AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE CHURCHILL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE CHURCHILL   Mar 28 Sep 2010, 21:15

SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE CHURCHILL
(GRANDE-BRETAGNE)


Le HMS Churchill

AVANT PROPOS

Comme puissance navale de première ordre, la Grande Bretagne à joué un rôle majeur dans le dévellopement de l'arme révolutionnaire qu'était le sous marin. Pour la première fois un navire était capable de se dissimuler à l'oeil humain en plongeant dans les profondeurs océaniques. Le 4 février 1901, le lancement du HMS Submarine Torpedo Boat n°1 marqua l'entrée de la Royal Navy dans l'air du submersible (La France y était entrée quelques mois plutôt avec le lancement du Narval).

Cette histoire d'amour tourna rapidement à l'aigre avec le premier conflit mondial. Pendant quatre ans, les submersibles de la Kaiserliche Marine montrèrent leurs capacités en infligeant de cuisants camouflets comme le 22 septembre 1914 où le vieux submersible U9 coula en quelques minutes les croiseurs-cuirassés Aboukir, Hogue et Cressy sans oublier la lutte conre le trafic commercial qui faillit provoquer l'asphyxie de la Grande Bretagne.

On comprend mieux pourquoi les anglais cherchèrent à interdire le sous marin durant les conférences de désarmement de l'entre-deux guerre, considérant probablement qu'il ne s'agissait pas d'une arme de gentleman. Il fallut une alliance de circonstance entre les Etats Unis, la France et le Japon pour faire capoter la demande britannique qui continua d'utiliser les sous marins avec succès surtout en Méditerranée pour empêcher le ravitaillement des unités de l'Axe en Afrique du Nord ou pour déposer des agents dans le sud-est asiatique (les tentatives de destruction des U-Boot à la sortie des ports français furent peu concluants) sans parler de la tentative des sous marins de poche pour couler le cuirassé allemand Tirpitz.


Le HMS Tally Ho, sous marin classe T

En 1950, la flotte sous marine britannique se composait de 16 sous marins de classe A, 25 sous marins de classe T, 22 sous marins de classe S et 4 sous marins de poche classe XE. La flotte sous marine britannique avait perdu 74 sous marins durant le premier conflit mondial, avait coulé 35 submersibles ennemis et 9 commandants avait reçu la prestigieuse Victoria Cross.

Sortant épuisée de la guerre, la Grande Bretagne ne pouvait pas se lancer dans la construction d'une vaste flotte sous-marine. Elle devait donc se contenter le plus souvent de moderniser les sous marins en service avant guerre ou mis en service durant le second conflit mondial, modernisation liée aux progrès effectués par les allemands et dont les alliés qu'ils soient occidentaux ou soviétiques commençaient à avoir un aperçu.

Depuis l'apparition des premiers sous-marins y compris les plus rudimentaires comme ceux de la guerre de Sécession dans la seconde moitié du 19ème siècle, les marins ont pensé ou ont rêvé au sous marin autonome, un sous marin qui n'aurait pas besoin de revenir à la surface pour recharger ces batteries.

Ce rêve était ancien puisque dès les années trente les premiers essais de propulsion anaérobie furent réalisés en France et surtout en Allemagne puisqu'en 1934, le professeur Helmut Walter mis au point la turbine qui porta son nom, turbine qui utilisait comme comburant le peroxyde d'hydrogène (eau oxygènée). Le péroxyde d'hydrogène concentré à 90% (appelé perhydrol par les allemands) produisait de l'oxygène et de l'eau en passant par un catalyseur; l'oxygène mélangé à du gazole brûlait dans une chambre à combustion, produisant de la vapeur qui alimentait une turbine . Entre 1940 et 1943, l'Allemagne construisit ainsi dix bâtiments type XVII, l'un d'eux, le U794 pouvant filer à 25 noeuds.

Ces bâtiments de 310 tonnes furent tous sabordés en 1945 mais deux d'entre eux furent relevés et testés par la marine britannique et la marine américaine. Un XXVIIB fût relevé par la marine britannique et rebaptisé HMS Météorite. Les essais débouchèrent sur un projet de construction de six navires mais l'économie britannique encore convalescente ne pouvait supporter un tel effort et seulement deux navires non armés furent construits :les HMS Explorer et Excalibur mais les essais furent si décevants que la construction d'autres sous marins fût abandonnée d'autant qu'à l'époque la propulsion nucléaire était bien plus prometteuse.


Le HMS Meteorite et le HMS Explorer

Caractéristiques Techniques des Excalibur et Explorer

Déplacement : surface 1100 tonnes en plongée 1200 tonnes Dimensions : longueur 78.7m largeur 4.8m tirant d'eau 3.25m Propulsion : propulsion diesel-électrique avec un diesel Paxman pour la propulsion en surface, un moteur électrique et une turbine Walter, le tout entrainant une hélice
Vitesse maximale : 6.5 noeuds en surface 26.5 noeuds en plongée Armement : aucun.


Les américains arrivèrent également à la même conclusion. Ils récupèrent un type XVII à Cuxhaven, le U1406 est relevé et testé jusqu'en 1948. Cela débouche côté américain sur le sous marin de poche X1 mais il est évident dès cette époque que c'est une voie sans issue. L'avenir est décidement au nucléaire.

A noter que les soviétiques ont aussi étudié ce mode de propulsion que ce soit une version améliorée du projet 611 Zulu (projet 611 bis) avec une turbine Walter de 6500ch sur la ligne d'arbre centrale avec une vitesse prévue de 22 noeuds (projet abandonné dès 1950); le projet 615 Quebec dont 30 exemplaires furent construits mais qui se révèlèrent plus dangereux pour leurs équipages que pour un hypothétique adversaire avec de nombreuses fuites d'oxygène; le projet 617 Whale (un exemplaire construit) qui se révéla aussi raté que le précédent (vibrations excessives, bruit qui empêchait la mise en oeuvre du sonar).

LA GRANDE BRETAGNE ET LE SOUS MARIN NUCLEAIRE

Comme chacun le sait, les Etats Unis sont les pionniers dans ce domaine puisque dès 1939, le professeur Ross Gunn soumet à l'US Navy un projet de sous marin nucléaire. Il faut cependant attendre 1946 pour que le projet ne démarre réellement avec la mise en place à Oak Ridge d'une équipe de cinq officiers dirigée de fait par le capitaine de vaisseau Hyman Rickover.

Début 1949, Rickover décide de dévelloper un réacteur à eau préssurisée (PWR Pressurised Water Reactor). Le prototype baptisé STR (Submarine Thermal Reactor) Mk1 est construit par Westinghouse et diverge en mars 1953, son quasi-jumeau, le MkII est installé à bord du Nautilus, le premier sous marin à propulsion nucléaire de l'histoire.

Le Nautilus (projet SCB64) financé au budget 1952 est mis sur cale aux chantiers Electric Boat de Groton dans le Connecticut le 14 juin 1952 lancé en janvier 1954 et admis au service actif le 30 septembre 1954. La première sortie à la mer à lieu le 17 janvier 1955 et envoie le message «Underway on nuclear power» (en mer avec l'énergie nucléaire).


Le USS Seawolf

Une alternative est proposé par General Electric avec un réacteur dont le refroidissement est assuré par du sodium liquide. Baptisé SIR (Submarine Intermediate Reactor) Mark A, il diverge au printemps 1955, un second exemplaire baptisé Mark B étant installé à bord du Seawolf. Ce projet se révéla décevant et le Seawolf terminera sa carrière avec un réacteur à eau préssurisé.

Ces deux sous marins pouvaient mener des missions de combat mais il était évident que leur rôle principal était l'expérimentation et la mise en place de «canons» techniques pour les futurs SSN (Strike Submarine Nuclear).

Le Nautilus et le Seawolf sont ainsi suivis des Skate, Swordfish, Sargo et Sea Dragon mis en service entre 1957 et 1959 et qui resteront en service jusqu'au début des années quatre-vingt.

Les premiers sous marins nucléaires vraiment opérationnels sont cependant les Skipjack qui vont combiner la coque en goutte de l'Albacore et la propulsion nucléaire, donnant naisance à un design jamais remis en cause par les américains.

La Grande Bretagne à compris l'intérêt du sous marin nucléaire et travaille sur ce nouveau mode de propulsion depuis 1946 mais les recherches sont suspendues en octobre 1952, le pays étant incapable de financer un tel projet. Pour éviter d'être distancé, les américains demandent un réacteur

L'amiral Arleigh Burke, CNO est favorable mais l'amiral Rickover, le père des sous marins nucléaires est contre tout transfert de la technologie pour préserver le monopole américain sur la propulsion nucléaire.

Rickover maintien son véto jusqu'en 1956 mais lord Mountbatten fait jouer de son entregent pour obtenir le système de propulsion américain le plus perfectionné à savoir celui des Skipjack qui sont propulsés par un réacteur S5W alors que le père des sous marins nucléaires américains était prêt à autoriser le transfert d'un réacteur de première génération de type S3W qui équipait la classe Skate.. Cet échange est validé par le traité anglo-américain de 1958 (US-UK Mutual Defence Agreement).

Les britanniques avaient obtenu le réacteur et pour la coque, ils avaient choisit un design entièrement national même si les ingénieurs britanniques prirent langue avec Electric Boat Corporation de Groton dans le Connecticut pour obtenir des informations sur les tracés de coque les plus adaptés ce qui explique la relative ressemblance du premier Strike Submarine Nuclear (SSN) britannique avec les les navires de la classe Skipjack.


Le HMS Dreadnought

-Le HMS Dreadnought (S101) est mis sur cale aux chantiers navals de la Vickers Shipbuilding Engineering Ltd installés à Barrow-in-Furness (Cumbria) le 12 juin 1959, lancé le 21 octobre 1960 et admis au service actif le 17 avril 1963. Le premier sous marin nucléaire d'Europe Occidentale connait une carrière assez courte puisqu'il est désarmé en 1982 et attend depuis son démentelement, la partie nucléaire ayant été débarquée et stockée à terre.

Caractéristiques Techniques du HMS Dreadnought

Déplacement : en surface 3556 tonnes en plongée 4064 tonnes

Dimensions : longueur : 81m largeur : 9.5m tirant d'eau (surface) 7.9m

Propulsion : un réacteur nucléaire Westinghouse S5W alimentant en vapeur deux turbines à engrenages dévellopant une puissance totale de 15000ch et entrainant une hélice.

Performances : vitesse maximale en surface 20 noeuds vitesse maximale en plongée 28 noeuds
Electronique: un radar de navigation type 1006, un sonar type 2001, un sonar type 2007 et un intercepteur type 167

Armement : 6 tubes lance-torpilles de 533mm concentrés à la proue pour des torpilles (24 ou 30 selon les sources) Mk8 et Mk24. Des mines peuvent aussi être embarquées.

Equipage : 113 officiers et marins


En dépit de la «Specialrelationship», les britanniques ne veulent pas devenir de simples supplétifs des Etats Unis. Aussi après le Dreadnought est décidé le lancement d'études pour des sous marins britanniques concçus et construits en Grande Bretagne.

Pressés par le temps, ils se contentent d'améliorer le tracé de la coque et les sous-ensembles du Dreadnought pour obtenir les deux SNA de classe Valiant qui comme leur ainé reçurent des noms portés dans le passé par des cuirassés, le Valiant et le Warspite commandés respectivement le 31 août 1960 et le 12 décembre 1962.

Les modifications sont cependant limitées. Il y à bien des améliorations du tracé de coque pour améliorer la signature acoustique, la principale modification est une coque un peu plus large car le réacteur PWR-1 de conception britannique était plus large que le S5W américain.


Le HMS Valiant

-Le HMS Valiant est mis sur cale aux chantiers navals de la Vickers Shipbuilding and Engineering Ltd installés à Barrow in Furness (Cumbria) le 21 janvier 1962 lancé le 3 décembre 1963 et admis au service actif le 18 juillet 1966. Il est désarmé le 12 août 1994 et privé de son réacteur attend depuis lors son démantelement


Le HMS Warspite

-Le HMS Warspite est mis sur cale aux chantiers navals de la Vickers Shipbuilding and Engineering Ltd de Barrow-in-Furness (Cumbria) le 10 décembre 1963 lancé le 25 septembre 1965 et admis au service actif le 18 avril 1967. Désarmé en 1991, le sous marin à été privé de son réacteur nucléaire et de tout matériel contaminé et attend depuis cette date à Devonport que son avenir soit scellé, probablement une démolition.

Caracteristiques Techniques de la classe Valiant

Déplacement : 4500 tonnes en surface 5000 tonnes en plongée

Dimensions : Longueur 87m Largeur 10.13m Tirant d'eau : 8.2m

Propulsion : un réacteur nucléaire à eau pressurisé Rolls-Royce PWR-1, deux turbines à vapeur, le tout entrainant une hélice. Un diesel générateur Paxman

Vitesse maximale : 20 noeuds en surface 29 noeuds en plongée

Electronique : un radar de navigation type 1006, un sonar type 2001, un sonar type 2007 et un intercepteur type 167

Armement : 6 tubes lance-torpilles de 533mm concentrés à l'avant pouvant tirer un total de 32 torpilles MkVIII ou Tigerfish ou 64 mines. Ultérieurement et à la suite de plusieurs refontes, les Valiant embarquaient 26 torpilles, 6 missiles antinavires UGM-84B Harpoon ou encore des mines Stonefish et Sea Urchin.

Equipage : 103 officiers et marins


Après la construction des deux Valiant, la Royal Navy poursuit le dévellopement de sa flotte nucléaire. N'ayant pas le temps de dévelloper une nouvelle classe de submersible, elle se contente de reprendre le design des Valiant mais tirant les leçons de l'utilisation des deux premiers SSN (Strike Submarine Nuclear) 100% britanniques, elle modifie l'aménagement intérieur des trois sous marins de classe Churchill connus également sous le nom de Improved Valiant. Le Churchill est commandé le 21 octobre 1965, le Conqueror le 9 août 1966 et le Courageous connu dans un premier temps sous le nom de Superb le 1er mars 1967.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE CHURCHILL   Mar 28 Sep 2010, 21:27

HISTORIQUE

Le HMS Churchill (S-46)

Le HMS Churchill à quai

Présentation

-Le Churchill à été mis sur cale aux chantiers navals de la Vickers Shipbuilding and Engineering Ltd de Barrow-in-Furness le 30 juin 1967 lancé le 20 décembre 1968 et admis au service actif le 15 juillet 1970.


Il rend hommage au plus célèbre homme politique anglais du vingtième siècle, Sir Winston Spencer Churchill (Palais de Blenheim, Oxfordshire 30 novembre 1874 Londres 24 janvier 1965) qui connu plusieurs vies dans une vie puisqu'il fût aussi bien homme politique occupant de nombreuses fonctions politiques (premier ministre à deux reprises du 10 mai 1940 au 27 juillet 1945 et du 26 octobre 1951 au 7 avril 1955; Chancelier de l'équipier du 6 novembre 1924 au 4 juin 1929 et Secrétaire d'Etat à l'Intérieur du 10 février 1910 au 24 octobre 1911 ) mais fût également journaliste et écrivain, obtenant le prix nobel de litterature en 1953 et dans sa jeunesse correspondant de guerre ce qui lui valut un séjour forcé dans un camp boer dont il s'évadera. Il occupa à deux reprises le poste de premier lord de l'Amirauté, une première fois de 1911 à 1915 et une seconde fois de septembre 1939 à mai 1940.

Si le S-46 est le premier navire à rendre hommage à cette légende politique, un autre navire à porter le nom de Churchill en référence à un ancètre de Sir Winston, John Churchill premier duc de Marlborough (Musbury, Devon 1650 Granbourn Lodge 1722). Général et homme politique anglais qui abandonna Jacques II lors de la révolution anglaise (Glorieuse Révolution 1688), il profite de l'amitié de sa femme Sarah Jennings avec la reine Anne Stuart pour devenir un personne de premier plan. Il s'illustra durant la guerre de succession d'Espagne (1701-1714) écrasant les troupes françaises à Blenheim en 1704, à Ramillies et à Turin en 1706. C'est l'ancètre direct de Winston Churchill et personnage de la fameuse chanson «Marlbrough s'en va en guerre» qui fût reprise par les anglais avec les paroles «For a jolly good fellow».


Le destroyer HMS Churchill

Il s'agissait d'un destroyer de classe Clemson, de type flush-decker, le USS Herndom qui connu une carrière prolifique puisqu'il fût mis en service dans l'US Navy le 14 septembre 1920 désarmé le 6 juin 1922 puis après plus de huit dans la naphtaline, transféré aux Gardes Côtes qui l'utilisa du 7 mars 1931 au 28 mai 1934 avant de le rétrocéder à la marine. Cette dernière le remis en service le 4 décembre 1939 pour le transférer à la Grande Bretagne le 9 septembre 1940 où il devint le HMS Churchill. Il fût à nouveau transféré cette fois à l'URSS où devenu le Deyatelny le 16 juillet 1944, il fût torpillé par le U-286 le 16 janvier 1945.

Carrière opérationnelle

Durant les vingt et une années de sa carrière opérationnelle, le Churchill ne connu guère d'événements saillants, aucun conflit, aucune opération particulière. Il à probablement réalisé de nombreuses patrouilles dans l'Atlantique, la mer du Nord mais également en mer de Norvège ou de Barents.

Ces patrouilles sont encore nimbées de msytère et de secret mais il n'est pas farfelu de proposer quelques hypothèses comme la protection des SSBN de classe Resolution contre les SNA soviétiques, la traque des SSBN soviétiques ou quelques patrouilles au large des bases navales de la Flotte du Nord comme Mourmansk ou Polyarni.


Il à cependant été le premier sous marin britannique à utiliser la torpille Mk48 et le missile antinavire à changement de milieu UGM-84 Sub Harpoon dans le cadre d'une campagne d'expérimentation mais seul le second fût adopté par la Royal Navy. Il à subi deux rechargement du réacteur en 1973 et 1980.

Sa carrière fût brutalement interrompu par une fuite sur le circuit de refroidissement primaire qui entraina son désarmement prématuré le 28 février 1991. Comme tous les autres SSN désarmés, il à été privé de son réacteur et attend depuis à Rosyth son sort final probablement un démantelement.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE CHURCHILL   Mar 28 Sep 2010, 21:31

Le HMS Conqueror (S-48)

Le HMS Conqueror

Présentation

-Le Conqueror est mis sur cale aux chantiers navals Cammell Laird & Company le 5 décembre 1967 lancé le 28 août 1969 et admis au service actif le 9 novembre 1971.

Le S-48 est le neuvième navire à porter ce nom au sein de la marine britannique mais seulement huit furent mis en service. Le premier fût un bâtiment-feu français capturé en 1745 et vendu en 1748 suivi par un navire de ligne de 3ème classe armé de 68 canons lancé en 1758 et perdu par échouage en 1760, un navire de ligne de 3ème classe de 74 canons lancé en 1773 et démoli en 1794, un autre navire de ligne de 3ème classe de 74 canons lancé en 1801 et démoli en 1822, un navire de ligne à hélice de 1ère classe armé de 101 canons lancé en 1855 et perdu par échouage en 1861.


Le cuirassé HMS Conqueror (1881-1907)

Un navire de ligne armé de 120 canons lancé en 1833 sous le nom de HMS Waterloo, réarmé avec 89 canons et converti à la propulsion vapeur en 1859 et rebaptisé Conqueror en 1862 jusqu'en 1877 quand il est rebaptisé Warspite, un cuirassé de classe Conqueror lancé en 1881 et vendu à la démolition en 1907 et enfin un cuirassé de classe Orion mis en service en 1912 et vendu à la démolition en 1922 pour respecter les termes du traité de Washington. Il aurait du être suivi par un cuirassé de classe Lion commandé aux chantiers John Brown de Glasgow le 16 août 1939 mais jamais mis sur cale avant d'être définitivement annulé en 1945.

Carrière opérationnelle


L'agonie du General Belgrano

Le sous marin Conqueror est probablement le SNA le plus célèbre de l'histoire avec le Nautilus car il est à l'heure actuelle le seul sous marin d'attaque à propulsion à avoir coulé un navire de surface au cours d'un conflit en l'occurence la guerre des Malouines, sa victime étant le croiseur léger General Belgrano anciennement USS Phoenix (CL-46).

Après l'invasion des Falklands/Malvinas/Malouines (rayez la mention inutile), la junte militaire argentine dirigée par le général Galitieri qui pensait que la Grande Bretagne n'allait pas réagir fût obligée de réagir pour attaquer la Task Force.

La marine argentine imagina une manoeuvre en tenaille avec deux groupes de combat, le premier formé autour du porte-avions Veinticinco de Mayo et le second composé du General Belgrano et des destroyers Piedra Buena (D-29) et Bouchard (D-26) anciennement des destroyers de la marine américaine.

Le croiseur et ses deux destroyers d'escorte appareillèrent d'Ushuaia dans la Terre de Feu le 26 avril 1982. Le 29 avril 1982, les navires patrouillaient au sud des Malouines et le 30 avril furent repérés par le SNA HMS Conqueror de classe Churchill. Bien que hors de la zone d'interdiction des 200 miles nautiques, le sous marin reçut l'autorisation d'attaquer le croiseur.

A 15.57 le 2 mai, le Conqueror tira trois torpilles Mk8 mod4, de vieilles torpilles dont les premiers modèles avaient été mis en service en 1925. Ce modèle avait été choisit de préférence aux très modernes Mk24 Tigerfish car leur charge militaire était trois fois plus importante (363kg contre 140kg) et que l'ancien croiseur américain avait la peau épaisse.

La première torpille ouvrit une brèche de 10m sur 15 au niveau de la poupe juste en dehors de la zone non protégée qu'il s'agisse de la ceinture blindée ou du bulge torpilles. Le bulkheads tint cependant et la soute à obus de 40mm n'explosa pas.

La seconde torpille toucha le navire à l'arrière du navire encore en dehors de la ceinture blindée et explosa à l'intérieur de la salle des machines arrières provoquant un ravage parmi l'équipage argentin mais il n'y eut aucun incendie après l'explosion mais le navire pris rapidement de la gite avec une fumée noire et acre. L'explosion endommagea le système électrique du navire empêchant le navire d'émettre un SOS.

L'eau s'engouffra dans le croiseur et comme le système électrique était hors service, les pompes ne purent ralentir la sumbersion. A 16.24, le capitaine Bonzo ordonna l'abandon du navire et bien que l'équipage soit composé d'un grand nombre d'appelés peu expérimentés, l'évacuation se déroula avec une discipline remarquable.

Les deux navires d'escorte perdirent de vue le croiseur et pour ne rien arranger, l'équipage du destroyer Bouchard ressenti une secousse qui après examen au port se révéla comme être l'impact d'une torpille qui n'explosa cependant pas. 770 survivants furent sauvés entre le 3 et le 5 mai, 323 étant tués dans le naufrage (321 marins et 2 civils).

Encore aujourd'hui, la destruction du croiseur reste la décision la plus controversée prise par Margareth Tatcher mais en bonne héritière de Winston Churchill, elle était bien décidée à ne faire aucun compromis tout comme l'opinion britannique puisque le plus célèbre tabloïd The Sun publia une une intitulée «Gotcha !» (On l'à eu !)

Surnommé «Conks», le HMS Conqueror qui eut le droit d'arborer le «Jolly Rogers» (le pavillon accordé à tout sous marin britannique ayant coulé un navire ennemi) fût désarmé le 2 août 1990 et privé de son réacteur attend son sort final à Devonport en compagnie des Valiant et des Warspite. A noter que son périscope est préservé au musée de la marine à Portsmouth

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE CHURCHILL   Mar 28 Sep 2010, 21:35

Le HMS Courageous (S-50)

Vue aérienne du HMS Courageous

Présentation

-Le Courageous est mis sur cale aux chantiers navals de la Vickers Shipbuilding and Engineering Ltd installés à Barrow-in-Furness en Cumbrie le 15 juin 1968 lancé le 7 mars 1970 et admis au service actif le 16 octobre 1971.

Le S-50 est le cinquième et actuellement dernier navire à avoir porté ce nom. Le premier fût le navire de ligne français Courageux capturé le 13 août 1761 et perdu par échouage sur les côtes du Maroc le 19 décembre 1796 suivi par une frégate française Courageuse armée de 32 canons capturée en juin 1799 rebaptisé HMS Courageux puis Lutine en novembre 1799 et utilisé comme bâtiment prison jusqu'à sa vente à la démolition en avril 1802.

Le troisième Courageous fût le premier navire de ce nom construit en Grande Bretagne en l'occurence un navire de ligne de 3ème classe armé de 74 canons lancé en 1800 désarmé en 1814 et utilisé comme lazaret et démoli en 1832.


Le porte-avions Courageous

Le quatrième Courageous fût un croiseur de bataille de classe Glorious entré en service le 4 novembre 1916, transformé en porte-avions entre 1924 et 1928 et coulé le 17 septembre 1939 au large de l'Irlande par le sous marin U-29 provoquant la mort de 516 marins dont le commandant.

Carrière opérationnelle

Le Conqueror préservé comme navire musée

En 1982, le Courageous participa à la guerre des Malouines en compagnie de sister-ship Conqueror mais resta dans l'ombre de son ainé qui s'illustra en détruisant le General Belgrano.

Après une carrière sans histoire, le Courageous fût désarmé le 10 avril 1992 après avoir été le premier SSN de la Royal Navy à mettre en service le Sub-Harpoon.

Bien que le Conqueror soit bien plus célèbre que lui, c'est le Courageous qui à été choisi pour conserver la mémoire des SSN britanniques. Il est donc préservé à Devonport comme musée depuis 2006 (mais j'ignore si il est ouvert au public).

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE CHURCHILL   Mar 28 Sep 2010, 21:39

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES


Déplacement : surface 4500 tonnes plongée 4900 tonnes

Dimensions : longueur 86.9m largeur 10.1m tirant d'eau 8.2m

Propulsion : un réacteur nucléaire Rolls-Royce PWR-1 alimentant en vapeur deux turbines à engrenages English Electric dévellopant une puissance maximale de 20000ch et entrainant une hélice

Vitesse maximale : 20 noeuds en surface 28 noeuds en plongée

Electronique : un radar de veille surface Kelvin type 1006, un sonar type 2001 remplacé à la fin des années soixante-dix par un sonar type 2020, un sonar remorqué type 2026

Armement : six tubes lance-torpilles de 533mm concentrés à l'avant pouvant mettre en oeuvre soit des torpilles Mark 8 soit des torpilles Mk24 Tigerfish ou des missiles antinavires Sub-Harpoon. Le nombre total d'armes embarqué est de 32

Equipage : 103 officiers et marins

SOURCES

-Marine et forces navales hors série n°8 «spécial sous marins diesels» p52-59 «Grande Bretagne : des classiques très classiques»

-Robert Hutchinson Sous marins la guerre sous les océans de 1776 à nos jours

-Ressources internet diverses

FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : FAIREY ALBACORE


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colombamike
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3302
Age : 37
Ville : Massilia
Emploi : Yep
Date d'inscription : 06/11/2007

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE CHURCHILL   Mar 28 Sep 2010, 21:45

1ere classe de SNA +/- totalement britannique, bref c'est un Dreadnought légèrement agrandi pour recevoir un réacteur anglais (plus encombrant que l'américain).

Entré en service vers 1966/1971. Après 25/28 ans de service, dès 1988, l'age de leurs réacteurs nucléaires causa des inquiétudes au haut cdt naval britanniques. Navires assez âgés dès les 1980's, ils furent quasi-immédiatement désarmés dès la fin de la guerre froide (1990/1992)...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE CHURCHILL   Sam 13 Oct 2012, 23:46

Chapeau Clausewitz pour la présentation thumright

Une histoire extraordinaire, mission top-secret :
http://www.corlobe.tk/article30603.html
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE CHURCHILL   

Revenir en haut Aller en bas
 
SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE CHURCHILL
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE CHURCHILL
» SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE SKIPJACK
» SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE VALLIANT
» SOUS MARINS NUCLEAIRE D'ATTAQUE CLASSE TRAFALGAR
» Dossier : les sous marins nucléaires français

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Europe :: Royaume uni-
Sauter vers: