AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 JAPON PORTE-AVIONS TAIHO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: JAPON PORTE-AVIONS TAIHO   Lun 23 Nov 2009, 13:13

PORTE-AVIONS TAIHO
(JAPON)


Le porte-avions Taiho au mouillage. Le plus récent porte-avions japonais eut aussi la carrière la plus courte : trois mois


Avant propos

Avec les DDH de classe Hyuga, la force d'autodéfense maritime japonaise renoue avec le porte-aéronefs et à défaut de porte-avions conventionnels armés de Hornet et de Hawkeye qui renoueraient le fil rompu en 1945, elle prépare le terrain et acclimate les esprits encore marqués par une histoire pas si lointaine où le Japon disposait de l'une voir de la meilleure aéronavale du monde.

Cette force aéronavale connue ses premiers balbutiements peu avant la première guerre mondiale avec l'achat de quelques hydravions français et britanniques. Il fallut attendre les années vingt pour voir le début des véritables essais d'aviation embarquée avec d'abord des tests à bord du transport d'hydravions Wakamiya et du cuirassé Yamashiro munis d'une plate-forme en bois.


L'ancien charbonnier Wakamiya Maru devenu le transport d'hydravions Wakamiya fût le premier navire de l'aéronavale japonaise


Les japonais aidés par la mission Sempill apprennent vite très vite et dès 1922, il mette en service un premier porte-avions le Hosho mais ce dernier fortement inspiré du Hermes britannique est comme son modèle trop petit pour n'être autre chose qu'un navire expérimental.


Le Hosho (ici avec un ilôt qui sera assez vite enlevé) est le premier porte-avions japonais


La construction de porte-avions plus gros s'impose mais comme ailleurs beaucoup d'officiers de marine renaclent devant ce qu'il estiment être un choix aventureux. Depuis près de quatre siècle on se bat sur mer à coup de canons, pourquoi devrait-on faire confiance aux avions pour cela ?

Les constructions neuves se révelant dans un premier temps impossible, il faut avoir recours aux conversions. Le traité de Washington de 1922 qui stoppe le programme «8-8» de 1917 mais permet au Japon la conversion de deux navires de ligne en construction, l'Akagi et le Kaga.


L'Akagi (ci-dessus) et Le Kaga (ci-dessous) furent les premiers porte-avions japonais réellement opérationnels


L'étape suivante c'est la construction neuve et les japonais la franchissent en 1934 en programmant la construction de deux porte-avions qui devinrent les Soryu et les Hiryu mis en service respectivement en décembre 1937 et juillet 1934. Ils furent suivis des deux Shokaku (Shokaku et Zuikaku) mis en service en août et septembre 1941 juste à temps pour participer à Pearl Harbor.


Le Soryu (ci-dessus) et le Shokaku (ci-dessous) avec leurs sister-ship respectifs Hiryu et Zuikaku furent les premiers porte-avions japonais construits dès l'origine pour ce rôle

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON PORTE-AVIONS TAIHO   Lun 23 Nov 2009, 13:25

Genèse du Taiho

Les Etats Unis et le Japon sont rivaux pour le contrôle du Pacifique depuis le début du siècle. La victoire des Etats Unis sur l'Espagne en 1898 voit le géant yankee prendre pied dans une zone que Tokyo considère comme sa chasse gardée (Philippines, Guam, le Pacifique en général). Cette rivalité s'exprime dans une folle course aux armements navals avec notament des programmes de construction de cuirassés démants dont on peut douter de la capacité des deux pays à les mener au bout.

Depuis sa victoire sur la Russie en 1905, la marine impériale japonaise (Nihon Teikoku Kaigun) se prépare à la guerre contre les américains. Conscient de la faiblesse de leur outil industriel par rapport au géant américain («un dragon qui dort» selon Yamamoto), elle pense compenser l'infériorité quantitative par une supériorité qualitative, faire plus gros, plus grand et plus puissant que les américains.


Le Fubuki

Ce choix concerne tous les navires qu'ils s'agissent des destroyers (les Fubuki sont considérés comme les meilleurs destroyers du monde) des croiseurs (les croiseurs lourds japonais donnent des sueurs froides aux amiraux américains par leur vitesse, leur puissance de feu et leur protection) des cuirassés (inutile de vous présenter les Yamato) mais aussi des porte-avions, les marines japonaises et américaines ayant compris leur importance dans une guerre future.


Le Yamato ou le géant et les moustiques : le 7 avril 1945, une nuée d'avions embarqués eut raison du géant

En septembre 1939, le Japon lance son 4ème plan naval qui prévoit la construction de deux cuirassés (les 3ème et 4ème Yamato), un porte-avions, six porte-avions d'escorte, six croiseurs, 22 destroyers et 25 sous marins.


Et encore les japonais prévoyaient encore plus gros avec des cuirassés armés de 6 canons de 510mm

Le plan suivit, le plan n°5 prévoit la construction de trois cuirassés, trois porte-avions, deux super-croiseurs (à canons de 305mm) 32 destroyers et 45 sous marins mais il est révisé après la connaissance du programme américain de la marine des deux océans (Two Ocean Navy) des 14 juin et 19 juillet 1940. Au final, les plans 5 et 6 totaliseraient sept cuirassés (des Super Yamato armés de 6 canons de 510mm) et pas moins de vingt-un porte-avions : cinq dérivés du Taiho et seize d'un nouveau type, une version simplifiée des Soryu, la classe Unryu.


Le porte-avions Amagi de classe Unryu

Conforme à la politique du qualitatif sur le quantitatif, les japonais cherchent à faire mieux que les américains et leurs services de renseignement sont avertis que les futurs porte-avions britanniques de classe Illustrious seront dôtés d'un pont d'envol blindé. Cette idée est reprise pour le futur Taiho qui allait bénéficier d'autres raffinements comme une bonne DCA avec le nouveau canon de 100mm et les premiers radars japonais.


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON PORTE-AVIONS TAIHO   Lun 23 Nov 2009, 13:35

Historique

Présentation

Le Taiho au mouillage

-Le Taiho (grand phoenix) est mis sur cale aux chantiers Kawasaki de Kobe le 10 juillet 1941 lancé le 7 avril 1943 et admis au service actif le 7 mars 1944.

Une fois admis au service actif, le Taiho effectua sa mise en condition opérationnelle en Mer intérieure avant de gagner Singapour où il arriva le 5 avril 1944. Affecté à la 1ère division de porte-avions en compagnie des Shokaku et Zuikaku, le Taiho gagna la base de Lingga au nord de Sumatra mais le manque de carburant perturba l'entrainement des pilotes sans parler de la menace des sous marins américains qui rendait perilleuse toute sortie d'entrainement.

Le 15 avril, le vice-amiral Jisaburo Ozawa fit du Taiho son navire amiral et peu de temps après, la 1ère force mobile quitta Sumatra pour Bornéo et plus précisément la base de Tawi Tawi pour préparer la bataille décisive suivant l'opération A-Go

Une carrière opérationnelle de trois mois (mars-juin 1944)

La modernité du Taiho aurait été totale si à la différence des autres porte-avions japonais il avait été équipé de catapultes comme cela fût un temps prévu

Depuis avril 1943 et les premiers débarquement de MacArthur en Nouvelle Guinée les américains reconquièrent le Pacifique île après île, archipel après archipel avec chaque fois des batailles plus dures, le saut de puce devient de plus en plus sanglant.

En ce mois de juin 1944 la cible des américains est un groupe d'îles, l'archipel des Mariannes en plein Pacifique entre les Philippines et les Marshall, un positionement stratégique puisque des B29 basés ici pourraient atteindre le Japon.

Les deux camps sont donc conscients de l'importance de ces îles, cela ne pouvait donc déboucher que sur un affrontement : la bataille de la mer des Philippines dont son volet le plus important est connu sous le nom de «Mariannas Turkey's Shot» (le tir au pigeon des Mariannes).

L'opération amphibie américaine répond au nom de code «Forager» et prévoit le débarquement du Vème corps amphibie du général Smith, transporté et appuyé par des moyens navals considérables :

-551 navires de transport pour la 2ème et 4ème division de Marines (TG 52.3 pour la premère et TG 52.4 pour la seconde)

-Deux Task Group d'appui, le TG 52.10 avec les cuirassés Pennsylvania New Mexico et Idaho, les croiseurs lourds Minneapolis et San Francisco, les croiseurs légers Honolulu et Saint Louis et 9 destroyers et le TG 52.17 avec les cuirassés Tennessee, Maryland Colorado, les croiseurs lourds Indianapolis Louisville,Wichita,Mineapolis,San Francisco et New Orleans, les croiseurs légers Birmingham Montpelier et Cleveland et 25 destroyers

-Deux Task Group de couverture, le TG 52.11 composé des porte-avions d'escorte Kitkun Bay, Gambier Bay, Corregidor et Coral Sea et de 6 destroyers et le TG 52.14 qui lui dispose des porte-avions d'escorte Fanshaw Bay Midway, White Plains et Kalinin Bay et de 6 destroyers,

La TF58 qui assure l'appui et la couverture lointaine aligne à cette occasion sous le commandement de l'amiral Mitscher cinq Task Group :

-TG 58.1 : porte-avions Hornet, Yorktown, Belleau Wood et Bataan; croiseurs lourds Boston Baltimore et Canberra, croiseur léger Oakland et San Juan et 14 destroyers

-TG 58.2 : porte-avions Bunker Hill, Wasp, Franklin, Monterey et Cabot; croiseurs légers Mobile Santa Fe Biloxi et San Juan et 16 destroyers

-TG 58.3 : porte-avions Lexington, Enterprise, San Jacinto et Princeton; croiseur lourd Indianapolis croiseurs légers Montpelier Cleveland Birmingham; croiseur léger antiaérien Reno; 14 destroyers

-TG 58.4 : porte-avions Essex, Langley, Cowpens et Belleau Wood; croiseurs légers Vincennes Houston et Miami; croiseur léger antiaérien San Diego et 24 destroyers)

-TG 58.7 avec les cuirassés Washington et North Carolina (BatDiv 6) Iowa et New Jersey (BatDiv 7) Indiana (BatDiv Cool Alabama et South Dakota (BatDiv 9); les croiseurs lourds Wichita, Minneapolis, New Orleans et San Francisco plus 13 destroyers).

La Fast Carrier Task Force lancent ses premiers raids aériens le 11 juin, les quatre groupes de porte-avions lançant 208 Hellcat et 8 Avenger sur Saipan et Guam dans le but d'y balayer l'aviation japonaise. Les 12 et 13 juin, le TG 58.1 se concentre sur Guam et les trois autres s'attaquent à Saïpan et Tinian. Après un bombardement mené par les cuirassés de la TF52, les deux divisions de Marines débarquent le 15 juin suivi par la 27ème DI le lendemain. Saïpan est prise le 9 juillet.

A l'annonce des premiers bombardements américains, l'opération A-GO est déclenchée le 11 juin et la 1ère Force Mobile appareille de Tawi Tawi le 13 juin 1944 pour les Philippines puis pour Saipan afin de localiser et de détruire les grands porte-avions américains.


Représentation d'artiste du Taiho avec des Yokosuka D4Y Judy et des B6N Jill ou B5N Kate

Le 19 juin 1944 à 7.45, le Taiho se met face au vent pour lancer ses avions à savoir 16 A6M Zero, 17 D4Y Judy et 9 B6N Jill qui constitue une partie de la deuxième vague d'Ozawa.

Alors que les avions du Taiho se regroupaient, le sous marin américain Albacore (SS-218) repéra cette magnifique cible et lança à 8.10 une gerbe de six torpilles. Un des pilotes du Taiho, le premier maitre Sakio Komatsu jeta son appareil dans le sillage des torpilles et réussit à faire détonner une. Quatre des cinq torpilles survivantes ratèrent leur cible et une seule atteignit sa cible mais cette seule torpille scella le sort du plus moderne des porte-avions japonais.

Cette dernière explosa à tribord au niveau de l'ilot, brisant les citernes de carburant aviation et bloquant l'ascenseur avant. La brèche provoqua une entrée massive d'eau de mer ce qui obligea le capitaine à réduire sa vitesse. Aucun incendie ne s'étant déclarée, le Taiho continua ses opérations aériennes avec un ascenseur en moins.

Pourtant sournoisement, les vapeurs d'essence s'accumelèrent dans tout le navire, le mettant à la merci de la moindre étincelle. Faute d'expérience ou par malchance, les japonais tentèrent d'évacuer l'eau de mer à l'aide de pompes.

Le système de ventilation étant incapable d'évacuer les vapeurs d'essence, ce qui devait arriver arriva : une étincelle enflamma les vapeurs d'essence provoqua une gigantesque explosion à 15.20 (14.30 selon d'autres sources).
Selon un membre de l'état major d'Ozawa, elle fût si forte que le pont se souleva, laissant une plaie béante.

Le porte-avions rompit la formation et commença à s'enfoncer dans l'eau. L'amiral Ozawa aurait voulu sombrer avec le navire mais son état major réussit à le convaincre d'évacuer et de gagner le croiseur lourd Haguro à l'aide d'un destroyer.

Peu après le départ de l'amiral, le Taiho fût victime d'une nouvelle explosion et coula par la poupe sur les coups de 16.28 entrainant avec lui 1650 officiers et marins sur un total de 2150 hommes.

Le bilan de cette journée du 19 juin est resté dans l'histoire comme le «Mariannas Turkey Shot», les américains perdent 27 aviateurs, 31 marins, 108 blessés et 30 avions et les japonais 243 avions embarqués et une cinquantaine d'avions basés à terre. A cela s'ajoute les torpillages du Taiho et du Shokaku.

Le 20 juin 1944, le TG 58.4 limité en carburant reste en couverture de Guam et de Rota alors que le reste de la TF sous le commandement de l'amiral Mitscher poursuit les reste de la flotte japonaise vers l'ouest mais est handicapée par le vent qui l'oblige à mettre le cap à l'est pour chaque mouvement d'aviation.

Des recherches sont lancées et l'escadre japonaise n'est trouvée qu'à 15h40, par un Avenger de l'Enterprise à presque 600 km.

Malgré la distance et l'heure tardive, onze porte-avions lancent 96 Hellcat, 54 Avenger,51 Helldiver et 26 Dauntless. Tous les appareils, même les Hellcat portent des bombes sauf vingt Avenger armés de torpilles.

L'opération à la limite du rayon d'action des avions est devenue pour l'histoire «The Mission Beyond Darkness» _La mission au delà du crépuscule_, l'attaque prévue à 240 miles, l'attaque de fait en réalité à 300 miles nautiques.

L'attaque commence au crépuscule et pour la contrer les japonais ont fait décoller 68 chasseurs depuis les porte-avions Junyo, Hiyo, Ryuho,Zuikaku, Chitose, Zuiho et Chiyoda. Les Avenger du Yorktown et du Belleau Wood armés de torpilles attaquent les porte-avions Zuikaku et Hiyo, ce dernier étant coulé. Le Zuikaku est touché par des bombes, le Chiyoda, le Haruna et le Maya encaisse chacun une bombe et deuxx pétroliers sont perdus et 65 avions japonais sont abattus.

Le retour des avions américains, de nuit, à bout de carburant, certains endommagés, est resté légendaire. 20 avions ont été perdus au cours de l'attaque et 80 pendant le retour, amerris, faute d'essence ou accidentés à l'appontage.

En depit des risques, l'amiral Mitscher donne l'ordre d'allumer les feux de sa flotte pour aider les aviatiques. Les porte-avions se signalent par un projecteur braqué verticalement, les appareils se posent sur le premier pont disponible avec parfois deux appontages simultanés : un Hellcat sur le brin 2 et un bombardier sur le brin 5.

Le tir aux pigeons des Mariannes et la destruction du Taiho marquent la fin de l'aéronavale japonaise comme force constituée, la bataille de Leyte n'étant qu'un râle dans une agonie interminable.


Maquette du Taiho

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON PORTE-AVIONS TAIHO   Lun 23 Nov 2009, 13:50

Caracteristiques Techniques


Déplacement : standard 29300 tonnes pleine charge 34200 tonnes

Dimensions : longueur (hors tout)260.50m (flottaison) 253m largeur : 27.70m tirant d'eau : 9.67m

Propulsion : 4 turbines à engrenages Kampon alimentées par 8 chaudières Kampon Ro dévellopant une puissance totale de 160000ch et actionnant 4 hélices

Performances : vitesse maximale : 33.3 noeuds distance franchissable : 10000 miles nautiques à 18 noeuds

Protection : ceinture de 55 à 152mm pont d'envol 75 à 80mm pont du hangar et parois latérales blindées à 32mm

Electronique : un radar de veille combinée type 21 (Radar de veille combinée disposant de deux antennes fonctionnant sur une longueur d'ondes métrique (1.5m) et pouvant détecter une formation aérienne à 120km et un avion isolé à 70km.)

un radar de veille aérienne type 13 (Un radar de veille aérienne équipé de deux antennes, l'une pour émettre et l'autre pour recevoir. C'était un radar métrique (longueur 2.0m) pouvant détecter un groupe d'avions à 100km et un avion isolé à 50km avec une marge d'erreur de 2 à 3km et de 10°.)

Armement :

Les destroyers de classe Akitsuki (ici le Hatsuzuki) étaient armés de 4 tourelles doubles de 100mm identiques à celles du Taiho

-12 canons de 100mm type 98 en six tourelles doubles (trois tribord et trois babord). Ce canon de 65 calibres tire des obus explosifs de 28kg à une distance maximale de 19500m en tir antisurface (+45°) et de 13000m en tir antiaérien à raison de 15 à 21 coups par minute.

La tourelle Model A pèse 34.5 tonnes en ordre de combat et peut pointer en site de -10° à +90° à raison de 16° par seconde et en azimut sur 70° à raison de 11 à 16° par seconde. La dotation en munitions est de 400 obus par tourelles soit un total de 2400 obus

-66 canons de 25mm type 96 en 22 affûts triples. Ce canon de 60 calibres tire des obus de 250° à une distance maximale comprise de 7500m en tir à but surface (+50°) et de 3000m en tir antiaérien (+85°) à raison de 220 à 260 coups/minute (théorique, la cadence pratique est de 110 à 120 coups).

L'affût triple pèse 1800kg et peut pointer en site de -10° à +85° et en azimut sur 360° . La dotation en munitions est de 2000 obus par canon soit un total de 44000 projectiles.

Installations aéronautiques

-Pont d'envol de 257.50m de long sur 30m de large relié aux deux hangars de 150m de long sur 5m de haut (largeur inconnue) superposés par deux ascenseurs axiaux. Le pont d'envol est en acier recouvert d'une couche de latex de 6mm d'épaisseur.

-Les deux ascenseurs d'une capacité de 7.5 tonnes mesurent 14m de long sur 14m de large. Un troisième était prévu dans les plans originaux mais abandonné pour accélerer la construction

-14 brins d'arrêt longitudinaux

-Deux catapultes prévues à l'origine mais non installées (aucun porte-avions japonais ne reçut de catapultes)

Groupe aérien

Entre le design et la construction, le nombre d'appareils du Taiho connu des variations considérables. Il était prévu à l'origine pas moins de 126 appareils embarquables dont 30 en réserve démontés.

Il fût ensuite réduit à 64 appareils puis porté à 78 et enfin réduit à 53. cette variation s'explique par le fait que les appareils qui devaient être embarqués à l'origine n'étaient plus ceux que le Taiho pouvait espérer embarquer.


Maquette du A7M2 Reppu qui aurait du remplacer le A6M Zeke

Ainsi, il n'embarqua jamais les 24 chasseurs Mitsubishi A7M2 Reppu («Sam»), 25 bombardiers-torpilleurs Aichi B7A2 Ryusei («Grace») et 4 avions de reconnaissance Nakajima C6N1 Saiun («Myrt»).


Le bombardier en piqué Aichi B7A Ryusei

A la place, il embarqua 65 appareils dont 22 Mitsubishi A6M5 Reisen («Zero»), 22 Yokosuka D4Y1 Susei («Judy») dont 4 en version de reconnaissance D4Y1-C, 3 Aichi D3A2 («Val») et 18 Nakajima B6N2 Tenzan («Jill») (réduit à 56 le 19 juin 1944)


L'avion de reconnaissance Nakajima C6N

Equipage : 1649 hommes

Sources

Simon Liot de Nobrecourt La Flotte Combinée japonaise de Pearl Harbor à Hiroshima

Michel Ledet Samourais sur porte-avions : les groupes embarqués japonais et leurs porte-avions 1922-1944

Alexandre Sheldon-Duplaix Histoire mondiale des porte-avions des origines à nos jours

Encyclopédie des armes éditions atlas tome 4 «les porte-avions du Pacifique» P881-900

Ressources internet diverses

Photos et PDF de l'ami Vautour

FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : CUIRASSES CLASSE ISE


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JAPON PORTE-AVIONS TAIHO   Lun 23 Nov 2009, 15:14

hum belle bête...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JAPON PORTE-AVIONS TAIHO   Lun 23 Nov 2009, 17:32

C' était encore tout bon , merci Claus
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON PORTE-AVIONS TAIHO   Lun 23 Nov 2009, 17:42

De rien les gars, dommage que ce porte-avions ait eu une carrière si courte quand même

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JAPON PORTE-AVIONS TAIHO   Mer 25 Nov 2009, 19:08

Voila un article Bienvenue Clauss, car le Taiho est un porte avion que je connais très mal !

Cette histoire, est triste aussi pour le premier maitre Komatsu, qui c'est sacrifier pour rien ! salut
Malgré son héroisme, ils aura pas pu sauver ses camarades! Shit
Revenir en haut Aller en bas
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2283
Age : 47
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: JAPON PORTE-AVIONS TAIHO   Sam 28 Nov 2009, 22:24

encore une note A+

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON PORTE-AVIONS TAIHO   Sam 28 Nov 2009, 23:40

Merci Jolly. En même temps avec à peine trois mois de carrière opérationelle, ce n'était pas l'article le plus long. Par contre le Skyraider j'en suis déjà à 10 pages et j'ai pas encore parlé du Vietnam ni des Skyaider français affraid

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3657
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Complément sur les réservoirs d'essence d'aviation   Lun 06 Sep 2010, 21:19

Plusieurs porte-avions japonais de la fin de la guerre furent perdus suite à l'explosion de leurs soutes à essence aviation : HIYO, TAIHO, TAIYO, ... Cela était dû à une faiblesse de conception.

Tandis que les Américains avaient adopté les soutes à essences entièrement isolées des parois de leur compartiment par des vides, les Japonais ne le faisaient que sur les parois verticales. Le fond et le sommet des réservoirs étaient les ponts, ce qui les rendait moins résistants aux avaries de combat.

Pire, une décision fut prise en 1944 de combler les lames vides autour des réservoirs avec du béton, sensé freiner les éclats d'obus, de bombe ou de métal en cas d'impact. En pratique, ce béton transmettait les ondes de choc aux réservoirs, et contribuait à les fracturer. Les vapeurs d'essence n'étaient plus contenues dans la lame d'air, puisqu'elle était comblée, et se répandaient dans le bord, rendant l'incendie ou l'explosion incontrolable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON PORTE-AVIONS TAIHO   Lun 06 Sep 2010, 22:05

Merci pour ce complément. Les américains ont beaucoup progressé dans le domaine de la sécurité incendie après la perte du Lexington causée par un étincelle qui enflamma les vapeurs d'essence accumulées dans les fonds

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5134
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: JAPON PORTE-AVIONS TAIHO   Mar 07 Sep 2010, 04:36

les soutes du Ranger étaient en contact direct avec le fond du navire. On utilisa aussi pas le mal le béton chez les américains.

La perte du Lexington permit une remise à plat des normes de sécurité anti incendies, mais c'est aussi la perte du porte-avions d'escorte Dasher dans la Clyde qui aboutit à l'isolement total des soutes dans des "cofferdams" et ce il faut le noter après des discussions houleuses entre commissions techniques britanniques et américaines
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: JAPON PORTE-AVIONS TAIHO   

Revenir en haut Aller en bas
 
JAPON PORTE-AVIONS TAIHO
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» JAPON PORTE-AVIONS TAIHO
» JAPON PORTE-AVIONS SHINANO
» JAPON PORTE-AVIONS AKAGI
» JAPON PORTE-AVIONS CLASSE UNRYU
» JAPON PORTE-AVIONS CLASSE ZUIHO

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: LES NAVIRES 1922-1950-
Sauter vers: