AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 GRUMMAN F8F BEARCAT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: GRUMMAN F8F BEARCAT   Sam 08 Aoû 2009, 20:38

GRUMMAN F8F BEARCAT
(ETATS UNIS)


Un F8F en vol


Avant propos

Wildcat, Hellcat et Bearcat. Si les deux premiers sont connus et reconnus comme les plus célèbres chasseurs embarqués de la guerre du Pacifique avec le Zero et le Corsair, le troisième est un illustre inconnu.


Sans les deux bombes A, le F8F à gauche aurait remplacé le F6F-5 à droit dans les squadrons embarqués de l'US Navy (les appareils representés ici sous couleurs français


La faute à qui ? A Hiroshima et Nagasaki. Sans les deux attaques atomiques de 6 et 9 août, le Bearcat aurait remplacé le Hellcat dans les unités de première ligne et aurait massivement engagé dans les débarquements au Japon.

L'opération Downfall avait prévu deux débarquements. En novembre 1945, les forces américaines auraient lancé l'opération Olympic pour débarquer sur le tiers sud de l'île de Kyushu afin de bénéficier d'une tête de pont pour la deuxième opération, l'opération Coronet qui le 1er mars 1946 auraient vu les américains débarquer dans le Kanto, la plaine autour de Tokyo afin de détruire le coeur de la résistance.

Les moyens de l'opération Olympic étaient bien supérieurs à ceux de l'opération Overlord avec l'engagement de 42 porte-avions, 24 cuirassés et 400 destroyers et destroyers d'escorte. 14 divisions partant d'Okinawa auraient té débarquées.

En ce qui concerne l'opération Coronet, elle aurait vu l'engagement le 1er mars de 25 divisions alliées (1ère armée américaine et 8ème armée britannique).


Vue générale de l'opération Downfall


Au cours de ces opérations, les Bearcat auraient été engagés massivement pour appuyer les marines dans un rôle non prévu à l'origine car le F8F à été conçu moins comme intercepteur que comme un chasseur bombardier.

Le caractère désespéré de la résistance japonaise aurait probablement vu l'engagement massif de kamikaze contre la flotte de débarquement nécessitant des patrouilles constantes de la chasse embarquée qui aurait à cette époque équipée de Corsair et de Bearcat.

L'ironie de l'histoire fit que le Bearcat ne fût pas engagé au combat par son pays d'origine mais pas la France, là aussi dans un rôle non prévu : l'appui-feu.



L'un des prototypes du Bearcat


Genèse des Bearcat


Le Bearcat, une boule de puissance ou comment tirer le meilleur parti du plus puissant moteur à piston de l'époque


A l'été 1943, une équipe d'ingénieurs de Grumman dirigée par Bill Schwendler commença à travailler sur un dérivé du Hellcat, baptisé G58 qui utiliserait le même moteur _un Pratt & Whitney R-2800_ mais avec une cellule allégée pour gagner en maniabilité et en vitesse ascensionelle.

Les américains souhaitaient un intercepteur léger pouvant opérer depuis les porte-avions d'escorte et les porte-avions légers qui ne pouvaient pas embarquer le gros Hellcat. Les ingénieurs de Grumman étudièrent donc la cellule la plus fine et la plus légère supportant le poids du P&W R-2800. Ils se rendirent même en Grande Bretagne pour étudier un Focke Wulf Fw 190 capturé.

Il faut se rappeler qu'à l'époque, les américains étaient encore traumatisés par le Zero qui avaient provoqué de sérieuses pertes dans les rangs de l'aéronavale et de l'armée de l'air américaine. Ils cherchèrent donc avec le Bearcat battrent les japonais sur leur propre terrain : la maniabilité en sacrifiant leurs points forts habituels : armement et protection.

Deux prototypes furent commandés le 27 novembre 1943 baptisés XF8F-1 (le chiffre -7 ayant été attribué au chasseur lourd bimoteur Grumman Tigercat). Le premier vol eut lieu le 31 août 1944 seulement neuf mois après la commande. Les essais se déroulèrent à merveille même si il fallut modifier la dérive pour résoudre une certaine instabilité en vol notament en lacet.


Le diamètre imposant de l'hélice imposa un train bien plus long que pour les Wildcat et les Hellcat


L'US Navy commanda 23 exemplaires de pré-série/production initiale baptisés F8F-1 avant même le vol du premier prototype.

Après un mois d'essais chez le constructeur, les deux prototypes furent transferés au centre d'essais en vol de Patuxent River en octobre 1944. Le premier prototype fût d'ailleurs endommagé au cours d'un accident ce qui permis des modifications importantes pour améliorer sa tenue en vol.

le 17 février 1945, deux appareils de pré-série effectuèrent des appontages sur le porte-avions d'escorte Charger.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN F8F BEARCAT   Sam 08 Aoû 2009, 20:48

Carrière opérationnelle

Conçu comme intercepteur pur, le Bearcat avait des "jambes courtes" ce qui allait poser des problèmes aux français en Indochine imposant l'utilisation de réservoirs supplémentaires

US Navy

Les premières livraisons de série eurent lieu en février 1945 et les premières unités furent déclarées opérationnelles au en mai 1945. 2023 F8F-1 furent commandés à Grumman et 1876 à General Motors sous la désignation de F3M-1.

Le squadron VF-19 est le premier squadron à recevoir le nouveau chasseur. Embarqué sur le porte-avions Langley (le futur La Fayette), il arrive à Oahu le 19 août 1945.


Le squadron VF-19 fût la première unité à recevoir le Bearcat

Pendant ce temps, un autre squadron, le VF18 basé à North Island près de San Diego était équipé de Bearcat

La fin de la guerre provoque une brusque annulation des commandes et seulement 1176 exemplaires sur les 3879 commandés sont produits, tous par Grumman. Sur ces 1176 exemplaires, on trouve un G58A non armé fût vendu à un particulier et utilisé dans des meetings aériens et les 23 appareils du premier lot de production.

Un total de 24 squadrons de la Navy et des Marines furent équipés de Bearcat dans l'immédiat après guerre. Il fût également l'avion utilisé par les Blue Angels entre 1946 et 1950.


Un F8F-2 sur le porte-avions Midway

Au moment où éclata la guerre de Corée, le Bearcat avait déjà cédé la place dans les unités de première ligne à des avions à réaction et quand il fallut engager des avions à hélice pour l'appui rapproché, la Navy et les Marines lui préférèrent le F4U Corsair.

Les deux derniers squadron d'active de l'US Navy utilisèrent le Bearcat jusqu'en 1953 avant de mes reverser à la réserve qui les utilisa jusqu'en 1955.


Deux exemples d'unités équipés de Bearcat


Le Bearcat fût utilisé ensuite pour l'entrainement mais aussi pour les tests, des variantes radiocommandées étant utilisées jusqu'au milieu des années cinquante.

Au crépuscule de l'avion à hélice, le Bearcat faisait mieux que se défendre face aux premiers avions à réaction. Si il était surclassé en termes de vitesse pure, il était bien supérieur en terme de maniabilité, de vitesse ascensionelle et surtout de rayon d'action.


Un F8F-2 en vol

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN F8F BEARCAT   Sam 08 Aoû 2009, 21:10

Armée de l'air

Généralités

Le Bearcat vu par Francis Bergese

En dépit de leur retrait des unités de première ligne au sein des forces armées américaines, les Bearcat virent le feu sous les couleurs françaises. Passé le temps du soupçon et de l'opposition frontale des américains (qui refusaient toute reconstitution des colonies d'avant guerre) à cette guerre, la France fût massivement aidée avec le déclenchement de la guerre froide, Washington ayant compris que la guerre d'Indochine n'était plus une guerre coloniale mais un des nombreux fronts de la guerre froide.

Au moment où arriva le Bearcat, l'armée de l'air utilisait pour l'appui feu des Supermarine Spitfire et des Bell P39 Kingcobra. Des appareils anciens et surtout manquant de pièces détachées. Le seul pays pouvant fournir des appareils en nombre suffisant c'étaient les Etats Unis. A l'époque, la guerre de Corée fait rage et les américains n'ont aucune envie de se se séparer des Mustang et des Corsair qui y sont utilisés mais ils n'ont rien contre céder des Bearcat dont ils ne savent que faire (Ils vont également livrer des Hellcat et des B26 Invader).

Côté français, l'avion d'appui-feu standard doit être léger pour pouvoir opérer depuis des terrains aux pistes courtes, les aérodromes aux longues pistes étant peu nombreux au Vietnam. Ceci explique le non déploiement d'un appareil aussi puissament armé que le P47 Thunderbolt qui à besoin de 1500m pour décoller à pleine charge et les pistes de 1500m en Indochine en général et au Vietnam en particulier ne sont pas légions.


Deux Bearcat attaquant une position Viet au Napalm


L'armée de l'air reçut ainsi un grand nombre de F8F-1 et de F8F-1B qu'elle utilisa dans un rôle de chasseur bombardier et d'appui feu, faute d'adversaire dans les airs. Il fût ainsi l'un des appareils utilisé pour tenter d'empêcher la chute du camp retranché de Dien Bien Phu.


La défaite de Dien Bien Phu Sonna le glas de l'Indochine française

Un total de 209 Grumman Bearcat furent livrés à l'armée de l'air, utilisés au sein du Groupe de Chasse I/6 «Corse» équipé en juillet 1951 mais qui les transmis dès septembre au GC I/8 «Saintonge» qui fût rebaptisé GC I/22 en 1953. Il y eut ensuite le GC III/6 «Roussillon» qui transfera ses Bearcat en février 1952 au GC II/8 «Languedoc» rebaptisé en 1953 GC II/22.

Le «Panda» équipa également le GC I/9 «Limousin», le GC II/9 «Auvergne» devenu GC II/21 en octobre 1953 et le GC I/21 «Artois». L'Escadrille de Reconnaissance Outre Mer (ETOM 80) mit également en oeuvre des Bearcat équipé d'un conteneur photographique sous le fuselage tout comme l'ERP 2/16 «Armagnac» qui disposait de deux appareils.


Livraison de Bearcat à Saigon

Les premiers appareils sont livrés le 6 février 1951 quand 44 Bearcat arrivent à Saigon à bord du porte-avions d'escorte Windham Bay (CVE 92) de classe Casablanca. Ils sont suivis le 25 mars par 46 autres chargés à bord de l'USS Sitkoh Bay (CVE-86), sister-ship du Windham Bay.

En juillet et août 1952, 30 nouveaux Bearcat sont livrés suivis de 62 avions en 1953 permettant à partir de juin de standardiser la flotte de chasseurs-bombardiers. Les américains livrent les 27 derniers appareils en mai 1954 portant le total des livraisons à 209 appareils même si il n'y à plus que 142 en état de vol à l'époque.


Alignement de Bearcat aux couleurs françaises

Bien que les pilotes français se plaignaient du rayon d'action insuffisant, ils surent apprécier la réserve de puissance et la maniabilité du Bearcat qui permettaient aux pilotes de «sauter» les sommets et de se faufiler dans les vallées encaissées mais aussi de larguer leur bombe à des altitudes très faibles.


Un Bearcat français en vol

Quand les française se retirèrent du Sud-Vietnam en 1956, les Bearcat survivants furent cédés à la South Vietnamese Air Force qui les utilisa jusqu'au début des années soixante avant qu'ils ne cèdent la place à d'autres appareils américains comme le célébrissime Douglas AD Skyraider.


Un Bearcat de l'armée de l'air sud-vietnamienne

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN F8F BEARCAT   Sam 08 Aoû 2009, 21:17

GC I/9 «Limousin»


C'est le GC I/9 qui est choisit pour être la première unité à être équipé du dernier chasseur à moteur à piston de Grumman. Volant à l'époque sur des P63 Kingcobra à bout de souffle, l'unité est transformé sur F8F en février 1951, utilisant 25 appareils jusqu'en juin 1952 date à laquelle il est relevé par le GC I/21 «Artois» qui récupère ses 18 avions (25 à l'origine). L'unité à été basé à Cat Bi à partir de décembre 1950 puis déployé à Tourane à partir d'avril 1952.

GC III/6 «Roussillon»


Volant comme le précédent sur P63, le Roussillon est transformé sur Bearcat en mars 1951 mais cesse ses opérations sur l'Indochine dès mars 1952, transferant ses 19 avions (sur 26 à l'origine) au GC II/8 «Languedoc». L'unité à été basée à Cat Bi durant tout son séjour indochinois.

GC I/6 «Corse»


L'unité revient en Indochine en avril 1950 avec comme monture, des Spitfire bien fatigués qu'il abandonne dès novembre pour des Hellcat qui ne sont pas non plus de première jeunesse. Il est transformé sur Bearcat en juin 1951 mais cède dès septembre ses 20 appareils au «Saintonge» avant de rentrer en France.

GC I/8 puis I/22 «Saintonge»


L'unité mise sur pied en mars 1951 est destinée dès le départ à opérer en Indochine. Arrivé sur place en septembre 1951, il reprend les 20 appareils du GC I/6. Il devient le GC I/22 le 1er octobre 1953, l'armée de l'air souhaitant récupérer les numéros des 8ème et 9ème escadre pour la métropole. L'unité va perdre 27 avions sur les 62 utilisés et n'est dissoute qu'en 1956 au moment de l'évacuation française du Vietnam.

GC II/8 puis II/22 «Languedoc»


L'unité est créée en août 1951 et arrive en Indochine en février 1952. Il est renuméroté le 1er octobre 1953 pour les même raisons que le Saintonge. De janvier à mai 1954, il est quasi-exclusivement employé au dessus de la cuvette de Dien Bien Phu, détachant une dizaine d'appareils de Cat Bi à Xien Khouang. Le groupe est finalement dissous le 1er mars 1955. Il à utilisé un total de 51 avions pour 12 perdus.

GC I/21 «Artois»

L'Artois est la dernière unité de chasse spécifiquement créée pour le conflit indochinois. Créé en janvier 1952 à Oran, il gagne l'Indochine en juin, récupérant les avions du Limousin. A la fin de décembre 1953, il installe un détachement à Seno pour appuyer des Bearcat déployés dans la cuvette elle même. Au début avril 1954, il participe également à des opérations au dessus du Laos.
Le groupe est dissous le 1er février 1955 après avoir perdu 16 des 40 appareils utilisés.

GC II/9 puis II/21 «Auvergne»

La livraison de trente machine à l'été 1952 permet à l'unité d'abandonner ses Hellcat pour être transformée sur Bearcat. Basé à Than Son Nut (le futur aéroport international de Saïgon), il opère en Annam et en Cochinchine. Le 31 octobre, l'Auvergne est renuméroté II/21.

Le 1er novembre 1954, il démanage à Tourane, récupérant les avions des groupes I/21 et II/22 récément dissous. Il perd également son nouveau d'Auvergne attribué au nouveau GC II/9 reconstitué en France et est rebaptisé Artois. L'unité est dissoute le 1er février 1956 mais la mise en place du Centre de Transformation de la Chasse pour former l'aviation sud-vietnamienne à Bien Hoa, centre qui fonctionne jusqu'au 1er juin 1956. L'unité à utilisé 34 avions et en à perdu 7.

EROM 80

Un F8F-1 avec une nacelle photo sous le fuselage

L'escadrille de reconnaissance outre-mer est formée sur NC 701 en septembre 1949 mais l'unité met en oeuvre des Bearcat à partir de mai 1951 pour des missions de reconnaissance tactique. Pour se faire, les mécaniciens modifient l'alimentation électrique du point d'attache central pour pouvoir accueillir un ancien réservoir supplémentaire équipé de trois caméras type K17 et K22 (une oblique frontale, verticale et oblique latérale). L'unité est engagé au dessus de Dien Bien Phu, devenant le 1er février 1954, escadron de reconnaissance outre mer avant d'être dissous le 1er novembre 1955.

Au total durant le conflit indochinois, l'armée de l'ait à perdu 84 appareils dont 48 par accident, preuve que le Bearcat était un vrai pur-sang : puissant mais peu docile et ne pardonnant pas la moindre erreur. Le Vietminh à abattu 28 appareils sans parler des 8 autres portés disparus pour la mort de 18 pilotes plus 2 prisonniers dont 1 décédera en capitivité.


Une position peu naturelle pour le Bearcat

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN F8F BEARCAT   Sam 08 Aoû 2009, 21:26

Royal Thai Air Force (RTAF)

Un Bearcat aux couleurs de l'armée de l'air royale thaïlandaise

A la même époque, la Thaïlande reçut dans le cadre du programme MDAP (Mutual Defence Allied Plan) 129 F8F-1 qui équipèrent les escadrilles 13, 22 et 23 qui servirent jusqu'au début des années soixante.

Versions

Un prototype du Bearcat en vol

-XF8F-1 : deux prototypes avec un moteur R-2800-22

-F8F-1 : 769 appareils équipés d'un système d'injection pour augmenter la puissance du moteur.

-F8F-1B : 226 F8F-1 équipés après leur mise en service de 4 canons de 20mm au lieu de 4 mitrailleuses de 12.7mm

-F8F-1D : version exportée en France et en Thaïlande

-XF8F-1N : 2 prototypes d'une version de chasse de nuit avec un radar AN/APG-19

-F8F-1N : 13 exemplaires issus des deux prototypes précédents

-XF8F-2 : deux prototypes

-F8F-2 : 365 exemplaires issus des deux prototypes précédents avec un moteur R-2800-30W et une dérive modifiée pour accroitre la stabilité

-F8F-2N : 12 F8F-2 transformés en chasseurs de nuit


Le Bearcat chasse aussi la nuit

-F8F-2P : 60 F8F-2 modifiés pour la reconnaissance avec seulement deux canons

-G-58 : démonstrateur de la companie

-G58A : F8F-1 non armé, vendu à un particulier pour des démonstrations aériennes

-F8F-1/2D : version radiocommandée du Bearcat.

1176 Bearcat ont été produits

Caracteristiques Techniques


F8F-1

Chasseur d'interception monoplace embarqué.

Masse : à vide 3207kg maximale au décollage 5873kg

Longueur : 8.61m envergure 10.92m hauteur 4.22m surface alaire 22.67m²

Motorisation : un Pratt & Whitney R-2800-22W en étoile de 2400ch entrainant une hélice quadripale

Vitesse maximale : 678 km/h à 6005m Distance fracnhissable : 1778km Plafond opérationnel : 11795m

Le Bearcat réalisa plusieurs record comme celui de la montée la plus rapide : 3050m en 94 secondes

Armement : 4 mitrailleuses Browning M2 de 12.7mm disposant chacune de 300 cartouches puis 4 canons de 20mm avec 205 obus chacun

Points d'attache sous le fuselage pour un réservoir supplémentaire de 585 litres ou une bombe de 450kg.

Deux point d'attache sous les ailes pour des réservoirs de 379 litres, des bombes de 45kg ou des roquettes ou deux roquettes de 292mm ou des roquettes HVAR de 127mm

Au total le Bearcat pouvait embarquer 1090kg de charge extérieur soit un tiers de son poids à vide.

Sources

-US Navy T2 1945-2001 de Nimitz au Nimitz
-Encyclopédie des armes éditions atlas Tome 5 p1081-1100 «L'aviation embarquée de l'après guerre»
-Ressources internet : Wilkipedia, Air Vector
-Documents et photos fournis par l'ami Vautour

FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : CUIRASSES CLASSE NEW MEXICO


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: GRUMMAN F8F BEARCAT   

Revenir en haut Aller en bas
 
GRUMMAN F8F BEARCAT
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Revell] Grumman F8F Bearcat
» GRUMMAN F8F BEARCAT
» Grumman F8F Bearcat
» [MONOGRAM] GRUMMAN F8F BEARCAT 1/72 ème réf 5013
» Grumman J2F6 "Duck"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Amérique :: Etats Unis-
Sauter vers: