AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 conflit seine et oise contre force de l'axe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
david
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2035
Age : 42
Ville : Eaubonne
Emploi : éducation nat
Date d'inscription : 08/11/2005

MessageSujet: conflit seine et oise contre force de l'axe   Dim 14 Déc 2008, 14:37

avertissement

j'ai été à ce scénarion en réparant une centaine de maquette

je vous explique, j'ai déménagé du val d'oiseà l'oise et lors du transport en voiture d'une partie de mes collections, je me suis fait rentré dedans par une voiture qui avait grillé un feu à deux pas de chez moi grrrrrrrrrrrrrrrrr cet a reconnus ses tords mais je vous dis pas le désatre bref toulon et pearl harbor réunis

résultat de l'opération, je suis passé pour un cinglé car chez le garagiste j'ai interdit tous travaux tant que j'avais pas passé la voiture au peigne fin

donc voici le début des aventure de mes navires, je vous demande par avance de m'exuser pour les invraisemblances

_________________
je ne suis pas fou, juste un peu cinglé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
david
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2035
Age : 42
Ville : Eaubonne
Emploi : éducation nat
Date d'inscription : 08/11/2005

MessageSujet: Re: conflit seine et oise contre force de l'axe   Dim 14 Déc 2008, 14:38

La guerre est déclarée !



Lors d’un exercice entre la flotte de la Confédération de la Seine et Oise et les forces anglo-saxonnes en mer du nord comprenant pour la Confédération :



Les Porte-avions Charles de Gaulles, Foch, Joffre, Arromanches et Jeanne d’ Arc, les navires de lignes Richelieu, Jean Bart, Clemenceau et Dunkerque, les croiseurs De Grasse et Colbert, les frégates Duquesne, Suffren, De grasse, Tourville, Duguay-Trouin, La Fayette et Courbet, les escorteurs d’escadres Tartar Kersaint et Dupetit-Thouars, les escorteurs d’escadres, Vauquelin, Surcouf, Maillé Brézé, Cassard, Forbin et Guépratte ; les escorteurs rapides, Alsacien, Vendéen, Provençal, Brestois, Gascon, Normand, Picard, Corse, Bourguignon et Savoyard et un snle non identifié.



Pour les anglo-saxons,

Les porte-avions Illustrions, Victorious et Collossus et les navires de lignes King Georges V et Prince of Wales.



Ces navires repartis entre deux forces l’un bleu et l’autre rouge. Les bleus défendants Scapa Flow avec les navires suivant : toutes les forces britanniques, la Jeanne, l’Arromanches, le Joffre, trois Tourville, le De Grasse (cr), quatre escorteurs d’escadres et six escorteurs rapides.

Les rouges partant de la Thames doivent franchir le barrage des bleus et tenir une heure devant Scapa. Cette force comprend tous les navires non cité dans les forces bleus.



Au même moment, une escadre de l’axe opère une sortie vers la Norvège au départ de Whilhelmshaven. Cette flotte comprend trois cuirassés classe Bismarck, un croiseur de bataille classe Scharnhorst, deux cuirassés de poches, deux croiseurs lourds neuf zerstorers et trois toorpendenboot. Son but est de remonter vers Bodo, de se joindre à une petite escadre russe composée du Kiev, du pierre le Grand, d’un croiseur classe Slava. La jonction établie, les forces combinées de l’axe font demi-tour et naviguent vers la baie de la Jade.

Ils sont survolés par un sem photo du Joffre qui est immédiatement abattue par un missile russe sans avoir pu donné l’alerte. L’amiral lutjens sur le Bismarck demande aussitôt une couverture aérienne à Berlin et place tous ses navires aux postes de combats.



Sans nouvelle du sem, le Joffre prévient l’amiral Lambert sur le Charles de Gaulle qu’un sem a disparut. Ce dernier suspend l’exercice et donne ordre de concentration à l’ensemble de la flotte à un point situer à 200 milles à l’est de Scapa Flow. Il envoie en opération de sauvetage la Jeanne d’Arc, l’Arromanches, les P.A. anglais, le De Grasse (asm), le Tourville et le joffre.

Ces navires adoptent un dispositif en râteau sauf l’Illustrious et le Victorious qui sont en retrait de 15 milles. Ils ignorent tous de la présence de forces hostiles dans le secteur. Malgré un mauvais temps qui s’installe le Bismarck détecte au télémètre les navires alliés. Il autorise l’ouverture du feu quelques minutes après. L’Hindenburg, le Luztow et le Hipper choisissent le Joffre qui est la plus grosse cible et l’atteint dès la première salve de quatre obus de 380. Il va recevoir en tout 8 obus de 380, 10 de 203 et 15 de 280. C’est une chance pour les autre navires qui lancent leur aviations soit 14 corsairs, 8 Brézé, 12 wilcats, 12 sworfishs, 8 Brézé et 4 barracuda. La Jeanne s’approche du Joffre accompagné des deux tourvilles mais le Tirpitz la prend pour cible et touche à la deuxième salve les conteurs à exocet. Ils explosent et soufflent littéralement la superstructure du croiseur école. La puissance de l’explosion est tel que le De Grasse se couche sur les flots et perds une grande partie de sa mature. Le Tourville vit un véritable martyre par rapport aux deux autres navires, un coup au but de 280 sur la passerelle la détruit, ainsi que tous les locaux y attenant, il stoppe, net privé de propulsion. La fumée des incendies masque le reste de la flotte aux allemands. Ces derniers cessent le feu et demande au Kiev d’envoyer des yaks vers les épaves en feux. Dix forgers décollent avec l’ordre de repérer les navires intacts et de tirer leurs roquettes sur les îlots des porte-avions. Dix minutes plus tard, malgré un barrage anti-aérien intense, le Colossus, l’Arromanches et le Victorious sont touché et on tous perdus leurs radars, leurs principaux moyens de communications et une partis de leurs états-majors. L’Illustrious échappe par miracle à l’attaque, prend le contrôle des navires sur zone et prévient le Charles de Gaulles de l’attaque.



L’amiral Lambert n’a pas attendus l’attaque des yaks pour réorganiser ses forces, sa priorité étant le sauvetage des navires en première ligne. Il met en place cinq groupes :



Le premier est centré sur le Charles de Gaulles, qui grâce à ses rafales et ses Brézé lui permettent de rester loin de la zone de combat tout en contrôlant cette dernière. Reste avec lui tous les escorteurs rapides et les deux frégates La Fayette. Ses missions sont de maintenir en l’air deux Hawkeyes, envoyer un raid de rafales sur la flotte ennemie. Pour cela, il échange ses super-étandards contre les alysées du Foch qui sont inutile.



Le deuxième groupe est constitué de tous les navires de ligne sous le commandement du contre-amiral Hood sur le Prince of Wales. Il ne possède aucun navire d’escorte, ils comptent sur leurs vitesses et les avions que pourras lui envoyer L’Illustrious pour se couvrir. Ils doivent occuper les navires de lignes germaniques entre les raids de l’aviation embarquée.



Le troisième groupe comporte les croiseurs De Grasse, Colbert, les frégates Duguay-Trouin, Suffren, Duquesne et les escorteurs tartars Kersaint et Dupetit-Thouars. Ils doivent assurés la protection anti-aérienne de la première zone de combat.



Le quatrième groupe comprend le Foch et tous les escorteurs d’escadres restant. Il doit se rapprocher des forces de l’axe pour lancer ses sems soit 32 avions avec ceux du Charles de Gaulles.



Le cinquième groupe est constitué par la Royal Navy qui doit recueillir tous les navires engager dans la rade de Scapa Flow.







Après le retour des Forgers, l’amiral Lutjens, sentant une menace invisible et comptant sur l’aide de sa propre aviation basé à terre qui doit arrive d’ici quelques minutes au dessus de sa flotte, divise sa flotte en deux groupes, les navires de ligne allemands plus les croiseurs lourds. Le reste de la flotte doit entré en mer baltique, une fois les navires russes en sécurités, les zerstorers et la deuxième escadre doivent rejoindre les navires à la mer pour donné le coup de grâce à la flotte alliée, l’amiral allemands ignorant la présence de quatre groupes de combats à la mer et pensant plus à une réaction de la Royal Navy. Une ou deux minutes après cet ordre, le raid lancer par les alliées sort des nuages et attaquent les navires. Seuls 6 corsairs, 4 barracuda et 6 helldivers sont présent. Voyant au lion des Me 209 arrivés, les corsairs renoncent à l’attaque et se lancent vers les chasseurs ennemis. Ces derniers ignorant la présence des avions torpilleurs volent vers les corsairs. C’est une lourde erreur que va payer l’Admiral Scheer, il reçoit trois bombes de 250 kilos lâchés par les barracudas. Sa passerelle est détruite, la cheminée n’est plus qu’un lointain souvenir et sa tourelle avant bien qu’apparemment intacts fume d’un trou au milieu de son glacis. Les helldivers ratent leurs coups car ils se sont attaqué aux Bismarck et Tirpitz, ces derniers se couvrant mutuellement. Les corsairs ne perdent aucun appareil et peuvent fuir car la chasse germanique à ordre de rester auprès de la flotte. Le Z 29 rallie le Scheer pour l’aider à éteindre ses incendies et le prends en remorque vers Oslo. Une demi-heure plus tard, l’alerte retentit sur tous les navires allemands. Les Me 209 ont détecté l’approche des rafales, sur l’ordre du navire amiral. Ils renoncent à l’attaque des navires pour s’en prendre aux chasseurs allemands. Le leader de la formation allié décide d’attirer l’ennemie en haute altitude pour ne pas craindre la dca adverse. Les 12 rafales abattent en dog figth 8 chasseurs germains et rompent le combat à cours de munitions. Ils restent 10 Me 209 pour protéger les navires de l’amiral Lutjens. Les sem du Foch profitent de la diversion des rafales pour attaquer à l’exocet ou à la bombe les navires de l’Axe. Les exocets sont lancés sur les navires de la classe Bismarck et les bombes sont pour le Luztow et le Prinz Eugen. Tous les exocets touchent le Bismarck et l’Hindenburg. Le Bismarck est touché par deux engins sur la ceinture cuirassée et n’occasionne aucun dégât sauf à la peinture. L’Hindenburg est touché dans le hangar aviation, ce dernier est totalement détruit ainsi que le mat qu’il supporte. Les bombes ratent le Luztow mais touchent le Prinz sur la tourelle Dora, et au mat de la tour avant, endommageant la cheminée.



Au même moment, un raid de Heinkel 177 partis de Hambourg attaque les navires groupés autour de L’Illustrious. Prévenus par les hawskeyes, certains navires sont rester radars couper. Au signal de l’avion de guet, tous les radars s’allument, quatre missiles marsurca, deux missiles tartars et huit crotales partent en une fraction de secondes. Le groupe De grasse AA

Se trouvant à porter de tir. Les survivants de la première attaque de missiles doivent maintenant éviter les obus de 127 du Colbert et de son frère de construction. Sur 30 avions comportant ce raid, seul 12 rentre en Allemands, les seuls coups au but sont : un avion qui arrachent le grand mat du de Grasse avant de s’écraser et un avion touché qui s’écrase sur le Duguay Trouin en lui démolissant sa cheminée mais par chance, le commandant avait fait rentrer le malafon et il y a juste des dégâts du à l’avion.



Masqué par un écran de fumée au sud de la position des navires allemands, six navires de lignes attendent leur heure. L’orientation des tourelles variant en fonction des données des avions de guets embarqués. Lorsque la ligne ennemis est à moins de 25 milles, le richelieu tire un obus sur le Bismarck, il tombe à moins de 500 mètres du bordée de ce dernier. La hausse de tous les navires allies est corrigé, puis comme dans un grand soulagement, la ligne alliée ouvre le feu. Au premier obus tombé, la ligne allemande se forme, en premier, les trois Bismarck, les deux croiseurs lourds puis le cuirassé de poche. La première salve est dévastatrice, le Hipper est touché de plein fouet par deux obus de 380 et s’écarte, la superstructure en feu et sans hune vers la mer baltique. Le Luztow, le Prinz Eugen et le Gneisenau tirent sur le Prince Of Wales, le cuirassé saxon souffre le martyre, il reçoit 8 obus de 280 et 5 de 203, sa passerelle n’existe plus, sa tourelle Y perd ses canons projeter à la mer, les quatre tourelles de 133 bâbords sont anéantis et son premier pont blindé est percer en quatre endroit, la rage au cœur l’amiral Hood transmet le commandement au contre-amiral Lafond sur le Clemenceau et s’écarte de la ligne vers Scapa. Touché par le Jean Bart, l’Hindenburg perd la tourelle Ceasar et deux tourelles de 150 mais maintient son poste dans la ligne. Le Dunkerque engage le Gneisenau. Il le touche sur le pont principal mais n’occasionne aucun dégât. Le croiseur de bataille allemand, fort de son succès sur le Prince of Wales, réplique mais le Dunkerque perd juste ses antennes filières grâce à un coup de barre heureux. Le Prinz Eugen est touché par deux salves du King Georges V et du Clemenceau, son arrière est entièrement ravagé, les tourelles de 203 n’existe plus, à la place du télépointeur arrière, il y un incendie. Indem, le Tirpitz manœuvre sous le feu ennemis il abat sur bâbords pour se placer bord à bord au Prinz et le prendre en remorque, pendant sa manœuvre, il place un coup au but sur la plage arrière du Richelieu et détruit les quatre affûts quadruple de 40 mm.



Sur un ordre du Charles de Gaulles, la ligne alliée rompt le combat et abat en grands vers le nord pour rejoindre le Prince of Wales puis la flotte. Les allemands font routes sur Whilhelmshaven.



La dernière action de la journée est un raid de Rafale deux heures plus tard sur la flottille de Zerstorer. Seul le Z 23 et le Z 33 sont touchés, l’un par des éclats et l’autre par un missile exocet sur son étrave. Il va rentrer en marche arrière jusqu'à Cuxhaven.





Les navires de ligne rallient la flotte sous la protection des crusaders du Foch. Puis, le commandant du Colbert, s’avisant que tous les navires endommagés font route sur Scapa donne l’ordre général de retraite vers Scapa Flow.



Le bilan de cette bataille qui sera connue plus tard sous le nom de deuxième bataille du Jütland est lourd des deux cotés.



Les alliers ont perdu un porte avions classe Foch, le Joffre, la Jeanne d’arc doit être entièrement reconstruite, trois pa doivent recevoir un nouvel îlot pour être de nouveau opérationnel. Les trois frégates de classe Tourville doivent séjourner dans un arsenal. Le Richelieu sera immobilisé au moins deux semaine et le Prince of Wales trois mois au bas mot. En tout la flotte alliée a perdus 4000 hommes d’équipages et toute l’aviation du Joffre soit 8 rafales, 16 sem et 4 helicos.



Les forces de l’axe ont payé aussi un lourd tribu mais ils n’ont perdus aucun navire, le Scheer, le Hipper et le Prinz Eugen ont besoin de six à huit de travaux. Le Z 33 sera immobiliser durant 4 mois. L’Hindenburg sera immobilisé trois mois, les autres navires de ligne à part le Tirpitz ont juste besoin de deux semaines de réparation.

Les forces de l’axe ont perdus 1500 hommes mais les germaniques se posent des questions sur les russes car c’est à cause d’eux que les alliées ont attaqué et à part le raid de Yak 146, ils n’ont rien fait dans la bataille aéronavale.

_________________
je ne suis pas fou, juste un peu cinglé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: conflit seine et oise contre force de l'axe   Dim 14 Déc 2008, 19:17

Nortland a la veille d'une Guerre en Amerique du Sud,suit avec interet les
prouesses de votre Marine.
Cela passerai a un bon scenerio pour ordinateur avec Harpoon DB


Revenir en haut Aller en bas
david
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2035
Age : 42
Ville : Eaubonne
Emploi : éducation nat
Date d'inscription : 08/11/2005

MessageSujet: Re: conflit seine et oise contre force de l'axe   Lun 15 Déc 2008, 20:52

la confédération a décreté la mobilisation général et réouvre la seconde ligne maginot face aux forces de l'axe, les travaux pour la marine passe prioritaire et à l'heure actuelle une réunion de tous les chefs d'état-majors confédérés et leurs alliées se tiens à londres pour réorganiser les forces navales en fonctions des pertes des besoins de chacun

_________________
je ne suis pas fou, juste un peu cinglé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: conflit seine et oise contre force de l'axe   Mar 16 Déc 2008, 11:21

Super scénar , bravo pour l'improvisation, et désolé pour tes maquettes:pasmafaute:

Manque que des photos.
Revenir en haut Aller en bas
david
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2035
Age : 42
Ville : Eaubonne
Emploi : éducation nat
Date d'inscription : 08/11/2005

MessageSujet: Re: conflit seine et oise contre force de l'axe   Mar 16 Déc 2008, 18:47

pour les photos, il va falloir attendre car j'ose pas prendre en photos mes navires, sion je vais voir pendant les vacances pour fabriquer des cartes

_________________
je ne suis pas fou, juste un peu cinglé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
david
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2035
Age : 42
Ville : Eaubonne
Emploi : éducation nat
Date d'inscription : 08/11/2005

MessageSujet: Re: conflit seine et oise contre force de l'axe   Lun 22 Déc 2008, 18:36

a la suite de la réunion inter allié, plusieurs décisions importantes ont été prises


il est demandé aux flottes d'outre-atlantique de maintenir une flotte en méditerranée, de maintenir une surveillance des japonais et de maintenir une flotte task force de pa nucléaire à Norfolk.

tous les navires de combats serons basé à Cherbourg pour les rapprocher de la zone de combats.

tous les escorteurs rapides, les torpilleurs classe adroits et la moitié des escorteurs d'escadres doivent former des groupes d'escortes asm sur l'atlantique, ils seront basés sur l'islande de manière à couvir la zone dangereuse. ils serons rejoints par les trois frégates asm tourville et les pa arromaches et Collossus

au vue des navires manquant, les flottes sont réorganiser :

les navires de lignes confédérés rejoingne la force H qui est basé à Scapa Flow, à la fin de ses réparation, le Victorious se joindra à cette flotte qui devra compter tous les navires de lignes alliées soit 12 cuirassés et croiseurs de batailles, et deux portes-avions blindés.

une force furtive constitué du charles de Gaulles et de trois frégates la fa yette basé à brest. sa mission est d'assurer des raids furtifs sur le térritoire ennemie.

le home fleet comptant tous les navires anglos saxons, sa mission est de defendre le littoral allié. basé à Portsmouth, invergordon et londre.

une force de raide comportant tout les autres port-avions, les croiseurs, les frégates et le restant des escorteurs d'escadres. basé sur Cherbourg sa mission est d'organiser des raids en territoire ennemis




info de dernière minute, le groupe charles de Gaulles, trois pa types clemenceau, 6 navires de lignes et leurs escortes viennent de quittés scapa Flow vers l'est

_________________
je ne suis pas fou, juste un peu cinglé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: conflit seine et oise contre force de l'axe   Mar 23 Déc 2008, 19:09

Tacticiens de l'Amiraute Nortlandaise, suivent avec interet le deroulement de ce conflit
Fleet Admiral Kruder FNN
Revenir en haut Aller en bas
david
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2035
Age : 42
Ville : Eaubonne
Emploi : éducation nat
Date d'inscription : 08/11/2005

MessageSujet: Re: conflit seine et oise contre force de l'axe   Mer 09 Sep 2009, 17:33

l je ranime un peu ce fils histoire de m'occupé un peu




A la demande des polonais, ces derniers ont remarqués la concentration massive et anormales des forces de l'axes à leurs frontières. ils ont décidés à évacuer un certain nombre de matériel moderne vers les pays alliées. en ce qui concerne la marine polonaise

elle posséde trois torpilleurs, deux de 1500 Tonnes et un type grom et un sous marin.


les alliées vont profités de la mise en service de trois croiseurs leger du type le fantasque pour secourir la marine polonaise ces trois navires vont traverser une partie de la mer baltique à très grande vitesse ( près de 39 noeuds). une fois rallier la flottille polonaise, le tout mettra le cap vers le grand belt pour rejoindre un groupe constitué des croiseurs Colbert et de grasse, des deux Suffren et de T47 tartar. les croiseurs doivent servir de ravitailleurs aux navires sortant de la Baltique.
les forces de couvertures compte un cdg, trois classe clemenceau et six navires de ligne.

l'opération commence ce soir à 20 heures

_________________
je ne suis pas fou, juste un peu cinglé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: conflit seine et oise contre force de l'axe   

Revenir en haut Aller en bas
 
conflit seine et oise contre force de l'axe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» conflit seine et oise contre force de l'axe
» Annuaire: Codes des villes du département de la SEINE & OISE
» Forge et Chantier de la Seine et Oise
» flotte de la confédération seine et oise
» Jouer contre les elfes sylvain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Divers :: Les Marines Imaginaires-
Sauter vers: