AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les navires ferraillés en 2006

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Les navires ferraillés en 2006   Jeu 1 Fév - 8:59

Citation :
Un inventaire complet des navires envoyés à la ferraille en 2006

Citation :

Démantèlement de navires sur une plage du Bengladesh
crédits : SEBASTIEN MAY - MER ET MARINE

Parallèlement aux études menées au niveau de l'Etat sur l'avenir des coques destinées à la ferraille, l'association Robin des Bois a étudié, sur l'année 2006, les ventes de navires à la démolition. « Le premier enseignement, c'est que les chiffres régulièrement cités et repris de 700 à 1000 navires démolis chaque année sont faux. En 2006, Robin des Bois a comptabilisé 293 navires vendus pour la démolition. Etant donné la diversité des sources, le degré de fiabilité de ce bilan final annuel est très élevé », indique Robin des Bois, qui a réalisé un chiffrage, pour 2005, de 200 navires, tout en reconnaissant que ce bilan, moins fiable, pouvait être soumis à une marge d'erreur de 10%. Autre découverte intéressante de l'association, l'an passé, 118 des 293 navires cédés aux ferrailleurs auraient été armés sous pavillons européens, auraient appartenu à des armateurs établis dans l'Union Européenne, dans l'Association Européenne de Libre Echange (AELE) ou dans des principautés comme Monaco. « Aucune des transactions internationales liant ces armateurs européens à des chantiers de démolition extra-européens n'a été précédée d'un désamiantage ou accompagnée de notifications relatives à l'exportation de déchets telles qu'elles sont mises en oeuvre dans le cadre de la convention de Bâle. Cette même convention a été constamment ignorée dans le cadre de transactions entre les armateurs non européens et les chantiers de démolition où qu'ils soient dans le monde ». Robin des Bois note que : « Le statut juridique de déchets attaché à un navire en fin de vie reste une anomalie juridique incarnée par la seule coque Q 790 (ex-Clemenceau, ndlr) et éventuellement par l'ex-France toujours en attente dans la baie d'Alang ».

Le Bengladesh et l'Inde concentrent 83% du marché

Selon l'étude menée par l'association écologiste, sur les 293 navires envoyés à la casse l'année dernière, 168 ont terminé sur les plages du Bengladesh, 75 en Inde, 8 ont été ferraillés en Chine et 8 autres en Turquie, 7 au Pakistan, 3 aux Etats-Unis, 2 au Danemark et un seul au Canada. Pour les 21 autres bateaux, Robin des Bois n'est pas parvenu à déterminer la destination finale. Les tailles sont relativement variables, avec 129 unités d'une longueur comprise entre 39 mètres (Viking Vixen) et 150 mètres, 122 navires d'une longueur comprise entre 150 et 199 mètres et enfin 42 bateaux mesurant plus de 200 mètres, la palme revenant au vraquier grec Blue Sky, avec 290 mètres de la poupe à la proue. Pétroliers, chimiquiers et méthaniers constituent le plus gros des troupes, soit 107 navires et 37% des démantèlements, juste devant les vraquiers et transporteurs de marchandises diverses, avec 104 navires et 35%. Viennent ensuite les paquebots, ferries et rouliers (25 unités, 9%) puis les porte-conteneurs (24 navires soit 8%). Selon Robin des Bois, la démolition cumulée de cette flotte permettra de recycler plus de 1,8 million de tonnes de métaux. « Les tarifs offerts par les démolisseurs indiens et surtout bangladais ont connu une hausse régulière tout au long de l'année jusqu'à atteindre 500 dollars la tonne à l'automne au Bengladesh. Le record de l'année a été atteint par le chimiquier Merkur vendu 840 dollars la tonne grâce à la présence de 700 tonnes d'acier inoxydable. D'autres facteurs, comme la présence de quantités importantes de carburant dans les soutes, peuvent contribuer à des prix plus élevés que la moyenne ».

Les effets du renforcement de la législation en matière de sécurité maritime
Les chiffres fournis par l'étude de Robin des Bois permettent de constater que le renforcement de la législation opéré ces dernières années, notamment après les marées noires de l'Erika et du Prestige, a eu un impact. C'est sans doute la raison de l'importante présence de pétroliers et chimiquiers dans l'armada ferraillée l'an passé. Selon l'association : « Sur les 293 navires partis à la casse en 2006, 98 d'entre eux ont été dans les années antérieures détenus dans les ports mondiaux et en particulier en Europe pour non-conformité aux règles de sécurité internationales, ou écartés des eaux européennes dans le cadre de l'accord franco-espagnol post-Prestige de novembre 2002 ». Dans la liste, pas moins de 18 pétroliers étaient inscrits par l'Agence Européenne de Sécurité Maritime (EMSA) sur la liste des tankers simple coque ayant interdiction de transporter du fuel lourd à partir de 2005. Cette interdiction entrait dans le cadre du paquet Erika I. Pour éviter d'autres catastrophes, des mesures complémentaires ont été prises depuis, notamment au sein paquet Erika III, présenté fin 2005 par la Commission Européenne. Dans les ports, les contrôles ne cessent de se renforcer, bien qu'un examen exhaustif des coques ne soit techniquement pas possible. En 2006, près de 31% des navires escalant dans les ports français ont, ainsi, été contrôlés, a indiqué cette semaine le ministère des Transports.

l'inventaire complet
http://www.robindesbois.org/dossiers/BulletinNavires.pdf

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
X07
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau


Masculin
Nombre de messages : 2873
Age : 51
Ville :
Emploi :
Date d'inscription : 30/08/2006

MessageSujet: ferraille   Sam 3 Fév - 11:56

Il y avait un reportage sur les chantiers de démolition Turcs hier sur Thalassa... intéressant.
avec tous les navires qui vont devoir être démontés, ils auront du boulot, et ils se mettent peu à peu aux normes Européennes de sécurité..
X Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les navires ferraillés en 2006   Sam 3 Fév - 20:38

J'ai lu aussi cet article en plus du lien sur la liste des navires, très interessant. Une question me vient, Quel tonnage minimum est pris en compte dans ces statistiques ?
Existe t-il des stats sur les navires militaires?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les navires ferraillés en 2006   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les navires ferraillés en 2006
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les navires ferraillés en 2006
» Aprilia rsw 250 2006 KS workshop
» Roman meurtrier - George Mendeluk 2006
» [Pixar] Cars - Quatre Roues (2006)
» Navires Français de la belle époque au 1/700 éme.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Marine Marchande :: Navires de commerce-
Sauter vers: