AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 JAPON : DESTROYERS CLASSE FUBUKI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: JAPON : DESTROYERS CLASSE FUBUKI   Lun 06 Juil 2009, 13:02

DESTROYER CLASSE FUBUKI
(JAPON)


Le destroyer Fubuki à la mer. Son design marqua une rupture nette dans l'architecture navale et allait inspirer les marines étrangères pendant de nombreuses années

Avant Propos


Lorsque le Fubuki est entré en service au mois d'août 1928, son apparition provoqua un véritable choc. Jusque là les destroyers étaient des navires légers, rapides et peu armés généralement 4 canons de moyen calibre à usage simple et 6 à 8 tubes lance-torpilles. Ils étaient donc adaptés au combat contre leurs congénères mais incapables de combattre des navires plus gros avec un chance raisonable de succès. Le Fubuki était lui armé de trois tourelles doubles de 127mm, de 22 canons de 25mm, de 10 mitrailleuses de 13mm et 9 tubes lance-torpilles de 610mm avec les Long Lance qui allaient provoquer bien des pertes parmi les navires alliés.

Ces destroyers allaient pousser les autres marines à se dôter de navires équivalents comme les destroyers de classe Tribal pour la marine britannique armés de 8 canons de 120mm en 4 tourelles doubles et 4 tubes lance-torpilles ou les Porter qui étaient armés de 4 tourelles doubles de 127mm mais seulement 8 tubes lance-torpilles de 533mm.


Deux réponses aux Fubuki : ci-dessus le HMS Afridi de classe Tribal et ci-dessous le USS Porter, premier navire de sa classe


En pointe, les japonais innovèrent à nouveau à partir du 10ème Fubuki, le Ayanami fût le premier à recevoir une nouvelle tourelle double de 127mm pouvant pointer jusqu'à +75° et pouvant donc servir aussi bien pour le tir à but surface et le tir antiaérien, une vrai innovation pour l'époque.

Cette puissance s'explique par la tactique et la stratégie utilisée par le Japon en cas de conflit. Un peu comme l'armée française avant 1914, la marine japonaise vouait un culte fétichiste à l'offensive, un culte venant aussi bien des traditions millénaires du bushido et des samourais et que de problèmes industriels.

Le Japon des années trente est encore peu industrialisé et surtout ne possède aucune matières premières, l'obligeant à vivre sur des stocks difficiles à renouveler en temps de guerre sauf si le Japon s'empare des ressources nécessaires comme le charbon et le minerais de fer de Mandchourie, le caoutchouc et le pétrole des Indes Néerlandaises.

Cette tactique et cette stratégie offensive imposait un entrainement de tous les instants. Très affûtée, ayant porté l'entrainement au combat de nuit au sommet de son art, la marine japonaise frappa fort et jusqu'à la bataille de la mer de Corail en mai 1942, paru irresistible. Même après le coup d'arrêt de Midway, la marine japonaise se montra encore redoutable en particulier durant la bataille de Guadalcanal avec le fameux «Express de Tokyo».

Ce culte de l'offensive l'avait poussé à négliger tout ce qui paraissait défensif comme l'escorte des convois ou l'attaque des lignes de communication américaines par les sous marins. Ce fût là tout le paradoxe de la stratégie navale nippone : la guerre allait l'amener à conquérir un empire majoritairement insulaire avec un important trafic naval mais elle n'avait prévu de puissantes forces d'escorte.

Au total 24 navires de type Fubuki ont été construits répartis en trois lots (I II et III). Ce dernier lot composé de 4 navires est parfois connu sous le nom de classe Akatsuki. Sur les 24 navires, un à été coulé en 1934 suite à une collision avec le Mizuma (Miyuki) et deux ont survécu à la guerre (Ushio et Ibiki), les 21 autres ont tous été coulés durant la guerre.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON : DESTROYERS CLASSE FUBUKI   Lun 06 Juil 2009, 13:10

Historique

Le Fubuki

Vue d'artiste du Fubuki survolé par un hydravion

Le Fubuki (Blizzard) (35) est mis sur cale à l'Arsenal de Maizuru (province de Kyoto) le 19 juin 1926 lancé le 15 novembre 1927 et admis au service actif le 10 août 1928.

Au moment de l'attaque sur Pearl Harbor, le Fubuki était affecté à la 11ème division de destroyers, division integrée au 3ème squadron de destroyer de la 1ère flotte, son port d'attache étant Kure avant qu'il soit basé à Samah sur l'île d'Hainan.

Du 4 décembre 1941 au 30 janvier 1942, il escorta les croiseurs lourds Suzuya, Kumano, Mogami et Mikuman venant de Samah et de Cam Ranh (Indochine française) pour soutenir l'invasion de la péninsule malaisienne, de Bornéo et des îles Anambas. Il assura aussi la protection de convois de transport de troupes.

Le 10 janvier, avec les destroyers Asakaze et Hatakaze (classe Kamikaze), il récupéra les survivants de l'Akito Maru un transport torpillé. Le 27 janvier 1942, le Fubuki et son convoi furent attaqués par les destroyers HMS Thanet et HMAS Vampire à 80 miles nautiques au nord de Singapour, c'est la bataille d'Endau au cours de laquelle le Thanet fût coulé probablement par les torpilles du Fubuki.

Du 13 au 18 février 1942, le Fubuki participa à l'invasion des Indes néerlandaises, plus précisement les îles de Bangka et de Palembang en attaquant les navires alliés, détruisant seul ou en coopération plus de sept navires.

Le vrai baptême du feu du Fubuki eut cependant lieu quelques jours plus tard lors de la bataille de la mer de Java. Le 26 février, l'amiral néerlandais Karel Doorman appareille de Surabaya avec l'escadre ABDA (American British Dutch Australian) qui regroupe les croiseurs lourds Houston et Exeter, les croiseurs légers De Ruyter Java et Perth et neufs destroyers. Cette véritable escadre du sacrifice ne se fait guère d'illusions sur ses chances de survie, tout juste pourrait-elle ralentir l'avancée nippone.


Le vice-amiral Karel Doorman qui sombra avec son navire-amiral, le croiseur Java

Le contact est pris le 27 février peu après 16 heures avec les japonais. La force de protection est composée des croiseurs lourds Nachi et Haguro, des croiseurs légers Naka et Jintsu et 14 destroyers dont le Fubuki.

Plus qu'une bataille vraiment coordonnée, la bataille de la mer de Java est plus une suite d'escarmouches et de duel au cours desquels les alliés subissent des pertes sérieuses comme la destruction du destroyer néerlandais Korteaner par une torpille Long Lance, celle du destroyer britannique Jupiter qui saute sur une mine.

Dans la soirée, les croiseurs japonais tirent quelques obus avant de lancer une salve de torpilles. Propulsée par de l'oxygène liquide, elle n'emettent pas un sillage révélateur ce qui provoque la destruction du De Ruyter et du Java à bord duquel se trouve Karel Doorman qui avant de périr dans le naufrage ordonne au reste de la force de quitter la mer de Java.

Le Houston, le Perth et quatre destroyers tous américains tentent de s'échapper par le détroit de la Sonde. Dans la nuit du 28 février au 1er mars 1942, ils tombent sur les transports japonais mais sont attaqués par l'escorte dont le Fubuki qui lancent ses torpilles avant d'être soutenu par les croiseurs lourds Mikuma, Mogami, le croiseur léger Natori et dix destroyers. Le Perth et le Houston sont coulés. Le Fubuki fût par ailleurs accusé d'avoir touché 3 transports japonais et un dragueur de mines avec 3 des 9 torpilles lancées mais il semble que le responsable soit le Mogami.
Le 12 mars 1942, le Fubuli escorta la force de couverture de l'amiral Ozawa chargée de protéger l'invasion du nord de Sumatra. Il mena une mission similaire trois mois plus tard mais cette fois au large des Iles Andaman puis au cours des raids de porte-avions dans l'Océan Indien du 31 mars au 10 avril 1942. Ces raids menés par une force de six porte-avions provoqua la destruction du vieux porte-avions Hermes, des croiseurs lourds Cornwall et Dorsetshire, des destroyers HMS Tenedos et HMAS Vampire et d'autres navires de moindre importance.
A l'issue de cette campagne, le Fubuki regagna le Japon via Singapour et Cam Ranh pour un carénage bien mérité à l'arsenal de Kure.
Il participa alors à la bataille de Midway les 4 et 5 juin 1942. Il faisait partie de la force principale composée notament du Nagato, du Mutsu et du Yamato à bord duquel se trouvait l'amiral Isoroku Yamamoto. Il assura alors la défense aérienne de la force qui perdit le croiseur lourd Mikuma alors que le croiseur lourd Mogami était gravement endommagé.

Du 30 juin au 2 juillet, le Fubuki reprit son rôle d'escorteur de convoi, protégeant des navires entre Kure et l'îled'Amami-Oshima dans l'archipel des Ryu-Kyu. Il quitta cette île à la mi-juillet pour gagner le sud asiatique et plus précisement Bornéo pour des raids dans l'Océan Indien mais l'invasion américaine de Guadalcanal le 7 août 1942 annula cette opération et le Fubuki gagnant Davao sur l'île de Mindanao (Phillipines).

Du 19 au 23 août 1942, il escorta un convoi de transports de troupes de Davao à Truk. Même mission du 27 au 31 août quand il escorta le transport Sado Maru de Rabaul aux îles Shortland, intégrant ainsi le légendaire «Tokyo Express» qui chaque nuit transportait troupes, vivres et munitions.

Le 2 septembre, le Fubuki participa au bombardement naval sur Henderson Field, un diversion pour couvrir un convoi de renfort. Un autre convoi est envoyé le 5 septembre tout comme sont menées deux nouveaux bombardements le 8 septembre et les 12 et 13 septembre.

Cinq autres convois eurent lieu en septembre et en octobre : 13 septembre et 16 septembre, 1, 4 et 7 octobre.

Le 11 et 12 octobre 1942 eut lieu la bataille du Cap Esperance (également connue sous le nom de seconde bataille de Savo). Au moment du débarquement américain, les japonais poussaient vers la Nouvelle Guinée pour s'emparer de Port Moresby lorsqu'ils recoivent l'ordre le 18 septembre de se replier, la priorité étant donnée à Guadalcanal. Les deux camps renforcent leur position, les japonais par le fameux «Express de Tokyo» et les américains par un convoi venant de Nouméa. Il est couvert par la TF64 du contre-amiral Norman composé des croiseurs San Francisco, Boise, Salt Lake City et Helena et cinq destroyers Farenholt, Duncan, Buchanan, McCalla et Laffey; la couverture à distance étant assuré par un groupe organisé autour du Hornet et un autre autour du Washington.

Les japonais sont reperés par un B17 basé à Henderson Field le soir du 11 octobre et l'amiral Scott décide de les intercepter. La rencontre à lieu à l'est de Savo dans la nuit du 11 au 12 octobre, les américains barrant le T aux Japonais qui cette fois sont surpris. Les américains sont en ligne de file avec les destroyers Farenholt, Duncan, Laffey, le croiseur lourd San Francisco (sur lequel se trouve l'amiral Scott), le croiseur léger Boise, le croiseur lourd Salt Lake City, le croiseur léger Helena et les destroyers Buchanan et McCalla. Les japonais se présentent sur une colonne avec les croiseurs lourds Aoba, Furutaka, Kinugasa avec sur chaque flanc, un destroyer le Fubuki à tribord et le Hatsuyuki à bâbord.

Les japonais sont détectés au radar par l'Hélena à 23h25 à 14 miles puis par le Boise. L'Helena ouvre le feu à 23h46 suivi par les autres bâtiments. Les japonais sont surpris les pièces dans l'axe. Le Fubuki est coulé et le Furutaka fait de même à 0h40,L'Aoba est en feu. Le Kinugasa et le Hatsuyuki, indemnes se retirent mais le Kinugasa encadre le San Francisco puis le Boise qui doit manoeuvrer pour éviter les torpilles.


Le Boise s'étant dévoilé en utilisant un projecteur, il est repris pour cible par le Kinugasa et l'Aoba et encaisse quatre coups avant d'être couvert par une manoeuvre du Salt Lake City. Le combat cesse à 0h20 et les navires japonais rallient les Shortland au sud de Bougainville qui leur sert de base avancée. Le Duncan, touché par des obus japonais et américains, incendié coule le lendemain vers midi. Le Farenholt a aussi encaissé aussi des coups, probablement américains. Le Boise qui a eu 107 tués, sera réparé à Philadelphie et le Salt Lake City qui à reçu deux coups à Pearl Harbor.

Seuls 109 membres d'équipage survivent sur un total de 219 qui sont récupérés par le destroyer américain McCalla et les destroyers dragueur de mines Hovey et Trever. Le capitaine du navire, le lieutenant commander Shizuo Yamashita à été tué au combat. Le Fubuki est rayé des listes le 15 novembre 1942.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON : DESTROYERS CLASSE FUBUKI   Lun 06 Juil 2009, 13:18

Le Shirayuki

Vue arrière babord du Shirayuki

Le Shirayuki (Neige blanche) (36) est mis sur cale aux chantiers navals de Yokohama le 19 mars 1927 lancé le 20 mars 1928 et admis au service actif le 18 décembre 1928. Shirayuki est également le nom du cheval préféré de l'empereur Hiro-Hito

A sa mise en service, il est affecté à la 11ème division de destroyer de la 2ème flotte. Ses premières opérations eurent lieu durant la deuxième guerre chino-japonaise où il patrouilla au large de la côte sud de la Chine avant de participer à l'invasion de l'Indochine en 1940, opération destinée à éviter le ravitaillement de la Chine par les américains via l'Indochine.

Au moment de l'attaque sur Pearl Harbor, le Shirayuki était affecté à la 11ème division de destroyer, 3ème squadron de la 1ère flotte, déployé depuis le port de Samah sur l'île d'Haïnan. C'est ainsi que du 4 décembre 1941 à février 1942 il participa à l'escorte, la couverture et l'appui des forces engagées dans les débarquements sur la péninsule Malaise, l'île d'Anambas et Bornéo.

Le 27 janvier 1942, le Shirayuki et le reste de l'escorte furent attaqués par les destroyers HMS Thanet et HMAS Vampire à 80 miles nautiques au nord de Singapour dans la bataille d'Endau et ses torpilles auraient participées à la destruction du Thanet.


Le HMAS Vampire qui fût coulé au cours du raid de Nagumo dans l'Océan Indien

En février 1942, le Shirayuki escorta le croiseur lourd Chokai lors de l'invasion des îles Banka et Palembang (Indes Neerlandaises) et fût crédité de la destruction ou de la capture de quatre transports alliés qui s'appretaient à rejoindre Singapour.

Il retrouva alors la force d'invasion chargé de l'occupation de l'ouest de Java. Il participa ainsi à la bataille du détroit de la Sonde dans la nuit du 28 février au 1er mars 1942. Les croiseurs Houston et Perth accompagnés par 4 destroyers américains, tentent de quitter la mer de Java après la défaite de la veille. Ils tombent sur 50 transports chargés de débarquer des unités de la 16ème armée.

Profitant de l'aubaine, les alliés attaquent mais à proximité se trouvent deux puissantes forces navales japonaises : la 2ème division de croiseurs (7ème escadron) composée des croiseurs lourds Mogami et Mikuma accompagné par le destroyer Shikinami et la 5ème division de destroyers composée des destroyers Harukaze, Hatakaze et Asakaze de classe Kamikaze et les destroyers classe Fubuki : Fubuki, Hatsuyuki, Shirayuki, Shirakumo et Murakumo.

Cette bataille fût fatale aux croiseurs Perth et Houston qui furent coulés. Le Shirayuki fût touché par un obus qui le frappa sur la passerelle provoquant la mort d'un marin tandis que 11 étaient blessés. Par ailleurs, trois transports et un dragueur de mines japonais furent coulés par des torpilles japonaises tirées selon les sources par le Fubuki ou le Mogami.

Au début du mois de mars 1942, le Shirayuki escorta un convoi entre Singapour et Borneo pour participer à l'invasion des îles Andaman. Cette force se composait d'une force de couverture lointaine composée des croiseurs lourds Chokai (navire-amiral) Kumano, Suzuya,Mikuma et Mogami (7ème escadron de croiseur); les destroyers Fubuki,Hatsuyuki,Shirayuki et Mokami (11ème division de destroyer) et du porte-avions Ryujo; d'une force de couverture rapprochée composée du croiseur léger Sendai, des destroyers Isonamin, Uranami, Ayanami (19ème division de destroyers) Amagiri, Asagiri, Yugiri et Shirakumo (20ème division de destroyers) et d'une force d'invasion composée du croiseur léger Yura, du croiseur école Kashii, de l'escorteur Shumushu, du mouilleur de mines Hatsutaka et de la cannonière Eiko Maru ainsi que de 9 transports et divers auxiliaires.

L'invasion eut lieu le 23 mars, la milice sikh chargée de la défense n'opposa aucune résistance et fût désarmée et internée. Le Shirayuki participa ensuite au raid dans l'Océan Indien, participation indirecte car il se contenta de patrouiller au large de Port Blair.

A l'issue de cette opération, il quitta l'Asie du Sud Est pour le Japon via Singapour et Cam Ranh et après 9 jours de transit (13-22 avril) et le jour même de son arrivée entra à l'Arsenal de Kure pour un carénage bien mérité.

Le Shirayuki participa ensuite à la bataille de Midway au sein de la force de soutien de l'amiral Isoroku Yamamoto. Au mois de juillet 1942, il couvrit un convoi entre Amami-Oshima à destination de l'Asie du Sud-Est en vue d'un second raid dans l'Océan Indien.

L'opération fût cependant annulée en raison du débarquement américain à Guadalcanal, le Shirayuki appareilla pour Truk et Rabaul. C'est ainsi qu'août à novembre, le Shirayuki participa au fameux "Tokyo Express" chargé de ravitailler les troupes japonaises de Guadalcanal. Le 12 octobre 1942, le Shirayuki repêcha les survivants de son sister-ship le Murakumo qui venait d'être torpillé au cours de la bataille du cap Esperance.


Carte de la région des Salomons

Les 14 et 15 novembre, le Shirayuki participa à la deuxième bataille navale de Guadalcanal. A l'origine, les japonais prévoyaient un nouveau bombardement avec le groupe de l'amiral Kondo composée du cuirassé Kirishima, des croiseurs lourd Atago et Takao, les croiseurs légers Nagara et Sendai et neuf destroyers. Le croiseur Sendai aperçoit ce qu'il prend pour deux croiseurs et quatre destroyers à 22h10 au nord de Savo. Les quatorze navires japonais s'organisent trois groupes quand il sont repérés par les américains à 22h52. Les cuirassés américains Washington et South Dakota ouvrent le feu à 23h13 suivi par les destroyers à 23h22.
Comme souvent au cours des batailles nocturnes, le combat devient rapidement confus : quatre destroyers américains furent mis hors de combat. Le South Dakota qui perd son alimentation électrique attire sur lui les torpilles (34 lancées sans coup au but) et les obus japonais, il encaisse ainsi un obus de 356mm, 18 de 203mm, 6 de 152mm et un de 127mm (38 morts et 60 blessés) mais permet au Washington de s'approcher à moins de 7700m des navires japonais tirant 9 obus de 406mm et une quarantaine de 127mm mettant le Kirishima hors de combat. Les pertes sont lourdes également pour les japonais qui doivent saborder le Kirishima, le destroyer Ayanami, quatre transports survivants sur onze s'échouent à Tassafaronga (ils seront détruits le lendemain par les avions d'Henderson Field et de l'Enterprise), l'Atago et le Takao sont également endommagés. Le Shirayuki retourna brièvement à Kure à la fin de l'année, assurant la protection du porte-avions Hiyo.

En janvier 1943, le Shirayuki retourna aux îles Salomons comme escorteur d'un convoi de renfort venant de Shanghaï et commandé par le vice-amiral Hashimoto. Lors de l'évacuation japonaise de Guadalcanal, il servit de naviral amiral avant d'être réaffecté à la 8ème flotte le 25 février.

Durant la bataille de la mer de Bismarck (1er-4 mars 1943), le Shirayuki était le navire amiral d'un convoi de transport de troupes reliant Rabaul à Lae (Papouasie-Nouvelle Guinée) sous le commandement du vice-amiral Kimura composé de 8 destroyers et de 8 transports.
Ce convoi transporte la 51ème division d'infanterie. Le convoi appareille de Rabaul le 28 février 1943, il est découvert par un B24 le 1er mars. L'aviation américaine attaque les aérodromes de Lae et Salamaua clouant l'aviation japonaise au sol. Le 3 mars, 137 avions américains de la 5th Air Force (B17, B25, P38 et A20) et des appareils australiens (Beaufighter et Boston).

Elles sont terriblement efficaces et sur les 8 navires seuls quatre destroyers endommagés s'en sortent. Le Shirayuki est touché par une bombe dans sa soute à munitions arrière, arrachant la poupe et tuant 32 hommes. Le navire coula à 55 miles nautiques au sud-est de Finschhafen (ville à 50 miles de Lae) tout comme les destroyers Arashio, Tokitsukaze et Asashio. Les survivants sont récupérés par le Shikinami.
Le Shirayuki est rayé des listes le 1er avril 1943


Carte de la bataille de la mer de Bismarck

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON : DESTROYERS CLASSE FUBUKI   Lun 06 Juil 2009, 13:29

Le Hatsuyuki

Le Hatsuyuki à l'ancre

Le Hatsuyuki (37) (première neige) est mis sur cale à l'Arsenal de Maizuru le 12 avril 1926 lancé le 29 septembre 1928 et admis au service actif le 30 mars 1929.

A sa mise en service, le Hatsuyuki fût affecté à la 11ème division de destroyers (2ème flotte). Il participa à la deuxième guerre sino-japonaise couvrant les débarquements japonais durant la bataille de Shanghai (13 août-26 novembre 1937) et d'autres opérations amphibies à Hangzhou dans le nord de la Chine. En 1940, il participa également à l'invasion de l'Indochine pour empêcher tout ravitaillement de l'armée chinoise.

Au moment de l'attaque sur Pearl Harbor, le Hatsuyuki fût assigné à la 11ème division de destroyers du 3ème squadron de destroyers, partie de la 1ère flotte et déployé dans le port de Samah (île de Hainan). Du 4 décembre 1941 au 30 janvier 1942, il escorta les croiseurs lourds Suzuya, Kumano, Mogami et Mikuma pour appuyer l'invasion de la péninsule Malaise, des îles de Banak et de Palembang ainsi que les îles Anambas. Le 18 février 1942, il fût crédité de la destruction/capture de deux transports qui tentaient de quitter les Indes Néerlandaises pour gagner Singapour.
Retrouvant la force chargée de l'invasion sur la côte occidentale de Java le 27 février 1942, il participa à la bataille du détroit de la Sonde (28 février-1er mars 1942) :

Les croiseurs Houston et Perth accompagnés par 4 destroyers américains, tentent de quitter la mer de Java après la défaite de la veille. Ils tombent sur 50 transports chargés de débarquer des unités de la 16ème armée.
Profitant de l'aubaine, les alliés attaquent mais à proximité se trouvent deux puissantes forces navales japonaises : la 2ème division de croiseurs (7ème escadron) composée des croiseurs lourds Mogami et Mikuma accompagné par le destroyer Shikinami et la 5ème division de destroyers composée des destroyers Harukaze, Hatakaze et Asakaze de classe Kamikaze et les destroyers classe Fubuki : Fubuki, Hatsuyuki, Shirayuki, Shirakumo et Murakumo.


Le USS Houston, croiseur lourd classe Northampton coulé à la bataille du détroit de la Sonde. Un croiseur léger de classe Cleveland mis en service en 1943 repris son nom

Cette bataille fût fatale aux croiseurs Perth et Houston qui furent coulés. Le Shirayuki fût touché par un obus qui le frappa sur la passerelle provoquant la mort d'un marin tandis que 11 étaient blessés. Par ailleurs, trois transports et un dragueur de mines japonais furent coulés par des torpilles japonaises tirées selon les sources par le Fubuki ou le Mogami.

Il participa ensuite à l'invasion de Sumatra le 12 mars suivi de celle des îles Andaman le 23 mars 1942 durant laquelle il participa à des missions de patrouille et d'escorte au large de Port Blair, mission qui se prolongea durant le raid de porte-avions mené par l'amiral Nagumo dans l'Océan Indien : Six porte-avions (Akagi, Ryujo, Hiryu, Soryu, Shokaku et Zuikaku) quatre cuirassés (Kongo Hiei Kirishima et Haruna) sept croiseurs, 19 destroyers, 5 sous marins et 350 avions effectuèrent du 31 mars au 10 avril un raid destiné à nettoyer l'Océan Indien des forces alliées. Les résultats furent spectaculaires : le porte-avions Hermès, les croiseurs lourds Cornwall et Dorsetshire, des destroyers HMS Tenedos et HMAS Vampire et d'autres navires de moindre importance.

A l'issue de cette opération, il rentra au Japon pour un carénage à l'Arsenal de Kure après un transit du 13 au 22 avril. Il participa ensuite à la bataille de Midway (4-5 juin 1942) comme escorteur des cuirassés Nagato, Mutsu et Yamato, ce dernier transportant l'amiral Yamamoto.

En juillet 1942 il quitta l'île d'Amami-Oshima pour l'Asie du Sud Est en vue d'un second raid dans l'Océan Indien mais le débarquement américain à Guadalcanal le 7 août 1942 annula cette opération et le destroyer n°37 (C'était sous ce numéro qu'était connu l'Hatsuyuki avant qu'il ne soit baptisé) gagna Truk.

Il intégra ainsi le fameux "Tokyo Express", une force de destroyers chargé de ravitailler les forces japonais de nuit, la supériorité aérienne américaine de jour rendant tout ravitaillement diurne suicidaire alors que la nuit les japonais par leur maitrise de ce type de combat gardaient une certain supériorité.

Le 4 septembre 1942, deux transports de troupes rapides, les USS Gregory (APD 3) et Little (APD4), deux flush-deckers de classe Wilkes convertis débarquèrent le 1ère bataillon de Raiders (1st Marine Raiders Batallion) sur l'île de Savo. Dans des eaux peu sûres, les navires auraient du rentrer au plus vite à Tulagi mais la nuit noire poussa les commandants des deux navires à rester sur place, patrouillant à 10 noeuds.

Au même moment, les destroyers Yudachi (classe Shiratsuyu) Hatsuyuki et Murakumo (classe Fubuki) empruntèrent le "Slot" pour ravitailler les trouples japonaises. Leur cargaison livrée, il s'apprétèrent à bombarder Henderson Field depuis Lunga Point.

Le bombardement fût repéré par les deux APD qui décidèrent de se retirer, n'ayant pas les moyens de faire face aux trois puissants destroyers. C'est alors qu'un avion américain largua des fusées éclairantes dévoilant la position des deux APD qui furent attaquées par les destroyers. Une véritable exécution, les deux navires furent mis hors de combat en quelques minutes même si leur agonie se prolongea pendant près de 40 minutes pour le Gregory et plus de 2heures pour le Little. Avant de repartir, les destroyers japonais s'acharnèrent sur les survivants.

Il participa ensuite à la bataille du Cap Esperance les 11 et 12 octobre, le Hatsuyuki engagé avec le Fubuki et les croiseurs lourds Aoba, Furutaka, Kinugasa. Il sort indemne de cette bataille, récupérant 518 survivants du croiseur Furutaka avant d'escorter le croiseur Aoba gravement endommagé vers Truk. Il assista en spectacteur à la bataille de Santa Cruz le 26 octobre puisqu'il servait de stationnaire aux îles Shortland.

Du 12 au 15 novembre, le Hatsuyuki participa à la première bataille navale de Guadalcanal. Il escortait à l'origine la force de soutien de l'amiral Kurita mais il retrouva bientôt la force de bombardement de l'amiral Kondo. Assisté du croiseur léger Nagara, il participa à la destruction des destroyers américains Benham, Walke et Preston tandis que le Gwin était endommagé. Le Hatsuyuki regagna alors Truk le 18 novembre. Après un autre transport rapide depuis Rabaul en décembre 1942, le Hatsuyuki fût affecté à l'escorte du porte-avions Hiyo envoyé en réparations à l'Arsenal de Kure.

En janvier 1943, le Hatsuyuki escorte un convoi de transport entre Pusan (Corée) Palau et Wewak (Papouasie Nouvelle Guinée). Il continua ses missions de patrouille et d'escorte dans les Salomons jusqu'à l'évacuation desGuadalcanal en février 1943. Il fût alors affecté à la 8ème flotte.

En mars 1943, il récupéra les survivants des navires japonais coulés à la bataille de la mer de Bismarck avant de rentrer à Kure pour carénage. Au mois de mai, il escorte le porte-avions Taiyo qui appareille de Yokosuka avant d'effectuer des escales à Manille, à Surabaya, Singapour, Mako avant de revenir à Sasebo.

Au mois de juin, le Hatsuyuki regagna Rabaul pour reprendre des missions de transport rapide, c'est ainsi qu'il se trouva engagé dans la deuxième bataille du golfe de Kula.

Dans la nuit du 4 au 5 juillet, le TG 36.1 (contre-amiral Ainsworth) composé des croiseurs légers Honolulu, Helena, St Louis et des destroyers Ralph Talbot, Strong, Chevalier et O'Banon bombardent Vila, Kolombangara et Bairoko Harbor. La même nuit, les destroyers Niizuki, Yunagi et Nagatsuki débarquent 1200 hommes dans le golfe de Kula. Une bataille navale s'en suit au cours de laquelle le Strong est coulé (torpille de 610mm et plusieurs obus de la défense côtière).


Photographie prise durant la bataille du golfe de Kula : "USS Helena (CL-50) au centre juste avant d'être torpillé, il est suivi par le Saint Louis, la photo étant prise par l'Honolulu

A l'aube du 5 juillet, trois bataillons de la 37ème DI sont mis à terre par sept transports rapides mouillants près de Bairoko sous la protection du TG 36.1 qui finit par se retirer tout en recevant l'ordre de se tenir prêt pour intercepter un «Express de Tokyo» annoncé pour la nuit suivante. Le Chevalier avarié par l'explosion des grenades du Strong est remplacé par le Jenkins.

Dans la nuit du 5 au 6 juillet 1943, les américains tombent sur les neuf destroyers du contre-amiral Akiyama à savoir Les Niizuki (classe Akizuki) Suzukaze (classe Shiratsuyu) Tanikaze, Hamakaze (classe Kagero) Mochizuki Mikazuki Nagatsuki Satsuki (classe Mutsuki) Amagiri et Hatsuyuki (classe Fubuki). Les Niizuki, Suzukaze et Tanikaze sont chargées de couvrir les autres destroyers chargés de 2800 hommes qu'ils doivent débarquer dans le golfe de Kula. Les américains sont en colonne, dans l'ordre : les destroyers Nicholas, O'Bannon suivis des croiseurs Honolulu, Helena, St Louis et les destroyers Jenkins et Radford.

Les américains ouvrent le feu à 1h47 lançant 2500 obus de 152mm en cinq minutes, ce qui donne des points à viser aux japonais qui parviennent à recharger leurs tubes lance-torpilles après un premier lancement. L'Helena encaisse trois torpilles du Suzukaze et du Tanikaze en trois minutes (2h04-2h07) et coule en 22 minutes.

Les japonais perdent le Niizuki certainement touché par l'Honolulu et le Nagatsuki touché puis achevé par des avions alors qu'il était échoué. Les Sizukaze, Amagiri, Hatsuyuki et Tanikaze sont endommagés mais peuvent se replier. 745 survivants du croiseur américains sont récupérés par le Nicholas et le Radford après un accrochage avec le Suzukaze et le Tanikaze.

Le 17 juillet 1943 alors qu'il est ancré au Shortlands débarquant ses passagers, il est coulé par un raid aérien américain (223 appareils : Douglas Dauntless, Grumman Avenger, Vought Corsair, Consolidated B24, Bell Aircobra et Curtiss P40), raid qui avarie également le Hatsukaze et le Yunagi. Le Hatsuyuki est rayé des listes le 5 octobre 1943.

Le Miyuki

Le Miyuki, une carrière des plus brèves

Le Miyuki (38) ("Neige profonde") est mis sur cale aux chantiers Uraga Dock Company le 30 avril 1927 lancé le 29 juin 1928 et admis au service actif le 29 juin 1929. A sa mise en service, il est affecté avec ses sister-ship Fubuki, Shirayuki et Hatsuyuki à la 11ème division de destroyers de la 2ème flotte. D'octobre à décembre 1931, il est au bassin à l'Arsenal de Kure pour réparation de ces chaudières.

Le Miyuki est coulé à la suite d'une collision avec son sister-ship Inazuma le 29 juin 1934 dans le détroit de Corée au sud de Cheju. Le bilan est incertain mais au moins cinq marins furent tués. Le Miyuki est rayé des listes le 15 août 1934.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON : DESTROYERS CLASSE FUBUKI   Lun 06 Juil 2009, 13:38

Le Murakumo

Vue tribord arrière du Murakumo

Le Murakumo (39) (Nuages noirs) est mis sur cale aux chantiers navals Fujinagata d'Osaka le 25 avril 1927 lancé le 27 septembre 1928 et admis au service actif le 10 mai 1929. A son admission au service actif, le Murakumo fût affectée à la 12ème division de destroyers (2ème flotte). Durant la seconde guerre sino-japonaise, il patrouilla au large des côtes chinoises avant de participer aux opérations en Indochine en 1940.

Au moment de l'attaque sur Pearl Harbor, il était déployé au sein de la 12ème division de destroyers du 3ème squadron de destroyers (1ère flotte) quittant la base navale de Kure pour celle de Samah sur l'île d'Hainan.

Du 4 au 12 décembre 1941, il couvrit les débarquements japonais à Kota Bharu (Malaisie) puis à partir de décembre ceux effectués dans la partie britannique de l'île de Borneo. Durant cette opération, il engagea le sous marin néerlanfais K-XVI dont il revendiqua la construction même si il semble que ce soit le sous marin I-66 qui soit responsable de sa destruction.

En février 1942, le Murakumo (39) escorta le croiseur lourd Chokai lors des débarquements menés sur les îles Banka-Palembang et dans les îles Anambas. Il retrouva alors la force d'invasion de l'île de Java et participa ainsi à la bataille du détroit de la Sonde dans la nuit du 28 février au 1er mars, bataille au cours de laquelle furent coulés les croiseurs Perth et Houston.


Le croiseur Chokai avec sa configuration si particulière : cinq tourelles doubles de 203mm

Le 10 mars, le Murakumo fût affecté à la 20ème division de destroyers du 3ème escadron de destroyers de la 1ère flotte, participant ainsi à l'invasion dans le nord de l'île de Sumatra le 12 mars puis l'invasion des îles Andaman le 23 mars 1942. Il rentra alors au Japon (13-22 avril) pour un carénage à l'Arsenal de Kure. A l'issue de ce carénage, il participa à la bataille de Midway (4-5 octobre) au sein de la force de l'amiral Isoroku Yamamoto.

En juillet 1942 il quitta les îles Ryu-Kyu pour les Indes Néerlandaises afin de participer à un second raid dans l'Océan Indien mais cette opération fût annulée quand les américains débarquèrent à Guadalcanal le 7 août 1942.

Le Murakumo gagna ainsi Truk, il intégra ainsi le fameux "Tokyo Express", une force de destroyers chargé de ravitailler les forces japonais de nuit, la supériorité aérienne américaine de jour rendant tout ravitaillement diurne suicidaire alors que la nuit les japonais par leur maitrise de ce type de combat gardaient une certain supériorité.

Le 4 septembre 1942, deux transports de troupes rapides, les USS Gregory (APD 3) et Little (APD4), deux flush-deckers de classe Wilkes convertis débarquèrent le 1ère bataillon de Raiders (1st Marine Raiders Batallion) sur l'île de Savo. Dans des eaux peu sûres, les navires auraient du rentrer au plus vite à Tulagi mais la nuit noire poussa les commandants des deux navires à rester sur place, patrouillant à 10 noeuds.
Au même moment, les destroyers Yudachi (classe Shiratsuyu) Hatsuyuki et Murakumo (classe Fubuki) empruntèrent le "Slot" pour ravitailler les trouples japonaises. Leur cargaison livrée, il s'apprétèrent à bombarder Henderson Field depuis Lunga Point.

Le bombardement fût repéré par les deux APD qui décidèrent de se retirer, n'ayant pas les moyens de faire face aux trois puissants destroyers. C'est alors qu'un avion américain largua des fusées éclairantes dévoilant la position des duex APD qui furent attaquées par les destroyers. Une véritable exécution, les deux navires furent mis hors de combat en quelques minutes même si leur agonie se prolongea pendant près de 40 minutes pour le Gregory et plus de 2heures pour le Little.

Avant de repartir, les destroyers japonais s'acharnèrent sur les survivants.
Sa dernière mission eut lieu dans la nuit du 11 au 12 octobre 1942 à la suite de la bataille du Cape Esperance. Il devait assister le croiseur Furutaka mais ce dernier coula avant que le destroyer n'intervienne.

Malgré la victoire tactique américaine, les japonais réussissent à débarquer des renforts via les transports d'hydravions Chitose et Nisshin protégés par six destroyers dont le Shirayuki et le Mirakumo qui sont détachés pour récupérer le personnel des bâtiments coulés ainsi que, plus tard, le Natsugumo. Le Murakumo et le Natsugumo sont attaqués par des avions américains basés à Henderson Field, recevant une bombe et une torpille. Hors de contrôle avec 22 morts, le navire est évacué avant d'être achevé par le Shirayuki. Le 15 novembre 1942, le Murakumo est rayé des listes.


Les américains tentant de faire dérailler le Tokyo Express

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON : DESTROYERS CLASSE FUBUKI   Lun 06 Juil 2009, 13:40

Le Shinonome

Le Shinonome au mouillage

Le Shinonome (40) (Crépuscule) est mis sur cale à l'Arsenal de Sasebo le 12 août 1926 lancé le 26 novembre 1927 et admis au service actif le 25 juillet 1928. A son admission au service actif, il fût affecté à la 12ème division de destroyers (2ème flotte). Il participa ainsi à des patrouilles au large de la Chine du Sud durant la seconde guerre sino-japonaise et fût engagé durant les opérations en Indochine en 1940.

Au moment de l'attaque sur Pearl Harbor, le Shinonome fût assigné à la 12ème division de destroyers du 3ème escadron (1ère flotte) et fût déployé à la base navale de Samah (Haïnan). Du 4 au 12 décembre 1941, il assura la couverture des débarquements japonais à Kota Bharu en Malaisie puis ceux menés à Bornéo le 16 décembre.

C'est à ce moment que le navire est coulé dans des circonstances troubles, certaines sources parlant d'une mine alliée ou suite à bombardement aérien, deux bombes lancées par un hydravion néerlandais X-32 du Naval Air Group GVT-7 qui auraient fait exploser son magasin aérien. D'autres sources cite une attaque aérienne mené par un Martin B-10 le 18 décembre 1941. La localisation de l'épave reste inconnue. Le Shinonome est rayé des listes le 15 janvier 1942.


Autre vue du Shinonome dont les conditions de destruction reste encore entourée de mystère

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON : DESTROYERS CLASSE FUBUKI   Lun 06 Juil 2009, 13:47

Le Usugumo

L'Usugumo à la mer

L'Usugumo (41) («nuages fins») est mis sur cale aux Ishikawajima Shipyards de Tokyo le 21 octobre 1926 lancé le 26 décembre 1927 et admis au service actif le 26 juillet 1928. A sa mise en service, il est affectée à la 12ème division de destroyers de la 2ème flotte. Durant la deuxième guerre sino-japonaise, il assura la couverture des débarquements menés dans le sud de la Chine. Le 15 août 1940, il est endommagé par une mine et doit être remorqué pour réparation jusqu'à l'Arsenal de Maizuru.

Au moment de l'attaque sur Pearl Harbor, l'Usugumo était encore en réparations ne pu pas participer aux opérations jusqu'au mois de juillet 1942 date à laquelle il fût assigné à la 5ème flotte chargée des opérations en Chine et dans le Pacifique Nord et envoyé à Ominato, une base située au nord d'Honshu.

D'août à octobre 1942, le destroyer n°41 (son appelation initiale) effectua des patrouilles autour de l'île d'Hokkaido et de l'île de Chishima ainsi que des missions d'escorte entre l'île de Paramushiro dans l'archipel des Kouriles et les îles d'Attu et de Kiska dans les Aléoutiennes (occupées en juin 1942 lors de l'opération MI qui avait pour cible principale Midway) et ce jusqu'en janvier 1943.

Après un carénage à l'arsenal naval de Kure au mois de février 1943, il participa à la bataille des îles du Commandeur (Komandorski) : Le 26 mars 1943 à l'aube, dans le sud des îles Komandorski (îles du Commandeur à 175 miles à l'est de la Péninsule du Kamchatka), le radar du croiseur Salt Lake City détecta des navires japonais sous le commandement de l'amiral Hosogaya. Ce dernier dispose des croiseurs Nachi, Maya, Abukuma et Tama; les destroyers Hatsushimo; Ikazuchi, Inazuma, et Wakaba et les transports Asaka Maru et Sakito Maru. Les américains de l'amiral McMorris alignent le croiseur lourd Salt Lake City, le croiseur léger Richmond et les destroyers Bailey, Coghlan, Dale et Monaghan.


La bataille des îles Kommandorski

Le feu est ouvert à environ 12000m mètres. Le Nachi est touché par le Richmond et est avarié mais ce dernier qui tente d'atteindre les transports mais doit faire face au Tama. Le Salt Lake City dont un hydravion est incendié sur sa catapulte, découvrant l'infériorité de sa formation face aux japonais, manoeuvre, pris sous le feu du Nachi et reçoit un coup direct qui cause un incendie. Ralenti, une machine noyée, il est couvert par un rideau de fumée des destroyers qui foncent sur les japonais pour le sauver.

Hosogaya face à des problèmes de mazout et craignant l'intervention de l'aviation américaine, abandonne la partie et regagne les Kouriles. Une attaque à la torpille de trois destroyers américains tombe dans le vide. Le combat à duré trois heures, le Salt Lake city et le Bailey avariés rallient Dutch Harbor. Les japonais renoncent à faire passer d'autres navires de surface aux Aléoutiennes qui sont ravitaillées par sous marins.

L'Usugumo ne vit pas le feu, assurant l'escorte du cargo Sakito Maru. Le destroyer repris des missions de transport entre Paramushiro et Attu et Kiska en avril, juillet et août pour assurer l'évacuation des survivants. A la fin du mois de novembre 1943, l'Usugumo gagna Kure pour carénage.

Il passa le mois de janvier 1944 en entrainement dans la mer Intérieure avant de regagner Ominato au début du mois de février pour reprendre ses missions de patrouille et d'escorte, par exemple au mois de mars, il escorta un convoi de transport de troupes sur l'île d'Uruppu (Kouriles).

Le 5 juillet 1944 alors qu'il venait d'appareiller d'Otaru (Hokkaido) avec un autre convoi de transports de troupes à destination d'Uruppu, il fût torpillé par le sous marin américain USS Skate en mer d'Okhotsk à 330 miles ouest/sud-ouest de Paramushiro. Il encaissa deux torpilles à l'arrière, coulant en six minutes et ne laissant aucun survivant. L' Usugumo est rayé des listes le 10 septembre 1944.


C'est le USS Skate qui envoya l'Usugumo rejoindre Neptune

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON : DESTROYERS CLASSE FUBUKI   Lun 06 Juil 2009, 13:52

Le Shirakumo

Vue bâbord du Shirakumo

Le Shirakumo (42) («nuage blanc») est mis sur cale aux Fujinagata Shipyards d'Osaka le 27 octobre 1926 lancé le 27 décembre 1927 et admis au service actif le 28 juillet 1928. A son admission au service actif, il fût assigné à la 11ème division de destroyers de la 2ème flotte. Durant la seconde guerre chino-japonaise, il effectua des patrouilles au large des côtes sud de la Chine avant de participer aux opérations contre l'Indochine en 1940.

Au moment de l'attaque sur Pearl Harbor, le Shirakumo était affecté à la 12ème division de destroyers du 3ème squadron (1ère flotte) basé à Kure puis à Samah sur l'île d'Hainan. Au mois de décembre 1941, il participa aux débarquements menés en Malaisie qu'il s'agisse de ceux de la Peninsule ou ceux de l'île de Borneo. Le 23 décembre 1941, il récupéra les survivants du destroyer Sagiri torpillé le 24 décembre par le sous marin néerlandais K-XVI.


En février 1942, le Shirakumo fit partie de l'escorte du croiseur lourd Chokai pour les débarquements menés sur les îles Banka-Palembang et les îles Anambas, coulant notament un mouilleur de filets britannique au large de Singapour le 14 février.

Le Shirakumo retrouva ensuite la force chargée de l'invasion de l'ouest de l'île de Java et fût ainsi engagé dans la bataille du détroit de la Sonde (28 février-1er mars) au cours de laquelle les croiseurs Perth et Houston furent coulés.

Le 10 mars 1942, le Shirakumo fût affectée à la 20ème division de destroyers du 3ème squadron de la 1ère flotte, participant ainsi à l'invasion au nord de Sumatra le 12 mars celui de celle des îles d'Andaman le 23 mars 1942. Durant le raid de Nagumo dans l'Océan Indien (31 mars-10 avril 1942) il coula cinq navires marchands avec les croiseurs lourds Kumano et Suzuya (classe Mogami).


Le croiseur lourd Kumano de classe Mogami

Il retourna ensuite au Japon (13-22 avril) via Singapour et Camranh, étant mis au bassin en carénage à l'arsenal de Kure. Il participa ensuite à la bataille de Midway pour l'invasion des Aléoutiennes. Le premier bombardement est mené par 36 appareils des porte-avions Ryujo et Junyo sur le port de Dutch Harbor. Un second raid à lieu dans l'après midi avec 24 appareils suivi le le lendemain d'un troisième raid. Après la bataille de Midway, les japonais annulent le débarquement qu'ils avaient prévu à Adak mais prennent pied à Kiska le 7 juin et à Attu le 8 juin. Les porte-avions Zuikaku et Zuiho rallient le sud des Aléoutiennes pour faire face à une réaction des américains, mais ces derniers renoncent à envoyer leurs porte-avions dans le nord après Midway et l'affaire s'arrête là. Il faudra attendre juillet 1943 pour que les américains délogent les japonais de ces îles.

En juillet 1942, le Shirakumo quitta les îles Ryu-Kyu pour les Indes Néerlandaises avant de participer à un second raid dans l'Océan Indien mais cette opération est annulée à l'annonce du débarquement sur Guadalcanal le 7 août 1942. Il rallia alors Truk, inaugurant sa participation au fameux «Tokyo Express». Le 28 août 1942 après avoir effectuer un transport de troupes, il fût gravement endommagé par un bombardier en piqué américain, la bombe explosant dans la salle des machines (deux marins blessés). Il fût alors remorqué par le Amagiri puis par le mouilleur de mines Tsugaru, direction les îles Shortlands. Le pétrolier Koa Maru le remorqua jusqu'à Truk pour des réparations d'urgence avant de revenir à Kure le 8 octobre pour des réparations définitives.

Les réparations furent achevées le 1er avril 1943 et le destroyer fût réaffecté à la 9ème division de destroyers du 1er squadron de la 5ème flotte pour des patrouilles et des missions d'escorte au large d'Hokkaido et des îles Chishima. Le 6 juin 1943, il entra en collision avec le Numakaze (classe Minekaze) dans un épais brouillard au large de Paramushiro et fût forcé de revenir à Hakodate pour des réparations qui n'étaient pas achevées quand il repris ses missions de patrouille et d'escorte à la fin du mois de septembre.

Le 16 mars 1944 alors qu'il venait d'appareiller du port de Kushiro (Hokkaido), escortant un convoi de transport de troupes à direction de l'île d'Uruppu, il fût torpillé par le sous marin Tautog à 170 miles nautiques à l'est de Muroran, coulant instantanément ne laissant aucun survivants. Le 31 mars 1944, il est rayé des listes.


Le USS Tautog

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON : DESTROYERS CLASSE FUBUKI   Lun 06 Juil 2009, 13:59

L'Isonami

Le destroyer Isonami à la mer

L'Isonami (43) («brisants») est mis sur cale aux chantiers de l'Uraga Dock Company le 19 octobre 1926 lancé le 24 novembre 1927 et admis au service actif le 30 juin 1928. A sa mise en service il est affecté avec ses sister-ship Uranami, Shikinami et Ayanami à la 19ème division de destroyers de la 2ème flotte. Il participa ainsi à la seconde guerre chino-japonaise (7 juillet 1937-9 septembre 1945) en couvrant les débarquements menés par les japonais à Shanghai (13 août 1937) et Hangzhou. En 1940, il participa à des patrouilles et aux couvertures des débarquements dans le sud de la Chine.

Au moment de l'attaque sur Pearl Harbor, l'Isonami était affecté à la 19ème division de destroyers du 3ème squadron de destroyers (1ère flotte), quittant la base de Kure pour le port de Samah dans l'île d'Hainan. Du 4 décembre 1941 au 30 janvier 1942, l'Isonami assura avec d'autres navires l'escorte des croiseurs lourds Suzuya, Kumano, Mogami et Mikuma. Cette force appareilla de Samah pour participer aux débarquements de Malaisie, les îles Banka-Palembang et les Anambas.

Le 27 février 1942, l'Isonami retrouva la force navale chargés des débarquements dans l'ouest de l'île de Java, dans le nord de Sumatra (12 février) puis des îles Andaman le 23 mars. Il effectua ensuite des missions de patrouille et d'escorte à partir de Port Blair pour couvrir à distance la force de porte-avions de l'amiral Nagumo menant des raids dans l'Océan Indien. A l'issue de ce long cycle d'opérations, il regagna le Japon (13-22 avril 1942) pour un carénage à l'Arsenal de Kure.


Carte des Iles Andaman

Il participa ensuite à la bataille de Midway au sein de la force transportant l'amiral Yamamoto et sur le chemin du retour fût endommagé par une collision avec son sister-ship l'Uranami et du être remorqué à l'arsenal de Yokosuka pour réparations achevées au mois de juillet.


L'opération MI

En août et septembre 1942, l'Isonami est affecté à des missions d'entrainement en mer Intérieure en compagnie des porte-avions Junyo et Hiyo. Il escorta ensuite ces porte-avions à Truk au début du mois d'octobre. Il mena depuis cette base japonaise des missions de patrouille puis de ravitaillement des îles Salomon (le fameux «Tokyo Express») jusqu'à la mi-janvier 1943.

Le 1er décembre, l'Isonami est endommagé au large de Buna (Papouasie Nouvelle Guinée) par des avions de l'USAAF. Le 18 décembre, il récupère les survivants du croiseur Tenryu torpillé par le sous américain Albacore. Au début du mois de janvier, il retourna à l'arsenal de Kure pour carénage avant d'assurer l'escorte au mois de février de convois entre Pusan, Pulau et Wewak. Le 25 février, il est réaffecté à la flotte du Sud-Ouest avec Surabaya pour base afin d'escorter des convois au sein des Indes Néerlandaises.

Le 9 avril 1943 alors qu'il escortait un convoi entre Surabaya et Ambon, il fût torpillé par le sous marin Tautog alors qu'il récupérai les survivants du cargo Penang Maru (lui même torpillé) à 35 miles nautiques au sud-est de l'île de Wangiwangi. 7 marins furent tués et 9 blessés. L'Isonami est rayé des listes le 1er août 1943.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON : DESTROYERS CLASSE FUBUKI   Lun 06 Juil 2009, 14:10

Le Uranami

L'Uranami à la mer

L'Uranami (44) («vague du rivage») est mis sur cale aux chantiers de l'Uraga Dock Company le 28 avril 1927 lancé le 29 novembre 1928 et admis au service actif le 30 juin 1929. Il reçoit son nom de baptême en 1935. A son admission au service actif, il est affecté à la 11ème division de destroyers (2ème flotte). Il participe ainsi à la deuxième guerre chino-japonaise en couvrant le débarquement japonais à Shanghaï mais aussi à Hangzhou dans le nord de la Chine.

Au moment de l'attaque sur Pearl Harbor, il est affecté à la 19ème division de destroyers du 3ème squadron de destroyers de la 1ère flotte. Il est basé à Kure puis à Samah (île d'Haïnan). Durant le mois de décembre 1941, il participe à la couverture des débarquements japonais en Malaisie que ce soit dans le péninsule ou sur l'île de Bornéo. Le 7 décembre, il capture le cargo norvégien D/S Hafthor et le 19 décembre coule sous marin néerlandais O-20 en coopération avec ses sister-ship Ayanami et Yugiri, récupérant 32 survivants.

Il fit ensuite partie de l'escorte des croiseurs lourds Suzuya, Kumano, Mogami et Mikuma chargés de couvrir les débarquements dans les Indes Néerlandaises (île de Banka-Palembang, îles Anambas, Java et Sumatra). Ce fût ensuite autour des invasions des îles Andaman (23 mars 1942) avant le raid dans l'Océan Indien mené par Nagumo, L'Uranami menant des missions de patrouille et d'escorte.


Carte des opérations dans les Indes Néerlandaises

A l'issue de cette opération, il rentra au Japon via Singapour et Cam Ranh Bay pour un carénage à l'Arsenal de Kure. Il participa ensuite à la bataille de Midway au sein de la force de l'amiral Yamamoto au cours de laquelle il fût endommagé non pas par l'ennemi mais par son sister-ship Isonami au cours d'une collision l'obligeant à être réparé à l'Arsenal de Kure. Les réparations achevées, il escorta le cargo Kiyozumi Maru jusqu'à Singapour avant de filer seul jusqu'à Mergui (Birmanie) en vue d'un second raid dans l'Océan Indien mais cette opération fût annulée quand les américains débarquèrent à Guadalcanal le 7 août 1942. L'Uranami gagna alors les îles Salomon participant ainsi à la bataille des Salomons Orientales le 24 août alors qu'il escortait un convoi de ravitaillement du désormais célèbre «Tokyo Express»


Il fût ensuite engagé dans la deuxième bataille navale de Guadalcanal dans la nuit du 14 au 15 novembre 1942. Rattaché à la force d'exploration de l'amiral Hashimoto (embarqué sur le croiseur Senda). Quand les hostilités éclatèrent contre la TF64 de l'amiral Lee, l'Uranami fût envoyé avec l'Ayanami assister le croiseur léger Nagara. Ces trois navires coulèrent deux des quatre destroyers engagés (Preston et Walke) et endommagèrent gravement le Benham (qui fût sabordé après la bataille) et plus légèrement le Gwin. Quelques tempos plus tard, l'Ayanami fût visé par le cuirassé Washington qui l'endommagea gravement, l'Uranami évacua l'équipage avant de saborder l'infortuné destroyer.

A l'issue de cette bataille, il escorte le porte-avions Chuyo entre Truk et Yokosuka puis regagna Truk pour mener des missions de patrouille, d'escorte et de transport dans les Salomons. Le 25 février 1943, l'Uranami fût affecté à la flotte de la zone sud-ouest, participant à la bataille de la mer de Bismarck (1er-4 mars 1943), subissant des attaques aériennes américaines répétérs mais sans réels dommages ce qui lui permis de récupérer les survivants des navires coulés.

Après de nombreuses missions d'escorte menées au mois d'avril, l'Uranami fût sévèrement endommagé quand il s'échoua sur un récif près de Makassar. Ramené à Surabaya, les réparations s'achevèrent à la fin du mois d'août, le navire reprennant ses missions de patrouille en septembre, son rôle principal étant l'escorte des convois en direction de Singapour.

Au début 1944, l'Uranami appareille de Singapour avec le croiseur léger Kuma pour une mission de transport de troupes en direction de Mergui et de Penang mais il retourna seul après le torpillage du croiseur par le sous marin britannique HMS Tally-Ho le 10 janvier 1944. Du 27 février au 25 mars 1944, il escorta les croiseurs lourds Aoba, Tone et Chikuma pour un autre raid contre le commerce allié dans l'Océan Indien.


Le sous marin britannique de classe T, le HMS Tally-Ho

La dernière mission de l'Uranami eut lieu durant le premier grand convoi de renfort envoyé à Leyte durant la bataille du golfe de Leyte engagée le 21 octobre 1944. les troupes furent embarquées à Manilla pour être débarquées à Ormoc. Le convoi TA1 se composait ainsi du croiseur lourd Aoba, du croiseur léger Kinu, du destroyer Uranami, de trois transports de classe T1 (T6 T9 et T10) et deux de classe T101 (T 101 et T102), le tout placé sous le commandement du vice-amiral Sakonju sur l'Aoba.

Avant même que cette opération commence, l'Aoba fût torpillé le 23 octobre par le sous marin Bream, Sakonju devant transferé son pavillon sur le Kinu pendant que l'Aoba était remorqué au port pour réparations. Le lendemain matin, l'Uranami et le Kinu sont endommagés par des avions du porte-avions Lexington, des dommages matériels légers mais plus lourd au plan humain avec 4 morts et 9 blessés à bord du destroyer. La mission de transport commença enfin le 25 octobre avec l'arrivée des transports. Le 41ème régiment d'infanterie fût effectivement débarqué à Ormoc. Les transports regagnèrent alors Manille.

Le 26 octobre au matin alors que le convoi traversait le détroit de Jintotolo entre Masbate et Panay, il fût attaqué par 80 avions venant des porte-avions d'escorte de la Task Force 77.4.2 (Manila Bay, Marcus Island, Natoma Bay et Petrof Bay de classe Casablanca). L'Uranami encaisse deux bombes et un grand nombre de roquettes tuant 103 hommes dont le capitaine, le Lieutenant Commander Sako. Le navire coula peu avant midi à 12 mies au sud-est de Masbate. Les trois transports indemnes récupérèrent 94 survivants. L'Uranami est rayé des listes le 10 décembre 1944


Le USS Marcus Island

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON : DESTROYERS CLASSE FUBUKI   Lun 06 Juil 2009, 14:18

L'Ayanami

L'Ayanami est le premier destroyer à recevoir une véritable artillerie à double usage

L'Ayanami («vagues tourbillantes») est mis sur cale aux Fujinagata Shipyards d'Osaka le 20 janvier 1928 lancé le 5 octobre 1929 et admis au service actif le 30 avril 1930. Il était connu à l'origine sous le nom de destroyer n°45, recevant son nom de baptême le 1er août 1929 après le désarmement d'un navire portant de nom. Ce destroyer est le premier de classe Fubuki à recevoir des canons de 127mm polyvalent. Avec un angle de pointage de 75°, il peut servir aussi bien en tir antisurface et en tir antiaérien. Le 24 février 1934, le torpilleur Tomozuru chavira au cours de manoeuvres par temps clément. 100 des 120 marins sont tués. L'enquête démontrera qu'ils étaient trop chargés dans les hauts ce qui poussa la marine impériale japonaise à modifier l'ensemble de ces navires.

A sa mise en service, l'Ayanami est affecté avec ses sister-ships Uranami, Shikinami et Isonami à la 19ème division de destroyers de la 2ème flotte, participant à la deuxième guerre chino-japonaise qui commence en 1937. Le Ayanami couvre le débarquement des forces japonaises à Shanghai et Hangzhou puis mena en 1940 des patrouilles pour couvrir les multiples débarquements tactiques menés dans le sud de la Chine.

Au moment du raid sur Pearl Harbor, l'Ayanami est assigné à la 19ème division de destroyers du 3ème escadron (1ère flotte) et quitta le district naval de Kure pour le port de Samah sur l'île d'Haïnan, escortant les convois de transport de troupes à destination de la Malaisie. Le 19 décembre, en coopération avec les destroyers Uranami et Yugiri, l'Ayanami coula le sous marin néerlandais O-20 récupérant 32 survivants.


Le sous marin néerlandais O-20 eut une carrière opérationnelle des plus brèves : 28 mois (août 1939-décembre 1941)

L'Ayanami participe ensuite à l'escorte des croiseurs lourds Suzuya, Kumano, Mogami et Mikuma en soutien du débarquement sur l'île de Banka-Palembang et d'Anambas, étant légèrement endommagé lors de cette opération en s'échouant sur un récif. Le destroyer gagna la baie de Cam-Ranh en Indochine pour des réparations d'urgence. A la fin du mois de février, il porta assistance au croiseur lourd Chokai qui s'était échoué sur un haut-fond à proximité de Saigon.


Au mois de mars, l'Ayanami retrouva la force chargée de l'invasion au nord de Sumatra puis celle des îles Andaman. Il effectua ensuite des patrouilles et des missions d'escorte depuis Port Blair durant le raid de l'amiral Nagumo dans l'océan Indien. Du 13 au 22 avril 1942, il rentra au Japon pour un carénage à l'Arsenal de Kure.

Les 4 et 5 juin, il participa à la bataille de Midway, escortant les cuirassés de l'amiral Yamamoto, restant donc à l'écart des combats. L'Ayanami gagna ensuite le port de Mergui (Birmanie) pour participer à un deuxième raid dans l'Océan Indien. Le débarquement américain à Guadalcanal le 7 août 1942 annula cette opération, l'Ayanami participa ainsi au «Tokyo Express» en octobre et en novembre.

L'Ayanami participa à sa dernière mission dans la nuit du 14 au 15 novembre 1942 dans le cadre de la deuxième battaille navale de Guadalcanal. Integré à la force de reconnaissance de l'amiral Hashimoto embarqué sur le croiseur léger Sendai, il entra en contact avec la Task Force 64 de l'amiral Lee.

L'Ayanami est le premier à être repéré par le destroyer Walke (classe Sims) mais le croiseur léger Nagara est rapidement repéré et les quatre destroyers concentrèrent son attention sur lui. Les feux concentrés de l'Ayanami, de son sister-ship l'Uranami et du Nagara coulèrent deux des quatre destroyers (USS Preston de classe Mahan et USS Walke) désemparant le USS Benham (navire de classe Benham qui fût sabordé après la fin de la bataille) et endommageant gravement le USS Gwin (classe Gleaves), l'Ayanami endommagea également le cuirassé américain South Dakota.

Le sister-ship du South Dakota, le USS Washington pris alors pour cible l'Ayanami (probablement avec son artillerie secondaire) lematraquant, le transformant en véritable torche et 27 morts pour le bilan humain. L'équipage évacua le navire en direction de Guadalcanal et l'épave fût prise en remorque par l'Uranami. Pour achever l'agonie du navire, l'Uranami tira une torpille sur l'Ayanami qui coula deux heures plus tard, retrouvant l'Ironbottom Sound (détroit du fond de feraille.

Le 12 décembre 1942, l'Ayanami est rayé des listes.


C'est le cuirassé Washington qui envoya l'Ayanami par le fond

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON : DESTROYERS CLASSE FUBUKI   Lun 06 Juil 2009, 14:24

Le Shikinami

Le Shikinami à pleine vitesse

Le Shikinami (46) («vagues diffusantes») est mis sur cale au Maizuru Naval Arsenal le 6 juillet 1928 lancé le 22 juin 1929 et admis au service actif le 24 décembre 1929. Le 24 février 1934, le torpilleur Tomozuru chavira au cours de manoeuvres par temps clément. 100 des 120 marins sont tués. L'enquête démontrera qu'ils étaient trop chargés dans les hauts ce qui poussa la marine impériale japonaise à modifier l'ensemble de ces navires.

A sa mise en service, le Shikinami et ses sister-ship Uranami, Ayanami et Isonami sont affectés à la 19ème division de destroyers de la 2ème flotte. Il participa ainsi à la deuxième guerre chino-japonaise déclenchée en 1937, couvrant les débarquements japonais à Shanghai et Hanghzou. A partir de 1940, il effectua des patrouilles et des débarquements tactiques dans le sud de la Chine.


Le Tomozuru. Son chavirage provoqua une prise de conscience chez les ingénieurs nippons

Au moment de l'attaque sur Pearl Harbor, le Shinikami fût affecté à la 19ème division du 3ème squadron (1ère flotte), quittant le district naval de Kure pour le port de Samah sur l'île d'Hainan, couvrant les débarquements et les opérations de Malaisie au mois de décembre 1941.

En janvier-février, il assura l'escorte rapprochée du porte-avions Ryujo qui conduisit des opérations aériennes en mer de Java. Il participa ensuite à la bataille du détroit de la Sonde dans la nuit du 28 février au 1er mars, achevant par ses torpilles le croiseur lourd américain Houston. Il escorta ensuite des convois de troupes de Saigon à Rangoon.
Après un carénage à Kure du 13 au 22 avril, il participa au sein de la flotte de l'amiral Yamamoto à la bataille de Midway, n'assistant à la bataille qu'en spectacteur. Il quitta ensuite les îles Ryu-Kyu pour le port birman de Mergui afin de mener un second raid dans l'Océan Indien mais le débarquement américain du 7 août 1942 annula cette opération et le Shikinami gagna Truk à la fin du mois pour participer aux opérations du "Tokyo Express".

Il participa ainsi à la bataille des Salomons Orientales le 24 août 1942, assistant le cuirassé Kirishima gravement endommagé par le Washington mais les efforts du destroyer et du croiseur léger Sendai furent infructueux et le cuirassé fût sabordé à 3h20 le 25 août.

Il participa ensuite à la deuxième bataille navale de Guadalcanal dans la nuit du 14 au 15 novembre 1942. Le Shikinami est rattaché à la force d'éclairage du vice-amiral Hashimoto basé sur le croiseur léger Sendai. Le Shikinami sorti indemne de la bataille et regagna Kure à la fin de l'année.

En janvier 1943, le Shikinami escorta un convoi de transport de troupes entre Pusan, Palau et Wewak avant de patrouiller en janvier et en février au large de Truk et de Rabaul. Le 25 février, le Shikinami est réaffecté à la 8ème flotte, chargée des opérations dans les Salomons.

Le Shikinami participa ensuite à la bataille de la mer de Bismarck (1-4 mars), escortant un convoi de transport de troupes entre Rabaul et Lae. Il survécu aux raids alliés du 3 mars, récupérant les survivants des navires coulés. Après un bref retour à Kure, il servi d'escorteur et de navire de transport dans les Salomon et en Nouvelle-Guinée jusqu'à la fin du mois d'octobre.
A la fin du mois d'octobre 1943, le Shikinami est caréné à Singapour avant d'être affecté à l'escorte des transports faisant la liaison entre Surabaya et Balikpapan et ce jusqu'à la fin de l'année.

A la fin du mois de janvier 1944, le Shikinami escorta le croiseur lourd Aoba et les croiseurs légers Oi, Kinu et Kitakami pour un ravitaillement des îles Andaman et du remorquer le croiseur Kitakami jusqu'à Singapour après le torpillage de ce dernier.

Après un carénage d'un mois à Singapour (de la mi mars à la mi avril), il reçut des canons AA supplémentaires. En mai et en juin 1944, le Shikinami participa à des missions d'escorte entre Singapour, les Philippines et Palau. Durant l'une de ces missions à destination de Biak (île au nord de l'Iran Jaya, la partie indonésienne de la Nouvelle Guinée) comme navire amiral de l'amiral Sakonju, il fût pris sous le feu d'une attaque aérienne qui mit le feu à ses charges de profondeur qui furent larguées avant d'exploser ce qui tuant quand même deux hommes et blessant quatre autres.

De juin à août 1944, il continua ses opérations d'escorte entre Singapour, Brunei et les Philippines récupérant par exemple les survivants du croiseur léger Oi torpillé le 19 juillet par le USS Flasher à 570 miles au sud de Hong Kong. Le 12 septembre, venant d'appareiller de Singapour, il fût torpillé par le USS Growler à 240 miles au sud de Hong Kong. 8 officiers et 120 hommes furent récupérés par le Mikura, le commandant du navire, le Lieutenant Commander Takahashi ne faisant pas partie des survivants. Il est rayé des listes le 10 octobre 1944.


Le USS Growler

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON : DESTROYERS CLASSE FUBUKI   Lun 06 Juil 2009, 14:30

L'Asagiri

L'Asagiri à la mer

L'Asagiri (47) (brouillard du matin) est mis sur cale à l'Arsenal de Sasebo le 12 décembre 1928 lancé le 18 novembre 1929 et admis au service actif le 30 juin 1930.

Après le premier incident de Shanghai (28 janvier-3 mars 1932), l'Asagiri fût chargé de mener des missions de patrouille sur la rivière Yangtze (Yang-Tsé-Kiang).

Le 24 février 1934, le torpilleur Tomozuru chavira au cours de manoeuvres par temps clément. 100 des 120 marins sont tués. L'enquête démontrera qu'ils étaient trop chargés dans les hauts ce qui poussa la marine impériale japonaise à modifier l'ensemble de ces navires dont les derniers Fubuki.

Le début de la deuxième guerre chino-japonaise en 1937 vit l'Asagiri mener des missions de patrouille cotière. Il couvrit également les débarquements japonais à Shanghai et Hanghzou. En 1940, il assura la couverture des débarquements dans le sud de la Chine avant de participer aux opérations contre l'Indochine.

Au moment de l'attaque sur Pearl Harbor, l'Asagiri est affecté à la 20ème division de destroyers du 3ème squadron de la 1ère flotte. Il est d'abord basé à Kure avant d'être déployé à Samah sur l'île d'Haïnan quelques jours avant le début du conflit. Il participa ainsi à la couverture des débarquements et des opérations menés en Malaisie.

Le 27 janvier 1942, le convoi escorté par l'Asagiri est attaqué par le HMS Thanet et le HMAS Vampire à 80 miles nautiques au nord de Singapour. La bataille d'Endau vit la victoire des japonais, les torpilles de l'Asagiri participèrent à la destruction du Thanet.


Le HMS Thanet à la mer

Il participa ensuite à l'escorte des croiseurs lourds Suzuya, Kumano, Mogami et Mikuma (classe Mogami) chargés de soutenir les débarquements menés sur les îles Banka-Palembang et Abnambas avant de couvrir à la fin février des missions de dragage de mines au large de Singapour et de Johore.

En mars, l'Asagiri retrouva la force d'invasion chargé de débarquer au nord de l'île de Sumatra avant de participer à celui des îles Andaman. Durant le raid mené par les porte-avions de l'amiral Nagumo l'Asagiri détruisant avec le croiseur lourd Chokai,le croiseur léger Yura et le porte-avions Ryujo six navires marchands. A l'issue de cette opération, l'Asagiri regagna le Japon et l'arsenal de Kure pour un carénage.

Il participa ensuite à la bataille de Midway non pas en direction de cet atoll du Pacifique mais en direction des Aléoutiennes dans le cadre d'une opération de diversion. Le premier bombardement est mené par 36 appareils des porte-avions Ryujo et Junyo sur le port de Dutch Harbor. Un second raid à lieu dans l'après midi avec 24 appareils suivi le le lendemain d'un troisième raid.

Après la bataille de Midway, les japonais annulent le débarquement qu'ils avaient prévu à Adak mais prennent pied à Kiska le 7 juin et à Attu le 8 juin. Les porte-avions Zuikaku et Zuiho rallient le sud des Aléoutiennes pour faire face à une réaction des américains, mais ces derniers renoncent à envoyer leurs porte-avions dans le nord après Midway et l'affaire s'arrête là. Il faudra attendre juillet 1943 pour que les américains délogent les japonais de ces îles.


Carte des Aléoutiennes

En juillet 1942, l'Asagiri appareilla d'Amami-Oshima (île intégré à l'archipel de Ryu-Kyu) pour Mergui (Birmanie) via Mako (Taïwan) Singapour et Sabang (région d'Aceh dans le nord de Sumatra) pour un second raid dans l'océan indien mais l'opération fût annulée en raison du débarquement américain à Guadalcanal le 7 août 1942 et le destroyer gagnant Truk à la fin du mois d'août.
Il participa alors à la bataille des Salomons orientales le 24 août, effectuant des missions de transport de troupes. Le 28 août il fût touché par une bombe lancé par un des onze Dauntless des Marines décollant d'Henderson Field. L'explosion tuant 122 hommes dont 60 soldats provoquant le naufrage du destroyer au large de Santa Isabel à 60 miles nautiques au nord-nord est de l'île de Savo. Le 1er octobre 1942, l'Asagiri est rayé des listes.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON : DESTROYERS CLASSE FUBUKI   Lun 06 Juil 2009, 14:36

Le Yugiri

Le destroyer Yugiri

Le Yugiri (48) («Brume du soir») est mis sur cale à l'Arsenal de Maizuru le 1er avril 1929 lancé le 12 mai 1930 et admis au service actif le 3 décembre 1930.

Après le premier incident de Shanghai (28 janvier-3 mars 1932), le Yugiri fût chargé de mener des missions de patrouille sur la rivière Yangtze (Yang-Tsé-Kiang).

Le 24 février 1934, le torpilleur Tomozuru chavira au cours de manoeuvres par temps clément. 100 des 120 marins sont tués. L'enquête démontrera qu'ils étaient trop chargés dans les hauts ce qui poussa la marine impériale japonaise à modifier l'ensemble de ces navires dont les derniers Fubuki qui furent alourdis de 400 tonnes et une étrave renforcée.

Il participa ensuite à la deuxième guerre chino-japonaise, couvrant en 1937 les débarquements à Shanghai et Hangzhou. En 1940, il effectue des patrouilles le long des côtes sud de la Chine, couvrant des débarquements tactiques avant de participer aux opérations contre l'Indochine.

Au moment de l'attaque sur Pearl Harbor, le Yugiri était intégré à la 20ème division de destroyers du 3ème escadron de la 1ère flotte, quittant Kure pour le port de Samah sur l'île d'Hainan, escortant des convois de transport de troupes pour les opérations contre la Malaisie.

Le 19 décembre 1941, le Yugiri coula le sous marin néerlandais O-20 avec l'aide de ses sister-ships Uranami et Ayanami. Le 27 janvier, le convoi escorté par le Yugiri est attaqué par les destroyers Thanet Vampire à 80 miles nautiques au nord de Singapour et ses torpilles participent à la destruction du Thanet.

Il assura ensuite l'escorte des croiseurs lourds Suzuya, Kumano, Mogami et Mikuma chargés d'appuyer les débarquements sur Banka-Palembang et sur Anambas. A la fin du mois de février, il couvrit avec l'Asigiri les missions de déminage au large de Singapour et de Johore.


Le croiseur lourd Suzuya classe Mogami

En mars, il retrouva la force d'invasion chargée de débarquer au nord de Sumatra avant de participer à celle des îles Andaman. Lors du raid dans l'Océan Indien, le Yugiri participent avec le croiseur lourd Chokai, le croiseur léger Yura, le porte-avions Ryujo et son sister-ship l'Asigiri à la destruction de six navires marchands. A la suite de cette opération, il gagna le Japon pour un carénage à l'Arsenal de Kure.

Les 4 et 5 juin 1942, il participa à l'invasion des Aléoutiennes dans le cadre d'une opération de diversion. Le premier bombardement est mené par 36 appareils des porte-avions Ryujo et Junyo sur le port de Dutch Harbor. Un second raid à lieu dans l'après midi avec 24 appareils suivi le le lendemain d'un troisième raid. Après la bataille de Midway, les japonais annulent le débarquement qu'ils avaient prévu à Adak mais prennent pied à Kiska le 7 juin et à Attu le 8 juin. Les porte-avions Zuikaku et Zuiho rallient le sud des Aléoutiennes pour faire face à une réaction des américains, mais ces derniers renoncent à envoyer leurs porte-avions dans le nord après Midway et l'affaire s'arrête là. Il faudra attendre juillet 1943 pour que les américains délogent les japonais de ces îles.


En juillet 1942, le Yugiri appareilla d'Amami-Oshima (île intégré à l'archipel de Ryu-Kyu) pour Mergui (Birmanie) via Mako (Taïwan) Singapour et Sabang (région d'Aceh dans le nord de Sumatra) pour un second raid dans l'océan indien mais l'opération fût annulée en raison du débarquement américain à Guadalcanal le 7 août 1942 et le destroyer gagnant Truk à la fin du mois d'août.

Au cours de la bataille des Salomons Orientales le 24 août, le Yugiri effectua des missions de transport de troupes. Le 28 août, Il est attaqué par onze Dauntless basés à Henderson Field (VMSB _Vessel Marines Scout Bomber_ 232 et VS _Vessel Scout_ 5). Une bombe le touche tuant 32 marins dont le commandant de la 20ème division de destroyer, le capitaine Yuji. Après des réparations d'urgence à Truk, il est remis en état à l'Arsenal de Kure, réparations qui l'immobilise d'octobre à décembre 1942.

Le 25 janvier 1943, le Yugiri est affecté à la 8ème flotte, celle chargée des opérations aux Salomons, il retourna à Rabaul à la fin du mois d'avril, effectuant des missions de transport dans les Salomons dans le cadre du Tokyo Express. Le 16 mai, il est torpillé par le sous marin américain Grayback au nord-ouest de Kavieng tuant neuf marins et devant être remorqué à Rabaul par l'Amagiri. Il rentra au Japon pour les réparations définitives à la fin du mois de juillet.

Le Yugiri retourna aux Salomons à la mi-novembre. Le 24 novembre, le Yugiri est l'un des cinq destroyers engagés dans une missions de transport de troupes à Buka, il va ainsi participer à la bataille du Cap Saint George.

Dans la nuit du 24 au 25 novembre, le capitaine de vaisseau Burke avec les destroyers de classe Fletcher Charles Ausburne (DD-570) (navire amiral) Claxton (DD-571) Dyson (DD-572) Converse (DD-509) et Spence (D512) est chargé d'intercepter un groupe de destroyers japonais qui doivent évacuer du personnel d'aviation et débarquer des troupes à Buka au nord de Bougainville. Ce groupe se compose de l'Onami, Makinami (classe Yugumo) l'Amagiri, le Yugiri (classe Fubuki) et l'Uzuki de classe Mutsuki.


Le capitaine Arleigh "31 knots" Burke

Chaque adversaire navigue sur deux colonnes. Les japonais sont détectés au radar et trois destroyers américains lancent quinze torpilles dont l'arrivée au but alerte les japonais. L'Onami est coulé et le Makinami immobilisé. Le combat au canon qui suit se termine par la perte du Yugiri touché par les destroyers Charles Ausburne, Claxton et Dyson à 50 miles nautiques à l'est du Cap Saint George et par l'achèvement du Makinami tandis que l'Uzuki est avarié. Les seuls dégâts sur les destroyers américains ont été causés par le souffle de l'artillerie. Burke y gagne le surnom de "31 Knot Burke"
(Burke 31 noeuds).

Les survivants du Yugiri sont récupérés par les sous marins I-177 (278 survivants) et I-181 (11 survivants) mais le Lieutenant Commander Shuichi Otsuji, "pacha" du destroyer coule avec son navire. Le 15 décembre 1943, le Yugiri est rayé des listes.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON : DESTROYERS CLASSE FUBUKI   Lun 06 Juil 2009, 14:48

L'Amagiri

L'Amagiri avec sa tourelle de 127mm à grand angle d'élévation

L'Amagiri (49) ("Brouillard celeste") est mis sur cale aux Ishikawajima Shipyards le 28 novembre 1928 lancé le 27 février 1930 et admis au service actif le 10 novembre 1930.

Le 24 février 1934, le torpilleur Tomozuru chavira au cours de manoeuvres par temps clément. 100 des 120 marins sont tués. L'enquête démontrera qu'ils étaient trop chargés dans les hauts ce qui poussa la marine impériale japonaise à modifier l'ensemble de ces navires dont les derniers Fubuki.

L'Amagiri participe en 1937 à la seconde guerre chino-japonaise en couvrant les débarquements japonais à Shanghai et Hangzhou. En 1940, il effectua des patrouilles au large des côtes sud de la Chine et couvre des débarquements tactiques avant de participer aux opérations en Indochine.

Au moment de l'attaque sur Pearl Harbor, l'Amagiri est affecté à la 20ème division de destroyers du 3ème squadron de destroyers (1ère flotte), quittant Kure pour le port de Samah sur l'île d'Hainan. La fin de l'année 1941 vit le destroyer n°49 participer aux opérations en Malaisie.

A la fin du mois de février, l'Amagiri couvrit les opérations de dragage de mines menées au large de Singapour et de Johore. En mars, il rejoint la force navale chargée du débarquement au nord de Sumatra puis celle chargée de l'occupation des îles Andaman. Durant le raid dans l'océan indien, l'Amagiri accompagna les croiseurs lourds Mogami et Mikuma, le trio infernal étant crédité de la destruction de trois navires marchands. Il mit ensuite cap sur le Japon (13-22 avril) et après des escales à Singapour et à Cam Ranh, entra à l'arsenal de Kure pour un carénage.

Il participe ensuite à la bataille Midway mais ne fréquente pas les eaux chaudes du Pacifique central mais celle du Pacifique Nord autour des îles Aléoutiennes. Cette opération achevée, il gagna les îles Ryu-Kyu pour des missions de patrouille et ce jusqu'au mois de juillet 1942.

En juillet 1942, il quitta l'île d'Amami-Oshima dans les Ryu-Kyu pour gagner le port de Mergui (Birmanie) via Mako (Taïwan), Singapour et Sabang. L'Amagiri devait participer à un deuxième raid dans l'Océan Indien mais l'annonce du débarquement américain sur Guadalcanal le 7 août 1942 annula cette opération et l'Amagiri quitta Mergui pour Truk où il arriva à la fin du mois d'août.

Il participe à la bataille des Salomons orientales le 24 août 1942 au cours de laquelle il ne souffre d'aucun dommage malgré sa mission de transport de troupes. Le 28 août, onze Dauntless des VMSB-232 et VS-5 basés à Henderson Field attaquent le convoi de quatre destroyers qui se dirige vers Guadalcanal pour y déposer les premiers soldats du général Kiyotake Kawaguichi. A 70 miles de l'île, l'Asagiri est coulé, le Shirakumo et le Yugiri sévèrement touchés et l'Amagiri légèrement endommagé. L'Amagiri recueille les survivants de l'Asagiri et remorqua le Shirakumo aux Shortlands.


L'avancée japonaise dans le Pacifique

Réaffecté à la 8ème flotte (grande force chargée des opérations dans les Salomons) au mois d'octobre, il continua ses opérations au sein du «Tokyo Express». Après la bataille navale de Guadalcanal (13-15 novembre), il assista le destroyer Mochizuki pour récupérer les 1500 survivants du Canberra Maru et du Nagara Maru tout en escortant le Sado Maru endommageant en direction des Shortlands. Il rentra alors à Kure pour un carénage qui l'immobilisa de la mi-janvier 1943 à mars 1943.

L'Amagiri revint à Rabaul en mars 1943 et repris ses missions de transport rapides. Le 7 avril, il est endommagé par un B17 qui le mitraille ce qui provoque la mort de 10 hommes. Il participa ensuite à la bataille du golfe de Kula (5-6 juillet).

Dans la nuit du 4 au 5 juillet, le TG 36.1 (contre-amiral Ainsworth) composé des croiseurs légers Honolulu, Helena, St Louis et des destroyers Ralph Talbot, Strong, Chevalier et O'Banon bombardent Vila, Kolombangara et Bairoko Harbor. La même nuit, les destroyers Niizuki, Yunagi et Nagatsuki débarquent 1200 hommes dans le golfe de Kula. Une bataille navale s'en suit au cours de laquelle le Strong est coulé (torpille de 610mm et plusieurs obus de la défense côtière).
A l'aube du 5 juillet, trois bataillons de la 37ème DI sont mis à terre par sept transports rapides mouillants près de Bairoko sous la protection du TG 36.1 qui finit par se retirer tout en recevant l'ordre de se tenir prêt pour intercepter un «Express de Tokyo» annoncé pour la nuit suivante. Le Chevalier avarié par l'explosion des grenades du Strong est remplacé par le Jenkins.

Dans la nuit du 5 au 6 juillet 1943, les américains tombent sur les neuf destroyers du contre-amiral Akiyama à savoir Les Niizuki (classe Akizuki) Suzukaze (classe Shiratsuyu) Tanikaze, Hamakaze (classe Kagero) Mochizuki Mikazuki Nagatsuki Satsuki (classe Mutsuki) Amagiri et Hatsuyuki (classe Fubuki). Les Niizuki, Suzukaze et Tanikaze sont chargées de couvrir les autres destroyers chargés de 2800 hommes qu'ils doivent débarquer dans le golfe de Kula. Les américains sont en colonne, dans l'ordre : les destroyers Nicholas, O'Bannon suivis des croiseurs Honolulu, Helena, St Louis et les destroyers Jenkins et Radford.
Les américains ouvrent le feu à 1h47 lançant 2500 obus de 152mm en cinq minutes, ce qui donne des points à viser aux japonais qui parviennent à recharger leurs tubes lance-torpilles après un premier lancement.

L'Helena encaisse trois torpilles du Suzukaze et du Tanikaze en trois minutes (2h04-2h07) et coule en 22 minutes. Les japonais perdent le Niizuki certainement touché par l'Honolulu et le Nagatsuki touché puis achevé par des avions alors qu'il était échoué. Les Sizukaze, Amagiri, Hatsuyuki et Tanikaze sont endommagés mais peuvent se replier. 745 survivants du croiseur américains sont récupérés par le Nicholas et le Radford après un accrochage avec le Suzukaze et le Tanikaze. L'Amagiri est touché à cinq reprises perdant 10 hommes. Il échoue à récupérer les survivants du Niizuki mais fût repoussé par le Nicholas et le Radford avant de rentrer à Rabaul pour réparations.

Dans la nuit du 1er au 2 août1943, les vedettes lance-torpilles PT159, PT157 et PT171 attaquent sans résultats les destroyers Amagiri, Hagikaze, Arashi et Shigure qui viennent de déposer 900 hommes et 120 tonnes d'approvisionnement à Kolombangara. Un second groupe de vedettes les PT109, PT162 et PT169 se trouvent sur la route des destroyers dans le détroit de Blackett. L'Amagiri aperçoit la PT109, l'aborde, la coupe en deux et la coule.

Cette vedette est commandée par l'Enseigne de vaisseau John F. Kennedy, futur président des Etats Unis. Les 15 survivants sur 17 membres de l'équipage sont récupérés le 11 par les PT157 et PT171. Gravement blessé au dos, JFK en souffrira toute sa vie. Cet événement donna naissance à une chanson «the Jap destroyer in the night, cut the 109 in two» qui entra dans le top 10 américain. A noter que le lieutenant Commander Hanami qui commandait le navire à cette époque fût invité à la cérémonie d'investiture du président Kennedy en 1961.


Le PT109 et son équipage avec son capitaine, l'enseigne de vaisseau John Kennedy à l'extrême gauche avec des lunettes de soleil

L'Amagiri participe aux missions «Tokyo Express» jusqu'à la fin de l'année 1943. le 5 novembre, les porte-avions Saratoga et Princeton lancent un nouveau raid sur Simpson Harbor à Rabaul avec 23 Avenger, 22 Dauntless et 42 Hellcat. Les japonais font décoller 70 chasseurs. Les américains ne perdent que dix appareils surtout par la DCA. Les croiseurs Atago, Maya, Takao, Mogami, Chikuma Agano et Noshiro, les destroyers Fujinami et Amagiri sont touchés, le seul navire intact est le Suzuya. Tous les navires sauf le Maya et l'Agano sont obligés de rentrer au Japon pour être réparés.


Carte de la région de Rabaul

Il participe ensuite à la bataille du cap St George. Dans la nuit du 24 au 25 novembre, le capitaine de vaisseau Burke avec les destroyers de classe Fletcher Charles Ausburne (DD-570) (navire amiral) Claxton (DD-571) Dyson (DD-572) Converse (DD-509) et Spence (D512) est chargé d'intercepter un groupe de destroyers japonais qui doivent évacuer du personnel d'aviation et débarquer des troupes à Buka au nord de Bougainville.

Ce groupe se compose de l'Onami, Makinami (classe Yugumo) l'Amagiri, le Yugiri (classe Fubuki) et l'Uzuki de classe Mutsuki.

Chaque adversaire navigue sur deux colonnes. Les japonais sont détectés au radar et trois destroyers américains lancent quinze torpilles dont l'arrivée au but alerte les japonais. L'Onami est coulé et le Makinami immobilisé. Le combat au canon qui suit se termine par la perte du Yugiri touché par les destroyers Charles Ausburne, Claxton et Dyson à 50 miles nautiques à l'est du Cap Saint George et par l'achèvement du Makinami tandis que l'Uzuki est avarié. Les seuls dégâts sur les destroyers américains ont été causés par le souffle de l'artillerie. Burke y gagne le surnom de "31 Knot Burke"
(Burke 31 noeuds).

Le 7 décembre 1943 il entra en collison près de Kavieng avec le destroyer Akikaze (classe Minekaze) qui lui fait perdre son étrave. Il doit donc rentrer à l'arsenal de Kure pour réparations en janvier 1944. Il est réaffecté à la flotte de la zone sud-ouest en mars et fût basé à Singapour pour escorter des convois dans l'ouest des Indes Néerlandaises.

Le 23 avril 1944 alors qu'il venait d'appareiller de Singapour avec le croiseur lourd Aoba et le croiseur leger Oi en direction de Davao sur l'île de Mindanao aux Phillipines, il sauta sur une mine dans le détroit de Makassar à 55 miles nautiques au sud de Balikpapan. Mettant deux heures à couler, il y eut peu de victimes. Il est rayé des listes le 10 juin 1944.

L'Oboro

L'Oboro à la mer

L'Oboro (51) («Obscurité») est mis sur cale à l'Arsenal de Sasebo le 29 novembre 1930 lancé le 8 novembre 1930 et admis au service actif le 31 octobre 1931. Suite à l'incident du Tomozuru, le Sagiri comme les autres Fubuki est modifié : un lest de 400 tonnes et une étrave renforcée.

A sa mise en service, il est affecté à la 20ème division de destroyer de la 2ème flotte. Il participa ainsi aux opérations de la deuxième guerre sino-japonaise en 1937, assurant la couverture des débarquements à Shanghai et Hangzhou. En 1940, il mena des patrouilles au large des côtes sud de la Chine, couvrant des débarquements tactiques et participant aux opérations en Indochine.

Au moment de l'attaque sur Pearl Harbor, l'Oboro est affecté à la 5ème division de porte-avions de la 1ère flotte aérienne de la marine impériale japonaise, quittant à cette occasion Yokosuka pour Hahajima dans les îles Bonins. Il participa ainsi à l'invasion de Guam declenchée le 8 décembre et achevée le 10 décembre 1941.

De la mi-décembre 1941 à avril 1942, l'Oboro est basé à Kwajalein puis de mi-avril à août 1942 à Yokosuka pour des missions de patrouille et d'escorte entre Yokosuka et Ominato (nord d'Honshu) et entre Yokosuka et Mako (Taïwan).

Le 11 octobre 1942, l'Oboro appareilla de Yokosuka pour escorter un convoi pour Kiska, une des îles des Aléoutiennes occupée par les japonais. L'Oboro est coulé le 17 octobre 1942 part une attaque aérienne menée par des B26 Marauder de l'USAAF à 30 miles nautiques au nord-est de Kiska. Un bombe toucha les munitions transporter à l'arrière ce qui provoqua leur explosion et leur naufrage, laissant 17 survivants dont le lieutenant commander Yamana qui furent récupérés par le destroyer Hatsuharu. L'Oboro est rayé des listes le 15 novembre 1942.


Le Martin B26 Marauder

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)


Dernière édition par clausewitz le Lun 06 Juil 2009, 14:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON : DESTROYERS CLASSE FUBUKI   Lun 06 Juil 2009, 14:54

Le Sagiri

Le Sagiri naviguant à grande vitesse

Le Sagiri (50) («Brume») est mis sur cale aux chantiers de l'Uraga Dock Company le 28 mars 1929 lancé le 23 décembre 1929 et admis au service actif le 31 janvier 1930. Suite à l'incident du Tomozuru, le Sagiri comme les autres Fubuki est modifié : un lest de 400 tonnes et une étrave renforcée.

A sa mise en service, il est affecté à la 20ème division de destroyer au sein de la 2ème flotte. Durant la seconde guerre entre la Chine et le Japon qui éclate en 1937, le Sagiri couvre les débarquements japonais à Shanghai et à Hangzhou. En 1940, il effectue des missions de patrouille, de couverture d''opération amphibie dans le sud de la Chine.


Le Sagiri à quai

Au moment de l'attaque sur Pearl Harbor, le Sagiri est affecté à la 20ème division de destroyer du 3ème squadron de destroyers de la 1ère flotte, déployé d'abord depuis Kure puis ensuite depuis le port de Samah sur l'île d'Hainan, escortant les transports de troupes en direction du sud de la Thaïlande dans le port de Songkhla. A partir du 17 décembre, le Sagiri couvrit les débarquements japonais à Miri et Kuching dans le Sarawak.

Le 24 décembre 1941 à 35 miles nautiques au large de Kuching il fût torpillé par le destroyer néerlandais KXVI. La soute à munitions arrière prit feu, explosant et provoquant le naufrage du navire avec la perte de 121 membres d'équipages. 120 survivants sont récupérés par son sister-ship Shirakumo. Le 15 janvier 1942, le Sagiri est rayé des listes.


C'est le sous marin néerlandais K-XVI qui coula le Sagiri

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON : DESTROYERS CLASSE FUBUKI   Lun 06 Juil 2009, 15:05

L'Akebono

L'Akebono à la mer à grande vitesse

L'Akebono (52) ("Aube") est mis sur cale aux Fujinagata Shipyards d'Osaka le 25 octobre 1929 lancé le 7 novembre 1930 et admis au service actif le 31 juillet 1931. A son achèvement, il est affecté à la 7ème division de destroyers, division sous le commandement de la 2ème flotte.

Il participa à la deuxième guerre entre la Chine et le Japon, couvrant les débarquements de Shanghai et d'Hangzhou avant de mener des missions de patrouille et de couverture des débarquements dans le sud de la Chine. Il participa ensuite aux opérations contre l'Indochine en 1940.

Au déclenchement de Pearl Harbor, l'Akebono appartenait toujours à la 7ème division de destroyers de la 1ère flotte aérienne de la marine impériale japonaise mais des problèmes de propulsion l'empêchèrent de participer aux opérations jusqu'à la mi-janvier 1942.

Sa première mission eut donc lieu à la fin du mois de janvier quand il escorta les porte-avions Hiryu et Soryu qui bombardèrent Ambon, une île des Indes Néerlandaises. Il escorta ensuite les croiseurs lourds Nachi et Haguro pour l'invasion de la partie orientale des Indes Néerlandaises. Il participa ainsi à la bataille de la mer de Java, coulant en coopération le HMS Exeter, le HMS Encounter et le USS Pope. Il regagna alors le Japon pour un carénage à l'arsenal de Yokosuka.

A la fin du mois d'avril, il escorta les croiseurs lourds Myoko et Haguro à Truk qui retrouvèrent la force de l'amiral Takagi, participant ainsi à la bataille de la mer de Corail qui marqua le premier coup d'arrêt de l'expansion japonaise.


Le croiseur lourd Haguro à la mer

L'Akebono regagna le Japon, escortant le Zuikaku qui avait subit peu de dommage mais avait perdu la moitié de son groupe aérien.

Il s'en sortait ainsi mieux que le Shoho coulé et le Shokaku gravement endommagé par les avions embarqués américains qui avaient perdu le Lexington moins à cause des japonais que du manque d'expérience des équipes de lutte contre les avaries.

Il participa ensuite à l'invasion des Aléoutiennes, opération destiné à divertir les américains du véritable objectif : Midway. Il était de retour à Yokosuka au début du mois de juillet. Le 14 du même mois, il fût affecté à la Flotte combinée et escorta ainsi le cuirassé Yamato et le porte-avions Taiyo à la bataille des Salomons orientales. Le destroyer resta affecté au Taiyo jusqu'en septembre 1942 avant de protéger le Unyo jusqu'en février 1943.

Il passa le reste de l'année à escorter les porte-avions qu'il s'agisse de l'Unyo, du Taiyo, Ryuho, du Zuiho ou du Junyo avec quand même une mission de ravitaillement dans les Salomons au mois de décembre.

Le 1er janvier 1944, l'Akébono est réaffecté à la 5ème flotte chargée à l'origine des opérations dans le Pacifique nord mais qui à cette époque était plus chargée de la défense des Phillipines. Le 14, il récupère 89 survivants de son sister-ship le Sazanami torpillé au large de Rabaul par le USS Albacore qui allait se distinguer au mois d'octobre en coulant le porte-avions Taiho.

Revenant au Japon pour réparations et refonte le 25 janvier, il fût affecté à la base d'Ominato, base chargée du contrôlée du détroit de Tsugaru entre Hokkaïdo et Honshu mais devant la détérioration de la situation aux Phillipines, il fût affecté à la force de diversion de l'amiral Shima, participant ainsi le 24 octobre à la bataille du détroit de Surigao.

Cette bataille est en sorte la deuxième manche de la bataille de la mer de Sibuyan qui avaient vu les japonais à deux doigt d'anéantir les forces américains débarquant à Leyte. L'amiral Jesse Oldendorf embarqué sur le croiseur lourd Louisville monte une embuscade pour surprendre la formation japonaise qui se dirige par le détroit de Surigao entre Leyte et Mindanao.


Carte de la bataille du détroit de Surigao

La TF38 verrouille le détroit de San Bernardino au nord, la force de couverture est donc concentré dans le détroit avec treize sections de 3 vedettes lance-torpilles chargées d'alerter et de ralentir l'ennemi. La ligne de bataille verrouille la sortie du détroit avec à l'aile droite (côté Leyte) les forces du contre-amiral Berkey avec les croiseurs légers Phoenix et Boise, le croiseur lourd australien Shropshire et treize destroyers, l'aile gauche côté Dinagat sous le commandement de l'amiral Olendorf se compose des croiseurs lourds Louisville, Portland et Mineapolis, des croiseurs légers Denver et Columbia et neuf destroyers et le centre sous le commandement di contre-amiral Weyler se compose des cuirassés Mississippi, Maryland, West Virginia, Tennessee, du California, du Pennsylvania et de six destroyers. Savoureux retournement du destin : tous ces cuirassés sauf le Mississippi étaient à Pearl Harbor le 7 décembre 1941.

Face à ce déploiement de force, l'amiral Nishimura aligne le croiseur lourd Mogami avec les destroyers Asagumo, Michisshio et Yamagumo dans une force avancée, suivent les cuirassés Yamashiro et Fuso avec le destroyer Shigure. Encore derrière se situe la force de l'amiral Shima composée des croiseurs lourds Nachi et Ashigara et de sept destroyers dont l'Akebono.

La bataille commence à 22h14 quand les vedettes lance-torpilles repèrent les japonais. S'en suit une mêlée confuse où le croiseur Abukuma est endommagé. C'est au tour des destroyers du capitaine de vaisseau Coward de lancer 47 torpilles qui touchent les destroyers Yamagumo, Michisshio et Asagumo, le premier finissant par couler. Le cuirassé Fuso encaisse entre deux et quatre torpilles.
Une seconde attaque des six destroyers du capitaine de vaisseau McManes à 3h50 voit le Yamashiro encaisser deux torpilles mais il conserve cap et vitesse. Le destroyer Michisshio à moins de chance : il encaisse une torpille et coule. Le Fuso lui explose et coule à 3h50.

C'est au tour des gros de s'expliquer. Les croiseurs ouvrent le feu à 3h51 et les cuirassés à 3h53 et ce jusqu'à 4h06 pour les cuirassés et 4h09 pour les croiseurs. Neuf destroyers du CV Smoot lancent à 4h04 et le Yamashiro reçoit au mois deux torpilles et une volée d'obus finissant par couler à 4h21.

Le croiseur lourd Mogami est atteint à 3h56 mais parvient à encadrer le Mineapolis, le Denver et le Columbia et ses torpilles obligent les cuirassés américains à manoeuvrer. A 4h30, il entre en collision avec le Nachi.

Une poursuite s'engage, les croiseurs Louisville, Portland et Denver voulant achever le Mogami mais craignent les torpilles japonaises dans les eaux resserées et restent à distance. L'Asagumo est achevé par le Denver et le Michisshio est coulé par le destroyer Hutchins.

Le Mogami encore attaqué par 17 Avenger en mer de Mindanao est finalement achevé par une torpille de l'Akebono qui récupère 700 survivants. Au final seuls les Nachi, Ashigara, Shigure et les quatre destroyers de Shima s'échapperont de Surigao.

Le 13 novembre 1944, l'Akebono mouillé à couple de l'Akishimo à Cavite en baie de Manille sont coulés par les avions embarqués de la TF38 (plus précisement ceux du TG 38.1 [C.A Montgomery] _porte-avions Wasp et Hornet de classe Essex, porte-avions légers Monterey et Cowpens de classe Independence_ du TG 38.3 [C.A Sherman] _porte-avions Essex, Lexington et Ticonderoga de classe Essex, porte-avions léger Langley classe Independence_ et du TG 38.4 [C.A Davison] _porte-avions Enterprise et porte-avions léger San Jacinto de classe Independence_) en même temps que d'autres navires comme le croiseur léger Kiso et les destroyers Hatsuharu, Okinami et Akishimo. L'Akebono est touché par une seule bombe endommageant le navire. Il coulmera suite à l'explosion de son compagnon d'infortune qui provoque le naufrage du navire tuant 48 marins et en blessant 43. Le 10 janvier 1945, l'Akebono est rayé des listes.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON : DESTROYERS CLASSE FUBUKI   Lun 06 Juil 2009, 15:10

Le Sazanami

Le Sazanami à quai

Le Sazanami (53) ("Cascades") est mis sur cale à l'Arsenal de Maizuru le 21 février 1930 lancé le 6 juin 1931 et admis au service actif le 19 mai 1932, étant affecté à la 2ème flotte.

Il participa ainsi à la deuxième guerre entre la Chine et le Japon en couvrant notament les débarquements de Shanghai et de Hangzhou. En 1940, il était affecté à la partie méridionale du front chinois, effectuant des patrouilles côtières et couvrant des débarquements japonais avant de participer aux opérations contre l'Indochine.

Au moment de Pearl Harbor, le Sazanami était affecté à la 7ème division de destroyers de la 1ère flotte aérienne de la marine impériale avec pour port d'attache, la base aéronavale de Tateyama. Il fit ainsi partie des navires bombardant l'atoll de Midway.

Le Sazanami escorta ensuite les porte-avions Hiryu et Soryu durant leurs missions de frappe contre l'île d'Ambon (Indes Néerlandaises) puis assura la protection rapprochée des croiseurs Nachi et Haguro durant l'invasion de ces mêmes Indes Néerlandaises.

Le 1er mars au lendemain de la bataille de la mer de Java, le USS Perch, un sous marin de classe Porpoise tente d'attaque un convoi mais il est détecté par les sous marins Amatsukaze et Hatsukaze et sérieusement touché. Il s'échappe sur un seul moteur mais est retrouvé par les destroyers Ushio et Sazanami. Bombardé, le navire est sabordé le 3 mars au matin et l'équipage fait prisonnier.


Le sous marin américain USS Perch

A la fin du mois d'avril 1942, il escorta le porte-avions Shoho à Truk, retrouvant ainsi les forces de l'amiral Takagi pour participer à la bataille de la mer de Corail. Il récupéra ainsi 225 survivants et regagna ensuite Yokosuka via Saipan avant d'être basé à Ominato jusqu'à la mi-juillet.

Le 14 juillet 1942, il est affecté à la flotte combinée, escortant ainsi le cuirassé Yamato et le porte-avions Taiyo au cours de la bataille des Salomons orientales le 24 août avant d'effectuer un grand nombre de missions pour le "Tokyo Express" jusqu'au début octobre, date à laquelle il escorte le porte-avions Taiyo endommagé à l'arsenal de Kure avant d'entrer lui même au bassin à Yokosuka.

Il retrouva les Salomons au mois de novembre, escortant le Taiyo mais aussi le porte-avions Unyo et ce jusqu'à la fin de l'année 1943.

Il participe ensuite à la première bataille de Vella Lavella dans la nuit du 17 au 18 août 1943. pour envoyer des renforts sur l'île de Vella Lavella, les japonais font partir de Buin un convoi de 20 chalands protégés par les destroyers Hamakaze, Usikaze, Sazanami et Shigure venant eux de Rabaul. Repérés puis attaqués par des avions, les destroyers japonais repèrent quatre de leurs homologues américains : les Nicholas Chevalier O'Bannon et Taylor de classe Fletcher sous le commandement du capitaine de vaisseau Thomas J. Ryan.

Les japonais lancent les torpilles dont le seul résultat est d'écarter les américains des chalands. Un échange d'artillerie et des lancements de torpilles ne provoque aucun dégâts et les américains se retirent. Les chalands débarquent leur chargement, les seules pertes japonaises sont les chasseurs de sous marins auxiliaires Cha5 et Cha12 détruis par les américains.

Le 1er janvier 1944, le Sazanami est réaffecté à la 5ème flotte. Le 12, il appareille de Rabaul pour couvrir un convoi de pétroliers entre Palau et Truk. Il est torpillé par le USS Albacore qui lance quatre torpilles. Il coule à 300 nautiques au sud-est de Yap, torpillage entrainant la mort de 153 marins, 89 survivants étant récupérés par l'Akebono. Il est rayé des listes le 10 mars 1944.


Le USS Albacore

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON : DESTROYERS CLASSE FUBUKI   Lun 06 Juil 2009, 15:15

Le Ushio

Le Ushio à la mer

L'Ushio (54) ("Marée") est mis sur cale aux chantiers de l'Uraga Dock Company le 24 décembre 1929 lancé le 17 novembre 1930 et admis au service actif le 15 novembre 1931. Il est le seul navire de cette classe avec l'Ibiki à survivre au conflit et l'unique survivant des 22 navires engagés dans le raid sur Pearl Harbor.

A sa mise en service, il participe à des patrouilles sur le Yang-Tsé-Kiang après le premier incident de Shanghai (28 janvier-3 mars 1932). En 1935 après le chavirage du Tomozuru, il reçoit un lest de 400 tonnes et une étrave renforcée pour améliorer sa stabilité.

A partir de 1937, il participe aux opérations sur le front chinois, couvrant les débarquement sur Shanghai et Hangzhou avant de mener des missions de patrouille et d'appui aux débarquements tactiques menés en 1940 dans le sud de la Chine. Il participa ensuite aux opérations contre l'Indochine.



Au moment de l'attaque sur Pearl Harbor, il est affecté à la 7ème division de destroyer de la 1ère flotte aérienne de la marine impériale. Il ne participe pas directement au raid mais bombarde Midway avec ses sister-ship Sazanami et Akebono.

Il escorta ensuite les porte-avions Hiryu et Soryu durant leurs raids sur l'île d'Ambon (Indes Néerlandaises) puis les croiseurs lourds Nachi et Haguro engagés eux aussi dans des opérations contre les Indes Néerlandaises.

Le 1er mars au lendemain de la bataille de la mer de Java, le USS Perch, un sous marin de classe Porpoise tente d'attaque un convoi mais il est détecté par les sous marins Amatsukaze et Hatsukaze et sérieusement touché. Il s'échappe sur un seul moteur mais est retrouvé par les destroyers Ushio et Sazanami. Bombardé, le navire est sabordé le 3 mars au matin et l'équipage fait prisonnier.

L'Ushio gagne ensuite l'arsenal de Yokosuka pour réparations à la fin du mois de mars. Il participe ensuite à la bataille de la mer de Corail, escortant le Shokaku depuis Truck. C'est ensuite Midway mais pas dans la force principale mais dans la force de diversion qui s'empara des îles d'Atu et de Kiska dans les Aléoutiennes. Il est ensuite affecté à Ominato pour des patrouilles et des escortes dans cette région un peu à l'écart de la guerre.


Le Shokaku est considéré comme l'un des meilleurs porte-avions de la marine japonaise

Le 14 juillet 1942, l'Ushio est réaffecté à la Flotte Combinée, escortant le cuirassé Yamato et le porte-avions Taiyo à la bataille des Salomons orientales le 24 août à l'issue de laquelle, il rentra à Truk avec le supercuirassé.

Il participa ensuite à des missions pour le "Tokyo Express" jusqu'à la fin du mois de septembre avant de reprendre son boulot d'escorteur protégeant ainsi les porte-avions Unyo, Ryuho et Zuiho et Taiyo dans des missions entre le Japon, Truk, les Indes Néerlandaises et les Phillipines.

Au début 1944, l'Ushio est affecté à des missions d'escorte, essentiellement de convois de transport de troupes depuis Truk. D'avril à août 1944, il est basé à Ominato pour des patrouilles et des escortes entre l'île d'Hokkaïdo et les bases de Yokosuka et de Kure.

Il fût ensuite affecté à la force de diversion de l'amiral Shima, participant ainsi le 24 octobre à la bataille du détroit de Surigao.

Cette bataille est en sorte la deuxième manche de la bataille de la mer de Sibuyan qui avaient vu les japonais à deux doigt d'anéantir les forces américains débarquant à Leyte. L'amiral Jesse Oldendorf embarqué sur le croiseur lourd Louisville monte une embuscade pour surprendre la formation japonaise qui se dirige par le détroit de Surigao entre Leyte et Mindanao.

La TF38 verrouille le détroit de San Bernardino au nord, la force de couverture est donc concentré dans le détroit avec treize sections de 3 vedettes lance-torpilles chargées d'alerter et de ralentir l'ennemi. La ligne de bataille verrouille la sortie du détroit avec à l'aile droite (côté Leyte) les forces du contre-amiral Berkey avec les croiseurs légers Phoenix et Boise, le croiseur lourd australien Shropshire et treize destroyers, l'aile gauche côté Dinagat sous le commandement de l'amiral Olendorf se compose des croiseurs lourds Louisville, Portland et Mineapolis, des croiseurs légers Denver et Columbia et neuf destroyers et le centre sous le commandement di contre-amiral Weyler se compose des cuirassés Mississippi, Maryland, West Virginia, Tennessee, du California, du Pennsylvania et de six destroyers. Savoureux retournement du destin : tous ces cuirassés sauf le Mississippi étaient à Pearl Harbor le 7 décembre 1941.



Face à ce déploiement de force, l'amiral Nishimura aligne le croiseur lourd Mogami avec les destroyers Asagumo, Michisshio et Yamagumo dans une force avancée, suivent les cuirassés Yamashiro et Fuso avec le destroyer Shigure. Encore derrière se situe la force de l'amiral Shima composée des croiseurs lourds Nachi et Ashigara et de sept destroyers dont l'Akebono.

La bataille commence à 22h14 quand les vedettes lance-torpilles repèrent les japonais. S'en suit une mêlée confuse où le croiseur Abukuma est endommagé. C'est au tour des destroyers du capitaine de vaisseau Coward de lancer 47 torpilles qui touchent les destroyers Yamagumo, Michisshio et Asagumo, le premier finissant par couler. Le cuirassé Fuso encaisse entre deux et quatre torpilles.
Une seconde attaque des six destroyers du capitaine de vaisseau McManes à 3h50 voit le Yamashiro encaisser deux torpilles mais il conserve cap et vitesse. Le destroyer Michisshio à moins de chance : il encaisse une torpille et coule. Le Fuso lui explose et coule à 3h50.

C'est au tour des gros de s'expliquer. Les croiseurs ouvrent le feu à 3h51 et les cuirassés à 3h53 et ce jusqu'à 4h06 pour les cuirassés et 4h09 pour les croiseurs. Neuf destroyers du CV Smoot lancent à 4h04 et le Yamashiro reçoit au mois deux torpilles et une volée d'obus finissant par couler à 4h21.

Le croiseur lourd Mogami est atteint à 3h56 mais parvient à encadrer le Mineapolis, le Denver et le Columbia et ses torpilles obligent les cuirassés américains à manoeuvrer. A 4h30, il entre en collision avec le Nachi.

Une poursuite s'engage, les croiseurs Louisville, Portland et Denver voulant achever le Mogami mais craignent les torpilles japonaises dans les eaux resserées et restent à distance. L'Asagumo est achevé par le Denver et le Michisshio est coulé par le destroyer Hutchins.

Le Mogami encore attaqué par 17 Avenger en mer de Mindanao est finalement achevé par une torpille de l'Akebono qui récupère 700 survivants. Au final seuls les Nachi, Ashigara, Shigure et les quatre destroyers de Shima s'échapperont de Surigao.

Après cette bataille, il resta à Manille pour escorter des convois entre les nombreux îles de Philippines. Il est endommagé le 13 septembre durant un raid aérien américain sur Manille : son moteur tribord saute de son support et 23 marins sont tués. Après réparations, il gagne Singapour en novembre 1944 sous le commandement de la 2ème flotte, assistant le croiseur Myoko touché par un des six torpilles du sous marin Bergall le 13 décembre 1944.

Regagnant le Japon et l'arsenal de Yokosuka pour réparations, il resta dans les eaux japonaises jusqu'à la rédition du Japon le 2 septembre 1945. le 15 septembre, il est rayé des listes et vendu à la démolition en 1948.


Le Ushio probablement au cours de son démantelement

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON : DESTROYERS CLASSE FUBUKI   Lun 06 Juil 2009, 15:22

Le Inazuma

L'Inazuma à la mer

Le Inazuma ("Lightning") est mis sur cale aux Fujinagata Shipyards d'Osaka le 7 mars 1930 lancé le 25 février 1932 et admis au service actif le 15 novembre 1932.

L'Inazuma est le premier navire d'une série de quatre parfois connu sous le nom de classe Akatsuki mais qui est souvent intégré à la classe Fubuki sous le nom de Fubuki type III.

Peu après sa mise en service, le 9 juin 1934, l'Inazuma entra en colision avec son sister-ship Miyuki lors de manoeuvres au large de l'île Cheju. Le Miyuki sombra et l'Inazuma perdit son étrave. Il fût ainsi remorqué à l'arsenal de Sasebo par le croiseur lourd Nachi pour d'importantes réparations.


Les réparations achevées, il est affecté à la 6ème division de destroyers avec ses sister-ships Ikazuchi, Hibiki et Akatsuki sous le commandement de la 1ère flotte.

Au moment de l'attaque de Pearl Harbor, l'Inazuma était affecté à la 6ème division de destroyers du 1er squadron de destroyers de la 1ère flotte et déployée à Mako (Formose) pour couvrir le débarquement japonais à Hong Kong le 8 décembre 1941. Il assista le croiseur léger Isuzu (classe Nagara) pour la destruction des cannonières Cicada et Robin avant de sécuriser le port de la colonie britannique qui capitula le jour de noël 1941.

Au début de 1942, l'Inazuma appareille de Hong Kong pour rejoindre Davao (île de Mindanao dans les Phillipines) afin de couvrir les opérations sur Menado dans l'est des Indes Néerlandaises. Le 20 janvier 1942, il entra en collision avec le cargo Sendai Maru au large de Davao. Gravement endommagé, il est réparé sur place par le navire-atelier Akashi avant des réparations plus poussées à Mako.

Le 1er mars, il participe à la bataille du détroit de la Sonde, participant à la destruction des destroyer Pope, Encounter et du croiseur lourd Exeter, repêchant 376 survivants de l'Exter et 151 du Pope. Après quelques opérations aux Phillipines en mars, il gagna au mois d'avril l'Arsenal de Yokosuka pour entretien et réparations.


Le USS Pope

Il gagna alors le port d'Ominato au nord de l'île d'Honshu pour participer à l'opérations contre les îles Kiska et Attu (Archipel des Aléoutiennes), opération destiné à divertir l'attention des américains sur le véritable objectif de l'opération MI : Midway. Le 4 juillet, il récupéra 36 survivants du destroyer Nenohi, torpillé par le sous marin Tritton alors qu'il escortait le ravitailleur d'hydravions Kamikawa Maru en direction d'Attu. Il effectua ensuite des missions de patrouille dans le Pacifique Nord autour des îles Chishima et des Aléoutiennes jusqu'à la fin du mois d'août.

Au mois de septembre, l'Inazuma est réaffecté à Kure et participa à des exercices d'entrainement en mer intérieure, liée à la mise en service des porte-avions Junyo et Hiyo. Au mois d'octobre, il escorta ces porte-avions jusqu'à Truk d'où il effectua des patrouilles dans le nord des Salomons.

Il participa ensuite au deux batailles navales de Guadalcanal (12-15 novembre), l'Inazuma revendiqua la destruction d'un croiseur américain (jamais confirmé) et participa à la destruction des destroyers Benham, Walke et Preston et endommagea le Gwin. Après la bataille, il retrouva sa base de Truk pour participer aux missions du «Tokyo Express».

A la mi-janvier 1943, l'Inazuma fût renvoyé à Kure pour maintenance, escortant le porte-avions Zuikaku, le cuirassé Mutsu et le croiseur lourd Suzuya. Les réparations achevées en février, il fût affecté à la base d'Ominato pour reprendre ses missions de patrouille au large d'Hokkaido ou des Aléoutiennes. Il participa ensuite à la bataille des îles Komandorski (îles du Commandeur) : Le 26 mars 1943 à l'aube, dans le sud des îles Komandorski (îles du Commandeur à 175 miles à l'est de la Péninsule du Kamchatka), le radar du croiseur Salt Lake City détecta des navires japonais sous le commandement de l'amiral Hosogaya. Ce dernier dispose des croiseurs Nachi, Maya, Abukuma et Tama; les destroyers Hatsushimo; Ikazuchi, Inazuma, et Wakaba et les transports Asaka Maru et Sakito Maru. Les américains de l'amiral McMorris alignent le croiseur lourd Salt Lake City, le croiseur léger Richmond et les destroyers Bailey, Coghlan, Dale et Monaghan.

Le feu est ouvert à environ 12000m mètres. Le Nachi est touché par le Richmond et est avarié mais ce dernier qui tente d'atteindre les transports mais doit faire face au Tama. Le Salt Lake City dont un hydravion est incendié sur sa catapulte, découvrant l'infériorité de sa formation face aux japonais, manoeuvre, pris sous le feu du Nachi et reçoit un coup direct qui cause un incendie.

Ralenti, une machine noyée, il est couvert par un rideau de fumée des destroyers qui foncent sur les japonais pour le sauver. Hosogaya face à des problèmes de mazout et craignant l'intervention de l'aviation américaine, abandonne la partie et regagne les Kouriles. Une attaque à la torpille de trois destroyers américains tombe dans le vide. Le combat à duré trois heures, le Salt Lake city et le Bailey avariés rallient Dutch Harbor. Les japonais renoncent à faire passer d'autres navires de surface aux Aléoutiennes qui sont ravitaillées par sous marins.

D'avril à décembre 1943, il assura des missions d'escorte entre Yokosuka et Truk. En février 1944, il est réaffecté à la Flotte Combinée et au mois de mars escorta le porte-avions Chiyoda pour des missions depuis Palau.

Le 14 mars 1944 alors qu'il escortait un convoi de pétroliers reliant Manille à Balikpapan, il est torpillé par le sous marin Bonefish en mer des Célèbes. Son sister-ship l'Hibiki récupéra 125 survivants mais le commandant du navire, le Commander Tokiwa avait disparu avec le navire. Le 10 juin 1944, il est rayé des listes.


Le Bonefish rentrant à Freemantle

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON : DESTROYERS CLASSE FUBUKI   Lun 06 Juil 2009, 15:29

L'Akatsuki

L'Akatsuki à la mer

L'Akatsuki («Aube») est mis sur cale à l'Arsenal de Sasebo le 17 février 1930 lancé le 7 mai 1932 et admis au service actif le 30 novembre 1932.

De 1932 à 1941, il participa aux nombreuses opérations en Chine qu'il s'agisse des multiples escarmouches suites au second incident de Shanghai (28 janvier-3 mars 1932) ou les opérations de la deuxième guerre entre la Chine et le Japon à partir de 1937. Comme tous les autres navires de sa classe, il fût modifié suite au naufrage du Tomozuru : un lest de 400 tonnes et une étrave renforcée.

Il participa ensuite aux opérations dans les Indes Néerlandaises notament l'invasion de Java en février 1942. Il participa ensuite au mois de juin à la capture de l'île de Kiska dans les Aléoutiennes en diversion de l'opération principale sur Midway.


L'Akatsuki dans la rivière Yangtse en 1937

Quelques mois plus tard, il participa aux opérations dans les Salomons et le 25 octobre 1942 participa avec d'autres navires à la destruction du remorqueur Seminole et du patrouilleur YP-284 tandis que le dragueurs de mines Zane était endommagé. Sur le chemin du retour, il est endommagé par l'artillerie côtière.

Trois semaines plus tard, l'Akatsuki retourna dans l'Ironbottom Sound, intégré à une puissante force de bombardement composée notament des cuirassés Hiei et Kirishima. Dans la nuit du 12 au 13 novembre, au cours de la bataille navale de Guadalcanal, il opérait sur le flanc droit des cuirassés japonais et fût assommé par les tirs américains, sombrant dès le début de l'action, ne laissant que 8 survivants sur 197 capturés par les américains.


Le cuirassé américain Washington à Guadalcanal

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON : DESTROYERS CLASSE FUBUKI   Lun 06 Juil 2009, 15:33

L'Ikazuchi

L'Ikazuchi à la mer

L'Ikazuchi («Tonnerre») est mis sur cale aux chantiers de l'Uraga Dock Company le 7 mars 1930 lancé ne 22 octobre 1931 et admis au service actif le 15 août 1932. A sa mise en service, le troisième navire de la classe Akatsuki ou Fubuki type III est affecté à la 6ème division de destroyers en compagnie de ses sister-ships Inazuma, Hibiki et Akatsuki sous le commandement de la 1ère flotte, participant ainsi à la deuxième guerre entre la Chine et le Japon.

Au moment de l'attaque sur Pearl Harbor, il est toujours affecté à la 6ème division de destroyers du 1ère squadron de destroyers de la 1ère flotte, déployée à Mako (Formose) pour couvrir les opérations sur Hong Kong. En compagnie du croiseur Isuzu et du destroyer Inazuma, il coula les cannonières britanniques Cicada et Robin, sécurisant ainsi le port de Hong Kong.

Au début de 1942, il quitte Hong Kong pour Davao, assurant la couverture des débarquements sur Ambon, Makassar et Timor (Indes Néerlandaises). Le 2 mars 1942, il récupéra 442 survivants des destroyers HMS Encounter, et USS Pope coulées la veille dans la bataille du détroit de la Sonde en compagnie du HMS Exeter.


L'Ikazuchi en Chine en 1938

L'Ikazuchi est ensuite déployé à Ominato (île d'Honshu) pour participer à la capture des îles Kiska et Attu, opération de diversion commandée par l'amiral Hosogaya pour détourner les américains du véritable objectif : Midway, diversion inutile car les américains connaissaient le code. Il patrouilla ensuite dans les Aléoutiennes et au mois de juillet remorqua le destroyer Kasumi entre Kiska et Shimushu dans les îles Chishima. Il continua ses opérations de patrouille jusqu'au début du mois d'août 1942.

A partir du mois de septembre, il assura l'escorte des porte-avions Zuiho et Unyo en direction de Truk, les deux porte-avions participant à des opérations dans les Salomons avant de rentrer à Kure.

A partir du mois d'octobre 1942, il participa à des missions pour le Tokyo Express. Le 25 octobre, l'Ikazuchi accompagné des Akatsuki et Shiratsuyu détruisit entre Guadalcanal et Tulagi le remorqueur Seminole et le patrouiller YP-284 avant que l'artillerie côtière ne riposte, endommageant légèrement l'Ikazuchi sous les coups des avions américains, tuant quatre marins.

Il participa ensuite à la première bataille navale de Guadalcanal dans la nuit du 13 novembre 1942. il couvrait le flanc droit des cuirassés Hiei et Kirishima en compagnie de deux autres destroyers qui engagèrent plusieurs navires américains dont le croiseur antiaérien USS Atlanta qui endommagea sa tourelle arrière de 127mm (21 morts et 20 blessés) ce qui l'obligea à rentrer à Truk pour des réparations de fortune avant une remise en état complète à l'Arsenal de Yokosuka jusqu'en février 1943.

Réparé, l'Ikazuchi regagna le Pacifique Nord et participa à la bataille des îles Komandorski le 26 mars 1943 mais ne participa pas directement au combat. Le 30 mars, il entra en collision avec le destroyer Wakaba de classe Hatsuharu pour des dommages limitées.

L'Ikazuchi est réaffecté à la 11ème division de destroyers de la 1ère flotte le 1er avril 1943. Après des réparations à Yokosuka, il regagna Truk et escorta des convois entre Truk et le Japon jusqu'à la mi-avril 1944.

Le 13 avril 1944, sous le commandement du Lieutenant Commander Ikunaga Kunio, alors qu'il escortait le Sanyo Maru à Woleai, il fût torpillé par le sous marin Harder à 200 miles nautiques au sud-sud est de Guam sans laisser de survivants. Il est rayé des listes le 10 juin 1944.


Le sous marin américain USS Harder

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON : DESTROYERS CLASSE FUBUKI   Lun 06 Juil 2009, 15:38

L'Ibiki

L'Ibiki, l'un des deux destroyers de classe Fubuki à survivre à la guerre

L'Hibiki («Echo») est mis sur cale à l'arsenal de Maizuru à Osaka le 21 février 1930 lancé le 16 juin 1932 et admis au service actif le 31 mars 1933. A sa mise en service, il est affecté à la 6ème division de destroyers avec ses sister-ship Inazuma, Ikazuchi et Akatsuki.

Au moment de Pearl Harbor, l'Hibiki était intégré à la 6ème division de destroyers du 1ère squadron de destroyer sous le commandement de la 1ère flotte et déployé à Mako sur l'île de Formose pour participer aux opérations en Malaisie et aux Philippines sous les ordres de l'amiral Kondo et ce jusqu'en mars 1942.

Après des réparations à l'arsenal de Yokosuka au mois d'avril, il est basé à Ominato dans le nord de l'île d'Honshu, participant sous les ordres de l'amiral Hosogaya à la campagne des Aléoutiennes et plus particulièrement aux opérations contre l'île de Kiska en mai-juin 1942.

Le 12 juin, il est endommagé par un hydravion PBY Catalina au large de Kiska et fût obligé de revenir à Ominato pour des réparations d'urgence puis à Yokosuka pour une remise en état à Yokosuka jusqu'à la fin du mois d'octobre 1942.

De novembre 1942 à aril 1943, il assura l'escorte des porte-avions Unyo et Taiyo dans de nombreuses missions entre Yokosuka et Truk sauf durant le mois de janvier passé au bassin à Yokosuka.

A partir de mai 1943, il retourna dans le nord du Japon pour des missions de patrouille au large d'Hokkaido et des îles Chishima, participant également à l'évacuation des troupes japonaises des Aléoutiennes.

Après un carénage à Yokosuka en septembre, l'Hibiki gagna Shanghai pour participer à l'escorte d'un convoi de transport de troupes en direction de Truk et de Rabaul. Jusqu'au mois de novembre 1943, il assura l'escorte de convois de pétroliers entre Balikpapan (Singapour) et Truk ainsi que des missions de transport rapide entre Truk, Ponape et les îles des Carolines. Il récupéra les survivants du pétrolier Terukawa Maru le 21 décembre 1943.

De la fin du mois de décembre 1943 à Avril 1944, il escorta les porte-avions Hiyo, Ryuho et Chiyoda dans de nombreuses missions dans le Pacifique occidental et les Indes Néerlandaises. Il regagna alors l'Arsenal de Kure pour carénage en avril, recevant une DCA renforcée au détriment d'une tourelle de 127mm.


Le porte-avions Ruyho

En mai et juin 1944, l'Hibiki fût afecté à l'escorte de convois de pétoliers, récupérant le 14 mai, 125 survivants de son sister-ship l'Inazuma torpillé (Le 14 mars 1944 alors qu'il escortait un convoi de pétroliers reliant Manille à Balikpapan, il est torpillé par le sous marin Bonefish en mer des Célèbes. Son sister-ship l'Hibiki récupéra 125 survivants mais le commandant du navire, le Commander Tokiwa avait disparu avec le navire.)

Il participa également à la bataille de la mer des Phillipines (19-20 juin 1944), il fût affecté à la première flotte de soutien, étant légèrement endommagé par le mitraillage des avions alliés (deux morts). En août 1944, il escorta deux convois entre Moji (nord de l'île d'Honshu) Takao (auj. Kaoshiung, Taiwan) et Okinawa.




En septembre 1944, après avoir appareillé de Takao pour un convoi en direction de Manille, il fût torpillé par le sous marin Hake, l'explosion emporta son étrave ce qui l'obligea à mettre le cap sur Yokosuka pour remise en état.

Le 25 janvier 1945, l'Hibiki fût réaffecté à la 7ème division de destroyers au sein de la 2ème flotte mais resta dans les eaux japonaises avant d'être réaffecté à la 1ère flotte d'escorte au mois de mai avec pour base, le port de Kure. Il y resta jusqu'à la réddition japonaise le 2 septembre 1945.

Après la fin de la guerre, il fût démilitarisé et utilisé pour rapatrier les soldats japonais présents dans les différentes îles du Pacifique avant d'être rayé des listes le 5 octobre 1945.

Le 5 avril 1947, l'Hibiki fût cédé à l'URSS comme prise de guerre et rebaptisé Verniy (Верный) après avoir reçu des armes soviétiques. Il est officiellement remis en service au sein de la flotte du Pacifique le 7 juillet 1947. Il est rebaptisé Dekabrist ( Декабрист) le 5 juillet 1948. Il est désarmé le 20 février 1953 et envoyé à la démolition.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON : DESTROYERS CLASSE FUBUKI   Lun 06 Juil 2009, 15:48

Caractéristiques Techniques

Représentation d'artiste de l'Ayanami

Déplacement : standard 1778 tonnes pleine charge 2090 tonnes à l'origine. Après le chavirage du Tomozuru, il est porté à 2050 tonnes standard et 2400 tonnes à pleine charge

Dimensions : longueur 118.5m largeur 10.4m tirant d'eau : 3.2m

Propulsion : deux turbines à vapeur à engrenages alimentées par 3 (Fubuki type III) ou 4 (Fubuki I et II) chaudières dévellopant une puissance totale de 50000ch et actionnant deux hélices

Vitesse maximale : vitesse maximale 37 noeuds réduite après 1934 à 33-34 noeuds. Distance franchissable : 4350 miles nautiques à 15 noeuds

Armement :

Représentation de la tourelle double de 127mm

-6 canons de 127mm type 3 (modèle 1914) en trois tourelles triples type A (Fubuki type I) et type B (Fubuki type II et III). Ce canon de 50 calibres tire des obus de 23kg à une distance maximale comprise entre 7235m (site : +5°) et 18269m (site : +40°) pour le tir antisurface à raison de 5 à 10 coups par minute. En tir antiaérien, la portée maximale est de 12200m à +75°. La tourelle double type A et type B pèse 32.5 tonnes et peut pointer en site de -5° à +45° (type A) ou +75° (type B) et en site à raison de 6 à 12° et sur 150° en azimut à raison de 4 à 6°. le rechargement se faisant entre +5° à +10°. La dotation en munitions est de 120 coups par canon soit un total de 720 coups pour l'ensemble du navire.

-22 canons de 25mm modèle 1926 (type 96) en affûts simples doubles ou triples. La portée maximale de ce canon est de 6000m (tir à but surface) et 3980m (tir à but antiaérien) pour une cadence de tir de 450 coups minute.


Ci-dessus l'affût double de 25mm et ci-dessous un affût double de 13mm


-10 mitrailleuses de 13mm modèle 1923 (type 93) en affûts simples, doubles et quadruples. La portée maximale en tir antisurface est de 6500m et de 3980m en tir antiaérien pour une cadence de tir pratique de 250 coups par minute.


Ci-dessus le lanceur triple pour torpilles de 610mm avec une réserve à gauche et ci-dessous la torpille en question


-9 tubes lance-torpilles de 610mm en trois plate-formes triples (la première entre les deux cheminées, la seconde derrière la cheminée n°2 et la troisième juste derrière de la tourelle n°3). La torpille type 90 (1930) pèse 2605kg avec une charge militaire composé de 375kg et peut toucher une cible à 15000m (35 noeuds) 10000m (42 noeuds) ou 7000m (46 noeuds) avec une propulsion au kérosène et à oxygène n'émettant aucun sillage. Les destroyers embarquent 18 torpilles ce qui permet le rechargement après une salve.

-18 charges de profondeur.

Equipage : 197 officiers et matelots

Sources

-Encyclopédie des armes Editions Atlas tome 9
-US Navy T1 1898-1945 du Maine au Missouri
-Ressources internet diverses



FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : CUIRASSES CLASSE FLORIDA (ETATS UNIS)


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LE BRETON
Amiral de la Flotte
Amiral de la Flotte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6723
Age : 46
Ville : Paris 12ème
Emploi : Fonctionnaire
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Re: JAPON : DESTROYERS CLASSE FUBUKI   Lun 06 Juil 2009, 21:57

bravo, t'as pas dû profiter du soleil ce week-end.........lol!

_________________
kentoc'h mervel eget bezañ saotret (plutôt la mort que la souillure) devise de la Bretagne.


Dernière édition par LE BRETON le Lun 06 Juil 2009, 22:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: JAPON : DESTROYERS CLASSE FUBUKI   

Revenir en haut Aller en bas
 
JAPON : DESTROYERS CLASSE FUBUKI
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» JAPON : DESTROYERS CLASSE FUBUKI
» USN DESTROYERS CLASSE MAHAN
» JAPON DESTROYERS CLASSE AKITZUKI
» USN DESTROYERS CLASSE PORTER
» USN DESTROYERS D'ESCORTE CLASSE DEALEY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: LES NAVIRES 1922-1950-
Sauter vers: