AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 GRUMMAN TBF AVENGER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: GRUMMAN TBF AVENGER   Lun 07 Sep 2009, 13:41

GRUMMAN TBF AVENGER
(ETATS UNIS)


Un Grumman TBF-1 en vol. La mitrailleuse dorsale et la mitrailleuse ventrale ne sont pas encore montées


Avant propos

Depuis l'apparition du missile antinavire au début des années soixante, la torpille comme arme antinavire de surface est devenue obsolète et seules quelques rares marines comme la marine russe utilise encore des torpilles de 533mm.

La torpille apparaît en temps qu'arme au 19ème siècle mais qu'il s'agisse de la guerre de sécession ou de la guerre russo-turque en 1877-1878, ces armes étaient assez proches de ce qui allait donner naissance aux mines. L'utilisation de la torpille était dangeureuse pour ne pas dire suicidaire, les armes étant portés au bout d'une hampe ce qui entrainait souvent la destruction de la cible comme le 26 octobre 1864 quand une chaloupe nordiste coula en coulant le cuirassé sudiste CSS Albermarle à l'aide d'une torpille portée.

Au milieu du 19ème siècle, un officier autrichien, le capitaine de frégate Giovanni Luppis reprennant l'idée d'un compatriote imagine un canot explosif propulsé par ressort et dirigé par des cables dont il fait une première démonstration devant l'empereur François Joseph en 1860.

En 1864, il fait la connaissance de l'ingénieur anglais Robert Whitehead qui va perfectionner son invention. Il abandonne l'idée de la navigation en surface pour une navigation sous marin afin de frapper les navires de guerre là où ils sont le plus vulnérables à savoir sous la flottaison. Pas besoin d'être Einstein pour comprendre qu'un trou sous la flottaison entraine le naufrage du navire.

Le premier essais à lieu le 21 décembre 1866 et la commission navale impressionée commande des torpilles dès 1867 suivie de l'Angleterre qui obtient la licence de fabrication en 1872.

La torpille Whitehead était difficile à contrôler et le taux de réussite limité jusqu'à son perfectionnement par l'amiral américain Howell qui en 1891 remplace le moteur à air comprimé âr un mécanisme à ressort : l'énergie est accumulée avant le lancement et est relachée au moment du lancement. Outre la discretion accrue au niveau visuel et sonore, la trajectoire était strictement rectiligne, garantie d'une précision accrue. Lors de tests menées par l'US Navy, la torpille Howell obtint 95% de réussite contre 37% pour la Whitehead.

Avec l'apparition de l'aéronef, les différentes marines du monde envisagèrent l'utilisation de la torpille depuis ses fragiles machines aux promesses immenses. Les problèmes à régler étaient nombreux, la torpille était un projectile particulièrement fragile et nécessitait des conditions d'utilisation quasi parfaites notament en terme de vitesse.

La Royal Navy fût la première marine à utiliser la torpille aéroportée : en août 1915, le commander Edmonds coule à la torpille le transport de munitions turc Injeh Bournou de 5000 tonnes et sans l'armistice de novembre 1918, le Sopwith Cuckoo aurait été engagé contre la Hochseeflot allemande qui suivant le concept «mahanien» de Fleet in being (flotte en attente) n'était plus sortie de ses ports depuis la bataille de Jutland.


Le Sopwith Cuckoo fût le premier véritable avion torpilleur à entrer en service dans le monde


Les avions torpilleurs de l'US Navy


Un Douglas DT-2 décollant du porte-avions Langley. le Douglas DT fût le premier avion torpilleur à entrer en service dans l'US Navy


Les américains suivant l'exemple des britanniques s'intéressent à l'utilisation de la torpille aéroportée mais après la première guerre mondiale. L'US Navy lance un appel à candidature le 1er avril 1921 (contrat n°53305) auquel répond le Douglas DT qui effectue son premier vol en novembre 1921 et produit en pas moins de six versions qu'il s'agisse du DT-1 (trois exemplaires de pré-série) du DT-2 (64 biplaces produits) et si la version DT-3 n'est pas produite, le DT-4 est construit à quatre exemplaires en convertissant des DT-2 au bombardement tandis que le DT-6 (la désignation DT-5 concerne deux DT-4 remotorisé) est un DT-2 remotorisé.


Un Douglas DT en version hydravion larguant une torpille qui était un exercice périlleux


Cet appareil utilisable en version terrestre et à flotteurs qui fût explorté en Norvège et au Pérou fût utilisé par l'US Navy jusqu'en 1929 avant d'être remplacé par le Martin T2M, un appareil triplace utilisable également pour la reconnaissance et comme son prédecesseur peut être utilisé en version terrestre ou à flotteurs. Un total de 83 appareils sont livrés (Curtiss livre six SC-1 «terrestres» et deux SC-2 à flotteurs tandis que Martin livre 35 appareils en version terrestre et 40 en version hydravion).

Cet appareil comme son prédecesseur ne connait qu'une brève carrière et fût remplacé par un appareil amélioré, le Martin T3M produit à 125 exemplaires (25 T3M-1 et 100 T3M-2) en service de 1926 à 1932 notament sur les deux premiers porte-avions américains, le Lexington et le Saratoga.


Ci-dessus, le Martin T3M en version hydravion et ci-dessous son successeur, le Martin T4M, dernier torpilleur biplan de l'US Navy au dessus d'un porte-avions type Lexington


A une époque où les avions sont périmés dès leur mise en service, le successeur du T3M baptisé T4M et toujours produit par la Glenn Martim Aircraft Corporation effectua son premier vol en avril 1927 et était pour aller au plus simple une variante à moteur radial du T3M. 155 exemplaires furent produits qui servirent jusqu'en 1938 moins en raison des qualités de l'appareil que du retard de son successeur.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN TBF AVENGER   Lun 07 Sep 2009, 13:59

Genèse de l'Avenger

Jusque là tous les avions torpilleurs de l'US Navy étaient des biplans. Tant que les monoplans n'étaient pas généralisés, cela paraissait logique mais plus le temps passait, plus il s'agissait d'une anomalie. Pourtant certains marins étaient hostiles à un avion torpilleur monoplan, estimant qu'un monoplan était trop rapide pour lancer une torpille.


Le Douglas Devastator fût le premier bombardier-torpilleur monoplan de l'US Navy

Pourtant le 15 avril 1935, Douglas fit voler le XTBD-1, le prototype d'un avion-torpilleur biplace bientôt baptisé Devastator et qui allait entrer en service en août 1937.

Si le Martim T4M avait été le dernier torpilleur biplan de l'US Navy, le TBD-1 Devastator fût le premier monoplan tout en métal à équiper les groupes embarqués de l'US Navy mais cet appareil était déjà ancien quand il entra en service et son remplacement fût envisagé dès 1939. La suite est connue : les Devastator des VT-6, VT-5 et VT-8 embarquées respectivement sur l'Enterprise, le Yorktown et le Hornet subirent de lourdes pertes (tous les appareils de la VT-8 furent abattus et seul un pilote, l'enseigne de vaisseau George Gay survécu) et furent immédiatement retirés du service moins en raison des qualités ou de l'obsolescence de l'appareil que de la vulnérabilité des torpilleurs à la DCA et aux chasseurs en l'absence de protection. Le Devastator fût utilisé pour des taches secondaires jusqu'en 1944.

En octobre 1939, l'US Navy lança un nouveau concours pour un bombardier-torpilleur destiné à remplacer le Douglas TBD-1 Devastator clairement dépassé bien qu'en service depuis seulement deux ans. Le nouvel appareil devait être triplace (pilote observateur et mitrailleur), une vitesse maximale de 480 km/h; une charge militaire composée d'une torpille de 900kg ou trois bombes de 225kg dans une soute interne, un blindage, des réservoirs auto-obturants et une tourelle dorsale commandée électriquement.


Deux photos du concurrent malheureux de l'Avenger, le Convair Seawolf


Deux constructeurs répondirent à l'appel d'offre. Grumman proposa le XTBF-1 et Vought associé avec Sikorsky proposa le XTBU-1. Le contrat du futur Avenger fût signé le 8 avril 1940 tandis que celui de son concurrent était signé le 23 avril 1940.

Le premier des deux Grumman G-40/XTBF-1 effectua son premier vol le 7 août 1941. Ce premier vol faillit tourner au désastre tant le prototype était dangereusement sous-motorisé. Le lendemain, l'appareil allégé décolla à nouveau mais avec toujours les même résultats.

Des modifications furent réalisées mais avant de savoir si elles étaient réellement efficace, le prototype fût détruit dans un accident le 28 novembre 1941, un incendie dans la soute à bombe, obligea les deux pilotes d'essais de Grumman à sauter en parachute, l'appareil allant s'écraser dans un bois à proximité de Bethpage.

Cela n'entama pas le crédit de la marine qui avait demandé à Grumman la construction d'une deuxième usine à Bethpage pour permettre une production de masse. Cette précaution se révéla judicieuse car l'inauguration de cette nouvelle usine eut lieu le 7 décembre 1941, jour de l'attaque japonaise sur Pearl Hearbor.


Photo du premier prototype de l'Avenger connu chez Grumman comme le G40

Le deuxième prototype effectua son premier vol le 15 décembre 1941 et une semaine plus tard, son concurrent le XTBU-1 effectua son premier vol. Ce dernier était plus performant que le XTBF-1 mais il était trop gros pour être utilisé à bord des porte-avions moyens et à fortiori des porte-avions d'escorte. En dépit de cet incovénient, 1100 appareils furent commandés le 13 juin 1942 mais Vought déjà occupé par la production du F4U Corsair transfera la licence de production à Convair (Consolidated Aircraft) qui sortit le premier exemplaire qu'en septembre 1944 à une époque où les besoins en torpilleurs étaient bien inférieurs à ceux de 1942 et la commande fût ramenée à 180 exemplaires qui furent utilisés pour l'entrainement.


Autre photo du prototype de l'Avenger

L'US Navy avait de toute façon fait son choix et dès décembre 1940, l'avion de Grumman avait été sélectionné sur plan et une maquette à taille réelle. Une première commande de 286 fût passée à ce moment là et le premier appareil de série effectua son premier vol le 30 décembre 1941 et le 30 janvier après l'acceptation par l'US Navy, cette dernière commanda 1123 TBF-1 qui reçurent le nom d'Avenger (Vengeur). Le premier appareil de série effectua son premier vol le 3 janvier 1942 et fût livré à la marine américaine le 30 janvier 1942. Dès la fin mai, 85 appareils étaient à la disposition de l'US Navy.


Un Avenger en vol avec les portes de la soute à bombe ouvertes

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN TBF AVENGER   Lun 07 Sep 2009, 14:17

Carrière opérationelle

US Navy


Un TBF-1 en vol. L'absence de point rouge indique que cette photo à été prise fin 1942 ou début 1943

Midway : un baptême du feu désastreux

Un Avenger en vol avec la cocarde première version

C'est au mois de mai 1942 que la marine américaine prend enfin en main son nouveau bombardier-torpilleur qui équipe bientôt une partie du VT-8, le squadron de torpilleurs du porte-avions USS Hornet (CV-8) (Au début de la guerre, les numéros des unités correspondent aux porte-avions mais avec le rythme effrené de la guerre et les porte-avions détruits, cela deviendra bientôt rarissime).

A la fin du mois de mai, 21 appareils du VT-8 gagnèrent par mer Pearl Harbor et le 1er juin 1942, six d'entre eux volèrent jusqu'à Midway pour renforcer la force aérienne chargée de défendre cet atoll à la position stratégique cruciale tant pour les américains que pour les japonais.


L'engagement des Avenger à Midway

Le radar de Midway détecte les avions japonais le 4 juin à 5h53 et aussitôt tous les avions décollent. Les chasseurs de Midway _20 Brewter F2A-3 et 6 Grumman F4F-3 commandé par le commandant Floyd Parks (USMC) interceptent les appareils japonais à 6h16 mais ils perdent face aux Zero, treize Buffalo et deux Wildcat. L'atoll est bombardé de 6h35 à 6h50 mais les dégâts sont limités.

Outre les chasseurs, les avions d'attaque basés sur l'atoll ont également décollé d'abord pour éviter d'être détruits au sol et pour s'attaquer à la force d'invasion de l'amiral Kondo. Parmi ces appareils figurent donc six Avenger commandés par le lieutenant de vaisseau Langdon K. Fieberling qui décollent sur les coups de 6h du matin et attaquent les navires japonais à 7h05.

Obligés de voler de manière parfaitement rectiligne pour lancer leurs torpilles, les Avenger sont une proie facile pour les Zero japonais et cinq appareils sont abattus sans qu'aucun coup au but n'ait été enregistré. Seul un appareil très endommagé parvient à rentré à Midway mais est désormais inutilisable.

Ce baptême du feu douloureux est cependant moins du aux qualités de l'appareil qu'à l'emploi tactique déficient. La suite des opérations allait montrer que l'Avenger était un redoutable bombardier-torpilleur.

L'Avenger à Guadalcanal (août 1942-février 1943)


Un TBF-1 en vol au dessus d'un atoll du Pacifique


Le débarquement du 7 août 1942 à Florida sur la côte nord de l'île de Guadalcanal et sur les ilôts de Tulagi,Gavutu et Tanambogo au sud de Florida marque le début de la sanglante campagne de Guadalcanal, l'une des plus sanglantes du Pacifique.

Le débarquement est couvert par la TF61 composée du cuirassé North Carolina, des porte-avions Saratoga, Enterprise et Wasp, six croiseurs et seize destroyers.

Il participe ensuite à la bataille des Salomons Orientales. Les américains croise à environ 150 miles dans l'est des Salomons avec la TF11 (Saratoga, deux croiseurs, cinq destroyers) la TF16 (Enterprise, North Carolina, un croiseur lourd, un croiseur antiaérien et six destroyers) et la TF18 (Wasp, trois croiseurs et sept destroyers).

Un convoi japonais en route vers Guadalcanal est découvert le 23 août. Des avions du Saratoga (31 Dauntless et 6 Avenger) et d'Henderson Field (23 appareils) puis cinq Catalina ne le retrouvent pas.

Le 24, un hydravion américain découvre un porte-avions léger, un croiseur et deux destroyers dans le nord de Malaita. Fletcher lance 23 Dauntless et Avenger de reconnaissance vers 12h30 alors qu'Henderson Field est attaqué par les japonais.

Les américains repèrent les porte-avions japonais en début d'après midi. Deux Dauntless de l'Enterprise retrouvent un grand porte-avions japonais l'attaquent à 15h15, mettant deux bombes à toucher le Shokaku. A 15h30, les Dauntless du Saratoga attaquent le Ryujo, suivis par les Avenger qui lancent leur torpilles à moins de 900m. Touché par peut être dix bombes et une torpille, le Ryujo coulera à 20h.

Les japonais font décoller 20 Val 9 Kate et 12 Zero entre 15h07 et 16h00. Malgré des problèmes de transmission et un système IFF encore immature, les cinquante-trois Wildcat de couverture interceptent les japonais alors que 13 Dauntless (11 de l'Enterprise et 2 du Saratoga) et 12 Avenger (7 de l'Enterprise et 5 du Saratoga) décollent pour détruire la flotte ennemie.

Des Val franchissent le barrage de chasseurs à 17h11 et, malgré la DCA, attaquent le «Big E» qui encaisse trois bombes (74 morts et 95 blessés) mais marche toujours à 30 noeuds malgré une gîte de 3°. le North Carolina, à deux miles derrière l'Enterprise est attaqué par des Val et huit Betty de Rabaul et n'est raté que de peu.

L'Enterprise dont le gouvernail a été avarié, est encore attaqué par six Val mais n'est pas touché et peut recueillir ses appareils à partir de 17h49. Douze Avenger de l'Enterprise rentrent à 20h sans avoir trouvé l'ennemi, treize Dauntless vont se poser à Henderson Field, cinq Avenger du Saratoga attaquent les croiseurs de la force avancée, sans coup au but, et les deux Dauntless du même groupe bombardent et avarient le transport d'hydravions Chitose. Les japonais persuadés d'avoir détruit l'aviation américaine se retirent vers Truk.

Les Avenger opèrent également depuis la terre puisque le 11 septembre 1942, le Wasp lancent des Wildcat et six Avenger pour reconstituer le potentiel d'Henderson Field mis à mal par les bombardements japonais.


Carte de la bataille des Salomons orientales

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN TBF AVENGER   Lun 07 Sep 2009, 14:28


Deux TBF-1 en vol

Le Deuxième grand affrontement de la campagne est la bataille de Santa Cruz qui se déroule du 25 au 27 octobre 1942 et qui est un affrontement entre porte-avions, la décision se faisant grâce aux avions embarqués, les autres navires de surface jouant un rôle auxiliaire.

Le 25 octobre, les américains disposent de la TF16 (amiral Kinkaid) avec le porte-avions Enterprise, le cuirassé South Dakota, le croiseur lourd Portland, le croiseur léger antiaérien San Juan et les 8 destroyers (Desron 5 et Desron 3); de la TF17 (amiral Murray) avec le porte-avions Hornet, les croiseurs lourds Northampton et Pensacola, les croiseurs légers antiaériens San Diego et Juneau et les 5 destroyers du Desron 2 et enfin de la TF64 de l'amiral Lee composée du cuirassé Washington, du croiseur léger Helena, du croiseur léger antiaérien Atlanta et de six destroyers du Desron 12.

Face à ce déploiement, les japonais disposent d'une force d'attaque avec trois porte-avions, un croiseur et huit destroyers; une force d'avant garde avec deux cuirassés, quatre croiseurs et sept destroyers; une force avancée avec six croiseurs, six destroyers et un porte-avions; une force d'appui avec deux cuirassés et six destroyers; une force d'assaut et de bombardement avec deux croiseurs et quatre destroyers et une force d'éclairage avec 12 sous marins et 220 avions basés à terre (la TF63 américaine dispose de 261 appareils basés à Guadalcanal _60_ Espiritu Santo _111_ et Nouméa avec 90 appareils).


Carte de la bataille de Santa Cruz

Le 25 octobre, l'Enterprise lance seize Dauntless armés de reconnaissance peu après cinq heures qui découvrent le groupe d'avant garde à 6h17 (deux cuirassés quatre croiseurs et sept destroyers) mais ne voient pas les porte-avions croisant des Kate chargés de la même mission.
Les porte-avions de Nagumo sont localisés à 6h50 à moins de 200 miles des américains, les deux Dauntless attaquent malgré huit Zero dont trois sont abattus. Les nuages permettent ensuite aux américains de se camoufler. Une autre paire de Dauntless attaque à 7h40 plaçant deux bombes sur le Zuiho, les Dauntless abattent ensuite deux Zero. Une autre paire de Dauntless bombardent sans succès le Tone. Tous les appareils regagnent le porte-avions.

Les japonais ont aussi trouvé le Hornet à 6h30. Une première vague de 65 appareils décollent du Shokaku, du Zuikaku et du Zuiho à 7h. Une seconde vague de 44 avions se prépare ensuite dont 29 sur le Junyo, le Zuiho étant hors de combat.

Le Hornet fait partir le 26 à 7h30 une force de 15 Dauntless, 6 Avenger et 8 Wildcat alors que l'Enterprise envoie 3 Dauntless, 8 Avenger et 8 Wildcat suivis à 8h15 par 9 Dauntless, 9 Avenger et 7 Wildcat du Hornet. Les avions américains et japonais se croisent et une douzaine de Zero attaquent le groupe de l'Enterprise qui y perd quatre Wildcat et autant d'Avenger en perdant trois des leurs.


Deux Avenger prêt à décoller depuis un porte-avions type Yorktown

Les porte-avions américains séparés de dix milles sont couverts par 38 Wildcat dirigés par l'Enterprise mais mal positionnés ils interviennent trop tard et si l'Enterprise est sauvé par un grain, le Hornet est touché à mort.
Le Hornet encaisse ainsi successivement une bombe, un bombardier en piqué Val touché par la DCA avec ses bombes, deux torpilles, trois bombes et un Kate, 25 des 27 assaillants sont abattus. Le porte-avions est désemparé avec de nombreux incendies et une gite de 8°.

Il est assisté par les destroyers Morris et Russel qui accostent pour combattre les incendies mais quand le Northampton tente de le prendre en remorque, un Val attaque, manque un destroyers mais surtout retarde la prise en remorque de peur d'autres attaques.

Le Hornet à été pris en remorque par le Northampton à 11h23 et le convoi progresse à 3 noeuds. 845 hommes sont évacués sur le Russel et le Hughes à 14h30. Le porte-avions aura en tout 111 tués et 108 blessés.

Les japonais rassemblent ce qui leur reste d'appareils et le Junyo lance 15 avions à 13h15. Les Kate attaquent le groupe du Hornet à 15h15. Le Northampton largue la remorque juste à temps pour éviter les torpilles. Le Hornet en encaisse une puis les Val se présentent à 15h40 mais ne touchent rien. A 15h50, six Kate font un bombardement horizontal et touchent encore le Hornet à tribord arrière. Le Hornet est évacué alors qu'une dernière attaque par six chasseurs et quatre bombardiers qui mettent au but une bombe qui touche le pont du hangar.


Un Grumman TBM-1C en vol

L'évacuation achevée, le Mustin lance huit torpilles pour achever le porte-avions mais trois seulement le touchent. L'Anderson en place ensuite six mais le Hornet flotte toujours. Alors que les japonais se rapprochent, le Mustin et l'Anderson tirent 430 coups de 127mm. Le porte-avions se finalement achever par les japonais, le Hornet coulant à 1h35 le 27 octobre.

Envoyé à l'attaque des bâtiments japonais, les 52 avions du Hornet et les 12 survivants de l'Enterprise sont divisés. Un premier groupe du Hornet avec 15 Dauntless et 4 Wildcat est intercepté par les Zero mais les Wildcat les dégagent au prix de deux appareils. Le Shokaku encaisse entre trois et six bombes.

L'Enterprise sortant de la bataille avec un ascenseur avant bloqué doit portant rester sur zone puisqu'il est le seul porte-avions disponible. Pour faciliter les manoeuvres aviation, une partie de son groupe aérien (9 Avenger, 6 Wildcat et les Dauntless des VB-10 et VS-10) sont envoyés le 13 novembre à Henderson Field. Lors de leur transit, ils bombardent le Hiei gravement endommagé la veille et reviennent dans l'après midi avec 8 Dauntless des Marines. Le Hiei évacué vers 18h, est sabordé, fini par couler dans la nuit du 13 au 14.

Le lendemain, les Dauntless des VMSB 132, VB-10 et VS10 attaquent les croiseurs qui se retirent après avoir bombardé Henderson Field en compagnie d'Avenger des VT-10 et VMSB-131 qui coulent le Kinugasa et endommagé le Maya et le Chokaï et dans l'apprès midi, ces même appareils appuyés par des P39 du 339th Figther Squadron et des B17 du 11th Bomb Group attaquent des transports japonais (trois sont coulés et cinq avariés)

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN TBF AVENGER   Lun 07 Sep 2009, 14:41

Opération Torch (8 novembre 1942)

Un Grumman Avenger en vol

Le Grumman Avenger participe également à l'opération Torch. Sous le commandement de l'amiral Hewitt, les américains engagent cinq porte-avions (le Ranger et les porte-avions d'escorte Santee Sangamon Chenango et Suwanee).

Le groupe nord (TG 34-8) commandé par le contre-amiral Monroe Kelly dispose du Sangamon et du Chenango. Le premier embarque le VGS-26 (Vessel Guard Submarine) qui dispose de 9 Avenger et de 9 Dauntless (le Chenango embarquait lui 76 Curtiss P40)

Le groupe central (TG 34-9) commandé par le capitaine de vaisseau Emmet dispose du Ranger et du Suwannee. Le Ranger dispose de la VS-41 (Vessel Submarine) avec 18 Dauntless et 1 Avenger tandis que le Suwannee n'embarque que des Avenger en l'occurence les appareils du VGS 27.

Le groupe sud (TG 34-10) commandé par le contre-amiral Lual A. Davidson dispose du Santee qui embarque le VGS-29 avec 9 Dauntless et 8 Avenger.

L'Avenger faute de réelle menace antisurface est chargée de la protection antisousmarine de la force d'invasion, les forces françaises disposant de plusieurs sous marins qu'il s'agisse de sous marins de 600 tonnes (Psyché Oreade AmphitriteOrphée Méduse Amazone Sibylle et Antiope) ou des sous marins de 1500 tonnes (Tonnant et Sidi Ferruch). Au large de Casablanca, des Avenger de la VGS 27 attaquent les sous marins Psyché et Oreade (coulés) tandis que que l'Amphitrite avariée le 8 doit finalement être sabordée le lendemain.

Le Sidi Ferruch avarié est aperçu le 11 novembre 1942 par trois Avenger du VGS-27 du Suwannee à 18 miles à l'est de Casablanca. Coulé à la grenade, il est le premier submersible à être coulé par un porte-avions d'escorte américain.


Un TBM-3 larguant une torpille Fido

Les autres missions de l'Avenger dans les Salomons

La bataille de Guadalcanal achevée, l'Avenger participent à la suite de la campagne des Salomons, le début du «saut de puce» à travers le Pacifique qui allait mener les américains jusqu'aux Phillipines et à Okinawa.

Le contrôle des Salomons se gagne par la mer mais aussi par les airs et le meilleur façon de prendre le contrôle c'est de s'attaquer à la logistique. Le 17 juillet 1943, 223 appareils américains(Dauntless,Avenger,Corsair,B24,P39 et P40) attaquent le trafic ennemi à Buin (île de Bougainville) et malgré les chasseurs japonais coulent le destroyer Hatsuyuki et avarient le Hatsukaze et le Yunagi. Le lendemain, une nouvelle attaque dans la même région coule le destroyer Mochizuki mais le LST342 est coulé par le sous marin Ro106.

Le 5 novembre 1943, trois jours après la bataille de la baie de l'Imperatrice Augusta, le Saratoga et le Princeton lancent un nouveau raid sur Simpson Harbor à Rabaul avec 23 Avenger, 22 Dauntless et 42 Hellcat contre lesquels les japonais envoient 70 chasseurs. Les américains ne perdent que dix appareils, surtout par la DCA. Les croiseurs Atago, Maya,Takao,Mogami,Chikuma,Agano et Noshiro sont touchés, seul le Suzuya étant intact. A l'exception du Maya et de l'Agano, tous les navires devront rentrer au Japon pour être réparés.

En janvier 1944, les américains lancent une puissante offensive aérienne pour anéantir l'aviation japonaise à Rabaul. Parmi ces raids menés aussi bien par les Marines, la Navy et l'Air Force, citons celui du 14 janvier 1944 avec des Dauntless et des Avenger escortés de Corsair et de Hellcat qui revendique la destruction de neuf navires et de vingt neuf navires. Ce le premier raid suivi d'autres les 17,24 et 30 janvier, ce dernier obligeant les grands navires japonais à quitter Rabaul. Le 20 février 1945, en évacuant leurs avions, les japonais renoncent à défendre Rabaul qui périclite toute seule, les américains la contournant (elle se rendra en août 1945).

L'Avenger et le «saut de puce»

Un TBF-1 au sol

L'une des missions majeures de l'Avenger est sa participation aux opérations dans les Mariannes qu'il s'agisse des différents débarquements et du fameux «Marianas Turkey Shot» au cours de laquelle l'aviation embarquée japonaise cessa d'exister comme unité constituée.

L'opération est baptisée «Forager» menée par le Vème corps amphibie du général Smith qui doit être débarqué à Saïpan avec les 551 navires transportant la 2ème (TG 52.3) et la 4ème division de Marines (TG 52.4) appuyée par le TG 52.10 (cuirassés Pennsylvania New Mexico et Idaho, croiseurs lourds Minneapolis et San Francisco, croiseurs légers Honolulu et Saint Louis et 9 destroyers) et le TG 52.17 (cuirassés Tennessee, Maryland Colorado; croiseurs lourds Indianapolis Louisville, Wichita,Mineapolis, San Francisco et New Orleans; croiseurs légers Birmingham Montpelier et Cleveland; 25 destroyers) et couvert par les TG 52.11 (porte-avions d'escorte Kitkun Bay, Gambier Bay, Corregidor et Coral Sea et 6 destroyers) et les TG 52.14 (porte-avions d'escorte Fanshaw Bay Midway, White Plains et Kalinin Bay; 6 destroyers), ces deux derniers TG déployant les squadrons VC-5,10,41,33,68, 65, 5 et 3.
la TF58 aligne à cette occasion sous le commandement de l'amiral Mitscher cinq TG :
-TG 58.1 (porte-avions Hornet, Yorktown, Belleau Wood et Bataan; croiseurs lourds Boston Baltimore et Canberra, croiseur léger Oakland et San Juan et 14 destroyers)
-TG 58.2 (porte-avions Bunker Hill, Wasp, Franklin, Monterey et Cabot; croiseurs légers Mobile Santa Fe Biloxi et San Juan et 16 destroyers)
-TG 58.3 (porte-avions Lexington, Enterprise, San Jacinto et Princeton; croiseur lourd Indianapolis croiseurs légers Montpelier Cleveland Birmingham; croiseur léger antiaérien Reno; 14 destroyers)
-TG 58.4 (porte-avions Essex, Langley, Cowpens et Belleau Wood; croiseurs légers Vincennes Houston et Miami; croiseur léger antiaérien San Diego et 24 destroyers)
-TG 58.7 avec les cuirassés Washington et North Carolina (BatDiv 6) Iowa et New Jersey (BatDiv 7) Indiana (BatDiv 8) Alabama et South Dakota (BatDiv 9); les croiseurs lourds Wichita, Minneapolis, New Orleans et San Francisco plus 13 destroyers).

Le 11 juin, les quatre groupes de porte-avions lancent 208 Hellcat et 8 Avenger sur Saipan et Guam dans l'intention y balayer l'aviation japonaise.

Les 12 et 13 juin, le TG 58.1 se concentre sur Guam et les trois autres s'attaquent à Saïpan et Tinian. Après un bombardement mené par les cuirassés de la TF52, les deux divisions de Marines débarquent le 15 juin suivi par la 27ème DI le lendemain. Saïpan est prise le 9 juillet.


Vue rapprochée du Grumman Avenger

Les 19 et 20 juin 1944, les quatre groupes de la TF 58 réunis participent à la bataille aéronavale des Mariannes ou bataille de la mer des Phillipines et célèbre par le «tir aux pigeons des Mariannes» plus connue sous son surnom de «Mariannas 's Turkey Shot» (tir aux pigeons des Mariannes).

Les chasseurs américains guidés par radar bénéficient d'une direction complexe mais qui se révèle efficace. Le lieutenant de vaisseau Joseph R. Eggert sur le Lexington, contrôle la chasse de toute la Task Force et sera le véritable vainqueur de la journée.

Les mouvements japonais ont été détectés par des sous marins. La TF58 abandonne le 17 le soutien direct aux troupes débarquées aux porte-avions d'escorte et se regroupe dans l'ouest de Guam. La flotte japonaise cherchant le contact lance des éclaireurs avant l'aube du 19 juin suivis par seize Kate et un hydravion. Sept de ces derniers appareils ne rentrent pas, interceptés par la première patrouille américaine, formée principalement de chasseurs du Langley.

A 6.30, une patrouille du Belleau Wood est envoyée au dessus de Guam pour identifier un contact radar et tombe à 7h20 sur un décollage massif d'avions japonais du terrain d'Orote. Des Hellcat abattent trois chasseurs Zero.

Des renforts américains sont envoyés mais quand ils arrivent les appareils japonais ont été abattus ou se sont posés. Les appareils sont donc détournés sur d'autres avions japonais venant de Yat ou de Truk.

Ce premier contact est suivi par l'interception de quatre raids lancés cette fois par les porte-avions japonais. Le premier raid de 69 appareils est intercepté par les Hellcat et ne laisse passer que trois Zero armés de bombes qui attaquent le premier groupe américain aperçu (TG 58.7) : le South Dakota encaisse une bombe qui cause 27 tués et 32 blessés sans gros dégâts matériels. 22 avions japonais regagnent leurs porte-avions, les américains perdent quatre Hellcat avec trois pilotes tués.

Le second raid japonais de 119 appareils commence par perdre dix avions par la DCA japonaise puis est intercepté avant que les survivants n'atteignent les TG 58.7, 2 et 3. 22 avions japonais rentrent et les américains perdent quatre Hellcat et trois pilotes tués, les dégats étant limités (porte-avions Bunker Hill et Wasp et croiseur Indiana légèrement touchés).

Le troisième raid avec 49 appareils, après avoir intercepté, réussit à atteindre le TG 58.4 pour se faire disperser par la DCA. 42 avions japonais rentrent, sans perte américaine.

Le quatrième raid avec 82 appareils envoyé sur une position fausse se divise : 18 Zero rentrant sur leur porte-avions, 49 ralliant Guam et 15 Rota. Ce dernier groupe composé de 9 Yokosuka D4Y Suisei et 6 A6M Zero tombe sur le TG 58.2 surpris, le Wasp et le Bunker Hill sont ratés de peu et les dix survivants gagnent Rota. Les 18 Zero rencontrent une patrouille américaine de deux Avenger et un Hellcat qui sont abattus. Les appareils qui arrivent à Guam sont interceptés par 41 Hellcat à l'aterrissage qui ne laissent que 19 survivants, trois pilotes de Hellcat son tués.

Le bilan de cette journée du 19 juin est resté dans l'histoire comme le «Mariannas Turkey Shot», les américains perdent 27 aviateurs, 31 marins, 108 blessés et 30 avions et les japonais 243 avions embarqués et une cinquantaine d'avions basés à terre. A cela s'ajoute les torpillages du Taiho et du Shokaku.

Le 20 juin 1944, le TG 58.4 limité en carburant reste en couverture de Guam et de Rota alors que le reste de la TF sous le commandement de l'amiral Mitscher poursuit les reste de la flotte japonaise vers l'ouest mais est handicapée par le vent qui l'oblige à mettre le cap à l'est pour chaque mouvement d'aviation.

Des recherches sont lancées et l'escadre japonaise n'est trouvée qu'à 15h40, par un Avenger de l'Enterprise à presque 600 km. Malgré la distance et l'heure tardive, onze porte-avions lancent 96 Hellcat, 54 Avenger,51 Helldiver et 26 Dauntless (deux unités en sont encore équipés, le VB 10 de l'Enterprise et le VB-16 du Lexington). Tous les appareils, même les Hellcat portent des bombes sauf vingt Avenger armés de torpilles.

L'opération à la limite du rayon d'action des avions est devenue pour l'histoire «The Mission Beyond Darkness» _La mission au delà du crépuscule_, l'attaque prévue à 240 miles, l'attaque de fait en réalité à 300 miles nautiques.

L'attaque commence au crépuscule et pour la contrer les japonais ont fait décoller 68 chasseurs depuis les porte-avions Junyo, Hiyo, Ryuho,Zuikaku, Chitose, Zuiho et Chiyoda. Les Avenger du Yorktown et du Belleau Wood armés de torpilles attaquent les porte-avions Zuikaku et Hiyo, ce dernier étant coulé. Le Zuikaku est touché par des bombes, le Chiyoda, le Haruna et le Maya encaisse chacun une bombe et duex pétroliers sont perdus et 65 avions japonais sont abattus.

Le retour des avions américains, de nuit, à bout de carburant, certains endommagés, est resté légendaire. 20 avions ont été perdus au cours de l'attaque et 80 pendant le retour, amerris, faute d'essence ou accidentés à l'appontage.

En depit des risques, l'amiral Mitscher donne l'ordre d'allumer les feux de sa flotte pour aider les aviatiques. Les porte-avions se signalent par un projecteur braqué verticalement, les appareils se posent sur le premier pont disponible avec parfois deux appontages simultanés : un Hellcat sur le brin 2 et un bombardier sur le brin 5.

Spruance étant plus intéressé par les débarquements, il ne laisse pour la poursuite que les cuirassés du TG 58.7 et les porte-avions Wasp et Bunker Hill dans l'après midi mais ils ne trouvent rien et rentrent à Eniwetok après deux jours de chasse.


Un TBM-3E appontant

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN TBF AVENGER   Lun 07 Sep 2009, 15:01


Autre photo d'un Avenger en vol

Il participe ensuite à la reconquête des Phillipines, reconquête qui ne se fait pas sans difficultés, les japonais faisant tout pour s'opposer à la flotte américaine.

Le 18 octobre 1944, la flotte japonaise à Brunei lança l'opération Sho-1, la contre-attaque planifiée contre le débarquement américain dans le Golfe de Leyte. Le plan était une fois n'est pas coutume pour les japonais d'une simplicité biblique : les porte-avions de l'amiral Ozawa (sans avions à bord !) devaient attirer les porte-avions américains au nord de Leyte pour permettre à la Force Centrale de l'amiral Kurita d'entrer dans le golfe de Leyte et de détruire les navires américains couvrant le débarquement, il disposait pour cela de cinq cuirassés (Nagato, Kongo, Haruna, Yamato et Musashi)de 7 croiseurs lourd, de 2 croiseurs légers et 15 destroyers. La flotte japonaise appareilla ainsi de Brunei le 20 octobre.

Pourtant peu après son appareillage, la flotte japonaise fût repérée par deux sous marins américains qui torpillèrent deux croiseurs lourds dont le navire-amiral de Kurita, l'Atago. Kurita fût repêché par le Yamato mais en perdant du temps et des documents. Le 24 octobre 1944, la Force Centrale entra dans la mer de Sibuyan mais fût attaquée par cinq vagues d'appareils américains.

La première attaque est exécutée à 10h26 par une force composée de 21 chasseurs Hellcat, de 12 bombardiers en piqué Helldiver et de 12 torpilleurs Avenger envoyés par les porte-avions Intrepid (classe Essex) et Cabot (classe Independence). La DCA japonaise est particulièrement puissante mais le Musashi encaisse une torpille et une bombe, le croiseur lourd Myoko une torpille tandis que d'autres bâtiments sont également touchés. Le Myoko se retira vers Brunei sans escorte et echappera par miracle aux sous marins américains.


Trois-vues du Grumman TBF-1 Avenger

La seconde attaque à lieu à 12h45, le Musashi encaissant cette fois deux torpilles et deux bombes mais ce n'est pas fini puisqu'une troisième attaque est lancé vers 13h30 alors que le cuirassé géant à fortement ralenti et doit être assisté par le Tone. Cette attaque est menée par une quarantaine d'appareils (dont 8 Hellcat, 5 Helldiver et 11 Avenger venant du Essex et du Lexington) mais elle provoque peu de dégâts car les appareils devaient attaquer un aérodrome n'embarquaient que des projectiles légers et aucune torpille.

A 14h15, un groupe de 26 Hellcat, de 21 Helldiver et de 18 Avenger du TG 38.4 (porte-avions Franklin, Enterprise, San Jacinto et Belleau Woods;cuirassés Washington et Alabama; croiseurs lourds Wichita et New Orleans) lui aussi détourné attaque à son tour. Le Musashi reçoit au moins quatre torpilles et quatre bombes.

La cinquième et dernière attaque est lancée à 15h20 par 65 avions décollant du Lexington, Essex, Intrepid, Franklin, Enterprise et Cabot, appareils s'acharnant sur le Musashi qui encaisse dix torpilles et neuf bombes (le Yamato en reçoit une et le Nagato deux). Les américains ont réalisé 259 sorties et perdu 18 appareils. Désemparé après avoir encaissé 19 ou 20 torpilles et 17 bombes, le Musashi chavire et coule à 19h35 emportant dans ses flancs 1039 de ses 1399 hommes d'équipage.

Le 25 octobre à 00.30, la Force «A» réussit à franchir le détroit de San Bernardino et entra dans le golfe de Leyte. Cinq heures plus tard, les japonais repérèrent trois porte-avions, trois croiseurs et trois destroyers à 23 miles par 60°. A 05.58, la Force A ouvrit le feu sur «Taffy 3» (TG 77.4.3) composée des porte-avions d'escorte St Lo, White Plains, Kalinin Bay, Fanshaw Bay, Kitkun Bay et Gambier Bay avec un écran composé des destroyers Hoel, Heermann et Johnston et des destroyers d'escorte Dennis, John C. Buttler, Raymond et Samuel B. Roberts.


Un TBF-1C s'apprétant à décoller. Notez les points d'attache pour les roquettes sous les ailes

A 06.00, le Kongo ouvrit le feu avec son artillerie principale à une distance de 15 miles. A 06.22, les mitraillages des Wildcat endommagèrent la conduite de tir de l'artillerie principale. A 06.25, le destroyer Hoel ouvrit le feu sur le Kongo à 13000m recevant en cadeau un obus de 356mm ce qui ne l'empêcha de lancer ses torpilles à 9000m. Le Kongo repéra les quatre torpilles du Hoel à 06.30, manoeuvra et les évita.

A 06.54, le destroyer Heermann tira trois torpilles contre le Kongo. Ces torpilles ratèrent le Kongo mais força les cuirassés Yamato et Nagato à filer à 10 miles au nord jusqu'à ce que les torpilles soient à cours de carburant. Néanmoins à 6.55, le Kongo toucha à de multiples reprises le porte-avions d'escorte Gambier Bay.

Vers 08.00, la conduite de tir du Kongo fût remise en service et le cuirassé japonais s'acharna sur le destroyer Samuel B. Roberts qui finit par couler à 09.12. A 08.13, le Kongo évita deux nouvelles torpilles. Entre 07.55 et 09.10, la Force A coula le porte-avions d'escorte Gambier Bay, les destroyers Hoen et Johnson et le destroyer d'escorte Samuel B. Roberts.

A 08.25, Kurita ordonna à la force A de se replier mais abandonna son ordre à 10.20 pour revenir dans le golfe de Leyte. De 10.30 à 13.20, les croiseurs Chokai, Chikuma et Suzuya furent coulés tandis que durant ce delai, le Kongo fût attaqué par 20 bombardiers en piqué Helldiver, cinq projectiles frôlant le navire provoquant quelques dégats sur sa propulsion et sur ses réservoirs, de l'eau contaminant certains récevoirs de mazout. 12 marins furent tués et 36 blessés. A 21.00, la force japonaise se replia via le détroit de San Bernardino. Au total le Kongo avait tiré 310 obus de 356mm, 347 obus de 152mm, 2128 obus de 127mm et 50230m de 25mm.

Le 26 octobre à 08.00, dans le détroit de Tablas (entre Mindonoro et Panay), la Force «A» fût attaquée par 30 Avenger du Wasp et Cowpens suivi par 50 Helldiver et Avenger du Hornet qui touchèrent deux fois le Yamato. A 10.40, 30 Consolidated B-24 Liberator de la 13th Army Air Force (Far Eastern Air Force) ayant décollé de l'île de Morotai (Indes Néerlandaises) attaquèrent. Vingt minutes plus tard, 60 avions des TG 38.2 (contre-amiral Bogan porte-avions Intrepid, Bunker Hill Independence et Cabot, cuirassés Iowa et New Jersey, croiseurs légers Biloxi, Vincennes et Miami) et des TG 38.4 (contre-amiral Davison porte-avions Franklin, Enterprise, San Jacinto et Belleau Woods, cuirassés Washington et Alabama, croiseurs Wichita et New Orleans) attaquèrent coulant le croiseur léger Noshiro.


Un TBF-1 se posant sur l'ile de Peleliu conquise par les américains en novembre 1944

L'Avenger et les sous marins japonais
A la différence du Dauntless, l'Avenger reste opérationnel jusqu'à la fin de la guerre. Au fur et à mesure que les navires japonais se font rares, le TBF/M participe de plus en plus à des missions de lutte ASM. C'est ainsi que le 29 avril 1944, un Avenger du VT30 embarqué sur le porte-avions léger Monterey (CVL 26) coule le sous marin I174 en coopération avec les destroyers McDonough et Stephen Porter.

Le 9 août 1944, un Liberator du VB 116 s'écrase à Stickell Field sur l'atoll d'Eniwetok au milieu du stock de 340 avions de remplacement pour les porte-avions et 106 appareils (Hellcat Wildcat Helldiver et Avenger) sont détruits.


L'Enseigne de Vaisseau George H. W. Bush. Il fût en 1944 le plus jeune pilote de l'US Navy

Le 2 septembre 1944, un Grumman TBF Avenger du VT-51 piloté par l'enseigne de vaisseau George H. W. Bush fût abattu au dessus de Chichi Jima avant d’être récupéré par le sous marin Finback (SS 230) (un seul homme de son équipage réussi à sauter mais succomba avant d’être récupéré). Il reçut la Distinguished Flying Cross.




Un groupe de chasse formé autour du porte-avions d'escorte Anzio (CVE 57 classe Casablanca) patrouille autour de la zone de ravitaillement à la mer de la 3ème flotte alors engagée contre les Phillipines. Dans la nuit du 17 au 18 novembre 1944, un Avenger du VC 82 à un contact radar sur un sous marin en surface qui plonge rapidement. Le destroyer d'escorte Lawrence C. Taylor intervient et coule le sous marin à l'aide de son hedgehog. L'identité du submersible est sujette à caution, il s'agit soit de l'I41 et de l'I26.

Le 18 avril 1945 à 150 miles à l'est d'Okinawa, les destroyers de l'écran du TG 58.4 de la Fast Carrier Strike Force détectent le sous marin I56 chargés de torpilles suicides (Kaiten). Le destroyer Uhlmann attaque le premier en faisant deux passes à la grenade ASM. Il est bientôt appuyé par les destroyers Heermann, Mc Cord Collett et Mertz ainsi qu'un Avenger du VT-47 embarqué sur le Bataan (CVL 29).

le 29 avril 1945, au sud-est d'Okinawa, le sous marin japonais I44 lui aussi chargé de Kaiten est coulé par un Avenger du VC-92 embarqué sur le porte-avions d'escorte de classe Casablanca, USS Tulagi (CVE 72).

Le 30 mai 1945, l'I361 engagé comme les sous marins précédents dans le lancement des Kaiten est coulé par un Avenger du VC-82 embarqué sur l'Anzio. Le 16 juillet 1945, un Avenger du VC-13 toujours embarqué sur l'Anzio coule au large de Yokohama et en coopération avec le Lawrence C. Taylor le sous marin I13.

L'Avenger est aussi engagé dans des missions de chasse de nuit non pas comme chasseur à proprement parler mais comme «guide», utilisant son radar aéroporté pour guider des chasseurs diurnes sur les cibles japonaises, sachant qu'en décembre 1943, 90% des attaques japonaises se font de nuit.


Dessin technique de l'Avenger

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN TBF AVENGER   Lun 07 Sep 2009, 15:08

L'Avenger et la bataille de l'Atlantique

Un TBF-1 en vol

A bord des onze porte-avions d'escorte déployés par les américains dans l'Atlantique (un de classe Sangamon le Santee, cinq de classe Bogue les Bogue Core Card Croatan et Block Island et cinq de classe Casablanca les Mission Bay Guadalcanal Tripoli Solomons et Wake Island) est déployé un Composite Squadron (Vessel Composite ou VC) avec le plus souvent douze Avenger et neuf Wildcat., le nombre d'appareils de chaque type variant entre six et douze.
La tactique rapidement mise au point consiste à attaquer le sous marin surpris en surface par le chasseur pour neutraliser la flak hors de combat ou faire plonger le sous marin et permettre ainsi à l'Avenger d'intervenir avec ses charges de profondeur ou une torpille auto guidée Mk24 Fido.
Avec le temps, le nombre d'Avenger va augmenter au détriment des Wildcat pour atteindre trois Wildcat et seize TBM Avenger en avril 1945, le sous marin n'étant alors que rarement en surface grâce au schnorchel.Pour illustrer le tout, suivons la carrière d'un des porte-avions escorte comme le USS Bogue (CVE 9).

Le Bogue est le navire éponyme d'une classe de 45 navires construits à partir de coques de cargo C3. Le Bogue est mis sur cale le 1er octobre 1941 lancé le 15 janvier 1942 et admis au service actif le 26 septembre 1942. Il est armé en partie par des survivants du Lexington (CV2) coulé en mer de Corail.

Il appareille pour sa première mission dans l'Atlantique le 5 mars 1943 en compagnie des destroyers Belknap et George E. Badger (classe Clemson) formant le TG 24.4 ou Support Group 6 embarquant le squadron VC-9 composé de douze Wildcat et de huit Avenger. Mis à la disposition des britanniques en Atlantique nord, il rallie le convoi HX 228. Le mauvais temps handicape les opérations aériennes et empêche le porte-avions de ravitailler ses destroyers à l'autonomie limitée.


Un TBM-1C en vol

Placé dans le convoi, le Bogue ne peut pas manoeuvrer correctement. Le 10 mars 1943, un Avenger attaque l'U 336 détecté par le système HF/DF (le «Huff/Duff» qui repère les émissions radars et radio des sous marins) mais les charges de profondeur ne quittent pas leur ratelier. Un autre Avenger qui voit le sous marin plonger veut lâcher deux charges mais une seule part. Le Bogue rentre à Argentia (Terre-Neuve) le 14 et le convoi HX 228 va perdre sept bâtiments et le destroyer Harvester.

Le Bogue avec six Wildcat et douze Avenger et ses deux destroyers repart d'Argentia le 20 mars pour renforcer l'escorte du convoi HX 230. Ses appareils patrouillent jusqu'à une soixantaine de miles du convoi et un Avenger attaque un sous marin en surface apparemment sans résultat. Il quitte le convoi le 26 pour rentrer à Boston afin de réparer les dégâts causés par l'océan mais aussi sa catapulte.

Le porte-avions avec le Belknap et le Osmond-Ingram (classe Clemson) et le VC-9 (9 Wildcat et douze Avenger) appareille le 22 avril et s'incorpore au convoi HX 235 le 5 mars. Placé au milieu du convoi, le porte-avions manoeuvre toujours difficilement. Ses appareils attaquent un sous marin sans résultat et le bâtiment gagne la Grande Bretagne où il reçoit un HF/DF et où le groupe s'entraîne avec les britanniques.

Le Bogue quitte l'Europe avec le convoi ON 184 qui part de Liverpool le 15 mai. Le porte-avions navigue cette fois indépendamment avec quatre destroyers puis il est détaché de l'escorte du convoi pour effectuer une recherche sur une meute située en bonne position pour intercepter les convois ON184 et HX239. Le 22 mai, il tombe sur la meute «Musel» (21 sous marins). Dès le matin, l'U 468 et l'U305 (type VIIC) sont attaqués par les Avenger et avariés doivent rentrer à leur base.

L'après midi du même jour, deux Avenger avarient avec des charges de profondeur, l'U569 (type VIIC) détecté par HF/DF et l'obligent à faire surface et à se saborder à l'arrivée du destroyer canadien St Laurent. C'est la première victoire des appareils d'un porte-avions d'escorte sans intervention active d'un bâtiment de surface.

Les groupes de support vont dorénavant manoeuvrer indépendamment des convois, la tactique étant de rester à distance des convois à couvrir en gardant le maximum de manoeuvrabilité et de rechercher les sous marins repérés par les services de renseignement.

Lors de la cinquième croisière, le Bogue coula deux sous marins, le premier est l'U217 (type VIID) par un Wildcat et un Avenger et le second est le ravitailleur U118 (type XB) grâce à une interception d'un rendez vous avec le ravitailleur U460 (type XIV) et l'U118. Le rendez vous le 9 est manqué par les américains mais l'U118 est retrouvé le 12 juin et coulé par un Wildcat et un Avenger.

La sixième patrouille est marquée par la destruction le 23 juillet du U613 (type VII) coulé par le George E. Badger et du U527 coulé par un Avenger alors qu'il se ravitaillait avec l'U648.

La huitième patrouille du Bogue en Atlantique est la plus remarquable avec la destruction du U86 (type VIIB) le 29 novembre 1943 par trois Avenger du VC-19, du U172 (type IXC) le 13 décembre par les destroyers George E. Badger, Dupont et Osmond Ingram et les avions du Bogue et du U850 le 20 décembre 1943 par une Fido lâchée par un Avenger.

Après une mission de transport, le Bogue reprend les patrouilles «Hunter/Killer». Un Avenger du VC-95 participe à la destruction du U575 dans le notd des Açores le 13 mars 1944, au cours d'une action contre le convoi ON227. Le sous marin, l'un des premiers avec un snorchel, est attaqué dans l'ordre par un Wellington, deux B17, l'Avenger du Bogue, le destroyer d'escorte Haverfield, une frégate canadienne et le Hobson.

Suite à des decryptages, le Bogue avec cinq destroyers d'escorte recherche le RO501, un sous marin allemand l'ex U1124 cédé aux japonais et en route de Kiel pour le Japon. Il est détecté le 13 mai 1944 par le Francis M. Robinson (DE 220) et coulé.

Le Bogue appareille de Casablanca le 2 juin avec le VC-69 pour retrouver deux sous marin à un rendez vous, le U530 et le japonais I52. Le 23 juin, guidés par des bouées sonores, deux Avenger lancent des charges de profondeur et deux Fido coulent l'I52.

Au mois d'août, suite à une interception, il intercepte le sous marin U802 au sud de Terre-Neuve mais échappe à une attaque le 19 août. Il suit ensuite le sous marin U1129 qui doit débarquer un agent sur la côte américaine et le sous marin est coulé par des Avenger du Bogue le 20 août. Il échoue ensuite à retrouver l'U1230 en décembre 1944 alors que ce dernier à débarquer deux agents dans le golfe du Maine le 29 novembre 1944.

On ne soulignera jamais assez le rôle capitale du porte-avions d'escorte dans la bataille de l'Atlantique. Au total pas moins de 58 sous marins allemands et 1 japonais ont été coulés entre l'Arctique et l'Atlantique Sud. On peut y ajouter neuf sous marins dont un allemand dans l'Océan Indien/océan Pacifique et le sous marin français Sidi Ferruch soit un total de 68 plus un capturé, le U505. Sur ses 68 sous marins, 31 furent coulés par les Avenger.

L'Avenger opère également au large de la Norvège. Le 4 octobre 1943, l'opération Leander est lancée contre la navigation allemande au large de la Norvège. Les cuirassés Duke of York et Anson, le croiseur lourd américain Tuscaloosa, trois croiseurs britanniques et dix destroyers couvrent le porte-avions Rangers qui attaque les navires allemands au large de Bodo à l'aide des Avenger de la VT-4, des SBD de la VB-4 et des Wildcat de la VF-4. Un Junker Ju 88 et un Heinkel He 115 sont abattus par les Wildcat. Cinq navires allemands sont coulés mais cinq appareils sont perdus.

Le 19 octobre 1943, le Tuscaloosa, un destroyer et des bâtiments britanniques rétablissent la base alliée au Spitzberg. Le Ranger et les bâtiments britanniques (cuirassé Anson et croiseur Norfolk notament) couvrent l'opération.


Un TBF-1 en vol

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5190
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: GRUMMAN TBF AVENGER   Lun 07 Sep 2009, 15:17

attention aux horaires de la bataille de Samar Claus

il faut rajouter une heure aux heures indiquées

les américains et les japonais se découvrent à 06 44 environ et le Yamato ouvre le feu à 06 58

Le HEERMANN tire ses torpilles à 07 54 ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN TBF AVENGER   Lun 07 Sep 2009, 15:22

J'ai pris les heures données par Jean Moulin dans son livre sur l'US Navy il me semble.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN TBF AVENGER   Lun 07 Sep 2009, 15:24

TBF ? Non TBM !

Deux TBM-3E en vol

En dépit de la construction d'une deuxième usine à Bethpage, les capacités de production de Grumman étaient sur le point d'être saturées, la firme de Long Island devant produire également le Hellcat et le Wildcat.

Des discussions furent engagées avec General Motors pour que ce dernier produisent l'Avenger en décembre 1941 qui aboutirent en janvier 1942, cinq usines du groupes allaient être reconverties pour la production aéronautique et regroupées pour l'occasion dans la Eastern Aircraft Division.

Dès mars 1942, les usines de Linden (Texas) et de Trenton (New Jersey) étaient prêtes à produite l'Avenger qui reçut pour l'occasion le sigle de TBM (Torpedo Bomber et M pour General Motors) et en décembre 1943, Eastern fêta la production de son millième Avenger au moment même où Grumman avait cessé la production de l'Avenger de base au profit de modèles plus pointus.

Evolution de l'Avenger


Un TBF-1 les ailes repliées

Bien que l'Avenger soit un appareil réussit, le bureau d'étude de Grumman chercha rapidement à améliorer cet appareil. Il expérimenta le montage du moteur Wright R 2600-10 dôté d'un compresseur à double étage, donnant naissance au XTBF-2 mais ce projet peu fructueux n'alla pas plus loin. Les ingénieurs de Grumman préférèrent s'intéresser à un nouveau projet baptisé XTBF-3 qui était propulsé par un Wright R 2600-20.

Deux prototypes furent construits par Grumman qui en céda un à Eastern Aircraft's Division qui produisit pourtant quatre appareils de pré-série avant de lancer réellement la production en mai 1944. Cette variante fût la plus importante en terme quantitatif puisque 4600 TBM-3 furent produits contre 2223 pour le TBF-1.


Le prototype du TBF-3 et ci-dessous un écorché de ce même appareil


Enfin au moment de la capitulation japonaise, Eastern Aircraft's Division allait lancer la production du TBM-4 dont 2141 exemplaires avaient été commandés.

La carrière opérationelle de l'Avenger ne s'arrêta pas en 1945. Bien au contraire elle prit une nouvelle tournure au sein de l'US Navy. Le TBM-3 donna naissance à un grand nombre de variantes spécialisées.

La lutte ASM devient l'obssession de la marine américaine qui n'à pas oublié les pertes causées par l'U-Bootwafe aux convois et craint que les soviétiques ne fassent la même chose. Hors de question désormais d'utiliser des appareils sans équipement détection mais seulement voilà, à cette époque l'électronique en est à ses balbutiements et est non seulement fragile mais surtout encombrante.

Impossible à l'époque d'obtenir un appareil suffisament compact pour apponter sur un porte-avions et embarquant les armes et les capteurs. Les américains décident d'employer deux appareils et choisissent l'Avenger dont les formes généreuses autorisent bien des choses.

Le premier est le Hunter (chasseur) immatriculé TBM-3W2 est équipé d'un radar APS 20 qui cherche les cibles au profit du second, le Killer (tueur) immatriculé TBM-3S armés de roquettes, de charges de profondeur et de torpilles. Cette formule est reproduite sur le successeur de l'Avenger (les TBM-3S et W2 restent en service jusqu'en juin 1954), le Grumman AF-2 Guardian qui est disponible en version AF-2W et AF-2S. Ce n'est qu'à partir de 1955 qu'un seul et même appareil combine les fonctions Hunter et Killer, le Grumman S2 Tracker.


Le TBM-3W -ici sur le pont du Franklin D. Roosevelt_ détectait les cibles au profit du TBM-3S ci-dessous


Le TBM-3W devait servir à l'origine de radar aéroporté. A une époque où la portée des radars était relativement faible, on eut l'idée d'augmenter la portée en déplaçant le radar. C'est ainsi que le projet Cadillac fût lancé en août 1944, le volet embarqué était le numéro I. Un TBM-3 reçut un énorme radome ventral avec un radar APS-20. Deux autres avions furent modifiés et lors des premiers essais menés en avril 1945, le TBM-3W était capable de repérer un avion isolé à 100km, un groupe d'avion à 200km et un navire à 300km soit des distances trois fois supérieures aux radars installés à l'époque sur les navires. Les américains bénéficiaient ainsi d'un préavis de 15 à 45 minutes.

Trente autres appareils furent ainsi modifés et embarqués sur les porte-avions par groupes de trois à six qui servirent jusqu'en 1949 date à laquelle ils furent remplacés par le AD-4W Skyraider. 167 exemplaires d'une version améliorée, le TBM-3W2 fût aussi utilisée par les américains.


Aux Dauntless, succédèrent le couple Guardian avant qu'un seul et même appareil ne fasse le boulot : le S2 Tracker


L'Avenger est également converti en remorqueur de cible (TBM-3U) en appareil de combat nocturne (TBM-3N) la guerre électronique (TBM-3Q) et même le transport (TBM-3R). Cette dernière version peut transporter jusqu'à 7 passagers ou du fret comme des armes nucléaires. C'est le premier modèle d'avion COD (Carrier on Board Delivery) avant le C1 Trader dérivé du Tracker et le C2 Greyhound dérivé du Hawkeye.


Deux variantes utilitaires de l'Avenger : le TBM-3U et ci-dessous le TBM-3R


Les Avenger de lutte ASM sont un temps déployés au large de la Corée notament à bord des quelques porte-avions d'escorte mais rapidement, les appareils sont débarqués, la menace sous-marine semblant diminuer. Deux porte-avions vont ainsi déployer des Avenger ASM en Corée.

Le Sicily (CVE 118) qui quitte San Diego le 4 juillet avec le squadron VS-21, arrivant à Yokosuka le 26 après une escale à Guam où il débarqua ses Avenger qui sont remplacés au Japon par les Corsair du VMF-214, la célèbre unité du major Greg «Papy» Boyington.


Après avoir débarqué ses Corsair qui vont opérer depuis la terre, le CVE 118 réembarque le VS-21 à Guam pour un court moment puisque les Avenger sont débarqués le 3 décembre pour réembarquer les Corsair le 7 décembre alors que les troupes onusiennes doivent se replier devant la poussée chinoise.

Le second porte-avions concerné est le Bairoko (CVE 115) qui embarque le VS-21 puis le VS-23 équipés d'Avenger, opérant dans les eaux coréennes au printemps 1951.

D'autres variantes de l'Avenger ont servi dans la marine américaine et ce avant même 1945 comme le TBM-3P de reconnaissance photographique, le TBM-3L avec un projecteur dans la soute à bombes, le TBM-3H avec un radar de veille surface, le TBM-3J modifié pour opérer dans les milieux arctiques ou le TBM-3M utilisé pour les lancements de missiles.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN TBF AVENGER   Lun 07 Sep 2009, 15:31

Fleet Air Arm

Un Avenger Mk I décollant du porte-avions d'escorte HMS Trumpeter

Quand éclate la seconde guerre mondiale en 1939, la Fleet Air Arm fait peine à voir. Beaucoup de ses appareils sont bien inférieurs à leurs adversaires en raison d'un sous-financement chronique durant le contrôle exercé par la RAF (1924-1939).

La Grande Bretagne n'à donc le choix que de se tourner vers les Etats Unis pour se procurer des appareils modernes en quantité importante. L'Avenger fait partie de ceux là. La Fleet Air Arm va ainsi commander 402 TBF-1 qu'elle rebaptisa Tarpon Mk I. La première unité équipée est le squadron 832 embarqué sur le porte-avions Victorious qui reçoit ses appareils en février 1943 qui est ensuite engagé dans les Salomons en soutien des troupes américaines à partir du 27 juin 1943.

L'opération «Cartwheel»(roue de charrette) est lancée le 30 juin 1943. La 3ème force amphibie de l'amiral Turner débarque sur Rendova 6000 hommes de la 43ème DI grâce à la TF31 (six transports et douze destroyers). L'opération est couverte par le TG 36.3 composé des porte-avions Saratoga et Victorious, des cuirassés Massachusetts Indiana et North Carolina, des croiseurs légers San Diego et San Juan et huit destroyers; le TG 36.4 regroupe le Colorado et le Maryland et le TG 36.5 composé des porte-avions d'escorte Sangamon, Suwannee, Chenango et dix destroyers sans parler de onze sous marins présents dans le secteur. La petite garnison japonaise de Rendova est rapidement éliminée et l'artillerie américaine peut couvrir le débarquement sur l'île de Nouvelle Georgie à huit kilomètes au nord.

La présence du Victorious dans les Salomons est une réponse au manque de porte-avions américains dans le secteur et un renvoi d'ascenseur après le prêt du Wasp pour le transport d'avions à Malte. Le deuxième porte-avions de classe Illustrious est présent sur zone du 17 mai au 31 juillet 1943.

Le porte-avions britannique après le débarquement en Afrique du Nord est d'abord en travaux à Norfolk puis passe dans le Pacifique et reste un mois à Pearl Harbor pour renforcer sa DCA et entrainer un groupe aérien composé de trois squadrons de chasse (squadrons 882 896 et 898 équipés de Martlet/Wildcat) et un squadron d'attaque avec les Avenger/Tarpon du squadron 832. Le Victorious regagna Norfolk le 1er septembre 1943 avant de mettre cap à l'ouest direction l'Europe.


Un Avenger Mk II au catapultage

La Fleet Air Arm ne s'arrête pas en si bon chemin et commande ensuite 334 TBM-1 qu'elle rebaptise Avenger Mk II (le 1er janvier 1944, les britanniques décidèrent d'utiliser les surnoms américains, c'est ainsi que le Tarpon devint l'Avenger et le Martlet Wildcat) suivi bientôt de 222 TBM-3 rebaptisés Avenger Mk III.

Ce sont donc au total de 958 appareils de ce type que la Fleet Air Arm commanda pour équiper ses groupes aériens embarqués.
L'Avenger fût surtout utilisé par les britanniques dans le Pacifique quand la British Pacific Fleet envoya les porte-avions Illustrious, Indefatigable, Indomitable et Victorious. Connue également sous le nom de TF57, la BPF effectua plusieurs raids dévastateurs sur Sumatra qu'il s'agisse de l'opération Lentil le 4 janvier sur la raffinerie de Pangkalan ou les opération Meridian I (16 janvier) et Meridian II (24 janvier) voir le raid sur Palembang le 29 janvier 1945.

La BPF participe également aux dernières opérations dans le Pacifique notament l'opération Iceberg contre Okinawa en avril-mai 1945. Le 3 mai, un Avenger qui venait de se poser sur l'Indefatigable ouvre le feu accidentellement ce qui provoque la mort d'un marin tandis que deux autres sont blessés.

Il participe enfin aux raids sur le Japon menés par les porte-avions américains même si la participation de la FAA est symbolique puisque le premier raid à lieu le 24 juillet 1945.


Un Avenger de la Fleet Air Arm en vol

Les Avenger vont rapidement quitter les unités de la FAA qui s'en séparent dès 1946/47, seuls quelques exemplaires servant dans des rôles auxiliaires jusqu'en 1952.

En 1953 pourtant dans le cadre du Mutual Allied Defence Plan, la FAA va recevoir des TBM-3S et W de lutte ASM. 100 appareils baptisés Avenger Mk III (TBM-3S) et Avenger AS Mk IV (TBM-3W) furent livrés à la Fleet Air Arm qui en équipa les squadrons 767 814 815 820 et 824, le temps que les Fairey Gannet soient prêts et dès 1955, les Avenger furent transferés à la réserve (squadrons 1841 et 1844) dans laquelle ils servirent jusqu'en 1957/58 avant d'être transferés à la France. Quelques appareils ont poursuivi leur carrière jusqu'en 1962.


Un Avenger de la FAA du lot livré dans les années cinquante

Royal New Zealand Air Force

Un Avenger de la RNZAF au War Museum d'Auckland

L'armée de l'air néo-zélandaise est la seule autre armée à étrangère à mettre en oeuvre l'Avenger durant la seconde guerre mondiale. Elle opéra ses Avenger depuis la terre même si en 1944/45 quelques appareils furent transferés à la British Pacific Fleet. Quatre squadrons de la RNZAF furent équipés de cet appareil, les squadrons 30, 31,41 et 42.

Royal Canadian Navy

Un Avenger de la marine canadienne en vol. le MAD est clairement visible dans le reflement sur le côté gauche de l'appareil

La marine canadienne fût l'une des premières marine occidentale à profiter des surplus de l'US Navy pour s'équiper d'appareils modernes à moindre frais. C'est ainsi que la RCN reçut entre 1950 et 1952, 125 TBM-3E pour remplacer ses Fairey Firefly.

Problème au moment où les appareils étaient livrés, la marine canadienne cherchait avant tout à augmenter ses capacités ASM et les TBM-3E étaient bien mal équipés pour cette mission. 98 des 125 appareils livrés furent donc modifiés en appareils ASM avec radar, contre-mesures électroniques, bouées acoustiques tandis que la tourelle arrière était supprimée et les trois postes de pilotage remplacées par une verrière unique.

Rebaptisés AS3, certains de ces appareils reçurent plus tard un détecteur d'anomalie magnétique ou MAD (Magnetic Anomaly Detector) et rebaptisés AS3M.

En 1954, la marine canadienne compris que l'Avenger n'était pas le meilleur avion ASM embarquable et elle les remplaça à partir de 1957 par des CS2F, des Grumman Tracker construits sous licence. Les Avenger furent alors transferés dans des unités d'entrainement avant d'être retirées du service en juillet 1960.


Un Avenger canadien au sol, les ailes repliées

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN TBF AVENGER   Lun 07 Sep 2009, 15:51

Aéronautique Navale

Un TBM-3E en vol

L'aéronavale française bénéficie également des largesses américaines pour reconstituer ses unités alors que la défaite de 1940 à brisé un dévellopement prometteur. La France reçoit ainsi 173 Avenger en quatre versions : 40 TBM-3W et 30 TBM-3S de lutte ASM (Hunter/Killer), 60 TBM-3E de bombardement et d'attaque, le reliquat étant composé de TBM-3T de transport et de liaison.


Un TBM-3S et un TBM-3W en vol

Les Avenger arment trois flottilles (4F 6F et 9F) et les escadrilles 3S 5S 10S 15S 54S et 56S pour des missions de servitude et d'entrainement.

La flottille 4F (qui aujourd'hui arment les Hawkeye français) reçoit ses TBM-3E aux Etats Unis à la mi-1951 et participe à l'armement du porte-avions léger La Fayette. Elle reçoit des TBM-3W début 1954 avant d'être transformée sur Bréguet Alizé en 1960.


Un TBM-3S en vol au large de la Tunisie en 1957

La flottile 6F qui était équipée de bimoteurs Bloch MB 175T est transformée sur Avenger en mai 1952 sur la base aéronavale de Lartigue près d'Oran. Basée à Hyères à partir de 1958, elle passe sur Alizé en 1959.


Un Avenger sur le porte-avions Arromanches

La flottille 9F laisse ses Helldiver en août 1953 et est réarmée avec des Avenger. Elle est basée à Aspretto en Corse de janvier 1954 à septembre 1960 et participe à l'opération Mousquetaire (action franco-britannique contre l'Egypte) en novembre 1956 à bord du porte-avions Arromanches. Elle reçoit ses Alizé en 1960.

Les derniers Avenger français volent jusqu'en 1965.


Avenger de la 6F s'apprétant à décoller depuis la base de Lartigues en Algérie

Autres utilisateurs étrangers

Après guerre, d'autres marines étrangères ont mis en oeuvre l'Avenger, le plus souvent dans la version TBM-3W/TBM-3S qu'il s'agisse du Japon, des Pays Bas, du Brésil ou de l'Uruguay.


Le Japon mis surtout en oeuvre le couple TBM-3W et TBM-3S


Utilisation civile

L'Avenger bombarde aujourd'hui les forêts avec de l'eau

La carrière de l'Avenger ne s'arrêta pas quand les militaires les retirèrent du service. Dès la fin de la guerre, le squadron 42 de l'armée de l'air néo-zélandaise expérimenta l'épendage aérien de pesticide et d'engrais pour augmenter les rendements des cultures du pays.

L'utilisation majeure de l'Avenger est cependant le rôle de bombardier d'eau particulièrement au Canada dans la province du New Brunswick où l'entreprise Forest Protection Limited (FPL) se porta acquéreur en 1958 de 12 TBM-3E ex-canadiens suivis d'autres, portant la flotte à son apogée à 43 appareils. En 2007, trois Avenger étaient encore en service chez FPL.

Des Avenger ont également été préservés par des collectioneurs privés et des musées dont au moins cinq au Canada.

Flight 19

Le 5 décembre 1945, un vol d'entrainement de cinq Avenger disparaît à plus de 200 miles nautiques dans le nord-est de Fort Lauderdale (Floride). Le Mariner envoyé à la recherche de la formation disparaît à son tour sans laisser de traces. Le mystère du Vol 19 subsiste toujours et contribue à la légende du triangle des Bermudes. Des épaves d'Avenger ont été découverts au large des côtes de Floride mais aucun ne correspond aux appareils de ce fameux vol.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN TBF AVENGER   Lun 07 Sep 2009, 15:53

Versions


TBF

XTBF-1 : désignation des deux prototypes de l'Avenger avec un moteur R-2600-8 de 1700ch

TBF-1 : première version de série de l'Avenger avec un total de 2291 exemplaires produits dont certains modifiés ensuite en TBF-1C

TBF-1C : TBF-1 modifiés avec deux mitrailleuses de 12.7mm supplémentaires dans les ailes en remplacement de la mitrailleuse de capot et une capacité en carburant accrue

TBF-1B : désignation administrative de la marine américaine pour les Avenger I de la Royal Navy

TBF-1D : TBF-1 convertis avec un radar centimétrique APS 4 en radome sur l'aile droite

TBF-1CD : TBF-1C équipés ensuite d'un radar centimétrique APS 4

TBF-1E : TBF-1 ayant reçu des équipements électroniques supplémentaires

TBF-1J : TBF-1 équipés pour les opérations en conditions météorologiques difficiles

TBF-1L : TBF-1 équipés d'un projecteur retractable dans la soute à bombe

TBF-1P : TBF-1 convertis pour la reconnaissance photographique avec une caméra Trimetrogon
TBF-1CP : TBF-1C convertis pour la reconnaissance photographique avec une caméra Trimetrogon

XTBF-2 : un TBF-1 remotorisé avec un moteur R-2600-10 de 1900ch

XTBF-3 : deux TBF-1 remotorisés avec un R-2600-20

TBF-3 : version de série du précédente. Non produite, Grumman se concentrant sur le Hellcat et cédant la production de l'Avenger à Eastern Aircraft's Division de General Motors.

TBM

TBM-1 : Avenger produits par Eastern et identiques aux TBF-1. 1550 exemplaires construits

TBM-1C : TBF-1C produits par Eastern. 2336 exemplaires construits

TBM-1D : conversions de TBM-1 avec un radar centimétrique en radome sous l'aile droite

TBM-1E : TBM-1 avec des équipements électroniques supplémentaires

TBM-1J : TBM-1 équipés pour les opérations tout-temps (et donc en conditions météorologiques difficiles)

TBM-1L : TBM-1 équipés d'un projecteur rétractable dans la soute à bombe.

TBM-1P : TBM-1 convertis pour la reconnaissance photographique

TBM-1CP : TBM-1C convertis pour la reconnaissance photographique

XTBM-2 : un TBM-1 remotorisé avec un moteur R-2600-10

XTBM-3 : quatre TBM-1C remotorisés avec un R-2600-20

TBM-3 : version de série du précédent. 4600 exemplaires produits

TBM-3D : TBM-3 convertis avec l'installation d'un radar centimétrique en radome sous l'aile droite

TBM-3E : TBM-3 convertis avec l'installation d'un radar centimétrique en radome sous l'aile droite et renforcement de la structure des ailes.

TBM-3H : TBM-3 équipés d'un radar de veille surface

TBM-3J : TBM-3 équipés pour mener des opérations par tous les temps

TBM-3L : TBM-3 équipés d'un projecteur retractable dans la soute à bombe

TBM-3M : TBM-3 convertis pour le lancement de missiles

TBM-3N : TBM-3 convertis pour l'attaque de nuit

TBM-3P : TBM-3 convertis pour la reconnaissance photographique

TBM-3Q : TBM-3 convertis pour la guerre électronique avec un imposant radome ventral

TBM-3R : TBM-3 convertis pour le transport et le ravitaillement (Carrier on Board Delivery ou COD)

TBM-3S : Version Killer du duo Hunter/Killer

TBM-3U : TBM-3 convertis pour le remorquage de cibles et les missions utilitaires

TBM-3W : Version Hunter du duo Hunter/Killer avec le radar APS-20

XTBM-4 : trois prototypes issus de TBM-3E modifiés avec un renforcement de la structure centrale des ailes et un mécanisme différent de repliage

TBM-4 : Version de série du précédent mais la commande de 2141 appareils est annulée au moment de la capitulation japonaise.

Royal Navy

Avenger Mk.I : Désignation postérieure au 1er janvier 1944 du TBF-1. Les 400 appareils livrés étaient auparavant connus sous le nom de Tarpon Mk I

Avenger Mk.II : Désignation postérieure au 1er janvier 1944 du TBM-1 et TBM-1C. Les 334 appareils livrés étaient auparavant connus sous le nom de Tarpon Mk I

Avenger Mk.III : Désignation des 222 TBM-3 livrés à la Fleet Air Arm puis des TBM-3S livrés dans les années cinquante

Avenger Mk.IV : désignation du TBM-3W pour la FAA
Avenger AS4 : désignation tardive du TBM-3S. 100 exemplaires livrés dans les années cinquante

Avenger AS3 : 125 TBM-3E ex-américains cédés à la marine canadienne et transformés en appareils de lutte ASM.

Avenger AS3M : 98 des 125 AS3 modifiés avec un MAD à l'arrière du fuselage

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN TBF AVENGER   Lun 07 Sep 2009, 16:02

Caractéristiques Techniques (TBM-3)

TBM-3E Avenger de la VT-90 en vol en janvier 1945. L'unité était à l'époque basée sur l'Enterprise

Bombardier-torpilleur quadriplace monoplan monomoteur embarqué

Masse : à vide 4783kg à pleine charge : 8115kg (TBM-1 respectivement 4790 et 7450kg)

Dimensions : longueur 12.48m envergure : 16.51m hauteur : 4.70m

Motorisation : un moteur radial Wright R-2600-20 de 1900ch (le TBM-1 avait un Wright R-2600-8 de 1700ch) entrainant une hélice tripale Hamilton (qui remplaça également la Curtiss Electric du TBM/TBF-1)

Performances : vitesse maximale 444 km/h (435 km/h pour le TBM-1 distance franchissable : 1610km (1800km pour le TBM-1) Autonomie opérationnelle : 6h40 plafond opérationnel : 9170m.


Schéma montrant le repliage des ailes

Armement : interne : une mitrailleuse de 7.62mm Browning M1919 dans les nez (uniquement sur les premiers modèles avec 300 cartouches); deux mitrailleuses de 12.7mm Browning M2 dans les ailes avec 600 cartouches; une mitrailleuse de 12.7mm Browning M2 en tourelle dorsale à commande électrique avec 400 cartouches et une mitrailleuse de 7.62mm Browning M1919 avec 500 cartouches en position ventrale arrière.

Externe/en soute : une torpille Mark 13/2de 550mm pesant 908kg ou deux bombes de 454kg ou une bombe de 726kg ou 4 bombes de 227kg ou 12 bombes de 45 ou 48kg. Un réservoir de carburant ou un émetteur fumigène peut également être utilisé. Plus tard dans la guerre, les Avenger reçurent des roquettes de 89mm (3.5 inch) à raison de 4 sous chaque aile, des roquettes de 127mm et la torpille ASM à autoguidage acoustique Mk24 Fido.


Schéma montrant l'installation de la torpille en soute et ci-dessous l'organisation du poste de pilotage


Sources

-Jean Moulin US Navy Tome 1 1898-1945 Du Maine au Missouri
-Jean Moulin US Navy Tome 2 1945-2001 De Nimitz au Nimitz
-Jean Moulin L'aéronavale française en image
-Encyclopédie des armes Editions Atlas Volume 7 P1541-1560 «L'aéronavale 1939-1945»
-Ressources internet : Wilkipedia, Fleetairarmarchives.net, Air Vectors
-Deux PDF de l'ami Vautour, l'un sur le Vought Seawolf et l'autre sur le Grumman Avenger
-Photos fournis par l'ami Vautour

FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : PORTE-AVIONS KAGA


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2286
Age : 47
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN TBF AVENGER   Lun 07 Sep 2009, 16:57

Une grosse bestiole de chez Grumman thumright un super avion evolué pour son époque

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: GRUMMAN TBF AVENGER   

Revenir en haut Aller en bas
 
GRUMMAN TBF AVENGER
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» GRUMMAN TBF AVENGER
» [Academy] Grumman TBF-1 Avenger
» TBM Avenger 1/72 (Academy)
» [Academy] Grumman TBM 1 Avenger Royal Navy
» Grumman TBM 3W Avenger

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Amérique :: Etats Unis-
Sauter vers: