AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 ITALIE CUIRASSES CLASSE LITTORIO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: ITALIE CUIRASSES CLASSE LITTORIO   Sam 09 Mai 2009, 18:50

CUIRASSES CLASSE LITTORIO
(ITALIE)


Le cuirassé Littorio date et lieu inconnu

Avant-propos

Avec leur ligne racée et élégante, les quatre cuirassés de classe Littorio représentent à merveille l'âge d'or de la marine italienne. En 1939, la Regia Marina alignait quatre cuirassés (aucun des Littorio n'étaient en service mais les Andrea Doria, Caio Dulio, Conte de Cavour et Gulio Cesare, des navires vieux de vingt ans avaient été totalement reconstruits et tenaient sans problème leur rang) 3 croiseurs anciens, 7 croiseurs lourds, 12 croiseurs légers, 58 destroyers et 100 sous marins et à cette flotte déjà impressionante s'ajoutait des navires en construction : les 4 cuirassés Littorio, 10 croiseurs et 16 sous marins.

Les Littorio, premiers cuirassés de 35000 tonnes mis en chantier dans le monde n'eurent cependant pas la carrière qu'ils auraient pu mériter un peu comme leurs probables adversaires les Richelieu. Le courage des équipages italiens n'est pas en cause ni même la qualité des navires qui équivalaient sans difficulté les meilleurs navires étrangers mais un ensemble de facteurs comme une guerre survenue trop tôt (Mussolini voulait entrer en guerre au plus tôt en 1943) de mauvais choix tactiques et l'issue ineluctable de la guerre une fois les Etats Unis engagés.

Un peu d'histoire voulez vous

La marine italienne (Regia Marina marine royale) est née officiellement le 17 mars 1861 lors de la proclamation du royaume d'Italie même si dans les faits l'unification des marines sardes, napolitaines, toscanes et pontificales _auxquels s'étaient adjoints les navires ayant transporté et soutenu Giuseppe Garibaldi dans son expedition des Mille qui allait intégrer le Royaume des Deux Siciles dans l'Italie unifiée_ datait du 17 novembre 1860.

L'origine variée des personnels et des navires provoqua de nombreux cafouillages qui furent en partie à l'origine de la sévère défaite de Lissa (Auj. Vis en Croatie 20 juillet1866) contre la marine autrichienne. Cette défaite est toujours présente à l'esprit des marins italiens qui portent sur leur uniforme un mouchoir noir avec un double noeud en signe de deuil.


Représentation artistique de la bataille de Lissa du 20 juillet 1866

Peu à peu pourtant, la marine italienne malgré une industrie inférieure aux autres grandes nations européennes se dota de navires modernes. Elle peut par exemple s'enorgueillir d'être la patrie d'origine du théoricien de ce qui n'était pas encore le dreadnougth, Vittorio Cuniberti, même si ce dernier ne trouva pas tout de suite un echo favorable dans son pays d'origine.

La première guerre mondiale vit la marine italienne surveiller de prêt la marine austro-hongroise même si aucune grande bataille de cuirassés n'eut lieu, les pertes de navires de ligne étant le fait du sabotage (explosion du Benedetto Brin à Brindisi le 27 septembre 1915 et du Leonardo da Vinci à Tarente le 2 août 1916) ou par des vedettes rapides (destruction du Svent Istvan le 10 juin 1918 par des vedettes MAS et du Viribus Unitis le 1er novembre 1918 par l'ancètre des mini-submersibles que la Decima MAS allait mettre en oeuvre avec succès durant la seconde guerre mondiale)


La célèbre photo du Sven Itsvan (Saint Etienne) entrain de couler après avoir été touché par deux MAS

La crise économique des années vingt et le traité de Washington bride les ambitions navales italiennes qui doit stopper la construction de quatre super-dreadnougth. Avec 175000 tonnes (dont 60000 tonnes de porte-avions), elle obtient la parité avec la France.

Bien que le régime fasciste de Mussolini construisit une flotte pour tenir tête à la Méditeranean Fleet, le principal adversaire etait la marine française. C'est ainsi que chaque navire italien est construit pour surpasser son homologue française, cette surenchère étant particulièrement nette dans le domaine de contre-torpilleurs/grand destroyers aboutissant à la construction par l'Italie des Capitani Romani _plus croiseurs éclaireurs que contre-torpilleurs/destroyers_ destinés à surpasser les Mogador français dont on peut se demander si ils sont des contre-torpilleurs ou des croiseurs légers avec leurs 8 canons de 138 en quatre pseudo-tourelles doubles.


Sans la crise économique de 1920 et le traité de Washington, les Caracciolo auraient formé l'épine dorsale de la Regia Marina

Cet effort de construction est également particulièrement net pour ce qui concerne les sous marins, l'Italie avec 116 submersibles en service ou en construction en 1939 ayant la première flotte sous marine du monde devant les américains qui ne totalisent «que» 113 submersibles.


L'Eugieno di Savoia, un Capitani Romani

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)


Dernière édition par clausewitz le Dim 28 Juin 2009, 19:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ITALIE CUIRASSES CLASSE LITTORIO   Sam 09 Mai 2009, 19:03

Genèse des Littorio

Le traité de Washington de 1922 à mis fin à la course folle du cuirassé et du croiseur de bataille engagé par les Etats Unis et le Japon, les autres pays peinant à suivre. Tout est relancé par une réaction en chaine causée par la construction par les allemands à la fin des années vingt des trois «cuirassés de poche» Deutschland Admiral Graf Spee et Admiral Scheer, des navires rapides (28 noeuds) incapables de combattre des cuirassés classiques à cause de leur armement (canons de 280mm) mais surclassant les canons de 203mm des croiseurs de 10000 tonnes. Surtout leur propulsion inhabituelle révolutionnaire (moteurs diesels) trahissaient leur mode opératoire : le raid suivi d'une brusque retraite.

La France est la première à réagir en construisant deux croiseurs de bataille, le Dunkerque et le Strasbourg, des navires de 27000 tonnes qui à l'instar des Nelson britanniques ont leur armement regroupé sur la plage avant (deux tourelles quadruples de 330mm à la mise au point interminable).



Splendide maquette du cuirassé Roma


Les italiens ne peuvent rester sans réagir et se lancent dans la construction de cuirassés devant surpasser les Dunkerque lançant ainsi un nouveau type de navire : le cuirassé rapide de 35000 tonnes dont toutes les marines vont s'équiper (Les Bismarck et Tirpitz pour la Kriegsmarine, les Richelieu pour la Royale, les King George V pour la Royal Navy et les Yamato pour le Japon qui se garde bien de dire que ses cuirassés pèsent bien plus que 35000 tonnes).

Les deux premiers navires (Littorio et Vittori Veneto) étaient une réponse directe aux deux Dunkerque, les deux suivants (Roma et Impero) étaient destinés à contrer les Richelieu, réponse française aux Littorio. Deux autres navires fûrent également envisagés mais la faiblesse de l'industrie italienne et le déclenchement de la guerre rendit leur réalisation impossible.

A noter que ces navires ont ou auraient pu inspirer des réalisations étrangères. Si l'ambition du général Franco de doter la marine espagnole de trois cuirassés inspirés des Littorio se heurta vite aux réalités de la guerre et d'une Espagne épuisée par la guerre civile, la marine soviétique mit elle en chantier 6 cuirassés de type Sovietsky Soyouz (trois mis sur cale) armés de 9 canons de 406mm et bien que ces navires ne furent jamais terminés, il est intéressant de noter qu'Ansaldo transmit à l'URSS une des études préliminaires des Littorio baptisée UP41.


Profil d'un cuirassé soviétique type Sovietsky Soyouz


Historique

Le Littorio

Photo couleur du Littorio

Le Littorio est mis sur cale le 28 octobre 1934 aux chantiers navals Ansaldo de Gênes. Il est lancé le 22 août 1937 et admis au service actif le 6 mai 1940. basé à Tarente, il fût gravement endommagé dans la nuit du 11 au 12 novembre 1940 au cours de l'opération Judgment. Cette nuit là, 21 Fairey Swordfish _accompagnés par des bombardiers en piqué Blackburn Skua_ décollant du porte-avions Illustrious attaquèrent la flotte italienne ancrée à Tarente. Les dégâts de cette opération _à l'origine étudiée en 1935 quand la tension anglo-italienne à propos de l'Ethiopie faillit dégénérée en guerre ouverte_ furent considérables :

Le Littorio encaissa deux torpilles avant d'être échoué pour éviter des dégâts plus importants, le Caio Dulio encaissa une torpille et s'échoua tout comme le Cavour qui coula en eau peu profonde......... . C'est ainsi qu'une vingtaine de biplans dépassés avaient bouleversé l'équilibre des forces en Méditerranée.

Une fois réparé, le Littorio attaqua le convoi allié Albert le 27 septembre 1941, convoi qui transportait du ravitaillement à destination de Malte Ce fût ensuite première bataille du Golfe de Syrte (17 décembre 1941) avant de couvrir le convoi M42 chargé de ravitailler les troupes de l'Axe en Libye.


Le Littorio ouvrant le feu avec sa tourelle arrière

Après une nouvelle mission de couverture de convoi (convoi M43 3 janvier 1942), le Littorio participa le 22 mars à la deuxième bataille du Golfe de Syrte où un convoi britannique à destination de Malte fût attaqué par une force italienne organisée autour du Littorio qui parvint à détruire une grande partie du convoi même si les pertes militaires des britanniques étaient faibles (3 croiseurs légers et 6 destroyers endommagés, 39 morts).

Le 15 juin 1942, le Littorious attaqua le convoi Vigorous à destination de Malte et fût endommagé par une torpille lancé par un Vickers Wellington, dommages légers puisque le navire fût capable de rentrer au port par ses propres moyens. Le 9 septembre 1943, il fût également touché par une bombe radio guidée Fritz-X.

Le 30 juillet 1943, le Littorio est rebaptisé Italia (le littorio en français licteur est le symbole du parti fasciste) et l'armistice du 8 septembre 1943 provoqua son internement dans le Lac Amer (canal de suez) où il resta de 1943 à 1947 date à laquelle les alliés décidèrent de son démantelement qui fût effectif en 1952.

Le Littorio à ainsi participé à 46 missions de guerre.

Le Vittorio Veneto


Le Vittorio Veneto à la mer

Le Vittorio Veneto est mis sur cale le 28 octobre 1934 au Cantieri Riuniti dell' Adriatico (CNR Chantiers Réunis de l'Adriatique) de Trieste, le même jour que le Littorio mais sur la côte opposé

Lancé le 25 juillet 1937, il est admis au service actif le 28 avril 1940 et participe le 27 novembre à la bataille du Cap Teulada (aussi connue sous le nom de bataille du Cap Spartivento). Cette bataille fait suite à l'attaque britannique sur Tarente. La Regia Marina ayant compris que le statut de fleet in being (flotte maintenue dans ses ports comme menace à la manière de la Hochseeflot allemande de la première guerre mondiale) causait plus de problèmes qu'il n'apportait de solutions se décida à agir.

Une force de surface organisée autour du Vittorio Veneto et du Giulo Cesare intercepta le convoi britannique chargé de livrer des avions à Malte (opération Blanche). La bataille indécise n'apporta ni vrai inconvénient aux britanniques ni réel avantage aux italiens.

Tout autre fût l'issue de la bataille du Cap Matapan (26-29 mars 1941) au large du Péloponnèse où le Vittorio Veneto fût avarié par une torpille lancé par l'avion torpilleur Albacore du commandant Stead (qui est d'ailleurs abattu) qui explose au dessus de l'helice babord, le forçant à réduire sa vitesse à 12 noeuds. Le cuirassé doit se replier, n'assistant pas au calvaire des croiseurs Pola, Zara et Fiume massacrés par les canons de 381mm des cuirassés britanniques qui coulent également deux torpilleurs. Ayant embarqué 4000 tonnes d'eau, le Vittorio Veneto fût indisponible pour cinq mois. Pour couronner le tout, le sous marin HMS Urge parvint à placer une autre torpille en mai 1941.

La dernière grande opération auquel participa le cuirassé fût la bataille de la mi-juin (15 juin 1942) au cours de laquelle il dissuada un convoi venant d'Alexandrie de poursuivre sa route et ce en compagnie du Littorio. Le 5 juin 1943 lors du bombardement américain de la Spezia, il reçoit une bombe.

L'armistice du 8 septembre 1943 provoqua la rédition de la flotte italienne le lendemain 9 septembre. Alors que le Vittorio Veneto était interné dans le Lac Amer (internement qui dura de octobre 1943 à février 1946), les autorités italiennes proposèrent d'engager le cuirassé en Méditerranée ou dans le Pacifique mais cette proposition fût rejeté pour des questions techniques et politiques. Récupéré à la fin de la guerre par la Grande Bretagne comme compensation de guerre (il fût un temps réclamé par l'URSS), il aurait pu revenir en Italie mais fût finalement désarmé le 3 janvier 1948 et démantelé à la Spezia entre 1948 et 1950 (l'Italie ne pu conserver que deux cuirassés en vertu du traité de paix de 1947 : l'Andrea Doria et le Caio Duilio).

Le Roma


Le cuirassé Roma : une carrière opérationelle de 15 mois

Le Roma et son sister-ship l'Impero furent commandés en 1938. Le Roma fût mis sur cale aux chantiers CDRA de Trieste le 18 septembre 1938. Lancé le 9 juin 1940, il fût admis au service actif le 14 juin 1942.

Entré en service à une époque où la marine italienne avait perdu toute initiative sur le front méditerranéen, le Roma n'entra dans l'histoire qu'en devenant à ses dépens le premier navire détruit par une arme tirée à distance de sécurité.

Le 8 septembre 1943, l'Italie signa un armistice avec les alliés et le gouvernement de Badoglio ordonna à la flotte de rejoindre Malte. Le Roma appareilla de La Spezia avec à son bord l'amiral Carlo Bergamini, commandant en chef de la Regia Marina qui comprenait alors deux autres cuirassés (Vittorio Veneto et Italia) trois croiseurs et huit destroyers.

Le lendemain 9 septembre, la flotte fût interceptée au nord de la Sardaigne par 12 bombardiers Dornier Do 217K2 du Kampfgrupe 100 basé à Istres transportant une bombe radio guidée FX1400 Fritz X dont le premier tir le 21 juillet 1943 avait été un échec. Cet ancètre des missiles antinavires affichait un poids total de 1362kg (charge militaire de 320kg) pour une longueur de 3.32m, une envergure de 1m40 et un diamètre de 853mm pour une vitesse 1235 km et une portée de 5km

Les bombardiers allemands lancèrent leurs armes laissant la DCA italienne impuissante. Un premier projectile toucha l'Italia à la proue, l'encombrant de 900 tonnes d'eau ce qui ne l'empêcha pas de poursuivre sa route sans réduire sa vitesse.

Le Roma n'eut pas cette chance puisqu'il fût touché par une première bombe qui perça le pont blindé, explosa sous la flottaison en détruisant la turbine tribord réduisant la vitesse du navire à 10 noeuds. La seconde Fritz X explosa entre la tourelle n°2 et la tour de commandement projeta la tourelle par dessus bord et forçant le navire à stopper. Le navire explosa à 16.12 et sur les 1350 membres d'équipage, seuls 596 furent sauvés, la plupart étaient gravement brûlés


Maquette du Fritz X

L'Impero

L'Impero peut avant son lancement

Deuxième unité du programme de 1938 destiné à répondre à la construction du Richelieu et du Jean Bart, l'Impero fût mis sur cale aux chantiers Ansaldo de Gênes le 14 mai 1938 lancé le 15 septembre 1939 mais jamais achevé.
Quand l'Italie signa un armistice avec les alliés (8 septembre 1943), l'Impero fût saisi par les allemands et utilisé comme leurre contre les bombardements alliés, rôle qu'il assuma parfaitement puisqu'il fût coulé le 20 février 1945.
Relevé en 1947, son épave fût demantelé à Venice entre 1948 et 1950.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ITALIE CUIRASSES CLASSE LITTORIO   Sam 09 Mai 2009, 19:22

Caracteristiques Techniques

Le Littorio à la mer

Déplacement : standard 41177 tonnes charge normale 43835 tonnes pleine charge 45963 tonnes

Dimensions :
longueur (hors tout) 237.8m (perpendiculaires) 224.5m largeur : 32.43m
tirant d'eau : 10.44m (charge normale)

Propulsion : Turbines Belluzo alimentées par 8 chaudières Yarrow développant une puissance totale de 140000 ch et actionnant quatre hélices

Performances : vitesse maximale : 29 noeuds (31.5 noeuds aux essais)
distance franchissable : 3920 miles nautiques (7260km) à 20 noeuds avec 4000 tonnes de mazout

Protection : Ceinture de 280mm inclinée à 15° réduite à 70mm au niveau de la flottaison et 60mm sous celle-ci Ponts blindés à 36mm passant à 150mm au dessus des soutes à munitions et 100mm pour protéger les machines. Système Pugliese de défense contre les torpilles (épaisseur 90mm)
Barbettes : 100mm Tourelles (face avant) 150mm (faces latérales) 75 à 130mm

Armement :

-9 canons de 381mm Ansaldo modèle 1934. Ce calibre à été choisi au détriment du 406mm en raison du dévellopement passé d'un canon de ce calibre pour les 4 super-dreadnought classe Caracciolo dont la construction fût stoppée par le traité de Washington.


Ci-dessus un canon de 381mm et ci-dessous les deux tourelles triples avant du Vittorio Veneto


L'Ansaldo M1934 est un canon de 50 calibres tirant des obus de 774 kg (modèle explosif) ou 885kg (modèle perforant) à raison d'un 1.3 coup par minute. Le tube à une durée de vie comprise entre 110 et 130 coups, chaque canon disposant d'une réserve de 74 coups soit 148 par tourelle.
La portée varie de 10000 (élévation 4.3°) à 42800m (élévation 36°) pour l'obus perforant et de 10000 (élévation 4.3°) à 44640m (élévation 35°) pour l'obus explosif même si pour ces distances maximales, un coup au but et un coup chanceux (le taux de dispersion atteint 37.6% à 35000m)
La tourelle triple pèse 1595 tonnes affichant une amplitude en site comprise entre -5 et +35° voir -5.5 à +36° sachant qu'il faut 6s pour atteindre l'élévation maximale tandis que l'amplitude azimutale est de 120° avec toujours une vitesse de 6° par seconde. Le tir effectué, le canon pointe automatiquement à +15° pour le rechargement.

-12 canons de 152mm Ansaldo modèle 1934 et Oto modèle 1936. Ces deux canons ont une longueur de 55 calibres et tirent des obus de de 44.4 (explosif) ou 50kg (perforant) à raison de 4.7 coups par minute à une portée maximale (élévation en site : 45°) à 24900 (explosif) ou 25740 (perforant).

Le Littorio dispose de 12 canons modèle 1934 et ses deux sister-ship 12 canons modèle 1936, tous sont répartis entre 4 tourelles triples d'un poids total de 133 tonnes affichant une amplitude en site comprise entre -5° et +45° et une amplitude azimutale de 120°, le rechargement se faisant entre -5 et +20° .


Ci-dessus l'Abruzzi classe Capitani Romani avec deux tourelles doubles de 152mm (elles sont triples sur les Littorio) et ci-dessous un canon de 90mm ayant appartenu au Caio Diulio


-12 canons de 90mm de 53 calibres Ansaldo M1938 ou Oto M1939. Ces canons de 50 calibres tirent des obus de 18kg à raison de 12 coups par minute. La portée maximale est de 13000 en tir surface et 10800m en tir antiaérien. Ils sont installés en tourelles simples (poids : 18.77 tonnes) disposant de 90 coups immédiatement prêt au tir et alimentés par un élévateur pouvant leur fournir 30 coups par minute. Le pointage en site est compris entre -3° et +75° et de 120° en azimut.

-40 canons de 37mm en 20 affûts doubles. Plusieurs modèles sont utilisés, le Breda 1932 est un canon de 54 calibres tirant des obus de 823g à raison de 120 coups par minute. La portée maximale est de 7800m en tir surface et 5000m en tir antiaérien.


Ci-dessus un affût double de 37mm modèle 1932 et ci-dessous un affût double de 20mm M65


-60 canons de 20mm Breda M1935 en affût double. Ce canon de 75.7 calibres tire des obus de 134g à raison de 240 coups par minute. La portée maximale est de 5500m en tir surface et 2900m en tir antaérien.

Aviation :

Une catapulte sur la plage arrière mais pas de hangar
Trois appareils peuvent être embarqués que ce soit trois hydravions d'observation IMAM Ro 431 ou des chasseurs Reggiane Re 2000 transformés, semblable dans leur concept aux Hurricat britanniques. Le Vittorio Veneto et le Littorio embarque un Re 2000 en septembre 1942 à la place d'un Ro 43


Ci-dessus catapultage d'un Reggiane Re 2000 Falco. 10 appareils ont été ainsi modifiés et ci-dessous un hydravion biplan de reconnaissance Iman Ro 43


Equipage : 1920 hommes


Et pour ceux qui veulent savoir mon prochain article sera consacré aux

Spoiler:
 

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ITALIE CUIRASSES CLASSE LITTORIO   Dim 10 Mai 2009, 07:42

Du bon travail comme toujours, sur des navires assez méconnus

Citation :


.style.display == 'none'){ this.getElementsByTagName('td')[1].style.display = '';this.getElementsByTagName('td')[2].style.display = 'none'; }else{ this.getElementsByTagName('td')[1].style.display = 'none';this.getElementsByTagName('td')[2].style.display = '';}" width="90%" align="center" border="0" cellpadding="0" cellspacing="1"]
Spoiler:

Roooh, j'en salive d'avance:D
Revenir en haut Aller en bas
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2283
Age : 47
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: ITALIE CUIRASSES CLASSE LITTORIO   Dim 10 Mai 2009, 13:13

hé ben !! un bel article encore une fois thumright

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ITALIE CUIRASSES CLASSE LITTORIO   Jeu 28 Juin 2012, 14:21

L'èpave du Roma a été repéré, à environ 1200 m, 16 milles au large de l'Ile Asinara



http://www.marina.difesa.it/Conosciamoci/Notizie/Pagine/20120628_corazzataroma.aspx

Je vous tiendrai au courant salut
Revenir en haut Aller en bas
LE BRETON
Amiral de la Flotte
Amiral de la Flotte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6657
Age : 46
Ville : Paris 12ème
Emploi : Fonctionnaire
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Re: ITALIE CUIRASSES CLASSE LITTORIO   Jeu 28 Juin 2012, 22:00

Lu sur un autre site, l'épave serait en deux morceaux..........

_________________
kentoc'h mervel eget bezañ saotret (plutôt la mort que la souillure) devise de la Bretagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ITALIE CUIRASSES CLASSE LITTORIO   

Revenir en haut Aller en bas
 
ITALIE CUIRASSES CLASSE LITTORIO
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ITALIE CUIRASSES CLASSE LITTORIO
» ITALIE CUIRASSES CLASSE LITTORIO (NOUVELLE VERSION)
» ITALIE CUIRASSES CLASSE ANDREA DORIA
» ITALIE CUIRASSES CLASSE CONTE DI CAVOUR
» USN CUIRASSES CLASSE COLORADO

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: LES NAVIRES 1922-1950-
Sauter vers: