AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Mer 28 Nov 2007, 12:01

Salut Clausewitz, je pense que le lien ci-joint devrait t'intéresser :

http://63.99.108.76/forums/index.php?showtopic=23296

Il donne la composition des forces armées Yougoslaves aux environs de 1990 (juste avant la guerre civile), avec notamment la localisation de tous les QG et bases aériennes souterraines.

A+
fanaPHIB
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Mer 28 Nov 2007, 14:29

Merci de l'info fanaphib, je pense m'y remettre bientôt sur ce projet thumleft

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Mar 04 Déc 2007, 21:51

5° LES TACTIQUES NAVALES SLAVIENNES

A-LA LUTTE ANTI-SOUS-MARINE

La fin de la guerre froide à mit fin à la menace du Pacte de Varsovie que ce soit celle de ses divisions blindées ou de ses centaines de sous marins prêts à s'attaquer aux lignes de communication de l'OTAN (En réalité, l'ouverture récente des archives montre que l'état major de la marine soviétique n'avait absolument pas l'intention d'imiter l'Ubootwafe et d'engager une guerre aux communications). On aurait pu donc croire que les frégates ASM très présentes dans les marines de l'OTAN seraient jettées aux oubliettes ou au moins que leur nombre soit réduit à la portion congrue au profit des frégates antaériennes et surtout de frégates capable de projeter une importante puissance de feu de la mer vers la terre. Cela saurait une grave erreur car un pays qui veut posséder une marine puissante doit posséder une marine équilibrée mais surtout parce que le sous marin d'attaque n'à pas disparu. Bien au contraire, il ne s'est jamais aussi bien porté. Qu'il soit à propulsion conventionelle ou nucléaire, il voit ses flottes renouveler que ce soit pour des marines majeures (Etats Unis avec les Virginia, la Grande Bretagne avec les Astute, la France avec les Barracuda) des marines européennes de second plan (Allemagne et Italie avec le type 212; La Grèce et le Portugal avec le type 214, l'Espagne avec le type S80) mais aussi des marines africaines (l'Afrique du Sud avec trois type 209/1400 à la place des Daphné, projet d'acquisition de Kilo par l'Algerie, projet egyptien de remplacement des Roméo par des Moray hollando-americains) des marines sud-americaines (Deux Scorpène à la place des Oberon pour le Chili, achat prévu de sous marins russes par le Venezuela) des marines asiatiques (l'Inde avec 6 Scorpènes et peut être des type Amur, la Corée du Sud avec le Type 214, la Chine avec des Kilos, le Japon qui renouvelle régulierement sa flotte de submersibles, les sous marins nippons dépassent rapidement 18 ans de carrière). Des pays qui y ont renoncé comme le Canada y revienne avec l'achat polémique et problématique de 4 Upholder à la Royal Navy (A noter que dans les années 80, la marine canadienne à envisagé l'achat de 12 SNA type Rubis). Mieux même, des pays qui n'avaient jamais possédés de sous marins s'en equipent comme la Malaisie ou l'envisagent très serieusement comme l'Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis. Enfin, des pays aux moyens financiers plus ou moins limités, font tout pour conserver (Norvège) ou develloper (Pakistan) leur flotte sous marine.
Il est donc vital pour la marine slavienne de posséder une puissante force ASM pour apparaître comme une marine sérieuse et crédible mais aussi pour assurer pour la protection de nos «capital ships» que sont les porte-avions, les croiseurs lance-missiles ou les porte-aéronefs de combat ou encore les grands navires amphibies.

La défense côtière disposera d'importants moyens de lutte ASM. En effet, la Dalmatie avec ses nombreux îles est un milieu révé pour un adversaire disposant d'importants moyens sous marins. L'étendue exacte de ces moyens est encore à l'étude. Il serait envisagé des mines télécommandées à mouiller dans les détroits ou des passages obligés pour les submersibles ce qui necessitera la construction de petits mouilleurs de mines; de filets détecteurs (qui devraient être mouillés par les mêmes navires qui mouilleront les mines télécommandées) ainsi que des vedettes et des chasseurs de sous marins. Ces derniers seraient équipés de sonars remorqués légers et de lanceurs de grenades ASM voir des lance-roquettes ASM tandis que les vedettes seraient surtout equipés d'armes antisurface légères (les vedettes pourraient être par exemple des Strigsvan 90H qui devraient être armés d'un canon de 27mm Mauser MLG 27 et deux missiles Spike en plus de plusieurs mitrailleuses moyennes ou légères). Sur le plan de l'emploi tactique, les chasseurs de sous marins se chargeraient de les faire remonter à la surface tandis que les vedettes pourraient neutraliser le sous marin en surface si celui manifeste encore des velleités offensives. Pour le moment les patrouilleurs lance-missiles du programme SNP15 sont encore au stade des études de faisabilité même si ils pourraient être derivés du modèle anglais Super Vita. Il n'est donc pas totalement certain qu'ils soient equipés d'armes ASM. Si ce choix est fait, plusieurs solutions sont envisagés : soit la construction de patrouilleurs supplémentaires troquants leurs armes antisurfaces contre des armes anti-sous-marines (torpilles, grenades ASM ou lance-roquettes) ou faire des patrouilleurs du programme SNP15 des navires polyvalents et modulables. En tout état de cause, ces patrouilleurs seraient plus adaptés à la lutte ASM côtière au large des côtes du sud du pays où les eaux sont plus profondes et moins resserées et donc moins adaptés aux chasseurs de sous marins et aux vedettes.
Les chasseurs de mines classe Warrior participeront également à la lutte ASM littorale car ils ont été conçus pour servir de patrouilleur/escorteur côtier avec une capacité ASM (Ces chasseurs de mines très polyvalents seront armés d'une tourelle double de 35mm DPG, de deux mitrailleuses de 12.7mm, de deux mitrailleuses de 7.62mm et d'un lanceur Tetral pour 4 missiles Mistral. En version ASM/escorte, ces navires perdront leurs équipements antimines au profit d'un sonar remorqué et de grenadeurs ELMA LLS 920 de Saab)

Nous allons maintenant aborder le cas de la lutte ASM en haute mer. Tous les navires de combat slaviens possederont une capacité ASM mais certains seront spécialisés dans ce domaine.
-Les corvettes multimissions de classe Deux (Type F120, modèle Meko A 100modifié) comme leur nom l'indique doivent assurer une large palette de missions car ce seront les véritables bonnes à tout faire de la marine slavienne. Pour ce qui concerne la lutte ASM, elles disposeront d'un sonar de coque et de six tubes lance-torpilles de 324mm pour des torpilles MU90 de conception franco-italiennes; elles ne possèdent donc ni de sonar remorqué ni d'hélicoptère ASM car l'AB139 embarqué à bord de ses navires est limité à des missions antisurface. Cela en fait donc de bons navires d'escorte rapprochée pour les bâtiments logistiques ou auxiliaires mais elles sont totalement inaptes aux missions de chasse (ce n'est d'ailleurs pas leur rôle)
-C'est la même chose pour les frégates multimissions de classe European County spécialisées dans le combat antisurface et la projection de puissance vers la terre qui ne possèdent qu'un sonar de coque et quatre tubes lance-torpilles ASM equipés de torpilles légères MU90. Les véritables spécialistes de la lutte ASM hauturière sont les frégates multimissions (F2M) classse Lena et les destroyers multimissions classe Battle. Les D800 (classe Lena) peuvent aussi bien mener des missions d'escorte ASM de grands bâtiments ou de convois, participer à des groupes de chasse dirigés par les D2M (voir à terme par un des deux croiseurs lance missiles ou par un des deux Pac, les deux types de navires sont en concurrence) voir des missions de chasse en solitaire. En matière de détection, elles possèdent un sonar d'étrave et un système sonar remorqué d'une portée dépasse 100 km. Le tout compatible avec les armes embarquées à bord que ce soit les deux hélicoptères NH90NFH, les missiles ASM Dolphin Block 1VL (Vertical Launching) et des torpilles légères MU90. Les NH90NFH disposent d'un sonar Thales FLASH et de bouées acoustiques sans oublier l'emport de deux MU90. La mission de ces hélicos est d'assurer une veille ASM avancée au profit du navire porteur, de reconnaître une future zone de chasse ou de recaler un contact lointain repéré par le système sonar remorqué mais pas de manière assez précise pour lancer un missile Dolphin dont le recalage au cours du transit vers la cible est assuré par l'un des hélicoptères du bord jusqu'au moment ou la torpille est largué et termine son parcours seule. L'hélicoptère peut aussi mener des missions de chasse en solitaire.
Les missiles Dolphin (missile de conception slavienne combinant un corps de missiles RBS15 avec une torpille MU90) qui ont une portée de 120km sont destinés à frapper un sous marin avant qu'il ne soit une réelle menace pour la flotte ou un submersible qui serait dans une zone difficilement accessible à un sous marin allié, un aéronef de patrouille maritime/lutte ASM et à fortiori un navire de surface. Cette arme va aussi connaître une version à changement de milieu pour les sous marins (Dolphin Block 2 ou Dolphin SLU [Submarine Launched Udapte]) une version aéroportée pour les avions de patrouille maritime (Dolphin Block 3 ou Dolphin ALU [Air Launched Udapte]) et une version lancée depuis la terre pour la défense côtière (Dolphin Block 4 ou Dolphin GLU [Ground Launched Udapte]) .
Les torpilles MU90 sont les armes ultimes pour contrer un sous marin adverse avant l'utilisation des leurres (système franco-italien SLAT) et des manoeuvres d'esquive. Ces torpilles ont une portée maximale de 15km et peuvent frapper un objectif jusqu'à 1000m de profondeur soit en réalité tous les sous marins existants. Leur utilisation n'est pas sans risque car les torpilles des sous marins ont une portée approchant les vingt kilomètres et même les dépassant puisque la torpille lourde IF 21 Blackshark qui equipera les sous marins slaviens (et qui équipe déjà le Chili) à une portée maximale de 50km. Les frégates multimissions disposeront de six tubes lance-torpilles de 324mm et de 18 armes.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)


Dernière édition par le Mar 19 Fév 2008, 11:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Mar 04 Déc 2007, 21:53

-Les destroyers de classe Battle (D700) auront un equipement similaire aux navires précédents mais leur utilisation tactique devrait être différent. En effet, leur mission principale étant la protection des principales unités de notre marine (porte-avions, navires amphibies), ils devraient donc utiliser plus leurs missiles Dolphin que leurs torpilles et leurs NH90 devraient opérer avec les NH90NFH embarqués sur les porte-avions (8 appareils embarqués au maximum) Ils pourraient également servir de navire amiral pour des groupes de chasse ASM bien qu'à terme ils pourraient être remplacés soit par les PAC soit par les croiseurs lance-missiles.
-La meilleure façon de combattre un avion c'est de lui opposer un autre avion, pour détruite un sous marin, la meilleure façon c'est de lui opposer un autre sous marin. C'est pour cela que les sous marins Scorpène participeront pleinement à la lutte ASM en chassant leurs congénères grâce à des sonars actifs/passifs et remorqués permettant le tir de torpilles IF21 Black Shark d'une portée de 50km ainsi que de missiles ASM à changement de milieu, les Dolphin Block 2 ou Dolphin SLU (Submarine Launched Udapte)
-Les avions et les hélicoptères et peut être demain les drones joueront un rôle majeur pour ne pas dire capitale dans la lutte ASM. Il ne faut pas oublier que l'un des facteurs majeurs de la défaite allemande dans la Bataille de l'Atlantique était à mettre à l'actif de l'aviation que transforma le golfe de Gascogne en un terrain de chasse, génant considérablement l'envoi des submersibles allemands dans l'Atlantique puisque ces derniers étaient attaqués, à peine sortis des ports de La Pallice, de Lorient et de St Nazaire. L'idée d'attaquer un submersible depuis les airs est presque aussi vieille que le sous marin lui même puisque c'est en France, la patrie du sous marin moderne que vint l'idée de detecter et de surveiller ces «torpilleurs submersibles» avant de les attaquer. Les moyens évoluent mais pas le concept puisqu'encore aujourd'hui, toute marine digne de ce nom emploie des avions de patrouille maritime et des hélicoptères pour surveiller, debusquer et pourquoi attaquer des submersibles ennemis. Depuis la lutte entre le Coastal Command et les U-Boot, les Privateer et Ventura contre les submersibles japonais, cela à été une course permanente entre l'avion de patrouille maritime et le sous marin. Les Allemands ont d'abord amélioré leurs systèmes de détection, intégrant les premiers systèmes de contre-mesure électronique, installant des schnorchel ou cherchant à provoquer le combat en transformant certains sous marins en navires antiaériens pour protéger leurs congénères. Peine perdue, les avions du Coastal Command semblaient toujours trop fort et même l'intervention de la Luftwaffe avec ses Ju88 ne permit pas de rendre son statut de sanctuaire au Golfe Gascogne. Les allemands cherchèrent alors à améliorer les capacités de navigation sous marine et sans le savoir transformèrent complètement le concept même de sous marin. Jusque là, torpilleur qui ne plongeait que pour attaquer et s'échapper (quoique pendant les premières années de la bataille de l'Atlantique, certains commandants de U-Boot préféraient attaquer au canon plutôt que la torpille), il devint un vrai submersible et perdit son canon et tout ce qui pouvaient géner l'hydrodynamisme et ralentir le sous marin. C'est ainsi que les allemands créèrent le sous marin moderne tel que nous le connaissons de nos jours, d'ailleurs les premiers sous marins de l'après guerre que ce soit en Occident ou en Union Soviétique étaient quasiment des copies des derniers U-Boot. De là naquit ensuite le sous marin nucléaire qui coupa les derniers liens du sous marin avec la surface tout comme le font partiellement les systèmes anaérobies pour les sous marins conventionnels. Face à ses mutations technologiques, les appareils de lutte anti-sous marine devinrent de plus en plus sophistiqués et de plus en plus puissants, combinant rapidement detecteurs et systèmes d'armes. Au couple avion/hydravion succéda le couple avion/hélicoptère (certains pays comme la Chine et le Japon alignent encore des hydravions de patrouille maritime mais leur nombre est loin d'égaler les avions et les hélicoptères assurant des missions équivalentes). A l'avion basé à terre le soin de sécuriser les approches des bases navales et de surveiller d'immenses étendues d'eau et parfois relayé par des avions embarqués (Alizé, Tracker puis Viking) fût donc bientôt adjoint l'hélicoptère le plus souvent embarqué et qui de système complémentaire aux autres systèmes d'armes embarqués sur un navire (torpilles, missiles porte-torpilles, grenades et roquettes ASM) est passé au statut d'arme majeure et d'ailleurs aujourd'hui, il ne viendrait à l'idée d'aucun architecte naval de concevoir un navire ASM majeur (disons au minimum 3000 t) sans plate-forme ni hangar pour un ou plusieurs hélicoptères. Le rôle des aéronefs de la MRS dans la lutte ASM sera donc la suivante :
-Pour la lutte ASM littorale, la marine slavienne emploiera tout d'abord des helicoptères lourds type EH101 (et accessoirement des NH90 quand ceux-ci seront basés à terre quand leurs navires porteurs seront à quai ou en entretien). Ils assureront la surveillance des approches et des itineraires de transit des bases navales Elle pourra aussi employer des avions de patrouille maritime qui devraient être plus à l'aise dans le sud de l'Adriatique où les eaux sont moins resserées.
-Les aeronefs auront un rôle bien plus important dans la lutte ASM hauturière et où les possibilités tactiques semblent infinis. Tout d'abord, ils peuvent mener des missions en autonome en particulier pour sécuriser l'Adriatique et le Canal d'Otrante.Ils peuvent aussi nettoyer une zone avant le passage de la flotte ou d'un groupe de combat. Seul, un C295 ou un A400MP pourra aussi mener une mission de reconnaisance et de renseignement électronique (repérer les emetteurs hostiles et les eventuels capteurs d'écoute électronique ennemis en particulier les capteurs destinés à enregistrer les signatures acoustiques des différents navires slaviens). Les avions de patrouille maritime pourraient aussi être integrés à des groupes de chasse ASM (Antisbumarine Strike Group), ils couvriront les navires de surface et/ou les sous marins en fouillant une zone éloignée de l'ASG, de décupler le rayonement du groupe et de diriger les navires, les sous marins et les helicoptères vers une menance, un contact. Le rôle des helicoptères navals dans la lutte ASM hauturière sera aussi voir plus important que les avions de patrouille maritime. Les NH90NFH embarqués sur les porte-avions et peut être à terme sur les porte aéronefs de combat, auront pour mission principale la lutte ASM mais dans des contextes tactiques différents. Ceux embarqués sur les porte-avions assureront la couverture rapprochée du porte-avions contre les submersibles ennemis en particulier lors des opérations aériennes puisque les anvires d'escorte s'éloignent, ils coopèrent alors naturellement avec leurs homologues embarqués sur les destroyers et les frégates. Les NH90NFH embarqués sur les porte-aéronefs de combat (si ces derniers sont construits) assureront à la fois la protection rapprochée du navire porteur quand celui si assure des missions de projection de puissance vers la terre et de défense aérienne d'un convoi ou d'une force navale mais aussi des missions de chasse anti-sous-marine en particulier quand le PAC assure le commandement d'un groupe ASM, les hélicoptères pourront mener des missions en autonome mais aussi la recherche et le guidage des navires de surface. Les NH90 embarqués sur les destroyers et les frégates multimissions peuvent assurer une grand nombre de missions anti-sous-marines comme la veille ASM éloignée au profit du navire porteur, de reconnaître une future zone de chasse, de recaler un contact lointain detecté par un sonar remorqué, d'assurer le guidage terminal d'un missile Dolphin ou encore des missions de chasse en solitaire.
A terme, il n'est pas exclu que des drones soient employés pour la lutte ASM, d'ailleurs le premier drone naval de l'histoire, le DASH était destiné à larguer des torpilles ASM et même si cet appareil fut un echec, le concept n'est pas pour autant sans interêt, on pourrait ainsi imaginer des mini-drones aériens ou semi-sbumersibles armés de torpilles ou de charges de profondeur guidés par les NH90NFH et des avions de patrouille maritime pour multiplier par 2 ou par 4, la zone d'action d'un aéronef ASM, des drones qui pourraient pourquoi pas être consommables.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)


Dernière édition par le Mar 19 Fév 2008, 11:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Jeu 06 Déc 2007, 18:16

Lu et appouve.
La 7me Flotte evacuee de Auckland possede 1 Battle Classe modiffie pour servir 1 Lynx.
Les Battles etaint tres navigable et valide
certain (Barrosa) ont servi en Australie
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Jeu 06 Déc 2007, 18:49

merci Robert, je vais bientôt poster la suite consacrée à la lutte antisurface et le contrôle océanique

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Ven 07 Déc 2007, 18:33

j'attend avec interet.
study
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Sam 08 Déc 2007, 17:55

B-LE CONTROLE OCEANIQUE ET LE COMBAT ANTISURFACE

La fin de la guerre froide et surtout la période post-11 septembre ont prouvé le besoin de navires bien armés pour tenir les océans et faire face au terrorisme qui avec la piraterie constitue l'un des plus grands dangers qui menaçent le commerce mondial car 70% du commerce se fait par les océans. Il s'est averé également necessaire de posséder ce type de navires pour faire des démonstrations de puissance. Ce besoin est d'autant plus crucial pour notre marine que l'une des zones d'action privilegiées est l'Océan Indien, océan vaste qu'il convient de contrôler et de sécuriser. Il s'agit également d'armer nos bases extérieures pour mener des missions de contrôle océanique, de protection du trafic maritime contre le terrorisme et la piraterie, de protéger nos interêts et nos ressortissants. Comme pour la lutte ASM, des navires de surface, des aéronefs et des sous marins vont être engagés.
Le combat antisurface s'inclut en partie dans la défense côtière avec des batteries de missiles RBS15 mk3 et d'ASL (Antisurface légers). Les premiers sont destinés à la défense des côtes contre un débarquement ou pour couvrir les navires légers de défense côtière contre des navires mieux armés tandis que les seconds, sont destinés à assurer la protection immédiate de la base. L'achat de missiles Spike est aussi envisagé pour la défense de mouillages et de points isolés sensibles. Ces missiles seront basés à terre ou sur les vedettes rapides de type Strigsvan 90H ou Super Dvora mk3.

Les patrouilleurs lance-missiles du programme SNP15 auront pour mission principale voir essentielle le combat antisurface et la défense des côtes. Avec des RBS15 ou des torpilles ASF, ils participeront à la sanctuarisation de l'Adriatique et à la surveillance des agissements albanais, le tout sous le commandement et avec l'appui des frégates légères de combat (ces dernières devraient êtres armées d'un canon de 76mm, de missiles Aster 15 ou Matra Mica VL, de torpilles ASM, d'un ou plusieurs canons à tir rapide et d'un ou deux NH90NFH).

En cas de conflit avec l'Albanie, les corvettes multimissions auront un rôle majeur à jouer pour à la fois détruire une flotte albanaise qui ne devrait pas s'éloigner de ses ports pour rester sous la protection de ses batteries côtières et de son aviation puis assurer le blocus du pays pour empecher tout ravitaillement et tout contact avec l'extérieur sans parler ensuite du soutien littoral aux opérations terrestres. Elle disposera pour cela de son canon de 76mm Oto Melara compact en tourelle furtive, de ses huits missiles RBS15 Mk3 et de son hélicoptère AB139 armé d'un tourelleau THL20 (avec canon de 20mm) et de missiles Dandy (8km de portée) puis ASL (24 à 40km). Elles combattront naturellement lors des ITEX (Intervention Extérieures) et il est également prévu que deux corvettes effectuent une tournée annuelle ou bisannuelle dans les zones stratégiques pour mener des missions de présence psychologique, de la coopération et des exercices avec les marines alliées. Ces corvettes assureront des missions antisurfaces autonomes ou au sein de groupes de contrôle océanique (Surface Action and Oceanic Control Group) mais aussi des escortes et des protections de navires marchands, auxiliaires et logistiques.

Les frégates multimissions de classe European County, version action vers la terre et antisurface des F2M seront les principaux navires engagés dans la lutte antisurface. Elles pourront aussi bien mener des missions en autonome pour dissuader un pays de s'attaquer à nos interêts et en attendant l'arrivée de forces navales plus conséquentes. Elles pourront aussi êtres integrées au SAOCG ou assurer l'escorte des grands bâtiments (porte-avions porte-aéronefs de combat navires amphibies) en particulier en milieu littoral contre les batteries côtières, les navires lance-missiles rapides, les embarcations de pirates ou de terroristes voir les mines (embarquement possible dans le radier d'un drone antimines). Pour cela ces fregates disposent d'une puissante artillerie avec un canon de 127mm Oto Breda Ligthweight dont la portée est de 15km avec obus conventionels mais peu dépasser les 70 voir les 116km avec les obus guidés Vulcano I et II pour des tirs de barrage, de saturation ou contre les batteries côtières, les radars et les navires importants tandis que le canon de 76mm Oto Melara, implanté sur le hangar à hélicoptère sera principalement chargé de la destruction des vedettes rapides, des mines derivantes en surface, de l'infanterie à découvert ou de véhicules légers. Ce canon à une portée théorique de 17km avec des obus classiques et judsqu'à 40km avec obus guidés. Les deux tourelles doubles de 35mm DPG (portée 6km en tir surface) implantées de part et d'autre du hangar à hélicoptère seront utilisées pour contrer les missiles antinavires mais aussi pour stopper les embarcations terroristes, rôle qu'ils partageront avec les deux canons de 27mm Mauser MLG 27 et les nombreuses mitrailleuses de 12.7mm et de 7.62mm, du navire mais aussi des Coastal Rangers embarqués. Les European County seront aussi equiper de missiles antinavires, la batterie minimale étant composée de deux lanceurs-quadruples pour missiles RBS15 mk3 mais elle peut être doublée en utilisant l'espace reservée pour un groupe de 16 cellules Sylver, emplacement qui peut recevoir bien d'autres utilisations comme un LRM navalisé de 227mm (16 roquettes en position de tir et 16 autres en reserve). Enfin le dernier vecteur antisurface de ces frégates sera le NH90NTT. Les frégates classe European County m'embarqueront qu'un hélicoptère pour permettre par exemple l'embarquement simultané d'un hélicoptère des forces spéciales, des marines ou de l'armée de terre ou d'un drone. Cet hélicoptère qui ne possède aucune capacité anti-sous-marine sera chargée de missions de surveillance, de conduite de tir et de chasse antinavire avec deux RBS15 ou quatre ASL. C'est ainsi que les frégates AVT/AS disposent de trois cercles antisurface avec l'hélicoptère (le NH90 à une distance franchissable de 960km et le missile une portée de 250km) pour le cercle le plus lointain, viennent ensuite les RBS 15 lancés depuis la frégate (portée : 250km) et enfin l'artillerie.

Les destroyers multimissions classe Battle pourront eux aussi mener des missions de combat antisurface en particulier dans le cadre du commandement d'un SAOCG ou la protection rapprochée d'un des grands navires de la MRS (porte-avions, porte-aéronefs de combat, navires amphibies). Leurs moyens seront similiaires aux frégates AVT/AS mais bien entendu plus important en raison de la différence de tonnage. Au niveau de l'artillerie, ces navires qui seront hors croiseurs russes les navires de combat les plus puissants d'Europe puisqu'ils disposeront d'un tourelle de 127mm Oto-Breda LW d'une portée de 15 à 70 voir 116km selon que l'on utilise des obus classiques ou des obus guidés (la repartition n'est pas précise mais à terme chaque navire slavien equipé d'une tourelle de 127mm devrait embarquer 10 à 15% d'obus guidés), cette tourelle pourrait à terme être remplacé par uen tourelle de 155mm de conception slavienne. Baptisée M4, cette tourelle dont la conception à été basée sur le système allemand PzH 2000 aura une portée de 40km avec des obus classiques et 150km avec des obus guidés (le calendrier des travaux n'est pas encore arrêté mais les 8 premiers destroyers devraient recevoir leur tourelle de 155mm lors de leur premier entretien périodique qui à lieu cinqs ans après la mise en service, c'est ainsi que le D700 Battle pourrait la recevoir dès 2011 tandis que les quatre derniers _si ils sont construits_ devraient la recevoir dès leur construction. A noter que les frégates AVTAS ont la capacité de recevoir la tourelle M4 mais si leur equipement à été envisagé un temps, il semble qu'aujourd'hui le projet soit abandonné). Les D700 disposent aussi de trois tourelle de 76mm Oto Melara SR, deux sur la plage avant devant le bloc-passerelle principal et une sur le hangar à hélicoptère dont la portée variera de 17 à 40km selon le projectil (classique ou guidé) et son action sera completée par quatre tourelles doubles de 35mm DPG (deux à l'avant et deux à l'arrière) dont la portée en tir antisurface est de 6km et pour la défense antisurface ultime, des canons de 27mm Mauser MLG d'une portée de 4km et d'inombrables mitrailleuses même si la dotation standard est de 4 mitrailleuses de 12.7mm et 6 mitrailleuses de 7.62mm d'une portée allant de 1.5 à 2km. Au niveau des missiles antinavires, la batterie standard de RBS15 comprendra seize missiles en deux groupes de deux lanceurs quadruple, le premier groupe se trouvant sur la plage avant entre les lanceurs Sylver et les tourelles de 76mm (pour mémoire la plage d'un destroyer slavien est organisée de la manière suivante : tourelle de 127 ou de 155mm, lanceurs Sylver, missiles antinavires, tourelles de 76mm et bloc passerelle) et le second entre le bloc passerelle principal et le bloc secondaire qui comprend notament le hangar hélicoptère. Cette batterie pourrait passer à 24 missiles en installant deux lanceurs quadruples à l'emplacement prévu pour seize cellules Sylver supplémentaires (pour passer de 132 à 148) pour acceuillir des SM3.
Enfin les deux hélicoptère NH90NFH embarqués pourront participer à la lutte antisurface en menant des missions de surveillance, de renseignement, de détection et de poursuite des cibles au profit de l'artillerie ou des missiles, le recalage des contacts etle guidage terminal pour les obus de précision et les missiles. Ils pourront également combattre puisque ils pourront également recevoir deux RBS15 ou 4 ASL.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)


Dernière édition par le Mar 19 Fév 2008, 11:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Sam 08 Déc 2007, 17:59

Le contrôle océanique est une des missions clés de la Marine de la Republique Slavienne (MRS). On peut même aller jusqu'à considérer que sans cette mission, la MRS aurait vu ses moyens limités à celle d'une marine de gardes-côtes : patrouilleurs lance-missiles, quelques corvettes et sous marins, une force antimines, quelques navires polyvalents de soutien et une aviation de patrouille maritime. Cette mission mondiale s'appuie sur les bases extérieures que la Slavie est entrain de mettre en place (St Domingue, Sao Tomé Monbassa et Alor Setar) sans parler d'accords d'escale dans différents ports étrangers qui pourraient être de simples facilitations juridiques ou des premices d'une base ou d'une station navale (avec un quai reservé et securisé mais pour des escales de courte de durée). Pour que cette mission soit crédible, il faut non seulement disposer d'une force navale de combat en haute mer mais aussi de navires prépositionnés pour réagir rapidement en cas de menaces sur nos interêts politiques et économiques car notre pays connait une forte croissance économique (7% en 2005 6.8% en 2006 probablement 7.5% en 2007) et un armateur slavien, la Tivat Shipping Company (TSC) est devenu le 8ième armateur mondial et poursuit sa croissance avec par exemple 12 navires (6 porte-conteneurs 2 rouliers et 4 pétroliers) commandés dans ses chantiers de Kotor Tivat (par ailleurs fort absorbés par la construction navale militaire) et une dizaine d'autres dans des chantiers sud-coréens et chinois. Si on ajoute à ces faits, notre diplomatie active (La Slavie est menbre jusqu'en 2009 du conseil de Securité des Nations Unies et envisage serieusement une adhésion à l'OTAN et à l'Union Européenne) et notre lutte active contre les terroristes d'Al Quaida (navires dans l'Océan Indien, troupes au sol en Afghanistan), on peut comprendre cette volonté de mener une politique mondiale.
C'est la mission principale des navires des programmes SNP2 et SNP3. Le programme SNP2 lancé en 2001 déboucha pour la marine slavienne sur la commande de 8 patrouilleurs océaniques de combat et d'intervention (+4 options options valables jusqu'en 2010). Ces navires de 90m de long de 1800t de deplacement sont destinés à des missions de présence et de sécurité avec la sécurisation du trafic commercial, la lutte contre le terrorisme et la piraterie mais aussi l'évacuation de ressortissants ou le soutien aux opérations speciales. Ces navires seront armés d'une tourelle de 57mm Bofors Sak mk2 sur la plage avant, de deux tourelles doubles de 35mm DPG, de deux canons de 27mm Mauser MLG et de deux mitrailleuses de 12.7mm sans oublier un lanceur Sadral sextuple pour six missiles Mistral. Sa plate-forme et son hangar pourra acceuillir un NH90 même si l'hélicoptère normalement embarqué est un AB139 LAH-N. La plage arrière peut recevoir des conteneurs EVP (Equivalent Vingt Pieds, la taille standard) pour du transport de matériel (en renforcement d'une cale présente dans le fond du navire et qui débouche via un monte charge par une vaste porte laterale au niveau de la plate-forme hélicoptère ou encore des systèmes d'armes conteneurisables. Sous cette plage-arrière, se trouve un radier qui peut acceuillir une ou deux embarcations type EPV (Embarcation de Poursuite et de Visite). D'une vitesse maximale de 60 noeuds et capable de naviguer en autonome sur 45 miles (environ 90km), les EPV peuvent être armés d'une mitrailleuse de 12.7mm ou deux de 7.62mm et embarquer en plus des trois menbres d'équipages, une quinzaine de commandos ou de passagers. Ces navires pourront également se transformer en de véritables navires de combat puisqu'ils pourraient recevoir huits missiles RBS15 mk3 sur la plage avant (entre le bloc-passerelle et la tourelle de 57mm, au dessus d'une zone pouvant acceuillir un module sanitaire, de commandement, de guerre electronique, de logement pour une vingtaine de personnes, un reservoir d'eau ou de carburant, un atelier léger de réparations.....) et 16 missiles Matra Mica VL sur la plage arrière en cellules Sylver A43.

Ces navires qui doivent être mis en service entre 2005 et 2012 (deux en 2005, deux en 2006, deux en 2009, un en 2010 et le dernier en 2012) appuieront et seront appuyés par les navires du programme SNP3, les TMRV (Theater Multirole Vessel). Les TMRV pourront assurer une foultitude de missions grâce à leur conception modulaire (inspirée des FSS danois) : navire amphibie (même si il ne dispose pas de radiers mais seulement de chalands en pontée) navire de soutien logistique, navire atelier, transport rapide, navire de commandement et de contrôle, navire de soutien sanitaire, les missions dominantes étant le commandement et le contrôle d'opérations aéronavales et maritimo-terrestres de faible ampleur (contrôle océanique ou de l'embargo, debarquement de troupes pour un soutien à une progression terrestre ou pour ouvrir un théâtre d'opérations à une force plus conséquente) et des opérations amphibies limitées (raids de commandos, opérations spéciales, évacuation de ressortissants, démonstrations de force). Ces quatre navires commandés aux chantiers navals de Budva seront armés d'un canon de 127mm Oto Breda LW, d'une tourelle double de 35mm DPG, de deux canons de 27mm Mauser, de quatre mitrailleuses de 12.7mm et de 16 Matra Mica VL. L'armement peut être renforcé par des modules de mouillage de mines, de tubes lance-torpilles ou de missiles antinavires. Les TMRV pourront embarquer deux EH 101 (avec hangar), sa plate-forme pouvant supporter l'appontage d'un CH47 à pleine charge tandis que sa battelerie se composera de 4 EPV et de 2 LCVP sur bossoirs au niveau du bloc passerelle tandis que 2 LCM seront transportés sous la plate-forme hélicoptère, parallèlement au hangar à véhicule, fermé par une double porte étanche et une rampe mobile. Les chalands seront mis à l'eau par des rails montés au plafond pouvant mettre à l'eau un LCM avec un Leclerc même si le plus souvent le LCM, sera mis à l'eau vide, ouvrira sa rampe avant qu'il fusionnera avec la rampe du hangar à véhicule et les hommes ou les ou le véhicule descendra dans le chaland pour rejoindre la côte. De vastes logements et extensibles par conteneurs ou en utilisant le hangar à véhicule (dans ce cas, on pourrait doubler la capacité en longue durée et en cas de traversée n'excedant pas une journée, plus de 1000 hommes pourront embarquer) permettront le transport de 250hs avec leurs véhicules (18 chars Leclerc ou 1260t de véhicules), il s'agira le plus souvent de la Compagnie Légère d'Intervention (CLI) issue des Marines ou des Brigades Medianes d'Intervention, cette CLI est une des compagnies d'infanterie que la brigade envoie pour 4 à 6 mois dans une des bases extérieures et si elle peut parfois rester à terre en attendant une eventuelle opération, elle est le plus souvent embarquée sur les TMRV en alerte pour intervenir rapidement dans la zone de responsabilité du navire. A noter que le hangar à véhicules peut se transformer en hôpital de campagne ou servir de local d'état-major. Ces navires pourraient être à terme renforcés dans leurs missions par des LST type STEM 1400 déjà en service à Singapour.

Les corvettes multimissions assureront aussi des missions de contrôle océanique, c'est d'ailleurs l'une de leurs missions principales. Elles pourront le faire soit dans le cadre de déploiements périodiques en solitaire ou au sein des SAOCG. Outre leur armement déjà cité plus haut, ils disposeront de deux EPV sur palte-forme mobile sous la plate-forme hélicoptère qui pourront participer aux deploiements d'un detachement de 16 commandos ou d'equipes de visite des Garde-côtes en liaison avec l'AB139 LAH-N du bord.

Les frégates multimissions AVT/AS et les destroyers multimissions peuvent aussi mener des missions de contrôle océanique. Les premières citées disposent sous la plate-forme hélicoptères, un radier pouvant recevoir jusqu'à 4 EPV ou autres canots pneumatiques pour infiltrer des forces spéciales, des commandos ou des equipes de contrôle et de visite des navires. Le NH90 NTT embarqué sera également utilisé pour des missions de contrôle océanique dans le cadre de missions de surveillance aérienne (radar de veille surface, tourelleau TAS, missiles AA Mistral 3) et de transport de troupes et de forces spéciales car les NH90 NTT peuvent embarquer 20 hommes et les appuyer grâce à des mitrailleuses en sabord et des armes air-sol sur des points d'appui extérieurs. Les F2M AVT/AS peuvent embarquer 20 passagers, les destroyers multimissions 32 (ce nombre correspondant à la capacité des hélicoptères embarqués en permanence), ces derniers disposant de 4 EPV sur bossoirs.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)


Dernière édition par le Mar 19 Fév 2008, 11:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Sam 08 Déc 2007, 18:01

Comme pour la lutte ASM, les avions et les hélicoptères ont un rôle majeur à jouer. Les aeronefs basés à terre assurant également des missions de combat antisurface dans le cadre de la défense côtière puisque les EH101 basés à terre pourront embarquer deux RBS15 ou quatre ASL tandis que les Rafale M basés à terre pourront embarquer deux à quatre RBS15 ou 6 à 8 ASL ou encore des bombes à guidage laser ou GPS. Les Casa C295 de patrouille maritime devraient embarquer comme les EH101, deux RBS15 ou quatre ASL. Même chose pour les avions embarqués que ce soit les F35 sur les eventuels PAC avec deux RBS15 ou 4 ASL ou les Rafale M embarqués sur les porte-avions qui eux devraient n'embarquer que deux RBS15 pour cause d'emploi opérationnel différent (les Rafale M basés à terre devraient decoller pour des missions de courte durée où l'importance est de tirer le plus de missiles pour laminer l'adversaire le plus loin possible des côtes alors que les appareils embarqués decolleront pour des missions de plus longue durée, maraudant dans une zone à l'affût d'une cible de valeur), ces deux RBS15 pouvant être remplacés par 6 à 8 ASL. Les appareils embarqués pourront aussi participer à des missions de surveillance et de renseignement, la capacité de guider des drones étant serieusement envisagée pour les années à venir.
Les hélicoptères embarqués participeront également à la lutte antisurface et au contrôle océanique. C'est ainsi que les AB139 LAH-N embarqués sur les patrouilleurs océaniques, les corvettes multimissions et les porte-aéronefs seront armés d'un canon de 20mm en tourelleau THL20 sous le nez et pourront embarquer des mitrailleuses de 7.62mm Mag depuis la cabine et en supports extérieures des Minigun de 7.62mm, des roquettes de 68mm TDA, des missiles Dandy (4) ou deux missiles ASL, version derivée du précédent. Lors des missions de contrôle océanique, les AB139 se contente en général de leur canon de 20mm, de deux missiles air-air Mistral 3 et d'une mitrailleuse en cabine pouvant tirer à babord ou à tribord et embarquent soit une equipe de visite (4 à 6 hommes) ou deux tireurs de precisions equipés d'un fusil Accuracy Warfare Magnum en calibre 338. Lapua Magnum., la surveillance et l'acquisition de cibles se faisant grâce au tourelleau TAS implanté juste au dessus de la cabine de pilotage. Les NH90NTT comme vu plus haut assureront des missions de surveillance, d'attaque antisurface, de transport et d'appui d'unités à destination spéciale (commandos et forces-spéciales), ils sont particulièrement bien equipés avec un tourelleau TAS, un radar de veille surface et un equipements complet de guerre électronique, la rampe arrière (dont sont dépourvus les NH90NFH) les rendant particulièrement bien adaptés au transport d'hommes et de materiel.

Les sous marins ont eux aussi largement leur place dans le combat antisurface et le contrôle océanique grâce à leurs qualités de discretion, de distance franchissable et d'autonomie ainsi que de leur capacité de frappe antisurface à longue portée. Pour ce qui concerne les capteurs, les sous marins disposent d'un radar de veille air et d'un système sonar complet avec un sonar passif/actif et un sonar remorqué. Pour ce qui concerne les armes, le Scorpène peut en embarquer 18 qui sont mis en oeuvre depuis les 6 tubes lance-torpilles qui peuvent lancer des torpilles de 533mm IF21 Black Shark d'une vitesse de 50 noeuds et d'une portée de 50km avec un guidage par fibre optique et des missiles RBS15 mk3 à changement de milieu d'une portée de 90km. La contribution des sous marins à la lutte antisurface et au contrôle océanique englobe également le renseignement, l'escorte et le soutien aux opérations spéciales. Pour le renseignement, le sous marin pourra jouer sur son autonomie et sa discretion pour s'infiltrer là où aucun navire de renseignement de surface ne peut aller par exemple le milieu littoral ou à proximité des bases ennemies et outre leurs propres systèmes d'écoute, ils pourront guider des drones lancés depuis la terre ou depuis un navire en attendant de pouvoir lancer des drones depuis leurs tubes lance-torpilles, des drones probablement consommable dont les missions pourraient être la détection des mines, la détection d'objectifs de surface pour les RBS 15 ou terrestres pour les missiles de croisière ou encore la surveillance et le renseignement au profit de troupes debarqués ou de forces spéciales.
Dans le domaine de l'escorte, à l'instar des SNA français ou americains, les SMD classe Aragorn se placeront à une centaine de miles du porte-aéronefs ou du navire amphibie à protéger pour le renseigner mais aussi debusquer des sous marins ennemis en embuscade, ces sous marins pourraient également être integrés aux SAOCG
Enfin dans le domaine du soutien aux forces spéciales, les SMD classe Aragorn embarqueront 16 commandos qu'ils infiltrerons et exfiltrerons et dont ils assureront l'appui et le soutien. Le soutien passera par le relais radio, le soutien sanitaire, le soutien logistique (est à l'étude la mise au point d'un conteneur du diamètre d'une torpille, ejectable par un tube lance-torpilles et maneouvrable pour ravitailler un commando en petits colis, en vivres et munitions. Ils en assureront l'appui en assurant un receuil du renseignement électronique et radio pour les prevenir d'un eventuel danger et reciproquement, les FS pourront avertir le sous marin d'une eventuelle menace ou assurer le guidage terminal des missiles lancés depuis le SMD

A SUIVRE : LA DEFENSE ANTIAERIENNE ET ANTIMISSILES

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)


Dernière édition par le Mar 19 Fév 2008, 11:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Sam 08 Déc 2007, 18:18

La presence d'helicopteres sur nos Navires les plus ages est un egaliseur en Combat. AB139 LAH Est un atout. Helicopteres avec plus de rayon d'action ou plus de capacite pour transport sont en use sur nos Porte Avions les plus ancien
Sous Marins ages still transportent des Agents et collectent informations d'une maniere discrete
Nortland Navy. (Commentaires)
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Dim 09 Déc 2007, 17:57

C-LA DEFENSE ANTIAERIENNE ET ANTIMISSILES

Si durant la guerre froide, on insistait du côté occidental sur les navires ASM puissament armés et equipés pour chasser les meutes de submersibles Ivan, les navires antaériens n'étaient négligés loin de là même puisque dans leurs études prospectives, les marines otaniennes supposaient que les soviétiques meneraient une puissante offensive aéromaritime à coup de missiles surface-surface et air-surface (sans parler des missiles à changement de milieu ou des missiles antinavires lancés par les sous marins type Echo ou Oscar qui devaient faire surface pour tirer) pour saturer les défense d'un Carrier Vessel Group (CVG) et aboutir à sa destruction. C'est pour cela que les marines occidentales n'ont jamais sacrifié l'antiaérien à l'ASM et ont constament cherché à améliorer ses capacités antiaériennes puisque les anglais se sont dotés d'un seul type 82 (7700t; en raison de l'abandon en 1966 du CVA01, un porte-avions lourd qui aurait été l'égal des porte-avions géants américains) de quatorze Type 42 ou classe Sheffield (aux défauts repérés bien avant la guerre des Malouines à tel point que des remplaçants étaient prévus, plus puissants et mieux armés, les type 43 (6000t) et 44 mais qui furent abandonnés lors de la revue des programmes en 1974/75 à cause de leur prix près de 2 milliards de franc l'unité pour les Type 43) avec leurs Sea Dart sans parler des six gros destroyers County (6800t) avec leurs missiles Sea Slug (qui appartiennent à la première génération de missiles antiaériens de défense de zone comme le Masurca ou le Talos); les Pays Bas s'étaient equipés de destroyers type Tromp et des frégates type Jacob Van Heersmerck sans parler des croiseurs antaérien De Zeven Provincien et De Ruyter qui finirent leur carrière en Amerique du Sud au sein de la marine peruvienne sous les noms d'Aiguire et d'Almirante Grau (seul le De Zeven Provincien à été transformé en lance-missiles avant d'être vendu au Pérou en 1976, le De Ruyter avait été cédé en configuration canon en 1973) les premiers avec des SM1MR et le second avec des Terrier; l'Allemagne avec ses trois Charles F. Adams avec missiles Tartar; la France avec ses escorteurs d'escadre type Surcouf modifiés Tartar remplacés ensuite par le Jean Bart et le Cassard (qui recupèrèrent deux des lanceurs Tartar des Escorteurs Lance-Missiles modernisés et tirant des missiles SM1; à noter que deux frégates AA de ce type auraient du être construites probablement pour remplacer nombre pour nombre les ELM, elles auraient été baptisés Courbet et Jaureguiberry), les frégates Suffren et Duquesne avec des Masurca, le croiseur Colbert qui après sa refonte lance-missiles de 1970 à 1972 avec des canons de 100mm et des Masurca; l'Espagne avec ses frégates Andalucia, version antaérienne des Knox (le lanceur SM1 prenant la place de la plate-forme hélicoptère); l'Italie avec ses différentes classes de Destroyer comme les Impavido, Audace ou les Impetuoso, la Grèce avec ses 4 destroyers d'origine americaine classe Charles F. Adams et bien entendu les Etats Unis avec ses différentes classes de destroyers et de croiseurs dont certains étaient à propulsion nucléaire, citons par exemple les Charles F. Adams et les Kidd en cours de transfert à Taiwan (les Kidd étaient des versions antaériennes avec missiles SM2 des Spruance, les 4 navires commandés par l'Iran du Shah ne furent jamais livrés en raison de la révolution islamique de 1979) pour les destroyers ou encore les California pour les croiseurs, aujourd'hui la défense antaérienne de la flotte américaine étant assurée par des croiseurs de classe Ticonderoga (qui utilisent la même coque que les grands destroyers ASM type Spruance aujourd'hui desarmés) et les destroyers type Arleigh Burke.
Tout comme les navires porteurs, les missiles ont évolué, les Talos Tartar et Terrier cédèrent bientôt la place aux différentes versions du SM1 et du SM2 aux Etats Unis, le Masurca fût constament modernisé pour rester plus ou moins au niveau, le Sea Slug fût remplacé par le Sea Dart..... et parallèlement, les systèmes de détection évoluèrent et sophistiquèrent pour prendre en charge un nombre toujours plus grand de cibles pour déjouer les attaques de saturation que pourraient lancer les soviétiques, c'est ainsi que naqui, le système américain Aegis (bouclier en grec) capable de prendre en charge 24 cibles simultanément et d'assurer 12 interceptions, ce système à été ensuite exporté au Japon, en Espagne, en Norvège et en Corée du Sud.
De plus, les navires spécialisés ASM possedaient de bonnes capacités AA d'autodéfense avec des missiles comme le Sea Sparrow (Etats Unis Portugal Italie avec une version propre, l'Aspide, les Pays Bas la Belgique la Norvège le Danemark l'Allemagne, le Canada, la Turquie, la Grèce) le Sea Wolf (Grande Bretagne, certains missiles ont réussi à détruire en plein vol un obus de 114mm), le Crotale (France) sans compter les missiles à très courte portée (Stinger Mistral RAM, Sea Cat) et des systèmes de défense ultime (Phalanx Goalkeeper Meroka Sea Guard).

Les navires antaériens n'ont rien perdu de l'utilité dans le monde incertain post guerre froide et maintenant post-11 septembre. Bien au contraire, ils plus que jamais cruciaux pour une marine qui souhaite jouer les premiers rôles car à la défense antaérienne classique contre l'aviation, s'est ajoutée la défense antimissiles que ce soit contre les missiles antinavires dont certains sont supersoniques (en particulier les missiles russes SS-N-26 Yakhont et SS-N-27 Sizzler) ou les missiles balistiques que ce soit le bon vieux SCUD obsolète mais qui bien placé put faire des dégats ou des missiles plus perfectionnés issus des programmes nord-coréen, pakistanais ou iranien. Preuve de cette utilité, les programmes de navires antaériens de poursuivent : les Etats Unis poursuivent la construction des Arleigh Burke qui est en passe de devenir, la série de destroyers la plus nombreuses depuis la seconde guerre mondiale avec plus de 50 destroyers en service ou en construction et qui bien que plus polyvalents depuis le retrait des Spruance et la reduction des Perry au rôle d'OPV, ont conservé une forte spécialité antiaérienne en attendant les CG-X qui doivent remplacer les Ticonderoga; le Canada doit depuis des années remplacer ces Tribal (programme CADRE Command and Area Defence Replacement); la Grande Bretagne, un temps associée à la France et à l'Italie dans le cadre du projet Horizon à devellopé une nouvelle classe de destroyers, le Type 45 (qui conserve le système d'armes du programme Horizon) L'Allemagne s'est dotée de frégates antaériennes Type 124 (il existe également une version ASM, le Type 123), les Pays Bas de quatre destroyers antiaériens (De Zeven Provincien Tromp De Ruyter Eversen) dont la conception resulte en partie d'une coopération néerlando-allemande, l'Espagne ayant fait un temps parti du projet avant de choisir de faire cavalier seul en se dotant de 4 puis à terme de 6 destroyers type F100 classe Alvaro de Bazan, devenant le premier pays européen à accéder à la technologie Aegis; la Grèce serait interessée par la version AA des FREMM baptisée FREDA (FREgate de Défense Antiaérienne) que la France va develloper car incapable de financer les troisièmes et quatrièmes Horizon prévues à l'origine; la Turquie à le projet de construire des fregates de 4000t les TF2000, à forte spécialisation antaérienne car equipées de SM2, d'ESSM et de RAM. Les moyens de détection évoluent également avec de nouvelles versions de l'Aegis pour le rendre plus efficace dans la lutte antimissiles balistiques mais aussi de nouveaux radars européens : l'allemand APAR qui equipe les Type 124, l'anglais Sampson qui equipe les Type 45 (Classe Daring) l'Empar pour les Horizon franco-italiennes ou l'Arabel pour les navires equipés d'Aster 15, l'un des nouveaux missiles européens qui avec l'Aster 30 donne à trois des principales marines européennes (France Grande Bretagne et Italie) une forte capacité antimissiles même si seul le Sampson peut detecter des missiles balistiques plus sophistiqués que les Scud et que l'Aster 30 originel est peu adapté contrairement aux nouvelles versions de la prolifique famille SM (Standard Missile), le SM2 Block IV et surtout le SM3 specifiquement conçu pour le programme TBMD (Theater Balistic Missile Defence). En réalité toutes les catégories de systèmes antiaériens connaissent des évolutions notables comme le Sea Sparrow qui cède souvent la place à l'Evolved Sea Sparrow à lancement vertical, le Sea Wolf à été modernisé tout comme le système RAM dont la nouvelle version Sea Ram Mk31 remplace les Phalanx sur les porte-avions. De nouveaux modèles ont été conçus comme le Matra Mica VL, version antiaérienne et à lancement vertical du missile air-air Matra Mica (c'est devenu une nouvelle tendance, les missiles air-air adaptés à la défense AA, le missile allemand Iris, les missiles israéliens Derby et Python, l'AMRAAM qui va remplacer les Hawk vieillisants et les Avenger jugés trop légers), l'Umkhonto, missile surface-air sud-africain derivé du Crotale et déjà exporté en Finlande et en Suède ou le HQ7, derivé chinois du Crotale modulaire.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)


Dernière édition par le Mar 19 Fév 2008, 11:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Dim 09 Déc 2007, 17:59

Il est donc naturel que la MRS qui ambitionne d'accéder au statut de marine océanique et d'entrer dans le Top 10 mondial suive cette tendance en se dotant de fortes capacités antiaériennes et antimissiles via des systèmes étrangers avant la mise au point de missiles nationaux. Une fois n'est pas coutume, les sous marins ne joueront aucun rôle dans la défense antaérienne de la flotte.

En ce qui concerne la défense antiaérienne et antimissiles dans le cadre de la défense côtière, la situation est assez complexe puisque la marin interviendra en ccopération avec l'armée de l'air qui dispose d'un commandement dedié à la défense antaérienne du territoire, la Territorial Air Defense Force (TADF) dont le QG est implanté à Sarajevo. La TADF qui depend de l'Air Combat Command (QG Tetovo là où sera par exemple basé le Squadron 300 «White Eagle», première unité de la Slavian Air Force à être equipée de Rafale, les quatre premiers appareils ont été livrés en octobre, les douze autres suivront en 2008 et 2009 et le squadron devraient être declaré opérationnel avec ces 10 monoplaces et ses 6 biplaces en 2010) regroupe des batteries antiaériennes armées de canon de 35 et de 76mm, de missiles Matra Mica Vl, Mistral 3 (essentiellement pour la protection rapprochée des batteries d'Aster) des Aster 15 et 30 et peut être à terme des missiles russes S400 à capacité ABM, les premières batteries devraient être deployées autour de Budva qui regroupe un certain nombre d'installations stratégiques (une base navale, deux brigades de combat, des usines d'armement, le QG du 1er régiment de gardes-frontières) et naturellement de la capitale Podgorica. A terme si d'autres batteries sont commandées, d'autres villes ou régions pourraient être protégées comme Zagreb, le premier aéroport slavien ou Kotor-Tivat, premier port du pays. Pour ne rien arranger, la marine assure elle même la défense antaérienne de ses bases et des dépôts avec des canons de 35mm, des missiles Mistral 3 et Matra Mica VL. Il à cependant été decidé qu'en cas d'invasion amphibie, il à été decidé qu'un état major ad-hoc serait mis en place en piochant dans les moyens de la marine et de l'armée de l'air avec une répartition des taches : à l'armée de l'air la défense aérienne et la couverture aérienne des troupes au sol et à la marine la défense des plages et des ports dans le domaine terrestre (ce qui signifie que les troupes de l'armée de terre appelées à combattre l'invasion comme la 7ième brigade blindée de Rijeka seront placées sous le contrôle de la marine) et à chaque niveau des officiers de liaison. En mer, les navires de défense côtière dispose de moyens antiaériens strictement limitées à l'autodéfense à savoir un lanceur Simbad pour deux missiles Mistral à la place des Dandy pour les Strigsdvan 90H ou les super Dvora mk3 tandis que les chasseurs de sous marins plus gros devraient l'embarquer en permanence. Les chasseurs de mines type Warrior disposeront d'une tourelle double de 35mm DPG à l'avant (portée en tir antaérien : 4000m) et d'un lanceur quadruples Tetral pour missiles Mistral ce qui est identique que les patrouilleurs lance-missiles quelque soit leur configuration (ASF/ASM) qui beneficieront d'un canon de 57mm et d'une tourelle double de 35mm. A noter qu'une configuration AA de ces patrouilleurs est à l'étude, les missiles antinavires seraient remplacés par des Matra Mica VL qui seraient guidés depuis la terre ou une frégate ou tout autre navire capable de tirer ces missiles via une liaison de données. Enfin les frégates légères de combat classe Russian Town devraient recevoir un canon de 76mm, une tourelle double de 35mm, 16 Aster 15 et eventuellement un ou deux lanceurs Sadral.

Les navires qui auront pour principale fonction le combat hauturier disposent naturellement d'un armement AA comme les corvettes multimissions classe Deus qui disposent et disposeront d'un canon de 76mm Oto Melara compact, d'une tourelle double de 35mm, de deux lanceurs Sadral ou Tetral et bien entendu de 32 missiles Matra Mica VL qui lui permettront d'assurer sa propre défense mais aussi d'assurer la protection de navires marchands, de soutien et auxiliaires ou de chasseurs de mines en opérations. A noter qu'une version specialisée AA de ces corvettes avec des Aster 15 à la place des Mica VL et de deux tourelles de 35mm supplémentaires à été envisagé mais semble avoir été abandonné tout comme une version ASM.
-Les frégates multimissions n'ont bien entendu pas la mission antiaérienne comme priorité mais elles disposent de suffisament de capteurs et d'armes pour assurer une défense efficace en l'absence de couverture aérienne et de destroyers. Elles disposent donc d'un canon de 76mm monté sur le toit du hangar à hélicoptère (le canon de 127mm n'est utilisable que pour le tir antisurface et contre terre, faute de radar de poursuite) de deux tourelles doubles de 35mm de par et d'autre de ce hangar associées à deux lanceurs Sadral mais l'armement antiaérien principal des F2M est installé sur la plage avant avec 32 Aster 15 en 4 groupes de 8 cellules Sylver A43, capable de détruire une grande varieté de cibles dans un rayon de 30km (avion, helicoptère, missiles, drones). Les European Country tout comme les Lena ont bénéficié dès leur construction de mesures conservatoires pour l'installation ultérieure d'équipements supplémentaires comme un groupe de 16 cellules Sylver A50 pour acceuillir par exemple des Aster 30 qui seraient guidés depuis un destroyer ou encore des RBS15, des Dolphin ou des missiles de croisières supplémentaires voir pour les European County, un LRM navalisé de 227mm.
-Les destroyers multimissions de classe Battle seront les seuls navires de la marine slavienne specialisées dans la défense antiaérienne et antimissiles. Ces 12 navires (il s'agit du chiffre au 1er janvier 2006, depuis des infos divergentes ont circulé, certains faisant étant de l'abandon des quatre derniers et d'autres de la commande de deux navires supplementaires plus gros qui seraient en réalité des croiseurs) auront pour missions majeures l'escorte des grans bâtiments, la défense antiaérienne de zone (convoi, force navale, tête de pont) ou la défense antimissiles de théâtre avec trois tourelles doubles de 76mm Oto Melara compact (deux sur la plage avant et un autre sur le hangar à hélicoptère) de quatre tourelles doubles de 35mm DPG (deux avant et deux arrière) et de deux lanceurs Sadral au niveau des des tourelles arrières de 35mm) mais l'arme antiaérienne principale sera le duo Aster 15/30 dont le nombre variera mais qui pourrait monter à 96 missiles, le nombre habituel étant de 48 Aster 30 et 16 Aster 15, l'Aster 30 étant destiné à la défense antimissiles et antiaérienne tandis que l'Aster 15 est plus destiné à son autodéfense ou pour abattre une cible ratée par un Aster 30 et avant que les canons de 76mm, ceux de 35mm et les Sadral ne rentrent en action. Cet armement pourrait être renforcée au cours de la vie opérationnelle du navire puisque comme pour les F2M, des mesures conservatoires ont été prises comme par exemple la possibilité d'installer 16 cellules Sylver supplementaires pour des Aster 15,30 ou des Matra Mica VL à moins que ce ne soit des VLS pour des missiles antimissiles balistiques SM3 ou encore la possibilité d'installer un système CIWS au dessus de la passerelle (voir un autre à la place de la tourelle de 76mm n°3), le Goalkeeper ayant la préférence des amiraux slaviens.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Dim 09 Déc 2007, 18:01

-Les grands navires amphibies bien que solidement escortés par les destroyers et les frégates ne seront pas dépourvus de DCA. D'ailleurs à l'exception des TMRV, tout l'armement des grands navires amphibies sera à vocation antaérienne. Les TMRV disposeront ainsi d'une tourelle double de 35mm et de 16 missiles Matra Mica VL tandis que les NAM (Navires Amphibie Medians) dont le modèle choisit est le type San Antonio americain (le premier le Mare Adriaticum doit entrer en service normalement en juillet 2008, le second le Mare Atlanticum en 2010/2011) disposeront d'uen tourelle double de 35mm, de 4 à 8 mitrailleuses de 127mm, de missiles Matra Mica VL (?) et de deux lanceurs Sadral pour missiles Mistral 3. Enfin les deux PHI (Porte Helicoptère d'Intervention) du type Mistral modifié (hangar hélicoptère plus haut pour abriter un CH47 mais surtout revetement de pont resistant à la chaleur des réacteurs, intégration possible à terme d'un tremplin, ascenseurs plus resistants; le premier le Sarajevo est en cours de construction aux chantiers navals de Tivat, sa mise sur cale à commencé en octobre 2007 et sa mise à l'eau est prévue à la fin de l'année prochaine pour une mise en service courant 2010) disposeront de deux tourelles doubles de 35mm DPG, de deux lanceurs Sadral sextuples pour Mistral 3 mais surtout de 32 missiles Matra Mica VL en deux groupes de 16 cellules Sylver 43 sans oublier 6 mitrailleuses de 12.7mm.
-Les porte-aéronefs ne sont pas sans défense puisque les deux porte-avions slaviens disposeront de deux groupes de 16 cellules Sylver A43 pour missiles Aster 15, de deux lanceurs Sadral sextuples pour missiles Mistral 3, trois tourelles doubles de 35mm DPG et 8 mitrailleuses de 12.7mm tandis que les porte-aéronefs de combat devraient disposer d'un armement sensiblement equivalent (deux groupes de 16 cellules pour missiles Aster 15, deux tourelles doubles de 35mm et deux lanceurs Sadral)
-Les grands bâtiments de soutien logistiques (pétroliers-ravitailleurs, grands ravitailleurs polyvalents rapides, navires atelier, bâtiments-base) seront armés pour leur autodéfense de deux tourelles doubles de 35mm, de 4 mitrailleuses de 12.7mm et de deux lanceurs sextuples Sadral tandis que leurs «petits frères», les NMS (Navires Medians de Soutien) devraient être armés d'une tourelle double de 35mm, de deux canons de 27mm Mauser MLG, de 4 mitrailleuses de 12.7mm et d'un lanceur Sadral
-Le cas des navires d'entrainement est un peu particulier car leur armement sera modulaire et evolutif en fonction des besoins de la formation mais il devrait y avoir une base fixe avec pour le «navire amiral» de la Naval Training Force (NTF) ou Groupe d'Instruction à la mer (GIM), le MTS (Main Training Ship) Aristote qui devrait disposer d'une tourelle de 127mm, de deux tourelles doubles de 35mm, de 4 mitrailleuses de 12.7mm associés à deux canons de 27mm Mauser MLG et de deux lanceurs Sadral pour missiles Mistral. Il pourra recevoir jusqu'à 32 cellules Sylver pour des Aster ou des Mica VL. Les deux MTV Platon et Euripide eux devraient être armés d'une tourelle de 76mm Oto Melara compacte, de deux canons de 27mm Mauser MLG 27, de 4 mitrailleuses de 12.7mm et un lanceur Sadral sans oublier des emplacements pour armement divers dont des Aster 15 et des Mica VL. (16 cellules Sylver A43) et enfin, les 4 STV (Special Training Ship) Euclide, Ptolemée, Pythagore et Thucydide devraient êtres armés d'une tourelle double de 35mm, de 2 mitrailleuses de 12.7mm et d'un lanceur Simbad.

Même si les sous marins ne seront pas engagés dans la lutte antiaériene, ils disposeront quand même de moyens pour se défendre car la MRS pense acquerir la version à changement de milieu du Matra Mica VL pour en equiper ses Scorpènes. Le nombre de missiles variera en fonction de l'intensité de la menace mais ce qui est certain c'est qu'il ne sera tiré que si l'esquive, la fuite ou les contre-mesures ont été inefficaces contre l'avion ou l'hélicoptère.

Comme sur Terre, défense antiaérienne et aéérienne se confondent et coopèrent. Les AB139 LAH-N, les NH90 et les EH101 ne devraient pas participer à des missions de défense aérienne (quoique les premiers pourraient très bien se transformer en hélicoptère de défense aérienne) et n'embarqueront des Mistral 3 que pour l'autodéfense en particulier lors des missions de surveillance, de deux à quatre exemplaires. Les Casa C295 pourront eux être equipés de deux Matra Mica IR pour assurer leur autodéfense au combat comme pour les A400MP ou l'eventuel avion du programme SNA3. En réalité la défense aérienne des bases et de la flotte sera assurée par les Rafale M embarqués sur porte-avions ou basés à terre et eventuellement sur les F35B en cas de construction de PAC. Ils pourront mener des missions de protection de la flotte, d'escorte d'avions en mission air-sol ou d'avions de transport et de osutien, de missions de chasse libre. La protection de la flotte consistera en temps normal à maintenir une patrouille de combat aérien (Combat Air Patrol) de deux à quatre appareils sans compter les appareils en alerte (4 appareils à deux minutes du catapultage, 4 autres appareils à un quart d'heure, les autres en fonction des appareils et des equipages disponibles), la patrouille sera guidée par un Grumman E2C Hawkeye qui surveillera la zone où se deploie le Carrier Vessel Group , dans un rayon de 800km, assurera le commandement et le contrôle des opérations aéronavales, la guerre électronique et l'alerte antimissiles preoce. Ce cas de figure pourra aussi s'appliquer aux eventuels PAC car les F35B devraient être guidés par un capteur AEW léger aéroporté (programme SNH4) qui pourrait intégrer à l'EH 101 ou à un drone sous reserve que ce drone puisse apponter sur un destroyer multimission. L'efficacité de ce capteur léger aéroporté sera plus réduite que le SNH4 mais de toute façon les missions de défense aérienne que pourraient mener les F35B sont bien plus reduites en terme de rayon d'action puisqu'il s'agira surtout de protéger des Task Force (ASG, SAOCG) une tête de pont et un convoi, la défense aérienne que j'appelerai «de zone» devrait être l'apanage des Rafale M. l'escorte d'avions de transport et de soutien pourraient concerner le transit vers la base de départ d'une offensive puis lors d'une offensive aéroportée tandis que les missions de chasse libre (sweep) consisteront à provoquer l'adversaire pour le forcer à dévoiler ses batteries et ainsi l'affaiblir avant l'offensive finale, ces missions seront menés par des patrouilles de deux à quatre appareils guidés par un Hawkeye. En ce qui concerne l'armement, les Rafale M et les F35B seront armés d'un canon (interne ou en nacelle) et de missiles air-air Matra Mica IR et EM, AMRAAM AIM120C5 et à terme des Meteor.

A SUIVRE : LA GUERRE SOUS MARINE

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Mer 19 Déc 2007, 19:42

D-LA GUERRE SOUS MARINE
Citation :

Le Scorpène sera le sous marin standard de la marine slavienne. 16 exemplaires devraient être commandés dont la moitié devrait être construits sous licence. Une option pour 8 autres court jusqu'en 2015

Née au 19ième siècle, cette arme à conquis ses lettres de noblesse au 20ième en particulier au cours des deux conflits mondiaux où elle s'est imposée comme une arme indispensable pour toute marine qui se respecte. Elle faillit même faire basculer l'histoire puisque à deux reprises en moins de trente ans, les allemands faillirent asphyxier les anglais avant que ceux-ci aidés par les americains et les français ne finissent par avoir raisons des submersibles tandis qu'au cours du deuxième conflit mondial dans le Pacifique, l'action des sous marins americains fût décisive dans la lutte contre le Japon puisque en coulant un nombre inombrable de cargos, ils empèchèrent les japonais d'exploiter leurs conquêtes et de prolonger la guerre. C'est également au cours du second conflit mondial que le sous marin changea de dimension, passant du statut de torpilleur submersible à celui de pure sous marin avec un grand nombre d'inovations souvent d'origine allemande : snorchel (brevet hollandais) permettant aux sous marins de recharger les batteries de leurs moteurs electriques avec leur diesel tout en restant en plongée, des batteries elle-mêmes plus endurantes, une électronique plus performante (sonars plus precis, systèmes de contre-mesure) des armes (abandon de l'artillerie pour améliorer l'hydrodynamisme, augmentation de la quantité et de la qualité des torpilles). Un premier sous-marin anaérobie, le type XXVII avec une turbine Walter fonctionnant au peroxyde d'hydrogène fût même mis au point mais c'est avec la propulsion nucléaire que le sous marin fit un nouveau bon dans la recherche d'une supériorité technologie, associée aux missiles balistiques, il participa à l'équilibre de la terreur entre les deux superpuissances et comme il fallait chasser ces nouveaux Leviathans des mers, apparurent les SNA (bien que le premier sous marin nucléaire, le Nautilus soit un SNA). Pourtant mis à part les Etats Unis, tous les pays qui s'equipèrent de SNA,conservèrent des sous marins conventionnels que ce soit l'URSS (Romeo Tango FoxTrot Kilo) la Grande Bretagne (Oberon puis Upholder) la France (, Narval, Daphné, Agosta......) ou la Chine. Cela prouvait bien que les sous marins conventionnels avaient de l'avenir en particulier dans les marines secondaires, dans des pays qui ne pouvaient pas ou ne voulaient se doter de sous marins à propulsion nucléaire que ce soit en Europe (Norvège Suède _ même si ce dernier pays eu un projet de SNA_ Danemark Allemagne Pays Bas Espagne Portugal Italie Grèce et Turquie) en Amerique (Canada _ qui eut un projet d'achat de 12 SNA Rubis dans les années 80_ Chili Bresil Argentine Venezuela Equateur Colombie) en Afrique (Egypte Algerie Lybie Afrique du Sud) ou encore asiatique (Japon Corée du Sud........).
Depuis quelques années, les sous marins conventionnels beneficient de nombreux progrès techniques et technologiques avec un nouveau dessin de coque, plus hydrodynamique et souvent inspiré des SNA/SNLE (par exemple le dessin de coque des Scorpène à bénéficier chez DCNS du travail sur les SNLE classe Triomphant) de nouveaux equipements electroniques et surtout la quasi-généralisation de la propulsion anaérobie qui gomme un peu l'avantage de la propulsion atomique en permettant à un sous marin conventionnel de rester sous l'eau beaucoup plus longtemps. Cela explique donc le devellopement de la flotte sous marine mondiale qui voit des pays renouveler leur flotte (Venezuela Chili Allemagne Italie Espagne Portugal) oudes pays qui n'ont jamais possedé de sous marins s'en doter (projet saoudien, Malaisie).

La Slavie possède une capacité sous marine car la Yougoslavie à possedé des sous marins dans les années 20 mais aussi après le second conflit mondial. La Slavie va disposer d'une imposante flotte sous marine puisque 16 à 24 sous marins de type Scoprène ou Marlin pourraient être construits. Si le scénario à seize sous marins est retenu, ils seront repartis en deux divisions, l'une à Rijeka et l'autre à Budva et si vingt-quatre sous marins sont construits, une troisième division sera mise en place avec pour base soit Split soit Kotor-Tivat. La première division à Rijeka sera plus destiné à la lutte ASM/ASF et à l'escorte des groupes de porte-avions tandis que la seconde division à Budva sera chargé de l'appui aux opérations amphibies. Ces SMD seront soutenus par des ravitailleurs de flottille, des bâtiments base de flottille issus du programme SNP 17 (Navires Multirôles de Soutien) ainsi qu'un bâtiment base de sous marin (programme SNP6) . Le spectre des missions de ces submersibles est extrêmement large avec la lutte ASM, la lutte antisurface, la frappe contre terre, l'escorte, le renseignement et le soutien aux forces spéciales.
-La lutte ASM est la mission première d'un sous marin car quelle meilleure arme pour chasser un sous marin qu'un autre sous marin ? Les SMD slaviens assureront cette chasse soit en autonome soit dans une zone determinée soit au sein d'un groupe ASM comprenant des navires de surface et des aeronefs; dans ce dernier cas ils devraient patrouiller à environ cent miles anutiques du PAC ou du navire amiral du groupe dont il assurera l'appui tant le domaine du renseignement, detectant une piste sur laquelle pour être envoyée un navire de surface ou un aéronef et inversement si un navire de surface ou un aéronef detecte un contact, il pourra transmettre au sous marin pour qu'il la neutralise ou qu'il participe à la mise en place d'une véritable nasse. Il faut aussi imaginer que les avions embarqués sur un PAC (en l'occurence des F35) pourront assurer la protection aérienne des sous marins en debarassant le ciel des avions de patrouille maritime et de lutte ASM. Cette lutte ASM pourra aussi s'inscrire dans la défense côtière et la lutte anti-invasion, le sous marin pouvant être guidé par un Casa C295 ou un A400MP de patrouille maritime.
-Le combat antinavire à été le declencheur de la mise au point du sous marin. Sa première utilisation opérationnelle remonte à la guerre de Secession quand la marine Confederée cherchait à defaire le blocus nordiste. Le sous marin à toujours été vu comme une arme egalisatrice ou du moins compensatrice et c'est ce qui explique pourquoi la France à mis tant d'énergie à develloper cette arme que les anglais, terrifiés par les U-Boot de la marine impériale ont tenté de l'interdire. Aujourd'hui rien n'à changé et la MRS ne deroge pas à cette règle, les sous marins de classe Aragorn seront particulièrement bien equipés pour le combat antinavire avec des torpilles de 533mm IF21 Black Shark d'une vitesse maximale de 50 noeuds et d'une portée de 50km et surtout des missiles RNS 15 mk3 à changement de milieu d'une portée de 90km, ces missiles étant mis en oeuvre depuis les tubes lance-torpilles comme pour la lutte ASM, il peuvent mener des missions en autonome ou en groupe. En autonome, il peut se placer sur un itineraire de transit de la flotte ennemie ou à proximité d'une base puis soit lancer un missile antinavire ou une torpille voir placer un chapelet de mines pour mener une véritable guerilla maritime, tactique qui s'averera encore plus payante avec la généralisation des drones et des robots sous marins (Rien ne permet d'exclure l'idée de robots ou de drones munis de bruiteurs pour paralyser les systèmes sonars ennemis en leur faisant croire à la présence d'une floppée de sous marins prêt à tirer ce qui devrait pousser la flotte ennemie à multiplier les précautions défensives, à se disperser, bref à perdre en mordant).
En groupe, il opère au sein d'un SAOCG avec toujours la tactique de l'appui mutuel vis à vis du PAC. Le sous marin peut pister la flotte ennemie ou une unité dont la destruction aurait un impact psychologique très fort (en 1982, durant la guerre des Malouines, la destruction du croiseur argentin General Belgrano par le SNA britannique Conqueror à paralysé la flotte argentine, le porte-avions Veinticinco de Mayo est resté dans le Rio de Plata et à été incapable d'appuyer les troupes argentines et les protéger de l'aviation britannique, les condamnant à une défaite certaine) et dès que le commandement le jugera bon, envoyez sous marins, navires de surface et aéronefs armés de missiles antinavire tandis que le PAC assurera la couverture aérienne dans la zone où le sous marin opère et peut diriger le submlersible vers une autre cible ou une autre zone de patrouille.
-La lutte engagée depuis 2001 contre le terrorisme à montré l'importance vitale du renseignement et le sous marin peut et doit y participer. Ce n'est bien sur pas une decouverte mais plutôt une redecouverte ce qui explique aussi pourquoi le nombre de sous marins conventionnels explose, face à des marines peu ou pas pourvus de moyens ASM modernes, le sous marin est une arme de dissuasion et un capteur de renseignement inégalable. Pour cette mission, les SMD slavien opéreront le plus souvent seuls pour recolter et analyser les données ELINT (Electronic INTelligence ) et SIGINT (Signal INTelligence) avant de le transmettre à l'état major à terre ou embarqué. Cette capacité sera renforcée par la possibilité de contrôler les drones aériens lancés depuis la terre ou la mer (par exemple, un sous marin repère une importante activité électromagnetique dans une zone et peut prendre le contrôle d'un drone pour une reconnaissance aérienne) voir plus tard des drones lancés depuis les tube lance-torpilles et les VLS même si ces drones devraient principalement servir à la détection des mines et des obstacles en milieu littoral, la reconnaissance littorale en vue d'un debarquement ou l'appui aux forces spéciales.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)


Dernière édition par le Mar 19 Fév 2008, 11:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Mer 19 Déc 2007, 19:44

-Le soutien aux forces spéciales justement fait également partie du large spectre des missions accordées aux sous marins slaviens. Les Aragorn pourront embarquer 16 commandos marine ou plongeurs de combat avec leur matériel. Leur infiltration se fera tout d'abord par les panneaux extérieurs en surface mais à terme, des mini-sous marins type DSRV pourraient être utilisés permettant une infiltration bien plus discrète puisque en plongée.
-Ces sous marins appuieront également les opérations amphibies. D'abord de manière indirecte en menant des missions de renseignements au profit d'un groupe de combat de l'AWF (Amphibious Warfare Force) et en debarquant des commandos marine et des plongeurs de combat pour la reconnaissance de plages, leur préparation (balisage, deminage sommaire) la reconnaissance des DZ et des LZ........ mais aussi de manière directe en menant des missions de projection de puissance vers la terre que ce soit dans une dimension tactique ou dans une dimension strategique. Sur le plan tactique, ils utiliseront des RBS 15mk3 pour nettoyer la bande littorale de cibles aussi diverses que les batteries de missiles, des radars, des fortifications tandis que sur le plan strategique, il utilisera des missiles de croisière pour frapper des cibles à très haute valeur ajoutée, ces derniers devraient être lancés depuis les 8 tubes de lancement verticaux.
-Comme vu dans la partie consacrée au contrôle océanique et à la lutte antisurface, les sous marins slaviens assureront l'escorte avancée des grands bâtiments (porte-avions porte-aeronefs de combat, navires amphibies _ les PHI et les NAM _ ). Placés à environ 150 miles du navire-amiral du groupe à protéger, il le renseigne, surveille les différents contacts de surface et sous marins peut si necessaire passer à l'attaque si la menace devient trop dangereuse pour être evitée.
-Enfin, les Aragorn pourront mener des missions de mouillage de mines que ce soit pour verrouiller une zone à défendre comme l'Adriatique ou pour géner la navigation de l'adversaire en l'obligeant à multiplier les precautions antimines ce qui reduit le mordant qu'il pourrait mettre dans le combat.

En ce qui concerne les capteurs, les SMD Slaviens disposeront d'un radar de navigation, d'un radar de veille combinée air/surface, d'un ensemble sonar actif/passif, un système acoustique remorqué, des bouées acoustiques, un système de direction de combat numérique, un detecteur, un brouilleur acoustique, des leurres et pour les communications d'un téléphone sous marin, d'un système Immarsat, la liaison 16 et 22. A terme, ils pourront communiquer via un satellite militaire slavien qui doit être lancé depuis Baïkounour en 2012.

En ce qui concerne l'armement, les SMD type S32 mettront en oeuvre jusqu'à 18 armes dans les 6 tubes avant de 533mm et 8 missiles dans les cellules de lancement verticales situées devant le kiosque. Les torpilles seront des IF 21 Black Shark (vitesse : 50 noeuds portée : 50km guidage par fibre optique) tandis que les missiles suivants pourront être embarqués : des RBS 15mk3 pour la frappe antinavire et la frappe antiterre littorale (portée : 90km), des missiles de croisière (choix en 2008 entre le Scalp Naval, le Tactical Tomahawk et le Brahmos), des missiles ASM Dolphin Block 2 SLU (Submarine Launched Udapte portée : 100km) et enfin le Matra Mica pour la défense antiaérienne contre les aéronefs de patrouille maritime (arme de dernier recours si l'esquive et les CME n'ont pas été suffisantes)

A noter pour finir que des projets de sous marins de poche sont à l'étude, des sous marins à la fois destinés pour les forces spéciales mais aussi pour des missions de reconnaissance, d'attaque. Si ces navires sont construits ce ne sera qu'à moyen terme, les études ayant commencé seulement l'année dernière donc toutes les options sont souvertes.

A SUIVRE : LES OPERATIONS AMPHIBIES ET LA PROJECTION DE PUISSANCE VERS LA TERRE

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Sam 22 Déc 2007, 03:00

clausewitz a écrit:
E° LES RESERVOIRS DE FORCE ET LEURS SUBDIVISIONS

Comme mentioné plus haut, les navires de la marine slavienne sont regroupés en temps de paix et pour des soucis de classification et d'organisation administrative en reservoirs de force specialisés eux mêmes subdivisés parfois en Divisions et en Flottilles (ou Squadrons). Ces reservoirs de force sont commandés par un capitaine de vaisseau qui dispose d'un petit état major tactique avec une cellule C1 de coordination, une cellule C2 dediée à la logistique, une cellule C3 dedié à l'Entretien, une cellule C4 dediée à l'Administration, une cellule C5 dediée aux liaisons et à la coopération interarmées et une cellule C6 dediée au soutien psychologique des equipages (conseils juridiques et administratifs, soutien des familles, assistance medico-psychologique).


jouratous,

je me suis interessé à cet exercice d'organisation ;
je crois avoir compris l'esprit de la chose,
mais je ne comprend pas bien le concept de RESERVOIR DE FORCE ?

- s'il s'agit de commandements ORGANIQUES
avec des moyens répartis par classes de construction
ils ne peuvent pas avoir de rôles opérationnels
mais seulement s'occuper de la PREPARATION des moyens, pas de leur UTILISATION
- dans ce cas , à quoi servirait un état-major TACTIQUE ??
- j'ai l'impression qu'il vaudrait mieux parler d'une S.A. (Section Administrative) qui correspond mieux à la description qui en est donnée.

à suivre ......
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Sam 22 Déc 2007, 18:03

salut alco

par reservoir de forces j'entend une organisation administrative qui "gère" les navires à quai et hors missions et affectations. Comme j'écris ça en flux tendu, il est possible que j'avais une idée derrière la tête en mettant un état major dans ces reservoirs et ces divisions. En reflechissant, je pense que j'ai voulu multiplier les chaines hierarchiques pour rendre moins vulnérable la marine slavienne en cas de conflit de haute intensité

en esperant avoir repondu de manière claire à ton interrogation et j'attends avec impatience d'autres questions sur la marine slavienne

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: pratique   Sam 22 Déc 2007, 18:52

Difficile a exprimer en Francais, mais j'essaye.
La pratique 'organiser les Escadres en temp de paix a l'oppose de temp de guerre est en pratique dns la Flotte Nortlandaise.
(les modeles sont arranges par Flotilles avec le maximum d'essai pour plaire les visiteurs) en tempd de guerre ils sont arranges par groupe avec escortes AA Surface et ASW.
Les 2 presentations sont utile; Ils est important d'epater l,etranger par parade etc.. mais en temp de guerre revient la pratique
Grain de sel.
study
Revenir en haut Aller en bas
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2283
Age : 47
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Dim 23 Déc 2007, 10:34

Bravo pour ton Français Robert ... thumleft si je pouvais m'exprimer dans une autre langue comme tu le fait toi lol!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Dim 23 Déc 2007, 13:21

Merci pour vos précisions, Clausewitz et Robert


je pense avoir compris l'intérêt de cette répartition :

- quand les navires ne sont pas en situation opérationnelle (donc principalement en temps de paix !), ils sont regroupés de façon homogène par classe ou par famille
. ceci permet de rationaliser l'entretien, la formation, les essais, etc ...
et en plus, effectivement, on peut faire de la relation publique .....
. les commandements organiques sont faits pour administrer tout ça.


-en situation opérationnelle, les navires sont affectés aux différentes flottes qui constituent des forces hétérogènes disposant de moyens complémentaires.
. ici, les commandements opérationnels prennent leur sens.


Ainsi, je ne suis pas sûr du tout que la Direction D2
- Direction des Affaires Financières de la Marine (DAFM) - chargée du budget
soit très d'accord avec le fait de (je cite) :
<< multiplier les chaines hierarchiques pour rendre moins vulnérable la marine slavienne en cas de conflit de haute intensité >>

- ces états-major coûtent beaucoup trop cher en ces temps d'économies forcées ............ !!! affraid

... / ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Dim 23 Déc 2007, 13:23

... / ...

De plus, pour pousuivre sur les m^mes inquiétudes,

le Contrôleur Général (à la tête de la direction D2) , que j'ai rencontré récemment au salon naval du Bourget,
me demandait à quoi pouvait bien servir les COMMANDEMENTS TERRITORIAUX :
- Régions Militaires Navales Nord et Sud
RMN-Nord (QG Rijeka) et RMN-Sud (QG Budva)

- en effet, coincés entre l'organique et l'opérationnel, on ne sait pas où les mettre !
n'y aurait-il pas risque de double emploi (et donc perte d'efficacité) ?

- ou bien s'agit-il de réserver deux postes de gouverneurs maritimes à des amis proches du pouvoir ?
Oh, NON pas ici, tout de même ..... !!! Rolling Eyes

a+
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Dim 23 Déc 2007, 18:03

je suis tombé sur un pro là ! lol! lol!
pour la première interprétation sur le rôle des divisions et des forces tu as raison, elles contrôlent les navires en temps de paix et hors mission. Quand les navires sont envoyés au combat, ils dependent d'une des 5 flottes la 1ère couvre l'Adriatique, la 2ième l'Atlantique Nord et les Caraibes, la 3ième l'Atlantique Sud, la 4ième flotte l'ouest de L'Océan Indien, la Mer rouge et la Mer d'Oman et enfin la 5ième flotte couvre l'est de l'Océan Indien et le sud-est asiatique voir les confins du Pacifique.
En parlant de multiplications des états majors, je sais si je l'ai precisé dans mon texte mais la Slavie est aux prises avec deux états hostiles, la Serbie et l'Albanie et craint une invasion de son territoire, la multiplication des états majors repond à la volonté de toujours pouvoir disposer d'un élement d'autorité.
Quand aux regions militaires navales, elles disposent sous leur commandement des reservoirs de force et donc des divisions et appliquent les ordres de l'état major et des directions nationales. Elles sont aussi responsables des infrastructures et des différents dépôts

C'est un vrai plaisir de débattre Alco thumleft
Je vais bientôt poster la suite

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Dim 23 Déc 2007, 18:14

E-LES OPERATIONS AMPHIBIES ET LA PROJECTION DE PUISSANCE VERS LA TERRE

Si les opérations amphibies ont été réellement théorisées au vingtième siècle, elles ne sont pas de conception récente. Dès l'antiquité, les hommes se sont battus sur terre et sur mer. Si la guerre de Troie à eu lieu ne peut-elle pas être considerée comme une opération amphibie des princes grecs contre les Troyens ? Pompée n'à-t-il pas eradiqué la la piraterie en Méditerranée en utilisant des galères dans lesquelles des troupes étaient embarquées ? Comment les romains se sont-ils emparés de la Bretagne ? Par un debarquement de troupes depuis la mer (en particulier Gesoriacum aujourd'hui Boulogne sur mer) même si il s'agissait plus là d'une projection de force que d'une debarquement de vive force comme le vingtième siècle en à tant connu.
Durant l'antiquité tardive, les romains et les différents peuples germains s'affrontaient sur terre et sur mer et au Moyen Age, ne peut-on pas consideré que les croisades étaient des opérations amphibies même si l'opposition navale était nulle ? La plus ancienne unité de «Marines» n'à-t-elle pas été créée au 16ième siècle par Charles Quint pour lutter contre les pirates Barbaresques ? Nous pouvons ainsi multiplier les exemples durant toute la periode moderne comme par exemple la création de l'United States Marines Corps en 1798 (bien que des unités de Marines soient présentes durant la guerre d'indépendance), l'envoi durant cette même guerre du corps expeditionnaire de Rochambeau, la tentative en 1798 du général Hoche de débarquer en Irlande, la tentative napoléonienne en 1804, la guerre de Crimée en 1855 ou la desastreuse expedition mexicaine.
C'est surtout au vingtième siècle que les opérations amphibies connurent leur heure de gloire. Le début fut pourtant loin d'être brillant puisqu'en 1915, les Alliés echouèrent aux Dardanelles et à Galipoli, debarquant sur un terrain defavorable et affrontant des troupes motivées bien conseillées par les allemands et commandées par Mustapha Kemal qui n'était pas encore Ataturk. Cela explique peut être pourquoi, les plans de l'amiral Fisher de debarquer sur les côtes allemandes furent abandonnés en 1916. Il fallu donc attendre la Seconde Guerre Mondiale pour assister à une multiplication des opérations amphibies qui eurent tous un impact strategique majeur que ce soit l'opération Torch en novembre 1942, les différents debarquement en Italie même si la resistance acharnée des allemands reduit l'impact strategique du front italien, l'opération Overlord en juin 1944 qui voit les alliés reprendrent pied en Europe occidentale forçant les allemands à reculer jusqu'à la fin du conflit (les opérations dans les Ardennes et sur le Rhin ne peuvent vraiment être considerées comme une reprise de l'intiative par les allemands) Anvil en aôut 1944 qui force les forces allemandes du sud de la France à remonter le plus vite possible pour eviter l'encerclement (les forces d'Overlord et d'Anvil font leur jonction le 12 septembre soit trois mois après le debarquement en Normandie et moins d'un mois après le debarquement de Provence). Le rôle des debarquements est encore plus crucial dans le Pacifique puisque c'est la seule façon de reconquerir les différentes îles, reconquête de plus en plus sanglantes au fur et à mesure que l'on se rapproche du Ja pon, Okinawa depassant en horreur Tarawa et Iwo Jima (c'est l'une des explications de l'utilisation de la bombe atomique par les americains pour mettre fin au conflit)
C'est le second conflit qui fixa les grands lignes d'une opération amphibie : une intense préparation d'artillerie via les croiseurs et les cuirassés, leurs lourds projectiles étant chargées de reduire les positions ennemies et entamer la resistance; l'utilisation eventuelle de troupes aéroportées, le debarquement de troupes par des peniches ou des engins specialisés comme les DUKW ou le LVT.
La guerre froide connu également des opérations amphibies comme en 1950 à Inchon lors de la Guerre de Corée ou à Suez en 1956. Ce fût d'ailleurs le dernier grand débarquement amphibie puisqu'à partir de maintenant les debarquements ressembleront plus aux «descentes» de l'époque moderne où des troupes étaient mises à terre pour ravager une zone, anéantir ses défenses puis rembarquer qu'aux massifs debarquements de la WWII. Cette evolution s'explique à la fois par l'impossibilité pour une ou plusieurs marines de réunir des armadas comme en Normandie (6000 navires dont 1200 bâtiments de combat), de maintenir un dispositif aussi lourd au large sous la menace des batteries de missiles, des missiles balistiques, des sous marins et de l'aviation ennemie mais aussi par l'apparition de l'hélicoptère qui rend la predictibilité d'un debarquement beaucoup plus difficile ce qui ne veut pas dire que les peniches appartiennent au passé surtout que ce sont les seules à pouvoir debarquer des véhicules. Simplement une marine bien equipée en navires amphibies et en hélicoptères peut multiplier les raids amphibies, prendre un port là, debarquer une force blindée mecanisée puis ses mêmes troupes être deployés à plusieurs centaines de kilomètres pour prendre un aéroport et préparer l'arrivée de troupes par pont aérien. Cela peut ressembler également à des raids de commandos : on héliporte une force réduite mais bien equipée, bien entrainée et motivée à proximité de la cible, elle s'en empare detruit tout puis rembarque avant que la resistance ne devienne trop forte. Pour faire simple, aujourd'hui, un débarquement sur une plage en zone d'insecurité doit se limiter à debarquer une task-force de taille modeste de type motorisé pour s'emparer d'un port et/ou d'un aéroport où arriveront des forces lourdes type blindées-mécanisées (c'est-à-dire en Slavie des chars Leclerc, des CV90, des Pzh 2000 de 155mm voir des LRM). Il est d'ailleurs peu probable qu'un debarquement type Normandie ait lieu dans les années à venir, le seul endroit possible serait à mon avis Taiwan si la Chine s'estime assez forte pour mettre fin à la «secession» de Taiwan.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Dim 23 Déc 2007, 18:17

Posséder une force amphibie puissante est indispensable pour tout pays qui souhaite être une marine océanique crédible. La Marine de la Republique Slavienne va se doter d'une Amphibious Warfare Force (AWF). L'AWF aura son QG implanté à Kotor Tivat même si les moyens navals seront repartis entre Kotor Tivat et Budva sans oublier le Centre d'Entrainement aux Opérations Amphibies (CEOA), partie du Complexe Naval de l'Adriatique (CNA) et implanté sur l'île Kanaos.
-Les TMRV (Theater Multirôle Vessel) dependront de l'AWF mais ne seront présents que très rarement en Slavie, probablement uniquement pour les refontes et le desarmement. Bien que ces navires soient multirôles, ils sont classés comme navires amphibies car leur mission principale sera le transport de troupes, leur infiltration, leur appui et leur exfiltration. Leur caractère multirôle est assuré par huits emplacements précablés pour pouvoir assurer des missions aussi diverses que l'intervention rapide, le transport, le commandement et le contrôle, le soutien d'opérations à terre, le renseignement, le soutien logistique ou sanitaire.
L'intervention rapide s'inscrit dans le cadre de notre politique de prépositionement de forces, des forces légères mais motivées, souples et réactives. Dans ce cadre tactique, le TMRV transporterait 250 hommes avec une trentaine de véhicules type VBL/Alvis Iveco Panther et Patria AMV à canon de 35mm (VCI/cavalerie légère) pour mener avec l'aide des patrouilleurs océaniques et/ou des corvettes, des raids amphibies, des démonstrations de force, des frappes de précision, des opérations spéciales ou encore des evacuations de ressortissants. Les raids amphibies peuvent être comparés aux «descentes» des 17ième et 18ième siècle, ils consistent en une action rapide et brutale pour detruire un objectif ennemi dans la bande littorale (point d'appui, camp d'entrainement, batterie de missiles, station radar), une partie ou la totalité des troupes embarquées serait héliportée (un TMRV peut embarquer deux EH101 sachant qu'un EH101 peut transporter une trentaine d'hommes equipés, les deux hélicos pourraient heliporter une section en première vague avant que soit les autres sections soient debarquées par les deux LCM et la battelerie du TMRV) et leur appui viendrait des navires en mer (canon de 127mm du TMRV, canon de 57mm des patrouilleurs ou de 76mm des corvettes, hélicoptères AB139 armés d'un canon de 20mm, de Minigun, de roquettes, de missiles antichars). La démonstration de force verrait le debarquement d'un détachement réduit mais bien armé pour démontrer la détermination de la Slavie et peser sur un eventuel règlement diplomatique de la crise tandis que les frappes de précision seraient l'oeuvre du canon de 127mm des TMRV, des missiles RBS15mk3 voir des missiles de croisière embarqués sur le TMRV voir sur l'emploi de véritables hélicoptères de combat, les Tigre HAD qui pourraient être embarqués sur les patrouilleurs océaniques ou sur les TMRV. Le soutien aux opérations à terre en particulier des opérations menées par des unités de force spéciales verrait les TMRV acceuillir un ou deux hélicoptères spécialisés et l'adaptation des emplacements modulaires : installation d'un PC opérationnel, de stockages spécialisés et en cas d'emploi de plongeurs de combat, le renforcement des capacités sanitaires par l'installation d'un caisson de décompression, le navire servirait de base d'infiltration et d'exfiltration, de navire de commandement et de contrôle, de soutien et d'appui feu. Les evacuations de ressortissant ou Non Combattant Evacuation Operation (NEO) verrait le debarquement de la CLI (Compagnie Légère d'Intervention), l'organisation d'un camp retranché ou le renforcement de sa défense, le regroupement des ressortissants, leur identification et leur evacuation vers le TMRV qui pourrait acceuillir près de 800 personnes pour une durée n'excedant pas 48h et près de 2000 pour une journée en mer, les hélicoptères servant là evacuer les plus fragiles (femmes enfants personnes agées, malades) ou à accélerer les rotations. Une fois les ressortissants evacués, les troupes se replieraient sur un lieu facile à défendre en attendant leur extraction.
Le transport verrait les TMRV se transformer en cargo rapide (22 à 27 noeuds) avec l'utilisation des huits emplacements modulaires en conteneurs à fret, la transformation en cale à conteneur du parc à véhicule voir l'utilisation de la plate-forme hélicoptère qui pourrait acceuillir 6 conteneurs EVP (recement, le L901 Cyclone, le deuxième TMRV qui doit entrer en service en avril 2009 à experimenté un système original, sur les conteneurs EVP, des plaques metalliques modulaires avaient été fixées, permettant à la fois d'utiliser la plate-forme hélicoptère pour le transport et garder la possibilité d'hélitreuillage, ce système s'est averé interessant mais la MRS à decidé de ne l'utiliser qu'en cas d'urgence absolue, au moment où on peut fermer les yeux sur quelques mesures de sécurité). A noter que sans véhicules, un TMRV peut tripler sa capacité de transport de troupes (600 à 800 hommes)
En version «commandement et contrôle», le TMRV peut embarquer un état major de 200 hs pour coordonner des opérations de secours, des opérations spéciales, des opérations de lutte anti-piraterie...... tandis que le soutien d'opérations à terre verrait le navire servir d'hôpital avancé ou de dépôt de vivres, de médicaments, d'eau, de carburant et de munitions mobiles (par exemple dans le cadre de l'activation de maquis, les TMRV delivreront par voie aérienne _ hélicoptère, drone de ravitaillement _ ou navale _ LCM, EPV_ des vivres, des médicaments, des munitions et du matériel soit lors de rendez vous nocturne dans des endroits discrets ou le ravitaillement de dépôts clandestins)
Le renseignement pourrait être une mission confiée à ces navires, des modules d'écoute SIGINT et ELINT pourraient très bien être embarqués pour permettre à ces navires d'écouter discrètement ce qui se passe chez les pays voisins tout en menant des missions de patrouille et de présence. Les TMRV ne seront probablement utilisés dans cette mission qu'en l'absence de moyens spécifiques sur zone.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]
» Bouton (reproduction) Officiers de marine 3ème République 1870-1914
» [FIL INFO] ARMEE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE
» Vrosh Tattersoul : Aspirant champion space marine du chaos (GW +/- 1/56) Terminé voir galerie.
» Moto d'assaut Space Marine (Game worshop +/- 1/56) 90% terminée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Divers :: Les Marines Imaginaires-
Sauter vers: