AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 SUPERMARINE SEAFIRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: SUPERMARINE SEAFIRE   Ven 28 Aoû 2009, 11:57

SUPERMARINE SEAFIRE
(GRANDE BRETAGNE)


Trois Supermarine Seafire Mk XV en vol


Avant propos

Quand la guerre éclata en 1939, les principaux chasseurs de la Royal Air Force s'appelait Supermarine Spitfire et Hawker Hurricane et ceux de la Fleet Air Arm, Gloster Sea Gladiator et Blackburn Roc. Les deux premiers étaient parmis les plus modernes d'Europe et allaient ecoeurer des générations de pilotes de Me109, Me110 et autres Heinkel He 111 et Do 17 alors que les seconds ne s'illustrèrent guère que face à des adversaires à peine plus modernes qu'eux, les avions italiens étant aussi dépassés que leurs homologues de l'aéronavale britannique.


Un Spitfire Mk Vb à l'origine du Seafire. Notez la cocarde polonaise dans la partie inférieure du capot moteur


La faute à deux décennies d'une totale négligence de la part des autorités britanniques qui croyaient si peu à l'aéronavale qu'ils confièrent leur contrôle à la RAF. Cette dernière avait déjà peu de moyens et pensaient à ses propres unités plutôt qu'à celles destinées à être embarquées sur des porte-avions.

L'Amirauté lutta pour reprendre le contrôle de son aviation embarquée et n'y parvint que le 30 juillet 1937 quand il est décidé que la Royal Navy allait reprendre le contrôle de la Fleet Air Arm dans un délai deux ans, ce qui est officiellement fait le 24 mai 1939.

La Royal Navy à repris le contrôle de l'aéronavale mais les chasseurs qui l'équipe sont totalement dépassés qu'il s'agisse du biplan Gloster Sea Gladiator ou du monoplan Blackburn Roc qui avait succombé à la mode de la tourelle quadruple arrière et qui allait avoir aussi peu de succès que le Boulton Paul Defiant.


La décrépitude de la FAA en 1939 visible dans ces deux photos : le Gloster Gladiator (ici aux couleurs norvégiennes), dernier chasseur biplan britannique et le Blackburn Roc équipé d'une tourelle quadruple de 7.7mm qui se révéla être une fausse bonne idée


Pour parer au plus pressé, la Grande Bretagne commande des chasseurs modernes au seul pays capable d'en fournir, c'est à dire les Etats Unis. La Fleet Air Arm commande ainsi 100 Grumman F4F-3 qu'elle baptise Martlet Mk I, imitant ainsi la France. Douloureuse ironie de l'histoire, les premiers appareils livrés le 27 juillet 1940 étaient destinés à l'origine à la France qui avait commandé des Wildcat sous le nom de G36.

Il va falloir attendre près deux ans et l'année 1942 pour voir enfin débarquer des chasseurs embarqués britanniques modernes sur des porte-avions britanniques : le Sea Hurricane et surtout le Seafire


Pour parer au plus pressé, les britanniques commandèrent des F4F3 Wildcat qu'ils rebaptisèrent Martlet en attendant de recevoir des chasseurs embarqués nationaux comme le Sea Hurricane

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SUPERMARINE SEAFIRE   Ven 28 Aoû 2009, 12:07

Avant le Seafire, le Spitfire

Peinture représentant le Spitfire Mk I qui allait jouer un rôle vital dans la bataille d'Angleterre de juillet à septembre 1940

Le Seafire étant la version navalisée du Spitfire, il m'à semblé intéressant de revenir sur cette véritable légende de la Seconde Guerre Mondiale.

Derrière le «Spit», il y à un homme, Reginald Mitchell ingénieur en chef chez Supermarine Aviation. En 1931, il participa à un appel d'offres du ministère de l'air mais cet appareil, le type 224 se révéla être un échec cuisant (C'est le Gloster Gladiator qui fût choisit) et pendant un temps, Supermarine se détourna de l'aviation militaire pour participer à la coupe Schneider qu'il remporta à plusieurs reprises à l'aide d'hydravions taillés pour la vitesse.


Le père du Spitfire, Reginald Mitchell qui mouru d'un cancer en 1937 et ne vit pas les prouesses de son bébé

En juillet 1934, le ministère de l'air lança une nouvelle compétition à laquelle Supermarine participa en proposant son type 300 qui effectua son premier vol le 5 mars 1936. Après ce premier vol de huit minutes, le chef-pilote de Vickers Aviation dit «Ne touchez à rien».


Le 3 juin 1936, le ministère de l'air commanda 310 avions qui reçurent le nom de Spitfire. La production eut cependant du mal à démarrer en raison de la surcharge des usines de Supermarine qui construisaient à cette époque les Walrus et les Stranraers sans parler de problèmes industriels de construction d'un avion tout en métal à une époque où la construction en bois entoilé était encore présente (exemple de l'Hurricane).

La première unité équipée fût le squadron 19 basé à Duxford qui reçut ses premiers appareils le 4 août 1938. Il allait ensuite équiper de nombreux squadrons jouant un rôle capitale dans la Bataille d'Angleterre au cours de laquelle, il se montra tellement supérieur au Me109 qu'Adolf Galland aurait dit à Goering quand lui demandait ce qu'il fallait pour battre la RAF «Un escadron de Spitfire». Au cours de cette bataille où la Grande Bretagne joua litteralement sa survie, les Spitfire opérèrent généralement contre les chasseurs alors que les Hurricane plus lents se voyaient chargés de la destruction des bombardiers.

Le Spitfire participa à toutes les opérations de la seconde guerre mondiale qu'il s'agisse de l'Europe, de la Méditerranée mais aussi du Pacifique. De nombreuses variantes virent le jour pour s'adapter notament aux nouveaux appareils allemands qu'il s'agisse du Focke Wulf Fw190 ou des derniers versions du Me109.

A la fin de la guerre, la Luftwafe représenta une menace de plus en plus réduite, les Spitfire furent massivement utilisés pour des missions de chasse bombardement au dessus de l'Europe, l'escorte des bombardiers étant de plus en plus souvent confiée au P51 Mustang qui pouvaient accompagner les bombardiers jusqu'au coeur de l'Allemagne et revenir.

Certains Spitfire furent également utilisés pour la reconnaissance tactique et durant le D-Day, certains «Spit» furent chargés de régler le tir des navires bombardant les plages de Normandie.

Genèse du Seafire

A une version navalisée du Spitfire, l'Amirauté britannique préféra dans un premier temps, le gros biplace Fairey Fulmar

Au début de 1938, Supermarine proposa à l'Amirauté une version navalisée du Spitfire qui n'était pas encore mis en service dans la RAF. L'Amirauté refusa cette proposition préférant le Fairey Fulmar comme nouveau chasseur en raison de son plus grand rayon d'action.

Quand l'amirauté demanda au ministère de l'air des Spitfire en février et mai 1940, elle se heurta au refus du ministère de l'air qui n'en posédait déjà pas assez pour son propre. L'Amirauté s'obstina, ayant compris que ces chasseurs embarqués ne faisaient pas le poids face aux Me109 allemands sans parler d'aller affronter les Zero japonais.

En 1941, le ministère de l'air offrit gracieusement quelques Spitfire Mk I à la Navy mais ces appareils furent refusés par la Fleet Air Arm qui réclamait des appareils du dernier modèle en date à savoir le Spitfire Mk V.


Les premiers Seafire furent en réalités des Spitfire MkV modifiés

Finalement en septembre 1941, la FAA commanda 250 Spitfire Mk Va et Mk Vb qui modifiés pour les opérations sur porte-avions devinrent des Seafire MkIB. Le premier appontage du Seafire eut lieu le 10 février 1942 sur le porte-avions Illustrious. Ils révélèrent les tares d'un appareil qui n'avait pas été conçu à l'origine pour être utilisé sur un porte-avions : visibilité vers l'avant médiocre, avion ayant tendance à «sauter» au moment de l'appontage et train d'atterissage étroit et trop fragile sans parler d'une vitesse trop élevée à l'appontage ce qui rendait son utilisation sur de petits et lents porte-avions hasardeuse. Il se révela cependant un excellent intercepteur pour couvrir la flotte mais son faible rayon d'action pouvait se revéler handicapant pour des opérations au dessus de vastes océans comme le Pacifique.


Le taux d'attrition du Seafire fût particulièrement élevé notamment en raison d'un train fragile

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SUPERMARINE SEAFIRE   Ven 28 Aoû 2009, 12:23

Carrière opérationelle

Fleet Air Arm

Des Seafire de la Fleet Air Arm à bord du porte-avions d'escorte HMS Hunter

La première sortie opérationelle du Seafire eut lieu durant l'opération Torch puis participa au débarquement en Sicile (opération Husky), opération qui révéla toute sa fragilité puisqu'après 48 heures de combat, sur les 106 avions engagés moins de 50 étaient encore en état de combattre et sur ce nombre, seulement 23 étaient pleinement opérationnels.

Ses principaux faits d'armes eurent lieu de l'autre côté de la Planète, dans le Pacifique. Le Seafire équipa en effet les squadrons 887 et 894 de la Fleet Air Arm embarqués à bord du porte-avions HMS Indefatigable qui retrouva la British Pacific Fleet à la fin de l'année 1944.


Un Seafire à l'appontage

Il participa à une mission vitale, les CAP ou Combat Air Patrol (patrouilles de combat aérien) chargées de protéger les porte-avions et la flotte de l'attaque des kamikazes qui se faisaient de plus en plus virulentes au fur et à mesure que les alliés se rapprochaient du Japon.

Le 15 août 1945, jour de la capitulation japonaise, les Seafire descendirent huit kamikazes ou avions ennemis contre la perte d'un seul appareil. Au final, le squadron 887 revendiqua la destruction de 12 appareils et le 894, la destruction de 10 appareils.


Un Seafire Mk XVII à l'appontage

La fin de la seconde guerre mondiale ne marqua pas la fin de la carrière du Seafire. La Fleet Air Arm remplaça les Seafire à moteur Merlin par des Seafire à moteur Grifon, les Seafire MkXV, MkXVII et en 1948, l'ultime version, le Seafire Mk 47.

Le Seafire participa ainsi à la guerre de Corée en 1950 quand le HMS Triumph, présent par hasard sur zone participa à l'opération des NU destinée à stopper les nord-coréens. Le Triumph embarquait à cette occasion le squadron 800 équipés de Seafire Mk47 et le squadron 827 équipés de Firefly.

Le Seafire participa aux opérations de juillet à septembre 1950, effectuant des missions d'interception et des missions de chasse-bombardement, perdant un appareil descendu par un B29 Superfortress et un second suite à un problème de crosse d'appontage. Il quitta la zone quand le Triumph fût remplacé par le Theseus qui embarquait lui des Sea Fury bien plus modernes et puissants.

Au final, douze squadrons de la FAA furent équipés du Seafire : squadron 778 801 808 809 879 880 884 885 886 887 897 et 897.

Les derniers Seafire sont retirés des unités de première ligne en 1951 après l'intervention du HMS Triumph en Corée.


Le Seafire Mk 47 était équipé de deux hélices contrarotatives

Royal Canadian Navy

Un SEafire Mk XVII les ailes repliées

La marine canadienne utilisa des Seafire à la fin de la guerre quand elle mit en oeuvre deux porte-avions légers de construction britannique, les HMCS Magnificent et HMS Warrior qui embarquèrent des Seafire Mk XV qui furent utilisés jusqu'en 1948 quand ces derniers furent remplacés par des Sea Fury.

Aéronavale

Un Seafire de l'aéronavale (probablement un Mk III) à l'appontage sur l'Arromanches

La France reçoit 48 Seafire III en février 1965 et 65 autres au printemps 1948. Il s'agit d'appareils d'occasion, usés et d'un emploi toujours aussi délicat sur un porte-avions en raison de son train étroit et de sa vitesse élevée à l'appontage.

Les Seafire III équipent la flottille 1F crée le 1er octobre 1945 (1FC jusqu'au 1er janvier 1946) et réalise ses premiers appontages sont réalisés sur le Colossus (futur Arromanches) en novembre 1946.

Une deuxième flottille, la flottille 12F, est créé à Hyères le 1er août 1948. Les flottilles 1F et 12F forment un éphémère Groupement de Chasse Embarqué (GCE).

Des Seafire sont embarqués sur l'Arromanches et engagés en Indochine d'octobre 1948 à février 1949.

Les Seafire sont aussi utilisés par l'escadrille 54S, constituée en octobre 1946 comme Ecole de l'Aviation embarquée qui assure l'entrainement des pilotes. Les Seafire III à bout de souffle sont déclarés inaptes à l'appontage en juin 1949 et rapidement condamnés.

L'Aéronavale à également utilisé une quarantaine de Spitfire pour l'entrainement.

En juin 1949, les flottilles de chasse de l'aéronavale se retrouvent à poil faute d'appareils. Pour pouvoir participer à des exercices OTAN à la fin de l'année. Les flottilles 1F et 12F se partagent quinze Seafire Mk XV achetés aux britanniques et livrés en juin 1949.

Embarqués sur l'Arromanches, les Seafire Mk XV n'ont qu'une carrière fort brève courant de juin 1949 à mars 1950 quand ils sont déclarés inaptes à l'appontage et remplacés par des F6F-5 Hellcat.

Quelques Seafire sont utilisés pour l'entrainement jusqu'en 1951.

Irish Air Corps

L'Irish Air Corps utilisa également des Seafire après la guerre, depuis la terre bien entendu puisque la petite marine irlandaise ne possédait pas de porte-avions. Les avions furent basés à Baldonnel au sud-ouest de Dublin. Les Seafire irlandais ont servis jusqu'en 1955 quand ils ont été remplacés par des De Havilland Vampire.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SUPERMARINE SEAFIRE   Ven 28 Aoû 2009, 12:28

Versions

Un Seafire Mk III à l'appontage

-Seafire Mk IB : 166 Spitfire Mk VB transformés avec un moteur Rolls-Royce Merlin 45 et 46 avec pour armement deux canons de 20mm et quatre mitrailleuses de 7.7mm

-Seafire F. Mk IIC : conversion du Spitfire Mk VC avec l'aile universelle. Version adaptée à la chasse à altitude médiane

-Seafire L. (F) Mk IIC : conversion du Spitfire MkVC avec l'aie universelle. Version adaptée à la chasse à basse altitude

-Seafire F.R Mk IIC : version de chasse reconnaissance issue du Spitfire MkVC

-Seafire F. Mk III : Première version du Seafire réellement navalisée

-Seafire L. (F) Mk III : version adaptée aux missions à basse altitude du précédent

-Seafire FR Mk III : version du F. MkIII avec ailes repliables

-Seafire Mk III : version hybride porduite par Westland avec des ailes fixes et un moteur Merlin 55 redesignée L. (F) MkIIC

-Seafire Mk XV : Après le Seafire Mk III, c'est la principale version du Seafire. Contrairement au Mk III, il est propulsé par un moteur Griffon VI de 1850ch à 610m d'altitude. Il ressemble au Spitfire Mk XII dont il semble être une version navalisée mais il reprend plusieurs élements du Seafire Mk III et du Spitfire Mk VIII. Les 30 derniers Seafire Mk XV sont construits avec une verrière en goute d'eau et l'arrière du fuselage. A noter que Supermarine n'à produit que les six prototypes, les 390 exemplaires produits l'ayant été par Cunliffe-Owen et Westland à la fin de 1944

-Seafire Mk XVII : Il s'agit essentiellement d'un Mk XV avec un fuselage renforcé et des pales d'hélice raccourcies pour réduire les «capotages» lors d'appontages, particulièrement fréquents sur les porte-avions d'escorte, lents et aux ponts d'envol courts. Il était également pourvu d'une verrière en goute d'eau, un réservoir supplémentaire derrière le fuselage. 232 exemplaires furent produits au total : 212 par Westland et 20 par Cunligge-Owen.

-Seafire F et FR Mk 45. Cette version est la première du Seafire à être propulsée par le Rolls Royce Griffon 60 équipée d'un turbocompresseur à deux étages. Le prototype utilisé fût une version «navalisée» du Spitfire F. Mk 21. le Mk 45 entra en service en novembre 1945 et certains appareils furet modifiés en appareils de reconnaissance avec deux caméras F24 à l'arrière du fuselage. Au total, 50 Mk 45 ont été produits.

-Seafire F et FR Mk 46. Cette version du Spitfire est en fait une navalisation du Spitfire F. Mk 22 qui finit par être dôtée d'un moteur Griffon 85 ou 87 le rapprochant plus des Spiteful et des Seafang, des versions tardives du Spitfire. 200 exemplaires furent commandés mais seulement 24 furent construits tous par Supermarine.

-Seafire F. et FR Mk 47. Il s'agit d'une version dérivée du précédent et qui fût la dernière version du Seafire et la dernière à participer au combat en Malaisie et en Corée.

Caractéristiques Techniques (Seafire F. Mk III)



Monoplace monoplan de chasse embarquée
Masse à vide : 2449kg à pleine charge au décollage : 3175kg
Longueur : 9.12m Envergure : 11.23m Hauteur : 3.48m
Moteur : Rolls Royce Merlin 45, 50 ou 55 à 12 cylindres en V dévellopant une puissance totale de 1470ch
Vitesse maximale à 3734m : 566 km/h Plafons opérationnel : 10302m Distance franchissable : 748km

Armement : Deux canons de 20mm et 4 mitrailleuses de 7.7mm. Peut également emporter une bombe de 227kg sous le fuselage ou deux de 113kg sous les ailes

Sources
-Encyclopédie des armes éditions Atlas volume 7 «L'aéronavale 1939-1945» p1541-1560

-Marines et forces navales HS 11 «Aéronautique navale 1939-1945»

-L'aéronavale française en images

-Ressources internet : Wilkipedia et Fleetairarmarchive.net

FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : CUIRASSES CLASSE COLORADO


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SUPERMARINE SEAFIRE   

Revenir en haut Aller en bas
 
SUPERMARINE SEAFIRE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [1/48] Supermarine Seafire F/46/47
» SUPERMARINE SEAFIRE
» SUPERMARINE SEAFIRE MkXV de l'AERONAVALE - 1950
» ROYAL NAVY PORTE AVIONS CLASSE IMPLACABLE
» Supermarine Seafire FR 47

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Europe :: Royaume uni-
Sauter vers: