AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 LES ESCORTEURS D'ESCADRE (4) HISTORIQUE-2- T47B7 A T47B12

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (4) HISTORIQUE-2- T47B7 A T47B12   Mar 02 Jan 2007, 22:33

Ce post est la suite du precedent et va s'interesser aux 6 derniers escorteurs de la serie originelle ou T47 à savoir les D627 Maillé Brézé, D628 Vauquelin D629 D'Estrées D630 Du Chayla D631 Casabianca et D632 Guepratte

7°) LE MAILLE BREZE

QUI ETAIT-IL ?

Jean Armand de Maillé Marquis de Brezé

Né en avril 1619, neveu de Richelieu par sa mère, soeur du cardinal, il fut élevé et protégé par celui-ci et commença à servir dans l'armée avec son père dès l'âge de 15 ans. En 1636, Richelieu lui fit donner en survivance sa charge de surintendant et grand-maître de la navigation et du commerce à laquelle vint se joindre en 1639 celle de grand-maître des galères.
Il opéra alors en Méditerranée, s'empara de Villafranca et neutralisa les Génois. Commandant la flotte du Ponant en 1640, il détruisit devant Cadix le 27 juillet un gros convoi espagnol. L'année suivante, Brézé fut envoyé en ambassade au Portugal, alors en révolte contre l'Espagne. En 1642, passé en Méditerranée avec 20 vaisseaux armés à Brest, il assura avec sa flotte le succès de l'armée de Catalogne et permit la prise de Perpignan et la conquête du Roussillon. Le 25 mai, il arriva à Barcelone, y concentra une escadre de 41 vaisseaux, 17 galères et 13 brûlots avec laquelle il défit la flotte espagnole au cours d'une bataille de quatre jours (1-3 juillet). Le S l'ennemi refusait le combat et s'enfuyait vers les Baléares. Devenu en décembre 1642, à la mort de Richelieu, grand-maître de la navigation, gouverneur de Brouage et La Rochelle, duc de Fronsac, il remporta un nouvel et éclatant succès le 3 juillet 1643 en infligeant un véritable désastre à une flotte espagnole au cap de Gate, près de Carthagène et s'assura ainsi la maîtrise presque absolue de la Méditerranée occidentale. En 1646, la guerre s'étant transportée en Italie où Mazarin cherchait à chasser les Espagnols des présides de Toscane, Maillé-Brézé était sur le point de remporter une brillante victoire au large d'Orbitello, le 14 juin, lorsqu'il eut la tête emportée par un boulet. Sa mort prématurée priva la marine d'un chef exceptionnellement doué et précipita une décadence qui ne cessait de s'accélérer depuis la mort de Richelieu.

LES NAVIRES AYANT PORTE LE NOM DE MAILLE BREZE
Deux bâtiments de la Marine ont porté le nom de Maillé Brézé :

Un contre-torpilleur type Aigle/Vauquelin mis sur cale à Saint-Nazaire en octobre 1930, lancé le 9 novembre 1931, il fut mis en service en février 1933. Le 30 avril 1940, il fut coulé à la suite d'une explosion accidentelle à Greenock d'une torpille. Renfloué en 1955, il fut démoli.
(Caractéristiques : 2450 Tx ; 64000 CV ; 5 canons de 138mm + 4 canons de 37mm +6 tubes lance-torpilles)

Un escorteur d'escadre mis sur cale à Lorient le 9 octobre 1953, lancé le 26 septembre 1954, il fut admis au service actif le 4 mai 1957. Le 1er avril 1988 il est désarmé pour devenir le Q661. C'est aujourd'hui un musée naval à Nantes.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)


Dernière édition par clausewitz le Jeu 22 Juil 2010, 19:20, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (4) HISTORIQUE-2- T47B7 A T47B12   Mar 02 Jan 2007, 23:04

HISTORIQUE

Le T47B7 est baptisé le 23 juillet 1952. Sa construction debute dans la forme de Lanester à l'Arsenal de Lorient le 9 octobre 1953. il est sortit de la forme le 2 juillet 1955 en même temps que son sister-ship LE VAUQUELIN pourtant mis en chantier seulement en mars 1954.

Les essais ont lieu du 14 janvier 1956 au 27 avril 1957. Il quitte alors Lorient pour Toulon où il arrive le 4 mai en compagnie du Casabianca (construit lui à Bordeaux), leur admission au service actif est prononcée à leur arrivée dans le Var tout comme leur affectation au sein de la 1ere FEE.
La grippe qui frappe l'escadre au moins d'octobre provoque son indisponibilité du 16 au 29 octobre.

L'année suivante, il participe à la fin du mois de mai 1958 à l'exercice "Medflex Fort" puis est present au large du Liban (15 juin au 2 juillet)
Il participe egalement le 14 juillet 1958 à la revue navale presidée par le général De Gaulle puis participe à l'exercice "Medaswex 27" (12-15 novembre) au cours duquel, il entre ne collision avec le destroyer canadien HURON dans la nuit du 13 au 14 novembre et c'est avec l'étrave arrachée sur 20m que l'escorteur doit regagner Toulon

Il repart de Toulon le 27 novembre direction Brest pour un grand carenage à l'Arsenal après avoir été placé en effectif reduit.
Il est réarmé complet le 1er avril 1959 et est de nouveau disponible le 15 juin et regagne Toulon où il arrive le 23 juin. Il participe aux secours à Frejus après la rupture du barrage de Malpasset dans la nuit du 2 novembre 1959, l'escorteur est present la nuit suivante.
Il participe egalement à l'exercice franco-americain "Boomerang" avec la 6ième flotte (14-17 decembre) et le lendemain, il est mouillé en rade des Vignettes pour saluer l'arrivée du croiseur americain Des Moines qui amène en visite officielle en France, le president americain Dwigth Einsenhower.
Le debut de 1960 est marqué par un exercice de Defense Aerienne à la Mer (DAM) du 19 au 21 janvier. Il mouille ensuite à Agadir après le Tremblement de Terre (2-5mars)
L'escorteur ne chôme decidement pas puisqu'il est ensuite en mission Surmar au large des côtes algériennes (20 avril-20 mai 1961) au cours duquel, il acceuille le prefet de la 4ième region maritime le matin du 25 avril au moment du putsch des généraux.

A partir du 17 juillet 1961, une grave crise eclate entre la Tunisie et la France à propos de la base navale de Bizerte. Les tunisiens qui exigent la restitution de la base l'assiegent obligeant l'armée française à intervenir. Le Maillé Breze pénètre dans le goulet (Bizerte est situé sur un lac relié à la mer par un canal) après le degagement de la base, le 22 juillet à 12h45 en compagnie des BDC et du DE Malgache et y reste jusqu'au 30 juillet. il subit un petit carenage en août et en septembre
Au cours d'une nouvelle Surmar (23 octobre-14 decembre) au large de l'Oranie, il effectue deux tirs contre la terre en plus de divers exercices.
Il subit ensuite un grand carenage à l'Arsenal de Toulon (15 juin 1962-17 janvier 1963)

Parmi les evenements les plus importants de la fin d'année 1963, on trouve un "Passex" franco-italien du 17 au 22 octobre puis l'exercice "Moon Tiger" du 23 novembre au 4 decembre.

Disponible le 17 janvier 1964, il participe à l'exercice franco-italien "Lavezzi" (28 janvier-8 fevrier) puis avec des unités de la 1ère FEE, le Maillé Brézé participe à l'exercice (OTAN ?) "Magic Lantern" dans l'Atlantique (26 fevrier-20 mars)
Le 29 avril 1964, l'EE est chargé d'une mission particulière puisqu'il ramène le cerceuil de l'Amiral Darlan d'Alger à Mers el Kebir


Il participe ensuite à l'exercice franco-espagnol "Tramontane" du 4 au 20 juin puis le 15 août à la revue navale célébrant le 20ième anniversaire du debarquement de Provence. L'année se termine par l'exercice "Lavezzi 2" avec la marine italienne dans les bouches de Bonifaccio (6-23 octobre) puis avec un stage au CEF en decembre

Trois exercices marquent l'année 1965 : "Fair Game 3" avec la marine americaine du 17 au 26 mars 1965, "Etna" (8-25 juin) et "Lavezzi 3" (4-15 octobre) avec la marine italienne

L'année 1966 est moins riche en evenements marquants avec seulement un exercice bilateral "Murcie 3" avec la marine espagnole (24 octobre-3 novembre)
Le Maillé Brézé appareille de Toulon le 12 decembre et après une relache à Mers El Kebir,il arrive à Lorient le 18 decembre.
Il rentre le même jour à l'arsenal de Lorient pour une refonte ASM
L'artillerie est debarquée alors que le navire est à flot le 25 janvier 1967 puis le bâtiment est echoué dans la forme de Lanester en fevrier. Les travaux s'étendent jusqu'au 24 juillet 1968 que suivent des essais du 15 octobre 1968 au 16 mars 1969. Son Admission au Service Actif est prononcée le même jour et le lendemain, il quitte Lorient pour Brest où il devient une unité hors rang de l'Escadre de l'Atlantique puis il participe à l'exercice "Gaston 3" (21-24 avril 1969)
L'escorteur partage ensuite son temps entre Brest et Cherbourg car il participe à la mise en condition du premier SNLE français
LE REDOUTABLE entre le 25 juin 1969 et le mois d'octobre. La première patrouille du Redoutable à lieu le 28 janvier 1972. Desormais l'une des missions du Maillé Brézé sera la protection du transit sur le plateau continental des SNLE à leur depart et à leur retour de patrouille
Il effectue sa traversée longue durée post-refonte du 13 mars au 19 avril 1970.
deux jours après son retour à Brest, il participe à l'exercice "Invitex Chapeau Rond" (21-25 avril). Suivent egalement en 1970/71, trois exercices : un stage avec la marine britannique du 25 juillet au 7 août 1970, "Toucan 5" du 23 au 27 mars 1971 puis à "Meditex 71" avec la fregate Duquesne en Mediterranée du 6 au 19 juin suivi ce même 19 juin d'une revue navale, le 21 il remonte à Brest avec le Du Chayla et y arrive le 25 juin.
Du 5 au 19 juillet, il participe à la mise en condition du deuxième SNLE français, LE TERRIBLE


Il est en petit carenage du 3 juillet au 4 août puis est en stage au CEF avec un passage à Lorient du 8 au 10 septembre suivi au mois de decembre par deux exercices "Sterne" (6-9 decembre 1972) et "Toucan 6" (11-15 decembre 1972)
En janvier 1973, il participe aux essais du COLBERT après sa refonte en croiseur lance-missiles.
Il est placé à effectif reduit du 15 novembre au 15 decembre 1973 puis est en disponibilité armée et ce même 15 decembre, il est affecté à Marine Brest. Il est en grandes reparations à l'Arsenal de Brest du 1er janvier 1974 au 1er avril 1975
les essais ont lieu du 15 janvier au 31 mars 1975 et le lendemain, il rejoint l'Escadre de l'Atlantique.
Comme tous les navires sortant de refonte ou longtemps immobilisés, le Maillé Brézé suit un stage au CEf de Toulon du 26 mai au 4 juillet, il est de retour dans le Finistère le 13.
après une Iper du 5 janvier au 2 avril 1976, il suit un stage de rafraichissement au CEF (5-20 avril).

du 21 au 25 mars puis du 28 mars au 6 avril 1978, l'escorteur mène deux missions de surveillance du Rail d'Ouessant avant de participer aux exercices "Harmonica" du 19 au 24 avril et "Suroit 78" du 4 au 10 juin.

Nouvelle Iper du 30 octobre 1978 au 20 fevrier 1979 avant l'exercice "Ocean Safari" du 22 septembre au 15 octobre 1979 puis les traditionelles patrouilles sur le Rail d'Ouessant (novembre-decembre 1979, janvier et première quinzaine 1980)
C'est ensuite l'exercice "Gemeaux" du 12 fevrier 6 mars 1980
Iper du 1er octobre au 26 juin 1981, il est disponible en juillet puis suit un stage au CEF du 7 septembre au 9 octobre, date de son depart de Toulon, il est de retour à Brest le 27 octobre. Les sorties de novembre-decembre sont consacrées à la surveillance du Rail d'Ouessant.
L'année 1982 n'est pas de tout repos pour l'escorteur qui enchaine trois exercices : "Distant Drum" du 25 mars au 29 avril "Korrigan 82" à la fin du mois de mai et "Suroit 82" du 3 au 11 juin
Il est ne Iper du 6 decembre 1982 au 4 mars 1983.

L'année 1983 voit l'escorteur multiplier les sorties en mer tant pour la surveillance du rail d'Ouessant que de la protection du transit des SNLE.

Deux evenements sont à retenir plus particulièrement en 1984, un stage CEF en Bretagne (mai 1984) et l'exercice "Vendemiaire" du 21 septembre au 4 octobre 1984. Il est en Iper du 26 novembre 1984 au 15 fevrier 1985 avant de participer à l'exercice "Ocean Safari" du 4 au 20 septembre 1985

En 1986, il est des exercices "Western Chance" (14-22 fevrier) et "Suroit" (25 fevrier-5 mars) puis le 22 mai à un exercice de tir contre la coque Q638 (ex Kersaint) qui coule en fin d'exercice. La participation du Maillé Brézé est interrompue par l'amerissage d'urgence d'un Alizé de la 4F
les trois menbres d'equipage sont receuillis par un zodiac de l'escorteur qui rentre immédiatement à Brest pour hospitalisation des blessés

Il participe ensuite à l'exercice "Korrigan 86" du 9 au 12 juin puis à un exerice au large du Portugal organisé par la Royal Navy ("Autum Train" 6-23 octobre)
En 1987, il participe à l'exercice "Océan Safari" du 2 au 17 septembre.
L'escale à Nantes du 27 au 30 novembre prefigure son futur rôle de musée à flot, il est de retour à Brest le 2 decembre 1987.

Le 25 mars 1988, le Ministère de la Defense signe l'acte de cession du navire. L'EE effectue une dernière sortie le 31 mars avec 11 de ses anciens commandants. La dernière ceremonie solenelle des couleurs à lieu le 1er avril jour de son desarmement. Les munitions sont debarquées du 1er au 8 avril puis l'escorteur passe au bassin du 8 au 31 mai.
Le 3 juin , l'ultime ceremonie des couleurs est suivie du debarquement de la dernière equipe restée à bord.Condamné en mai, il devient le Q661.
Il est remorqué de Brest à St Nazaire par le remorqueur CENTAURE

puis de St Nazaire à Nantes par les remorqueurs ABEILLE 14 et ABEILLE 18
Le Maillé Brézé, musée à flot est inaugurée le 1er juillet 1988 et est ouvert au public le lendemain

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)


Dernière édition par le Jeu 08 Mar 2007, 12:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (4) HISTORIQUE-2- T47B7 A T47B12   Mer 03 Jan 2007, 19:19

8°) LE VAUQUELIN

QUI ETAIT-IL ?

Né à Dieppe en février 1728, fils d'un capitaine marchand, il commença à naviguer très jeune avec son père et effectua 21 campagnes, participa à trois combats et fut deux fois blessé avant d'être recruté au Havre comme officier bleu et de recevoir le commandement de la Tourterelle. Admis dans la marine royale en février 1758 comme lieutenant de frégate, il commanda l'Aréthuse envoyée à Louisbourg, força le blocus et se distingua pendant le siège par la précision de son tir qui gêna considérablement les débarquements anglais.

En juillet, il réussit à s'échapper et à rentrer en France. Capitaine de brûlot pour la campagne en février 1759, il reçut le commandement de l'Atalante pour participer à la défense du Canada. Entré dans le Saint-Laurent, il y dirigea les opérations navales lors du siège de Québec et tenta, en avril 1760, d'aider Lévis à reprendre la ville mais, poursuivi par une division anglaise, il dut s'échouer et incendier sa frégate. Fait prisonnier, il fut aussitôt libéré. Capitaine de brûlot en pied en novembre 1761, lieutenant de vaisseau en octobre 1764, il commanda la Bricole en 1764, la Coulisse l'année suivante puis la Garonne en 1767 avec laquelle il fit une longue campagne dans l'océan Indien au cours de laquelle il appuya une tentative de colonisation à Madagascar et fit l'objet d'accusations de commerce illicite. Arrêté en décembre 1769 à son retour en France, il fut vite libéré et devait repartir avec le Faune pour l'océan Indien lorsqu'il mourut à Rochefort le 10 novembre 1772.

LES NAVIRES AYANT PORTE SON NOM
Deux bâtiments de la Marine ont porté le nom de Vauquelin :

Un contre-torpilleur type Aigle/Vauquelin mis sur cale à Dunkerque en mars 1930, lancé le 23 mars 1931, il fut mis en service en juillet 1933. Il fut sabordé à Toulon le 27 novembre 1942.
(Caractéristiques : 2450 Tx ; 64000 CV ; 5 canons de 138mm + 4 canons de 37mm +6 tubes lance-torpilles)

Un escorteur d'escadre mis sur cale à Lorient dans la forme Lanester le 8 mars 1954, lancé le 26 septembre 1954, il est admis au service actif le 3 novembre 1956. Le 6 novembre 1986 il est désarmé pour devenir le Q654. Il sert de bâtiment cible à partir de 1988.

HISTORIQUE

Le T47B8 est baptisé le 23 juillet 1952. Le montage commence dans la forme de Lanester à l'Arsenal de Lorient le 8 mars 1954 il flotte pour la première fois au moment de la sortie du bassin du Bouvet (le 25 septembre 1954) puis est réechoué
Le 2 juillet 1955, le Vauquelin et le Maillé Brézé sont sortis ensemble de la forme pour leur armement, ils sont remplacés par des elements de coque des futurs Escorteurs Rapides L'Agenais et le Bearnais

Les essais ont lieu du 15 octobre 1955 au 10 octobre 1956 et le lendemain, le Vauquelin quitte son port constructeur pour sa traversée longue durée vers son port d'attache Toulon via Casablanca et Dakar.
Le 3 novembre 1956 les deux escorteurs arrivent dans le port varois et leur admission au service est prononcée dès leur arrivée tout comme l' affectation du Vauquelin à la 4ième DEE de la 1ère FEE.
Comme de nombreux navires français, il participe à l' "opération Mousquetaire" et pour cela appareille de Toulon le 9 decembre 1956 pour l'Egypte. Il est present au large de Port Said du 13 au 21 decembre puis rentre sur Toulon où il arrive le 27 avec les dernièrs elements de la Force Navale d'Intervention.
Du 5 au 7 fevrier, le Maillé Brészé mouille en rade de Cannes en compagnie du BOIS BELLEAU pour acceuillir le porte-avions USS FORRESTAL entré en Mediterranée le 2 fevrier dernier.
Après sa participation à "Medaswex", il appareille de Toulon le 31 mars avec le Kersaint pour une croisière d'endurance dans l'Océan Indien et ce jusqu'au 7 août date de son retour à Toulon.
Il participe ensuite à un nouvel exercice "Medaswex" du 12 au 16 novembre 1957.
Le 22 novembre, il quitte Toulon pour Brest où il arrive le 27 pour entrer en grand carenage à l'Arsenal le 2 decembre. Il y reste jusqu'au 13 août. Il réintègre la 4ième DEE (Vauquelin,Kersaint et La Bourdonnais) de la 1ère FEE le 29 août 1958.
A partir du 9 septembre, il passe au CEF pour un entrainement ASM et de DAM (Defense Aérienne à la Mer) avec les deux autres bâtiments de sa division.
Il participe ensuite à la mi novembre 1958 à "Medaswex 27".
Du 13 au 30 decembre, la 4ième DEE s'entraine au large des côtes algériennes au cours des exercices ("Strough Edge" et "Medaswex 28")
Il est present lors du rassemblement des forces navales au large de Mers El Kebir le 14 juin 1959. Rentré le lendemain à Toulon, il est en petit carenage du 16 juin au 6 juillet puis effectue du 7 juillet au 8 août une Surmar au large des côtes algériennes.
Il est de nouveau en petit carenage à partir du 9 novembre et ce jusqu'au debut fevrier 1960. Disponible le 11, il assiste la ville d'Agadir du 2 au 6 mars 1960.
Il participe à deux nouvelles Surmar, la première du 21 decembre 1960 au 14 fevrier 1961 puis du 22 avril au 6 mai 1961.
Il est ensuite en grand carenage du 6 mai au 2 novembre 1961 et est declaré disponible après ses essais (6 novembre-18 decembre 1961) le 9 janvier 1962 et les sorties effectuées en janvier et en fevrier sont consacrées à la remise en condition auprès du CEF.
Il mène sa dernière Surmar au large des côtes algériennes du 16 mars au 14 avril 1962.
il enchaine ensuite avec l'exercice "Rip Tide III" du 6 au 22 août puis l'exercice "Linois" en octobre.
Il est en entretien du 9 avril au 11 mai et du 22 au 26 août 1962 avant un passage au CEF en septembre .
Il participe à la croisière "Mousson" en Océan Indien (26 octobre-21 decembre 1963) puis est en petit carenage à son retour (31 janvier-23 fevrier 1964)
Nouvelle immobilisation pour entretien du 2 au 21 avril avant un stage au CEF du 22 avril au 6 ami.
La fin de l'année 1964 est marquée par l'exercice franco-americain "Fair Game 2" (12-23 mai 1964) "Tramontane" avec la marine espagnole (10-24 juin) puis après une indisponibilité qui s'etend du 29 juin au 29 août , "Lavezzi 2" avec la marine italienne du 6 au 23 octobre. L'année se termine avec l'exercice franco-espagnol "Murcie" du 29 octobre au 8 novembre
en 1965-1966, le Vauquelin est indisponible au personnel, il est placé en gardiennageLe Bâtiment est transformé en navire d'experimentation sonar. L'escorteur reprend la mer pour ses essais à partir du 24 mai et est declaré de nouveau disponible le 10 juin.
Après d'intenses campagnes d'experimentration ASM, le navire rentre à Brest le 13 septembre et le lendemain, il entre en refonte ASM à l'arsenal de Brest, le bâtiment est desarmé le 1er octobre
Il est réarmé pour essais le 2 août 1969 et ce jusqu'au mois de novembre

Le 8 avril 1970, le Vauquelin est affecté à la 8ième DEE de l'Escadre de l'Atlantique. Comme de coutume après la refonte, il suit un stage au CEF à Toulon du 11 avril au 4 juillet 1970.
Il participe à "Finisterex" du 15 au 19 mars "Toucan 5" du 23 au 27 mars et participe au mois de septembre aux essais du SNLE Le Terrible
L'année 1971 se termine par l'exercice "Britex 71" du 11 au 15 octobre 1971

Le 12 juin 1972, l'escorteur quitte Brest direction St Pierre et Miquelon au profit du secretaire d'étart aux DOM-TOM. il est de retour à Brest le 6 août
Il participe ensuite à l'exercice "Britex" du 30 octobre au 30 novembre 1972
L'année 1973 est marquée entre-autres par les exerices "Sunny Seas" (16 janvier-10 fevrier 1973) et "Finisterex" du 3 au 7 mai
A partir du 1er janvier 1974, l'Escadre de l'Atlantique devient force navale en sous-ordre, elle est placée sous le commandement organique du vice-amiral d'escadre, commandant en chef pour l'Atlantique et prefet maritime de la 2ième region (Ceclant-Premar II). Desormais toutes ses missions sont regroupées sous le vocable "Mission Ceclant"
L'escorteur appareille de Brest le 17 septembre pour Toulon où il arrive le 24 pour un grand carenage, il est alors placé sous l'autorité de -Cecmed-Premar III. Ce carenage s'etend jusqu'au 7 juillet 1975.
Au moment de sa disponibilité, il effectue un stage au CEF qui s'etend jusqu'au 3 decembre. Il retrouve ensuite la 8ième DEE dès le 3 decembre mais ne regagne le Finistère que le 19 decembre. Au cours du transit, il participe à l'exercice "Fantaisie" de sa division.
1976 est essentiellement marqué par des sorties au profit des SNLE et des essais des Agosta. La routine est brisée par une mission de surveillance en mer de Norvège du 24 novembre au 16 decembre en compagnie de la fregate DUGUAY TROUIN

L'escorteur est en Iper au 1er trimestre 1977
Il participe ensuite à l'exercice "Clavecin" du 3 au 13 octobre puis l'année suivante à la mission "Sargasse 6" en compagnie de l'ER LE BEARNAIS. Le Vauquelin quitte Brest le 27 janvier 1978 et est rejoint en mer par l'ER venu de Toulon. Ils effectuent des exercices avec le reste de l'escadre mais aussi font escale dans des ports d'Afrique, d'Amerique Latine, des Antilles et d'Amerique du Nord. Le Vauquelin est de retour à Brest le 11 mai 1978 tandis que le Bearnais à son retour à Toulon sera placé en reserve le 1er juin 1979.

Après une Iper à Brest (du 18 septembre 1978 au 15 janvier 1979), il participe à un stage ASM au JMOTS britannique (23 janvier-14 fevrier 1980) puis est de nouveau en Iper du 17 mars au 16 juin.
La fin de l'année 1980 est marquée par l'exercice OTAN "Team Work" (8-29 septembre 1980) puis par l'exercice de groupe avec l'Escadre ("Antinea 80") du 6 au 29 octobre 1980
En janvier/fevrier 1981, il participe à la surveillance du rail d'Ouessant puis du 28 mai au 18 juin, la 8ième DEE (escorteurs Casabianca et Vauquelin, corvette Aconit) participe à l'exercice franco-espagnol "Baléares 81"
Le Vauquelin est en Iper du 28 decembre 1981 au 15 juillet 1982 avant des essais qui se deroulent jusqu'au 23.
Comme après toute immobilisation importante, il suit un stage au CEF à Toulon (15 novembre-19 decembre), il est de retour à Brest le 22 decembre.

En 1983, il ne quitte pas les abords de Brest : essais , patrouilles devant Ouessant , entrainements et sorties au profit de la Force Oceanique Strategique (FOST). il est ne Iper en septembre 1983 puis effectue deux sorties en janvier 1984 pour surveiller le rail d'Ouessant

L'activité est soutenue en cette année 1985 avec un entrainement avec un SNLE du 22 au 29 janvier, exercice "Lock Gate" du 1er au 19 juin, "Automne 85" du 29 octobre au 20 novembre, exercice OTAN " Northern Wedding" au cours de la croisière d'automne (29 août-1er octobre 1986)

Le 6 novembre 1986, le Vauquelin réalise sa dernière sortie à la mer avec une dernière pointe à 28 noeuds. Il croise ma corvette PRIMAUGUET qui vient le remplacer. Le Bâtiment est condamné le 6 avril 1987 et devient le Q654. Il est depuis utilisé à Toulon comme bâtiment cible avec des CME

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)


Dernière édition par le Jeu 08 Mar 2007, 12:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (4) HISTORIQUE-2- T47B7 A T47B12   Dim 07 Jan 2007, 20:03

Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (4) HISTORIQUE-2- T47B7 A T47B12   Dim 07 Jan 2007, 20:27

merci merci c'est trop d'honneurs lol! lol!

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (4) HISTORIQUE-2- T47B7 A T47B12   Dim 07 Jan 2007, 20:36

J'ai eû la chance de visiter le Primauguet à Brest ,ya pas à dire c'est un beau bateau salut
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (4) HISTORIQUE-2- T47B7 A T47B12   Dim 07 Jan 2007, 21:40

clausewitz a écrit:
merci merci c'est trop d'honneurs lol! lol!

Revenir en haut Aller en bas
Jefgte
Aspirant
Aspirant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1486
Age : 61
Ville : France
Emploi : Dessinateur Projeteur
Date d'inscription : 10/08/2005

MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (4) HISTORIQUE-2- T47B7 A T47B12   Dim 07 Jan 2007, 23:59

Compliment pour tes articles Clausewitz




Jef salut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (4) HISTORIQUE-2- T47B7 A T47B12   Lun 08 Jan 2007, 19:15

Très bon résumé d'une excellente classe d bâtiment salut
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (4) HISTORIQUE-2- T47B7 A T47B12   Lun 08 Jan 2007, 20:59

Jefgte a écrit:
Compliment pour tes articles Clausewitz




Jef salut

ya pas de quoi, ce n'est que du plaisir à se rappeler de cette periode glorieuse de notre marine

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (4) HISTORIQUE-2- T47B7 A T47B12   Lun 08 Jan 2007, 21:03

la marine francaise à déja eu de glorieux moments affraid affraid affraid
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (4) HISTORIQUE-2- T47B7 A T47B12   Lun 08 Jan 2007, 21:11

C'est pas bine de se moquer, je ne me moque de la marine candienne moi lol! lol! lol! lol! lol!

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (4) HISTORIQUE-2- T47B7 A T47B12   Lun 08 Jan 2007, 21:14

tu devrais pourtant! lol! lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (4) HISTORIQUE-2- T47B7 A T47B12   Lun 08 Jan 2007, 21:39

9°) LE D'ESTREES

QUI ETAIT-IL ?
Jean, comte puis duc d'Estrées
Né à Soleure (Suisse) le 3 novembre 1624 dans une très ancienne famille de Picardie, il servit d'abord dans l'armée et fit campagne en Flandre (1644-1647). Colonel du régiment de Navarre en 1647, il combattit sous les ordres du grand Condé à Lens (20 août 1648). Maréchal de camp en février 1649, il demeura fidèle au roi pendant la Fronde des princes, servit avec Turenne en Lorraine (1652-1653) puis en Flandre et fut nommé lieutenant général en juin 1655. Fait prisonnier à Valenciennes en juillet 1656, il cessa. de servir jusqu'à la paix et commença à s'intéresser à la navigation. Pendant la guerre de Dévolution, il combattit d'abord en Flandre en 1667 puis, s'étant brouillé avec Louvois, il passa dans la marine et fit campagne aux Antilles en 1668.
Promu vice-amiral du Ponant en mai 1671, il fit une croisière sur les côtes d'Afrique avec Duquesne comme second. Au début de la guerre de Hollande, le roi lui confia le commandement en chef de l'escadre qui devait se joindre à la flotte anglaise. Sur le Saint Philippe, il participa à la bataille de Solebay (6 juin 1672). L'année suivante, sur la Reine, il combattit à Walcheren et au Texel (juin-août 1673). Lors de ces trois batailles indécises, son attitude donna lieu à de vives critiques assez justifiées. Hautain, désagréable avec ses subordonnés qui devaient considérer avec inquiétude son incompétence, « c'était un homme courageux mais un mauvais chef et un pauvre subordonné » (Jenkins). En 1676, commandant le Glorieux, il partit pour les Antilles, reprit Cayenne aux Hollandais (18 décembre 1676), attaqua et détruisit une escadre hollandaise à Tobago (février 1677) mais ne put s'emparer de l'île, ce qu'il fit un peu plus tard après avoir pris Gorée (décembre 1677). En mai 1678, il voulut s'emparer de l'île hollandaise de Curaçao, mais son inexpérience nautique et son obstination à refuser de suivre les avis de ses officiers connaissant ces parages provoquèrent le désastre des îles d'Aves où 17 vaisseaux se perdirent sur les récifs. Cette monumentale bévue, unique dans l'histoire maritime, ne l'empêcha pas d'être promu maréchal de France en mars 1681. Envoyé en Méditerranée, il fit plusieurs campagnes contre les Barbaresques, bombarda Tripoli (juin 1685), obtint la libération de nombreux captifs. En juillet 1688, il effectua la même opération à Alger. Pourvu en 1681 du titre honorifique du vice-roi d'Amérique, duc et pair en mars 1687, lieutenant général en Bretagne en 1701, il mourut à Paris le 19 mai 1707.

Victor-Marie, marquis de Coeuvres puis duc d'Estrées
Fils du précédent, né à Paris le 30 novembre 1660, il commença lui aussi sa carrière dans l'armée. Volontaire à 17 ans au régiment de Picardie, il fit campagne en Flandre en 1677. Seignelay le fit ensuite passer dans la marine et il participa avec son père à la campagne de Tobago puis, en 1682-1683, aux bombardements d'Alger exécutés par Duquesne, en 1684 au siège de Luxembourg et reçut la survivance de la charge de vice-amiral possédée par son père. Au printemps 1688, il prit part au combat de Tourville contre l'amiral espagnol Papachino. Après avoir participé en 1688 au siège de Philippsbourg où il fut blessé, il commanda le Grand et l'arrière-garde à la bataille de Béveziers, et s'y comporta honorablement ainsi qu'au débarquement de Teignmouth où il détruisit un certain nombre de navires anglais.
En mai 1691, il contribua à la prise de Nice, bombarda Oneglia, passa sur les côtes d'Espagne, bombarda Barcelone et Alicante (juillet 1691). Lors de la campagne de 1692, il devait, avec l'escadre de Méditerranée, rejoindre Tourville à Brest mais il fut retardé par le mauvais temps et n'arriva qu'après Barfleur. En mai 1693, il coopéra au siège de Rosas puis rallia Tourville au cap Saint-Vincent et l'aida à s'emparer à Lagos du convoi anglo-hollandais venant de Smyrne. En 1697, il contribua au blocus et à la prise de Barcelone. Au début de la guerre de succession d'Espagne, il conduisit Philippe V à Naples (avril 1702) puis rallia Cadix où il commanda un moment une imposante flotte franco-espagnole. Maréchal de France en 1703, il fut donné comme mentor au comte de Toulouse pour commander en 1704 l'escadre réunie à Toulon et participa à ce titre à la bataille de Velez-Malaga (24 août 1704), ce qui lui valut la Toison d'or et le titre de général des mers d'Espagne. L'année suivante, il tenta d'assurer le blocus de Barcelone mais dut s'éloigner devant une escadre anglaise. Il cessa alors de servir à la mer. Il hérita les charges de son père à la mort de celui-ci, devint en septembre 1715 président du Conseil de marine, ministre d'État en 1727, directeur de la Compagnie des Indes. Érudit, collectionneur, esprit ouvert, il était membre de l'Académie des sciences (août 1707), de l'Académie française (mars 1715) et de celle des Inscriptions (1726). Il mourut à Paris le 27 décembre 1737.

LES NAVIRES AYANT PORTE LE NOM DE D'ESTREES
Trois bâtiments de la Marine ont porté le nom de D'Estrées :

Un croiseur mixte mis sur cale à Cherbourg en 1864, lancé en 1866. Il fut désarmé le 2 avril 1891.
(Caractéristiques : 1300 Tx ; 1000 CV ;6 canons)

Un croiseur de 2ème classe mis sur cale à Rochefort en 1896, lancé l'année suivante, il fut désarmé le 27 octobre 1922 27/10/1922
(Caractéristiques : 2500 Tx ; 8500 CV ;2 canons de 140mm + 4 de 100mm + 4 tubes lance-torpilles)

Un escorteur d'escadre mis sur cale le 6 octobre1953 à Brest, lancé le 27 novembre 1954, il est admis au service actif le 19 mars 1957. Désarmé le 3 juillet 1985, avant de devenir le Q642, le 26 décembre 1985. Il sert actuellement de brise-lames à Saint-Mandrier.

suite page suivante

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)


Dernière édition par le Mer 10 Jan 2007, 12:42, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (4) HISTORIQUE-2- T47B7 A T47B12   Lun 08 Jan 2007, 21:45

Revenir en haut Aller en bas
LE BRETON
Amiral de la Flotte
Amiral de la Flotte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6663
Age : 46
Ville : Paris 12ème
Emploi : Fonctionnaire
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (4) HISTORIQUE-2- T47B7 A T47B12   Lun 08 Jan 2007, 22:24

On devrait demander à Seawolf des nouvelles des sous-marins canadiens.................

_________________
kentoc'h mervel eget bezañ saotret (plutôt la mort que la souillure) devise de la Bretagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (4) HISTORIQUE-2- T47B7 A T47B12   Lun 08 Jan 2007, 23:31

pourquoi????


je ferai des articles sur eux dès que j'aurai fini les halifax Laughing

d'ailleur, faudrais peut-être que je m'y remmettre Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (4) HISTORIQUE-2- T47B7 A T47B12   Mar 09 Jan 2007, 19:36

Seawolf a écrit:
la marine francaise à déja eu de glorieux moments affraid affraid affraid

C'est pas bien de se moquer il fût un temps où on était redouté tellement redouté que l'on a était obligé de se saborder après de lâche bombardements de nos anciens alliés....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (4) HISTORIQUE-2- T47B7 A T47B12   Mar 09 Jan 2007, 22:20

Tient d'ailleur pour le D'Estrée, c'est le Jean-Bart.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (4) HISTORIQUE-2- T47B7 A T47B12   Mar 09 Jan 2007, 22:29

Thony a écrit:

C'est pas bien de se moquer il fût un temps où on était redouté tellement redouté que l'on a était obligé de se saborder après de lâche bombardements de nos anciens alliés....

Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (4) HISTORIQUE-2- T47B7 A T47B12   Mer 10 Jan 2007, 12:43

HISTORIQUE
Le T47B9 est baptisé le 23 juillet 1952 et est attribué à l'Arsenal de Brest dans le bassin du Laninon en compagnie du Du Chayla. Les deux escorteurs sont mis sur cale ensemble le 6 octobre 1953 et lancés le 27 novembre 1954. Leur armement se fait à quai au Laninon.
Les essais sont plus longs que de coutume en raison d'un problème de reducteurs (23 avril-1er mars 1957). Il effectue sa traversée longue durée depuis Brest d'où il part le 1er mars 1957 puis fait escale à Casablanca (5-10 mars) et Gibraltar (11-12 mars) avant d'arriver à Toulon le 19 mars 1957.
Le jour de son arrivée à dans le port varois, il est admis au service actif au sein de la 1ère FEE de l'Escadre.
Du 25 septembre au 30 octobre 1957, il suity un stage d'entrainement ASM.
Il participe à la revue navale du 14 juillet 1958 à Toulon.
Du 2 au 16 mars 1959, on installe une plate-forme helicoptère pour des essais. Il passe ensuite en grand carenage à partir du 1er avril, l'escorteur ne reprennant la mer que le 16 septembre 1959.
Comme de nombreux navires de l'escadre, il assiste la ville de Frejus sinistrée par la rutpture du barrage de Malpasset (2 decembre 1959)
Le 18 decembre 1959, il mouille en rade des Vignettes pour saluer l'arrivée du croiseur americain Des Moines qui amène le president americain Eisenhower en visite officielle en France.

L'année suivante, il est à Agadir après le tremblement de terre pour assister les secouristes (2-6 mars 1960) puis participe à l'exercice « Sans Atout » du 2 au 6 mai 1960 avec une escale à Bizerte.
Cet exercice est suivit par une Surmar au large de l'Afrique du Nord (8 mai-12 juin)
Il est en petit carenage du 15 septembre au 17 octobre 1960.
Il effectue une nouvelle Surmar du 2 au 16 decembre 1960 et une autre l'année suivante du 10 mai au 1er juin.
Il est present au large de Bizerte du 13 août au 29 septembre pour assurer une présence après les graves incidents du mois de juillet.
Du 1er janvier au 1er août 1962, il est en grand carénage , il quitte la 1ère FEE pour la 3ième region maritime. Au cours de ce carénage, il est modifié pour experimenter de nouveaux sonars sans oublier quelques missions au profit de l'Ecole de Cannonage
Il poursuit ses activités de bâtiment d'experimentation jusqu'en novembre 1965 date à laquelle il quitte Toulon pour Brest où il arrive le 1er decembre après 8 jours de mer. Il est alors affecté à Premar 2 en vue d'une refonte ASM, il est le premier des 5 escorteurs T47 concernés à y passer.

La refonte se deroule du 3 janvier 1966 au 30 juin 1967 puis il réalise ses essais post-refonte du 1er juillet au 16 novembre 1967 puis du 16 avril au 15 mai 1968, date de sa disponibilité.
Deux jours plus tard, le 17 mai, il quitte Brest pour une croisière dans les pays froids en compagnie du Suffren. Les deux navires retrouvent leurs ports d'attache respectifs (Brest et Lorient) le 28 mai et l'escorteur mène une nouvelle campagne d'essais du 10 juillet au 21 septembre. Il est réadmis au service actif le 1er août. Il quitte Brest le 25 septembre pour Toulon où il arrive le 2 octobre : La 4ième DEE est reformée avec le D'estrées comme nouveau chef de division.
Il est ensuite ne stage CEF du 7 octobre au 4 decembre 1968 tout en participant partiellement à l'exercice « Eden Apple » du 5 au 17 novembre.

L'année 1969 est marquée par une mission de representation en Afrique Noire en compagnie du croiseur Colbert. Le croiseur appareille de Toulon le 16 janvier 1969, l'EE deux jours plus tard, les deux navires se retrouvant à Dakar le 24 janvier. Ils sont de retour à Toulon le 7 mars après avoir fait escale à Dakar, Tema (Ghana) Abidjan, Dakar et Port Etienne (Mauritanie).
Après une mission de reprensentation à Ajaccio du 2 au 5 mai pour les fêtes du bicentenaire de la naissance de Napoléon, il participe à l'exercice « Ida » du 6 au 8 mai.
Ensuite, ce sont pas mois de 4 exercices qui s'echelonnent jusqu'à la fin de l'année : « Transitex » du 4 au 7 juin, « Toza » du 6 au 8 octobre, « Faron 4 » avec la marine espagnole du 14 au 25 octobre et enfin « Fair Game 7 » du 9 au 17 decembre avec la marine americaine

L'année 1970 est marquée elle aussi par uen serie d'exercices majeurs : « Deep Six 3 » du 14 au 16 janvier , « Gemex « du 22 au 27 janvier, « Transitex » du 5 au 10 mai », « Murcie » avec la marine espagnole du 15 au 26 octobre et enfin « Lama » du 23 au 27 novembre.

Du 12 au 19 juin 1971, il participe aux exercices «Constellation » et « Meditex » et à leur retour, les bâtiments sont passés en revue. Le bâtiment quitte ensuite Toulon du 28 juin au 1er juillet pour convoyer la partie arrière du Surcouf après son accident au large de Carthagène. La fin de l'année 1971 est chargée avec la participation aux exercices « Faron 5 » avec la marine espagnole du 29 septembre au 15 octobre 1971 et « iles d'Or » du 9 au 20 novembre

L'année 1972 commence par un stage au CEF (janvier-fevrier) avant une Iper du 20 mars au 20 avril 1972. Durant la croisière de Printemps (2-24mai) , il participe à l'exercice « Dawn Patrol » (2-14 mai). Il enchaine avec la mise en condition du sous marin VENUS (19-23 septembre) avant de terminer l'année par « Murcie 6 » avec la marine espagnole (2-12 octobre) et par une mission de surveillance en Mediterranée du 3 au 21 novembre avec une escale à Beyrouth.
Le D'Estrées est en Iper du 1er janvier 1973 au 1er janvier 1974, il est desarmé du 3 janvier 1973 au 15 novembre 1974. Ses essais post-refonte se deroulent à partir du 14 janvier avant d'enchainer au mois de mars et d'avril 1974 par un stage au CEF pour sa remise en condition.
Le reste de l'année 1974 est beaucoup moins chargé, on peut relever de plus important, des exercices franco-italiens du 15 au 26 octobre.

L'EE est en Iper du 6 janvier au 15 fevrier 1975 avant de partir pour l'océan Indien. Formant le groupe « Nérée » avec son sister-ship DUPETIT THOUARS, il appareille de Toulon le 7 juin,les deux navires franchissant ensemble le canal de Suez le 15 juin et arrivent à Djibouti le 20. Ils patrouillent dans le golfe d'Aden et la mer Rouge, manoeuvrent avec des navires britanniques aux parages des îles Hanish du 20 au 28 août. Les deux navires quittent Djibouti le 28 novembre, franchissent le canal de Suez le 2 decembre, font escale à Augusta puis se separent, le D'estrées rentrant sur Toulon le 10 decembre, le dupetit thouars continuant vers Brest où il arrive le 13 decembre.
Le D'estrées est en Iper du 2 fevrier au 10 juin 1976 puis participe à la revue navale du 11 juillet.
Il quitte Toulon du 1er au 20 octobre pour essayer e,n Atlantique, le système britannique Scott de transmission par satellite et lors du retour, il participe en partie à l'exercice franco-espagnol « Faron 76 ».
Du 7 fevrier au 5 mars 1977, il participe à la mission de surveillance « Birème » en Mediteranée orientale avant une Iper du 27 juin au 21 octobre. La fin d'année étant marquée par deux exercices « Iles d'or » du 14 au 26 novembre et « Arlequin » du 5 au 16 decembre.

Après l'exercice « Focol » avec la 4ième DEE (10 fevrier-4 mars), il mène ne méditerranée orientale, une nouvelle mission de surveillance du 3 au 20 avril 1978. Il enchaine avec une mission de presence dans l'Atlantique (« Sargasse 7 ») du 15 septembre au 15 decembre 1978 en compagnie de l'aviso type A69 JEAN MOULIN partit lui de Brest. Le D'estrées subit une Iper à Dakar du 31 octobre au 16 novembre avant de manoeuvrer avec deux escorteurs et un sous marin bresilien puis de réaliser un Passex avec le croiseur-école Jeanne d'Arc et sa conserve,l'EE Forbin en transit.
Après une dernière escale à Dakar en compagnie de l'aviso le 8 decembre, l'EE est de retour à Toulon le 15 decembre.

Pendant le mois de fevrier, les sorties du D'Estrées sont consacrées au CIN (Centre d'Instruction Naval),de la CEPMAN (Commission d'Etudes Pratiques du Materiel Naval) et de la mise en condition du sous marin VENUS .
L'escorteur est en Iper du 30 septembre 1979 au 23 juin 1980. Les mois de juillet à septembre sont consacrés à de l'entrainement individuel et à l'entrainement de groupe avant un passage au CEF du 6 au 16 octobre (stage de rafraichissement)
Il termine l'année par l'exercice franco-espagnol « Faron 80 » du 22 octobre au 30 novembre

Le debut de l'année 1981 est marquée par un stage de remise en condition du 7 au 9 janvier avant l'exercice « Tarot 81/1 » du 4 au 5 mars, exercice mené avec le Colbert et le Clemenceau et qui inclut le pistage de navires soviétiques

Avec l'Escadre de la Méditerranée, il se rend dans l'Atlantique pour des manoeuvres inter-escadres ( « Gala 81 » et « Arès 81) du 9 au 23 mars. Il se joint ensuite à la fregate Duguay Trouin et au pétrolier Durance pour une mission « Okoumé » en Afrique Noire, les sous marins Agosta et Dauphin y participe partiellement ainsi que le BSL Rhin; le D'estrées est de retour à Toulon le 22 mai 1981. Il participe ensuite à l'exercice « Tridente 81 » du 11 au 20 juin suivit d'une mission de pistage de navires soviétiques les 28 et 29 juin.
La fin de l'année est chargée avec une succession d'exercices : « Farfadet » du 27 au 31 octobre, « Tarot 81/2 » du 4 au 6 novembre « Iles d'Or » du 14 au 26 novembre et enfin « Mescène » du 5 au 17 decembre.

Le mois de janvier 1982 se partage entre la remise en condition et une mission de surveillance en Mediterranée. Il mène une nouvelle mission de surveillance dans la zone des Baléares cette fois avec la corvette Georges Leygues du 31 janvier au 9 fevrier 1982.
L'escorteur est absent de Toulon du 1er au 20 juin et durant ce delai, il ne chôme pas avec un mouillage à la Maddalena (Sardaigne) du 1er au 3 juin à l'occasion de la commemoration du centenaire de la mort de Garibaldi , suivit par une mission de surveillance maritime du 4 au 14 juin en compagnie de LA GALISSONNIERE avant de participer à l'exercice « Tridente » du 14 au 18 juin.

Il participe egalement à la revue navale du 14 juillet 1982 sur la rade des Vignettes. Alors qu'il est en mer dans la nuit du 23 au 24 mars, il reçoit l'ordre de se preparer à partir pour le Liban. Il revient à Toulon pour un rapide ravitaillement et repart le 24 et arrive au large du Liban le 27 pour patrouiller le long des côtes du pays du Cèdre, ces longues patrouilles étant entrecoupées d'escales à Larnacca (Chypre), il rejoint sur place la corvette Georges Leygues, l'aviso Premier maitre l'Herminier, le TCD Orage et le BDC Dives. Il protège d'abord les navires marchands qui evacuent les palestiniens puis à la protection des navires frnaçais mettant en place la force d'interposition de Beyrouth . L'escorteur rentre sur Toulon mais dans la nuit du 14 au 15 septembre, il reçoit l'odre de revenir au large des côtes libanaises après l'assassinat du president Bechir Gemayel.
Après les massacres de Chabra et de Chatila (16-17 septembre 1982), une Force multinationale de Sécurité est mise en place avec un important contingent français. Le BDC ARGENS met à terre les premiers contingents sous la protection du D'estrées et du Georges Leygues (23-25 septembre puis les 27 et 28 septembre). Le D'estrées escorte ensuite le pétrolier ravitailleur MEUSE avant de rentrer à Toulon le 4 octobre 1982, l'escorteur vient de participer à Olifant 3 à 6.
Il est en Iper du 15 octobre 1982 au 15 janvier 1983.
Il participe ensuite à l'exercice franco-italien « Tridente » du 14 au 26 juin 1983, le mois de décembre étant marqué par des entrainements divers et le soutien au Sna RUBIS
Le 29 janvier 1984, il quitte Toulon pour Beyrouth avec le RANCE, l'EE assurant la protection de la relève du contingent français de la FINUL. Il assure egalement le relais transmission et un eventuel appui-feu pour la FMSB (Force Multinationale de Sécurité à Beyrouth),celle est bientôt evacuée , pour le contingent français c'est l'opération « Carellet » du 23 au 31 mars au cours duquel, l'EE escorte le car ferry ESTEREL (pour la petite histoire, il à été construit à Nantes). Il est de retour à Toulon le 11 avril, il vient de participer à Olifant 19 et 20.

Sa dernière grande sortie en mer à lieu avec le Colbert du 16 mai au 4 juin. La dernière sortie en mer à lieu du 28 juin au 1er juillet. Le D'estrées est desarmé le 3 juillet après avoir parcouru 422000 miles nautiques. Il devient le Q642 le 26 decembre 1985, il sert de brise-lâme à St Maindrier puis de cible

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)


Dernière édition par le Jeu 08 Mar 2007, 12:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (4) HISTORIQUE-2- T47B7 A T47B12   Mer 10 Jan 2007, 12:49

10° LE D630 DU CHAYLA

QUI ETAIT-IL ?
Armand-Simon-Marie, chevalier de Blanquet du Chayla

Né à Marvejols (Lozère) le 9 mai 1756. Entré au service comme aspirant-garde de la marine en juin 1775, garde en mars 1777, il fut attaché à la personne du comte de Provence lors du voyage de celui-ci à Toulon cette même année. Enseigne de vaisseau en avril 1778, il servit en Amérique sous les ordres de d'Estaing et fut fait prisonnier en novembre 1778. Libéré en avril 1780, il embarqua sur le Languedoc dans l'escadre De Grasse avec laquelle il prit part au combat du Fort-Royal de la Martinique (29 avril 1781). Passé sur le Palmier, il combattit à la Chesapeake et, à nouveau sur le Languedoc, à la prise de Saint-Christophe (janvier 1782). Blessé aux combats des Saintes (9-12 avril 1782), il devint major de division sur le Destin dans l'escadre rassemblée à Cadix.

Après la paix de 1783, il fit campagne sur la Belette dans les mers du Nord et au Levant. Lieutenant de vaisseau en mai 1786, il servit en Méditerranée sur la Sensible. Second de la Belette, il livra combat à des pirates sur les côtes d'Albanie (décembre 1786). Commandant la Flèche en Méditerranée en novembre 1791, il fut promu capitaine de vaisseau en juillet 1792 et reçut le commandement du Tonnant avec lequel il prit part à l'expédition de Truguet sur les côtes d'Italie et de Sardaigne où il fut blessé. Destitué comme noble en 1793, il fut réintégré après le 9 thermidor. Adjoint du ministre de la Marine de mai 1795 à avril 1797, chef de division en avril 1796, contre-amiral le 22 septembre suivant, il commanda une division dans l'escadre de Brest aux ordres de Morard de Galles (avril 1797). Nommé inspecteur général des côtes de la Méditerranée en mars 1798, il reçut en avril le commandement du Franklin dans l'escadre de Brueys armée pour l'Égypte et dirigea les opérations contre Malte (juin 1798). Lors de l'attaque de Nelson contre l'escadre concentrée en rade d'Aboukir (Ier août 1798), Du Chayla s'efforça vainement de convaincre Brueys d'appareiller. Il combattit avec la plus grande valeur, fut grièvement blessé et fait prisonnier. Rentré en France, il critiqua vivement l'inertie de Villeneuve, de Decrès et de Ganteaume, et quitta le service en octobre 1803. Napoléon lui rendra tardivement justice à Sainte-Hélène. Promu vice-amiral honoraire le 1er mai 1816, il mourut à Versailles le 29 avril 1826.

LES NAVIRES AYANT PORTE LE NOM DU DU CHAYLA
Trois bâtiments de la Marine ont porté le nom de Du Chayla :

Un corvette à hélice mis sur cale à Lorient en 1852, lancé en 1855 sous le nom de Volta. Elle prit la dénomination de frégate le 11 août 1859 et fut désarmé le 4 novembre 1875. Transformé en ponton, elle fut démolie à Lorient en 1890.
(Caractéristiques : 1600 Tx ; 16 canons)

Un croiseur mis sur cale à Cherbourg en 1893, mis à flot en 1895, il fut retiré du service le 27 octobre 1921. Reconverti en Ecole des officiers mécaniciens, il termina Sa vie comme ponton et fut démoli à Lorient en 1933. (Caractéristiques : 3800 Tx ; 10000 CV ; 6 canons de 164mm + 4 canons de 100mm + 10 + 2 tubes lance-torpilles)

Un escorteur d'escadre mis sur cale à Brest en juillet 1953, lancé le 27 novembre 1954, il est admis au service actif le 4 juin 1957.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)


Dernière édition par le Jeu 08 Mar 2007, 12:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (4) HISTORIQUE-2- T47B7 A T47B12   Mer 10 Jan 2007, 12:57

HISTORIQUE
Le T47B10 est baptisé le 23 juillet 1952, sa construction est attribuée à l'Arsenal de Brest. Le montage commence dans le bassin 8 du Laninon en même temps que le D'Estrées le 6 octobre suivant, la mise à flot à lieu le 27 novembre 1954
Les essais se deroulent du 15 octobre 1955 au 18 avril 1956 puis du 10 août au 8 septembre 1956. une croisière d'entrainement aux Canaries separent la deuxième campagne d'essais de la troisième qui à lieu du 22 mars au 20 mai 1957.

Sa traversée de longue durée correspond comme pour beaucoup de navires à son transit entre son port constructeur, Brest et son port d'attache Toulon (20 mai-4juin) avec des escales du aux Canaries, à Casablanca et Oran.
Il est admis au service actif le jour de son arrivée dans le port varois, il est affectée à la 1ère FEE en temps que navire amiral de la 8ième DEE.

Les mois de juin et de juillet sont occupés par un entrainement au CEF avant une periode d'entretien en août et en septembre. L'escorteur termine l'année avec l'exercice « Medaswex 20 » (8-20 novembre)
Le 16 decembre 1957, le Du Chayla quitte Toulon pour Brest où il rejoint l'Escadre Légère (créée le 1er janvier 1958) avec l'ensemble de sa division.
L'année 1958 est riche en exercices et en manoeuvres diverses : « Dawn Breeze 3 » du 23 au 29
mars 1958, «Belouga » du 25 avril au 1er mai puis « Dauphin » du 6 au 14 mai. Il enchaine ensuite avec un exercice de defense avec le GASM (Groupe Anti Sous Marin) du 8 au 10 juin. Après avoir été indisponible du 17 juillet au 2 septembre, il participe à « Ship Shape » , un exercice d'escadre du 15 au 26 septembre avant un stage ASM à la JASMS (Joint Antisubmarine School) de Londonderry du 18 octobre au 15 novembre avant de boucler l'année par l'exercice « Sharp Squail » du 24 au 29 novembre puis une croisière d'endurance dans les mers nordiques du 2 au 13 decembre.

Le Du Chayla est en grand carenage du 20 mars au 21 juillet 1959. Il quitte ensuite Brest le 5 septembre pour Toulon où il arrive une semaine plus tard, le 12 pour un stage CEF jusqu'au 4 decembre. Il participe aux secours envoyés à Frejus après la rupture du barrage de Malpasset dans la nuit du 2 au 3 decembre. L'Escorteur quitte Toulon le 12 decembre pour Brest via Mers El Kebir où il arrive le 17.

L'année 1960 est marquée par les exercices « Medflex Hold » du 21 au 30 septembre 1960 en Méditerranée suivit par « Ecume 3 » dans le golfe de Gascogne du 16 au 25 novembre. Après un petit carenage du 23 decembre 1960 au 18 janvier 1961, il mène une Surmar en Afrique du Nord du 25 janvier au 16 fevrier. Après une indisponibilité qui court du 28 juillet au 15 septembre 1961, il escorte le Clemenceau durant ses essais d'appontage.

En mai et juin 1962, l'Escadre légère est présente en Méditerranée. Le Du Chayla quitte Brest le 2 mai et arrive à Toulon le 12 mai. Il effectue un rapide aller-retour Toulon-Mers el Kebir pour transporter en Algérie,une station d'emission de l'ORTF et des techniciens civils. Il quitte Toulon le 6 juin et est de retour à Brest le 15 juin après l'exercice « Corrida »

Indisponible en personnel le 17 juillet, il quitte l'Escadre Légère le 1er août, il passe sous l'autorité de Premar II pour une refonte Tartar à l'arsenal de Brestoù il entre le 1er septembre.
La refonte s'achève le 19 septrembre et les essais se deroulent du 20 septembre 1963 au 23 septembre 1964, date de son retour à Brest après des essais Tartar aux Etats Unis (6 missiles tirés).
Il quitte Brest pour Toulon le 14 octobre et arrive à destination le 19 octobre pour un stage CEF. Il repart du port varois le 18 decembre et rallie Brest le 23 decembre.

L'année suivante, il participe à « Finisterex 4 » du 18 au 27 octobre et à « Ecume » du 2 au 16 decembre. Après un petit carenage du 8 au 23 août 1966, il participe à « Finisterex 5 » du 16 au 30 octobre puis à un exercice franco-ouest allemand du 16 au 22 novembre ainsi qu'à l'exercice interarmées « Amphitrite » du 21 au 26 novembre.
Il quitte Brest le 4 juillet 1967 destination le Canada. Il est rejoint en mer par le Chevalier Paul et retrouvent à Montréal, le Colbert qui transporte le couple presidentiel en voyage officiel au Canada et le Bouvet. Ils sont de retour à Brest le 8 août

Le 1er fevrier 1968, le Du Chayla entre en refonte ASM à l'Arsenal de Brest et ce jusq'au 1er octobre. Il est de nouveau disponible le 29 avril 1969 après une modernisation inférieure à ce qui était prevu intialement. Les essais ont lieu du 15 janvier au 29 avril, date de sa disponibilité. Après chaque refonte, tout navire suit un stage au Cef pour lui permettre de retrouver de bonnes capacités opérationelles et le Du Chayla n'échappe pas à la règle avec un passage au CEF à Toulon du 27 septembre au 18 decembre, il est de retour à son port d'attache le 22 decembre 1969.

Du 2 au 6 fevrier 1970, il execute un entrainement de groupe dans le Golfe de Gascogne avant de participer à « Finisterex » du 16 fevrier au 14 mars. Après un carenage qui l'immobilise du 13 avril au 15 mai, il represente la France aux celebrations du 30ième anniversaire de l'évacuation de Dunkerque (22-24 mai). A la fin du mois de juin, il est dans le Golfe de Gascogne avec le Clemenceau pour entraînement des flottilles. La fin de l'année 1970 est marquée par les exercices « Britex » du 13 au 30 octobre et « Kroumir » du 1er au 6 novembre avant qu'un entrainement indivuel du 9 au 11 decembre ne cloture l'année.
Le Du Chayla est absent du 5 janvier au 27 fevrier pour un stage au CEF avant de participer en Méditerranée à « Meditex 71 » du 11 au 19 juin qui est suivit d'une revue navale. Il quitte ma region le 21 juin et est de retour à Brest le 25 juin. Après un petit carenage du 28 juin au 5 août, il participe à un Gemex avec la Bundesmarine au mois de septembre.

Après un début d'année 1972 consacrée à l 'entrainement individuel, l'EE participe à « finisterex 72 » du 17 au 29 avril avant à la fin de l'année, un nouvel exercice « Britex » du 25 octobre au 7 novembre. Il quitte ensuite son port d'attache le 12 novembre direction le Canada, il est à Halifax du 20 au 22 novembre. Pendant ce séjour outre-atlantique, il est jumelé avec le destroyer canadien OTTAWA. Après des exercices avec son jumeau et l'aviation canadienne, il rentre sur Brest où il est de retour le 13 decembre. Il réalise pour cloturer l'année l'exercice « Toucan » du 13 au 15 decembre.
L'année 1973 commence par un nouvel exercice « Finisterex » du 3 au 7 mai 1973 avant un « Britex Gemex » du 5 au 9 novembre.
Le Du Chayla est pris en charge par la DCAN (Direction des Constructions et Armes Navales) de Brest le 23 novembre 1973. Du 1er janvier 1974 au 2 juin 1975, il subit une Iper pour digitaliser son système Tartar ; les missiles tirés sont des SM1 plus evolués.
L'escorteur est armé pour essais le 18 avril 1975 et réarmé complet le 25 mai, il repasse sous le commandement de l'amiral commandant l'Escadre de l'Atlantique le 18 juillet.
Il quitte Brest le 2 octobre pour Toulon où il arrive le 8 pour suivre un stage au CEF. Il est de retour dans le Finistère le 13 decembre.

Le 15 mars 1976, le Du Chayla quitte Brest pour l'océan Indien où la France maintient une force navale permanente en particulier pour protéger Djibouti de l'instabilité regionale : guerre civile en Ethiopie, anarchie en Somalie sans compter que c'est une zone stratégique pour les echanges et l'énergie. Il franchit le canal de Suez le 29 mars et arrive à Djibouti le 3 avril. Les multiples patrouilles étant entrecoupées d'escales de representation. L'EE quitte Djibouti le 6 octobre, franchit le canal le 10 en croisant le Kersaint qui prend la relève. Il est de retour à Brest le 23 octobre
Il est ensuite en Iper du 22 novembre 1976 au 6 mai 1977. Il reprend la mer le 18 avril pour essais jusqu'en mai. Il participe ensuite à la mise en condition de sous marins (les Agosta ?)

A peine un an après son premier deploiement, le Du Chayla retourne en Océan Indien pour relever le Dupetit Thouars. Il quitte Brest le 9 septembre, franchit le canal de Suez le 17 septembre et arrive à Djibouti 3 jours plus tard. Les patrouilles commencent le 28 septembre et au cours de l'une d'elle, l'escorteur fait escale à Colombo (Sri Lanka) en compagnie du porte-avions Foch. Son sejour dans l'océan indien se termine le 7 mars 1978 date de son depart de Djibouti. C'est la frégate Duguay Trouin qui le relève. Il est de retour à Brest le 24 mars. Il est alors entretien jusqu'au 8 mai.
Le reste de l'année 1978 est marqué par un seul evenement important, l'exercice « Northern Weddings » du 3 au 25 septembre. Il est en Iper à partir du 1er octobre 1978 et ce jusqu'au 3 janvier, date de son retour en mer. Le soir du trois, il assiste un chalutier en difficulté, le Karreg-Kreis qui est evacué puis n'ayant pas coulé, est ramené par une equipe du Du Chayla à Douarnenez

Entre le 21 fevrier et le 20 juin, l'escorteur execute 15 sorties pour surveiller le rail d'Ouessant. Il participe egalement à l'exercice "Exentia" du 21 au 25 avril avant d'assister trois jours plus tard au naufrage du pétrolier Giro après sa collision avec le pétrolier norvégien Team Castor.

Le Du Chayla retourne en Océan Indien pour relever le Bouvet. Il quitte Brest le 13 novembre. Au cours de son franchissement du canal, il est abordé par le cargo americain Alex Stephens et doit être reparé à Port Ibrahim, il arrive à Djibouti le 10 octobre. Les patrouilles debutent le 16 octobre et il est relevé le 14 mars 1980 par le Dupetit Thouars et arrive à Brest le 2 avril.

L'EE est en Iper plus refonte habilité du 21 avril 1980 au 14 avril 1981. Il est en essais du 15 avril au 12 mai. Il quitte Brest le 15 mai pour Toulon pour un stage CEF du 19 mai au 29 juin. Il est de retour dans le Finistère le 7 juillet.

Il participe à l'exercice "Post Scriptum" du 24 au 29 septembre 1981. Le 24 novembre, il repart de Brest pour une nouvelle mission de présence dans l'Océan Indien. Il arrive à Djibouti le 10 decembre. Sa patrouille à lieu dans le golfe d'Oman le 22 decembre. Le Du Chayla quitte la zone le 16 fevrier 1982 et arrive à Brest le 6 mars via Augusta et Palerme.
Il est en Iper du 7 septembre au 11 decembre 1982. Il continue ses missions de surveillance du rail d'Ouessant entre le 9 et le 29 decembre 1982.
L'année 1983 est marquée par un passage au CEF à Toulon du 16 fevrier au 11 mars 1983. il est ensuite en Iper de la fin 1984 au 31 janvier 1985.
il participe à une nouvelle campagne en Océan Indien où il relève le Dupleix. L'EE appareille de Brest le 20 mars, relache à Augusta et arrive à Djibouti le 4 avril. Il quitte Djibouti le 23 octobre, traverse le canal de Suez le 28 octobre , relache de nouveau à Augusta, profite de son passage devant le CEL pour effectuer un tir Tartar (7 novembre) et retrouve Brest le lendemain . Il releve en Océan Indien par la fregate De Grasse
Il est en Iper du 21 avril au 18 juillet 1986.

L'année 1986 est marquée par les exercices "Suroit" du 25 fevrier au 25 mars puis à la fin de l'année, les exercices "Vendemiaire 86" et "Autumn Train" (1er-23 octobre) avant "Brumaire 86" du 12 novembre au 5 decembre.
Le Du Chayla appareille de Brest le 22 fevrier pour une mission baptisée "Okoumé" en Afrique Occidentale avec des escales à Las Palmas, Dakar, Lomé et Funchal. Il est de retour à Brest le 7 avril. en juin, il participe à l'exercice "Medlant 01", en septembre c'est "Océan Safari 87" suivi en octobre par "Nord 87" et en novembre, un stage au JMC (Joint Maritime Course) en Ecosse


Dernière édition par le Jeu 08 Mar 2007, 12:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (4) HISTORIQUE-2- T47B7 A T47B12   Mer 10 Jan 2007, 17:29

Le 8 janvier 1988, il quitte Brest pour une nouvelle mission de presence dans l'Océan Indien où il doit relever le Dupetit Thouars au sein d'un groupe aéronaval autour du Clemenceau "Opération Promethée". L'escorteur passe à Toulon du 13 au 15 janvier et arrive à Djibouti le 25 janvier. Il quitte Djibouti le 4 septembre avec le Clemenceau et arrivent ensemble à Toulon le 16 septembre. Le PA était absent de son port base depuis le 30 juillet 1987. Le Du Chayla reprend la mer le lendemain pour rentrer à Brest où il arrive le 22 septembre 1988.
Il est en Iper du 30 janvier au 28 avril 1989 avant de participer aux exercices "Asterix" du 27 novembre au 17 decembre 1989 et "Margaux" du 5 au 14 mars"
Il devait ensuite participer à l'exercice Vendemiaire mais le navire est designé pour assurer l'embargo vis à vis de l'Irak. L'EE Du Chayla est associé aux fregates Dupleix et Montcalm. Pour cette mission ,l'escorteur à reçut des leurres Replica, des detecteurs et des protections contre une attaque chimique, quelques moyens de radios et de guerre electronique supplementaires et 4 mitrailleuses de 12.7mm.
il appareille de Brest le 17 octobre, franchit le detroit de Gibraltar le 20 octobre, se ravitaille en 9 heures à Augusta le 23, passe le canal de Suez dans la nuit du 26 au 27 octobre. Il va surveiller avec la frégate La Motte Picquet le detroit de Tiran et le golfe d'Aqaba, c'est la mission "Artimon Ouest"


L'EE est remplacé par le Dupleix le 15 novembre 1990 après 17 visites pour rejoindre le dispositif "Artimon Sud" qui couvre le dispositif de Bab el Mandeb. Il opère avec l'aviso escorteur Commandant Bory qu'il relève le 21 novembre. Son ravitaillement à la mer du 25 novembre à l'aube est le 2000ième du Pétrolier Durance
Après une escale à Djibouti du 28 novembre au 13 decembre, il relève le 17 decembre, la fregate Dupleix dans "Artimon Ouest". A partir du 18 janvier, il sert avec le croiseur lance-missile americain BIDLE de piquet radar au groupe aéronaval composé des porte-avions Saratoga America et J. F. Kennedy
Il est relevé le 22 janvier 1991 par la fregate La Motte Picquet. Après une escale à Djeddah le 23 janvier, il escorte le BSS Rance qui arrive à Yanbu le 26 janvier. Du 28 janvier au 12 fevrier, son escale à Djibouti est l'occasion d'un repos pour l'équipage et de l'entretien du navire.

L'EE appareille de Djibouti le 12 fevrier d'abord pour le Golfe d'Aden puis dans la Mer Rouge où il reprend sa place deux jours plus tard dans le dispositif "Artimon" alors tenu par La Motte Picquet et le Protet.
Sous l'egide de l'UEO (Union de l'Europe Occidentale), 4 groupes de soutien sont créés placés sous le commandement du commandant de la ZMOI (Zone Maritime de l'Océan Indien). Un premier groupe dans le Golfe arabo-persique pour l'escorte , le second formé de bâtiments antimines , le 3ième contrôlant l'embargo depuis Djibouti et le dernier assurant la même mission dans le detroit de Tiran. Ce dernier groupe est composé de la fregate LA MOTTE PICQUET et deux fregates espagnoles. Le 17 fevrier , le Du Chayla remplace le La Motte Picquet. Les 25 et 26 fevrier relache à Suez et relève le Protet . Le 27 mars, le Du Chayla est lui même relevé le Protet
La mission de l'escorteur se termine dans la nuit du 3 au 4 avril quand il visite son 100ième navire. Seules les fregates americaines SAMUEL B. ROBERTS et ELMER MONTGOMERY ont atteint ce niveau. Le Du Chayla est relevé par le DUPERRE et rentre à Brest après 5 mois et demi de presence dans la ZMOI. Il est à Suez le 5 avril, passe le canal le même jour. il retrouve sa relève à Palma de Majorque (10-13 avril).
Le Commandant de l'escadre de l'Atlantique met sa marque à bord le 17 et arrive le lendemain à Brest à 10 heures.
L'EE à été absent de son port base pendant 184 jours dont 136 en mer en parcourant 30700 miles (56 856 km).
Il participe ensuite à "Océan Safari" du 30 mai au 25 juin 1991. La sortie des famillesà lieu le 1er juillet et pousse à 32 noeuds et execute ses derniers tirs de 57mm. Les munitions sont debarquées debut juillet. son ultime sortie à lieu le 16 juillet avec 16 de ces anciens commandants.
L'EE à parcourut 913860 miles. Il est retiré du service actif le 2 septembre 1991, la derniere ceremonie des couleurs à lieu le 15 novembre 1991. Il est mis en reserve spéciale à Brest. La coque va servir de brise-lame à l' Ile longue. Il est remplacé par la fregate antiaérienne Jean Bart. Des 18 EE, le Du Chayla est le seul à avoir accomplit toute sa carrière à Brest de 1959 à 1991

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)


Dernière édition par le Jeu 08 Mar 2007, 12:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (4) HISTORIQUE-2- T47B7 A T47B12   Mer 10 Jan 2007, 17:32

Pas mal lol!
Faudrait pensé à s'en sevir comme cible de ces bateaux qui pourissent....
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (4) HISTORIQUE-2- T47B7 A T47B12   

Revenir en haut Aller en bas
 
LES ESCORTEURS D'ESCADRE (4) HISTORIQUE-2- T47B7 A T47B12
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» LES ESCORTEURS D'ESCADRE (4) HISTORIQUE-2- T47B7 A T47B12
» LES ESCORTEURS D'ESCADRE (5) HISTORIQUE (3) T53R ET T56
» LES ESCORTEURS D'ESCADRE (2) LES GRANDES REFONTES
» Escorteurs d'Escadre au 1/700
» LES ESCORTEURS D'ESCADRE (1) La Technique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Europe :: France-
Sauter vers: