AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 DES LIMBES DE L'HISTOIRE (1) LES CUIRASSES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: DES LIMBES DE L'HISTOIRE (1) LES CUIRASSES   Sam 23 Mai 2009, 11:31

Cuirassés classe Sovietsky Soyouz

Dessin des Sovietsky Soyouz

Le choix d'une flotte océanique fût fait par Staline avec comme objectif d'affronter les marines allemandes et japonaises ce qui nécessitait des porte-avions et des cuirassés. En attendant, la marine soviétique maintenait en service les cuirassés de 23000 tonnes Sevastopol, Poltava, Petropavlosk et Gangut armés de canons de 305mm furent conservés, le Sevastopol étant rebaptisés Commune de Paris, le Petropavlosk devint le Marat et le Gangut devint Octobre Rouge.

Les projets de cuirassés se multiplièrent alors, les soviétiques n'hésitant à faire appel aux idées étrangères comme Ansaldo qui proposa une variante du Littorio avec un tonnage de 42000 tonnes ou Gibbs & Cox qui proposa des projets de cuirassés porte-avions comme le projet 10581 (73000 tonnes 12 canons de 406mm 24 canons de 127mm et 35 avions).


Le projet de cuirassé d'Ansaldo pour la Russie


Trois projets majeurs furent cependant arrêtés : le projet 21 de 35000 tonnes 249m de long 30 noeuds et 9 canons de 406mm groupées à l'avant comme les Nelson britannique, le projet 23 de 45900 tonnes 269m de long 30 noeuds et 9 canons de 406mm en deux tourelles à l'avant et une tourelle à l'arrière et enfin le projet 25 de 26000 tonnes 250m de long 30 noeuds et 9 canons de 305mm.

C'est le projet 23 qui est choisit en 1936 et qui devient la classe Sovietsky Soyouz dont quatre navires sont commandés mais un renforcement de la protection fait exploser le tonnage qui passe à 59150 tonnes.

L'invasion allemande du 22 juin 1941 empêcha l'achèvement de ces navires dont la construction n'était guère avancé.


Vue aérienne de la coque du Sovietskaya Ukraina à Nikolaïev

-Le Sovietsky Soyouz (Union Soviétique) est mis sur cale à Leningrad le 15 juillet 1938. Lors de l'attaque allemande était construit à 21% . On envisagea la reprise de la construction après guerre mais la situation économique de l'URSS rendit ce projet impossible sans parler que ces navires auraient paru anachronique en ces temps où les porte-avions dominaient les océans. Le navire est lancé en 1949 mais uniquement pour libérer la cale et la coque est aussitôt ferraillée.

-Le Sovietskaya Ukraina (Ukraine soviétique) est mis sur cale le 28 novembre 1938 à Nikolayev et achevé à 18% lors de l'attaque allemande. Le 18 août 1941, les allemands s'émparent du chantier et trouve le navire achevé jusqu'au niveau du pont principal, légèrement endommagé par les combats.
L'absence des plans ne permet pas aux allemands de reprendre la construction ou de l'utiliser pour un usage quelconque. Seul le blindage et l'artillerie secondaire approvisionnés pour le navire furent utilisés pour fortifier Sebastopol. Lors qu'ils quittèrent la ville en mars 1944, les allemands détruisirent la coque à l'explosif.

-Le Sovietskaya Rossiya (Russie soviétique) fût mis sur cale à la fin de 1939 à Molotovsk (auj Severodvinsk) et achevé à 5% le 22 juin 1941. La coque fût démantelé après guerre.

-Le Sovietskaya Belorussiya (Bielorussie soviétique) fût mis sur cale à la fin de 1939 à Molotovsk et à été construit à 2.5% en 1940 avant d'être feraillée et la construction abandonnée. Il existe cependant des doutes sur la mise sur cale de ce navire qui n'aurait jamais été mis en chantier.

En ce qui concerne les pièces d'artillerie de 406mm, seuls 12 furent commandées, 9 achevées mais une seule tira au cours d'essais avant de servir à Leningrad. Selon les soviétiques, il s'agissait de bonnes pièces précises mais qui avaient une durée de vie très courte, une tare issue de leur origine italienne.

Déplacement : standard 59150 tonnes pleine charge 65150 tonnes

Dimensions : longueur 269.4m largeur 38.9m tirant d'eau : 10.4m

Propulsion : turbines à engrenages Brown Boveri alimentées par 6 chaudières à triangle dévellopant une puissance totale comprise entre 201 et 231000ch et entrainant 3 hélices

Performances : vitesse maximale 29 noeuds distance franchissable : 5580 miles nautiques à 14 noeuds

Protection : ceinture de 375 à 420mm orientée à 5° Bulkheads 230 à 265mm Barbettes 425mm Tourelles 495mm Pont : 100 à 150mm pour le principal 25mm pour le premier pont et 50mm pour les autres.

Armement :

Un canon de 406mm en construction en Russie

-9 canons de 406mm modèle 1937 en trois tourelles triples (deux avant une arrière). Ce canon de 50 calibre tire des obus de 1108kg à une portée maximale de 45600m (site = +45°) à raison de 1.75 à 2.6 coups par minute en fonction de l'élévation. La tourelle triple prévue pour ces cuirassés pèse 2364 tonnes et peut pointer en site de -2° à +45° à raison de 6.2° par seconde et sur 150° d'azimut à raison de 4.55° par seconde. La dotation en munitions est de 100 obus par canon soit un total de 900 projectiles.

-12 canons de 152mm modèle 1938 en six tourelles doubles. Ce canon de 57 calibres tire des obus de 55kg à une portée maximale de 23720m (site = +45°) à raison de 7.5 coups par minute. La tourelle double Mk4 pèse 146 tonnes et peut pointer en site de -5° à +45° à raison de 13° par seconde et en azimut sur 135 à 180° en fonction de la position à raison de 6° par seconde. La dotation en munitions est de 150 obus par canon soit un total de 1800 coups sachant que le rechargement se fait à +8°.

-12 canons de 100mm modèle 1940 en six tourelles doubles. Ce canon de 56 calibres tire des obus de 15kg à une distance maximale de 22241m en tir surface et de 9895m en tir antiaérien à raison de 16 coups par minute. L'affût double M3-14 pèse 69.7 tonnes et peut pointer en site de -8° à +85° à raison de 10° par seconde et en azimut sur 360° à raison de 12° par seconde. La dotation en munitions est de 300 coups par canons soit 3600 obus au total.

-40 canons de 37mm 70-K en dix affûts quadruples. Ce canon de 67 calibres tire des obus de 1.5kg à la distance maximale de 8400m en tir surface et de 4000m en tir antiaérien à raison de 150 coups par minute. L'affût quadruple pèse 18 tonnes et peut pointer en site de -10° à +85° à raison de 15° par seconde et en azimut sur 360° à raison de 20° par seconde.

Plan trois vues du Beriev Be-2 (KOR-1)

Aviation : Deux catapultes et quatre hydravions Beriev KOR-1

Equipage : inconnu

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: DES LIMBES DE L'HISTOIRE (1) LES CUIRASSES   Sam 23 Mai 2009, 11:41

Croiseurs de bataille classe Kronstadt

Vision artistique des croiseurs de classe Kronstadt

L'URSS s'intéresse aussi au croiseur de bataille. Les premières études furent lancées parallèlement à celles qui allaient donner naissance aux Sovietsky Soyouz, le projet 25 avec ses 26000 tonnes et ses 9 canons de 305mm étant plus un croiseur de bataille qu'un vrai cuirassé comparés aux réalisations étrangères. Ce projet prit du poids et entrant en concurrence avec le projet 23 fût abandonné (le projet 64 prévoyant un navire de 48000 tonnes à 9 canons de 356mm pour une longueur de 255m et une vitesse maximale de 29 noeuds).

Quelques années auparavant en 1934, l'URS lança les études pour un croiseur lourd destiné à tenir tête aux croiseurs type Washington (10000 tonnes et canons de 203mm). Le projet X prévoyait ainsi 12 canons de 240mm et détail intéressant deux sous marins de poche type Bloch («Mouche») et devait atteindre 38 noeuds pour un déplacement de 15500 t (on peut se demander quelle protection efficace). Le projet évolua prit du poids mais fut finalement abandonné au profit d'un projet 69 ou classe Kronstadt armés de canons de 305mm.

A noter qu'au moment du pacte germano-soviétique, les allemands acceptèrent de livrer aux soviétiques des canons de 380mm ce qui aurait pu armer les Kronstadt de trois tourelles doubles de 380mm mais aucun canon ne fût livré.

-Le Kronstadt est mis sur cale aux chantiers Baltique de Leningrad le 15 juillet 1939. Au moment de l'attaque allemande, il est achevé à environ 12%. Son achèvement sous une forme modifiée est envisagée après guerre mais le projet est abandonné après la mort de Staline et la coque est demantelée. Une conversion en porte-avions à aussi été étudiée en 1948.

-Le Sevastopol est mis sur cale à l'arsenal de Nikolaiev en 1939. La coque incomplète est capturée par les allemands en 1941 et demantelé

Un troisième navire baptisé Stalingrad n'à pas le temps d'être mis sur cale avant l'invasion allemande.


Le Sevastopol en construction à Nikolaiev

Le nom Stalingrad est repris pour un projet de l'après nommé projet 82 dont 4 exemplaires sont envisagés. Ces navires déplacent 42300 tonnes filent à 35 noeuds et un armement composé de 9 canons de 305mm en trois tourelles triples, 12 canons de 130mm en six tourelles doubles, 24 canons de 25mm en 6 affûts quadruples et 40 canons de 25mm en dix affûts quadruples. Trois navires sont mis en chantier en 1951 : Stalingrad, Kronstadt et Moskva mais leur construction fût abandonnée en 1953.


Vision des croiseurs de bataille classe Stalingrad

Déplacement : standard 35240 tonnes pleine charge 41539 tonnes

Dimensions : longueur 250m largeur 31.6m tirant d'eau : 7.59m

Propulsion : 4 turbines à engrenages alimentées par 12 chaudières dévellopant une puissance totale de 201000ch et entrainant 3 hélices

Performances : vitesse maximale 32 noeuds distance franchissable : 8300 miles nautiques à 14 noeuds

Protection : ceinture 230mm tourelles 305mm barbettes 330mm bloc passerelle 330mm pont blindé 90mm

Armement :

Canon de 305mm en construction

-9 canons de 305mm modèle 1940 en trois tourelles triples (deux avant et un arrière). Ce canon de 55 calibres tire des obus de 471kg (perforants) et 380kg (explosifs) à une distance maximale de 46300 (explosifs) et 47580m (perforants) (site = +45°) à raison de 3 coups par minute. La tourelle triple Mk15 pèse 1200 tonnes et peut pointer de -3° à +45° en site à raison de 10° par seconde et sur 150° en azimut à raison de 5° par seconde. La dotation par tourelle est de 300 coups soit un total de 900 coups. Le rechargement se fait automatiquement à 8°.


-8 canons de 152mm modèle 1938 en quatre tourelles doubles. Ce canon de 57 calibres tire des obus de 55kg à une portée maximale de 23720m (site = +45°) à raison de 7.5 coups par minute. La tourelle double Mk4 pèse 146 tonnes et peut pointer en site de -5° à +45° à raison de 13° par seconde et en azimut sur 135 à 180° en fonction de la position à raison de 6° par seconde. La dotation en munitions est de 150 obus par canon soit un total de 1200 coups sachant que le rechargement se fait à +8°.


Ci-dessus : tourelle triple de 152mm du croiseur Chapaev et ci-dessous un affût double de 100mm sur le Kirov


-8 canons de 100mm modèle 1940 en quatre tourelles doubles. Ce canon de 56 calibres tire des obus de 15kg à une distance maximale de 22241m en tir surface et de 9895m en tir antiaérien à raison de 16 coups par minute. L'affût double M3-14 pèse 69.7 tonnes et peut pointer en site de -8° à +85° à raison de 10° par seconde et en azimut sur 360° à raison de 12° par seconde. La dotation en munitions est de 300 coups par canons soit2400 obus au total.

-28 canons de 37mm 70-K en 7 affûts quadruples. Ce canon de 67 calibres tire des obus de 1.5kg à la distance maximale de 8400m en tir surface et de 4000m en tir antiaérien à raison de 150 coups par minute. L'affût quadruple pèse 18 tonnes et peut pointer en site de -10° à +85° à raison de 15° par seconde et en azimut sur 360° à raison de 20° par seconde.

Aviation : Une catapulte et deux hydravions Beriev KOR-1

Equipage : 1837 hommes

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: DES LIMBES DE L'HISTOIRE (1) LES CUIRASSES   Sam 23 Mai 2009, 11:47

Koninklijke Marine (Marine royale)

Pavillon de la marine néerlandaise

L'histoire navale des Pays Bas commence au 16ème siècle sous une forme privée avec les pirates baptisés «Gueux de la mer» qui harcelèrent les navires espagnoles lors de la guerre d'indépendance qui allait donner naissance aux Provinces Unies (1568-1648).

Une fois l'indépendance acquise, les Provinces Unies, petit pays se lancèrent dans une ambitieuse politique coloniale symbolisée par la VOC (Vereenigde Oost-Indische) ou Compagnie néerlandaise des Indes Orientales. Créée en 1602, elle fût le bras armé de l'expansion coloniale néerlandaise qui contrôle bientôt une grande partie de l'Asie du Sud Est avec la future Indonesie connue sous le nom des Indes Néerlandaises, Ceylan et en Afrique du Sud.

Les Pays Bas entrèrent bientôt en concurrence avec l'Angleterre. quatre guerres opposèrent les deux pays, la première entre 1652 et 1654 remportée par l'Angleterre, la seconde (1665-1667) remportée par les Provinces Unies, le troisième entre 1672 et 1674 remportée par les néerlandais et enfin une dernière entre 1781 et 1784 à une époque où les Provinces Unies n'était plus qu'une puissance navale se seconde zone.

Le Royaume des Pays Bas se replia sur lui même se contentant de protéger ses colonies acquises avec peine dans les siècles précédents.

A la fin des années 1930, la marine néerlandaise s'inquieta de la menace japonaise sur les Indes Néerlandaises. Elle souhaita se doter de trois croiseurs de bataille pour dissuader le Japon ee s'emparer des puits de pétrole d'Indonésie.

Le raisonement des néerlandais étaient que les japonais utiliseraient leurs porte-avions et leurs cuirassés pour affronter en haute mer les navires anglais et américains et utiliseraient des croiseurs légers et lourds pour appuyer les débarquements dans les Indes Néerlandaises.

N'ayant aucune expérience dans la construction de navires de cette taille, les Pays Bas se tournèrent vers l'Allemagne, le premier projet étant totalement démodé en particulier en terme de protection.

Les allemands acceptèrent et transmirent aux néerlandais les plans des croiseurs de bataille classe Scharnost aboutissant à un projet baptisé projet 1047 (ou 323) qui était prêt en février 1940. La construction fût retardée par la volonté d'intégrer le système de protection anti-torpilles Pugliese.

Le dernier document de ce projet date du 19 avril 1940 et fut naturellement abandonné à cause de l'invasion allemande des Pays Bas le 10 mai 1940.

Aucun nom de baptême de ces navires n'est connu.


Voilà à quoi aurait pu ressembler le croiseur de bataille néerlandais

Déplacement : standard 28482 tonnes

Dimensions : longueur (perpendiculaires) 236m (hors tout) 241.2m largeur : 29.84 à 30.85m
tirant d'eau : 7.8m

Propulsion : pas finalisé mais qui aurait pu comprendre des turbines à engrenages alimentées par 8 chaudières et entrainant 4 hélices. La puissance totale est de 160 à 180000 ch

Performances : vitesse maximale : 34 noeuds

Protection : Ceinture : 40mm sous la flottaison et 225mm au dessus. Une ceinture anti-torpilles de 40mm. Pont supérieur de 20mm Pont blindé principal à 100mm Pont inférieur à 30mm

Armement :

-9 canons de 280mm modèle 1940 en trois tourelles triples (deux avant et une arrière). Ce canon de 54.5 calibres tire des obus de 315kg à une distance maximale de 42600m (site +45°) à raison de 2.5 coups par minute. La tourelle triple peut pointer à -5° à +45° en site et sur 150° en azimut. Chaque canon dispose de 120 obus soit un total de 1080 obus.

-12 canons de 120mm Mark7 en six affûts doubles. Ce canon de 50 calibres à une portée de maximale de 19500m (site = +30°) à raison de 10 coups par minute. L'affût double pointe de -5° à +70° en site et sur 150° en azimut. La dotation en munitions est inconnue.

-14 canons de 40mm Bofors et 8 canons de 20mm Oerlikon.

Equipage : inconnu


Plan du croiseur de bataille néerlandais


FIN DE L'ARTICLE

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: DES LIMBES DE L'HISTOIRE (1) LES CUIRASSES   Dim 23 Aoû 2009, 13:52

Les machines alternatives étaient utilisées pour la croisière et la marche arrière et les turbines embrayées pour le combat Shocked

Bonjour ,
d'abord , merci mille fois de tous les articles , photos etc que tu met sur le site ! un travail énorme , et je suis le premier à te félicier !
Cependant , je peut t'affirmer que le BEARN , avec ses 4 hélices , tenait ses 20à 21 noeuds avec les 2 machines alternatives et les deux turbines ; il n'y avait pas d'embrayage , les 4 arbres porte hélices sont directemnt accouplés ( comme avec les moteurs lents actuels )Mr. Green
merci encore de tes articles passionants !
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: DES LIMBES DE L'HISTOIRE (1) LES CUIRASSES   Dim 23 Aoû 2009, 18:01

Merci pour cette précision, les sources sont parfois discordantes donc j'essaye souvent de choisir la plus réaliste.

J'ai dans l'idée de faire un autre article de ce genre sur les porte-avions parlant par exemple du Graff Zeppelin, de l'United State, de l'Aquilée, du PH75, de l'Orel..........

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: DES LIMBES DE L'HISTOIRE (1) LES CUIRASSES   

Revenir en haut Aller en bas
 
DES LIMBES DE L'HISTOIRE (1) LES CUIRASSES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» DES LIMBES DE L''HISTOIRE (1) LES CUIRASSES
» DES LIMBES DE L'HISTOIRE (2) : LES PORTE-AVIONS
» ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE HELGOLAND
» [A LIRE] Histoire de la taverne + Tuto d'upload.
» HISTOIRE DE LUMUMBA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: HISTOIRE MODERNE (de 1860 à nos jours)-
Sauter vers: