AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 DESTROYERS LANCE-MISSILES CLASSE IMPAVIDO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: DESTROYERS LANCE-MISSILES CLASSE IMPAVIDO   Dim 01 Nov 2009, 21:03

DESTROYERS LANCE-MISSILES CLASSE IMPAVIDO
(ITALIE)


L'Impavido à la mer. La tourelle de 127mm, deux tourelles de 76mm, le lanceur Tartar et la plate-forme hélicoptère est particulièrement visible sur cette photo


Avant propos

La marine italienne (Regia Marina marine royale) est née officiellement le 17 mars 1861 lors de la proclamation du royaume d'Italie même si dans les faits l'unification des marines sardes, napolitaines, toscanes et pontificales _auxquels s'étaient adjoints les navires ayant transporté et soutenu Giuseppe Garibaldi dans son expedition des Mille qui allait intégrer le Royaume de Naples dans l'Italie unifiée_ datait du 17 novembre 1860.

L'origine variée des personnels et des navires provoqua de nombreux caffouillages qui furent en partie à l'origine de la sévère défaite de Lissa (20 juillet 1866) contre la marine autrichienne. Cette défaite est toujours présente à l'esprit des marins italiens qui portent sur leur uniforme un mouchoir noir avec un double noeud en signe de deuil.

Peu à peu pourtant, la marine italienne malgré une industrie inférieure aux autres grandes nations européennes se dota de navires modernes. Elle peut par exemple s'enorgueillir d'être la patrie d'origine du théoricien de ce qui n'était pas encore le dreadnougth, Vittorio Cuniberti, même si ce dernier ne trouva pas tout de suite un echo favorable dans son pays d'origine.

La première guerre mondiale vit la marine italienne surveiller de prêt la marine austro-hongroise même si aucune grande bataille de cuirassés n'eut lieu, les pertes de navires de ligne étant le fait du sabotage (explosion du Benedetto Brin à Brindisi le 27 septembre 1915 et du Leonardo da Vinci à Tarente le 2 août 1916) ou par des vedettes rapides (destruction du Svent Istvan le 10 juin 1918 par des vedettes MAS et du Viribus Unitis le 1er novembre 1918 par l'ancètre des mini-submersibles que la Decima MAS allait mettre en oeuvre avec succès durant la seconde guerre mondiale)


Le Viribus Unitis entrain de couler


La crise économique des années vingt et le traité de Washington bride les ambitions navales italiennes qui doit stopper la construction de quatre super-dreadnougth de classe Francesco Caracciolo. Avec 175000 tonnes de cuirassés, elle obtient la parité avec la France.

Ces ambitions navales sont cependant relancées par le régime fasciste de Mussolini qui rêve de reconstituer l'empire romain, considérant la Méditerranée comme une Mare nostrum italienne.

Dans l'immédiat ses ambitions sont plus modestes, le dictateur italien réclamant la Corse, la Savoie, Nice, la Tunisie et Djibouti, tous des territoires français ou sous domination française. Bien entendu, Paris fait la sourde oreille à ses revendications et l'Italie comme la France se prépare à la guerre.

Une rivalité navale implacable oppose les deux pays (bien que les autorités politiques notament françaises cherchèrent jusqu'en 1936 l'alliance italienne, se montrant fort accomodant vis à vis des ambitions transalpines en Ethiopie alors que la Grande Bretagne faillit entrer en guerre) et chaque réalisation d'un pays entrainerait la riposte de l'autre.

Résultat, la marine italienne en 1939 avait fière allure en dépit d'une industrie bien inférieur à ses voisins et si les Littorio n'étaient pas encore en service, les Andrea Doria et les Conte di Cavour totalement reconstruits n'avaient rien à envier aux cuirassés français et anglais. Dans le domaine des croiseurs, les croiseurs lourds de classe Trento et de classe Zara vallaient facillement les Duquesne et les Suffren.


Le croiseur Zara à la mer


Malheureusement pour les marins italiens, la Regia Marina traversa la guerre sans gloire, quelques rares exploits de ses avions torpilleurs et de ses plongeurs de combat ne jetèrent qu'une lumière plus crue sur la relative inactivité d'une flotte de surface bridée par la pusilanimité des amiraux italiens souvent paralysés par des règles d'engagement trop restrictives qui détonaient par rapport aux discours martiaux d'un Mussolini qui s'y connaissait autant qu'Hitler en stratégie navale.

Le 8 septembre 1943, l'Italie signa un armistice avec les puissances alliées et ce qui restait de la flotte italienne (qui comprenait à ce moment deux porte-avions inachevés, cinq cuirassés dont trois Littorio, 9 croiseurs, 11 destroyers 22 frégates 19 corvettes) se rendit à Malte pour y être internée perdant le cuirassé Roma au passage, coulé par deux bombes planantes FX1400 «Fritz X».

Jouant un rôle négligeable jusqu'en 1945 (en dépit de la volonté du gouvernement italien qui proposa même l'envoi d'un Littorio dans le Pacifique ce qui était politiquement et militairement difficilement acceptable), la Regia Marina perdit ses meilleurs navires, partagés entre les vainqueurs.

Suite à l'abolition de la monarchie, la Regia Marina devint la Marina Militare Italiana le 2 juin 1946 et connue quelques heures sombres mais bien vite la guerre froide permis aux marins italiens de retrouver tout leur lustre.

La position stratégique de l'Italie qui contrôlait le détroit de Sicile et le détroit de Messine poussa les américains à favoriser la reconstitution d'une puissante marine qui ne pût cependant acquérir de porte-avions (la loi de l'époque fasciste ne fût abrogée qu'en 1989) et rangea les cuirassés aux rayons de ses souvenirs, ne conservant que de vieux croiseurs et destroyers d'avant guerre avant de construire de nouveaux navires et de battir une flotte autour de nombreux destroyers, frégates, corvettes et sous marins chargés de lutter contre l'Eskadra (les forces soviétiques en Méditeranée).

Les destroyers italiens : quelques faits

L'histoire des destroyers italiens m'étant étrangère et n'étant pas le sujet de cet article, je vais me contenter que d'esquisser cette histoire, sachant que les Impavido n'ont pas surgis du néant. Les premiers destroyers italiens étaient de petits bâtiments, comparables aux torpilleurs de l'entre-deux guerre comme la classe Generale qui mesurait 73m, déplaçait 890 tonnes à pleine charge avec pour armement trois canons de 102mm, deux de 76mm AA et deux affûts doubles lance-torpilles de 450mm.

Ces six destroyers étaient la dernière classe de ce type de navires après les huit Pilo qui étaient armés de 5 canons de 102mm avec pour corrolaire une surcharge dans les hauts) les six Sirtori, les huit La Masa (armement réduit à 4 canons de 102mm) les quatre Palestro (allongés à 82m) et avant la classe Curtatone.

Comme dans toutes les autres marines, les destroyers italiens furent de plus en plus gros avec par exemple les trois Leone de 2283 tonnes de 1924 ou les 12 Navigatori de 1945 tonnes construits entre 1928 et 1930 avec un armement composé de 6 canons de 120mm en trois affûts doubles, 3 canons de 37mm antiaériens et deux affûts doubles ou triples lance-torpilles.


Le Nicola Zeno de classe Navigatori


Les principaux destroyers italiens de la guerre furent les Oriani (4 navires de 1950 tonnes) et leurs dérivés, les 12 Soldati de 1830 tonnes standard qui étaient armés de 4 ou 5 canons de 120mm, un canon de 37mm antiaérien, deux affûts triples lance-torpilles de 450mm.


Un destroyer de classe Soldato à la mer


Censés se battent contre les super-destroyers français, les navires italiens avaient sacrifié la protection et le rayon d'action à la vitesse qui atteignait 39 noeuds pour les Soldati.

Dans une mer aussi fermée que la Méditeranée, les combats étaient extrêmement violents et les possibilités d'esquive rares sans parler que les anglais avaient la supériorité aérienne sur une bonne partie de la Méditeranée.

Nombre de destroyers italiens furent donc coulés et la reconstitution de la marine italienne se fit à l'aide de navires d'avant guerre (à la différence de nombre de marines, la marine italienne ne reçut par de destroyers américains du moins pas dans l'immédiat après guerre, trois Fletcher furent bien transferés mais à la fin des années soixante à une période où la Marina Militare avait retrouvé toutes ses forces) en particulier les deux destroyers de classe Soldato, les Carabiniere et Granatiere, type de navires bien connu en France puisque trois de cette classe furent transferés à titre de dommage de guerre mais servant peu de temps (Le Legionario devenant le Du Chaffault, le Mitragliere devenant le Julien de La Graviere et le Velite devenu le Duperré, le quatrième destroyer étant un destroyer de classe Oriani,une version dérivée des Maestrale, le Alfredo Oriani devenu D'Estaing).

La Marina Militare mit également en oeuvre le Grecale de classe Maestrale, classe de 4 destroyers mis en service en 1931/34 et dont il fût le seul survivant. La reconstitution ne tarda cependant pas et dès le milieu des années cinquante, la marine Militare mit en service deux destroyers fidèles à la meilleure tradition maritime italienne.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: DESTROYERS LANCE-MISSILES CLASSE IMPAVIDO   Dim 01 Nov 2009, 21:27

Genèse des Impavido

Sans l'éclatement prématuré de la guerre (rappelons que Mussolini ne se sentait pas capable d'entrer en guerre avant 1942), la marine italienne aurait renforcé ses forces légères par la construction de 20 destroyers de classe Commandanti Medaglie d'Oro.

Ces navires de 2100 tonnes et de 120m de long (soit la taille d'un Gearing) reprenaient la coque des Soldati mais devaient disposer d'un armement bien plus puissant avec 4 canons de 135mm en affûts simples (identiques à ceux installés sur les Capitani Romani) 12 canons antiaériens de 37mm, 6 tubes lance-torpilles de 533mm et 52 mines et une vitesse de 35 noeuds.

Baptisés du nom de soldats ayant reçut la médaille d'or de la valeur militaire (décoration créé en 1793 par le roi Victor Amédée III de Sardaigne supprimée en 1815 mais rétablie en 1833 et remplacée en 1946 par la Emblema della Republica Italiana), ces 20 navires furent mis sur cale en 1942/43 mais aucun et pour cause ne fût achevé.

Les plans étant encore disponibles, les italiens reprirent les plans de ces destroyers (comme les T47 étaient des descendants des Mogador) et construisirent les deux destroyers de classe Impetuoso.


L'Indomito de classe Impetuoso

Ces navires de 2775 tonnes, 127m de long et filant à 34 noeuds furent armés de deux tourelles doubles de 127mm, de 12 canons de 40mm (deux affûts quadruples et quatre affûts doubles) et deux affûts doubles lance-torpilles de 533mm.

Comme les Escorteurs d'Escadre français et les Forrest Sherman américains, les Impetuoso (Impetuoso et Indomito) étaient des descendants directs des destroyers de la WWII avec un armement composé d'un canon à double usage, d'une puissante DCA légère et de torpilles ASF.

Entrés en service en 1958, ces navires restèrent en service jusqu'en 1980 (Impetuoso) et 1983 (Indomito) dans leur configuration originale, ne subissant la refonte lance-missiles un temps prévue.

L'entrée de la Marina Miliate Italian dans l'ère du missile allait donc avoir lieu avec leurs descendants, les deux destroyers de classe Impavido, destroyers baptisés Impavido et Intrepido.

Historique



-L'Impavido (D570) est mis sur cale aux chantiers CNR de Riva Trigoso en 1957 lancé en 1962. et admis au service actif le 16 novembre 1963. Il à été désarmé en 1992.

-L'Intrepido (D571) est mis sur cale aux chantiers Ansaldo de Gênes en 1959 lancé en 1962 et admis au service actif le 28 juillet 1964. Il à été désarmé en 1991.

Ces deux destroyers sont contemporains des Charles F. Adams mais à la différence des navires américains, les italiens ont mis l'accent sur la défense antiaérienne probablement en raison de nombreux navires légers ASM de type frégates et corvettes.

Caractéristiques Techniques


L'Impavido à Tarente

Déplacement : standard 2775 tonnes pleine charge 3810 tonnes

Dimensions : longueur 131.30m largeur 13.65m tirant d'eau 5.43m

Propulsion : deux turbines à engrenages Tosi alimentées par quatre chaudières Foster Wheeler dévellopant 70000 ch et entrainant deux hélices.

Performances : vitesse maximale 33.5 noeuds distance franchissable : 4500 miles nautiques à 20 noeuds

Electronique :

-Radar de veille SPS 12
-Radar SPQ 2
-Radar d'altimétrie SPS39 (SPS 52 pour le Impavido)
-Deux radar d'illumination SPG 51 (missiles Tartar)
-3 systèmes de conduite de tir optronique Argo
-Sonar d'étrave SQS 23

Armement :


Ecorché de la tourelle de 127mm

-2 canons de 127mm (5 pouces) Mark 12 en une pseudo-tourelle Mark 38 installée à l'avant . Ce canon de 38 calibres tire des obus de 25kg à une distance maximale de 15903m en tir antisurface (site : +45°) et de 11887m en tir antiaérien (site : +85°).

L'affût double Mark 38 pèse 43 tonnes en ordre de combat et peut pointer en site de -15° à +85° à raison de 15° par seconde et en azimut sur 150° à raison de 25° par seconde. Dotation en munitions inconnue.


Canon de 76mm

-4 canons de 76mm Oto Melara modèle 1960 en 4 tourelles simples. Ce canon de 62 calibres tire des obus de 12.34kg à une distance maximale effective de 8000m en tir antisurface (site : +45°) et de 4000m en tir antiaérien (site : +85°) à raison de 60 coups par minute.

La tourelle simple pèse 12 tonnes et pointe en site de -15° à +85° à raison de 40° par seconde et en azimut sur 360° à raison de 70° par seconde.

-Un affût lance-missiles Mk 13 installé à l'arrière pour 40 missiles Tartar. Le missile muni d'un moteur à poudre à double poussée mesurait 4.57m de long, 343mm diamètre et 1.08m d'envergure. Dôté d'une charge militaire de 59kg, il pouvait abattre une cible à 17.5 nautiques (32.5km) pour sa version la plus récente et volant entre 60 (18m) et 65000 pieds (19800m) et avait une vitesse maximale de mach 1.8m

-6 tubes lance-torpilles ASM en deux plate-formes triples Mk 32 pour des torpilles ASM Mk44. La torpille sus-nomée pèse 193kg (34kg pour la charge militaire) et peut toucher une cible à 5490m à 30 noeuds.

Aviation : plate-forme à la poupe mais sans hangar pour un Agusta Bell AB204 de lutte ASM.

Equipage : 22 officiers et 312 hommes

Sources

-Encyclopédie des armes éditions Atlas tome 9 «Les destroyers de l'axe 1939-45» p2121-2140

-Marines Magazine n°47 mai 2007 «Les destroyers des années soixante» P4-29

-FdC pour les nomenclatures des capteurs

-Ressources internet diverses : Wikipedia, NavWeaps..........

FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : CUIRASSES CLASSE BAYERN


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2286
Age : 47
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: DESTROYERS LANCE-MISSILES CLASSE IMPAVIDO   Lun 02 Nov 2009, 21:18

Connaissais pas ceux là Merci mon brave

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: DESTROYERS LANCE-MISSILES CLASSE IMPAVIDO   Lun 02 Nov 2009, 21:24

Mais de rien mon cher. Moins non plus la marine italienne n'est pas mon domaine de prédilection. Dans pas longtemps je vais faire les Audace qui leur sont immédiatement postérieurs et j'ai bien entamé les Bayern (postage prévu en fin de semaine jeudi au plus tard)

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colombamike
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3302
Age : 38
Ville : Massilia
Emploi : Yep
Date d'inscription : 06/11/2007

MessageSujet: Re: DESTROYERS LANCE-MISSILES CLASSE IMPAVIDO   Lun 02 Nov 2009, 21:41

arf ! yes ! coool !
tes articles sont toujours assez concis, rapides, complets !

Je réfléchit sérieusement à faire la même chose (mais sans les mettre en lignes)....pour l'instant......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: DESTROYERS LANCE-MISSILES CLASSE IMPAVIDO   Lun 02 Nov 2009, 21:48

Merci Mike. En fait la concision de l'historique s'explique par la période : pas de grand conflit. Quand c'est le cas, j'essaye de faire une introduction copieuse. Par exemple pour les Bayern, l'intro est un tour d'horizon de tous les cuirassés et croiseurs de bataille allemands antérieurs ou contemporains des Bayern.

Mon but n'est pas de remplacer les livres mais de faire découvrir ou redécouvrir des navires à des passionés de marine comme nous tous ou des simples novices. Sans faire l'immodeste, je pense que marine forum devient avec mes articles et ceux de jolly, le breton X07 une référence francophone en matière de marine de guerre.

Bon c'est pas tout ça mais j'ai les Bayern à terminer lol! lol!

P.S : franchement mike il faut se lancer, si tu compare mes articles actuels avec les premiers, les progrès sont flagrants (si c'est le cas envoie moi un MP pour me dire tes projets pour éviter les doublons thumleft )

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: DESTROYERS LANCE-MISSILES CLASSE IMPAVIDO   

Revenir en haut Aller en bas
 
DESTROYERS LANCE-MISSILES CLASSE IMPAVIDO
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» USN DESTROYERS CLASSE MAHAN
» USN DESTROYERS CLASSE PORTER
» USN DESTROYERS D'ESCORTE CLASSE DEALEY
» DESTROYERS CLASSE FORREST SHERMAN
» JAPON DESTROYERS CLASSE AKITZUKI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Europe :: Italie-
Sauter vers: