AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 ROYAUME D'ECOSSE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAUME D'ECOSSE   Ven 06 Mar 2009, 16:50

Merci MM40. Au départ je voulais faire les Pays Bas avec un Clemenceau remplaçant le Karel Dorman mais je me suis senti à l'étroit d'où le choix de l'Ecosse

Pour l'aviation, je pense de plus en plus au Fury mais pour les bombardiers j'ai pas encore choisit. Je n'exclu pas d'acheter français en particulier pour les appareils d'observation type Potez ou Bréguet

Pour ensuite l'équipement en monoplans, je pense imaginer un accord industriel anglo-écossais prévoyant la construction d'une usine dans le nord de l'Ecosse financée un tiers par l'Ecosse et deux tiers par les anglais avec une répartition identique de la production

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAUME D'ECOSSE   Sam 07 Mar 2009, 18:07

2-Géographie

Un paysage typique des Highlands

L'Ecosse est un petit pays. Avec 77500 km², elle occupe pourtant la moitié de l'île de Grande Bretagne. C'est un pays où l'influence maritime est omniprésente puisque aucun point du territoire est à plus de 60km de la mer. Voilà ce qui explique pourquoi un si petit pays en terme de superficie aligne 3700km de côte et ce chiffre n'inclue pas les îles.

Au niveau de relief, l'Ecosse peut être divisée en trois zones du nord au sud :

Au nord, nous avons les Highlands, la région situé au nord d'une ligne Glasgow-Perth soit plus de la moitié de la superficie du pays. Cette zone longtemps isolée et enclavée était peu hospitalière avec des vallées d'un accès difficile, des marais et des tourbières dans les plaines même si ses hauts sommets, ses torrents poisonneux et ses lacs rendait la zone moins effrayante pour le voyageur. La chaine des Grampians dans les Central Highlands constitue l'épine dorsale du pays, épine dorsale qui protégea souvent le pays des invasions méridionales. Au niveau urbain, les Highlands sont ma lotis, les villes d'Aberdeen et d'Inverness étant un peu isolées.


Le Firth of Clyde, une des nombreuses étendues d'eaux de la côte occidentale

Entre l'Atlantique et la mer du Nord, les Lowlands forment sur une centaine de kilomètres au sud des Highlands une zone basse d'origine sédimentaire partagée par la Clyde, le Forth et le Tay, c'est que les économistes appelent «L'Ecosse utile» avec près de la moitié de la population concentrée avec les principales villes du pays : Glasgow, Edimbourg,Perth et Dundee. La région autour d'Edimbourg, le Lothian s'ouvre à l'est vers une étroite plaine côtière, couloir traditionnel d'invasions tandis qu'au sud elle rejoint les collines de la Tweed

Les Southern Uplands occupent l'espace au sud des Lowlands. C'est un espace assez confus de collines volcaniques ou calcaires culminant à 900m. A l'est, ce sont les comtés d'Ayr, de Galloway et de Dumfries, riches en forêt et en pâturages; à l'est la fertile vallée de la Twees, vallée mainte voie disputée par l'Angleterre qui ne put conserver que la partie orientale avec la ville de Berwick que l'histoire à faite anglaise. La frontière anglo-écossaise est une région de collines, celle des Cheviot. Cette région à longtemps été mal contrôlée et les brigands des deux pays profitaient de la mésentente entre les deux pays. Ce n'est qu'en 1822 que la calme revint dans cette région suite à une opération combinée des armées écossaises et anglaises.


Les Southern Uplands ses paysages vallonés et ses moutons

L'Ecosse c'est également plus de 800 îles dont environ 140 sont réellement habitées. On à coutume de les diviser en quatre archipels : Hébrides intérieures, Hébrides extérieures ou occidentales, les Orcades et les Shetlands.

3-Economie

L'Ecosse fût longtemps considéré avec raison comme un pays pauvre et austère. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. En effet, le royaume d'Ecosse est devenu au 19ème siècle une puissance industrielle majeure, concurrençant l'Angleterre en profitant de ses abondants gisements de minerai de fer et de charbon situés aussi bien dans les premices des Highlands ou dans les Lowlands.

Pourtant la première industrie à dominer le paysage écossais, c'est le textile qui emploie plusieurs dizaines de milliers d'ouvriers dans les années 1830 (35600 ouvriers pour le seul coton). L'industrie textile écossaise concurrence sérieusement son homologue anglaise, ses produits meilleur marché se taillant une jolie réputation dans toute l'Europe.

Dès les années 1840, le textile doit céder cette préemince à l'industrie métallurgique grâce à des progrès techniques et surtout la présence dans la région de Glasgow de houille et de fer qui alimente une production de plus en plus importante, la production de fer passant de 30000 tonnes en 1825 à 910000 tonnes en 1857. la production d'acier alimente ainsi la construction navale qui bien que présente également à Aberdeen et Inverness est surtout concentrée sur la Clyde dans la région de Glasgow.

C'est également le dévellopement de l'industrie chimique (savonnerie, acides, eau de javel teintures), de la conserverie de poisson (régions d'Aberdeen et d'Inverness)

l'industrie écossaise florissante jusqu'aux années 1880 connait un contre-coup avec l'épuisement progressif des mines de charbons. L'Ecosse doit donc importer d'Angleterre et de France mais au début du vingtième siècle, la découverte de plusieurs gisements dans les Orcades permettent à l'Ecosse de retrouver une certaine autonomie temperée par les difficultés d'extraction et de transport jusqu'aux industries.

L'agriculture n'est pas délaissée au contraire, elle fait l'objet de soins particuliers. La révolte de 1748 avait permis aux Stuart par les confiscations de se tailler un domaine royal plus que correct. Ce domaine était cependant mal exploité ce qui obligeait l'Ecosse à importer les 2/3 de ses besoins en céréales.

Ce sont les Lorraine et en particulier Charles IV qui favorisent la modernisation de l'agriculture écossaise. Le domaine royal est mieux mis en valeur grâce à l'affermage des terres les plus riches à des interêts privés. La redevance annuelle et la part sur la vente des récoltes va constituer jusqu'au milieu du 19ème siècle une part substansielle des revenus de la couronne. Les marais et les tourbières sont assechés et transformés en pâturages ou en forêts d'exploitation.

Les Highland sont particulièrement concernées par cette action volontariste. De vaste domaines gérés par les agriculteurs présents sur place permettent le dévellopement de l'élevage de mouton pour alimenter l'industrie de conserverie mais aussi l'industrie textile. Charles VI (1846-1874) fût en particulier l'initiateur d'une politique volontariste d'aménagement des Highlands : routes, ponts, point d'appui militaires, colons.

Après la seconde guerre mondiale, l'Ecosse connait un boom industriel, son industrie ayant été moins touchée que sa consoeur anglaise.

Ce boom est de courte durée et les difficultés s'accumule à partir de 1955. les dernières mines de charbon ferment, la sidérurgie connaie une série de mutations douloureuses et les chantiers navals doivent se regrouper pour ne pas disparaître.

Cette crise fût cependant attenuée par la découverte en 1965 d'importants gisements de pétrole qui engendrèrent un contentieux avec l'Angleterre qui réclamait sa part en raison de la présence d'une partie de la nappe au large de ses côtes. Ce n'est qu'en 1982 et la mise en place des ZEE (Zone Economiques Exclusvies Convention de Montego Bay) que l'Ecosse accepta la requête anglaise, le ministre de l'intérieur écossais, Douglas Sanderson affirmant que «L'Ecosse à accepté la réclamation anglaise pour calmer la Harpie de Londres (NdA : Margaret Thatcher)».

Poursuivant la politique de ses ascendants sur le trône d'Ecosse, Marie III appuya une politique volontariste d'industrialisation qui vit la construction de deux centrales nucléaires (une près d'Inverness et l'autre au sud de Dumfries, le dévellopement de l'industrie de l'aluminium dans la région de Dundée et surtout de l'électronique dans la région de Stirling.

Comme tous les pays d'Europe, l'Ecosse fût frappé par la crise des années soixante-dix qui provoquèrent de sévères dégâts dans l'industrie siderurgique, minière (la dernière mine de charbon, celle de Clarmogan au sud de Dumfries ferma en 1973) et de construction navale (fermeture du chantier naval d'Aberdeen en 1974).

La politique de rigueur menée par la coalition libérale-conservatrice à partir de 1975 permis à l'Ecosse de relancer son économie et de connaître une situation plus qu'enviable au milieu des années quatre vingt avec un taux de croissance de 4%, un excédent budgétaire de 2.4 milliards de livres écossaises (1 milliard d'euros), une dette publique représentant 25% du PIB et un taux de chomage sous la barre des 6%.

Aujourd'hui l'économie écossaise est semblable à celle des autres pays industrialisés avec une prédominance des services (76% des actifs) une agriculture performante mais peu gourmande en bras (3% des actifs) et un secteur industriel encore puissant (21% des actifs) qui s'appui sur l'extraction du pétrole et du gaz en mer du Nord, la construction navale sur la Clyde et la siderugie sur l'eau. L'électronique représente près de 45% des actifs du secteur secondaire et l'annonce de l'installation d'une usine Airbus près de Dundee (pour profiter du coût raisonable de la livre écossaise par rapport à l'euro) devrait dopper l'industrie écossaise.

A suivre

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ROYAUME D'ECOSSE   Dim 08 Mar 2009, 20:43

Le Service Touristique Nortlandais propose des Croisierre de luxe vers ce beau Pays
RF
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ROYAUME D'ECOSSE   Lun 09 Mar 2009, 16:29

Très impressionnant, comme d'habitude (surtout l'historique). Après les rivages de l'adriatique, notre Claus national s'attaque à ceux de la Mer du Nord. chapeau l'artiste, ca me motive pour un nouveau projet (une sorte de confédération regroupant pays-bas, belgique et luxembourg, j'ai envie de changer d'horizons moi aussi).
Revenir en haut Aller en bas
ciders
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1537
Age : 31
Ville : Au milieu de la mare
Emploi : Chasseur de nuées
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Re: ROYAUME D'ECOSSE   Lun 09 Mar 2009, 18:46

Et le Belka ? Et les légions blindées du nouveau Belka ? affraid

_________________
" Quand un diplomate dit 'oui', cela signifie 'peut-être' ; quand il dit 'peut-être', cela veut dire 'non' ; et quand il dit 'non', ce n'est pas un diplomate. " ( Henri Louis Mencken )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ROYAUME D'ECOSSE   Lun 09 Mar 2009, 20:37

j'ai écrit quelque chose qui me plaisait bien sur un belka alternatif ex-communiste (surtout au niveau des forces terrestres, pour une fois j'avais pas trop galéré là-dessus), mais j'avais quelques difficultés aux niveau aérien et maritime (les deux flottes étaient vraiment très petites pour rester vraissemblables). Le Benelux me donne un peu plus de marge de manoeuvre pour me faire plaisir (un peu comme le Belka capitaliste de la première version). Et puis j'ai envie de changer de rivages. Mais pour l'instant aussi bien l'un que l'autre restent à l'état de projets/ébauche, là j'ai pas mal de boulot avec la préparation du bac pour mes terminales, j'espère pouvoir m'y attaquer pour de bon pendant les vacances (si d'ici là la grossesse de ma copine ne me prend pas tout mon temps libre).
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAUME D'ECOSSE   Mar 10 Mar 2009, 17:35

Merci les gars. Je suis entrain de travailler sur l'armée de terre mais je ne pense pas pouvoir poster avant quelques jours. Je suis sur l'historique générale et je souhaite faire une partie sur le matériel. Ensuite j'attaquerais l'armée de l'air, la marine et peut être un passage sur les partis politiques ou le sport en Ecosse.

Ensuite si j'ai le temps j'espère faire une historique détaillée par exemple du Williams Wallace.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ciders
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1537
Age : 31
Ville : Au milieu de la mare
Emploi : Chasseur de nuées
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Re: ROYAUME D'ECOSSE   Mar 10 Mar 2009, 22:18

Le petit pourra sûrement t'aider, ils apprenent vite à cet âge-là. Tu lui donnes à lire le Conway pour le coucher, tu verras, les résultats seront stupéfiants.

_________________
" Quand un diplomate dit 'oui', cela signifie 'peut-être' ; quand il dit 'peut-être', cela veut dire 'non' ; et quand il dit 'non', ce n'est pas un diplomate. " ( Henri Louis Mencken )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LE BRETON
Amiral de la Flotte
Amiral de la Flotte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6724
Age : 46
Ville : Paris 12ème
Emploi : Fonctionnaire
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Re: ROYAUME D'ECOSSE   Mar 10 Mar 2009, 22:39

Vu comment mon ainé agée de 13 mois massacre le journal télé j'imagine bien le résultat.........affraid affraid

_________________
kentoc'h mervel eget bezañ saotret (plutôt la mort que la souillure) devise de la Bretagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAUME D'ECOSSE   Mar 10 Mar 2009, 23:18

Euh les gars c'est pas que je sois opposé à la vie de famille mais mon topic commence à partir en vrille lol! affraid lol!

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ROYAUME D'ECOSSE   Mer 11 Mar 2009, 19:01

Fascinant et mignons ces histoires d'enfants. Mais nous etions en Ecosse, alors pourrions nous revenir
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAUME D'ECOSSE   Jeu 12 Mar 2009, 10:55

Armée de terre écossaise Scotish Royal Army (SRA)


1-Brève historique

A-Les premières années

L'armée royale écossaise à été créé par un Acte Royal du 12 mars 1754. Cette armée avait pour mission la défense du territoire écossais. Cet acte ne faisait que confirmer les décisions prises l'année précédente.

L'Acte Royal organisait l'armée de terre écossaise de la façon suivante :
-Garde Royale chargée de la protection du roi et de la famille royale.
-Légion Irlandaise
-Légion Prussienne
-Légion Bavaroise
-Milices comtales

-La Garde Royale est l'élite de l'armée écossaise. C'est une «armée politique» puisqu'elle était composée de membres des différents clans. Ses effectifs de départ sont de 5000 hommes passèrent à 20000 hommes en 1780 avant de retomber en 1805 à 7500 hommes. Elle à été rebaptisée Garde Nationale de 1807 puis est redevenue Garde Royale en 1814. Régulièrement réorganisée (1845, 1875 et 1910), elle atteignit son format actuel en 1945 :
-1er régiment de lancier
-4ème régiment de hussard
-7ème régiment de dragons
-12ème régiment de grenadiers
-14ème régiment de fusiliers
-5ème régiment d'artillerie

Ces unités ne sont pas que des unités de parade, elles sont de véritables unités de combat, des unités d'élite qui participent à toutes les interventions de l'armée écossaise.

-Légion Irlandaise : cette unité créé en 1746 à regroupé tous les volontaires irlandais qui ont participé à la reconquête de l'Ecosse en 1745 ainsi que des mercenaires recrutés à grand frais dans les régions catholiques de la verte Erin. Cette Légion se compose de quatre compagnies d'infanterie, d'un escadron de cavalerie légère et de deux batteries d'artillerie à cheval. Cette Irish Legion à été dissoute en 1807, recréée en 1816 et définitivement dissoute en 1848, les volontaires irlandais gagnant les unités de l'armée régulière.

-Légion Prussienne : cette unité créé en 1748 regroupait en réalité tous les volontaires protestants issus du monde germanique. Elle se composait de trois compagnies d'infanterie, de deux escadrons de cavalerie lourde et de deux batteries d'artillerie à cheval. Cette Prussian Legion à été dissoute en 1807 puis recréé en 1816 sous le nom de Légion Germanique qui est à son tour dissoute en 1848.

-Légion Bavaroise : cette unité créé en 1764 regroupait en réalité tous les volontaires catholiques issus du monde germanique. Elle se composait de deux compagnies d'infanterie, d'un escadron de cavalerie légère et d'une batterie d'artillerie à cheval. Cette légion dissoute en 1807 à été recréé en 1816 et définitivement en 1848

-Les milices comtales était une forme de service militaire. Chaque comté d'Ecosse (au nombre de 28 en 1745 et de 22 en 1760) devaient fournir chaque année un certain nombre de fantassins équipés chargés de la défense locale. A son apogée, la milice comtale regroupait 22000 hommes.

En cas de conflit, les milices comtales devaient assurer la défense locale pendant que l'armée régulière serait chargé de contre-attaquer et d'anéantir l'ennemi.

B-La période républicaine 1807-1814

Malgré sa briéveté, la République d'Ecosse à effectué une importante réforme militaire lié à son engagement au sein de la Grande Armée. La Garde Royale est rebaptisée Garde Nationale et réduite de 8 à 4 régiments (2 de cavalerie, 1 d'infanterie et 1 d'artillerie), les Légions de Volontaire sont dissoutes et remplacée par une armée de volontaires écossais.

Six demi-brigade de 5000 hommes furent ainsi levés dont deux intégrèrent la Grande Armée jusqu'à la campagne de Russie. En 1813, les milices comtales sont dissoutes après plusieurs mutineries royalistes. La rébellion royaliste empêcha au final la mise en place d'un service militaire obligatoire.

C-La restauration royaliste 1814-1918

Les premiers projets de réforme militaire commencent dès le couronement de Charles IV. C'est ainsi que le 10 janvier 1814 la Garde Nationale est rebaptisée Garde Royale avec 4 régiments d'infanterie, 2 de cavalerie et 1 d'artillerie soit 14000 hommes. Les Légions de Volontaires Etrangères sont recréés en 1816 et organisées suivant le même modèle avec 3 compagnies d'infanterie (1500 hommes) 2 escadrons de cavalerie (1000 hommes) et 2 batteries d'artillerie (500 hommes) soit un total de 9000 hommes. L'armée régulière se compose également de deux brigades d'infanterie à quatre régiments chacun (8000 hommes) une brigade de cavalerie à quatre régiments (4000 hommes) et une brigade d'artillerie à trois régiments (3000 hommes) sans parler de différents moyens de soutien.

L'armée écossaise aligne donc en 1820 un total de 40000 hommes, tous volontaires. Les milices communales ne sont d'ailleurs pas réactivées. En 1832, une réserve baptisée Home Guard est mise en place. Elle est chargée de la défense territoriale avec 2500 miliciens permanents plus 15000 réservistes.

Dans la grande tradition des Guise, les Lorraine se préoccupe de maintenir un outil militaire solide pour défendre la neutralité du royaume d'Ecosse. En 1848, les légions de volontaires étrangers sont dissoutes et l'armée régulière est unifiée et s'organise de la façon suivante :
-Garde Royale à 3 régiments d'infanterie (4500 hommes), 2 régiments de cavalerie (1600 hommes) et 1 régiment d'artillerie (700 hommes) soit 6800 hommes
-Corps d'Armée Nord (zone de responsabilité : au déla d'une ligne Dundee-Edimbourg-Ayr) deux brigades à quatre régiments d'infanterie (4000 hommes), deux régiments de cavalerie (1600 hommes) et un régiment d'artillerie (700 hommes) + un régiment du génie (500 hommes) soit un total de 13600 hommes

-Corps d'Armée Sud : trois brigades à quatre régiments d'infanterie (4000 hommes), deux régiments de cavalerie (1600 hommes) et un régiment d'artillerie (700 hommes) + un régiment du génie (500 hommes) soit un total de 20400 hommes

L'armée de terre écossaise aligne donc un total de 40800 hommes auxquels s'ajoute les 10000 hommes de la Home Guard. Ces effectifs restèrent stables jusqu'en 1905 date de l'établissement d'un service militaire obligatoire de 10 mois permettant la mise sur pied de deux brigades territoriales portant ainsi les effectifs de l'armée écossaise hors Home Guard à 60000 hommes.

Durant les deux premières années de la première guerre mondiale, 12000 volontaires s'engagèrent au sein de l'armée française en particulier dans la Légion Etrangère. L'entrée en guerre en 1916 marqua la création de deux brigades d'infanterie, les 1st et 2nd Scotish Brigade, des unités de marche issues des différentes brigades de l'armée écossaise.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAUME D'ECOSSE   Jeu 12 Mar 2009, 11:06

D-L'entre-deux-guerres 1918-1939

C'est avec une poignée de FT17 que l'armée écossaise expérimenta les tactiques du combat mécanisé

Il fallu attendre 1924 pour que l'armée écossaise se réorganise en prenant en compte les leçons de la première guerre mondiale. La Garde Royale se maintient dans ses effectifs et son armement mais les unités de la régulière sont réorganisées.

Les corps d'armée sont dissous et remplacés par l'échelon divisionnaire qui assure un rôle similaire à savoir l'encadrement d'une unité de combat et de soutien. L'armée écossaise est ainsi réorganisée en trois divisons, la 1ère basée à Inverness regroupe une brigade de cavalerie, deux brigades d'infanterie un régiment d'artillerie et un régiment du génie. La 2ème basée à Glasgow regroupe une brigade de cavalerie, deux brigades d'infanterie, un régiment d'artillerie, un régiment du génie et engerberait en temps de guerre tout ou partie des unités de la Garde Royale. Enfin la 3ème division est stationnée à Dumfries avec une brigade de cavalerie, deux brigades d'infanterie, un régiment d'artillerie et un régiment du génie. Ces trois divisions disposent donc au total de trois brigades de cavalerie soit 15000 hommes, de cinq brigades d'infanterie soit 30000 hommes, de trois régiments d'artillerie (2400 hommes) et de trois régiments du génie (3000 hommes) soit un total de 50400, 60000 en intégrant la Garde Royale.

En termes d'équipement, c'est le début de la mécanisation (camions, chars légers) et l'augmentation de la puissance de feu de l'infanterie avec fusils mitrailleurs, pistolets mitrailleurs, mortiers....... .

Le service militaire imposé en 1905 est suspendu en 1920, l'afflux de volontaire rendant inutile le maintien de ce dispositif par ailleurs fort impopulaire dans l'opinion.

L'armée ecossaise connait à cette époque une intense activité à la fois pratique et intellectuelle. Pratique parce que les manoeuvres se multiplient dans les îles Orcades et dans les Highlands et intellectuelle puisqu'une jeune générations d'officiers remet en question toutes les tactiques et toutes les stratégies.

Elle s'intéresse en particulier aux chars de combat. A titre expérimental, un régiment de la 1ère brigade de cavalerie basée à Inverness reçoit en 1925 une douzaine de Renault FT17, 8 équipés d'une mitrailleuse Vickers calibre 30. US et 4 équipés d'un canon de 2 livres anglais.

Lors de manoeuvres en 1926, les FT17 réussissent à s'emparer d'un état major des forces ennemies, prouvant leur capacité à rompre le front.

L'armée écossaise décida de motoriser une brigade complète, celle basée à Glasgow mais elle ne pu obtenir d'autres FT17 et après avoir envisagé de produire un char national, elle décida d'acquérir des Cruiser Mk1 au début des années 30, des chars semblables aux chars britanniques avec un canon de 2 livres et des mitrailleuses Vickers calibre 30. US. L'infanterie est porté par des camions tout terrain pendant que l'artillerie était encore tractée par camions en attendant un éventuel canon automoteur
La montée des tensions poussa l'armée écossaise à se réorganiser à nouveau, l'échelon divisionnaire fût supprimée et elle aligna désormais trois brigades de cavalerie dont deux motorisés et une à cheval, cinq brigades d'infanterie, trois régiments d'infanterie et trois régiments du génie. Le service militaire est rétabli permettant la mise sur pied de 8 brigades territoriales regroupait en deux divisions baptisées 51st et 52nd Highland Division .


Puis les braves FT17 cédèrent la place aux Cruiser Mk1 qui équipèrent l'armée écossaise jusqu'à son engagement dans la seconde guerre mondiale où ils furent remplacés par des engins plus modernes

E-La Seconde Guerre Mondiale(1939-1945)

A partir de 1942, l'engagement de l'armée écossaise provoqua la dissolution de la brigade de cavalerie à cheval encore restant et le maintien de deux brigades lourdes : la 7th Highlander Armoured Brigade était une brigade blindée composée d'un état major, d'un groupement logistique, de deux régiments de char, de deux régiments d'infanterie, d'un régiment d'artillerie et d'un régiment du génie tandis que la second, la 11st Lowland Infantry Brigade était une brigade d'infanterie composée d'un état major, d'un groupement logistique, d'un régiment de char, de trois régiments d'infanterie, d'un régiment d'artillerie et d'un régiment du génie.

Ces deux unités, fer de lance de l'armée écossaise reçurent l'armement le plus moderne issus des arsenaux britanniques et américains. La 7th HAB reçut ainsi des chars Cromwell, des half-track M3 et des automoteurs Sexton. La 11th LIB reçut des chars Sherman Firefly, des RAM Kangaroo et des automoteurs Priest.

En 1943, deux nouvelles brigades de combat furent mises sur pied, la 8th Highland Armoured Brigade et la 12th Lowland Infantry Brigade mais ces unités furent dissoutes en 1944 pour recompléter les 7th HAB et 11th LIB durement éprouvés par Market-Garden.

F-La Guerre Froide (1945-1991)

En 1946, l'Ecosse pensait pouvoir retrouver sa neutralité. La 7th Highlander Armoured Brigade fût ainsi dissoute le 7 juin 1946 à son retour d'Allemagne. Un projet d'armée neutre est ainsi déposé devant le Parlement le 8 septembre 1946 :
-Deux brigades d'infanterie légère
-Un régiment de cavalerie
-Un régiment d'artillerie
-Un régiment du génie
-Une douzaine de bataillons territoriaux

Ce projet est retoqué par le parlement qui le juge inapproprié dans ce contexte de guerre froide. En 1949, la mise en place de l'OTAN ainsi que l'aide des américains permis la mise en place d'une armée puissante composée des unités suivantes :

-Une brigade blindée, la 1st Armoured Brigade rebaptisée en 1951 7th Highlander Armoured Brigade
-Une brigade d'infanterie mécanisée, la 11th Lowland Infantry Brigade
-Un bataillon parachutiste
-Deux bataillons d'infanterie légère
-Un bataillon de Rangers
-Un bataillon d'artillerie tracté
-Un bataillon du génie
-Un groupement de soutien logistique

A ces unités s'ajoute en 1951, un groupement d'hélicoptères faisant de l'Ecosse un des pays pionniers dans l'action aéromobile

L'acquisition de Bell 47G constitua le début de l'histoire d'amour entre l'armée écossaise et les hélicoptères

Integrée à l'OTAN, l'Ecosse reçoit des bases américaines, des bases essentiellement navales comme Holy Loch pour les sous marins, Scapa Flow _base avancée puis base opérationnelle avec un porte-avions à partir de 1953_ tandis que du matériel stocké à Edimbourg et Inverness essentiellement du Corps des Marines.

En cas de conflit, la brigade blindée aurait été déployée au Danemark ou en Allemagne du Nord au sein du 1er corps germano-hollandais et engagée dans un combat de rencontre contre les armées soviétiques. La brigade d'infanterie mécanisée elle aurait été déployée aux Pays Bas pour protéger Rotterdam ou en Norvège. Le bataillon parachutiste et le premier bataillon d'infanterie légère intégrés à l'Allied Mobile Force-Nord (AMF-N) auraient été déployés dans le nord de la Norvège pour empêcher les soviétiques de prendre Trondheim tandis que le deuxième bataillon d'infanterie légère devait servir à l'AMF-Sud. Enfin le bataillon de Rangers aurait mis sur pied des patrouilles de reconnaissance profonde au profit des forces de l'OTAN en Europe Centrale.

C'est ainsi que les unités écossaises participèrent régulièrement aux différents exercices OTAN dont les célèbres manoeuvres REFORGER (Return Force to Germany) ou pour les compétitions CAT ou Canadian Army Trophy.

Cela n'empêcha pas de participer à des missions extérieures au sein de l'ONU. En 1975, le 1st Scotish Parachute Batallion est déployé au complet à Chypre pour surveiller la ligne de démarcations entre les parties grecques et turques de l'île. En 1978, c'est une compagnie du 2nd Light Infantry Batallion qui est déployé au Liban au sein de la FINUL inaugurant ainsi un engagement de près de 15 ans, l'Ecosse fournissant un bataillon à cette force jusqu'en 1992.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAUME D'ECOSSE   Jeu 12 Mar 2009, 11:15

G-L'armée écossaise et le nouvel ordre mondial (1992-2008)

La fin de la guerre froide marque un repli de l'armée écossaise. Comme tous les gouvernements, les politiciens écossais souhaitent récolter les «dividendes de la paix» en effectuant des coupes sombres au sein du budget militaire qui à son apogée représentait 12% du PIB

C'est ainsi que la 11th Lowland Infantry Brigade est désactivé et son matériel stocké, qu'un bataillon d'infanterie légère est dissous et que le bataillon de Rangers perd sa troisième compagnie de combat. Sur le plan du matériel, les commandes sont réduites au strict nécessaire


Le M113 équipe toujours l'armée écossaise même si les véhicules en service au sein de la 7th HAB ont été profondément modernisés

Fort heureusement dès 1994, l'Ecosse adopte une posture plus réaliste. Le deuxième bataillon d'infanterie légère est recréé et surtout la 11th Lowland Infantry Brigade est réactivée mais elle change de nature. D'une brigade d'infanterie mécanisée, elle devient une brigade légère blindée, ses M113 sont remplacés par des véhicules à roues et les Centurions sont remplacés par des AMX10RC.


L'Ecosse à été le troisième client export de l'AMX10RC après le Maroc et le Qatar

Le budget de la défense retrouve son niveau de 1990 ce qui permet depuis un renouvellement régulier du matériel.

Actuellement, l'armée de terre écossaise aligne les unités suivantes :

-7th Highlander Armoured Brigade basée à Inverness

-11th Lowland Infantry Btigade basée à Edimbourg

-15th Southland Infantry Brigade basée à Dumfries. Cette unité créée en 2008 va regrouper le 2nd Scotish Parachute Regiment, le 1st Scotish Ranger Regiment, les 3rd et 5th ing Infantry Regiment (infanterie légère), le 4th Light Artillery Regiment et le 6th Engineer Regiment.
Cette 15th SIB est connue officiellement comme brigade d'intervention et regroupe les bataillons jusque là indépendants et qui deviennent régiments.

-19th Scotish Airmobile Brigade. L'ancien groupement devient une brigade avec une augmentation de ses moyens

-23rd Scotish Logistic Brigade

L'armée de terre écossaise aligne donc actuellement environ 40000 hommes tous volontaires, le service militaire rétabli en 1942, suspendu en 1946 et rétabli en 1948 à été supprimé en 1999 à l'issu d'un débat houleux

A suivre : l'Evolution de l'armement

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LaurentV
Quartier Maître 1ère classe
Quartier Maître 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 426
Age : 49
Ville : Pyrénées
Emploi : enseignant
Date d'inscription : 12/02/2009

MessageSujet: Re: ROYAUME D'ECOSSE   Jeu 12 Mar 2009, 13:40

40 000 hommes dans l'armée de terre pour un pays de 5 millions d'habitants, c'est pas un peu beaucoup ? D'autant plus que ton Ecosse n'a pas vraiment d'ennemi terrestre proche, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ciders
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1537
Age : 31
Ville : Au milieu de la mare
Emploi : Chasseur de nuées
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Re: ROYAUME D'ECOSSE   Jeu 12 Mar 2009, 14:53

Je suis d'accord. Surtout avec la réduction des budgets qui a sans doute eu lieu après 1991.

25000 hommes, ça devrait suffir non ?

_________________
" Quand un diplomate dit 'oui', cela signifie 'peut-être' ; quand il dit 'peut-être', cela veut dire 'non' ; et quand il dit 'non', ce n'est pas un diplomate. " ( Henri Louis Mencken )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAUME D'ECOSSE   Jeu 12 Mar 2009, 15:01

J'ai mis environ 40000 hommes parce qu'il y à 5 brigades mais cela devrait être plus proche de 30000 hommes. la brigade blindée et la brigade d'infanterie devrait aligner 5 à 6000 hommes soit 10 à 12000 hommes; la brigade d'intervention devrait aligner également 5000 hommes mais la brigade aéromobile et de logistique devrait aligner 2 à 3000 hommes soit au total 20 à 25000 hommes.

Pour la suite ce sera une partie sur l'armement, ensuite je ferrais peut être une étude détaillée pour affiner les effectifs

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MM 40
Elève officier
Elève officier


Masculin
Nombre de messages : 1234
Age : 40
Ville : Lyon
Emploi : Enseignant
Date d'inscription : 05/11/2006

MessageSujet: Re: ROYAUME D'ECOSSE   Ven 13 Mar 2009, 15:09

Toujours aussi intéressant!!!cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAUME D'ECOSSE   Ven 13 Mar 2009, 16:58

Merci MM40, je m'amuse bien à imaginer l'armement des unités. Je viens de terminer les fusils et une fois que j'aurais terminé cette partie, je ferrais un ordre de bataille complet en 2009. Ensuite l'armée de l'air, la marine et la Home Guard (réserve)

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ciders
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1537
Age : 31
Ville : Au milieu de la mare
Emploi : Chasseur de nuées
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Re: ROYAUME D'ECOSSE   Ven 13 Mar 2009, 17:15

L'armement hein ? Ah quel bonheur de parcourir l'Encyclopédie des Armes de chez Atlas, et d'y chercher des armes improbables ! Very Happy

Je vais aussi me lancer pour Cuba, mais différemment. Je vais commencer par Cuba en 1940. Et le premier qui se marre en voyant mes obusiers tchèques, je me fâche. Mr. Green

_________________
" Quand un diplomate dit 'oui', cela signifie 'peut-être' ; quand il dit 'peut-être', cela veut dire 'non' ; et quand il dit 'non', ce n'est pas un diplomate. " ( Henri Louis Mencken )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ROYAUME D'ECOSSE   Ven 13 Mar 2009, 20:19

Vas y, on te suit
Nortland est toujours a la recherche d'inspiration pour scenario
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAUME D'ECOSSE   Sam 14 Mar 2009, 18:31

2-L'évolution de l'armement

A-Les fusils : du MacGregor au Longbow

L'armement de l'armée écossaise ne se fit pas sans difficultés. En effet, peu d'états étaient prêts à fournir des armes à ce nouvel état de peur de devoir affronter les foudres de l'Angleterre.

L'Ecosse usa dans ses premières années de divers subterfuges comme l'achat en contrebande, le vol dans des pays étrangers et en Angleterre ainsi que la fabrication de fusils nationaux ce qui permis certes d'équiper l'armée mais provoqua un joyeux foutoir dans l'armement avec différents calibres.

Ce n'est que vers 1770 que les choses s'arrangèrent. La monarchie favorisa la mise en place d'une industrie militaire, créant des arsenaux dans diverses villes d'Ecosse (Dumfries pour l'artillerie, Perth pour les fusils........) mais surtout favorisa les entreprises privées.

C'est ainsi qu'en 1775, la MacGregor Rifle Corporation fût fondée à Stirling faisant de cette ville du Firth of Forth, un bastion de l'industrie militaire, la MRC faisant travailler des milliers d'ouvrier.

C'est ainsi que tout au long du 19ème siècle, cette enterprise fabriqua pistolets et fusils au profit de l'armée écossaise

Tout se passa bien tant que les fusils étaient à chargement par la bouche mais quand la MRC se lança dans les fusils à chargement par la culasse, ce fût tout simplement une catastrophe.

Le premier fusil adopté baptisé Scotish Rifle mod. 1850 fût si mauvais qu'il fût surnommé le «faiseur de veuves» car il avait la particularité d'exploser en cas d'échauffement trop prononcé.

Malgré les différentes modifications, la réputation du MacGregor ne s'améliora pas et pour ne pas laisser l'armée écossaise sans fusils modernes, le gouvernement d'Edimbourg acquis en 1860 quelques exemplaires du Dreyse allemand qui n'allait pas tarder à faire ses preuves dans la guerre des Duchés (1864) et à la bataille de Sadowa (1866). Ces fusils furent intensément étudiés, démontés et remontés ce qui permis à la MRC de produire un nouveau fusil qui fit oublier le Scotish Rifle mod.1850.

Le fusil Dreyse

Calibre : 15.4mm Longueur : (totale) 1425mm (canon) 907mm Masse : 4,615kg
Hausse à curseur mobile capacité : 1 coup.


Cette action si elle fût efficace à court terme eut le tort de pousser les bureaux de MRC à une certaine paresse intellectuelle. Pour remplacer le Dreyse alors que plusieurs modèles nationaux avaient fait leur preuve, elle décida d'acquérir des Mauser modèle 1871 et d'en produire ensuite des modèles écossais.


Le fusil Mauser modèle 1871

Calibre : 11mm Longueur (totale) : 1350mm (canon) 855mm Masse : 4,5kg

En l'absence de guerres qui ont l'avantage de stimuler la recherche, il fallut attendre 1905 pour qu'un nouveau fusil n'équipe l'armée écossaise en l'occurence le Springfield M1903. Ce choix s'explique aisement : en 1902, la Mac Gregor Corporation venait de faire faillite et le démantelement des bureaux d'études empêcha la mise en place d'un fusil de conception nationale.

Le Springfield M1903 équipa en 1905/1906 d'abord la Garde Royale puis les unités régulières qui adoptèrent la méthode de tir britannique avec une discipline rigoureuse et un entrainement intensif permettant une cadence de tir de 8 à 12 coups par minute.


Le Springfield M1903

Poids : 3.9kg Longueur (totale) 1140mm (canon) 610mm Calibre : .30 (7.7mm) Vitesse initiale : 853 m/s Chargeur de 5 puis 10 coups.

5000 fusils furent commandés dans un premier temps directement à l'Arsenal de Springfield avant qu'une licence de production soit accordée à l'Ecosse.

Ne voulant pas refaire l'erreur de la Mac Gregor Corporation, le royaume d'Ecosse décide de produire le fusil dans des arsenaux nationaux.

Ce fusil devint l'arme standard de l'armée écossaise jusqu'au milieu des années trente avec des modifications. C'est ainsi qu'en 1932, les nouvelles armes disposent d'une poignée pistolet, d'une nouvelle baïonette et d'un chargeur de dix cartouches.

En 1938, le Springfield M1903 modifié 1932 fût progressivement remplacé par le Garand M1 donnant à l'Ecosse un fusil semi-automatique bien avant des pays comme l'Allemagne, l'Angleterre et la France.

Contrairement à l'habitude, l'urgence de la situation fit que la Garde Royale fût la dernière équipée et conserva ses Springfield jusqu'en 1943. A cette date, seuls quelques tireurs d'élite utilisaient encore ce fusil connu pour sa légendaire précision.

Le Garand devint ainsi le fusil standard de l'armée écossaise qui obtint la licence de production en 1941. C'est ainsi que l'Ecosse produisit des armes pour l'armée écossaise mais aussi pour l'armée américaine qui pouvait ainsi obtenir des armes plus vite qu'aux Etats Unis.

L'armée écossaise modifia ses armes, les dotant de sa propre baionette et transforma certaines armes en fusil automatique dans un but expérimental mais qui fût selon les experts pas dénué d'efficacité.


Le fusil M1 Garand équipa l'armée écossaise pendant plus de vingt ans

Calibre : .30-06 (7.62mmx63mm) Longueur (totale) : 1092mm (canon) 610mm Masse : 4.7kg non chargé 4.9kg chargé Portée : 400m Cadence de tir : 30 coups/minutes vitesse initiale : 30 coups par minute Chargeur : 8 cartouches.

Ce fusil resta en service jusqu'en 1955 date à laquelle l'Ecosse dut choisir un nouveau fusil au calibre OTAN (7.62mm). La logique implacable aurait voulu que l'armée écossaise adopte le M14, la version automatique du M1 Garand mais à la surprise générale,

l'Ecosse adopta le FN Fal de conception belge pour la simple et bonne raison que la Fabrique Nationale d'Armes d'Herstal offrait une licence de production «aux oignons» à la différence de l'arsenal de Springfield qui refusa.

Les premiers FAL écossais connus sous le nom de SR55 (Scotish Rifle mod. 55, date de son adoption) furent livrés par la FN en 1958 et les derniers produits par la Scotish National Rifle Corporation (SNRC) furent livrés en 1962.

Par rapport aux FAL belges, les SR55 étaient dépourvus de capacité de tir automatique, les soldats écossais estimant impossible ou du moins inutile de tirer en automatique, les SR55 étaient équipés d'un sélecteur de tir pour le tir au coup par coup ou par une rafale de trois coups. Ils reçurent plus tard une lunette pour le tir de précision. En 1963, les parachutistes, les rangers et les fantassins légers reçurent la version para avec une crosse repliable.


Le L1A1. Officiellement les écossais ont commandé des FN Fal avec les modifications apportés les rapprochent plus du L1A1

Calibre : 7.62mmx51mm Longueur (totale) 1090mm (canon) 533mm Masse : 4 à 4.45kg
Cadence de tir : 650 coups par minute Vitesse initiale : 823 m/s Portée efficace : 500m
Chargeur amovible de 20 ou 30 cartouches


Au début des années quatre-vingt, le FN FAL devait être remplacé. Non pas qu'il était dépassé mais tout simplement pour s'adapter au changement de calibre, le 7.62x51mm cédant la place au 5.56x43mm.

La privatisation de la SNRC en 1979 favorisa la recherche et le dévellopement et l'Ecosse dévellopa son propre fusil d'assaut baptisé Longbow (arc). Ce fusil inspiré du M16 dispose cependant de certaines particularités propres comme une poignée amovible démontable et un système de visée integré ainsi qu'une crosse télescopique semblable à celle du Colt Commando.

Les premiers fusils furent expérimentés au Liban en 1982 au sein de la Finul puis livrés en masse en 1984 et les derniers FN FAL furent remplacés en 1987.


Le SWC SR84 mk2 Longbow. 1-canon avec frein de bouche 2-poignée avant amovible 3-chargeur de 30 cartouches 4-viseur grossissement X4 5-sélecteur de tir : un coup, trois coups et automatique 6-détente 7-sécurité 8-lévier d'armement 9-crosse télescopique

A la version classique du fusil d'assaut, la Scotish Weapon Company (SWC ex SNRC) dévellopa une version fusil-mitrailleur avec un canon plus lourd, un bipied à la place de la poignée amovible et un double système d'alimentation : chargeur de fusil d'assaut classique de 30 cartouches ou tambour de 150 cartouches voir bandes de 250 cartouches.

La seconde version fût une version tireur d'élite de calibre 5.56mm ou 7.62mm avec canon long, bipied, rails Picatiny pour l'optronique et une crosse fixe. Une version police à aussi été dévellopée avec crosse fixe, sans poignée avant, chargeur de 20 cartouches et un sélecteur de rafale à 3 cartouches.

En 1992, une version améliorée du Longbow, le SR84 Mk2 entra en service. La crosse télescopique fût remplacé par une crosse pleine, la poignée amovible fût supprimée pour permettre l'installation d'un lance-grenades de 40mm et l'optronique était remplacé par un système plus moderne (A noter que les FS écossaises outre la mise en oeuvre d'armes étrangères [Colt M4, G36K] préfère le Mk1 au Mk2 en raison de sa crosse télescopique). C'est cette version qui est encore en service aujourd'hui même si un nouveau fusil est à l'étude.

Calibre : 5.56x45mm Longueur (totale) 998mm (canon) 480mm Masse : 3.6kg (à vide) Cadence de tir : 750 coups/minute Vitesse initiale : 920 m/s Portée : 200 à 800m

A suivre

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ROYAUME D'ECOSSE   Sam 14 Mar 2009, 19:00

Beau dessin lol!


Toujours aussi détaillé, par contre si tu comptes passer en revue les grenades, canons, chaussettes, jeux de boulons et autres utilisés par ton armée écossaise imaginaire tu risques de passer un moment dessus.
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAUME D'ECOSSE   Dim 15 Mar 2009, 21:42

B-Revolvers et Pistolets

Dès sa création, l'armée écossaise se dota de pistolets. A l'époque, c'était l'une des armes de prédilection de la cavalerie, les dragons écossais étant armés au cours de la campagne de Russie d'un sabre et de deux pistolets.

Ce que l'on sait moins c'est que l'Ecosse devint l'un des premiers pays à adopter le révolver à barillet de Samuel Colt. Dès 1844, l'armée écossais fit l'acquisition d'un petit lot de ces révolvers révolutionnaires pour l'époque, équipant d'abord la cavalerie puis les officiers et tous les soldats n'ayant besoin ni d'un fusil ni d'une carabine.

C'est ainsi que jusqu'à la première guerre mondiale, l'armée écossaise resta fidèle au revolver à barillet. En 1874, elle adopta le révolver français Chamelot-Delvigne connu dans l'armée française comme le révolver modèle 1873 et dans l'armée écossaise comme le Scotish Revolver mod.74, revolver qui resta en service jusqu'en 1915 date à laquelle, il céda la place à un pistolet.


Le Scotish Revoler mod.74

Longueur : 242mm Poids : 1220g Barillet de 6 cartouches de 11mm.

En 1915, l'armée écossaise changeant son fusil d'épaule troqua le révolver pour le pistolet automatique. C'est ainsi que les SR74 furent remplacés par des Colt M1911 qui devinrent au sein de l'armée écossaise, les SP11. Ce pistolet équipa aussi bien les officiers, les sous officiers et les hommes de troupes comme arme d'autodéfense mais aussi comme arme principale en particulier dans les unités logistiques ou la police militaire.

Longueur (totale) 219mm (canon) 128mm Poids : 1.360kg Vitesse initiale : 252 m/s Capacité : chargeurs de 7 cartouches de .45 (11.43mm)


Le Colt M1911A1

Le SP11 resta ainsi jusqu'aux années 80, le pistolet standard de l'armée écossaise et ce n'est qu'en 1985 qu'il céda la place au Glock 17, pistolet automatique de fabrication autrichienne de calibre 9mm Parabellum.

Longueur : (totale) 186mm (canon) 114mm Masse : (vide) 625g (chargé) 905g Capacité : chargeur de 15 cartouches

Les différents combats en particulier en Afghanistan ont cependant montré que le 9mm n'est pas un calibre parfait et qu'un projectile plus puissant est parfois nécessaire. Aussi l'armée écossaise n'exclut pas l'achat d'un pistolet en calibre .45.


Le Glock 17

C-Pistolets mitrailleurs

En entrant en guerre, l'armée écossaise ne possédait que des fusils comme armement pour son infanterie. Au cours des différentes offensives sur le front français, le Springfield M1903 se montra malaisé à être utilisé pour le nettoyage des tranchées. Au bout de quelques semaines, les soldats écossais gardaient généralement leur fusil à l'épaule et avançaient le pistolet au poing et à coup de grenades judicieusement lancées.

Cette situation ne pouvait pas durer et comme toutes les armées confrontées à ce problème, l'armée écossaise eut recours à une nouvelle arme : le pistolet mitrailleur qui combinait une très grande puissance à un encombrement réduit, une sorte de mitrailleuse en mignature.

Après avoir capturé quelques Bergman M1918, l'armée écossaise devient la première armée occidentale à mettre en oeuvre un pistolet mitrailleur même si cela ne dépassa l'échelle locale.


Le pistolet-mitrailleur Bergmann MP18-1

Le pli était cependant pris et en 1928, l'armée écossaise fit l'acquisition de pistolets mitrailleurs type Thompson utilisant le même calibre que les Colt 45. Cette arme équipa dans un premier temps la cavalerie puis se diffusa progressivement dans l'infanterie écossaise qui doubla ses Springfield par ces nouvelles armes à la puissance dévastatrice, idéales pour le coup de main et le nettoyage des tranchées.

Longueur : (totale) 811mm (canon) 267mm poids (à vide) : 4.9kg Capacité : chargeurs de 20 ou 30 cartouches Portée pratique : 50m Cadence de tir : 1000 coups/minute

Ces armes sont ainsi utilisées par les unités écossaises durant la seconde guerre mondiale, l'infanterie accompagnée les chars troquant souvent ses Garand fiables mais encombrant contre ces armes plus compactes et d'une puissance de feu supérieure.


Le pistolet mitrailleur Thompson M1A1

Le Thompson n'étant pas éternel, l'armée écossaise décide de le remplacer au début des années soixante. Elle acquiert ainsi un lot conséquent (4800 exemplaires) de MAT49, un pistolet mitrailleur de conception et de fabrication française.

Cette acquisition fait scandale. En effet, les premières livraisons ont lieu en 1960 et cette arme est associée à la guerre d'Algérie fortement impopulaire en Ecosse (cela posera un problème identique quand des officiers écossais se rendront en Algérie pour étudier les méthodes de guerres aéromobile). Es-ce le contexte ou un défaut de fabrication mais en tout cas, ces armes sont relegués à la réserve dès 1970 et definitivement réformés en 1980.

Longueur : 90cm Poids (chargée) : 4.60kg Cadence de tir : 600 coups/minute Portée :50 à 100m Capacité : 32 coups


Le pistolet mitrailleur MAT 49

Ce n'est qu'en 1975 que le pistolet mitrailleur Thomson est définitivement remplacé par le pistolet mitrailleur Uzi de conception et de fabrication israélienne. C'est à l'issu d'un concours dans lequel s'affrontèrent le MP5 et l'Ingram MAC 11 que l'arme inventé par Uziel Gal s'imposa. Cette arme est d'ailleurs encore en service en 2009 même si un projet de remplacement par une arme de conception nationale est à l'étude.

L'Uzi crosse déployée

Longueur : (crosse pliée) 470mm (crosse dépliée) 650mm Poids : (à vide) 3.5kg (chargé) 4.1kg Cadence de tir : 600 coups/minute Vitesse initiale : 400m/s Portée : 100m Capacité : chargeur de 32 cartouches


Le XP24 pourrait remplacer l'Uzi d'ici deux ou trois ans mais peu d'informations circulent sur ce projet
1-Canon avec frein de bouche 2-lampe duale lumière blanche/IR
3-Poignée avant 4-sélecteur (coup par coup, automatique et sécurité)
5-levier d'armement 6-sécurité 7-gachette 8-viseur 9-crosse.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ciders
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1537
Age : 31
Ville : Au milieu de la mare
Emploi : Chasseur de nuées
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Re: ROYAUME D'ECOSSE   Dim 15 Mar 2009, 21:48

Claus, tu es complètement tordu. Mr. Green

_________________
" Quand un diplomate dit 'oui', cela signifie 'peut-être' ; quand il dit 'peut-être', cela veut dire 'non' ; et quand il dit 'non', ce n'est pas un diplomate. " ( Henri Louis Mencken )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ROYAUME D'ECOSSE   

Revenir en haut Aller en bas
 
ROYAUME D'ECOSSE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» Anne PERRY (Royaume Uni/Ecosse)
» Peter MAY (Royaume-Uni/Ecosse)
» Robert Louis STEVENSON (Royaume-Uni/Ecosse)
» Dominic COOPER (Royaume-Uni/Ecosse)
» Janet MORGAN (Royaume-Uni/Ecosse)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Divers :: Les Marines Imaginaires-
Sauter vers: