AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Sam 19 Mai 2007, 14:59

2-L'île Haos : aérodrome et ports auxiliaires

Les 40 km de cette île sont entièrement occupées par d'importantes installations aéronautiques ainsi que quelques installations portuaires plus destinées à l'île elle même que pour le CNA. Au sud de l'île nous avons donc , le port auxiliaire n°1 ou Portus Minus 1 qui est niché dans une baie assez ouverte et protégée par une presqu'île de 1,5 km. Ce n'est pas non plus un port totalement naturel car il à fallut mouiller au large un brise et construire une digue pour obtenir un abri convenable. A terre, le sol à été aplanit et un quais formés de caissons à été amenagée pour acceuillir essentiellement de petits navires comme des cargos du type caboteur-côtier, des navires auxiliaires et de sécurité. Des navires de combat allant du patrouilleur lance-missiles au destroyer lance-missiles peuvent quand même être acceuillit. Ce port acceuille également des vedettes de sauvetage des gardes-côtes Ce port dispose de depôts protégés pour munitions, matériels, vivres et fournitures diverses mais pas pour le carburant qui est dechargé par Portus Minus 2. Le port auxiliaire numero 2 justement est niché dans une baie naturelle à environ 12km au nord du port auxiliaire numero 1. Les travaux d'aménagement ont donc été moins important, il à fallut simplement construire une digue pour sécuriser le plan d'eau et aplanir le sol pour aménager les quais. Ce port peut acceuillir des navires plus gros que son homologue du sud mais ni de PHI ou de porte-avions. Ce port est destiné essentiellement aux livraisons de carburant et au chargement des déchets pétroliers du CNA qui sont stockés sur un même site. Trois postes permettent chargement et livraisons de produits pétroliers, de kerosène, produits speciaux.... . Ce port peut aussi decharger du vrac solide et des depôts de stockage sont également présents.

Le reste de l'île est occupée par des installations à vocation aéromaritimes avec tout d'abord deux stations de sauvetage des gardes-côtes, l'une au sud de l'île sur la presqu'île avec des tours de surveillance, un heliport pour des helicoptères légers (Agusta Bell AB139) et lourds (Agusta-Westland EH 101 Merlin) de surveillance et de sauvetage (généralement 4 et 2 selon des modalités et une organisation qui reste à definir) et des installations de soins d'urgence tandis que les vedettes de sauvetage sont basés à Portus Minus 1 . La deuxième station est installée au nord de l'île sur la pointe faisant face à l'île Mainos avec comme au sud des tours de surveillance, des installations sanitaires, un heliport pour des AB139 et EH101 (il n'est pas encore clairement definit si les deux postes se partageront un même detachement helico où si chaque poste aura son detachement), les vedettes de sauvetage seront basés au pied de ce poste dans une petite crique aux aménagements sommaires. Ces deux postes des gardes-côtes serviront à la fois pour le sauvetage des navires civils comme les navires de commerce, de plaisance et de pêche mais aussi au sauvetage des navires militaires en difficulté ainsi que des pilotes qui se seraient ejectés au dessus de l'Adriatique.

Le reste de l'île est occupé par un aérodrome qui est le principal aérodrome de l'archipel et donc du CNA. Il dispose pour cela du nord au sud, d'un heliport principal avec deux tours de contrôle, 8 spots pour helicoptères lourds (les helicoptères les plus fréquement présents seront des EH101 pour le transport et les liaisons, l'AB 139 pour les liaisons et la surveillance mais aussi des NH90 engagés dans des manoeuvres et des tirs d'essais de torpilles, de missiles et autres munitions navales), des hangars resistants aux bombes pouvant acceuillir 6 EH101 ou 12 NH90), des ateliers de reparations et des stocks de carburant (alimentés par des conduites enterrées depuis le depôt principal situé près de Portus Minus 2), de munitions et de pièces detachées ainsi que de fournitures diverses; d'un aérodrome principal avec deux pistes, une de 5000m et une autre de 3500, deux tours de contrôle, des hangars resistants aux bombes (capable d'acceuillir 4 A400M ou 6 C295 voir 4 à 6 Rafale), des ateliers de reparation et des stocks de carburants (alimentés par le depôt principal) de pièces detachées, de munitions et de fournitures diverses; d'un heliport auxiliaire camouflé (seuls les spots sont apparents et uniquement vus du ciel, la tour de contrôle, les hangars et les ateliers, les depôts de carburant et de matériel sont enterrés ou amenagés dans la roche (cet heliport est utilisé pour certains vols discrets et en cas de guerre si les installations principales sont hors service) et d'un aérodrome auxiliaire, lui aussi camouflé avec une piste pouvant acceuillir des avions comme le C295 et l'A400M (mais pas des avions plus importants comme l'A330), des depôts enterrés, des ateliers et des hangars encastrés dans la roche.

Une zone regroupe au centre de l'île l'ensemble des logements associés à des installations de loisirs dediés aux civils, aux militaires ainsi qu'à leurs familles qui font fonctionner ses différentes installations

Le tout est securisé par des barbelés munis de dispositifs electro-optiques (caméras, detecteurs de mouvement), des tours de surveillance et des postes de contrôle d'où partent des patrouilles motorisées et à pied. Des bacs assurent la liaison depuis cette île et vers les autres installations du CNA
Ces installations outre leur utilisation pour le soutien logistique et les liaisons du CNA est également le siège du Centre National des Essais Aéromaritimes (CNEAM) qui avec des avions et des helicoptères semblables à ceux en service testent les equipements électroniques et les armes de la marine mais testent également les avions, les hélicoptères et les drones appelés à servir dans la MRS. Le CNEAM peut aussi utiliser les navires d'experimentation qui dependent de la Naval Auxiliary Force (QG Rijeka). Le CNEAM acceuille ainsi le squadron 76 et qui devrait à terme disposer d'un A400M, de deux C295, de 4 NH90, de deux EH101 et d'un A330. Si necessaire, le CNEAM peut utiliser des appareils d'unités opérationnelles comme des Rafale.
Une route serpente toute l'île et dessert les différents sites.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Sam 19 Mai 2007, 15:00

3-l'île Mainos : le coeur du CNA

Quand nous observons le CNA depuis l'île d'Haos en nous tournant vers l'ouest nous pouvons observer la pointe orientale de la plus grande île de l'archipel, l'île Mainos qui est separé de l'île d'Haos par un détroit de 1.5 miles de large qui pendant longtemps était impropre à la navigation mais dans le cadre des travaux d'aménagement du CNA, ce détroit va être rendu navigable grâce à des dragages réguliers, l'aménagement des rives (en partie la conséquence de l'installation des Gardes Côtes à la pointe de l'île Haos) et un balisage serré. Des postes de surveillance tenus par les Coastal Ranger compléteront le dispositif.
L'île de Mainos dispose d'est en ouest d'un terrain de manoeuvre en terrain accidenté avec des criques, des grottes et des effondrements ce qui permet une accoutumance au combat en milieu montagneux même si la faiblesse de son altitude (maximum 2000m, des chutes de neige rares) limitent les possibilités d'entrainement. Néanmoins, ce terrain de manoeuvre qui à été amenagé entre 2000 et 2002 avant même le début des travaux du CNA à été utilisé par les troupes slaviennes deployées en Afghanistan au sein de l'ISAF depuis 2004 et dans le cadre de l'opération Enduring Freedom contre les talibans (même si desormais la séparation est floue) depuis juin 2006 pour s'acoutumer au combat en milieu difficile. Les travaux menés dans le cadre du CNA ne sont qu'améliorer et perfectionner les travaux précédents avec l'élargissement des routes et leur consolidation, la sécurisation de certains apics, l'aménagement de nouveaux champs de tir capables de recevoir des pièces d'artillerie lourde, l'aménagement de nouveaux stands de tir, de parcours du combattant. Une zone d'exercices amphibies est également en projet. Les liaisons avec les autres îles ont été ameliorées : l'accès depuis la mer étant toujours impossible, un heliport à été amenagé sur un des plateaux de la zone mais ces aménagements restent rustiques : une plate-forme pour hélicoptères, une tour de contrôle, des installations de défense et quelques stocks de carburant d'urgence et quelques possibilités de réparation sommaire permettant de rejoindre un atelier mieux equipé.
En voyageant vers l'ouest de l'île, nous penetrons dans une vaste plaine issue de l'effondrement du relief. Dans cette plaine se trouve le coeur du CNA avec le Centre de Commandement et de Contrôle (CNAC3 Centre Naval de L'Adriatique Command and Control Center) et le Collège Naval. Le Centre de Commandement et de Contrôle gère le CNA sur le plan pratique et administratif; nous trouvons donc des salles de commandement et de contrôle enterrées, des salles de reunions et des bureaux sur et sous terre et toutes les infrastrctures d'une cité de bureaux appelée si necessaire à être coupée du monde : installations de télécommunications, centrales de production d'énergie et d'eau douce, installations sanitaires, de restauration, lieux de loisirs et de détente le tout dans un cadre agréable. Ce centre est aussi equipé d'un heliport pour les liaisons rapides entre les îles mais aussi vers le continent avec tour de contrôle, hangars, ateliers et depôts ainsi que d'une piste avec les installations associées capable de recevoir des appareils aussi gros qu'un A400M ou un Embraer 190. Cette plaine acceuille également le Collège Naval. Ce collège acceuille aussi bien les élèves officiers qui réalisent leur specialisation mais aussi de jeunes slaviens qui effectuent leur cycle secondaire supérieur ici (l'accès est cependant difficile, il s'effectue sur dossier ainsi qu'un entretien oral pour verifier les qualités du candidat et le nombre de place est limitée à 50 par an). Certains d'entre eux passent 4 ans ici car en plus de leur cycle secondaire supérieur, ils y préparent le concours d'entrée à l'Ecole Navale de Split. Les installations du Collège Naval sont donc de très haut niveau avec salles de cours numérisées, amphis, salles multimedia, laboratoires de langues et de sciences, salles de reunion; des installations sportives (terrain de foot, piscine, gymnase.....) des installations sanitaires (hôpital de 30 lits dont 5 pour grands brûlés et 5 pour malades infectieux, salles de radio et de scanner, laboratoires) des installations de loisirs (cinéma, théâtre, bars et boutiques) sans oublier des logements car l'internat est obligatoire. Il y à aussi des installations reservées aux élèves officiers comme des simulateurs d'avion et de navires, des salles d'archives, des salles de simulation.


A l'ouest de ce complexe se trouve une cité immobilière regroupant les logements et les installations associées dediées aux militaires et aux civils travaillant au CNA. Le terrain commence à évoluer car si une partie est encore en plaine, d'autres installations sont étagés sur différents plateaux plus ou moins artificalisées. Cette cité regroupe donc des logements (petites maisons, studios, appartements pour 4 à 10 personnes, dortoirs) associées à des installations de restauration et de loisirs (cafeteria, bars, boutiques) sans oublier des installations sportives (une piscine, un gymnase, un terrain de foot)
Enfin au sud de l'île autour de la Baie des Dieux nous trouvons le port principal ou Portus Magnus
C'est par là que transitent la majorité du matériel et des passagers du CNA. C'est aussi ici que la grande partie de la battelerie et des navires affectés ou detachés au CNA sont présents avec des barges et autres embarcations auxiliaires, des vedettes de servitude et de sécurité, des navires d'experimentation et des navires écoles, des navires de combat en evaluation ou en essais. C'est aussi un lieu de depôt et d'entretien. Les installations d'entretien complètent celles du continent avec deux formes de radoub de 300m, un élevateur de 500 tonnes pour l'entretien au sec des petites unités sans oublier un dock flottant et les ateliers de reparation. Ce sont aussi d'importants stocks de carburants et de produits pétroliers, des stocks de munitions, de pièces detachées, de vivres et de fournitures diverses qui serviront aussi bien pour les différentes installations du CNA que pour les ITEX ou en cas d'invasion du territoire national, de pouvoir beneficier de suffisament de réserves pour poursuivre la guerre. Les travaux d'aménagement vont être assez limitées (surtout en comparaison avec les travaux titanesques dans les bases extérieures). Il à fallut tout de même stabiliser les rives de la baie d'avant d'installer les caissons formant les quais, de construire une digue pour fermer légèrement l'entrée de la baie, de construire les installations d'entretien et les depôts enterrés mais aussi des postes de garde et de surveillance en particulier à l'entrée de la baie qui est munie de filets anti-intrusions et de filets detecteurs.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Sam 19 Mai 2007, 15:01

4-l'île Somos : le Centre d'Entrainement Naval des Forces Speciales (CENFS)

Comme la France, les Etats Unis ou l'Italie, l'armée slavienne à adopté le principe d'un commandement unifié pour ses forces speciales mais la différence des pays precités qui maintienne les différentes unités sous le contrôle de leur armée d'origine et ne confie à ce grand commandement, la partie opérationnelle, l'armée slavienne à decidé de créer un commandement ayant le même statut que l'armée de terre, l'armée de l'air ou la marine à savoir que les forces speciales ne changent pas de commandement entre le temps de paix et les opérations. Le Commandement des Forces Speciales (CFS) à été créé le 1er juin 2004 mais pendant longtemp, le CFS à ressemblé à une coquille vide car les armées refusaient de céder leurs forces speciales. Il à fallut que le ministre de la défense de l'époque tape du poing sur la table et menace de limoger l'ensemble des généraux recalcitrants pour que la situation se debloque. Cependant pour apaiser les esprits, il fut decidé de maintenir jusqu'en 2009 les unités speciales sous le commandement de leurs armées respectives le temps que le CFS se structure vraiment et definisse une doctrine d'emploi cohérente. A noter que le groupe des opérations speciales des Marines (GOSM) ne sera pas integré au CFS et restera dans la Brigade des Marines même si en opérations, il pourra passer sous le contrôle temporaire du CFS et que le CFS qui sera organisé en 4 sous-commandement (Air, Terre, Mer et Soutien) pourra être renforcé par les unités speciales des gardes-frontières, des gardes-côtes, de la garde nationale et de la police fédérale (à la manière du GIGN français, unité du deuxième cercle du COS)

Pour maintenir un haut degré de qualification, il faut donc de nombreuses installations d'entrainement et il fut donc decidé de créer un grand centre d'entrainement aux opérations speciales navales. Le site choisit fut celui de l'île Somos situé à environ 2 miles à l'ouest de l'île Mainos. Les travaux ont demarré en 2006 et doivent s'achever en 2009. Il à fallut d'abord ameliorer les accès avec d'abord l'aménagement d'un embarcadère à la pointe nord de l'île. Cet accès naval consiste simplement à l'implantation d'une serie de caissons flottants chargés de procurer un abri de fortune, d'un embarcadère metallique constitué d'une serie de 4 élements prefabriqués de 30m de long sur 5 de large, amenés par barge et assemblées sur place, de deux passerelle pour les hommes et de grues pour le dechargement. Pour le moment le dechargement des vehicules se ferait à proximité de ce debarcadère baptisé Portus Minus 3 sur une plage de sable en peinte douce ce qui necessite l'emploi de chalands de debarquement. Il n'est pas prévu pour l'instant d'installations plus sophistiqués pour permettre à des navires conventionnels de debarquer des vehicules.
Pour les liaisons aériennes, une piste de fortune accessible à des avions pas plus gros qu'un C295 à été amenagée avec une tour de contrôle, un atelier pour reparations sommaires, des stocks de carburant et un hangar ainsi qu'un heliport. Ces installations sont implantées au sud-ouest de l'île à proximité des installations de commandement et de soutien du CENFS. Ce lieu gère le quotidien du centre (entretien, paperasse, aménagement et travaux divers, sécurité), les différents stages et les évaluations des unités qui y passent. Il dispose d'installations de communication, de commandement et de gestion de crise, des installations de loisirs, des logements et des sanitaires ainsi que des installations hospitalières rustiques. A noter que les logements et les sanitaires, sont reservées au personnel du centre, les unités venant s'y entrainer étant dans des camps repartis un peu partout sur l'île et aux conditions de vie bien plus spartiates.

Le CENFS dispose de nombreuses installations d'entrainement adaptées aux différentes missions qui doivent être assurées par les plongeurs de combat, les commando marine, les plongeurs de combat mais aussi le GOSM et des unités commandos comme la Brigade d'infanterie légère par exemple. On y trouve par exemple trois parcours d'audace (Bleu, Vert et Noir) de niveaux de difficultés différentes, un parcours d'audace maritime, un site d'entrainement au combat en milieu clos (on y trouve à la fois des grottes naturelles parfaitement adaptées pour entrainer les unités amenées à la fouille des grottes comme ce qui s'est passé en Afghanistan, des blockaus dont les parois mobiles permettent de les faire passer pour des blockaus d'artillerie côtière, de commandement mais aussi de maisons individuelles ou de magasins), un site d'entrainement aux opérations amphibies en complément des différents sites du CEOA (il s'agit d'une plage avec des installations pouvant simuler des explosions ce qui permet aux commandos marine de s'entrainer à la reconnaissance de plage dans le cadre d'opérations amphibies), un site d'entrainement aux raids fluviaux-maritimes (un ensemble de criques et une rivière semi-souterraine permettant la simulation de raids zodiacs), un site d'entrainement au deminage (il est essentiellement ouvert aux plongeurs-demineurs) et un site d'entrainement aux plongées profondes. Dans les années à venir, il est envisagé de mettre en place un veritable centre d'entrainement au contre-terrorisme maritime ce qui pourrait passer par la transformation d'un vieux navire civil ou militaire de la MRS en site d'entrainement pour les commandos-marine et plongeurs de combat (neutralisation de terroristes, entrainement à la fouille et à la prise de contrôle de bâtiments, entrainement à la dépose de mines le long de la coque et de deminage)

Ce site est ouvert aux unités dependant du sous commandement Mer du CFS mais aussi des élèves officiers des différentes écoles militaires qui doivent réaliser un stage d'endurance dans un des centre d'entrainement des forces speciales.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Sam 19 Mai 2007, 15:03

5-L'île Trikos : le Centre National du Renseignement (CNR)

A l'ouest de l'île Somos, nous trouvons l'île Trikos qui abrite une installation extrêmement sensible, le CNR ou Centre National du Renseignement. Ces installations bien camouflées et enterrées abritent plusieurs systèmes vitaux pour la sécurité de la Slavie. Nous trouvons d'abord une station d'écoute et de traitement du renseignement. C'est sur cette île qu'officiers traitants, linguistes, électrotechniciens et autre specialistes des services secrets interceptent les télécommunications et traitent les infos receuillies par des sources tant humaines que technologiques. Comme pour des installations de commandement, cette station peut vivre en autarcie pendant 6 mois puisqu'elle dispose de centrales de production d'énérgie et d'eau douce, de logements, d'installations sanitaires et hospitalières mais aussi de lieux de loisirs. Autre installation majeure du CNR c'est une école de formation des services de renseignement slavien, le Service National de Protection (SNP) chargé du contre espionnage (equivalent de la DST), le Service de Renseignement et d'Action Exterieure (SRAE), equivalent de la DGSE mais aussi les services de renseignement militaire (Direction Navale du Renseignement DNR; Direction du Renseignement Aérospatial DRA; Direction du Renseignement Tactique DRT). Les différents cursus sont classés secret défense mais comme partout, il y à des fuites et les grandes lignes sont connues, ce centre de formation (qui n'est pas le seul dont dispose de la Direction Generale du Renseignement et de l'Action Clandestine DGRAC) forme aussi bien des officiers traitants, des linguistes (langues privilegiées : l'arabe, le chinois, les langues d'asie centrale comme le farsi et l'ourdou) des techniciens mais aussi les hommes et les femmes du 9ième Groupe de Soutien Opérationnel (9ième GSO rattaché au SRAE) qui sont l'équivalent du Service Action de la DGSE ou du Kidon israélien. Avec l'aide des unités du CFS mais surtout du 11ième Groupe de défense opérationnel du SNP où les groupes d'action et de soutien (GAS) des services de renseignement militaire. Ces hommes et ces femmes triées sur le volet, rigoureusement selectionnées sont chargées de traquer les espions ennemis, de mener des opérations d'intoxication et de provocation, des sabotages et des assassinats preventifs.

Cette île est accessible grâce à un heliport implanté à l'est de l'île (le relief trop accidenté de l'île n'à pas permis l'aménagement d'une piste même sommaire) mais aussi par la mer grâce à un embarcadère implanté à l'ouest de l'île à proximité du centre d'écoute; les travaux ayant consisté en l'aménagement d'une digue flottante composée d'une serie de caissons, la construction d'un quai mobile en acier de 80m de long, plus gros que celui permettant d'accéder au CENFS ce qui permet de le debarquement des vehicules depuis des bacs ou des chalands automoteurs.

6-L'île Kalipios : le Centre de Protection de l'Etat Slavien (CPES)

La présence de pays hostiles aux frontières de la Slavie à fait craindre aux gouvernements successifs que le pays puisse être envahit et occuper. Outre différentes mesures pour implanter des maquis et encourager les actions de guerilla en arrière des lignes ennemies, à germé l'idée d'une base secrète de replit pour le gouvernement et une partie de l'administration pour maintenir la réalité d'un gouvernement national apte à libérer les energies. Sa localisation suscita des debats, certains pronant une base sur le continent mais enterrée pour avoir une meilleur prise sur la réalité tandis que d'autres pronait son installation sur un île. C'est cette deuxième solution qui fut retenue. Les îles dalmates trop proches de la coque furent ecartées au profit de l'archipel des îles Litski et c'est l'île Kalipios qui fut choisie pour abriter le Centre de Protection de l'Etat Slavien (CPES). Ce complexe comprend aussi bien des installations en surface que des installations enterrées sur 6 niveaux. Il à fallut d'abord viabiliser l'île en créant de veritables accès ce qui fut fait avec la construction au nord de l'île d'un port artificiel baptisé Portus Minus 4 . Ce port à été construit grâce à une serie de modules standardisés qui furent utilisés aussi bien pour construire une digue que pour les quais et les pontons; l'aménagement d'une piste de 2500m capable d'acceuillir les avions affectés au transport des personnalités (Falcon 900EX, Embraer 190, Airbus A330), le tout accompagné d'une tour de contrôle, de depôts de carburant et de pièces detachées, de hangars et d'ateliers sans oublier un aérogare protégé et amenagé pour acceuillir des hôtes de marque et la construction d'une serie de route. Le complexe en lui même est amenagé en plusieurs sous-ensemble complètement autonomes regroupant des bureaux, des salles de conférence et de reunion, des installations de télécommunications, de centrales de production d'eau douce et d'énergie, de logements, d'installations de restauration, d'installations sanitaires et hospitalières sans oublier des installations de loisirs, le tout encadré par d'importantes installations de sécurité

Le CPES sera régulièrement activé pour des exercices mais pourra aussi servir pour des rencontres discrètes entre diplomates, maitre-espions et chefs d'état. En cas d'invasion du territoire et si l'évacuation de la capitale Podgorica s'avère necessaire, le gouvernement et une partie de l'administration fédèrale se replierait d'abord vers des villes du continent en particulier Budva, Rijeka et Split avant une eventuelle migration vers le CPES.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Sam 19 Mai 2007, 15:04

7- L'île Prios : le Centre de Tir de l'Adriatique (CTA)

C'est au CTA que se déroule les principales campagnes de tir destinés à tester les armes et les munitions de la marine mais aussi de l'armée de l'air et de l'armée de terre sans oublier les Marines et les forces speciales. Le CTA est implanté sur l'île Prios qui est située au sud-est de l'île Mainos à environ 4 miles et au sud-ouest de l'île Kanaos à environ 5 miles. Le CTA occupe à la fois l'île mais utilise aussi une serie d'ilôts organisés en arc de cercle du nord-ouest au sud-est . Ces ilôts sont accessibles à marée basse mais submergés à marée haute. Ces ilôts sont utilisés comme buts de tir mais acceuille parfois des navires ou d'autres cibles navales que l'on échoue sur ces bancs de sable puis à marée haute, la marine slavienne teste torpilles et autres armes navales en eaux peu profondes (2 à 6 mètres en fonction du coefficient de la marée). Ils peuvent également servir aux forces spéciales pour s'entrainer aux reconnaissance des plages après aménagements appropriés. La liaison avec ses ilôts se fait naturellement avec des chalands de debarquement qu'y s'échoue, il n'à pas été jugé utile d'y construire des installations portuaires.

L'accès à l'île se fait d'abord par un petit port baptisé Portus Minus 5 amenagé dans une petite baie au nord de l'île. Les aménagements sont assez sommaires : une digue composée de caissons mobiles pour protéger les navires à quai des flots, la construction de quais grâce à des caissons mobiles semblables à ceux utilisés pour la digue mais enterrés dans le sol après que celui-ci à été stabilisé par des pieux en d'acier. Des grues sont utilisées pour le dechargement du matériel, le dechargement des vehicules s'effectuant soit grâce aux grues des navires où grâce à la rampe des chalands de transport de vehicules, les quais étant adaptés au dechargement de ce type de navire par une rampe maçonée.
L'accès par voie aérienne n'est pas oublié avec à l'ouest de l'île sur un plateau, un heliport et une piste sommaire, capable tout de même d'acceuillir un A400M même si l'appareil le plus utilisé pour ravitailler le CTA est le C295; le tout est accompagné d'une tour de contrôle, d'un hangar capable d'abriter deux C295 ou un A400M, de stocks de carburants, de munitions, de vivres et de pièces detachées et d'ateliers de reparations. Ce complexe voisine avec le complexe habitat composé de logements, d'installations de loisirs, sanitaires et hospitalières et qui abrite les civils et les militaires faisant fonctionner le site ainsi que les civils et les militaires de passage; le tout est relier au port par une route qui serpente à travers l'île et qui dessert également les différents pas de tir utilisés pour les campagnes d'essais : nous avons le site Fire 1 qui est un ensemble de blockaus, de maisons et de vehicules cibles et qui est utilisé pour les essais d'armes air-sol par les avions et les helicoptères de l'aéronavale en particulier les appareils du Centre National des Essais AéroMaritimes (CNEAM); le site Fire 2 situé en plaine au sud de l'île sert aussi bien pour les essais d'armes air-sol que pour des armes surface-sol comme les canons de 57 mm Bofors, 76mm Oto Melara, 127mm Oto Breda ou de 155mm, le LRM naval de 227mm, les missiles RBS15 qui outre leur rôle principal antisurface, on des capacités secondaires de frappe antiterre mais aussi les missiles de croisière; le site Fire 3 correspond en réalité aux différents ilôts et est donc utilisé aussi bien pour les tests d'armes navales en eaux peu profondes (torpilles, grenades ASM, missiles) que pour des essais d'armes air-surface si des cibles sont implantés sur des bancs de sable et le site Fire 4 implanté à proximité du complexe habitat et de l'aérodrome sert au test d'armes destinés aux Marines et à l'infanterie côtière, cela va des armes de poing au missile antichar en passant par les mortiers, les lance-grenades automatiques et les mitrailleuses.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Sam 19 Mai 2007, 15:08

8-L'île Kanaos : le Centre d'Entrainement aux Opérations Amphibies (CEOA)

La MRS devant mener des opérations dans le monde entier, les capacités amphibies sont vitales pour intervenir rapidement et efficacement. De plus, les plans de guerre contre l'Albanie prevoit la réalisation d'opérations amphibies tactiques pour soutenir les raids blindés-mécanisés. Cela necessite donc de posséder un site d'entrainement dedié pour permettre aux troupes specialisés que sont les Marines de régulièrement s'entrainer mais aussi de diffuser dans les autres unités une culture de l'amphibie car il va de soit que si la Brigade des Marines est la plus solicité pour ces opérations, toutes les unités de l'armée de terre sont susceptibles de participer à ces opérations. D'où la création en 2005 du CEOA ou Centre d'Entrainement aux Opérations Amphibies et sa localisation sur l'île Kanaos situé à environ 5 miles au nord-est de l'île Prios qui abrite le CTA.
Il à fallut d'abord aménager les différents accès avec tout d'abord un port pour permettre le debarquement des hommes, du matériel et des véhicules. Le site choisit une portion de la côte qui connait un renfoncement et où les eaux sont assez profondes. Une digue composée d'une lourde strcture metallique et de caissons en betons à été construite pour donner naissance à un bassin protégé permettant l'acceuil de navires de fort tirant d'eau, ce port pouvant acceuillir des navires d'un tirant d'eau de 7 à 10m. Les quais ont ensuite été amenagée le long de la digue grâce à des caissons de beton et à terre de la même façon, sauf que des pieux metalliques ont été enfoncés dans le sol pour le renforcer avant qu'un coffrage soit réalisé, ce dernier étant ensuite recouvert de béton armé. Des pontons flottants ont aussi été installés. Le dechargement est assuré par les grues implantées au sol, un poste roulier permettant le debarquement des vehicules
Pour rejoindre la «base vie» , il faut traverser toute l'île puisque cette dernière est située au sud de l'île via une route qui serpente sur toute l'île pour relier les différents sites d'entrainement. Cette base vie acceuille uniquement les civils et les militaires travaillant pour le CEIOA, les troupes à l'entrainement étant logés dans quatre camps aux conditions de vie spartiates. Cette base vie comprend un heliport et une piste de fortune pour les liaisons avec le reste du CNA, le tout accompagné d'une tour de contrôle, d'ateliers, de hangars et de stocks pour faire «vivre» le CEOA à savoir du carburant, des pièces detachées, des munitions, des vivres et des fournitures diverses. Le reste des installations consiste en des logements (dortoirs de 4 ou 6 lits, studios, appartements pour 4 à 10 personnes), installations de loisirs (cinema, théâtre, terrains de sport) et sanitaires sans oublier les installations de l'administration du CEOA avec bureaux, salles de reunion, salle de gestion de crise, salle de gestion tactique......)

Les installations dediées à l'entrainement aux opérations amphibies c'est d'abord l'île en elle même. En effet, l'île Kanaos n'à pas été choisie au hasard car elle regroupe de grandes varietés de plages avec des plages de sable, des plages de galets et des falaises. Les plages ont été amenagées avec la mise en place de blockaus destinés à la FORAD (Force Adverse), des lasers et des projecteurs de fumée et de pétards sans oublier des mannequins animés pour simuler la présence de soldats et de civils. Les falaises ont été amenagées en parcours d'escalade pour entrainer plus particulièrement les unités de commandos marine , des unités speciales de la Brigade des Marines ou d'autres unités «pointues» si elles devaient rejouer la pointe du Hoc à la manière des Rangers americains le 6 juin 1944. (bien entendu ces parcours sont plus corsés que les parcours civils correspondant). A l'intérieur de l'île nous trouvons outre les quatre camps destinés aux troupes à l'entrainement, plusieurs villages de combat ainsi que de nombreux stands et champs de tir.

Entre l'île Kanaos et l'île Haos, il y à environ 12 miles de mer mais ces 12 miles sont coupés par trois petites îles ou plutôt des ilôts (la plus grande fait 2km de long sur 3 de large) qui ont été pourvues de postes de garde pour surveiller l'accès à l'archipel. Ces postes armés par les Coastal Ranger sont construits de la même façon avec un ponton pour le ravitaillement dans la partie abritée de chaque ilôt, une plate-forme helicoptère pouvant acceuillir un EH101, une tour principale d'observation, des tours auxiliaires d'observation et de garde et des postes de combat avec equipements électro-optiques accompagnés d'armes automatiques de différents calibres

9-Organisation du CNA
Le CNA est un organisme independant qui depend directement de l'état major de la marine et qui dispose de ses propres unités de soutien et de sécurité avec une brigade de Coastal Ranger, la 5th Coastal Ranger Brigade dont les moyens sont dispersés sur les différentes îles du CNA que ce soit pour ses élements navals, aériens et terrestres, une Harbour Support Division 5 (HSD 5) qui regroupe la battelerie du site : huit remorqueurs côtiers type RP50 identiques aux Esterel et Luberon equipant la marine française, 12 pousseurs qui pourront aussi remorquer des barges et autres embarcations auxliaires non motorisées (allèges, barges, pontons......), deux navires de lutte anti-incendie, 16 vedettes de servitudes commandées et construites en France (chantier à determiner), 6 chalands automoteurs de transport*, 4 chalands automoteurs de travaux portuaires*, 6 chalands automoteurs de transport de véhicules*, 3 ponton grue*, 2 ponton caserne*, 4 grandes barges*, 4 barges de taille moyenne*, 4 allèges*, 6 barges-citernes*, 3 barges de transport de polluants*, 3 barges de production d'électricité*, 3 barges de production d'eau douce*, deux barges de renflouement*, 3 pontons-ateliers* et deux dock flottant un de 300m* et un second de 250m* (les navires et embarcations suivis d'une asterique seront construits dans les arsenaux de Split et de Budva).
Il dispose aussi d'une Unité Navale de Commandement (UNC) chargée du soutien logistique de l'état major et de sa protection rapprochée

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Dim 20 Mai 2007, 14:24

E-LES ARSENAUX

1-Quelques considérations juridiques
Dans cette partie, je ne vais parler que des bases en métropole car elles sont les seules à posséder des arsenaux clairement identfiables, les bases extérieures ne connaissant pas cette distinction. Ces arsenaux au nombre de 4 appartiennent à la marine mais leur gestion à été confiée à un prestataire de service, en l'occurence une entreprise européenne ,un joint venture entre Tivat SeaWorld Company (TSWC qui possède entre-autres les chantiers navals de Kotor Tivat, une participation dans ceux de Budva et des chantiers en Algérie, Egypte, Turquie et bientôt Argentine et Vietnam), le Groupe Bourbon et Bae. Ces entreprises contrôlent le consortium Atlantide à hauteur respectivement de 45, 20 et 35 %. Le contrat à été signé en 1997 pour une durée de 20 ans, un nouvel appel d'offre sera lancé en 2015 pour cette fois-ci les bases métropolitaines (lot 1) et les bases extérieures (lot2). Pour ce qui concerne, la gestion au jour le jour, chaque année, le consortium se met d'accord avec les gouverneurs maritimes de chaque region militaire navale et signe un contrat d'exploitation qui planifie les periodes d'entretien et clarifie les conditions juridiques de l'utilisation des moyens qui appartiennent à la marine comme les HSD ou le personnel car des militaires slaviens sont régulièrement detachés auprès d'Atlantide pour faciliter les relations et améliorer les liaisons. En dehors des periodes d'utilisation des formes et des autres installations de l'Arsenal, le consortium est libre de les utiliser pour ses propres contrats d'entretien voir de construction (la MRS perçoit 15% du montant du contrat) sachant que sous peine de lourdes penalités, elle doit trouver une solution à tout entretien d'urgence. Pour ce qui concerne les bases extérieures, elles sont pour le moment gérées par la marine mais lors du prochain appel d'offre, la gestion des installations d'entretien sera délégué à une entreprise extérieure et le personnel civil sera repris par l'entreprise ou le consortium ayant reporté le lot 2 tandis que le personnel militaire pourra soit choisir de passer dans le civil ou d'obtenir le statut de detaché.

2-L'Arsenal de Rijeka
La base navale de Rijeka est une base née de la seule volonté humaine car elle ne repose pas sur une baie, une crique même si l'Arsenal à été implanté sur les rives de l'estuaire du Psroti, un fleuve assez large (environ 2km) mais au parcours assez court puisqu'il prend sa source dans les Alpes slovènes ayant de se jetter à Rijeka et avoir silloner le nord de la Slavie sur une centaine de kilomètres.
Les travaux ont débuté en 1998 mais leur ambition à décrue avec le temps car si à l'origine, il était prévu d'y stationner les futurs porte-avions de la MRS, le choix de Split pour abriter les CV1 Podgorica et CV2 Osijek en 2003, fit que ceux-ci seront moins importants. La première phase des travaux à consisté en campagnes de sondages terrestres et maritimes. Terrestres pour verifier la solidité du sol et par ricochet, connaître l'etendue des travaux à effectuer pour stabiliser le terrain et Maritimes pour connaître parfaitement les eaux du Psroti, l'infuence de l'artificialisation de la côte avec les terres-pleins, les travaux eventuels à réaliser et la fréquence des campagnes de dragage. Par chance, le sol de l'estuaire est bien plus stable que les rives sur lesquelles sont implantées la base en elle même même si il à fallut implanter des pieux d'acier. Quand au lit du fleuve, il à fallut procéder à quelques deroctages à l'explosif et quelques dragages intensifs
Ensuite, la surface concernée à été aplanie et le gros oeuvre à pu commencer avec le creusement de deux formes de radoub de 300m de long. Durant les travaux de l'une d'elle, une veine rocheuse à été découverte, veine qui fut eliminée à grands renforts d'explosifs. Une fois les emplacements creusés, des pieux metalliques furent enfoncés pour stabiliser les parois avec l'installation du coffrage qui fut ensuite recouvert de béton armé. Une fois la porte à deux battants installés et l'etancheité verifiée, la langue de terre protégeant encore la forme fut abattue. Les travaux d'aménagement ne tardèrent pas ensuite à commencé avec l'installation des lignes de tins au fond des bassins et l'aménagement des parois. Des rails furent installés de par et d'autre du bassin pour acceuillir un portique capable de soulever 100 tonnes de charge, portique qui est accompagné de 4 grues de 50 tonnes. Ces deux formes qui peuvent acceuillir tous les navires slaviens à l'exception des porte-avions, sont separés par un vaste terplain qui sert à l'acceuil des pièces detachées et du matériel à embarquer à bord des navires en travaux. Les deux bassins sont alimentés en eaux par une station de pompage commune abritée par un blockaus pour mettre à l'abri les precieuses pompes d'une attaque aérienne ou d'un sabotage. Outre les pompes destinés à mettre les bassins en eau, nous trouvons plusieurs pompes destinés à pomper les fuites eventuelles de carburant, d'huile et de produits toxiques, les effluents étant dirigés vers des bassins de retention avant retraitement.
Bien que les sous marins stationnés à Rijeka soit stationnés dans une base couverte comparable aux bases des U-boot allemands du second conflit mondial et que des travaux peuvent être réalisés, l'Arsenal de Rijeka dispose quand même d'une forme couverte située à proximitée des deux précédentes. Elle se distingue par sa longueur avec seulement 150m au lieu de 300m ce qui lui permet quand même d'acceuillir côte à côte si necessaire deux SMD classe Aragorn ou un SNA type Los Angeles. Sa construction s'est deroulée de la même façon que ses voisines jusqu'à l'installation de la nef. Celle-ci se compose d'une solide charpente metallique sur laquelle sont installées des panneaux metalliques doublés de plomb. Le toit est pourvu de deux élements mobiles permettant aux deux grues extérieures d'une puissance de 50 à 100 tonnes en fonction de l'extension de la flèche. A l'intérieur de la forme, nous trouvons la station de pompage protégée par un blockaus et des installations de levage avec un portique fixé à la charpente et pouvant soulever des élements de près de 75 tonnes (les élements sont le plus souvent deposés par les grues extérieures sur le terre-plain ou deposés par un vehicule terrestre grâce à la vaste porte d'accès puis soulevés par le portique et installé dans la forme. Deux grues de 15 tonnes sont également installés à l'intérieur de la forme. Cette forme servira donc essentiellement à l'entretien des sous marins mais pourra aussi servir à l'entretien discret de navires sensibles.
Ces trois formes peuvent être relayées par un dock flottant de 300m en cas de charge de travail importante en particulier en cas de guerre. En réalité ce dock se compose de 3 élements de 100m ce qui permet d'adapter si necessaire sa longueur aux besoins du moment. Ce dock quelque soit sa taille dispose d'un portique de 50 tonnes et de 4 grues de 15 tonnes et de quelques installations pour le personnel d'entretien (ateliers, salles de repos......)

Une rue separe la zone des trois formes de la zone des ateliers. Ces ateliers sont chargés de la réparation des pièces demontés des navires en liaison avec des entreprises extérieures. Ces ateliers sont organisés en zone specialisées avec en zone 1, des ateliers dediées aux travaux sur la coque et la charpente des navires avec un atelier coque navire de combat, un atelier coque navire civil ou normes marine marchande, un atelier coque sous marine, un atelier tests, un atelier battelerie et un atelier agencement interne. La zone 2 est chargée de tout ce qui concerne la propulsion avec un atelier turbines à gaz, un atelier moteurs diesels, un atelier moteurs auxiliaires et turbo-alternateurs, un atelier propulsion sous marine, et un atelier de tests. La zone 3 est chargée de tout ce qui concerne l'électronique et les communications avec un atelier d'électronique générale, un atelier dediés aux systèmes radios, un atelier dedié aux systèmes de transmission satellite, un atelier dedié aux systèmes de navigation, un atelier dedié à la lutte contre les virus et les intrusions ainsi qu'à l'entretien des ordinateurs de bord, un atelier radars, un atelier sonars, un atelier systèmes de guerre électronique et un atelier dedié à la compatibilité électromagnétique. La zone 4 est dediée aux armes et munitions avec un atelier destiné aux armes de poing stockées à bord des navires (pistolets automatiques en calibre 9mm et 45., pistolets mitrailleurs HK UMP en 9mm ou 45.; fusils d'assaut G36; mitraillleuses légères Minimi et moyennes Mag 58, fusils de precision Accuracy Warfare Magnum en 338, Lapua Magnum; lance-roquettes jetables AT4CS et mortiers commandos de 60mm.......) un atelier destiné à l'artillerie des navires (mitrailleuses lourdes de 12,7mm, canons de 27mm Mauser MGL 27 , tourelles de 35mm DPG, tourelles de 57 mm des patrouilleurs, de 76mm des corvettes et des frégates légères, de 127mm des fregates et des destroyers) un atelier dedié aux missiles surface-air (Mistral, Matra Mica VL, Aster 15 et 30 et peut être à terme, des SM3) un atelier dedié aux armes antinavires et antiterre (missiles RBS 15 et peut être Brahmos, missiles de croisières, système LRM) un atelier dedié aux armes ASM (torpilles MU90 et Black Shark, charges de profondeurs, missiles ASM Dolphin). La zone 5 est dediée à l'entretien des zones-vie des navires et travaille donc le plus souvent sur les navires eux mêmes et cette zone dispose donc d'un atelier peinture, d'un atelier reparations générales, d'un atelier plomberie/gestion des fluides et un atelier d'électronique générale. La zone 6 regroupe les ateliers dediés à l'entretien des machines des autres ateliers ainsi que des vehicules de l'arsenal et de la base navale. Il dispose pour cela de deux ateliers de mécaniques générales, un atelier d'éléctronique, un atelier de gestion des fluides. Elle dispose de machines outils permettant d'usiner certaines pièces dans l'urgence quand on ne peut attendre la livraison de la part de l'entreprise fabriquante. Ces machines peuvent aussi usiner des pièces prototypes qui peuvent faire l'objet d'un brevet qui est ensuite cédé ou vendu à une entreprise.
Les différentes zones sont en générales organisées autour d'une vaste cour pour permettre les travaux extérieurs et la sortie des pièces reparées. Il va de soit que les ouvriers des différents ateliers travaillent essentiellement dans les formes, sur les navires mêmes. Les ouvriers de l'Arsenal qui sont essentiellement des civils sont le plus souvent logés avec les militaires et les autres civils de la base dans les logements de la base mais ils peuvent si ils le desire loger à l'extérieur ce qui est rarissime (moins de 5% des civils de la défense habitaient à l'extérieur selon les chiffres du ministère de la Défense au 1er janvier 2007). Leurs installations sanitaires et de loisirs sont communes aux autres personnels de la base même si les ateliers sont pourvues de salles de détentes pour des pauses rapides.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Dim 20 Mai 2007, 14:25

3-L'Arsenal de Split
Ce sera à terme l'Arsenal le mieux equipé de la marine slavienne pour la simple et bonne raison que la base dont il depend acceuillera les porte-avions CV1 Podgorica et CV2 Osijek.
Le site même de Split est une baie assez profonde et large mais dont les accès sont rendus difficiles par la présence d'ilôts affleurants à peine à la surface de l'eau à marée haute. Si c'est un site en apparence peut propice à l'etablissement d'un port de commerce, c'est un lieu revé pour l'etablissement d'une base navale car il y à de la place et les accès peuvent être facilement contrôlés. Une base à été implanté par la marine yougoslave dès 1918 mais ces installations étaient confondues avec le port de commerce sur la rive sud de la baie, la rive nord étant quasiment deserte. C'est ici que la marine slavienne à decidé d'implanter sa base principale et donc son arsenal le plus important. Ce dernier est situé à proximité du centre historique de Split. Les travaux proprement dis ont été précédés par une campagne de sondages terrestres et maritimes destinés à savoir des infos aussi essentielles que la stabilité du sol (assez bonne dans cette baie), la profondeur des eaux (16 à 25m), la présence de veines rocheuses et de bancs de sables (aucun de ces deux phénomènes ici). Les travaux ont débuté pour ce qui concerne l'arsenal par le creusement de 4 formes d'entretien, deux à l'air libre de 300m, une à l'air libre de 450m et une couverte de 300m pour les travaux les plus discrets. Une fois les emplacements creusés, des pieux metalliques furent enfoncés pour stabiliser les parois avec l'installation du coffrage qui fut ensuite recouvert de béton armé. Une fois la porte à deux battants installés et l'etancheité verifiée, la langue de terre protégeant encore la forme fut abattue. Les travaux d'aménagement ne tardèrent pas ensuite à commencer avec l'installation des lignes de tins au fond des bassins et l'aménagement des parois. Des rails furent installés de par et d'autre du bassin pour acceuillir un portique capable de soulever 100 tonnes de charge, portique qui est accompagné de 4 grues de 50 tonnes. Pour les formes couvertes, les travaux se sont deroulés de manière un peu différente car une fois le gros oeuvre terminé, une solide charpente metallique fût montée sur laquelle sont installées des panneaux metalliques doublés de plomb. Le toit est pourvu de deux élements mobiles permettant aux deux grues extérieures d'une puissance de 50 à 100 tonnes en fonction de l'extension de la flèche. A l'intérieur de la forme, nous trouvons la station de pompage protégée par un blockaus et des installations de levage avec un portique fixé à la charpente et pouvant soulever des élements de près de 75 tonnes (les élements sont le plus souvent deposés par les grues extérieures sur le terre-plain ou deposés par un vehicule terrestre grâce à la vaste porte d'accès puis soulevés par le portique et installé dans la forme. Deux grues de 15 tonnes sont également installés à l'intérieur de la forme. Ces formes servira donc essentiellement à l'entretien des sous marins mais pourra aussi servir à l'entretien discret de navires sensibles. (A l'heure actuelle, il n'est pas totalement certains que des sous marins soient stationnés de manière permanente à Split). Les deux formes à l'air libre sont separées par un vaste terre-plein permettant le stockage des élements des navires demontés ou des élements à monter car l'arsenal de Split seta chargé de la construction de toute la battelerie auxiliaire. La forme de 450m est située un peu à l'écart, dans une zone plus protégée que la normale car ce sera la forme dediée à l'entretien du porte-avions et si les autres formes (numerotées 1,2 et 3) sont perpendiculaire à la rive de la baie, la forme n°4 sera elle oblique.

Ces quatres formes peuvent être relayées par un dock flottant de 300m et un autre de 250m en cas de charge de travail importante en particulier en cas de guerre. En réalité ces docks se compose de 3 élements de 100m pour le premier et de 5 élements de 50m pour le second ce qui permet d'adapter si necessaire sa longueur aux besoins du moment. (A noter que ces deux docks pourraient fusionner ce qui donnerait un dock flottant de 550m pour acceuillir un grand navire civil ou militaire) Ces docks quelques soient leur taille disposent d'un portique de 50 tonnes et de 4 grues de 15 tonnes et de quelques installations pour le personnel d'entretien (ateliers, salles de repos......).

Une rue separe la zone des quatre formes de la zone des ateliers. Ces ateliers sont chargés de la réparation des pièces demontés des navires en liaison avec des entreprises extérieures. Ces ateliers sont organisés en zone specialisées avec en zone 1, des ateliers dediées aux travaux sur la coque et la charpente des navires avec un atelier coque navire de combat, un atelier coque navire civil ou normes marine marchande, un atelier coque sous marine, un atelier tests, un atelier battelerie et un atelier agencement interne. La zone 2 est chargée de tout ce qui concerne la propulsion avec un atelier turbines à gaz, un atelier moteurs diesels, un atelier moteurs auxiliaires et turbo-alternateurs, un atelier propulsion sous marine, et un atelier de tests. La zone 3 est chargée de tout ce qui concerne l'électronique et les communications avec un atelier d'électronique générale, un atelier dediés aux systèmes radios, un atelier dedié aux systèmes de transmission satellite, un atelier dedié aux systèmes de navigation, un atelier dedié à la lutte contre les virus et les intrusions ainsi qu'à l'entretien des ordinateurs de bord, un atelier radars, un atelier sonars, un atelier systèmes de guerre électronique et un atelier dedié à la compatibilité électromagnétique. La zone 4 est dediée aux armes et munitions avec un atelier destiné aux armes de poing stockées à bord des navires (pistolets automatiques en calibre 9mm et 45., pistolets mitrailleurs HK UMP en 9mm ou 45.; fusils d'assaut G36; mitraillleuses légères Minimi et moyennes Mag 58, fusils de precision Accuracy Warfare Magnum en 338, Lapua Magnum; lance-roquettes jetables AT4CS et mortiers commandos de 60mm.......) un atelier destiné à l'artillerie des navires (mitrailleuses lourdes de 12,7mm, canons de 27mm Mauser MGL 27 , tourelles de 35mm DPG, tourelles de 57 mm des patrouilleurs, de 76mm des corvettes et des frégates légères, de 127mm des fregates et des destroyers) un atelier dedié aux missiles surface-air (Mistral, Matra Mica VL, Aster 15 et 30 et peut être à terme, des SM3) un atelier dedié aux armes antinavires et antiterre (missiles RBS 15 et peut être Brahmos, missiles de croisières, système LRM) un atelier dedié aux armes ASM (torpilles MU90 et Black Shark, charges de profondeurs, missiles ASM Dolphin). La zone 5 est dediée à l'entretien des zones-vie des navires et travaille donc le plus souvent sur les navires eux mêmes et cette zone dispose donc d'un atelier peinture, d'un atelier reparations générales, d'un atelier plomberie/gestion des fluides et un atelier d'électronique générale. La zone 6 regroupe les ateliers dediés à l'entretien des machines des autres ateliers ainsi que des vehicules de l'arsenal et de la base navale. Il dispose pour cela de deux ateliers de mécaniques générales, un atelier d'éléctronique, un atelier de gestion des fluides. L'Arsenal de Split étant appelé à construire des navires ou plutôt des embarcations, il est particulièrement bien equipé en matière de machines outils et même de fonderies pour produire des sous ensembles de coque ou monter des ensemble de propulsion.

Les différentes zones sont en générales organisées autour d'une vaste cour pour permettre les travaux extérieurs et la sortie des pièces reparées. Il va de soit que les ouvriers des différents ateliers travaillent essentiellement dans les formes, sur les navires mêmes. Les ouvriers de l'Arsenal qui sont essentiellement des civils sont le plus souvent logés avec les militaires et les autres civils de la base dans les logements de la base mais ils peuvent si ils le desire loger à l'extérieur ce qui est rarissime (moins de 5% des civils de la défense habitaient à l'extérieur selon les chiffres du ministère de la Défense au 1er janvier 2007). Leurs installations sanitaires et de loisirs sont communes aux autres personnels de la base même si les ateliers sont pourvues de salles de détentes pour des pauses rapides.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Dim 20 Mai 2007, 14:26

4-L'Arsenal de Kotor-Tivat
L'Arsenal de Kotor-Tivat est implanté non pas dans la baie mais sur les rives de l'estuaire de la Drina. Cet arsenal à pu s'etendre en amont en réoccupant une partie des installations du chantier naval de Cetinje fermés en 1994 (il s'agit essentiellement, de terrain non battit, les installations de construction : deux cales et une forme ont été demantelées et la ville à transformé le site en quartier d'habitation et de loisirs avec un opéra sans pour autant négliger le passé du site)
Cet arsenal n'est pas aussi important que celui de Split mais est plus important que celui de Rijeka. En clair, on peut le classer comme le deuxième plus important arsenal de la marine slavienne.

La première phase des travaux à consisté en campagnes de sondages terrestres et maritimes. Terrestres pour verifier la solidité du sol et par ricochet, connaître l'etendue des travaux à effectuer pour stabiliser le terrain et Maritimes pour connaître parfaitement les eaux de la Drina, l'infuence de l'artificialisation de la côte avec les terres-pleins, les travaux eventuels à réaliser et la fréquence des campagnes de dragage. Par chance, le sol de l'estuaire est bien plus stable que les rives sur lesquelles sont implantées la base en elle même même si il à fallut implanter des pieux d'acier. Quand au lit du fleuve, il à fallut procéder à quelques deroctages à l'explosif et quelques dragages intensifs
Ensuite, la surface concernée à été aplanie et le gros oeuvre à pu commencer avec le creusement de deux formes de radoub de 300m de long et une couverte de 150m. Durant les travaux de l'une d'elle, une veine rocheuse à été découverte, veine qui fut eliminée à grands renforts d'explosifs. Une fois les emplacements creusés, des pieux metalliques furent enfoncés pour stabiliser les parois avec l'installation du coffrage qui fut ensuite recouvert de béton armé. Une fois la porte à deux battants installés et l'etancheité verifiée, la langue de terre protégeant encore la forme fut abattue. Les travaux d'aménagement ne tardèrent pas ensuite à commencé avec l'installation des lignes de tins au fond des bassins et l'aménagement des parois. Des rails furent installés de par et d'autre du bassin pour acceuillir un portique capable de soulever 100 tonnes de charge, portique qui est accompagné de 4 grues de 50 tonnes. Ces deux formes qui peuvent acceuillir tous les navires slaviens à l'exception des porte-avions, sont separés par un vaste terplain qui sert à l'acceuil des pièces detachées et du matériel à embarquer à bord des navires en travaux. Les deux bassins sont alimentés en eaux par une station de pompage commune abritée par un blockaus pour mettre à l'abri les precieuses pompes d'une attaque aérienne ou d'un sabotage. Outre les pompes destinés à mettre les bassins en eau, nous trouvons plusieurs pompes destinés à pomper les fuites eventuelles de carburant, d'huile et de produits toxiques, les effluents étant dirigés vers des bassins de retention avant retraitement.

Bien que la base de Kotor-Tivat ne dispose pas (pour le moment ?) de sous marins, son arsenal dispose quand même d'une forme couverte située à proximitée des deux précédentes. Elle se distingue par sa longueur avec seulement 150m au lieu de 300m ce qui lui permet quand même d'acceuillir côte à côte si necessaire deux SMD classe Aragorn ou un SNA type Los Angeles. Sa construction s'est deroulée de la même façon que ses voisines jusqu'à l'installation de la nef. Celle-ci se compose d'une solide charpente metallique sur laquelle sont installées des panneaux metalliques doublés de plomb. Le toit est pourvu de deux élements mobiles permettant aux deux grues extérieures d'une puissance de 50 à 100 tonnes en fonction de l'extension de la flèche. A l'intérieur de la forme, nous trouvons la station de pompage protégée par un blockaus et des installations de levage avec un portique fixé à la charpente et pouvant soulever des élements de près de 75 tonnes (les élements sont le plus souvent deposés par les grues extérieures sur le terre-plain ou deposés par un vehicule terrestre grâce à la vaste porte d'accès puis soulevés par le portique et installé dans la forme. Deux grues de 15 tonnes sont également installés à l'intérieur de la forme. Cette forme servira donc essentiellement à l'entretien des sous marins mais pourra aussi servir à l'entretien discret de navires sensibles.
Ces trois formes peuvent être relayées par un dock flottant de 300m en cas de charge de travail importante en particulier en cas de guerre. En réalité ce dock se compose de 3 élements de 100m ce qui permet d'adapter si necessaire sa longueur aux besoins du moment. Ce dock quelque soit sa taille dispose d'un portique de 50 tonnes et de 4 grues de 15 tonnes et de quelques installations pour le personnel d'entretien (ateliers, salles de repos......)

Une rue separe la zone des trois formes de la zone des ateliers. Ces ateliers sont chargés de la réparation des pièces demontés des navires en liaison avec des entreprises extérieures. Ces ateliers sont organisés en zone specialisées avec en zone 1, des ateliers dediées aux travaux sur la coque et la charpente des navires avec un atelier coque navire de combat, un atelier coque navire civil ou normes marine marchande, un atelier coque sous marine, un atelier tests, un atelier battelerie et un atelier agencement interne. La zone 2 est chargée de tout ce qui concerne la propulsion avec un atelier turbines à gaz, un atelier moteurs diesels, un atelier moteurs auxiliaires et turbo-alternateurs, un atelier propulsion sous marine, et un atelier de tests. La zone 3 est chargée de tout ce qui concerne l'électronique et les communications avec un atelier d'électronique générale, un atelier dediés aux systèmes radios, un atelier dedié aux systèmes de transmission satellite, un atelier dedié aux systèmes de navigation, un atelier dedié à la lutte contre les virus et les intrusions ainsi qu'à l'entretien des ordinateurs de bord, un atelier radars, un atelier sonars, un atelier systèmes de guerre électronique et un atelier dedié à la compatibilité électromagnétique. La zone 4 est dediée aux armes et munitions avec un atelier destiné aux armes de poing stockées à bord des navires (pistolets automatiques en calibre 9mm et 45., pistolets mitrailleurs HK UMP en 9mm ou 45.; fusils d'assaut G36; mitraillleuses légères Minimi et moyennes Mag 58, fusils de precision Accuracy Warfare Magnum en 338, Lapua Magnum; lance-roquettes jetables AT4CS et mortiers commandos de 60mm.......) un atelier destiné à l'artillerie des navires (mitrailleuses lourdes de 12,7mm, canons de 27mm Mauser MGL 27 , tourelles de 35mm DPG, tourelles de 57 mm des patrouilleurs, de 76mm des corvettes et des frégates légères, de 127mm des fregates et des destroyers) un atelier dedié aux missiles surface-air (Mistral, Matra Mica VL, Aster 15 et 30 et peut être à terme, des SM3) un atelier dedié aux armes antinavires et antiterre (missiles RBS 15 et peut être Brahmos, missiles de croisières, système LRM) un atelier dedié aux armes ASM (torpilles MU90 et Black Shark, charges de profondeurs, missiles ASM Dolphin). La zone 5 est dediée à l'entretien des zones-vie des navires et travaille donc le plus souvent sur les navires eux mêmes et cette zone dispose donc d'un atelier peinture, d'un atelier reparations générales, d'un atelier plomberie/gestion des fluides et un atelier d'électronique générale. La zone 6 regroupe les ateliers dediés à l'entretien des machines des autres ateliers ainsi que des vehicules de l'arsenal et de la base navale. Il dispose pour cela de deux ateliers de mécaniques générales, un atelier d'éléctronique, un atelier de gestion des fluides. Elle dispose de machines outils permettant d'usiner certaines pièces dans l'urgence quand on ne peut attendre la livraison de la part de l'entreprise fabriquante. Ces machines peuvent aussi usiner des pièces prototypes qui peuvent faire l'objet d'un brevet qui est ensuite cédé ou vendu à une entreprise.

Les différentes zones sont en générales organisées autour d'une vaste cour pour permettre les travaux extérieurs et la sortie des pièces reparées. Il va de soit que les ouvriers des différents ateliers travaillent essentiellement dans les formes, sur les navires mêmes. Les ouvriers de l'Arsenal qui sont essentiellement des civils sont le plus souvent logés avec les militaires et les autres civils de la base dans les logements de la base mais ils peuvent si ils le desire loger à l'extérieur ce qui est rarissime (moins de 5% des civils de la défense habitaient à l'extérieur selon les chiffres du ministère de la Défense au 1er janvier 2007). Leurs installations sanitaires et de loisirs sont communes aux autres personnels de la base même si les ateliers sont pourvues de salles de détentes pour des pauses rapides.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Dim 20 Mai 2007, 14:27

5-L'Arsenal de Budva
L'arsenal de Budva est implanté sur un site similaire à celui de Kotor Tivat à savoir surl es rives d'un fleuve, la Vrina, un fleuve côtier de moins de 100 km de long relié au Lac de Skadar par le Canal de Budva dont le doublement va être réalisé.

La première phase des travaux à consisté en campagnes de sondages terrestres et maritimes. Terrestres pour verifier la solidité du sol et par ricochet, connaître l'etendue des travaux à effectuer pour stabiliser le terrain et Maritimes pour connaître parfaitement les eaux de la Vrina, l'infuence de l'artificialisation de la côte avec les terres-pleins, les travaux eventuels à réaliser et la fréquence des campagnes de dragage. Par chance, le sol de l'estuaire est bien plus stable que les rives sur lesquelles sont implantées la base en elle même même si il à fallut implanter des pieux d'acier. Quand au lit du fleuve, il à fallut procéder à quelques deroctages à l'explosif et quelques dragages intensifs
Ensuite, la surface concernée à été aplanie et le gros oeuvre à pu commencer avec le creusement de deux formes de radoub de 300m de long et une couverte de 150m. Durant les travaux de l'une d'elle, une veine rocheuse à été découverte, veine qui fut eliminée à grands renforts d'explosifs. Une fois les emplacements creusés, des pieux metalliques furent enfoncés pour stabiliser les parois avec l'installation du coffrage qui fut ensuite recouvert de béton armé. Une fois la porte à deux battants installés et l'etancheité verifiée, la langue de terre protégeant encore la forme fut abattue. Les travaux d'aménagement ne tardèrent pas ensuite à commencé avec l'installation des lignes de tins au fond des bassins et l'aménagement des parois. Des rails furent installés de par et d'autre du bassin pour acceuillir un portique capable de soulever 100 tonnes de charge, portique qui est accompagné de 4 grues de 50 tonnes. Ces deux formes qui peuvent acceuillir tous les navires slaviens à l'exception des porte-avions, sont separés par un vaste terplain qui sert à l'acceuil des pièces detachées et du matériel à embarquer à bord des navires en travaux. Les deux bassins sont alimentés en eaux par une station de pompage commune abritée par un blockaus pour mettre à l'abri les precieuses pompes d'une attaque aérienne ou d'un sabotage. Outre les pompes destinés à mettre les bassins en eau, nous trouvons plusieurs pompes destinés à pomper les fuites eventuelles de carburant, d'huile et de produits toxiques, les effluents étant dirigés vers des bassins de retention avant retraitement.
L' Arsenal de Budva dispose d'une forme couverte située à proximitée des deux précédentes. Elle se distingue par sa longueur avec seulement 150m au lieu de 300m ce qui lui permet quand même d'acceuillir côte à côte si necessaire deux SMD classe Aragorn ou un SNA type Los Angeles. Sa construction s'est deroulée de la même façon que ses voisines jusqu'à l'installation de la nef. Celle-ci se compose d'une solide charpente metallique sur laquelle sont installées des panneaux metalliques doublés de plomb. Le toit est pourvu de deux élements mobiles permettant aux deux grues extérieures d'une puissance de 50 à 100 tonnes en fonction de l'extension de la flèche. A l'intérieur de la forme, nous trouvons la station de pompage protégée par un blockaus et des installations de levage avec un portique fixé à la charpente et pouvant soulever des élements de près de 75 tonnes (les élements sont le plus souvent deposés par les grues extérieures sur le terre-plain ou deposés par un vehicule terrestre grâce à la vaste porte d'accès puis soulevés par le portique et installé dans la forme. Deux grues de 15 tonnes sont également installés à l'intérieur de la forme. Cette forme servira donc essentiellement à l'entretien des sous marins mais pourra aussi servir à l'entretien discret de navires sensibles.
Ces trois formes peuvent être relayées par un dock flottant de 300m en cas de charge de travail importante en particulier en cas de guerre. En réalité ce dock se compose de 3 élements de 100m ce qui permet d'adapter si necessaire sa longueur aux besoins du moment. Ce dock quelque soit sa taille dispose d'un portique de 50 tonnes et de 4 grues de 15 tonnes et de quelques installations pour le personnel d'entretien (ateliers, salles de repos......)

Une rue separe la zone des trois formes de la zone des ateliers. Ces ateliers sont chargés de la réparation des pièces demontés des navires en liaison avec des entreprises extérieures. Ces ateliers sont organisés en zone specialisées avec en zone 1, des ateliers dediées aux travaux sur la coque et la charpente des navires avec un atelier coque navire de combat, un atelier coque navire civil ou normes marine marchande, un atelier coque sous marine, un atelier tests, un atelier battelerie et un atelier agencement interne. La zone 2 est chargée de tout ce qui concerne la propulsion avec un atelier turbines à gaz, un atelier moteurs diesels, un atelier moteurs auxiliaires et turbo-alternateurs, un atelier propulsion sous marine, et un atelier de tests. La zone 3 est chargée de tout ce qui concerne l'électronique et les communications avec un atelier d'électronique générale, un atelier dediés aux systèmes radios, un atelier dedié aux systèmes de transmission satellite, un atelier dedié aux systèmes de navigation, un atelier dedié à la lutte contre les virus et les intrusions ainsi qu'à l'entretien des ordinateurs de bord, un atelier radars, un atelier sonars, un atelier systèmes de guerre électronique et un atelier dedié à la compatibilité électromagnétique. La zone 4 est dediée aux armes et munitions avec un atelier destiné aux armes de poing stockées à bord des navires (pistolets automatiques en calibre 9mm et 45., pistolets mitrailleurs HK UMP en 9mm ou 45.; fusils d'assaut G36; mitraillleuses légères Minimi et moyennes Mag 58, fusils de precision Accuracy Warfare Magnum en 338, Lapua Magnum; lance-roquettes jetables AT4CS et mortiers commandos de 60mm.......) un atelier destiné à l'artillerie des navires (mitrailleuses lourdes de 12,7mm, canons de 27mm Mauser MGL 27 , tourelles de 35mm DPG, tourelles de 57 mm des patrouilleurs, de 76mm des corvettes et des frégates légères, de 127mm des fregates et des destroyers) un atelier dedié aux missiles surface-air (Mistral, Matra Mica VL, Aster 15 et 30 et peut être à terme, des SM3) un atelier dedié aux armes antinavires et antiterre (missiles RBS 15 et peut être Brahmos, missiles de croisières, système LRM) un atelier dedié aux armes ASM (torpilles MU90 et Black Shark, charges de profondeurs, missiles ASM Dolphin). La zone 5 est dediée à l'entretien des zones-vie des navires et travaille donc le plus souvent sur les navires eux mêmes et cette zone dispose donc d'un atelier peinture, d'un atelier reparations générales, d'un atelier plomberie/gestion des fluides et un atelier d'électronique générale. La zone 6 regroupe les ateliers dediés à l'entretien des machines des autres ateliers ainsi que des vehicules de l'arsenal et de la base navale. Il dispose pour cela de deux ateliers de mécaniques générales, un atelier d'éléctronique, un atelier de gestion des fluides. L'Arsenal de Split étant appelé à construire des navires ou plutôt des embarcations, il est particulièrement bien equipé en matière de machines outils et même de fonderies pour produire des sous ensembles de coque ou monter des ensemble de propulsion.

Les différentes zones sont en générales organisées autour d'une vaste cour pour permettre les travaux extérieurs et la sortie des pièces reparées. Il va de soit que les ouvriers des différents ateliers travaillent essentiellement dans les formes, sur les navires mêmes. Les ouvriers de l'Arsenal qui sont essentiellement des civils sont le plus souvent logés avec les militaires et les autres civils de la base dans les logements de la base mais ils peuvent si ils le desire loger à l'extérieur ce qui est rarissime (moins de 5% des civils de la défense habitaient à l'extérieur selon les chiffres du ministère de la Défense au 1er janvier 2007). Leurs installations sanitaires et de loisirs sont communes aux autres personnels de la base même si les ateliers sont pourvues de salles de détentes pour des pauses rapides.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Mar 22 Mai 2007, 12:25

F-LES CHANTIERS NAVALS SLAVIENS


1-Généralités
Dès le début, la Slavie à souhaité confier à des chantiers navals privés, la construction des navires militaires des plus petits aux plus importants comme les porte-avions et les grands navires amphibies; les arsenaux se chargeant de la construction de la battelerie auxiliaire, leur implication dans la construction de grands bâtiments devant en théorie se limiter à des sous ensembles de coque et de systèmes propulsifs. Les chantiers navals slaviens soumis à la concurrence internationale (malgré le fait que les commandes militaires représente pour le moment, une part non négligeable pour ne pas dire essentielle de leur plan de charge) sont au nombre de 4 plus un autre au statut particulier. Le premier chantier est le Chantier Naval de Rijeka (CNR). Ce chantier au niveau des commandes militaires devant se charger surtout des corvettes lance-missiles et des patrouilleurs océaniques. Le Chantier Naval de l'Adriatique (CNA) implanté à Split est l'un des plus importants chantiers navals slaviens et ce sera dans ce chantier que seront construits les deux porte-avions slaviens. Il sera aussi chargé de construire les destroyers multimissions et en liaison avec CNI, les ravitailleurs de flottille.
Le Chantier Naval de Kotor-Tivat (CNKT) est le plus important chantier naval slavien. Propriété de la Tivat SeaWorld Company qui outre le CNKT,_le joyaux de la couronne_ possède une participation dans ceux de Budva et des chantiers en Algérie, Egypte, Turquie et bientôt Argentine et Vietnam. Ce chantier construira normalement les deux PHI, les frégates multimissions et un certains nombre de navires de soutien. Enfin le Chantier Naval de Budva (CNB) est un chantier plus petit que ses concurrents mais non denué d'importance car par exemple sur le plan militaire, il construira les grands navires de soutien, les TMRV et les sous marins pour ne citer que les principaux.
Le cas des CNI (Constructions Navals d'Istrie) est un peu particulier. En effet, à l'origine ce chantier n'en était pas un mais un regroupement capitalistique d'une douzaine de petits chantiers pour resister à la pression qui condamnait les chantiers les plus fragiles (Zadar, Dubrovnik, San Stefan, Cetinje). Les ambitions étaient modestes, il s'agissait de trouver des marchés de niche que ce soit dans le domaine militaire (battelerie auxiliaire, navires spécialisés) ou fournir aux grands chantiers des sous ensembles de coque et de propulsion. Rapidement, cependant, l'ambition s'est considérablement accrue et les regroupements ont commencé. Si aujourd'hui, il ne reste plus que 6 chantiers unis dans un pacte d'actionnaire et par participations croisées, il semble probable qu'à terme CNI devienne un chantier naval comme les autres. Après, comme le gouvernement slavien, souhaite que la construction navale survive après la fin de la periode d'expansion de la marine, il est certains que CNI se rapprochera d'un grand chantier. Si Budva semble destiné à rejoindre la TSWC (qui possède déjà 20% du capital), CNI pourrait rejoindre un grand groupe de construction naval avec CNR et CNA pour faire pièce au géant TSWC.
En ce qui concerne le déroulement des constructions, le chantier naval construit le navire et est responsable du navire jusqu'à son lancement. Une fois le navire lancé, il y à plusieurs cas de figures, si c'est un navire auxiliaire, l'armement est assuré à la fois par des ouvriers de l'Arsenal et des ouvriers du chantier constructeur dans le chantier constructeur, les essais ayant lieu depuis ce chantier. Dans le cas d'un navire militaire et surtout d'une unité de type capital ship, le navire une fois lancé, est remorqué jusqu'à l'arsenal le plus proche où son armement est assuré par des ouvriers de l'Arsenal et les essais menés depuis l'Arsenal.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Mar 22 Mai 2007, 12:27

2-Le Chantier Naval de Rijeka (CNR)

Les installations des CNR sont implantés sur la rive sud du Psroti en face de l'Arsenal mais aussi plus au sud, donnant directement sur la mer Adriatique. Avec les différentes extensions, les installations CNR et CNI sont de plus en plus proches et on parle de plus en plus d'une fusion entre ces deux grands chantiers.
Au niveau des constructions proprement dites, les CNR participeront aux programmes suivants :
-Le programme SNP 1. Ce programme prévoit la construction de 16 corvettes multimissions type Meko A 100 ou classe Deus. Les 8 premiers navires ont été construits entre 2000 et 2006 en Allemagne, essentiellement à Kiel. Les 8 derniers navires seront construits à Rijeka à partir de 2009, le programme devant s'achever en 2017 avec la mise en service de la 16ième et dernière unité
-Le programme SNP 2. Ce programme prevoit la construction pour la marine de 8 patrouilleurs océaniques (4 en options) qui seront prepositionnés dans les bases extérieures. Ce programme est un programme multi-agence car outre la Marine, le corps des Gardes-Côtes à commandé 12 patrouilleurs de ce type plus un certain nombre de navires specialisés basés sur cette coque (2 navires anti-incendie, 2 navires anti-pollutions et 4 baliseurs) tandis que les Gardes-Frontières en ont commandé 2 (plus deux options). Si tout va bien, le programme commencé en 2003 devrait s'achever en 2020. Ce programme sera partagé avec CNI qui produira des sous ensembles de coque et assemblera certains patrouilleurs conformément à l'accord de coopération entre les deux chantiers.

Ensuite, les CNR devraient participer à d'autres programmes en particulier le programme SNP 17 destiné à fournir à la MRS des Navires Multirôles de Soutien. Le programme à été confié à CNI et CNA mais en vertu de l'accord de coopération, il n'est pas exclut que Rijeka y participe comme sous-traitant. CNR devrait également participer au programme SNP 15 qui prevoit la construction sous licence de 16 patrouilleurs lance-missiles et au programme SNP18 ou du moins, une partie de ce programme de construction de navires d'écolage. Le programme SNP19 (construction de 2 navires d'experimentation) pourrait aussi lui revenir bien qu'une commande à l'export ne soit pas exclue.

Au niveau des infrastructures, les chantiers navals de Rijeka disposent de deux cales de 200m et d'une forme de 200m de long qui peut servir aussi bien pour les constructions que pour les entretiens et les démontages après essais. De nouvelles infrastructures doivent à terme voir le jour : une forme de 300m (agrandissement de l'existante ou construction d'une nouvelle) et peut être la construction d'un plan incliné/inclinable pour permettre la construction de 3 ou 4 navires en même temps. Les cales et la forme sont pourvues chacun d'un portique capable de soulever près de 100 tonnes pour la dépose d'élements préfabriqués assemblés dans les différents ateliers du chantier. Si l'atelier est eloigné de la cale de lancement, les élements sont transférés par des véhicules semi-automatisés jusqu'au terre-plein le plus proche où il est deposé. Ensuite, une grue fixe (les deux cales disposent chacune de deux grues de 25 tonnes et la forme de deux grues de 50 tonnes) ou une grue mobile, se charge de déposer l'élement dans la forme ou sur la cale. Les CNR disposent également de nombreux ateliers specialisés permettant la réalisation d'un navire de A à Z. Comme pour les arsenaux que nous venons de voir, les différents ateliers seront regroupés en zones que l'on pourrait qualifier de «thématiques» avec une zone 1 dediée à la coque, une zone 2 dediée aux superstructures et aux aménagements extérieurs (les ouvriers des chantiers navals sur les navires militaires assurent en général l'aménagement des zones vies et leur viabilité, les ouvriers de l'Arsenal se chargeant de l'aménagement militaire), une zone 3 dediée à la propulsion qu'elle soit principale ou auxiliaire (les CNR sont en pointe dans la R&D destinée à donner à la Slavie une autonomie dans la propulsion des navires de surface), une zone 4 dediée aux travaux complémentaires et à l'armement. Chaque atelier est bien entendu adapté à sa tache mais globalement, leur mode de construction est la même avec le plus souvent une vaste charpente metallique recouverte de panneaux d'acier. Les bureaux ou les salles de repos sont le plus souvent construites en dur, en beton armé.

Les CNR dispose également de vastes zones de stockage. Il y à des nefs dediées au stockage de pièces de dimension modeste, des nefs pour le stockage des matériaux bruts comme les plaques d'acier, des nefs dediés au stockage de matériels sensibles, au stockage de déchets mais aussi 4 vastes terre-pleins qui eux acceuilleunt des pièces de grande dimension, généralement des élements de coque préfabriqués. Ces terre-pleins sont accessibles par la route, par la voie maritime (pour l'un d'eux), par la voie fluviale (pour l'un d'eux) ou par la voie ferré pour tous. Les pièces ainsi disposés ne sont en général pas protégés des élements ce qui fait que le stockage de longue durée est impossible.

Enfin, les chantiers navals de Rijeka dispose de bureaux et de laboratoires de recherche pour leur administration mais aussi la recherche et le devellopement. Ces bureaux sont regroupés dans une zone du chantier pour la plupart mais il y à certaines annexes à proximité des ateliers, des cales et de la forme.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Mar 22 Mai 2007, 12:28

4-Les Chantiers Navals de Kotor-Tivat (CNKT)

Ce n'est pas le chantier le plus important de Slavie au sens strict du terme mais il fait partie d'un groupe très important de construction navale, la Tivat Sea World Company (TSWC) aux chantiers présents en Europe, en Amerique Latine mais aussi en Asie et en Afrique. Le chantier naval de Kotor-Tivat est implanté juste à la sortie de l'estuaire, à proximité de l'Arsenal. Juste à côté, on trouve le port de commerce de Kotor-Tivat. A noter que le site des chantiers navals de San Stefan situé à la sortie de la baie devrait être réutilisé pour la réparation navale.

Au niveau des constructions militaires, les CNKT vont être chargés ou vont participer aux programmes suivants :

-Le programme SNP5 de construction de frégates multimissions. Avec l'assistance technique de DCNS, les chantiers navals de Kotor-Tivat devraient construire 28 frégates multimissions, 16 en version ASM (classe Lena) et 12 en version AVT/AS (classe European County)

-Le programme SNP9 de construction de deux PHI (Porte-Helicoptères d'Intervention). Le modèle choisit est une version derivée et musclée du Mistral. Ces navires seront construits donc avec l'assistance technique de DCNS.

Les chantiers navals de Kotor-Tivat devraient également participer au programme SNP 14 (construction de 4 bâtiments multi-missions de guerre des mines) voir au programme SNP15 (construction de 16 patrouilleurs lance-missiles) et au programme SNP18 qui doit en particulier fournir deux grands navires de formation baptisés Multirôle Training Vessel (MTV) car basés sur la coque des F2M.

Le chantier naval implanté sur la rive sud de la baie à proximité de l'estuaire dispose de deux formes de 350m et deux cales de 250m. Les projets d'extension prévoit la construction d'une cale couverte de 300m, voir la construction d'une nouvelle forme, couverte ou non. De l'entrée de la baie à l'estuaire, on trouve donc une cale oblique de 250m, une forme de 350m, une autre cale de 250m et une dernière forme de 350m. Entre les cales et les formes, on trouve de vastes terre-plein pour les manoeuvres et le stockage d'élements plus ou moins massifs. Les cales sont construites de la façon suivante : On à d'abord construit un emplacement dans la terre, stabilisé par des pieux en acier. Un coffrage metallique est ensuite mis en place et le béton est coulé. Une fois sec, des lignes de tins en acier sont installées et des supports pour échaffaudage de part et d'autre de la cale. Ensuite, il à fallut installer les moyens de levage, avec tout d'abord un portique de 75 tonnes et deux grues de 25 tonnes. Les deux formes sont construites comme celles des Arsenaux : Une fois les emplacements creusés, des pieux metalliques furent enfoncés pour stabiliser les parois avec l'installation du coffrage qui fut ensuite recouvert de béton armé. Une fois la porte à deux battants installés et l'etancheité verifiée, la langue de terre protégeant encore la forme fut abattue. Les travaux d'aménagement ne tardèrent pas ensuite à commencé avec l'installation des lignes de tins au fond des bassins et l'aménagement des parois. Des rails furent installés de par et d'autre du bassin pour acceuillir un portique capable de soulever 100 tonnes de charge, portique qui est accompagné de 4 grues de 50 tonnes. Les deux bassins sont alimentés en eaux par une station de pompage commune abritée par un blockaus pour mettre à l'abri les precieuses pompes d'une attaque aérienne ou d'un sabotage. Outre les pompes destinés à mettre les bassins en eau, nous trouvons plusieurs pompes destinés à pomper les fuites eventuelles de carburant, d'huile et de produits toxiques, les effluents étant dirigés vers des bassins de retention avant retraitement.

Les CNKT disposent également de nombreux ateliers specialisés permettant la réalisation d'un navire de A à Z. Comme pour les arsenaux que nous venons de voir, les différents ateliers seront regroupés en zones que l'on pourrait qualifier de «thématiques» avec une zone 1 dediée à la coque, une zone 2 dediée aux superstructures et aux aménagements extérieurs (les ouvriers des chantiers navals sur les navires militaires assurent en général l'aménagement des zones vies et leur viabilité, les ouvriers de l'Arsenal se chargeant de l'aménagement militaire), une zone 3 dediée à la propulsion qu'elle soit principale ou auxiliaire, une zone 4 dediée aux travaux complémentaires et à l'armement. Chaque atelier est bien entendu adapté à sa tache mais globalement, leur mode de construction est la même avec le plus souvent une vaste charpente metallique recouverte de panneaux d'acier. Les bureaux ou les salles de repos sont le plus souvent construites en dur, en beton armé.

Les CNKT dispose également de vastes zones de stockage. Il y à des nefs dediées au stockage de pièces de dimension modeste, des nefs pour le stockage des matériaux bruts comme les plaques d'acier, des nefs dediés au stockage de matériels sensibles, au stockage de déchets mais aussi 4 vastes terre-pleins qui eux acceuilleunt des pièces de grande dimension, généralement des élements de coque préfabriqués. Ces terre-pleins sont accessibles par la route, par la voie maritime (pour l'un d'eux), par la voie fluviale (pour l'un d'eux) ou par la voie ferré pour tous. Les pièces ainsi disposés ne sont en général pas protégés des élements ce qui fait que le stockage de longue durée est impossible.

Enfin, les chantiers navals de Kotor-Tivat dispose de bureaux et de laboratoires de recherche pour leur administration mais aussi la recherche et le devellopement. Ces bureaux sont regroupés dans une zone du chantier pour la plupart mais il y à certaines annexes à proximité des ateliers, des cales et de la forme.

Le groupe TSWC dispose de nombreux sites en Slavie : outre Kotor-Tivat et Sans Stefan pour essentiellement la construction et la réparation, il disposera du site de Cetinje pour la reparation navale d'unités moyennes. Podgorica acceuille le le siège social dans le nouveau quartier d'affaires et Ivanagrad va acceuillir, un centre de R&D. Il y à également un projet d'une usine de production de systèmes propulsifs à Cetinje.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Mar 22 Mai 2007, 12:28

5-Les chantiers navals de Budva (CNB)

C'est l'un des plus petits chantiers navals slaviens et le dernier indépendant avec celui de Rijeka mais surement pour peu de temps car TSWC detient 20% du capital des CNB et pourraient donc à terme l'intégrer à sa division construction navale. Le site de Budva est quasiment identique à celui de Kotor-Tivat avec une baie et un estuaire, les rives de l'estuaire acceuillant les installations de l'Arsenal tandis que les rives de la baie acceuille la base (rive nord) et les chantiers navals (rive sud). Il y à cependant quelques différences : l'accès de la baie n'est pas aussi vaste que l'accès à la baie de Kotor Tivat mais ressemble plus à un goulet étroit semblable à un fjord, les hautes falaises en moins.

Au niveau des constructions, les CNB seront engagés dans les programmes suivants :

-Le programme SNP3 de construction de 4 navires multirôles prépositionnés baptisés Theater Multi Rôle Vessel (TMRV). Ces navires seront basés à Monbassa, Alor Setar, Sao Tomé et St Domingue et serviront essentiellement de navires amphibies pour des interventions rapides.

-Le programme SNP6 de construction de navires lourds de soutien logistique. Ce programme prévoit la construction de 8 pétroliers ravitailleurs, de 8 grands ravitailleurs polyvalents rapides, de 2 navires-ateliers, de deux bâtiments base pour navires de surface et d'un bâtiment base de sous marin. Ce programme pourrait aussi voir la construction d'autres navires sur cette coque : navire hôpital, navire d'intervention pour catastrophes, navires de sauvetage de sous marins.

-Le programme SNP13 de construction de sous marins d'attaque. Le modèle Scorpène/Marlin à été choisit. Les 8 premiers navires seront construits en France et en Espagne (4 chacuns) et les 8 autres seront construits sous licence à Budva avec le soutien technique de DCNS. Il est de plus en plus probable que 8 autres navires seront construits portant le nombre de sous marins dans la marine slavienne à 24 unités. La participation des autres chantiers slaviens n'est pas exclue.

Les CNB pourraient également participer au programme SNP 14 (4 bâtiments multirôles de guerre des mines)

Les chantiers navals de Budva disposent de deux formes de 350m, une forme couverte de 200m pour les sous marins et deux cales de 150m soit l'un des chantiers les mieux equipés (cela explique l'appetit de TSWC mais aussi de CNA dans le cadre des grandes manoeuvres dans la construction navale slavienne). De l'entrée de la baie à l'estuaire, on trouve respectivement une forme de 350m, une cale de 150m, la deuxième forme de 350m, la deuxième cale de 150m et enfin la forme couverte de 200m. Entre les cales et les formes, on trouve de vastes terre-plein pour les manoeuvres et le stockage d'élements plus ou moins massifs. Les cales sont construites de la façon suivante : On à d'abord construit un emplacement dans la terre, stabilisé par des pieux en acier. Un coffrage metallique est ensuite mis en place et le béton est coulé. Une fois sec, des lignes de tins en acier sont installées et des supports pour échaffaudage de part et d'autre de la cale. Ensuite, il à fallut installer les moyens de levage, avec tout d'abord un portique de 75 tonnes et deux grues de 25 tonnes. Les deux formes sont construites comme celles des Arsenaux : Une fois les emplacements creusés, des pieux metalliques furent enfoncés pour stabiliser les parois avec l'installation du coffrage qui fut ensuite recouvert de béton armé. Une fois la porte à deux battants installés et l'etancheité verifiée, la langue de terre protégeant encore la forme fut abattue. Les travaux d'aménagement ne tardèrent pas ensuite à commencé avec l'installation des lignes de tins au fond des bassins et l'aménagement des parois. Des rails furent installés de par et d'autre du bassin pour acceuillir un portique capable de soulever 100 tonnes de charge, portique qui est accompagné de 4 grues de 50 tonnes. Les deux bassins sont alimentés en eaux par une station de pompage commune abritée par un blockaus pour mettre à l'abri les precieuses pompes d'une attaque aérienne ou d'un sabotage. Outre les pompes destinés à mettre les bassins en eau, nous trouvons plusieurs pompes destinés à pomper les fuites eventuelles de carburant, d'huile et de produits toxiques, les effluents étant dirigés vers des bassins de retention avant retraitement.

Les CNB disposent également de nombreux ateliers specialisés permettant la réalisation d'un navire de A à Z. Comme pour les arsenaux que nous venons de voir, les différents ateliers seront regroupés en zones que l'on pourrait qualifier de «thématiques» avec une zone 1 dediée à la coque, une zone 2 dediée aux superstructures et aux aménagements extérieurs (les ouvriers des chantiers navals sur les navires militaires assurent en général l'aménagement des zones vies et leur viabilité, les ouvriers de l'Arsenal se chargeant de l'aménagement militaire), une zone 3 dediée à la propulsion qu'elle soit principale ou auxiliaire, une zone 4 dediée aux travaux complémentaires et à l'armement. Chaque atelier est bien entendu adapté à sa tache mais globalement, leur mode de construction est la même avec le plus souvent une vaste charpente metallique recouverte de panneaux d'acier. Les bureaux ou les salles de repos sont le plus souvent construites en dur, en beton armé.

Les CNB dispose également de vastes zones de stockage. Il y à des nefs dediées au stockage de pièces de dimension modeste, des nefs pour le stockage des matériaux bruts comme les plaques d'acier, des nefs dediés au stockage de matériels sensibles, au stockage de déchets mais aussi 4 vastes terre-pleins qui eux acceuilleunt des pièces de grande dimension, généralement des élements de coque préfabriqués. Ces terre-pleins sont accessibles par la route, par la voie maritime (pour l'un d'eux), par la voie fluviale (pour l'un d'eux) ou par la voie ferré pour tous. Les pièces ainsi disposés ne sont en général pas protégés des élements ce qui fait que le stockage de longue durée est impossible.

Enfin, les chantiers navals de Budva dispose de bureaux et de laboratoires de recherche pour leur administration mais aussi la recherche et le devellopement. Ces bureaux sont regroupés dans une zone du chantier pour la plupart mais il y à certaines annexes à proximité des ateliers, des cales et de la forme. Pour le moment, le siège social et les centres de recherche sont tous installés à Budva mais en cas d'absorption par TSWC, il est probable qu'il y aura des regroupements de service et de centres de recherche.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Jeu 24 Mai 2007, 20:24

Hé Claus,

Ta marine, tu voudrais pas la voir en action dans un RPG? Si c'est le cas, tu peux te joindre aux guerres du Nortland que je co-anime avec Robert Fleissig (Robert/Nortland sur ce forum). En ce moment, il y a un instant de répit car Robert se remet difficilement de soucis de santé, mais quand ça repartira, il y aura de la pitance pour les requins... Tu peux me contacter par MP si t'est intéressé.

A+;

François
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Ven 25 Mai 2007, 17:23

F-LES CHANTIERS NAVALS SLAVIENS

1-Généralités

Dès le début, la Slavie à souhaité confier à des chantiers navals privés, la construction des navires militaires des plus petits aux plus importants comme les porte-avions et les grands navires amphibies; les arsenaux se chargeant de la construction de la battelerie auxiliaire, leur implication dans la construction de grands bâtiments devant en théorie se limiter à des sous ensembles de coque et de systèmes propulsifs. Les chantiers navals slaviens soumis à la concurrence internationale (malgré le fait que les commandes militaires représente pour le moment, une part non négligeable pour ne pas dire essentielle de leur plan de charge) sont au nombre de 4 plus un autre au statut particulier. Le premier chantier est le Chantier Naval de Rijeka (CNR). Ce chantier au niveau des commandes militaires devant se charger surtout des corvettes lance-missiles et des patrouilleurs océaniques. Le Chantier Naval de l'Adriatique (CNA) implanté à Split est l'un des plus importants chantiers navals slaviens et ce sera dans ce chantier que seront construits les deux porte-avions slaviens. Il sera aussi chargé de construire les destroyers multimissions et en liaison avec CNI, les ravitailleurs de flottille.
Le Chantier Naval de Kotor-Tivat (CNKT) est le plus important chantier naval slavien. Propriété de la Tivat SeaWorld Company qui outre le CNKT,_le joyaux de la couronne_ possède une participation dans ceux de Budva et des chantiers en Algérie, Egypte, Turquie et bientôt Argentine et Vietnam. Ce chantier construira normalement les deux PHI, les frégates multimissions et un certains nombre de navires de soutien.
Enfin le Chantier Naval de Budva (CNB) est un chantier plus petit que ses concurrents mais non denué d'importance car par exemple sur le plan militaire, il construira les grands navires de soutien, les TMRV et les sous marins pour ne citer que les principaux.
Le cas des CNI (Constructions Navals d'Istrie) est un peu particulier. En effet, à l'origine ce chantier n'en était pas un mais un regroupement capitalistique d'une douzaine de petits chantiers pour resister à la pression qui condamnait les chantiers les plus fragiles (Zadar, Dubrovnik, San Stefan, Cetinje). Les ambitions étaient modestes, il s'agissait de trouver des marchés de niche que ce soit dans le domaine militaire (battelerie auxiliaire, navires spécialisés) ou fournir aux grands chantiers des sous ensembles de coque et de propulsion. Rapidement, cependant, l'ambition s'est considérablement accrue et les regroupements ont commencé. Si aujourd'hui, il ne reste plus que 6 chantiers unis dans un pacte d'actionnaire et par participations croisées, il semble probable qu'à terme CNI devienne un chantier naval comme les autres. Après, comme le gouvernement slavien, souhaite que la construction navale survive après la fin de la periode d'expansion de la marine, il est certains que CNI se rapprochera d'un grand chantier. Si Budva semble destiné à rejoindre la TSWC (qui possède déjà 20% du capital), CNI pourrait rejoindre un grand groupe de construction naval avec CNR et CNA pour faire pièce au géant TSWC.
En ce qui concerne le déroulement des constructions, le chantier naval construit le navire et est responsable du navire jusqu'à son lancement. Une fois le navire lancé, il y à plusieurs cas de figures, si c'est un navire auxiliaire, l'armement est assuré à la fois par des ouvriers de l'Arsenal et des ouvriers du chantier constructeur dans le chantier constructeur, les essais ayant lieu depuis ce chantier. Dans le cas d'un navire militaire et surtout d'une unité de type capital ship, le navire une fois lancé, est remorqué jusqu'à l'arsenal le plus proche où son armement est assuré par des ouvriers de l'Arsenal et les essais menés depuis l'Arsenal

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Ven 25 Mai 2007, 17:25

2-Le Chantier Naval de Rijeka (CNR)

Les installations des CNR sont implantés sur la rive sud du Psroti en face de l'Arsenal mais aussi plus au sud, donnant directement sur la mer Adriatique. Avec les différentes extensions, les installations CNR et CNI sont de plus en plus proches et on parle de plus en plus d'une fusion entre ces deux grands chantiers.
Au niveau des constructions proprement dites, les CNR participeront aux programmes suivants :
-Le programme SNP 1. Ce programme prévoit la construction de 16 corvettes multimissions type Meko A 100 ou classe Deus. Les 8 premiers navires ont été construits entre 2000 et 2006 en Allemagne, essentiellement à Kiel. Les 8 derniers navires seront construits à Rijeka à partir de 2009, le programme devant s'achever en 2017 avec la mise en service de la 16ième et dernière unité
-Le programme SNP 2. Ce programme prevoit la construction pour la marine de 8 patrouilleurs océaniques (4 en options) qui seront prepositionnés dans les bases extérieures. Ce programme est un programme multi-agence car outre la Marine, le corps des Gardes-Côtes à commandé 12 patrouilleurs de ce type plus un certain nombre de navires specialisés basés sur cette coque (2 navires anti-incendie, 2 navires anti-pollutions et 4 baliseurs) tandis que les Gardes-Frontières en ont commandé 2 (plus deux options). Si tout va bien, le programme commencé en 2003 devrait s'achever en 2020. Ce programme sera partagé avec CNI qui produira des sous ensembles de coque et assemblera certains patrouilleurs conformément à l'accord de coopération entre les deux chantiers.

Ensuite, les CNR devraient participer à d'autres programmes en particulier le programme SNP 17 destiné à fournir à la MRS des Navires Multirôles de Soutien. Le programme à été confié à CNI et CNA mais en vertu de l'accord de coopération, il n'est pas exclut que Rijeka y participe comme sous-traitant. CNR devrait également participer au programme SNP 15 qui prevoit la construction sous licence de 16 patrouilleurs lance-missiles et au programme SNP18 ou du moins, une partie de ce programme de construction de navires d'écolage. Le programme SNP19 (construction de 2 navires d'experimentation) pourrait aussi lui revenir bien qu'une commande à l'export ne soit pas exclue.

Au niveau des infrastructures, les chantiers navals de Rijeka disposent de deux cales de 200m et d'une forme de 200m de long qui peut servir aussi bien pour les constructions que pour les entretiens et les démontages après essais. De nouvelles infrastructures doivent à terme voir le jour : une forme de 300m (agrandissement de l'existante ou construction d'une nouvelle) et peut être la construction d'un plan incliné/inclinable pour permettre la construction de 3 ou 4 navires en même temps. Les cales et la forme sont pourvues chacun d'un portique capable de soulever près de 100 tonnes pour la dépose d'élements préfabriqués assemblés dans les différents ateliers du chantier. Si l'atelier est eloigné de la cale de lancement, les élements sont transférés par des véhicules semi-automatisés jusqu'au terre-plein le plus proche où il est deposé. Ensuite, une grue fixe (les deux cales disposent chacune de deux grues de 25 tonnes et la forme de deux grues de 50 tonnes) ou une grue mobile, se charge de déposer l'élement dans la forme ou sur la cale. Les CNR disposent également de nombreux ateliers specialisés permettant la réalisation d'un navire de A à Z. Comme pour les arsenaux que nous venons de voir, les différents ateliers seront regroupés en zones que l'on pourrait qualifier de «thématiques» avec une zone 1 dediée à la coque, une zone 2 dediée aux superstructures et aux aménagements extérieurs (les ouvriers des chantiers navals sur les navires militaires assurent en général l'aménagement des zones vies et leur viabilité, les ouvriers de l'Arsenal se chargeant de l'aménagement militaire), une zone 3 dediée à la propulsion qu'elle soit principale ou auxiliaire (les CNR sont en pointe dans la R&D destinée à donner à la Slavie une autonomie dans la propulsion des navires de surface), une zone 4 dediée aux travaux complémentaires et à l'armement. Chaque atelier est bien entendu adapté à sa tache mais globalement, leur mode de construction est la même avec le plus souvent une vaste charpente metallique recouverte de panneaux d'acier. Les bureaux ou les salles de repos sont le plus souvent construites en dur, en beton armé.

Les CNR dispose également de vastes zones de stockage. Il y à des nefs dediées au stockage de pièces de dimension modeste, des nefs pour le stockage des matériaux bruts comme les plaques d'acier, des nefs dediés au stockage de matériels sensibles, au stockage de déchets mais aussi 4 vastes terre-pleins qui eux acceuilleunt des pièces de grande dimension, généralement des élements de coque préfabriqués. Ces terre-pleins sont accessibles par la route, par la voie maritime (pour l'un d'eux), par la voie fluviale (pour l'un d'eux) ou par la voie ferré pour tous. Les pièces ainsi disposés ne sont en général pas protégés des élements ce qui fait que le stockage de longue durée est impossible.

Enfin, les chantiers navals de Rijeka dispose de bureaux et de laboratoires de recherche pour leur administration mais aussi la recherche et le devellopement. Ces bureaux sont regroupés dans une zone du chantier pour la plupart mais il y à certaines annexes à proximité des ateliers, des cales et de la forme.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Ven 25 Mai 2007, 17:28

3-Les Chantiers Navals de L'Adriatique (CNA) de Split

Avec le chantier naval de Kotor-Tivat, c'est le chantier naval phare de la construction navale slavienne. Son rôle va être renforcée par la construction de deux porte-avions slaviens par ce chantier avec l'assistance de DCNS.
Au niveau des constructions, les CNA vont être impliqués dans les programmes suivants :
-Le programme SNP4 prevoit la construction à Split de 12 destroyers multimissions de classe Battle avec l'aide des chantiers Ingalls de Pascagoula, chantier célèbre pour avoir construit les 31 destroyers ASM de classe Spruance et 27 destroyers AA de classe Airleigh Burke. La première unité de cette classe est entrée en service en mai 2006 et la deuxième devrait suivre d'ici la fin de l'année 2007. Le programme doit normalement s'achever dans une quinzaine d'années (A l'origine, il était prévu de suspendre la construction de D2M pendant la construction de deux porte-avions mais l'augmentation des capacités de construction du CNA fait que le calendrier pourrait être accéléré)
-Le programme SNP11 prevoit la construction de deux porte-avions lourds de 70000 tonnes à pleine charge, les CV1 Podgorica et CV2 Osijek. Ces navires seront semblables au design «Romeo» de DCNS. Ils seront donc construits à Split avec l'assistance technique française

-Le programme SNP17 prevoit la construction d'une trentaine de navires multirôles de soutiens (NMS) pour relayer les gros ravitailleurs et les gros navires de soutien. Ce programme à vu la participation de CNA et CNI réunis dans une jointe venture, les deux chantiers construisant des navires mais aussi se repartissant la fabrication des blocs et l'assemblage.

CNA pourrait également participer au programme SNP 18 ou du moins en partie car ce programme destiné à donner à la MRS une flotte d'écolage prevoit la construction d'un Main Training Ship (MTS) basé sur la coque des destroyers multimissions.

Le chantier naval est implanté sur la rive sud de la baie, en face de la base et de l'arsenal ce qui facilite ainsi les manoeuvres entre le lancement et l'armement. Les CNA disposent pour le moment de deux cales de 250m et de deux formes de 350m. D'importants travaux sont cependant prévus avec la construction d'une autre cale couverte de 300m, l'extension de la forme n°1 à 400m et l'extension de la forme n°2 à 500m. Les deux cales sont installées côte à côte, ce sont les installations les plus proches de l'entrée de la baie. On à d'abord construit un emplacement dans la terre, stabilisé par des pieux en acier. Un coffrage metallique est ensuite mis en place et le béton est coulé. Une fois sec, des lignes de tins en acier sont installées et des supports pour échaffaudage de part et d'autre de la cale. Ensuite, il à fallut installer les moyens de levage, avec tout d'abord un portique de 75 tonnes et deux grues de 25 tonnes. Juste en arrière des cales, un vaste terre plein est amenagé où de lourds élements peuvent y être deposés et ensuite soulevés par le portique où une des grues pour les mettre en place sur la cale. Au bout de ce terre-plein, nous trouvons l'aboutissement d'une voie ferrée et d'une station routière pour l'arrivée ce pièces détachées et d'élements pré-fabriqués.

Les deux formes sont également côte à côte mais separées par un vaste terre plein. Elles servent et serviront à la fois aux constructions mais aussi aux carénages. Leur construction est identique à celle des formes des arsenaux : Une fois les emplacements creusés, des pieux metalliques furent enfoncés pour stabiliser les parois avec l'installation du coffrage qui fut ensuite recouvert de béton armé. Une fois la porte à deux battants installés et l'etancheité verifiée, la langue de terre protégeant encore la forme fut abattue. Les travaux d'aménagement ne tardèrent pas ensuite à commencé avec l'installation des lignes de tins au fond des bassins et l'aménagement des parois. Des rails furent installés de par et d'autre du bassin pour acceuillir un portique capable de soulever 100 tonnes de charge, portique qui est accompagné de 4 grues de 50 tonnes. Les deux bassins sont alimentés en eaux par une station de pompage commune abritée par un blockaus pour mettre à l'abri les precieuses pompes d'une attaque aérienne ou d'un sabotage. Outre les pompes destinés à mettre les bassins en eau, nous trouvons plusieurs pompes destinés à pomper les fuites eventuelles de carburant, d'huile et de produits toxiques, les effluents étant dirigés vers des bassins de retention avant retraitement.

Les CNA disposent également de nombreux ateliers specialisés permettant la réalisation d'un navire de A à Z. Comme pour les arsenaux que nous venons de voir, les différents ateliers seront regroupés en zones que l'on pourrait qualifier de «thématiques» avec une zone 1 dediée à la coque, une zone 2 dediée aux superstructures et aux aménagements extérieurs (les ouvriers des chantiers navals sur les navires militaires assurent en général l'aménagement des zones vies et leur viabilité, les ouvriers de l'Arsenal se chargeant de l'aménagement militaire), une zone 3 dediée à la propulsion qu'elle soit principale ou auxiliaire, une zone 4 dediée aux travaux complémentaires et à l'armement. Chaque atelier est bien entendu adapté à sa tache mais globalement, leur mode de construction est la même avec le plus souvent une vaste charpente metallique recouverte de panneaux d'acier. Les bureaux ou les salles de repos sont le plus souvent construites en dur, en beton armé.

Les CNA dispose également de vastes zones de stockage. Il y à des nefs dediées au stockage de pièces de dimension modeste, des nefs pour le stockage des matériaux bruts comme les plaques d'acier, des nefs dediés au stockage de matériels sensibles, au stockage de déchets mais aussi 4 vastes terre-pleins qui eux acceuilleunt des pièces de grande dimension, généralement des élements de coque préfabriqués. Ces terre-pleins sont accessibles par la route, par la voie maritime (pour l'un d'eux), par la voie fluviale (pour l'un d'eux) ou par la voie ferré pour tous. Les pièces ainsi disposés ne sont en général pas protégés des élements ce qui fait que le stockage de longue durée est impossible.

Enfin, les chantiers navals de Split dispose de bureaux et de laboratoires de recherche pour leur administration mais aussi la recherche et le devellopement. Ces bureaux sont regroupés dans une zone du chantier pour la plupart mais il y à certaines annexes à proximité des ateliers, des cales et de la forme.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Ven 25 Mai 2007, 17:30

4-Les Chantiers Navals de Kotor-Tivat (CNKT)

Ce n'est pas le chantier le plus important de Slavie au sens strict du terme mais il fait partie d'un groupe très important de construction navale, la Tivat Sea World Company (TSWC) aux chantiers présents en Europe, en Amerique Latine mais aussi en Asie et en Afrique. Le chantier naval de Kotor-Tivat est implanté juste à la sortie de l'estuaire, à proximité de l'Arsenal. Juste à côté, on trouve le port de commerce de Kotor-Tivat. A noter que le site des chantiers navals de San Stefan situé à la sortie de la baie devrait être réutilisé pour la réparation navale.

Au niveau des constructions militaires, les CNKT vont être chargés ou vont participer aux programmes suivants :

-Le programme SNP5 de construction de frégates multimissions. Avec l'assistance technique de DCNS, les chantiers navals de Kotor-Tivat devraient construire 28 frégates multimissions, 16 en version ASM (classe Lena) et 12 en version AVT/AS (classe European County)

-Le programme SNP9 de construction de deux PHI (Porte-Helicoptères d'Intervention). Le modèle choisit est une version derivée et musclée du Mistral. Ces navires seront construits donc avec l'assistance technique de DCNS.

Les chantiers navals de Kotor-Tivat devraient également participer au programme SNP 14 (construction de 4 bâtiments multi-missions de guerre des mines) voir au programme SNP15 (construction de 16 patrouilleurs lance-missiles) et au programme SNP18 qui doit en particulier fournir deux grands navires de formation baptisés Multirôle Training Vessel (MTV) car basés sur la coque des F2M (Frégates Multimissions).

Le chantier naval implanté sur la rive sud de la baie à proximité de l'estuaire dispose de deux formes de 350m et deux cales de 250m. Les projets d'extension prévoit la construction d'une cale couverte de 300m, voir la construction d'une nouvelle forme, couverte ou non. De l'entrée de la baie à l'estuaire, on trouve donc une cale oblique de 250m, une forme de 350m, une autre cale de 250m et une dernière forme de 350m. Entre les cales et les formes, on trouve de vastes terre-plein pour les manoeuvres et le stockage d'élements plus ou moins massifs. Les cales sont construites de la façon suivante : On à d'abord construit un emplacement dans la terre, stabilisé par des pieux en acier. Un coffrage metallique est ensuite mis en place et le béton est coulé. Une fois sec, des lignes de tins en acier sont installées et des supports pour échaffaudage de part et d'autre de la cale. Ensuite, il à fallut installer les moyens de levage, avec tout d'abord un portique de 75 tonnes et deux grues de 25 tonnes. Les deux formes sont construites comme celles des Arsenaux : Une fois les emplacements creusés, des pieux metalliques furent enfoncés pour stabiliser les parois avec l'installation du coffrage qui fut ensuite recouvert de béton armé. Une fois la porte à deux battants installés et l'etancheité verifiée, la langue de terre protégeant encore la forme fut abattue. Les travaux d'aménagement ne tardèrent pas ensuite à commencé avec l'installation des lignes de tins au fond des bassins et l'aménagement des parois. Des rails furent installés de par et d'autre du bassin pour acceuillir un portique capable de soulever 100 tonnes de charge, portique qui est accompagné de 4 grues de 50 tonnes. Les deux bassins sont alimentés en eaux par une station de pompage commune abritée par un blockaus pour mettre à l'abri les precieuses pompes d'une attaque aérienne ou d'un sabotage. Outre les pompes destinés à mettre les bassins en eau, nous trouvons plusieurs pompes destinés à pomper les fuites eventuelles de carburant, d'huile et de produits toxiques, les effluents étant dirigés vers des bassins de retention avant retraitement.

Les CNKT disposent également de nombreux ateliers specialisés permettant la réalisation d'un navire de A à Z. Comme pour les arsenaux que nous venons de voir, les différents ateliers seront regroupés en zones que l'on pourrait qualifier de «thématiques» avec une zone 1 dediée à la coque, une zone 2 dediée aux superstructures et aux aménagements extérieurs (les ouvriers des chantiers navals sur les navires militaires assurent en général l'aménagement des zones vies et leur viabilité, les ouvriers de l'Arsenal se chargeant de l'aménagement militaire), une zone 3 dediée à la propulsion qu'elle soit principale ou auxiliaire, une zone 4 dediée aux travaux complémentaires et à l'armement. Chaque atelier est bien entendu adapté à sa tache mais globalement, leur mode de construction est la même avec le plus souvent une vaste charpente metallique recouverte de panneaux d'acier. Les bureaux ou les salles de repos sont le plus souvent construites en dur, en beton armé.

Les CNKT dispose également de vastes zones de stockage. Il y à des nefs dediées au stockage de pièces de dimension modeste, des nefs pour le stockage des matériaux bruts comme les plaques d'acier, des nefs dediés au stockage de matériels sensibles, au stockage de déchets mais aussi 4 vastes terre-pleins qui eux acceuilleunt des pièces de grande dimension, généralement des élements de coque préfabriqués. Ces terre-pleins sont accessibles par la route, par la voie maritime (pour l'un d'eux), par la voie fluviale (pour l'un d'eux) ou par la voie ferré pour tous. Les pièces ainsi disposés ne sont en général pas protégés des élements ce qui fait que le stockage de longue durée est impossible.

Enfin, les chantiers navals de Kotor-Tivat dispose de bureaux et de laboratoires de recherche pour leur administration mais aussi la recherche et le devellopement. Ces bureaux sont regroupés dans une zone du chantier pour la plupart mais il y à certaines annexes à proximité des ateliers, des cales et de la forme.

Le groupe TSWC dispose de nombreux sites en Slavie : outre Kotor-Tivat et Sans Stefan pour essentiellement la construction et la réparation, il disposera du site de Cetinje pour la reparation navale d'unités moyennes. Podgorica acceuille le le siège social dans le nouveau quartier d'affaires et Ivanagrad va acceuillir, un centre de R&D. Il y à également un projet d'une usine de production de systèmes propulsifs à Cetinje.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Ven 25 Mai 2007, 17:33

5-Les chantiers navals de Budva (CNB)

C'est l'un des plus petits chantiers navals slaviens et le dernier indépendant avec celui de Rijeka mais surement pour peu de temps car TSWC detient 20% du capital des CNB et pourraient donc à terme l'intégrer à sa division construction navale. Le site de Budva est quasiment identique à celui de Kotor-Tivat avec une baie et un estuaire, les rives de l'estuaire acceuillant les installations de l'Arsenal tandis que les rives de la baie acceuille la base (rive nord) et les chantiers navals (rive sud). Il y à cependant quelques différences : l'accès de la baie n'est pas aussi vaste que l'accès à la baie de Kotor Tivat mais ressemble plus à un goulet étroit semblable à un fjord, les hautes falaises en moins.

Au niveau des constructions, les CNB seront engagés dans les programmes suivants :

-Le programme SNP3 de construction de 4 navires multirôles prépositionnés baptisés Theater Multi Rôle Vessel (TMRV). Ces navires seront basés à Monbassa, Alor Setar, Sao Tomé et St Domingue et serviront essentiellement de navires amphibies pour des interventions rapides.

-Le programme SNP6 de construction de navires lourds de soutien logistique. Ce programme prévoit la construction de 8 pétroliers ravitailleurs, de 8 grands ravitailleurs polyvalents rapides, de 2 navires-ateliers, de deux bâtiments base pour navires de surface et d'un bâtiment base de sous marin. Ce programme pourrait aussi voir la construction d'autres navires sur cette coque : navire hôpital, navire d'intervention pour catastrophes, navires de sauvetage de sous marins.

-Le programme SNP13 de construction de sous marins d'attaque. Le modèle Scorpène/Marlin à été choisit. Les 8 premiers navires seront construits en France et en Espagne (4 chacuns) et les 8 autres seront construits sous licence à Budva avec le soutien technique de DCNS. Il est de plus en plus probable que 8 autres navires seront construits portant le nombre de sous marins dans la marine slavienne à 24 unités. La participation des autres chantiers slaviens n'est pas exclue.

Les CNB pourraient également participer au programme SNP 14 (4 bâtiments multirôles de guerre des mines)

Les chantiers navals de Budva disposent de deux formes de 350m, une forme couverte de 200m pour les sous marins et deux cales de 150m soit l'un des chantiers les mieux equipés (cela explique l'appetit de TSWC mais aussi de CNA dans le cadre des grandes manoeuvres dans la construction navale slavienne). De l'entrée de la baie à l'estuaire, on trouve respectivement une forme de 350m, une cale de 150m, la deuxième forme de 350m, la deuxième cale de 150m et enfin la forme couverte de 200m. Entre les cales et les formes, on trouve de vastes terre-plein pour les manoeuvres et le stockage d'élements plus ou moins massifs. Les cales sont construites de la façon suivante : On à d'abord construit un emplacement dans la terre, stabilisé par des pieux en acier. Un coffrage metallique est ensuite mis en place et le béton est coulé. Une fois sec, des lignes de tins en acier sont installées et des supports pour échaffaudage de part et d'autre de la cale. Ensuite, il à fallut installer les moyens de levage, avec tout d'abord un portique de 75 tonnes et deux grues de 25 tonnes. Les deux formes sont construites comme celles des Arsenaux : Une fois les emplacements creusés, des pieux metalliques furent enfoncés pour stabiliser les parois avec l'installation du coffrage qui fut ensuite recouvert de béton armé. Une fois la porte à deux battants installés et l'etancheité verifiée, la langue de terre protégeant encore la forme fut abattue. Les travaux d'aménagement ne tardèrent pas ensuite à commencé avec l'installation des lignes de tins au fond des bassins et l'aménagement des parois. Des rails furent installés de par et d'autre du bassin pour acceuillir un portique capable de soulever 100 tonnes de charge, portique qui est accompagné de 4 grues de 50 tonnes. Les deux bassins sont alimentés en eaux par une station de pompage commune abritée par un blockaus pour mettre à l'abri les precieuses pompes d'une attaque aérienne ou d'un sabotage. Outre les pompes destinés à mettre les bassins en eau, nous trouvons plusieurs pompes destinés à pomper les fuites eventuelles de carburant, d'huile et de produits toxiques, les effluents étant dirigés vers des bassins de retention avant retraitement.

Les CNB disposent également de nombreux ateliers specialisés permettant la réalisation d'un navire de A à Z. Comme pour les arsenaux que nous venons de voir, les différents ateliers seront regroupés en zones que l'on pourrait qualifier de «thématiques» avec une zone 1 dediée à la coque, une zone 2 dediée aux superstructures et aux aménagements extérieurs (les ouvriers des chantiers navals sur les navires militaires assurent en général l'aménagement des zones vies et leur viabilité, les ouvriers de l'Arsenal se chargeant de l'aménagement militaire), une zone 3 dediée à la propulsion qu'elle soit principale ou auxiliaire, une zone 4 dediée aux travaux complémentaires et à l'armement. Chaque atelier est bien entendu adapté à sa tache mais globalement, leur mode de construction est la même avec le plus souvent une vaste charpente metallique recouverte de panneaux d'acier. Les bureaux ou les salles de repos sont le plus souvent construites en dur, en beton armé.

Les CNB dispose également de vastes zones de stockage. Il y à des nefs dediées au stockage de pièces de dimension modeste, des nefs pour le stockage des matériaux bruts comme les plaques d'acier, des nefs dediés au stockage de matériels sensibles, au stockage de déchets mais aussi 4 vastes terre-pleins qui eux acceuilleunt des pièces de grande dimension, généralement des élements de coque préfabriqués. Ces terre-pleins sont accessibles par la route, par la voie maritime (pour l'un d'eux), par la voie fluviale (pour l'un d'eux) ou par la voie ferré pour tous. Les pièces ainsi disposés ne sont en général pas protégés des élements ce qui fait que le stockage de longue durée est impossible.

Enfin, les chantiers navals de Budva dispose de bureaux et de laboratoires de recherche pour leur administration mais aussi la recherche et le devellopement. Ces bureaux sont regroupés dans une zone du chantier pour la plupart mais il y à certaines annexes à proximité des ateliers, des cales et de la forme. Pour le moment, le siège social et les centres de recherche sont tous installés à Budva mais en cas d'absorption par TSWC, il est probable qu'il y aura des regroupements de service et de centres de recherche.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Ven 25 Mai 2007, 17:37

3°) LA SRATEGIE NAVALE SLAVIENNE

A-GENERALITES

A première vue, la necessité pour la marine slavienne de se dôter d'une puissante marine paraît peu claire voir ridicule. En effet, mise à part l'Adriatique, la République Fédérale de Slavie n'est bordée par aucun océan. Elle pourrait donc se contenter de quelques patrouilleurs lance-missiles accompagnées de corvettes. A la limite, quelques fregates pour la défense antiaérienne et antimissiles avancée du territoire et quelques navires amphibies pour des interventions regionales ou des transports de contingents dans les opérations de maintien de la paix avec les indispensables navires de soutien suffiraient. C'est ce qui ce serait passé si la Slavie avait choisit un repli frileux sur son territoire entouré de nombreuses menaces potentielles (Serbie, Albanie et Kosovo) et si elle n'avait pas pris en compte la globalisation des échanges qui impose à tous les pays d'être présent sur la scène internationale. Notre économie en expansion comme tout autre pays emergeant nous implique de plus en plus dans les échangesi nternationaux et comme ceux-ci passent essentiellement par la mer (70% ), il nous faut une puissante marine capable de dissuader un adversaire qu'il soit étatique ou non de s'attaquer à nos interêts, de soutenir nos alliés et d'intervenir dans le cadre d'opérations de maintien ou de retablissement de la paix sous la bannière de l'ONU ou de tout autre organisation de défense regionale que ce soit en soutien, en fournissant un contingent plus ou moins important ou en étant la nation cadre.

B-GEOPOLITIQUE NAVALE SLAVIENNE

1-Le Verrouillage de l'Adriatique

C'est l'objectif n°1 de notre politique navale comme l'à definit lors de la séance inaugurale, le CFD (le Conseil Fédéral de Défense, le 28 mars 2000. Cet organisme regroupe le president de la république, le president du gouvernement, le ministre de la défense, le chef d'état major général, les chef d'état major des différentes armées [Armée de Terre, Marine, Armée de l'Air] et organismes [Garde Nationale, Gardes Côtes, Gardes-Frontières] ainsi que 4 députés et 4 sénateurs astreints au secret défense. Cet organisme s'occupe des problèmes stricts de défense. Son extension aux problématiques des affaires étrangères et du renseignement est à l'étude, les chefs des services de renseignement et le ministre des affaires étrangères pourraient donc y entrer dans ce organisme) ainsi que la sous-comission des affaires navales militaires de la commission des affaires de défense de l'Assemblée Fédérale en 1999.

La MRS (Marine de la République Slavienne) considère la mer Adriatique comme un veritable sanctuaire qu'il convient de protéger des intrusions navales et sous-marines. Cela implique égalementune sécurisation des voies maritimes, des approches et des côtes de la Slavie d'où la necessité d'un puissant Corps des Garde-Côtes. Ce fait influe considérablement sur notre politique étrangère : maintien de bonnes relations avec l'Italie, coopération navale poussée entre les Garde-Côtes et la Guardia di Finanza (Accord de San Remo du 19 mai 2003), echanges d'officiers, exercices communs avec l'armée italienne (Il s'agit de l'exercice Adriatic Star, le premier à eu lieu du 16 au 25 mai 2005 au large de Venise, le prochain aura lieu du 6 au 14 juin au large de Split en Dalmatie avec des exercices de défense côtière, amphibies et navals), droit mutuel de poursuite et surtout surveillance des agissements de l'Albanie, faute de l'amélioration des relations avec Tirana
(commande de corvettes type Stereguschy, projet d'acquisitions de frégates et de sous marins, prevision d'achat de Mig 29SMT et de Su 30MK)

2-La Mediterranée

C'est le prolongement naturel de votre influence en Adriatique même si nous n'y avons pas la même prépondérance ni la même influence. La MRS et le corps des Garde-Côtes sont particulièrement attentifs vis à vis du Canal d'Otrante qui est le seul accès à l'Adriatique depuis la Mer Méditerranée. Ainsi, il est prévu qu'à terme la Méditerranée orientale soit une zone de patrouille privilegiée des porte-avions slaviens. Pour faciliter ces missions, notre alliance avec la Grèce et nos relatives bonnes relations avec la Turquie devrait permettre à nos forces navales de bien remplir cette mission de surveillance, de contrôle du trafic commercial mais aussi sa protection contre la piraterie et surtout les terrorismes.

3-La Mer Noire

Bien que cette mère borde la region stratégique du Caucase, la Slavie n'y possède pas de réels interêts économiques et ne dispose donc d'aucune force même si une intervention dans cette mère n'est pas exclue. Des négociations pour obtenir des facilités portuaires sont en cours avec plusieurs pays riverains.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Ven 25 Mai 2007, 17:39

4-La Mer Rouge

Cette mer est stratégique pour les navires slaviens car après le passage du canal de Suez, c'est la seule voie de transit vers l'Océan Indien. La MRS veille particulièrement au libre passage du détroit de Bab El Mandeb, un région très dangereuse et très instable avec le Yémen, la Somalie, l'Erythrée et l'Ethiopie. La marine slavienne est particulièrement attentive à la lutte contre la piraterie et le terrorisme.

5-L'Océan Indien

C'est la zone qui est la plus importante sur le plan stratégique et ce pour plusieurs raisons. Tout d'abord, c'est une des voie de passage entre l'Atlantique et le Pacifique. C'est aussi une zone bordant une région instable qu'est l'aire civilisationelle arabo-musulmane avec son cortège de problèmes religieux, ethniques et pétroliers. D'où la présence de deux de nos bases extérieures, tout d'abord la base de Monbassa qui aura un rôle central dans la surveillance dans la partie occidentale de l'Océan Indien, du canal de Mozambique, de l'Afrique Orientale mais aussi du moyen Orient puisqu'en théorie, son AOR (Area of Responsability) couvre tout l'Océan Indien jusqu'à la ligne Sri Lanka-Kerguelen. La base d'Alor Setar surveille elle essentiellement le sud-est asiatique et en particulier le détroit de Malacca, ses moyens étant fortement impliqués dans la lutte contre la piraterie. Des négociations pour des facilités portuaires sont en cours avec plusieurs pays de la région (Madagascar, Erythrée,Afrique du sud, Yemen et Oman.

6-Le Golfe de Guinée

Cette zone est également stratégique pour notre pays, en raison de la présence d'importantes ressources pétrolières et comme chacun, sait, le pétrole apporte son cortège de tensions et de convoitises surtout si c'est accompagné de problèmes ethnico-religieux (ex du Nigeria tiraillé entre de multiples ethnies [250] et entre un nord musulman et un sud chrétien et animiste) sans parler de querelles frontalières (Nigeria et Cameroun par exemple). Il est vital pour l'économie en devellopement d'un pays comme le notre, de sécuriser ses investissements pétroliers (le consortium Slavian Petroleum est le troisième investisseur dans cette région derrière Shell et Total) mais aussi nos investissements dans les différentes économies de cette région. D'où la décision de mettre en place une base à Sao Tomé qui sera également un pied à terre pour des interventions en Afrique de l'ouest. D'ailleurs des troupes slaviennes sont présentes au sein de l'ONUCI, la mission de maintien de la paix en Côte d'Ivoire, plus précisement une compagnie d'infanterie sur Patria AMV, une unité commando et un détachement air (2 Mil Mi17 et 2 Mil Mi 24, des C130J étant régulièrement présent à Abidjan pour le ravitaillement du contingent) et des facilités portuaires sont en cours de négociation avec le Ghana, la Côte d'Ivoire (pour après le départ de l'ONUCI et de Licorne) et le Cameroun.

7-Les Caraibes

La présence dans cette région répond encore une fois pour partie à des besoins energetiques, la peripherie de cette mer étant bordée de régions riches en pétrole comme le Venezuela et le Golfe de Mexique. C'est aussi une zone gangrenée par le trafic de drogue et la marine slavienne y participe activement en coopération avec les Etats Unis, les Pays Bas et la France (sans oublier les états riverains) depuis sa base de Saint Domingue qui servira comme ailleurs de point d'appui pour des interventions humanitaires (régions pouvant être frappées par des eruptions volcaniques, des tremblements de terre, des ouragans) ou militaires (des troupes slaviennes sont présentes en Haïti sous commandement brésilien).

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Ven 25 Mai 2007, 17:42

C-L'EMPLOI GENERAL DES NAVIRES SLAVIENS

1-Les Patrouilleurs Lance-Missiles

La Marine Slavienne s'étant toujours consideré comme une marine océanique en devenir, elle avait pendant longtemps ecarté l'utilité ou la possibilité de se doter de patrouilleurs ou de vedettes lance-missiles caracteristiques des marines limitées à leurs mers ou leurs océans baignant leurs côtes. Le raisonement était que face à une marine océanique, aucun pays n'aurait les moyens véritables de s'attaquer à nos côtes. Ce jugement fût rapidement revisé après que les services de renseignement aient eu connaissance de l'ampleur des ambitions navales albanaises (8 fregates, 12 corvettes, 6 sous marins, des navires amphibies dont un LPD) et de ces plans (sûrement revisés depuis : harceler les lignes de communications slaviennes, géner son commerce et provoquer un affrontement le plus loin possible des côtes albanaises dans l'espoir d'empecher les débarquements potentiels de la Brigade des Marines [Republic of Slavia Marines Brigade RSMB]). Il fût donc décidé de construire une serie de patrouilleurs lance missiles, plus précisement 16 patrouilleurs de type Super Vita accompagnés par des frégates légères de combat type Meko 200 et appuyés par l'aviation basés à terre. Ces navires assureront des missions d'attaque du trafic commercial albanais (en particulier le trafic de cabotage, très important en raison de la relative médiocrité des routes), contre la marine albanaise à la sortie de ses bases et appuyeront les corvettes classe Deus qui auront pour principale mission le soutien aux opérations côtières des forces spéciales (soutien aux hélicos, transport rapide de commandos et mise en place par zodiacs, relais de transmission, appui feu) et au blocus pour asphyxier l'économie albanaise. Ces patrouilleurs participeront bien entendus si necessaire à des ITEX et à la défense des côtes.

2-Les patrouilleurs océaniques

Ce sont les navires clés de la stratégie navale slavienne qui repose essentiellement sur la préposition de moyens réduits mais aptes à intervenir immediatement pour défendre nos interêts et circonscrire des crises politiques ou humanitaires. C'est dans cette optique que ces patrouilleurs de grande taille ont été concçus, ils sont assez lents (20 à 25 noeuds maximum) mais dispose d'une très grande autonomie (12500km à 20 noeuds). Ils ont été conçus pour mener de longues patrouilles et disposent de nombreux capteurs (helicoptère léger, embarcations de poursuite et de visites, capteurs abandonnés) mais aussi pour mener des missions de soutien et de combat grâce à une forte modularité (plage arrière pouvant recevoir jusqu'à 4 conteneurs). Sur les plans des missions, les patrouilleurs de type Vigilant meneront des missions de présence, de surveillance des itinéraires commerciaux, de lutte contre le terrorisme et la piraterie, le transport rapide, l'intervention rapide pour les opérations humanitaires.

3-Les corvettes multimissions

Ces navires sont les premiers navires océaniques acquis par la MRS et seront dans les années à venir, les bonnes à tout faire des forces navales slaviennes tant leurs missions potentielles sont vastes. Leur déploiement essentiellement en outre-mer pour soutenir les forces prépositionnées signifiera à un agresseur potentiel qu'il s'agit d'un ultime avertissement avant le deploiement des forces amphibies et du groupe aéronaval. Sur le plan des missions, elles pourront bien entendu être utilisés en Adriatique dans des missions de protection de notre trafic commercial, de blocus des côtes albanaises, de soutien aux opérations spéciales, de raids antisurface tandis qu'en outre-mer ils participeront à la protection du trafic commercial, la lutte contre la piraterie et le terrorisme, le contrôle océanique, le soutien aux opérations littorales, le contrôle océanique.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Ven 25 Mai 2007, 17:44

4-Les Frégates Légères de Combat

Ces navires opéreront principalement avec les patrouilleurs lance-missiles en Adriatique. Leur rôle sera d'appuyer ces navires lance-missiles en leur assurant un parapluie antiaérien, en assurant le guidage terminal des missiles et une protection ASM limitée. Ces navires pourront également mener des missions semblables à celles des corvettes multimissions.

5-Les Fregates Multimissions

Ces navires representent la colonne vertébrale de la MRS. Ces navires dont le nombvre prévu est de 28 (mais le nombre d'unités pourrait augmenter) meneront de nombreuses missions en haute mer que ce soit au sein de groupes ou en solitaire. Les missions en solitaire consisteront essentiellement en des missions de dissuasion et de présence psychologique car si un agresseur potentiel sait qu'une frégate slavienne avec 16 missiles de croisière est présente sur zone, il reflechira à deux fois avant de s'attaquer à nos interêts. Elles assureront également l'escorte des grands navires de combat et de soutien de la marine slavienne en liaison avec les destroyers multimissions qui seront eux chargés surtout de la protection antiaérienne et antimissiles des porte-avions et des navires amphibies

6-Les destroyers multimissions

En attendant la mise en service des navires amphibies et à fortiori des porte-avions/porte-aéronefs (sans oublier l'hypothétique construction de croiseurs lance-missiles), les destroyers lance-missiles de classe Battle seront les plus gros navires de la MRS. Ces navires assureront principalement des missions d'escorte de grands bâtiments, de combat en solitaire et de commandement d'une force navale. Ils pourront aussi assurer la protection antiaérienne en mer d'une tête de pont et d'opérations à terre.

7-Les Theater Multi Rôle Vessel (TMRV)

Ces navires sont avec les patrouilleurs océaniques, les navires clés de la stratégie navale slavienne qui repose essentiellement sur le prepositionement de forces réduites mais bien entrainées et bien equipées pour agir le plus vite dès qu'une crise éclate pour la contenir avant l'intervention eventuelle des forces basées en Slavie. Ces navires sont polyvalents et peuvent s'adapter rapidement à différentes missions grâce à une serie de conteneurs. Ces navires assureront principalement des missions de transport rapide, d'opérations amphibies et de soutien aux opérations spéciales. Les TMRV pourront aussi assurer des missions de soutien sanitaire, de soutien logistique, de soutien et d'intervention humanitaire mais aussi des missions de contrôle et de commandement pour des opérations navales et terrestres limitées.

8-Les Navires Amphibies Medians (NAM)

Ce sont les deux LPD de type Rotterdam qui vont être construits par les chantiers Royal De Schelde de Flessingue. Ces navires assureront des missions de transport rapide, des opérations amphibies, des missions de soutien logistique ( le radier peut servir à caréner la battelerie et la plate-forme helicoptère peut eventuellement recevoir des shelters ateliers. Pour ne pas géner les opérations aériennes, les shelters peuvent être surmontés de plaques métalliques pour obtenir quand même une plate-forme de fortune), de soutien sanitaire (blocs opératoires, lits, installations sanitaires diverses, extension possible dans le radier en cas de mission de soutien humanitaire), de commandement et de contrôle (place pour un état major, zone extensible dans le radier et/ou sur la plate-forme helicoptères). Ces navires seront soit prepositionnés à proximité de régions en crise pour de veritables croisière avec à bord une unité de Marines avec hélicoptères et véhicules ou en alerte au sein d'un Amphibious Ready Group (qui se compose au minimun d'un navire amphibie, d'un destroyer lance-missiles et d'une frégate).

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)


Dernière édition par le Jeu 31 Jan 2008, 17:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9358
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   Ven 25 Mai 2007, 17:45

9-Les Porte-Helicoptères d'Intervention (PHI)

Ce sont les deux navires de type Mistral modifiés qui seront bientôt construits aux chantiers navals de Kotor-Tivat. Ces navires assureront des missions de transport rapide, le commandement et le contrôle d'opérations interarmées, le soutien sanitaire, les opérations amphibies, les opérations aéromobiles et les opérations spéciales. Comme pour leurs confrères NAM, les PHI seront soit prépositionnés à proximité d'une zone en crise en menant une veritable croisière ou en alerte en Slavie, prêt à appareiller dans les plus brefs delais.

10-Les Porte Aeronefs de Combat (PAC)

Le programme de construction de PAC n'est pas totalement arrêté et c'est d'ailleurs le programme le plus contesté, non seulement en raison du projet de porte-avions mais aussi parce que certains amiraux slaviens rêvent de posséder des croiseurs lance-missiles sans compter les problèmes du F35. Si ces navires sont construits (le modèle qui tient la corde c'est le Cavour italien), ils meneront des missions de commandement et de contrôle d'une force navale, la lutte ASM et le commandement d'un groupe de combat ASM (ASG Antisubmarine Strike Groupe, Ces ASG pourraient aligner des frégates ASM, des corvettes multimissions _ à moins que le projet de corvettes ASM ne ressurgisse dans les années à venir _ des sous marins mais aussi des avions de patrouille maritime basés à terre qui en compagnie de drones seraient placés sous le contrôle du PAC) ou d'un groupe de contrôle océanique et de combat antisurface (SAOCG Surface Action & Océanic Control Group, ces SAOCG devraient se composer de frégates AVT/AS, de corvettes multimissions voir des patrouilleurs océaniques et des patrouilleurs lance-missiles. Ces groupes devraient aussi intégrer des sous-marins et des avions de patrouille maritime), une défense antiaérienne limitée (protection rapprochée d'une tête de pont amphibie, de convois ou du trafic commercial) le contrôle de l'aviation, la surveillance anti-missiles, le transport rapide, les opérations aéromobiles et le soutien de forces spéciales. Si deux navires sont construits, un devrait être basé à Kotor Tivat et un autre à Rijeka ou à Budva. Si quatre navires sont construits (hypothèse de moins en moins probable), deux devraient être basés à Budva, un à Kotor-Tivat et un autre à Rijeka. La construction de ces navires pourraient aussi avoir des conséquences sur les forces d'escorte (besoin de destroyers et de frégates multimissions) l'aviation (commande de F35 mais aussi de NH90 et de EH101 supplémentaires) et les forces de soutien (construction possible de ravitailleurs lourds et de navires medians de soutien supplémentaires).

11-Les Porte Avions

Le programme SNP11 est naturellement le programme phare de la MRS pour les quinze prochaines années, la construction de deux porte-avions lourds (70000 tonnes à pleine charge) va faire entrer la marine slavienne dans le top ten voir le top five des marines mondiales. Les Podgorica et Osijek seront donc les navires les plus importants des forces navales slaviennes et donneront un veritable poids à la diplomatie slavienne. Notre poids au sein d'une coalition sera bien plus important et nos revendications de nation cadre pour certaines opérations, bien pluis crédibles. Leurs missions principales seront des missions de projection de puissance vers la terre pour appuyer des opérations amphibies ou des opérations de maintien/rétablissement de la paix. Ces navires participeront aussi à des missions de défense antiaérienne, de lutte ASM mais aussi de commandement et de contrôle.
Bien qu'en théorie les deux porte-avions puissent être deployés de façon simultanée, il est probable qu'un seul sera deployé en porte-avions avec un GAE complet tandis que le second, sera en refonte, en entretien voir en porte-hélicoptères (opérations aéromobiles ou opérations spéciales comme le Kitty Hawk en 2001 au large de l'Afghanistan) voir en navires d'essais et d'entrainement (formation de jeunes pilotes à l'appontage et au catapultage avec T/A50N et des Rafale M)

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, ... 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» MARINE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE (MRS) [Terminée]
» Bouton (reproduction) Officiers de marine 3ème République 1870-1914
» [FIL INFO] ARMEE DE LA REPUBLIQUE SLAVIENNE
» Vrosh Tattersoul : Aspirant champion space marine du chaos (GW +/- 1/56) Terminé voir galerie.
» Moto d'assaut Space Marine (Game worshop +/- 1/56) 90% terminée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Divers :: Les Marines Imaginaires-
Sauter vers: