AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La contre armada anglaise de 1589:

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La contre armada anglaise de 1589:   Mer 04 Fév 2009, 08:06



Nous avons tous en mémoire le fracas de la « jornada de Inglaterra « , c est ainsi que les espagnols appellent ce que les anglais, apres coup, ont baptiser comme l armada invencible, apres que les elements climatiques l aient fait echouer, et non pas la flotte anglaise, comme la legende veut.

C est pour cela qu une exposition en 1988 qui commémore les faits, mise sur pied par le National maritime Museum, avec l aide d historiens espagnols, donc, l exposition, qui se basait sur les documents de l epoque, demontra au public anglais, la vérité sur les faits, une vérité qui allait contre la legende qui depuis des siecles etait crue du peuple anglais. Tel fut le choc des visiteurs, que pas mal de journaux britanniques dénoncèrent que l exposition devrait etre fermée, vue qu elle jetait par terre, l orgueil britannique, si nécessaire pour la conduite du peuple!

Des journaux comme le Daily Express, le Daily Mail, ne se lasserent pas de critiquer, selont eux, le révisionnisme historique, et la présence d étrangers au sein de l exposition.

A lire: If the Armada had landed, de Garrett Mattingly, ou l auteur demontre la puissance des troupes espagnoles, et de la sure conquête des iles si le debarquement réussissait. D autres comme Stephen Deuchar, demontreron que Drake n etait pas aussi brillant que la legende le veut, ni que la puissante escadre espagnole fut aussi puissante, ni l escadre anglaise aussi faible que le monde croyait, elle etait au moins equivalente a l ennemie, et en plus beneficier de la proximite de ses bases. Donc selont eux, le fait que la flotte anglaise fut incapable d obtenir une victoire, démontre soit l incapacite anglaise pour empecher le debarquement, soit la malchance des envahisseurs, soumis aux forces de la nature.
Robert Smith, et l amiral Lord Lewin arriverent a la conclusion, que ce furent les elements et non les combats qui interdiront a l escadre espagnole de pouvoir atteindre son objectif. Colin Martin et Geoffrey Parker s accordent a reconnaître l importance des elements et non l action de la flotte anglaise comme la clef non pas de la victoire anglaise, sinon de la non possibilité de débarquement des espagnols. L exposition démontra en fait que le pouvoir naval de Felipe II ne fut pas amoindri par les pertes, au contraire.
Devant les preuves incontournables, que seuls les plus nationalistes des journaux continueront a nier, d autres auront la sagesse de corriger leurs postures. «The Guardian»: «The Spanish were beaten by the wather, but it was our weather, wasn't it?».

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La contre armada anglaise de 1589:   Mer 04 Fév 2009, 08:08



Donc, en 1589, les anglais, pensent que le pouvoir naval des espagnols etait reduit a zero, décidèrent d envoyer une escadre vers la cote atlantique espagnole, puis descendre vers Lisboa ou elle s unirait aux forces du rebelle Antonio de Crato pour prendre le pouvoir au Portugal.




Le commandement de l escadre fut donner a Drake, ce qui aura de mauvaises consequences.

Comme chef des troupes de debarquement, sir John Norris fut choisi, un autre mauvais choix, les deux chefs ne tarderont pas a se contredire tout au long de l expedition.



Pas moins de 23.375 hommes de troupe, 5.000 marins, 1.100 chevaliers et nobles, 950 volontaires hollandais, a bord de 150 ou 200 vaisseaux, dont pas moins de 60 de transport de troupes. Les chiffres de bateaux sont assez difficiles a confirmer, vue la volonté anglaise d effacer les preuves du desastre.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La contre armada anglaise de 1589:   Mer 04 Fév 2009, 08:09



La flotte anglaise mettra le 13 avril cap vers les cotes espagnoles. Deja au cours du voyage, pas moins de 20 navires anglais, rebrousseront chemin, déserteront, pas si sur que ça de pouvoir faire face a l ennemi.

Drake, une fois face aux ports atlantiques espagnols, n osa pas attaquer, de peur de devoir faire face aux vaisseaux espagnols, qui etaient en reparation suite aux tempetes qui les avaient malmener l annee précédente.

Les anglais mirent cap vers le port de la Coruña, ou ils arriverent le 4 mai. Comme la Coruña etait la base logistique d ou les vaisseaux espagnols s equiper pour les futures actions contre les cotes anglaises, Drake crut que ce serait une bonne affaire pouvoir piller le port. Si on ajoute a ce fait, la rumeur de la presence d un galion qui retournait des Ameriques plein de tresors...

Le port, etait de moindre importance pour les espagnols, raison pour laquelle les troupes en garnison etaient de l ordre de 1.500, 2 galeres, 3 navires de guerre, dont un en reparation et désarmé.

La presence du fabuleux galion était fausse, d ou le petit nombre de defenseurs.




Les anglais debarqueront, et pendant plusieurs jours devront se battre contre les soldats mais aussi contre les habitants de la ville, qui participeront a la defense, faisant payer au prix fort aux envahisseurs chaque metre, chaque rue.

Finalement, le 18 mai les anglais partiront, les renforts espagnols s approchant, ayant perdu 1.300 hommes et 7 navires. Pas mal d anglais furent capturer, en etat d ebrietee!

Drake avait dilapider ses troupes sur un objectif secondaire, sans benefices, perdant énormément de temps et mettant en garde son ennemie.

Entre la troupe, vu la dure résistance de la Coruña, du nombre de morts et blesses, du manque de vivres, et du debut d une epidemie, le moral tomba assez bas.

10 vaisseaux abandonnerent l escadre et retournerent vers l Angleterre.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La contre armada anglaise de 1589:   Mer 04 Fév 2009, 08:10



Le 24, face aux cotes portugaises, a Peniche, s effectua un debarquement, perdant les envahisseurs pas moins d une centaines d hommes, la plupart noyés, face a une faible defense.

10.000 envahisseurs prirent la direction de Lisboa, attaques par des petits groupes de soldats hispano-portugais.

Drake, devait avec la flotte, remonter le Tajo et attaquer la ville depuis le fleuve, prenant a revers les defenseurs. Les anglais esperaient avec l aide des rebelles, prendre facilement l objectif.

Mais les troupes anglaises, n avaient pas suffisamment de chevaux pour transporter ni le materiel, ni l artillerie, 44 en tout, les soldats durent pousser/porter, pendant pres de 80 km tout le materiel necessaire pour l attaque.

Faute de vivres, de chevaux, avec une aide des portugais rebelles plutôt mince, devant la fuite des civils avec leurs possessions, sans nourriture, les maladies firent pas mal de dégâts parmi la troupe.

Les attaques des unités de reconnaissance hispano-portugaises firent des dizaines de morts, creant un climat de peur entre les envahisseurs. 3 étendards seront pris a l ennemis, et seront exposes a la cathédrale de Siguenza comme offrande pour la victoire.

Le 4 juin, les envahisseurs sont aux portes de Lisboa, ou 7.000 defenseurs etaient prets pour l action.

Les galeres de l escadre de Portugal aux ordres de Alonso de Bazan, frere de Alvaro de Bazan, attaqueront sans relache l escadre anglaise qui remonte le Tajo. Et pas seulement l escadre ennemie, aussi les troupes anglaises, qui s approchait de la rive seront victimes de l artillerie des galeres. Les galeres effectueront nombreuses incursions sur les arrieres ennemies, empechant celui ci d etablir une defense efficace, ne sachant pas d ou viendrait le coup suivant, de jour comme de nuit. 300 soldats espagnols seront débarqué sur les arrières ennemies, causant d importants degats au train anglais.

Drake, etait passif face au château de Cascais, que etait au mains des rebelles, Norris, vu l etat de ses troupes et des actions offensives espagnoles, demandait sans repit une reaction de Drake, lequel ne fit rien, au grand dam des autres chefs, qui ne douteront pas a l appeler lache a plusieurs reprises, surtout Antonio de Crato, qui voyait ses possibilités de prendre le pouvoir s evanouir.

Telle fut l incapacite de Drake de reagir, que ses ennemies que le 11 septembre, 9 galeres de l escadre d España, sous les ordres de Martin de Padilla passeront sous sa barbe debarquant un millier de soldats.

Les seules action de Drake furent celles de prendre plusieurs petites embarcations, la plupart de pais neutres, qu il fut obliger de liberer a son grand regret.

Devant l impossibilité d une victoire, le 16 les anglais decident de se retirer, laissant sur place, de nombreux soldats, qui furent faits prisonniers, armes, artillerie, les documents secrets du prétendant portugais...

Devant la retraite des anglais, les espagnols, envoient les galeres de Martin de Padilla a la poursuite, et le 18 juin, une accalmie des vents permet aux galeres de passer a l action. Devant les attaques des galeres, plusieurs navires pris par les anglais profiteront l occasion et s echapperont, ainsi plusieurs navires français furent liberes, ainsi qu un navire hollandais, retournant a Lisboa. Devant la crainte que la flotte anglaise prenne la direction de Cadiz, la plupart des galeres prirent cette direction, laissant une partie des galeres continuer la lutte.

Une nuit, les espagnols envoient un esquif avec a bord un anglais catholique, qui a l abri de l obscurite, obtiendra de precieux reinsegnements sur l escadre ennemie.

Comme l accalmie continua, les galeres decident de porter des coups plus severes a le ennemie: elles s approcheront par la poupe des navires anglais, et les prendront en enfilade avec leurs artillerie de proue. 7 galeres, se releveront de la sorte sur les navires ennemies, prenant 5 navires anglais, qui seront couler par la suite, faisant 130 prisioniers. Les anglais, tenteront de faire front aux attaques, sans succès. Finalement, le vent se leva et les anglais mirent toutes voiles dehors pour echapper.

Martin Padilla, decida de retourner a Cadiz, et donna la releve a Alonso de Bazan, qui reussira a prendre aux anglais 3 navires les jours suivants.

Le retour vers l Angleterre fut terrible, a la faim, les maladies, s ajoutait un météo horrible, et les maudits espagnols que ne les laisser pas tranquilles.

Apres les galères, ce fut le tour de Diego de Aramburur, qui avec plusieurs frégates pris aux anglais 2 navires de plus.

Le retour aux ports anglais fut triste, la majeure partie des equipages etaient morts, malades ou blesses, ainsi a bord du Dreadnought, sur 350 membres d equipajes, la moitie etaient morts, et sur le reste seulement 14 pouvaient se valoir d eux même.

Selon des estimations anglaises, a peu pres la moitie des participants perdirent la vie, soit a cause des combats, maladies, naufrages, prisonniers...

L epidemie se repandit le long de la cote, faisant de nouvelles victimes.

Devant le desastre, la couronne créa une commission d investigation, qui devant l amplitude du desastre, decida faire oublier l histoire, recommandant, que Drake fusse reléguer a des fonctions mineures comme châtiment, de fait il fut envoyer a Plymouth, et pendant plusieurs annees il n obtiendra aucun commandement, et devant des debarquements espagnols sur sol anglais, il ne reagira pas.




Cette action, vaut bien celle des espagnols de 1588, avec la différence, que le pouvoir naval espagnol loin d etre amoindrit, fut au contraire, capable d augmenter, rapidement, de nouveaux navires seront construit, les abimes répares, Le roi Felipe II pouvait se permettre des pertes que les anglais no pouvait pas.



Dernière édition par mmdb_1 le Ven 06 Mar 2009, 23:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
LE BRETON
Amiral de la Flotte
Amiral de la Flotte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6660
Age : 46
Ville : Paris 12ème
Emploi : Fonctionnaire
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Re: La contre armada anglaise de 1589:   Mer 04 Fév 2009, 17:46


_________________
kentoc'h mervel eget bezañ saotret (plutôt la mort que la souillure) devise de la Bretagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La contre armada anglaise de 1589:   Dim 06 Fév 2011, 19:23

Comment furent reçus les marins qui firent face au espagnols de la Grande y Felicísima Armada, en aout 1588.


D abord a bord des navires il y avait pénurie d’aliments, chose assez courante dans les navires anglais, comme il apparait dans les relations d’autres faits d’armes.


Apres 3 semaines en mer, les équipages anglais étaient fatigues, et certains après avoir attendus que les navires espagnols disparaissent sur l’horizon, du fait des fortes tempêtes, tarderont 5 jours a pouvoir toucher port, et ceci en sachant qu’ils étaient près de la cote.
La reine croyait que le danger d’un débarquement était conjurer, mas pas Howard, ni même Drake, qui pensaient que si la meteo changeait a meilleure, les espagnols pouvaient bien réapparaitre.
Les navires anglais qui touchaient les ports, s’aperçoivent que rien n’a été préparé pour les recevoir, ni vivres, ni eau, ni même les moyens pour secourir les malades et blesses.
Howard écrira a Walsingham, qu’il avait vu nombre de marins mourir aux coins des rues, que la mortalité était élevé entre les malades et blesses.
“ I am driven myself, of force to come a land to see them bestowed in some lodging, and the best I can get is barn and such outhouses. It would grieve any man´s heart to see them that have served so valiantly to die so miserably…”
Ainsi a bord du Elizabeth Jonas, presque un 50% de l’équipage mourra de maladie.
Les malades propageaient les infections a la population, qui les traita comme des pestés.

“ The infection is now grow very great and in many ships ,and now very dangerous…” Those that come in fresh are soonest infected, they sicken one day an d die the next…”

Au cours du mois d’aout, la situation était telle qu’à peine quelques navires possédaient des équipages suffisant pour pouvoir appareiller.

En plus, la reine économisa en aides matérielles au malades et blesses, mais aussi elle tarda a payer les salaires des marins, faisant que même les encore valides finissent par succomber aux maladies faute d argent pour acheter des aliments.
Howard fit des calculs pour essayer de payer les salaires de sa poche.
“ it were pitiful to have men starve after such service…” informa Howard a Walsingham.

Au mois de decembre la situation etait encore la meme.
Meme les prisonniers espagnols mourront de faim et de maladie.

Armada, Planning, battle and after, de Robert Milne Tyte, ed. Robert Hale, London,1988.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La contre armada anglaise de 1589:   

Revenir en haut Aller en bas
 
La contre armada anglaise de 1589:
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La contre armada anglaise de 1589:
» Hommes bêtes contre Empire 2000 Pts
» BEOWULF : l'épopée fondamentale de la littérature anglaise.
» Black Books (série anglaise)
» Tour 3: Orcs & Gobelins contre Elfes-Noirs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: LA MARINE A VOILE :: Période 1412-1625-
Sauter vers: