AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Casablanca : 13 septembre 1939, Le Pluton

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Casablanca : 13 septembre 1939, Le Pluton   Sam 24 Sep 2005, 14:01

Bonjour à tous,

En attendant les sujets sur Torch au Maroc, voici le premier évènement de la 2è GM qui se produisit au Maroc, dans le port de Casablanca.


Le 13 septembre 1939, date fatidique, le croiseur mouilleur de mines PLUTON sautait dans le port de Casablanca.

Cette catastrophe provoqua une émotion considérable, car se produisant dix jours après la déclaration de guerre, la rumeur publique n'hésita pas à échafauder les pires hypothèses et à attribuer à la main de l'ennemi les causes du sinistre.

Le silence qui, en temps de guerre est de règle en pareilles circonstances pouvant être levé sans inconvénients, il nous est permis aujourd'hui de parler de cet événement qui endeuilla notre Marine.

Au cours de l'été 1939, le croiseur mouilleur de mines PLUTON devait être désaffecté et transformé en école d'application, en remplacement de LA JEANNE D'ARC. Il devait être débaptisé et recevoir le nom de LA TOUR D'AUVERGNE. Mais en présence de l'état de tension internationale, ce projet fut abandonné et le PLUTON reprit son rôle normal. C'est le 5 septembre 1939 que le navire entre dans le port de Casablanca, ayant à bord 250 mines destinées à la création d'un barrage de défense devant le port. Son commandant ayant reçu l'ordre de procéder à cette opération dans la nuit du 12 au 13 septembre.
Dans la soirée du 12, l'Amirauté française fit savoir qu'elle renonçait à son projet et elle ordonnait le débarquement des mines afin de rendre au PLUTON son rôle accessoire de transport rapide de troupes, jugé plus urgent. L'équipage du navire et les ouvriers de la Marine Nationale de Casablanca se mirent aussitôt en devoir d'exécuter l'ordre reçu qui comportait le débarquement des mines et leur transfert dans le dépôt de munitions de la Marine à Bouskoura. 250 mines, dont chacune était susceptible de faire sauter un bâtiment, étaient disposées sur les rails de mouillage placé en fer à cheval autour du navire et la moitié se trouvaient placées dans la partie arrière des ponts aux mines.

Les opérations de désamorçage commencèrent à 10 h 30 sous la surveillance directe de l'officier torpilleur. A 10 h 35, cet officier s'absenta pour se revêtir d'un vêtement de travail et pour vérifier les dispositions de mises à terre des mines. Que se passa-t-il à ce moment ? C'est au cours d'une manipulation malheureuse, de cause purement accidentelle, que l'une des mines explosa. Tous les témoignages sont concluants et les travaux de la commission d'enquête corroborent formellement cette thèse et infirment catégoriquement toutes autres hypothèses. Toujours est-il qu'à 10 h 40, une longue flamme jaillit brusquement du pont, entre le mât et la cheminée arrière, accompagnée d'une formidable déflagration et d'un souffle d'une violence inouïe. Le navire fut immédiatement enveloppé d'un lourd nuage de fumée noire et de poussière et des débris enflammés de toutes sortes, projetés à une grande hauteur, retombèrent sur les quais et dans le port sur des distances considérables. Pour donner une idée du déplacement d'air provoqué par l'explosion, il suffit de dire que la carte d'identité du commandant du PLUTON fut retrouvée avec d'autres débris prés du phare d'EL HANK, soit à deux kilomètres du lieu du drame. Une deuxième explosion suivit la première à quelques secondes d'intervalle. Les autres mines, par suite du phénomène d'explosion par influence, sautèrent à leur tour à quelques secondes d'intervalle en chapelet, dans un grondement assourdissant de tonnerre.

Le pont s'ouvrit, la cheminée arrière fut rabattue en entier sur l'avant, le mât arrière s'effondra, toutes les cloisons furent détruites, les embarcations de sauvetage, les treuils et tous les apparaux furent projetés sur le quai du poste et de la jetée Delure où était amarré le navire. Les bords du quai furent mitraillés par des éclats de toutes sortes et deux camions, ainsi qu'une voiture de livraison qui stationnaient sur le quai furent pulvérisés. L'incendie se communiqua à la cale à mazout qui renfermait 700 tonnes de combustible. Une énorme colonne de fumée noire s'éleva de la partie arrière du bâtiment qui s'enfonça rapidement dans l'eau et bientôt émergea seule des flots la passerelle arrière de DCA. L'explosion fut entendue dans un rayon de 100 kilomètres et la colonne de fumée atteignit une hauteur de 3 000 mètres aux dires d'un pilote d'avion chargé de la surveillance des côtes.

Pourtant, seules les mines sautèrent et les projectiles plus stables contenus dans les soutes à munitions n'explosèrent pas, ce qui évita un plus grand désastre. Lorsque se produisit l'explosion, une colonne comprenant 22 ambulances d'un groupe médical de campagne passaient boulevard Sour-Djedid, non loin de l'Amirauté. Le commandant de la colonne, le Médecin-Capitaine Ferry, donna l'ordre de rallier immédiatement le port, et grâce à son sang froid et à l'initiative de cet officier, 150 blessés graves dont l'état nécessitait un transport rapide à l'hôpital purent recevoir les transfusions de sang qui les sauvèrent. Les secours s'organisèrent promptement mais, en dépit de tous les efforts, le bilan de la catastrophe fut extrêmement lourd.
Parmi le personnel du PLUTON, on décompta 10 officiers tués ou disparus et 196 officiers mariniers, quartiers-maîtres et marins tués ou disparus. Il y eut 2 officiers et 75 subalternes blessés. Le Capitaine de Frégate Dubois, commandant du navire, officier de grand avenir et l'un des plus brillants de la Marine Nationale, fut tué. En outre, un officier et 19 matelots de la Marine Nationale furent tués et 29 autres blessés. Un Lieutenant de Vaisseau de la Marine Polonaise qui se trouvait à bord du navire école WILJA fut grièvement blessé et l'on dut l'amputer d'une jambe.

En définitive, la catastrophe avait fait 226 tués ou disparus et 107 blessés graves. L'attitude des officiers et de l'équipage du PLUTON fut en tous points dignes d'éloges. L'évacuation du navire s'effectua en bon ordre sous la direction des officiers et officiers mariniers restés valides.

Signalons l'attitude héroïque d'un pilote du port, l'Enseigne de Vaisseau Combrade, mobilisé à la Marine du Maroc. Cet officier, quoique grièvement blessé, refusa de se laisser évacuer tant qu'il resta des victimes plus gravement atteintes que lui-même. L'attitude de la population casablancaise fut remarquable et l'on nota de beaux exemples de solidarité. Les dons de sang pour opérer les transfusions furent très nombreux et l'on enregistra également des dons abondants de vêtements d'intérieur pour les blessés. Enfin, les services de la Croix-Rouge française se dépensèrent sans compter.

Le jour des obsèques des victimes, une messe en plein air fut dite à l'Hôpital militaire et le discours prononcé par l'amiral Sablé exprima en termes déchirants l'impression profonde que cette catastrophe provoqua parmi la population civile et militaire de Casablanca. Puis une foule recueillie, muette de douleur, accompagna à leur dernière demeure les victimes de cette première grande tragédie en marge de la guerre. Les restes du bâtiment seront ferraillés le 24 février 1940.

Source : la vigie marocaine, 1945

A noter également que ce drame fut l'objet d'une violente controverse entre Darlan et Muselier. Les propos tenus par celui ci à l'époque, ne sont pas étrangers à sa mise à la retraite anticipée.

Pour finir, je suis toujours à la recherche de la liste des tués dans cette tragédie, donc preneur de tous tuyaux....

A+
Revenir en haut Aller en bas
patzekiller
Amiral de la Flotte
Amiral de la Flotte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1282
Age : 49
Ville : mouans sartoux (06)
Date d'inscription : 16/08/2005

MessageSujet: Re: Casablanca : 13 septembre 1939, Le Pluton   Sam 24 Sep 2005, 17:29

De gaulle disait de Darlan : "cest un feodal", CQFD

_________________
frog of war le e-zine des pousseurs de pions.
www.frogofwar.org
www.strategikon.info
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frogofwar.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casablanca : 13 septembre 1939, Le Pluton   Dim 25 Sep 2005, 06:32

Bonjour,
Très bon article nous décrivant, en détail, la fin du Pluton.
Merci pour ces précisions.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casablanca : 13 septembre 1939, Le Pluton   Dim 25 Sep 2005, 20:48

Bonne recherche et tres interessant cheers
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casablanca : 13 septembre 1939, Le Pluton   Lun 26 Sep 2005, 19:48

Bonsoir,
Pour continuer sur la lancée, je n'ai réussi qu'à identifier 17 des victimes, donc si quelqu'un à des infos...
D'avance merci
FS
Revenir en haut Aller en bas
kleinst
Amiral de la Flotte
Amiral de la Flotte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 727
Age : 38
Ville : aisne
Emploi : labo
Date d'inscription : 01/08/2005

MessageSujet: Re: Casablanca : 13 septembre 1939, Le Pluton   Lun 30 Jan 2006, 18:55

Voici une photo du drame:


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: 13septembre1933:le pluton   Sam 31 Mai 2008, 23:50

armelle treguier.Je suis la petite fille de treguier yves qui a ete porte disparu en mer le 13/09/1939,il etait quartier maitre a bord du pluton.Magrand-mere s'est retrouvee veuve a l"age de 30ans avec deux enfants ages respectivement de 6et 7 ans.Ma grand-mere m'a toujours dit que ce n'etit pas un accident mais un sabotage.je pense qu'elle avait raison apres avoir visite le site Dafina les juifs du Maroc.
Revenir en haut Aller en bas
david
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2035
Age : 42
Ville : Eaubonne
Emploi : éducation nat
Date d'inscription : 08/11/2005

MessageSujet: Re: Casablanca : 13 septembre 1939, Le Pluton   Dim 01 Juin 2008, 00:02

je travaille a l'heure actuelle pour l'association alamer sur e pluton

pourriez vous m'expliquer en mp je pense quelle sont les raisons que vous font penser que c'est un sabotage ( au vus des éléments que j'ai consulter au shm je pensais à un accident causer par un defaut de conception du batiment et une erreur de manipulation de l'equipage)

_________________
je ne suis pas fou, juste un peu cinglé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: croiseur Pluton   Dim 13 Juil 2008, 07:36

Bonjour,

Je suis le petit fils d'un des marins qui a perdu sa vie sur le Pluton il s'agit de :
- Antoine Natrella matelot sans spécialité matricule 3775 à Alger

J'ai obtenu après six ans de démarches auprès les différentes autorités : ministère des Anciens Combattants, secrétariat départemental des Anciens Combattants, section locale des Anciens Combattants et surtout accord du Maire de mon village :

l'inscription du nom de mon Grand Père Antoine Natrella sur le monument aux morts de Plan de Cuques (banlieue Marseillaise) ville où je réside.

de même mon père ayant été reconnu "pupîlle de la nation" a pu bénéficier de la carte d'Anciens Combattants.

J'ai été très intéressé sur l'histoire de la fin du Pluton ça me donne un autre éclairage. Je m'en vais d'ailleurs le transmettre à ma famille (mon père, mes oncles...ect...) car ce n'est pas exactement ce qu'il ont cru jusqu'à présent.

Merci, pour ce travail de recherche que vous avez effectué
bien sincèrement à vous
Jean-Marc Natrella
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Casablanca: 13 septembre 1939, le PLUTON   Mar 22 Juil 2008, 15:26

Bonjour, je suis nouveau sur ce forum et je dois rencontrer prochainement un ancien de la SENTINELLE, patrouilleur,qui était proche du PLUTON quand il a explosé et qui a conservé le morceau de métal qui lui a rasé les oreilles.J'essaie d'en obtenir une photo et vous transmettrai les infos recueillies.Sinon je dispose d'une doc assez complète sur cette unité:merci de m'indiquer comment faire pour vous l'adresser. Le commentaire du début est la repro d'un article de la VIGIE paru en 45 que l'on peut trouver sur le site du Lycée LYAUTEY de Casa.
Il est question dans ce thème de l'opération TORCH, je suis très interessé: mon père était sur le PRIMAUGUET quand il a été détruit par les américains . A bientôt
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: remerciements   Mer 23 Juil 2008, 10:37

Bonjour, je remercie vivement le dernier intervenant sur le forum ayant donné comme renseignements le lycée de Casablanca. Il m'a permis de retrouver un élément emportant qui me manquait dans l'histoire de mon Grand-Père...Antoine Natrella disparu sur le croiseur Pluton.

Je vous remercie très sincèrement.

Bien à vous tous

Jean-Marc Natrella
Revenir en haut Aller en bas
crolick
Matelot de 2ème classe
Matelot de 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 17
Age : 37
Ville : Varsovie [Pologne]
Emploi : PhD Student
Date d'inscription : 31/10/2006

MessageSujet: Re: Casablanca : 13 septembre 1939, Le Pluton   Jeu 24 Juil 2008, 19:49

Franck a écrit:
Un Lieutenant de Vaisseau de la Marine Polonaise qui se trouvait à bord du navire école WILJA fut grièvement blessé et l'on dut l'amputer d'une jambe.
Hello,

this is not quite true. Indeed slt Jur Mende was heavily wounded in his knee and was awaiting for his operation and amputation of his leg. But one of the French doctors who knew Mende did not allow the operation and 'rescued' his leg. Mende also received LH (I do not know why - my sources does not mention this).

In addition I can add that motorboat from WILJA rescued over 20 survivors from PLUTON and for his actions WO Mieczysław Woźniak received LH.


Hope it helps Wink
Andrzej
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casablanca : 13 septembre 1939, Le Pluton   Jeu 24 Juil 2008, 21:51

Bravo, je trouve vos recheches tre interessant sur un sujet pas tres bien explique hors de France.
Ont sait que et parce que, mais tres peu de l'histoire intime du drame.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: à l'ttention de Pierre Saliou   Mar 05 Aoû 2008, 18:27

Cher Monsieur,

J'ai été particulièrement sensible à l'envoi de documents que vous avez effectué et je voulais vous adresser tous mes remerciements.

Je suis très ému de retrouver ainsi la vie de mon Grand Père que je n'ai pas connu mais pour qui j'ai toujours eu de l'affection.
Victime d'un grave accident (55 jours de coma) je suis persuadé que j'ai bénéficié de sa protection "du ciel"...
C'est pourquoi dans un souçi de mémoire je me suis attaché à faire inscrire son nom sur le monument aux morts du village dans lequel je vis. (6 ans de démarche)

Cher Monsieur si vous étiez de passage dans la région marseillaise je serai très heureux de vous rencontrer et de vous inviter à déjeuner.

Je vous prie d'agréer, Monsieur, mes sentiments les meilleurs.

Bien sincèrement

Jean-Marc Natrella
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Le Pluton   Mer 22 Oct 2008, 14:27

Merci pour toutes ces informations sur le Pluton. Mon grand pere etait le Quartier Maitre Marius Chiotasso, decede a bord du Pluton. Je serai interresse de recevoir des photos et documents de ce batiment.

Cordialement,

Laurent Chiotasso
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: témoignage sur la fin du "PLUTON"   Ven 12 Déc 2008, 22:22

bonjour,
j'aimerais apporter ce témoignage sur la fin tragique du PLUTON. Comme beaucoup de personnes j'ai l'intime conviction que ce navire a été saboté. Les éléments suivants qui me viennent de mon grand-père m'y font penser fortement. Mon grand-père s'appelait Constantin MERESSE et habitait un petit village du Nord de la France appelé Avesnes-le-Sec.Mon grand-père était quelqu'un de très sérieux et pas du tout du genre à inventer des histoires. C'est pourquoi j'ai cru à son témoignage.
Le frère de ma grand-mère est mort sur le PLUTON ; il s'appelait Roger GUYOMARD et était originaire d'un petit hameau près de BINIC dans les Côtes d'Armor. Je ne connais pas son grade ni sa spécialité.
Mon grand-père était dans le génie et a été fait prisonnier en juin 1940. Il a été interné dans un stalag à Rastadt dans la Forêt Noire Allemande jusqu'en 1943 date à laquelle il a été libéré en échange de travailleurs du STO.
Un jour au stalag, il échange quelques mots avec un soldat allemand de garde. Surpris que ce soldat parlait parfaitement le français, la conversation s'engage. Ce soldat lui raconte qu'il était alsacien et qu'il avait servi dans la Marine Française au début de la guerre sur un navire qui avait explosé dans le port de Casablanca les premiers jours de la guerre (c'était le PLUTON). Mon grand-père lui demande s'il connaissait son beau-frère, il lui répondit qu'il le connaissait seulement de vue. Aux questions de mon grand-père qui lui demandait ce qu'il faisait là après avoir servi dans la Marine Française, il ne répondit pas et partit. Les détails que ce soldat lui a donnés, ont persuadé mon grand-père que ce soldat disait vrai.
Il revint quelques minutes plus tard et lui annonca qu'en réalité il faisait partie des services d'espionnage allemand et qu'en compagnie d'une autre personne ils avaient fait sauter le PLUTON sur lequel ils servaient.
Il fût muté peu de temps après et mon grand-père ne l'a plus jamais revu ni n'a pu jamais savoir son nom. Ce fut un triste souvenir qui le hanta toute sa vie et il n'aimait pas en parler.
En hommage à mon grand-oncle je me suis promis d'aller un jour à Casablanca au cimetière des marins du PLUTON ; je ne sais pas si mon grand-oncle a été identifié ou a fait partie des disparus...
j'espère que mon témoignage pourra servir un jour pour faire avancer la vérité...
cordialement à tous
Patrice MERESSE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: La fin du PLUTON   Sam 13 Déc 2008, 08:44

Bonjour,
La polémique et la propagande sont allées bon train après l'explosion du Pluton et il est normal, même avec le temps que celles-ci laissent des traces.
Les circonstances de l'explosion sont connues et laissent peu de place à l'hypothèse du sabotage. Comme indiqué plus haut, j'ai rencontré un témoin direct de l'explosion et il ne croit pas à cette thèse peu étayée.
Votre témoignage est interessant mais il serait bon de vérifier quelques éléments et de se poser certaines questions.
A vérifier:
-L'explosion du Pluton s'est produite le 13.09.39, soit quelques jours après le début des hostilités. Y avait-il des Alsaciens dans les rangs allemands, fussent-ils de la 5ème colonne, dès cette époque.
-Etes vous sûr qu'il s'agit du Pluton? La Railleuse a subit le même sort à quelques dizaines de mêtres de là.

Questions:
-Que faisait un marin, de surcroit membre des services secrets, simple gardien dans un stalag, alors que la Marine allemande manquait de personnel.
-Les mines qui ont explosée se trouvaient sur le pont, visibles de tous, en cours de désamorçage pour débarquement. Comment ces agents ont pu poser un système de destruction invisible et sans être repérés?
(....L'autre solution: le kamikaze, obligatoirement "l'autre",qui actionne manuelement le mécanisme de mise à feu.....)
-Avez-vous étudié le sujet et connaissez vous tous les éléments de cette affaire?
- Avez-vous fait des recherches approfondies sur votre GO? il doit être possible d'en connaitre un peu plus.

A vous lire(.... avec impatience)
Cordialement, Pierre
Revenir en haut Aller en bas
Jefgte
Aspirant
Aspirant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1485
Age : 61
Ville : France
Emploi : Dessinateur Projeteur
Date d'inscription : 10/08/2005

MessageSujet: Re: Casablanca : 13 septembre 1939, Le Pluton   Sam 13 Déc 2008, 11:55

scratch
Et... pourquoi faire sauter le Pluton, si loin de l'Allemagne.
Il y avait surement des cibles plus accessibles.
Si le Pluton avait été à Dunkerque ou à Brest , cela semble plus plausible car il aurait pu mouiller des mines devant la cote Allemande, Mais si loin, en Afrique...


Jef salut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bill
Capitaine de vaisseau
Capitaine de vaisseau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4198
Age : 45
Ville : ca vat, ca vient.... j'ai un metier !
Emploi : glorieux et beau
Date d'inscription : 26/06/2006

MessageSujet: Re: Casablanca : 13 septembre 1939, Le Pluton   Sam 13 Déc 2008, 16:15

l'afrique n'est qu'a quelques jours de mer, et le pluton peut etre consideres comme un navire particulier de par sa fonction.
la dessus, la securite a Casa ne devait pas etre celle de Brest.

au final, l'histoire de M Meresse peut tres bien etre vrai

allez savoir de toutes facons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casablanca : 13 septembre 1939, Le Pluton   Sam 13 Déc 2008, 17:11

avec ce genre de raisonnement il est possible de refaire l'histoire!!!!......et d'aller très loin dans cette voie et pourquoi pas la négation de......tout ce que vous voulez puisqu'après tout pourquoi pas!!!!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Jefgte
Aspirant
Aspirant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1485
Age : 61
Ville : France
Emploi : Dessinateur Projeteur
Date d'inscription : 10/08/2005

MessageSujet: Re: Casablanca : 13 septembre 1939, Le Pluton   Dim 14 Déc 2008, 01:22

J'ai posé la question sur le Forum Allemand.
Peut-être aurons nous d'autres infos...

http://forum-marinearchiv.de/smf/index.php/topic,8022.0.html


Jef salut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casablanca : 13 septembre 1939, Le Pluton   Dim 14 Déc 2008, 09:04


Bonjour,
Je ne lis pas l’Allemand, si vous pouviez nous résumer les réponses obtenues..... D’ailleurs pourquoi l’Allemagne et pas l’Espagne qui avait des vues sur le Maroc ? ? ?
Voici la description vérifiable des évènements :
Il est important de noter que l’équipage du PLUTON n’était pas entraîné . Ce bâtiment a servi tour à tour d’Ecole d’Application du Tir à la Mer et d’Ecole d’Application des Enseignes de Vaisseaux et devait être utilisé, après débarquement des mines, au transport rapide de troupes. Il n’a effectué qu’un seul mouillage d’exercice avec son chargement de mines complet dans toute sa carrière.
Le PLUTON arrive à Casa le 5.09.39 avec un chargement de 125 mines BREGUET type B4 qui devaient être mouillées au large de ce port. Les mines B4 ont la particularité " d’être fragiles et exigeant de grandes précautions de manipulation " alors que les mines B5 étaient sûres.(cf rapport annuel sur l’emploi des mines sous-marines, de l’escadre de la Méditerranée pour la période d’instruction 1937-1938).
Les mines sont amorcées et les antennes mises en place en vue du mouillage.
Le 12.09.39, l’Amirauté renonce à cette opération et ordonne par télégramme à Marine Maroc (n°479 FMF 3 du 12.09.39 à 11h30) de débarquer les mines du PLUTON, sans délai d’exécution.
L’ordre est transmis le 13.09.39 au commandant du PLUTON, amélioré, selon l’Amiral MUSELIER, d’un délai de réalisation. Il n’y a pas d’ordre pour isoler le PLUTON et l’opération s’effectue au mépris de toutes les règles.
Les hommes chargés de cette opération de désamorçage la réalise à bord pour la première fois. Elle s’effectue normalement mine par mine sur un chaland ou dans un baraquement isolés du bord.(Cf Marine et Résistance du VA MUSELIER).
La cause précise de l’explosion n’est bien évidemment pas connue mais cet état de fait ne doit pas conduire à des affabulations inutiles. A défaut de preuves FORMELLES du contraire, la thèse de l’accident (…..et ce n’est ni le premier ni le dernier…) reste la + valable.

Cdt
Revenir en haut Aller en bas
Bill
Capitaine de vaisseau
Capitaine de vaisseau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4198
Age : 45
Ville : ca vat, ca vient.... j'ai un metier !
Emploi : glorieux et beau
Date d'inscription : 26/06/2006

MessageSujet: Re: Casablanca : 13 septembre 1939, Le Pluton   Dim 14 Déc 2008, 13:48

ok, ca regle la question.

ensuite, le monde autour etait par hasard au mauvais endroits pour assister au spectacle
Confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Jefgte
Aspirant
Aspirant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1485
Age : 61
Ville : France
Emploi : Dessinateur Projeteur
Date d'inscription : 10/08/2005

MessageSujet: Re: Casablanca : 13 septembre 1939, Le Pluton   Dim 14 Déc 2008, 16:03

Sur le forum Allemand, le terme "accident" est retenu...

Pas de "sapotache".


Jef salut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Casablanca : 13 septembre 1939, Le Pluton   Dim 14 Déc 2008, 16:56

bonjour,
Bill

Dim 14 Déc - 13:48
ok, ca regle la question.

ensuite, le monde autour etait par hasard au mauvais endroits pour assister au spectacle
Je ne comprend pas bien la remarque, le port de Casa avait une activité normale en ce début de conflit. Amarré à couple du Pluton il y a une barge terminant le ravitaillement en mazout et derriére 3 sous-marins amarrés en pointe à la jetée Delure (devant la menace du mazout enflammés ils s'échaperont en demi-plongée). La Sentinelle, aviso-hydrographe, est sur coffre à environ 150m (batiment sur lequel se trouvait le témoin fournissant ces infos). Les pertes (Pluton, unités avoisinnantes, personnel à terre) s'élèvent à 207 tués ou disparus et 99 blessés.
Cdt
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Casablanca : 13 septembre 1939, Le Pluton   

Revenir en haut Aller en bas
 
Casablanca : 13 septembre 1939, Le Pluton
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» 28 septembre 1939
» ROYAL NAVY DESTROYER D'ESCORTES CLASSE HUNT II
» Messerschmitt Bf 109 D "Gelbe 1" I./3./JG 21 - Septembre 1939 - 1/32
» Le Pluton 13/9/1939
» Le plan musées de Frédéric Mitterrand - La Tribune de l'Art du 9 septembre 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: HISTOIRE MODERNE (de 1860 à nos jours)-
Sauter vers: