AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE KING GEORGE V

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE KING GEORGE V   Lun 18 Aoû 2008, 21:59

CUIRASSES CLASSE KING GEORGE V
(GRANDE BRETAGNE)


Le cuirassé King George V à la mer date et lieu inconnu

Introduction

Depuis la fin du 18ème siècle, la marine britannique assurait une domination sans partage sur les Océan. Avec un effort continu depuis le 16ème siècle (on peut considérer Henri VIII comme le promoteur de la thalassocratie britannique), la Royal Navy alignait des escadres impressionantes qui permettait au commerce britannique de dominer le monde.

La France, rivale désignée de la Grande Bretagne n'avait pas les moyens de se dôter d'une marine égale à celle de ses cousins d'outre-manche. Elle devait donc compenser la quantité par la qualité. C'est ainsi qu'elle fût à l'origine de la première frégate cuirassée, precurseur des cuirassés modernes
(Le Merrimack et le Monitor qui s'affrontèrent deux ans plus tard furent plus les précurseurs des monitors et autres garde-côtes cuirassés qui mis à part en Scandinavie n'allait rencontrer que peu de succès). La Gloire, oeuvre de l'ingénieur Henri Dupuy de Lôme (1916-1885) à été construire en réponse aux canons Paixans _une autre création française due à Henri Paixans (1783-1854)_ qui avaient fait preuve de leur efficacité contre les coques durant la guerre de Crimée. Mise sur cale le 4 mars 1858, elle à été lancée le 24 novembre 1859 et mise en service l'année suivante en 1860.
Sous une apparence classique _trois mats, canons en sabord_ la gloire introduisait le blindage dans la guerre navale.

Les anglais ne pouvaient pas laisser cet affront impuni. Ils se lancèrent à leur tour dans la construction de frégates cuirassées. La HMS Warrior fût ainsi mise en service à peine un an après la Gloire ce qui déclencha une véritable course, toutes les marines se dotant de navires semblables qui annonçaient le cuirassé (blindage, hélice submersible, propulsion vapeur) mais qui rappelaient encore les grands navires à voiles de Suffren, de Nelson ou de De Ruyter (trois mâts, importante surface de voilure, canons en sabord)

Les progrès étaient tellement rapides que la HMS Warrior et la Gloire furent désarmés à peine dix ans après leur mise en service. Les navires évoluaient, perdaient peu à peu leurs mats et leurs voiles, faisant confiance aux machines à vapeur de plus en plus fiables et de moins en moins gourmandes en énergie.

C'est ainsi qu'apparu à partir des années 1880 ce que l'on à appelé ensuite les pré-Dreadnought, des navires de 12 à 19000 tonnes, filant à 16 noeuds et armés de canons de différents calibres, la batterie principale étant par exemple composée de deux ou trois calibres différents. Ce type de navire n'allait être en tête d'affiche que pendant une vingtaine d'années puisqu'en 1905, les britanniques mirent sur cale un cuirassé baptisé HMS Dreadnought qui allait révolutionné la construction navale.

La révolution Dreadnought

Le HMS Dreadnought

Le «créateur» du Dreadnought n'est pourtant pas anglais mais italien. C'est en effet le général Vittorio Cuniberti, architecte naval principal de la marine italienne qui propose en 1903 un cuirassé avec une artillerie principale mono-calibre. Ignoré par la Regia Marina, il publie dans la revue britannique «Jane's», un cuirassé de 17000 tonnes, filant à 24 noeuds aveec un blindage de 300 millimètres et armés de 12 canons de 12 pouces (305mm).

D'autres théoriciens, d'autres pays poursuivent la même réflexion. Reduire à un seul calibre la batterie principale rendrait la conduite de tir et surtout la manutention des obus plus aisée. Les japonais qui viennent de terrasser la marine russe à Tsushima (27-28 mai 1905) envisagent la construction d'un navire à artillerie principale monocalibre. Enfin les américains, sous l'influence de l'Amiral Sims dessinent avec le Michigan les plans d'un cuirassé de ce type.

Ce sont pourtant les anglais qui vont rentrer dans l'histoire de la construction navale. Le premier lord de l'amirauté, l'amiral Fisher convaincu du bien fondé du concept fait stocker des plaques d'acier en attendant qu'une cale soit libre. C'est ainsi que le HMS Dreadnought est mis sur cale à l'Arsenal de Porsmouth le 2 octobre 1905, lancé le 10 février 1906 et admis au service actif le 2 décembre 1906.

Du jour au lendemain, toutes les flottes de cuirassés du monde sont périmées. C'est ainsi que nait un nom commun «dreadnought» nait pour désigner tous les nouveaux cuirassés à artillerie monocalibre, faisant du même coup de leurs prédecesseurs des «pré-dreadnought».

Les autres marines du monde ne tardent pas à réagir, la France mettant sur cale son premier dreadnought en 1910 (Courbet), l'Allemagne l'avait fait dès 1908 avec les Deutschland sans parler des américains avec le Michigan dont la construction commencée plus tôt que le dreadnought à été plus lente. Sans lors Fisher, les nouveaux cuirassés se seraient appelés Michigan et non dreadnought.

Les britanniques ne s'arrêtent pas là. Dès 1912, ils mirent en service le HMS Orion qui armé de dix canons de 343mm surclassait le pourtant récent dreadnought donnant naissance à un nouveau genre de cuirassé, le super dreadnought. Le Orion est accompagné de trois sister-ship (Monarch Conqueror Thunderer) et est bientôt suivie par une nouvelle classe de cuirassés déjà baptisée King George V et composée des HMS King George V (1911) HMS Centurion (1911) HMS Audacious (1912) HMS Ajax (1912).

Une véritable course aux cuirassés s'engage entre la Grande Bretagne et l'Allemagne. Cela explique pourquoi les anglais multiplient les mises sur cale de cuirassés. A la classe King George V succède la classe Iron Duke composée comme la précédente de quatre unités ( Iron Duke et Marlborough en 1912 HMS Benbow et HMS Emperor of India en 1913.). Cette boulimie de cuirassés est significative quand on connait la boutade qui circulait à Londres à l'époque : «Quand il s'agissait de construire des cuirassés, les marins en voulaient six, le ministre des Finances quatre. Finalement tout le monde s'accorda sur le chiffre 8».
Avec la classe suivante, les britanniques innovent. Jusque là en effet, les lignes de bataille se composaient de deux types de navires bien distinct. Nous avions d'un côté les cuirassés, lent et bien protegés, destinés à détruire à distance la flotte ennemie et les croiseurs de bataille, rapides mais sans protection, destinés à des raids en direction de la flotte ennemie. En 1913, les anglais inventent le cuirassé rapide, innovation appelé à un long avenir puisque les Queen Elisabeth sont rapides (24 noeuds) lourdement armés (8 canons de 381mm alors que le calibre standard des navires anglais jusque là était de 343mm) et bien protégés (le Warspite durant la bataille du Jutland encaissa pas moins de 13 obus de gros calibre mais survécu).

A ces cinq navires ( Queen Elisabeth Warspite Barham Valiant Malaya) succèda une autre classe de cuirassés, le type Royal Oak composé des Royal Oak, Royal Sovereign,Revenge, Resolution et Ramilies. Cette classe de cuirassés semblait marquer un retour vers le cuirassé lent puisqu'ils perdaient deux noeuds de protéction et leur coque était plus courte.

La fin d'une époque

Avec la fin de la première guerre mondiale se termine également l'ère de la suprématie britannique sur les mers, le «Britannia rules the wave» à vécu. Ce sont désormais le Japon et les Etats Unis qui vont dominer les océans, une véritable course au cuirassé commence au début de la première guerre mondiale, une course que ne peuvent suivre les britanniques. Il est d'ailleurs peu probable que les américains et les japonais auraient été capables de terminer les programmes de construction envisagés.
C'est donc un peu par obligation que les Etats Unis, le Japon et la Grande Bretagne se réunissent à Washington de novembre 1921 à février 1922. ils invitent également la France et l'Italie mais plus par politesse qu'autre chose.
Ce traité eut pour conséquence côté britannique l'abandon des cuirassés de classe N3 et des croiseurs de bataille G3 qui devaient répondre aux constructions similaires côté americain (comme les croiseurs de bataille classe Lexington ou les cuirassés de classe South Dakota) et japonais (cuirassés de tye Kii de 42600 tonnes croiseurs de bataille type n°13 de 47200 tonnes).
La marine britannique du limiter ses ambitions à la construction de deux cuirassés, les Nelson et Rodney. Ces navires de 38000 tonnes à pleine charge reprenaient une partie des idées avancées pour le couple N3/G3 en particulier la concentration de l'armement principal à l'avant : trois tourelles triples de 406mm. Il fallut attendre presque dix ans et la menace d'une guerre pour que les britanniques relancent la construction de cuirassés avec les cinq navires de classe George V.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE KING GEORGE V   Lun 18 Aoû 2008, 22:08

Historique

Le cuirassé HMS Nelson. Avec son sister-ship le Rodney il fut le dernier cuirassé construit par les britanniques avant les "KGV"


Les Nelson étaient à peine achevés que les anglais lancèrent des études pour de nouveaux cuirassés, peut être conscient que le traité de Washington n'interdirait pas toute course aux armements. Les études commencèrent ainsi en 1928 dans l'espoir de mettre sur cale les navires en 1931 quand allait expirer le traité de Washington mais en 1930, le Traité de Londres prolongea l'interdiction de construire de nouveaux cuirassés jusqu'en 1937. Les études ne reprirent qu'en 1935 en tenant compte des limitations des traités : 35000 tonnes calibre maximal : 406mm.
Plusieurs études furent menées pour obtenir le meilleur navire, les hésitations portaient en particulier sur le calibre : 14 pouces (356mm) 15 pouces (381mm) ou 16 pouces (406mm). Le choix des deux dernier aurait été logique puisqu'ils équipaient les trois dernières classes de cuirassés britanniques mais l'Amirauté choisit finalement des canons de 14 pouces, choix technique et politique. Technique car on privilégia la cadence de tir à la puissance et politique car les anglais esperaient imposer de calibre comme limite maximale de l'armement des cuirassés quand le traité de Londres serait expiré en 1937.
Le cuirassé lent ayant vécu, les KGV étaient rapides (27 noeuds) et surtout bien protégés, la protéction de l'avant-dernière classe de cuirassés britannique ayant été particulièrement bien soignée.


George V roi de Grande Bretagne et d'Irlande


-Le HMS King George V est mis sur cale chez Vickers Armstrong à Newcastle-Upon-Tyne le 1er janvier 1937, lancé le 21 février 1939 et admis au service actif le 11 décembre 1940.
Le premier cuirassé de cette classe porte le nom du roi George V (1865-1936) qui à regné de 1910 à 1936. Il est de tradition de baptisé le premier cuirassé de la classe du nom du roi régnant en l'occurence George VI mais ce dernier demanda qu'on rende hommage à son père.
Sa première mission opérationnelle se déroula le 2 mars 1941 quand il couvrit une opération commando sur les îles Lofoten (opération Claymore), utilisant avec apparement fort peu de succès ses hydravions pour des missions de reconnaissance, son armement entra pour la première fois en action, ses pièces antiaériennes et non ses canons de 356mm.
Il fût ensuite engagé dans des missions de protection de convois alors que la présence des cuirassés allemands Admiral Hipper, Scharnost et Gneisenau avait été signalée.
Après la destruction du HMS Hood, le King George V, navire amiral de la Home Fleet avec à son bord l'amiral Sir John Tovey participa à la poursuite du Bismarck qui tentait de s'échapper en direction du port de Brest. Le 27 mai 1941, en compagnie du Rodney, le King George V retrouva le cuirassé allemand et l'attaqua, tirant 339 obus de 356mm et 660 de 133mm, ravageant les superstructures du Bismarck qui finit par couler à 10h36.

Le 1er mai 1942, alors qu'il protegeait le convoi PQ15, il entra en collision avec le destroyer HMS Punjabi qui coupé en deux coula aussitôt causa la mort de 49 marins sur un équipage total de 219 marins. A noter que l'explosion des charges de profondeur du destroyer provoqua quelques dommages sur le cuirassé américain USS Washington, détaché à ce moment là auprès de la Home Fleet. Le cuirassé sévèrement endommagé du regagner l'Angleterre pour réparations, son sister-ship, le Duke of York assurant la relève. Le 9, il est pris en charge par un chantier de Liverpool et ne retrouva la Home Fleet que le 1er juillet 1942. Ce fût sa mission principale durant toute la fin de l'année 1942, la couverture des convois pour contrer une eventuelle sortie du Tirpitz embusqué dans les fjord norvégiens.
Au mois de mai 1943, il fût désigné pour participer au débarquement en Sicile (opération Husky), il passa donc par Rosyth pour carénage et installation de canons de 20mm supplémentaires pour renforcer sa DCA rapprochée. Il fût ainsi déployé au mois de juin au sud de la Sardaigne en compagnie de sons sister-ship le Howe et des croiseurs antiaériens Dido et Sirius. Le 11 juillet, après avoir echappé à des bombardements aériens nocturne, il regagna Alger.
Le 8 septembre 1943, l'Italie capitula et devant la réaction allemand, les cuirassés King George V et Howe participent à l'opération Slapstick de prise de la base navale de Tarente avant les troupes allemandes. Le lendemain, ils escortèrent les navires italiens jusqu'à Malte, des navires comme les cuirassés Andrea Doria and Giulio Cesare , les croiseurs CARDONA, POMPEO MAGNA et le destroyer DA RECCO. Le 14, ils assurèrent la protection de ses mêmes navires qui se rendaient à Alexandrie pour être désarmés, arrivant en Egypte le 16. Au mois d'octobre, le King George V regagna la Home Fleet et Scapa Flow.
De Mars à Juillet 1944, il resta immobilisé à Liverpool pour refonte, refonte qui consista essentiellement dans la remise à niveau de l'équipement radar. A la fin du mois d'octobre, il regagna la Méditerranée pour participer à l'occupation de l'île de Milos qu'il bombarda le 14 avant de regagner Alexandre le lendemain.


Le King George V avec l'étrave endommagée (à la suite de la colision avec le HMS Punjabi ?)


Le 1er décembre 1944, il quitta la Méditerranée pour rejoindre la British Pacific Fleet avec laquelle il fit sa jonction le 15 décembre à Tricomalee (Ceylan). Le 16 janvier 1945, il quitta Tricomalee en compagnie des porte-avions Illustrious, Indomitable, Victorious et Indefatigable, des croiseurs Argonaut, Black Prince, Euryalus et Ceylon et des destroyers des 25ème et 27ème flottilles. Le 24, le cuirassé couvrit le bombardement aérien des raffineries de Plajoe à Sumatra (opération Meridian I) le bombardement des raffineries à Soengi Gerong, Palembang et Sumatra le 29 (opération Meridian II), jour où une tourelle de 133mm abattit un bombardier japonais. Le 30, il est detaché de l'Eastern Fleet et mit le cap sur Fremantle (Australie) après un ravitaillement.
Le 10 février, il arriva à Sydney avec les autres navires de la BPF qui devint dans la nomenclature américaine Task Force 113. Le 28, il arriva à Manus dans les îles de l'Amirauté, la base britannique avancée dans le Pacifique. Il consacra le mois de mars à des exercices intensifs, en particulier pour améliorer sa coordination avec la marine américaine. Le 17 mars, il arriva à Ulithi pour se joindre aux opérations de la 5ème flotte américaine, le cuirassé étant integré au sein de la TF57, sa première mission ayant lieu le 23 mars dans la région des îles Sakishima-Gunto (opérations Iceberg One), sa mission consistant à assurer une couverture antiaérienne aux porte-avions Indomitable, Illustrious et Indefatigable et Victorious en compagnie du cuirassé Howe, des croiseurs Swiftsure, Gambia (néo-zelandais) Black Prince, Argonaut, Euryalus et des destroyers.

Le 10 février, il arriva à Sydney avec les autres navires de la BPF qui devint dans la nomenclature américaine Task Force 113. Le 28, il arriva à Manus dans les îles de l'Amirauté, la base britannique avancée dans le Pacifique. Il consacra le mois de mars à des exercices intensifs, en particulier pour améliorer sa coordination avec la marine américaine. Le 17 mars, il arriva à Ulithi pour se joindre aux opérations de la 5ème flotte américaine, le cuirassé étant integré au sein de la TF57, sa première mission ayant lieu le 23 mars dans la région des îles Sakishima-Gunto (opérations Iceberg One), sa mission consistant à assurer une couverture antiaérienne aux porte-avions Indomitable, Illustrious et Indefatigable et Victorious en compagnie du cuirassé Howe, des croiseurs Swiftsure, Gambia (néo-zelandais) Black Prince, Argonaut, Euryalus et des destroyers.

Le 11 avril, il couvrit les opérations de la TF57 sur Formose (opération Iceberg Oolong) avant de revenir dans la région de Sakishima le 14. Il effectua à partie du 23 avril, une période d'entretien et de repos à la base américaine de Leyte et ce jusqu'au 1er mai où il regagna la TF57 pour la région de Sakishima (opération Iceberg Two). Il fût ensuite détaché en compagnie du cuirassé Howe, des croiseurs Swiftsure, Black Prince, Euryalus, Gambia, Uganda et des destroyers de la 25ème flottille (Grenville, Ursa Undine, Urchin, Undaunted et Urania) pour bombarder les défenses antiaériennes des aérodromes d'Hiara, le King George V tirant à cette occasion 77 obus de 356 mm et 188 de 133mm. La réduction de la défense antiaérienne des porte-avions fit que le HMS Indomitable fût touché par une attaque aérienne.
Le 7 juin, il arriva à Sydney pour réparations et repos de l'equipage avant de repartir au combat après une escale à Manus le 28 juin. Réaffecté à la 3ème flotte, la TF57 devint naturellement la TF37. Il quitta Manus le 6 juin en compagnie des porte avions Formidable, Victorious, Implacable, des croiseurs Newfoundland, Achilles et Gambia (néo-zelandais) Uganda (canadien) Euryalus et Black Prince et les 15 destroyers des 4ème et 24ème flottilles. Les opérations reprirent le 17 juillet, couvrant les porte-avions anglais bombardant la région de Yokohama et de Tokyo avant de bombarder les installations industrielles des régions de Mito et de Hitachi avec les cuirassés américains Iowa, Missouri, North Carolina et Alabama et des croiseurs Dayton et Atlanta regroupés au sein du TG 34.1
Du 18 au 28 juillet, il participa à la couverture des opérations de la TF37 qui se contentait de cibles mineures sous la pression américain. Le 29 il rejoignit les cuirassés américains South Dakota, Indiana et Massachussets, les croiseurs Quincy, St Paul, Chicago et Bosto avec les destroyers Undine, Ulysses et Urania pour un bombardement de nuit des usines de la région d'Hamanatsu au sud d'Honshu, le cuirassé britannique tirant à cette occasion 265 obus de 356mm déclencha une succession d'explosions spectaculaires.

Les opérations aériennes reprirent sur Honshu et Hokkaido le 6 août et jusqu'au 11, les porte-avions britanniques frappèrent essentiellement le trafic maritime et les aérodromes. Le 13, il couvrit l'Indefatigable qui bombardait Onagawa ce qui constitua sa dernière opération puisque deux jours plus tard, les japonais capitulèrent. Le King George V fût présent le 2 septembre pour la capitulation japonaise en compagnie du navire amiral de la BPF, le HMS Duke of York, des croiseurs Newfoundland, Gambia, Barfleur, Teazer et des destroyers Tenacious, Termagant, Terpsichore, Napier et Nizam, ces deux derniers appartenant à la marine australienne
De septembre 1945 à janvier 1946, il assura le soutien des forces d'occupation alliées aux Japon avant de revenir en Grande Bretagne, il arriva à Porsmouth le 6 mars, devenant le navire amiral de la Home Fleet jusqu'à sa mise en réserve en 1950 où il resta jusqu'à son désarmement en 1957. Il fut vendu à Arnott Young pour démolition qui eut lieu sur la Clyde à Dalmuir. Privé de tout équipement irrécupérable le 20 janvier 1958, il fût totalement demantelé à Troon en mai 1959.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE KING GEORGE V   Lun 18 Aoû 2008, 22:14


Le HMS Prince of Wales probablement pendant ses essais à la mer


-Le HMS Prince of Wales à été mis sur cale chez Carmell Laird à Birkenhead le 1er janvier 1937, lancé le 3 mai 1939 et admis au service actif le 19 janvier 1941 (même si il ne fût réellement terminé que le 31 mars). A noter que ce navire aurait du être baptisé King Edward VIII en l'honneur du souverain de l'époque ce que le roi en question déclina craignant des difficultés en raison de sa relation avec Wallis Simpson (il finit d'ailleurs par abdiquer le 11 décembre 1936). Sa construction fût retardée à cause d'une bombe allemande qui tomba à proximité du navire en janvier 1940.
Le titre de Prince de Galles est le titre porté par l'héritier de la couronne d'Angleterre depuis 1301 quand Edouard 1er l'attribua à son fils le futur Edouard II pour célébrer la conquête du Pays de Galles.

Peu de temps après son achèvement, il accompagna le croiseur de bataill Hood dans l'Atlantique Nord pour intercepter le Bismarck et le Prinz Eugen. Le 23 mai vers minuit, le Hood localise le Bismarck, la rencontre est prévue au petit matin et durant toute la nuit, le Hood et le Prince of Wales filent vers l'ennemi à 27 noeuds, si vite que les destroyers de leur escorte ont du mal à les suivre en raison d'une mer difficile. La météo devient de plus en plus difficile : visibilité réduite, brume épaisse, pluie continuelle se transformant en neige, mer forte. A 5.24, l'amiral Holland estime être à environ quinze milles du Bismarck (28 km) et ordonne à ses navires de se tenir parés. A 5.52 , il donne l'ordre d'ouvrir le feu mais la riposte allemande ne se fait pas attendre, les premières salves des cannoniers germaniques encadrent dangereusement le Hood. Un premier obus du Prinz Eugen provoque une première explosion qui endommage le croiseur de bataille qui continue à tirer. A 6.00, un obus du Bismarck déchire le pont et explose sous la flottaison dans la soute à obus de 102mm qui par réaction entraine l'explosion de la soute à obus de 381mm arrière. Brise en deux, le navire coule très rapidement et sur les 1418 marins présent à bord seulement trois sont repêchés par le destroyer HMS Electra. De son côté, le Prince of Wales du battre en retraite après avoir reçu 7 coups au but et une grande partie de son armement principal hors service en raison d'un équipage novice, il à pourtant réussi à toucher trois fois le Bismarck en particulier une soute à mazout ce qui allait pousser le cuirassé allemand à devoir tenter de gagner la France pour réparations. Le Prince of Wales rentra alors au port pour six semaines de réparations.
Au mois d'août, il enmena le premier ministre britannique Winston Churchill à la base navale d'Argentia à Terre-Neuve pour une rencontre avec le président américain Franklin D. Roosevelt, rencontre qui commença le 10 août 1941 et qui s'acheva le 14 août par la fameuse charte de l'Atlantique. A la suite de ce voyage, il fût envoyé en Méditerranée pour des missions d'escorte, il fût ainsi attaquer par un grand nombre d'appareils le 27 septembre 1941.
Devant la menace japonaise, le Prince of Wales fût désigné pour être déployé dans l'Océan Indien en compagnie du croiseur de bataille Repulse, des destroyers Jupiter Encounter Electra et Express. Le porte-avions Indomitable aurait du l'accompagner mais il venait de s'échouer en Jamaïque.

La Force Z arrivée le 2 décembre à Singapour avait pour mission de protéger Singapour et la Malaisie des ambitions japonais mais cela ne les dissuada aucunement car l'attaque commença le 8 décembre 1941. Le 10 décembre vers 11h20, l'escadre britannique se trouve à une centaine de kilomètre à l'est de Kuantan (Malaisie) lorsque une première escadrille de 9 bombardiers japonais s'abat sur elle, le Repulse est atteint par une bombe mais ses avaries ne sont pas vitales. Une deuxième vague d'appareils se présente à 11h40, ce sont des avions torpilleurs qui franchissent l'écran antiaérien et lancent leurs engins, le Repulse evite les torpilles en zigzaguant mais le Prince of Wales est touché. A 1éh, 9 bombardiers et 10 aviosn torpilleurs arrivent à leur tour mais les navires britanniques échappent encore à la catastrophe. L'attaque suivante leur sera fatale. A 12h20, le Repulse reçoit plusieurs torpilles et prend de la gite avant de couler à 12h33. Le Prince of Wales déjà fragilisé par six bombes tombées à proximité du navire en reçoit une qui touche l'arbre d'hélice qui n'ayant pas été désacouplé défonce la coque et aggrave l'état du navire qui pourtant se maintien à l'eau, laissant le temps à une ultime vague d'assaut japonaise d'achever le navire qui coule à 13h20.


Vue aérienne du Duke of York prise en 1942


-Le HMS Duke of York initialement baptisé Anson (changement de nom en décembre 1938) à été mis sur cale chez John Brown & Compagny à Clydebank (Ecosse) le 5 mai 1937, lancé le 28 février 1940 et admis au service actif le 4 novembre 1941.
Le titre de Duc de York à été créé pour la première fois au 15ème siècle et est attribué au deuxième fils du roi ou de la reine. Actuellement le titre est detenu depuis 1986 par le Prince Andrew né en 1960 et quatrième dans l'ordre de succession de la couronne d'Angleterre
En décembre 1941, il embarqua pour sa croisière de mise en condition le premier ministre britannique Winston Churchill pour une rencontre au sommet avec le président américain Franklin Roosevelt, il arriva à Annapolis le 22 décembre.

Du 6 au 13 mars 1942, il escorta le convoi PQ12 dans l'espoir d'intercepter le cuirassé allemand Tirpitz embusqué dans les fjords norvégiens mais si le navire allemand prit la mer, le Duke of York ne le retrouva pas.
Le 27 juillet 1943, il participa avec les porte-avions Illustrious et Unircorn, le cuirassé Anson , sept croiseurs anglais et des destroyers à l'opération Governor, une simulation de débarquement dans le sud de la Norvège alors que le vrai débarquement avait lieu en Sicile

Les allemands utlisaient leurs grand navires de surface comme une «flotte en attente» (fleet in being) obligeant les britanniques à maintenir d'importantes forces navales dans leurs eaux nationales. Parmi ces navires se trouvait le cuirassé Scharnost. Le 22 décembre 1943, un avion de reconnaissance maritime de la Luftwaffe avait repérer le convoi JW55B. Ce dernier composé de 19 navires était parti le 20 décembre du Loch Ewe à destination de la peninsule de Kola, escorté par les destroyers Onslow, Orwell, Scourge, Impulse de la marine britannique, les destroyers Haida Huron et Iroquois de la marine canadienne et le dragueur de mines Gleaner.
Le 25 décembre, le cuirassé Scharnost appareilla de l'Alta Fjord en compagnie des destroyers de classe Narvik Z29 Z30 Z33 Z34 Z38.
Dans la même zone se trouvait le convoi RA55A vide car revenant de Russie pour la Grande Bretagne, convoi escorté par les destroyers britanniques Muskeeter, Opportune Virago Matchless, Mine Meteor Ashanti de la marine britannique, Athabascan de la marine canadienne et le dragueur de mines Seagull.
Les allemands ignoraient la présence dans les environs de forces de couverture comme la force 1 (vice-amiral Burnett) composée du croiseur lourd Norfolk et des croiseurs légers Sheffield et Belfast ou la force 2 (amiral Fraser) composée du cuirassé Duke of York, du croiseur léger Jamaica et des destroyers de classe S les Savage, Scorpion, Saumarez Sword et Stord, ce dernier appartenant à la marine norvégienne.
Le lendemain 26 décembre, dans des conditions météorologiques difficiles, le vice-amiral Bey commandant de la force allemand fût incapable de localiser le convoi, envoya ses destroyers tandis que le cuirassé mettait le cap au sud pour retrouver le convoi aileurs. L'Amiral Fraser anticipant une attaque allemand avait repousser le convoi au nord de sa route habituelle.
Le Scharnost sans escorte prit contact avec les croiseurs du vice-amiral Burnett peu avant 9.00 le 26 décembre. Les croiseurs britanniques ouvrirent immédiatement le feu à 13000 mètres, entrainant la riposte du cuirassé allemand qui ne toucha pas les navires ennemis mais qui plus grave perdit son système radar dans une tempête de neige qui reduisait la visibilité, obligeant la vigie allemand à se répérer aux départs de coup des croiseurs anglais. Les allemands jouant de malchance ne pouvaient repérer que le Norfolk, le Jamaica et le Sheffield utilisant de nouvelles amorces reduisant le flash du départ de coup.
Le Scharnost pensant être attaqué par un cuirassé rompit le contact pour mettre de l'espace entre lui et ses poursuivants mais les croiseurs reprirent le contact. Le Scharnost parvint cependant à toucher le Norfolk le privant de son radar et d'une de ses tourelles. Le vice-amiral Bey décida alors de regagner la Norvège avant d'ordonner à ses destroyers d'attaquer les convois en suivant la position repérée par un U-Boot mais la position était périmée et les destroyers manquèrent le convoi.
Le Scharnost mit alors cap au sud pendant plusieurs heures, poursuivit par les croiseurs de Burnett mais le Sheffiled et le Norfolk durent abandonner la poursuite en raison de problèmes de moteurs et en l'absence de radar, les allemands ne purent profiter de la situation. C'est le Belfast qui réussit à retrouver le navire allemand.
Le Duke of York accompagné de quatre destroyers poussa les feux pour rattraper le cuirassé allemand, l'ayant au radar à 16.15. A 16.48, le Belfast tira des obus éclairants qui le rendirent parfaitement visible depuis le cuirassé anglais qui ouvrit le feu à 10900 mètres, la première salve détruisant la tourelle avant et la seconde anéantit le hangar aviation. Le Scharnost tenta de s'enfuir par le nord mais il fût engagé par le Norfolk et le Belfast et du filer vers l'est à une vitesse de 31 noeuds.
Le Scharnost malgré deux coups au but sur le Duke of York était condamné en particulier quand à 18.20, un obus du cuirassé anglais perça sa ceinture blindée et détruisit la salle des chaudières n°1, le faisant tomber à 22 noeuds mais des réparations de fortune lui permirrent de remonter à 26 noeuds.
C'est alors que Bey envoya son ultime message radio «Nous combattrons jusqu'au dernier obus». A 18.50, le Scharnost vira à tribord pour engager les destroyers Savage et Saumarez ce qui permit au Scorpion et au Stord d'attaquer de le toucher, le Savage et le Saumarez le touchant trois fois de l'autre côté non sans perte, le Saumarez étant touché à plusieurs reprises (11 morts et 11 blessés).

Malgré les torpilles, le navire allemand filait toujours à 22 noeuds mais il était toujours vulnérable aux coups du Duke of York et du Jamaica qui ouvraient le feu à 9500m. A 19.15, le Belfast ouvrit à son tour le feu, le Scharnost se trouvant sous un déluge de feu. Le coup de grâce fut donnée par les destroyers Opportune Virago Muskeeter et Matchless qui lancèrent 19 torpilles qui provoquèrent le naufrage du cuirassé allemand qui coula à 19,45. Sur un équipage complet de 1968 hommes, seulement 36 marins (aucun officier) furent recueillis : 30 par le scorpion et 6 par le matchless. Le vice-amiral Bey et le capitaine Hintze (commandant du Scharnhost) figurant parmi les victimes alors qu'ils ont été vus en mer après le naufrage du navire.


Le HMS Duke of York photo prise durant la bataille du Cap Nord au cours de laquelle le Scharnost allait sombrer


Revenu début janvier 1944 à Rosyth, il entra au bassin pour un carénage qui l'immobilisa jusqu'au début du mois de février. Au mois de mars, il reprit la mer pour une nouvelle mission de couverture de convoi en compagnie de sons sister-ship, le Anson, le porte-avions Victorious, les porte-avions d'escorte Emperor, Searcher, Pursuer et Fencer, les croiseurs Jamaica, Sheffield Royalist et Belfast et 14 destroyers, cette force couvrant les convois JW58 et RA58 ainsi que lors de l'attaque du cuirassé Tirpitz par des avions torpilleurs Barracuda. Du 14 au 17 juillet, il participa à nouveau à l'attaque du cuirassé allemand (opération Mscot) en compagnie des porte-avions Indefatigable, Formidable et Furious. A son retour, il fût choisit pour devenir le navire-amiral de la British Pacific Fleet (BPF).
Le 18 août, il quitta Scapa Flow pour la Norvège dans une nouvelle tentative pour neutraliser le Tirpitz (opération Goodwood) et ce en compagnie des porte-avions Indefatigable, Formidable, Furious, des porte-avions d'escorte Nabob et Trumpeter, des croiseurs lourds Berwick et Devonshire, de 14 destroyers et de frégates. Après un report de deux jours, les attaques aériennes commencèrent le 22 août pour s'achever le 29 août sans résultats concrets (seulement deux coups au but). Il faudra attendre le 12 novembre 1944 pour que le cuirassé allemand soit détruit. Ce matin là 32 bombardiers Short Lancaster larguèrent leurs bombes Tall Boy de 6 tonnes sur le navire immobile qui finit par chavirer causant la mort d'environ 1000 marins (il n'y avait pas de chiffres exacts sur le nombre de marins présents à bord ce matin là). C'est durant cette opération que le Nabob fût gravement endommagé par un sous marin à tel point qu'il ne fût jamais réparé.
De octobre 1944 à mars 1945, il entra en refonte chez Cammell Laird, renforçant son armement antiaérien (débarquant ses installations d'aviation) et modernisant son électronique. De retour à Scapa Flow le 5 avril, il quitta le grand port ecossais le 25 en compagnie de son sister-ship, le Anson pour le Pacifique. Il effectua des exercices en Méditerranée, faisant escale à Malte le 2 mai, devant passer entre les mains de l'arsenal pour un défaut électrique majeur. Il franchit le canal de Suez le 28 mai arrivant à Colombo le 8 juin puis Freemantle le 24 juin.
Il arriva à Sydney le 1er juillet et commença les préparatifs de son déploiement au sein de la TF37. Il quitta l'Australie le 31 juillet pour Manus dans les îles de l'Amirauté qui était la base avancée de la marine britannique dans le Pacifique. Il ne participa à aucune opération avant la capitulation japonaise le 15 août
A partir du 18 août, il fit partie de la Token Force (Task Group 38.5) chargée de la récupération des prisonniers de guerre et composée du cuirassé King George V, du porte-avions Indefatigable, des croiseurs Newfoundland, Gambia (marine néo-zelandaise) ainsi que des destroyers Barfleur, Napier (marine australienne) Teazer Tenacious Troubridge Nizam (marine australienne) Wakeful et Wrangler. Il participa ensuite à la cérémonie de rédition du Japon en baie de Tokyo le 2 septembre 1945.
Il resta dans le Pacifique jusqu'en juin 1946. Il quitta Singapour le 11 juin, fit escale à Colombo le 18 puis arriva à Port Said le 28 juin. Après des escales à Malte et Gibraltar, il revint à Plymouth le 11 juillet.
Devenu navire amiral de la Home Fleet, il le resta jusqu'en 1949 date à laquelle il devint le navire amiral de la Flotte de réserve avant d'être désarmé en novembre 1951. Vendu à la démolition en 1957, il arriva à Fastlane le 18 février 1958, date où commença son démantelement.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE KING GEORGE V   Lun 18 Aoû 2008, 22:20


Le HMS Anson en 1946


-Le HMS Anson baptisé à l'origine Jellicoe (de l'amiral John Jellicoe commandant la flotte britannique à la bataille du Jutland, le changement de nom à eu lieu en février 1940) à été mis sur cale le 20 juillet 1937 chez Swan Hunter à Wall Send, lancé le 24 février 1940 et admis au service actif le 22 juin 1942.
Le quatrième cuirassé de classe King George V porte le nom de l'amiral George Anson (1697-1762) qui réalisa un tour du monde entre 1740 et 1744 et qui contribua à la rénovation de la Royal Navy, préparant ainsi le «Britannia rules the waves» du 19ème siècle.


L'amiral George Anson (1697-1762)


Il passa le reste de l'année 1942 à couvrir à distance les convois arctiques qui pourraient être attaqués par les cuirassés et croiseurs allemands embusqués dans les fjord norvégiens.
Le 9 juin 1943, il participa avec les cuirassés Duke of York (GB) South Dakota et Alabama (US) et cinq destroyers américains à l'opération Gearbox de ravitaillement à la garnison américano-norvégien de Spitzberg, les cuirassés assurant la couverture à distance. La présence de ces deux cuirassés américains s'explique par le détachement du Howe et du King George V en Méditerranée pour l'opération Husky (débarquement en Sicile)
Le 27 juillet 1943, il participa avec les porte-avions Illustrious et Unircorn, le cuirassé Duke of York , sept croiseurs anglais et des destroyers à l'opération Governor, une simulation de débarquement dans le sud de la Norvège alors que le vrai débarquement avait lieu en Sicile.
Le 8 septembre 1943, il quitta Scapa Flow pour les Spitzberg en compagnie du Duke of York pour intercepter les cuirassés Tirpitz et Scharnost qui devaient bombarder l'île norvégienne mais dès le lendemain les cuirassés anglais font demi-tour puis que les navires allemands sont retournés dans l'Altenfjord.
Le 4 octobre 1943, il participa à l'opération Leader. Il couvrit avec Duke of York, le croiseur américain Tuscaloosa, trois croiseurs anglais et des destroyers anglais et américains le porte-avions américain Ranger qui attaquait le trafic commercial dans la région de Bodo. De retour à Scapa Flow le 6, il repartit en mer le 14 en compagnie des destroyers Haida et Iroquois (canadien), du Hardy, du Janus et du Vigilant pour ravitailler la garnison américano-norvégienne de Spitzberg. (opération Gearbox III/FQ). Il passa le reste de l'année à couvrir à distance les convois arctiques.

Après des actions routinières durant tout le mois de janvier 1944, il participa en compagnie du cuirassé français Richelieu et deux croiseurs anglais à la couverture du porte-avions Furious qui bombardait la côte norvégienne dans le cadre de l'opération Bayleaf.
Le 30 mars 1944, il quitte Scapa Flow en compagnie de sons sister-ship le Duke of York, les porte-avions Victorious et Furious, les porte-avions d'escorte Emperor Fencer Pursuer et Searcher, les croiseurs Belfast Royalist Sheffield et Jamaica, les destroyers britanniques Milne Ursa Onslaught Verulam Meteor Undaunted Vigilant Virago Swift Javelin Wakeful, les destroyers canadiens Algonquin et Sioux ainsi que le destroyer polonais Piorun pour un mission de couverture du convoi JW58 ainsi que des attaques aériennes sur le Tirpitz dans le cadre de l'opération Tungsten. Le 4 avril, une seconde serie de raids est abandonnée et la force retourne à Scapa Flow où elle est de retour le 6 avril.
Le 21 avril, le Anson repart de Scapa Flow en compagnie des porte-avions Victorious Furious des porte-avions d'escorte Searcher, Striker Emperor et Pursuer, de croiseurs et de destroyers pour une nouvelle serie de raids aériens sur le Tirpitz (opération Planet). Les opérations aériennes sont annulées le 25 et le 26, le cuirassé Tirpitz ne pouvant être attaqué, les avions britanniques bombardent la région de Bodo

Le 12 mai 1944, le cuirassé Anson quitte à nouveau sa base pour couvrir les porte-avions Victorious et Furious qui bombardent le cuirassé Tirpitz en compagnie de croiseurs et de destroyers mais cette opération est finalement annulée et les navires doivent regagner leur base.
Au mois de juin, il est désigné pour servir dans le Pacifique et rejoint l'Arsenal de Devonport pour une véritable refonte qui dure de juillet 1944 à février 1945, son armement antiaérien est renforcé, son électronique entièrement revue et les installations d'hydraviation sont débarquées pour augmenter les capacités de stockage du navire. Remis en service en mars, il passe le mois en essais
Au mois d'avril 1945, il effectue une série d'exercices de mise en condition opérationelle en particulier pour ses cannoniers. Le 25, il quitte Scapa Flow en compagnie du Duke of York, fait escale à Malte le 2 mai et repart seul pour le Pacifique, le Duke of York étant immobilisé par des problèmes électriques.
Début juillet, il arrive à Sidney avec les destroyers Wager et Whelp, la BPF formant la Task Force 37 sous le commandement de la 3ème flotte américaine. Au mois d'août toujours présent à Sidney, il est choisit pour faire partie de la Task Force chargée de réoccuper Hong Kong. La Task Force 111 composée entre autres du porte-avions léger Vengeance arrive à Hong Kong le 26 août, il assure la réoccupation de la colonie britannique ainsi que le rapatriement des civils et des prisonniers de guerre britanniques.

Il resta dans la région jusqu'au mois de juin, assurant notament le soutien aux forces d'occupation alliées au Japon et une escale en Australie qu'il quitta le 28 pour regagner la Grande Bretagne. Arrivé à Plymouth le 29 juillet, il fût affecté au Training Squadron jusqu'en novembre 1949 où il fût mis en réserve. Placé sur la liste de disponibilité en 1957, il fût vendu à la démolition, démolition qui eut lieu à Faslane à partir du 17 décembre 1957.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE KING GEORGE V   Lun 18 Aoû 2008, 22:21


Le HMS Howe photo prise après son carénage de décembre 1943 à mai 1944


-Le HMS Howe initialement baptisé Beatty (du nom de l'amiral David Beatty, commandant des croiseurs de bataille à la bataille du Jutland) à été mis sur cale chez Fairfield Shipbuilding & Engineering à Govan près de Glasgow le 1er juin 1937, lancé le 9 avril 1940 et admis au service actif le 29 août 1942.
Le cinquième cuirassé de la classe King Goerge V porte le nom de l'amiral Richard Howe (1726-1799) qui s'illustra en particulier durant la guerre d'indépendance américaine et la guerre contre la France révolutionnaire.


L'amiral Richard Howe (1726-1799)


A peine mis en service, le Howe va assister (mais sans intervenir) à la bataille de la mer des Barents. Le 22 décembre à 14h15, le convoi JW51B composé de 14 navires marchands escorté par les destroyers Onslow Obedient, Obdurate, Orwell Oribi, Achates, les corvettes Rhododendron et Hyderabad, le dragueur de mines HMS Bramble et les chalutiers armés Vizalma et Northen Gem. Le 24, le convoi est survolé par un Condor qui contrairement à ce que pensent les britanniques n'à pas reperé le convoi, c'est un sous marin, le U354 qui signale le convoi et précise que son escorte est de faible importance. La tempête disperse une partie du convoi, elle est tellement violente que les tourelles avant sont tournées au maximum vers l'arrière pour éviter d'être endommagées. Une partie des escorteurs est envoyée rallier les égarés; mais le Oribi ne retrouvera jamais le convoi, tout comme le Bramble qui aura le malheur de tomber sur l'escadre allemande. Le 31 décembre, le cuirassé de poche allemand Lutzöw, le croiseur lourd Admiral Hipper et six destroyers (Le Z 4 Richard Breitzen, le Z 6 Theodor Riedel le Z 16 Friedrich Eckoldt Les Z 29, Z 30 et Z 31)se mettent en place, les destroyers au milieu et les grands navires à chaque extremité pour prendre le convoi entre deux pinces. A 9h15, les britanniques distinguent des silhouettes de plusieurs navires. Pensant qu'il s'agit de russes, le Obdurate reçoit l'ordre de les identifier ce qui est rapide puisque les nouveaux venus ouvrent le feu.

Le Hipper ouvre le feu mais le Onslow et le Orwell ouvre le feu pendant que le convoi dissimulé par un rideau de fumée lancé par l'Achates met cap au sud-est. Le croiseur lourd hésite car il craint les attaques à la torpille mais il à permis de diriger le convoi droit sur le cuirassé de poche. Le Hipper profite d'une tempête de neige et d'un rideau de fumée pour s'esquiver. A plusieurs reprises, le Hipper arrivera avant de s'esquiver quand les destroyers ouvriront le feu et simuleront des attaques à la torpille.

Vers 10h15, la quatrième attaque britannique est stoppée par un obus de 203mm qui avarie gravement l'Onslow avant que l'Achates soit lui aussi coulé. Son rôle de protecteur sera assuré par la corvette Hyderabad et un cargo qui largue des bouées fumigènes. Les allemands prudents et genés par la météo ne profitent pas de la situation, les destroyers allemands restant étonement passifs. Entre temps, le HMS Bramble isolé à été coulé par le Hipper tandis qu'au sud le Luteow rate son intervention, le convoi passant sur son arrière sans être remarqué.

A 11h32, le Hipper aux prises avec l'escorte du convoi est encadré par des salves de 152mm tirées depuis les croiseurs HMS Sheffield et HMS Jamaica du contre-amiral Burnett qui sont accompagnés par les destroyers Matchless et Opportune. Trois coups au but sont enregistrées ce qui pousse le Hipper à rompre le combat pendant que le Z16 est coulé pour avoir confondu le Sheffield avec le Hipper.

A 12h00, le Lutzow à retrouvé le convoi sur lequel il fait pleuvoir ses projectiles de 280mm mais à 16km, il ne fait que toucher le HMS Obdurate. Peu après l'escadre allemand se retire avec un résultat catastrophique : aucun cargo détruit (c'est d'ailleurs à la suite de cette bataille que l'arme sous-marine fût privilegié par rapport aux navires de surface qui ne jouèrent qu'un rôle mineur jusqu'à la fin de la guerre)

En avril 1943, il est désigné pour participer au débarquement en Sicile. Il passe ainsi le début du mois de mai à Rosyth pour un carénage avant de mettre le cap sur Gibraltar le 21 mai, arrivant dans la colonie britannique le 26 mai, c'est durant le transit que la DCA est renforcé avec des canons de 20mm Oerlikon. Il quitte ensuite Gibraltar pour Alger où il arrive le 12 juin. Il repart le 8 juillet pour le nord de la Sicile. Il est chargé avec le King George V, les croiseurs Dido et Sirius et les destroyers Jervis, Panther, Pathfinder, Penn, Paladin et Petard de couvrir le flanc nord du débarquement et d'intoxiquer les italiens en bombardant le 12 juillet Trapani et les îles de Favignana et de Levanzo dans le cadre d'une opération de déception (opération Fracture : simulation d'un débarquement sur la côte ouest de Sicile)

De retour à Alger où il passe le reste du mois de juillet, il est endommagé le 4 août par l'explosion du cargo britannique SS Fort la Montee chargé d'explosifs. Le destroyer Arrow est lui gravement endommagé avec plus de 100 morts parmi l'equipage.

Le 7 septembre, il quitte le port d'Alger pour Malte en compagnie de sons sister-ship le King George V et des destroyers Jervis, Paladin, Panther, Pathfinder et Penn. Ils arrivent à Malte le lendemain 8 septembre où les destroyers sont ravitailler. Le même jour, le vice-amiral Powers (CinC Malta) met sa marque sur le Howe et prend sous son commandement les croiseurs Aurora, Penelope, Dido, Sirius, le mouilleur de mines et le croiseur américain Boise (les croiseurs britanniques et le mouilleur de mines transporte la 1ère division aéroportée britannique) pour s'emaprer avant les allemands de la base navale de Tarente. Durant le transit, ils croisent les cuirassés italiens Andrea Doria et Caio Duilio, les croiseurs Luigi Cardona et Pompeo Magno et le destroyer Nicoloso DaRecco qui font route vers Malte pour se rendre, le King Goerge V est détaché pour les escorter.Le débarquement de la 1ère division aéroportée britannique à lieu le lendemain le 9 (opération Slapstick), le mouilleur de mines Abdiel sautant dans le port sur une mine et coulant.

Le 14 septembre, le Howe escorte avec les King George V les navires italiens entre Malte et alexandrie dont les cuirassés Italia (ex Littorio) et Vittorio Veneto, quatre croiseurs et quatre destroyers. La flotte arrive en Egypte le 16 et le Howe repart ensuite pour Alger.
Arrivé à Alger le 1er octobre et rejoint par le King George V, il repart ensuite pour Scapa Flow en compagnie des destroyers Foxhound Eclipse Fury et Echo, reprenant ses missions de couverture éloignée des convois.
Au mois de novembre, il est choisit pour être déployé en Extrême Orient, il est donc envoyé à l'Arsenal de Devonport pour une refonte complète qui permet également une modernisation de l'armement, le débarquement des installations d'aviation pour renforcer la DCA. Il est remis en service au mois de mai après un mois d'essais et de remise en condition post-refonte.
Le 30 juin , il quitte Scapa Flow pour la Méditerranée, il arrive à Alger le 7 juillet, franchit le canal de Suez le 22 juillet et arrive à Colombo (Ceylan) le 3 août, ayant été rejoint en cours de transit par les croiseurs Ceylon et Kenya ainsi que les destroyers Rapid, Raider, Redoubt, Rocket et Rotherham.
Le 24 août, le Howe participe à sa première opération, en couvrant avec deux croiseurs et cinq destroyers, les raids aériens lancés contre Padang (Sumatra) par les porte-avions Victorious et Indomitable (opération Banquet). Le 28, il assure le soutien aérien et une couverture de chasse au profit des B29 américains bombardant des cibles au nord-ouest de Sumatra depuis Ceylan en compagnie des cuirassés Queen Elisabeth et Richelieu, du croiseur de bataille Renown, des porte-avions Indomitable, Illustrious et Victorious, des croiseurs Ceylon et Kenya et des destroyers Racehorse, Rapid, Relentless, Rocket et Rotherham (opération Boomerang)

Le 16 septembre, il couvre les attaques aériennes lancées par L'Indomitable et le Victorious sur Sigli (Sumatra) et une série de reconnaissance photo sur les Nicobars. Il est accompagné pour cela par les croiseurs Cumberland et Kenya ainsi que les destroyers Racehorse, Rapid, Raider, Redoubt, Relentless, Rocket Rotherham (opération Light). Il passe ensuite tout le mois d'octobre avec l'Eastern Fleet dans la région de Ceylan.
Le 22 novembre, il rejoint la flotte du Pacifique (British Pacific Fleet) en formation à Ceylan avec les cuirassés King George V, les porte-avions Indefatigable, Illustrious Victorious Indomitable, les croiseurs Black Prince, Swiftsure Argonau et deux flottilles de destroyers. Le 4 décembre, il rejoint Trincomalee en compagnie des destroyers suadrant Quality et Quilliam avant de filer vers l'Australie et Freemantle où il ne passe que quelques heures avant de repartir pour Sydney où il arrive que le 18 janvier 1945.
Il y reste jusqu'au 2 février 1945 date de son départ pour Auckland comme navire amiral de la British Pacific Fleet, l'amiral Sir Bruce Austin Frazer escorté par les croiseurs néo-zelandais Achilles et Gambia et les destroyers britanniques Quadrant Queenbrough et Quiberon pour une visite à la marine royale néo-zelandaise et au cabinet de guerre néo-zelandais. Le Howe fait escale à Auckland du 5 au 10 février 1945. Lors de son départ du port néo-zelandais, il ouvre le feu avec ses canons de 356mm. Il revient à Sydney pour retrouver la BPF qui doit opérer avec la 5ème flotte américaine.
La BPF quitte Sydney le 28 mars pour la base avancée de Manus dans les îles de l'Amirauté où elle arrive le 7 mars. La BPF devenue la Task Force doit attendre le 18 mars l'autorisation américaine pour participer aux opérations, elle quitte le même jour Manus pour Ulithi où elle arriva le 20.

Le 23 mars, la TF 113 devient la TF 57 et met le cap sur l'archipel de Sakishima.
La TF 57 est ainsi subdivisée en quatre task groupes :
-le TG 57-1/1st Battle Squadron composé des cuirassés Howe et King George V,
-le TG 57-2/1st Aircraft Carrier Squadron composé des porte-avions Illustrious, Indefatigable, Indomitable et Victorious
-Le TG 57-5/4th Cruiser Squadron composé des croiseurs britanniques Black Prince, Argonaut et Swiftsure ainsi que du croiseur néo-zelandais Gambia.
-Le TG 57-8 composé du croiseur Euryalus et des destroyers des 4ème, 25ème et 27ème flottiles.
Le 26 mars, elle se joint à la TF58 et bombardent les aérodromes de l'archipel de Sakishima dans le cadre de l'opération «Iceberg One». Jusqu'au 23 avril, les TF57 et 58 se relayent au dessus de Sakishima, l'une bombardant pendant que l'autre ravitaillant par exemple. Le 23 avril, la TF57 arrive à Leyte pour ravitaillement et entretien.

Les opérations au dessus de l'archipel de Sakishima avec la marine américaine reprennent le 4 mai, c'est l'opération “Iceberg Two” qui s'effectue sans l'Illustrious (c'est la seule modification de la TF par rapport à l'opération “Iceberg One”). Le Howe est detaché avec le King George V, les croiseurs Swiftsure, Black Prince, Euryalus Gambia et Uganda (ce dernier appartenant à la marine canadienne) couverts par la 25ème flottille de destroyers pour bombarder les aérodromes de Hiara et de Miyako Shima. Cette force rejoint bientôt le reste de la TF 57 sous le feu des kamikazes, le Formidable est ainsi sévèrement endommagé. Le Howe reçoit donc pour mission de couvrir les porte-avions contre les attaques aériennes conventionnelles et kamikazes. Les 24 et 25 mai, la TF57 ravitaille avant de mettre le cap sur Sydney via Manus. L'ensemble de la BPF (à l'exception du King George V qui est détaché pour visiter Guam) arrive à Manus le 30 juin. Le 2 juin, Le Howe repart pour Sydney où il arrive le 5 juin.

Il quitte l'Australie le 8 juin pour Durban (Afrique du Sud) avec une escale à Fremantle, l'entretien lourd d'un cuirassé étant impossible en Australie. Il arrive à Durban le 27 et commence aussitôt le carénage qui s'étend jusqu'au 10 juin date de son départ pour Cape Town où il fait une courte escale avant de rentrer en Grande Bretagne.
En 1946, il devint navire amiral du Training Squadron à Portland pour les quatre années suivante avant d'être mis en réserve en 1950, devenant le QG de la Reserve Fleet Devonport Division. En 1957, il est placé sur la Disposal List avec les trois autres navires survivants de la classe. Il est vendu à Bisco pour démolition, il arrive en remorque à Inverkeithing le 2 juin 1958.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE KING GEORGE V   Lun 18 Aoû 2008, 22:28

Caracteristiques Techniques


Le HMS Howe à la mer


Déplacement

Standard : 36727 tonnes Pleine Charge : 42076 tonnes

Dimensions
Longueur : 227m
Largeur : 31m
Tirant d'Eau : 9.9m

Propulsion

Quatre turbines à engrenages Parson alimentées par Huit chaudières Admiralty à surchauffe dévellopant une puissance totale de 125000 ch et actionnant quatre hélices tripales de 4.42m de diamètre.

Performances

Vitesse maximale (aux essais) : 28 noeuds
Distance franchissable : 5400 miles nautiques (environ 10800 km) à 18 noeuds, la consommation est de 11.9 tonnes de fuel par heure.

Protection

Ceinture principale de 374mm et ceinture inférieure de 137mm
Pont blindé de 136mm
Tourelles de 356mm blindées à 324mm
Barbettes blindées à 324mm

Electronique

-Un radar type 279 à ondes métriques pour la veille surface remplacé ensuite par un radar à ondes centimétriques le type 271 lui même remplacé par un type 273.
-Un radar de conduite de tir type 284 pour la conduite de tir de l'artillerie principale remplacé ensuite par un type 274
-Les deux radars type 273 et 284 sont remplacés par un type 293
-Un radar type 285 à ondes centimétriques pour la conduite de tir des canons de 133mm
-Un radar de veille aérienne type 279 puis 279B
-Un radar de veille aérienne lointaine type 299
-Un radar type 282 pour la conduite de tir de l'artillerie antiaérienne légère

Armement


Un canon de 356mm (14 inch) comme ceux équipant les KGV

-10 canons de 356mm MkVII de 46 calibres répartis en deux tourelles quadruples (une avant et une arrière) et une tourelle double avant. Ce canon tire deux obus de 721 kilos par minute à une distance de 35260m.
-16 canons de 133mm QF Mk1 en 8 tourelles doubles. Ce canon tire 7 obus de 36kg par minute à une distance de 22010m et un plafond en tir antiaérien de 14710m
-64 canons de 40mm

Aviation

Les installations aéronautiques débarquées au cours de la guerre comportait une catapulte et quatre hydravions Supermarine Walrus.

Equipage

1422 à 1511 hommes

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE KING GEORGE V   Mar 19 Aoû 2008, 22:59

Merci, clausewitz. Ces photos évoquent de beaux souvenirs. Lors d'une visite de la princesse Elizabeth (la reine à partir de 1953) à Guernesey en 1949 (où j'habitais à l'époque) mon papa m'a emmené en vedette pour voir ce magnifique navire en rade de St Pierre-Port. Je me souviens d'être beaucoup plus intéressé par le KGV que par la vue de la princesse dans les rues quelques heures auparavant! Enfin c'est le navire, avec ses énormes canons, qui a fait la plus grande impression et un mot est resté dans la mémoire - 'pompoms', que mon papa m'a dit en les indiquant du doigt. Pour un gosse de cinq ans c'était un mot inoubliable et c'est cette visite qui a suscité mon intérêt aux navires de guerre!

salut
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE KING GEORGE V   Mar 19 Aoû 2008, 23:04

De rien capitaine. J'ai toujours bien aimé les KGV surtout leur design particulier avec deux tourelles quadruples et une double et puis comme tous les navires britanniques, ils ne manquent pas d'élégance

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE KING GEORGE V   Mer 20 Aoû 2008, 08:33

Citation :
comme tous les navires britanniques, ils ne manquent pas d'élégance

Perso je préfères les Richelieu, inimitables avec leur Mat-Cheminé
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE KING GEORGE V   Mer 20 Aoû 2008, 11:16

Moi aussi le Richelieu est le plus beau cuirassé avec ses deux tourelles quadruples ont dirait un felin prêt à bondir toutes griffes dehors mais les navires anglais en particulier les cuirassés ont un cachet inimitable

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2283
Age : 46
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE KING GEORGE V   Mer 20 Aoû 2008, 11:57

bon sujet Claus ... je prefere quand même les Rodney et Nelson a ceux-ci Rolling Eyes

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE KING GEORGE V   Sam 01 Nov 2008, 12:21

Petite anecdote au sujet du choix des noms de l'Anson (ex-Jellicoe) et du Howe (ex-Beatty): c'est Winston Churchill qui avait imposé que ces deux navires soit rebaptiser ainsi, par rancoeur tenace envers les amiraux John Jellicoe & David Beatty!
Il leur en a toujours voulu à cause de la bataille du Jutland!
Il considérait que c'était de leur faute à tout les deux, le fait que scheer et Hipper aient reussit à se dégager et à rentrer au port!lol!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE KING GEORGE V   Sam 08 Nov 2008, 18:48

J'aurai deux petites questions au sujet du blindages des KGV, SVP.
Est ce que quelqu'un serait pourquoi leurs ceintures cuirassé étaient elle droite, et non pas incliné comme sur la plupart des autres "35000 tonnes" et leurs prédécesseurs de la Class "Nelson"? scratch
Et aussi, pourquoi est ce que le blindage du blockhaus de commandement était il aussi faible, Seulement 100 mn pour la paroi avant et 38 mn pour le toit ?

(350mn & 170mn pour les "Richelieu"; 350mn & 150mn pour les "Bismarck"; 250mn & 130mn pour les "Littorio", 375mn & 178 pour les "North Carolina", ...)

Pas étonnant que l'artillerie du "Bismarck" ait réussit à faire un carnage dans l'équipe de conduite du "Prince of Wales", le 24.05.41.
Revenir en haut Aller en bas
LE BRETON
Amiral de la Flotte
Amiral de la Flotte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6591
Age : 46
Ville : Paris 12ème
Emploi : Fonctionnaire
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE KING GEORGE V   Dim 09 Nov 2008, 17:29

La Royal Navy contrairement à d'autres marines de l'époque mettait un point d'honneur à respecter au maximum les divers tratiés en vieguer à cette période.

Je pense qu'ils ont dû faire des choix dans le devis de poid du navire......

A vérifier... Very Happy

_________________
kentoc'h mervel eget bezañ saotret (plutôt la mort que la souillure) devise de la Bretagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE KING GEORGE V   Mar 11 Nov 2008, 10:18

Mais justement ce qui m'étonne, si la RN voulait économisé du poids, l'adoption d'une ceinture cuirassé incliné, lui aurait permis d'en grappiller sur le blindage des flancs de la coque , sans que la survie du navire en soufre!

Les "Nelson", lancer en 1925, en avaient pourtant déjà une ??? scratch
Il avait certainement une bonnes raison, mais pour moi elle est obscur ?

Petite question: sur le "Vanguard" la ceinture cuirassé était droite, ou incliner ?
Revenir en haut Aller en bas
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5104
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE KING GEORGE V   Dim 08 Fév 2009, 15:58

A priori les britanniques sur les KGV ont privilégié les espacements permettant d'absorber les ondes de choc. Ce qui expliquerait l'abscence d'inclinaison de la cuirasse principale au profit d'un sandwich (déjà existant sur les Nelson) alternant soutes, espaces vides, cuirasse... Mais d'après une vue de coupe j'ai quand même l'impression que certaines sections selon les zones protégées étaient inclinées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE KING GEORGE V   Dim 14 Juin 2009, 20:16

sur cette vidéo...
http://www.worldaffairsboard.com/battleships-forum/47142-iowa-vs-vanguard-2.html#post557599
ont peut remarquer que, par rapport aux tourelles des Dunkerque et des Richelieu, celle des KGV avait un inconvénient dans leurs aménagement, qui pouvait avoir des conséquence funeste au combat: contrairement aux "quadruples" Française, il n'avait pas de cloison complète de séparation, entre les canons bâbords & Tribords!
De ce fait, dans le cas d'un impacte qui arriverait à percé le blindage, il y avait un gros risque que cela tue la totalité des canonniers présent dans la tourelle, alors que sur les 26 000 t & 35 000 t Français, ceux qui se trouvaient dans la demi-tourelle intacte, avaient une bonne chance de survivre!*

*comme cela sera démontrer à Mers-El-Kebir, sur le Dunkerque.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE KING GEORGE V   Mar 23 Juin 2009, 18:11

Un écorché de la tourelle quadruple de 14".

Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE KING GEORGE V   Mar 23 Juin 2009, 18:43

Très impressionant écorché merci thumleft

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE KING GEORGE V   Ven 04 Sep 2009, 11:22

Thank you, this is good news for other visitors

simulation credit auto comparatif voiture taux pret automobile financiers ont mis à la disposition des particuliers la simulation crédit auto simulation credit auto comparatif voiture taux pret automobile
Revenir en haut Aller en bas
ecourtial
Maître
Maître
avatar

Masculin
Nombre de messages : 622
Age : 32
Ville : Nîmes & Lyon
Emploi : Ing. IT
Date d'inscription : 07/03/2006

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE KING GEORGE V   Ven 04 Sep 2009, 13:16

vautour a écrit:
sur cette vidéo...
http://www.worldaffairsboard.com/battleships-forum/47142-iowa-vs-vanguard-2.html#post557599
ont peut remarquer que, par rapport aux tourelles des Dunkerque et des Richelieu, celle des KGV avait un inconvénient dans leurs aménagement, qui pouvait avoir des conséquence funeste au combat: contrairement aux "quadruples" Française, il n'avait pas de cloison complète de séparation, entre les canons bâbords & Tribords!
De ce fait, dans le cas d'un impacte qui arriverait à percé le blindage, il y avait un gros risque que cela tue la totalité des canonniers présent dans la tourelle, alors que sur les 26 000 t & 35 000 t Français, ceux qui se trouvaient dans la demi-tourelle intacte, avaient une bonne chance de survivre!*

*comme cela sera démontrer à Mers-El-Kebir, sur le Dunkerque.

Bonne remarque!

En parlant de comparaison, a t'on des infos sur la fiabilité et la précision de ces tourelles quadruplles britanniques?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dynamic-mess.com/
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5104
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE KING GEORGE V   Ven 04 Sep 2009, 14:46

vu les espacements on peut penser qu'il n'y avait pas d'effets de sillage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colombamike
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3302
Age : 37
Ville : Massilia
Emploi : Yep
Date d'inscription : 06/11/2007

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE KING GEORGE V   Ven 04 Sep 2009, 15:28

Eric a écrit:
En parlant de comparaison, a t'on des infos sur la fiabilité et la précision de ces tourelles quadruplles britanniques?

Oui, de tete scratch
Les 356mm/45 calibre connurent durant la guerre des maladies de jeunesses. Car ce canon fut conçus selon de nouvelles normes à l'époque. En 1930, les anglais concurrent un canon expérimental de 305 construit "tout en acier". Cette méthode de fabrication, nouvelle, comportât des aléas. Les tourelles quadruples de 356 connurent des soucis mécaniques (tourelles et systèmes d'élévation des canons il me semble). Le hms prince of wale connus ces problèmes durant sa bataille avec le bismarck en mai 1941. Les ingénieurs anglais tentèrent de remedier au problème, mais ils y arrivèrent que de manière partielle.
Lorsqu'en decembre 1943 le hms duke of york affronta et coula le scharnost, le navire anglais connus quelques défaillances

Au final, ce canon (et tourelle) ne fut jamais à 100% de ses possibilités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE KING GEORGE V   Dim 06 Sep 2009, 12:38

Ouais, c'est le moins que l'ont puise dire!

Quand les autres signataire du traité de Washington avait accepté de réduire le calibre de l'artillerie de leurs future cuirassé, les Anglais auraient été bien plus avisé d'abandonner la construction de ces tourelles quadruples & doubles de 356 mm, pour commander à la place des "triples" de 406 mm, comme l'avaient les fait les Américains pour les Classe North Carolina.
Surtout que, contrairement au USA, ils n'auraient pas été obligé d'en concevoir de nouvelle, puisqu'ils disposaient de celles de la classe Nelson.
A cause de ce choix, que je trouve peut judicieux, les KGV ont été les moins puissant des "35000 tonnes"!

Certes, les Britanniques ont souvent utiliser l'argument que les obus de "356" se sont révélé aussi efficace que ceux "406", contre les navires de ligne Allemand, et que donc par conséquent, ils n'avait rien à envier aux autre "35000 tonnes"!
Pour mieux renforcer cette argument, ils ont été jusqu'à surévalué le Bismarck, en le présentant comme un "super-cuirassé" (une sorte de Yamato "Teuton").
Ces argumentation sont biaisé, car elles reposent sur une comparaison avec des navires de lignes doté d'un schémas de protection obsolète!

Si, au lieux du Bismarck et du Sharnhorst, les KGV avaient affronté des Vittorio Veneto, l'affaire aurait encore été beaucoup plus chaude pour eux, car leurs obus auraient eux beaucoup plus de mal à percer la cuirasse des navires de lignes Italien!
(sans oublier que le "380" Italien était plus puissant que celui des Allemands)
Revenir en haut Aller en bas
david
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2035
Age : 41
Ville : Eaubonne
Emploi : éducation nat
Date d'inscription : 08/11/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE KING GEORGE V   Dim 06 Sep 2009, 13:28

et je dirais même plus, d'après certains auteurs américains, si le richelieu s'était joint aux anglais lors de l'affaire du détroit du danemark, les allemands auraient subis plus de dégat; de même que le 27 mai, peut être que l'agonie du bismarck aurait été plus rapide

n'oubliez pas que les kgv ont été conçu à une époque ou la construction était régler par des traités politiques, que les allemands n'avaient pas à respecter ces traités. et surtout, la pièce préferé des anglais était le canon de 381, pour preuve, le vanguard a été armé par cette piéce et non par des 406 ou des 356

_________________
je ne suis pas fou, juste un peu cinglé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE KING GEORGE V   

Revenir en haut Aller en bas
 
ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE KING GEORGE V
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE KING GEORGE V (1910)
» ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE KING GEORGE V
» ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE QUEEN ELIZABETH
» ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE REVENGE
» ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE NELSON

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: LES NAVIRES 1922-1950-
Sauter vers: