Editions Atlans Tome 2 «Les bombardiers de l'après guerre p281-300»

-Encyclopédie des armes Editions Atlas Tome 1 «Les missiles sol-sol p41-60»

-Ressources internet diverses



FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : CUIRASSES CLASSE SAINT VINCENT


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5162
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES LANCEURS D'ENGINS CLASSE OHIO   Jeu 02 Déc 2010, 07:15

A l'occasion de cet article il me semble qu'il faut impérativement parler d'un homme hors normes qui fut paradoxalement assez mal considéré par ses pères, il eut une carrière ralentie mais il fut le père des sous-marins nucléaires américains.

L'Amiral Hyman G. Rickover
http://en.wikipedia.org/wiki/Hyman_G._Rickover

Il fut un ingénieur de talent et un visionnaire assez génial, totalement investi dans sa tâche.


Pour les Ohio leur taux de disponibilité record de 66% s'explique par leur taille permettant la mise en oeuvre de baies d'équipement particulièrement larges facilitant les échanges standards.
Une IPER d'Ohio c'est seulement 1 an
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES LANCEURS D'ENGINS CLASSE OHIO   Jeu 02 Déc 2010, 11:45

Ce qui m'impressionne le plus c'est la puissance de feu des Ohio: 24 missiles Trident avec jusqu'à 8 têtes indépendantes chacune: de quoi aplatir jusqu'à 192 villes pour un seul navire. En comparaison nos propres SNLE n'embarquent, je crois, que 96 têtes nucléaires (6 par missile), ce qui représente déjà une puissance plus que suffisante pour anéantir n'importe quel ennemi potentiel.
Revenir en haut Aller en bas
conforoa
Matelot de 2ème classe
Matelot de 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 139
Age : 49
Ville : St Symphorien de Lay (près de Roanne) loire
Emploi : Informatique
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Turbines de quel constructeur ?   Jeu 29 Aoû 2013, 12:39

Tout est dans le titre ! je ne trouve nul part (Web et Livres) mention du fabricant des turbines de 60.000 ch (General Electric, Westinghouse ou autre ?).
Merci de votre aide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
warburton
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11733
Age : 70
Ville : paris
Emploi : antimythes
Date d'inscription : 05/03/2011

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES LANCEURS D'ENGINS CLASSE OHIO   Jeu 29 Aoû 2013, 15:23

bonjour
d'après le "Polmar" (la Bible pour ce qui concerne l'US Navy); General Electric.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
conforoa
Matelot de 2ème classe
Matelot de 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 139
Age : 49
Ville : St Symphorien de Lay (près de Roanne) loire
Emploi : Informatique
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES LANCEURS D'ENGINS CLASSE OHIO   Jeu 29 Aoû 2013, 16:06

Merci warburton, cela paraissait logique au vu du chantier de construction (electric boat = general electric alors que newport news = westinghouse en général) mais dans le doute !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PALEZ
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5426
Age : 45
Ville : à la maison, loin de Dahlia...
Emploi : Brasseur d'air...
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES LANCEURS D'ENGINS CLASSE OHIO   Dim 12 Jan 2014, 22:51

à partir de l'année prochaine, les OHIO perdront 4 tubes lance-missiles balistiques du fait de la ratification en 2011 de l'accord NEW START.

U.S. Will Start Cutting Its Submarine Missile Launchers Next Year
http://www.defenseone.com/management/2014/01/us-will-start-cutting-its-submarine-missile-launchers-next-year/76361/?oref=d-interstitial-continue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
conforoa
Matelot de 2ème classe
Matelot de 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 139
Age : 49
Ville : St Symphorien de Lay (près de Roanne) loire
Emploi : Informatique
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Fiche en cours   Jeu 24 Sep 2015, 14:25

Voici une fiche (en 2 morceaux) de l'Ohio (SSBN-726) en novembre 1981 (mise en service), Qui pourrait me la corriger si erreurs ? Remarques et Commentaires bienvenus !




Dernière édition par conforoa le Dim 11 Sep 2016, 17:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10393
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Pair, impair et IPER   Jeu 24 Sep 2015, 15:40

pascal a écrit:
[…] un homme hors normes qui fut paradoxalement assez mal considéré par ses pères, il eut une carrière ralentie mais il fut le père des sous-marins nucléaires américains.
L'Amiral Hyman G. Rickover
Il fut un ingénieur de talent et un visionnaire assez génial, totalement investi dans sa tâche.
[…] Une IPER d'Ohio c'est seulement 1 an
scratch « par ses pères » ou par ses pairs ?
Il était mécanicien ; peut-être les officiers de pont contestaient-ils sa compétence opérationnelle dans l'expression des besoins militaires de l'US Navy ?
justice lui a toutefois été rendue par l'attribution de son nom à deux ou trois sous-marins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES LANCEURS D'ENGINS CLASSE OHIO   

Revenir en haut Aller en bas
 
SOUS MARINS NUCLEAIRES LANCEURS D'ENGINS CLASSE OHIO
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE CHURCHILL
» SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE VALLIANT
» SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE SKIPJACK
» SOUS MARINS NUCLEAIRE D'ATTAQUE CLASSE TRAFALGAR
» Dossier : les sous marins nucléaires français

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Amérique :: Etats Unis-
Sauter vers: