AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE SKIPJACK

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE SKIPJACK   Dim 29 Mar 2009, 19:05

SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE SKIPJACK
(ETATS UNIS)


Le USS Skipjack à la mer

Introduction

L'homme n'à jamais manqué d'idées pour s'entretuer et après avoir appris à combattre sur la mer, il pensa pouvoir combattre sous la surface de la mer. C'est ainsi que le 19ème siècle vit l'apparition du sous-marin qui allait révolutionner l'approche du combat naval même si les débuts furent laborieux car si la première attaque d'un sous marin contre un navire de surface se révéla fructueuse (17 février 1864, l'aviso nordiste Housatonic fût coulé par le Hunley) ce fût après deux tentatives qui échouèrent faute d'un sous-marin suffisament au point (problème de stabilité).

Ce fût d'ailleurs le problème du sous-marin jusqu'au 19ème siècle, les capacités techniques n'étaient pas à la hauteur des potentialités tactiques. Les premiers sous marins étaient ainsi propulsés à la vapeur en surface, la stabilité était imparfaite tout comme l'équipement de détection et l'armement.

Le sous-marin véritablement opérationnel est donc né avec le vingtième siècle. A deux reprises, il faillit faire basculer le cours de la guerre, à chaque fois les U-Boot faillirent asphyxier la Grande Bretagne et faire gagner la guerre à l'Allemagne.

Cependant le véritable sous-marin n'était pas encore né. En effet, les premiers sous-marins étaient plus des torpilleurs pouvant plonger que de véritables submersibles. Preuve en est que la vitesse en surface était plus importante que la vitesse plongée à la fois pour des raisons techniques (puissances diesels plus importante que celle des moteurs électriques, hydrodynamisme défaillant) mais aussi tactiques, les différentes amirautés rêvant de sous marin pouvant suivre l'escadre ce qui expliquait dans les années, une vitesse de surface de vingt à vingt-cinq noeuds qui d'ailleurs ne sera jamais atteinte sauf par deux sous marins, la classe K britannique qui se révéla être une telle plaie qu'ils furent rebaptisés «Kalamity», leur propulsion à la vapeur les rendant vulnérable aux voies d'eau et interdisant les plongées d'urgence (5 minutes entre l'arrêt des chaudières et la submersion, le record étant de 3 minutes 25) et la classe KD6 japonaise (23.5 noeuds en surface mais seulement 8.25 en plongée)

Il faut donc attendre la seconde guerre mondiale pour que le sous marin devienne vraiment submersible. Les type XXI allemands marquèrent une véritable rupture dans ce domaine. Les allenamds acculés par les alliés, ayant compris qu'un sous marin en surface ne sert à rien supprimèrent tous le superflu : l'artillerie lourde disparu et la coque souvent disgracieuse avaient perdu toutes les aspérités qui gênaient l'hydrodynamisme et faisaient perde de précieux noeuds en plongée.


Le U3008 un des deux type XXI opérationnels au moment de la capitulation allemande

C'est ainsi que pour la première fois, un sous marin était plus rapide en plongée (17.2 noeuds) qu'en surface (15.75 noeuds). Fort heureusement pour les alliés, seulement deux sous marins étaient réellement opérationnel. Il est bien entendu difficile de vouloir faire l'histoire mais si ce sous marin avait été prêt plutôt, l'Allemagne aurait perdu la guerre mais les pertes alliées auraient été bien plus élevées et la guerre peut être prolongée de plusieurs mois.

Ce modèle marqua les différentes marines occidentales et soviétiques qui s'en inspirèrent pour leurs nouveaux submersibles : les américains récupérèrent ainsi deux type XXI qui donnèrent naissance au programme Guppy (Greater Underwater Propulsive Power/Augmentation de la puissance propulsive en immersion) avant de mettre au point la classe Tang, les anglais s'en inspirèrent pour la classe Porpoise et la classe Oberon, les français pour la classe Narval et enfin les soviétiques pour les classe Zulu ( 26 exemplaires) et Whiskey (215 exemplaires).

Les progrès issus des type XXI avaient certes fait progresser la guerre sous marine mais il restait toujours un problème : le sous marin devait revenir en surface (ou à proximité avec le snorchel) pour recharger ses batteries ce qui rendait le submersible vulnérable. De même la vitesse restait plafonée à 20-25 noeuds alors que les navires de surface pouvaient allégrement dépasser les 30 noeuds et même avec des torpilles, cinq de noeuds d'écart c'est une différence énorme.

Les marines du monde étaient donc à la recherche du sous marin autonome, l'arme absolue qui pouvait faire basculer la guerre

Le rêve du sous marin autonome

Le U1406 un sous marin type XVII, premier sous marin autonome même si la turbine Walter se révéla inutilisable au combat

Ce rêve était ancien puisque dès les années trente les premiers essais de propulsion anaérobie furent réalisés en France et surtout en Allemagne puisqu'en 1934, le professeur Helmut Walter mis au point la turbine qui porta son nom, turbine qui utilisait comme comburant le peroxyde d'hydrogène (eau oxygènée). Le péroxyde d'hydrogène concentré à 90% (appelé perhydrol par les allemands) produisait de l'oxygène et de l'eau en passant par un catalyseur; l'oxygène mélangé à du gazole brûlait dans une chambre à combustion, produisant de la vapeur qui alimentait une turbine . Entre 1940 et 1943, l'Allemagne construisit ainsi dix bâtiments type XVII, l'un d'eux, le U794 pouvant filer à 25 noeuds.

Ces bâtiments de 310 tonnes furent tous sabordés en 1945 mais deux d'entre eux furent relevés et testés par la marine britannique et la marine américaine. Un XXVIIB fût relevé par la marine britannique et rebaptisé HMS Météorite. Les essais débouchèrent sur un projet de construction de six navires mais l'économie britannique encore convalescente ne pouvait supporter un tel effort et seulement deux navires non armés furent construits :les HMS Explorer et Excalibur mais les essais furent si décevants que la construction d'autres sous marins d'autant qu'à l'époque la propulsion nucléaire était bien plus prometteuse.

Les américains arrivèrent également à la même conclusion. Ils récupèrent un type XVII à Cuxhaven, le U1406 est relevé et testé jusqu'en 1948. Cela débouche côté américain sur le sous marin de poche X1 mais il est évident dès cette époque que c'est une voie sans issue. L'avenir est décidement au nucléaire.

A noter que les soviétiques ont aussi étudié ce mode de propulsion que ce soit une version améliorée du projet 611 Zulu (projet 611 bis) avec une turbine Walter de 6500ch sur la ligne d'arbre centrale avec une vitesse prévue de 22 noeuds (projet abandonné dès 1950); le projet 615 Quebec dont 30 exemplaires furent construits mais qui se révèlèrent plus dangereux pour leurs équipages que pour un hypothétique adversaire avec de nombreuses fuites d'oxygène; le projet 617 Whale (un exemplaire construit) qui se révéla aussi raté que le précédent (vibrations excessives, bruit qui empêchait la mise en oeuvre du sonar). A cela s'ajoute des projets abandonnés sur la planche à dessin comme le projet 617M/647 (plus grande endurance et meilleurs moyens de détection), le projet 635/643 (1660 tonnes 22 noeuds 8 tubes lance-torpilles puis 1866 tonnes), le projet 621 (sous marin de transport avec 745 hommes) le projet 612 abandonné au profit du projet 615, le projet 618 lui aussi abandonné au profit du projet 615, le projet 630 version plus lourde du projet 615 et le projet 623 de sous marins mouilleurs de mines.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE SKIPJACK   Dim 29 Mar 2009, 19:14

L'US Navy et les sous marins à propulsion nucléaire

L'amiral Hyman G. Rickover (1900-1986) surnommé "Father of the nuclear navy" servit 63 ans (1918-1982) ce qui constitue un record aussi bien pour la durée que pour son caractère difficile
Les Etats Unis sont les pionniers dans ce domaine puisque dès 1939, le professeur Ross Gunn soumet à l'US Navy un projet de sous marin nucléaire. Il faut cependant attendre 1946 pour que le projet ne démarre réellement avec la mise en place à Oak Ridge d'une équipe de cinq officiers dirigée de fait par le capitaine de vaisseau Hyman Rickover.
Début 1949, Rickover décide de dévelloper un réacteur à eau préssurisée (PWR Pressurised Water Reactor). Le prototype baptisé STR (Submarine Thermal Reactor) Mk1 est construit par Westinghouse et diverge en mars 1953, son quasi-jumeau, le MkII est installé à bord du Nautilus, le premier sous marin à propulsion nucléaire de l'histoire.


Le USS Nautilus peu après son lancement. Après plus ne sera jamais comme avant. Le design de la coque est encore largement inspiré du type XXI allemand

Une alternative est proposé par General Electric avec un réacteur dont le refroidissement est assuré par du sodium liquide. Baptisé SIR (Submarine Intermediate Reactor) Mark A, il diverge au printemps 1955, un second exemplaire baptisé Mark B étant installé à bord du Seawolf. Ce projet se révéla décevant et le Seawolf terminera sa carrière avec un réacteur à eau préssurisé.

Ces deux sous marins pouvaient mener des missions de combat mais il était évident que leur rôle principal était l'expérimentation et la mise en place de «canons» techniques pour les futurs SSN (Strike Submarine Nuclear).

Le Nautilus et le Seawolf sont ainsi suivis des Skate, Swordfish, Sargo et Sea Dragon mis en service entre 1957 et 1959 et qui resteront en service jusqu'au début des années quatre-vingt.

Les premiers sous marins nucléaires vraiment opérationnels sont cependant les Skipjack qui vont combiner la coque en goutte de l'Albacore et la propulsion nucléaire, donnant naisance à un design jamais remis en cause par les américains.


Le Seawolf à la mer. A l'arrière plan, un porte-avins type Essex

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE SKIPJACK   Dim 29 Mar 2009, 19:28

Carrière des sous marins classe Skipjack

USS Skipjack (SSN-585)

Le Skipjack peu de temps avant de prendre contact avec son élément le 26 mai 1958

Le USS Skipjack (thon rouge) à été mis sur cale par l'Electric Boat Division (General Dynamics Corporation le 29 mai 1956, lancé le 26 mai 1958 et admis au service actif le 15 avril 1959. C'est le troisième sous-marin à porter ce nom, le premier avait été un sous marin de classe E en service de 1912 à 1921, le second étant un sous marin de classe Salmon en service de 1938 à 1946 et qui termina sa vie comme cible de l'opération Crossroads.

Le Skipjack effectua sa croisière de mise en condition en août 1959, devenant le premier navire à propulsion nucléaire à franchir le détroit de Gibraltar et à opérer en Méditerranée. Après une période de maintenance à Groton (Connecticut), le sous marin effectua différents exercices et entrainements de mai à juillet 1960.

A la fin des années soixante, le Skipjack opéra dans l'Océan Glacial Arctique au large de Mourmansk à moins de 40 yards (36m) de l'entrée du port. Après une période de maintenance, le navire effectua un exercice ASM jusqu'au mois d'août, effectuant une escale à Mayport (Floride) avant de rentrer à Groton.

En janvier 1962, il opéra au large de Key West (Floride) pour deux semaines d'exercices avant d'entrer au Porsmouth Naval Shipyard (Maine) pour un grand carénage de 4 mois et demi. Après son retour à New London (Connecticut), le sous marin opéra au large de la base avant de quitter les Etats Unis au mois d'octobre pour un déploiement au sein de la 6ème flotte, déploiement entrecoupé d'escales à Toulon, à La Spezia et à Naples avant de rentrer aux Etats Unis. Plus tard dans l'année, il effectua une traversée record de l'Atlantique, record qui tient toujours. Le Skipjack passa l'année 1963 avec des exercices ASM et ASF pour tester les capacités d'un SSN.

Au début de 1964, il participa à un exercice de deux mois avec les marines de l'OTAN («Masterstroke et Teamwork) faisant escale au Havre et à Portland (Angleterre) avant de revenir à New London au mois d'octobre.


Le USS George Washington premier SNLE américain à couple avec le Skipjack en octobre 1960

Après avoir passé la majeure partie de l'année 1965 à l'entrainement, le sous marin entra au Charleston Naval Shipyard (Caroline du Sud) pour un carénage qui s'acheva le 18 octobre 1966 avant des essais à la mer avant de rejoindre le Shark pour quatre jours d'entrainement au large de Jacksonville (Floride). Il gagna alors son nouveau port d'attache, Norfolk (Virginie) avant de participer aux exercices de la flotte de l'Atlantique.

Début février 1967, le Skipjack prit la mer pour des essais de sonar et de tests d'armement avant de participer à des exercices ASM de mars à juin. En juillet et en août, il effectua un petit carénage aux chantiers navals de Newport News qui fût suivi de l'exercice FIXWEX G-67 pour permettre à la Patmar américaine de s'entrainer. Après un déploiement intensif en octobre et en novembre, le sous marin retourna à Norfolk pour se préparer aux futurs opérations

Le 9 avril 1969, le Skipjack commença son carénage au Norfolk Naval Shipyard qui s'acheva à la fin de 1970, les essais à la mer ayant lieu en décembre 1970. Il commença l'année 1971 par des essais acoustiques et de systèmes d'armes à l'Atlantic Fleet Range de Porto Rico (25 janvier-5 mars 1971) suivi de l'exercice «Royal Night» du 15 septembre au 9 octobre. De retour à Norfolk le 22 octobre, le Skipjack resta à quai jusqu'en janvier 1972.

Le Skipjack passa la plus grande partie de l'année 1972 en tests et en entrainement au large de New London,de Norfolk et dans les Caraïbes avant de revenir à Norfolk à la fin de l'année. Tard au printemps 1973, le Skipjack effectua un nouveau déploiement en Méditerranée au sein de la sixième flotte, étant à cette occasion basé à La Maddalena (Sardaigne). De retour à Norfolk en septembre, il connu un transit retour mouvementé avec la présence de l'hurricaine Ellen car même sous la mer, l'hurricane n'est pas sans effets.

De retour aux Etats Unis, il effectua plusieurs exercices, jouant en particulier le rôle de sous marin ennemi pour permettre aux avions de patrouille maritime de s'entrainer à la localisation, à la poursuite et à l'attaque de sous marins. Pour des raisons de sécurité (éviter de tirer sur un vrai sous marin russe) la zone d'exercice avait été clairement délimité et le Skipjack devait générer à intervalles réguliers des sons réguliers. Voilà pourquoi au cours de cet exercice, le Skipjack fût détecté une fois sur deux. A la fin de l'année 1973, il fût transferé à Groton pour carénage et rechargement de son réacteur ce qui le rendit indisponible de l'été 1974 à la fin de 1976.

Le Skipjack est désarmé et rayé du Naval Vessel Register le 19 avril 1990 avant d'entrer au Nuclear Powered Ship and Submarine Recycling Program de Bremerton le 17 mars 1996, le démantelement s'achevant le 1er septembe 1998.


Une vue aérienne du Ship Intermediate Maintenance Facility du Puget Sound Naval Shipyard le 17 May 1993. un ravitailleur de sous marin et 16 sous marins à propulsion nucléaire désarmé : le Seawolf (SSN-575); 6 SNLE George Washington et Lafayette (sans leur tranche missile) plus quelques SNA de classe Skate, Skipjack, Permit et Sturgeon tous en attente de démolition : en partant du bas de gauche à droite : Thomas A. Edison (SSBN-610), Skipjack (SS-585), Snook (SSN-592), Henry Clay (SSBN-625), Lapon (SSN-661), Dace (SSN-607), Skate (SSN-578), Swordfish (SSN-579), Sargo (SSN-583) , Seadragon (SSN-584).
de l'autre côté du quai, nous trouvons les Thomas Jefferson (SSBN-618), , Patrick Henry (SSBN-599), George Washington (SSBN-598),Barb (SSN-596) & Sea Devil (SSN-664).


A suivre : le USS Scamp

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE SKIPJACK   Lun 30 Mar 2009, 20:44

USS Scamp (SSN-588)

Le USS Scamp quittant la baie de San Francisco (où se trouve le Mare Island Naval Shipyard) en mai 1961

Le USS Scamp (mérou) à été mis sur cale au Mare Island Naval Shipyard de Vallejo (Californie) le 23 janvier 1959, lancé le 8 octobre 1960 et admis au service actif à Mare Island le 5 juin 1961. C'est le deuxième navire à porter ce nom après un sous marin de classe Gato admis au service actif en 1942 et coulé le 11 novembre 1944 par des avions japonais alors qu'il servait de navire de secours pour d'éventuels équipages de B29 forcés de sauter en parachute.

A la suite de son ASA, le Scamp passa les quatre premiers mois de sa vie opérationnelle dans des exercices au large de Bremerton, de San Diego et de Pearl Harbor avant de retrouver l'arsenal de Mare Island pour les traditionnelles réparations et modifications suivant la croisière de mise en condition opérationnelle.


En avril 1962, il fût déployé en Extrême Orient, un déploiement de trois mois avant son retour à San Diego où il resta tout l'été avant un nouveau déploiement de septembre 1962 à février 1963.

A la suite de ce déploiement, il entra en petit carénage à l'arsenal de Mare Island qui l'immobilisa jusqu'en mars 1963. Il enchaina aussitôt par un nouveau déploiement en Extrême Orient avec des opérations au large d'Okinawa. De retour en Californie en octobre 1963, il y resta durant toute l'année 1964.

En janvier 1965, il entra de nouveau à l'arsenal de Mare Island pour carénage et modifications SUBSAFE (programme lié à la perte du sous marins Thresher le 10 avril 1963) ce qui l'immobilisa jusqu'en juin 1966. il passa le reste de l'année à s'entrainer au large des Etats Unis que ce soit au large de la Californue qu'au large de du Puget Sound.

Après avoir passé le premier semestre de l'année 1967 au large de San Diego, le Scamp quitta son port d'attache le 28 juin pour un nouveau déploiement en Extrême Orient plus précisement au large des côtes vietnamiennes et ce jusqu'à son retour aux Etats Unis le 28 décembre 1967.

De janvier à mai 1968, le Scamp opéra au large de San Diego avant un exercice d'entrainement à Pearl Harbor du 11 au 19 mai. Il effectua ensuite un petit carénage (15 juin-16 juillet) à l'arsenal de Mare Island avant de terminer l'année comme il l'avait commencé. Ce programme se poursuivit durant toute l'année suivante avant qu'il n'entre en grand carénage au Puguet Sound Naval Shipyard ce qui l'immobilisa jusqu'en février 1971.

Après les essais menés dans le Puguet Sound, le Scamp fût réaffecté à San Diego le 12 février mais n'y entra que le 16 avril après un exercice au large de Pearl Harbor. Le 27 juillet, il appareilla pour son cinquième déploiement en Extrême Orient, son deuxième au Vietnam. Il fit escale à Pearl Harbor du 2 au 13 août avant d'arriver à Subic Bay le 30 août. A l'exception des 8 et 9 octobre, il opéra avec la 7ème flotte et ce jusqu'à la fin janvier puisqu'il fût de retour à San Diego le 2 février.

Son retour en Californie fût de courte durée car en raison d'une nouvelle poussée de fièvre au Vietnam, il retrouva la 7ème flotte dès le mois de mai ne retrouvant San Diego le 1er août. Après deux mois en alerte puis un mois en disponibilité limitée au Puguet Sound Naval Shipyard jusqu'à son départ le 28 novembre pour des tests et un retour à son port d'attache le 11 décembre 1972.

Après trois mois d'opérations locales, le Scamp appareilla de San Diego le 29 mars 1973 pour son septième déploiement en Extrême Orient. Après une escale à Pearl Harbor (5-10 avril), il arriva à Yokosuka (Japon) le 23 avril et opéra avec la 7ème flotte jusqu'au 1er septembre quand il quitta Guam pour Pearl Harbor où il resta du 10 au 15 septembre avant de retrouver San Diego le 21 septembre, ne reprenant la mer que le 1er novembre.

Le Scamp est désarmé et rayé du Naval Vessel Register le 28 avril 1988 avant d'entrer au Naval Powered Ship and Submarine Recycling Program à Bremerton (Washington) en 1990 et son démantelement s'acheva le 9 septembre 1994, le Scamp étant le premier navire à achever ce programme.


Le USS Scamp à vitesse maximale en surface (18 noeuds)

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PALEZ
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5388
Age : 44
Ville : à la maison, loin de Dahlia...
Emploi : Brasseur d'air...
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE SKIPJACK   Lun 30 Mar 2009, 20:50

Le Scamp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE SKIPJACK   Lun 30 Mar 2009, 20:55

USS Scorpion (SSN-589)

Lancement du Scorpion à Groton (Connecticut) le 19 décembre 1959

Le USS Scorpion à été mis sur cale à l'Electric Boat Divsion de General Dynamics Corporation à Groton dans le Connecticut le 20 août 1958, lancé le 19 décembre 1959 et admis au service le 29 juillet 1960. Sa carrière s'acheva brutalement le 5 juin 1968 quand il coula avec tout son équipage dans l'Atlantique. Il est le seul SNA américain avec le Tresher (SSN-593) à avoir été perdu. Cinq autres navires avait porté ce nom dont un sous marin de classe Gato admis au service actif en 1942 et coulé en janvier 1944 en Mer Jaune peut être à la suite d'une collision avec une mine.

Affecté au Submarine Squadron 6/Division 62, le Scorpion quitta sa base de New London dans le Connecticut le 24 août pour un déploiement de deux mois en Europe pour participer à des exercices avec la sixième flotte et des marines de l'OTAN. De retour en Nouvelle Angleterre fin octobre, il s'entraina au large de la côte est jusqu'en mai 1961 au moment où il traversa l'Atlantique pour des exercices avant de retrouver New London le 9 août 1961 puis de rejoindre son nouveau port d'attache : Norfolk.

Le Scorpion se spécialisa désormais dans le dévellopement des tactiques des SNA américains, passant dans les exercices du rôle de chasseur à celui de proie. Ce rôle fût interrompu par un carénage au Charleston Naval Shipyard (juin 1963-mai 1964). Ces essais et expérimentations au large des Etats Unis furent également interrompus par une patrouille dans l'Atlantique du 4 août au 8 octobre 1964 puis d'une autre patrouille du même genre en Europe au printemps 1965. durant l'hiver et le début du printemps 1966 ainsi qu'à l'automne, le Scorpion fût déployé pour des opérations spéciales en particulier les incursions dans les eaux territoriales soviétiques pour espionner au plus près les manoeuvres militaires de la marine soviétique.


Le USS Scorpion lors de ses essais à la mer. Sur la barre de plongée babord, le vice-amiral Rickover et un autre officier

Le 1er février 1967, le Scorpion entra au Norfolk Naval Shipyard pour un nouveau grand carénage qui se transforma en un pétit carénage avec de simples réparations d'urgence pour maintenir un grand nombre de sous marines à la mer mais ce calcul n'était guère rentable quand on sait que le taux d'indisponibilité des SNA atteignait 40%. C'est ainsi que le Scorpion ne reçut pas les modifications du programme SUBSAFE, programme décidé après la perte du Tresher. En 1993, l'US Navu avouera que le Scorpion participait à un programme de maintenance réduite, décidé par le CNO le 17 juin 1966.

A la fin du mois d'octobre 1967, le Scorpion entama sa remise en condition et reçut un nouveau commandant , Francis Slattery. Le 15 février 1968, il appareilla pour la mer méditerranée, opéra durant tout le mois de mai avec la sixième flotte, sur fond de problèmes techniques récurents (en particulier le système de réfrigération au fréon). Avant de quitter la Méditerranée le 16 mai, deux hommes débarquèrent à Rota avant l'appareillage du sous marin qui devait surveiller l'activité navale soviétique au large des Açores. Le 20 mai, le sous marin aurait du prendre contact avec la base navale de Rota mais devant le silence du sous marin, les recherches furent déclenchées six jours plus tard. Devant l'absence de décourte, le navire et son équipage furent portés disparus le 5 juin avant que le nom du navire ne soit rayé du Naval Vessel Register le 30 juin. L'épave du Scorpion fût détectée par le navire océanographique Mizar à la fin du mois d'octobre à 400 miles au sud-ouest des Açores à une profondeur de plus de 3000m.


Le USS Scorpion à couple avec le ravitailleur de sous-marin Tallachie County à Naples en avril 1968 peu de temps avant sa disparition

Plusieurs hypothèses ont été avancées sur la perte du Scorpion comme une action hostile d'un sous marin soviétique ou un problème technique. Une commission d'enquête dirigée par Bernard Austin redigea un rapport qui resta «confidentiel défense» jusqu'en 1993. Le rapport conclu que l'hypothèse la plus probable est l'explosion d'une des torpilles du Scorpion mais que faute de preuves irréfutables, il ne peut se prononcer avec certitude. Aujourd'hui encore, l'US Navy effectue des plongées régulières sur le site pour surveiller d'éventuelles fuites du réacteur ou de problèmes liés aux torpilles nucléaires.


L'étrave du Scorpion photographié par le batyscaphe Trieste

P.S : merci lowlow pour la photo du Scamp il n'y à pas beaucoup de bonnes même sur Navsource thumright

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE SKIPJACK   Lun 30 Mar 2009, 20:59

USS Sculpin (SSN-590)

Le Sculpin lors de ses essais à la mer dans le Golfe du Mexique le 9 janvier 1961

Le USS Sculpin à été mis sur cale aux Ingalls Shipbuilding de Pascagoula (Mississippi) le 3 février 1958, lancé le 31 mars 1960 et admis au service actif le 1er juin 1961. C'est le deuxième navire à porter ce nom, le premier ayant été un sous marin de classe Sargo admis au service actif en 1939 et sabordé en 1944 à Truk après avoir été sévèrement endommagé par des destroyers japonais, une partie des prisonniers américains périt dans le torpillage du Chuyo (21 embarqués et un seul survivant).

Le Sculpin appareilla de Pascagoula le 8 juin pour son port d'attache, San Diego en Californie et après son arrivée, il entama sa croisière de mise en condition. Au mois de juillet, il effectua des essais et des tests spéciaux dans le Puget Sound avant de retrouver San Diego. Au mois d'août 1961, il effectua un entrainement de deux semaines au large de Pearl Harbor puis après des opérations au large des côtes californiennes, entra au Mare Island Naval Shipyard pour les traditionnelles réparations et modifications suivant les essais. Le Sculpin retrouva San Diego à la fin du mois de mars 1962.

Il effectua alors son premier déploiement en Extrême Orient de mai à août 1962 avant de retrouver l'arsenal de Mare Island pour une modification de son kiosque. Après deux mois d'exercices au large de San Diego, il effectua une croisière dans le Pacifique avant un nouveau passage au Mare Island Naval Shipyard d'avril à août 1963.

Début décembre, le Sculpin était à Pearl Harbor en route pour un second déploiement en Extrême Orient quand une pompe défectueuse l'obligea à regagner Mare Island pour réparation avant de retrouver San Diego le 25 février 1964 d'où il opéra jusqu'au début du mois d'avril.
Le 8 avril, le Sculpin appareilla pour son troisième déploiement au sein de la 7ème flotte, déploiement entrecoupé d'escales à Pearl Harbor, Sydney, Subic Bay avant de retrouver son port d'attache le 20 octobre 1964. Jusqu'en novembre 1966, le Sculpin ne quitta pas les eaux américains, multipliant les exercices entre San Diego et Bangor.


Le Sculpin à la mer le 6 juillet 1965 entre San Diego (Californie) et Bangor (Etat de Washington)

Le 27 novembre 1966, le Sculpin appareilla de San Diego pour Naha (Okinawa) pour son quatrième déploiement au sein de la 7ème flotte, déploiement qui s'acheva en mai 1967, le SSN-590 étant de retour à San Diego le 11 mai 1967. Après une période d'entrainement d'intensif du 27 juillet au 26 octobre, il accueillit le 11 novembre un hôte de marque, le président des Etats Unis, Lyndon Johnson.
Du 30 janvier 1968 au 26 juillet 1969, il subit un grand carénage et un rechargement de son caractère au Puget Sound Naval Shipyard (il ne resta au bassin que jusqu'au 22 janvier 1969). Il effectua sa croisière de remise en condition au large de Pearl Harbor avant de revenir à San Diego le 22 août et de reste à quai jusqu'au 8 septembre avant d'opérer au large de la Californie jusqu'au début 1970.
Le 6 février 1970, le Sculpin appareilla pour son cinquième déploiement en Extrême Orient. Il fit escale à Pearl Harbor qu'il quitta le 21 février 1970 pour Buckner Bay (Okinawa) le 6 mars. Il fit également escale à Subic Bay, Hong Kong et Yokosuka avant de retrouver San Diego le 21 août.
Après quatre mois d'exercices au large des Etats Unis, le Sculpin passa trois mois en disponibilité limitée à Mare Island. Les travaux s'achevèrent le 16 avril permettant au sous marin de regagner San Diego.
Du 5 janvier au 24 juillet, il effectua son sixième déploiement en Extrême Orient, passant le reste de l'année à San Diego avec seulement quinze jours de mer. Le 2 février 1973, le Sculpin entra au Mare Island Naval Shipyard pour une période d'indisponibilité de trois mois, le sous marin reprennant ses activités qu'en mai. Le 12 novembre, il commença à préparer son septième déploiement en Extrême Orient, déploiement qui commeça en janvier 1974.

Le Sculpin est désarmé le 3 août 1990 et rayé du Naval Vessel Register le 30 août 1990. la cérémonie eut lieu au Newport News Naval Shipyard avant qu'il ne soit transferé au Nuclear Powered Ship and Submarine Recycling Program de Bremerton le 1er octobre 2000, le démantelement s'achevant le 30 octobre 2001.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE SKIPJACK   Lun 30 Mar 2009, 21:09

USS Shark (SSN-591)

Cérémonie d'admission au service du USS Shark Newport News Dock 2 le 9 février 1961

Le USS Shark (requin) à été mis sur cale aux Newports News Shipbuilding and Dry Dock Company à Newports News (Virginie) le 24 février 1958, lancé le 16 mars 1960 et admis au service actif le 9 février 1961. C'est le septième navire à porté ce nom, trois de ces prédécesseurs ayant été des sous marins : un de classe Plinger (1930-1939), un de classe Porpoise (1939-coulé le 11 février 1942) et un de classe Balao (en service et coulé le 28 octobre 1944 au large de Taïwan).
Les essais et la croisière de mise en condition eut lieu en mer de Caraibes avant un retour au chantier pour les réparations et les modifications suivant la mise en service.
Le 12 août 1961, le Shark appareilla pour son premier déploiement au sein de la 6ème flotte, déploiement qui s'acheva le 14 novembre 1961. Le 29 janvier 1962, le sous-marin appareilla pour les Bermudes en vu d'un cycle d'entrainement de deux semaines. Il effectua ensuite un déploiement en Europe du Nord (15 mars-23 mai), déploiement marqué par une escale à Porsmouth (Grande Bretagne). A l'issue d'un autre déploiement en Europe (25 août-25 octobre 1962), le Shark regagna Norfolk où il resta indisponible jusqu'au 7 janvier 1963.

L'année 1963 fût bien moins chargée pour le Shark qui à part un déploiement en Europe du 7 août au 24 octobre passa le reste de l'année au port ou dans des exercices au large des Etats Unis. Le 22 mars 1964, il participa à l'exercice SUBSPRINGEX ce qui l'éloigna de son port d'attache jusqu'au 21 mai.

Du 25 juin 1964 au 7 juin 1965, il fût immobilisé au Charleston Naval Shipyard pour son premier grand carénage. Les essais commencèrent le 7 juin, essais marqués par un problème dans le système d'air à l'avant du navire ce qui l'obligea à des réparations supplémentaires à Charleston. Le 9 octobre, il acheva ses essais avant de mettre le cap sur Key West pour des expérimentations de torpilles.


Le USS Shark à la mer peu après sa mise en service

De retour à Norfolk le 25 octobre 1965, le Shark assura aussitôt sa remise en condition jusqu'au 8 janvier 1966, remise en condition qui fuit suivit d'exercices dans les Caraïbes jusqu'au 7 février. D'autres essais et expérimentations eurent lieu en juillet et en octobre 1966.
Le Shark appareilla de Norfolk le 7 janvier 1967 pour l'Europe et conduisit des opérations spéciales jusqu'au 24 mars. Il passa en particulier deux semaines à Holy Loch, la base avancée des sous marins américains en Ecosse. Le 16 mai, il appareilla de nouveau de Norfolk pour Halifax, effectuant ainsi la première escale d'un navire à propulsion nucléaire dans un port canadien. Cette escale fût suivie d'exercices avec la marine canadienne. A partir du 11 juin et jusqu'en mars 1968, le Shark fût immobilisé au Norfolk Naval Shipyard pour carénage et rechargement du réacteur. Le reste de l'année 1968 et toute l'année 1969 vit le navire effectuer des essais et des opérations au large de la côte est.
Le Shark repassa une nouvelle fois au bassin à Norfolk du 1er janvier 1970 au 9 août 1971 avant de passer le reste de l'année 1971 et toute l'année 1972 à se redevenir un sous marin opérationnel même si cela n'excluait pas un déploiement en Méditerranée au sein de la 6ème flotte (31 mai-19 novembre 1972)
Le Shark est désactivé le 16 octobre 1986 et officiellement désarmé et rayé du Naval Vessel Register le 15 septembre 1990. Il entra au Nuclear Powered Ship and Submarine Recycling Program de Bremerton le 1er octobre 1995, le démantelement étant achevé le 28 juin 1996.


des sous marins nucléaires désarmés attendant leur démantelement au Puget Sound Naval Shipyard, Bremerton (Washington) en 1996: de gauche à droite : Shark (SSN-591),Plunger (SSN-595),Snook (SSN-592) & Patrick Henry (SSBN-599).

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE SKIPJACK   Lun 30 Mar 2009, 21:24

USS Snook (SSN-592)

Le USS Snook à quai à la base navale de Roosevelt Roads (Porto Rico). De l'autre côté du quai, le ravitailleur de destroyers Yellostowne (AD-27)

Le USS Snook (perche) à été mis sur cale aux Ingalls Shipbuilding de Pascagoula (Mississippi) le 7 avril 1958 lancé le 31 octobre 1960 et admis au service actif le 24 octobre 1961. c'est le deuxième navire à porter ce nom, le premier ayant été un sous marin de classe Gato entré en service en 1942 et perdu le 8 avril 1945 au large de Taïwan (causes inconnues mais l'hypothèse privilégiée est sa destruction par le sous marin I 56).
Après sa croisière de mise en condition dans le Puget sound et ses environs, le Snook basé à San Diego appareilla le 23 juin 1962 pour l'Extrême Orient et son premier déploiement au sein de la 7ème flotte avant de retrouver son port d'attache le 21 décembre.
Le 1er février 1963, il entra dans un bassin du Mare Island Naval Shipyard (situé à Vallejo en Californie) pour une importante modification de sa coque externe. Après avoir quitté Mare Island le 23 août, le Snook opéra au large de San Diego avant un déploiement au sein de la 7ème flotte suivi d'un nouveau passage à l'arsenal de Mare Island pour trois mois et demi de réparation et d'installation de nouveaux équipements électroniques.
Son troisième déploiement en Extrême Orient commença le 19 mars 1965 quand il appareilla de San Diego. Ce déploiement fût marqué par des escales à Sasebo (Japon) et Chinhae (Corée du Sud).
Après son retour à San Diego, le Snook participa pendant six mois à des essais acoustiques et diverses réparations avant d'appareiller le 16 avril 1966 pour son quatrième déploiement en Extrême Orient, déploiement marqué par des escales à Okinawa, Yokosuka, Sasebo (Japon) Chinhae (Corée du Sud) et Subic Bay (Philippines) avant de rentrer à San Diego le 19 novembre.
Le 19 mars 1967, le Snook entra au Puget Sound Naval Shipyard de Bremerton (Etat de Washington), entamant ainsi un carénage de 14 mois qui comprenait entre autre le rechargement du réacteur. Le 30 juin 1968, le SSN regagna San Diego et participa à divers exercices dont la destruction de l'ancien sous marin auxiliaire Archerfisj (AGSS-311).
L'année 1969 fût marqué par des opérations de routine au large des côtes de Californie, largement orientés vers la lutte ASM. En mai, il appareilla pour son cinquième déploiement en Extrême Orient , déploiement qui dura sept mois jusqu'à son retour aux Etats Unis le 22 décembre 1969.


Le Snook à Rio de Janeiro durant l'exercice Unitas XXV en 1984

A la fin du mois de janvier 1970, le Snook participa à l'exercice «Uptide» avec d'autres unités de la 1ère flotte. De juin à septembre, il resta immobilisé à l'arsenal de Mare Island avant d'enchainer par son sixième déploiement en Extrême Orient (septembre 1970-12 juillet 1971) et de terminer l'année par une activité normale au large de la Californie.
Il poursuivit ce type d'activité durant les quatre premiers mois de l'année 1972 avant d'appareiller le 13 mai pour son septième déploiement au sein de la 7ème flotte, déploiement qui cette fois se fit au large du Vietnam ce qui explique qu'il n'y eu qu'une escale : Kaohsiung (Taïwan). Après un passage au bassin au Puget Sound Naval Shipyard, le Snook appareilla le 10 janvier 1973 pour son huitième déploiement en Extrême Orient, déploiement marqué par des escales à Pearl Harbor et à Guam.

De retour à San Diego le 16 juin, il y resta quatre semaines pour récupérer de ce déploiement avant d'enchainer par quatre semaines de test sonars. Le 26 novembre 1973 après sa participation à l'exercice COMTUEX 12-73, le Snook entra au Mare Island Naval Shipyard pour rechargement de son réacteur.

Le Snook est désarmé et rayé du Naval Vessel Register le 14 novembre 1986 avant d'être remis au Nuclear Powered Ship and Submarine Recycling Programm de Bremerton le 1er octobre 1996 pour être démantelé, démantélement qui s'acheva le 30 juin 1997

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE SKIPJACK   Lun 30 Mar 2009, 21:29

Caractéristiques Techniques

Peinture d'un sous marin de classe Skipjack, le USS Scorpion

Les Skipjack sont les premiers sous-marins à propulsion nucléaire américains à adopter la coque en forme de goutte d'eau expérimentée avec succès avec le sous marin Albacore. Il adopte également le principe de l'hélice unique qui allait être une constante des SSN américains. La présence des barres de plongée sur le kiosque améliorait la manoeuvrabilité sous l'eau et le réacteur S5W moins bruyant rendait la capacité d'écoute du sonar de proue bien meilleure. La forme très effilée de la poupe explique l'absence de tubes lance-torpilles arrière qui était de toute façon difficilement montable avec la présence du réacteur et de tout le système propulsif. Jusqu'à l'apparition des Los Angeles, les Skipjack furent les SSN les plus rapides de la marine américaine ce qui explique leur désarmement tardif (années quatre vingt). Les SNA britanniques de classe Dreadnought ont un design inspiré des Skipjack.

Déplacement : surface 3075 tonnes plongée 3515 tonnes

Dimensions : longueur : 76.70m largeur : 9.6m tirant d'eau : 8.50m

Propulsion : un réacteur nucléaire S5W (S pour Submarine 5 pour cinquième génération [coeur du réacteur] et W pour Westinghouse) entrainant deux turbines à vapeur Westinghouse d'une puissance totale de 15000ch et entrainant une hélice à 4 pales.

Performances : vitesse en surface : 15 noeuds vitesse en plongée : 31 noeuds immersion : 300m en opération et 500m au maximum

Electronique : un radar de veille surface BPS-12 , un sonar BQR-12, un sonar passif BQR-2 remplacé ensuite par un sonar active/passif BQS-4, une direction de tir de torpilles Mk101

Armement : 6 tubes lance-torpilles de 533mm installées à la proue pour 24 torpilles Mk48 ou 48 mines amarées Mk57

Equipage : 114 officiers et matelots

FIN DE L'ARTICLE
A SUIVRE : LE GRUMMAN S2 TRACKER ET SES DERIVES


J'attends vos remarques, commentaires et compléments avec impatience thumleft salut

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE SKIPJACK   Mar 19 Mai 2009, 21:11

encore une fois, tu t'es surpassé. thumleft
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE SKIPJACK   

Revenir en haut Aller en bas
 
SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE SKIPJACK
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE SKIPJACK
» SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE CHURCHILL
» SOUS MARINS NUCLEAIRES D'ATTAQUE CLASSE VALLIANT
» SOUS MARINS NUCLEAIRE D'ATTAQUE CLASSE TRAFALGAR
» Dossier : les sous marins nucléaires français

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Amérique :: Etats Unis-
Sauter vers: