AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 LES ESCORTEURS D'ESCADRE (2) LES GRANDES REFONTES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (2) LES GRANDES REFONTES   Ven 15 Sep 2006, 17:07

Je vais ici aborder le thème des grandes refontes qu'on subit dès le debut des années 60, les escorteurs d'escadre. A une epoque où les systèmes d'armes evoluent de plus en plus vite, il était temps d'adapter ces navires aux temps modernes mais aussi d'homogénéiser la flotte avec les nouveaux navires construits dans le cadre du plan naval de 1965 à 1972 ou Plan Bleu

1- LA REFONTE CONDUCTEUR DE FLOTILLE

A°)BUT ET CALENDRIER DE LA REFONTE
Après la seconde guerre mondiale, la marine française à recupérer deux croiseurs légers italiens qui ont été transformés en escorteurs d'escadre mais qui surtout ont été utilisés comme conducteurs de flotille. Ces navires, les Chateaurenault et Guichen sont retirés du service en 1961 et 1962 après avoir été navires amiraux de l'Escadre Légère (future Escadre de l'Atlantique). Pour les remplacer, la Marine Nationale decide de transformer trois de ses escorteurs d'escadre, cela concerne les D621 Surcouf, D623 Cassard et D626 Chevalier Paul. C'est l'arsenal de Brest qui est chargé des travaux pour le Surcouf et le Chevalier Paul, l'arsenal de Toulon se chargeant du Cassard. Le Surcouf est refondu entre le 11 juin 1960 et le 17 août 1961; le Cassard du 30 juin 1961 au 4 fevrier 1962 et enfin le Chevalier Paul du 30 novembre 1961 au 1er juillet 1962

L'escorteur d'escadre Surcouf à la mer probablement durant ses essais vu l'absence de marque de coque, on peut donc le voir ici dans la configuration d'origine identique pour ses deux sister-ships refondus en conducteurs de flotille


B°) LES TRAVAUX EFFECTUES

Ils consistent au debarquement de l'affût avant de 57mm et des deux plate-formes lance-torpilles arrière tandis uq'un rouf vitré pour un amiral est construit à la place de la tourelle de 57mm et que le rouf arrière est agrandit pour pouvoir loger un amiral et son etat major
Ces navires sont ainsi servir soit de navire-amiral de la 1ère FEE (Flotille d'Escorteur d'Escadre) ou de navires-amiraux des escadres. C'est ainsi que le Cassard termine sa carrière comme navire amiral de l'Escadre de la Mediterranée et que le cHevalier Paul fut le navire amiral de l'Escadre de l'Atlantique.

2-LA REFONTE TARTAR

A°) BUTS ET CALENDRIER DE LA REFONTE

Il s'agit naturellement d'améliorer les capacités de défense antiaérienne à la mer essentiellement pour protéger les grandes unités comme les porte-avions ou les navires amphibies. De plus comme, les performances de l'artillerie des escorteurs d'escadre laissaient souvent à desirer (en particulier les 127mm qui ne seront jamais au point), l'utilité d'implanter des missiles surface-air prend tout son sens.
Cette refonte va concerner 4 escorteurs d'escadre type T47B, les
D622 Kersaint, D624 Bouvet, D625 Dupetit Thouars et D630 Du Chayla
Les travaux ont lieu à l'Arsenal de Brest, le premier à y passer est le Dupetit Thouars qui revient ainsi dans son port constructeur pour être modifié entre le 12 juillet 1961 et le 5 mars 1963,date du debut des essais, il est de nouveau disponible le 19 août 1963 et fait son retour en escadre le 6 decembre de la même année
Tout comme le navire precedent, le Du Chayla revient dans son port constructeur pour être modifié entre le 1er août 1962 et le 15 janvier 1964, date du debut des essais. Il est de nouveau disponible le 15 juin et fait son retour en escadre le 23 septembre 1964.
Le Bouvet lui est modifié entre le 24 juillet 1963 et le 1er decembre 1964, date du debut des essais, il est de nouveau disponible le 2 ami 1965 et fait son retour en Escadre, le 18 août de la même année.
Enfin, le dernier escorteur d'escadre "tartarisé", le Kersaint subit ces travaux entre le 10 janvier 1964 et le 5 mai 1965, date du debut des essais. Il est de nouveau disponible le 26 septembre 1965 et fait son retour en escadre le 23 decembre de la même année.
A noter que le 15 janvier 1965, sera créée la 2ième DEE (Divisions d'Escorteurs d'Escadre) qui rapidement baptisée "division de fer" doit regrouper les 4 EE Tartar.

B°) LES TRAVAUX EFFECTUES

Les travaux preparatoires à la refonte consiste au debarquement des 3 tourelles de 127mm, les deux plate-formes triples pour tubes lance-torpilles longs, la mature et une grande partie des superstrctures.
La partie arrière est profondement modifiée et les anciennes soutes de 127mm et les locaux peripheriques sont modifiés pour acceuillir le système Tartar. A l'avant, la tourelle de 127mm est remplacé par un lance-roquettes de 375mm sextuple tandis que la tourelle de 57mm est maintenue en place. Un rouf continu est implanté sur le pont principal ce qui favorise la circulation. L'habitabilité est entièrement revue : les hamacs cèdent la place à des couchettes, la restauration est modernisée, l'air conditionnée est installée. Le bloc passerelle est lui aussi remanié : le CO voit sa superficie multipliée par trois. Les cheminées sont allongées pour eviter la corrosion des CT de tir Tartar, les mats sont renforcés, les hublots obturés et un PC securité est installé.
Enfin, les canons de 57mm sont maintenus, l'électronique est modernisée et l'appareil propulsif est centralié au pupitre chef de feu

C°) LE SYSTEME TARTAR
Le système Tartar est un système de conception et de fabrication americaine qui se compose d'un radar de veilleAN/SPS 39 qui outre sa tache originelle peut aussi assurer la conduite de la chasse et la designation d'objectifs. Cette Designation d'objectifs est assurée par les consoles du Contrôle Operation qui selectionne les buts, assurent la poursuite, l'évolution de la menace, le chargement et le lancement du missile.

Le guidage est assurée par les deux radars de poursuite et d'illumination SPG51

Les missiles sont sotckés verticalement dans un magasin surmonté par une rampe Mk13 qui assure le lancement à une cadence plus rapide que les navires munis d'une rampe double Mk11. La cadence est d'un missile toutesl es dix secondes. L'ensemble pèse 59tonnes et la soute peut acceuillir 40 missiles dont un inerte pour calibrage du lanceur, opération effectuée tout les jours à la mer.

Le missile en lui même qui mesure 4.724m et pèsant 694kg est propulsé par un ensemble accélerateur/propulseur de croisière, le missile dispose d'un système de guidage radar semi-actif. Les missiles Tartar livrés à la France ont une capacité d'interception au ras des flots. le missile à un plafond de 21000m pour une portée maximale de 32km


Dernière édition par clausewitz le Jeu 22 Juil 2010, 19:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (2) LES GRANDES REFONTES   Lun 18 Sep 2006, 14:56

C°) MODIFICATIONS POUR EXPERIMENTATIONS ASM

La Marine Française dans la course aux capteurs est partit avec enormément de retard sur les anglo-saxons à cause la Seconde Guerre Mondiale. Elle à duc donc mettre les bouchées doubles et fournir un effort gigantesque. La detection ASM n'echappe pas à cette règle. La marine nationale va mobiliser pas moi de 3 grands navires de combat pour assurer ses experimentations à la fois dans un but de recherche pure mais surtout pour preparer la refonte ASM de certains T47 et aussi preparer les futurs navires ASM français ce qui debouchera dans les années 60 et 70 à la corvette C65 Aconit (qui faute à une conception erronée restera la seule de sa classe alors qu'il était prevue 5 navires) les F67 successeurs des C65 (De Grasse, Duguay Trouin Tourville) puis dans une moindre mesure, les petits avisos type A69 (17 à l'origine, seuls 9 sont encore ne service aujourd'hui, 8 ont été desarmés et 6 rachetés par la Turquie) et les corvettes C70 type Georges Leygues (le terme corvette à été remplacé par celui de fregate en juin 1988)

LE T56 est un navire particulier au sein de la grande famille des escorteurs d'escadre. D'abord parce qu'il est le seul de sa serie mais aussi parce qu'avant d'être un navire militaire opérationnel, il fut conçu comme un navire experimental destiné à tester les sonars français mais aussi à valider les caracteristiques des futurs navires ASM français. Pendant les premières années de sa vie opérationelle (1962-1968/9), il à été un navire d'essais rattaché non pas à l'une ou l'autre des escadres mais à la 3ième region maritime. Ses principaux essais concernant le couple sonar DUBV23 de coque et DUBV43 remorqué mais comme tout navire, il à des periodes d'indisponibilités. Or la marine française qui souhaite refondre ses escorteurs, ne peut se permettre de perdre de temps. Aussi, elle decide d'epauler le D638 La Galissonnière par deux autres escorteurs d'escadre, les D628 Vauquelin et D629 D'estrées qui applieront les indisponibilités du T56

LE D'ESTREES Il est modifié à l'Arsenal de Toulon à partir du 1er janvier 1962, debutant ses essais le 2 août 1962 et etant disponible pour son nouveau rôle à partir du 21 decembre 1963. Tout comme le T56, il depend de la 3ième region Maritime ou Premar III (Prefet Maritime de la Troisième Region)
Son etrave est modifiée pour recevoir un nouveau bulbe abritant le sonar DUBV23 ce qui à pour conséquence inattendue d'améliorer la tenue à la mer déjà bonne des EE et ne modife ni la vitesse ni la maneouvrabilité. L'arrière de l'escorteur est egalement modifiée pour recevoir un sonar remorqué DUBV40Y, la longueur du navire est ainsi augmentée de près de 4m. Après presque deux ans d'essais, le D'estrées passe le relais au Vauquelin puis entre en refonte ASM à l'arsenal de Brest à partir du 4 decembre 1965, debute ses essais le 18 septembre 1967 puis est réadmis au service actif le 6 août 1968

LE VAUQUELIN

Il est refondu en navire d'experimentation ASM à l'Arsenal de Toulon à partir du 1er novembre 1965, debute ses essais le 24 mai 1966 et est disponible après essais le 10 juin 1966 et comme ses deux compères, il est affecté à Premar III. Il voit sa partie arrièrem odifiée pour recevoir le DUBV40Y, tout les radars sont debarqués sauf le DRBV30 (veille surface et navigation) et le DRBC30 le telepointeur. La partie arrière du navire est decoupée jusqu'à la flottaison pour recevoir l'arrière de La Galissonnière qui dispose du sonar français et du système de mise à l'eau americain. Ses principales experimentations consistent essentiellement à tester les cables et les poissons des sonarsDUBV43 et DUBV44X
A l'issu de cette phase d'experimentation, le Vauquelin entre à son tour le 14 septembre 1967 en refonte ASM à l'arsenal de Brest pour assurer ses essais le 3 octobre 1969 et être réadmis au service actif le 24 janvier 1970

LA GALISSONNIERE
En 1964, le D638 La Galissonnière est modifié avec un nouveau bulbe d'etrave identique à celui du D'Estrées, il reçoit un sonar DUBV23, le sonar DUBA3 et son dôme situé dans la tranche C sont debarqués, le sonar remorqué DUBV40Y est installé à la place du poisson americain SQS 10, le système de mise à l'eau d'origine étant conservé. Le sonar SQS503 est conservé car il doit servir d'etalon au DUBV23, ses travaux étant réalisés à partir du 20 avril 1964 et jusqu'au 24 novembre 1964, date du debut des essais. Le T56 étant de nouveau disponible le 18 janvier 1965
la deuxième etape des travaux consistent à l'installation du nouveau sonar remorqué DUBV43 et de son infrastructure, des essais d'ancres sont aussi réalisé (ancre de quille au mainiement delicat.
Les travaux concernant cette deuxième phase se deroulent en fractionné, d'abord du 15 juillet 1965 au 15 janvier 1966 puis du 6 fevrier au 9 juin 1967; les essais eux aussi sont menés de manière discontinu (parallèlement le T56 assure aussi la mise au point du Malafon) d'abord du 27 juillet 1965 au 18 juillet 1966 puis du 8 mai 1967 au 9 septembre 1967, il est disponible du 27 septembre 1965 au au 4 août 1966 puis du 8 mai 1967 au 5 octobre 1967.
Le T56 restera un navire d'essais jusqu'en 1969 bien que depuis 1er fevrier 1968, il soit rattaché à l'Escadre de la Mediterranée.


LE DUPERRE
La decision de transformer le Duperré est prise en decembre 1965. Le D633 devenu alors l'A633 va experimenter les sonars à basse frequence à grande profondeur, c'est le programme Cormoran. Les travaux de modification sont réalisés à l'Arsenal de Toulon à partir du 1er janvier 1967. Il debute ses essais le 18 mars 1968 et est disponible le 4 avril 1968 et comme ses confrères, il est affecté à Premar III. Le sonar à testé est le DUBV44X

L'armement et une grande partie de l'électronique est debarqué, un sonar DUBV1 matiné d'élements du DUBA1 est installé pour des sondages vers l'avant. Un soanr de securité est installé, il s'agit d'une version modifiée d'un sonar de sous marins, le DUUA1, un dome plus important est installé pour pouvoir abriter le DUBV1, le TUUM2 (téléphone sous marin) et eventuellement un appareil de localisation du corps remorqué; du matériel d'océanographie pour connaitre les fonds, un sondeur de grands fonds. Lesl ocaux sont réaménagés.
Le nouvel effectif est de 13 officiers, 46 officiers mariniers et 147 quartiers maitres et matelots à quoi s'ajoute du personnel civil : 15 ingenieurs et 35 techniciens.
Le Duperré remplira activement son rôle de navire experimental jusqu'au 23 juillet 1971, date à laquelle, il s'appretera à être refondu en bâtiment ASM porte-hélicoptère (voir plus loin dans le post)


Dernière édition par le Jeu 08 Mar 2007, 11:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (2) LES GRANDES REFONTES   Lun 18 Sep 2006, 17:11

Les américains nous en veulent ou pas ? Je ne savais pas que le Du Chayla avait été abordé par un cargo américain, mais aussi come cela que nous avons perdu le croiseur sous-marin le Surcouf, qui a été abordé le 12 février 42 par le cargo Thompson Lykes, battant pavillon américain -tout comme le Thompson Lykes de Tempête rouge.
c'est vrai que les soviétiques se sont rattrapées en coupant en deux le Surcouf...
Revenir en haut Aller en bas
LE BRETON
Amiral de la Flotte
Amiral de la Flotte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6663
Age : 46
Ville : Paris 12ème
Emploi : Fonctionnaire
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (2) LES GRANDES REFONTES   Lun 18 Sep 2006, 17:26

La théorie du Surcouf coulé par abordage avec un cargo US n'est probablement pas la cause réelle de la disparition du sous-marin.

La plus réelle étant qu'il a été coulé par erreur par un avions US............. Boulet

_________________
kentoc'h mervel eget bezañ saotret (plutôt la mort que la souillure) devise de la Bretagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (2) LES GRANDES REFONTES   Lun 18 Sep 2006, 20:15

Oui, cette seconde théorie semble plus pausible, le navire americain était plus petit que le sous marin et sa coque ne presentait aucune trace importante. Sa destruction par bombardement aérienne est plus plausible car à l'époque les equipages de l'USAAF manquaient d'experience et ont pu prendre le Surcouf pour un U-Boot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (2) LES GRANDES REFONTES   Mar 19 Sep 2006, 15:32

D°) Modifications des La Bourdonnais, Jaureguiberry et Forbin
Les D634 La Bourdonnais D635 Forbin et D637 Jaureguiberry formant la 6ième DEE sont designés pour participer à la Force Alpha. Cette force est destiné à securiser la zone autour des champs de tir de Mururoa et de Fangataufa. Pour cela ils sont modifiés à l'Arsenal de Toulon, le D634 La Bourdonnais lui subit ces travaux à partir du 19 septembre 1964, commence ses essais le 1er juin 1965 et est de nouveau disponible à partir du 2 juillet 1965. Le D637 Jaureguibbery est modifié à partir du 15 mars 1965, debute ses essais le 2 novembre 1965 et est disponible après essais le 11 decembre 1965. enfin, le D635 Forbin est modifié à partir du 15 septembre 1965, debute ses essais le 2 fevrier 1966 et est de nouveau disponible le 7 fevrier 1966. Les travaux ont pour but de renforcer leur securité vis à vis des retombées radioactives, le bloc passerelle est agrandit, on met en place sur la coque des marches à pieds et des mains courantes pour faciliter l'installation de housses sur les embarcations et les tubes lance-torpilles. Enfin, les tourelles de 127 et de 57mm sont pourvus de housses et l'entancheité des 3 navires est revue.


E°) La refonte ASM
Elle concerne 6 escorteurs type 47. Il s'agit des D627 Maillé Brézé D628 Vauquelin, D629 d'Estrees, D631 Casabianca et D632 Guepratte

Ces travaux sont issus des experimentations et autre essais réalisés par les escorteurs La Galissonnière, D'Estrées, Vauquelin et Duperré. Les refontes ont lieu à l'Arsenal de Brest sauf pour le Maillé Brezé qui est refondu à l'Arsenal de Lorient.
Le D'Estrées est le premier à passer au bassin à l'Arsenal de Brest à partir du 4 decembre 1965, il debute ses essais le 18 septembre 1967 et est réadmis au service actif le 6 août 1968.
Le Maillé Brézéest refondu dans la forme de Lanester (il se trouva à un moment avec l'AE Balny et l'Aconit) à partir du 15 janvier 1967, debute ses essais le 5 octobre 1968 et est réadmis au service actif le 13 mars 1969.
Le Vauquelin lui succède au D'estrées à l'Arsenal de Brest. Il debute sa refonte ASM le 14 septembre 1967, debute ses essais le 3 octobre 1969 et est réadmis au service actif le 24 janvier 1970.
Puis les choses s'accelèrent car on va trouver à un moment trois escorteurs d'escadre en refonte dans le grand port du Ponnant. Puisque le Casabianca retrouve le Vauquelin en debutant sa refonte le 4 janvier 1968,il debute ses essais le 26 fevrier 1970 (le Vauquelin à depuis été remis en service actif) et est réadmis au service actif le 16 mai 1970. Enfin, le dernier de la bande, le Guepratte entre en refonte le 1er août 1968 (le Vauquelin et le Casabianca sont toujours en travaux à ce moment precis), debute ses essais le 9 octobre 1970 et est réadmis au service actif le 20 janvier 1971.
Les superstructures et la coque sont fortement remaniées (un seul mat, poupe decoupée pour recevoir un sonar remorqué, les parois de l'abri de navigation et de la passerelle sont blindées,un hangar Malafon est installé au couple 59, les ponts, les locaux et les logements du rouf de la tueuge et du pont milieu sont remaniées.......)
l'électronique est revue avec un radar DRBV22 de veille aérienne et de conduite des missions aériennes, un DRBV50 de veille surface, de veille aérienne et de contrôle des helicoptères, un DRBV32 de veille surface et de navigation, une balise Tacan (pour les Maillé Brézé et Casabianca), des radiogionomètres VHF et UHF, un materiel d'indentification électronique NRBI 20 et des detecteurs de radars ARBR et ARBA10D.
les sonars d'origine sont remplacés par le couple
L'artillerie d'origine est remplacée par deux tourelles de 100mm, une sur la plage avant et une sur la plage arrière (modèle 1964)
DRBV23/DRBV43. La veille et l'attaque peuvent ainsi être assurés avec une portée comprise entre 5 et 40000 m.
les armes ASM sont le système Malafon et le lance-roquettes ASM de 375mm sextuple modèle 1964 (portée : 1600m). Les tubes lance-torpilles courts modèle KT50 ne bougent pas et les torpilles L3 sont complétés par des L5.
L'appareil propulsif est remis en état avec une centralisation des commandes, la vitesse diminue en raison de l'alourdissement du navire, le combustible embarqué est reduit à 768t (743tonnes utilisables) et l'équipage est reduit à 299 hommes (un capitaine de fregate ou de vaisseau, 1 capitaine de corvette commandant en second, un capitaine de corvette chef du groupe energie-propulsion, 1 commissaire, 1 medecin, 5 lieutenants de vaisseau, 4 enseignes de vaisseau de 1ère classe, 1 officier des equipages, 4 enseignes de vaisseau de 2ième classe, 2 miatres principaux, 6 premiers maitres, 27 maitres, 40 seconds maitres, 46 quartiers maitres de 1ère classe et 159 quartiers maitres de seconde classe et matelots
les transmissions sont améliorées avec deux antennes MF, 7 antennes HF d'emission, un antenne Decca, 5 antennes fouet pour reception, 1 antenne VHF et 8 antennes VHF
Globalement le deplacement à pleine charge augmente d'environ 200tonnes sachant qu'il faut 12.74 tonnes pour faire varier le tirant d'eau d'un centimètre. Ce sont les premiers navires à vocation ASM prioritaires de la marine française et la dernière sans helicoptère (l'Aconit C65 est généralement considéré comme un derivé direct des EE refondus ASM


Dernière édition par le Jeu 08 Mar 2007, 11:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (2) LES GRANDES REFONTES   Mer 20 Sep 2006, 11:34

F°)LA MODERNISATION DE LA DETECTION ANTI SOUS MARINE ET L'INSTALLATION DU SENIT

SENIT Les 4 escorteurs d'escadre refondus "escorteurs lance-missiles " avec des Tartar sont pourvus d'un Senit 2 à un calculateur en version défense aérienne de force navale.
Le Système d4exploitation Navale des Informations Tactiques (Senit) est apparu pour la première fois sur la fregate lance-missile
D 602 Suffren en 1968. Ce système gère automatiquement la situation tactique en associant les différents capteurs, les transmissions et les systèmes de guerre electronique, evalue les menaces, participe à l'aide à la decision et met en oeuvre les moyens offensifs et defensifs, le tout relié à la Liaison 11 Otan pour les echanges d'infos et la liaison 14 pour les liaisons avec les navires depourvus de Senit grâce à une liaison radio-teletype
De plus, le système Senit étant modulaire, il peut evoluer en fonction des menaces et peut être constament modernisé pour rester au goût du jour

MODERNISATION ASM L'ancien sonar de veille est remplacé par le
DUBV24 en dome fixe. Il s'agit d'un sonar panoramique basse frequence destiné à la veille et à l'attaque. Il peut être utilisé avec le DUBA1. Le nouveau sonar à une portée de 6000m. L'ancien Lance-rqouettes ASM installé lors de la refonte Tartar à la place de la tourelle avant de 127mm est remplacé par un modèle plus performant et le PC ASM est entièrement refondu

L'électronique est remise à jour, le CO est entièrement refondu, le radar de veille 3D reçoit une nouvelle antenne, une balise TACAN est installée. le PC transmission et le central radio secondaire est refondu, les machines sont modernisées, un nouveau PC sécurité est implanté sans oublier l'installation d'une soute à rechanges electronique à gestion centralisée.

CALENDRIER DES TRAVAUX
Les 4 ELM Tartar sont refondus à l'Arsenal de Brest avec d'abord le Dupetit Thouars qui debute ses travaux le 17 octobre 1966, enchaine par sa campagne d'essais à partir du 4 septembre 1967 et fait son retour en escadre le 23 octobre 1967.
le Du Chayla lui entame sa modernisation le 1er fevrier 1968, debute ses essais le 26 fevrier 1969 et est de nouveau disponible en escadre le 29 mars de la même année
le Bouvet lui est en travaux à partir du 15 janvier 1970, entame ses essais le 4 janvier 1971 et est de retour en escadre le 27 fevrier 1971.
Enfin le Kersaint ferme la marche en entrant en refonte le 1er decembre 1970, enchainant par ses essais à partir du 21 août 1972 et est de nouveau disponible en escadre le 23 octobre 1972

LES EVOLUTIONS Quelques temps plus tard, le Senit 2
et le système Tartar sont digitalisés ce qui permet l'utilisation du missile SM1ER plus fiable que le Tartar et qui possède une capacité secondaire antisurface. Les travaux ont lieu egalement à Brest, le Kersaint est le premier à y passer à partir du 1er decembre 1970 (en même temps que la modernisation precedente) debute ses essais le 21 août 1972 et est disponible en escadre le 23 octobre 1972.
les trois autres ELM Tartar sont refondus plus tard :
Le Dupetit Thouars est en travaux à partir du 1er juillet 1972, debute es essais le 3 janvier 1974 et est de nouveau disponible en escadre le 22 mars de la même année
Le Du chayla est en travaux à partir du 1er janvier 1974, commence ses essais en avril 1974 et est de retour dans l'escadre le 18 juillet 1975
Enfin, le dernier ELM à y passer, Le Bouvet commence ses travaux le 1er juillet 1975, debute ses essais le 29 novembre 1976 et est disponible le 2 fevrier 1977

G°) REFONTE SUR LES EE TARTU FORBIN JAUREGUIBERRY ET LA BOURDONNAIS

BUT DE LA REFONTE La modernisation de 4 des 5 T53R (le Duperré est alors classé bâtiment d'experimentation ASM) est axée principalement sur l'installation du Senit 2 en version "piquet de défense aérienne" à bord des Tartu, La Bourdonnais et Jaureguiberry et l'installation sur tous les bâtiments concernés du lance-roquettes ASM modèle 1964 à lap lace du modèle d'origine. Au cours de cette refonte, la passerelle du Tartu est alignée sur celle de ses sister-ships
CALENDRIER DES TRAVAUX Ils sont réalisés par l'Arsenal de Toulon. Le Tartu est refondu à partir du 15 janvier 1968, entame ses essais le 26 novembre de la même année et est de retour en escadre le 1er mai 1969
Le Forbin lui succède à partir du 2 janvier 1969, entame ses essais le 3 octobre 1969 et est disponible après essais le 18 novembre 1969 (il était toujours en escadre durant ces travaux)
Le La Bourdonnais est en refonte à partir du 22 decembre 1969, ntame ses essais le 9 novembre 1970 et est de retour en escadre le 1er janvier 1971.
Enfin , le Jaureguiberry ferme la marche avec une refonte debutant le 1er novembre 1970, des essais se deroulant à partir du 12 novembre 1971 et disponible après essais le 13 janvier 1971 (comme le Forbin, il faisait toujours partie de l'Escadre)


Dernière édition par le Jeu 08 Mar 2007, 11:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (2) LES GRANDES REFONTES   Mer 20 Sep 2006, 19:00

H°) LA REFONTE DU DUPERRE EN BATIMENT ASM ET DE COMMANDEMENT
BUTS ET CALENDRIER DE LA REFONTE
A l'issu de ses campagnes d'experimentations, le Duperré est refondu en bâtiment anti-sous marin avec des capacités de commandement. Ce navire va prefigurer les futures corvettes C70 type Georges Leygues avec pour l'armement ASM longue portée, l'abandon du Malafon pour l'helicoptère Lynx et l'installation du MM38.
Comme vu dans le titre, ce navire à aussi des capacités de commandement car il va remplacer le Cassard comme navire amiral de l'EScadre de la Méditerranée en 1974
La refonte à lieue à l'Arsenal de Brest à partir du 1er janvier 1972. Les essais se deroulent à partir du 7 janvier 1974 et il est réadmis au service actif le 25 mAi 1974

LES TRAVAUX REALISES
La coque est refondue comme les T47ASM à l'exception de la partie arrière qui reste semblable au modèle d'origine à bouchains ronds et non pas vifs comme sur les T47ASM refondus. La grande nouveauté c'est naturellement l'installation d'un plate-forme et d'un hangar helicoptère pouvant acceuillir un WG13 Lynx. le blindage est renforcé sur les parties sensibles comme l'abri de navigation.
L'artillerie d'origine est entièrement debarquée comme sur les T47 refondus ASM mais là une seule tourelle de 100mm modèle 1968 est installé contre deux sur les navires précédents.
L'électronique n'echappe à cette refonte radicale avec l'installation d'un DRBV22 de veille air, un DRBV50 pour la veille surface et la veille air à basse altitude, de deux Decca 1226, un assurant la navigation et l'autre assurant le guidage de l'helicoptère lors de l'appontage, un ARBR 10 et un ARBA 20 composent les contre-mesures electroniques avec deux lance-leurres Syllex
Pour la detection ASM; celle-ci est identique à celle des autres T47ASM, un sonar de coque DUBV23 et un soanr remorqué DUBV43 tandis que les tubesl ance-torpilles sont abandonnées au profit de catapultes à torpilles
la lutte antinavire n'est pas oubliée car outre des MM38, le Lynx peut mettre en oeuvre le missile AS12 (portée : 8000m)
La bâtiment reçoit egalement un Senit 2 à deux calculateurs à 5 consoles optimisé pour la lutte ASM
Enfin, les nouveautées, touche egalement la propulsion car la chauffe au gazole experimentée par le Cassard est adoptée, la Galissonnière eN sera egalement pourvue en 1977.
L'équipage se compose de 15 officiers, 101 officiers mariniers, 147 quartiers maitre et matelots sans oublier les 11 personnes pour le service aéro et les 25 personnes de l'état major

I°) LA REFONTE HABITABILITE DU DUPETIT THOUARS ET DU DU CHAYLA

BUTS ET CALENDRIER DE LA REFONTE
Cette refonte s'explique d'abord par le fait que la pyramide des grades de la marine nationale à été modifiée et que ces deux navires sont appelés à rester en service jusque à la fin des années 80 ce qui explique pourquoi lesl ocaux vies vont êtres revus
les travaux ont lieu à l'Arsenal de Brest, le Dupetit Thouars passant le premier à partir du 9 novembre 1978, debute ses essais le 21 janvier 1980 et est disponible après essais le 5 mars 1980. Le Du Chayla lui est modifié à partir du 21 avril 1980, debute ses essais le 15 avril 1981 et est disponible après essais le 12 mai 1981.

LES TRAVAUX REALISES
Le rouf Tartar est allongé, de nouveaux postes et de nouvelles chambres sont aménagées, les sanitaires sont refaits à neufs, les postes avant sont réorganisés avec la création de coins repos, le carré des officiers et les différentes cafeterias sont egalement rajeunies et en même temps, le radar DRBV20 est remplacé par un DRBV22 et de nouveaux materiels de guerre electronique sont embarqués

J°) LES AUTRES MODIFICATIONS ET LES QUALITES NAUTIQUES ET MILITAIRES APRES REFONTE

LE GUEPRATTE
Pour assister le Centre d'Essais des Landes (CEL) , dans le cadre du programme Diamant, cet escorteur reçoit à la place de son telepointeur avant, une antenne de télémesure. Il suit ainsi les tirs effectues depuis le Sahara au large de la Tunisie. Les travaux ont lieu à l'Arsenal de Brest du 1er septembre au 1er novembre 1965. Deux des tourelles de 127mm sont placés en etat de conservation et par la suite l'antenne d'origine est remplacée par une autre antenne aux performances accrues

LE FORBIN

Pour remplacer l'aviso-escorteur Victor Schoelcher comme conserve de croiseur ecole Jeanne d'Arc, le Forbin desarmé et placé en reserve le 1er mars 1972 est réactivé le 2 juillet 1973.
les travaux sont assurés par l'Arsenal de Toulon (juillet-août 1973),ils sont marqués par le debarquement de la tourelle n°3 de 127mm et de l'affut de 57mm avant qui sont remplacés respectivement par une plate-forme pour hélicoptère léger et des logements supplémentaires pour les élèves officiers, les hublots de la coque sont obturés

QUALITES NAUTIQUES ET MILITAIRES
La stabilite diminue légèrement à cause de l'alourdissement des navires refondus mais elle reste très bonne. Lesp lus grands changements sont réalisés au niveau des armes et des senseurs beaucoup plus efficaces qu'auparavant. Le seul bemol c'est que tout les escorteurs d'escadre, n'ont pu beneficier de refontes aussi complètes que celles des ELM Tartar ou des T47 refondus ASM


Dernière édition par le Jeu 08 Mar 2007, 11:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Le Châteaurenault D 606   Dim 01 Oct 2006, 16:34


Bonjour,
Je cherche des renseignements sur l'Escorteur d'escadre D 606 Châteaurenault ex Attilio Regolo de la marine Italienne.
Toute information sur le navire est la bienvenue, histrorique, photos, amements et équipage.
Cordialement.
William.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (2) LES GRANDES REFONTES   Dim 01 Oct 2006, 20:59

William a écrit:

Bonjour,
Je cherche des renseignements sur l'Escorteur d'escadre D 606 Châteaurenault ex Attilio Regolo de la marine Italienne.
Toute information sur le navire est la bienvenue, histrorique, photos, amements et équipage.
Cordialement.
William.

je t'ai mis un scan sur un nouveau sujet, j'aurais bien fusionne les deux messages mes je sais pas comment faire.
Revenir en haut Aller en bas
kleinst
Amiral de la Flotte
Amiral de la Flotte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 727
Age : 38
Ville : aisne
Emploi : labo
Date d'inscription : 01/08/2005

MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (2) LES GRANDES REFONTES   Mer 28 Fév 2007, 11:45

Petit lien vers la partie 3:


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LES ESCORTEURS D'ESCADRE (2) LES GRANDES REFONTES   

Revenir en haut Aller en bas
 
LES ESCORTEURS D'ESCADRE (2) LES GRANDES REFONTES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LES ESCORTEURS D'ESCADRE (2) LES GRANDES REFONTES
» LES ESCORTEURS D'ESCADRE (4) HISTORIQUE-2- T47B7 A T47B12
» Escorteurs d'Escadre au 1/700
» LES ESCORTEURS D'ESCADRE (1) La Technique
» LES ESCORTEURS D'ESCADRE (5) HISTORIQUE (3) T53R ET T56

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Europe :: France-
Sauter vers: