AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 SOUS MARIN NUCLEAIRE D'ATTAQUE HMS DREADNOUGHT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: SOUS MARIN NUCLEAIRE D'ATTAQUE HMS DREADNOUGHT   Lun 13 Sep 2010, 20:51

SOUS-MARIN NUCLEAIRE D'ATTAQUE HMS DREADNOUGHT
(GRANDE-BRETAGNE)


Le HMS Dreadnought (S101) à la mer

AVANT-PROPOS

Dès l'apparition de ce drôle de bateau qu'était le sous marin, les différentes marines ont rêvé du sous marin autonome, l'arme absolue censée être invisible, frapper ici et frapper là sans que l'ennemi ne puisse réagir.

Bien entendu, cette vision était idyllique et dès le début, les sous marins se heurtèrent à la riposte des forces de surface et de l'aviation mais cette ambition, ce désir restait intact mais largement hors de portée avec les moyens techniques de l'époque.

Durant la seconde guerre mondiale, le docteur Helmuth Walter inventa le premier système de propulsion en circuit fermé qui porta bientôt son nom.


Sous marin U1406 type XVII sabordé puis relevé par les américains

Le principe du système Walter était le suivant : du peroxyde d'hydrogène concentré à 90% appelé perhydrol par les allemands produisait de l'oxygène et de l'eau en passant par un catalyseur. L'oxygène mélangé à du gazole brûlait dans un chambre à combustion produisant de la vapeur qui alimentait une turbine.

Les allemands construisirent cinq sous marins équipés de ce système mais seuls trois furent achevés sans prendre part cependant à une mission de guerre. Sabordés à la fin du conflit, l'un d'eux le U1407 fût renfloué par les britanniques et remis en service sous le nom de HMS Meteorite.


En 1949/50, la marine britannique commanda six sous marins équipés de ce système de propulsion mais la Grande Bretagne exsangue ne pouvait se permettre un tel luxe et seulement deux submersibles expérimentaux sans armement furent achevés, le HMS Explorer et le HMS Excalibur mais ne servirent que quelques années.

En effet si le système Walter sur le papier était parfait, il était inutilisable en mer et a fortiori au combat, le peroxyde d'hydrogène était extrêmement volatile, la moindre impureté pouvant provoquer une réaction chimique entrainant une brusque montée en temperature et une explosion.

Cela n'empêcha plusieurs marines de se dôter ou de plancher sur des navires équipés d'un système semblable au système Walter comme la France (projet f de 1950, un sous marin de 800 tonnes équipé d'une turbine de 8000cv) mais aussi les Etats Unis.

La marine américaine récupère ainsi un sous marin type XVII, le U1406 sabordé à Cuxhaven, relevé et ramené aux Etats Unis. Les américains testent la turbine Walter et le diesel Kreislauf fonctionnant en circuit fermé.


Le sous marin américain X1

Comme les britanniques, les américains mettent en service un sous marin de poche baptisé X1 propulsé par le système Walter en octobre 1955. Les tests ne débouchent, son système de propulsion ayant explosé en 1957.

De toute façon, les américains s'étaient déjà tourné vers une solution bien plus prometteuse : la propulsion nucléaire.

De leur côté les soviétiques ont aussi étudié ce mode de propulsion que ce soit une version améliorée du projet 611 Zulu (projet 611 bis) avec une turbine Walter de 6500ch sur la ligne d'arbre centrale avec une vitesse prévue de 22 noeuds (projet abandonné dès 1950);
le projet 615 Quebec dont 30 exemplaires furent construits mais qui srévèlèrent plus dangereux pour leurs équipages que pour un hypothétique adversaire avec de nombreuses fuites d'oxygène; le projet 617 Whale (un exemplaire construit) qui se révéla aussi raté que le précédent (vibrations excessives, bruit qui empêchait la mise en oeuvre du sonar).


Un sous marin type 615 "Québec"

A cela s'ajoute des projets abandonnés sur la planche à dessin comme le projet 617M/647 (plus grande endurance et meilleurs moyens de détection), le projet 635/643 (1660 tonnes 22 noeuds 8 tubes lance-torpilles puis 1866 tonnes), le projet 621 (sous marin de transport avec 745 hommes) le projet 612 abandonné au profit du projet 615, le projet 618 lui aussi abandonné au profit du projet 615, le projet 630 version plus lourde du projet 615 et le projet 623 de sous marins mouilleurs de mines.

Dès 1939, le professeur Ross Gunn propose à l'US Navy un projet de sous marin à propulsion nucléaire et cette idée est suffisament séduisante pour que dès 1946 la réalisation d'un réacteur soit entamée à Oak Ridge (Tennessee) avec cinq officiers de la marine dont le capitaine de vaisseau Hyman Rickover, une forte personnalité au caractère difficile.

Le 7 juin 1947, le chief of naval operations (CNO) Chester Nimitz approuve les plans de dévellopement de la propulsion atomique aux sous marins et le 20 janvier 1948, un accord entre le BuShips et l'AEC (Atomic Energy Commission) permet le lancement de la réalisation d'un sous marin nucléaire.

Début 1949, Rickover choisit le réacteur à eau pressurié ou PWR (Pressurised Water Reactor) et le prototype baptisé STR (Submarine Thermal Reactor) Mark I construit par Westinghouse est installé à terre et diverge en mars 1953. Une variante baptisée Mark II va être installée sur le premier sous marin nucléaire construit.


Le USS Nautilus à la mer

Le Nautilus (projet SCB64) financé au budget 1952 est mis sur cale aux chantiers Electric Boat de Groton dans le Connecticut le 14 juin 1952 lancé en janvier 1954 et admis au service actif le 30 septembre 1954. La première sortie à la mer à lieu le 17 janvier 1955 et envoie le message «Underway on nuclear power» (en mer avec l'énergie nucléaire).

GENESE DU HMS DREADNOUGHT

La Grande Bretagne à compris l'intérêt du sous marin nucléaire depuis 1946 mais les recherches sont suspendues en octobre 1952. En 1955 cependant, l'US Navy construit le Nautilus, le premier sous marin nucléaire et les britanniques au nom de la «Special Relationship» espère l'aide de Washington.

L'amiral Arleigh Burke, CNO est favorable mais l'amiral Rickover, le père des sous marins nucléaires est contre tout transfert de la technologie pour préserver le monopole américain sur la propulsion nucléaire.

Rickover maintien son véto jusqu'en 1956 mais lord Mountbatten doit jouer de son entregent pour obtenir le système de propulsion américain le plus perfectionné à savoir celui des Skipjack qui sont propulsés par un réacteur S5W alors que le père des sous marins nucléaires américains était prêt à autorisé le transfert d'un réacteur de première génération de type S3W qui équipait la classe Skate.. Cet échange est validé par le traité anglo-américain de 1958 (US-UK Mutual Defence Agreement).


Le USS Skipjack

Les britanniques avaient obtenu le réacteur et pour la coque, ils avaient choisit un design entièrement national même si les ingénieurs britanniques prirent langue avec Electric Boat Corporation de Groton dans le Connecticut pour obtenir des informations sur les tracés de coque les plus adaptés ce qui explique la relative ressemblance du premier Strike Submarine Nuclear (SSN) britannique avec les les navires de la classe Skipjack.

Comme au nom de baptême, il n'est pas surprenant que les britanniques ait choisi le nom de Dreadnought. Comme le dit George Douglas Hamitlon, dixième comte de Selkirk, premier lord de l'amirauté en juillet 1959 (il occupa ce poste de 1957 à octobre 1959), «nous avons choisi d'appeler ce navire Dreadnought car il ouvre une nouvelle époque à l'instar de l'ancien Dreadnought construit cinquante-ans plutôt» ("We are calling this ship Dreadnought because it is opening a new epoch just as was the old Dreadnought, built fifty years ago")

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARIN NUCLEAIRE D'ATTAQUE HMS DREADNOUGHT   Lun 13 Sep 2010, 21:11

HISTORIQUE

Présentation

Le HMS Dreadnought en surface

-Le HMS Dreadnought (S101) est mis sur cale aux chantiers navals de la Vickers Shipbuilding Engineering Ltd installés à Barrow-in-Furness (Cumbria) le 12 juin 1959 en présence de son Altesse Royale (His Royal Higness HRH), le Prince Philip, duc d'Edimbourg et prince-consort lancé le 21 octobre 1960 (Trafalgar Day) en présence de sa Majesté (Her Majesty HM) Elisabeth II, reine de Grande Bretagne et d'Irlande du Nord et admis au service actif le 17 avril 1963.

Le premier sous marin nucléaire d'attaque britannique est le neuvième navire à porté ce nom, concernant des navires qui ne craignent rien ("Who dread nought") enfin rien à part dieu ("fear nothing but god").

Le premier fût un navire armé de 40 canons construit en 1553 suivit par un navire de 41 canons lancé en 1573 reconstruit en 1592 et 1614 avant d'être démoli en 1648. Le troisième HMS Dreadnought est un navire de ligne de 3ème classe armés de 52 canons lancé en 1654 sous le nom de Torrington pour la marine du Commonwealth rebaptisé HMS Dreadnought au moment de la restauration en 1660 avant d'être perdu en 1690.

Le quatrième navire à porté ce nom fût un navire de ligne de 4ème classe armé de 60 canons lancé en 1691 reconstruit en 1706 et détruit en 1748 bientôt suivit par un navire de ligne de 4ème classe de 60 canons lancé en 1742 et vendu en 1784.

Le sixième dreadnought fût un navire de ligne de 2ème classe armés de 98 canons lancé en 1801 converti en navire hôpital en 1827 et démoli en 1857. Le septième est un cuirassé-monitor admis au service en 1879, désarmé en 1908 puis démoli.


Le cuirassé HMS Dreadnought

Le huitième dreadnought est probablement le cuirassé le plus célèbre de l'histoire puisqu'il fût le premier cuirassé à artillerie monocalibre. Il fût mis sur cale à l'Arsenal de Porsmouth le 2 octobre 1905 lancé le 10 avril 1906, admis au service actif le 2 décembre 1906 et désarmé en mai 1921 avant d'être démoli en Ecosse.

Carrière opérationnelle

Le HMS Dreadnought à Fastlane au bassin peu après sa mise en service

Le HMS Dreadnought effectue sa première plongée statique en janvier 1963 et subit une période extensive d'essais avant son admission au service actif. Il effectua sa «traversée de longue durée» en faisant escale à Norfolk, aux Bermudes, à Rotterdam et à Kiel.


L'Essberger Chemist avant et après la collision


Régulièrement déployé à Gibraltar, le HMS Dreadnought effectua plusieurs missions particulières comme la destruction du navire allemand Essberger Chemist le 24 juin 1967 à l'aide de trois torpilles même le navire ne sombra qu'après que les canoniers de la frégate type 61 HMS Salisbury eurent ouvert le feu (l'Essberger Chemist était un chimiquier allemand qui s'était cassé en deux au large des Açores et si la section avant avait coulé, la section arrière menaçait la navigation).


Le HMS Dreadnought en surface

Le 19 septembre 1967, le premier SNA à avoir hissé la White Ensign appareilla de Rosyth, son port d'attache pour Singapour à grand vitesse. Après une escale de 24h à Gibraltar le 27 septembre, il effectua le reste du voyage sans escale, arrivant à Singapour le 3 novembre. Il manoeuvra dans la région jusqu'au début du mois de décembre puisqu'il était de retour à Fastlane le 15 décembre après avoir parcouru un total de 4640 miles en surface et de 26545 miles en plongée.

Subissant une première refonte entre 1967 et 1970 avec notament le réchargement du combustible de son réacteur nucléaire, le HMS Dreadnought fût le premier sous-marin britannique à faire surface au Pôle Nord le 3 mars 1971.


Le HMS Dreadnought au Pole Nord

En novembre 1977, il appareilla pour l'Atlantique Sud en compagnie des frégates Alacrity et Phoebe et des navires auxiliaires ressource et Olwen dans le cadre de l'opération «Journeyman» destiné à dissuader une possible attaque argentine contre les Malouines alors que l'arrivée au pouvoir l'année précédente de la sanglante dictature du général Videla à relancé les revendications de Buenos Aires sur ces îles appelés Falklands par les uns et Islas Malvinas par les autres. Encore aujourd'hui, il y à controverse pour savoir si les britanniques ont prévenu les argentins de la présence d'un SNA au large de leurs côtes afin que le principe de dissuasion joue à plein. Cette opération se termina en janvier 1978.


Le HMS Valiant

La mise en service des Valiant et des Churchill (appelés également Improved Valiant) déclassa le pionnier plus petit et plus bruyant que ces successeurs. Souffrant également de problèmes techniques récurrents, il fût victime des coupes sombres décidés par le gouvernement conservateur de Margareth Tatcher dans le cadre de la revue des programmes de 1981. Désarmé en 1982, il fût transféré dans une partie dédiée de la base navale de Rosyth le 13 avril 1983 et privé de son réacteur et de tout matériel radioactif, il attend la déconstruction qui lui ait promise.


Le HMS Conqueror de classe Churchill est le seul SNA à avoir coulé un navire en l'occurence le croiseur argentin General Belgrano le 2 mai 1982. Le lendemain, le Sun titra "Gotcha" (On l'à eu)

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARIN NUCLEAIRE D'ATTAQUE HMS DREADNOUGHT   Lun 13 Sep 2010, 21:15

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

Le HMS Dreadnought peu après son lancement

Déplacement : en surface 3556 tonnes en plongée 4064 tonnes

Dimensions : longueur : 81m largeur : 9.5m tirant d'eau (surface) 7.9m

Propulsion : un réacteur nucléaire Westinghouse S5W alimentant en vapeur deux turbines à engrenages dévellopant une puissance totale de 15000ch et entrainant une hélice.

Performances : vitesse maximale en surface 20 noeuds vitesse maximale en plongée 28 noeuds

Electronique : un radar de navigation type 1006, un sonar type 2001, un sonar type 2007 et un intercepteur type 167

Armement : 6 tubes lance-torpilles de 533mm concentrés à la proue pour des torpilles (24 ou 30 selon les sources) Mk8 et Mk24. Des mines peuvent aussi être embarquées.

Equipage : 113 officiers et marins


SOURCES

-Marine et forces navales hors série n°8 «spécial sous marins diesels» p52-59 «Grande Bretagne : des classiques très classiques»

-Robert Hutchinson Sous marins la guerre sous les océans de 1776 à nos jours

-Ressources internet diverses


FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : AGUSTA-WESTLAND AW101 MERLIN



_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: SOUS MARIN NUCLEAIRE D'ATTAQUE HMS DREADNOUGHT   Mar 14 Sep 2010, 09:58



Les anglais se sont lancés très tôt dans la construction de SNA, 20 ans avant les français Shocked
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARIN NUCLEAIRE D'ATTAQUE HMS DREADNOUGHT   Mar 14 Sep 2010, 11:07

Pas exactement. La France à très tôt étudié un sous marin à propulsion nucléaire mettant même sur cale le Q244 qui se révélera être un échec car le réacteur était plus gros que la coque du sous marin, coque qui sera réutilisée pour le Gymnote. Les britanniques ont eu plus rapidement un SNA car ils ont obtenu un réacteur clé en main et qu'ils ont bénéficié d'informations sur la coque des Skipjack soit une aide importante alors que la France à eu une aide bien moins importante.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: SOUS MARIN NUCLEAIRE D'ATTAQUE HMS DREADNOUGHT   Mar 14 Sep 2010, 16:58

Merci Claus thumright
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SOUS MARIN NUCLEAIRE D'ATTAQUE HMS DREADNOUGHT   

Revenir en haut Aller en bas
 
SOUS MARIN NUCLEAIRE D'ATTAQUE HMS DREADNOUGHT
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SOUS MARIN NUCLEAIRE D'ATTAQUE HMS DREADNOUGHT
» SOUS MARIN NUCLEAIRE D'ATTAQUE USS NAUTILUS
» SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE VALLIANT
» SOUS MARINS NUCLEAIRE D'ATTAQUE CLASSE SWIFTSURE
» SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE SKIPJACK

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Europe :: Royaume uni-
Sauter vers: