AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 USN PORTE AVIONS LOURDS CLASSE LEXINGTON

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: USN PORTE AVIONS LOURDS CLASSE LEXINGTON   Mer 03 Juin 2009, 09:09

PORTE-AVIONS LOURDS CLASSE LEXINGTON (ETATS UNIS)
«Lady Lex» et «Sister Sara»


Le Lexington franchissant le canal de Panama

Introduction

Imaginez que le 7 décembre 1941 au matin, les japonais n'aient trouvé des porte-avions en plus de cuirassés, que ce serait-il passé ? Difficile de réecrire l'histoire mais on peut imaginer que la contre-attaque américaine aurait été plus longue et plus difficile. Parmi ces porte-avions nous trouvons deux géants, les plus gros porte-avions jusqu'à l'apparition du Shinano et surtout des super porte-avions de classe Forrestal à la fin des années cinquante, les Lexington et les Saratoga. Si le premier fût coulé à la bataille de la mer de Corail en 1942, le second survécu aux foudres japonaises pour servir de cobaye pour connaître la résistance des navires de guerre aux bombes atomiques.

Issus de la transformation de deux croiseurs de bataille, ces navires permirent aux américains de se faire la main moins pour les techniques de catapultage et d'appontage (ce fût le rôle du Langley) que pour les tactiques d'emploi. Les différents exercices notament les fameux Fleet Problem qui virent les américains inventer les concepts de Task Force et surtout prouvèrent que des bases comme Pearl Harbor n'étaient pas à l'abri d'une attaque aérienne.

Une leçon qui ne fût malheureusement pas retenue............ .

Genèse du porte-avions aux Etats Unis.

L'invention du porte-avions est à mettre au crédit des britanniques mais les américains ne sont pas loin, suivant le même processus que les britanniques en envisageant l'emploi d'hydravions depuis un navire spécialisé puis en étudiant le décollage d'avions depuis les tourelles de cuirassé.

Moins d'un an après le raid de Troden, les américains étudient la construction d'un porte-avions mais sont rapidement conscient que le Congrès refusera une construction neuve. Responsable des deniers du contribuable, le Congrès ne pourra admettre de construire un navire aux capacités encore inconnue.

Les marins américains se contentent d'une conversion. La généralisation de la chauffe au mazout rend inutile les grands charbonniers qui sont donc disponibles. La conversion d'un de ces navires, le Jupiter (AC 3) est autorisé le 11 juillet 1919. Admis au service actif le 22 mars 1922, il n'est pas décidé à servir de navire opérationnel car trop lent mais acquérir les bases pour de futurs porte-avions.


Le Langley premier porte-avions de la marine américaine

A peine le Langley mis en service, les américains envisagent de construire des navires opérationnels mais le Congrès refuse tout financement de porte-avions en 1919 et 1920. L'avenir du porte-avions est sauvé par le traité de Washington signé en 1922.

Ce dernier stoppe la construction de nombreux cuirassés et croiseurs de bataille dont certains à un stade avancé de construction. Les pays participant obtiennent un contingent précis de porte-avions soit 135000 tonnes pour les américains et surtout de pouvoir transformer plusieurs navires de ligne en construction en porte-avions.

En ce qui concerne les américains, le choix se porte sur deux croiseurs de bataille de classe Lexington, les Lexington et Saratoga respectivement achevé à 33.8% et 35.4%. La conversion est autorisé le 1er juillet 1922.


Le Saratoga en construction en septembre 1921

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)


Dernière édition par clausewitz le Mer 03 Juin 2009, 10:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: USN PORTE AVIONS LOURDS CLASSE LEXINGTON   Mer 03 Juin 2009, 09:30

Historique

USS Lexington (CV2 ex-CC1)

Le Lexington en achèvement à flot à Quincy

Le USS Lexington est mis sur cale comme croiseur de bataille le 8 janvier 1921 aux Fore River Shipyard de Quincy (Massachusset). La construction est suspendue le 8 février 1922 mais reprend le 1er juillet 1922 pour être achévé en porte-avions avec la marque de coque CV-2 (1er juillet 1922). Lancé le 3 octobre 1925, il est admis au service actif le 14 décembre 1927. Les premières opérations aérienne ayant lieu en janvier 1928.

Durant l'été 1929/30, le Lexington est engagé dans une opération originale puisqu'il sert grâce à sa propulsion turbo-électrique de centrale électrique pour la ville de Tacoma dans l'Etat de Washington. Cette dernière était alimenté par une centrale hydraulique mais le lac l'alimentant est à sec. Le porte-avions est présent du 17 décembre 1929 au 16 janvier 1930 et fournit un total de 4250960 kilowatt/heure pour 78509.60 dollars.


Le Lexington à Tacoma alors qu'il sert de centrale électrique (peut être une idée quand le CdG ne peut prendre la mer

Il est également régulièrement engagé dans des grandes manoeuvres dont le thème récurent est la défense du canal de Panama, artère vitale pour permettre à la marine américaine de concentrer ses forces sur une ou l'autre des côtes.

La flotte se divise entre les Bleus (bons) et les Noirs (méchants). Baptisés «Fleet Problem», ces manoeuvres commencent en 1923 et les Lexington y participe à partir de 1929 («Fleet Problem IX»). Cette année là, la Battle Fleet (Pacifique, elle regroupe la majeure partie des moyens navals américains) avec le Saratoga doit attaquer Panama défendu par la Scouting Fleet (basée dans l'Atlantique) avec le Lexington. Le Saratoga part de San Diego le 15 janvier 1929 et ses avions détruisent les avions de l'armée et les écluses de Pedro Miguel et de Miraflores. Il est coulé trois fois dans la journée mais trop tard. C'est à cette période que le concept de Task Force est envisagé.


Lady Lex et Sister Sara à Bremerton en septembre 1928

Le «Fleet Problem X» en 1930 se déroule dans les Caraïbes et cette fois c'est le Lexington qui met hors de combat les Langley et Saratoga.


Le Lexington au large de la Californie le 14 octobre 1941 avec notament des Brewster Buffalo sur le pont d'envol

En décembre 1941, le Lexington est à Pearl Harbor mais par chance, il appareille le 5 décembre pour Midway échappant aux raids japonais. A l'annonce de l'attaque, le Lexington comme l'Enterprise lance ses avions pour trouver la flotte japonaise au sud-ouest d'Oahu alors qu'elle se trouve au nord-est. Ses recherches sont donc infructueuses et il rentre à Pearl Harbor le 13 décembre.

Les japonais ne se contentent pas d'un raid sur Pearl Harbor, ils poussent leur avantage comme d'autres îles occupées par les américains comme celle de Wake entre Honolulu et Guam. Depuis le mois de janvier, une base américaine à été installée.


Le Lexington à Pearl Harbor trois semaines avant l'attaque. Il est amarré de l'autre côté de l'île Ford à l'opposée de l'allée des cuirassés

Celle-ci subit un raid dès le 8 décembre suivi d'une nouvelle attaque le 11 au cours de laquelle deux destroyers sont coulés, trois autres sont endommagés tout comme un patrouilleur. Les japonais reviennent le 21 décembre avec cette fois de grands moyens puisque les porte-avions Hiryu et soryu sont engagés. Malgé une belle défense, l'île est prise le 23 décembre 1941.

Cette résistance aurait pu conduire à la première bataille aéronavale de l'histoire. Les cuirassés étant tous hors d'état de reprendre le combat, les américains ne peuvent engager que leurs porte-avions à savoir le Saratoga, l'Enterprise et le Lexington. Malheureusement à l'annonce de la présence des porte-avions japonais, les américains renoncent le 22 décembre à secourir Wake qui tombe le lendemain 23 décembre.

Le 30 décembre 1941, l'amiral King CNO (Chief of Naval Operations) donne pour instructions à l'amiral Nimitz, nouveau commandant en chef de la flotte du Pacifique de couvrir les voies de communications entre Hawaï, Midway et les Etats Unis ainsi qu'entre les Etats Unis et l'Australie.

Le Lexington est le navire amiral de la TF11 (VA Brown) et appareille de Pearl Harbor le 22 janvier pour effectuer un raid sur Wake mais l'opération avorte après le torpillage du pétrolier Neches (AO5) par le sous marin I72. La TF11 est donc réduite à couvrir le passage d'un convoi vers Bora Bora et les opérations des autres porte-avions.

Le 20 février 1942, le Lexington et son groupe de combat sont en route pour attaquer Rabaul quand la TF11 est détecté par un hydravion Kawasaki H6K «Mavis» qui est immédiatement abattu par un Wildcat. L'hydravion à cependant eu le temps de transmettre son information et alors que les américains annulent le raid, 17 bombardiers Mitsubishi G4M «Betty» armés de bombes de 250kg attaquent la TF11 en deux vagues.

La première vague de neuf appareils en perd cinq avant de lancer et les quatre derniers après dont un abattu par un Dauntless. Deux Wildcat sont touchés. La deuxième vague de huit appareils est intercepté par les Wildcat dont un est piloté par le lieutenant de vaisseau Edward O'Hare qui en abattant trois et en endommage deux autres devient le premier as américain de la guerre du Pacifique.

Quatre Betty parviennent à lancer mais la bombe la plus proche tombe à 30m de «Lady Lex», un appareil essayant de se crasher sur le pont d'envol mais termine à 1400m du porte-avions. Seulement deux appareils réussissent à rentrer à Rabaul, les deux autres devant se poser à Vunakanau.

Le 10 mars, le Lexington et le Yorktown lancent la première opération combinée, les deux navires envoyant 104 appareils bombarder Lae et Salamaua (Nouvelle Guinée), appareils qui réussissent à couler le croiseur auxiliaire Kong Maru, le mouilleur de mines Tenyo Maru et le transport Yokohama Maru et à endommager le croiseur léger Yubari, cinq destroyers et quatre auxiliaires pour le prix d'un Dauntless.

Après le raid sur Tokyo le 18 avril 1942, les japonais hésitent sur la stratégie à venir et optent finalement pour un plan fort compliqué prévoyant à la fois une poussée vers le sud (opération MO) pour prendre le contrôle de l'ensemble de la Nouvelle Guinée par un débarquement à Port Moresby et dans les Salomons et une poussée dans le Pacifique (opération MI) prévoyant la prise de Midway, prise qui doit conduire à la bataille décisive contre la flotte américaine, bataille qui doit déboucher sur une paix de compromis.

Grâce au travail de la CIU (Combat Intelligence Unit) dirigée par le capitaine de frégate Rochefort à Pearl Harbor, les américains sont parfaitement au courant des intentions japonais et vont ainsi pouvoir placer aux mieux leurs pions encore peu nombreux.

C'est ainsi que le Lexington appareille de Pearl Harbor le 16 avril pour rejoindre le Yorktown dans le sud, l'Enterprise et le Hornet devant suivre après le raid sur Tokyo. Les japonais débarquent à Tulagi le 29 mars et à Florida dans les Salomons le 2 avril.

Ces débarquement marquent le début de la bataille de la mer de Corail, la première «over the horizon battle», la première bataille navale où les assaillants ne se voient que via leurs groupes aériens embarqués.

Le Yorktown et le Lexington se rallient le 1er mai à 250 miles dans l'ouest d'Espiritu Santo. Le contre-amiral Fletcher prend le commandement de l'ensemble qui rassemble deux porte-avions, cinq croiseurs lourds et neuf destroyers, le tout accompagné par un groupe de soutien commandé par l'amiral britannique John G. Grace composé de trois croiseurs (dont deux de la marine australienne) et deux destroyers et par un groupe de ravitaillement (deux pétroliers et deux destroyers). Le soutien aérien n'est pas oublié avec les douze Catalina des VP-71 et VP-72 basés à Nouméa avec le ravitailleur Tangier (AV8)

Les deux porte-avions se ravitaillent le 2 mai mais des problèmes avec celui du Lexington retardent les opérations communes jusqu'au 6 mai. La bataille commence le 7 mai 1942 par des reconnaissances mutuelles mais qui ne découvrent par les porte-avions, les japonais attaquent le pétrolier Neosho et le destroyer Sims, le premier ayant été pris pour un porte-avions. Si le destroyer se casse en deux, le pétrolier reste à flot jusqu'au 11 mai date de son sabordage par un destroyer.

Les américains lancent une vague de 93 avions (53 Dauntless, 22 Devastator et 18 wildcat) contre ce qu'ils croient être les deux grands porte-avions japonais (Shokaku et Zuikaku). Il s'agit en réalité du porte-avions léger Shoho qui est coulé à 11h15 par 13 bombes et 7 torpilles. A cette occasion, le capitaine de frégate Dixon lance le message resté célèbre «Scratch one flat top» (rayez un pont plat).

Il n'y aura pas d'autres raids dans la journée même si dans la confusion, des avions de reconnaissance japonais ont été à deux doigts de se poser sur le Yorktown. Le 8 mai, les reconnaissances découvrent les porte-avions adverses séparés par environ 175 miles et chacun lance un groupe d'attaque et si les américains bénéficient du radar, les japonais utilisent le couvert procuré par une couverture nuageuse basse et par des grains.

Les deux porte-avions américains lancent un total de 82 avions (46 Dauntless 21 Devastator et 15 Wildcat). L'attaque est désorganisée par les conditions météo même si le Shokaku est touché par trois bombes (deux par des Dauntless du Yorktown et une par un Dauntless du Lexington) et ne peut récupérer ses avions alors que le Zuikaku est intact.

De leur côté les japonais lancent 90 avions (33 Aichi D3A Val, 18 Nakajima B5N Kate et 18 Mitsubishi A6M Zero). Ils se heurtent à 14 Wildcat et 23 Dauntless mais les défenseurs sont vitent débordés. Le Yorktown reçoit une bombe qui tue 70 hommes d'équipages mais évite 8 torpilles. Le Lexington moins manoeuvrant reçoit deux bombes et deux torpilles à babord qui noient trois chaufferies. Des dégâts mineurs sont provoqués également par des coups à toucher (bombes explosant dans l'eau et fragilisant la structure par leur souffle).

Le Lexington parvient à rétablir la gîte et à contrôler les incendies mais à 12h47, une explosion se produit dans les fonds, explosion provoquée par des vapeurs d'essence entrant en contact avec des étincelles d'un générateur de courant. Evacué, «Lady Lex» est achevé par cinq torpilles du destroyer Phelps (DD 360) et coule à 19h56 avec 216 hommes. L'épave repose aujourd'hui à plus de 3900m de profondeur.


Ci-dessus"Lady Lex" à l'agonie et ci-dessous les impacts


C'est la fin de la bataille de la mer de Corail. Si en termes de pertes, les japonais sont vainqueurs stratégiquement parlant les américains posent les jalons d'une future victoire en arrêtant la progression japonaise. Leur puissance logistique, leur permettant de réparer en un temps record le Yorktown alors que les Shokaku et Zuikaku seront absent à Midway.

Cinq jours après sa destruction devant l'émotion suscitée par cette destruction, le secrétaire d'Etat à la marine Frank Knox sur proposition des ouvriers du chantier de Quincy rebaptise le huitième Essex initialement baptisé Cabot, Lexington.


Le deuxième Lexington qui resta en service jusqu'en 1991 comme porte-avions école

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)


Dernière édition par clausewitz le Mer 03 Juin 2009, 10:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: USN PORTE AVIONS LOURDS CLASSE LEXINGTON   Mer 03 Juin 2009, 09:59

USS Saratoga (CV3 ex CC-3)

Lancement du Saratoga à Camden (New Jersey) le 7 avril 1925

Le USS Saratoga est mis sur cale comme croiseur de bataille aux chantiers de la New York Shipbuilding Corporation situés à Camden dans le New Jersey le 25 septembre 1920. La construction est suspendue le 8 février 1922 (il est achevé à 35.4%) mais il est sauvé de la démolition en étant converti en porte-avions avec la marque de coque CV-3 (1er juillet 1922). Il est lancé le 7 avril 1925 et admis au service actif le 16 novembre 1927, les premières opérations aériennes ayant lieu en janvier 1928 avec notament le 11 janvier le premeir appontage réalisé par un homme appelé à faire parler de lui : le capitaine de frégate Mitscher.

En cette période de temps de paix, la marine ne chôme pas, multipliant les exercices pour se préparer au mieux à un futur conflit. A partir de 1929, le Saratoga participe aux exercices baptisés «Fleet Problem» qui ont souvent pour thème la défense du canal de Panama par les bleus et l'attaque par les noirs.

Lors de «Fleet Problem IX», le Saratoga appartenant à la Battle Fleet doit attaquer Panama défendu par le Lexington intégré à la Scouting Fleet. Appareillant de San Diego le 15 janvier, il lance le 26 janvier à 150 miles des côtes une force de 18 bombardiers en piqué, 18 avions torpilleurs et 36 chasseurs soit 72 appareils. Ils supprennent et détruisent au sol les avions de l'Armée et détruisent les écluses de Miraflores et de Pedro Miguel. Le Saratoga est coulé trois fois dans la journée mais le mal est fait. C'est à cet époque que l'idée de regrouper des navires rapides autour d'un porte-avions émerge.

L'année suivante, en 1930, «Fleet Problem X» voit «Lady Lex» prendre sa revanche sur «Sister Sara» puisqu'il le coule en compagnie du Langley. En 1933, les manoeuvres baptisées «Fleet Problem XIV» se déroulent au large d'Hawaï en janvier et en février, le Saratoga lançant sur le chemin du retour un raid aérien sur Long Beach.

En 1938, «Fleet Problem XIX» voit le Saratoga lancé un rais aérien sur........Pearl Harbor dans une configuration qui rappelera beaucoup le raid japonais du 7 décembre 1941 mais aucune leçon ne sera retenue.


Le Saratoga probablement en 1929 à l'Arsenal de Philadelphie avec deux cuirassés (peut être des Colorado ?)

Les dernières manoeuvres d'avant guerre «Fleet Problem XXI» ont lieu en avril et juin 1940 au large d'Hawai, la flotte quittant la côte ouest le 2 avril mais reste sur zone après la fin des opérations le 7 mai. Le commandant de l'US Fleet, l'amiral Richardson proteste estimant que la flotte ne dispose pas assez de soutien logistique. Il est remplacé par l'amiral Kimmel le 1er février, date à laquelle l'US Fleet devient la Pacific Fleet.


Le Saratoga dans les années trentre avec son armement d'origine : des canons de 203 et de 127mm

Du 14 au 29 octobre 1940, le Saratoga transporte des conscrits de San Pedro en Californie à Hawaï puis le 6 janvier 1941 entre au Bremerton Navy Yard pour une longue modernisation qui incluse un renforcement de son pont d'envol, de sa coque (bulge), un renforcementde sa DCA et l'installation d'un radar de veille aérienne CXAM-1. Quittant Bremerton le 28 avril 1941, le porte-avions participe à un exercice amphibie en mai et deux voyages à Hawai entre juin et octobre. Le 26 novembre 1941, il appareilla pour Bremerton pour un nouveau carénage.

Quand l'attaque japonaise frappa les îles Hawaï le 7 décembre 1941, le Saratoga venait juste de regagner San Diego après son carénage mais pris la mer dès le lendemain pour retrouver le Lexington et l'Enterprise. Il transporta ainsi des avions du corps des Marines pour renforcer Wake.

Relâchant à Pearl Harbor le 15 décembre, il appareilla dès ses soutes pleines pour couvrir le ravitailleur d'aviation Tangier et accessoirement secourir Wake mais l'annonce de la présence de deux porte-avions japonais annula le raid le 22 provoquant la rédition de Wake le lendemain.


Le Saratoga et ses F4F3 Wildcat à bord

Le 30 décembre 1941, l'amiral King CNO (Chief of Naval Operations) donne pour instructions à l'amiral Nimitz, nouveau commandant en chef de la flotte du Pacifique de couvrir les voies de communications entre Hawaï, Midway et les Etats Unis ainsi qu'entre les Etats Unis et l'Australie.

Le 11 janvier 1942, à 500 miles au sud ouest d'Oahu, le Saratoga est torpillé par le sous marin I16 provoquant la mort de six marins et l'inondation de trois chaudières ce qui n'empêcha pas le porte-avions de regagner Oahu par ses propres moyens pour des réparations d'urgence avant une véritable remise en état à Bremerton. A cette ocassion les 12 canons de 127mm de 25 calibres inaptes au tir contre-avions sont remplacés par 16 canons de 127mm de 38 calibres.


Les dégâts causé par la torpille du sous marin I6. C'est à cette occasion que Sister-Sara se retrouva oprheline de ses canons de 203mm

Quittant le Puget Sound le 22 mai pour San Diego, il y arrive le 25 mai entamant aussitôt l'entrainement de son groupe aérien. L'annonce d'une opération japonaise contre Midway précipita les choses mais malgré l'urgence, le navire n'arriva à Pearl Harbor que le 6 juin après la fin de la bataille. Appareillant de Pearl Harbor le 7 juin après ravitaillement en carburant, il transfera 34 appareils aux Hornet à l'Enterprise pour leur permettre de compenser les pertes e la bataille. Les trois porte-avions filèrent vers les Aléoutiennes pour contrer les opérations japonaises dans le secteur mais l'opération est annulée et «Sister-Sara» retrouve les eaux chaudes des îles Hawaï le 13 juin.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: USN PORTE AVIONS LOURDS CLASSE LEXINGTON   Mer 03 Juin 2009, 10:29

Du 22 au 29 juin, le Saratoga transporta des avions des Marines et de l'Armée à Midway. Le 7 juillet, il appareilla pour le Pacifique Sud-Ouest et du 28 au 30 juillet assura la couverture aérienne d'un débarquement sur les Fidji destiné à assurer les arrières des futurs débarquement à Guadalcanal. L'assaut sur cette île de l'archipel des Salomons appelée à devenir célèbre commença à l'aube le 7 août 1942 et pendant deux jours assura la couverture aérienne des opérations. Le 8 août dans l'après midi, les porte-avions se replièrent pour se ravitailler laissant les marines «le derrière à l'air» comme le dira le général Vandergrifdt commandant la 1st Marines Division. Quoi qu'il en soit les porte-avions étaient trop éloignés pour sauver les quatre croiseurs alliés uqi furent coulés par les navires de Mikawa lors de la bataille de l'île de Savo. La force de porte-avions continua d'opérer dans les Salomons, attendant la contre-attaque japonaise.

La contre-attaque se matérialise quand une force de transport japonaise est detectée le 23 août. Fletcher qui se trouve à 150 miles nautiques dans l'est des Salomons, à sous son commandement la TF11 (Saratoga deux croiseurs et cinq destroyers) la TF16 (Enterprise, cuirassé North Carolina, un croiseur lourd, un croiseur antiaérien et six destroyers) et la TF18 (Wasp, trois croiseurs et sept destroyers).


Le Saratoga en 1943 : les Hellcat ont remplacés les Wildcat et un affût quadruple Bofors à été installé au pied de la cheminée

Ce convoi est découvert donc le 23 août et le Saratoga lance 31 Dauntless et 6 Avenger appuyés par des avions décollant d'Henderson Field mais ces aéronefs sont incapables de le retrouver. Les avions du Saratoga passent d'ailleurs la nuit à Henderson Field. Le lendemain 24 août, les deux ennemis se repèrent et le Saratoga lancent ses Dauntless qui à 15h50 attaquent le Ryujo suivis par des Avenger qui lancent leur torpilles à moins de 900m. Touché par dix bombes et une torpille, le Ryujo coulera à 20h. Alors qu'une contre-attaque japonais endommage l'Enterprise et manque de peu le North Carolina, les avions du Saratoga endommagent le Chitose. Craignant une attaque de nuit en surface, Fletcher replie ses porte-avions alors que le convoi japonais se replie.

Après un ravitaillement le 25 août, le Saratoga et le Wasp reprennent leurs patrouilles, patrouilles marquées par de nombreuses alertes ASM. Le 31 août 1942 vers 7h45, le sous marin I26 lance six torpilles sur le porte-avions dont une touche sa cible à tribord à 7h48. Les dégâts sont mineurs avec seulement 12 blessés et une chaudière inondée. Le navire doit cependant stopper en raison du déclenchement des sécurités sur son système de propulsion électrique. Il est remorqué par le croiseur lourd Mineapolis (CA 36) mais peut lancer ses appareils qui gagnent Espiritu Santo puis Henderson Field.
Remis en route, le porte-avions gagne Tongatabu pour des réparations d'urgence du 6 au 12 septembre puis Pearl Harbor où il est immobilisé à partir du 21 septembre jusqu'au mois de novembre 1942.

Le Saratoga appareille de Pearl Harbor le 10 novembre 1942 pour la Nouvelle Calédonie et le port de Nouméa via Fidji arrivant sur place 5 décembre 1942. Durant les douze mois suivant, il couvrit les opérations au dessus des Salomons Orientales avec le porte-avions britannique Victorious du 17 mai au 31 juillet 1943 et à partir du 20 octobre le Princeton.

Alors que les troupes américaines débarquaient à Bougainville le 1er novembre, le Saratoga neutralisa les aérodromes japonais sur l'île de Buka (deuxième plus grande île de Papouasie Nouvelle Guinée). Le 5 novembre 1943 alors que l'on annonce une concentration de croiseurs japonais à Rabaul pour contre-attaquer, le Saratoga et le Princeton lancent un raid sur Simpson Harbor à Rabaul avec 23 Avenger, 22 Dauntless et 42 Hellcat qui se heurtent à 70 chasseurs japonais même si la majorité des dix avions abattus le sont par la DCA japonaise. Les croiseurs Atago Maya Takao Mogami Chikuma, Agano et Noshiro ainsi que les destroyers Fujinami et Amagiri sont touchés, le seul navire intact est le Suzuya. Tous les navires regagneront le Japon à l'exception des Maya et des Agano.

Un nouveau raid est lancé le 11 novembre, avec la TF38 et le TG 50.3 du contre-amiral Alfred E. Montgomery avec les porte-avions Esse Bunker Hill et Independence, le destroyer Suzunami est coulé, deux croiseurs légers et trois destroyers sont endommagés. Le lendemain, l'aviation embarquée japonaise est retirée de Rabaul.

Dans le cadre de l'offensive sur les îles Gilbert, le Saratoga accompagné du Princeton et formant la TG 50.4 bombarde Nauru le 19 novembre avant de couvrir les transports se rendant à Makin et à Tarawa, à bord se trouvant le 5ème corps amphibie (2ème division de Marines et la 27ème DI).

Après un an en opérations, les réparations sont plus que nécessaires et il quitte le front le 30 novembre pour remise en état aux Etats Unis. Il entra en carénage à San Francisco du 9 décembre 1943 au 3 janvier 1944, sa DCA étant renforcée (60 canons de 40mm à place de 36 canons de 20mm).

Le porte-avions retrouva le Pacifique, arrivant à Pearl Harbor le 7 janvier 1944 et après une brève période d'entrainement, il appareille le 19 janvier avec les porte-avions légers Langley et Princeton pour soutenir la prise des îles Marshall. Les avions de «Sister Sara» bombardèrent pendant trois jours les îles de Wotje et Taroa (29-31 janvier) puis Engebi, l'île principale d'Eniwetok (3-6 et 10-12 février). Un dernier raid eu lieu le 16 février, la veille du débarquement avant que les avions du Saratoga n'assurent des missions de couverture aérienne et d'appui rapproché et ce jusqu'au 28 février.

Outre le Pacifique, le Saratoga opère dans l'Océan Indien,Les britanniques manquant de porte-avions pour le raid sur Sumatra. C'est ainsi que le Saratoga appareille de Majuro le 4 mars avec trois destroyers et rallie l'Eastern Fleet via Hobart et Fremantle à la mer le 27 avant d'arriver à Trincomalee le 31 mars.

Sous le commandement de l'amiral Somerville, il appareille le 16 avril avec le porte-avions Illustrious, les cuirassés britanniques Queen Elizabeth et Valiant, le croiseur de bataille Renown, le cuirassé français Richelieu, cinq croiseurs et quinze destroyers. Ses avions bombardent Sabang le 19 avril.


Le Saratoga à Trinconmalée en compagnie des navires de l'Eastern Fleet britannique dont l'Illustrious

Après une escale à Trincomalee, il reprend la mer le 6 mai avec les mêmes navires de ligne, cinq croiseurs et quatorze destroyers pour bombarder Soerabaja le 17 mai. Le Saratoga quitte l'Estern Fleet le lendemain pour une remise en état à Bremerton où il arrive le 10 juin 1944. le 24 septembre il était de retour à Pearl Harbor pour commencer son entrainement au combat de nuit, pratique que le porte-avions avait expérimenté dès 1931. Il resta ainsi à l'arrière jusqu'en janvier 1945, plus précisement le 29 quand il appareilla pour couvrir de nuit les opérations sur Iwo Jima en compagnie de l'Enterprise.

Le Saratoga arriva à Ulithi le 7 février qu'il quitta trois jours plus tard avec l'Enteprise et quatre autres groupes de porte-avions. Il couvrit le débarquement des Marines à Tinian le 12 février avant de bombarder le Japon les 16 et 17 février pour divertir les japonais alors que les débarquements sur Iwo Jima étaient iminents, le «Sara» assurant la couverture de chasse mais face à l'absence de réaction japonaise, ses avions mitraillèrent deux aérodromes japonais. Après un ravitaillement en carburant les 18, 19 et 21 février, le Saratoga fût détaché avec trois destroyers pour couvrir de nuit les opérations amphibies au dessus de Iwo Jima et de Chi-chi Jima.


Le 21 février le Saratoga est sévèrement endommagé par un kamikaze au large d'Iwo Jima ce qui marque la fin de sa carrière opérationnelle

Le 21 février vers 17.00 alors qu'il s'approchait de sa zone de déploiement, il subit une attaque aérienne, un kamikaze s'écrase sur le pont d'envol l'endommageant gravement. Cependant à 20.15 les incendies étaient sous contrôle et le porte-avions pouvait récupérer ses avions mais il du mettre cap sur Eniwetok pour être capable de traverser le Pacifique puisque la remise en état définitivement devait avoir lieu à Bremerton où il arriva le 16 mars.

Le 22 mai, le Saratoga quitta le Puget Sound (où se trouve l'arsenal de Bremerton) pour assurer la formations de pilote à Pearl Harbor où il arriva le 3 juin. Il continua ses opérations d'entrainement jusqu'au 6 septembre 1945. le 9 septembre, il embarqua pour les Etats Unis dans le cadre de l'opération Magic Carpet 3712 vétérans de la marine, les 3712 premiers vétérans sur les 29204 hommes que «Sister Sara» transportant, ce qui constituait record. Le Saratofa possédait le record du plus grand nombre d'appontages : 98549 en 17 ans de service.

Avec la présence d'un grand nombre d'Essex bien plus modernes, le Saratoga n'était plus nécessaire pour la marine américiane et il fût décidé de l'affecter comme cible à l'opération Crossroads à Bikini pour tester les capacités d'encaissement et de résistance des navires de guerre aux bombes atomiques.

Les américains profitent du grand nombre de navires en surplus en raison de la réduction du format consécutif à la fin de la guerre. Les tests demandés par le BuShip sont autorisés par Truman le 11 janvier 1946. C'est le vice-amiral William Blandy qui reçoit la responsabilité de l'opération Crossroads. Le lieu choisit est l'atoll de Bikini. Pas moins de 251 navires sont engagés, la majorité servant de cibles.

Ces derniers sont regroupés dans un TG1.2 avec notamment les porte-avions Saratoga et Independence, les cuirassés Arkansas, New York Pennsylvania et Nagato, les croiseurs Pensacola, Salt Lake City, Prinz Eugen et Sakawa, 17 destroyers, 8 sous marins, dix LST, un LCI, 30 LCT et 25 transports sous le commandement du contre-amiral Fahrion à bord du croiseur Fall River, ce TG étant complété par des remorqueurs et des bâtiments de sauvetage.

La sécurité de la zone et le soutien est ainsi assuré par trois porte-avions (deux d'escorte les Saidor et Bairoko et un d'escadre le Shangri La) un croiseur, 14 destroyers, 15 transports de personnel, 105 navires divers et 156 avions, le tout armé par 42000 hommes.

Trois essais sont prévus initialement à partir du 15 mai mais reportés au 1er juin à la demande de Truman avec une bombe larguée par avion, une bombe immergée à faible profondeur et une autre explosant par grand fond.

Après une dernière répétition avec une bombe au phosphore réalisé le 24 juin, le premier tir Able est réalisé le 1er juillet, l'engin étant largué par un B29 et explosant à 158m d'altitude à 650m de la cible, le Nevada. Les bâtiments présents du point zéro sont coulés mais passer 700m les bâtiments sont restés à flot quoique sévèrement endommagés. Quand à ceux se trouvant entre 700 et 1400m _dont le Saratoga placé à 2265 du point zéro_ les dégâts sont minimes tout comme la radioactive ce qui permet d'envoyer des équipes à bord quelques heures après le tir.

Pour le deuxième tir baptisé Baker, le Saratoga est placé 450m du point zéro, un chaland le LSM60 sous lequel se trouve l'engin à 27m. L'explosion à lieu le 25 février et le Saratoga est sévèrement endommagé et coulé 7h30 après le tir. Il rayé du Naval Vessel Register le 15 août 1946. L'épave situé à 12m de profondeur est une attraction pour plongeurs, le niveau de radioactivité étant aujourd'hui minime.


La fin d'une grande dame : "Sister Sara" s'enfonce dans les eaux de Bikini

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: USN PORTE AVIONS LOURDS CLASSE LEXINGTON   Mer 03 Juin 2009, 10:38

Caracteristiques Techniques

Du croiseur de bataille au porte-avions

Déplacement : standard 36000 tonnes pleine charge 50000 tonnes

Dimensions : longueur 271m largeur 32m tirant d'eau : 7.4m

Propulsion : 4 groupes de turbines à engrenages alimentées par 16 chaudières, la transmission aux 4 hélices se faisant par une transmission turbo-électrique : les turbines produisent du courant qui alimente des moteurs électriques entrainant les arbres d'hélice. La puissance dévellopée est de 1800000ch

Performances : vitesse maximale 33.25 noeuds distance franchissable : 10000 miles nautiques à 10 noeuds

Protection :
ceinture blindée de 127 à 178mm troisième pont blindé à 51mm pont blindé de 76 à 114mm au dessus des soutes à munitions et du système propulsif.

Armement

Les deux tourelles de 203mm arrière du Lexington

-8 canons de 203mm Mark 9 en 4 tourelles doubles installés devant et derrière l'îlot. Ce canon de 55 calibres tire des obus de 118kg à une distance comprise entre 5490m (élévation : +2°) et 29131m (élévation : +41°) à raison de 3 ou 4 coups par minute. La tourelle double pèse 190 tonnes et peut pointer en site de -10° à +41° à raison de 6° par seconde et en azimut sur 150° à raison de 3.5° par seconde, le rechargement se faisant à +9°. La dotation en munitions est de 300 coups par tourelle soit un total de 1200 obus embarqués. Ces canons sont débarqués peut après Pearl Harbor pour renforcer la DCA.

-12 canons de 127mm de 25 calibres Mark 11 en 12 affûts simples. Ce canon de 25 calibre tire des obus de 36kg à une distance maximale de 13259m (site : +45°) à raison de 15 à 20 coups par minute. Ce canon pouvait pointer en site de -10° à +45°et en azimut sur 150°. Chaque canon disposait de 200 obus. Au cours de la guerre, ils sont remplacés par 16 canons de 127mm de 38 calibres Mark 12 qui eux pouvaient tirer contre avions.

Au cours de la guerre, le Saratoga reçut des canons de 20mm Oerlikon et des canons de 40mm Bofors alors que le Lexington avant sa destruction avait reçut des canons de 28mm.

Installations aéronautiques

-Hangar de 137.10m de long desservit par deux ascenseurs axiaux.

-Une catapulte de 47.2m

Groupe aérien

Les Lexington peuvent embarquer 83 appareils répartis avant guerre entre deux escadrilles de chasse (36 appareils) deux escadrilles de torpilleurs-bombardiers (32 appareils) une escadrille d'observation (douze appareils) et une section de servitude de 3 appareils.

L'aviation embarquée doit assurer l'exploration autour de l'escadre. Contrairement aux japonais qui réservent cette mission aux hydravions embarqués sur les croiseurs, les américains utilisent des appareils baptisés Scout Bomber capable de mener des missions de reconnaissance et de bombardement. Le porte-avions peut envoyer un grand nombre d'appareils (dès les années vingt les Lexington peuvent attaquer Panama avec 70 ou 80 appareils), seuls quelques chasseurs sont conservés en CAP (Combat Air Patrol) pour couvrir la flotte.

L'attaque sur les navires ennemis si les chasseurs d'escorte n'ont pas à repousser la chasse ennemie, peut commencer par l'attaqye des chasseurs sur la DCA des navires visés et simultanément des bombardiers en piqué, les avions torpilleurs devant porter le coup fatal.

Comme on le verra à Midway, ce sont les Dauntless qui détruisent les quatre porte-avions alors que tous les Devastator avaient été anéantis par la chasse et la DCA nippone.

Avec la durée de leur carrière, tous les avions embarqués américains y ont servit qu'il s'agissent des premiers biplans peu connus ou de célébrités telles que le F4F Wildcat, le F6F Hellcat, le Dauntless, le Devastator, l'Avenger ou le Helldiver.

Equipage :
2122 hommes

Sources

-Jean Moulin US Navy T1 «1898-1945 du Maine au Missouri» et T2 «1945-2001 de Nimitz au Nimitz»

-Alexandre Sheldon Dupleix Histoire Mondiale des porte-avions

-Guy Le Moing Et l'Océan fût leur tombe «naufrages et catastrophes maritimes au XXème siècle»

-Ressources internet diverses en particulier Navsource pour les photos et Navweaps pour l'artillerie.


Vision artistique du Saratoga lançant ses avions


FIN DE L'ARTICLE

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: USN PORTE AVIONS LOURDS CLASSE LEXINGTON   Mer 03 Juin 2009, 22:05

Superbe article... Comme d'habitude thumleft
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: USN PORTE AVIONS LOURDS CLASSE LEXINGTON   Mer 03 Juin 2009, 22:30

Merci Appoloman.

Pour la suite je pense faire les Courbet et terminer la liste des porte-avions américains en faisant un article sur le Ranger, un sur le Wasp et un sur le Langley avant de passer aux différentes classes de cuirassés américains à partir du premier dreadnought le Michigan

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2283
Age : 47
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: USN PORTE AVIONS LOURDS CLASSE LEXINGTON   Mar 09 Juin 2009, 20:32

Genial ^^ tu me tires les aiguilles du pieds pour les plus vieux ^^ thumright

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: USN PORTE AVIONS LOURDS CLASSE LEXINGTON   Mar 09 Juin 2009, 21:44

DE rien mais par contre je veux bien te laisser les PA d'escorte. Rien qu'à l'idée de faire les Casablanca (50 navires) affraid

Comme je l'ai dis plus haut, je vais faire le Wasp et rapidement le Langley qui est peu intéressant en lui même mais qui me permettra de parler des balbutiements de l'aéronavale américaine.

Ensuite je pense m'attaquer aux cuirassés en commençant par les Michigan les premiers "All big Gun ship" de l'US Navy qui auraient du donner leur nom à ce type de navire mais cela aurait moins bien sonné que Dreadnought

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2283
Age : 47
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: USN PORTE AVIONS LOURDS CLASSE LEXINGTON   Mar 09 Juin 2009, 22:55

S....D lol! pas maintenant , j'ai trop de boulot chez moi pour m'y mettre ... thumright

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: USN PORTE AVIONS LOURDS CLASSE LEXINGTON   Dim 21 Fév 2010, 18:33

Visit my photo album tribute to:

(Now deceased) 'Navy Centenarian Sailor', 103 year old, former enlisted Chief Petty Officer, Aviation Chief Radioman (ACRM, Combat Aircrewman), later wartime commissioned Chief Warrant Officer Julio 'Jay' Ereneta, U. S. Navy (Ret.), thirty year career veteran of World War One and World War Two. First flew aircrewman in August 1922. Flew rearseat Radioman/Gunner (1920s/1930s) in the tactical air squadrons of the Navy's first aircraft carriers, USS LANGLEY (CV-1) and USS LEXINGTON (CV-2).

http://news.webshots.com/album/123286873BFAAiq

San Diego, California, USA
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: USN PORTE AVIONS LOURDS CLASSE LEXINGTON   Sam 27 Fév 2010, 08:22

Dieu qu'il était moche ce porte-avion...

En tout cas bel article comme d'habitude. Et puis un porte-avion avec des canons de 203mm c'est pas courant
Revenir en haut Aller en bas
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5134
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: USN PORTE AVIONS LOURDS CLASSE LEXINGTON   Sam 27 Fév 2010, 09:25



porte-avion d'une rare élégance au contraire 259 mètres à l'époque ... 33 noeuds un vrai pur sang
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: USN PORTE AVIONS LOURDS CLASSE LEXINGTON   Sam 27 Fév 2010, 09:41

Disons que sans l'énorm cheminée, je pense qu'il aurait été mieux esthétiquement parlant. Mes préférés sont de toute façon les Essex.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: USN PORTE AVIONS LOURDS CLASSE LEXINGTON   Sam 27 Fév 2010, 10:12

Bah, ça reste des porte avions, donc par définition des navires laids...

Sinon l'armement n'est pas surprenant pour les PA de l'entre deux guerre. Le Graf Zeppelin aurait du avoir des 210mm en casemate. Ce qui est plus surprenant c'est d'avoir monté l'artillerie sur le pont. Le Béarn et ses homologues britanniques de la même époque avait leur artillerie en casemate. Il me semble que seul les Japs avaient mis d'artillerie en tourelle et encore pas totalement (l'Akagi avait deux tourelles double a la proue et 3 canons en casemate de chaque côtés a la poupe).
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: USN PORTE AVIONS LOURDS CLASSE LEXINGTON   Sam 27 Fév 2010, 10:33

Le Graf Zeppelin des canons de 210mm ? ce n'était pas des 150mm ? Les 203mm sur le pont au tir cela devait faire souffrir les structures du navires et ils n'ont pas tenu longtemps face au besoin de renforcer la DCA juste après Pearl Harbor

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: USN PORTE AVIONS LOURDS CLASSE LEXINGTON   Sam 27 Fév 2010, 10:58

Effectivement, c'étaient des 15cm et non des 21. Mea Culpa.
Revenir en haut Aller en bas
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5134
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: USN PORTE AVIONS LOURDS CLASSE LEXINGTON   Sam 27 Fév 2010, 11:09

Dans le brouillard conceptuel des années 20/30 les porte-avions agissaient en soutien de la flotte de ligne voir même directement à leurs côté (navigant sur le bord non engagé des cuirassés).

Ils avaient deux rôles principaux (on est fin des années 20) envoyer des appareils de reconnaissance et abattre les reco ennemies.

Leur positionnement les faisait travailler avec les forces d'éclairage et les mettait en position de croiser la route des croiseurs d'éclairage adverses notamment au petit matin après une nuit de navigation au cours de laquelle deux flottes pouvaient se rapprocher de près de 300 nautiques en navigation convergente.

D'où l'artillerie ...
La disparition de l'artillerie anti navire tient autant de la nécessité de gagner du poids dans les hauts pour installer de la DCA que du constat que désormais c'est l'avion d'assaut qui devenait l'arme principale.
On commença à comprendre également que l'emploi tactique du porte-avions en faisait un moyen d'action à part entière détaché des cuirassés et de leur soutien.
Les PA d'escadre se mirent à évoluer au sein de groupes autonomes dotés de leur propre protection de croiseurs puis de cuirassés.
Les premiers à modéliser çà furent les japonais en 37
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: USN PORTE AVIONS LOURDS CLASSE LEXINGTON   

Revenir en haut Aller en bas
 
USN PORTE AVIONS LOURDS CLASSE LEXINGTON
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» USN PORTE AVIONS LOURDS CLASSE LEXINGTON
» PORTE AVIONS LOURDS CLASSE FORRESTAL
» PORTE AVIONS LOURDS CLASSE MIDWAY
» PORTE-AVIONS LOURDS CLASSE MIDWAY
» USN PORTE AVIONS LEGERS CLASSE SAIPAN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: LES NAVIRES 1922-1950-
Sauter vers: